Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Médias

  • L'état avancé de sécularisation de la plupart des sociétés européennes constitue le terrain le plus fertile pour le développement d'un climat anti-chrétien

    IMPRIMER

    De Solène Tadié sur le National Catholic Register :

    Les nouveaux visages de la persécution des chrétiens en Europe

    La France compte le plus grand nombre de crimes haineux contre les chrétiens - qui restent la communauté religieuse la plus ciblée du pays - suivie par l'Allemagne, l'Italie et la Pologne, selon un récent rapport annuel.

    30 novembre 2022

    L'Observatoire de l'intolérance et de la discrimination envers les chrétiens en Europe (OIDAC Europe) a constaté dans son dernier rapport pour l'année 2021 que la pression sociale et la censure visant les chrétiens en Europe s'intensifient et prennent différents aspects.

    Pour le président de cette organisation non gouvernementale basée à Vienne, le préjugé général contre l'engagement religieux parmi les élites européennes est responsable d'une grande partie de l'intolérance et de l'hostilité sociale croissantes dont sont victimes les chrétiens.

    Comme les années précédentes, la France enregistre le plus grand nombre de crimes de haine contre les chrétiens - qui restent la communauté religieuse la plus ciblée du pays -, suivie par l'Allemagne, l'Italie et la Pologne.

    Selon les auteurs de l'étude, qui a recensé 519 crimes de haine anti-chrétiens dans 19 pays européens, ces chiffres sont probablement largement sous-estimés en raison du nombre limité de chrétiens qui signalent les attaques dont ils sont victimes.

    Bien que le vandalisme, le vol et la profanation soient les crimes haineux documentés les plus courants, quatre personnes ont été tuées en haine de la foi et 14 ont été agressées physiquement en 2021. Les chiffres du rapport ont révélé une diminution globale du nombre de crimes haineux par rapport à 2020, ce qui contraste avec l'augmentation de l'intolérance dans la durée.

    Cette circonstance a été l'occasion pour OIDAC Europe de réaffirmer que, si les chrétiens sont confrontés à des formes plus graves de persécution pour leur foi dans d'autres parties du monde, la persécution qui a lieu en Europe, bien que plus sous-jacente et subtile - et se manifestant souvent par l'exclusion sociale, la censure ou la discrimination - ne doit pas être sous-estimée, car elle a des conséquences très profondes sur la vie quotidienne des chrétiens et sur la transmission de la foi aux générations futures.

    Le cardinal africain Robert Sarah, préfet émérite de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, a souligné cette même réalité dans une interview avec EWTN News diffusée le 27 novembre.

    "Les menaces contre la liberté religieuse prennent de nombreuses formes. D'innombrables martyrs continuent de mourir pour la foi dans le monde entier", a commenté le cardinal Sarah. "Mais la liberté religieuse est également menacée en Occident".

    "Il ne s'agit pas souvent d'une menace ouverte, ou d'une haine de la foi", a-t-il ajouté, mais d'un "parti pris implicite contre le christianisme."

    Les dégâts de la sécularisation

    L'état avancé de sécularisation de la plupart des sociétés européennes constitue le terrain le plus fertile pour le développement d'un climat anti-chrétien. Ce phénomène, qui se distingue de la séparation formelle entre l'État et l'Église, a pour effet d'éliminer la religion de toutes les autres sphères de la société, la reléguant exclusivement à la sphère privée.

    "De plus en plus souvent, le principe de séparation entre l'Église et l'État est compris à tort comme exigeant une séparation entre la foi et la politique, de sorte qu'il est de moins en moins acceptable de fonder ses positions politiques sur des convictions religieuses", écrit dans le rapport Dennis Petri, expert dans le domaine de la liberté religieuse.

    M. Petri était également l'un des principaux experts du rapport de juin 2022 sur le phénomène croissant de l'autocensure dans le monde chrétien. Ce rapport a été produit par un certain nombre d'organisations chrétiennes internationales, dont l'OIDAC.

    Ce rapport a montré que la montée de l'intolérance laïque avait pour effet de générer un "effet de refroidissement", qui poussait de nombreux chrétiens à s'abstenir d'exprimer leurs opinions et leurs croyances en public. Outre la pression sociale, les actions en justice engagées contre les chrétiens pour limiter leur liberté d'expression ont un impact délétère sur la liberté de religion ainsi que sur la propagation et le maintien de la foi.

    Parmi les 2021 affaires les plus médiatisées figure celle de la députée et ancienne ministre finlandaise Päivi Räsänen, une chrétienne autoproclamée qui a fait l'objet de poursuites pénales pour avoir publiquement remis en question le soutien officiel de l'Église luthérienne de son pays à l'événement "Pride 2019", citant la Bible à l'appui de sa position. Selon les auteurs du rapport de l'OIDAC, des cas comme celui de Räsänen "envoient un message effrayant aux chrétiens, laissant entendre que l'expression de leurs opinions s'accompagne d'un risque d'exclusion sociale, de préjudice professionnel, voire de poursuites judiciaires."

    Commentant les conclusions du dernier rapport dans une interview accordée au Register, Martin Kugler, chef de l'OIDAC, a averti que les nouvelles lois sur les discours de haine dans les pays occidentaux génèrent une tendance dangereuse selon laquelle "certains groupes peuvent accuser les chrétiens de discours de haine pour avoir partagé leurs croyances sur le mariage et la famille ou l'identité sexuelle selon l'éthique chrétienne."

    "Certaines de ces lois sont rédigées et interprétées de manière si large qu'elles sont facilement utilisées pour criminaliser les chrétiens", a-t-il ajouté.

    Normalisation de l'intolérance

    M. Kugler a ajouté que les milliers de cas graves ou très médiatisés de crimes de haine documentés dans leurs rapports au cours des dernières années confirment que le phénomène croissant du sécularisme radical est à la base d'une "intolérance séculaire" écrasante, qui se manifeste à la fois "dans les lois discriminatoires ou problématiques pour la liberté de religion, ainsi que dans le climat hostile envers les chrétiens dans les différentes sphères sociales."

    Notant l'interconnexion entre le climat social et les lois et décisions juridiques, il a fait valoir que les lois visant la liberté d'expression ou la liberté religieuse tendent à "normaliser" l'idée que les opinions chrétiennes ne sont plus acceptables dans la société, et que l'indifférence de diverses classes politiques européennes à l'égard de la persécution des chrétiens renforce un préjugé anti-chrétien dans l'opinion publique, donnant lieu à une intolérance séculaire encore plus grande.

    Kugler observe que, paradoxalement, cette intolérance laïque à l'égard des chrétiens s'accompagne d'une réticence généralisée à condamner le fanatisme religieux et les violences commises par les musulmans en Europe.

    "Il y a un étrange aveuglement face aux dangers réels et, en même temps, une réticence à voir les menaces qui pèsent sur la liberté religieuse et les autres droits de l'homme lorsqu'elles touchent les chrétiens", a-t-il déclaré.

    "Nous avons analysé un préjugé général spécifiquement contre l'engagement religieux chrétien parmi les élites européennes et encore plus si cet engagement chrétien est critique à l'égard des développements sociétaux dans le monde occidental", a-t-il poursuivi, notant que c'est particulièrement le cas lorsque la discussion touche des questions telles que le mariage et la famille, l'idéologie du genre, l'avortement, la dignité humaine dans la biotechnologie, la liberté d'expression et l'éducation.

    Kugler conclut : "une intolérance radicale se répand en Occident, notamment parmi de nombreux médias libéraux et de gauche - toujours 'au nom de la tolérance'."

    Solène Tadié Solène Tadié est la correspondante pour l'Europe du National Catholic Register. Elle est franco-suisse et a grandi à Paris. Après avoir obtenu une licence en journalisme à l'université Roma III, elle a commencé à faire des reportages sur Rome et le Vatican pour Aleteia. Elle a rejoint L'Osservatore Romano en 2015, où elle a successivement travaillé pour la section française et les pages culturelles du quotidien italien. Elle a également collaboré avec plusieurs médias catholiques francophones. Solène est titulaire d'une licence en philosophie de l'Université pontificale Saint-Thomas d'Aquin, et a récemment traduit en français (pour les Éditions Salvator) Défendre le marché libre : The Moral Case for a Free Economy du Père Robert Sirico de l'Acton Institute.

    Lire également : Norwegian bishop: Catholic life leads ‘to persecution to some degree in this fallen world’

  • « The Chosen », un succès cinématographique en marge d’Hollywood

    IMPRIMER

    De Jerónimo José Martín et José María Aresté* sur didoc.be (traduction française de Stéphane Seminckx :

    « The Chosen », un succès en marge d’Hollywood

    .

    The Chosen (Les Elus), une série originale sur la vie de Jésus, a été bien accueillie par un large secteur du public. En raison de son financement particulier, elle n’a été diffusée que par le biais d’une application pour appareils mobiles et sur le site web du projet.

    Cette production d’Angel Studios sur Jésus de Nazareth et ses premiers disciples a atteint 420 millions de vues en ligne au cours de ses deux premières saisons, avec des téléspectateurs en provenance de 140 pays et parlant 56 langues. Le tout a été entièrement financé par une audacieuse opération de crowdfunding (micro-mécénat), ce qui a permis aux producteurs une grande indépendance créative. Et c’est ainsi qu’ils veulent continuer jusqu’à compléter les 7 saisons prévues, avec un total de plus de 50 épisodes.

    « Rompre les schémas traditionnels »

    « Lorsque vous tournez un film ou une série pour d’autres, vous devez suivre leurs règles. La règle d’or dans la Bible est différente de celle d’Hollywood, où celui qui a l’argent impose sa loi. Ici, nous imposons nos règles et, oui, nous rompons les schémas traditionnels ». C’est ce que nous a dit Dallas Jenkins, créateur, réalisateur et coscénariste de The Chosen, lors du tournage de la troisième saison de la série l’été dernier au Texas. En 2000, alors qu’il avait 25 ans, ce chrétien évangélique, marié et père de quatre enfants, a créé une société de production, Jenkins Entertainment, avec sa mère, Dianna. Son premier film a été Hometown Legend de James Anderson, qui a été distribué par Warner Brothers.

    Jenkins a été membre de l’équipe de direction de la Harvest Bible Chapel, où il a occupé le poste de directeur exécutif de Vertical Church Media. Après avoir réalisé deux courts métrages, il a fait ses débuts dans le long métrage en 2006 avec Midnight Clear, basé sur une nouvelle écrite par son père, le romancier Jerri B. Jenkins, connu pour sa saga Left Behind, vendue à 60 millions d’exemplaires.

    En 2010, Jenkins a réalisé le film What If..., sur un homme d’affaires à qui un ange montre ce que sa vie aurait pu être s’il avait suivi l’appel de Dieu. Il a ensuite produit The Ride (2012) et Once We Were Slaves / The Two Thieves (2014). Et en 2017, il s’est associé à Blumhouse Productions et Warner Bros. Films pour produire et réaliser The Resurrection of Gavin Stone, une comédie dramatique chrétienne, qui a été son plus gros flop professionnel. Ensuite son chemin a croisé celui de la société de production VidAngel, devenue Angel Studios.

    Le côté humain de l’histoire

    « Je pense que The Chosen, nous a dit Jenkins, nous donne l’occasion d’approcher Jésus non seulement en tant que Dieu, mais aussi en tant qu’homme, et non seulement ses disciples, mais aussi ses ennemis. Nous les traitons aussi comme des êtres humains. Même si vous n’êtes pas croyant, vous pouvez apprécier la vérité historique de Jésus, de ses disciples et de son époque. Et tout cela dans un style très européen, filmé à la main, mais situé au 1er siècle. » Cette approche humanisante est, selon beaucoup, l’une des clés du succès de la série. « Voilà ce qu’il y avait de beau dans la façon de prêcher de Jésus », insiste Jenkins. « Il n’est pas venu sur terre en disant : "Voici la vérité". Il parlait en tête-à-tête avec les gens et partageait les choses qui comptaient pour eux. Nous voulions refléter cela. »

    Un autre point qui attire le public est le rôle si important attribué par la série à de nombreuses femmes : la Vierge Marie, Marie-Madeleine, la femme de Pierre, Tamar, la Samaritaine... « Nous savons que Jésus s’est révélé publiquement comme le Messie à une femme, la Samaritaine, au puits. Et nous savons qu’une autre femme, Marie-Madeleine, a été la première personne à qui il est apparu après sa résurrection. Il nous semble authentique, vrai et fidèle de montrer le grand rôle des femmes dans son ministère. Il a également traité les femmes d’une manière différente, pas de la manière dont la culture de l’époque les traitait. »

    L’approche particulière de The Chosen est complétée par des gags comiques percutants. « Le sens de l’humour joue un rôle important dans le spectacle et dans ma vie », déclare Jenkins. « Je pense que l’humour rend les gens plus humains. Lorsque vous voyez Jésus, les disciples ou les pharisiens faire quelque chose de drôle, la relation entre eux est plus réelle. Si je te provoque, c’est parce que je te fais confiance, parce que je sais que notre relation peut le supporter. Lorsque Jésus se moque de quelqu’un, qu’il plaisante avec lui ou qu’il lui fait un clin d’œil, le public se dit : "ça alors, ils étaient humains. Ça me plaît. J’interagis aussi de cette manière avec les gens". Et cela évoque automatiquement pour les gens qui regardent The Chosen l’idée suivante : "Oui, ce sont des histoires bibliques, mais ces gens étaient humains". Je pense que le fait de savoir que Jésus était humain et qu’il avait des amis avec lesquels il interagissait comme nous le faisons vous aide à l’aimer encore plus. »

    * Jerónimo José Martín et José María Aresté sont des critiques de cinéma. Source: https://www.aceprensa.com/cine-series/series/the-chosen-un-exito-al-margen-de-hollywood/. Ce texte a été traduit de l'espagnol par Stéphane Seminckx.

  • Club des Hommes en noir : que vont devenir les tradis ?

    IMPRIMER

    De l'Homme Nouveau sur youtube :

    Quelles sont les décisions des évêques de France vis-à-vis des fidèles traditionnalistes ? Ces derniers pourront-ils avoir accès aux sacrements dans l'ancienne forme ? L'analyse du Club des Hommes en noir avec cette semaine autour de Philippe Maxence, les abbés Barthe, Célier et Guelfucci et le docteur Philippe de Labriolle.

  • Le Club des Hommes en noir reçoit Mgr Schneider

    IMPRIMER

    Dans ce Club des Hommes en noir exceptionnel, Philippe Maxence reçoit Mgr Schneider à l’occasion de la sortie de son livre : La messe catholique (Contretemps). Pour s’entretenir avec lui : les abbés de Tanouärn et Laurans, le père Thomas et Jean-Pierre Maugendre:

  • Les confidences de Veerle Lodrigo, la gouvernante de Mgr Léonard

    IMPRIMER

    De Jan Antonisses sur Humo (22 novembre 2022) (extraits) :

    (...) Les dernières nouvelles n'étaient pas très bonnes. L'ancien archevêque André Léonard (82 ans), qui s'était retiré dans le sud de la France, avait été infecté par le corona. Il avait survécu à trois crises cardiaques. Il a été réanimé. Et à présent, il avait fait inscrire dans son testament qu'il ne voulait pas être enterré en Belgique. Seule sa gouvernante, Veerle Lodrigo (54 ans), représente encore le lien avec la mère patrie. "Je ne regrette pas de l'avoir suivi. Qui a un patron qui vous remercie pour tout ce que vous faites ?". (...)

    Veerle Lodrigo est une Gantoise qui a changé de carrière en 2010 : elle est passée de la tour de contrôle de Bruxelles Sud à l'archevêché de Malines. Elle a suivi André Léonard, qu'elle connaissait depuis un certain temps. (...)

    V. LODRIGO "Est-il conservateur ? (Soupir) Non, sinon il ne serait pas ouvert aux mouvements mariaux et au renouveau charismatique dans l'Église. Mais le blanc est blanc et le noir est noir. Le gris n'existe pas pour lui. ..." "Il était très diplomate en tant qu'archevêque. Mais quand il veut réaliser quelque chose, il va tout droit." (...)

    A. LÉONARD (dans un courriel) "Je ne regrette pas mes actions, notamment la manière dont j'ai réformé le séminaire de Namur. De ce fait, il est aujourd'hui le séminaire de la Belgique francophone. Avec la grâce de Dieu, j'y ai ordonné 90 prêtres pour le diocèse de Namur, et 20 pour l'archidiocèse de Malines-Bruxelles. Pour qu'un séminaire s'épanouisse, il doit être en parfaite harmonie avec les enseignements de l'Église catholique. Les jeunes ne s'engageront pour la vie et n'accompliront le vœu de célibat que si la théologie ainsi que la pratique pastorale sont conformes au magistère suprême. Je regrette la fermeté avec laquelle j'ai proclamé ma conviction : elle était parfois écrasante." (...)

    HUMO Jean-Paul II et Benoît XVI sont deux papes avec lesquels Léonard s'est bien entendu. En tant qu'archevêque, a-t-il bénéficié d'un soutien plus important à l'étranger que dans son pays ?

    LODRIGO "Assurément. Vous connaissez le dicton : un prophète n'est pas honoré chez lui. Monseigneur est toujours en contact avec Benoît XVI de temps en temps. L'homme a 95 ans mais il est encore très brillant. Attention, tout le monde en Belgique n'est pas anti-Léonard. Beaucoup de gens ont encore de l'affection pour lui. Je le vois quand je sors le courrier : la boîte aux lettres est bourrée." (...)

    HUMO Léonard, contrairement à ses prédécesseurs en tant qu'archevêque, n'a PAS été nommé cardinal par l'actuel pape François. C'était une déception ?

    LODRIGO "'Peut-être était-il préférable que je ne devienne pas cardinal', dit-il parfois. Sinon, je devrais constamment faire des allers-retours à Rome. En même temps, cela a dû l'attrister. Son successeur, Jozef De Kesel, est devenu cardinal. Et même Luc Van Looy, l'ancien évêque de Gand, a reçu le titre (puis l'a rendu, après des critiques sur son action laxiste dans des dossiers d'abus sexuels, ndlr). Qu'est-ce que Van Looy a accompli de plus que Léonard ?

    "Monseigneur a fait des choses merveilleuses. Il a toujours été très attentif aux personnes qui ont avorté. Chaque année, il célébrait une messe pour elles. (...)

    LÉONARD (dans un courriel) "Lorsque le pape François ne m'a pas créé cardinal, j'ai supposé qu'il donnait la priorité aux diocèses de la périphérie, où ils n'avaient jamais vu un cardinal de près. Cette hypothèse s'est avérée fausse. Mon successeur en tant qu'archevêque est devenu cardinal. L'hypothèse la plus probable est donc : mon style épiscopal ne correspond pas au profil souhaité par Rome. Cela a attristé de nombreux Belges. Je trouve moi-même la politique cardinalice étrange, mais franchement, elle me convient aussi. Que serais-je devenu si j'avais porté de la pourpre maintenant ? Un cardinal doit assister à des réunions significatives et inutiles à Rome plusieurs fois par an, tandis que moi, depuis que je me suis retiré en France, je mène une vie sacerdotale extraordinaire : je n'ai jamais confessé aussi souvent, accompagné autant de personnes, prêché des retraites, animé des sessions théologiques et philosophiques. Comme dirait Edith Piaf, 'Je ne regrette rien'." (...) (un passage sur la volonté de Mgr Léonard d'être enterré en France)

    HUMO L'archevêque devenu sous-pasteur. Du jamais vu. Ou bien s'agissait-il surtout d'un adieu à la Belgique, qui l'avait injustement traité ?

    LODRIGO "Après sa retraite, Monseigneur ne voulait plus réagir au moindre pet dans l'Eglise belge. Il n'avait plus envie de parler aux journalistes. Et : le site de pèlerinage marial de Notre-Dame-du-Laus l'a attiré." (...) (long passage sur les ennuis de santé du prélat et son refus de se laisser vacciner contre le corona (qu'il a contracté))

    LÉONARD (dans un courriel) "Depuis mes graves problèmes de santé, je pense souvent à la mort. Cette pensée m'aide à me repentir, à me détacher, à m'oublier. La mort me remplit d'une certaine crainte, mais aussi d'une grande confiance dans la miséricorde du Seigneur. J'essaie d'utiliser au mieux le temps qui m'est laissé pour explorer "les nouveaux cieux et la nouvelle terre" que le livre de l'Apocalypse nous fait désirer." (...)

  • Avortement, genre, euthanasie : quand des entreprises misent sur ce qu’elles croient être les nouvelles « valeurs »

    IMPRIMER

    De gènéthique magazine :

    « Tout est beauté » : une enseigne de mode fait la promotion de l’euthanasie

    21 novembre 2022

    Les entreprises se positionnent toujours plus sur les questions de société. Le dernier exemple se trouve au Québec.

    Simons, une enseigne de mode québecoise a proposé une campagne de communication peu ordinaire[1]. Dans une vidéo intitulée « Tout est beauté »[2] disponible sur son site internet, on peut écouter Jennyfer Hatch partager sa vision de la fin de vie. Cette britannique de 37 ans est décédée le 23 octobre après avoir eu recours à l’euthanasie.

    Atteinte du syndrome d’Ehlers Danlos, elle aurait voulu « “éveiller la conscience des gens” sur l’importance de mourir d’une “manière humaine” ». Le film a été rendu public le lendemain de sa mort.

    Des valeurs pour créer de la valeur ?

    « Je pense que le monde de l’entreprise a perdu quelque chose aujourd’hui : comprendre que les privilèges s’accompagnent de responsabilités et d’un engagement dans la communauté », déclare Peter Simons, le responsable de l’entreprise (cf. Faire du profit ou changer le monde ? Des entreprises choisissent les deux). Parmi les « valeurs » qu’elle entend promouvoir : la « compassion » [3].

    Peter Simons a rencontré Jennyfer dans le cadre du programme canadien d’« aide médicale à mourir », alors qu’il cherchait à réaliser « un film unique ». « Nous avons vraiment pensé – après tout ce que nous avons vécu ces deux dernières années et ce que tout le monde a vécu – qu’il serait peut-être plus pertinent de faire un projet moins orienté vers le commerce et plus axé sur l’inspiration et les valeurs qui nous sont chères », justifie-t-il.

    Des marques qui affirment défendre l’environnement ou l’avortement (cf. L’avortement pour faire marcher l’économie ?), des spots publicitaires qui mettent en scène des enfants prétendument transgenres (cf. Transgenre : « nous sommes devenus nous-mêmes le produit que nous devons conquérir »), et maintenant l’euthanasie : les entreprises misent sur ce qu’elles croient être les nouvelles « valeurs ». Au consommateur de faire son choix.

     

    [1] CBC, Why Quebec fashion retailer Simons is tackling medical aid in dying on its shopping website, Rachel Watts (09/11/2022)

    [2] « All is beauty »

    [3] https://www.simons.ca/imc/blog/spotlight/beauty-is-everywhere/

  • Stéphane Mercier sur Vimeo

    IMPRIMER

    2022_11_21_08_40_17_Greenshot.png

  • Etats-Unis : l'avortement n'a pas été le facteur décisif de l'élection

    IMPRIMER

    De NewsMax (John Gizzi) :

    L'avortement n'a pas nui aux candidats républicains

    13 November 2022

    Depuis le jour de l'élection, les médias affirment que les républicains ont obtenu de mauvais résultats parce que la Cour suprême a annulé le jugement Roe v. Wade.

    Si cette affirmation est portée par les partisans du droit à l'avortement ou par ceux qui préféreraient que le parti républicain se tienne à l'écart de cette question, les données montrent que cette affirmation n'est qu'un tissu de mensonges.

    Il est vrai que les démocrates ont fait une campagne acharnée en faveur du rétablissement de Roe v. Wade tout en affirmant à tort que la Cour suprême et les républicains interdisaient l'avortement. (Ils ne le faisaient pas.)

    Pourtant, course après course, l'avortement n'a pas été le facteur décisif de l'élection.

    Prenons, par exemple, les courses à New York, un État qui s'est longtemps présenté comme l'un des plus favorables à l'avortement de l'Union.

    Le candidat républicain pro-vie au poste de gouverneur de New York, Lee Zeldin, a recueilli le plus grand nombre de voix du GOP (Parti républicain) dans cet État depuis près de cinq décennies.

    En 2020, Trump avait perdu de 23 points face à Biden dans cet État.

    Alors que la gouverneure sortante démocrate Kathy Hochul a fait de l'avortement une question clé, Zeldin a comblé l'écart avec Trump de 18 points, passant à cinq points de la victoire.

    En fait, une vague rouge a déferlé sur l'État de New York, avec 10 républicains remportant des sièges au Congrès. Neuf d'entre eux sont pro-vie.

    Le GOP a également réalisé un gain net de trois sièges à la Chambre des représentants, y compris dans deux districts de la banlieue de New York où les démocrates ont dépassé les républicains.

    Nous avons entendu dire que les femmes de la banlieue votaient toutes contre le parti républicain cette année.

    Mais Mike Lawler, député pro-vie, a battu le démocrate sortant Sean Patrick Maloney. Maloney avait fait de l'avortement un enjeu majeur.

    Dans de nombreuses courses importantes aux États-Unis, les démocrates ont utilisé la carte de l'avortement sans succès.

    Pas moins de 12 gouverneurs républicains fortement pro-vie ont été élus et pas un seul n'a été défait, à savoir Kay Ivey de l'Alabama, Ron DeSantis de Floride, Brian Kemp de Géorgie, Brad Little de l'Idaho, Kim Reynolds de l'Iowa, Mike DeWine de l'Ohio, Kevin Stitt de l'Oklahoma, Henry McMaster de Caroline du Sud, Kristi Noem du Dakota du Nord, Bill Lee du Tennessee, Greg Abbott du Texas et Mark Gordon du Wyoming.

    Il convient de noter en particulier la réélection écrasante, à 59 % contre 41 %, du gouverneur pro-vie de Floride, DeSantis.

    En avril dernier, DeSantis a signé une loi restrictive sur l'avortement, interdisant toute procédure de ce type dans l'État après 15 semaines de gestation.

    Pendant ce temps, son adversaire bien financé, Charlie Crist, a fait du soutien de DeSantis à la loi un enjeu majeur de la campagne.

    Lors des dernières élections, la Floride avait une tendance bleue (démocrate). DeSantis n'avait fait qu'une bouchée en 2018 pour remporter le poste de gouverneur.

    Cette année, DeSantis a non seulement gagné avec une marge républicaine record, mais il a même remporté les bastions démocrates que sont les comtés de Miami-Dade et de Palm Beach.

    Si l'avortement était une question si déterminante, comment cela a-t-il pu se produire ?

    Et comment l'Ohio a-t-il pu se produire cette année ?

    L'Ohio a longtemps été un État baromètre, et pourtant le gouverneur républicain DeWine a été réélu cette année avec une énorme marge de 26 points.

    En 2019, DeWine avait signé une loi sur les battements de cœur, interdisant l'avortement après le premier signe d'activité cardiaque du fœtus.

    La victoire de DeWine a été reflétée par la réélection du procureur général Dave Yost, ainsi que par des majorités pro-vie à l'Assemblée législative de l'État et trois candidats pro-vie qui ont obtenu des sièges à la Cour suprême de l'État.

    Dans l'ensemble des États-Unis, les républicains n'ont clairement pas obtenu les résultats escomptés lors des élections de mi-mandat de 2022, en raison de facteurs tels que la médiocrité des candidats, le fait que les démocrates aient dépensé plus que leur part et le fait que l'économie soit encore forte et le chômage faible.

    Mais, course après course, l'avortement n'a pas été le thème gagnant que les démocrates et les grands médias prétendent.

  • Contraception : "Le changement est possible"; quand Paglia rouvre le front

    IMPRIMER

    De Luisella Scrosati sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Contraception : "Le changement est possible"; Paglia rouvre le front

    12-11-2022

    Changer la doctrine sur la contraception ? Pour Monseigneur Paglia "le jour viendra où le Pape le fera, il faut y penser". L'interview déconcertante du président du Président de l'Académie pontificale pour la Vie (APV) avec The Tablet qui revient sur les souhaits de la Civiltà Cattolica d'une encyclique qui surpasserait définitivement Humanae vitae. Dans un concentré de réponses pathétiques, les sondages et les dissidences sont confusément amalgamés, présentés comme de la doctrine. Et l'une d'elles invente même le néologisme de "pro-vie non idéologique". 

    Une encyclique du Pape viendra-t-elle bouleverser l'enseignement de l'Eglise sur la vie, notamment sur la contraception ? Le 2 juillet dernier, Jorge José Ferrer, professeur de théologie morale à l'Université catholique pontificale de Porto Rico, dans les colonnes de La Civiltà Cattolica, avait lancé l'idée, à la fin d'un long article saluant l'air de renouveau introduit par la publication du volume Éthique de la vie, par l'Académie pontificale pour la vie : "Il est légitime de se demander si le pape François nous livrera une nouvelle encyclique ou exhortation apostolique sur la bioéthique, qu'il pourrait peut-être intituler Gaudium vitae", puisque, avait rappelé Ferrer, Evangelium Vitae a vingt-cinq ans.

    Christopher Lamb, vaticaniste pour The Tablet, a dû particulièrement apprécier l'idée. C'est ainsi qu'il a organisé un tête-à-tête avec Mgr Vincenzo Paglia (APV), dont il rend compte, de manière assez pathétique, dans un article du 10 novembre. Pour être honnête, M. Lamb parle de "rumeurs croissantes" concernant un "nouveau document qui pourrait assouplir l'interdiction de la contraception artificielle par l'Église". Plus précisément, selon ces rumeurs, le pape, "qui a souligné à plusieurs reprises la primauté de la conscience formée et le rôle du discernement dans la prise de décision morale, pourrait faire évoluer la position selon laquelle les couples mariés ne peuvent en aucun cas recourir à la contraception artificielle".

    Son interlocuteur, interrogé, a toutefois répondu : "Je crois que le jour viendra où le pape François, ou le prochain pape, le fera". Mais qu'est-ce que je peux dire ? Il est certain que nous devons l'envisager". En substance, Lamb et Paglia préparent le terrain, suggérant déjà la ligne à suivre et même le titre de l'encyclique ; il n'apparaît pas clairement s'ils ont un commanditaire plus haut placé qu'eux, peut-être habillé en blanc. En fait, ce n'est pas un mystère que le pape François, face aux ouvertures du texte de base de l'APV, a défendu la liberté des théologiens de débattre à 360 degrés, parce qu'alors le Magistère décidera, oubliant ce détail que le Magistère, en ce qui concerne la contraception, l'insémination artificielle et la fin de vie, a déjà pris position.

    L'article de Lamb est plutôt banal : Paglia serait l'homme pacifique à l'esprit large qui veut être plus "pro-vie" plutôt que de simplement réaffirmer l'opposition traditionnelle de l'Église à l'avortement et à la contraception. D'autre part, il y a les méchants, ceux qui veulent "entraîner l'Église dans les guerres culturelles", comme certains évêques américains qui tentent "d'empêcher deux éminents politiciens catholiques" de recevoir la communion, ou comme ces obstinés qui prétendent que remettre en question l'enseignement d'Humanae Vitae sur la contraception reviendrait à "trafiquer l'enseignement irréformable de l'Église".

    Mais l'interlocuteur de Lamb est Paglia, l'impassible, pas du tout "contrarié par le débat agité qui a vu l'Académie fortement critiquée par une partie des médias catholiques", mais déterminé à atteindre son objectif. Écoutez, dit Mgr Paglia, ce qui est important aujourd'hui, c'est d'être vraiment "pro-vie d'une manière non idéologique" [...]. Nous sommes intéressés à battre en brèche - pour ainsi dire - les préjugés idéologiques qui contaminent la réflexion, qui contaminent l'opinion publique. Et ils empêchent une large participation à tous les niveaux". Soupe habituelle : être pour la vie signifie combattre les guerres, s'occuper de la faim dans le monde, de la hausse des suicides, de la peine de mort, des immigrants. Selon Paglia, l'axe doit être déplacé vers ces questions car, répète-t-il, le débat "sur l'avortement et l'euthanasie s'est idéologisé".

    La rencontre entre Paglia et Lamb a porté sur deux sujets très chauds. Le premier est la nomination de Mariana Mazzuccato en tant que membre de l'APV. Mgr Paglia ne voit aucun problème à cette nomination, puisque Mazzucato, selon lui, n'est pas réellement pro-avortement, mais pro-choix.  Le pouvoir des mots... En outre, la nomination d'un économiste serait justifiée par le fait que l'APV ne peut ignorer "les atteintes à la vie que constituent les inégalités". La question que Lamb aurait dû poser était facile : n'y avait-il pas un autre économiste préoccupé par les inégalités mais opposé à l'avortement ? Mais il est vrai aussi que Lamb n'était pas là pour saper Paglia, mais pour ouvrir la fenêtre d'Overton pour l'autorisation de la contraception.

    Et pour atteindre cet objectif, tout est permis. A commencer par Paglia, qui s'amuse à jeter de la poudre aux yeux et à brouiller les cartes ; d'abord, en effet, il fait l'éloge d'Humanae Vitae pour la parentalité responsable, puis il met en garde contre le risque d'appliquer l'encyclique "de manière strictement légaliste". Comme, par exemple, ceux qui ont recours aux "méthodes naturelles de contraception" pour ne pas avoir d'enfants ; ils "pourraient être très corrects dans l'application des méthodes naturelles" ; ils pourraient dire qu'ils "respectent la règle", mais trahissent la substance de l'enseignement de l'Église. Que quelqu'un lui explique que le recours aux périodes infertiles n'est pas contraceptif et que la question n'est pas de savoir si une chose est naturelle ou artificielle, mais de voir s'il s'agit d'un acte destiné à empêcher la procréation. Le coitus interruptus n'est pas artificiel, mais il est clairement contraceptif. Est-ce trop demander que de demander la démission d'un homme qui est à la tête de l'APV et qui ne connaît pas ces distinctions ? Ou, pire encore, fait-il délibérément semblant de ne pas les connaître ?

    Puis il évoque respectivement : l'oracle des sondages mondiaux qui, explique Lamb, montrent que la majorité écrasante des catholiques n'accepte pas que l'utilisation de contraceptifs soit moralement mauvaise ; Maurizio Chiodi, qui pontifie sur la possibilité d'une dissidence concernant l'enseignement de Humanae Vitae ; Benoît XVI, qui, dans les rêves agités de Lamb, aurait dit que "la contraception artificielle peut être utilisée lorsque l'intention n'est pas d'empêcher la conception mais d'arrêter la propagation d'une maladie mortelle". Sur ce dernier point, rappelons que la note d'éclaircissement de la Congrégation pour la doctrine de la foi avait clos le dossier : Benoît XVI n'avait en aucun cas ouvert la porte à la contraception dans certains cas, ni à la prostitution, ni au principe du moindre mal. Lamb ne peut pas l'ignorer, mais manifestement, certains saboteurs de la doctrine de l'Eglise ont particulièrement besoin de faire semblant de s'appuyer sur l'autorité de Benoît XVI : ils le détestent, mais ils ne peuvent pas se passer de lui.

    Même Saint John Henry Newman est appelé à la cause : son essai sur le développement de la doctrine est devenu le livre le plus cité (de manière détournée) par ceux qui, à supposer qu'ils l'aient lu, ne l'ont pas du tout compris, prenant pour du développement ce que Newman appelait en fait la corruption de la doctrine. (...)

    Paglia conclut l'entretien par un message d'amour et d'écoute : "Je dis à ceux qui s'opposent à la discussion de ces questions : je pense qu'il y a un profond problème de fidélité à l'Esprit. Et c'est qu'il s'agit d'une pathologie, d'une foi malade. Une foi dans la lettre et non dans l'Esprit. Je dirais que cela risque de "bloquer l'Esprit". Pas moins. En tout cas, Paglia, l'homme pacifique aux vues larges, invite les opposants " malades " à débattre, mais sans " tomber dans la tentation d'être le Magistère ". Nous l'invitons donc à une interview avec La Bussola, avant la sortie de Gaudium vitae. Seulement il n'y aura pas de Mr Lamb à ses côtés.

  • RDC : Avec « L’Empire du silence », deux soirées pour dénoncer l’impunité autour du martyre du peuple congolais

    IMPRIMER

    Lu dans la « Libre Afrique » :

    Empire-du-silence-foule-690x450.jpg

    « Le dernier film du cinéaste belge Thierry Michel est au cœur de deux soirées spéciales : l’une ce mercredi à 20h25 sur La Une RTBF et l’autre, le 14 novembre à Bozar (Bruxelles).

    Ni repos, ni répit. Depuis près de 25 ans, des hordes de belligérants s’abattent par vagues successives sur le territoire congolais. Dans l’Est de la RDC particulièrement, la population est soumise à une insécurité permanente. Ce martyre silencieux est au cœur du dernier film de Thierry Michel.

    En trente ans de voyage au Congo, le cinéaste a accumulé une somme de témoignages, d’images d’archives et d’analyses sur le pays-continent dont le destin fut longtemps lié à la Belgique. Dans L’Empire du silence, le réalisateur belge dénonce le chaos en cours au Congo et l’insoutenable impunité de ses auteurs. Depuis plus de vingt ans, les effets dévastateurs de la guerre s’y sont étendus sans que jamais ses instigateurs nationaux et internationaux ne soient inquiétés. C’est contre cette impunité que s’érige le film relayant notamment la voix du prix Nobel de la paix congolais, le Dr Denis Mukwege.

    Le Congo face à l’appétit du Rwanda et de l’Ouganda

    La première vertu de L’Empire du silence*** est sa formidable clarté. Même un public néophyte, qui ne connaîtrait rien des méandres de l’histoire congolaise, y retrouvera son chemin. De 1990 à nos jours, le cinéaste retrace le tragique destin d’une population soumise aux exactions sans fin des innombrables factions rebelles et troupes en présence depuis plus de vingt ans sur son territoire. Singulièrement depuis 1994 et le déclenchement du génocide des Tutsis dans le Rwanda voisin, entraînant l’exode de centaines de milliers de Hutus rwandais sur les terres congolaises.

    Le cinéaste croise les témoignages d’officiels de nationalités multiples ayant œuvré au sein des Nations Unies et du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR), mais aussi de civils et témoins (journalistes et responsables de la Croix Rouge congolais) pris en étau dans les territoires de l’Est du Congo convoités pour leur incroyable richesse géologique. Il met ainsi en lumière les mécanismes prédateurs qui maintiennent la population dans la terreur et ont permis à d’anciens chefs de guerre de se frayer un chemin jusqu’aux postes les plus élevés de l’armée régulière congolaise. Car si les troupes étrangères, principalement rwandaises et ougandaises, sont responsables d’attaques, pillages et actes de barbarie par milliers sur le territoire de la RDC, les troupes gouvernementales et groupes armés congolais ont également commis d’innombrables crimes de guerre en Ituri, dans le Kivu et au Kasaï.

    Le film cite souvent le rapport Mapping, réalisé en 2010, documentant plus de 600 violations, les plus graves, des droits de l’Homme et du droit international commises en RDC entre mars 1993 et juin 2003. Un rapport qui, à ce jour, est toujours « resté enfoui dans un tiroir » de l’Onu.

    Parcours de cinéma, de Charleroi à Kinshasa

    Thierry Michel connaît bien le pays pour l’avoir arpenté en long et en large depuis Le Cycle du serpent (1992) en passant par Mobutu Roi du Zaïre (1999) jusqu’à son avant-dernier film sur le Docteur Denis Mukwege rebaptisé L’homme qui répare les femmes (2015). C’est dans le sillage du combat du célèbre médecin et prix Nobel de la paix 2018 que s’inscrit L’Empire du Silence***.

    Ce onzième film, réalisé au Congo par Thierry Michel, prend la forme d’un plaidoyer en faveur de la justice transitionnelle afin que soient jugés les responsables de crimes de guerre et reconnu le droit des victimes. Il pointe le silence international, l’inaction des autorités congolaises et la complicité de nombreuses compagnies étrangères exploitant les précieux minerais congolais. Après sa présentation dans divers festivals et au cours d’une tournée au Congo organisée fin août – début septembre à Kinshasa, Bukavu, Goma et Kisangani, le film sera visible ce mercredi à 20h25 sur La Une. Sa diffusion sera suivie d’un débat à 22h15. Dans la foulée (23h25), on pourra également revoir un autre film de Thierry Michel, Enfants du hasard, tourné dans sa région natale.

    Cette soirée préfigure la participation du cinéaste aux Grandes conférences catholiques le 14 novembre à Bozar. Soirée au cours de laquelle sera retracé son parcours, de Charleroi à Kinshasa, en passant par le Brésil et l’Iran.

    Karin Tshidimba »

    Ref. RDC : Avec « L’Empire du silence », deux soirées pour dénoncer l’impunité autour du martyre du peuple congolais

    ...Dans une éternelle série na balokuta, de poker menteurs : nationale, transfrontalière et internationale, entretenant  un imbroglio dont on n’aperçoit hélàs pas la fin (JPSC).

  • Quand François dévoile le fond de sa pensée sur l'Ukraine et d'autres choses

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, en traduction française sur Diakonos.be :

    Sur l’Ukraine et le reste. Quand François dévoile le fond de sa pensée

    Dimanche 2 octobre, pendant l’Angélus, le Pape François a fait un saut de qualité en parlant de la guerre en Ukraine, par rapport à tout ce qu’il avait déjà dit auparavant.

    Il l’a décrite comme étant totalement et uniquement une agression de la part de la Russie, en appelant ses atrocités par leur nom. Il n’a pas eu un seul mot de critique sur la résistance armée de l’Ukraine. Mais surtout, il a demandé « avant tout au président de la Fédération de Russie » un cessez-le-feu et le lancement de négociations ouvertes « des propositions de paix sérieuses », consistant en « des solutions non pas imposées par la force mais concertées, justes et stables », dans le respect de « la valeur de la vie humaine », de la « souveraineté et de l’intégrité territoriale » et des « droits des minorités ».

    Et cette fois, le Pape s’est abstenu de parler de la thèse qui affirme qu’il s’agirait en réalité d’une guerre par procuration provoquée et combattue par l’Occident contre la Russie, contrairement à ce qu’il avait soutenu lors de ses interventions précédentes.

    Mais jusqu’à quel point le Pape François a-t-il changé son avis personnel sur la guerre en Ukraine, un avis cette fois certainement recadré par la Secrétairerie d’État, par rapport à ce qu’il a dit à de nombreuses occasions quand il parlait à bâtons rompus, sans les précautions de la diplomatie ?

    Depuis des années, il y semble surtout il y avoir deux occasions auxquelles le Pape François dit ce qu’il pense en toute liberté : les conférences de presse sur les vols de retour de ses voyages internationaux et les entretiens avec les jésuites des différentes nations qu’il va visiter.

    En ce qui concerne les conférences de presse en avion, les transcriptions intégrales se trouvent dans les actes officiels du Saint-Siège. Et en ce qui concerne la transcription et la publication des entretiens avec les jésuites, c’est à chaque fois « La Civilità Cattolica » qui s’en charge.

    Ce qui va suivre est une anthologie de certaines des choses que François a dites lors des entretiens avec ses confrères de la Compagnie de Jésus, de 2019 à nos jours, en ordre chronologique à partir des plus récentes.

    Toutes ses déclarations sont les siennes, sans filtre. Elles sont les plus révélatrices du fond de sa pensée.

    *

    Nour-Sultan, Kazakhstan, le 15 septembre 2022, avec les jésuites de Russie, de Biélorussie et du Kirghizistan (photo)

    Sur les responsabilités de l’Occident dans la guerre en Ukraine :

    « Il y a une guerre en cours, et je pense que c’est une erreur de penser que c’est un film de cow-boys où il y a des bons et des méchants. Et c’est aussi une erreur de penser qu’il s’agit d’une guerre entre la Russie et l’Ukraine et que c’est tout. Non : c’est une guerre mondiale. Ici, la victime de ce conflit est l’Ukraine. Je vais expliquer pourquoi cette guerre n’a pas été évitée. La guerre est comme un mariage, dans un certain sens. Pour comprendre, il faut étudier la dynamique qui a développé le conflit. Des facteurs internationaux ont contribué à provoquer la guerre. J’ai déjà mentionné qu’un chef d’État, en décembre de l’année dernière, est venu me dire qu’il était très inquiet parce que l’OTAN était allée aboyer aux portes de la Russie sans comprendre que les Russes sont impériaux et craignent l’insécurité aux frontières. Il craint que cela ne provoque une guerre ; et elle a éclaté deux mois plus tard. On ne peut donc pas raisonner de manière simpliste sur les causes du conflit. Je vois des impérialismes en conflit. Et, lorsqu’ils se sentent menacés et en déclin, les impérialismes réagissent en pensant que la solution est de déclencher une guerre pour se rattraper, et aussi de vendre et de tester des armes ».

    *

    Lire la suite

  • Lever le silence sur les dérives au sein des communautés bouddhistes

    IMPRIMER

    De France Inter :

    L'émission sur Arte :

    Abus sexuels, manipulations mentales et détournements de fonds : le bouddhisme tibétain est secoué par de graves scandales. Un récit fouillé qui lève le voile sur les dessous peu spirituels d’une religion vénérée en Europe.  

    Il s’appelle Ricardo Mendes et, très jeune, il a vécu l’enfer dans une communauté bouddhiste à Castellane, loin de l’idéal de sagesse prônée par son fondateur, Robert Spatz. Désormais en quête de justice et s’étant constitué partie civile dans un procès, Ricardo raconte comment le lama belge incitait ses disciples à lui abandonner leur progéniture, lui laissant le champ libre. Sévices corporels, privations de nourriture et de liberté ou viols subis par les filles furent le lot quotidien d’enfants sans protection. Ces abus ne relèvent pourtant pas de l’exception : depuis que le bouddhisme tibétain s'est imposé comme un phénomène de mode dans les années 1960, notamment en Europe, les scandales sexuels et financiers se multiplient, tandis que ses maîtres en exil prospèrent. Icône internationale, le dalaï-lama a lui-même longtemps couvert les agissements secrets de ceux qui servaient l’expansion de sa religion : avec une économie fondée sur la charité, celle-ci doit éviter les affaires trop tapageuses...

    Le lama Sogyal Rinpoché, à la tête d’un empire après la publication de son best-seller Le livre tibétain de la vie et de la mort, finit pourtant par être dénoncé par de nombreuses victimes pour son goût immodéré du luxe, son autoritarisme violent et ses dérives sexuelles. Il symbolise ainsi ce que le dalaï-lama nomme du bout des lèvres "les problèmes éthiques"... Dans les arrière-salles des monastères "Les gens prennent le charisme pour une qualité spirituelle."

    Grâce à ses révélations et à la qualité de ses intervenants, ce documentaire édifiant contribue à dessiller le regard occidental "fleur bleue" sur l’exotique bouddhisme tibétain. Il rappelle notamment que cette religion requiert une dévotion totale de l'élève, lequel doit certifier à son maître de garder le secret sur les initiations auxquelles il doit se soumettre : un terreau idéal pour couvrir d’une chape de silence les abus de toute nature.

    Les recherches menées par la journaliste Élodie Emery et le documentariste Wandrille Lanos affinent la perception de cette spiritualité qui se pare de tant de vertus, dont la pauvreté. Car le bouddhisme, véritable multinationale, se déploie avec ses têtes de gondole, ses produits dérivés (dont la méditation), ses filiales (les centres bouddhistes pour public aisé), ses stratégies de communication et agences spécialisées dans la gestion de crise. Fort de nombreux témoignages, dont des chercheurs et des adeptes abusé(e)s qui racontent l’envers du décor, ce récit fouillé lève le voile sur les impostures du bouddhisme, si prisé en Occident pour... sa quête de la paix intérieure.

    Documentaire d'Elodie Emery et Wandrille Lanos (France, 2022, 1h30mn) disponible jusqu'au 13/10/2022