Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Débats

  • Audiovisuel : vous avez dit "pluralisme" ?

    IMPRIMER

    Du site de l'Institut Thomas More :

    L’audiovisuel public français est-il pluraliste ?

    Jean-Thomas Lesueur, directeur général, et Aymeric de Lamotte, directeur général adjoint de l’Institut Thomas More

    Mai 2024 • Rapport 30 •


    L’obligation de pluralisme incombe en premier lieu à l’audiovisuel public

    Le 13 février 2024, le Conseil d’État enjoignait à l’Arcom de « procéder au réexamen » de la demande de l’association Reporters sans frontières qui reproche à CNews de ne pas se conformer à ses obligations en matière de pluralisme et d’indépendance de l’information. Bien que cette décision soit dangereuse pour la démocratie, la liberté d’expression et le pluralisme dans les médias, il nous a semblé que, s’il y a un acteur médiatique auquel incombe l’obligation de pluralisme en premier lieu, c’est l’audiovisuel public, qui est financé par l’impôt de tous les Français. La tâche que s’assigne cette étude est donc d’examiner si celui-ci respecte ou non cette obligation.

    Une orientation politique et idéologique des participants marquée : 25% sont socialistes et progressistes, 4% sont libéraux et conservateurs

    La première partie de l’étude propose une analyse de l’orientation politique et idéologique des 587 participants qui sont intervenus sur les chaînes de France 2, France 5, France Info TV (canal 27), France Info Radio, France Culture et France Inter durant la période témoin du 19 au 24 février 2024, selon une nomenclature définie dans notre méthodologie. 294 participants relèvent de la qualification « Neutre », soit 50%. 26 participants relèvent de la qualification « Libéral et conservateur », soit 4%. 120 participants relèvent de la qualification « Libéral et progressiste », soit 21%. 147 participants relèvent de la qualification « Socialiste et progressiste », soit 25%.

    Des biais manifestes dans l’orientation politique et idéologique des thématiques traitées

    Fondée sur le même échantillon et la même durée que la première, la deuxième partie propose l’analyse de l’orientation politique et idéologique des thématiques traitées par l’audiovisuel public, à travers trois exemples :

    • L’écologie : très forte domination des thèses décroissantes avec 65,6% des avis exprimés.

    • Le multiculturalisme : éloge unanime de la diversité, systématiquement présentée comme une chance pour le pays d’accueil et une condition pour le développement d’une société plus harmonieuse.

    • Le traitement des personnalités politiques de droite : 57% des avis exprimés sur des personnalités politiques répondant à la qualification « Libéral et conservateur » sont défavorables, 8% sont favorables et 35% sont neutres.

    Déséquilibres patents dans la représentation de certains invités, tendances politiques et idéologiques nettement marquées, positions politiques revendiquées

    La troisième partie offre cinq études de cas :

    • La représentation des invités politiques dans l’audiovisuel public : sur une période longue (quatrième trimestre 2023), on observe une surreprésentation des invités politiques de gauche sur 4 chaînes de télévision publiques (France 2, France 3 national, France 5, France Info TV) alors que les représentants de la droite radicale ont bénéficié d’un temps de parole correspondant à la moitié de ses résultats au premier tour des élections législatives de 2022.

    France Inter se révèle la chaîne de l’échantillon de notre première partie dont l’orientation politique et idéologique est la plus marquée avec 32% de participants répondant à la qualification « Socialiste et progressiste ». Sur une période longue (4e trimestre 2023), les gauches bénéficient d’une audience nettement supérieure à leur poids électoral (+50%) alors que la droite radicale connaît une sous-représentation considérable (-58%). La directrice de la chaîne Adèle Van Reeth assume cette orientation quand elle affirme : « Les faits, c’est que nous sommes une radio progressiste, et nous l’assumons » (Le Figaro, 28 mars 2024).

    Lire la suite

  • La décadence de l'Occident

    IMPRIMER

    De Jaime Nogueira Pinto sur The European Conservative :

    La décadence de l'Occident

    La décadence de l'Occident est aujourd'hui révélée par une classe d'élite déconnectée, plus intéressée par les microagressions que par le déclin de la civilisation.

    25 mai 2024

    La décadence de l'Occident est de nouveau à l'ordre du jour. J'ai lu récemment deux essais sur le déclin et la chute de l'Occident : La défaite de l'Occident par Emmanuel Todd (Gallimard, 2024), et La société décadente : comment nous sommes devenus les victimes de notre propre succès par Ross Douthat (Simon & Schuster, 2020).

    Les auteurs sont bien connus : Emmanuel Todd est un historien et sociologue français, auteur d'une vingtaine d'ouvrages sur les sociétés contemporaines et le monde, dont La Chute Finale, essai de 1976 dans lequel, fait unique, il prédit la fin de l'Union soviétique, alors considérée comme éternelle. Ross Douthat est un écrivain et essayiste américain, né en 1979, auteur d'ouvrages tels que Privilege : Harvard et l'éducation de la classe dirigeante et Bad Religion : Comment nous sommes devenus une nation d'hérétiques. Douthat est chroniqueur au New York Times, remplissant ainsi le quota d'éditorialistes conservateurs du quotidien progressiste du Big Apple's

    La défaite de l'Occident et The Decadent Society traitent, bien entendu, de la défaite et de la décadence de l'Occident et de l'Amérique. Personnellement, je suis plus préoccupé par la lecture pessimiste de Todd - qui, il y a près d'un demi-siècle, prédisait la fin de l'Union soviétique - que par celle de Douthat. La société décadente finit par démonter, d'une manière non apocalyptique, les signes et les symptômes d'une "décadence durable" dans les principales sociétés euro-américaines, "dans lesquelles la répétition est plus la norme que l'invention ; dans lesquelles l'impasse plutôt que la révolution marque notre politique ; dans lesquelles la sclérose afflige les institutions publiques et la vie privée ; dans lesquelles les nouveaux développements de la science, les nouveaux projets exploratoires, ne tiennent toujours pas leurs promesses".

    Mais la galerie de titres décadents sur l'avenir de l'Occident, entendu comme le monde occidental euro-américain, est sans fin. Kishore Mahbubani, économiste et diplomate singapourien, voit les choses de l'autre côté, celui de l'émergence. Dans Has the West Lost It ? - A Provocation (Allen Lane, 2018), Mahbubani prédit l'essor technologique et économique des géants asiatiques, l'Inde et la Chine ; puis, dans Has China Won ? The Chinese Challenge to American Primacy (PublicAffairs, 2020), il se concentre sur la lutte pour la suprématie entre la Chine et les États-Unis. Plus récemment, dans The Asian 21st Century : China and Globalisation (Springer, 2022), il déclare la fin de l'hégémonie occidentale dans l'histoire du monde, avec la montée géopolitique de la Chine et de l'Inde et la transformation de l'environnement de l'humanité d'une "vaste planète" en un "village global".

    Emmanuel Todd identifie le déclin de l'Euro-Amérique dans des facteurs idéologiques et sociaux, tels que la montée de la "Woke religion" dans l'administration Biden, où un ensemble de minorités raciales, sexuelles et culturelles atteste de l'obsession "inclusive". Mais le "Sud global" ne comprend ni ne prend au sérieux l'irréalisme stagnant et la décadence sadomasochiste de la nouvelle religion qui s'est emparée de l'avant-garde occidentale, ce qui, pour Todd, contribue au peu de soutien qu'elle trouve en Asie, en Afrique et dans les Amériques hispaniques pour la cause de l'Occident contre la Russie de Poutine - une culture qui apparaît, en comparaison, religieuse, traditionnelle et virile.

    Le thème de la décadence est ancien dans l'histoire occidentale : au XVIIIe siècle, la fascination pour la grandeur et la décadence de Rome et de l'Empire romain a conduit Charles-Louis de Montesquieu à publier Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence (1734) et Edward Gibbon à écrire L'histoire du déclin et de la chute de l'Empire romain en six volumes (le premier en 1776, le deuxième et le troisième en 1781 et les trois derniers en 1788-1789).

    Au XIXe siècle, après les guerres napoléoniennes, c'est peut-être en raison des succès de la révolution industrielle et de l'ère de l'impérialisme qui s'ensuivit que, avec la conquête et l'occupation rapides de l'Asie et de l'Afrique par les Européens, la décadence n'a pas beaucoup préoccupé les penseurs du continent. À l'exception de Nietzsche, qui a été impressionné par l'ascension et la chute rapides des Grecs anciens et qui a traité du conflit entre la science et la sagesse dans la philosophie grecque classique. Le génie tragique du penseur l'a également conduit à combattre systématiquement les idées dominantes, les "idoles", quelles qu'elles soient.

    Lire la suite

  • Le pape François doit-il être rejeté comme hérétique ? Débat Abbé Janvier Gbénou / Arnaud Dumouch, (121 mn) mai 2024

    IMPRIMER

    Une première fois, le 24 sept 2017, des théologiens (prêtres et professeurs) avaient posté une lettre publique portant sept questions, sept reproches présentés comme « de possibles hérésies du pape François ». Ils attendaient une réponse du Vatican qui n’est jamais venue.

    Le 1er mai 2019, leur démarche devient officielle et canonique, et est formulée comme suit : « Eminence, Béatitude, Excellence, nous vous adressons cette lettre pour deux raisons : premièrement, pour accuser le Pape François du délit canonique d'hérésie, et deuxièmement, pour vous demander de prendre les mesures nécessaires pour réagir à la situation grave d'un pape hérétique. »

    https://leblogdejeannesmits.blogspot.com/2019/04/universitaires-catholiques-accusent-pape-francois-heresie-texte-francais-integral.html

    Dans cette vidéo, le Père Janvier Gbénou de l'Opus Dei et Arnaud Dumouch débattent de ces points.

    Le pape François doit-il être rejeté comme hérétique ? Débat Abbé Janvier Gbénou / Arnaud Dumouch, (121 mn) 21 mai 2024 /

    https://youtu.be/ruJl5vXnUYY

    L'Abbé Janvier Gbénou est prêtre de l'Opus Dei. Il a listé une dizaine d'erreurs théologiques ou pastorales graves qu'il impute publiquement au pape François et il a lancé des campagnes sur internet pour les dénoncer. L'Opus Dei a, en conséquence, initié une démarche canonique pénale contre lui.

    Avec Arnaud Dumouch et selon la méthode donnée par le pape Benoît XVI, nous prenons ces erreurs hypothétiques une par une et Arnaud Dumouch montre qu'il faut distinguer :

    Lire la suite

  • Problèmes liés aux nouvelles normes du Vatican en matière de vérification des phénomènes surnaturels

    IMPRIMER

    De Gavin Ashenden sur le Catholic Herald :

    Problèmes liés aux nouvelles normes du Vatican en matière de vérification des phénomènes surnaturels
     
    24 mai 2024

    L'un des attraits les plus convaincants du catholicisme est l'immersion dans le surnaturel. L'Église est née avec le miracle de la résurrection. Elle a été lancée par le miracle de la Pentecôte. 

    Les anciens dieux païens de l'Empire romain ont cédé devant la puissance surnaturelle de l'Église sub-apostolique. Malgré les efforts des schismatiques au cours des siècles, Dieu a renouvelé et rafraîchi son Église en lui insufflant le mystère du miraculeux. Le protestantisme a de plus en plus succombé à la rationalité terne ou à l'hyper hystérie. Dans le monde catholique, les apparitions de la Vierge restent l'un des outils les plus puissants pour renouveler la piété, le repentir et la foi.  

    Mais le surnaturel est à double tranchant.  Il nous présente des interventions authentiques, mais aussi des phénomènes déformés, voire diaboliques. C'est un truisme de dire que le mal a la capacité de se présenter comme un bien. Il est tout aussi vrai que le surnaturel peut être imité. 

    L'Église catholique a pris la tâche du discernement très au sérieux. La capacité à distinguer le bien du mal, l'authentique de l'illusoire, est un enjeu majeur. La dernière procédure d'évaluation de l'authenticité des phénomènes surnaturels remonte à 1978. Il existe un certain nombre de raisons convaincantes de repenser le processus, comme l'a fait le Vatican ce mois-ci en publiant de nouvelles normes pour l'examen des révélations privées, dont la plus convaincante est le développement des médias sociaux.

    Les nouvelles normes soulignent à juste titre que les médias sociaux catapultent les idées, les expériences et les nouvelles dans l'espace public à une vitesse inégalée, ce qui a notamment pour conséquence de réduire l'espace de réflexion, de prière, de test et d'évaluation. Si nous évaluons les nouvelles normes d'un point de vue pratique, elles offrent quelques raisons sensées de revoir les normes maintenant. Mais d'autres perspectives soulèvent des questions plus complexes et menacent d'inquiéter les fidèles.

    La première est que, dans une analyse attentive du surnaturel, le document commence par souligner à juste titre que même les épisodes authentiques peuvent être entachés d'abus. Il poursuit ensuite avec bon sens :

    "En considérant de tels événements, il ne faut pas négliger, par exemple, la possibilité d'erreurs doctrinales, d'une simplification excessive du message évangélique ou de la diffusion d'une mentalité sectaire. Enfin, il est possible que les croyants soient induits en erreur par un événement attribué à une initiative divine alors qu'il n'est que le produit de l'imagination, du désir de nouveauté, de la tendance à fabriquer des faussetés (mythomanie) ou de l'inclination au mensonge de quelqu'un."

    Il ne mentionne pas le danger supplémentaire de l'usurpation d'identité diabolique. Et c'est cette absence de perspective complète du surnaturel qui laisse au lecteur le sentiment troublant que si le Vatican se sent trop mal à l'aise pour ne serait-ce que mentionner la possibilité d'une interférence diabolique, il ne dispose peut-être pas d'un personnel suffisamment qualifié sur le plan théologique pour faire la différence entre l'authentique, l'anthropologiquement mimétique et le satanique.

    À un certain niveau, on peut discuter, sur une base pragmatique, de la possibilité de modifier les catégories disponibles de manière à ce que la possibilité d'authentifier une révélation privée ou une apparition n'existe plus. Le "ciel" intervient rarement, la plupart des phénomènes comportent un certain degré d'ambiguïté, et il se peut que le "Nihil obstat" soit une réponse suffisamment circonspecte de la part du centre.

    En fait, étant donné le problème insoluble que pose Medjugorje, on peut éprouver une certaine sympathie pour les autorités. Elles sont confrontées, d'une part, à un contexte ultranationaliste hautement politisé, à une échelle de temps problématiquement longue et à une bibliothèque de "messages" dont le contenu et la forme varient considérablement et, d'autre part, à un nombre énorme de pèlerins passionnés qui veulent faire connaître leur joie et leurs expériences, qui vont de la conversion profonde à un renouveau spirituel intense. Si ces nouvelles catégories visent à contourner un problème pour lequel il n'existe pas de solution évidente, on ne peut qu'être compréhensif. 

    Cependant, les cas difficiles font de mauvaises lois ; et toute la stratégie consistant à changer les règles pour une apparition n'aurait pas de sens s'il s'agissait de la cause principale.

    Mais peut-être y a-t-il d'autres causes ?

    Lorsque le Ciel intervient de manière authentique, c'est généralement parce que quelque chose ne va pas et qu'il faut y remédier. De nombreuses apparitions mariales, qu'il s'agisse de celles de Fatima qui ont été entièrement authentifiées, d'Akita au Japon ou de Quito en Équateur, ont en leur centre une puissante réprimande adressée au clergé et aux hauts prélats pour avoir compromis, déformé ou répudié la foi. Il n'est pas nécessaire d'être cynique pour penser qu'il est peut-être un peu trop commode pour ceux qui pourraient être ou sont la cible de l'appel marial à la repentance de se glisser dans un lieu confortable d'agnosticisme métaphysique lorsqu'il s'agit d'évaluer la validité de l'intervention. 

    Il est également étrange qu'un pape qui ne cesse de faire savoir qu'il souhaite un climat d'accompagnement mutuel et de synodalité interdépendante et réciproque, retire la responsabilité apostolique à l'évêque local et se réserve le pouvoir de reconnaissance. Bien entendu, l'évêque local et ses conseillers sont plus à même de connaître le contexte global dans lequel se déroulent les phénomènes et les conséquences positives ou négatives qui en découlent. Pourquoi le Vatican voudrait-il supprimer la responsabilité et l'autorité et les restreindre ainsi au centre ? 

    Dans le document, les nouvelles normes permettent au Vatican de modifier rétrospectivement la reconnaissance et l'affirmation d'un événement. Ce serait toutefois désastreux pour la confiance des laïcs. S'il existe une plainte universelle à l'égard du pontificat actuel, c'est celle, justifiée, qu'il a apporté avec lui une ambiguïté non catholique inutile et, par conséquent, dans divers domaines de la vie catholique, quelque chose qui s'approche du chaos.

    Le chaos et l'ambiguïté ne sont pas reconnus comme des fruits de l'Esprit Saint. Ainsi, dans des circonstances où la haute hiérarchie actuelle semble sous-équipée pour pratiquer le discernement de manière adéquate dans son propre ministère, ces nouvelles normes ne renforceront pas facilement la confiance des laïcs dans la relation entre la hiérarchie de l'Église et les laïcs baptisés qui cherchent à être guidés et soutenus dans leurs prières et leurs jugements en vue du renouveau de l'Église en temps de crise.

  • L'Académie pontificale pour la vie trahit son fondateur, selon George Weigel, biographe de Jean-Paul II

    IMPRIMER

    De Walter Sánchez Silva sur CNA :

    L'Académie pontificale pour la vie trahit son fondateur, selon George Weigel, biographe de JPII

    ACI Prensa Staff, 22 mai 2024

    George Weigel, biographe de saint Jean-Paul II, a déploré que l'Académie pontificale pour la vie ait trahi le Dr Jérôme Lejeune, son président fondateur, avec un livre qui s'oppose à l'encyclique du pontife Evangelium Vitae (L'Évangile de la vie).

    M. Weigel a porté cette accusation la semaine dernière lors de sa conférence intitulée "Saint Jean-Paul II et Jérôme Lejeune : Deux vies au service de la vie", dans le cadre de la deuxième conférence internationale sur la bioéthique qui s'est tenue à Rome les 17 et 18 mai dans la Ville éternelle.

    "Pendant des décennies, l'académie et l'Institut Jean-Paul II ont accompli un travail créatif et novateur en développant une théologie morale et une pratique pastorale catholiques capables de relever le défi des assauts du XXIe siècle contre la dignité et le caractère sacré de la vie - et ils l'ont fait d'une manière qui a appelé les diverses expressions de la culture de la mort à la conversion", a noté l'auteur et théologien.

    Pourtant, aujourd'hui, poursuit Weigel, l'académie a publié un livre au titre ironique "La Gioia della Vita" ("La joie de la vie"), écrit par des théologiens qui ne peuvent être décrits honnêtement que comme dissidents de l'enseignement autorisé d'Evangelium Vitae.

    "Ce livre n'affaiblit pas seulement les arguments catholiques en faveur d'une culture de la vie qui rejette les graves crimes contre la vie identifiés par Evangelium Vitae. Il le fait en termes d'anthropologie anti-biblique et anti-métaphysique qui aurait été complètement étrangère, voire odieuse, à la fois pour Jérôme Lejeune et pour Jean-Paul II", a-t-il souligné.

    Dans sa présentation, M. Weigel a également affirmé que "l'Académie pontificale pour la vie trahit son président fondateur, le docteur Lejeune, en publiant et en promouvant des articles sur l'anthropologie anti-biblique et anti-métaphysique. Lejeune, en publiant et en promouvant un livre aussi mal informé et mal argumenté, l'Institut Jean-Paul II reconstitué, aujourd'hui largement privé d'étudiants, trahit l'intention du saint et du savant qui l'a fondé et qui a appelé la théologie morale catholique à un renouveau qui ne se soumettrait pas au zeitgeist, à l'esprit du temps, mais le convertirait plutôt à la raison droite, à la vraie compassion et au noble exercice de la liberté".

    "C'est pourquoi nous devons espérer que la déconstruction de l'Académie pontificale pour la vie et de l'Institut Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille, un processus douloureux observé au cours de la dernière décennie, soit stoppée, puis inversée, dans les années à venir", a souligné l'éminent spécialiste de la vie de saint Jean-Paul II.

    La joie de vivre

    Le 9 février, la Maison d'édition du Vatican a publié "La Gioia della Vita" ("La joie de la vie"), dont le prologue a été écrit par Mgr Vincenzo Paglia, président de l'Académie pontificale pour la vie, qui a suscité une controverse pour ses déclarations sur l'euthanasie en avril 2023. Le texte contient des "réflexions sur les défis de l'éthique théologique contemporaine" par des auteurs tels que les prêtres Carlo Casalone et Maurizio Chiodi.

    Selon un article paru en mars dans le journal italien La Repubblica, le livre, "sans révolutionner la doctrine catholique, esquisse néanmoins des ouvertures importantes sur des sujets controversés tels que la contraception, la procréation médicalement assistée et le suicide assisté".

    Lire la suite

  • Selon le cardinal Koch : « L’hérésie d’Arius est à nouveau d’actualité aujourd’hui »

    IMPRIMER

    Du Tagespost :

    Cardinal Koch : « L’hérésie d’Arius est à nouveau d’actualité aujourd’hui »

    Discussion de bilan avec le « ministre œcuménique » du Vatican, le cardinal Kurt Koch, sur les obstacles au dialogue interconfessionnel.

    22 mai 2024

    Depuis 2010, le cardinal Kurt Koch est responsable des relations de Rome avec les autres confessions chrétiennes. Dans une sorte d'entretien bilan avec le «Tagespost», le Suisse d'origine, qui atteindra l'année prochaine la limite d'âge de 75 ans, souligne les progrès dans la conversation interconfessionnelle, mais identifie également de nouveaux fardeaux.

    Pour le cardinal , la guerre en Ukraine en particulier constitue un revers pour la réputation des chrétiens dans le monde : La tragédie particulière est que « les chrétiens mènent une guerre contre les chrétiens, et même les orthodoxes s'entretuent. C’est le triste contraire de l’œcuménisme des martyrs.» Parce que la persécution des chrétiens dans le monde d’aujourd’hui ne sépare pas les chrétiens, mais les unit. "Mais si, à l'inverse, les chrétiens font la guerre aux chrétiens", a déclaré Koch, "c'est un message extrêmement mauvais pour l'ensemble du christianisme".

    Le préfet du Dicastère pour l’unité des chrétiens estime que les négociations entre la Russie et l’Ukraine sont nécessaires « si leur objectif est une paix juste ». Il ne suffit pas, souligne le cardinal, « de mener des négociations simplement pour trouver la paix, dans le sens de faire taire les armes. Étant donné que les deux parties ont des idées différentes sur la paix, il faut clairement préciser que les négociations doivent porter sur une paix juste en Ukraine.»

    « Fiducia supplicans » : une pierre d’achoppement

    Sur la question du rejet de la déclaration « Fiducia supplicans » sur la bénédiction des couples homosexuels par les communautés ecclésiales orientales, Koch espère des éclaircissements de la part du préfet du Dicastère de la Foi. Lors de la récente assemblée générale du groupe de dialogue avec les chrétiens orthodoxes orientaux, il a demandé au cardinal Víctor Fernández de répondre aux préoccupations des orientaux et l'a également invité à rencontrer la commission. «Cependant, cela ne lui était pas possible car l'assemblée générale de son dicastère avait lieu au même moment. Il a ensuite envoyé une réponse écrite, poursuit Koch, qui a toutefois été jugée insuffisante par les orthodoxes orientaux. C’est pourquoi j’ai demandé à nouveau au cardinal de répondre aux questions en suspens.

    Les évêques catholiques ne sont pas d'accord sur l'ordination des femmes

    Tout comme la communion anglicane mondiale est divisée, entre autres, sur l'ordination des femmes, le cardinal voit également des désaccords au sein de l'Église catholique concernant l'ordination des femmes : « Dans l'Église catholique aussi, il y a des idées et des exigences hétérogènes dans ce domaine. égard. De nombreux évêques en Allemagne, en Suisse et dans d’autres pays exigent résolument l’ordination des femmes et en dépendent la viabilité future de l’Église catholique.»

    Pour lui, il est cependant important que toutes les Églises chrétiennes et communautés ecclésiastiques, en particulier en cette Année sainte 2025, qui est aussi la commémoration des 1.700 ans du Symbole de Nicée, maintiennent la foi en Jésus-Christ , le vrai homme et le vrai Dieu. , ce dont était témoin à cette époque la communauté œcuménique. « L’unité ne peut être trouvée que dans la foi, et c’est pourquoi nous devons trouver l’unité non seulement entre les Églises d’aujourd’hui, mais aussi avec l’Église du passé et, surtout, avec son origine apostolique. » 

    Avancement du néo-arianisme

    C'est très important, dit Koch, « parce que l'hérésie arienne, très répandue à l'époque et selon laquelle Jésus ne pouvait pas être le Fils de Dieu, mais simplement un être intermédiaire entre Dieu et l'homme, n'est pas seulement une chose du passé. , mais il est également largement utilisé aujourd’hui. Il pense en premier lieu aux pays germanophones, où ce défi existe encore aujourd'hui. « De nombreux chrétiens d'aujourd'hui sont encore touchés par toutes les dimensions humaines de Jésus de Nazareth, alors que la foi chrétienne en Jésus-Christ, le vrai Dieu et le vrai homme, et donc la foi de l'Église en Christ, tend à leur être difficile. »

    Ce ne devrait pas être une coïncidence, ajoute le cardinal, « que le pape Benoît XVI. a souligné à plusieurs reprises que dans la situation actuelle, derrière l'affirmation si répandue « Jésus oui – Église non », se cache une affirmation encore plus profonde : « Jésus oui – Fils de Dieu non ». L'Année sainte est une occasion importante « d'embrasser le La foi christologique doit être rassurée dans la communauté œcuménique ».

  • Phénomènes surnaturels : les nouvelles normes nient la possibilité de reconnaître les traces de l'intervention de Dieu dans l'histoire humaine

    IMPRIMER

    De Luisella Scrosati sur la NBQ :

    Les nouvelles normes sur les apparitions mettent en pièces l'apologétique

    Le document présenté le 17 mai est en nette rupture avec l'attitude que l'Église a toujours eue à l'égard des phénomènes surnaturels. Les nouvelles normes nient la possibilité de reconnaître les traces de l'intervention de Dieu dans l'histoire humaine.

    23_05_2024

    Les nouvelles normes sur les apparitions mariales présentées le 17 mai dernier nous obligent à jeter un regard neuf sur l'attitude traditionnelle de l'Église à l'égard des phénomènes surnaturels afin de comprendre si ces normes s'inscrivent ou non dans la continuité. Il a toujours été connu que l'attitude de l'Eglise dans ce domaine est celle de la prudence. D'autre part, nous avons les impératifs de l'apôtre Paul : "N'éteignez pas l'Esprit, ne méprisez pas les prophéties ; examinez tout, retenez ce qui est bon" (1 Th 5,19-21). Ces deux aspects sont complémentaires : la prudence est précisément au service de l'exhortation paulinienne, c'est-à-dire que l'Église est appelée à tout examiner, afin de parvenir autant que possible à la certitude morale que tel ou tel événement est bien une manifestation de l'Esprit.

    L'attitude de l'Église a toujours été précisément d'observer, d'examiner, de passer au crible, afin de parvenir à un jugement positif ou négatif sur l'éventuelle origine surnaturelle de certains phénomènes. Une certaine systématisation de ces critères a été l'œuvre d'importants théologiens du XVe siècle, tels que le cardinal dominicain Juan de Torquemada et le docteur Christianissimus, Jean de Gerson. Il semble que l'intérêt théologique pour les phénomènes surnaturels ait été déclenché par la décision du concile (controversé) de Bâle d'examiner les célèbres révélations célestes de sainte Brigitte de Suède.

    Deux conciles œcuméniques ultérieurs, le Latran V (1512-1517) et le Tridentin (1545-1563), ont déclaré qu'il appartenait à l'évêque compétent d'agir et de se prononcer définitivement sur tout phénomène surnaturel, avec l'aide de quelques "docti et gravi" (Latran) et "theologi et pii" (Tridentin). Il s'agit d'un double principe - compétence de l'évêque et recours aux experts - qui garantit d'une part la dimension de la communion hiérarchique, et d'autre part la science et la compétence nécessaires pour parvenir à un jugement qui se rapproche le plus possible de la certitude morale. Reste la "réserve apostolique", c'est-à-dire la possibilité d'une intervention du Siège apostolique, même sans le consentement de l'évêque.

    Le XVIe siècle a vu l'apport extraordinaire de mystiques tels que Sainte Thérèse d'Avila, Saint Jean de la Croix et Saint Ignace de Loyola, qui ont enrichi le discernement des prétendus phénomènes surnaturels avec des critères plus fins. Les siècles suivants ont vu l'émergence d'importants traités théologiques, parmi lesquels le De discretione spirituum du cardinal Giovanni Bona, et surtout l'œuvre du cardinal Prospero Lambertini, le futur Benoît XIV, tant le monumental De servorum Dei beatificatione que l'ouvrage qui lui est aujourd'hui attribué par la critique et qui est enfin disponible dans une édition critique, les Notæ de miraculis.

    Cela conduit aux Normæ de 1978, qui résument le long développement historique retracé, en énumérant quelques critères positifs et négatifs selon lesquels l'Ordinaire peut juger le fait considéré, les relations avec la Conférence épiscopale concernée et avec la Congrégation pour la doctrine de la foi. Les Normæ susmentionnées servaient à "juger, au moins avec une certaine probabilité" de l'éventuelle origine surnaturelle du phénomène concerné.

    Lire la suite

  • Chine-Vatican : quand on réécrit l'histoire pour légitimer l'accord

    IMPRIMER

    De Riccardo Cascioli sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Chine-Vatican, l'histoire est réécrite pour légitimer l'accord

    Nombreux intervenants chinois, message vidéo du Pape et discours du Secrétaire d'Etat du Vatican, le Card. Parolin : le Concile de Shanghai de 1924 commémoré par deux conférences à Milan et à Rome pour promouvoir « l'esprit » de l'accord secret sur la nomination des évêques. Un forcing historique sur le dos des catholiques chinois.

    22_05_2024

    « Nous espérons depuis longtemps pouvoir avoir une présence stable en Chine, même si elle n'a pas d'abord la forme d'une représentation pontificale, d'une nonciature apostolique... ». C'est dans cette perspective, tracée par les mots du Secrétaire d'Etat du Vatican, le Cardinal Pietro Parolin, qu'il faut interpréter la conférence sur le 100ème anniversaire du Concile de Shanghai, à laquelle Mgr Parolin a également participé hier, 21 mai.

    En réalité, il s'agissait d'une commémoration en deux temps : le lundi 20 à Milan, organisée par l'Université catholique, et hier précisément à Rome, organisée par l'Université pontificale Urbanienne ; toutes deux rendues possibles par la Communauté de Sant'Egidio, qui fait tant pour promouvoir l' » esprit » de l'accord secret controversé entre la Chine et le Saint-Siège, signé en 2018, renouvelé tous les deux ans et maintenant sur le point d'être définitivement approuvé.

    Tant à Milan qu'à Rome, il y avait une forte présence chinoise parmi les orateurs, tous manifestement liés au régime communiste de Pékin, évêques compris : à Milan, l'évêque mongol de Hohhot (Meng Qinglu qui a participé à plusieurs opérations illégales de blanchiment d'argent et de corruption) qui a participé à plusieurs ordinations épiscopales illégitimes, même après l'accord de 2018 ; à Rome, par ailleurs, l'évêque de Shanghai, Joseph Shen Bin, protagoniste de la fameuse « gifle » du régime communiste au Saint-Siège : il a été installé à Shanghai le 4 avril 2023 par le gouvernement et le Pape, dos au mur, ne l'a reconnu que le 15 juillet suivant. Le fait qu'il s'exprime aujourd'hui lors d'une conférence au Vatican en dit long sur le rapport de force établi par l'accord et surtout sur la volonté du Vatican de tout concéder pour planter un drapeau à Pékin.

    Il n'est donc pas surprenant que le souvenir du Concilium Sinense de Shanghai (mai-juin 1924) ait été l'occasion de réinterpréter l'histoire pour les besoins d'aujourd'hui. Mais qu'est-ce que le Concile de Shanghai ? C'est avant tout la manière dont les indications au monde missionnaire que le pape Benoît XV avait données dans sa Lettre apostolique Maximum Illud (1919) ont commencé à être mises en œuvre en Chine : le pape constatait que dans diverses parties du monde, la tâche missionnaire était freinée par la dépendance excessive du clergé à l'égard des puissances coloniales qui contrôlaient ces régions ; d'où, par exemple, la nécessité de promouvoir la création d'un clergé autochtone « parfaitement formé » : « De même que l'Église de Dieu est universelle et n'est donc étrangère à aucun peuple, de même il convient que dans chaque nation il y ait des prêtres capables de diriger, comme maîtres et guides, leurs propres compatriotes sur le chemin de la santé éternelle ».

    Monseigneur Celso Costantini, envoyé comme délégué apostolique en Chine par le pape Pie XI à la fin de l'année 1922, fut le grand directeur de ce voyage et, dès 1926, six évêques chinois furent ordonnés à Rome, une manière de souligner que l'« indigénisation » de l'Église était étroitement liée à son universalité.

    La tentative pas trop voilée des deux conférences de célébration de ces jours-ci est de créer un parallèle entre ce processus de « nationalisation » et l'actuelle « sinisation » imposée par le président chinois Xi Jinping par l'intermédiaire de l'Association patriotique des catholiques chinois, et approuvée par les hiérarchies du Vatican. C'est ce que démontre également un passage du message vidéo du pape François à la conférence romaine, lorsqu'il déclare : « À Shanghai, les pères réunis dans le Concilium Sinense ont vécu une expérience authentiquement synodale et ont pris ensemble d'importantes décisions. L'Esprit Saint les a réunis, a fait grandir l'harmonie entre eux, les a conduits sur des chemins que beaucoup d'entre eux n'auraient pas imaginés, en surmontant même les perplexités et les résistances. C'est ce que fait l'Esprit Saint qui guide l'Église ». En pratique, dit le pape, l'Esprit Saint, par le biais de la synodalité, les a fait passer de l'opposition à l'ordination du clergé local à l'ouverture de « nouvelles voies ». En d'autres termes, c'est ce que nous faisons aujourd'hui : ceux qui critiquent l'accord avec la Chine ne sont pas ouverts à l'Esprit Saint.

    Le parallèle avec le Concile de Shanghai est cependant une dérive historique évidente. Non seulement en raison du contexte politique et social de l'époque, totalement différent de l'actuel : la Chine vivait encore dans la tourmente de la révolution républicaine de 1911-12 qui avait renversé la dynastie Qing, de la Première Guerre mondiale et de la saison des seigneurs de la guerre. Une situation bien éloignée de celle de l'actuel régime totalitaire qui contrôle aujourd'hui toute la Chine d'une main de fer et tend à s'étendre.

    Mais surtout, dans les documents des papes Benoît XV et Pie XI, dans les travaux de Monseigneur Costantini, dans les actions des grandes figures catholiques chinoises de l'époque (également rappelées dans ces conférences), il est clair que la seule préoccupation réelle était « l'annonce du Christ ». C'est l'élan missionnaire qui a poussé à trouver les meilleurs moyens d'apporter le Christ à chaque homme, à chaque peuple. Il n'y avait pas de calculs politiques, mais les missionnaires étaient rappelés à leur vocation première : « ils ne sont pas envoyés par leur pays, mais par le Christ ». Le processus d'indigénisation du clergé est donc le fruit du zèle missionnaire. En revanche, lors des conférences de Milan et de Rome, on percevait clairement le chemin inverse : systématiser l'Église de manière à légitimer sa « nationalisation », mais précisément dans le sens souhaité par le régime communiste. Au fond, tous les discours impliquaient cet objectif.

    Il y a un deuxième aspect très important, pour révéler le mensonge sournois sur lequel reposent certaines positions. En forçant le parallèle entre l'attitude du Vatican d'aujourd'hui et celle du siècle dernier, on passe sous silence tout ce qui s'est passé au cours des cent dernières années, et ce qui se passe encore aujourd'hui. L'Eglise chinoise, même si elle est peu nombreuse, a donné de grandes preuves de foi par le martyre : rien que depuis l'avènement du régime communiste en 1949, des milliers de catholiques chinois ont payé de leur sang leur appartenance au Christ et leur fidélité au Pape. Et ils paient encore cette appartenance par une persécution systématique, aggravée après les accords Chine-Saint-Siège de 2018. Une persécution qui s'est désormais étendue à Hong Kong, où des dizaines et des dizaines de catholiques sont en prison. C'est le martyre et la fidélité de tant de personnes qui prouvent que l'Église est vraiment devenue chinoise ; c'est la véritable « sinisation », qui devrait se poursuivre.

    Au lieu de cela, un silence tragique s'est abattu sur toute cette réalité depuis le Vatican ; lors des deux conférences sur le Concile de Shanghai, il aurait semblé à un auditeur ignorant de la situation réelle que c'était à l'Église de s'amender de ses péchés à l'égard de la Chine. Car l'auditeur ignorant ne sait pas que le silence est le prix à payer pour espérer « avoir une présence stable » à Pékin. Au détriment des catholiques chinois.

  • Le Pape qualifie l’euthanasie d’échec de l’amour relevant d’une culture du rejet

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Le Pape qualifie l’euthanasie d’échec de l’amour, reflet d’une culture du rejet

    Le Pape a adressé mardi 21 mai un message aux participants du symposium international et interreligieux sur les soins palliatifs, parrainé conjointement par l’Académie pontificale pour la vie et la conférence des évêques catholiques du Canada. Intitulé «Vers un récit d’espérance», ce colloque bioéthique, ouvert mardi 21 mai à Toronto, dure trois jours.

    L’espérance est ce qui nous donne de la force lorsqu’on est confronté à une maladie grave ou à la fin de la vie, a d’emblée souligné François, convaincu que ceux qui vivent les incertitudes liées à la maladie et à la mort ont besoin «du témoignage d’espérance» de leurs proches et des soignants. 

    À cet égard, le Pape reconnaît que les soins palliatifs, tout en cherchant à alléger autant que possible le fardeau de la douleur, sont avant tout un signe concret de proximité et de solidarité avec nos frères et sœurs qui souffrent. «Ce genre de soins peut aider les patients et leurs proches à accepter la vulnérabilité, la fragilité et la finitude qui marquent la vie humaine en ce monde», a fait remarquer le Souverain pontife, souhaitant rappeler dans son intervention combien «les soins palliatifs authentiques sont radicalement différents de l’euthanasie» qui, elle, «n’est jamais une source d’espérance ni une authentique préoccupation pour les malades et les mourants».

    Compassion signifie «souffrir avec»

    L’euthanasie est selon François plutôt «un échec de l’amour, reflet d’une “culture du rejet”». Elle est souvent présentée à tort comme une forme de compassion. Pourtant, la «compassion», un mot qui signifie «souffrir avec», n’implique pas la fin intentionnelle d’une vie mais plutôt la volonté de partager les fardeaux de ceux qui sont confrontés aux dernières étapes de leur pèlerinage terrestre.

    «Les soins palliatifs sont donc une véritable forme de compassion car ils répondent à la souffrance, qu’elle soit physique, émotionnelle, psychologique ou spirituelle, en affirmant la dignité fondamentale et inviolable de toute personne, en particulier des mourants, et en les aidant à accepter le moment inévitable du passage de cette vie à la vie éternelle», a-t-il poursuivi.

    La compréhension plus profonde des religions

    Dans cette perspective, le Pape observe que les convictions religieuses offrent une compréhension plus profonde de la maladie, de la souffrance et de la mort, «les considérant comme faisant partie du mystère de la providence divine et, pour la tradition chrétienne, comme un moyen de sanctification».

    Pareillement, il rappelle que les actes de compassion et le respect manifestés par le personnel médical et les soignants dévoués permettent souvent aux personnes en fin de vie de trouver un réconfort spirituel, une espérance et une réconciliation avec Dieu, les membres de leur famille et leurs amis. «Votre service est essentiel pour aider les malades et les mourants à réaliser qu’ils ne sont pas isolés ou seuls, que leur vie n’est pas un fardeau, qu’ils restent toujours intrinsèquement précieux aux yeux de Dieu», a conclu le Pape.

  • Les souffrances cachées de l'euthanasie

    IMPRIMER

    Du site des AFC (Associations Familiales Catholiques) :

    Les souffrances cachées de l’euthanasie Témoignages et expériences, bientôt une réalité en France ? Alors que le projet de loi sur l’euthanasie se précise, les AFC sont allées en Belgique pour écouter les voix divergentes. Celles qui dénoncent l’euthanasie et ses conséquences. Au travers de témoignages et d’expériences poignantes, découvrez le véritable enjeu qui se joue dans les familles. Les souffrances cachées de l’euthanasie, ou comment l’euthanasie déplace les souffrances sur les proches et les soignants. Une production CNAFC (Confédération Nationale des Associations Familiales Catholiques) grâce au soutien de ses bienfaiteurs. Scénario et réalisation par Benoît Hautier Tournage et montage par Owlview Production

  • Une seule terre sainte pour Juifs, Palestiniens et Chrétiens ? Certains y croient vraiment...

    IMPRIMER

    De Sandro Magister sur Settimo Cielo (Diakonos.be) :

    Une seule terre sainte pour Juifs, Palestiniens et Chrétiens. Certains y croient vraiment

    Jeudi 16 mai, deux jours après que Settimo Cielo se soit fait l’écho de l’extraordinaire « lectio » qu’il avait tenue à Rome sur ce que l’Église peut faire au beau milieu de la guerre sans fin entre Israël et les Palestiniens, le cardinal Pierbattista Pizzaballa, le patriarche latin de Jérusalem, avec l’autorisation d’Israël et en empruntant un passage secret, s’est rendu en personne à Gaza, en compagnie du Grand Hospitalier de l’Ordre de Malte, pour apporter aide et réconfort aux quelques centaines de chrétiens restés dans la ville (photo). Il a trouvé Gaza dans un état de destruction – a-t-il déclaré – tel que il n’en avait vu auparavant qu’en 2014 à Alep, en Syrie.

    Et ce même16 mai, dans une coïncidence parfaite, le jésuite israélien David Neuhaus, grand expert du dialogue entre Juifs et Chrétiens, déclarait à la une du dernier numéro de « La Civiltà Cattolica » que le patriarche Pizzaballa était l’homme d’Église qui était plus en mesure que quiconque de rétablir des relations positives entre les chrétiens et « nos pères dans la foi », comme Benoît XVI aimait appeler les Juifs, plutôt que nos « grands frères ».

    « Mgr Pizzaballa parle hébreu et est engagé depuis longtemps dans le dialogue entre Juifs et Chrétiens et sa nomination comme patriarche a été accueillie par les Israéliens comme une avancée positive », constate le P. Neuhaus dès la première page de son éditorial.

    En effet, avant lui « le patriarche de Jérusalem avait toujours été un Arabe », avec par conséquent « des tensions avec les autorités de l’État d’Israël ». Mais, en revanche, le Pape François – reconnaît fort justement le P. Neuhaus – a pris non seulement la décision de nommer un Italien ami des Juifs actif depuis des années en Terre Sainte, mais également de le créer cardinal, le 30 septembre dernier, quelques jours avant le massacre perpétré le 7 octobre par le Hamas qui a déclenché ce dernier épisode dramatique de la guerre. »

    Le P. Neuhaus prend acte qu’aujourd’hui, la distance entre les autorités israéliennes et le Pape « s’est accentuée et s’est étendue à de nombreux Juifs dans le monde entier ». Et dans cet article de « La Civilità Cattolica », il souhaite justement « approfondir et analyser cette crise ».

    Mais il veut également identifier le chemin pour revenir à des relations plus positives entre Juifs et Chrétiens.

    *

    D’autant que ce sont surtout certaines déclarations et gestes du Pape François qui ont précipité cet état de crise.

    Le P. Neuhaus cite en particulier la double rencontre que le Pape a eue le 22 novembre 2023 avec la famille des otages israéliens à Gaza et avec des parents de Palestiniens tués dans cette ville, qu’il a rassemblés sous un même jugement : « Ce n’est pas faire la guerre ça, c’est du terrorisme ». Ce qui lui a valu « l’indignation » des autorités israéliennes pour « ce parallélisme inapproprié ».

    Le P. Neuhaus fait ensuite allusion au jugement exprimé par le Pape à d’innombrables reprises : « La guerre est une défaite pour tous ». Une « ritournelle permanente » – écrit-il – qui « a suscité la consternation non seulement des autorités israéliennes et des personnalités Juives dans le monde entier, mais également des Ukrainiens, dans le contexte de la guerre en cours en Russie ».

    Lire la suite

  • Le pape François a accordé "une rare interview" à l'émission 60 Minutes (CBS)

    IMPRIMER

    De Norah O'Donnell sur CBS NEWS :

    Le pape François a accordé une interview historique à Norah O'Donnell, présentatrice et rédactrice en chef du journal télévisé du soir de CBS, dans une émission spéciale d'une heure diffusée le lundi 20 mai à 22 heures (heure française) sur CBS et en streaming sur Paramount+. Au cours d'une vaste conversation, François parle des pays en guerre, de sa vision de l'Église catholique, de son héritage, de son espoir pour les enfants et de bien d'autres choses encore.

    Le pape François accorde une rare interview à l'émission 60 Minutes : « la mondialisation de l'indifférence est une maladie très laide ».

    19 mai 2024

    François est le premier pape originaire des Amériques, le premier de son nom, et plus que tout autre pape de mémoire récente, il a consacré sa vie et son ministère aux pauvres, aux périphériques et aux oubliés. Tout en dirigeant l'Église catholique sur des questions difficiles, parfois controversées, qui ne font pas l'unanimité. Nous avons eu droit à une rare interview au Vatican et nous nous sommes entretenus avec lui, dans sa langue maternelle, l'espagnol, par l'intermédiaire d'un traducteur, pendant plus d'une heure. La chaleur, l'intelligence et la conviction de cet homme de 87 ans ne se sont pas perdues dans la traduction. Nous avons commencé par discuter de la première Journée mondiale de l'enfance de l'Église. Le week-end prochain, le pape François accueillera au Vatican des dizaines de milliers de jeunes, dont des réfugiés de guerre.

    Norah O'Donnell : A l'occasion de la Journée mondiale de l'enfance, l'ONU annonce que plus d'un million de personnes seront confrontées à la famine à Gaza, dont de nombreux enfants. 

    Pape François : Pas seulement à Gaza. Pensez à l'Ukraine. De nombreux enfants ukrainiens viennent ici. Vous savez quoi ? Que ces enfants ne savent pas sourire ? Je vais leur dire quelque chose (mime un sourire)... ils ont oublié comment sourire. Et c'est très douloureux.

    Norah O'Donnell : Avez-vous un message pour Vladimir Poutine à propos de l'Ukraine ?

    Pape François : S'il vous plaît, pays en guerre, tous, arrêtez. Arrêtez la guerre. Vous devez trouver un moyen de négocier la paix. Efforcez-vous de parvenir à la paix. Une paix négociée est toujours préférable à une guerre sans fin. 

    Norah O'Donnell : Ce qui se passe en Israël et à Gaza a provoqué tant de divisions et de souffrances dans le monde entier. Je ne sais pas si vous avez vu aux États-Unis les grandes manifestations sur les campus universitaires et la montée de l'antisémitisme. Que diriez-vous pour changer cela ?

    Pape François : Toute idéologie est mauvaise, et l'antisémitisme est une idéologie, et elle est mauvaise. Tout « anti » est toujours mauvais. Vous pouvez critiquer un gouvernement ou un autre, le gouvernement d'Israël, le gouvernement palestinien. On peut critiquer tout ce que l'on veut, mais pas « anti » un peuple. Ni anti-palestinien, ni antisémite. Non.

    Norah O'Donnell : Je sais que vous appelez à la paix. Vous avez appelé à un cessez-le-feu dans nombre de vos sermons. Pouvez-vous aider à négocier la paix ?

    Pape François : (soupir) Ce que je peux faire, c'est prier. Je prie beaucoup pour la paix. Et aussi suggérer : « S'il vous plaît, arrêtez. Négociez. »

    La prière est au cœur de la vie du pape depuis qu'il est né Jorge Mario Bergoglio en Argentine, en 1936, dans une famille d'immigrés italiens. Avant d'entrer au séminaire, Bergoglio a travaillé comme chimiste.

    Sa formule personnelle est la simplicité. Il porte toujours la simple croix en argent qu'il portait lorsqu'il était archevêque de Buenos Aires. Ce n'est pas tant ce que François porte que le lieu où il vit qui a donné le ton à son pontificat, il y a 11 ans.  

    Au lieu d'un palais situé au-dessus de la place Saint-Pierre, il a choisi la Casa Santa Marta, une maison d'hôtes du Vatican, comme résidence. 

    C'est là que nous l'avons rencontré, sous une peinture de la Vierge Marie. Entouré par le sacré, François n'a pas renoncé à son sens de l'humour, même lorsqu'il aborde des sujets sérieux, comme la crise des migrants.

    Norah O'Donnell : Mes grands-parents étaient catholiques. Ils ont immigré d'Irlande du Nord dans les années 1930 vers les États-Unis, à la recherche d'une vie meilleure. Je sais que votre famille a également fui le fascisme. Vous avez parlé aux migrants, dont beaucoup sont des enfants, et vous encouragez les gouvernements à construire des ponts et non des murs.

    Pape François : La migration est quelque chose qui fait grandir un pays. On dit que les Irlandais ont migré et apporté le whisky, et que les Italiens ont migré et apporté la mafia... (rires) C'est une plaisanterie. Ne le prenez pas mal. Mais les migrants souffrent parfois beaucoup. Ils souffrent beaucoup.

    Lire la suite