Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sexualité

  • Des gays à Ratzinger, d'autres surprises du Pape en vol

    IMPRIMER

    De Nico Spuntoni sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Des gays à Ratzinger, d'autres surprises du Pape en vol

    6-2-2023

    Le voyage apostolique de François entre le Congo et le Soudan du Sud s'est achevé hier, devant des foules nombreuses, confirmant l'épanouissement du catholicisme en Afrique. Lors de la conférence de presse dans l'avion, Bergoglio revient sur le sujet de l'homosexualité, de la criminalisation et du droit civil. Il dément également Gänswein et ceux qui "instrumentalisent" la mort de Benoît XVI.

    J'aimerais que les médias accordent plus de place à l'Afrique dans son ensemble. Une exclamation que le pape avait faite sur un ton presque résigné au deuxième jour de son 40e voyage international. Un voyage qui n'a pas reçu l'attention qu'il espérait si un fidèle comme le père Antonio Spadaro a ressenti le besoin d'exprimer sur Twitter son mécontentement face à la faible couverture médiatique, écrivant que "le silence qui entoure le voyage du pape François en Afrique semble proportionnel à l'intérêt de taire les conflits qui ont lieu ici et au désintérêt pour le continent africain". Face à la levée de boucliers des initiés, le directeur de la Civiltà Cattolica a partiellement corrigé son tir dans un message ultérieur, mais a néanmoins réitéré sa conviction qu'il existe "un problème plus général d'information sur cette région du monde". Et cela a conduit une grande partie des médias à ignorer les six jours passés par François en République démocratique du Congo et au Sud-Soudan.

    Pourtant, les chiffres enregistrés sont impressionnants : des foules ont salué l'arrivée du pape à Kinshasa et à Juba, comme pour démontrer que l'avenir du catholicisme se trouve en Afrique. Un continent qui, toutefois, semble avoir été sous-estimé non seulement par les médias, mais aussi, par exemple, lors des derniers consistoires : dans celui d'août 2022, il n'y avait que deux nouveaux cardinaux africains (dont l'un a depuis disparu) contre huit Européens, cinq Asiatiques et cinq Américains. Lors de la précédente, en novembre 2020, seul un Africain a été créé cardinal malgré sept Européens, trois Américains et deux Asiatiques. Et ce malgré le fait que l'Afrique est aujourd'hui, à toutes fins utiles, un grand réservoir de vocations, comme le Pontife a dû le toucher de ses propres mains lors de ce dernier voyage. 

    Au clergé africain, lors de la rencontre dans la cathédrale de Kinshasa, François avait adressé un avertissement citant son prédécesseur récemment rentré dans la maison du Père : " Votre témoignage de vie pacifique, au-delà des frontières tribales et raciales, peut toucher les cœurs ", écrivait Benoît XVI dans l'exhortation apostolique Africae munus. 

    L'un des plus beaux témoignages de ces cinq jours est venu de Monseigneur Christian Carlassare, qui a été mis à genoux en 2021 pour l'empêcher de prendre possession du diocèse de Rumbek, probablement sur ordre d'un prêtre local qui aspirait à ce rôle. C'est du moins ce qu'ont déclaré les auteurs matériels de cette attaque. Ces derniers jours, Carlassare, en tant qu'évêque de Rumbek, a parcouru deux cents kilomètres à pied, à la tête d'une centaine de fidèles pour assister à la rencontre avec le Pape samedi matin à Juba. 

    François a fait ses adieux au Sud-Soudan lors d'une messe célébrée au mausolée de John Garang, dans la capitale, au cours de laquelle il a loué le rôle des chrétiens qui, "bien que fragiles et petits, même lorsque notre force semble faible face à l'ampleur des problèmes et à la fureur aveugle de la violence, nous pouvons offrir une contribution décisive pour changer l'histoire". L'histoire que le pape a invité à changer est celle d'un pays où le processus de paix, malgré la fin officielle de la guerre civile en février 2020, est encore trop lent, comme l'a dénoncé hier au mausolée l'archevêque de Juba, Monseigneur Stephen Ameyu Martin Mulla. Les incursions violentes de bandes de maraudeurs islamiques contre des villages chrétiens pèsent également sur la déstabilisation. 

    Lire la suite

  • Synode : quand le chat est sorti du sac

    IMPRIMER

    Du Père Raymond J. de Souza  sur le National Catholic Register :

    A présent, avec le Synode sur la synodalité, le chat est sorti du sac

    Les commentaires du Cardinal Robert McElroy la semaine dernière, soutenant que le synode est l'endroit approprié pour renverser les enseignements catholiques fondamentaux, ont mis en lumière la façon dont les dirigeants du Synode sur la Synodalité manipulent eux-mêmes le processus dans la poursuite de ce même objectif.

    1er février 2023

    La récente lettre aux évêques du monde entier du cardinal Mario Grech, chef du secrétariat du synode du Vatican, et du cardinal Jean-Claude Hollerich, rapporteur général du synode sur la synodalité, montre que la gestion d'un synode n'est plus aussi facile qu'avant.

    Les précédents synodes sous le pape François étaient relativement faciles à gérer par rapport au processus synodal actuel sur la synodalité pour une Église synodale. À l'époque, les responsables du synode, après avoir entendu tout le monde, se contentaient d'insérer dans les rapports intermédiaires ou finaux ce qu'ils souhaitaient. 

    Origines du processus synodal sur la synodalité

    C'est ainsi qu'a débuté le processus synodal sur la synodalité pour une Église synodale. Il culminera avec non pas une, mais deux réunions synodales planétaires à Rome, l'une cet automne et la seconde en octobre 2024. 

    Mais cela a commencé en 2018 au Synode sur les jeunes, lorsque le père jésuite Giacomo Costa - l'un des principaux gestionnaires du synode - a simplement inséré du matériel sur les processus synodaux dans le rapport de ce synode. 

    Il serait difficile de penser à quelque chose de moins attrayant pour des jeunes normaux que des réunions interminables sous la direction d'animateurs de groupe. Néanmoins, le secrétariat du synode devait lancer le processus synodal local à planétaire en plusieurs étapes, et il a donc "rapporté" que les pères synodaux souhaitaient que les jeunes catholiques du monde entier s'engagent dans la synodalité.

    Le cardinal Oswald Gracias de Bombay, membre du "conseil des cardinaux" du Saint-Père et proche conseiller du pape, a fait savoir que le secrétariat du synode avait conçu ce texte et a suggéré que le père Costa lui-même en était peut-être l'auteur. 

    Le Cardinal McElroy entre en scène

    Le processus synodal sur la synodalité pour une Église synodale a été quelque peu secoué la semaine dernière lorsque le cardinal Robert McElroy de San Diego a vendu la mèche, ou tiré le rideau, ou simplement dit tout haut ce que beaucoup soupçonnaient. Il a fait valoir que le Synode sur la Synodalité était exactement le bon moment pour approuver l'ordination des femmes diacres, reconsidérer l'ordination des femmes prêtres, mettre de côté l'enseignement scripturaire de Saint Paul sur la non réception de la Sainte Communion en état de péché mortel, et, au moins pour certaines pratiques sexuelles, abandonner complètement le défi de la chasteté.

    Le cardinal McElroy est de loin le plus intelligent, le plus éloquent et le plus instruit - Stanford, Harvard, Berkeley, Gregorian - des cardinaux américains que le pape François a créés, et les gens ont donc pris note.

    Les gens ont donc pris note. Un peu trop, semble-t-il, car on s'est inquiété du fait que le processus synodal d'"élargissement de la tente" comprenait apparemment l'invitation des renards dans le poulailler doctrinal. Il s'agit d'une "inclusion radicale" d'une grande portée, proposant des idées - l'admission ouverte à l'Eucharistie pour tous les baptisés - jamais enseignées dans toute l'histoire de l'Église. 

    Lire la suite

  • L'Arche publie un rapport de 900 pages divulguant les pratiques déviantes de Jean Vanier

    IMPRIMER

    De Jean-Marie Guénois sur le site du Figaro :

    Un rapport d'experts révèle l'ampleur d'un scandale sexuel impliquant Jean Vanier

     

    « Aucune personne handicapée » n'aurait été victime de Jean Vanier ni du père Thomas Philippe, veut rassurer L'Arche, œuvre fondée par ces deux personnalités en 1964 pour accueillir des personnes en situation de handicap. Un argument qui ne saurait éclipser le scandale : cette célèbre association a publié lundi un rapport d'experts de 900 pages (disponible sur arche-france.org) accablant quant aux comportements sexuels de ces deux hommes.

    L'un, Jean Vanier (1928- 2019), était un laïque célibataire canadien, jugé comme un « saint vivant » à la fin de sa vie. L'autre, le père Thomas Philippe (1905-1993), était un religieux dominicain français, très connu et controversé.

    Jean Vanier ? « Vingt-cinq ­femmes majeures, célibataires, mariées ou consacrées, non handicapées, ont ainsi été identifiées pour avoir vécu, à un moment de leur relation avec Jean Vanier, une situation impliquant un acte sexuel ou un geste intime entre 1952 et 2019 », écrit le rapport. Avec cette « hypothèse » : « Ce nombre de vingt-cinq est inférieur au nombre réel de femmes concernées. » Quant au mentor de Jean Vanier, le père dominicain Thomas Philippe, « l'exploration du matériau d'enquête a permis d'identifier vingt-trois personnes, hommes et femmes, abusées sexuellement (par le religieux, NDLR), dont un petit nombre recoupe le chiffre de 33 victimes déjà identifiées à Rome par le Saint- Office dans les années 1950 (il avait subi alors une sanction canonique, NDLR). Les nombres ici cités sont nettement en deçà du nombre de personnes abusées sexuellement par Thomas Philippe. »

    En réalité, cette affaire avait ­explosé en février 2020, avec la publication de plusieurs témoignages accusateurs mais qui éma­naient seulement de victimes. L'Arche internationale avait alors commissionné six spécialistes, dont l'historien Florian Michel, et ouvert ses archives ainsi que ­celles de l'ordre dominicain, pour établir la vérité.

    Quelle vérité ? Le rapport écrit : « Les situations, les gestes et les actes sont hétérogènes. Certains actes d'agression ou d'abus sexuels ont eu lieu dans le cadre d'une relation d'emprise, d'autres non, mais ils s'inscrivent dans un continuum de violences sexuelles marqué par l'expérience de l'emprise, de l'abus d'autorité et, plus généralement, par la confusion des sphères spirituelles, affectives et sexuelles. »

    Et le document détaille les ­actes : « La posture régulièrement décrite est celle de Jean Vanier - c'est le cas aussi avec Thomas Philippe et Marie-Dominique ­Philippe (son frère, également ­prêtre) -, à genoux, tête posée sur la poitrine nue de la personne » qu'il suit en entretien spirituel. « Les gestes tactiles s'intensifient pendant la prière et l'accompagnement (ils se tiennent les mains, têtes rapprochées, les fronts se touchent, ils se prennent dans les bras l'un l'autre). Les différents récits évoquent une gamme similaire d'attouchements, recouvrant en particulier des “baisers sur la bouche chaque fois plus appuyés, passionnels”, “voluptueux, passionnés”, et des caresses sur les zones érogènes de chacun, particulièrement la poitrine féminine. Dans plusieurs cas, les attouchements ont progressé vers des actes d'agression sexuelle. La nudité partielle, l'absence de coït ainsi que la justification spirituelle de l'abus sexuel conduisent Jean Vanier à considérer qu'il s'agit là d'une pratique non sexuelle. »

    Les signataires du rapport ­expliquent encore : « Parce qu'il considère ces expériences comme de la “sexualité chaste”, Jean ­Vanier y a invité indifféremment des femmes célibataires, en couple, mariées ou ayant prononcé des vœux religieux de chasteté, des femmes ayant déjà une sexualité active ou des femmes n'ayant jamais eu d'expérience sexuelle avec un partenaire. »

    «Folie érotique»

    Mais comment Jean Vanier, un laïque canadien très connu et respecté dans le monde catholique pour son œuvre auprès des personnes handicapées, a-t-il pu se livrer à de telles pratiques ? Sur la base de courriers « intimes » entre Jean Vanier et Thomas Philippe, l'analyse des six experts met en lumière la dérive de leurs liens : ils sont passés d'une « filiation spirituelle » à une « initiation de Jean Vanier aux pratiques mystico-sexuelles de son père spirituel ». Ce dernier, rapporte la commission d'experts, « dit avoir vécu en 1938 à Rome une union mystico-sexuelle avec la Vierge Marie qui lui aurait révélé un “secret” : Jésus et Marie auraient eu des relations mystico-sexuelles dans le but de réhabiliter la chair et d'inaugurer les relations mystico-amoureuses qui se vivront dans le Royaume ».

    Le document ajoute : « Une religieuse abusée au début des années 1950 témoigne qu'il arguait que les caresses ont pour fonction de transsubstantier son corps de femme en celui de Marie, assimilant ainsi ces échanges sexuels à un sacrement. La même continue en indiquant qu'il cherchait à justifier ce modèle incestueux en affirmant qu'il n'y avait aucune ligne de démarcation entre amour maternel et amour conjugal, qu'il y avait l'amour tout court, qui exigeait une totale liberté ».

    Les experts pointent son ­« délire » et sa « folie érotique ». Jusqu'au sordide. Un commissaire du Saint-Office, l'ancêtre de la congrégation romaine de la Doctrine de la foi, note, en 1955, qu'il est « informé d'un avortement intervenu en 1947, auquel est donné un sens “mystique” avec une vénération du fœtus mort comme quelque chose de sacré, lié au “secret de la T. S. Vierge”. L'enfant avorté est le fruit des relations sexuelles entre Thomas Philippe et Anne de R. L'ancienne prieure du carmel de Nogent-sur-Marne, Mère Thérèse, confirme les faits et reconnaît son implication ». 

  • Tolérance zéro pour l'homosexualité : le Soudan du Sud a déjà exprimé son refus au pape

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso (traduction de Diakonos.be) :

    Tolérance zéro pour l’homosexualité. Le Soudan du Sud a déjà dit son non au Pape

    L’interview qu’il a accordée le 24 janvier à Associated Press va causer bien des soucis au Pape François quand il atterrira ce 3 février à Djouba, au Soudan du Sud, la seconde étape, après le Congo, de son prochain voyage en Afrique.

    Dans cette interview, le Pape a purement et simplement déclaré que « l’homosexualité n’est pas un crime » et qu’il est donc « injuste » que « plus de 50 pays » la condamnent et la punissent, parmi lesquels « dix ou douze, plus ou moins », carrément par la peine de mort.

    Et donc, a-t-il ajouté, les évêques de ces pays doivent réagir contre ces lois et la culture qui les produit.

    Ces paroles du Pape ont fait le tour du monde et sont parvenues jusqu’au Soudan du Sud où l’homosexualité constitue un délit punissable de jusqu’à 14 ans de prison. Et vendredi 27 janvier, lors d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion de cabinet présidée par le président Salva Kiir, le ministre de l’information Michael Makuei Lueth a déclaré : « Si lui, le Pape, vient ici nous dire que le mariage entre personnes de même sexe, l’homosexualité est légale, nous dirons non ».

    « Dieu ne s’est pas trompé », a poursuivi le ministre. « Il a créé l’homme et la femme et leur a dit de se marier l’un à l’autre et de peupler la terre. Deux partenaires du même sexe peuvent-il faire naître quoi que ce soit ? Notre constitution est très claire et dit que le mariage est pour les personnes de sexes différents et que chaque mariage homosexuel est un crime, c’est un crime constitutionnel ».

    M. Makuei a cependant ajouté que « ce n’est pas pour cela que le Pape viendra au Soudan du Sud », parce que son objectif principal est de prêcher la paix. Et il le fera avec le primat de l’Église anglicane Justin Welby et le modérateur de l’Église presbytérienne d’Écosse Iain Greeshields : « un événement historique », parce que « ces trois personnes étaient à Rome quand nos chefs s’y sont rendus et à présent ils viennent de nouveau ici ensemble, et cela signifie que c’est quelque chose de spécial pour le Soudan du Sud ».

    Il faisait ainsi référence à la visite du président Salva Kiir et du vice-président Riek Lachar au Vatican en avril 2019, pour participer à une retraite spirituelle que le Pape avait conclue en s’inclinant pour leur baiser les pieds à tous deux (voir photo).

    Ces deux représentants, appartenant à des tribus rivales, étaient en guerre et la guerre s’était poursuivi les années suivantes, faisant 400.000 morts et deux millions de déplacés.

    Mais pour en revenir à la question de l’homosexualité, il faut préciser que l’Église anglicane elle-même est fortement divisée sur la question.

    Au Royaume-Uni et en Amérique du Nord, ceux qui veulent faire tomber tous les tabous et bénir à l’église les mariages entre personnes de même sexe dominent. Cependant, en Afrique, où vivent trois quart des anglicans du monde entier, l’opposition est très forte et empêche qu’une décision partagée soit prise.

    Le 18 janvier à Londres, un compromis a été proposé : une simple prière facultative pour les unions civiles entre personnes de même sexe.
    Comme on peut le constater aisément, la division actuelle dans l’Église anglicane est très semblable à celle de l’Église catholique sur la même question. Le Dicastère pour la doctrine de la foi a interdit les bénédictions des unions homosexuelles, mais en Allemagne, en Belgique et dans d’autres pays elle est justifiée et pratiquée de la même manière, et le Pape François laisse faire, et même, quand il a rencontré les évêques Belges fin novembre, il leur a fait comprendre qu’il leur donnait son approbation.

    Le 5 février, lors de la conférence de presse prévue dans l’avion de retour à Rome, le Pape François aura à ses côtés Welby et Greenshields. Et il y a fort à parier que les questions sur l’homosexualité ne manqueront pas.

  • Le pape François clarifie ses commentaires sur l'homosexualité

    IMPRIMER

    De Outreach :

    Le pape François clarifie ses commentaires sur l'homosexualité : "Il faut considérer les circonstances".

    27 janvier 2023

    Image recadrée d'une lettre écrite par le pape François au rédacteur en chef de Outreach, James Martin, S.J., le 27 janvier 2023.

    Cette semaine, dans une interview accordée à l'Associated Press, le pape François est devenu le premier pape à appeler à la dépénalisation de l'homosexualité. Il s'agissait d'un pas historique vers la protection par l'Église catholique des personnes LGBTQ vulnérables dans le monde entier. 

    Au cours de son interview, le Saint-Père a imaginé une conversation hypothétique dans laquelle une personne pourrait objecter en disant : "Être homosexuel est un péché", et le pape a suggéré une réponse : "C'est aussi un péché de manquer de charité les uns envers les autres."

    Certains médias, cependant, ont attribué ces sentiments directement au pape, même si l'enseignement de l'Église ne stipule pas que l'orientation homosexuelle elle-même est un péché. Comme le pape l'a dit dans son interview, comme il l'a fait en d'autres occasions : "C'est une condition humaine".

    Pour aider à clarifier les choses, Outreach a posé trois questions au Saint-Père, en espagnol, et a reçu une réponse écrite de sa part. Nous avons formulé ces questions comme une interview, afin qu'il sache que ses réponses seraient rendues publiques. Nos trois questions étaient les suivantes :

    • Saint Père, merci pour votre appel fort à la dépénalisation de l'homosexualité. Pourquoi avez-vous décidé de le dire à ce moment-là ?
    • Il semble qu'il y ait eu une certaine confusion au sujet de votre commentaire, "Être gay est un péché", qui, bien sûr, ne fait pas partie de l'enseignement de l'Église. J'ai eu l'impression que vous ne faisiez que répéter ce que d'autres pourraient dire hypothétiquement. Donc, pensez-vous que le simple fait d'être gay est un péché ?
    • Que diriez-vous aux évêques catholiques qui soutiennent encore la criminalisation de l'homosexualité ?

    La réponse écrite du pape au rédacteur de Outreach, James Martin, S.J., figure ci-dessous, traduite de l'espagnol par J.D. Long-García et Ivan Briggeler.

    Cher frère,

    Je vous remercie pour votre lettre.

    Ce n'est pas la première fois que je parle de l'homosexualité et des personnes homosexuelles.

    Et je voulais préciser que ce n'est pas un crime, afin de souligner que la criminalisation n'est ni bonne ni juste.

    Quand j'ai dit que c'était un péché, je me référais simplement à l'enseignement moral catholique, qui dit que tout acte sexuel en dehors du mariage est un péché. Bien sûr, il faut aussi tenir compte des circonstances, qui peuvent diminuer ou éliminer la faute. Comme vous pouvez le constater, je répétais quelque chose de général. J'aurais dû dire "C'est un péché, comme tout acte sexuel en dehors du mariage". C'est parler de "la matière" du péché, mais nous savons bien que la morale catholique ne prend pas seulement en considération la matière, mais évalue aussi la liberté et l'intention ; et ce, pour chaque type de péché.

    Et je dirais à ceux qui veulent criminaliser l'homosexualité qu'ils ont tort.

    Dans une interview télévisée, où nous avons échangé avec un langage naturel et conversationnel, il est compréhensible qu'il n'y ait pas de définitions aussi précises.

    Je prie pour vous et pour votre travail. Je vous prie de faire de même pour moi.

    Que Jésus vous bénisse et que la Sainte Vierge vous protège.

    Fraternellement,

    Francisco

  • Le pape critique les lois criminalisant l'homosexualité

    IMPRIMER

    De Sophie Cazaux sur le site de BFM TV :

    LE PAPE FRANÇOIS AFFIRME QUE L'HOMOSEXUALITÉ N'EST "PAS UN CRIME" MAIS UN "PÉCHÉ"

    25/01/2023

    Dans une interview à l'agence de presse AP, le pape François a estimé que les lois pénalisant l'homosexualité à travers le monde étaient "injustes". Il a aussi réaffirmé que l'homosexualité était un "péché".

    Le pape réaffirme la doctrine de l'Église. S'il a estimé lors d'une interview mardi avec l'agence de presse américaine Associated Press (AP) que les lois pénalisant l'homosexualité à travers le monde étaient "injustes", il a aussi déclaré que cette orientation sexuelle était un "péché".

    "Être homosexuel n'est pas un crime", a-t-il déclaré à AP. "Ce n'est pas un crime. Oui, mais c'est un péché. Bien, mais d'abord faisons la distinction entre un péché et un crime".

    "C'est aussi un péché de manquer de charité les uns envers les autres", a-t-il ajouté.

    Interrogé sur l'attitude des prêtres qui soutiennent les discriminations envers les personnes LGBT, le pape François a estimé qu'ils devaient plutôt engager "un processus de conversion" et avoir "de la tendresse".

    Une position affirmée par le Vatican

    En 2021, l'institution du Vatican chargée de dire et préserver le dogme catholique, la Congrégation pour la doctrine de la foi, avait déjà souligné que l'homosexualité était considérée comme un "péché" par l'Église.

    Répondant à la question: "L'Église dispose-t-elle du pouvoir de bénir des unions de personnes du même sexe?", la Congrégation avait déclaré dans une note publiée en ligne que "Dieu n'arrête jamais de bénir chacun de ses fils (...). Mais Il ne bénit pas ni peut bénir le péché".

    L'institution concluait que "l'Église ne dispose pas, ni ne peut disposer, du pouvoir de bénir les unions de personnes de même sexe" et rappelait que ce texte avait été approuvé par le pape.

  • Le Vatican s'exprime sur le projet allemand de création d'un "conseil" des laïcs et des évêques pour la gouvernance de l'Église

    IMPRIMER

    De Luke Coppen et JD Flynn sur The Pillar :

    Le Vatican s'exprime sur le projet allemand de création d'un "conseil" des laïcs et des évêques pour la gouvernance de l'Église

    Le Vatican a lancé sa dernière salve dans la tension actuelle sur la gouvernance de l'Église en Allemagne.

    23 janvier 2023

    De hauts responsables du Vatican ont notifié aux évêques d'Allemagne qu'ils ne sont pas habilités à créer un organe législatif proposé, composé de clercs et de laïcs, qui agirait comme un organe directeur pour l'ensemble de l'Église dans le pays.

    "Nous souhaitons préciser que ni la voie synodale, ni aucun organe établi par elle, ni aucune conférence épiscopale n'a la compétence d'établir le "Conseil synodal" au niveau national, diocésain ou paroissial", explique une lettre envoyée le 16 janvier aux évêques allemands, que le Pillar a obtenue.

    La lettre a été signée par le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État du Vatican, ainsi que par le cardinal Luis Ladaria Ferrer, préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi, et le cardinal Marc Ouellet, chef du Dicastère pour les évêques.

    L'idée de créer un organe permanent de gouvernement des évêques et des laïcs pour l'Église en Allemagne a été approuvée lors d'une réunion de la "voie synodale" en septembre dernier, au cours de laquelle les participants ont voté la création d'un "conseil synodal" permanent de gouvernement.

    Ce conseil prendrait également "des décisions fondamentales d'importance supra-diocésaine sur la planification pastorale, les perspectives d'avenir et les questions budgétaires de l'Église qui ne sont pas décidées au niveau des diocèses."

    Le Vatican s'est prononcé sur cette idée ce mois-ci, après que cinq évêques lui ont demandé s'ils étaient obligés de participer au "comité synodal" - une organisation transitoire prévue, qui serait composée de 74 membres épiscopaux et laïcs, et qui devait commencer cette année à préparer la mise en place du conseil synodal.

    La question a été soulevée dans une lettre du 21 décembre des chefs des diocèses de Cologne, Eichstätt, Augsbourg, Passau et Regensburg, suite à la visite ad limina des évêques allemands à Rome en novembre. Au cours de cette visite, les trois cardinaux qui ont signé la lettre du 16 janvier se sont adressés aux évêques allemands lors d'une rare réunion interdicastérielle au Vatican le 18 novembre.

    La lettre du 16 janvier précise que les évêques ne sont pas tenus de participer au "comité synodal". Elle explique ensuite que les évêques ne sont pas habilités à créer une assemblée synodale de direction ou de décision pour leur pays.

    La lettre cite le document Lumen gentium du Concile Vatican II, qui enseigne que l'ordination épiscopale "confère la charge d'enseigner et de gouverner" dans l'Église.

    La lettre du 16 janvier a été envoyée à Mgr Georg Bätzing, évêque du Limbourg et président de la conférence épiscopale. Il a été demandé à Mgr Bätzing de transmettre la lettre aux évêques avant le 23 janvier.

    Le texte de la lettre a été spécifiquement approuvé par le pape, qui a ordonné qu'elle soit envoyée, explique le document.

    Pour sa part, Bätzing a publié une déclaration publique le 23 janvier, suggérant que le projet de conseil synodal directeur ne visait pas à saper l'autorité des évêques.

    "Compte tenu de la synodalité, il ne s'agit pas en premier lieu de questions dogmatiques, mais de questions de culture synodale vécue dans la consultation et la prise de décision communes. Personne ne remet en cause l'autorité de l'épiscopat", a-t-il déclaré.

    L'évêque a qualifié d'"infondée" la crainte du Vatican "qu'un nouvel organe puisse se placer au-dessus de la conférence épiscopale ou saper l'autorité de chaque évêque".

    "Le conseil synodal, qui doit être préparé par le comité synodal, fonctionnera donc dans le cadre du droit canonique actuel, conformément au mandat contenu dans la résolution", a-t-il écrit.

    Mais l'évêque a également déclaré que l'intervention de Rome signifiera une remise en question de ce que le conseil synodal peut réellement faire.

    "Le document de Rome aura pour conséquence, pour nous en Allemagne, que nous réfléchirons beaucoup plus intensément aux formes et aux possibilités de consultation et de prise de décision synodales afin de développer une culture de la synodalité", a écrit l'évêque.

    Bien qu'il n'ait pas abordé les détails, Bätzing a insisté sur le fait que l'intervention n'était pas une perte pour les évêques allemands.

    "Je considère que cela est utile et faisable dans le cadre du portefeuille de tâches du comité synodal, tout en respectant les limites et les possibilités données par le droit ecclésiastique. Le comité synodal n'est pas remis en cause par la lettre romaine."

    Il a ajouté que le conseil permanent de la conférence épiscopale allemande avait discuté de la lettre du Vatican lors de sa réunion de lundi à Würzburg.

    On ne sait pas encore comment les autres évêques allemands vont réagir à la directive du Vatican. L'automne dernier, la perspective d'un "conseil synodal" a reçu le soutien d'une majorité d'évêques lors de la réunion de septembre de la voie synodale, qui s'est tenue à Francfort.

    Le 10 septembre, les délégués ont approuvé un document de deux pages intitulé "Renforcement durable de la synodalité : Un Conseil synodal pour l'Église catholique en Allemagne" en deuxième lecture. Quatre-vingt-treize pour cent des plus de 200 membres de la voie synodale présents ont approuvé le document, dont 88 % des évêques.

    Le document avait été fortement critiqué par l'éminent théologien allemand, le cardinal Walter Kasper, qui a déclaré qu'il menaçait de détruire la structure "que le Christ a voulu pour son Église."

    Les évêques ont voté pour la proposition malgré une déclaration du Vatican en juillet dernier selon laquelle la voie synodale n'a pas le pouvoir "d'obliger les évêques et les fidèles à adopter de nouveaux modes de gouvernance et de nouvelles approches de la doctrine et de la morale".

    "Avant un accord convenu au niveau de l'Église universelle, il ne serait pas permis d'initier de nouvelles structures ou doctrines officielles dans les diocèses, ce qui représenterait une blessure pour la communion ecclésiale et une menace pour l'unité de l'Église", disait cette déclaration.

    L'attente que le Vatican envoie une lettre importante aux évêques allemands après leur visite ad limina a été exprimée publiquement pour la première fois par l'évêque Peter Kohlgraf de Mayence le 1er décembre. L'évêque a déclaré que la lettre devrait arriver avant la cinquième et dernière assemblée synodale, prévue du 9 au 11 mars à Francfort.

    En octobre, le Comité central des catholiques allemands a élu 27 membres pour siéger au comité synodal.

    La voie synodale est un rassemblement pluriannuel d'évêques et de laïcs pour discuter de quatre sujets principaux : le pouvoir, le sacerdoce, les femmes dans l'Église et la sexualité, dans le sillage d'une crise dévastatrice des abus et au milieu d'un exode massif des catholiques allemands.

  • Un évêque allemand controversé bientôt à la tête du Dicastère pour la Doctrine de la Foi ?

    IMPRIMER

    De Jonathan Liedl sur le National Catholic Register :

    Cet évêque allemand controversé pourrait bientôt être le chef doctrinal du Vatican

    L'évêque Heiner Wilmer, qui a soutenu avec force les propositions les plus controversées de la voie synodale allemande, serait le choix "probable" du pape François pour diriger le Dicastère pour la doctrine de la foi.

    23 janvier 2023

    Il y a quelques semaines, la nomination d'un évêque allemand controversé au rôle influent de préfet du Dicastère de la Doctrine de la Foi aurait été bloquée par des cardinaux inquiets, qui ont exhorté le pape François contre cette nomination. Aujourd'hui, l'évêque Heiner Wilmer serait à nouveau le choix du Saint-Père pour diriger le bureau de la doctrine du Vatican.

    Mgr Wilmer, qui dirige le diocèse allemand de Hildesheim et qui a déploré il y a quatre mois que le synode allemand n'ait pas approuvé un texte appelant à des changements radicaux dans l'enseignement de l'Église sur la sexualité, aurait été fortement pressenti par le pape François pour succéder au cardinal Luis Ladaria en tant que préfet du Dicastère de la doctrine de la foi en décembre dernier. Mais l'intervention d'un certain nombre de prélats de haut rang, dont feu le cardinal George Pell, a mis en doute la solidité doctrinale de Mgr Wilmer et aurait dissuadé le pape d'aller de l'avant avec cette sélection, du moins temporairement.

    Aujourd'hui, selon le site Internet italien traditionaliste Messa In Latino, la candidature de l'évêque Wilmer est à nouveau fortement considérée par le Saint-Père. Dans une lettre ouverte adressée au pape François par le comité de rédaction du site, la nomination de Mgr Wilmer est qualifiée de "probable".

    L'intérêt du pape François pour l'évêque Wilmer survient au milieu de l'impasse actuelle entre le Vatican et l'épiscopat allemand au sujet du controversé Chemin synodal, un processus non contraignant au sein de l'Église catholique allemande qui cherche à apporter des changements hétérodoxes à la gouvernance ecclésiale, à l'ordination sacramentelle et à l'enseignement sur la sexualité. 

    Lors d'une réunion entre les responsables des bureaux curiaux du Vatican et les évêques allemands en novembre 2022, le cardinal Ladaria a critiqué les propositions du Chemin synodal qui "réduisent le mystère de l'Église à un simple institut de pouvoir ... qui doit être placé sous le contrôle de super-contrôleurs dès que possible". Les responsables du Vatican ont demandé un "moratoire" sur le Chemin synodal, ce que l'épiscopat allemand a rapidement rejeté.

    Selon les procès-verbaux des réunions, l'évêque Wilmer a soutenu tous les textes proposés par la Voie synodale lors de sa dernière assemblée en septembre 2022, y compris ceux demandant la création d'un Conseil synodal permanent, l'ordination des femmes et l'approbation morale des relations sexuelles entre personnes du même sexe.

    En ce qui concerne le texte appelant à des changements hétérodoxes dans l'enseignement de l'Église sur la sexualité, qui, selon le cardinal Ladaria, donnait "l'impression générale" que "rien ne peut être sauvé" dans l'enseignement orthodoxe de l'Église, "que tout doit être changé", Mgr Wilmer a non seulement soutenu la mesure, mais a déploré qu'elle n'ait pas reçu un soutien suffisant de la part des évêques allemands lors de l'assemblée de septembre pour être formellement adoptée.

    Lire la suite

  • Un dominicain controversé dirigera en octobre une retraite pour les évêques au début du Synode

    IMPRIMER

    De Courtney Mares sur le National Catholic Register :

    Un prêtre dominicain controversé dirigera en octobre une retraite pour les évêques au début du Synode.

    Le père Radcliffe, âgé de 77 ans, a été à la tête de l'Ordre dominicain de 1992 à 2001. Ses déclarations hétérodoxes, notamment sur l'homosexualité, ont déjà suscité la controverse dans l'Église.

    23 janvier 2023

    Le cardinal Jean-Claude Hollerich a annoncé lundi que la session d'octobre 2023 du Synode des évêques sur la synodalité débutera par une retraite de trois jours dirigée par un prédicateur dominicain dont les déclarations sur l'homosexualité ont déjà suscité la controverse.

    Le père dominicain Timothy Radcliffe conduira les évêques catholiques et les participants à la 16e assemblée générale ordinaire du Synode des évêques lors d'une retraite près de Rome du 1er au 3 octobre, à l'invitation du pape François, selon le cardinal. 

    Le père Radcliffe, 77 ans, a été à la tête de l'Ordre dominicain de 1992 à 2001. Ses déclarations hétérodoxes, notamment sur l'homosexualité, ont déjà suscité la controverse dans l'Église.

    Dans le rapport anglican Pilling en 2013, le père Radcliffe a écrit que lorsqu'on considère les relations homosexuelles, "nous ne pouvons pas commencer par la question de savoir si c'est permis ou interdit ! Nous devons nous demander ce qu'elle signifie et dans quelle mesure elle est eucharistique. Il est certain qu'elle peut être généreuse, vulnérable, tendre, mutuelle et non violente. Ainsi, à bien des égards, je pense qu'elle peut être l'expression du don de soi du Christ."

    Le cardinal Hollerich a annoncé la retraite synodale lors d'une conférence de presse au Vatican le 23 janvier, promouvant une veillée de prière œcuménique qui se tiendra sur la place Saint-Pierre pour confier à Dieu les travaux du synode des évêques.

    "Le synode ne concerne pas la politique de l'Église. Il s'agit d'écouter l'Esprit de Dieu, d'avancer ensemble et de prier. Il y aura donc un point différent par rapport aux autres synodes. Après la veillée de prière, les évêques et les participants au synode partiront pour une retraite de trois jours. Nous commençons donc par la prière, par l'écoute de l'Esprit", a déclaré le cardinal Hollerich.

    La retraite des évêques et la veillée de prière œcuménique auront toutes deux lieu dans les jours précédant immédiatement la 16e Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques, communément appelée synode sur la synodalité.  

    La 16e Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques se déroulera en deux sessions. La première session aura lieu du 4 au 29 octobre 2023, et la seconde en octobre 2024.

    Lors de la conférence de presse, le cardinal Hollerich a souligné qu'il n'est "pas préoccupé... qu'il y ait des opinions différentes dans l'Église catholique", mais qu'il voit "les tensions... comme quelque chose de positif" pour le synode sur la synodalité.

    "Nous n'avons pas besoin du synode dans l'Église catholique pour vivre des tensions. Il y a déjà des tensions sans le synode et ces tensions viennent du fait que chacun veut honnêtement voir ou partager comment nous pouvons suivre le Christ et annoncer le Christ dans le monde d'aujourd'hui. C'est là la source des tensions", a-t-il déclaré.

    "Maintenant, dans le document pour la phase continentale du synode, nous avons vu la tension aussi comme quelque chose de positif. Car pour avoir une tente, il faut une certaine tension. Sinon, la tente s'écroule. Et je pense que le synode, l'écoute de la Parole de Dieu, l'écoute de l'esprit, la prière ensemble, le fait d'être ensemble sur le chemin, vont apaiser les mauvaises tensions. Nous ne voulons pas que les mauvaises tensions détruisent l'Église, mais les bonnes tensions sont parfois nécessaires à l'harmonie."

    Le cardinal Hollerich, qui est le rapporteur général du processus synodal mondial de quatre ans, a déclaré dans une interview accordée à Vatican Media en octobre dernier qu'il pensait que la bénédiction par l'Église des unions homosexuelles, que le Dicastère pour la doctrine de la foi a rejetée, n'était pas une question réglée.

    Le cardinal a fait cette déclaration en réponse à une question sur la décision des évêques catholiques belges de soutenir la possibilité de bénir les unions de couples de même sexe, au mépris du Vatican.

    "Franchement, la question ne me semble pas décisive", a déclaré le cardinal Hollerich à L'Osservatore Romano dans une interview également publiée le 24 octobre 2022 par Vatican Media.

    Lors du point de presse d'aujourd'hui, le cardinal Hollerich a déclaré qu'il espérait que le synode conduirait à "un nouveau printemps de l'œcuménisme".

    La veillée de prière œcuménique, intitulée "Ensemble : Rassemblement du peuple de Dieu", sera animée par la communauté de Taizé en présence du pape le 30 septembre. 

    Les jeunes âgés de 18 à 35 ans de toutes les traditions chrétiennes sont invités à participer à ce que le Vatican a décrit dans un communiqué de presse comme "une suite aux Journées mondiales de la jeunesse" avec une louange et un culte avec la musique et la prière de Taizé.

    Selon son site web, plus de 50 groupes chrétiens représentant de nombreuses confessions se sont déjà associés au projet de veillée de prière, dont le Conseil œcuménique des Églises, la Fédération luthérienne mondiale et l'Exarchat métropolitain grec orthodoxe d'Europe.

    Le Vatican a invité des représentants œcuméniques à s'exprimer lors de la conférence de presse sur la veillée, notamment l'archevêque anglican Ian Ernest, l'archevêque de l'Église apostolique arménienne Khajag Barsamian et Frère Alois, le prieur de la communauté œcuménique de Taizé. Le pasteur Christian Krieger, président de la Fédération protestante de France, a également participé à distance.

    L'année dernière, le Vatican a publié une lettre demandant aux évêques catholiques d'inviter les dirigeants orthodoxes et protestants locaux à participer à l'étape locale du synode sur la synodalité.

    Ernest, qui est le représentant personnel de l'archevêque de Canterbury auprès du Saint-Siège et dirige le Centre anglican de Rome, a déclaré qu'il s'était "senti plus participant qu'observateur" lors de la session inaugurale du synode en octobre 2021, car sa "voix a été écoutée dans les discussions de groupe."

    "Ce processus synodal initié par le pape François donnera des ailes à notre unité œcuménique, à notre quête de travail pour marcher ensemble, et pour voir comment nous pourrions aider au mieux la souffrance de ceux qui vivent dans des situations de détresse dans ce monde brisé", a déclaré Ernest.

  • Un " schisme nauséabond" en Allemagne ? Alors que le processus synodal touche à sa fin, un groupe de laïcs met en garde contre le pire résultat possible

    IMPRIMER

    De Jonathan Liedl sur le National Catholic Register :

    Un " schisme nauséabond" en Allemagne ? Alors que le processus synodal touche à sa fin, un groupe de laïcs met en garde contre le pire résultat possible.

    Sans une intervention décisive de Rome, les catholiques fidèles d'Allemagne risquent d'être poussés dans la 'clandestinité', met en garde New Beginning

    23 janvier 2023

    Les observateurs de l'Église catholique en Allemagne ont longtemps craint que le Chemin synodal en cours dans le pays ne conduise à une scission de Rome. Et après que les évêques allemands aient refusé la demande du Vatican, en novembre, de mettre en place un "moratoire" sur le processus controversé et sa poussée pour l'ordination des femmes, la gouvernance laïque et l'approbation des relations sexuelles homosexuelles, ces craintes n'ont probablement fait que s'intensifier.

    Mais à moins d'une intervention plus décisive du Saint-Siège, une issue encore plus dommageable qu'une rupture formelle avec l'Église universelle apparaît comme la possibilité la plus probable : un "schisme nauséabond".

    "Le schisme nauséabond" décrit la situation en Allemagne si les dictats hétérodoxes de la Voie synodale deviennent la norme dans toute l'Allemagne, sans que le Vatican n'intervienne suffisamment. Dans ce contexte, des évêques hétérodoxes gouverneraient encore canoniquement la plupart des diocèses allemands, des idées qui violent la foi universelle seraient présentées comme un enseignement authentique de l'Église, et les catholiques allemands fidèles seraient confrontés à la répression.

    Les détails d'un schisme nauséabond ont été récemment esquissés par New Beginning, un mouvement laïc de catholiques allemands opposés à la trajectoire hétérodoxe de la Voie synodale. Le groupe a tenu une réunion d'information avec des journalistes catholiques américains en début de semaine, décrivant les résultats possibles du processus synodal à l'approche de son assemblée synodale finale, du 9 au 11 mars.

    New Beginning a décrit un schisme nauséabond comme "le pire résultat possible", tant pour l'Eglise particulière d'Allemagne que pour l'Eglise universelle.

    "En fait, il y aurait deux magistères : le magistère catholique romain, qui est contraint à une existence de niche en Allemagne, et le magistère 'différemment catholique' très actuel de la voie synodale, qui est poussé par les médias laïques et ecclésiastiques", a déclaré New Beginning lors du briefing, en référence à une citation de l'évêque Georg Bätzing, président de la conférence épiscopale allemande, sur les objectifs du processus synodal.

    Le groupe a ajouté qu'un schisme nauséabond créerait les conditions dans lesquelles les catholiques allemands fidèles sentiraient qu'ils doivent "quitter l'église", c'est-à-dire le corps ecclésial reconnu publiquement, "pour rester dans l'Eglise".

    Facteurs contributifs

    Même si les propositions du Chemin synodal sont techniquement non contraignantes, les membres du New Beginning s'attendent à une large "mise en œuvre de facto" de ces idées qui circulent dans la plupart des diocèses allemands.

    Certains évêques allemands, comme Mgr Bätzing, mettront en œuvre les propositions hétérodoxes de la Voie synodale dans leurs diocèses parce qu'ils croient qu'elles sont correctes. En effet, après qu'une mesure visant à promouvoir une vision hétérodoxe de la sexualité humaine n'ait pas reçu le soutien nécessaire des deux tiers de l'épiscopat allemand lors de l'assemblée de la Voie synodale de septembre 2022, Mgr Bätzing a déclaré aux médias qu'il veillerait néanmoins à ce que le texte devienne une "réalité" dans son diocèse du Limbourg. L'influent évêque a ajouté qu'il savait que plusieurs autres évêques lui emboîteraient le pas.

    Mais il est probable que la majorité des évêques allemands accepteront les propositions de la Voie synodale non pas pour des raisons idéologiques, mais parce qu'ils ne résisteront pas à une immense pression.

    Les pressions exercées sur les évêques pour qu'ils acceptent des positions hétérodoxes sur la sexualité, l'ordination et la gouvernance proviennent non seulement des médias laïques allemands, mais peut-être surtout des institutions ecclésiastiques allemandes officielles, y compris les médias catholiques et le personnel des écoles catholiques et des chancelleries diocésaines.

    Lire la suite

  • Le bel optimisme du cardinal Hollerich

    IMPRIMER

    La praxis pastorale va-t-elle prendre le pas sur l'orthodoxie doctrinale ? C'est ce que l'on peut penser à la lecture des propos qui suivent.

    Une interview du cardinal Hollerich par Hugues Lefèvre est parue sur "El Debate" :

    Cardinal Hollerich : "Il ne s'agit pas de construire une sous-culture chrétienne, ou une Eglise fermée sur elle-même".

    Jean-Claude Hollerich est le rapporteur du Synode sur la Synodalité, il a passé 23 ans comme missionnaire au Japon et a maintenant, à la demande du Saint Père, la tâche de rassembler les différentes sensibilités au sein de l'Eglise afin que la communion de Dieu puisse émerger.

    16/01/2023

    Le cardinal Jean-Claude Hollerich est progressivement devenu une figure centrale du pontificat du pape François, qui l'a choisi pour assumer le rôle de rapporteur du synode sur la synodalité.

    L'homme, qui a passé 23 ans comme missionnaire au Japon, met également en garde contre le bouleversement anthropologique à venir : un tsunami auquel l'Église doit savoir s'adapter si elle ne veut pas disparaître.

    Êtes-vous satisfait du travail accompli jusqu'à présent par le Synode ?

    -Je suis tout à fait satisfait. Il s'agit d'un résumé honnête de ce que les gens ont dit et de ce que les conférences épiscopales ont déjà synthétisé. Il ne s'agit pas d'un document théologique qui positionne l'Église. Naturellement, nous trouvons des points communs, mais aussi des différences entre les pays et les continents.

    Vous avez dit que vous n'aviez aucune idée de l'instrument de travail qu'il faudrait rédiger. Les choses se précisent-elles pour vous ?

    -J'en sais un peu plus, mais il y a encore du chemin à parcourir. Cela dépendra également du travail des assemblées continentales. Mais nous pouvons déjà nous réjouir car il s'agit de la plus grande participation que nous ayons jamais eue dans l'Église. Il y a eu 112 conférences sur 114. C'est presque un miracle !

    Il y a des gens qui sont revenus à l'Église, des gens qui s'étaient éloignés, des gens qui ont retrouvé leur confiance dans l'Église.
    Cardinal Hollerich

    Êtes-vous surpris ?

    -Oui, les Eglises orientales ont également toutes répondu. C'est une bonne chose. Maintenant, nous devons écouter ce que les gens ont dit. Cela ne signifie pas nécessairement que nous devons tout exécuter. Nous devons écouter, réfléchir, prier, discerner.

    -En un an, l'Église catholique a-t-elle déjà changé à vos yeux ?

    -Je pense que oui. Il y a des gens qui sont revenus dans l'Église, des gens qui s'étaient éloignés, qui ont repris confiance. Et je tiens à souligner qu'il s'agit de personnes très diverses, des deux côtés, de la "gauche" et de la "droite".

    En Europe, l'exercice de la synodalité semble être quelque chose de nouveau, comment l'expliquez-vous ?

    -Rome fait partie de l'Europe. Lorsque le Saint-Siège ne veut pas que les évêques soient trop actifs, cela a des conséquences. Aujourd'hui, le Saint-Siège souhaite que les évêques soient plus actifs. D'autre part, en Europe, nous avons des conférences épiscopales nationales très fortes et nous pouvons sentir la fierté de chaque Église.

    Si nous marchons sans regarder le Christ, alors c'est un accident de train !
    Cardinal Hollerich

    Peut-on faire un parallèle avec l'Union européenne qui, sur certains points, n'a pas réussi à faire l'unité entre l'Europe de l'Est et l'Europe de l'Ouest ?

    -Nous avons les mêmes tensions, c'est vrai. Mais nous devons éviter de regarder les différences. Nous devons regarder ce que nous avons en commun : où le Christ nous appelle-t-il à être l'Église en Europe ?

    D'autre part, il faut noter que même au sein des Églises particulières, il existe des tensions. Nous devons éviter de parler des tensions comme d'une catastrophe. Nous devons même comprendre qu'ils peuvent être fructueux.

    Lire la suite

  • Pour le Patriarche copte Tawadros II, l'homosexualité contredit le plan de Dieu et la Bible

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    Le Patriarche copte Tawadros II : l'homosexualité contredit le plan de Dieu et la Bible

    14 janvier 2023

    Le Caire (Agence Fides) - Les comportements homosexuels ne sont pas conformes à la Bible et à la volonté créatrice de Dieu, qui a "créé Adam et Eve". C'est ce qu'a réaffirmé le Patriarche copte orthodoxe Tawadros II, lors d'une interview à la télévision égyptienne. Le Pape Tawadros a également fait référence aux programmes spécifiques mis en place dans les écoles maternelles et primaires appartenant à l'Église copte pour élever les garçons et les filles à l'abri des théories et des thèses considérées comme ambiguës et non conformes à la Bible concernant les questions liées à la relation entre les sexes et à l'orientation sexuelle.

    Les propos du Pape Tawadros reprennent des considérations déjà exprimées dans le passé par le Patriarche copte orthodoxe sur les questions de moralité sexuelle. En août 2017 (voir Fides 31/8/2017), répondant aux questions sur les mariages homosexuels avec lesquelles les journalistes l'avaient accueilli à son arrivée en Australie, le Patriarche copte orthodoxe avait fait remarquer que, selon l'Écriture Sainte, " Dieu a créé l'homme et la femme ", et que le seul mariage possible " est celui entre l'homme et la femme ". Pour cette raison, a ajouté le Patriarche à cette occasion, le mariage homosexuel est "inacceptable" pour la foi chrétienne, et "est considéré comme un péché". C'est un péché". Des considérations similaires ont été exposées par le pape Tawadros lors de sa catéchèse publique du mercredi 27 septembre 2017.

    Auparavant (voir Fides 24/2/2016), lors d'un de ses voyages en Indonésie, le cheikh égyptien Ahmed al Tayyeb, grand imam d'Al Azhar et cosignataire avec le Pape François du " Document d'Abou Dhabi " sur la fraternité, avait exprimé ses critiques à l'égard de " certains chefs d'Églises aux États-Unis " qui " acceptent les mariages homosexuels ". Je me demande", avait ajouté le Grand Imam sunnite, "ce qu'il reste de la Bible dans ces églises. Et que diront-ils devant Jésus, la paix soit avec lui'. (GV)

    (Agence Fides 14/1/2022)