Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sexualité

  • "Dignitas Infinita" trace une "ligne claire" sur la théorie du genre et reçoit de nombreux éloges

    IMPRIMER

    De Jonathan Liedl sur le National Catholic Register :

    "Dignitas Infinita" du Vatican trace une "ligne claire" sur la théorie du genre et reçoit de nombreux éloges

    Le document "surprenant" offre une affirmation convaincante de l'enseignement de l'Église sur le sexe et le genre, que certains experts qualifient de "changement de donne".

    9 avril 2024

    Dans les semaines qui ont précédé la publication d'un nouveau document du Vatican sur la dignité humaine, certains ont pensé que le texte allait provoquer une onde de choc dans toute l'Église.

    Après tout, le même bureau responsable de Dignitas Infinita, le Dicastère pour la Doctrine de la Foi (DDF), avait provoqué une controverse mondiale quatre mois et demi plus tôt, avec la promulgation de Fiducia Supplicans, la déclaration du 18 décembre qui approuvait les bénédictions non liturgiques des couples de même sexe.

    Mais si l'on en croit les premières réactions à Dignitas Infinita (Dignité infinie), publiée le 8 avril sous la direction du préfet de la DDF, le cardinal Víctor Manuel Fernández, principal auteur de Fiducia, il semble que ce soit plutôt l'inverse qui se soit produit.

    "Quiconque cherche - avec espoir ou crainte - une révolution dans la doctrine de l'Église ne la trouvera pas ici", a déclaré Stephen White, directeur exécutif du Projet catholique à l'Université catholique d'Amérique, au sujet du nouveau texte.

    Au contraire, les experts consultés par le Registre s'accordent à dire que la nouvelle déclaration est à la fois une réarticulation convaincante de l'enseignement de l'Église sur la dignité humaine et une application opportune de ces principes à certaines des questions les plus controversées du moment, en particulier la théorie du genre.

    La théorie du genre

    Bien que Dignitas Infinita aborde également des questions telles que l'avortement, la guerre et la pauvreté, c'est son traitement en six paragraphes de la théorie du genre et des procédures de changement de sexe qui a suscité le plus d'attention de la part des médias catholiques et grand public. Et pour cause : C'est la première fois que l'autorité universelle de l'enseignement de l'Église se prononce sur le sujet avec autant d'insistance. Certains experts catholiques en matière de genre et d'identité sexuelle décrivent le document du DDF ( ) comme un véritable bouleversement.

    Par exemple, Abigail Favale a qualifié de "bombe" la déclaration selon laquelle "toutes les tentatives d'occulter la référence aux différences sexuelles inéliminables entre l'homme et la femme doivent être rejetées".

    Mme Favale, qui fait autorité en matière de genre dans une perspective chrétienne à l'Institut McGrath pour la vie ecclésiale de l'Université de Notre-Dame, a déclaré au Register que la déclaration "ratisse large", en affirmant non seulement que les tentatives médicales visant à modifier l'apparence sexuelle d'une personne sont incompatibles avec la dignité humaine, mais aussi que l'utilisation d'un "langage qui occulterait la réalité de la différence sexuelle" l'est également.

    Mme Favale a également souligné une phrase similaire qui souligne que "toute intervention de changement de sexe" menace "la dignité unique que la personne a reçue dès le moment de la conception", ce qui constitue une interdiction claire non seulement des procédures chirurgicales, mais aussi des interventions hormonales qui modifient les caractéristiques sexuelles secondaires.

    Lire la suite

  • Dignitas infinita : Une dignité qui reste à déterminer

    IMPRIMER

    De Robert Royal sur The Catholic Thing :

    Une dignité qui reste à déterminer

    9 avril 2024

    La lecture de la Déclaration sur la dignité humaine (" Dignité infinie "), publiée hier par le Dicastère pour la doctrine de la foi (DDF), me rappelle une vieille histoire entre un professeur et un élève. Un étudiant soumet une dissertation qui lui a été confiée et le professeur la renvoie avec le commentaire suivant : "Ce que vous avez écrit ici est à la fois bon et nouveau. Malheureusement, ce qui est bon n'est pas nouveau, et ce qui est nouveau n'est pas...". . ." Mais arrêtons là l'histoire. Et suivant la règle chrétienne de la charité en toutes choses, disons de la Déclaration que ce qu'elle contient de nouveau est... à déterminer.

    En effet, dans la première moitié de ses soixante-six paragraphes, le document cherche à se situer dans la lignée des papes récents et de l'enseignement catholique classique. Il cite Paul VI, JPII, Benoît, François (environ la moitié des citations, bien sûr). Dans une note de bas de page, il remonte même à Léon XIII, aux Papes XI et XII et aux documents Dignitatis humanae et Gaudium et spes de Vatican II. Lors de la conférence de presse de présentation de la déclaration, le cardinal Víctor Manuel Fernández, chef de la DDF, a tenu à faire remarquer que le titre même du texte provenait d'un discours prononcé en 1980 par saint Jean-Paul à Osnabrück, en Allemagne, devant un groupe de personnes handicapées. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si le document est officiellement daté du 2 avril, soit le19e anniversaire de la mort de JPII.

    Tout cela ne peut qu'inciter le lecteur averti à penser que les rédacteurs - et ceux qui ont approuvé le texte final - ont voulu mettre en avant d'importantes preuves à décharge contre toute objection qui pourrait suivre.

    Et inévitablement, des objections suivront. Car à plusieurs égards, cette apothéose de la dignité humaine soulève plus de questions qu'elle n'en résout. (La dignité humaine "infinie" entre les mains de JPII était une chose ; aujourd'hui, elle peut signifier quelque chose de très différent).

    Cependant, il est bon d'avoir un document qui affirme deux notions bibliques fondamentales : "Ainsi Dieu créa l'homme à son image, à l'image de Dieu il le créa". D'où la dignité "infinie". Et des louanges au cardinal Fernández qui a souligné lors de la présentation "homme et femme il les créa".
    Mais une grande partie du monde croit déjà à la dignité et à la liberté humaines bien au-delà de ces limites et de ces responsabilités. Et ce que l'on retire de tous ces discours - ce qui est communiqué par opposition à ce qui est réellement dit - peut être très différent des mots eux-mêmes.

    D'une part, il est affirmé à plusieurs reprises que tout être humain, de sa conception à sa mort naturelle, jouit d'une dignité ontologique. (Ontologique, cela signifie qu'elle est intégrée à notre être et à notre nature par Dieu et qu'elle "ne peut donc pas être perdue").

    Jusque-là, tout va bien.

    Mais il existe d'autres types de dignité - morale, sociale, existentielle - comme le reconnaît à juste titre la Déclaration. Elles peuvent exister à un degré plus ou moins grand, approprié ou inapproprié. Les actes moralement répréhensibles, par exemple, ne sont pas seulement un affront à la dignité humaine d'autrui. Ils diminuent notre propre dignité morale - et notre liberté - mais jamais, nous répète-t-on, au point de nous faire perdre notre dignité ontologique.

    Lire la suite

  • Les sondages en faveur des bénédictions de couples homosexuels justifient-ils leur pratique ?

    IMPRIMER

    De Franca Giansoldati sur Il Messaggero :

    Vatican : "Décriminaliser les crimes liés à l'homosexualité". Fernandez révèle les sondages en faveur de la bénédiction des couples homosexuels

    8 Avril 2024

    Les sondages semblent donner raison au pape François qui a "décidé d'élargir le concept de bénédiction en dehors du contexte liturgique pour en développer la richesse pastorale". Les sondages sur l'approbation de la bénédiction des couples homosexuels montrent des pourcentages proches de 75 % chez les jeunes de moins de 35 ans. Seul un très faible pourcentage s'y oppose. Après des mois de vives critiques internes à l'Eglise pour la publication du très contesté Fiducia Supplicans, le Cardinal Manuel Fernandez, Préfet du Dicastère de la Foi, a voulu secouer quelques cailloux de sa chaussure lors de la conférence de presse d'un nouveau document papal, consacré cette fois aux droits de l'homme, pour souligner que jamais un document papal n'avait reçu autant d'attention. La Fiducia Supplicans a en effet atteint un record de quelque 7 milliards de vues sur le web au cours des derniers mois. "Combien d'autres documents dont nous ne nous souvenons même pas du nom ? a-t-il répété. Fernandez n'a pas voulu révéler par qui les sondages ont été réalisés. Il s'est contenté de dire qu'ils avaient été réalisés par des agences extérieures au Vatican et qu'elles les avaient partagés.

    Les bénédictions accordées aux couples homosexuels, a-t-il ajouté, "ne justifient, ne sanctifient, n'approuvent ni ne consacrent quoi que ce soit : il s'agit simplement d'une prière du ministre pour exprimer l'aide de Dieu à ces personnes afin qu'elles puissent continuer à vivre". Ces bénédictions pastorales, qui se situent en dehors du contexte liturgique, ne requièrent pas de perfection morale pour être reçues. Bien que l'application pratique puisse être différente, en fonction des différents évêques, ce que l'on est appelé à maintenir cependant, c'est qu'il y a ces types de bénédictions qui n'ont pas les mêmes exigences que le contexte liturgique".

    Sur la controverse : "Certains ministres n'aiment pas cela", a-t-il souligné, "mais le pape François a voulu élargir notre compréhension, et il a le droit de le faire. C'est une question mineure, comparée à celles contenues dans la Déclaration que nous présentons aujourd'hui, mais c'est quelque chose qui n'était pas explicite dans le Magistère". Bien entendu, le pape "ne parle jamais ex cathedra, et il ne veut pas créer un dogme de foi ou une déclaration définitive", a assuré Mgr Fernandez. Au contraire, "il veut seulement guider et éclairer l'Église, comme cela fait partie de son rôle".

    Fernandez a ensuite précisé que "le mariage gay ne semble pas acceptable". Ce qui intéresse l'Église, c'est la dignité humaine. Il a ainsi rappelé que dans de nombreux pays du monde, des lois criminalisent l'homosexualité et prévoient des peines exemplaires, voire la peine de mort. Par exemple en Ouganda où la législation a été récemment renforcée avec l'introduction d'un crime spécifique, l'homosexualité aggravée. "Ce sont des lois injustes". Il s'est également dit "consterné" lorsqu'il a lu les réactions favorables et de soutien de groupes de catholiques qui approuvaient certaines peines exemplaires pour les homosexuels. Le Vatican est pour la dépénalisation". Quant aux changements apportés au Catéchisme dans la partie sur l'homosexualité, Fernandez espère qu'une expression plus claire pourra être trouvée que celle qui n'apparaît pas aujourd'hui et qui est au centre de tant de protestations : "une activité intrinsèquement désordonnée".

  • Le Vatican rappelle la position de l’Eglise catholique sur quatorze thèmes éthiques, dont le changement de sexe, la théorie du genre, l’euthanasie, le suicide assisté, la gestation par autrui (GPA), et le respect des personnes handicapées

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    GPA, euthanasie, genre : « dénoncer ces violations de la dignité humaine est un devoir »

    8 avril 2024

    Dans un nouveau texte publié le 8 avril, et consacré à la « dignité humaine », le Vatican rappelle la position de l’Eglise catholique sur quatorze thèmes éthiques, dont le changement de sexe, la théorie du genre, l’euthanasie, le suicide assisté, la gestation par autrui (GPA), et le respect des personnes handicapées (cf. Handicap : le pape appelle à un changement de mentalité).

    Ce document d’une centaine de pages intitulé « Dignitas Infinita » a été approuvé par le pape François, et signé par le cardinal Victor Manuel Fernandez, préfet du dicastère pour la doctrine de la foi[1]. « Dénoncer ces violations graves et actuelles de la dignité humaine est un devoir car l’Église est convaincue que l’on ne peut séparer la foi de la défense de la dignité humaine » explique le cardinal.

    « La vie est un droit, non la mort »

    Parmi les thèmes abordés, six d’entre eux portent sur des sujets d’actualité, et notamment celui de l’euthanasie et du suicide assisté (cf. Fin de vie : la mise en garde du Pape contre une « euthanasie humaniste » ; Le Pape François nie un possible fondement juridique au « droit à mourir »). « Il est certain que la dignité de la personne malade dans un état critique ou terminal exige de chacun les efforts appropriés et nécessaires pour soulager ses souffrances par des soins palliatifs appropriés et en évitant tout acharnement thérapeutique ou toute intervention disproportionnée (…) » expliquent les auteurs du document (cf. Pape François : “Nous devons rejeter la tentation (…) d’utiliser la médecine pour soutenir une éventuelle volonté de mourir du patient”).

    « Un tel effort est tout à fait différent, distinct, et même contraire à la décision d’éliminer sa propre vie ou la vie d’autrui sous le poids de la souffrance » poursuivent-ils. En effet, « la vie humaine, même dans sa condition douloureuse, est porteuse d’une dignité qui doit toujours être respectée, qui ne peut être perdue et dont le respect reste inconditionnel ». « La vie est un droit, non la mort, celle-ci doit être accueillie, non administrée » concluent-ils sur le sujet de la fin de vie (cf. Pape François : « La vie est un droit, non la mort »).

    Avortement : la ferme opposition de l’Eglise

    Au sujet de l’avortement, le document publié par le Vatican rappelle la ferme opposition de l’Eglise catholique (cf. Avortement, euthanasie : pour le Pape « nous ne pouvons pas emprunter : la voie du rebut »). Les auteurs dénoncent un « phénomène linguistique » consistant à « cacher la véritable nature » de l’acte et « à en atténuer la gravité dans l’opinion publique ». Ils évoquent notamment « le développement d’une terminologie ambiguë, comme celle de l’”interruption de grossesse” ». Or, « aucune parole ne réussit à changer la réalité des choses » expliquent-ils.

    « L’avortement provoqué est le meurtre délibéré et direct, quelle que soit la façon dont il est effectué, d’un être humain dans la phase initiale de son existence, située entre la conception et la naissance » énoncent les auteurs du document. « Cette défense de la vie à naître est intimement liée à la défense de tous les droits humains. Elle suppose la conviction qu’un être humain est toujours sacré et inviolable, dans n’importe quelle situation et en toute phase de son développement » concluent-ils sur le sujet (cf. Pape François : “Aucun être humain ne peut jamais être incompatible avec la vie”).

    GPA : une pratique qui « lèse gravement la dignité de la femme et de l’enfant »

    Dans « Dignitas Infinita », l’Eglise « prend également position contre la pratique des mères porteuses, par laquelle l’enfant, immensément digne, devient un simple objet ». Pour le pape François, « la voie de la paix exige le respect de la vie, de toute vie humaine, à partir de celle de l’enfant à naître dans le sein de la mère, qui ne peut être supprimée, ni devenir objet de marchandage » (cf. Le Pape appelle à « interdire universellement » la GPA). « À cet égard, je trouve regrettable la pratique de ce que l’on appelle “mère porteuse”, qui lèse gravement la dignité de la femme et de l’enfant. Elle est fondée sur l’exploitation d’une situation de nécessité matérielle de la mère. Un enfant est toujours un cadeau et jamais l’objet d’un contrat. Je souhaite donc un engagement de la Communauté internationale pour interdire cette pratique au niveau universel » poursuit le Souverain Pontife. La GPA porte à la fois atteinte à la dignité de l’enfant, mais aussi à celle de la femme qui « devient un simple moyen asservi au profit ou au désir arbitraire d’autrui » (cf. Des experts de 75 pays demandent l’abolition de la GPA).

    « Nous sommes appelés à sauvegarder notre humanité »

    Enfin, le document publié par le Vatican évoque la théorie du genre et le changement de sexe. Il dénonce l’« idéologie » de la théorie du genre qui « laisse envisager une société sans différence de sexe et sape la base anthropologique de la famille » (cf. Education : le Vatican publie un document sur la question du genre). « Toutes les tentatives visant à masquer la référence à la différence sexuelle impossible à éliminer entre l’homme et la femme doivent être rejetées : nous ne pouvons pas séparer le masculin du féminin dans l’œuvre créée par Dieu, qui précède toutes nos décisions et nos expériences, où il y a des éléments biologiques évidents » expliquent les auteurs (cf. La « théorie du genre », un exemple de « colonisation idéologique »). Au sujet du changement de sexe, ils rappellent que « le corps humain participe à la dignité de la personne, dans la mesure où il est doté de significations personnelles, en particulier dans sa condition sexuée ». Selon les mots du pape François, « nous sommes appelés à sauvegarder notre humanité, et cela signifie avant tout l’accepter et la respecter comme elle a été créée ».

    A l’heure du 75ème anniversaire de La Déclaration universelle des droits de l’homme, adoptée le 10 décembre 1948 par l’Assemblée générale des Nations unies, « Dignitas Infinita » apparaît comme une contribution de l’Eglise à cet évènement.

    ---------

    [1] Il s’agit du ministère du Vatican chargé de définir ce qu’est la foi catholique au fur et à mesure des évolutions des sociétés.

    Source : Le Figaro, Jean-Marie Guénois (08/04/2024)

     

    ... mais, de son côté, Jeanne Smits dénonce "une vision naturaliste de l'homme" .

  • On assisterait à "l’enterrement de première classe d’une Eglise belge en très grand déclin, voire en quasi-extinction"

    IMPRIMER

    De Riposte catholique (qui relaie Paix liturgique) :

    Mgr Terlinden, syndic de faillite de l’Eglise en Belgique ?

    Paix Liturgique continue sa série de portraits d’évêques hétérodoxes ou plus encore, en Belgique et ailleurs, avec Mgr Terlinden, archevêque de Bruxelles-Malines depuis peu, primat de Belgique et préposé à l’enterrement de première classe d’une Eglise belge en très grand déclin, voire en quasi-extinction.

    Lire la suite

  • Quelle sera l'influence du cardinal Fernández sur la réponse du Vatican à l'idéologie du genre ?

    IMPRIMER

    De Jonathan Liedl sur le National Catholic Register :

    Comment le cardinal Fernández influencera-t-il la réponse du Vatican à l'idéologie du genre ?

    ANALYSE : Le Vatican a déjà abordé le sujet, mais le nouveau chef du bureau de doctrine devrait laisser sa marque distinctive sur le document à venir.

    4 avril 2024

    Lorsque le Vatican publiera, le 8 avril, un document sur la dignité humaine qui abordera l'idéologie du genre, ce ne sera pas la première fois que Rome s'attaquera à ce sujet dérangeant. Le pape François s'est souvent exprimé sur ce phénomène, qui soutient que l'identité d'une personne est indépendante de son sexe corporel, et l'a qualifié le mois dernier de "danger le plus affreux de notre temps".

    Mais étant donné que le nouveau document sera la première évaluation complète de l'idéologie du genre publiée par le plus haut bureau doctrinal du Vatican, il s'agira probablement de l'intervention la plus ambitieuse à ce jour, fournissant des conseils aux diocèses catholiques, aux ministères et aux individus dans le monde entier.

    Cependant, Dignitas Infinitas, comme le texte est appelé, se distinguera également des autres interventions notables du Vatican sur le sujet d'une autre manière essentielle : Il portera probablement l'empreinte théologique du cardinal Victor Manuel Fernández, son architecte en chef présumé.

    Depuis qu'il est devenu préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi en septembre 2023, le prélat argentin et confident de longue date du pape François a marqué de son empreinte la doctrine de l'Église à travers un torrent de documents d'enseignement et de clarifications qui, selon certains, ont subverti la vérité doctrinale en faveur d'exceptions pastorales.

    Aucun n'a été plus sismique que Fiducia Supplicans, la déclaration controversée de décembre 2023 qui autorisait les ecclésiastiques à donner des bénédictions non liturgiques aux couples sexuels du même sexe, suscitant la confusion et des réactions négatives dans le monde entier.

    Étant donné que Dignitas Infinitas devrait se concentrer sur un sujet aussi controversé que l'idéologie du genre, ainsi que sur d'autres préoccupations telles que les mères porteuses et la chirurgie de changement de sexe, il pourrait s'agir du document le plus important de la DDF produit pendant le mandat du cardinal Fernández jusqu'à ce jour.

    Compte tenu de la théologie particulière du cardinal Fernández, il convient d'examiner à l'avance comment le préfet de la DDF pourrait influencer non seulement le texte à venir, mais aussi l'engagement de l'Église à l'égard de l'idéologie du genre de manière plus générale.

    Interventions précédentes

    Pour être clair, le cardinal Fernández n'a pas travaillé à partir de rien pour rédiger la réponse du Vatican à la confusion sur le genre et l'identité sexuelle.

    Tout d'abord, le pape François a depuis longtemps critiqué l'idéologie du genre, ce qu'il a fait dans des interviews et des discours, mais aussi dans des documents magistraux tels que Laudato Si et Amoris Laetitia. Dans le premier, par exemple, le pape a écrit que "valoriser son propre corps dans sa féminité ou sa masculinité est nécessaire" et a déclaré que "ce n'est pas une attitude saine qui chercherait à 'annuler la différence sexuelle parce qu'elle ne sait plus comment l'affronter'".

    Le Vatican a également abordé le sujet de manière plus spécifique, la Congrégation pour l'éducation catholique (qui fait désormais partie du Dicastère pour la culture et l'éducation) ayant publié en 2019 un document intitulé "Homme et femme, il les a créés" sur "la question de la théorie du genre dans l'éducation". Le document décrit l'idéologie du genre comme une "désorientation anthropologique" qui est devenue "une caractéristique répandue de notre paysage culturel", déstabilisant la famille et annulant les différences entre les hommes et les femmes.

    Lire la suite

  • Que dira le nouveau document du DDF ?

    IMPRIMER

    Du Pillar :

    Que dira le nouveau document du DDF ?

    2 avril 2024

    Le dicastère pour la doctrine de la foi publiera la semaine prochaine un document sur la dignité humaine promis depuis longtemps, avec une conférence de presse prévue le 8 avril.

    La déclaration, intitulée Dignitas infinita, sera présentée lors de la conférence de presse par le cardinal Víctor Manuel Fernández, préfet du dicastère doctrinal, le père Armando Matteo, secrétaire doctrinal du département, et un théologien italien.

    Le cardinal Fernández parle de la nouvelle déclaration depuis décembre, indiquant qu'elle sera moins controversée que Fiducia supplicans, la dernière déclaration de la DDF, publiée à la fin de l'année dernière. 

    Alors que le cardinal cherchait à calmer la controverse sur la réception de Fiducia, qui permettait aux prêtres d'offrir des bénédictions aux personnes ayant des relations homosexuelles, Mgr Fernández a déclaré que le prochain document du dicastère traiterait "non seulement des questions sociales, mais aussi d'une forte critique des questions morales telles que la chirurgie de changement de sexe, la maternité de substitution et l'idéologie du genre", et a prédit qu'il s'avérerait moins controversé que Fiducia.

    Mais la déclaration devant traiter d'un sujet toujours controversé, que pourrait dire exactement le texte - et sur quels documents récents du Vatican s'appuiera-t-il ?

    Textes non publiés

    Mgr Fernández a déclaré que Dignitas Infinita avait fait l'objet d'un processus de consultation rigoureux, la publication faisant suite à une récente série de consultations finales avec l'ensemble des cardinaux membres du Dicastère pour la doctrine de la foi, après plusieurs ébauches antérieures.

    Toutefois, les textes publiés et non publiés du département doctrinal peuvent déjà donner une indication probable de ce que le DDF prévoit de dire dans sa déclaration la semaine prochaine.

    Alors que certains activistes au sein et autour de l'Église ont fait pression pour que les diocèses adoptent des attitudes laïques en matière de sexe et de genre, beaucoup ont demandé des conseils à leurs conférences épiscopales locales et à Rome sur la façon de traiter les cas individuels de personnes se présentant comme transgenres et demandant soit l'accès à certains sacrements, soit de remplir certains rôles dans la vie ecclésiastique.

    En 2018, la CDF de l'époque avait déjà préparé un texte pour un document traitant de la théorie du genre, des questions dites de transgenre et d'une série de sujets connexes. 

    Comme The Pillar l'a précédemment rapporté, l'USCCB (épiscopat des USA) avait également préparé son propre document sur les mêmes questions et était prêt à le publier. Cependant, après l'avoir envoyé au DDF pour examen, le texte a été mis de côté à la demande des Romains, dans l'attente d'une éventuelle publication du Vatican sur le même sujet. 

    Dans l'intervalle, plusieurs diocèses ont publié leurs propres orientations et politiques pour répondre aux cas locaux en suspens ou urgents.

    Bien que la déclaration finale qui doit être publiée la semaine prochaine ait fait l'objet de plusieurs cycles de consultation et de révision, il est probable que le texte soit fortement influencé par le texte non publié du DDF de 2018, précédemment obtenu par The Pillar, qui affirmait que "le sexe d'une personne est une réalité complexe, dont l'identité est composée d'éléments physiques, psychologiques et sociaux".

    "Certaines [personnes], partant d'une vision erronée de la personne, veulent séparer, voire opposer les différents éléments qui composent le sexe d'une personne. Ils créent une dichotomie entre les aspects corporels et psycho-sexuels de la personne", a écrit la CDF en 2018.

    Lire la suite

  • Le 8 avril, le Vatican publiera un document sur les "questions morales" concernant notamment la dignité humaine, le genre et la maternité de substitution

    IMPRIMER

    De Matthew Santucci sur le Catholic World Report :

    Le Vatican va publier un document sur les "questions morales" concernant la dignité humaine, le genre et la maternité de substitution

    2 avril 2024

    Le plus haut bureau doctrinal du Vatican dévoilera la semaine prochaine une nouvelle déclaration sur le thème de la dignité humaine, qui devrait aborder une série de questions morales contemporaines, y compris l'idéologie du genre et la maternité de substitution.

    Le Bureau de presse du Saint-Siège a annoncé mardi que le nouveau document, intitulé Dignitas Infinita ("Dignité infinie") (Sur la dignité humaine), sera présenté lors d'une conférence de presse qui se tiendra à Rome le 8 avril.

    Le cardinal Víctor Manuel Fernández, préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi (DDF), Mgr Armando Matteo, secrétaire de la section doctrinale du DDF, et le professeur Paola Scarcella, des universités romaines Tor Vergata et LUMSA, interviendront lors de cette conférence.

    Dans une interview accordée au National Catholic Register, partenaire de CNA, au début du mois de mars, Mgr Fernández a déclaré qu'il y avait eu "plusieurs versions" du texte, qu'il était "presque terminé" et qu'il serait publié au "début du mois d'avril".

    Les commentaires du cardinal font suite aux propos qu'il avait tenus en janvier à l'agence de presse espagnole EFE, selon lesquels le texte aborderait "non seulement les questions sociales, mais aussi une forte critique des questions morales telles que la chirurgie de changement de sexe, la maternité de substitution et l'idéologie du genre".

    Au cours des derniers mois et des dernières années, le pape François s'est exprimé avec force sur ces sujets. Dans un discours prononcé en janvier devant les ambassadeurs accrédités auprès du Saint-Siège, le pape a qualifié la gestation pour autrui de "déplorable".

    En mars, le Saint-Père a qualifié l'idéologie transgenre de "danger le plus affreux" aujourd'hui, une idéologie qui "cherche à estomper les différences entre les hommes et les femmes".

    Depuis qu'il a pris la tête de la DDF en septembre dernier, Mgr Fernández a été confronté à des réactions négatives concernant le document de décembre de la DDF intitulé Fiducia Supplicans, qui autorisait la bénédiction "spontanée" (non liturgique) des couples de même sexe ainsi que des personnes vivant des unions "irrégulières".

    Dans l'entretien qu'il a accordé à EFE, le cardinal argentin a affirmé que "les personnes qui s'inquiètent" de son travail seront "rassurées" par le nouveau document.

    Depuis la publication de Fiducia Supplicans, le pape François a publiquement défendu la directive à de nombreuses reprises. En février, il a affirmé que les personnes qui critiquent les bénédictions accordées aux homosexuels sont coupables d'"hypocrisie" si elles ne s'opposent pas de la même manière aux bénédictions accordées à certains autres types de pécheurs.

    Le Symposium des conférences épiscopales d'Afrique et de Madagascar (SCEAM) ainsi que d'autres dirigeants chrétiens avec lesquels l'Église entretient un dialogue œcuménique ont été parmi les plus virulents à l'encontre de Fiducia Supplicans.

  • J.K. Rowling (Harry Potter) sera-t-elle inquiétée en raison de ses propos sur les transgenres ?

    IMPRIMER

    De Tyler Arnold sur CNA :

    Les commentaires de J.K. Rowling sur les transgenres pourraient violer la nouvelle loi sur les discours de haine, selon un fonctionnaire

    Les détracteurs du projet de loi sur les discours de haine craignent qu'il ne criminalise les propos de personnes telles que l'auteur J.K. Rowling, qui a déclaré que les "femmes transgenres" n'étaient pas des femmes à proprement parler.

    2 avril 2024

    Une nouvelle loi sur les discours de haine, entrée en vigueur lundi en Écosse, pourrait donner lieu à des enquêtes sur les personnes, comme l'auteure J.K. Rowling, qui désignent les transgenres par leur sexe biologique plutôt que par leur identité de genre autoproclamée, a déclaré un ministre écossais.

    En vertu de la nouvelle loi, qui est entrée en vigueur le 1er avril, une personne risque jusqu'à sept ans de prison pour avoir attisé la haine contre une personne en raison de son "identité transgenre". La loi élargit les lois existantes sur les discours de haine qui interdisaient déjà d'attiser la haine sur la base de la race d'une personne.

    La loi n'interdit pas explicitement ce que l'on appelle le "misgendering", c'est-à-dire le fait de désigner une personne transgenre par son sexe biologique plutôt que par son identité de genre autoproclamée.

    Toutefois, selon le Telegraph, la ministre écossaise des victimes et de la sécurité communautaire, Siobhian Brown, a déclaré dans une interview accordée à BBC Radio 4 Today que la police aurait toute latitude pour enquêter sur ce type de commentaires et sur Rowling, qui a critiqué ouvertement l'idéologie du genre. 

    "Il y a un seuil très élevé, qui est dans la loi, qui serait du ressort de Police Scotland, et ce qui devrait être dit en ligne ou en personne serait menaçant et abusif", a déclaré M. Brown à BBC Radio 4 Today, selon The Telegraph. 

    M. Brown a fait remarquer que la loi n'érigeait pas explicitement en crime le fait d'attribuer un "mauvais genre" à quelqu'un. Mais lorsqu'elle a été interrogée sur un conseiller du Scottish National Party qui a déclaré que Mme Rowling n'avait "pas le droit de mettre les gens mal à l'aise et de changer le genre de quelqu'un", Mme Brown a répondu que "c'est à la police d'évaluer ce qui se passe".

    Toutefois, Mme Brown a également déclaré qu'elle ne pensait pas que la loi rendait illégal le fait de transmettre "une opinion personnelle qui est difficile ou offensante" et a ajouté : "Nous respectons la liberté de chacun d'exprimer ses opinions et ses opinions : "Nous respectons la liberté d'expression de chacun, et personne dans notre société ne devrait vivre dans la peur ou avoir l'impression de ne pas être à sa place.

    Que dit J.K. Rowling du transgendérisme ?

    J. K. Rowling, auteur de la série à succès Harry Potter, a ouvertement critiqué l'idée d'autoriser les hommes biologiques s'identifiant à des femmes à pratiquer des sports féminins et à fréquenter les vestiaires féminins. Elle utilise fréquemment les pronoms masculins pour désigner les hommes biologiques qui s'identifient comme des femmes et a continué à le faire le 1er avril en dépit de la nouvelle loi écossaise. Elle a récemment mis au défi la police écossaise de l'arrêter. 

    Depuis plusieurs années, les femmes écossaises subissent des pressions de la part de leur gouvernement et des membres des forces de police pour qu'elles nient l'évidence de leurs yeux et de leurs oreilles, répudient les faits biologiques et adoptent un concept néo-religieux du genre qui n'est ni prouvable ni testable", a déclaré Mme Rowling dans une série de messages sur X. "La redéfinition de la 'femme' est une question d'équité et d'équité.

    La redéfinition du terme "femme" pour y inclure tout homme qui se déclare comme tel a déjà eu de graves conséquences sur les droits et la sécurité des femmes et des filles en Écosse, l'impact le plus fort étant ressenti, comme toujours, par les plus vulnérables, y compris les femmes détenues et les victimes de viol", a poursuivi Mme Rowling. 

    "Il est impossible de décrire ou d'aborder avec précision la réalité de la violence et des violences sexuelles commises à l'encontre des femmes et des jeunes filles, ou de s'attaquer à l'attaque actuelle contre les droits des femmes et des jeunes filles, tant que nous ne sommes pas autorisés à appeler un homme un homme. La liberté d'expression et de croyance prend fin en Écosse si la description exacte du sexe biologique est considérée comme criminelle.

    Mme Rowling a ajouté qu'elle était "actuellement hors du pays, mais si ce que j'ai écrit ici est considéré comme une [infraction] aux termes de la nouvelle loi, j'ai hâte d'être arrêtée à mon retour dans le berceau des Lumières écossaises". (...)

    Mardi après-midi, la police écossaise a déclaré que les commentaires de Mme Rowling sur les médias sociaux, dans lesquels elle défie la police de l'arrêter, ne feraient pas l'objet d'une enquête, a rapporté The Guardian.

    La police écossaise "a confirmé avoir reçu des plaintes au sujet de la publication sur les médias sociaux", a déclaré le média, mais a ajouté : "Les commentaires ne sont pas considérés comme criminels et aucune autre mesure ne sera prise".

    Rowling a ensuite partagé la nouvelle sur X : "J'espère que chaque femme en Ecosse qui souhaite défendre la réalité et l'importance du sexe biologique sera rassurée par cette annonce, et je suis convaincue que toutes les femmes - quel que soit leur profil ou leurs moyens financiers - seront traitées de la même manière par la loi", a-t-elle écrit.

    La Conférence des évêques catholiques d'Écosse a également critiqué la nouvelle loi, avertissant que les évêques étaient "profondément préoccupés" par le fait qu'elle n'incluait pas de protection pour les chrétiens qui exprimaient des points de vue chrétiens traditionnels sur le genre. 

    "Il ne devrait pas y avoir de menace de poursuites pour avoir exprimé la croyance, par exemple, qu'il n'y a que deux sexes ou genres, qu'un homme ne peut pas devenir une femme et vice versa, ou que le mariage ne peut être qu'entre un homme et une femme", a déclaré à l'époque l'Office parlementaire catholique, une agence de politique publique des évêques écossais. 

    Tyler Arnold est un journaliste de l'Agence de presse catholique, basé au bureau de Washington d'EWTN News. Il a travaillé auparavant à The Center Square et a été publié dans divers médias, dont The Associated Press, National Review, The American Conservative et The Federalist.

  • La théologie du corps : une pastorale à risques

    IMPRIMER

    De l'abbé Claude Barthe sur Res Novae :

    La théologie du corps : une pastorale à risques

    2 avril 2024

    Alors que le concile Vatican II avait ouvert une brèche libérale dans l’ecclésiologie, l’encyclique Humanæ vitæ de Paul VI du 25 juillet 1968 se porta en défense de la morale traditionnelle concernant l’usage du mariage. Elle souleva de ce fait une opposition en tempête parmi les théologiens et les épiscopats du monde. Contre ce dissensus, une défense de la doctrine du mariage se développa à nouveaux frais, c’est-à-dire en cherchant à la rendre acceptable par le monde actuel en tournant à son profit l’exaltation contemporaine du corps et de la sexualité. Non sans risques.

    Rappel sur les trois biens du mariage

    Il convient, pour bien fixer les idées en ce domaine, de se reporter à la synthèse thomiste, laquelle, comme toute la grande tradition médiévale, dépend de l’établissement par saint Augustin, contre les manichéens, de la doctrine des trois biens du mariage : proles, fides, sacramentum, les enfants, la fidélité (la foi donnée pour l’union des corps), le sacrement[1].

    Or, contrairement aux affirmations aujourd’hui répétées, cette synthèse – certes exigeante par le simple fait qu’elle a une visée vertueuse – est tout le contraire de « négative ». Le bien primaire, au sens de fondamental, du mariage humain, institution naturelle élevée par Jésus-Christ à la dignité de sacrement, est dans les enfants, leur engendrement continué dans leur éducation, qui spécifie l’humanité de l’institution, comme l’explique saint Thomas dans la Somme contre les Gentils[2]. Il y a une « ordination objective du mariage à sa fin première, qui est contenue dans sa nature », dira la Rote romaine dans un jugement particulièrement important, du 22 janvier 1944[3].

    Dans son commentaire de la 1ère épître de saint Paul aux Corinthiens, 7, 2 (« Mais à cause de la fornication, que chaque homme ait son épouse, et chaque femme son mari »)[4], saint Thomas montre que les deux premiers biens, tout naturels qu’ils puissent être dans les mariages non sacramentels des non-chrétiens, sont ordonnés, le premier – la génération – à la vertu de religion, puisqu’il s’agit de se prêter à l’œuvre créatrice de Dieu et de lui donner des enfants pour sa louange, et le second à la vertu de justice (Suppl. q. 41 a. 4). Dans le mariage chrétien, l’échange des consentements est le sacramentum, représentation de l’union du Christ avec son Église (Éphésiens 5, 32). La grâce sanctifie la procréation et donne à la l’union des époux une valeur d’indissolubilité sacrée : on ne peut davantage séparer un époux de sa femme que le Christ de son unique Épouse.

    C’est peut-être dans la Somme contre les Gentils, au l 4, c 78, que se trouve le plus beau texte thomiste sur la question. Il y est rappelé que la res, la réalité sacrée ou grâce signifiée par le signe sacramentel du mariage (à savoir, le consentement des époux) est la participation à l’union du Christ et de l’Église, grâce médicinale d’autant plus importante que les réalités charnelles et terrestres du mariage ne les détachent pas du Christ et de l’Église.

    L’union charnelle est bonne (et donc méritoire), si elle n’est pas désordonnée (Suppl. q. 41 a. 4), sans pour autant être indispensable pour qu’existe l’union essentielle du mariage[5]. C’est le sacrement qui sanctifie l’union charnelle et non l’union charnelle qui conditionne le sacrement.

    La théologie du corps de Jean-Paul II

    Toute la revendication libérale dans l’Église concernant le mariage, à partir des années soixante du siècle dernier, avait précisément consisté, à l’inverse, à valoriser l’union charnelle des époux en elle-même, déconnectée de la fin de procréation, pour légitimer la contraception, stérilisation de la femme en vue de rendre impossible la procréation, ce qui avait été condamné par Pie XII en 1958[6] et le fut dans Humanæ vitæ en 1968[7].

    Jean-Paul II prit le relais et fut sans conteste le grand défenseur d’Humanæ vitæ et plus largement du mariage et de la famille. Mais au lieu d’insister sur l’argumentation essentielle de l’encyclique – la contraception est une violation de la loi naturelle –, estimée peu compréhensible par les mentalités contemporaines, il préféra une démonstration anthropologique dans la perspective personnaliste qui était la sienne, développée autour de l’affirmation de la personne comme sujet et non comme objet dont on se sert pour des fins personnelles.

    Lire la suite

  • Un prêtre français populaire est poursuivi en justice pour avoir déclaré que l'homosexualité est un péché

    IMPRIMER

    D'Hélène de Lauzun sur European Conservative :

    Un prêtre français populaire est poursuivi en justice pour avoir déclaré que l'homosexualité est un péché

    "La morale chrétienne est attaquée", explique l'abbé Raffray, qui n'a fait que citer le catéchisme de l'Église catholique.

    22 mars 2024

    Le gouvernement français intente une action en justice contre un prêtre catholique qui a qualifié l'homosexualité de péché. Si cette nouvelle attaque contre l'enseignement moral catholique traditionnel a peu de chances d'aboutir, elle témoigne de l'animosité croissante et de l'incompréhension du catéchisme de l'Église catholique par une société qui a fait de la promotion de l'homosexualité l'un de ses principaux chevaux de bataille.

    L'abbé Matthieu Raffray, un prêtre qui célèbre la messe traditionnelle en latin et qui est bien connu des catholiques français sur les médias sociaux, a publié une courte vidéo sur les tentations sur son compte Instagram dans le cadre de ses enseignements de Carême, dans laquelle il explique que l'homosexualité est une "faiblesse" : "Nous avons tous des faiblesses : le cupide, le colérique, l'homosexuel", explique-t-il à son auditoire. Il considère l'homosexualité comme l'un de "tous les péchés, tous les vices qui peuvent exister dans l'humanité". Aurore Bergé, ministre française chargée de la lutte contre les discriminations, a qualifié ses propos d'"inacceptables". 

    Dans un message posté sur X, elle indique avoir "demandé à la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH) de procéder à un signalement au procureur de la République sur le fondement de l'article 40" du code de procédure pénale. La DILCRAH a pris acte du message du ministre et a confirmé avoir "signalé au procureur de la République les propos homophobes tenus par M. Raffray sur ses réseaux sociaux". Dans son message, la délégation ajoute : "Parler de l'homosexualité comme d'une faiblesse est honteux".

    L'abbé Raffray est également attaqué parce que le ministre considère que ses propos font indirectement la promotion des "thérapies de conversion", interdites en France depuis 2022. En janvier, jouant sur les mots, le prêtre avait déclaré sur son compte Twitter que "toute retraite spirituelle est une thérapie de conversion", mais ses propos avaient déclenché une vague de commentaires hostiles de la part des associations LGBT.

    L'abbé Raffray s'est félicité sur X de la publicité que les "polémiques grotesques" ont donné à son compte, qui a dépassé en peu de temps les 20 000 followers. 

    Mais dans une interview accordée à l'hebdomadaire catholique Famille Chrétienne, l'ecclésiastique s'est inquiété de cette nouvelle tentative d'intimidation de l'enseignement moral traditionnel de l'Église catholique : "C'est la morale chrétienne qui est attaquée", a-t-il expliqué, ajoutant qu'il ne faisait que citer le Catéchisme de l'Église catholique, et en particulier le §2357 :

    L'homosexualité désigne les relations entre des hommes ou des femmes qui éprouvent une attirance sexuelle exclusive ou prédominante pour des personnes du même sexe. Elle a pris des formes très diverses au fil des siècles et des cultures. Ses origines psychologiques restent largement inexpliquées. S'appuyant sur l'Ecriture Sainte, qui la présente comme une grave dépravation, la Tradition a toujours déclaré que "les actes d'homosexualité sont intrinsèquement désordonnés".

    Ce n'est pas la première fois que la position de l'Église catholique sur l'homosexualité est portée devant la justice française. En 2022, un procès a été intenté à l'association Renaissance Catholique, pour des propos tenus dans un article publié en 2019, qui qualifiait l'union homosexuelle de "péché grave". La plainte a été déposée par trois associations de défense des droits LGBT. Le jugement, confirmé en appel, a estimé que les propos, qui reprenaient l'enseignement de l'Église catholique, n'étaient en rien discriminatoires. Il est donc peu probable que le rapport du gouvernement aboutisse à une condamnation. Néanmoins, la réaction violente et disproportionnée de la ministre Aurore Bergé prouve le degré d'hostilité des gouvernants français à la morale chrétienne.  

    Hélène de Lauzun a étudié à l'École Normale Supérieure de Paris. Elle a enseigné la littérature et la civilisation françaises à Harvard et a obtenu un doctorat en histoire à la Sorbonne. Elle est l'auteur de Histoire de l'Autriche (Perrin, 2021).

  • Les propos du pape sur la "communauté LGBTQ+" sèment la confusion

    IMPRIMER

    Du Père Jerry J. Pokorsky sur le Catholic World Report :

    Les propos du pape sur la "communauté LGBTQ+" sèment la confusion

    Les relations homosexuelles et les relations sexuelles hors mariage, quelles qu'elles soient, n'ont rien à voir avec l'amour humain élevé par la grâce de Dieu.

    19 mars 2024

    Les bons pasteurs doivent imiter le Bon Pasteur et mettre en garde leurs brebis contre les loups voraces. Lorsque Caïn a assassiné son frère Abel, Dieu a dit : "Qu'as-tu fait ? La voix du sang de ton frère crie de la terre vers moi" (Gn 4,10).

    Certains péchés mortels sont si mauvais qu'ils sont considérés comme des péchés qui crient vengeance au ciel : l'homicide (Gen. 4:10), la sodomie (Gen. 18:20-21), l'oppression de la veuve et de l'orphelin (Exod. 2:23) et le fait de spolier les travailleurs de leur juste salaire (Jas. 5:4).

    Les péchés contre le Saint-Esprit sont des péchés mortels qui endurcissent l'âme en rejetant le Saint-Esprit : le désespoir, la présomption, l'envie, l'obstination dans le péché, l'impénitence finale et la résistance délibérée à la vérité connue.

    Dans un passage de son autobiographie à paraître, intitulée Life : Mon histoire à travers l'histoire, le pape François affirme que les couples homosexuels, même s'ils n'ont pas accès au mariage légal, doivent pouvoir "vivre le don de l'amour" en bénéficiant d'un soutien légal.

    Des extraits de l'autobiographie, écrite avec le journaliste italien Fabio Marchese Ragona, ont été publiés par le quotidien italien Corriere della Sera :

    Le mariage homosexuel n'est pas possible, mais les unions civiles le sont : "Il est juste que ces personnes qui vivent le don de l'amour puissent bénéficier d'une couverture juridique comme tout le monde. Jésus allait souvent à la rencontre des personnes qui vivaient en marge, et c'est ce que l'Église devrait faire aujourd'hui avec les personnes de la communauté LGBTQ+, qui sont souvent marginalisées au sein de l'Église : les faire se sentir chez elles, en particulier celles qui ont reçu le baptême et qui font, à toutes fins utiles, partie du peuple de Dieu. Et ceux qui n'ont pas reçu le baptême et qui souhaitent le recevoir, ou qui souhaitent être parrain ou marraine, soyez les bienvenus."

    Le pape François s'exprime également sur les bénédictions accordées aux couples en situation irrégulière :

    "Je veux seulement dire que Dieu aime tout le monde, surtout les pécheurs. Et si des frères évêques décident de ne pas suivre cette voie, cela ne signifie pas que c'est l'antichambre d'un schisme, parce que la doctrine de l'Église n'est pas remise en cause."

    Exacte ou non, l'autobiographie en tant que mémoire personnel n'a aucune valeur magistérielle, quel qu'en soit l'auteur. (...)

    Comme beaucoup l'ont noté, ces remarques du pape François sont en contradiction avec le document de 2003 de la Congrégation pour la doctrine de la foi, "Considérations sur les propositions visant à donner une reconnaissance juridique aux unions entre personnes homosexuelles", qui fait des déclarations très fortes :

    Il n'y a absolument aucune raison de considérer les unions homosexuelles comme étant de quelque manière que ce soit similaires ou même vaguement analogues au plan de Dieu pour le mariage et la famille. Le mariage est saint, tandis que les actes homosexuels vont à l'encontre de la loi morale naturelle. ... Dans les situations où les unions homosexuelles ont été légalement reconnues ou ont reçu le statut légal et les droits appartenant au mariage, une opposition claire et catégorique est un devoir. Il faut s'abstenir de toute coopération formelle à la promulgation ou à l'application de ces lois gravement injustes et, dans la mesure du possible, de toute coopération matérielle au niveau de leur application. ... L'Église enseigne que le respect des personnes homosexuelles ne peut en aucun cas conduire à l'approbation du comportement homosexuel ou à la reconnaissance légale des unions homosexuelles.

    Lire la suite