Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Débats

  • Le cardinal Brandmüller ne mâche pas ses mots

    IMPRIMER

    De FSSPX Actualités :

    Cardinal Brandmüller : « Des oasis dans le désert »

    11 avril 2024

    Le cardinal Walter Brandmüller, qui a fêté ses 95 ans au début de l’année, a publié un article sur le site de langue allemande Kath.net, dans lequel il ne mâche pas ses mots contre l’Eglise d’Allemagne – ce qui n’est pas la première fois – mais il développe une réflexion sur la conduite à tenir dans la situation actuelle, qui se tourne assez franchement vers la tradition.

    Le cardinal Brandmüller, qui a signé les deux lettres de dubia adressées au pape François, en 2016 et en 2023, a repris la plume pour déplorer l’état de l’Eglise et pour proposer des solutions aux prêtres et aux fidèles dans la situation de crise actuelle.

    Un constat désabusé sur le résultat du Chemin synodal

    Il note que « comme on pouvait s’y attendre, la “voie synodale” est depuis longtemps en train de se perdre dans l’inconnu ». Le bilan : des millions d’euros d’impôts ecclésiastiques dépensés et « la discorde sur des questions centrales de foi et de morale », même parmi les évêques, qui permettent de parler d’hérésie et de schisme.

    L’état du catholicisme en Allemagne est « une apostasie de masse ». Quant aux séminaires, quand ils ne sont pas fermés, ils sont presque vides. « Mais, constate le cardinal, les lieux de formation de certaines communautés – comme la Fraternité Saint-Pierre, l’Institut du Christ-Roi, la Communauté Saint-Martin, le couvent Heiligenkreuz – (…) jouissent d’une vie active et croissante. »

    Une période de chrétienté révolue

    Le cardinal historien rappelle que « la doctrine sociale catholique a été à la base de la reconstruction et du développement de la République fédérale d’Allemagne sous Konrad Adenauer ». Mais avec le succès du miracle économique allemand « les nuages de plus en plus épais de l’esprit matérialiste de l’époque ont commencé à bloquer la vue du ciel ».

    La vague de biens terrestres « a submergé le pays ». Il en est résulté « une société postchrétienne et athée, dans laquelle le christianisme, l’Eglise, n’a plus qu’une existence de niche. Elle est ignorée, méprisée, combattue. » Ainsi « dans la plupart des régions d’Allemagne, l’Eglise a dû troquer son ancienne place dans la tribune d’honneur contre le banc des accusés ».

    Une société dénaturée et apostate devant laquelle il faut réagir

    Le constat note encore que « la législation récente a fixé des normes dans le domaine du mariage, de la famille et de la santé, qui se moquent de la morale chrétienne et de la doctrine sociale, voire de l’anthropologie développée depuis l’Antiquité classique ». Ainsi « presque toutes les perversions imaginables, de la fécondation in vitro à l’euthanasie et au suicide assisté, ont été admises ».

    Il faut donc réagir : « le chrétien, le catholique doit trouver, créer des oasis dans ce désert humain, culturel, où il peut encore respirer librement et survivre ». Cela nécessitera de passer d’une « Eglise fortement présente à une Eglise de petites communautés ». Cette évolution, pour le cardinal, est inéluctable.

    Redonner sa place au prêtre…

    Pour accomplir cette évolution, le cardinal réclame « une accentuation plus décisive de l’image que les prêtres ont d’eux-mêmes ». Pour décrire cette image, le prélat fait appel à « l’ancien rite d’ordination » qui énumérait les devoirs du prêtre : « offrir le saint sacrifice, bénir, diriger la communauté, prêcher et baptiser ».

    Et il ajoute qu’il « n’est pas fait mention de la gestion du ministère paroissial, des comités ou de la gestion des biens et des institutions sociales ou d’autres “œuvres” ». Il note enfin que « cette liste d’obligations date du Moyen-Age, mais elle contient précisément les activités pour lesquelles le prêtre est aujourd’hui ordonné, comme il l’a toujours été ».

    Il enfonce nettement le clou : « le catholicisme de comité et de réunion, qui a fleuri depuis Vatican II, est de toute façon devenu un modèle en voie de disparition, sur lequel personne ou presque – à l’exception des “fonctionnaires” du Comité central – ne versera une larme ».

    Aussi, « cette distinction, qui ne réserve au prêtre que le “praeesse” – la présidence – la direction de la communauté, devrait être faite pour permettre au prêtre d’être libre d’accomplir sa véritable mission : la prédication, la liturgie, l’administration des sacrements et la pastorale ». Autrement dit, tout ce dont les novateurs veulent le dépouiller.

    … et aux laïcs la leur

    Quant aux laïcs, explique le cardinal Brandmüller, « tout comme les prêtres, ils répondent à une vocation propre. Leur domaine de responsabilité n’est pas la chaire et l’autel, mais, comme le souligne Vatican II, “le monde” dans lequel l’Eglise doit accomplir sa mission. »

    Ainsi, une saine répartition des tâches « à condition que les collaborateurs soient choisis avec soin et que la confiance mutuelle règne » permettrait au prêtre « de gagner le temps nécessaire à la préparation consciencieuse de la prédication, de la catéchèse, de l’entretien pastoral, et à sa propre vie spirituelle ».

    Le cardinal conclut sur ces mots : « des communautés vivantes, telles des îles dans la mer, pourraient offrir un havre de paix aux personnes désorientées qui dérivent sur les vagues de l’esprit du temps ».

    Quoique l’analyse cardinalice vise premièrement et principalement l’Allemagne, elle doit être étendue à tous les pays catholiques, qui subissent, peu ou prou, d’une manière ou d’une autre, cette « apostasie silencieuse » déjà dénoncée par Jean-Paul II. Le plan que le cardinal allemand envisage pour son pays, doit être réalisé dans toute la chrétienté. (...)

  • IVG : les députés européens ont voté un texte symbolique qui va loin dans l’ingérence

    IMPRIMER

    De Gènéthique magazine :

    IVG : les eurodéputés votent un texte symbolique qui va loin dans l’ingérence

    12 avril 2024

    Le 11 avril, les députés européens ont adopté une résolution non contraignante en faveur de l’inscription du « droit à l’avortement » dans la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne (UE). Un vote avant tout symbolique, mais qui va loin dans l’ingérence.

    La résolution avait déjà été discutée le 7 juillet 2022, mais elle avait alors suscité l’opposition de plusieurs États membres (cf. L’avortement dans la Charte des droits fondamentaux : une simple déclaration symbolique ?). Le débat a été relancé après l’inscription de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) dans la Constitution française (cf. Inscrire l’IVG dans la Charte des droits fondamentaux de l’UE ? Un débat au Parlement). Opportunisme politique ?

    La résolution a été présentée par les groupes Socialistes et démocrates (S&D), Renew Europe (centristes et libéraux), les Verts et The Left (gauche radicale). Elle a été approuvée, sans pour autant obtenir la majorité. En effet, le texte a été voté avec 336 voix pour, 163 contre et 39 abstentions, sur les 705 députés européens que compte le Parlement. Parmi les eurodéputés français, seuls 2 se sont opposés à la résolution, Nicola Bay (Reconquête) et Mathilde Androuet (RN).

    Atteinte à la souveraineté des Etats

    Le Parlement européen demande que l’article 3.2 de la Charte soit modifié comme suit : « toute personne a le droit à l’autonomie corporelle, et un accès libre, éclairé, complet et universel aux droits génésiques et sexuels ainsi qu’à tous les services de soins de santé connexes sans discrimination, notamment à un avortement sans risque et légal ». La résolution ne se limite toutefois pas à cela.

    Les députés condamnent « avec la plus grande fermeté le recul des droits des femmes et toutes les tentatives réactionnaires visant à restreindre ou à supprimer les garanties en matière de santé sexuelle et génésique et d’égalité des genres dans le monde ». Ils prient « instamment les États membres de dépénaliser pleinement l’avortement, conformément aux lignes directrices de l’OMS de 2022, et de supprimer et combattre les obstacles à l’avortement sûr et légal » (cf. Comment l’OMS est manipulé pour promouvoir l’avortement et le contrôle démographique). La Pologne et Malte sont ici directement visés, et exhortés d’« abroger leurs lois et autres mesures concernant les interdictions et restrictions à l’avortement » (cf. Avortement : Malte pointée du doigt par l’Europe). Outrepassant les traités de l’UE, le Parlement empiète sur la souveraineté des Etats membres. Conformément au principe de subsidiarité inscrit dans le traité de Lisbonne, la réglementation de l’avortement devrait pourtant être laissée à l’appréciation des pays membres de l’UE.

    Le 9 avril, la Commission des épiscopats de l’Union européenne (Comece) s’est opposée à la résolution, soulignant que la charte « ne peut inclure des droits qui ne sont pas reconnus par tous et qui sont source de division »[1]. Elle a enjoint l’Union européenne de « respecter les différentes cultures et traditions des États membres et leurs compétences nationales », de ne pas « imposer aux autres » « des positions idéologiques sur la personne humaine, la sexualité et le genre, le mariage et la famille » (cf. Avortement : vers un « droit universel et effectif » ?). Un appel qui ne semble pas avoir été entendu des députés.

    « Donner la priorité à des agendas politiques radicalisés au détriment des droits fondamentaux »

    La clause de conscience est également visée par la résolution qui « condamne le fait que, dans certains États membres, certains médecins, voire des établissements médicaux entiers, refusent de pratiquer des avortements, sur la base de la “clause de conscience” ». Encore une remise en cause de cette clause pourtant essentielle pour l’exercice des soignants (cf. IVG : « la disparition de la clause de conscience conduirait des soignants à démissionner »).

    Enfin, les députés invitent la Commission à mettre fin au financement européen « des organisations qui luttent contre l’égalité entre les hommes et les femmes et les droits des femmes, y compris les droits en matière de reproduction ». Il y a de quoi s’interroger sur les conséquences pour la liberté d’expression. L’existence d’un débat restera-t-il possible ? (cf. « Deuil caché » : « une réhabilitation de la souffrance » des femmes qui ont avorté) ou s’agit-il de réduire au silence les associations pro-vie ?

    « Il est profondément inquiétant de voir le Parlement européen donner la priorité à des agendas politiques radicalisés au détriment des droits fondamentaux et des droits de l’homme » a déclaré Marina Casini, présidente de la fédération européenne One of Us. Avec le vote de cette résolution, le Parlement européen s’écarte de manière significative des principes de respect de la vie et de la dignité humaine, qui sont pourtant à la base du projet européen et figurent dans la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne[2] (cf. « L’avortement n’est pas un droit. Il demeure une dérogation au respect de la vie. »). Pour plaire au lobby féministe, faut-il de violer les principes juridiques de l’Union européenne ?

    Comme le rappelait la COMECE dans sa déclaration, l’avortement « ne pourra jamais être un droit fondamental. Le droit à la vie est le pilier fondamental de tous les autres droits de l’homme » (cf. GPA, euthanasie, genre : « dénoncer ces violations de la dignité humaine est un devoir »). L’avortement va « à l’encontre d’une véritable promotion de la femme et de ses droits » (cf. Inscrire le « droit à l’avortement » dans la Charte des droits fondamentaux de l’UE : une initiative politique qui ne sert pas les femmes). « L’être humain est une fin en soi et jamais un moyen pour résoudre d’autres problèmes. Si l’on perd cette conviction, on perd aussi la base solide et durable de la défense des droits de l’homme, qui seront toujours soumis aux caprices passagers des puissants ».

    Un texte qui n’aboutira pas

    La résolution va désormais être transmise au Conseil et à la Commission. Elle n’a toutefois aucune chance d’aboutir, toute révision de la charte nécessitant l’accord unanime des 27 pays membres de l’UE. Or, la manière de légiférer sur le « droit à l’avortement » diffère dans chaque pays. Certains Etats ne l’autorisent que dans des circonstances particulières.

    Ainsi, en Pologne, l’IVG n’est autorisée qu’en cas de viol ou d’inceste, ainsi que lorsque la vie de la mère est en danger (cf. Pologne : la loi sur l’avortement hors de cause dans le décès d’une femme enceinte). Les députés polonais ont toutefois ouvert le 11 avril des discussions visant à assouplir la législation sur l’avortement. La Coalition civique du Premier ministre Donald Tusk a en effet présenté un projet de loi destiné à légaliser l’avortement jusqu’à la 12e semaine de grossesse, et trois autres propositions similaires, émanant de ses partenaires dans la coalition gouvernementale, seront également débattues (cf. Pologne : deux propositions de loi pour légaliser l’avortement). Un premier vote aura lieu le 12 avril. Son issue est incertaine.

    A Malte, la législation a, elle, été assouplie en juin 2023, et l’avortement est autorisé si la vie de la mère est en danger, ou si le fœtus n’est pas viable (cf. Malte : Le Parlement adopte une loi sur l’avortement).

    --------------

    [1] Pour la Comece, l’avortement ne sera jamais un droit fondamental, Vatican news (09/04/2024)

    [2] L’article 1 de la Charte des droits fondamentaux de l’UE stipule que : « La dignité humaine est inviolable. Eelle doit être respectée et protégée ». L’article 2 indique que « toute personne a droit à la vie » et que « nul ne peut être condamné à la peine de mort ni exécuté ».

  • La grande annonce de Trump sur l'avortement est une grande déception

    IMPRIMER

    Du National Catholic Register :

    La grande annonce de Trump sur l'avortement est une grande déception

    ÉDITORIAL : Alors que le document du Vatican "Dignitas Infinita" est moralement cohérent, l'annonce du candidat républicain à la présidence concernant l'avortement, publiée le même jour, est tout sauf cohérente.

    11avril 2024

    Le 8 avril, le Vatican et l'ancien président Donald Trump ont tous deux fait des déclarations importantes sur l'avortement et d'autres questions liées à la vie, ajoutant une dose supplémentaire de drame à la journée de l'éclipse solaire totale ici aux États-Unis.

    Il y avait beaucoup à digérer.

    La bonne nouvelle est que la déclaration du Vatican, intitulée Dignitas Infinita, réitère avec force l'enseignement constant de l'Église contre l'avortement, l'euthanasie, le suicide assisté, la maternité de substitution, la pauvreté, l'idéologie du genre et d'autres graves atteintes à la dignité humaine.

    La mauvaise nouvelle, de l'avis de nombreux membres du mouvement pro-vie, est que M. Trump a révélé qu'il n'était pas favorable à une interdiction fédérale de l'avortement, préférant que les États adoptent leurs propres lois.

    Marjorie Dannenfelser, de Susan B. Anthony Pro-Life America, et Lila Rose, de Live Action, ont fait partie des dirigeants pro-vie qui ont vivement critiqué l'ancien président, l'accusant d'avoir préféré le pragmatisme politique au leadership de principe dans la défense du droit à la vie.

    Deux jours plus tard, ils ont eu d'autres raisons d'être déçus lorsque M. Trump s'est joint aux partisans de l'avortement pour décrier une surprenante décision de justice en Arizona qui a rétabli l'interdiction quasi-totale de l'avortement dans cet État en 1864, qui était encore en vigueur en 1973, lorsque la décision historique Roe v. Wade a interdit de telles restrictions au niveau de l'État, en déclarant que la décision "allait trop loin". Il a également précisé que, s'il était élu, il ne signerait pas une loi fédérale limitant l'avortement à 15 semaines si le Congrès parvenait à l'adopter.

    La tentative de M. Trump de recentrer la politique du Parti républicain en matière d'avortement peut ou non s'avérer astucieuse sur le plan politique, puisque les sondages montrent que l'avortement est la seule question de premier plan sur laquelle il n'a pas d'avance sur le président Joe Biden dans sept États clés. Mais cela signifie que le mouvement pro-vie a perdu son porte-drapeau national (bien qu'inconstant) à l'approche des élections de novembre, qui comprendront une nouvelle série de mesures de vote sur l'avortement dans les États.

    C'est une étrange coïncidence que l'annonce de M. Trump et le document du Vatican soient tombés le même jour. Ce dernier ne contient aucune surprise majeure, mais il démontre de manière convaincante que les positions de l'Église sur une série de questions brûlantes apparemment disparates ont une racine commune : un profond respect pour la dignité inhérente, inaliénable et donnée par Dieu à l'homme.

    Mais si Dignitas est moralement cohérent, l'annonce de Trump est malheureusement tout sauf cela. À l'instar du document du Vatican, M. Trump a tenté de définir sa position à l'aide d'un thème général : la volonté du peuple.

    "Les États détermineront par le vote ou la législation, ou peut-être les deux, et ce qu'ils décideront devra être la loi du pays", a-t-il déclaré. "En fin de compte, a-t-il souligné, il s'agit de la volonté du peuple.

    Certes, M. Trump n'a pas toujours été le porte-parole le plus éloquent de la cause pro-vie. Et l'on peut se demander si une interdiction nationale de 15 semaines, qui n'empêcherait pas la plupart des avortements, est la politique la plus prudente à mettre en œuvre. Il n'en reste pas moins qu'il est affligeant d'entendre Trump parler de l'avortement comme il l'a fait.

    Et si la volonté du peuple était d'autoriser l'avortement à n'importe quel stade et pour n'importe quelle raison ? Si M. Trump estime que le droit à la vie est réellement inaliénable, comment peut-il se satisfaire que les enfants à naître soient protégés dans certains États et laissés sans défense dans d'autres ?

    Si M. Trump a encouragé les États à "faire ce qu'il faut", il n'a jamais précisé ce qu'était ce qu'il fallait faire. "Vous devez suivre votre cœur sur cette question. Mais n'oubliez pas, a-t-il souligné, que vous devez aussi gagner les élections pour restaurer notre culture et, en fait, pour sauver notre pays, qui est actuellement, et très tristement, une nation en déclin".

    Il est également affligeant de constater que M. Trump a profité de l'occasion pour exhorter les républicains à soutenir à fond la fécondation in vitro. Il semble ne pas être informé ou ne pas s'intéresser au fait que la FIV entraîne la destruction massive de vies humaines, ou que la loi de l'Alabama dont il a fait l'éloge lors de son annonce du 8 avril met les cliniques de FIV qui détruisent ou perdent la trace d'enfants embryonnaires par négligence totalement à l'abri des actions en responsabilité des parents. En quoi est-ce une position pro-famille ?

    Le mouvement pro-vie a une énorme dette de gratitude envers Trump pour avoir tenu sa promesse de renverser Roe grâce à ses trois nominations solides à la Cour suprême. Et il ne fait aucun doute que sa position recalibrée reste très éloignée de la promesse de Biden de restaurer Roe en tant que loi du pays.

    Mais cela ne signifie pas que Trump ne peut pas être critiqué lorsqu'il parle de manière aussi confuse du caractère sacré de la vie. À l'avenir, nous ne pouvons qu'espérer qu'il fera preuve de plus de clarté, de sagesse et de leadership sur cette question cruciale. Il serait utile qu'il trouve le temps de lire Dignitas Infinita.

  • France : vote d'une loi anti-sectes qui met gravement en danger la liberté de religion ou de croyance

    IMPRIMER

    De Massimo Introvigne sur Bitter Winter :

    Contre l'opposition du Sénat, la France adopte une nouvelle loi anti-sectes

    04/11/2024

    La loi crée un nouveau délit de "sujétion psychologique", restreint la possibilité de critiquer les traitements médicaux traditionnels et met gravement en danger la liberté de religion ou de croyance.

    Le 9 avril, la France a finalement adopté sa nouvelle loi anti-sectes modifiée, après des mois de débats au cours desquels le gouvernement n'a pas réussi à convaincre le Sénat, qui, le 2 avril, a une nouvelle fois rejeté le texte dans son intégralité. Cependant, selon le système français particulier, si le Sénat et la Chambre expriment des positions inconciliables sur un projet de loi, c'est le vote de la Chambre qui prévaut. Alors que le gouvernement a exercé une forte pression sur les parlementaires en faveur du texte, l'opposition a été importante même à l'Assemblée, où la loi a été approuvée par 146 "oui" et 104 "non".

    Pourtant, la loi a été adoptée, bien que l'opposition importante qu'elle a rencontrée puisse peut-être influencer son application. Le nom de la loi fait référence au "renforcement de la lutte contre les déviances cultuelles". La raison invoquée pour justifier une nouvelle répression des "sectes" est que le nombre de "saisines" reçues par la MIVILUDES, l'agence gouvernementale de lutte contre les sectes, est en augmentation. Comme l'a montré "Bitter Winter", les "saisines" ne sont pas des rapports d'incidents réels, elles comprennent de simples questions envoyées à la MIVILUDES et peuvent facilement être fausses ou manipulées.

    Il est également allégué que des "sectes" se sont développées pendant le COVID et que certaines d'entre elles ont diffusé des idées anti-vaccination. Un nouveau délit est donc créé, celui de "provocation à abandonner ou à ne pas entreprendre un traitement médical ou prophylactique nécessaire", généralement recommandé par la communauté médicale, qui est puni d'une peine d'emprisonnement d'un an et d'une amende. Évidemment, les implications vont bien au-delà du COVID et des vaccins. A noter que le Conseil d'Etat, lors de l'examen du projet de loi, a recommandé de supprimer cet article comme dangereux pour la liberté d'expression et "la liberté des débats scientifiques". Cependant, le gouvernement a rejeté la recommandation du Conseil d'Etat et a maintenu l'article. La bataille au Sénat n'a abouti qu'à l'introduction d'un nouveau paragraphe protégeant les "lanceurs d'alerte" qui révèlent les pratiques douteuses des entreprises médicales.

    Les mesures anti-sectes sont également renforcées en permettant aux associations anti-sectes d'être présentes dans les procès contre les "sectes" en tant que parties civiles et en encourageant les juges et les procureurs à demander l'avis de la MIVILUDES sur les groupes qu'ils jugent ou poursuivent. Des amendements parlementaires ont également donné un statut nouveau et renforcé à la MIVILUDES.

    Le cœur du nouveau projet de loi est la création d'un nouveau délit de "sujétion psychologique". La loi prévoit que "Est puni de trois ans d'emprisonnement et de 375 000 euros d'amende le fait de placer ou de maintenir une personne dans un état de sujétion psychologique ou physique résultant de l'exercice de pressions graves ou réitérées ou de techniques propres à altérer son jugement et ayant pour effet d'altérer gravement sa santé physique ou mentale ou de la conduire à un acte ou à une abstention qui lui est gravement préjudiciable".

    Toutefois, la peine encourue sera de "cinq ans d'emprisonnement et de 750 000 euros d'amende" lorsque la "sujétion psychologique" concerne un mineur ou "une personne dont la particulière vulnérabilité, due à son âge, à une maladie, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse, est apparente ou connue de l'auteur". La même aggravation de peine est appliquée "lorsque l'infraction est commise par le dirigeant de fait ou de droit d'un groupement exerçant des activités ayant pour objet ou pour effet de créer, de maintenir ou d'exploiter la sujétion psychologique ou physique des personnes participant à ces activités" (lire un dirigeant de "secte") ou "lorsque l'infraction est commise par l'utilisation d'un service de communication au public en ligne ou par le biais d'un support numérique ou électronique" (visant la propagande "sectaire" par le biais de sites internet et de médias sociaux).

    Lire la suite

  • "Dignitas Infinita" trace une "ligne claire" sur la théorie du genre et reçoit de nombreux éloges

    IMPRIMER

    De Jonathan Liedl sur le National Catholic Register :

    "Dignitas Infinita" du Vatican trace une "ligne claire" sur la théorie du genre et reçoit de nombreux éloges

    Le document "surprenant" offre une affirmation convaincante de l'enseignement de l'Église sur le sexe et le genre, que certains experts qualifient de "changement de donne".

    9 avril 2024

    Dans les semaines qui ont précédé la publication d'un nouveau document du Vatican sur la dignité humaine, certains ont pensé que le texte allait provoquer une onde de choc dans toute l'Église.

    Après tout, le même bureau responsable de Dignitas Infinita, le Dicastère pour la Doctrine de la Foi (DDF), avait provoqué une controverse mondiale quatre mois et demi plus tôt, avec la promulgation de Fiducia Supplicans, la déclaration du 18 décembre qui approuvait les bénédictions non liturgiques des couples de même sexe.

    Mais si l'on en croit les premières réactions à Dignitas Infinita (Dignité infinie), publiée le 8 avril sous la direction du préfet de la DDF, le cardinal Víctor Manuel Fernández, principal auteur de Fiducia, il semble que ce soit plutôt l'inverse qui se soit produit.

    "Quiconque cherche - avec espoir ou crainte - une révolution dans la doctrine de l'Église ne la trouvera pas ici", a déclaré Stephen White, directeur exécutif du Projet catholique à l'Université catholique d'Amérique, au sujet du nouveau texte.

    Au contraire, les experts consultés par le Registre s'accordent à dire que la nouvelle déclaration est à la fois une réarticulation convaincante de l'enseignement de l'Église sur la dignité humaine et une application opportune de ces principes à certaines des questions les plus controversées du moment, en particulier la théorie du genre.

    La théorie du genre

    Bien que Dignitas Infinita aborde également des questions telles que l'avortement, la guerre et la pauvreté, c'est son traitement en six paragraphes de la théorie du genre et des procédures de changement de sexe qui a suscité le plus d'attention de la part des médias catholiques et grand public. Et pour cause : C'est la première fois que l'autorité universelle de l'enseignement de l'Église se prononce sur le sujet avec autant d'insistance. Certains experts catholiques en matière de genre et d'identité sexuelle décrivent le document du DDF ( ) comme un véritable bouleversement.

    Par exemple, Abigail Favale a qualifié de "bombe" la déclaration selon laquelle "toutes les tentatives d'occulter la référence aux différences sexuelles inéliminables entre l'homme et la femme doivent être rejetées".

    Mme Favale, qui fait autorité en matière de genre dans une perspective chrétienne à l'Institut McGrath pour la vie ecclésiale de l'Université de Notre-Dame, a déclaré au Register que la déclaration "ratisse large", en affirmant non seulement que les tentatives médicales visant à modifier l'apparence sexuelle d'une personne sont incompatibles avec la dignité humaine, mais aussi que l'utilisation d'un "langage qui occulterait la réalité de la différence sexuelle" l'est également.

    Mme Favale a également souligné une phrase similaire qui souligne que "toute intervention de changement de sexe" menace "la dignité unique que la personne a reçue dès le moment de la conception", ce qui constitue une interdiction claire non seulement des procédures chirurgicales, mais aussi des interventions hormonales qui modifient les caractéristiques sexuelles secondaires.

    Lire la suite

  • Nigeria : les catholiques dénoncent les raisons religieuses des violences actuelles

    IMPRIMER

    De R. Cavanaugh sur le Catholic World Report :

    Les catholiques nigérians dénoncent les raisons religieuses des violences actuelles

    Les médias occidentaux rapportent continuellement des incidents violents au Nigeria, mais la plupart d'entre eux évitent de mentionner les aspects religieux de la violence.

    9 avril 2024

    Année après année, les extrémistes islamiques perpètrent des massacres au Nigeria. Et, année après année, les grands médias occidentaux ont tendance à présenter ces incidents comme des actes de banditisme ou des luttes foncières liées au changement climatique entre des éleveurs majoritairement musulmans et des agriculteurs majoritairement chrétiens.

    Cependant, une série d'attaques meurtrières contre des chrétiens nigérians pendant les vacances de Noël 2023 n'a laissé pratiquement aucun doute quant à la présence d'une motivation religieuse.

    Les violences entre chrétiens et musulmans au Nigeria remontent au début des années 1950, mais sont devenues plus fréquentes dans les années 1980.

    Dans la majeure partie du nord du Nigeria, le gouvernement est peu présent et la loi est pratiquement inexistante. Ceux qui disposent d'une puissance de feu suffisante sont largement libres de se livrer à leur guise. Ils peuvent commettre des actes de banditisme ou des enlèvements contre rançon. Ils peuvent aussi attaquer des gens au nom du djihad.

    Entre 2009 et 2023, plus de 50 000 chrétiens ont été assassinés par des extrémistes musulmans au Nigeria, où plusieurs milliers de musulmans modérés ont également été tués.

    Les violences actuelles ont entraîné le déplacement d'environ 5 millions de chrétiens nigérians.

    Il est sans doute encore plus frappant de constater que près de 90 % des chrétiens tués pour leur foi dans le monde sont nigérians.

    En raison de la violence au Nigeria, "les martyrs sont plus nombreux à notre époque qu'aux premiers siècles", comme l'a déclaré le pape François en 2023.

    Pourtant, en 2021, le département d'État américain a retiré le Nigeria de la liste des "pays particulièrement préoccupants" pour violation de la liberté religieuse. Le Nigeria ne figure pas non plus sur la liste la plus récente.

    Il semble qu'il y ait un décalage, à moins que l'actuelle administration américaine ne souhaite déclarer que les attaques en cours au Nigeria n'ont rien à voir avec la religion.

    "Je reconnais que le changement climatique et l'explosion démographique font partie des causes des crises, mais ces réalités n'affectent pas seulement le Nigeria", déclare Mgr John B. Bakeni, évêque auxiliaire du diocèse catholique de Maiduguri, situé dans l'État de Borno, au nord-est du Nigeria, où les attentats sont fréquents.

    Le père Bakeni cite d'autres pays des régions du lac Tchad et du Sahel qui sont également touchés par le changement climatique et la croissance démographique. Mais en termes de violence, ces autres pays "ne vivent pas ce que vit le Nigeria", affirme-t-il.

    Lire la suite

  • Au prochain Synode, ce sera l’Afrique qui fera barrage aux novateurs. Et le cardinal Sarah dicte la ligne directrice

    IMPRIMER

    De Sandro Magister sur Settimo Cielo (Diakonos.be) :

    Au prochain Synode, ce sera l’Afrique qui fera barrage aux novateurs. Et le cardinal Sarah dicte la ligne directrice

    (s.m.) Lors de la prochaine session du synode mondial des évêques, convoqué par le Pape François à Rome pour octobre, ce seront les évêques africains qui seront les plus résolus à faire bloc contre les innovations prônées par certains épiscopats du Nord : diaconat féminin, prêtres mariés, nouvelle morale sexuelle. Exactement comme c’était déjà d’Afrique que provenait déjà la résistance la plus fermes contre la bénédiction des couples de même sexe, autorisée par la déclaration vaticane « Fiducia supplicans » de décembre dernier.

    La personne qui a préparé cette bataille rangée des évêques africains « en défense de la foi face aux tenants du relativisme culturel », et qui l’a même inspirée et en a dicté la ligne directrice, c’est un cardinal, africain lui aussi, Robert Sarah, critique sévère de « Fiducia supplicans ». Il est en visite au Cameroun pour une douzaine de jours (photo) et hier matin, mardi 9 avril, au siège de la Conférence épiscopale à Mvolyé, sur les collines surplombant Yaoundé, il a prononcé le discours programmatique engagé dont nous reproduisons ci-dessous les passages essentiels.

    Depuis Rome, le cercle du Pape et en particulier le cardinal argentin Victor Manuel Fernández, préfet du Dicastère pour la Doctrine de la foi et premier signataire de « Fiducia supplicans », considèrent la résistance des évêques africains à ces innovations comme l’expression d’une arriération culturelle de leur part, qui avait d’ailleurs déjà été tournée en dérision de manière fort peu élégante en 2014, à l’occasion du Synode sur la famille, par le cardinal Walter Kasper, qui était à l’époque le théologien européen avait les bonnes grâces du pape Jorge Mario Bergoglio.

    Dans les prochains jours, le cardinal Sarah se rendra en Guinée, où il est né il y a 78 ans et où il a été curé d’un village dans la savane avant de devenir évêque de Conakry, la capitale, et un défenseur acharné des libertés religieuses et civiques pendant les années de plomb d’une dictature impitoyable, allant jusqu’à risquer sa vie.

    Lire la suite

  • Y a-t-il des oppositions liturgiques entre Benoît XVI et François ? (Liturgie 45)

    IMPRIMER

    Liturgie 45 ‒ Y a-t-il des oppositions liturgiques entre Benoît XVI et François ? (81 mn)

    https://youtu.be/0tmcZLQVZ3Q  

    Après la première partie du cours qui abordait l'histoire de la liturgie, nous abordons certains points de la théologie de la liturgie. 

    Le pape Benoît XVI a toujours eu une position très précise sur la réforme liturgique de Vatican II et à distingué ce que voulait le concile et ce qu’il s’est pratiqué en Occident dans un clergé en crise qui perdait le sens du caractère sacré de l’œuvre de Dieu. Il a assisté comme témoin aux abus du clergé progressiste et a essayé de résoudre la crise en permettant l’existence pour un temps de deux liturgies, celle du missel de Saint Pie V et celle de Paul VI.

    Le pape François, quant à lui, même s’il était moins porté sur la liturgie, a fini par produire un document qui est dans la ligne exacte de la volonté de Benoît XVI et qui fustige les abus de la génération de mai 68. Il demande l’application stricte des normes de Vatican II avec les gestes de respect qui conviennent à une œuvre sacrée (Lettre apostolique « Desiderio desideravi »)

    COURS DE LITURGIE, PAR DENIS CROUAN, DOCTEUR EN THEOLOGIE, 2022-2024

    Pour accéder à la totalité de la playlist :

    https://www.youtube.com/playlist?list=PLuko328jWH_06CYFfUP8d6v_vzl9f4UbI

    Institut Docteur Angélique

    Cours donné par Denis Crouan, docteur en théologie, en entretien interactif avec Arnaud Dumouch.

    Vidéo du site http://docteurangelique.free.fr/fichiers/InstitutDocteurAngelique.htm, les œuvres complètes en français de saint Thomas d'Aquin.

    Denis Crouan, denis.crouan@wanadoo.fr; 2022-2024

  • Dignitas infinita : Une dignité qui reste à déterminer

    IMPRIMER

    De Robert Royal sur The Catholic Thing :

    Une dignité qui reste à déterminer

    9 avril 2024

    La lecture de la Déclaration sur la dignité humaine (" Dignité infinie "), publiée hier par le Dicastère pour la doctrine de la foi (DDF), me rappelle une vieille histoire entre un professeur et un élève. Un étudiant soumet une dissertation qui lui a été confiée et le professeur la renvoie avec le commentaire suivant : "Ce que vous avez écrit ici est à la fois bon et nouveau. Malheureusement, ce qui est bon n'est pas nouveau, et ce qui est nouveau n'est pas...". . ." Mais arrêtons là l'histoire. Et suivant la règle chrétienne de la charité en toutes choses, disons de la Déclaration que ce qu'elle contient de nouveau est... à déterminer.

    En effet, dans la première moitié de ses soixante-six paragraphes, le document cherche à se situer dans la lignée des papes récents et de l'enseignement catholique classique. Il cite Paul VI, JPII, Benoît, François (environ la moitié des citations, bien sûr). Dans une note de bas de page, il remonte même à Léon XIII, aux Papes XI et XII et aux documents Dignitatis humanae et Gaudium et spes de Vatican II. Lors de la conférence de presse de présentation de la déclaration, le cardinal Víctor Manuel Fernández, chef de la DDF, a tenu à faire remarquer que le titre même du texte provenait d'un discours prononcé en 1980 par saint Jean-Paul à Osnabrück, en Allemagne, devant un groupe de personnes handicapées. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si le document est officiellement daté du 2 avril, soit le19e anniversaire de la mort de JPII.

    Tout cela ne peut qu'inciter le lecteur averti à penser que les rédacteurs - et ceux qui ont approuvé le texte final - ont voulu mettre en avant d'importantes preuves à décharge contre toute objection qui pourrait suivre.

    Et inévitablement, des objections suivront. Car à plusieurs égards, cette apothéose de la dignité humaine soulève plus de questions qu'elle n'en résout. (La dignité humaine "infinie" entre les mains de JPII était une chose ; aujourd'hui, elle peut signifier quelque chose de très différent).

    Cependant, il est bon d'avoir un document qui affirme deux notions bibliques fondamentales : "Ainsi Dieu créa l'homme à son image, à l'image de Dieu il le créa". D'où la dignité "infinie". Et des louanges au cardinal Fernández qui a souligné lors de la présentation "homme et femme il les créa".
    Mais une grande partie du monde croit déjà à la dignité et à la liberté humaines bien au-delà de ces limites et de ces responsabilités. Et ce que l'on retire de tous ces discours - ce qui est communiqué par opposition à ce qui est réellement dit - peut être très différent des mots eux-mêmes.

    D'une part, il est affirmé à plusieurs reprises que tout être humain, de sa conception à sa mort naturelle, jouit d'une dignité ontologique. (Ontologique, cela signifie qu'elle est intégrée à notre être et à notre nature par Dieu et qu'elle "ne peut donc pas être perdue").

    Jusque-là, tout va bien.

    Mais il existe d'autres types de dignité - morale, sociale, existentielle - comme le reconnaît à juste titre la Déclaration. Elles peuvent exister à un degré plus ou moins grand, approprié ou inapproprié. Les actes moralement répréhensibles, par exemple, ne sont pas seulement un affront à la dignité humaine d'autrui. Ils diminuent notre propre dignité morale - et notre liberté - mais jamais, nous répète-t-on, au point de nous faire perdre notre dignité ontologique.

    Lire la suite

  • Benoît XVI : "pape de transition" ?

    IMPRIMER

    Du Tagespost :

    Peter Seewald défend Benoît XVI. Il n'a pas seulement posé des "jalons décisifs", il a aussi écrit l'histoire.

    08.04.2024

    La semaine dernière, un livre d'entretiens avec le pape François est paru en Espagne, dans lequel celui-ci qualifiait son prédécesseur, le pape Benoît XVI, de "pape de transition". Le biographe de Benoît XVI, Peter Seewald, contredit cette affirmation dans une interview accordée au "Katholische SonntagsZeitung für das Bistum Regensburg". Benoît XVI n'a pas seulement posé des "jalons décisifs", il a aussi écrit l'histoire, affirme Seewald dans l'interview qui paraîtra cette semaine. Selon l'historien Peter Watson, il serait à placer au même niveau que Beethoven, Bach et Hölderlin.

    Parmi les nouveautés que l'on doit à Benoît XVI, il y a, selon Seewald, les "synodes des évêques ouverts" que Benoît a été le premier à introduire. Il a restructuré les finances du Vatican, "réalisé d'énormes progrès dans le dialogue interreligieux" et "intensifié les relations avec le judaïsme, qui n'ont jamais été aussi bonnes que durant son mandat". Seewald rappelle également qu'en matière d'abus sexuels, Benoît a été le premier à prendre des mesures décisives selon une "stratégie de tolérance zéro".

    Un berger qui se souciait de l'humanité

    De même, le prédécesseur de François était "le seul à avoir l'expérience, la tête, le cœur, la noblesse" et l'humilité "pour faire entrer l'héritage du grand Jean-Paul II dans une nouvelle ère". La conclusion de Seewald : Benoît XVI est considéré comme "le plus grand théologien qui ait jamais siégé sur le siège de Pierre et comme le docteur de l'Eglise des temps modernes" - et comme le plus lu de surcroît. Pour lui-même, Benoît XVI a été un pasteur "qui ne s'est pas ménagé dans le souci de l'humanité" et "la fidèle transmission du message du Christ ".

    L'écrivain et journaliste souligne également le don prophétique de Benoît XVI. Il n'a pas seulement annoncé le paganisme qui se trouve "aujourd'hui dans l'Eglise elle-même" - et a donc demandé une sécularisation -, mais il a également prévu que l'Eglise deviendrait une "Eglise des petits" - une Eglise simplifiée dans laquelle "une grande force affluerait".

    L'Évangile non seulement enseigné, mais aussi vécu

    Pour le pape, la réforme a toujours signifié un retour à l'essence de la foi, ce que même Walter Kasper - "notoirement pas forcément un partisan de Ratzinger" - a souligné lorsqu'il a déclaré, après la démission du pape, que celui-ci avait "beaucoup contribué à la consolidation de l'Eglise dans la foi et à l'approfondissement de la foi". En fait, son objectif était de "dégager le véritable noyau de la foi sous les incrustations et de donner à ce noyau force et dynamisme".

    Selon Seewald, il ne peut pas répondre à la question de savoir pourquoi le pape François l'appelle pape de transition. "Une fois, il fait l'éloge de Benoît, le qualifiant même de 'grand pape', ... puis il le rabaisse, l'appelle grand-père, ami paternel ou justement 'pape de transition'". Pourquoi l'appellation de "pape de transition" serait en outre erronée : "Personne ne l'égalait dans la clarté de ses déclarations, l'acuité de son intellect, la brillance de sa manière de s'exprimer". Benoît XVI disposait en outre "d'une grandeur et d'une authenticité humaines et chaleureuses", "grâce auxquelles il n'a pas seulement enseigné l'Evangile, mais l'a aussi vécu".

  • Les sondages en faveur des bénédictions de couples homosexuels justifient-ils leur pratique ?

    IMPRIMER

    De Franca Giansoldati sur Il Messaggero :

    Vatican : "Décriminaliser les crimes liés à l'homosexualité". Fernandez révèle les sondages en faveur de la bénédiction des couples homosexuels

    8 Avril 2024

    Les sondages semblent donner raison au pape François qui a "décidé d'élargir le concept de bénédiction en dehors du contexte liturgique pour en développer la richesse pastorale". Les sondages sur l'approbation de la bénédiction des couples homosexuels montrent des pourcentages proches de 75 % chez les jeunes de moins de 35 ans. Seul un très faible pourcentage s'y oppose. Après des mois de vives critiques internes à l'Eglise pour la publication du très contesté Fiducia Supplicans, le Cardinal Manuel Fernandez, Préfet du Dicastère de la Foi, a voulu secouer quelques cailloux de sa chaussure lors de la conférence de presse d'un nouveau document papal, consacré cette fois aux droits de l'homme, pour souligner que jamais un document papal n'avait reçu autant d'attention. La Fiducia Supplicans a en effet atteint un record de quelque 7 milliards de vues sur le web au cours des derniers mois. "Combien d'autres documents dont nous ne nous souvenons même pas du nom ? a-t-il répété. Fernandez n'a pas voulu révéler par qui les sondages ont été réalisés. Il s'est contenté de dire qu'ils avaient été réalisés par des agences extérieures au Vatican et qu'elles les avaient partagés.

    Les bénédictions accordées aux couples homosexuels, a-t-il ajouté, "ne justifient, ne sanctifient, n'approuvent ni ne consacrent quoi que ce soit : il s'agit simplement d'une prière du ministre pour exprimer l'aide de Dieu à ces personnes afin qu'elles puissent continuer à vivre". Ces bénédictions pastorales, qui se situent en dehors du contexte liturgique, ne requièrent pas de perfection morale pour être reçues. Bien que l'application pratique puisse être différente, en fonction des différents évêques, ce que l'on est appelé à maintenir cependant, c'est qu'il y a ces types de bénédictions qui n'ont pas les mêmes exigences que le contexte liturgique".

    Sur la controverse : "Certains ministres n'aiment pas cela", a-t-il souligné, "mais le pape François a voulu élargir notre compréhension, et il a le droit de le faire. C'est une question mineure, comparée à celles contenues dans la Déclaration que nous présentons aujourd'hui, mais c'est quelque chose qui n'était pas explicite dans le Magistère". Bien entendu, le pape "ne parle jamais ex cathedra, et il ne veut pas créer un dogme de foi ou une déclaration définitive", a assuré Mgr Fernandez. Au contraire, "il veut seulement guider et éclairer l'Église, comme cela fait partie de son rôle".

    Fernandez a ensuite précisé que "le mariage gay ne semble pas acceptable". Ce qui intéresse l'Église, c'est la dignité humaine. Il a ainsi rappelé que dans de nombreux pays du monde, des lois criminalisent l'homosexualité et prévoient des peines exemplaires, voire la peine de mort. Par exemple en Ouganda où la législation a été récemment renforcée avec l'introduction d'un crime spécifique, l'homosexualité aggravée. "Ce sont des lois injustes". Il s'est également dit "consterné" lorsqu'il a lu les réactions favorables et de soutien de groupes de catholiques qui approuvaient certaines peines exemplaires pour les homosexuels. Le Vatican est pour la dépénalisation". Quant aux changements apportés au Catéchisme dans la partie sur l'homosexualité, Fernandez espère qu'une expression plus claire pourra être trouvée que celle qui n'apparaît pas aujourd'hui et qui est au centre de tant de protestations : "une activité intrinsèquement désordonnée".

  • Quand la culture euthanasique progresse dans les milieux chrétiens flamands

    IMPRIMER

    Dans une interview accordée à La Libre en 2023, l'évêque d'Anvers, Mgr Bonny, déclarait qu'il rejetait l'enseignement traditionnel de l'Église catholique selon lequel l'euthanasie était un mal moral intrinsèque.

    "C'est une réponse trop simple qui ne laisse aucune place au discernement", a-t-il déclaré. "La philosophie m'a appris à ne jamais me contenter de réponses génériques en noir et blanc. Toutes les questions méritent des réponses adaptées à une situation : un jugement moral doit toujours être prononcé en fonction de la situation concrète, de la culture, des circonstances, du contexte".

    Il a ajouté : "Nous nous opposerons toujours au souhait de certains de mettre fin à une vie trop prématurément, mais nous devons reconnaître qu'une demande d'euthanasie émanant d'un jeune homme de 40 ans n'est pas équivalente à celle d'une personne de 90 ans confrontée à une maladie incurable."

    Aujourd'hui, c'est le Président des Mutualités chrétiennes qui prend position en faceur de "solutions radicales" pour lutter contre le vieillissement comme on peut le lire dans Het Laatste Nieuws du 8 avril :

    Les personnes fatiguées de la vie devraient pouvoir sortir de la vie, préconise le président de la CM

    Luc Van Gorp, président des Mutualités chrétiennes (CM), préconise des solutions radicales pour lutter contre le vieillissement. Ceux qui sont fatigués de la vie devraient donc pouvoir sortir de la vie, déclare Van Gorp dans Het Nieuwsblad et la Gazet van Antwerpen.

    D'ici 2050, le nombre de personnes âgées de plus de 80 ans doublera, passant d'environ 640 000 aujourd'hui à 1,2 million. Cela augmentera également la pression financière sur les soins de santé, les médicaments et les centres de soins résidentiels. M. Van Gorp estime qu'il ne suffit pas d'injecter davantage d'argent pour lutter contre ce vieillissement et préconise "une approche radicalement différente". "Les médecins et autres professionnels de la santé s'efforcent aujourd'hui de faire en sorte que tout le monde vive plus longtemps, mais dans quel but ? Vivre plus longtemps n'est pas une fin en soi, n'est-ce pas ? Il faudrait avant tout se poser la question de savoir combien de temps je peux vivre une vie de qualité", ajoute-t-il.

    Il souligne qu'il existe déjà une réglementation très stricte et juridiquement définie pour l'euthanasie. "Cela fonctionne bien pour les personnes qui souffrent de manière insupportable. Mais il devrait aussi y avoir une forme plus douce, pour les personnes qui estiment que leur vie est terminée. Le suicide est, selon lui, un terme trop négatif. Je préférerais l'appeler "redonner la vie". Je sais que c'est un sujet sensible, mais nous devrions vraiment oser avoir ce débat".

    M. Van Gorp estime qu'il faut consacrer autant de ressources que possible à la santé et aux soins de santé, dans la mesure où ils offrent une meilleure qualité de vie. "Mais quel que soit le montant de l'investissement, il ne sera pas suffisant. Il n'y a tout simplement pas assez de personnel de santé pour faire le travail.

    Mais qu'en pense le monde politique ? En voici l'aperçu publié par Het Laatste Nieuws :

    Sammy Mahdi dénonce la "société jetable 2.0" après que le président du CM a plaidé pour des solutions radicales contre le vieillissement de la population

    Le plaidoyer de Luc Van Gorp, président du CM, suscite des réactions mitigées dans les milieux politiques. Dans une interview accordée à Het Nieuwsblad, il plaide pour des solutions plus radicales contre le vieillissement : "Les gens qui sont fatigués de la vie devraient pouvoir en sortir". Van Gorp reçoit le soutien des milieux libéraux, bien qu'on y entende aussi des nuances, mais en aucun cas celui de CD&V.

    Lire la suite