Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sciences

  • Un fragment de papyrus du Ve siècle relatif à l'enfance du Christ a été déchiffré à Hambourg

    IMPRIMER

    De Brice Louvet sur Sciencepost.fr :

    Un fragment de papyrus offre un aperçu des histoires sur l’enfance de Jésus

    Jésus de Nazareth, la figure centrale du christianisme, demeure à la fois une figure influente et mystérieuse. Bien qu’il soit probable qu’il ait existé (?!), les preuves en dehors des textes bibliques se limitent à quelques références. Les récits de sa vie, en particulier de ses premières années, restent largement inconnus. Toutefois, un fragment de papyrus découvert récemment pourrait jeter une nouvelle lumière sur ces débuts méconnus.

    Une découverte inattendue

    Avant de discuter du nouveau fragment de papyrus, il est essentiel de clarifier quelques détails sur l’histoire de la Bible. Cette anthologie religieuse, considérée comme le canon de la foi chrétienne et la parole indélébile de Dieu, a subi des changements importants au fil des siècles. Les 66 livres qui composent la Bible ont été écrits par plus de 40 auteurs différents sur une longue période. On dénombre aussi de nombreux autres récits connus sous le nom d’apocryphes, des histoires qui ne sont pas acceptées comme Écritures, bien que certaines aient pu l’être autrefois.

    L’un de ces écrits apocryphes est passé inaperçu pendant des décennies à la bibliothèque d’État et universitaire Carl von Ossietzky de Hambourg. Avec ses treize lignes grecques, il avait longtemps été ignoré, considéré comme un document quotidien. C’est en y remarquant le mot « Jésus » que les chercheurs ont commencé à reconsidérer son importance.

    En comparant ce fragment avec d’autres manuscrits numérisés, les chercheurs ont pu identifier ce fragment de papyrus inventorié sous le nom de « P.Hamb.Graec. 1011 » comme une partie de l’Évangile de l’enfance de Thomas. Il s’agit d’un texte écrit probablement au IIe siècle de notre ère décrivant les activités miraculeuses de Jésus enfant. Le fragment de papyrus découvert aurait de son côté été écrit aux alentours du IVe et le Ve siècle de notre ère, soit un peu plus tard.

    Notez que les récits apocryphes comme l’Évangile de l’enfance de Thomas n’ont jamais été acceptés dans le canon biblique, bien qu’ils aient circulé parmi les premières communautés chrétiennes. Ce texte cherchait à combler les lacunes des Évangiles canoniques en racontant des histoires miraculeuses de la jeunesse de Jésus.

    Le second miracle du Christ

    Ce fragment spécifique de onze centimètres sur cinq serait associé à une histoire connue sous le nom de « vivification des moineaux » qui raconte le deuxième miracle attribué à Jésus enfant. Dans cette histoire, il est en effet décrit en train de jouer avec de l’argile et de former des moineaux dans un fort situé près d’une rivière. Lorsque son père, Joseph, le réprimande pour avoir travaillé le jour du sabbat, Jésus frappe dans ses mains et donne miraculeusement vie aux oiseaux d’argile qui s’envolent ensuite.

    Selon les chercheurs, ce texte a probablement été créée comme un exercice d’écriture dans un monastère. Cette découverte ouvre de nouvelles perspectives sur la transmission des textes apocryphes et leur rôle dans l’histoire du christianisme. Elle illustre également comment des documents apparemment insignifiants peuvent révéler des trésors historiques inestimables lorsqu’ils sont correctement interprétés.

    Les détails de l’étude sont publiés dans Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik.

  • Transhumanisme et transgenrisme : Quand la famille devient obsolète

    IMPRIMER

    De Susanne Hartfeld sur le Tagespost :

    Transhumanisme et transgenre : Quand la famille devient obsolète

    La transsexualité n’est pas du transhumanisme, mais il existe des preuves suggérant que les transhumanistes promeuvent l’agenda transgenre. Les familles ne peuvent s’attendre à rien de bon de l’une ou l’autre idéologie

    5 mai 2024

    Le transhumanisme est une religion scientifique qui vise à créer un nouvel être humain. La manipulation génétique et la fusion de l’intelligence biologique et artificielle sont pour cela les méthodes privilégiées. Les transhumanistes spéculent que les nouveaux posthumains seront supérieurs aux humains d'aujourd'hui, atteindront un niveau d'évolution plus élevé et deviendront finalement immortels. Des personnes riches et influentes occupant des postes élevés dans les affaires, la politique et la science à travers le monde adhèrent à cette idéologie et favorisent sa mise en œuvre avec beaucoup d’argent.

    La séparation complète de la sexualité et de la reproduction fait partie de l’agenda transhumaniste. Du point de vue des transhumanistes, la sexualité est un acte purement physique qui procure plaisir et satisfaction. À cette fin, les sensations sexuelles désirées peuvent également être évoquées ou augmentées par la pornographie, les drogues et d'autres moyens, tandis que les sensations indésirables peuvent être réduites.

    La mère n'a plus d'importance et l'enfant devient un produit

    Les transhumanistes considèrent la fécondation in vitro comme un premier pas dans cette direction, mais tentent de développer (davantage) des technologies supplémentaires telles que les utérus artificiels, le clonage et la reproduction unisexuée, afin de séparer la conception et la naissance d'enfants des rapports sexuels et de la maternité à l'avenir. . Les processus naturels n’y jouent plus aucun rôle, par lesquels la femme en tant que mère disparaît tout comme l’enfant reçu en cadeau devient un pur produit.

    Ces idées des transhumanistes sur les questions du mariage, de la famille et de la sexualité peuvent être lues dans le livre du transhumaniste allemand Stefan Lorenz Sorgner intitulé Transhumanisme. « L’idée la plus dangereuse au monde ! ? » ou dans l’essai des postgenderistes américains James J. Hughes et Georges Dvorsky intitulé « Postgenderism : Beyond the Gender Binary ».

    Produire industriellement des enfants en masse

    Le magazine MIT Technology Review, qui proclamait fièrement « Nous pouvons désormais concevoir la race humaine » sur sa couverture en mai/juin 2015, a annoncé en septembre 2023 que l’utérus artificiel était sur le point d’être testé sur des humains. Les scientifiques qui travaillent là-dessus – par exemple dans Children ? L’hôpital de Philadelphie, le projet australo-japonais EVE Therapy ou le projet Perinatal Life Support financé par l’UE soulignent qu’il s’agit uniquement d’une amélioration des soins pour les naissances prématurées.

    Il y a deux ans, le biologiste moléculaire Hashem Al-Ghaili avait fait sensation avec une vidéo promotionnelle pour une société fictive appelée EctoLife, dans laquelle il décrivait comment, à l'avenir, des enfants pourraient être produits en masse dans des incubateurs. Il avait réfléchi logiquement aux idées transhumanistes et aux projets scientifiques actuels.

    Conception du genre selon les souhaits individuels

    Dès lors, la famille naturelle ne joue plus de rôle dans le transhumanisme. Elle peut être abolie et remplacée par des relations entre deux adultes ou plus dont les enfants sont créés artificiellement à l’aide du matériel génétique de deux personnes ou plus.

    Les transhumanistes considèrent également le genre biologique comme une restriction déraisonnable à la liberté humaine de développer une identité de genre individuelle. Les transhumanistes promeuvent la conception du genre selon les souhaits individuels et considèrent les formes humaines intermédiaires entre l’homme et la femme comme tout aussi acceptables que la création artificielle d’organes sexuels complètement nouveaux aux fonctions modifiées.

    Lire la suite

  • La mort biologique n'est pas un moment mais un « processus qui prend son temps »

    IMPRIMER

    De Peter Bannister sur La Sélection du jour :

    LES EXPÉRIENCES DE MORT IMMINENTE ET LES DERNIÈRES RECHERCHES SUR LE CERVEAU

    02/05/2024

    La mort a longtemps été considérée comme un instant précis connaissant un avant et un après. De récentes découvertes questionnent cependant cette conception, surtout à l'aune des comportements cérébraux surprenants relevés lors d'EMI ou « expériences de mort imminente ».

    La mort biologique n'est pas un moment, mais un « processus qui prend son temps »C'est peut-être la leçon principale des recherches menées par l'équipe de Séverine Mahon à l'Institut du Cerveau à Paris. Sous la direction du Pr Stéphane Charpier, les scientifiques étudient l'état du cerveau dans les derniers instants de la vie (sur des rongeurs anesthésiés). Leur description d'une « onde de la mort » de grande amplitude, partant des profondeurs du cortex cérébral, a suscité un grand intérêt en 2019 et 2023. Cette onde a été détectée dans le cerveau en anoxie, donc dépourvu d'oxygène suite à l'arrêt du cœur. Selon le chercheur Antoine Carton-Leclercq, elle rend les neurones du cortex incapables de transmettre les signaux électriques, menant à un état de mort cérébrale. Pourtant, l'onde n'est pas irréversible. L' « onde de la réanimation » peut prendre le relai si on ré-oxygène le cerveau à temps, permettant une récupération de ses fonctions. Stéphane Charpier propose donc un « twilight-zones model » d'un état entre la vie et la mort, modèle applicable à tous les mammifères, remettant en question la notion classique de la mort comme événement soudain. Pour l'instant, la science n'arrive pas à identifier le « point de non-retour » dans le processus décrit. Une meilleure compréhension de l'état cérébral pendant un arrêt cardio-respiratoire pourrait toutefois profiter aux techniques de réanimation, notamment pour prévenir d'éventuelles séquelles neurologiques.

    Les chercheurs de l'Institut du Cerveau soulèvent aussi une question aux ramifications plus philosophiques. Avant l' « onde de la mort », les fameuses « expériences de mort imminente » (EMI) pourraient-elles avoir un lien avec de mystérieuses « bouffées d'activités rapides » dans le cerveau , ou bien, comme le pense le Pr Charpier, avec le rallumage du cerveau au moment de la récupération ? Supposément vécues par 4-8 % de la population, les EMI restent une énigme pour la science dans la mesure où il s'agit d'expériences « hyper-réelles » à des moments proches de la mort (arrêts cardiaques, accidents de la route, noyades…) On pourrait croire que le cerveau serait plutôt en train de s'éteindre. Une vaste littérature s'est développée sur le sujet, fruit en grande partie des progrès de la réanimation depuis 1960, comme l'a souligné le Dr Sam Parnia, un des principaux chercheurs scientifiques dans le domaine, dans son film documentaire Rethinking DeathC'est surtout depuis la sortie du best-seller du Dr Raymond Moody La vie après la vie en 1975 que le grand public connaît l'existence d'un état de « mort réversible » (tout à fait compatible avec le modèle du Pr Charpier). De très nombreux survivants en seraient revenus relatant des expériences dont la structure de base est plutôt stable. Indépendamment de l'identité géographique ou culturelle de l' « expérienceur », on retrouve très souvent la sortie de l' « âme » du corps, un voyage à travers un « tunnel » vers une lumière éblouissante, des rencontres avec des proches défunts et/ou un être transcendant, ainsi que parfois une « revue » de la vie de la personne concernée, objet d'une auto-évaluation éthique.

    Malgré de nombreuses tentatives d'expliquer ces expériences souvent convergentes comme des hallucinations provoquées par un dernier dysfonctionnement du cerveau, un sondage du Pew Research Center aux USA a révélé que 72 % des Américains acceptent la possibilité d'expériences au cours desquelles l'âme quitte le corps. Si leur interprétation reste difficile, on peut observer deux grandes tendances générales. Certains auteurs, dont le Dr Patrick Theillier (ancien responsable du Bureau Médical de Lourdes) ou John Burke, auteur du livre Imagine Heaven, sont convaincus que les EMI confirment la vision judéo-chrétienne de l'au-delà. Ils citent notamment des récits de croyants d'autres religions (ou d'athées) qui, contre toute attente, disent avoir découvert le Dieu biblique lors d'une EMI. D'autres appliquent un schéma interprétatif plus proche des religions orientales (comme le psychiatre et ancien moine bouddhiste Christophe Fauré) ou de la médiumnité (comme l'anesthésiste toulousain controversé Jean-Jacques Charbonier). Eux y voient plutôt des indications de l'existence d'un bien-être universel et non-religieux au-delà de la mort, même s'il faut admettre qu'un certain nombre de récits d'EMI contiennent également des éléments négatifs voire « infernaux », comme celui de Gloria Polo cité par le Dr Theillier.

    Ces questions métaphysiques dépassent évidemment la méthode scientifique, appartenant plutôt à la philosophie et la théologie. Il est donc logique que Séverine Mahon, Stéphane Charpier et Sam Parnia préfèrent ne pas les aborder. La découverte de l'existence des « ondes de la mort et de la réanimation » pourrait bien expliquer les conditions permettant les EMI au niveau du cerveau. En revanche, elles n'expliquent pas leur contenu, pas plus que l'observation de notre activité neuronale chaque jour n'explique celui de nos pensées. De quoi nous laisser songeurs...

    La sélection
    La dynamique cérébrale de « l’onde de la mort » mise en évidence pour la première fois
  • De nouvelles preuves indiquent que le Suaire de Turin n'est pas un faux européen 

    IMPRIMER

    De Simon Caldwell sur le Catholic Herald :

    De nouvelles preuves indiquent que le Suaire de Turin n'est pas un faux européen 

    Le 26 mars 2024 à 17h30

    De nouveaux tests scientifiques menés sur le célèbre suaire de Turin ont révélé que le lin utilisé pour sa fabrication a été cultivé au Moyen-Orient.

    Les résultats des tests isotopiques apportent une nouvelle preuve que le linceul est le véritable vêtement qui a été utilisé pour couvrir le corps de Jésus-Christ après sa crucifixion - et qu'il ne s'agit pas d'un faux créé dans l'Europe médiévale.

    Des fragments de tissu prélevés sur le linceul montrent que son lin provenait du Levant occidental, une bande de terre occupée aujourd'hui par Israël, le Liban et les parties occidentales de la Jordanie et de la Syrie.

    William Meacham, l'archéologue américain qui a commandé l'étude, a déclaré : "Avec une origine proche-orientale probable, de nouveaux doutes doivent être émis quant à l'interprétation du linceul comme une simple fausse relique fabriquée dans l'Europe médiévale, et de nouvelles questions se posent quant à la signification de l'image sur le tissu. 

    "La possibilité que ce tissu soit en fait le linceul de Jésus est renforcée par ces nouvelles preuves. 

    "À mon avis, cela reste la meilleure explication pour le linceul".

    En tant que membre du conseil d'administration de la Shroud of Turin Education and Research Association (STERA), Meacham a obtenu l'autorisation de tester cinq des sept fils en possession du groupe.

    Ces fils proviennent d'un échantillon connu sous le nom de "pièce de Raes", qui a été retiré du Suaire en 1973 à des fins de recherche sur les textiles. 

    Quatorze fils ont été fournis par l'archevêché de Turin au physicien Ray Rogers, membre de l'équipe scientifique américaine qui avait étudié le linceul sur place en 1978, et qui ont ensuite été transmis au STERA.

    Les tests ont été effectués au laboratoire des isotopes stables de l'université de Hong Kong, qui est en mesure de tester de très petits échantillons, même inférieurs à 1 mg. 

    Selon M. Meacham, l'origine orientale du linceul est importante car "elle renforce d'autres caractéristiques qui vont dans ce sens".

    Il explique : "Le pollen est l'élément le plus remarquable. Même si de nombreuses identifications ont été écartées depuis, certaines espèces prises ensemble indiquent toujours une présence méditerranéenne orientale. 

    "De même, la couronne d'épines [sur le linceul] en forme de casque plutôt que de cercle romain est un trait caractéristique de l'Asie Mineure et du Levant. 

    "Il s'agit d'une confirmation impressionnante d'une hypothèse générée par une analyse informatique en 3D en 1977, à une époque où il n'existait aucun exemple connu (en dehors d'Israël) d'une telle pratique dans l'Antiquité.

    Le suaire de Turin est un morceau de toile de lin portant l'image d'un homme qui semble avoir subi un traumatisme physique correspondant à une crucifixion. Il n'existe pas encore de consensus sur la manière dont l'image a été créée. (Photo par : Universal History Archive/UIG via Getty images.)

    Le linceul est conservé à Turin, en Italie, depuis 1578, en provenance de Chambéry, en France, où il était conservé depuis les années 1350. 

    Il a fait une entrée fracassante sur la scène intellectuelle européenne en 1898, lorsque les premières photographies ont été publiées, montrant une image faciale réaliste sur le négatif photographique en noir et blanc. 

    Le linceul a été étudié au milieu du XXe siècle par le chirurgien français Pierre Barbet, qui a ensuite écrit un livre sur les blessures de la passion du Christ intitulé Un médecin au Calvaire.

    En 1978, une équipe de scientifiques américains a été autorisée à examiner directement le linceul sur place pendant une semaine et à prélever des échantillons à l'aide d'un ruban adhésif. 

    Ils n'ont finalement pas pu expliquer la cause de l'image, laissant planer un mystère qui persiste encore aujourd'hui, mais leur rapport final affirmait qu'elle provenait d'un corps humain.

    En 1988, un échantillon a été prélevé, divisé en morceaux et daté de 1260-1390 par trois laboratoires renommés, ce qui a jeté un sérieux doute sur l'authenticité du linceul. L'archidiocèse de Turin n'a pas autorisé d'autres études.

    Des études menées en 2012 et 2015 sur des échantillons prélevés antérieurement ont toutefois révélé que le drap de lin datait probablement de l'époque de Jésus.

    En 2017, une équipe de l'hôpital universitaire de Padoue (Italie), dirigée par Matteo Bevilacqua, a réalisé une étude médico-légale de l'empreinte et a découvert qu'il s'agissait d'une personne qui a souffert et est morte exactement de la même manière que le Christ, tel qu'il est décrit dans les Évangiles.

    Dans un article publié dans l'Open Journal of Trauma, l'équipe a émis l'hypothèse que la cause du décès était une crise cardiaque compliquée par une rupture du cœur par hémopéricarde chez un sujet crucifié par clouage des mains et des pieds.

    Ils ont également constaté des signes de stress émotionnel grave et de dépression ; un choc traumatique hypovolémique grave, une insuffisance respiratoire aiguë à un stade précoce de la crucifixion et une causalgie [douleur chronique d'un membre] ; un traumatisme contondant à la suite d'une chute, avec paralysie de l'ensemble du plexus brachial droit [nerfs de l'épaule] ; luxation de l'épaule droite, contusion pulmonaire avec hémothorax [lésion pulmonaire], contusion cardiaque [lésion cardiaque], paralysie proximale ulnaire gauche probable et luxation du pied droit due à l'étirement pendant la crucifixion.

    L'étude a inspiré un article publié en 2022 par le révérend professeur Patrick Pullicino, prêtre à Southwark et ancien neurologue consultant du NHS, qui a proposé que la blessure à l'épaule ait provoqué une énorme hémorragie interne qui a entraîné l'effondrement de son système circulatoire.

    Il a écrit dans le Catholic Medical Quarterly que jusqu'à trois litres de sang se sont écoulés de la cavité où le sang s'est accumulé lorsque le flanc de Jésus a été transpercé par une lance romaine, comme le rapporte l'Évangile de saint Jean.

    Si les dernières découvertes vont à l'encontre de l'accusation selon laquelle le linceul n'est qu'une contrefaçon, le mystère demeure et Meacham admet que la datation au carbone du linceul "n'est pas encore résolue" et qu'"il y a un léger chevauchement entre quelques échantillons (de lin) d'Europe de l'Ouest et ceux d'Israël". 

    Photo : Capture d'écran de la photographie prise par Ray Rogers en 1979 montrant les fils provenant de la "pièce de Raes" - retirée du Suaire en 1973 pour des recherches textiles - et dont William Meacham a tiré son échantillon.

  • Le cerveau est-il sexué ?

    IMPRIMER

    De Judikael Hirel sur La Sélection du Jour :

    19 avril 2024

    Le cerveau a-t-il un sexe ?

    Iseult, l'IRM le plus puissant au monde, vient de révéler les images les plus précises jamais vues du fonctionnement de notre cerveau. Développé à Paris-Saclay par le CEA, et installé dans les sous-sols de NeuroSpin, ce fleuron français est l'aboutissement de 25 ans de recherches. Il permet d'obtenir des clichés dix fois plus précis que ceux disponibles dans les hôpitaux. Ce que l'on ne sait pas, c'est si les images incroyables de précision dévoilées par Iseult sont celles d'un cerveau masculin ou féminin...

    Il aura fallu l'essor de l'IA pour le prouver : des chercheurs de l'université Stanford (Californie) ont eu recours à l'intelligence artificielle pour démontrer que cerveaux masculins et féminins étaient différents. C'est l'occasion, au passage, de balayer quelques idées préconçues sur le sujet… Pendant longtemps, d'aucuns affirmaient en effet que le volume du cerveau des hommes étant plus gros que celui des femmes, ils étaient également plus intelligents. En réalité, le volume de la boîte crânienne est tout simplement — et très logiquement — proportionnel à la taille du corps.

    Pour autant, l'étude publiée le 20 février dernier dans la revue PNAS démontre que cerveaux masculins et féminins sont effectivement différents. L'IA a d'abord été entraînée grâce à l'analyse de près de 800 IRM de l'activité neuronale de différentes parties du cerveau : pour chaque IRM, les chercheurs lui ont indiqué si elle appartenait à un participant de sexe masculin ou féminin. L'algorithme a ainsi pu apprendre à associer chaque image cérébrale en trois dimensions à un sexe, sans qu'aucune autre information ne lui soit fournie. Puis, les neurologues ont littéralement mis l'IA à l'épreuve en lui soumettant une autre série de 200 IRM. Verdict sans appel : son taux de réussite s'est élevé à 90 % quand il s'est agi de dire si l'IRM correspondait à un cerveau d'homme ou de femme. « Sans que les scientifiques aient spécifié un type d'activité au sein de régions cérébrales précises, l'algorithme semble avoir réussi à identifier une signature cérébrale du sexe biologique », a commenté Christophe Rodo, neuroscientifique et créateur du podcast La tête dans le cerveau, pour Le Figaro.« Dans nos études, nous avions étudié les différences anatomiques, expliquait récemment le chercheur Franck Ramus sur l'antenne d'Europe 1. Nous avions effectivement trouvé un certain nombre de différences dans la structure des hommes et des femmes, et qui ne se ramènent pas juste à une différence de volume. Dans cette nouvelle étude, ils ont plutôt regardé les activations cérébrales des participants pendant qu'ils ne faisaient rien dans l'IRM. Ils sont arrivés remarquablement bien à classifier les cerveaux d'hommes et de femmes. C'est un résultat déjà obtenu dans différentes études. Là, il est plus robuste. » En effet, la performance de l'IA a été confirmée par la suite sur d'autres IRM provenant des États-Unis et d'Allemagne.

    Comment expliquer la réussite de cette étude ? Pour y parvenir, l'intelligence artificielle a avant tout étudié le repos et les émotions comme critères de différenciation. Elle a analysé le « mode par défaut » (MPD) de notre cerveau, la partie s'activant durant notre repos et pendant que nous rêvons. Elle s'est aussi fondée sur l'activité spécifique des réseaux neuronaux liés au traitement des émotions : le striatum (qui régule la motivation et les impulsions), ainsi que le système limbique (impliqué dans la mémoire et le contrôle des émotions). Reste maintenant à parvenir à tirer les conséquences de ces résultats. « Il est très difficile de leur donner une signification claire », estime le professeur Reynier, médecin biologiste au CHU d'Angers, pour Le Figaro. Cela pourrait signifier que nous aurions un mode de traitement des informations différent selon notre sexe biologique, qui pourrait notamment s'observer sur le plan comportemental mais aussi dans certaines pathologies ». En effet, certaines pathologies cérébrales touchent plus un sexe que l'autre, sans que l'on sache encore pourquoi. C'est le cas de la maladie d'Alzheimer qui atteint plus les femmes, quand la maladie de Parkinson concerne plus les hommes. Les auteurs de l'étude espèrent que cette IA contribuera demain à améliorer le traitement et la prise en charge des patients.

    Pour aller plus loin :

    Les femmes et les hommes ont-ils le même cerveau ?

    >>> Lire l'article sur le site de RTL

  • Mgr Aupetit - La réalité de l'embryon, s'émerveiller de la vie en son commencement

    IMPRIMER

    Mgr Aupetit est archevêque émérite de Paris, médecin et titulaire d'un diplôme d'éthique médicale.

  • 30e anniversaire de la mort du Professeur Jérôme Lejeune : une personnalité visionnaire au service des personnes porteuses de trisomie 21

    IMPRIMER

    De la Fondation Jérôme Lejeune :

    Pr Lejeune
    Communiqué de presse

    Avril 2024

    30e anniversaire de la mort du Professeur Jérôme Lejeune : une personnalité visionnaire au service des personnes porteuses de trisomie 21

    Il y a 30 ans disparaissait Jérôme Lejeune. Ce pionnier de la génétique moderne a consacré sa vie au soin des personnes porteuses de trisomie 21, à la recherche d’un traitement contre la déficience intellectuelle et à la défense de leurs droits. Il fait l’objet d’attaques infondées depuis plusieurs années.

    Un pionnier de la génétique aux intuitions étonnantes

    Spécialiste des radiations atomiques dont il est officiellement expert auprès de l’ONU, repéré dès 1954 par les Américains comme le plus prometteur des jeunes généticiens français, codécouvreur de la trisomie 21 en 1959, titulaire de la première chaire de génétique fondamentale à la Faculté de Médecine de Paris, créateur du premier certificat de cytogénétique et de celui de génétique générale : Jérôme Lejeune est un pionnier et un visionnaire. Ses nombreuses intuitions scientifiques ont favorisé des découvertes fondamentales, comme celle de la trisomie 21 ou encore des notions de type et de contretype.

    Trente ans après sa mort, l’évolution de la recherche médicale tend à valider son intuition majeure : des avancées considérables laissent espérer un traitement possible de la déficience intellectuelle dans la trisomie 21. Fait notable, un des projets les plus avancés concerne le gène cystathionine β-synthase (CBS) dont le rôle dans la déficience intellectuelle avait été suggéré par le Professeur Lejeune.

    Prophète et professeur d’espérance

    Peu après la découverte de la trisomie 21 en 1959, Jérôme Lejeune comprit que sa découverte serait utilisée pour éradiquer les personnes porteuses de trisomie 21 avant leur naissance, avec l’émergence de ce qu’il appelait le « racisme chromosomique ». Il se fit dès lors l’avocat de ces patients, défendant par le monde entier la dignité de toute vie humaine, dénonçant la transgression du serment d’Hippocrate et la dérive eugéniste d’une médecine par la mort. Son engagement lui valut d’être peu à peu ostracisé du monde scientifique et régulièrement menacé de mort.

    IMG, IVG, PMA, euthanasie, mères porteuses : le professeur Lejeune annonçait calmement l’inéluctable, à une époque où certaines de ces transgressions semblaient impensables. Cela ne l’empêchait pas de mener son combat pour le respect de la vie humaine, avec une énergie qui était un fruit de l’espérance. Pour lui, la médecine par la mort était la mort de la médecine, mais elle était aussi un triomphe dérisoire, car “c’est la vie qui seule peut gagner.”

    Une contestation infondée

    Le Professeur Lejeune a récemment fait l’objet d’attaques contestant son rôle dans la découverte de la trisomie 21. Outre de nombreuses incohérences, aucun des arguments présentés ne résiste aux preuves historiques. Jérôme Lejeune a clairement eu le rôle moteur et celui de coordinateur des recherches, sous l’impulsion du chef de service Raymond Turpin. Il a identifié à la date du 22 mai 1958, pour la première fois, un chromosome 21 surnuméraire chez un patient « mongolien », comme l’indiquent les notes de son Carnet de laboratoire. Il part ensuite trois mois aux États-Unis pendant lesquels sa collègue Marthe Gautier ne compte que 46 chromosomes (précision indiquée dans un courrier du Pr. Turpin) alors que Jérôme Lejeune en obtient 2 autres à 47 chromosomes à son retour en décembre 1958. Ce seront les trois cas répertoriés dans la publication de janvier 1959 qui marque la découverte.

    Cela ne contredit en rien le rôle majeur joué dans la découverte par Marthe Gautier grâce à la technique de culture cellulaire qu’elle avait rapporté des États-Unis, sur laquelle Lejeune et elle travailleront pour parvenir à colorer les chromosomes et faciliter le décompte. Elle fut co-signataire de la publication de 1959 et honorée publiquement par Jérôme Lejeune lors de sa Leçon inaugurale de 1965 à l’Académie de médecine de Paris. La correspondance entre Lejeune et Gautier montre qu’ils eurent durablement une relation de travail active et confiante.

    Un dossier étayé incluant des archives est consultable en ligne.

  • Les souffrances de la Passion du Christ sous la loupe de Philippe Boxho, médecin légiste

    IMPRIMER

    Du site de Famille Chrétienne ( Louis Jaboulay) :

    « Il a ressenti une douleur inouïe » : ce médecin légiste dévoile les causes de la mort du Christ

    <p>D'après le docteur Philippe Boxho, le Christ a pu survivre jusqu'au Golgotha où il a été crucifié, parce qu'il possédait une masse musculaire très importante.</p>

    D'après le docteur Philippe Boxho, le Christ a pu survivre jusqu'au Golgotha où il a été crucifié, parce qu'il possédait une masse musculaire très importante

    27/03/2024

    Avant de parler de la Passion du Christ en elle-même, pourriez-vous nous expliquer ce qui vous a poussé à réaliser cette autopsie pas comme les autres, qui est celle de Jésus-Christ ?

    Ce qui m'a amené à cela c'est le linceul de Turin. Cette pièce de tissu fait pratiquement quatre mètres et demi de long sur un mètre de large et présente un cadavre par ses deux faces. J'ai toujours trouvé que c'était une scène de crime passionnante. Tout d’abord parce qu’on n'a pas la solution, ce qui est toujours intéressant car cela pousse à chercher. Ensuite parce qu'elle permet d'appliquer à peu près toutes les techniques que la criminalistique moderne permet d'offrir sans néanmoins apporter de solution qui soit totalement certaine.

    Dans l’Evangile on nous dit qu’au mont des oliviers Jésus sua du sang. Est-ce physiquement possible de suer du sang et si oui, dans quelles circonstances cela peut-il arriver ?

    Oui, on le sait aujourd'hui. A l'époque, c'est vrai qu'on n'y croyait pas trop, mais aujourd'hui on a des mécanismes physiologiques qui permettent de l'expliquer. C'est dans une situation de stress vraiment très intense qu'on peut voir cela. C'est donc possible. Ce qui est étonnant si le suaire de Turin est effectivement celui qui a contenu le corps du Christ, c'est qu'on n'en trouve pas de traces sur le corps... Et on sait qu'entre le mont des oliviers et celui où il est crucifié, il n'a pas eu le temps de se laver. Il y a donc ce petit détail qui est embêtant.

    Lire la suite

  • Des pensées inspirantes

    IMPRIMER

    ... glanées par Jean-Pierre Snyers :

    "Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont il chérissent les causes" (D'après Bossuet)
     
    "Dieu et l'homme sont comme deux amants qui se sont trompés sur le lieu du rendez-vous: l'homme attend Dieu dans le temps et Dieu attend l'homme dans l'éternité" (S Weil)
     
    "Ceux qui ne croient pas en Dieu font preuve d'une crédulité qui n'a rien à envier à celle qu'ils reprochent aux croyants" (J d'Ormesson)
     
    "Dieu existe, le reste n'est qu'hypothèse" (A Frossard)

    "Qui cherche à plaire à tous, finit par ne plus plaire à personne" (D'après J-J Rousseau)

    "L'escalier de la science est comme l'échelle de Jacob; il ne s'achève qu'aux pieds de Dieu" (A Einstein)

    "L'homme est un dieu tombé qui se souvient des cieux" (Lamartine)

    "Alors même que l'univers entier l'écraserait, l'homme serait encore plus grand que lui, car lui n'en saurait rien tandis que l'homme le saurait" (D'après B Pascal)

    "Dieu est la totalité vivante de ce vers quoi notre coeur s'élance" (St Thomas d'Aquin)

    "La vie est un rêve dont la mort nous réveille" (D'après St Jérôme)

    "Qu'Elle était belle; si belle que quand on l'a vue il tarde de mourir pour la revoir" (Ste Bernadette Soubirous)

  • Teilhard de Chardin : pour en finir avec le mythe

    IMPRIMER

    De Denis Sureau sur le site de La Nef :

    Teilhard de Chardin : en finir avec le mythe

    Denis Sureau nous présente un excellent essai qui peut nous aider à com­prendre les erreurs de Teilhard de Chardin : L’évolutionnisme théiste de Teilhard de Chardin, de Wolfgang Smith.

    Pasolini a écrit un jour que la théologie est l’une des branches de la littérature fantastique. On réservera cette assertion à la théologie-fiction de Pierre Teilhard de Chardin (1881-1955). Malgré onze condamnations par l’Église, qui le réduisit au silence en raison des « graves atteintes à la doctrine catholique » développées dans ses livres, elle a connu un incroyable succès dans les années cinquante et surtout soixante, porté par la Compagnie de Jésus. Même de bons esprits furent alors séduits par une prose lyrique remplie de néologismes et des envolées poétiques attrayantes quoique bizarres. Son projet euphorique de réconcilier science moderne et foi était bien dans l’air d’un temps baigné d’optimisme sur fond d’avancées technologiques.

    Et pourtant, non seulement les thèses du jésuite sont dénuées de crédibilité scientifique, mais encore contraires aux vérités de foi les plus élémentaires. C’est ce que démontre longuement Wolfgang Smith dans un essai très riche. L’auteur est à la fois un philosophe inspiré et un scientifique de haut niveau, physicien et mathématicien, qui a notamment enseigné au prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT). Teilhard était un paléontologue sans génie particulier, incompétent en biologie comme en physique, et les connaissances qu’il tenait de son métier (la découverte de fossiles) n’avaient pas de lien avec sa construction idéologique, comme il le reconnaissait dans sa correspondance. Ce qui explique pourquoi ses thèses ont été critiquées par des savants de renom.

    L’intention de Teilhard était de réintroduire Dieu à l’intérieur d’une vision scientifique dominée par l’évolution. Il ne cachait pas son intention de refonder le christianisme – un « christianisme amélioré », un « ultra-christianisme », un « métachristianisme », comme il disait – sur de nouvelles bases. L’univers était conçu sous un mode panthéiste : « Il n’y a au Monde ni Esprit ni Matière ; l’Étoffe de l’Univers est Esprit-Matière. » Selon une grande « loi de Complexité de la Conscience », « tout ce qui existe est Matière qui devient Esprit ». Pour lui, la doctrine de création ex nihilo est contredite par « l’énormité temporo-spatiale », les « immensités énergétiques », et les « insondables liaisons organiques du Monde phénoménal ». Pour Teilhard, « la grâce représente une sur-création physique. Autrement dit, elle est d’étoffe proprement biologique. »

    Il faut également abandonner notre conception d’un Dieu au-dessus du temps : « Autour de nous et en nous, par rencontre de son Attraction et de notre Pensée, Dieu est en train de “changer”… Par montée de la Quantité d’Union cosmique, son éclat, sa teinte s’enrichissent ! » Répugnant à la loi de l’entropie croissante de l’univers, Teilhard affirme que tout convergerait irrésistiblement vers un « Point Oméga » qui n’est autre que le Christ cosmique.

    L’une des pierres d’achoppement entre la vision de Teilhard et l’enseignement de l’Église est le dogme du péché originel. Dans un chapitre qui est peut-être le plus passionnant de son livre, Wolfgang Smith expose comment la Chute d’Adam s’insère dans une autre représentation des origines que celle du jésuite : « c’est cette catastrophe primordiale, et non la montée darwinienne, qui est responsable de la condition que nous connaissons aujourd’hui. » Au contraire, pour Teilhard, le mal est simplement assimilable au désordre causé par des processus naturels. Cette conception le conduit à une étonnante relativisation du péché de l’homme. Sa vision politique « néo-humaniste » s’appuie sur le phénomène de la « socialisation », l’agrégation par la collectivisation, qui le conduisit à une singulière complaisance pour les totalitarismes nazi et communiste. Il écrivait en 1938 : « Je ne sais où fixer mes sympathies, à l’heure présente : où y a-t-il plus d’espoir et d’idéal présentement ? En Russie, ou à Berlin ? »

    Toutes les vérités de foi sont finalement réinterprétées à sa façon, tant bien que mal, ou, pour les plus gênantes, abandonnées.

    On conseillera la lecture de ce livre à tous les teilhardiens, et en particulier aux jésuites, qui viennent d’ouvrir un Centre Pierre Teilhard de Chardin sur le plateau de Saclay, avec l’ambition d’en faire « un espace de dialogue entre sciences, philosophie et spiritualité ». Il eût été préférable de choisir un meilleur patronage.

    • Wolfgang Smith, L’évolutionnisme théiste de Teilhard de Chardin, L’Harmattan, 2023, 310 pages, 31€.
  • Jésus : imposteur ou vrai messie d'Israël ?

    IMPRIMER

    De Radio Notre-Dame :

    Père Jérémy Rigaux, bibliste, curé de la paroisse Notre-Dame des Foyers (XIXe), conférencier de l’Heure du soir au Collège des Bernardins à 19h30 : Jésus : imposteur ou vrai messie d’Israël ?

  • L'existence de Jésus est prouvée historiquement (Père Yves-Marie Couët)

    IMPRIMER

    2023_12_18_09_25_59_Greenshot.png