Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Débats

  • Sacraliser le droit au blasphème ?

    IMPRIMER

    De Guillaume de Premare, en tribune, sur Aleteia.org (publié le 23 octobre, avant l'attentat de Nice) :

    Terrorisme islamique : l’impasse du droit au blasphème

    La guerre contre le terrorisme islamique se heurte à une impasse, si elle se mène au nom d’une sacralisation laïque du droit au blasphème. La fermeté dans la sécurité doit s’accompagner d’une bataille culturelle positive.

    Depuis la terrible décapitation du professeur d’histoire Samuel Paty par un réfugié tchétchène islamiste, le débat public s’articule autour de deux grandes catégories de questions : les questions de principe et les questions opérationnelles. Parmi les questions de principe : faut-il montrer les caricatures de Charlie Hebdo à l’école ? Comment éduquer les enfants, notamment musulmans, à la laïcité, à la tolérance et aux « valeurs de la République » ? Comment faire aimer la France aux enfants issus de l’immigration ? Comment intégrer voire assimiler les immigrés ? Comment protéger la liberté d’expression et défendre le « droit au blasphème » ? Comment faire émerger un « islam des lumières » ?

    Empêcher de nuire

    Parmi les questions opérationnelles : comment identifier et mettre hors d’état de nuire les individus radicalisés et dangereux présents sur notre sol ? Comment reprendre le contrôle d’enclaves aujourd’hui tenues par les trafiquants ou les fanatiques ? Faut-il revoir notre politique d’asile et les critères d’attribution et de retrait des titres de séjour ? Faut-il durcir les conditions d’accès à la nationalité française et élargir les motifs de déchéance de la nationalité ? D’une certaine manière, les questions opérationnelles de sécurité intérieure et de politique migratoire sont prioritaires parce qu’il y a une urgence très concrète : des combattants du Djihad sont sur notre sol — et arrivent encore sur notre sol — pour tuer avec rage et sauvagerie. Le premier devoir de l’État est de les identifier et de les mettre hors d’état de nuire, d’empêcher de nouveaux « soldats de Dieu » de poser le pied dans notre pays et de lutter contre les prédicateurs fanatiques qui arment idéologiquement et spirituellement les djihadistes.

    Le blasphème est-il une valeur ?

    Dire que cela est urgent et prioritaire ne signifie pas que les questions de principe soient de peu d’importance. Deux grandes options émergent dans le débat public : promouvoir et organiser un « islam des lumières » ; et entrer dans le combat culturel en affirmant nos « valeurs » face au fanatisme. Ces deux options se recoupent sous certains aspects. Il faut évaluer sérieusement ce qu’elles impliquent.

    Il existe différentes manières de vivre l’islam, lequel est traversé par de grandes fractures. Mais il existe un corpus commun qui veut que — sauf quelques intellectuels ou responsables religieux occidentalisés, coupés de la vox populi musulmane —, l’islam ne tolère ni le blasphème ni l’apostasie.

    Lire la suite

  • France : la Fraternité Saint Pierre saisit le Conseil d'Etat contre le Gouvernement

    IMPRIMER

    COMMUNIQUE DE LA FRATERNITE SACERDOTALE SAINT-PIERRE

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/9b/FSSP_emblem.svg/800px-FSSP_emblem.svg.png

    En lien avec l’association l’AGRIF, l’Institut-du-Christ Roi, l’Institut-du-Bon-Pasteur, la communauté Saint-Vincent-Ferrier et l’abbaye Sainte-Madeleine du Barroux, la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre dépose aujourd’hui une requête en référé-liberté devant le Conseil d’Etat contre le décret du 29 octobre 2020 interdisant toute célébration religieuse publique dans les églises, alors que les écoles, les transports en commun et de nombreux commercent restent ouverts. Depuis le début de la crise sanitaire, les catholiques français ont eu à cœur de respecter fidèlement les précautions sanitaires imposées par le Gouvernement, de sorte qu’on n’a jamais entendu dire que les églises aient été des lieux de contamination. L’absence de considération, de la part du Gouvernement, pour la dimension spirituelle de l’homme et la pratique religieuse, nous montre, une fois de plus, que notre société a escamoté toute transcendance et considère la religion à l’égal du tourisme ou des loisirs. Face à ce que nous estimons être une atteinte grave à la liberté de culte, dont le Conseil d’Etat avait pourtant rappelé l’importance lors de l’arrêté du 18 mai 2020, il nous semble juste de réagir pour que les catholiques français puissent, le dimanche, assister à la messe dans le respect scrupuleux des mesures sanitaires afin de protéger les plus fragiles d’entre nous.

    Notre démarche est soutenue par les associations Notre-Dame de Chrétienté, Renaissance Catholique, Oremus, le blog Le Salon Beige et le journal L’Homme Nouveau.

  • Mgr Le Gall, archevêque de Toulouse, est opposé à la diffusion des caricatures religieuses

    IMPRIMER

    De  , sur France Bleu Occitanie Toulouse :

    VIDÉO - L'archevêque de Toulouse contre la liberté de blasphémer les religions et crée une polémique

    Sur France Bleu Occitanie ce vendredi matin, et au lendemain de l'attentat terroriste de Nice, Monseigneur Le Gall s'est déclaré contre la liberté de blasphémer les religions en France. Il est contre la diffusion des caricatures religieuses. Ses propos ont fait réagir, y compris nationalement.

    Monseigneur Robert Le Gall sur France Bleu Occitanie

    Monseigneur Robert Le Gall sur France Bleu Occitanie © Radio France - FBO

    Rares sont les archevêques de France à faire publiquement ce genre de déclaration. Au lendemain de l'attentat au couteau à Nice et après l'assassinat du professeur Samuel Paty, Monseigneur Robert Le Gall s'est dit contre la liberté de blasphémer les religions en France. L'archevêque de Toulouse s'oppose à la diffusion de caricatures religieuses comme celles du prophète Mahomet, ayant entraîné l'assassinat du professeur dans les Yvelines.

    "On ne se moque pas impunément des religions, vous voyez le résultat que ça donne." — Mgr Robert Le Gall

    Pour Mgr Le Gall, montrer à des enfants notamment des caricatures de Mahomet, c'est jeter "de l'huile sur le feu", et il ajoute : "On ne peut pas se permettre de se moquer des religions". L'archevêque défend "la liberté d'être ensemble, de parler ensemble, la liberté d'être des frères ensemble, mais pas de s'invectiver".

    Ouvrir les églises

    Au lendemain de l'attaque de Nice, le président du Conseil français du culte musulman a demandé l'annulation des festivités de la fête de Mawlid et la fermeture des mosquées. Monseigneur Le Gall donne lui la consigne de laisser les églises ouvertes : "J'ai donné la consigne aux prêtres d'ouvrir au maximum les églises, avec prudence bien évidemment. Plus que jamais on a besoin d'espaces de paix, de prières et de recueillement qu'il s'agisse des mosquées ou des églises".

    "Plus que jamais on a besoin d'espaces de paix." — Mgr Robert Le Gall

    (...)

  • Non, il n’existe pas de droit au blasphème!

    IMPRIMER

    Un rappel bienvenu de Mgr Cattenoz, archevêque d’Avignon, lu sur le site web «salon beige » : 

    Cattenoz 870x489_mgr_jean_pierre_cattenoz-ruderic.jpg« Une question me travaille depuis des semaines : le blasphème est-il vraiment un droit en démocratie ? Les caricatures blasphématoires sont-elles un droit en démocratie ? Malgré les affirmations du président de la République, je réponds non à cette question et je voudrais argumenter ma réponse.

    En terre d’Islam radical, le blasphème contre le prophète ou le Coran est passible de la peine de mort et dans certains cas par décapitation. Dans l’Église catholique, quand un tabernacle ou un ciboire contenant la présence réelle du Seigneur est profané, les chrétiens célèbrent des messes de réparations et de demande de pardon pour de tels actes de profanation.

    Après les attentats de “Charlie Hebdo”, tout le monde était “Charlie” ! Personnellement, j’ai toujours affirmé : “Je ne suis pas Charlie”, tout en condamnant avec force les auteurs de cet attentat barbare et odieux. Il était fondamental de condamner l’attentat, mais il était tout aussi fondamental de me dissocier d’un journal qui fait sa une de caricatures aussi blasphématoires les unes que les autres.

    Lorsque “Charlie” a pu reparaître des mois plus tard, la une était toujours scandaleuse et m’a profondément blessé. Elle représentait le pape Benoît XVI sodomisé par le prophète ! Et la presse s’est réjouie de voir ce “journal” renaître de ses cendres. Quelques temps après, j’ai eu l’occasion, lors d’un repas à la préfecture d’Avignon avec le ministre de l’Intérieur de l’époque, et les représentants des cultes de poser au ministre la question suivante : le blasphème semble faire partie des gènes de “Charlie Hebdo”, mais ne pensez-vous pas que la liberté de publier blasphème et caricatures s’arrête là où je blesse gravement mes frères ? Et je lui ai dit combien j’avais été profondément bouleversé de voir ainsi bafouer le pape Benoît et même de voir bafouer le prophète à travers cette caricature. Il m’avait répondu à l’époque qu’au gouvernement, il y avait eu un débat, car un certain nombre de ministres condamnaient une telle caricature au nom même d’une limite à la liberté dans un monde où nous sommes invités à vivre en frères.

    Je dois avouer que j’avais pleuré devant une telle caricature qui blessait ma sensibilité de chrétien. Comment des journalistes peuvent-ils agir ainsi au nom d’un pseudo droit à une liberté totale et sans limites de caricaturer jusqu’à l’extrême et de s’en glorifier ? La démocratie ou le laïcisme n’ont rien à voir en cela.

    Je croyais – naïvement peut-être – que l’homme était fait pour vivre en société et que la République avait cru bon d’emprunter aux chrétiens le symbole de la “Fraternité” comme emblème de la République ! Si nous sommes appelés à vivre ensemble en frères, la liberté de chacun s’arrête là où je blesse mon frère. Je peux certes entamer le dialogue avec un frère qui ne partage pas mon point de vue, et user de tout mon pouvoir de persuasion, mais déclarer d’emblée que le blasphème et les caricatures, quelles qu’elles soient sont un droit en démocratie, cela n’est pas juste, cela n’est pas vrai.

    En même temps, cela ne justifie en aucune façon la décapitation d’un professeur d’histoire qui voulait réfléchir avec ses élèves sur la portée de telles caricatures et sur un tel blasphème remis au goût du jour dans une presse à scandale.

    Je dois avouer combien je suis resté sans voix devant les déclarations du président de la République, qui plus est parlant depuis le Liban, face à un tel acte. Il a justifié au nom même de la démocratie la liberté de dire et de publier tout et n’importe quoi, la liberté au blasphème sous toutes ses formes. Je croyais rêver !

    Je comprends qu’il soit de bon ton aujourd’hui de se moquer des religions et de les traîner dans la boue, mais les auteurs de tels comportements se rendent-ils compte qu’ils bafouent la liberté dans son vrai sens, son sens profond et authentique ?

    Au nom même de la fraternité, base de toute vie en société, je ne peux que redire : la liberté de chacun s’arrête là où je blesse gravement mon frère ! Il s’agit là d’une vérité fondement même de toute vie en société ou alors nous allons vers une dérive totalitaire qui ne dit pas son nom. En même temps, il nous faut condamner avec force les actes de violences et de barbarie qui prétendent répondre à cette conception erronée de la liberté.

    + Jean-Pierre Cattenoz, archevêque d’Avignon »

    Ref: Non, il n’existe pas de droit au blasphème!

    Qui sème le vent récolte la tempête pour lui et pour les autres. Et surenchérir en absolutisant la laïcité comme un dogme d’Etat ne fait qu’ajouter un tison sur le feu des guerres de religion. JPSC

  • Un "état maximal de confusion pontificale" ?

    IMPRIMER

    Du site de l'association Pro Liturgia :

    28 octobre 2020

    Coup de sifflet final pour le pape François ? L’image que Jorge Bergoglio s’est employé à donner de lui et, avec lui, de l’Église à laquelle il rêvait, semble avoir eu raison de la grande patience des fidèles désireux de demeurer dans la foi catholiques comme aussi de celle d’autres chrétiens. Il n’y a pas d’autre moyen d’interpréter l’indignation provoquée par les quelques phrases de François - dont on sait maintenant qu’elles étaient voulues - sur les couples homosexuels dans le film « Francesco ». Selon Peter Winnemöller, il est devenu légitime de parler d’un « état maximal de confusion pontificale ». Situation que Marcello Pera, philosophe et interlocuteur de Benoît XVI, résume en écrivant : « Le Pape sécularise l’Église (...) Si la survie de l’Occident est liée à la santé de l’Église, alors reconnaissons que le pape François nous a tous mis à plat. »

    imgres

    Les presque huit années du pontificat de François semblent lui donner raison. La première apparition publique de Jorge Bergoglio en tant que pape n’augurait rien de bon. Lorsque François est apparu à la loggia depuis laquelle il devait donner sa bénédiction, le monde entier a pu assister à l’entrée la plus plate possible depuis qu’existe la télévision. Jorge Bergoglio n’a pas dit aux milliers de personnes présentes sur la place Saint-Pierre « Laudetur Jesus Christus », ou « In nomine Patris et Filii et Spiritus Sancti », mais simplement « Buona sera ». Que pouvait craindre l’Église dès ce moment-là ? Simplement que cette entrée plate soit suivie d’un pontificat tout aussi plat, dans lequel la mission du pape consisterait à transformer le rocher de la foi tenant au milieu des tempêtes du siècle en une dune de sable balayée par le vent des modes. L’accueil enthousiaste fait à « Fratelli tutti » par des musulmans et des francs-maçons confirme cette crainte.

    Une phrase clé permet de mieux comprendre le pontificat actuel. Fin juillet 2013, dans le vol de retour du Brésil à Rome, François a répondu, dans l’avion, à la question d’un journaliste sur l’homosexualité de son collègue Battista Ricca : « Chi sono io per giudicare ? » Cette réponse devenue emblématique était en elle-même tout un enseignement. A savoir que tout est permis.

    En fait, de nombreux mots, textes et gestes du pape François laissent deviner qu’il n’est pas si strict qu’il veut le faire croire sur la préservation de la doctrine reçue du Christ et des Apôtres. Au contraire, dans « Amoris laetitia » ou dans le document d’Abu Dhabi, il met en discussion des croyances fondamentales du catholicisme en permettant d’abandonner la foi en l’unicité de la personne du Christ et en la Vérité enseignée par l’Eglise de par la volonté de son Fondateur.

    Lire la suite

  • Dans l'Église d’Allemagne : "un grand nombre de fonctionnaires ne vont plus à la messe et ont une vie en décalage avec la doctrine de l’Église"

    IMPRIMER

    De l'Homme Nouveau via le Salon Beige :

    lI y a dans l’Église d’Allemagne un grand nombre de fonctionnaires qui ne vont plus à la messe et ont une vie en décalage avec la doctrine de l’Église

    lI y a dans l’Église d’Allemagne un grand nombre de fonctionnaires qui ne vont plus à la messe et ont une vie en décalage avec la doctrine de l’Église

    Le cardinal Müller a été interrogé dans le dernier numéro de L’Homme Nouveau. Il s’exprime notamment sur l’épiscopat allemand :

    Aujourd’hui, des évêques et des laïcs en Allemagne veulent donner une nouvelle définition aux dogmes et à la pastorale. Ils souhaitent distinguer la théorie de la pratique. Ils doivent apprendre à regarder de nouveau la réalité. Ils doivent comprendre que, pour la foi catholique, le dogme n’existe pas comme théorie. Le dogme est seulement l’affirmation d’une réalité, du Verbe incarné. Pour ces évêques, la pastorale est seulement un passe-partout pour s’accommoder au monde d’aujourd’hui. Il y a dans l’Église d’Allemagne, qui est riche matériellement, un grand nombre de fonctionnaires qui ne vont plus à la messe et ont une vie en décalage avec la doctrine de l’Église. Certains ont une vie maritale en dehors des liens sacramentels du mariage. Ils aimeraient garder leur travail et unifier leur vie avec la théorie catholique sans se convertir ni changer leur vie. La seule réforme de l’Église possible est un approfondissement de la vie en Jésus. Comme le dit la Vulgate dans la Lettre aux Romains, il faut changer notre intelligence selon la volonté de Dieu et non selon la volonté du monde (Rm 12).

    Est-ce que la situation allemande vous inquiète ?

    Cette idéologie progressiste en Allemagne est portée par des hommes occupant des postes d’influence, notamment dans la communication au sein des organisations des assemblées épiscopales. Mais il existe des millions de catholiques qui veulent continuer à l’être selon la définition officielle de l’Église. Le pape François a critiqué ce chemin, non de l’Église d’Allemagne, mais de ce groupe de fonctionnaires qui occupe l’opinion publique en Allemagne. Il est vrai qu’il existe une certaine superbe allemande, une fierté de l’âme qui pousse les Allemands à se prendre pour les professeurs du monde. Ce qui est un peu ridicule. L’Église catholique est une communauté de tous les peuples avec des échanges selon les charismes et les dons propres.

  • Euthanasie : une pente glissante et incontrôlable

    IMPRIMER

    D'Henrianne de Pontbriand sur aleteia.org :

    Pays-Bas, Belgique, Suisse… L’incontrôlable « pente glissante » de l’euthanasie

    28/10/20

    D’année en année, les pays qui ont ouvert la boîte de Pandore de l’euthanasie franchissent un pas de plus dans l’élargissement de ses conditions d’accès. La dernière transgression en date vient des Pays-Bas avec l’euthanasie des mineurs.

    En Europe, les Pays-Bas ont été les premiers à dépénaliser l’euthanasie, en 2001. Depuis, ils n’ont fait qu’élargir les conditions d’accès, année après année : pour les personnes démentes, pour « vie accomplie », pour les enfants de plus de 12 ans, puis ceux de moins d’un an. 

    Le 14 octobre dernier, le ministre de la Santé a annoncé que des enfants de moins de 12 ans pourront la demander. Quelle sera l’étape suivante ? L’euthanasie à l’insu du patient, sur simple décision du médecin ? Car même la définition de « souffrance insupportable », assouplie en 2007 alors qu’elle est au cœur du dispositif légal, est une notion subjective. Aujourd’hui, un quart des décès du pays est provoqué, et l’euthanasie devient un simple acte médical remboursé.

    Une dérive mondiale 

    La Belgique et le Luxembourg ont suivi les Pays-Bas en 2002 et 2009, en donnant accès à l’euthanasie, « strictement encadrée », aux majeurs souffrant d’une maladie incurable. En 2014, la Belgique l’a élargie aux mineurs. La Suisse, quant à elle, autorise le suicide médicalement assisté, et des associations telles qu’Exit ou Dignitas accueillent les « clients » des pays voisins, promettant une mort programmée contre « monnaie sonnante et trébuchante ». 

    Outre-Atlantique, le même schéma se retrouve au Canada, où l’aide médicale à mourir a été autorisée en 2016 quand le patient est en phase terminale d’une maladie incurable. Mais la Cour constitutionnelle a jugé « discriminatoire » cette restriction vis-à-vis des malades dont la mort n’est pas prévisible à court terme. Elle a donc obligé le gouvernement à modifier sa loi, et à élargir les conditions d’accès. Mais combien de temps « tiendra » cette nouvelle loi ? Quelle sera la prochaine évolution ? 

    « On glisse vers le meurtre aléatoire de malades sans défense »

    Finalement, chaque fois qu’un pays dépénalise l’euthanasie, le schéma se répète invariablement. Les conditions sont d’abord relativement restreintes, généralement limitées aux malades incurables en phase terminale. Puis d’année en année, les restrictions tombent l’une après l’autre, les conditions s’élargissent comme des digues qui sautent face à un torrent trop puissant. Et chaque pays entraîne à sa suite les pays voisins, comme par contagion. 

    Le gériatre néerlandais Bert Keizer qualifie ce phénomène de slippery slope (« pente glissante ») : « Ceux qui se lancent dans l’euthanasie s’aventurent sur une pente glissante le long de laquelle on glisse irrévocablement vers le meurtre aléatoire de malades sans défense. Chaque fois qu’une limite a été fixée, elle a ensuite été repoussée ».

    En définitive, accepter la dépénalisation de l’euthanasie, même sous certaines conditions très strictes, c’est ouvrir la porte à une culture euthanasique qui grandira d’elle-même. Les pays qui ont ouvert la boîte de Pandore le montrent bien : aucune loi n’arrive à en contenir l’expansion progressive. Déjà en France, la sédation profonde et continue jusqu’au décès accompagnée de l’arrêt de l’hydratation et de l’alimentation a marqué un tournant. Les morts de la première vague de Covid-19 à peine pleurés, Alain Cocq revendiquait une aide médicale à mourir. Au lieu de lorgner vers nos voisins, saurons-nous être sages ? Saurons-nous découvrir le sens de ces fins de vie si riches en humanité pour ceux qui partent, comme pour ceux qui restent ?

    Pour aller plus loin : www.genethique.org

  • Sur les errements de la catéchèse

    IMPRIMER

    De l'abbé Claude Barthe sur Res Novae :

    Aux racines de la crise catéchétique : laisser faire, laisser passer

    La renaissance de l’enseignement du catéchisme sera, personne n’en doute, le premier chantier d’une reconstruction ecclésiale. Mais il faut auparavant regarder la réalité bien en face : la prolifération des catéchèses hétérodoxes ou inconsistantes est due au fait que l’autorité n’a jamais pris les moyens de la combattre, et aussi, ce que nous évoquerons prochainement, qu’elle a paru douter elle-même du message à transmettre.

    Les générations sacrifiées de l’après-Concile

    L’effacement de la culture chrétienne, que tout le monde constate aujourd’hui, a pour cause, non pas unique, mais directe la crise catéchétique de la fin des années soixante. Avant le Concile, pratiquement tous les enfants passaient par le catéchisme, qu’ils suivaient, à raison de plusieurs séances par semaine (et avec assistance obligatoire à la messe dominicale), jusqu’à l’âge de 12 ans. Mais à partir de 1965, en même temps que la pratique dominicale amorçait une baisse considérable, un vent de liberté décimait les rangs des catéchisés.

    Puis, quand les « enfants de 68 » ou les « enfants du Concile », formés par la nouvelle pédagogie catéchétique, sont devenus eux-mêmes des parents, le nombre des baptêmes s’est effondré, et celui des enfants catéchisés est devenu dérisoire. Quant aux foyers catholiques « progressistes », qui ont vécu avec enthousiasme l’événement de Vatican II, ils ont vu l’entière génération de leurs enfants abandonner paisiblement toute référence religieuse.

    La prise de conscience de la faillite a eu lieu à la fin du siècle dernier. En 1994, le rapport Dagens, approuvé par l'assemblée des évêques de France, constatait que « pour beaucoup d’enfants de notre pays, l’initiation aux valeurs fondatrices de l’existence s’effectue en dehors ou à l’écart de la “tradition catholique” » [1]. Pour le Portugal, le cardinal José Policarpo da Cruz évoquait des problèmes analogues : parents qui ont cessé en grand nombre d’être pratiquants, accaparement de plus en plus grand de l’école pour les enfants [2]. Les évêques d’Italie constataient que « dans sa forme plus massive et traditionnelle, la catéchèse ecclésiale montre des signes évidents d’une grave crise » [3]. Mgr Georg Eder, archevêque de Salzbourg témoignait : « Une grande partie de ceux qui fréquentent les messes dominicales ne savent pratiquement plus rien de la nature de la messe. […] Dans les facultés catholiques, durant des décennies, des professeurs ont dénaturé le dogme eucharistique et d’autres encore. Dans les cours d’instruction religieuse, les vérités concernant l’eucharistie ont été et sont encore transmises de manière gravement lacunaire » [4].

    Lire la suite

  • Un regard orthodoxe sur la pandémie, son origine, sa nature et son sens

    IMPRIMER

    De sur le site Orthodoxie.com (publié lors de la première vague de la pandémie, le 8 avril 2020) :

    L’origine, la nature et le sens de la pandémie actuelle. Une interview de Jean-Claude Larchet

    Jean-Claude Larchet, vous êtes un des premiers à avoir développé une réflexion théologique sur la maladie, la souffrance, la médecine. Votre livre « Théologie de la maladie » paru en 1991 a été traduit en de nombreuses langues, et en relation avec l’épidémie du covid-19, il va paraître prochainement en traduction japonaise. Vous avez publié aussi une réflexion sur la souffrance : « Dieu ne veut pas la souffrance des hommes », qui a paru également dans divers pays.

    Tout d’abord quelle est votre opinion générale sur l’épidémie que nous connaissons actuellement ?

    Je n’en suis pas étonné : il y a, depuis des millénaires, environ deux grandes épidémies par siècle, et plusieurs autres épidémies de moindre importance. Leur fréquence s’accroît cependant de plus en plus, et la concentration de population dans notre civilisation urbaine, la circulation favorisée par la mondialisation, ainsi que la multiplicité et la rapidité des moyens de transport modernes les transforment facilement en pandémies. La présente épidémie était donc prévisible, et annoncée par de nombreux épidémiologistes qui ne doutaient pas de sa venue, ignorant seulement le moment précis où elle surviendrait et la forme qu’elle prendrait. Ce qui est surprenant, c’est le manque de préparation de certains États (l’Italie, l’Espagne et la France notamment), qui au lieu de prévoir le personnel médical, les structures hospitalières et le matériel nécessaire pour affronter le fléau, ont laissé se dégrader l’hôpital et laissé externaliser (en Chine, comme tout le reste) la production de médicaments, de masques, de respirateurs, dont on manque aujourd’hui cruellement.

    Les maladies sont omniprésentes dans l’histoire de l’humanité, et il n’est pas d’homme qui ne les rencontre pas au cours de sa vie. Les épidémies sont simplement des maladies qui sont particulièrement contagieuses et se répandent rapidement jusqu’à atteindre une part importante de la population. La caractéristique du virus covid-19 est qu’il affecte gravement le système respiratoire des personnes âgées ou fragilisées par d’autres pathologies, et qu’il a un haut degré de contagiosité qui sature rapidement les systèmes de soins intensifs par le grand nombre de personnes atteintes simultanément dans un court laps de temps.

    Les Églises orthodoxes ont réagi par étapes, à des vitesses et sous des formes variables. Qu’en pensez-vous ?

    Il faut dire que les différents pays n’ont pas été atteints par l’épidémie au même moment ni au même degré, et chaque Église locale a adapté sa réaction à l’évolution de la maladie et aux mesures prises par les États. Dans les pays les plus atteints, la décision d’arrêter la célébration des offices a été prise rapidement, à quelques jours de différence seulement. Ne prévoyant pas un tel arrêt dans l’immédiat, certaines Églises (comme l’Église russe) ont pris des mesures pour limiter la contamination possible au cours des services liturgiques ou de la dispensation des sacrements ; aujourd’hui elles sont contraintes de demander aux fidèles de ne pas venir à l’église.

    Lire la suite

  • Déferlement haineux en Pologne

    IMPRIMER

    27 octobre 2020

    Violence féroce dans les rues après l’arrêt de la Cour constitutionnelle abolissant l’avortement eugénique : des églises profanées dans tout le pays et des affrontements provoqués par des pseudo-défenseurs de femmes : tel est le vrai visage des promoteurs de l’avortement dans toute l’Europe. Le courage des évêques, avec l’Eglise prise d’assaut : « L’Eglise ne peut pas cesser de défendre la vie ».

    Menaces et violences, listes de proscription et vandalisme, le tout scientifiquement planifié et grassement financé par les philanthropes chantres de la société ouverte, voici le vrai visage des promoteurs de l’avortement dans toute l’Europe, des escouades nazies en action contre les églises, les fidèles chrétiens et les défenseurs de la dignité humaine en Pologne et en Allemagne. Nous avons documenté de façon très détaillée l’événement historique qui s’est déroulé en Pologne avec la décision de la Cour constitutionnelle jeudi dernier 22 octobre, et les protestations des institutions, des médias et d’imposantes associations « humanitaires ».

    Les marches de protestation, largement invoquées et soutenues de l’étranger, ont commencé dès la lecture de l’arrêt qui a aboli l’avortement eugénique dans le pays européen, dans la nuit du 22 au 23 octobre. Peu suivies, elles ne pouvaient pas se terminer ainsi et en effet, sous les braises, se préparaient des actes de vandalisme, de blasphème et d’incivilités contre les messes et les fidèles le dimanche 25 octobre.

    Des églises barbouillées par des pseudo-artistes avec des slogans et des images de chasse aux sorcières, des petits groupes de personnes agenouillées devant la cathédrale de Varsovie qui, pendant les messes, criaient des slogans des années 70 : « Mon corps, mon choix », « C’est une guerre » et encore « Sadiques ! Nous venons vous chercher. » Pendant ce temps, à Poznan, dans l’ouest de la Pologne, un groupe de protestataires a organisé une manifestation à l’intérieur de la basilique des SS Pierre et Paul, en file devant l’autel pour interrompre la célébration eucharistique. La série de manifestations s’est déroulée sous le nom de « Parole pour le jour du soleil », en référence à un programme télévisé hebdomadaire consacré à la lecture de la Bible.

    À Katowice, des protestations bruyantes avec des cortèges de voitures et l’entrée de la cathédrale protégée uniquement par un cordon de police: toutes ces actions sont en violation à la fois des lois polonaises interdisant l’offense des sentiments religieux, et du lockdown introduit dans le pays le samedi 24 octobre.

    Dimanche, le président de la Conférence épiscopale polonaise a exhorté les défenseurs de l’avortement eugénique à exprimer leur opposition « d’une manière socialement acceptable ». « Profaner des églises et des autels avec violence, vandaliser des bâtiments sacrés, perturber les services religieux et empêcher la liberté de culte ne sont pas la bonne façon d’agir dans un État démocratique », a déclaré l’archevêque Gadecki. « J’exprime ma tristesse de voir que dans de nombreuses églises aujourd’hui, les croyants ont été empêchés de prier et que leur droit de professer leur foi leur a été arraché par la force ».

    Parmi les églises visées par les manifestants figure celle de l’évêque de Poznam, Mgr Gadecki, qui a souligné que ce n’est pas l’Église qui décide si les lois sont conformes à la constitution polonaise. « Pour sa part, l’Église ne peut pas cesser de défendre la vie, ni ne peut s’abstenir de proclamer que tout être humain doit être protégé de la conception à la mort naturelle ».

    Le résultat de cette haine folle contre l’Église et la plus haute institution de l’État polonais est clair : 226 manifestations non autorisées, 23 infractions pénales graves ont été commises, 481 délits mineurs ont été accomplis, 142 sanctions administratives et 281 accusations pénales sont en instance devant les tribunaux dans différentes villes du pays. Ce sont les chiffres que le chef de la police, Mariusz Ciarka, nous a présentés. Tout cela, rappelons-le, a été causé, du moins apparemment, par la décision de la Cour constitutionnelle polonaise, 11 juges pour et seulement 2 contre, qui a abrogé et interdit les avortements eugéniques. L’arrêt complet de la Cour n’est pas encore disponible, mais le lien entre l’avortement et l’eugénisme est clair, il ne sert à rien de se cacher derrière son petit doigt.

    S’agit-il de protestations spontanées ? Non, soyons clairs, il y a une régie ponctuelle, planifiée et puissante. Ce n’est pas un hasard si, en Allemagne, à Cologne, au même moment où ces groupes de « Black Block », cagoulés et déguisés avec jupons et pantalons, défilaient et vandalisaient les églises en Pologne, d’autres menaçaient avec les mêmes cris les nombreux paroissiens qui assistaient à la projection du film « Unplanned » (Abby Johnson’s Story).

    Après la projection du film, il y a eu un débat sur le film et la présentation des services d’assistance et de conseil d’ALfA, une organisation qui aide les femmes enceintes. Un groupe de féministes a profité de l’occasion pour barbouiller une statue de la Vierge avec de la peinture rose et pour barbouiller le mur de la paroisse avec les mêmes slogans que leurs camarades polonais : « Vous avez le Sang sur les mains » et « Adversaire de l’avortement, nous Vous prendrons tous ».

  • Pays-Bas : "Ne faites pas le dernier pas qui rendrait l'euthanasie applicable à tous les âges"

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Pays-Bas: l’Église se dresse contre la dépénalisation de l’euthanasie des enfants

    Le premier pays au monde à avoir légalisé l’euthanasie s’apprête à éliminer l’une des dernières restrictions, qui concernait les enfants de 1 à 12 ans.

    27 octobre 2020

    La récente décision du gouvernement néerlandais d'étendre la dépénalisation de l'euthanasie aux enfants de 1 à 12 ans en phase terminale suscite la controverse. Jusqu'à présent, aux Pays-Bas, premier pays au monde à avoir légalisé l'euthanasie, sa pratique n'était pas pénalement punissable pour les personnes majeures ayant exprimé le souhait d’avoir recours à cette méthode, ainsi que pour les nourrissons atteints de maladies terminales à la demande de leurs père et mère, pour les enfants de plus de 12 ans, avec leur consentement et celui de leurs parents, et pour ceux de 16 à 18 ans, même sans le consentement de ces derniers. Mais la loi ne prévoyait pas de possibilité d’euthanasie pour les enfants de 1 à 12 ans atteints d'une pathologie incurable et douloureuse, et plusieurs pédiatres demandaient des précisions sur ce point.

    La réponse est venue il y a deux semaines, lorsque le ministre de la Santé, Hugo de Jonge a annoncé au Parlement l'accord du gouvernement pour l'extension de la dépénalisation à cette tranche d'âge, en précisant que les nouvelles dispositions ne seront pas régies par une nouvelle loi, mais par de simples règlements complémentaires qui entreront en vigueur dans les prochains mois.

    Pour justifier cette décision, le ministre a cité les conclusions d'une étude commandée par l'exécutif à un groupe d'experts qui, d'une part, recommande d'améliorer les soins palliatifs et la connaissance de ces soins pour les enfants âgés de 1 à 12 ans, mais, d'autre part, affirme que dans les quelques rares cas (entre 5 et 10 par an à l’échelle nationale) où ceux-ci ne suffisent pas à soulager la souffrance, les pédiatres devraient avoir la possibilité de pratiquer l'euthanasie sur ces enfants «sans être punis». En pratique, un médecin agissant pour cette «cause de force majeure» ne serait pas pénalement punissable.

    L’opposition ferme de l’Église

    Plusieurs forces politiques d'inspiration chrétienne ont pris des mesures contre cette mesure. La position de l'Église catholique a été quant à elle exprimée par le cardinal Willem Eijk, archevêque d'Utrecht, dans une lettre adressée au gouvernement. «Si cette disposition devient une réalité, la vie des gens peut être interrompue par les médecins dès la conception, à tout âge, sous certaines conditions et sans sanction. La boucle est donc bouclée», lit-on dans la lettre, dans laquelle il est souligné que depuis le début du débat sur l'euthanasie aux Pays-Bas, les critères sont devenus de plus en plus larges : «Au début des années 80, on considérait qu'elle était acceptable dans la phase terminale d'une maladie physique. Plus tard, avant même la phase terminale. Dans les années 1990, elle a également été appliquée aux troubles psychiatriques et à la démence. Depuis le début de ce siècle, elle a été appliquée aux nourrissons handicapés. Et bientôt, elle sera également appliquée aux enfants âgés de 1 à 12 ans.»

    «Cependant, la vie humaine est une valeur fondamentale dès la conception, souligne le cardinal Eijk. Sa valeur ne peut donc pas être contrebalancée par d'autres considérations, comme la souffrance due à une maladie ou à un handicap, même pour les enfants». Il n’est donc jamais licite de donner volontairement la mort, et la fourniture de soins palliatifs reste une «obligation morale» vis-à-vis de toute personne dont la maladie ne serait pas ou plus curable, rappelle l'archevêque d'Utrecht, en citant le récent document de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, Samaritanus bonus.

    Selon le cardinal Ejik, le projet en question soulève d'ailleurs le risque d’un moindre investissement dans la recherche sur les soins palliatifs. «Ne faites pas le dernier pas qui rendrait l'euthanasie applicable à tous les âges», conclut le primat des Pays-Bas.

  • Ne pas offenser les sentiments religieux avec des caricatures

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    27 octobre 2020

    L’Église du Pakistan appelle à ne pas offenser les sentiments religieux avec des caricatures

    Alors que la tension monte dans de nombreux pays à majorité musulmane autour de la publication de caricatures de Mahomet, l’Église catholique du Pakistan invite à ne pas blesser les sentiments religieux.

    L'Église catholique au Pakistan partage les critiques du gouvernement d'Islamabad sur la position des autorités françaises concernant la publication des caricatures de Mahomet. En France, à l'occasion de l’hommage national à Samuel Paty, le professeur français décapité le 16 octobre par un islamiste tchétchène pour avoir montré les caricatures du prophète en classe, le président Emmanuel Macron avait exprimé la détermination du gouvernement français à «ne pas abandonner les caricatures et les dessins» au nom de la liberté d'expression.

    Cette déclaration a provoqué les protestations des dirigeants de plusieurs pays musulmans, dont le Pakistan, où le Premier ministre Imran Khan, dans un tweet publié le 25 octobre, a accusé l'Elysée de créer «une nouvelle polarisation».

    Une critique également partagée par les membres de l'Église locale: «Nous condamnons fermement ces gestes sacrilèges», a déclaré lundi à l'agence Ucanews Mgr Sebastian Shaw, président de la Commission pour le dialogue interreligieux et l'œcuménisme de la Conférence épiscopale pakistanaise (Cep). «Une société libérale ne signifie pas qu'il faille blesser les sentiments des communautés, en particulier leurs croyances religieuses», a ajouté l’archevêque de Lahora.

    Le militant catholique Samson Salamat, président de l'organisation interreligieuse RawadariTehreek (Mouvement pour la tolérance), a également émis des critiques : «Je pense que cette incitation a fait du tort aux frères musulmans du monde entier et à toutes les personnes qui croient en la philosophie du respect entre les religions», a-t-il déclaré. «Nous pensons que de telles tentatives augmentent les divisions entre les adeptes de différentes confessions. En ce moment, nous avons besoin de respect et d'unité», a ajouté M. Salamat.

    «Nous respectons toutes les différences dans un esprit de paix. Nous n’acceptons jamais les discours de haine et défendons le débat raisonnable», a écrit le président de la République française sur Twitter, en réaction aux critiques. «Nous nous tiendrons toujours du côté de la dignité humaine et des valeurs universelles», a-t-il ajouté.