Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • Des nouvelles du 14ème Congrès mondial des familles à Mexico

    IMPRIMER

    D'ifamnews.com :

    Résumé de la première journée du Congrès mondial des familles

    Les blessures du cœur guériront lorsque nous ne serons plus traités comme des objets : Christopher West

    3 octobre 2022

    Tous les êtres humains ont des blessures dans l’âme parce que la société a pris l’habitude de les traiter comme des objets, a déclaré Christopher West, conférencier et auteur catholique renommé.

    Au début de la deuxième journée du XIVe Congrès mondial des familles, l’expert en théologie du corps a souligné l’importance de connaître l’origine de l’être humain et son destin dans la vie : “nous ne ferons que tourner en rond, totalement désorientés, si nous ne regardons pas le soleil, qui est de regarder droit vers Dieu”.

    Ángel Espinosa de los Monteros, un légionnaire du Christ, qui a déclaré : “Les responsables des inégalités sociales, les idéologies, les guerres, ce sont des personnes dramatiquement malades”.

    Dr. Cecilia Blanchet Pezet, dans sa présentation, a souligné comment la technologie a envahi la dynamique familiale et le dialogue familial s’est perdu, et a invité les personnes présentes à élever des enfants qui changeront l’histoire de l’humanité pour le meilleur.

    “Toutes les cinq minutes, un chrétien est tué, cela doit cesser”, a déclaré Christophe Machard, président du French Riviera Institut, qui a affirmé que la liberté des chrétiens de vivre en paix et un droit politique fondamental et que la persécution religieuse est une source de cultures toxiques.

    Enrique Rojas a également participé à une table ronde sur le thème “Comment concevoir une famille stable”, tandis que le panel était composé du père Guillermo Serra, du pasteur Cash Luna et de Tarek Shaban, qui ont déclaré que “l’Islam préserve la famille, il ne veut pas qu’elle se fragmente”, et ont également affirmé que l’Islam lutte contre toute forme d’extrémisme.

    L’un des panels les plus attendus était “Famille et divertissement”, auquel ont participé Tamara Falcó, Juan Manuel Cotelo, Neal Harmon et Eduardo Verástegui.

    Le programme de la journée a été complété par des présentations simultanées de Nicki et Sila Lee, Jason Evert, Ron Deal, Maribel German, Jesús Amaya, Julia Borbolla, Meg Meeker, Miguel Moreno, Valeria Arellano, Ivette Laviada et Lucy Budnik.

    Informations complémentaires et matériel multimédia www.wcfmexico.org

  • "Cessons de nous adorer nous-mêmes" (cardinal Sarah)

    IMPRIMER

    Lu sur niedziela.pl :

    Le Cardinal Sarah à Cracovie : cessons de nous adorer nous-mêmes

    - Chacun est confronté à un choix : se tenir fermement aux côtés du Christ, vivre son Évangile, ou suivre une société sécularisée et athée - a déclaré le cardinal Robert Sarah à Cracovie. Le hiérarque prêche une retraite intitulée "Que dit l'Esprit à l'Église aujourd'hui ?" qui se tient au Centre de formation spirituelle salvatorien.

    2 octobre 2022

    Organisée par le Centre de formation spirituelle de Cracovie, cette retraite s'inscrit dans le cadre des célébrations du 25e anniversaire de l'institution salvatorienne. Ils sont dirigés par le cardinal Robert Sarah - secrétaire de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples de 2001 à 2010, président du Conseil pontifical "Cor Unum" de 2010 à 2014, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements de 2014 à 2021.

    Le cardinal Robert Sarah a souligné que "Dieu se donne à la rencontre de celui qui le cherche", mais que "l'homme post-moderne" non seulement ne le cherche pas, mais le rejette et le biffe. À la suite de Jean-Paul II, il a déclaré que nous vivons dans une culture dont les caractéristiques et le contenu sont souvent contraires à l'Évangile et à la dignité humaine. Il a attiré l'attention sur les conséquences du rejet de Dieu dans les sociétés modernes, qui touchent également l'Église. Parmi celles-ci, il a énuméré une crise des valeurs humaines et morales fondamentales, ainsi qu'une confusion dans l'Église concernant la vérité révélée par Dieu. - La confusion naît de la perte du caractère sacré de la liturgie, et sa conséquence est l'affaiblissement de l'identité sacerdotale. La foi en la présence réelle du Christ parmi nous dans l'Eucharistie est affaiblie", a-t-il déclaré.

    Le préfet à la retraite de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements a souligné qu'aujourd'hui - également dans l'Église - chacun est confronté à un choix : se tenir fermement aux côtés du Christ, vivre son Évangile, ou suivre une société sécularisée et athée.

    Selon lui, l'orgueil et l'autosuffisance entraînent "une diminution de l'intelligence, une fermeture du cœur et une exclusion de Dieu". - Pour accepter la révélation apportée par Jésus, je dois reconnaître que je suis petit, que je suis un mendiant devant Dieu. J'ai besoin du salut que seul Dieu peut donner", a-t-il expliqué. Cependant, comme il l'a ajouté, Dieu n'a aucune entrée dans nos vies si nous sommes des adorateurs de notre ego.

    - Arrêtons de nous adorer. Reconnaissons que nous sommes petits afin d'apprendre de Celui qui est un Dieu humble et au cœur tendre, a-t-il lancé. Il a ajouté que dans chaque Eucharistie, Dieu "vient à nous, doux, humble, petit, comme un rien".

    - Jésus est un Dieu tout-puissant, mais humble et doux. Il ne s'impose pas, Il ne vient pas comme un vainqueur, mais comme un amoureux de son épouse, que nous sommes. Permettons-lui de venir et d'habiter en nous", a encouragé le cardinal Sarah.