Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Procès Becciu : le pape, seul juge suprême aux commandes ?

IMPRIMER

Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, en traduction française sur Diakonos.be :

Procès Becciu. Triomphe ou défaite des pouvoirs absolus du Pape ?

Parmi le chapelet d’énormités proférées par le Pape François dans sa dernière interview avec Cope – dont la plus colossale n’est pas tant d’avoir attribué à Angela Merkel une phrase qui est en fait de Vladimir Poutine, mais bien le principe illibéral exprimé dans la citation elle-même et qu’un Pape François enthousiaste a fait sienne, en vertu de laquelle il ne faut même pas essayer de « construire la démocratie » là où elle n’est pas – on trouve notamment l’invention d’une nouvelle figure juridique : la « manière affective de la présomption d’innocence ».

Le malheureux sur lequel le Pape François l’a appliqué, c’est le cardinal Giovanni Angelo Becciu (photo), 73 ans, qui comparaît avec neuf autres inculpés dans un procès dont la seconde audience a été fixée ce 5 octobre au Vatican, concernant principalement l’achat somptuaire et désastreux d’un immeuble de luxe à Londres par la Secrétairerie d’État.

Le cardinal Becciu est accusé de détournement de fonds, d’abus de pouvoir et d’incitation à faux témoignage. Mais le 24 septembre 2020, plus de neuf mois avant que ces chefs d’accusations ne soient formulés et ne conduisent au renvoi du cardinal devant les tribunaux, le Pape l’avait déjà personnellement jugé et condamné, déposé de ses fonctions, dépouillé de ses « droits » de cardinal, exposé à l’opprobre publique, le tout sans lui laisser la moindre chance de se défendre et sans un mot pour expliquer les raisons d’une telle dégradation publique. Et pourtant, malgré cela, dans l’interview à Cope, François a osé affirmer : « j’espère de tout mon cœur qu’il est innocent », parce que « c’est une personne que j’estime, il a été l’un de mes collaborateurs et il m’a beaucoup aidé » ; bref, le Pape a déclaré éprouver pour Becciu « une manière affective de la présomption d’innocence ».

Déjà avant François, tous les papes concentraient en leur personne, sans pouvoir être jugé par personne, les trois pouvoir législatifs, exécutifs et judiciaires qui sont rigoureusement séparés dans toute démocratie moderne. Mais les derniers papes n’ont utilisé ce pouvoir qu’avec une modération extrême. Ce n’est qu’avec l’arrivée de Jorge Mario Bergoglio que cet absolutisme monarchique allait être exercé habituellement et apparaître au grand jour dans toutes ses contradictions. « L’État c’est moi ! », pourrait dire aujourd’hui le Pape Bergoglio, comme le Roi-Soleil au XVIIe siècle. Le procès du cardinal Becciu et des neufs autres inculpés en est la preuve flagrante.

Settimo Cielo a déjà passé en revue les incidents judiciaires qui ont émaillé les différentes étapes préparatoires du procès qui est sur le point de s’ouvrir au Vatican. Le plus retentissant aura été la relaxe par un tribunal de Londres en 2021 d’un financier, Gianluigi Torzi, auquel il était reproché d’avoir extorqué au Vatican 15 millions d’euros alors que, selon les juges londoniens, il n’aurait fait que percevoir son « salaire », et qui plus est avec la bénédiction du Pape :

> La justice du Vatican, ou la saga des déboires judiciaires

Mais à présent que le procès s’apprête à entrer dans le vif du sujet, on s’aperçoit qu’il ne s’agit pas d’un simple incident de parcours. Le mal est à la racine, il est ancré au cœur même du système judiciaire du Vatican, qui est dépourvu de tous les organes constitutifs d’un État de droit moderne, comme l’a notamment dénoncé un important quotidien allemand qu’on ne pourra accuser de prendre parti pour l’un ou l’autre camp ecclésiastique, le « Frankfurter Allgemeine Zeitung », dans un éditorial du 24 août de son spécialiste politique, Thomas Jansen, que l’on peut également consulter en version anglaise :

> Ein Prozess in einen absolutistischen Staat

Dans son interview avec Cope, le Pape François a même été jusqu’à dire que la plainte qui a déclenché le procès avait été prise en compte parce que lui-même, le pape, avait « apposé sa signature » en-dessous de celles des dénonciateurs, ordonnant de fait aux magistrats du Vatican de procéder aux perquisitions et aux arrestations.

Mais tout cela n’est rien par rapport à ce qui s’est passé ensuite. La défense des inculpés reproche à François d’être intervenu au cours de l’enquête – après que les délits présumés aient été commis – avec pas moins de quatre décrets qui ont changé les règles de procédure judiciaire, au gré de ses désirs du moment. L’un de ces décrets autorisait les juges d’instruction à procéder à des perquisitions et à des arrestations « même en dérogeant aux règles en vigueur, si nécessaire ». Une autre ordonnait de soumettre à un procès ordinaire les cardinaux aussi – alors qu’ils relevaient jusque là de la compétence exclusive du tribunal suprême de la Signature apostolique -, exposant ainsi non seulement le cardinal Becciu mais également, si quelqu’un devait le mettre en cause, le cardinal secrétaire d’État, Pietro Parolin.

Gian Pier Milano, l’un des deux promoteurs de justice de ce procès, a répliqué que les décrets contestés sont en réalité « la plus haute expression du pouvoir papal » et qu’il n’est pas vrai que le Vatican n’est pas un État de droit pour autant.

Mais surtout, M. Milano et son collègue Alessandro Diddi agissent avec la certitude d’avoir le tout-puissant Pape François de leur côté, vu le zèle sans précédent avec lequel ils ont rejeté en août dernier l’ordre du président du tribunal du Vatican, Giuseppe Pignatone, de remettre à la défense des inculpés l’enregistrement de la déposition de leur principal accusateur, Mgr Alberto Perlasca, ancien chef de la section administrative de la Secrétairerie d’État de 2009 à 2019, licencié de ses fonctions mais qui s’était tout de suite mis à table avec les enquêteurs, ce qui lui permis de ne pas finir aussi sur le banc des accusés.

Certains rappellent à juste titre que le différend entre Pignatone et Diddi remonte au spectaculaire procès de « mafia capitale » qui s’était tenu à Rome il y a quelques années, et où le premier tenait le rôle de l’accusation en tant que procureur en chef tandis que le second était avocat de la défense de l’un des principaux accusés, une affaire qui s’était conclue par un jugement puis une sentence de la Cour de cassation italienne qui avait exclu de la condamnation la circonstance aggravante d’association mafieuse.

Mais à présent, au Vatican, la question est plus importante. Le refus opposé par les promoteurs de justice à un ordre du président de leur propre tribunal constitue une autre preuve qu’en réalité, il n’y a qu’un seul juge suprême qui commande, au mépris de toute règle de droit : le Pape.

Vu la manière dont les choses se présentent, et puisque les dix inculpés sont tous des citoyens italiens ou suisses, on peut se demande si l’Italie et la Suisse accepteront d’exécuter d’éventuelles condamnations à des peines de prison de l’un ou l’autre d’entre eux, ou s’ils refuseront en revanche de le faire, étant donné les lacunes de système judiciaire pontifical en matière de respect de l’habeas corpus, c’est-à-dire du principe élémentaire qui garantit la liberté et l’inviolabilité de l’accusé.

En fin de compte, ce procès menace de battre en brèche ce mythe populiste qui voit en François un chevalier blanc, toujours du côté du « pueblo santo y fiel de Dios », qui serait occupé à faire le nettoyage et à remettre de l’ordre dans cette institution corrompue que serait la Curie romaine. En effet, qu’est-ce qu’un inculpé tel que le cardinal Becciu pourra dire pour sa défense, sinon que le Pape savait, approuvait, et qu’il était informé à chaque instant de toutes les démarches effectuées par ses subalternes ?

Commentaires

  • Louis XIV n'a jamais énoncé ce mot célèbre : "L'État c'est moi". Depuis longtemps les historiens ont fait justice de cette légende (point innocente).

  • La question posée à la fin de l'article est éloquente. En effet: "Qu'est-ce que le cardinal Becciu pourra dire pour sa défense, sinon que le pape savait, approuvait, et qu'il était informé à chaque instant de toutes les démarches effectuées par ses subalternes?" Que François ne savait rien, personnellement je n'y crois absolument pas., mais, le jeu étant inégal, ce dont je suis sûr, c'est qu'il va user de sa toute-puissance pour incriminer celui qu'il avait autrefois encensé.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel