Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • "Traditionis custodes" : François s'est-il vengé de Benoît XVI ?

    IMPRIMER

    Du site katholisch.de :

    L'auteur Martin Mosebach accuse le pape François de se venger de Benoît XVI

    Les nouvelles explications du décret "Traditionis custodes" sur la soi-disant messe ancienne suscitent des critiques de la part de l'auteur Martin Mosebach : le pape François se serait ainsi vengé de son prédécesseur Benoît XVI, selon ses reproches.

    25.12.2021

    L'écrivain Martin Mosebach reproche au pape François de vouloir se venger personnellement de son prédécesseur Benoît XVI en limitant l'ancienne messe en latin. Le septuagénaire a déclaré au journal "Welt am Sonntag" qu'il avait certes pensé qu'une telle mesure était possible, mais qu'il était parti du principe "qu'on attendrait la mort de Benoît XVI pour le faire, dans l'esprit de la politesse curiale". Ici, un élément de vengeance personnelle est manifestement entré en jeu".

    François n'aurait pas pardonné à Benoît, poursuit Mosebach, "le fait que ce dernier ait influencé l'issue du synode amazonien avec son livre sur le sacerdoce début 2020 et lui ait fait perdre l'abrogation du célibat obligatoire qui était en fait souhaitée". Cela aurait mis le pape très en colère : "Il a maintenant rendu la pareille en s'attaquant à l'ancienne messe, c'est-à-dire à la liturgie qui était une préoccupation majeure de Benoît et qu'il avait expressément réhabilitée".

    A la question de savoir pourquoi les catholiques conservateurs parlaient volontiers d'obéissance, mais "répétaient maintenant la révolte" parce que le pape repoussait l'ancienne messe, l'auteur a répondu que le pape était strictement lié à la tradition, à ce que l'Eglise avait toujours enseigné et fait. "Si le pape François met la main sur la tradition, il ne peut plus obliger les fidèles à obéir. Surtout, il s'attaque ainsi au fondement sur lequel repose la papauté. Le rite tridentin n'est pas tombé du ciel, il s'est développé historiquement".

    Nouvelle lettre sur "Traditionis custodes

    Le week-end dernier, le Vatican s'était exprimé dans une nouvelle lettre sur des ambiguïtés dans l'interprétation du décret du pape "Traditionis custodes" (Les gardiens de la tradition) de juillet. Le préfet de la Congrégation pour le culte divin, Arthur Roche, a confirmé que François avait établi par ce décret la "forme ordinaire" de la messe comme "unique mode d'expression" du rite romain de la messe. La forme extraordinaire de 1962, en latin et dos au peuple de l'Eglise, autorisée dans une plus large mesure par Benoît XVI en 2007, ne pourra donc plus être célébrée qu'exceptionnellement et dans des conditions particulières.

    Le décret est contesté dans les milieux conservateurs. Selon les mots de François, les directives doivent contrer les tendances à la division au sein de l'Église. Les défenseurs de la liturgie traditionnelle déplorent, outre le contenu du document, son ton sévère.

    L'auteur Martin Mosebach s'était déjà exprimé à plusieurs reprises en tant que partisan de l'ancienne messe et critique acerbe du pape François. En 2015, il lui avait par exemple reproché son désintérêt pour la théologie. Depuis plus de 20 ans, il demande en outre à l'Eglise catholique de revenir à la messe en latin. En 2002, il a publié une polémique contre la réforme de la liturgie après le Concile Vatican II (1962-1965). Le titre provocateur du livre : "Hérésie de l'informe. La liturgie romaine et son ennemi". (KNA)

  • La fuite en Egypte et le massacre des innocents

    IMPRIMER

    Du Père Simon Noël osb (sur son blog) :

    Fuite en Egypte et massacre des innocents

     
    Le lendemain de Noël, dans le rite byzantin, nous fêtons la Mère de Dieu, la Très Sainte Vierge Marie. Et le dimanche qui suit Noël, nous fêtons toute la famille humaine de Notre-Seigneur, en premier lieu Saint Joseph. Le récit de la fuite en Egypte et celui du massacre des innocents souligne la solidarité de Jésus avec les souffrances passées, présentes et à venir de son peuple. Pensons à l'extermination de millions d'Israélites lors de la seconde guerre mondiale. Pensons aussi à ce massacre des innocents que constitue la légalisation de l'IVG, sans juger qui que ce soit. Deux prophètes sont cités, Osée et Jérémie: d'Egypte, j'ai rappelé mon fils et Rachel (femme de Jacob, enterrée à Bethléem) pleure ses enfants. L'Ancien Testament avait prophétisé la fuite en Egypte et le massacre des innocents

    Jésus ira donc en exil. Il sera ainsi solidaire de tous les persécutés et de tous les migrants. Les papes, de Pie XII à François, nous ont sans cesse exhorté à avoir le plus d'humanité possible avec les émigrés. La Sainte Famille connaîtra l'angoisse, qui est celle de tant de gens aujourd'hui., La persécution de Jésus commence donc dès sa naissance et se poursuivra jusqu'à sa mort. Hérode n'est pas pire que les dirigeants de notre époque, qui tiennent aux privilèges du pouvoir plus qu'ils ne cherchent à servir. Mais les ennemis de l'Eglise ne pourront jamais étouffer l'Evangile et contrecarrer le plan de Dieu. Dans le cas de Joseph, nous voyons que souvent c'est par ses anges que Dieu vient au secours des siens et protège son dessein de salut. N'hésitons pas à beaucoup prier notre ange gardien.

    L'Eglise sait que les enfants innocents massacrés sans l'avoir voulu partagent maintenant la Gloire du Christ sans l'avoir mérité. Cela illustre la gratuité absolue de la Divine Miséricorde et que l'amour de Dieu enveloppe toutes les destinées humaines, même celles dont toutes les destinées ont été écrasées par une mort prématurée. Les parents qui ont perdu un enfant ne doivent pas perdre espoir, car Dieu tient en main toutes choses.

    Le récit se termine par le retour à Nazareth. Il annonce ainsi la mission du Christ: Sauveur méconnu par les siens, poursuivi par le pouvoir, il se tournera vers les nations païennes. Jésus devait passer 30 ans dans ce village de Galilée, considérée par la Judée comme une province à moitié étrangère et païenne. Alors que le monde attend le salut, Jésus commence à vivre 30 ans comme un charpentier. Jésus a fait sienne la culture de son peuple, vécu les événements qui touchaient sa nation, fait l'expérience du travail et des relations humaines. On ne soulignera jamais assez ce fait: la presque totalité de la vie du Christ est constituée, non par son ministère, mais par une vie humble et cachée au sein de la Sainte Famille. La dévotion à la Sainte Famille (Jésus; Marie, Joseph) a donc toute une véritable profondeur. La vie d'une humble mère de famille qui fait son ménage et élève ses enfants, la vie d'un homme qui travaille en usine, a peut-être plus de valeur que celle d'une actrice célèbre ou que celle d'un homme politique au sommet du pouvoir.

    Et si notre vie à nous est toute banale et ordinaire, sachons qu'il en fut ainsi pour le Sauveur du genre humain. 

  • Que répondre à des gens qui vous disent que Jésus avait des frères et des sœurs ?

    IMPRIMER

    De Kathy Schiffer sur le site du National Catholic Register :

    Comment réagir lorsque les gens disent que Jésus avait des frères et des sœurs

    Dès les premiers jours qui ont suivi la résurrection, l'Église a cru que Marie était une vierge perpétuelle et que Jésus n'avait pas de frères et sœurs biologiques.

    22 décembre 2021

    "N'est-ce pas là le charpentier, fils de Marie, frère de Jacques, de Joses, de Judas et de Simon, et ses sœurs ne sont-elles pas ici avec nous ?" -Marc 6:3

    Jésus avait-il des frères et des sœurs ? Certaines personnes pensent que l'Évangile de Marc semble le dire.

    Et pas seulement dans l'Évangile de Marc. Dans Luc 8:19-21, le sujet revient sur le tapis. Jésus est interpellé par une foule rassemblée pour l'entendre parler. La foule dit : " Ta mère et tes frères sont dehors, ils veulent te voir. " 

    Mais Jésus, au lieu d'inviter le reste de sa famille à entrer, les congédie, profitant de l'occasion pour enseigner la proximité qu'il ressent envers ceux qui gardent sa parole.

    "Qui sont ma mère et mes frères ?" demande-t-il. "Ma mère et mes frères sont ceux qui entendent la parole de Dieu et la mettent en pratique."

    * * * * * * *

    Parmi les spécialistes protestants des Écritures, certains considèrent que des versets comme celui-ci prouvent que Marie a eu, en fait, d'autres enfants avec Joseph après avoir donné naissance à Jésus. Le bibliste James Tabor en dresse la liste sur son blog : Jacques, Joses, Judas et Simon et, selon certains témoignages, Marie et Salomé.

    L'Église catholique rejette cependant ces affirmations, qui vont à l'encontre de l'enseignement dogmatique de l'Église sur la virginité perpétuelle de Marie.

    D'où vient donc l'idée des catholiques que Marie n'a jamais eu de rapports sexuels et n'a jamais eu d'autres enfants ? Et pourquoi Joseph aurait-il accepté cet accord, de toute façon ?

    Qui est votre frère ?

    Dans le langage courant, il n'est pas rare de désigner quelqu'un comme son "frère" alors qu'il n'y a pas de lien physique de sang. Nous, chrétiens, sommes tous "frères en Christ". Le terme "frère" peut désigner quelqu'un avec qui vous partagez un lien de sang - ou il peut désigner quelqu'un qui n'est pas biologiquement lié, mais avec qui vous partagez une amitié commune ou un lien ethnique.

    Il en va de même dans les Écritures. Le terme grec pour "frère", adelphos, peut se référer non seulement à des parents de sang, mais aussi à des cousins éloignés ou, plus largement, à d'autres personnes avec lesquelles on partage un lien spirituel.

    Considérons, par exemple, la Genèse 13:8 : "Alors Abram dit à Lot : 'Ne nous disputons pas entre toi et moi, ni entre tes bergers et les miens, car nous sommes frères'."

    Dans ce cas, le terme "frère" est utilisé pour décrire Abraham et Lot - qui ne sont pas des frères biologiques mais plutôt un oncle et un neveu.

    Et saint Paul, écrivant sa première lettre aux Corinthiens (15, 6), décrit les personnes qui ont vu Jésus après sa résurrection, y compris ses "frères" : "Ensuite, il [Jésus] est apparu en même temps à plus de cinq cents frères, dont beaucoup sont encore avec nous, mais dont quelques-uns se sont endormis."

    Paul n'essayait certainement pas de prétendre que Marie avait donné naissance à plus de 500 enfants !

    * * * * * * *

    Lire la suite

  • La lettre du pape aux époux à l'occasion de l'année "Famille Amoris Laetitia"

    IMPRIMER

    Année de la famille: « Lettre du pape François aux Epoux » (texte complet - source)

    « Chers époux, participez à la vie de l’Église! »

    LETTRE DU SAINT-PÈRE FRANÇOIS AUX ÉPOUX
    À L’OCCASION DE L’ANNÉE “FAMILLE AMORIS LAETITIA”

    Chers époux du monde entier,

    à l’occasion de l’Année “Famille Amoris laetitia”, je me tourne vers vous pour vous exprimer toute mon affection et ma proximité en ce moment très particulier que nous vivons. J’ai toujours pensé aux familles dans mes prières, mais plus encore pendant la pandémie qui a mis tout le monde à rude épreuve, surtout les plus vulnérables. Le moment que nous traversons me pousse à m’approcher avec humilité, affection et en accueillant chaque personne, chaque couple marié et chaque famille, dans les situations qui sont les vôtres.

    Ce contexte particulier nous invite à vivre les paroles par lesquelles le Seigneur appela Abraham à quitter sa patrie et la maison de son père pour une terre inconnue qu’il lui a montrée (cf. Gn 12, 1). Nous aussi, nous avons vécu plus que jamais l’incertitude, la solitude, la perte d’êtres chers, et nous avons été poussés à sortir de nos sécurités, de nos « zones de confort » de nos façons de faire, de nos ambitions, pour nous soucier non seulement du bien de notre famille mais aussi de celui de la société, qui dépend également de nos comportements personnels.

    Notre relation avec Dieu nous façonne, nous accompagne et nous met en mouvement en tant que personnes et nous aide en fin de compte à “quitter notre terre”, avec souvent une certaine crainte et même la peur de l’inconnu. Cependant nous savons, grâce à notre foi chrétienne, que nous ne sommes pas seuls car Dieu est en nous, avec nous et parmi nous : dans la famille, dans le quartier, sur le lieu de travail ou d’étude, dans la ville où nous vivons.

    Comme Abraham, chaque époux quitte sa terre dès qu’il entend l’appel à l’amour conjugal et qu’il décide de se donner à l’autre sans réserve. De même, les fiançailles impliquent déjà de quitter sa terre, car elles supposent de parcourir ensemble le chemin qui mène au mariage. Les différentes situations de la vie, les jours qui passent, l’arrivée des enfants, le travail, les maladies, sont les circonstances dans lesquelles l’engagement pris l’un envers l’autre implique pour chacun le devoir d’abandonner ses inerties, ses certitudes, ses zones de confort, et de sortir vers la terre que Dieu promet : être deux dans le Christ, deux en un. Une seule vie, un seul “nous” dans la communion de l’amour avec Jésus, vivant et présent à chaque instant de votre existence. Dieu vous accompagne, il vous aime inconditionnellement. Vous n’êtes pas seuls !

    Chers époux, sachez que vos enfants – surtout les plus jeunes – vous observent attentivement et cherchent en vous le témoignage d’un amour fort et crédible. « Comme il est important, pour les jeunes, de voir de leurs propres yeux l’amour du Christ vivant et présent dans l’amour des époux, qui témoignent à travers leur vie concrète que l’amour pour toujours est possible» ! [1] Les enfants sont un cadeau, toujours. Ils changent l’histoire de la famille. Ils ont soif d’amour, de reconnaissance, d’estime et de confiance. La paternité et la maternité vous appellent à être géniteurs pour donner à vos enfants la joie de se découvrir enfants de Dieu, enfants d’un Père qui, dès le premier instant, les aime tendrement et les prend chaque jour par la main. Cette découverte peut donner à vos enfants la foi et la capacité de faire confiance à Dieu.

    Bien sûr, élever des enfants n’est en rien facile. Mais n’oublions pas qu’ils nous éduquent aussi. Le premier environnement éducatif reste toujours la famille, à travers de petits gestes qui sont plus éloquents que les mots. Éduquer, c’est avant tout accompagner les processus de croissance, c’est être présent de multiples façons de telle sorte que les enfants puissent compter sur leurs parents à tout moment. L’éducateur est une personne qui “engendre” au sens spirituel, et surtout qui “se met en jeu” en entrant en relation. En tant que père et mère, il est important d’établir des relations avec vos enfants à partir d’une autorité acquise jour après jour. Ils ont besoin d’une sécurité qui les aide à avoir confiance en vous, en la beauté de votre vie, en la certitude de n’être jamais seuls, quoiqu’il arrive.

    Lire la suite

  • Le Pape s’inquiéte de la diminution du nombre de naissances

    IMPRIMER

    De Vatican News (Cyprien Viet) :

    Le Pape encourage les familles et s’inquiète de «l’hiver démographique»

    En évoquant la publication de sa "Lettre aux époux" en ce dimanche de la Sainte-Famille, le Pape s’est inquiété de la diminution du nombre de naissances, notamment en Italie.

    Le Pape expliqué que la publication de sa Lettre aux époux, ce dimanche, est son «cadeau de Noël» pour les couples mariés, et se veut «un encouragement, un signe de proximité et aussi une occasion de méditation»«Il est important de réfléchir et de faire l’expérience de la bonté et de la tendresse de Dieu qui, avec une main paternelle, guide les pas des époux sur la voie du bien. Que le Seigneur donne à tous les époux la force et la joie de continuer le chemin entrepris», a expliqué François, invitant aussi les époux à se préparer pour la Rencontre mondiale des Familles qui sera organisée en juin 2022, à la fois à Rome, sous une forme décentralisée dans les diocèses.

    Sortant de son texte, l’évêque de Rome a partagé «une vraie préoccupation, au moins ici en Italie: l’hiver démographique. Il semble que beaucoup ont perdu l’aspiration à aller de l’avant avec des enfants, et de nombreux couples préfèrent rester sans, ou seulement avec un enfant.» Le Pape a donc invité chacun à réfléchir à la gravité de cet «hiver démographique» qui est «une tragédie». Il appelé à faire «tout le possible pour reprendre une conscience, pour vaincre cet hiver démographique qui va contre nos familles, contre notre patrie, et aussi contre notre futur», a-t-il averti.

    En 2020, l’Italie a enregistré seulement 400 000 naissances, ce qui constitue le plus bas niveau enregistré depuis la Seconde guerre mondiale. Le Pape s’est déjà exprimé à de nombreuses reprises sur ce sujet, notamment le 14 mai dernier, en participant aux États généraux de la natalité. Avec l’espoir de stimuler un renouvellement générationnel, le gouvernement italien cherche à instaurer un système d’allocations familiales, inspiré de celui qui existe en France.

  • Jean l'évangéliste (27 décembre)

    IMPRIMER
    ultima_cena.particolare.jpg
     
     
    Lors de l'audience général du mercredi 5 juillet 2006, Benoît XVI a consacré sa catéchèse à saint Jean, fils de Zébédée :

    Chers frères et soeurs,

    Nous consacrons notre rencontre d'aujourd'hui au souvenir d'un autre membre très important du collège apostolique: Jean, fils de Zébédée et frère de Jacques. Son nom, typiquement juif, signifie "le Seigneur a fait grâce". Il était en train de réparer les filets sur la rive du lac de Tibériade, quand Jésus l'appela avec son frère (cf. Mt 4, 21; Mc 1, 19). Jean appartient lui aussi au petit groupe que Jésus emmène avec lui en des occasions particulières. Il se trouve avec Pierre et Jacques quand Jésus, à Capharnaüm, entre dans la maison de Pierre pour guérir sa belle-mère (cf. Mc 1, 29); avec les deux autres, il suit le Maître dans la maison du chef de la synagogue Jaïre, dont la fille sera rendue à la vie (cf. Mc 5, 37); il le suit lorsqu'il gravit la montagne pour être transfiguré (cf. Mc 9, 2); il est à ses côtés sur le Mont des Oliviers lorsque, devant l'aspect imposant du Temple de Jérusalem, Jésus prononce le discours sur la fin de la ville et du monde (cf. Mc 13, 3); et, enfin, il est proche de lui quand, dans le jardin de Gethsémani, il s'isole pour prier le Père avant la Passion (cf. Mc 14, 33). Peu avant Pâques, lorsque Jésus choisit deux disciples pour les envoyer préparer la salle pour la Cène, c'est à lui et à Pierre qu'il confie cette tâche (cf. 22, 8).

    Lire la suite