Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Justice

  • Olobi nini : « demokarasi azali mobali soko mwasi ? ». De 1960 à 2021, un concept toujours pas tiré au clair en RDC…

    IMPRIMER

    Décidément, Kinshasa et le pouvoir en République "démocratique" du Congo semblent retrouver certains des mauvais réflexes qui étaient de mise sous l’ancien régime tant décrié. Un commentaire d’Hubert Leclercq sur le site web de la "Libre Afrique" :

    « Ce mercredi 15 septembre 2021, une manifestation qui se voulait pacifiste emmenée par des partis politiques, des représentants de la société civile et des mouvements citoyens a été violemment prise à partie par les forces de l’ordre avant même de s’élancer.

    Une attitude déjà condamnée par le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme en République démocratique du Congo (BCNUDH) MONUSCO-HCDH. En marge de ses violences, les policiers s’en sont également pris  à des journalistes qui faisaient leur travail, notamment Patient Ligodi, correspondant pour RFI et responsable du site d’informations Actualite.cd.

    Le journaliste, comme on peut le voir sur certaines vidéos sur les réseaux sociaux, a été tabassé par les policiers.

    Décidément, le pouvoir en place, accueilli comme une délivrance, comme la transition « démocratique » tant attendue en RDC, poussé dans le dos par une certaine communauté internationale prompte à oublier les « manquements démocratiques » du scrutin qui l’ont amené à la tête de l’Etat, commence à montrer un autre visage. Celui d’un pouvoir qui dérive déjà dangereusement, n’hésitant pas à molester et séquestrer les journalistes un peu trop critiques, comme ce fut le cas la semaine dernière avec la journaliste Tatiana Ossango et son collègue Michael Mika Ndeke. Les deux ont été arrêtés et séquestrés pendant une semaine dans les cachots de l’ANR, le service de renseignement, sans qu’aucune charge ne leur soit imputée, sans avoir accès à leurs avocats. Ils ont finalement été libérés en début de semaine.

    Dans le cas de Patient Ligodi, ce mercredi, il s’agirait d’une « bavure » !  Tatiana Ossango, elle, dans une conférence de presse surréaliste (digne des régimes dictatoriaux) a dû expliquer qu’elle avait été bien traitée, que les agents de l’ANR qui l’ont kidnappée en pleine rue alors qu’elle revenait paisiblement du marché avec sa fille de 4 ans, avant de la séquestrer pendant 12 jours,  s’étaient comportés comme de vrais parents !

    Mais les faits sont éloquents. Des journalistes qui faisaient simplement leur travail ont été arrêtés et/ou violentés. Les faits sont têtus. Et ces dérives sont des signes très inquiétants dans cette République que l’on voudrait vraiment démocratique du Congo.

    Ref. RDC : Les journalistes ciblés !

    JPSC

  • Revirement historique au Mexique : la Cour suprême annule la législation sur le droit à la vie

    IMPRIMER

    De Matthew Cullinan Hoffman sur le Catholic World Report :

    La Cour suprême mexicaine annule la législation sur le droit à la vie dans un revirement historique

    La décision reflète une tendance à long terme d'agendas idéologiques imposés par les tribunaux, auxquels s'oppose la majorité des Mexicains.

    8 septembre 2021

    Alors que les Mexicains priaient et protestaient à l'extérieur, la Cour suprême du Mexique a voté hier pour annuler les lois des États qui protègent la vie des enfants à naître dès le moment de la conception, éliminant de fait toutes les sanctions pénales pour l'avortement au cours du premier trimestre de la grossesse, faisant du Mexique le plus grand pays d'Amérique latine à ce jour à légaliser l'avortement sur demande.

    Le décret du tribunal représente un revirement profond et surprenant par rapport aux décisions répétées affirmant le droit des États à légiférer sur l'avortement, et va à l'encontre des sentiments majoritairement pro-vie du public mexicain.

    Dans l'arrêt d'hier, dix ministres de la Cour suprême ont accepté d'annuler deux paragraphes cruciaux du code pénal de l'État mexicain de Coahuila : l'article 196, qui prévoit entre un et trois ans d'emprisonnement pour la femme qui demande un avortement et la personne qui le pratique, et l'article 198, qui ajoute jusqu'à six ans de suspension de l'exercice de la médecine pour les médecins ou les infirmières impliqués dans un avortement.

    La décision est considérée comme applicable à toutes les lois de nature similaire et devrait entraîner leur annulation dans des affaires futures.

    On ne sait pas encore si la Cour éliminera le droit des prestataires de soins de santé de ne pas pratiquer d'avortement pour des raisons de conscience, une question qui est également devant la Cour.

    L'avortement comme un "droit"

    Le président du tribunal, Arturo Zaldívar, a clairement indiqué qu'il considérait cet arrêt comme une consécration du "droit" des femmes à se faire avorter dans le pays.

    "Il s'agit d'un message que nous voulons envoyer. Il s'agit de la Constitution", a déclaré M. Zaldívar aux ministres réunis au sein du tribunal.

    Affirmant que l'avortement est un "droit constitutionnel, un droit fondamental, un droit de l'homme" - une affirmation qui est vigoureusement contestée au sein du système juridique mexicain depuis des décennies - Zaldivar a conclu que la Cour ne pouvait pas permettre qu'il soit poursuivi comme un crime.

    Il a également reproché à la loi de Coahuila de "stigmatiser les femmes et les gestatrices", un langage qui, pour les analystes, semble être un clin d'œil explicite aux idéologues du genre qui souhaitent inclure les "hommes" parmi ceux qui peuvent être enceintes. Au moins un autre ministre de la Cour a également utilisé le mot "gestatrice" ("gestante") en référence à l'arrêt.

    Bien que l'arrêt ne concerne directement que certaines lois du code de l'État de Coahuila, les principes qu'il cite sont considérés comme applicables à toutes les lois des États pénalisant l'avortement dans le pays.

    Si la décision n'est pas annulée, les analystes pensent qu'elle conduira à des procès qui annuleront même les nombreux amendements constitutionnels adoptés ces dernières années pour protéger les enfants à naître, établissant l'avortement à la demande dans tout le pays, au moins pendant le premier trimestre de la grossesse. L'effet sera d'instituer l'équivalent de la loi sur l'avortement de Mexico, qui a entraîné la mort de centaines de milliers d'enfants à naître depuis son adoption en 2006.

    Lire la suite

  • Procès Becciu : le pape, seul juge suprême aux commandes ?

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, en traduction française sur Diakonos.be :

    Procès Becciu. Triomphe ou défaite des pouvoirs absolus du Pape ?

    Parmi le chapelet d’énormités proférées par le Pape François dans sa dernière interview avec Cope – dont la plus colossale n’est pas tant d’avoir attribué à Angela Merkel une phrase qui est en fait de Vladimir Poutine, mais bien le principe illibéral exprimé dans la citation elle-même et qu’un Pape François enthousiaste a fait sienne, en vertu de laquelle il ne faut même pas essayer de « construire la démocratie » là où elle n’est pas – on trouve notamment l’invention d’une nouvelle figure juridique : la « manière affective de la présomption d’innocence ».

    Le malheureux sur lequel le Pape François l’a appliqué, c’est le cardinal Giovanni Angelo Becciu (photo), 73 ans, qui comparaît avec neuf autres inculpés dans un procès dont la seconde audience a été fixée ce 5 octobre au Vatican, concernant principalement l’achat somptuaire et désastreux d’un immeuble de luxe à Londres par la Secrétairerie d’État.

    Le cardinal Becciu est accusé de détournement de fonds, d’abus de pouvoir et d’incitation à faux témoignage. Mais le 24 septembre 2020, plus de neuf mois avant que ces chefs d’accusations ne soient formulés et ne conduisent au renvoi du cardinal devant les tribunaux, le Pape l’avait déjà personnellement jugé et condamné, déposé de ses fonctions, dépouillé de ses « droits » de cardinal, exposé à l’opprobre publique, le tout sans lui laisser la moindre chance de se défendre et sans un mot pour expliquer les raisons d’une telle dégradation publique. Et pourtant, malgré cela, dans l’interview à Cope, François a osé affirmer : « j’espère de tout mon cœur qu’il est innocent », parce que « c’est une personne que j’estime, il a été l’un de mes collaborateurs et il m’a beaucoup aidé » ; bref, le Pape a déclaré éprouver pour Becciu « une manière affective de la présomption d’innocence ».

    Déjà avant François, tous les papes concentraient en leur personne, sans pouvoir être jugé par personne, les trois pouvoir législatifs, exécutifs et judiciaires qui sont rigoureusement séparés dans toute démocratie moderne. Mais les derniers papes n’ont utilisé ce pouvoir qu’avec une modération extrême. Ce n’est qu’avec l’arrivée de Jorge Mario Bergoglio que cet absolutisme monarchique allait être exercé habituellement et apparaître au grand jour dans toutes ses contradictions. « L’État c’est moi ! », pourrait dire aujourd’hui le Pape Bergoglio, comme le Roi-Soleil au XVIIe siècle. Le procès du cardinal Becciu et des neufs autres inculpés en est la preuve flagrante.

    Settimo Cielo a déjà passé en revue les incidents judiciaires qui ont émaillé les différentes étapes préparatoires du procès qui est sur le point de s’ouvrir au Vatican. Le plus retentissant aura été la relaxe par un tribunal de Londres en 2021 d’un financier, Gianluigi Torzi, auquel il était reproché d’avoir extorqué au Vatican 15 millions d’euros alors que, selon les juges londoniens, il n’aurait fait que percevoir son « salaire », et qui plus est avec la bénédiction du Pape :

    > La justice du Vatican, ou la saga des déboires judiciaires

    Mais à présent que le procès s’apprête à entrer dans le vif du sujet, on s’aperçoit qu’il ne s’agit pas d’un simple incident de parcours. Le mal est à la racine, il est ancré au cœur même du système judiciaire du Vatican, qui est dépourvu de tous les organes constitutifs d’un État de droit moderne, comme l’a notamment dénoncé un important quotidien allemand qu’on ne pourra accuser de prendre parti pour l’un ou l’autre camp ecclésiastique, le « Frankfurter Allgemeine Zeitung », dans un éditorial du 24 août de son spécialiste politique, Thomas Jansen, que l’on peut également consulter en version anglaise :

    > Ein Prozess in einen absolutistischen Staat

    Dans son interview avec Cope, le Pape François a même été jusqu’à dire que la plainte qui a déclenché le procès avait été prise en compte parce que lui-même, le pape, avait « apposé sa signature » en-dessous de celles des dénonciateurs, ordonnant de fait aux magistrats du Vatican de procéder aux perquisitions et aux arrestations.

    Mais tout cela n’est rien par rapport à ce qui s’est passé ensuite. La défense des inculpés reproche à François d’être intervenu au cours de l’enquête – après que les délits présumés aient été commis – avec pas moins de quatre décrets qui ont changé les règles de procédure judiciaire, au gré de ses désirs du moment. L’un de ces décrets autorisait les juges d’instruction à procéder à des perquisitions et à des arrestations « même en dérogeant aux règles en vigueur, si nécessaire ». Une autre ordonnait de soumettre à un procès ordinaire les cardinaux aussi – alors qu’ils relevaient jusque là de la compétence exclusive du tribunal suprême de la Signature apostolique -, exposant ainsi non seulement le cardinal Becciu mais également, si quelqu’un devait le mettre en cause, le cardinal secrétaire d’État, Pietro Parolin.

    Gian Pier Milano, l’un des deux promoteurs de justice de ce procès, a répliqué que les décrets contestés sont en réalité « la plus haute expression du pouvoir papal » et qu’il n’est pas vrai que le Vatican n’est pas un État de droit pour autant.

    Mais surtout, M. Milano et son collègue Alessandro Diddi agissent avec la certitude d’avoir le tout-puissant Pape François de leur côté, vu le zèle sans précédent avec lequel ils ont rejeté en août dernier l’ordre du président du tribunal du Vatican, Giuseppe Pignatone, de remettre à la défense des inculpés l’enregistrement de la déposition de leur principal accusateur, Mgr Alberto Perlasca, ancien chef de la section administrative de la Secrétairerie d’État de 2009 à 2019, licencié de ses fonctions mais qui s’était tout de suite mis à table avec les enquêteurs, ce qui lui permis de ne pas finir aussi sur le banc des accusés.

    Certains rappellent à juste titre que le différend entre Pignatone et Diddi remonte au spectaculaire procès de « mafia capitale » qui s’était tenu à Rome il y a quelques années, et où le premier tenait le rôle de l’accusation en tant que procureur en chef tandis que le second était avocat de la défense de l’un des principaux accusés, une affaire qui s’était conclue par un jugement puis une sentence de la Cour de cassation italienne qui avait exclu de la condamnation la circonstance aggravante d’association mafieuse.

    Mais à présent, au Vatican, la question est plus importante. Le refus opposé par les promoteurs de justice à un ordre du président de leur propre tribunal constitue une autre preuve qu’en réalité, il n’y a qu’un seul juge suprême qui commande, au mépris de toute règle de droit : le Pape.

    Vu la manière dont les choses se présentent, et puisque les dix inculpés sont tous des citoyens italiens ou suisses, on peut se demande si l’Italie et la Suisse accepteront d’exécuter d’éventuelles condamnations à des peines de prison de l’un ou l’autre d’entre eux, ou s’ils refuseront en revanche de le faire, étant donné les lacunes de système judiciaire pontifical en matière de respect de l’habeas corpus, c’est-à-dire du principe élémentaire qui garantit la liberté et l’inviolabilité de l’accusé.

    En fin de compte, ce procès menace de battre en brèche ce mythe populiste qui voit en François un chevalier blanc, toujours du côté du « pueblo santo y fiel de Dios », qui serait occupé à faire le nettoyage et à remettre de l’ordre dans cette institution corrompue que serait la Curie romaine. En effet, qu’est-ce qu’un inculpé tel que le cardinal Becciu pourra dire pour sa défense, sinon que le Pape savait, approuvait, et qu’il était informé à chaque instant de toutes les démarches effectuées par ses subalternes ?

  • Ne tuez pas, ne tuez plus les prêtres !

    IMPRIMER

    Rédigé par Philippe Maxence le 20 août 2021 pour l’éditorial du bimensuel « l’Homme Nouveau » :

    séminaristes.jpg

    L’assassinat d’un homme est toujours une tragédie. La mort violente d’un prêtre apparaît, elle, toujours comme une double catastrophe : humaine et spirituelle.

    Non contente d’enlever la vie à un être humain, elle prive l’Église d’un ouvrier pour la moisson, même si nous ne devons pas oublier que pour porter du fruit, il est nécessaire que le grain meure.

    Terrible paradoxe de l’Évangile qui s’est appliqué à tant de prêtres depuis le début du christianisme et qui s’est renouvelé plus récemment pour le Père Hamel (2016) et le 9 août dernier pour le Père Olivier Maire, supérieur provincial des montfortains. Tué par l’immigré qu’il hébergeait, ce prêtre a été fidèle à l’idée qu’il se faisait de la charité.

    Bien commun et confusion mentale

    Beaucoup ont mis en cause le principe même de cet accueil parce que, en situation illégale, l’assassin avait fait l’objet de plusieurs avis d’expulsion et qu’il devait être jugé pour l’incendie de la cathédrale de Nantes. S’il apparaît logique qu’un acte criminel qui s’est déroulé en France soit jugé selon les lois françaises, il semble moins normal que le suspect, atteint de défaillances psychologiques, se promène en liberté et ne trouve de refuge qu’auprès de la charité d’un prêtre. La faillite ne se trouve donc pas d’abord du côté de ce dernier, mais de l’État et de la justice, empêtrés à la fois dans l’idéologie et dans des textes juridiques contradictoires. Plus profondément, ce fait tragique oblige à s’interroger à nouveau sur notre conception de la politique. Celle-ci vise-t-elle le bien commun ou se limite-t-elle à permettre à chaque individu d’agir à sa guise ?

    Les différentes politiques migratoires de ces dernières décennies vont malheureusement dans ce dernier sens, en traduisant au plan judiciaire l’absolutisation des droits de l’individu. À force d’ignorer la primauté du bien commun (1), un prêtre a été assassiné, tué vraisemblablement dans un moment de folie. Il n’est pas mort seulement des coups mortels à la tête portés par son agresseur, ni encore de la défaillance pratique de l’État et de la justice. Il est mort aussi de la confusion mentale, fruit de philosophies qui ne sont, hélas, pas seulement mortifères intellectuellement, moralement et spirituellement.

    Il existe malheureusement d’autres manières de tuer des prêtres : l’étouffement dans l’œuf des vocations sacerdotales qui ont besoin d’être entourées.

    On me permettra de dire mon inquiétude devant une des conséquences probables du motu proprio Traditionis Custodes remettant en cause Summorum Pontificum de Benoît XVI. En affirmant l’existence légale de la seule messe de Paul VI pour le rite latin, ce texte vise sans le dire mais directement les séminaires constitués sous Jean-Paul II et Benoît XVI pour former de futurs prêtres selon la tradition latine.

    Comme l’a très bien vu le Père Daniel-Ange dans un texte très émouvant et animé d’une charité véritable, ces lieux de formation donnent à l’Église un grand nombre de vocations qui ne cherchent ni le confort ni une carrière ecclésiastique mais sont animées le plus souvent d’un idéal surnaturel et d’un vrai zèle missionnaire.

    Lire la suite

  • Traditionis Custodes : le cri de détresse des supérieurs « tradis » aux évêques

    IMPRIMER

    motu_proprio_traditionis.jpg

    « Les supérieurs des communautés « Ecclesia Dei » ont adressé le 1er septembre une lettre aux évêques de France pour solliciter leur soutien « dans leur désir de paix et d’unité » après la publication du motu proprio Traditionis Custodes sur la messe tridentine. L’hebdomadaire « Famille Chrétienne » rend compte ici de cette démarche que les autorités ecclésiastiques, romaines ou autres, auraient tort de mésestimer.

    « Alors que cette rentrée devrait être marquée par des échanges dans plusieurs diocèses sur l’application du motu proprio Traditionis Custodes restreignant l’usage de la messe tridentine, les supérieurs généraux des principales communautés « Ecclesia Dei » ont pris les devants. Réunis le 31 août septembre à Courtalain, dans la maison générale de l’Institut du Bon Pasteur (Eure-et-Loir), ils ont adressé une lettre aux évêques de France que Famille Chrétienne retranscrit dans son intégralité. Cette lettre, qui a été remise aux représentants des évêques français mercredi 1er septembre, est co-signée par les supérieurs de douze de ces principaux instituts – neuf masculins, trois féminins.

    Une lettre « filiale et confiante »

    Il s’agit d’une lettre « filiale et confiante pour solliciter [l’] aide [des évêques] dans [notre] désir de paix et d’unité », a écrit sur Facebook la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre, publiant le 1er septembre une photo des membres présents à la réunion. Dans la lettre, les signataires réaffirment leur fidélité au Saint Père et leur « adhésion au magistère (y compris à celui de Vatican II et à ce qui suit) selon la doctrine catholique de l’assentiment qui lui est dû ». Si des fautes ont été commises, ils se disent « prêts, comme l’est tout chrétien, à demander pardon si quelques excès de langage ou de la défiance vis-à-vis de l’autorité ont pu s’introduire chez tel ou tel de nos membres. Nous sommes prêts à nous convertir si l’esprit de parti ou l’orgueil a pollué nos coeurs. »

    Les signataires appellent à un véritable dialogue, « humain, personnel, plein de confiance, loin des idéologies ou de la froideur des décrets administratifs », et demandent de pouvoir « rencontrer une personne qui sera pour nous le visage de la Maternité de l’Eglise. » Par cette phrase, ils font entendre qu’ils espèrent la nomination d’un médiateur entre Rome et les Instituts ‘’Ecclesia Dei’’, précise une source à Famille Chrétienne. Pour la France, la CEF avait nommé avant l’été et avant la parution du motu proprio, deux évêques responsables du dialogue avec les communautés « Ecclesia Dei », et une réunion avait été organisée le 14 juin.

    Une lettre qui traduit aussi une « grande souffrance »

    Appelant à l’unité et au dialogue, les Supérieurs des communautés ''Ecclesia Dei'' font aussi part de leur profond désarroi face aux mesures du motu proprio et à la dureté de la lettre qui l’accompagne. « Cet amour filial [qu’ils renouvellent explicitement au Saint-Père dès le début de la lettre, ndlr] se teinte aujourd’hui d’une grande souffrance. Nous nous sentons soupçonnés, mis en marge, bannis. Cependant, nous ne nous reconnaissons pas dans la description donnée par la Lettre d’accompagnement du motu proprio Traditionis custodes du 16 juillet 2021. » Répondant à l’un des reproches qui leur sont faits, ils assurent : « Nous ne nous considérons aucunement comme la « vraie Église ». Au contraire, nous voyons en l’Eglise catholique notre Mère en qui nous trouvons le salut et la foi ».

    Ils rappellent les promesses qui leur ont été faites par Rome à plusieurs reprises, et voudraient « pouvoir raconter » au médiateur qu’ils espèrent voir nommé « la souffrance, les drames, la tristesse de tant de fidèles laïcs du monde entier, mais aussi de prêtres, religieux, religieuses qui ont donné leur vie sur la parole des Papes Jean-Paul II et Benoît XVI », et à qui on avait « promis que ‘’ toutes les mesures seraient prises pour garantir l’identité de leurs Instituts dans la pleine communion de l’Église catholique [1]’’ ».

    Une ombre plane sur ces Instituts, alors que des rumeurs circulent sur des « visites apostoliques pour nos Instituts ». « Nous demandons des rencontres fraternelles où nous puissions expliquer qui nous sommes et les raisons de notre attachement à certaines formes liturgiques. Nous désirons avant tout un dialogue vraiment humain et miséricordieux : « Sois patient envers moi ! », supplient les signataires.

    Lire la suite

  • Le procès de George Pell : une "vendetta politique" à l'encontre du cardinal

    IMPRIMER

    De fsspX.news :

    Procès du cardinal Pell : « un coup monté qui a mal tourné »

    2 septembre 2021

    Le père Brennan est un jésuite qui ne pratique pas la langue de buis dans cette matière du droit qu’il affectionne, et dont il est un spécialiste reconnu en Australie. Professeur de droit et recteur du Collège Newman de l’Université de Melbourne, le père Frank Brennan revient sur le procès du cardinal George Pell, auquel il a assisté aux moments-clé.

    Dans un entretien exclusif accordé au Catholic Weekly – semaine religieuse de l’archidiocèse de Sydney – du 27 août 2021, le père Brennan met ouvertement en cause le travail de la police et des magistrats, dans l’affaire qui a mené en prison treize mois durant le cardinal George Pell, avant sa libération par une décision unanime de la Haute Cour d’Australie, en avril 2020.

    « Dès que le procès du cardinal a débuté, il ne faisait plus aucun doute qu’un grand nombre de personnes en Australie – que ce soit dans les médias ou dans la police de l’Etat de Victoria – cherchaient avant tout à trouver un bouc émissaire et une victime », déclare le jésuite qui a pu consulter l’intégralité des minutes du procès.

    Pire : pour le juriste, les systèmes de police et de justice de Victoria ont commis « une erreur grave à l’égard du cardinal George Pell », au point de « compromettre leur crédibilité », et de faire dégénérer le procès en « vendetta politique » à l’encontre du haut prélat.

    Le père Brennan n’a jamais été un fervent soutien du cardinal, il reconnaît volontiers un certain nombre de « divergences publiques » avec lui.

    Mais le jésuite s’est convaincu de son innocence lorsqu’il a vu le procureur Mark Gibson, « un homme honorable et un bon juriste » lutter en vain pour trouver les six minutes où l’infraction contre deux choristes après une grande messe solennelle dans la cathédrale Saint-Patrick, aurait pu se dérouler. Et encore, ce n’était là que l’un des nombreux dysfonctionnements dans toute cette affaire.

    Alors pourquoi tant d’acharnement contre un innocent ? Il faut, toujours selon le père Brennan, remonter à 1996, année de la nomination de Mgr Pell comme archevêque de Melbourne.

    Le prélat australien établit alors – à la demande de la police et de la justice de l’Etat de Victoria qui lui demandent de lutter plus efficacement contre les abus commis par des clercs – tout un ensemble de mesures connues sous le nom de Melbourne Response.

    Un dispositif critiqué d’emblée dans la presse et aussi dans les couloirs des palais de justice, car on estimait que le cardinal « n’avait pas apporté les changements nécessaires dans l’intérêt des enfants et de l’Eglise ».

    Le procès du haut prélat ne serait alors qu’un « coup monté ayant mal tourné », dont le but était surtout de porter un discrédit sur sa personne, et qui s’est, en définitive, retourné contre la police et l’institution judiciaire.

    Le professeur de droit a annoncé une analyse complète de ce procès, à paraître sur huit pages, dans le numéro du 5 septembre du Catholic Weekly.

    Depuis l’épilogue de cette triste saga, le jésuite reconnaît avoir noué une certaine amitié avec le cardinal : « je dirais que c’est un homme honorable, et après avoir appris à le connaître davantage, j’ai eu encore moins de doutes, s’il était possible, sur son innocence ».

    (Sources : The Tablet/Catholic Weekly – FSSPX.Actualités)

  • Pakistan : un enfant de huit ans accusé de blasphème

    IMPRIMER

    Du site de la Libre :

    Un garçon de 8 ans accusé de blasphème au Pakistan: "Il ne comprend pas pourquoi il a été gardé en prison pendant une semaine"

    Un crime qui est passible de la peine de mort dans ce pays à la population majoritairement musulmane.

     

    Il est accusé d'avoir intentionnellement uriné sur le tapis d'une madrasse (école coranique). Suite à quoi il a été placé la semaine dernière en détention préventive.

    "Il n'est même pas au courant de ces histoires de blasphème. Il ne comprend toujours pas quel était son crime et pourquoi il a été gardé en prison pendant une semaine", a déploré un parent de l'enfant.

    Celui-ci été finalement relâché après une semaine, pas de quoi se réjouir cependant pour lui et sa famille, victimes d'une attaque contre la communauté hindoue du Pendjab (Est du Pakistan). En effet, des musulmans ont voulu se venger en s'en prenant au temple hindou de la ville de Bhong : les statues ont été endommagées, la porte principale incendiée et sa route d'accès temporairement bloquée.

    Ce n'est pas la première fois que la loi sur le blasphème est utilisée de façon disproportionnée contre des minorités, indique le quotidien anglais. Depuis l'introduction de la peine de mort pour ce crime en 1986 aucune exécution n'a eu lieu, mais les suspects sont souvent attaqués et parfois tués par d'autre communautés.

    Le premier ministre Pakistanais, Imran Khan, a condamné cette attaque sur Twitter et a dit avoir demandé au chef la police provinciale d'agir. Des troupes paramilitaires ont été déployées pour calmer les agitations dans le quartier.

    Malgré cela, la famille se dit toujours très inquiète. "Nous avons quitté nos magasins et notre travail, toute la communauté a peur et nous craignons des réactions négatives. Nous ne voulons pas revenir dans cette région", a partagé cette même source dans famille du garçon au Guardian.

  • Assassinat d'un prêtre en France : douleur et incompréhension

    IMPRIMER

    De Xavier Le Normand et Héloïse de Neuville sur le site du journal la Croix :

    Meurtre d’un prêtre en Vendée : la « douleur » et l’« incompréhension » des catholiques

    L’homme qui avait incendié la cathédrale de Nantes l’an dernier s’est rendu à la gendarmerie, lundi 9 août, pour s’accuser du meurtre d’un prêtre. La victime est le père Olivier Maire, supérieur provincial des montfortains, communauté au sein duquel le suspect était hébergé depuis quelques semaines.

    « Tout mon soutien aux catholiques de notre pays après le dramatique assassinat d’un prêtre en Vendée. » Par un message publié sur le réseau social Twitter, le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé lundi 9 août ce nouveau drame qui touche l’Église catholique en France.

    Il a confirmé l’information publiée quelques minutes plus tôt sur le même réseau social par l’hebdomadaire Valeurs actuelles. La victime est le père Olivier Maire, supérieur provincial des missionnaires montfortains.

    Dès la révélation de l’information, les soupçons se sont dirigés vers Emmanuel Abayisenga, l’homme de nationalité rwandaise, également unique suspect dans le cadre de l’incendie de la cathédrale de Nantes le 18 juillet dernier. Celui-ci s’est en effet présenté à la gendarmerie pour s’accuser du meurtre. Dans un second message sur Twitter, le ministre de l’intérieur a implicitement confirmé cette information.

    Un homme en grande fragilité psychique

    Incarcéré après l’incendie nantais, Emmanuel Abayisenga avait été libéré sous contrôle judiciaire le 31 mai dernier, notamment après avoir été examiné par le service médico-psychologique régional (SMPR), le service psychiatrique pénitentiaire. Avant cette libération, une première demande avait été formulée et rejetée. Selon les informations de La Croix, il avait alors manifesté son dépit, pensant qu’il ne trouverait aucune communauté disposée à l’accueillir dans l’attente de son procès, au regard de son geste incendiaire contre une cathédrale.

    → NOTRE ENQUÊTE. Dans la tête de l’incendiaire de la cathédrale de Nantes

    Selon des informations de La Croix, Emmanuel Abayisenga, atteint de surdité et déjà fragile psychologiquement, avait été particulièrement ébranlé par sa période de détention. « Il a toujours l’air égaré, perdu, parlant d’une voix très faible, a ainsi confié une personne qui a pu l’approcher. Il est complètement désintégré. » De son côté, son avocat, Maître Quentin Chabert, confiait que son client était « très fragile psychologiquement et physiquement » et ressentait une culpabilité « importante » après l’incendie de Nantes.

    « Douleur » et « traumatisme » des catholiques

    Finalement, ce dernier avait donc pu sortir de prison à la toute fin du mois de mai notamment car les missionnaires montfortains – également connus sous le nom de compagnie de Marie – s’étaient déclarés disposés à l’accueillir dans leur communauté de Saint-Laurent-sur-Sèvre (Vendée), à une dizaine de kilomètres au sud de Cholet. La victime du meurtre n’est autre que le père Olivier Maire, supérieur provincial des montfortains. Le prêtre, âgé d’une soixantaine d’années, avait été réélu à cette charge en octobre 2017.

    → PORTRAIT. Le père Olivier Maire, « l’Évangile jusqu’au bout »

    Face à la nouvelle de la mort du père Olivier Maire, le président de la Conférence des évêques de France, Mgr Éric de Moulins-Beaufort a évoqué un « drame affreux », touchant un prêtre qui « aura vécu dans la suite du Christ jusqu’au bout, dans l’accueil inconditionnel de tous »« Je prie pour toute la population traumatisée par ce drame, pour son assassin aussi, en grande dérive psychologique à tout le moins », a assuré celui qui est également archevêque de Reims. De son côté, Mgr François Jacolin, évêque du diocèse de Luçon où se trouve la communauté, a eu des mots similaires confiant sa « profonde douleur » et sa « tristesse ».

    Une polémique naissante

    Le meurtre du montfortain a également fait réagir au-delà du monde catholique. Plusieurs responsables politiques se sont également rapidement exprimés sur les réseaux sociaux. Présidente Les Républicains (LR) de la région Pays de la Loire, Christelle Morançais s’est ainsi dite « bouleversée par l’assassinat du prêtre en Vendée » et a affirmé son « total soutien à tous les catholiques et tout particulièrement à la communauté vendéenne ».

    Son prédécesseur à la tête de la région et actuel président du groupe LR au Sénat, Bruno Retailleau, a quant à lui assuré être « profondément touché par le meurtre effroyable d’un prêtre ». Voulant « rendre hommage » au père Olivier Maire, il a estimé que « sa mort témoigne de la bonté de ce prêtre » dont il avait « pu apprécier la profondeur de la foi ».

    Au-delà de ces manifestations de proximité, Bruno Retailleau s’est également publiquement demandé ce « que faisait encore cet individu en France », après plusieurs obligations de quitter le territoire et être le principal suspect dans le cadre de l’affaire de l’incendie de la cathédrale nantaise. À l’image du président du groupe LR au Sénat, plusieurs responsables politiques de droite et d’extrême droite se sont indignés de la présence en France d’Emmanuel Abayisenga.

    Pour la candidate LR à l’élection présidentielle Valérie Pécresse, il s’agit d’un « drame » permis par une « cascade de défaillances ». Du côté du Rassemblement national, la réaction est similaire. « En France, on peut donc être clandestin, incendier la cathédrale de Nantes, ne jamais être expulsé, et récidiver en assassinant un prêtre », a ainsi écrit sur Twitter sa présidente Marine Le Pen.

    Cette polémique naissante a aussitôt suscité une réplique de Gérald Darmanin, qui s’est rendu sur les lieux de l’assassinat lundi 9 août, parlant d’« indignité »« Cet étranger n’était pas expulsable malgré son arrêté d’expulsion tant que son contrôle judiciaire n’était pas levé », a-t-il poursuivi en guise d’explication.

  • Motu Proprio Traditionis Custodes : pas de pass liturgique dans l’Eglise Catholique

    IMPRIMER

    C'est le titre du dernier billet de l'abbé Viot (*) sur son blog. Son analyse mesurée ne suffit pas à masquer que la mercuriale fulminée par le pape François est excessive, tant sur la forme que sur le fond: elle n’appelle aucunement au dialogue et conduit objectivement à une impasse. Le mieux sera (ou serait), pour les évêque chargés de sa mise en œuvre, de donner un peu de temps au temps et passer par pertes et profits, sans autre commentaire, les dispositions inutilement outrancières et humiliantes : à suivre...

    ________

    (*) Michel Viot, né le 25 mai 1944 dans le XVIIe arrondissement de Paris, est un prêtre catholique français. Dignitaire franc-maçon et « évêque » luthérien de Paris de 1996 à 2001, il quitte ses fonctions pour rejoindre la pleine communion avec l'Église catholique. Ordonné prêtre en 2003, il est d'abord incardiné dans le diocèse de Blois où il exerce notamment la charge d'aumônier de prison, puis rejoint le diocèse de Versailles en 2014 et se voit incardiné au sein du diocèse aux Armées françaises en tant qu'aumônier national des anciens combattants jusqu'en 2018.

    JPSC

  • Motu Proprio « Traditionis Custodes » : les portes claquent

    IMPRIMER

    Andrea Grillo hqdefault (1).jpgD’aucuns se sont réjouis un peu vite de l’ouverture méritante quoique prudente au Motu Proprio « Traditionis custodes » esquissée par le Père-Abbé de l’importante abbaye bénédictine de Fontgombault dans un commentaire publié par l’hebdomadaire « Famille chrétienne ». Cliquez ici: Dom Pateau : « Il faut sortir de ce combat liturgique qui épuise l’Église »

    Voici la réponse fourchue que vient de lui adresser Andrea Grillo (photo ci-jointe) le plus connu des inspirateurs avérés de la prose militante du Motu Proprio signé par le pape François.

    “Cher Père Abbé,

    Dans l’interview publiée par “Famille Chrétienne” le 19/7, reprise avant-hier par le blog Messainlatino dans une traduction italienne, j’ai trouvé avant tout un esprit bénédictin de réconciliation et de paix. En cela, je suis pleinement d’accord avec vous. L’année dernière, avec un groupe de théologiens européens et américains, nous avons écrit un livre électronique sur le thème de la “réconciliation liturgique”, perspective que vous considérez également comme absolument décisive. Vos propos sont également très clairs en soulignant l’objectif de “ne pas rejeter” le texte du nouveau Motu Proprio (=MP) du Pape François, qui abroge “Summorum Pontificum” (=SP). Vous avez eu le courage de prononcer ce mot fort, spécialement dans votre milieu, et j’y trouve un signe de la grande tradition bénédictine qui caractérise non seulement votre Abbaye, mais aussi les Abbayes dans lesquelles j’ai appris à connaître et à reconnaître la force de la liturgie : Sainte Justine à Padoue, Saint Anselme à Rome, Camaldoli dans le Casentino, Dominus tecum à Prad Mill, ainsi que les nombreuses Abbayes féminines (Grandate, Fabriano, Tarquinia…).

    Nous sommes d’accord sur deux exigences tout à fait centrales : construire des ponts est devenu un impératif, ainsi que mettre fin aux batailles liturgiques s’avère être une priorité incontournable pour tous. Vous essayez de trouver le ton le plus approprié pour donner du nouveau texte une vision qui ne soit pas source de division, intolérante, d’opposition frontale. C’est un noble objectif qui vous honore. En même temps, cependant, votre texte semble rester complètement sourd au contenu du MP “Traditiones Custodes” (=TC), et cela me surprend quelque peu. Dès le titre, que vous n’avez peut-être pas déterminé, mais qui semble néanmoins fidèle au contenu de vos propos, la relation entre le texte de François et la construction de ponts est déplacée : ce que François demande, avec TC, c’est de construire des ponts “entre les personnes” dans l’unique rite commun ordinaire, et non “des ponts entre deux formes du rite romain”. Ce malentendu initial, qui trouve de nombreuses confirmations tout au long de votre interview structurée, manifeste une sorte d’ “angle mort” que je tente d’éclaircir, dans une série de brèves observations, que je vous soumets volontiers :

    a)  D’une manière générale, votre option de “ne pas rejeter le texte de François”, si on l’observe attentivement, apparaît plutôt singulière. Pour le fait que, en évaluant le texte de TC, vous le remplissez continuellement avec le contenu de SP. Mais TC a abrogé SP et la logique avec laquelle SP prétendait faire la paix. Si l’intention est de “faire la paix”, il faut donner aux mots leur véritable sens. Vous poursuivez, dans votre discours, en parlant de “deux formes du même rite”, auxquelles les baptisés “auraient droit”. Mais c’est la vision que SP a tenté d’introduire d’une façon disruptive avec des principes que la tradition n’a jamais connus. L’interprétation sur le “missel tridentin” – que vous n’êtes pas le premier à répéter et qui a vu le jour dans les déclarations du Card. Giuseppe Siri en 1951 et de M. Lefebvre après le Concile Vatican II – selon laquelle il n’aurait pas éliminé les “autres formes” du rite romain, est une élucubration sans fondement : vous devriez savoir que les “autres formes”, avec lesquelles le rite tridentin est comparé, avaient des déterminations géographiques ou personnelles très particulières. Ni le rite ambrosien ni le rite dominicain ne sont des “rites universels”, mais un ordo conditionné par des dimensions géographiques ou personnelles qui délimitent structurellement leur impact. Le Concile de Trente n’a jamais conçu, même de loin, “deux formes” du même rite existant dans la même unité d’espace, de temps et de personnes. Seul SP a tenté d’émettre l’hypothèse de l’existence simultanée de deux formes différentes et conflictuelles du même rite romain. Cette “astuce” – car il s’agit d’un trucage systématique – a apporté la “bataille”, pas la “paix”. C’est pourquoi TC a abrogé SP : parce qu’il n’est pas possible de construire des “ponts” entre différentes formes du rite romain, mais seulement des ponts entre les personnes diverses qui utilisent toutes la même forme commune du rite romain.

    b) Toujours au début, puis à plusieurs reprises dans vos réponses, vous soulignez la “dureté” et la “sévérité” de TC, qui se résume dans la perception que vous exprimez ainsi : “Le texte du Pape suggère que tout doit être fait pour que le mode de célébration sous forme extraordinaire disparaisse le plus rapidement possible. Cela inquiète à juste titre les fidèles qui sont attachés à cette forme”. D’une certaine manière, vous semblez évaluer cette histoire sous un angle privilégié. Certains monastères bénédictins, dont le vôtre, avaient en quelque sorte anticipé, sous une forme particulière et non sans éléments de rigidité et d’obstination, la solution que l’on pensait transformer en 2007 en “droit commun”. Dure et sévère a été la précipitation voulue en 2007. Elle a créé des illusions, des distorsions de perspectives, des mirages et des cauchemars. L’invention – à la limite de la mystification – d’une “forme extraordinaire” ajoutée 50 ans plus tard à la forme ordinaire rédigée sur instruction du Concile et rendue “facultative” est une démarche trop dure et trop sévère. Face à cette “dure accélération de la nostalgie”, CT apparaît au contraire comme un acte de modération et de reprise organique de la véritable histoire commune. Ce n’est pas une “prétention absurde de François” que le VO (=Vetus Ordo) disparaisse : c’est toute la tradition qui a toujours su – au moins jusqu’à l’amnésie institutionnelle de 2007 – qu’une réforme générale du rite romain remplace le rite précédent par le nouveau. Et le rite romain se trouve être celui qui résulte de la réforme. Comme cela a toujours été le cas, à travers les âges.

    c) Vous pensez que certains liturgistes “méprisent” la forme extraordinaire du rite romain et que la seule voie vers la paix serait la reconnaissance mutuelle entre les deux “formes” : ceux qui célèbrent le NO (=Novus Ordo) devraient reconnaître le VO et ceux qui célèbrent le VO devraient reconnaître le NO. Mais là aussi, les choses ne peuvent pas fonctionner ainsi, que ce soit sur le plan théologique, spirituel ou pastoral. En ce qui concerne les liturgistes, je ne peux parler qu’en mon nom et je ne me permets pas de parler au nom de tiers. Mais en ce qui me concerne, je n’ai aucun mépris pour le VO : simplement, je ne le connais pas et ne peux pas le connaître : c’est le Concile Vatican II qui le veut ainsi. Parce que c’est la forme du rite romain que le Concile a voulu réformer et qui m’est parvenue sous la seule forme que j’ai jamais célébrée : celle d’après 1969. Je trouve curieux que moi, qui suis né en 1961, je puisse dire cela en toute conscience, alors que vous, qui êtes né cinq ans après moi, pouvez célébrer ordinairement avec la forme extraordinaire. Bien sûr, je sais bien que votre identité française, vos origines vendéennes, l’histoire de l’Église de France, qui a mis en œuvre la réforme liturgique de manière beaucoup plus lente et avec moins de finesse qu’en Italie, parlent d’elles-même ici. En Italie, avec toutes nod limites, nous avons effectivement mis en œuvre et appliqué la réforme. L’accès au rite romain s’est fait dans la nouvelle forme qui est rapidement devenue ordinaire et unique, comme cela s’est toujours produit dans l’histoire de l’Église. C’est mon expérience, depuis le début, qui me parle du rite romain dans la seule forme en vigueur, depuis que j’ai l’âge de raison. Non pas par mépris personnel, mais par invraisemblance traditionnelle.

    d) Vous parlez, en même temps, de “ne pas rejeter le texte de François” et d’”attachement à la forme extraordinaire”. Le premier est une “norme”, le second une “affection”. Je crois qu’il y a là le côté le plus délicat de la question, qui ne peut être résolu ni par des “décrets d’en haut” ni par le “populisme d’en bas”. Avec TC, la façon d’aborder la question a changé. Il n’y a plus de “forme extraordinaire” du rite romain (quelque chose qui a été inventé en 2007 par SP et qui n’a aucun fondement dans le passé ecclésial) mais une seule forme du rite (celle dite “ordinaire”) et quelques concessions à l’usage du rite “non en vigueur”, qui sont destinées avec le temps à être réduites à néant. C’est la physiologie ecclésiale, pas la pathologie de François. Ainsi, le défi de faire la paix passe des “ponts entre deux formes rituelles” aux ponts “entre les fidèles qui utilisent la seule forme commune”. Beaucoup des choses que vous désignez comme “inaliénables” dans la VO doivent être découvertes, introduites ou reconnues dans l’Ordo voulu par le Concile Vatican II. Et ne serait-ce pas un petit signe de paix si une abbaye bénédictine comme la vôtre, qui a nourri une certaine hostilité à l’égard de Vatican II, se donnait progressivement à la découverte des trésors liturgiques du NO et les mettait en commun, dans l’expérience monastique et dans l’expérience ecclésiale. Et aidait ainsi toute l’Église à vivre la continuité de l’essentiel du depositum fidei (=dépôt de la foi) dans la nouvelle formulation de sa présentation.

    e) Les paroles des jeunes qui disent “la réforme n’est pas terminée” sont importantes et tout à fait vraies. La réforme ne fait que commencer. Mais cela ne justifie pas une réponse décevante : soit parce qu’elle leur fait croire qu’ils peuvent rester de ce côté de la réforme, dans un rite artificiel qui n’a plus aucun fondement ; soit parce qu’elle leur fait croire au manque de style et au laisser-aller d’une routine sans soin et sans expérience vivante. Le travail commun, transgénérationnel, sur le seul rite commun est l’horizon que le Pape François a voulu, avec autorité, remettre au centre de l’attention. Contre le détournement introduit dans l’église par la théorie de la “double forme”, qui a trompé et chagriné tout le monde. Sur un plan strictement théologique, il y a eu, au cours de ces 14 années, une sorte de “folie collective” dont François nous a réveillés, avec des mots d’une grande clarté, en vue d’une véritable réconciliation. Ce travail de réconciliation ne peut être réalisé par l’invention d’une “compétition” entre deux formes rituelles, la seconde ayant été créée pour corriger et amender la première.

    Cher Père Abbé, vous dites bien : ” Il est temps de construire des ponts “, en supprimant les lectures idéologiques. Tout d’abord, celles qui créent artificiellement un régime de “concurrence déloyale” entre des formes rituelles qui n’ont pas été faites pour ça et qui ne peuvent coexister, sinon exceptionnellement, que par un indult. Je comprends le désarroi de ceux qui s’étaient bercés de l’illusion qu’ils pouvaient vivre “universellement” avec cette contradiction embarrassante. Mais pour consoler les déçus et les trompés, nous devons utiliser les mots de TC, pas ceux de SP : sinon la blessure ne sera pas guérie et les ponts ne seront que la dénomination opportuniste par laquelle nous continuerons à appeler et à construire de nouveaux murs infranchissables”. 

    (traduzione dall’italiano al francese di Pierre Vignon)

    http://www.cittadellaeditrice.com/munera/cher-pere-abbe-sur-la-paix-liturgique-en-dialogue-avec-dom-pateau/

    Bref, un dialogue avorté: cela commence bien! Pour mémoire, l’abbaye de Fontgombault compte, sauf erreur, une soixantaine de moines auxquels il faut ajouter quelques 170 moines issus d’un essaimage de cette abbaye-mère vers ses quatre abbayes filles fondées (Triors, Randol, Donezan) ou reprise (Wisques) par elle en France et une cinquième abbaye fondée aux Etats-Unis (Clear-Creek)...

    JPSC

  • Martin Mosebach : messe et mémoire

    IMPRIMER

    Mosebach zwei-wochen-westend-martin.jpgLu et traduit cet article de Martin Moselbach (*) publié sur le site web américain « First Things » :

    Traditionis Custodes : le Pape François a donné un ordre. Il le fait à un moment où l'autorité papale s'effiloche comme jamais auparavant. L'Église a depuis longtemps atteint un stade ingouvernable. Mais le pape continue de se battre. Il abandonne ses principes les plus chers — « écoute », « tendresse », « miséricorde » — qui refusent de juger ou de donner des ordres. Le pape François est réveillé par quelque chose qui le trouble : la tradition de l'Église.

    La marge de manœuvre limitée que les prédécesseurs du pape accordaient à la tradition liturgique n'est plus occupée que par les nostalgiques séniles. La messe traditionnelle en latin attire également les jeunes, qui ont découvert et appris à aimer le « trésor enfoui dans le champ », comme le pape Benoît a appelé l'ancienne liturgie. Aux yeux du pape François, c'est tellement grave qu'il faut le supprimer.

    La véhémence du langage du motu proprio suggère que cette directive est arrivée trop tard. Les cercles qui adhèrent à la tradition liturgique ont en effet radicalement changé au cours des dernières décennies. La messe tridentine n'est plus seulement fréquentée par ceux qui regrettent la liturgie de leur enfance, mais aussi par des personnes qui ont découvert la liturgie à nouveau et qui sont fascinées par elle, y compris de nombreux convertis, dont beaucoup sont éloignés de l'Église depuis longtemps. La liturgie est leur passion et ils en connaissent chaque détail. Il y a parmi eux de nombreuses vocations sacerdotales. Ces jeunes gens ne fréquentent pas seulement les séminaires tenus par les fraternités sacerdotales de tradition. Beaucoup d'entre eux suivent la formation habituelle au sacerdoce, et sont néanmoins convaincus que leur vocation est renforcée précisément par la connaissance du rite traditionnel. La curiosité au sujet de la tradition catholique supprimée s'est accrue, même si beaucoup avaient décrit cette tradition comme obsolète et mal fondée. Aldous Huxley a illustré ce genre d'étonnement dansBrave New World , dans lequel un jeune homme de l'élite moderne, sans le sens de l'histoire, découvre les richesses débordantes de la culture prémoderne et en est enchanté.

    L'intervention du pape peut entraver la croissance du rétablissement liturgique de la tradition pendant un certain temps. Mais il ne pourra l'arrêter que pour le reste de son pontificat. Car ce mouvement traditionnel n'est pas une mode superficielle. Il a démontré dans les décennies de sa répression avant le motu proprio Summorum Pontificum de Benoît qu'il persiste une dévotion sérieuse et enthousiaste à la plénitude complète du catholicisme. L'interdiction du pape François suscitera une résistance chez ceux qui ont encore la vie devant eux et ne permettra pas que leur avenir soit assombri par des idéologies obsolètes. Ce n'était pas bon, mais ce n'était pas non plus sage, de mettre l'autorité papale à cette épreuve.

    Le pape François interdit les messes de rite ancien dans les églises paroissiales ; il demande aux prêtres d'obtenir la permission de célébrer l'ancienne messe ; il exige même des prêtres qui n'ont pas encore célébré dans l'ancien rite d'obtenir cette permission non de leur évêque, mais du Vatican ; et il exige un examen de conscience des participants à l'ancienne messe. Mais le motu proprio Summorum Pontificum de Benoît raisonne à un tout autre niveau. Le pape Benoît n'a pas « autorisé » la « vieille messe », et il n'a accordé aucun privilège pour la célébrer. En un mot, il n'a pas pris de mesure disciplinaire qu'un successeur peut se rétracter. Ce qui était nouveau et surprenant à propos de Summorum Pontificum était qu'il déclare que la célébration de l'ancienne messe n'a besoin d'aucune permission. Cela n'avait jamais été interdit parce que cela ne pouvait jamais être interdit.

    On pourrait conclure que nous trouvons ici une limite fixe et infranchissable à l'autorité d'un pape. La tradition est au-dessus du pape. L'ancienne messe, profondément enracinée dans le premier millénaire chrétien, est par principe au-delà de l'autorité du pape à interdire. De nombreuses dispositions du motu proprio du pape Benoît peuvent être écartées ou modifiées, mais cette décision magistrale ne peut pas être si facilement supprimée. Le pape François n'essaie pas de le faire, il l'ignore. Il existe toujours après le 16 juillet 2021, reconnaissant l'autorité de la tradition selon laquelle chaque prêtre a le droit moral de célébrer l'ancien rite jamais interdit.

    La plupart des catholiques du monde ne s'intéresseront pas du tout à Traditionis Custodes . Compte tenu du petit nombre de communautés traditionalistes, la plupart comprendront difficilement ce qui se passe. En effet, nous devons nous demander si le pape n'avait pas de tâche plus urgente - au milieu de la crise des abus sexuels, des scandales financiers de l'Église, des mouvements schismatiques comme la voie synodale allemande et de la situation désespérée des catholiques chinois - que de supprimer cette petite communauté dévouée.

    Mais les adeptes de la tradition doivent accorder au pape ceci : il prend la messe traditionnelle, qui remonte au moins à l'époque de Grégoire le Grand, aussi sérieusement qu'eux. Il la juge cependant dangereuse. Il écrit que les papes dans le passé ont créé à plusieurs reprises de nouvelles liturgies et ont aboli les anciennes. Mais le contraire est vrai. Au contraire, le Concile de Trente a prescrit l'ancien missel des papes romains - qui avait surgi dans l'Antiquité tardive - pour une utilisation générale, car c'était le seul qui n'avait pas été gâté par la Réforme.

    Peut-être que la messe n'est pas ce qui préoccupe le plus le pape. François semble sympathiser avec « l'herméneutique de la rupture », cette école théologique qui affirme qu'avec le Concile Vatican II, l'Église a rompu avec sa tradition. Si cela est vrai, alors en effet toute célébration de la liturgie traditionnelle doit être empêchée. Tant que l'ancienne messe latine sera célébrée dans un garage, le souvenir des deux mille dernières années ne s'éteindra pas.

    Cette mémoire, cependant, ne peut pas être extirpée par l'exercice brutal du positivisme juridique papal. Il reviendra encore et encore et sera le critère selon lequel l'Église du futur devra se mesurer.

    Ref. messe et memoire

    (*)Martin Mosebach, écrivain, scénariste, dramaturge, essayiste, romancier et juriste-poète, est né le 31 juillet 1951 à Francfort-sur-le-Main, Cet écrivain allemand est nanti de nombreuses distinctions : en 2007, il a gagné le Prix Georg-Büchner, l'un des prix littéraires les plus prestigieux du pays, étant également lauréat du prix Kleist, la médaille Goethe, le prix littéraire de la Fondation Konrad Adenauer, le prix Kranichsteiner et grand prix de littérature de l'Académie bavaroise des beaux-arts et de l’Académie des arts de Berlin.  Il est catholique de sensibilité traditionaliste.

     JPSC

  • Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) : un nouveau rapport de l'ECLJ prouve des atteintes à l’indépendance de nombreux experts de cette institution

    IMPRIMER

    Du site de l'European Centre for Law & Justice :

    bd31e6bec0379f67804c969608e8d33efca458e9183220237df70f1c6a891e9b.jpg

    Après avoir mis en lumière les conflits d’intérêts entre certaines ONG et des juges de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), l’ECLJ a poursuivi ce travail d’enquête auprès d’une autre institution internationale basée à Genève : le Conseil des droits de l’homme des Nations unies.

    L’ECLJ est fier de publier aujourd’hui un nouveau rapport prouvant des atteintes à l’indépendance de nombreux experts de cette institution.

    Dans son précédent rapport, l’ECLJ avait démontré l’existence de conflits d’intérêts touchant des juges de la CEDH. L’exactitude de ce premier rapport a depuis été reconnue par les ambassadeurs du Conseil de l’Europe[i]. Cette fois, l’ECLJ s’est attelé à étudier méticuleusement pendant plusieurs mois les déclarations publiques de financement des experts de l’ONU. Nous avons ensuite tenu à les interviewer pour avoir leur avis sur ces questions. L’ECLJ a pu réaliser plus de 25 entretiens avec ces experts des Procédures spéciales de l’ONU. Ce qui en ressort est édifiant.

    La principale conclusion de ce rapport est que des fondations privées financent directement des experts de l’ONU pour que ceux-ci rédigent des rapports allant dans le sens voulu par ces fondations privées. Ces rapports sont ensuite promus comme des recommandations indépendantes émanant de l’ONU, et repris par des gouvernements et des juridictions internationales pour soutenir ou justifier leurs décisions. Ceci est en contraction flagrante avec le code de conduite des experts et les résolutions du Conseil des droits de l’homme. Les experts devraient être indépendants, non seulement vis-à-vis des États mais aussi vis-à-vis des fondations privées qui veulent aligner l’agenda des experts sur le leur.

    Un exemple parmi d’autres tiré de notre rapport : Juan Méndez, Rapporteur spécial sur la torture entre 2010 et 2016 a été en même temps membre du conseil d’administration de l’Open Society Justice Initiative[ii]. L’Open Society Foundations lui a fourni un financement sur deux ans de 200 000 USD pour financer son centre de recherche l’Anti-Torture Initiative qui l’assiste dans la rédaction de ses rapports[iii]. En 2015, Monsieur Méndez a reçu 90 000 USD de la Fondation Ford, pour organiser une consultation d’experts sur le thème du genre et de la torture[iv], puis pour engager un assistant de recherche en vue de la rédaction d’un rapport sur le genre et la torture et pour en faire la promotion[v]. Le rapport officiel de l’expert sur le genre et la torture fut publié par l’ONU le 5 janvier 2016 et promeut l’avortement dans les mêmes termes que les fondations qui l’ont financé[vi]. À aucun moment le Rapporteur ne fait référence à la générosité de la Fondation Ford ou de l’Open Society Foundations.

    On observe à nouveau que l’Open Society et ses fondations affiliées figurent parmi les plus généreux pourvoyeurs de fonds auprès des experts du Conseil des droits de l’homme, aux côtés de la Fondation Ford.

    Il ressort également de notre enquête que la situation des experts varie grandement. Certains ne sont pas financés, d’autres résistent aux propositions ou démissionnent et sont donc très heureux que le travail d’enquête de l’ECLJ voit le jour. D’autres encore semblent accepter les financements privés sans réellement comprendre en quoi cela serait problématique et d’autres enfin acceptent avec plaisir les centaines de milliers de dollars pour promouvoir des causes qu’ils partagent avec les fondations, quand bien même ces combats idéologiques iraient au-delà de leur mandat.

    Dans son rapport, l’ECLJ s’attache à expliquer les causes de cette faille dans la protection de l’indépendance des experts ; pourquoi des fondations privées investissent massivement dans les Procédures spéciales de l’ONU ; pourquoi ce sont bien souvent les mêmes qui agissent auprès de la CEDH et quelles solutions seraient envisageables pour éviter cette « capture » des experts onusiens.

    L’ECLJ se réjouit que Valeurs Actuelles ait consacré cette semaine sa couverture et un dossier de 12 pages à cet important travail d’enquête. Les données et conclusions de ce rapport se fondent en effet sur les déclarations officielles disponibles librement sur le site internet du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, sur les sites internet des fondations finançant les experts et sur les affirmations directes de certains de ces experts des Procédures spéciales.

    Avec ce deuxième grand rapport pour favoriser l’indépendance réelle des institutions internationales, nous vous encourageons à participer à notre engagement en lisant ce rapport et en le partageant le plus largement possible.

    Télécharger le rapport sur le financement des experts de l'ONU

    ------------------------

    [i] Grégor Puppinck, « Le Conseil de l’Europe admet la véracité du rapport sur les ONG et les juges de la CEDH », Valeurs Actuelles, 16 avril 2021.
    [ii] OSF, Torture: It Can Happen Anywhere, February 13, 2014, https://www.opensocietyfoundations.org/voices/torture-it-can-happen-anywhere
    [iii] ONU, A/HRC/31/39 Annexe X - p.51.
    [iv] Ibid.
    [v] Ibid.
    [vi] ONU, « Perspectives de genre sur l’interdiction de la torture et des traitements cruels, inhumains et dégradants », A/HRC/31/57.