Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Christianisme

  • Chesterton fête ses 150 ans, un antidote au mal ambiant

    IMPRIMER

    De Paolo Gulisano sur la NBQ :

    Chesterton fête ses 150 ans, un antidote au mal ambiant

    Le 29 mai 1874 naissait à Londres Gilbert Keith Chesterton, le grand écrivain catholique qui a écrit les raisons de la foi dans ses romans. Et qui est plus que jamais d'actualité.

    29_05_2024

    Il y a cent cinquante ans, le 29 mai 1874, naissait à Londres Gilbert Keith Chesterton, un auteur génial dont on n'a pas assez parlé.

    Un siècle et demi après sa naissance, Chesterton est plus que jamais d'actualité, avec sa défense de la raison, avec cet usage magistral du paradoxe qui l'a toujours caractérisé. Un paradoxe qui n'est jamais une fin en soi, pas un jeu intellectuel, mais une méthode pour éveiller l'esprit et la conscience. Chesterton a défendu la beauté de la Foi, de l'annonce du Salut qui est une personne : Jésus-Christ. Et il l'a fait avec passion, avec décision, avec sympathie même. Il était vraiment un homme vivant, comme le dit le titre de l'un de ses célèbres romans. Un chrétien à contre-courant. Et c'est pourquoi, après tant d'années, il est toujours d'actualité : parce que le conflit entre l'Église et le monde prend - ces derniers temps - des dimensions dramatiques. Lorsque Chesterton y est né, le 29 mai 1874, Londres était la ville la plus grande, la plus peuplée et la plus importante du monde : le cœur et l'esprit de la civilisation occidentale et de l'ordre qu'elle avait établi.  L'adolescence de Chesterton correspond aux années désespérées et crépusculaires du symbolisme et du décadentisme, des nationalismes qui ont conduit à la tragédie de la Première Guerre mondiale et aux totalitarismes du XXe siècle.

    Face à l'expansion du mal, l'œuvre de Chesterton est une sorte de médecine de l'âme, ou plus exactement, elle peut être qualifiée d'antidote. L'écrivain lui-même avait d'ailleurs utilisé la métaphore de l'antidote pour indiquer l'effet de la sainteté sur le monde : le saint est censé être un signe de contradiction et rétablir la raison dans un monde devenu fou. Chaque génération cherche instinctivement son saint", avait-il dit, “et il n'est pas ce que les gens veulent, mais plutôt celui dont les gens ont besoin... D'où le paradoxe de l'histoire qui veut que chaque génération soit convertie par le saint qui la contredit le plus”. La façon dont Chesterton a réussi à contredire la génération de son temps a été d'être heureux. Un bonheur authentique qui, pour être tel, n'exclut nullement la douleur, le labeur et les larmes.

    La lecture de Chesterton, en abrégé GKC, qu'il s'agisse de romans ou d'essais, laisse toujours au lecteur une grande sérénité et un sentiment d'espérance qui naissent non pas d'une vision iréniste et mondaine optimiste de la vie (ce qui est en fait le plus éloigné de la pensée de Chesterton, qui dénonce en détail toutes les aberrations de la modernité), mais de la force d'âme chrétienne et virile de l'expérience religieuse. La proposition de Chesterton est de prendre au sérieux la réalité dans sa totalité, en commençant par la réalité intérieure de l'homme, et d'utiliser avec confiance l'intellect - c'est-à-dire le bon sens - dans sa santé originelle, purifiée de toute incrustation idéologique.

    Il est rare de lire des pages comme les siennes, dans lesquelles il parle de foi, de conversion, de doctrine, aussi claires et incisives que dépourvues de tout excès sentimental et moralisateur. Cela découle de la lecture attentive de la réalité par Chesterton, qui sait que la conséquence la plus délétère de la déchristianisation n'a pas été la grave perte éthique, mais la perte de la raison, que l'on peut résumer par ce jugement : « Le monde moderne a subi un effondrement mental, bien plus conséquent que l'effondrement moral ». Face à ce scénario, Chesterton choisit le catholicisme et affirme qu'il existe au moins dix mille raisons pour justifier ce choix, toutes valables et fondées, mais toutes ramenées à une seule raison : le catholicisme est vrai, la responsabilité et la tâche de l'Église consistent donc en ceci : le courage de croire, tout d'abord, et ensuite d'indiquer les chemins qui mènent au néant ou à la destruction, à un mur aveugle ou à un préjugé. « L'Église, dit Chesterton, défend l'humanité contre ses pires ennemis, ces monstres anciens, ces hideux dévoreurs que sont les vieilles erreurs.

    Lire la suite

  • De l'hindouisme au catholicisme : Comment le bienheureux Carlo Acutis a inspiré un homme à se convertir

    IMPRIMER

    De Courtney Mares sur CNA :

    De l'hindouisme au catholicisme : Comment le bienheureux Carlo Acutis a inspiré un homme à se convertir

    Rajesh Mohur and Carlo Acutis
    Rajesh Mohur en compagnie de Carlo Acutis le jour de sa confirmation. | Crédit : Photo avec l'aimable autorisation d'Ignatius Press

    27 mai 2024

    Le 23 mai, le pape François a reconnu un miracle attribué à l'intercession du bienheureux Carlo Acutis, lui ouvrant ainsi la voie pour devenir le premier saint millénaire.

    Cet adolescent italien spécialisé dans le codage informatique, décédé d'un cancer en 2006, est connu pour sa grande dévotion à la présence réelle de Jésus dans l'Eucharistie. Son témoignage a incité ses propres parents à revenir à la pratique de la foi catholique et sa jeune fille au pair hindoue à se convertir et à se faire baptiser.

    Ce qui suit est un extrait adapté du livre "Blessed Carlo Acutis : A Saint in Sneakers" par Courtney Mares, correspondante de CNA à Rome.

    Le bienheureux Carlo Acutis a incité le fils d'un prêtre brahmane hindou à se faire baptiser en tant que catholique grâce au témoignage joyeux du jeune garçon de la présence de Jésus dans l'Eucharistie et de son amour pour les pauvres.

    Dans une interview, Rajesh Mohur a raconté son parcours spirituel et comment il a connu Acutis, le jeune informaticien qui a été le premier millénaire béatifié par l'Église catholique et le patron des Journées mondiales de la jeunesse [en août 2023].

    Mohur a grandi sur une petite île de l'océan Indien, au large de la côte africaine, à environ 500 miles à l'est de Madagascar. Comme la plupart des habitants de l'île Maurice, Mohur était hindou. Il a grandi en parlant le créole et en étudiant le sanskrit, la langue ancienne utilisée dans les écritures hindoues.

    La famille Mohur appartenait à la caste sacerdotale des brahmanes, la plus élevée des quatre castes de la société hindoue. Le père de Mohur était un prêtre hindou qui présidait l'association hindoue de l'île Maurice. 

    Mohur se souvient : "[Mon père] m'enseignait dès le début toutes les prières... les écritures, les écritures indiennes".

    À l'âge de 16 ans, le père de Mohur l'a envoyé en Inde pour poursuivre ses études à Gujarat, la ville où est né le Mahatma Gandhi. Pendant son séjour en Inde, Mohur s'est encore plus imprégné de la culture et des pratiques religieuses hindoues.

    J'ai visité tant de temples. J'ai rencontré tant de gourous au centre de méditation, et j'ai rencontré des swamis", a déclaré M. Mohur. 

    J'ai été témoin de tous ces endroits. C'était paisible, vous savez. C'était agréable. Mais votre vie ne change pas. ... J'étais à la recherche d'un Dieu vivant.''

    Mon voyage a toujours consisté à trouver quelque chose que je n'arrivais pas à réaliser au plus profond de moi-même.

    Lire la suite

  • L'Azerbaïdjan détruit une église à Berdzor (Artsakh)

    IMPRIMER

    L'Azerbaïdjan détruit une église à Berdzor (Artsakh)

    L'Azerbaïdjan a complètement détruit l'église de la Sainte Ascension (Surb Hambardzum) dans le district de Berdzor de l'Artsakh occupé (Nagorno-Karabakh).

    Raffi Kortoshian, cofondateur de la Fondation pour la recherche sur l'architecture arménienne, a partagé samedi sur Facebook des images satellite confirmant la destruction de l'église.

    La croix du dôme de l'église a été consacrée le 31 mai 1998, deux ans après le début de sa construction.

    Lire sur Aleteia.orgUne nouvelle église détruite dans le Haut-Karabagh

  • Ce bienheureux a souffert le martyre pendant la guerre civile espagnole.; il a été poignardé à mort par des révolutionnaires

    IMPRIMER

    Du Tagespost (Claudia Kock) :

    27 mai : Bienheureux Sixto Alonso Hevia

    Le bienheureux a souffert le martyre pendant la guerre civile espagnole. Il a été poignardé à mort par des révolutionnaires.

    27 mai 2024

    Reliquaire

    La « Chambre Sacrée » de la Cathédrale d'Oviedo contient de nombreuses reliques importantes, parmi lesquelles le « Linceul » qui, selon la tradition, était enroulé autour de la tête du Christ lors de son enterrement . En 1934, la salle explosa lors de la grève des mineurs asturiens.

    Lors de la même grève, six jeunes séminaristes furent assassinés. Ils ont été béatifiés dans la cathédrale le 9 mars 2019, avec trois autres séminaristes martyrs de la guerre civile espagnole. Dans son homélie, le cardinal Becciù, qui a procédé à la béatification au nom du pape François , a déclaré à propos des séminaristes assassinés : « Ils étaient enthousiastes, chaleureux et dévoués, et se consacraient entièrement au style de vie du séminaire de prière, d'étude, d'échange fraternel. et l'engagement apostolique. Ils ont toujours été déterminés à suivre l'appel de Jésus, malgré le climat d'intolérance religieuse, conscients de la trahison et des dangers auxquels ils seraient confrontés. Ils ont su endurer avec un courage particulier jusqu'au dernier moment de leur vie. » L'un des séminaristes béatifiés était Sixto Alonso Hevia, dont la fête est le 27 mai.

    Appel précoce

    Dès son plus jeune âge, Sixto souhaitait également devenir prêtre. Il apprend la lecture, l'écriture et le calcul auprès de son oncle, puis fréquente l'école primaire de Luanco et est accepté au séminaire à l'âge de 13 ans . Il étudiait avec enthousiasme et était un athlète passionné, aimait l'église et vénérait la Sainte Mère . Il ne s'intéressait pas aux questions politiques. Il passe les vacances d'été avec sa famille, qu'il soutient en aidant les dockers à récupérer les morceaux de charbon tombés à l'eau. Il a donc constitué une réserve de matériel de chauffage qui permettrait à la famille de passer l’hiver.

    Arrêté par les révolutionnaires

    Même lorsque la guerre civile espagnole éclata en juillet 1936, Sixto était avec sa famille. Il avait désormais terminé la troisième année de ses études de philosophie préparatoire à la théologie et devait retourner au séminaire après les vacances. Mais cela n'arrivait plus.

    Tout d'abord, lui et son père furent arrêtés par les révolutionnaires anticléricaux et emprisonnés dans l'église paroissiale transformée en prison. Il est alors contraint de rejoindre l’armée révolutionnaire. Avant son départ forcé pour Cangas de Onis, Sixto soupçonnait que la mort était imminente, car lors de son dernier jour dans la maison de ses parents, il avait pris une photo le montrant avec un confrère séminariste, avait peint une croix sur son propre tableau et avait écrit son nom sur il est de retour. Il a avoué à un prêtre coincé dans la maison et a prévenu sa famille : « S’il m’arrive quelque chose, vous devez leur pardonner ».

    Assassiné au port

    En fait, il n’a pas survécu longtemps parmi les révolutionnaires, car il a été rapidement soupçonné d’avoir fait défection à la première occasion. Le 27 mai 1937, alors que Sixto n'avait que 21 ans, il se trouvait au port de Ventaniella en train de déguster du chocolat lorsque des révolutionnaires se sont approchés de lui, l'ont maîtrisé, lui ont arraché ses vêtements et l'ont assassiné de plusieurs coups de couteau. Il a prié Dieu et a demandé à ses bourreaux de le laisser mourir.

    Le 19 mars 2013, les restes de Sixto Alonso Hevia, ainsi que ceux des huit autres séminaristes martyrs au cours de ces années, ont été transférés à la chapelle du Séminaire d'Oviedo.

  • Deux prêtres catholiques enlevés au Nigeria en l'espace d'une semaine

    IMPRIMER

    De Ngala Killian Chimtom sur le Catholic Herald :

    Deux prêtres catholiques enlevés au Nigeria en l'espace d'une semaine

    23 mai 2024

    YAOUNDÉ, Cameroun - Deux prêtres catholiques ont été enlevés au Nigeria en l'espace d'une semaine, soulignant la persécution continue à laquelle sont confrontés les chrétiens dans la nation la plus peuplée d'Afrique.

    Le père Oliver Buba, du diocèse de Yola, est le dernier prêtre enlevé au Nigeria. Il a été enlevé le 21 mai. Dans une déclaration publiée le même jour par l'évêque Stephen Mamza de Yola, le prêtre a été enlevé dans sa résidence de l'église catholique St Rita, dans la zone de gouvernement local de Numan.

    "C'est avec tristesse que nous informons le grand public de l'enlèvement de l'un de nos prêtres, le très révérend père Oliver Buba", indique le communiqué de l'évêque.

    "Nous invitons tous les fidèles du Christ et tous les hommes et femmes de bonne volonté à prier sincèrement pour que notre prêtre soit libéré rapidement et sain et sauf", a ajouté l'évêque, avant de confier la sécurité du prêtre aux soins affectueux de la Vierge Marie.

    Le porte-parole du commandement de la police de l'État d'Adamawa, Suleiman Nguroje, a confirmé l'incident mercredi, déclarant aux médias locaux que "nos agents de l'unité anti-kidnapping sont actuellement en train de ratisser partout pour sauver l'ecclésiastique et appréhender les malfaiteurs".

    L'enlèvement de mardi est survenu sept jours à peine après qu'un autre prêtre, le père Basil Gbuzuo du diocèse d'Onitsha, a été enlevé le 15 mai.

    Le père Prudentius Aroh, chancelier de l'archidiocèse d'Onitsha, a écrit que l'archevêque Valerian Maduka Okeke d'Onitsha invitait "tous les fidèles du Christ et tous les hommes et femmes de bonne volonté à prier sincèrement pour la libération rapide et sûre du prêtre, alors que nous intensifions nos efforts pour assurer sa liberté".

    "Nous recommandons notre frère à la puissante intercession de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère des prêtres, pour qu'il soit rapidement libéré des mains de ses ravisseurs", précise le communiqué.

    Le directeur de la Société internationale pour les libertés civiles et l'État de droit - appelée Intersociety - a déclaré que les enlèvements étaient devenus une épidémie au Nigeria.

    "C'est très, très décourageant", a déclaré Emeka Umeagbalasi.

    "Si l'on parle du nombre de prêtres catholiques, de séminaristes, de révérendes sœurs et d'autres leaders chrétiens, y compris les leaders des églises pentecôtistes, les leaders des églises africaines instituées enlevés au cours des dix dernières années, nous devrions parler de centaines de personnes", a-t-il déclaré à Crux.

    "Rien que cette année, pas moins de dix prêtres catholiques ont été enlevés", a-t-il ajouté, précisant que les enlèvements reposaient sur deux facteurs : économique et religieux.

    "Il y a ceux qui enlèvent des prêtres catholiques dans le but de promouvoir le radicalisme religieux. Les auteurs de cette catégorie sont des djihadistes, des bergers peuls et d'autres djihadistes", a déclaré M. Umeagbalasi.

    "La deuxième catégorie est celle des personnes qui enlèvent des prêtres afin d'obtenir une rançon, et cette pratique est généralement le fait d'entités criminelles violentes", a-t-il ajouté.

    En 2022, l'évêque de Sokoto, dans le nord du Nigeria, Mathew Hassan Kukah, a révélé qu'il avait dû dépenser environ 20 000 dollars pour libérer certains prêtres de son diocèse des mains de leurs ravisseurs.

    "Je suis l'évêque du diocèse de Sokoto, j'ai dépensé [...] de l'argent que je n'ai pas parce que mes prêtres ont été kidnappés et que je n'ai nulle part où aller. Je n'ai pas honte de le dire parce que ce sont des réalités essentielles", avait déclaré M. Kukah à l'époque.

    Les récents enlèvements s'inscrivent dans le contexte plus large de la persécution des chrétiens au Nigeria, un pays de plus de 230 millions d'habitants, presque également divisé entre chrétiens et musulmans.

    Les chiffres d'un consortium d'organisations de la société civile connu sous le nom de Groupe d'action conjointe de la société civile révèlent que 17 469 Nigérians - pour la plupart des chrétiens - ont été enlevés depuis 2019.

    Le Nigeria se classe au sixième rang mondial sur la liste de surveillance mondiale 2024, qui identifie les pays où les chrétiens subissent une persécution sévère. Cette liste est compilée par Portes Ouvertes, une ONG qui se consacre au soutien des chrétiens dans le monde.

    L'année dernière, Intersociety a publié un rapport glaçant qui révélait qu'au moins 52 250 chrétiens avaient été tués au Nigéria depuis 2009, lorsque le groupe islamiste Boko Haram a commencé sa campagne meurtrière pour créer un califat. Ces chiffres ont considérablement augmenté depuis.

    M. Umeagbalasi a déclaré que la vague d'enlèvements et de meurtres était la preuve de l'échec systémique de l'appareil de sécurité du pays.

    "Les mécanismes d'enquête dans ce pays sont morts parmi les agences de sécurité ; les renseignements sont morts, la police préventive est morte et les agences de sécurité générale au Nigeria sont d'inspiration islamique", a-t-il déclaré à Crux.

  • Cardinal Fernández : L'Eglise catholique est d'accord avec la déclaration des orthodoxes coptes condamnant l'activité homosexuelle

    IMPRIMER

    De Catholic Culture :

    Cardinal Fernández : L'Eglise catholique est d'accord avec la déclaration des orthodoxes coptes condamnant l'activité homosexuelle

    24 mai 2024

    Deux mois après que l'Église copte orthodoxe a suspendu le dialogue théologique avec l'Église catholique au sujet de Fiducia Supplicans, le cardinal Víctor Manuel Fernández s'est rendu en Égypte pour expliquer la déclaration sur le sens pastoral des bénédictions au chef de l'Église, le pape Tawadros II d'Alexandrie.

    Le préfet du dicastère pour la doctrine de la foi a expliqué lors de sa rencontre du 22 mai avec le pape copte que "ces bénédictions ne sont pas accordées à l'union entre des individus", selon Vatican News. "Si deux personnes se présentent ensemble, elles peuvent être bénies en faisant le signe de croix sur chacune d'elles et en ajoutant une courte prière. Mais cela doit se faire brièvement, spontanément, sans rite, sans vêtements liturgiques et sans aucune manifestation extérieure qui pourrait confondre cette bénédiction avec un mariage".

    Le cardinal Fernández a déclaré au pape copte que "l'Église catholique partage les enseignements" de la déclaration du 7 mars de l'Église copte orthodoxe sur l'homosexualité, selon Vatican News.

    Dans "La croyance de l'Église copte orthodoxe sur la question de l'homosexualité", le Saint Synode de l'Église a déclaré que "la Bible, dans les deux Testaments, condamne, met en garde et interdit les pratiques sexuelles entre deux personnes du même sexe". Le synode a cité Lévitique 18:22 et 20:13, Romains 1:26-28 et 1 Corinthiens 6:9-10.

    "En conséquence, l'Église copte orthodoxe rejette ce que l'on appelle la perversion sexuelle dans son acception générale et globale, ainsi que tous les types de pratiques sexuelles en dehors du cadre sacré du mariage", poursuit la déclaration.

    Selon Vatican News, le cardinal Fernández a également déclaré au pape copte que l'Église catholique "voyait d'un bon œil" l'"approche pastorale" de la déclaration du 7 mars.

    Dans son approche pastorale, le Saint-Synode a appelé les personnes tentées par l'activité homosexuelle à s'engager dans "des guerres de la pensée, de la vue et de l'attirance, tout comme les hétérosexuels".

    "Quiconque souffre de tendances homosexuelles et se contrôle par rapport aux comportements sexuels, ce contrôle lui est attribué comme une lutte", note la déclaration.

    Le synode poursuit :

    Quant à ceux qui tombent dans des comportements homosexuels, ils sont comme les hétérosexuels qui tombent dans le péché d'adultère/fornication, ayant besoin d'une véritable repentance. Tous deux ont besoin d'un suivi spirituel et psychologique continu. Ces suivis se sont avérés efficaces pour les tendances homosexuelles non désirées.

    Quant à ceux qui choisissent de se réconcilier avec leurs tendances homosexuelles, en se laissant aller à des actes homosexuels, en rejetant les traitements spirituels et psychologiques, et en choisissant de leur propre gré d'enfreindre le commandement de Dieu, leur condition devient pire que celle de celui qui vit dans [la lutte contre] l'adultère/la fornication. Par conséquent, ils doivent être avertis et exclus de la communion jusqu'à ce qu'ils se repentent.

    Lire aussi : Fiducia supplicans: le cardinal Fernández rencontre le patriarche Tawadros

  • 12 raisons de croire aux apparitions de Beauraing

    IMPRIMER

    De Jean-Pierre Snyers :

    12 raisons de croire aux apparitions de Beauraing
     
    Le sanctuaire de Beauraing fête en cette année 2024 le 75è anniversaire de la reconnaissance des 33 apparitions de la Vierge Marie en ce lieu. Ces apparitions sont-elles crédibles? Voici 12 raisons de croire en celles-ci, tout en sachant d'avance que si elles sont vraies, c'est tout le christianisme qui s'en trouve authentifié...
     
    -Dès que la Vierge apparaissait, les 5 visionnaires tombaient simultanément et brutalement à genoux sur les pavés et cela, sans aucune douleur. "C'est comme si ces pavés étaient des coussins", disaient-ils.
     
    -Interrogés séparément de très nombreuses fois par des spécialistes qui essayaient par tous les moyens de les piéger, jamais les 5 enfants n'ont pu être confondus.
     
    -Durant les apparitions, des médecins se sont livrés à des tests (tels que pincements, piqûres, brûlures...) sur les voyants. Résultat? Aucune réaction.
     
    -Si un objet (un chapeau par exemple) était placé devant leurs yeux pendant qu'ils voyaient, immédiatement ils l'écartaient car cela les empêchaient de voir. Ce fait indique clairement qu'il s'agit d'une vision extérieure et non simplement intérieure.
     
    -Si ces apparitions ne sont que des hallucinations, comment soutenir que 5 cerveaux d'enfants se soient "détraqués" au même instant à 33 reprises, tout en percevant la même "hallucination"? Aucun psychiatre ne soutiendra pareille absurdité.
     
    -Appelés à choisir entre 44 teintes de bleus, la couleur la plus proche d'un reflet sur la robe de Marie, les 5 enfants choisirent la même teinte sans avoir pu se concerter.
     
    -Le mercredi 28 décembre, la Vierge annonce que ce sera bientôt sa dernière apparition. Bientôt? En effet, ce mot prend tout son sens. A cette date, 27 apparitions se seront déjà déroulées et il n'en restera plus que 6 par la suite. Prophétie annoncée, prophétie réalisée.
     
    -Le 2 janvier 1933, Marie affirme qu'elle dira le lendemain quelque chose de particulier à chacun des enfants. A nouveau, prophétie réalisée. Je jour suivant, trois de ceux-ci reçoivent un secret et les deux autres un message particulier.
     
    -Pour décourager la foule, les Soeurs du pensionnat avaient lâché deux chiens agressifs qui aboyaient abondamment sur celle-ci. Mais dès que la Vierge apparaissait, ils se taisaient et se couchaient, devenant quelque part ainsi les premiers qui ont cru les 5 enfants.
     
    -Deux guérisons furent reconnue miraculeuse par l'Eglise
     
    -Tous les cinq enfants ont été toute leur vie d'une fidélité totale à ce qu'ils avaient vécu.  Ayant connu 3 de ceux-ci, j'ai toujours été impressionné par leur certitude absolue quant au fait que la Mère du Christ leur est apparue.
     
    -Beaucoup de bons fruits ont été constaté à Beauraing. On n'y compte plus le nombre de conversions, de grâces et de guérisons. Tant de personnes peuvent en témoigner.
  • Mise au point sur une campagne de dénigrement sur Internet, par Arnaud Dumouch

    IMPRIMER

    Chers amis,
    Depuis que j'ai relayé l'avis définitif de l'Eglise concernant la condamnation de l'apparition Mariale de Trévignano ( http://www.belgicatho.be/archive/2024/05/16/un-exemple-de-discernement-sur-une-fausse-apparition-notre-d-6498515.html ), les campagnes internet reprennent contre moi (dont l'adepte de Trévignano Fabienne Guererro) et répandent de nouveau le bruit Internet d'il y a quelques années à savoir :
    1° Que l'Institut Docteur Angélique n'existerait pas
    2° Que je n'aurais aucun diplôme.
    Pour couper court (une fois de plus) à ces rumeurs, je vous envoie les deux lettres que j'ai envoyées aujourd'hui à la chancelière du diocèse de Tournai et au père dominicain J.M. Maldamé (qui avait été le promoteur de ma thèse en doctorat fin des années 80)
    Voici le texte complet du projet de thèse (que je ne l'ai jamais soutenu oralement pour le moment) :
    Quant à l'institut docteur Angélique, il continue sa croissance avec 550 étudiants qui se sont inscrits à ce jour. http://docteurangelique.free.fr/accueil.html 
     
    MAIL A MADAME VERONIQUE JAMBE, DIOCAISE DE TOURNAI
    Objet : L’Institut “Docteur Angélique”
    de Mr A. Dumouch
    Bonjour Madame,
    On trouve en ce moment sur internet des réponses qui semblent venir de vous (voir ci-dessous).
    Si elles viennent bien de vous, puis-je vous demander de ne pas vous laissez circonvenir par les gens qui vous écrivent en disant que "je me réclamerais de l'évêché de Tournai". Ce n'est jamais le cas. Vérifiez vous-même.
    Et à l'avenir afin de ne pas démultiplier ces rumeurs pénibles, vous pouvez confirmer que monsieur Dumouch ne s'est jamais réclamé du diocèse de Tournai mais uniquement :
    1° d'une reconnaissance canonique du vicaire épiscopal de l'enseignement de Namur, monsieur l'abbé Henri Ganty
     
    2° d'une reconnaissance morale de l'archevêque émérite de Bruxelles, Monseigneur André Léonard.
    Je vous mets en pièce jointe les seuls documents qui donnent une légitimité à l'Institut docteur Angélique.
    Si ces réponses ne viennent pas de vous, ne tenez pas compte de ce message.
    Avec mes sentiments respectueux.
    Arnaud Dumouch
    MAIL AU PERE JEAN-MICHEL MALDAME OP : ​
    Bonjour Mon Père,
    On trouve en ce moment sur internet des réponses qui semblent venir de vous (voir ci-dessous).
    Si elles viennent bien de vous, puis-je vous demander de ne pas vous laissez circonvenir par des gens qui vous écrivent en disant que "je me réclamerais d'un doctorat en théologie de l'université catholique de Toulouse". Ce n'est jamais le cas. Vérifiez vous-même sur Internet.
    Pour mettre fin à ces rumeurs malveillantes, j'ai dû publier il y a douze ans la liste de mes diplômes sur internet et vous la trouverez à ce lien.
    Je n'ai jamais affirmé autre chose que la vérité :
    1° Avoir "commencé" des études doctorales à l'université de Toulouse et avoir terminé l'écriture de la thèse.
    2° Mais sans avoir jamais soutenu ce projet de thèse publiquement.
     
    D'autre part, je n'ai jamais cité votre nom ni ne me suis permis aucune remarque désagréable sur vous. Si les mails ci-dessous viennent bien de vous, je constate qu'ils sont beaucoup moins respectueux et chevaleresques.
    Et à l'avenir afin de ne pas démultiplier ces rumeurs pénibles, vous pouvez confirmer à vos correspondants que "monsieur Dumouch ne s'est jamais réclamé possesseur d'un doctorat mais uniquement des études pré doctorales et d'une agrégation d'enseignement de la religion catholique en Belgique"
    Avec mes sentiments respectueux.
    Arnaud Dumouch

  • La COMECE regrette la transformation de l'église Saint-Sauveur de Chora en mosquée : "Un nouveau coup dur pour le dialogue interreligieux"

    IMPRIMER

    shutterstock_1800218683-2

    logopress660

    La COMECE regrette la transformation de l'église Saint-Sauveur de Chora en mosquée : "Un nouveau coup dur pour le dialogue interreligieux

    La Commission des Épiscopats de l'Union européenne (COMECE) a commenté, jeudi 23 mai 2024, la récente mise en œuvre de la décision des autorités turques de transformer l'église Saint-Sauveur de Chora en mosquée. "Cette mesure dilue encore davantage les racines historiques de la présence chrétienne dans le pays. Toute initiative de dialogue interreligieux promue par les autorités turques perd de sa crédibilité".

    Quatre ans après la conversion de la basilique Sainte-Sophie en mosquée, la très symbolique église Saint-Sauveur de Chora, à Istanbul, suit le même chemin. Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a officiellement ouvert l'église chrétienne orthodoxe byzantine au culte islamique au début du mois de mai 2024.

    "C'est un pas de plus dans la dilution des racines historiques de la présence chrétienne dans le pays, et c'est une décision regrettable qui rendra la coexistence religieuse plus difficile. Avec cette action, toute initiative de dialogue interreligieux promue par les autorités du pays perdra inévitablement de sa crédibilité", déclare le Père Manuel Barrios Prieto, Secrétaire général de la COMECE.

    L'église du IVe siècle est un emblème du christianisme oriental et une mémoire vivante de la présence historique des chrétiens dans le pays. Le temple fait partie du patrimoine culturel mondial de l'UNESCO et a fonctionné comme musée pendant des décennies.

    En juillet 2020, la COMECE a commenté le changement de statut du monument du patrimoine mondial Sainte-Sophie, qui est passé de musée à temple musulman, estimant qu'il s'agissait d'un " coup porté au dialogue interreligieux ". À cette occasion, la COMECE a également souligné le "grave problème" de la Turquie en matière de discours de haine et de menaces à l'encontre des minorités nationales, ethniques et religieuses.

  • Soit le pape est mal conseillé, soit il ne comprend pas la Chine

    IMPRIMER

    De Dorian Malovic sur le site du journal La Croix (extraits) :

    En Chine, les catholiques chinois plus que jamais sur le qui-vive

    La journée mondiale de prière pour l’Église en Chine se tient ce vendredi 24 mai. Dans ce pays, les 12 millions de catholiques chinois restent une cible privilégiée du Parti communiste. Six ans après l’accord entre le Vatican et Pékin, et alors que le Saint-Siège a tendu la main à la Chine lors d’un colloque mardi 21 mai, les catholiques, officiels comme clandestins, ont un sentiment d’abandon, car la situation s’est profondément « dégradée » avec Xi Jinping.

    22/05/2024

    « Nous continuons à soigner nos personnes âgées et prions ensemble chaque jour dans la plus grande discrétion… Plus que jamais nous devons être extrêmement prudents car les autorités nous surveillent de très près. » Ces quelques mots soufflés sur messagerie cryptée à un journaliste occidental qui la connaît depuis longtemps pourraient coûter très cher à sœur Claire, pseudonyme qu’elle s’est choisi pour ne pas être repérée par les services très sophistiqués de cybersurveillance chinois. « Les yeux et les oreilles du Parti communiste chinois ne dorment jamais. »

    À lire aussi : Relations Chine-Vatican : le Saint-Siège prêt à voir l’Église revêtir un « visage chinois »

    Depuis son monastère clandestin camouflé en maison de retraite aux confins de la province minière du Shanxi au nord de la Chine, sœur Claire mène une vie monastique depuis plus de vingt ans avec trois autres religieuses. « Dieu me regarde aussi, mais lui me protège. » À ses yeux, l’accord signé en octobre 2018 et toujours en vigueur, permettant au Vatican et à la Chine de nommer, d’un commun accord, des évêques dans tout l’empire du Milieu, « n’a pas changé grand-chose ; pire, car les cadres de l’Association patriotique des catholiques chinois (APCC) (1) sentent leur légitimité renforcée et nous contraignent à suivre les directives centrales du parti. » Quitte à utiliser la contrainte physique. Sœur Claire reconnaît toutefois que pour les 12 millions de catholiques chinois, « officiels » comme « clandestins », la situation s’est profondément « dégradée » depuis l’arrivée au pouvoir du leader Xi Jinping en 2012.

    Avec Xi Jinping, un basculement dramatique

    À plus d’un millier de kilomètres de là, encore en sécurité dans son diocèse de Hong Kong, Annie, catholique militante de 60 ans, ressent ce « basculement dramatique depuis plusieurs années ». Pour cette fidèle très engagée en Chine où elle a souvent enseigné pendant trente ans, « nous sommes presque revenus à la fin des années 1970 quand nous ne savions rien de ce qui se passait au-delà du rideau de bambou ». Très rares aussi aujourd’hui sont les prêtres, religieuses ou fidèles chinois qui osent s’exprimer par téléphone, mail ou messagerie, même cryptée. « C’est trop dangereux. »

    Les informations circulent très mal, ou pas du tout. Se rendre sur place est tout aussi risqué. « Je n’ose plus aller sur le continent pour visiter une paroisse, confie Chan, journaliste catholique hongkongais. Je mettrais en danger les prêtres et les fidèles rencontrés, la surveillance s’est renforcée, des caméras sont installées devant les églises… »« Lorsqu’on arrive à joindre une connaissance de longue date, raconte Annie, elle ne parle pas, et encore moins sur l’accord de 2018. » Comme si le sujet était radioactif.

    Lire la suite

  • Niger : les chrétiens fuient après l’introduction de la charia

    IMPRIMER

    D'Open Doors via kath.net/news :

    Niger : les chrétiens fuient après l’introduction de la charia

    23 mai 2024

    Pasteur évangélique : « Quand les djihadistes sont arrivés, ils ont dit que tous les chrétiens devaient payer 50 000 francs ; Quiconque n’en a pas les moyens doit accepter l’Islam. »

    Kelkheim (kath.net/Open Doors) « Quand les djihadistes sont arrivés, ils ont dit que tous les chrétiens devaient payer 50 000 francs ; Quiconque n’en a pas les moyens doit accepter l’islam. » C’est ce que rapporte le pasteur Yandi de la région de Tillabéri, au sud-ouest du Niger. Des annonces similaires ont été faites dans au moins sept villages de la zone, obligeant 357 familles chrétiennes à fuir depuis le 2 mai.

    Quiconque paie la capitation est autorisé à rester - en tant qu'esclave

    Le pasteur Yandi est chez lui dans la commune de La Tapoa, où les jihadistes ont rassemblé tous les habitants sur la place du marché le 16 avril 2024. Ils ont dit aux personnes rassemblées qu'à partir de ce jour, tous les hommes âgés de 15 ans et plus devraient payer la taxe islamique (« Jizya ») à moins qu'ils n'acceptent de se convertir à l'islam. La jizya est perçue conformément à la loi islamique auprès des résidents non musulmans des États musulmans. Cela introduira au moins partiellement la charia dans les zones touchées. Dans leur annonce, les islamistes ont en outre déclaré que cette réglementation s'appliquait à tous les villages sous leur contrôle. Les 50 000 francs ouest-africains requis correspondent à environ 76 euros.

    Dans le même temps, selon les contacts locaux de Portes Ouvertes, il a été fortement conseillé à tous les villageois de se convertir à l’islam. Quiconque paie l'impôt requis est toujours autorisé à rester dans son village, mais aux conditions suivantes : Toutes les personnes concernées et leurs familles sont gardées comme esclaves. Tous vos biens deviennent automatiquement la propriété des djihadistes. Ceux qui ne veulent pas (ou ne peuvent pas) se convertir à l’islam ou payer la jizya sont autorisés à quitter le village, mais n’emportent rien avec eux à l’exception des vêtements qu’ils portent.

    Un avenir incertain nécessite une aide urgente

    Selon nos partenaires locaux, outre La Tapoa, les jihadistes se sont rendus dans six autres villages de la région de Tillabéri pour annoncer leur nouvelle loi. Résultat, 357 familles chrétiennes ont cherché refuge dans la ville de Makalondi. De nouveaux sont ajoutés chaque jour.

    « [À cause de cette annonce] nous avons fui et sommes venus ici sans rien. Nous ne pouvions même pas emporter nos provisions de nourriture avec nous. C'est très difficile pour nous de trouver une place ici, il n'y a pas de logement pour nous », a expliqué le pasteur Yalitchoi.

    En ce moment, les chrétiens se blottissent sous les arbres, cherchant un abri contre le soleil brûlant. Cependant, la saison des pluies ne tardera pas à commencer, ce qui rendra la vie encore plus difficile pour les chrétiens déplacés à Makalondi.

    La situation sécuritaire au Niger s'est détériorée ces dernières années, notamment dans les zones frontalières avec le Nigeria, le Burkina Faso et le Mali. Des groupes armés y ont installé des bases et mènent à plusieurs reprises des attaques contre les forces de sécurité et la population civile. En 2017, le gouvernement a déclaré l'état d'urgence dans les régions de Diffa, Tahoua et Tillabéri. Les jihadistes ciblent particulièrement les chrétiens et les animistes dans les villages, raison pour laquelle des dizaines de milliers de personnes ont fui leurs villages depuis le début des troubles.

    Nos partenaires évaluent actuellement la manière dont ils peuvent aider au mieux les personnes déplacées. Cependant, comme la région est très rurale et difficile d’accès, les efforts de secours posent des défis majeurs.

  • Chine-Vatican : quand on réécrit l'histoire pour légitimer l'accord

    IMPRIMER

    De Riccardo Cascioli sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Chine-Vatican, l'histoire est réécrite pour légitimer l'accord

    Nombreux intervenants chinois, message vidéo du Pape et discours du Secrétaire d'Etat du Vatican, le Card. Parolin : le Concile de Shanghai de 1924 commémoré par deux conférences à Milan et à Rome pour promouvoir « l'esprit » de l'accord secret sur la nomination des évêques. Un forcing historique sur le dos des catholiques chinois.

    22_05_2024

    « Nous espérons depuis longtemps pouvoir avoir une présence stable en Chine, même si elle n'a pas d'abord la forme d'une représentation pontificale, d'une nonciature apostolique... ». C'est dans cette perspective, tracée par les mots du Secrétaire d'Etat du Vatican, le Cardinal Pietro Parolin, qu'il faut interpréter la conférence sur le 100ème anniversaire du Concile de Shanghai, à laquelle Mgr Parolin a également participé hier, 21 mai.

    En réalité, il s'agissait d'une commémoration en deux temps : le lundi 20 à Milan, organisée par l'Université catholique, et hier précisément à Rome, organisée par l'Université pontificale Urbanienne ; toutes deux rendues possibles par la Communauté de Sant'Egidio, qui fait tant pour promouvoir l' » esprit » de l'accord secret controversé entre la Chine et le Saint-Siège, signé en 2018, renouvelé tous les deux ans et maintenant sur le point d'être définitivement approuvé.

    Tant à Milan qu'à Rome, il y avait une forte présence chinoise parmi les orateurs, tous manifestement liés au régime communiste de Pékin, évêques compris : à Milan, l'évêque mongol de Hohhot (Meng Qinglu qui a participé à plusieurs opérations illégales de blanchiment d'argent et de corruption) qui a participé à plusieurs ordinations épiscopales illégitimes, même après l'accord de 2018 ; à Rome, par ailleurs, l'évêque de Shanghai, Joseph Shen Bin, protagoniste de la fameuse « gifle » du régime communiste au Saint-Siège : il a été installé à Shanghai le 4 avril 2023 par le gouvernement et le Pape, dos au mur, ne l'a reconnu que le 15 juillet suivant. Le fait qu'il s'exprime aujourd'hui lors d'une conférence au Vatican en dit long sur le rapport de force établi par l'accord et surtout sur la volonté du Vatican de tout concéder pour planter un drapeau à Pékin.

    Il n'est donc pas surprenant que le souvenir du Concilium Sinense de Shanghai (mai-juin 1924) ait été l'occasion de réinterpréter l'histoire pour les besoins d'aujourd'hui. Mais qu'est-ce que le Concile de Shanghai ? C'est avant tout la manière dont les indications au monde missionnaire que le pape Benoît XV avait données dans sa Lettre apostolique Maximum Illud (1919) ont commencé à être mises en œuvre en Chine : le pape constatait que dans diverses parties du monde, la tâche missionnaire était freinée par la dépendance excessive du clergé à l'égard des puissances coloniales qui contrôlaient ces régions ; d'où, par exemple, la nécessité de promouvoir la création d'un clergé autochtone « parfaitement formé » : « De même que l'Église de Dieu est universelle et n'est donc étrangère à aucun peuple, de même il convient que dans chaque nation il y ait des prêtres capables de diriger, comme maîtres et guides, leurs propres compatriotes sur le chemin de la santé éternelle ».

    Monseigneur Celso Costantini, envoyé comme délégué apostolique en Chine par le pape Pie XI à la fin de l'année 1922, fut le grand directeur de ce voyage et, dès 1926, six évêques chinois furent ordonnés à Rome, une manière de souligner que l'« indigénisation » de l'Église était étroitement liée à son universalité.

    La tentative pas trop voilée des deux conférences de célébration de ces jours-ci est de créer un parallèle entre ce processus de « nationalisation » et l'actuelle « sinisation » imposée par le président chinois Xi Jinping par l'intermédiaire de l'Association patriotique des catholiques chinois, et approuvée par les hiérarchies du Vatican. C'est ce que démontre également un passage du message vidéo du pape François à la conférence romaine, lorsqu'il déclare : « À Shanghai, les pères réunis dans le Concilium Sinense ont vécu une expérience authentiquement synodale et ont pris ensemble d'importantes décisions. L'Esprit Saint les a réunis, a fait grandir l'harmonie entre eux, les a conduits sur des chemins que beaucoup d'entre eux n'auraient pas imaginés, en surmontant même les perplexités et les résistances. C'est ce que fait l'Esprit Saint qui guide l'Église ». En pratique, dit le pape, l'Esprit Saint, par le biais de la synodalité, les a fait passer de l'opposition à l'ordination du clergé local à l'ouverture de « nouvelles voies ». En d'autres termes, c'est ce que nous faisons aujourd'hui : ceux qui critiquent l'accord avec la Chine ne sont pas ouverts à l'Esprit Saint.

    Le parallèle avec le Concile de Shanghai est cependant une dérive historique évidente. Non seulement en raison du contexte politique et social de l'époque, totalement différent de l'actuel : la Chine vivait encore dans la tourmente de la révolution républicaine de 1911-12 qui avait renversé la dynastie Qing, de la Première Guerre mondiale et de la saison des seigneurs de la guerre. Une situation bien éloignée de celle de l'actuel régime totalitaire qui contrôle aujourd'hui toute la Chine d'une main de fer et tend à s'étendre.

    Mais surtout, dans les documents des papes Benoît XV et Pie XI, dans les travaux de Monseigneur Costantini, dans les actions des grandes figures catholiques chinoises de l'époque (également rappelées dans ces conférences), il est clair que la seule préoccupation réelle était « l'annonce du Christ ». C'est l'élan missionnaire qui a poussé à trouver les meilleurs moyens d'apporter le Christ à chaque homme, à chaque peuple. Il n'y avait pas de calculs politiques, mais les missionnaires étaient rappelés à leur vocation première : « ils ne sont pas envoyés par leur pays, mais par le Christ ». Le processus d'indigénisation du clergé est donc le fruit du zèle missionnaire. En revanche, lors des conférences de Milan et de Rome, on percevait clairement le chemin inverse : systématiser l'Église de manière à légitimer sa « nationalisation », mais précisément dans le sens souhaité par le régime communiste. Au fond, tous les discours impliquaient cet objectif.

    Il y a un deuxième aspect très important, pour révéler le mensonge sournois sur lequel reposent certaines positions. En forçant le parallèle entre l'attitude du Vatican d'aujourd'hui et celle du siècle dernier, on passe sous silence tout ce qui s'est passé au cours des cent dernières années, et ce qui se passe encore aujourd'hui. L'Eglise chinoise, même si elle est peu nombreuse, a donné de grandes preuves de foi par le martyre : rien que depuis l'avènement du régime communiste en 1949, des milliers de catholiques chinois ont payé de leur sang leur appartenance au Christ et leur fidélité au Pape. Et ils paient encore cette appartenance par une persécution systématique, aggravée après les accords Chine-Saint-Siège de 2018. Une persécution qui s'est désormais étendue à Hong Kong, où des dizaines et des dizaines de catholiques sont en prison. C'est le martyre et la fidélité de tant de personnes qui prouvent que l'Église est vraiment devenue chinoise ; c'est la véritable « sinisation », qui devrait se poursuivre.

    Au lieu de cela, un silence tragique s'est abattu sur toute cette réalité depuis le Vatican ; lors des deux conférences sur le Concile de Shanghai, il aurait semblé à un auditeur ignorant de la situation réelle que c'était à l'Église de s'amender de ses péchés à l'égard de la Chine. Car l'auditeur ignorant ne sait pas que le silence est le prix à payer pour espérer « avoir une présence stable » à Pékin. Au détriment des catholiques chinois.