Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Débats

  • Italie Enzo Bianchi : « Le pape François est isolé. Sur les réseaux sociaux, l'aile traditionaliste de l'Église est beaucoup plus vivante"

    IMPRIMER

    Une interview (Giampiero Rossi, Corriere della Sera) d’Enzo Bianchi (fondateur agité de la communauté monastique œcuménique marginale remarquée de Bose, dans le nord de l’Italie) au « Corriere della Sera », reproduite par le site web « Sismografo »:

    Le moine et théologien : « Il y a un hiatus entre le pontife prophétique et son peuple. Je ne crois pas que nous nous dirigeons vers un schisme, mais je crains que l'Église ne glisse vers une perte dangereuse"

    « Le pape François est isolé, l'Église ne risque pas un schisme mais une perte dangereuse». Enzo Bianchi - moine de quatre-vingts ans, théologien, érudit de l'Église, fondateur de la communauté de Bose - ne cherche pas de tournures pompeuses pour dire ce qu'il pense. Il ne se réfugie pas dans les équilibristes, même lorsqu'il parle du pontife avec lequel il a eu un conflit ouvert dans un passé récent : il le critique et le défend sans réserve. Mais sa pensée principale, explique-t-il, est l’Église, son avenir dans un monde en rapide évolution.Son dernier livre, « Où va l’Église ? » est dédié à cela. (éditions San Paolo) qui sera présenté le jeudi 30 novembre à 18h au Centre Ambrosianeum (via delle Ore 3) en compagnie de Ferruccio de Bortoli et Don Antonio Rizzolo.

    Enzo Bianchi, la question est obligatoire. Où va l’Église ?

    « L'Église marche vers Jésus-Christ, vers le Royaume. Ou du moins c'est sa vocation, sa mission."

    Toutefois…?

    "Mais ces dernières décennies, elle s'est mise au centre, on parle trop de l'Église et moins de Jésus-Christ et de l'Évangile."

    Quand cette attitude a-t-elle commencé, à votre avis ?

    « Avec le Concile Vatican II, nous sommes arrivés à une réforme de l'Église pour apporter l'Évangile au monde, mais nous nous sommes ensuite fortement concentrés sur les activités mêmes de l'Église, qui s'est toujours positionnée comme maîtresse de l'histoire, estimant que tout dépendait sur elle-même, oubliant le choix de spoliation que le Christ lui-même a fait de sa condition de fils de Dieu. Ici, plutôt que d'avoir la prétention de devoir et de pouvoir tout dire sur tout et sur tout, d'être maître et guide des hommes, la L'Église devrait recommencer à se déshabiller et à marcher aux côtés des hommes, avec compassion et humilité, pour offrir à chacun le grand espoir de la résurrection. »

    Ne pensez-vous pas que depuis le pape Luciani, de nombreux gestes et pas ont été faits dans ce sens ?

    « Je les ai tous connus de près et je peux dire que oui, Jean-Paul Ier a commis des gestes de spoliation, qui étaient alors complètement absents dans le pontificat ultérieur et aussi dans celui de Ratzinger, qui n'avait pas suffisamment de force ni au sein de l'Église ni envers le peuple de Dieu, donc François a eu du courage et de la détermination, mais il faut dire une vérité que personne ne veut dire ouvertement...".

    Qui est?

    « François est isolé, mis à part ses plus proches, il n'est pas suivi par les cardinaux, les évêques, les prêtres et le peuple de Dieu lui-même semble sourd à sa proposition synodale, ils laissent tout passer presque dans l'indifférence. Et donc nous nous trouvons dans cette sorte de hiatus, entre un Pontife prophétique et son peuple, et cela m'inquiète beaucoup car dans la communication via les réseaux sociaux, l'aile traditionaliste est beaucoup plus vivante.

    Vous défendez donc la route tracée par le pape Bergoglio, même si vous avez eu des désaccords assez ouverts et durs avec lui ?

    « J'ai critiqué tout le monde, je n'ai jamais été enclin à idolâtrer un quelconque pape, mais maintenant je vois une situation très difficile. Je ne crois pas que nous nous dirigeons vers un schisme, mais je crains que l'Église ne glisse vers une perte dangereuse. »

    Mais n’existe-t-il pas déjà un conclave construit pour donner une continuité future au chemin indiqué par ce pape ?

    « Mais non, ce n'est pas du tout vrai que François a créé un conclave à son image, il a aussi nommé des cardinaux ennuyeux et traditionalistes, donc le risque pour l'avenir est justement que pour maintenir l'équilibre entre les différentes âmes, le conclave finit par choisir un père ennuyeux. On a vu d'ailleurs comment, à la même époque, il a été choisi de béatifier en même temps Jean XXII et Pie IX : un coup au cercle et un coup au tonneau."

    En parlant de cardinaux, ici à Milan, quelqu'un soulève cycliquement la question de l'échec de la nomination de l'archevêque Mario Delpini. Qu'en penses-tu?

    « Francis ne choisit pas les grandes villes, les grands personnages, mais suit plutôt une logique suburbaine. Il suffit de penser à la nomination de l'évêque de Mongolie, à l'extrême périphérie du monde et qui compte plus ou moins trois mille fidèles. Parce qu’il veut dire que même le petit, même le petit, compte. Et ce n’est pas un choix politique, mais évangélique. Autrement, il aurait fait de tout son peuple des cardinaux. » 

    Un autre sujet très sensible dans le diocèse ambrosien et dans toute l’Église est le déclin des vocations. Dans le livre, il en parle également, mais inverse le point de départ.

    «Bien sûr, car avant de s'interroger sur la crise des vocations, il faut s'interroger sur la crise de la foi. Et je reviens au point de départ : l'Église, trop concentrée sur ses propres activités - toutes belles et précieuses, toujours aussi nombreuses en deux mille ans d'histoire - a perdu de vue son message fondamental et extraordinaire : l'espérance que la mort ne soit pas le dernier mot, car avec le Christ il y a la résurrection. Revenons en arrière et disons ceci à l'humanité. »

    Bref, selon l’adage bien connu, un « pur » trouve toujours un plus pur qui l’épure…

  • Les préoccupations immobilières du pape

    IMPRIMER

    Du Sismografo :

    30 novembre 2023

    François : un pape soucieux de l'immobilier

    (L.B., R.C., par la rédaction de "Il sismografo")

    La nouvelle de la sanction du pape à l'encontre du cardinal américain Raymond Leo Burke a été confirmée par le pontife lui-même dans une brève note adressée le 28 novembre à son biographe Austen Ivereigh. Désireux de corriger certains articles de presse, François a écrit : "J'ai simplement annoncé le fait lors de la réunion des chefs de dicastère [le 21 novembre] sans donner d'explications spécifiques". Le Saint-Père nie également avoir utilisé l'expression "mon ennemi" en référence au cardinal. D'autre part, il ne semble pas que François ait dit que Mgr Burke était un ecclésiastique "qui sème la discorde", comme l'a rapporté la presse. À ce stade, ce qui a été dit est essentiellement vrai et il n'y a pas grand-chose à nier : le souverain pontife va retirer au cardinal Raymond Leo Burke, qui a fêté ses 75 ans en juin dernier, son appartement de fonction dans la Via Rusticucci à Rome et son salaire, qui est d'ailleurs une pension.

    Une aversion réciproque

    Les relations entre Burke et Bergoglio ont toujours été tendues. Les raisons de cette aversion mutuelle sont inconnues. Certains observateurs font remonter cette aversion à une époque lointaine. Raymond Burke est cardinal depuis 2010 et Jorge Mario Bergoglio depuis 2001, ils se sont donc rencontrés à plusieurs reprises. Le pape, personnalité forte et susceptible, a contre-attaqué Burke à plusieurs reprises, au point de l'accuser d'être no-vax (ce qui est faux) et de sourire avec sarcasme lorsque le cardinal a été frappé par Covid19 : "Même dans le Collège des cardinaux, il y a des 'négationnistes' et l'un d'entre eux, le pauvre, est hospitalisé avec le virus. Bah, ironie de la vie..." a déclaré un pape sans pitié lors d'une conférence de presse à son retour d'un voyage en Hongrie. (15 septembre 2021)

    Icônes médiatiques : le progressiste réformateur contre l'indietriste conservateur

    On sait donc qu'il y a toujours eu une inimitié totale et sans limite entre les deux, et pas seulement pour des raisons doctrinales ou pastorales, comme nous l'avons vu ces dernières années sur différents sujets. Il s'agit également d'un différend de nature personnelle, d'un rejet mutuel. Il n'en fallait pas plus pour faire de l'un et de l'autre des icônes opposées : celle d'un pape progressiste et réformateur, et celle d'un prêtre américain conservateur, "indietriste", rigide et préconciliaire (le cardinal Burke).

    Le pape Bergoglio sait qu'il a de nombreux ennemis et, à cet égard, il ne se laisse pas distraire. Il répond coup par coup. C'est son style et sa méthode, depuis qu'il est jeune séminariste. La plupart des problèmes du pape Bergoglio au sein de la Compagnie de Jésus découlent de plusieurs controverses de ce type. Avec un style différent et des manières plus cossues, le cardinal Burke répond sans rien épargner, ce qu'il faisait déjà lorsqu'il était évêque de Saint Louis (Missouri-USA).
    Il est maintenant confirmé, selon les termes mêmes du Pontife, que le Saint-Père a décidé de retirer au cardinal Raymond Leo Burke son salaire et sa pension (5-6 000 euros au total, avec les avantages sociaux) ainsi que l'appartement du Vatican dans lequel il réside en tant qu'ancien cardinal collaborateur du Pontife, un "privilège" dont jouissent de nombreux autres cardinaux au sujet desquels le Pontife n'a pas annoncé de mesures similaires. 

    Pour la énième fois en plus de dix ans, nous en revenons au conflit entre le pape et Burke ou entre Burke et Bergoglio. Pourquoi ce conflit éclate-t-il après tant d'années ? Qu'y a-t-il de nouveau ?  

    Les parties - pape et cardinal - ont-elles la moindre conscience du moment délicat que vit l'Église dans le monde ? Cette conduite est-elle une manière d'évangéliser, de répandre le bien, de témoigner de la miséricorde et de la correction fraternelle ?

    Le patrimoine du Vatican

    Depuis le début de son pontificat, et en particulier depuis que François a découvert le patrimoine immobilier du Saint-Siège au Vatican, en Italie et à l'étranger, il a consacré beaucoup d'attention à cette question, notamment parce qu'il estimait que ce patrimoine avait été une gigantesque source de corruption pendant des décennies. Dans ce domaine, le Saint-Père a introduit plusieurs nouvelles lois et règles.

    L'attribution de logements au sein du Vatican devint une obsession pour le pape, et dans de nombreux cas de licenciement ou de cessation de service, il s'occupa toujours personnellement d'obtenir pour les désormais anciens employés - dont certains étaient très importants - l'injonction appropriée de libérer rapidement le logement.

    Le cas le plus connu, parce qu'il a été rendu public, est celui de Mgr Georg Gaenswein.

    La délicatesse immobilière du pontife

    L'"appartement" est l'un des éléments qui entrent dans les discussions sur les grandes nominations, un privilège que le Pape sait très bien manipuler. Le dernier cas en date est celui du Préfet du Dicastère pour la Doctrine de la Foi, le Card. Manuel Fernández, qui a plus d'une fois parlé de son appartement dans les murs du Vatican comme d'un "cadeau" extraordinaire. Dans une note publiée sur Facebook après sa nomination, le préfet V.M. Fernández a écrit quelque chose de surprenant : "Ces jours-ci, alors que j'étais à Rome, le pape lui-même a pris soin de me chercher un endroit où vivre à l'intérieur du Vatican, avec des plantes et une vue sur la verdure, parce qu'il sait que je viens de la campagne et que j'ai besoin de cela. Regardez sa délicatesse. C'est pour cela que c'est un plaisir de travailler près de lui et de l'accompagner de plus près".

    Le cardinal Becciu

    Il convient de rappeler que le 23 septembre 2020, lorsque le pape a demandé au cardinal Angelo Becciu de présenter sa démission, il lui a dit - pour transmettre un geste miséricordieux de sa part - que la suspension des droits et des prérogatives n'incluait pas le logement et qu'il pouvait donc continuer à vivre dans le palais de l'ancien Saint-Office, où, au cours de ces trois années de procès, le pape s'est rendu avec une certaine fréquence inhabituelle pour rencontrer le cardinal qui connaîtra son sort dans deux ou trois semaines avec la sentence du procès douteux ; un procès voulu par le pape François lui-même qui, a-t-il dit, a personnellement signé la plainte contre le cardinal.

  • Sous François, la critique de la modernité mise à l'index ?

    IMPRIMER

    Paul Vaute, historien et journaliste honoraire, a rassemblé pour Belgicatho les réflexions que lui inspire la campagne incessante du pape François contre l'indietrismo. Ce terme sert à désigner la réaction contre la modernité et la défense de la tradition. Mais ne s'agit-il pas surtout d'un procédé visant à mettre au rancart, sans le dire, l'herméneutique de la continuité sur laquelle se fondaient Jean-Paul II et Benoît XVI ?

     

       "Il faut absolument être moderne": ce cri de Rimbaud hante le monde occidental, plus encore aujourd'hui qu'au temps du poète carolopolitain. Il n'est guère de grands médias qui ne s'y soient alignés. Proposer un regard critique sur ce qui paraît "en phase", "à la page", "branché", "in" y est pratiquement un acte de rébellion. Je l'ai vécu personnellement et douloureusement pendant ma carrière de journaliste professionnel. "Nous ne sommes plus le journal des vieux c… catholiques", me fut-il un jour rétorqué…

       Est-ce à présent au sein de l'Eglise et au plus haut niveau que ce philonéisme va devenir une posture obligatoire ? La question se pose en tout cas devant l'offensive en règle du Pape actuel contre ce qu'il appelle depuis quelque temps l'indietrismo, néologisme italien qu'on peut traduire – pardon, l'Académie – par "le rétrogradisme" ou "l'arriérisme". La cible, dans le discours papal, a été désignée bien avant le mot à présent servi à toutes les sauces. En 2013, par exemple, étaient pointés les "petits groupes" qui cherchent "à "récupérer" le passé perdu"[i]. Mais depuis quelque deux ans, on a affaire à un véritable leitmotiv et une insistance qui vont bien au-delà de la mise en garde contre une nostalgie déraisonnable.

       Et cela tire à boulets rouges contre tout "pas en arrière qui nous fait secte, qui vous ferme, qui vous enlève vos horizons"[ii]. Contre "la culture du "recul""[iii]. Contre le traditionalisme qui est la "mémoire morte" de ceux qui nous ont précédés, la tradition agréée étant leur vie "et cela continue"[iv]. Contre "une tentation dans la vie de l'Eglise qui te porte au restaurationisme mondain, attifé de liturgie et de théologie, mais c'est mondain"[v]. Bref, contre "le danger aujourd'hui" qui est "l'indietrismo, la réaction contre la modernité"[vi], "une attitude profondément réactionnaire" qui se répand notamment aux Etats-Unis[vii].

    Lire la suite

  • Le cardinal Burke victime de la vindicte papale ?

    IMPRIMER

    De Jonathan Liedl sur CNA :

    Le pape François aurait confisqué l'appartement du Vatican et le traitement du cardinal Burke

    28 nov. 2023

    Le pape François a retiré à l'un de ses principaux critiques américains, le cardinal Raymond Burke, ses privilèges en matière de logement et de salaire au Vatican, selon l'Associated Press.

    Selon le rapport de l'AP, qui est basé sur des conversations avec deux sources anonymes informées des mesures, le pape a discuté de ses actions planifiées contre le prélat américain lors d'une réunion des chefs de bureau du Vatican le 20 novembre.

    Le pape aurait déclaré que Burke était une source de "désunion" dans l'Église et qu'il utilisait les privilèges accordés aux cardinaux à la retraite contre l'Église.

    Le blog d'information catholique italien La Nuova Bussola Quotidiana a signalé pour la première fois le 27 novembre que des poursuites étaient en cours contre Mgr Burke.

    "Le cardinal Burke est mon ennemi, c'est pourquoi je lui retire son appartement et son salaire", avait déclaré le pape lors de la réunion du 20 novembre, selon la source vaticane non divulguée de La Nuova Bussola.

    CNA n'a pas pu joindre immédiatement Burke pour confirmer les mesures prises à son encontre. Le bureau de communication du Vatican n'a pas répondu à la demande de commentaire d'EWTN à l'heure où nous publions.

    L'AP a rapporté que le porte-parole du Vatican, Matteo Bruni, "a renvoyé les questions à Burke".

    "Je n'ai rien de particulier à dire à ce sujet", a déclaré M. Bruni aux journalistes.

    Mgr Burke a été ordonné prêtre par le pape Paul VI à Rome en 1975 et a été évêque de La Crosse (Wisconsin) de 1995 à 2004 et archevêque de Saint-Louis de 2004 à 2008. Largement considéré comme un expert en droit canonique, Mgr Burke a été nommé en 2008 préfet du Tribunal suprême de la Signature apostolique (la plus haute autorité judiciaire de l'Église) par le pape Benoît XVI. Deux ans plus tard, Benoît XVI l'a nommé cardinal. 

    Le pape François l'a démis de ses fonctions de préfet en 2014 et l'a nommé cardinal patron de l'Ordre souverain militaire de Malte, un rôle essentiellement cérémoniel consacré au bien-être spirituel des membres de l'ordre. Il est resté patron jusqu'à cette année, mais n'a conservé que le titre, car il aurait été empêché de s'impliquer activement depuis 2016 et donc mis à l'écart lors des vastes réformes institutionnelles de l'ordre au cours des dernières années. En juin, le pape François a nommé le cardinal Gianfranco Ghirlanda, SJ, comme remplaçant officiel de Burke. Au moment de l'annonce, Mgr Burke n'était qu'à quelques jours de l'âge habituel de la retraite pour les évêques, qui est de 75 ans.

    Mgr Burke s'est révélé être un fervent critique de certaines initiatives du pape François.

    Il est l'un des cinq cardinaux qui ont envoyé des "dubia" au pape François pour lui demander de clarifier la position de l'Église sur le développement doctrinal, la bénédiction des unions homosexuelles, l'autorité du synode sur la synodalité, l'ordination des femmes et l'absolution sacramentelle. 

    Le document a été rendu public à la veille de l'ouverture du synode sur la synodalité au Vatican et a été discuté lors d'une conférence de presse tenue le 2 octobre, à laquelle Mgr Burke a participé et a exprimé ses inquiétudes concernant le synode.

    "Il est malheureusement très clair que l'invocation de l'Esprit Saint par certains a pour but de promouvoir un agenda plus politique et humain qu'ecclésial et divin", a déclaré Mgr Burke.

    Ce ne serait pas la première fois cette année que l'on demanderait à un ancien fonctionnaire curial de quitter son logement au Vatican.

    Selon un article paru dans un journal allemand en juin, le pape François a ordonné à l'archevêque Georg Gänswein de quitter le Vatican et de retourner en Allemagne. Mgr Gänswein, secrétaire de longue date du pape Benoît XVI, a été préfet de la Maison pontificale auprès de Benoît XVI et de son successeur, le pape François, jusqu'en février 2020. Le départ de Mgr Gänswein du Vatican après la mort de Benoît XVI et sa révocation par le pape François ont été perçus par certains comme une déchéance.

    Selon le média allemand, le pape François, dans ses commentaires sur la décision, "a fait référence à la coutume selon laquelle les anciens secrétaires privés des papes décédés ne restaient pas à Rome".

  • Que restera-t-il de la France d’avant dans la France d’après ?

    IMPRIMER

    Le site "Pour une école libre au Québec" a retranscrit les propos de Jérôme Fourquet et Jean-Pierre Le Goff dans le cadre des Rencontres du Figaro (video) :

    École, famille, immigration : que restera-t-il de la France d’avant dans la France d’après ?

    Évoquer la France d’hier pour comprendre celle de demain et ausculter notre présent : c’est la tâche à laquelle se sont attelés Jérôme Fourquet et Jean-Pierre Le Goff dans le cadre des Rencontres du Figaro.

    20 novembre 2023

    LE FIGARO. - Vous avez publié, Jean-Pierre le Goff, La France d’hier il y a cinq ans et cette année vous poursuivez cette plongée dans le passé avec Mes années folles (Robert Laffont). Aujourd’hui, que reste-t-il de la France d’hier ?

    Jean-Pierre LE GOFF. – Pas grand-chose, répondrais-je spontanément. Mais encore faut-il s’entendre sur ce qu’on appelle la France d’hier et de quelle période historique au juste il est question. La France d’hier dont je parle est celle de la seconde moitié du XXe siècle, des années 1950 et 1960, en sachant qu’entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et les années 1960, il s’est produit une modernisation rapide du pays qui l’a profondément transformé.

    Pour le dire de façon schématique, au lendemain de la guerre, la France reste encore un pays rural avec des traditions ancestrales, des valeurs de stabilité et de modération liées à la civilisation paysanne. Le christianisme continue d’imprégner la société et le catholicisme demeure la religion de la grande majorité des Français. Il existe également un mouvement ouvrier dynamique et structuré avec ses syndicats, ses associations d’entraide et d’éducation populaire, au sein duquel dominent le Parti communiste et la CGT. Au tournant des années 1950 et 1960, la France entre dans une nouvelle étape de la modernité marquée par le développement de la société de consommation, des loisirs et de ce qu’on appelle alors les « mass medias ».

    La France d’hier, celle des années 1950-1960, c’est celle qui reste encore liée à une histoire ancestrale et qui, en même temps, se modernise rapidement pour aboutir à une nouvelle société qui va entraîner sur une échelle de masse des changements de mentalités et de comportements dans les domaines de la consommation, des loisirs et des mœurs. L’acquisition de nouveaux biens de consommation, la valorisation de la vie privée et des loisirs comme lieux de l’épanouissement participent d’un individualisme hédoniste qui se développe dès cette époque et commence à mettre en question la centralité du travail et la solidité des appartenances et des engagements collectifs. C’est précisément dans ce contexte de bouleversement rapide de la société française et de l’allongement de la scolarité que va se développer le «peuple adolescent» (expression que j’emprunte à Paul Yonnet). On ne comprend rien à mai 68 et à la révolution culturelle qui va suivre sans prendre en compte cette nouvelle situation historique dans l’ensemble de ses aspects. N’est-ce pas de cette France-là que nous avons hérité ?

    Jérôme Fourquet , votre livre s’appelle La France d’après. Philippe de Villiers, en 2005, disait : «La France d’après, c’est la France d’après la France…»

    Jérôme FOURQUET. – Nous sommes encore en France, il subsiste encore un certain nombre de vestiges de ce pays décrit par Jean-Pierre Le Goff , mais s’est ajouté, comme sur une toile bigarrée, toute une série d’ingrédients absolument nouveaux. Toutes les évolutions évoquées se sont accélérées depuis une trentaine d’années. La centralité du travail était encore valide dans les têtes au début des années 1990. Lorsque l’Ifop interroge les Français à cette époque, 60 % d’entre eux disent que le travail est très important dans leur vie, contre 31 % pour les loisirs. Aujourd’hui, 21 % des Français considèrent que le travail est très important dans leur vie, et on est passé à 42 % sur la thématique des loisirs. Nous sommes dans un moment tectonique où de vieilles plaques survivent, et de nouvelles émergent, ce qui donne ce paysage kaléidoscopique. Un autre changement majeur réside dans l’accroissement spectaculaire des influences culturelles étrangères, et notamment l’américanisation du pays qui s’est manifestée en profondeur dans tous les tissus de la société. Ce processus commencé dès les années 1950 s’est surmultiplié pour aboutir à un produit totalement inédit que j’appelle La France d’après.

    Lire la suite

  • Quelle est la portée du conflit entre Bätzing et Gadecki ?

    IMPRIMER

    De Luke Coppen sur The Pillar :

    Bätzing c. Gądecki : Qu'est-ce qui se cache derrière l'affrontement ?

    27 novembre 2023

    Le différend qui couvait entre le président de la conférence épiscopale allemande et son homologue polonais s'est dramatiquement envenimé dimanche.

    Le journal polonais Rzeczpospolita a publié le 26 novembre le texte intégral d'une lettre de l'évêque Georg Bätzing et de l'archevêque Stanisław Gądecki.

    Dans la lettre du 21 novembre, Mgr Bätzing a vivement critiqué Mgr Gądecki pour avoir écrit une lettre au pape sur la "voie synodale" controversée de l'Allemagne sans le consulter, décrivant cela comme un "comportement très peu synodal et peu fraternel".

    Qui sont ces deux dirigeants de l'Église ? Pourquoi sont-ils en désaccord ? Est-ce vraiment important ? Et que va-t-il se passer ensuite ? 

    The Pillar y jette un coup d'œil.

    De qui s'agit-il ?

    Mgr Bätzing, évêque de Limbourg âgé de 62 ans, préside la puissante conférence épiscopale allemande depuis mars 2020, date à laquelle il a été élu pour un mandat de six ans.

    Mgr Gądecki, l'archevêque de Poznań âgé de 74 ans, doit terminer son deuxième mandat de cinq ans en tant que président de la conférence épiscopale de Pologne au printemps 2024.

    L'Allemagne et la Pologne ayant une frontière commune, Bätzing et Gądecki sont des voisins ecclésiastiques. Bien que l'élection de Mgr Bätzing ait coïncidé avec la fermeture de l'Europe lors du coronavirus, les deux hommes se sont rencontrés fréquemment depuis la levée des restrictions.

    Lorsque Mgr Bätzing a rendu visite à Mgr Gądecki à Poznań en novembre 2021, les deux hommes espéraient poursuivre le dialogue sensible mais fructueux entre les évêques allemands et polonais, lancé après la Seconde Guerre mondiale et poursuivi par leurs prédécesseurs.

    Mais deux ans plus tard, leurs relations sont manifestement difficiles. 

    Pourquoi s'opposent-ils ?

    Lorsque Mgr Bätzing a succédé au cardinal munichois Reinhard Marx à la présidence de la conférence épiscopale, la voie synodale allemande était déjà engagée. 

    L'initiative réunissant les évêques du pays et des laïcs triés sur le volet pour discuter des changements radicaux à apporter à l'enseignement et à la pratique de l'Église dans le contexte d'un scandale d'abus démoralisant prenait de l'ampleur.

    Bien que Bätzing soit moins connu que Marx, il s'est rapidement imposé comme un défenseur énergique et éloquent de la méthode synodale qui, selon ses détracteurs, risquait de conduire l'Église catholique d'Allemagne au schisme.

    Gądecki fait partie des personnes concernées par l'expérience allemande. Le 22 février 2022, il met ses inquiétudes par écrit dans une lettre de près de 3 500 mots adressée à Bätzing.

    "L'Église catholique d'Allemagne est importante sur la carte de l'Europe, et je suis conscient qu'elle rayonnera sa foi ou son incroyance sur tout le continent", écrit-il. 

    "C'est pourquoi je regarde avec inquiétude les actions du 'chemin synodal' allemand jusqu'à présent. En observant ses fruits, on peut avoir l'impression que l'Évangile n'est pas toujours la base de la réflexion."

    Lire la suite

  • « La bêtise se concentre désormais dans les milieux qui se disent encore « progressistes » »

    IMPRIMER

    Du site de Front Populaire via artofuss.blog :

    Pierre-André Taguieff : « La bêtise se concentre désormais dans les milieux qui se disent encore « progressistes »

    26/11/2023

    ENTRETIEN. D’où vient la bêtise ? En tout cas, elle n’est pas le monopole d’une catégorie de la population, et nul n’y échappe totalement. Dans Le Nouvel Âge de la bêtise, l’historien des idées Pierre-André Taguieff tente, de manière érudite et précise, d’en déceler les fondements.

    Le Nouvel Âge de la bêtise

    Front Populaire : Vous évoquez le « nouvel âge » de la bêtise. Comment pourrait-on distinguer la bêtise d’aujourd’hui de celle d’hier ? Peut-on catégoriser les formes de bêtises à travers l’histoire ?

    Pierre-André Taguieff : Dans mon livre, je me suis principalement intéressé à la bêtise propre aux élites intellectuelles modernes, celles qui se tiennent au courant des progrès scientifiques et techniques et s’en émerveillent comme celles qui pestent en langage savamment codé contre le « monde mauvais » qui est le nôtre en appelant à le détruire, et non sur la bêtise ordinaire des gens ordinaires. Dans les deux cas, cependant, la bêtise « consiste à vouloir conclure », comme l’a dit Flaubert en 1850.

    Mais soyons modestes lorsque nous osons parler de la bêtise, car nous croyons trop souvent pouvoir la regarder de haut ou de loin. Or, elle nous touche de près, elle est aussi bien en nous que chez les autres, dans ce que nous disons comme dans ce que nous faisons. Question de degré ou d’intensité. Milan Kundera parlait justement de la « bêtise consubstantielle à l’être humain » (1986). Il reste que, dans les pays occidentaux, ses formes historiques et culturelles sont variables, car elles sont tributaires des idéologies politiques en présence comme de l’état des sciences et des techniques, et tout particulièrement des technologies de l’information et de la communication. À cet égard, l’explosion des réseaux sociaux a eu pour effet de diffuser dans l’espace mondial les croyances dénuées de sens et de multiplier les débats absurdes, expressions de la nouvelle bêtise de masse.

    La bêtise se concentre désormais dans les milieux qui collectionnent les « bonnes causes » selon l’esprit du temps. Disons les milieux plus ou moins militants qui se disent encore « progressistes ». La défense desdites « bonnes causes » alimente la vanité des imbéciles, qui se félicitent d’être « du bon côté », et donc, par là même, intelligents. C’est ainsi qu’ils fanfaronnent. Dans sa conférence de mars 1937 sur la bêtise, Robert Musil rappelait le vieil adage « Vanité et bêtise poussent sur la même tige » avant d’affirmer qu’« il y a depuis toujours entre bêtise et vanité un lien étroit ».

    Lire la suite

  • L'inévitable conclave papal à venir

    IMPRIMER

    De Christopher R. Altieri sur The Catholic World Report :

    L'inévitable conclave papal à venir

    Voici trois éléments que les cardinaux devraient prendre en compte lorsqu'ils se réuniront, et trois éléments que les observateurs de l'Église, amateurs et professionnels, devraient garder à l'esprit au fur et à mesure de l'évolution de l'affaire.

    26 novembre 2023

    L'analyse très poussée de l'Angélus du pape François, ce dimanche, risque de durer une bonne partie de la semaine. Ce n'est pas à cause de ce qu'il a dit ou n'a pas dit, mais à cause de l'évocation de sa brève visite à l'hôpital de l'île du Tibre à Rome, tout près du Vatican, pour une tomodensitométrie pulmonaire samedi matin. François a également annulé ses rendez-vous du samedi en raison d'une "légère grippe" - à en croire le service de presse du Saint-Siège - puis a retransmis, à midi, la prière de l'Angelus depuis la chapelle de la Domus Sanctae Marthae.

    Dimanche, le pape François était apparemment sous perfusion et a déclaré qu'il souffrait d'une "inflammation des poumons" qui l'empêcherait de lire lui-même son discours de l'Angélus.

    La question de savoir à quel point le pape est malade est raisonnable, mais la réponse continue d'être : "Nous ne savons pas". La tentative du bureau de presse du Saint-Siège de prendre les devants cette fois-ci n'a pas vraiment aidé et a même sans doute encouragé les spéculations. Les organes de presse officiels du Vatican ne se sont pas distingués - et pas seulement sous François - par leur franchise à cet égard.

    Ce que nous savons, c'est que le pape François est âgé d'environ trois semaines avant 87 ans, qu'il souffre de diverses maladies chroniques, qu'il a subi de multiples opérations abdominales au cours des trois dernières années et qu'il a rendu plusieurs visites plus ou moins imprévues à des médecins au cours de ces dernières années.

    Priez donc pour qu'il se rétablisse rapidement et complètement, mais n'attendez rien d'une manière ou d'une autre. "Er papa nun è malato sinché n' è morto" - le pape n'est pas malade tant qu'il n'est pas mort - est le vieux dicton romain. Même s'il n'est plus tout à fait d'actualité, l'état de santé du pape est davantage deviné que connu.

    Même si le pape François se remet de ce qui semble être essentiellement des symptômes grippaux persistants, le fait inéluctable est que son pontificat est plus long derrière lui que devant lui, et que les spéculations sur le temps qu'il lui reste réellement sont à la fois naturelles et de même nature que les spéculations sur la suite des événements.

    L'Église mondiale est en proie à plusieurs crises différentes, qui se chevauchent et convergent parfois, se manifestent rarement de la même manière dans deux régions géopolitiques et n'offrent jamais - ce n'est pas un mot que l'on devrait utiliser à la légère - une solution claire.

    Le Collège des cardinaux est faible à tous points de vue - qu'il s'agisse de poids intellectuel, de prouesse administrative, d'acuité politique ou même de sympathie générale - alors que les membres du Collège sont pratiquement étrangers les uns aux autres.

    Lire la suite

  • Le Synode : un antidote aux pressions schismatiques ?

    IMPRIMER

    D'Andrea Gagliarducci sur le Monday Vatican :

    Pape François, et si le Synode répondait au risque de schisme ?

    27 novembre 2023

    La réponse du pape François à quatre anciens délégués de la " Voie synodale " allemande a mis une nouvelle fois en lumière l'inquiétude du pape François face au chemin entrepris par l'Église d'Allemagne. Une inquiétude partagée au Vatican, au point que le risque de schisme est souvent évoqué. D'un certain point de vue, cependant, la réponse du pape François, combinée aux différentes actions concernant le Synodaler Weg allemand, laisse une question ouverte : Et si le pape François avait voulu mettre l'Église en état de synode permanent précisément pour éviter le schisme ?

    La question va au-delà des prétendues concessions doctrinales possibles du pape François.

    Le pape agit de manière pragmatique et cherche toujours à éviter les chocs frontaux, fidèle à l'idée que "le temps est supérieur à l'espace." La voie synodale allemande, dans son entêtement, aurait pu sembler un défi dangereux si elle avait été prise de front. Le pape François aurait alors tenté de trouver un moyen de contourner l'obstacle.

    Il s'agit de remonter dans le temps et de comprendre comment le pape François a agi, afin de trouver quelques confirmations à cette théorie. Il y a d'abord la lettre que le pape a envoyée au peuple de Dieu lors de son voyage en Allemagne en 2019. C'est une lettre qui encourage la discussion ouverte mais souligne que les décisions doctrinales n'appartiennent qu'à Rome et demande de ne pas tomber dans les dérives fonctionnalistes et les dérives idéologiques.

    Durant cette période, le cardinal Jean-Claude Hollerich a lancé l'idée d'un synode européen, ainsi que d'une série de synodes continentaux qui pourraient nous permettre de discuter ensemble et de surmonter globalement les différentes crises déclenchées dans les Églises locales.

    Le pape François doit décider d'un thème pour le synode des évêques, célébré en 2023. Le Pape lui-même dit que la première place parmi les demandes était de discuter du rôle du prêtre au Synode. La synodalité était le deuxième thème favori. Le pape François a choisi la synodalité. Et il semble qu'il y ait aussi l'idée sous-jacente d'absorber la tempête qui éclate en Allemagne dans un débat plus large.

    Un débat est déjà en cours sur certaines questions. Le cardinal Hollerich est nommé rapporteur général du synode. Il accueillera dans son archidiocèse de Luxembourg une rencontre entre le cardinal Grech et Mgr Baetzing, président de la Conférence épiscopale allemande, afin d'encourager la mise en place d'un groupe de travail qui réconcilie le Synodaler Weg allemand avec l'Église universelle.

    Et c'est toujours Hollerich qui se fait le porte-parole des questions les plus populaires dans les discussions du Synode, du rôle des femmes au changement de la doctrine de l'Église concernant les unions homosexuelles.

    Certaines positions autour du Synode semblent avoir pour objectif final de faire taire toute contestation possible, de jeter un rameau d'olivier à l'aile progressiste, et de tout absorber dans un nouvel équilibre.

    Lire la suite

  • Emission KTO : "la foi prise au mot par Léon Bloy (1846-1917) ":

    IMPRIMER

    Bloy images (27).jpg« Figure souvent méconnue de nos jours, Léon Bloy fut pourtant une figure flamboyante de la littérature française du XIXe siècle. Profondément catholique, ne vivant que pour l'absolu et détestant le « Bourgeois » - ce « cochon qui voudrait mourir de vieillesse » - son oeuvre est marquée par un style violent, éclatant, volontiers pamphlétaire. On ne saurait, toutefois, minimiser l'incroyable drôlerie qui se dégage des critiques de ses congénères. « Dans son rapport à l'absolu et à la foi, Bloy s'est rendu insupportable à ses contemporains, avec beaucoup de méthode, d'énergie et de compétence. Mais, Bloy, au fond, c'est un peu le sel. S'il n'y a pas de Léon Bloy, avec quoi salera-t-on ? », s'amuse François Angelier, auteur et producteur de l'émission « Mauvais genre » sur France Culture. Ce nouveau numéro de La Foi Prise au Mot présente le portrait d'un esprit tourmenté mais aussi profondément mystique pour qui tout était symbole. »

  • Lettre de Rome aux évêques allemands : aucun changement dans l'ordination sacerdotale et l'homosexualité !

    IMPRIMER

    Lu sur kath.net/news :

    Lettre de Rome aux évêques allemands : aucun changement dans l'ordination sacerdotale et l'homosexualité !

    24 novembre 2023

    Selon les médias, le cardinal secrétaire d'État Pietro Parolin aurait informé les évêques allemands que l'ordination sacerdotale, réservée aux hommes, et l'enseignement de l'Église sur l'homosexualité n'étaient pas négociables.

    Le cardinal secrétaire d'État Pietro Parolin a informé tous les évêques allemands que l'ordination réservée aux hommes et l'enseignement de l'Église sur l'homosexualité ne sont pas négociables. Une approche allemande particulière sur cette question est donc exclue. Ceci est rapporté par le «Tagespost». C'est pourquoi Parolin l'a déjà fait savoir le 23 octobre dans une lettre adressée à la secrétaire générale des évêques allemands, Beate Gilles. Selon la lettre, les évêques ont reçu un message clair selon lequel le Vatican n'envisageait pas du tout d'aborder la lettre « Ordinatio Sacerdotalis » de Jean-Paul II lors de futurs entretiens avec une délégation d'évêques allemands, au cours desquels l'exclusion des femmes de l'ordination sacerdotale a été réaffirmée ou faire de l'enseignement de l'Église sur l'homosexualité un enjeu.

    Considérant le parcours du chemin synodal allemand jusqu'à présent, il faut d'abord se rendre compte qu'un chemin synodal universel convoqué par le Saint-Père est actuellement en cours. Il faut donc respecter ce cheminement de l’Église universelle et éviter de donner l’impression que des initiatives parallèles sont en cours, indifférentes à l’effort de « marcher ensemble ».

    À cet égard, il convient de reprendre quelques paroles du Saint-Père au peuple de Dieu en Allemagne : « Frères et sœurs, prenons soin les uns des autres ! Soyons attentifs à la tentation du père du mensonge et de la division, du maître de la division, qui, en poussant la recherche d'un bien apparent ou d'une réponse à une situation particulière, finit par démembrer le corps du peuple saint et fidèle de Dieu. »

    Dans le respect des préoccupations de certains membres de l'Église d'Allemagne, nous « ouvrons la tente » pour poursuivre le dialogue déjà commencé, dans l'espoir qu'il soit caractérisé par le respect et l'affection fraternelle, en tenant compte des thèmes présentés dans les documents qui résumer les propositions.

    Il convient toutefois de préciser d’emblée que ces sujets revêtent une importance différente et ne peuvent pas tous être placés sur le même plan. Certains d’entre eux présentent des aspects qui ne peuvent pas être évoqués, mais également des aspects qui peuvent être approfondis ensemble. En ce qui concerne d'autres, cependant, il n'est pas possible d'arriver à une appréciation différente, comme la suivante :

    a) L'ordination sacerdotale réservée aux hommes : "Bien que la doctrine sur l'ordination sacerdotale réservée aux hommes ait été conservée par la tradition constante et complète de l'Église et enseignée avec constance par le Magistère dans les documents récents, on considère néanmoins à notre époque, en divers endroits, qu'elle peut être discutée, ou bien on attribue seulement une signification disciplinaire à la décision de l'Église de ne pas admettre les femmes à cette ordination. Afin donc que soit levé tout doute sur la question importante qui concerne la constitution divine de l'Église elle-même, je déclare, en vertu de mon ministère d'affermissement des frères (cf. Lc 22, 32), que l'Église n'a aucune autorité pour conférer l'ordination sacerdotale à des femmes et que tous les fidèles de l'Église doivent s'en tenir définitivement à cette décision".

    Lire la suite

  • Les prochains papes seront-ils élus par des laïcs ?

    IMPRIMER

    Du site de l'Homme Nouveau :

    2023_11_25_09_28_01_Greenshot.png

    youtu.be/3yN1X32ctik

    Quelle papauté demain ?

    Quelle papauté demain ? C’est à cette question que le Club des Hommes en noir tente de répondre dans ce nouvel épisode de la sixième saison.

    Au début de ce mois, des vaticanistes américains ont en effet écrit très sérieusement sur un changement révolutionnaire dans le mode d’élection du souverain pontife, informations démenties par le Saint-Siège. S’agissait-il d’une fausse rumeur ou d’un ballon d’essai ?

    Cette semaine, Philippe Maxence reçoit l’abbé Marc Guelfucci, l’abbé Grégoire Célier, le Père Danziec et Guillaume de Thieulloy qui débattent de ce sujet déterminant pour le proche avenir de l’Église.