Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Techniques

  • Le Pape au G7, une occasion manquée

    IMPRIMER

    De Stefano Fontana sur la NBQ :

    Le Pape au G7, une occasion manquée

    Le discours sur l'intelligence artificielle était plein de technicités inutiles et pauvre en termes de fondements pour les choix éthiques souhaités. Aucune référence à Dieu et à Jésus, ni à la loi naturelle. Or la personne, la morale et la politique ne tiennent pas sans Dieu.

    15_06_2024

    Hier, à Borgo Egnazia, le pape François s'est adressé aux dirigeants du G7 au sujet de l'intelligence artificielle (IA). Son discours, agrémenté de quelques ajouts spontanés, était plus court que le texte distribué. Ce dernier est en effet bien étoffé et articulé, avec de longues incursions analytiques très techniques dans les subtilités de la question de l'IA. Pour le pape, l'intelligence artificielle découle de l'élan de l'homme vers l'au-delà, comme cela s'est déjà produit avec d'autres inventions techniques au cours de l'histoire.

    Cette fois-ci, cependant, il y a quelque chose de radicalement nouveau : l'outil est fortement ambivalent ("fascinant et formidable à la fois"), il a un impact "cognitivo-industriel" perturbateur qui construira "un nouveau système social", et surtout il peut avoir une certaine indépendance par rapport à l'homme en appliquant des "choix algorithmiques". Le risque est que l'homme soit privé de sa capacité de décision et donc "condamné à dépendre des machines". L'utilisation d'"armes autonomes létales" dans les conflits armés en est un exemple.

    Après avoir longuement analysé, dans le chapitre "Le mécanisme de base de l'intelligence artificielle", les principales possibilités techniques de développement de l'IA et les craintes qu'elles suscitent, François propose deux voies pour aborder le phénomène et le gouverner : la voie éthique et la voie politique.

    La première voie devrait "placer la dignité de la personne au centre d'une proposition éthique partagée". Il a ainsi vanté les mérites de l'événement "Rome Call for all Ethics" de 2020, qui proposait de lancer une "algoéthique", une éthique des algorithmes fondée sur des principes partagés.

    La deuxième voie consisterait à soutenir une bonne politique contre la domination absolue du "paradigme technocratique". La politique ne doit pas être affaiblie, "il faut de la politique". Cette "bonne politique" devrait toutefois tenir compte du fait que la situation mondiale présente de graves déficiences structurelles et que les rustines ne suffisent pas.

    Dans l'ensemble, le texte de François est faible. D'une part, il y a une redondance d'aspects techniques qui ne sont pas nécessaires dans un enseignement pontifical. D'autre part, il y a des références à des solutions éthiques et politiques basées sur un fondement souhaitable (mais non spécifié). Même le concept de personne humaine n'est pas clarifié du point de vue de l'Église catholique, tout en déplorant sa perte dans la société d'aujourd'hui. En résumé, la proposition était la suivante : cherchons ensemble un accord sur certains principes, comme cela a été tenté lors de l'Appel de Rome pour toute l'éthique. Une bonne chose pour une intervention politique, trop peu pour une intervention pontificale.

    La dignité de la personne humaine, par exemple, sur quoi repose-t-elle et comment est-elle défendue ? Du point de vue de l'Église catholique, sa défense n'est pas indifférente à la présence de Dieu dans l'histoire humaine. Or, dans tout son discours, François ne mentionne jamais Dieu, ni même Jésus-Christ. Le "consensus" sur les principes éthiques adéquats, sur quoi doit-il donc se fonder ? La doctrine catholique propose la loi naturelle et la loi morale naturelle, qui ne changent pas et sont donc praticables même à l'époque de l'AI. Elles rendent possible une "grammaire naturelle" qui est la base d'un dialogue et d'un consensus qui n'est pas seulement basé sur la convergence des opinions ou, pire, des intérêts.

    Lire la suite

  • Intelligence artificielle : le discours du pape au G7

    IMPRIMER

    LE PAPE FRANÇOIS PARTICIPE A LA SESSION DU G7 SUR L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE
    [13-15 juin 2024] 

    DISCOURS DU PAPE FRANÇOIS

    Borgo Egnazia (Pouilles, Italie)
    Vendredi 14 juin 2024

    (source)

    ________________________________________

    Un outil fascinant et redoutable

    Mesdames et Messieurs !

    Je m’adresse à vous aujourd’hui, dirigeants du Forum intergouvernemental du G7, pour vous présenter une réflexion sur les effets de l’intelligence artificielle sur l’avenir de l’humanité.

    « L’Écriture Sainte témoigne que Dieu a donné aux hommes son Esprit pour qu’ils aient “la sagesse, l’intelligence et la connaissance de toutes sortes de travaux” ( Ex 35, 31) » [1]. La science et la technologie sont donc les produits extraordinaires du potentiel créatif des êtres humains [2].

    Or c’est précisément l’utilisation de ce potentiel créatif donné par Dieu qui est à l’origine de l’intelligence artificielle.

    Cette dernière, comme on le sait, est un outil extrêmement puissant, utilisé dans de nombreux domaines de l’activité humaine : de la médecine au monde du travail, de la culture à la communication, de l’éducation à la politique. Et l’on peut désormais supposer que son utilisation influencera de plus en plus notre mode de vie, nos relations sociales et même, à l’avenir, la manière dont nous concevons notre identité en tant qu’êtres humains [3].

    Le thème de l’intelligence artificielle est cependant souvent perçu comme ambivalent : d’une part, il enthousiasme par les possibilités qu’il offre, d’autre part, il suscite la crainte par les conséquences qu’il laisse présager. À cet égard, on peut dire que nous sommes tous, à des degrés divers, traversés par deux émotions : nous sommes enthousiastes lorsque nous imaginons les progrès qui peuvent découler de l’intelligence artificielle, mais, en même temps, nous sommes effrayés lorsque nous voyons les dangers inhérents à son utilisation [4].

    Nous ne pouvons d’ailleurs douter que l’avènement de l’intelligence artificielle représente une véritable révolution cognitivo-industrielle qui contribuera à la création d’un nouveau système social caractérisé par de complexes transformations historiques. Par exemple, l’intelligence artificielle pourrait permettre la démocratisation de l’accès au savoir, le progrès exponentiel de la recherche scientifique, la possibilité de confier des travaux pénibles à des machines ; mais, en même temps, elle pourrait entraîner une plus grande injustice entre les pays riches et les pays en voie de développement, entre les classes sociales dominantes et les classes sociales opprimées, compromettant ainsi la possibilité d’une “culture de la rencontre” au profit d’une “culture du rejet”.

    L’ampleur de ces transformations complexes est évidemment liée au développement technologique rapide de l’intelligence artificielle elle-même.

    C’est précisément cette avancée technologique vigoureuse qui fait de l’intelligence artificielle un outil fascinant et redoutable et qui appelle une réflexion à la hauteur de la situation.

    Dans ce sens, on pourrait peut-être partir du constat que l’intelligence artificielle est avant tout un outil. Et il va de soi que les bienfaits ou les méfaits qu’elle apportera dépendront de son utilisation.

    C’est certainement vrai, puisqu’il en a été ainsi pour tous les outils construits par l’homme depuis la nuit des temps.

    Notre capacité à construire des outils, en quantité et complexité inégalées parmi les êtres vivants, fait parler d’une condition techno-humaine : l’être humain a toujours entretenu une relation avec l’environnement par l’intermédiaire des outils qu’il a progressivement produits. Il n’est pas possible de séparer l’histoire de l’homme et de la civilisation de l’histoire de ces outils. Certains ont voulu lire dans tout cela une sorte de manque, de déficit de l’être humain, comme si, en raison de ce déficit, il était contraint de donner vie à la technique [5]. Un regard attentif et objectif nous montre en fait le contraire. Nous vivons dans une condition d’ultériorité par rapport à notre être biologique ; nous sommes des êtres déséquilibrés par rapport à notre extérieur, voire radicalement ouverts sur l’au-delà. C’est de là que vient notre ouverture aux autres et à Dieu ; c’est de là que naît le potentiel créatif de notre intelligence en termes de culture et de beauté ; c’est de là finalement que provient notre capacité technique. La technologie est donc la trace de cette ultériorité.

    Cependant, l’utilisation de nos outils n’est pas toujours uniquement orientée vers le bien. Même si l’être humain sent en lui une vocation à l’au-delà et à la connaissance vécue comme instrument du bien au service des frères et sœurs et de la maison commune (cf. Gaudium et spes, n. 16), cela ne se produit pas toujours. Au contraire, il n’est pas rare que, précisément à cause de sa liberté radicale, l’humanité ait perverti les finalités de son être en se transformant en son propre ennemi ainsi que de la planète [6].Les outils technologiques peuvent connaître le même sort. Ce n’est que si leur vocation au service de l’humain est garantie que les outils technologiques révèleront non seulement la grandeur et la dignité unique de l’être humain, mais aussi le mandat qu’il a reçu de “cultiver et garder” (cf. Gn 2, 15) la planète et tous ses habitants. Parler de technologie, c’est parler de ce que signifie être humain et de notre condition unique entre liberté et responsabilité, c’est-à-dire parler d’éthique.

    Lire la suite

  • Transhumanisme et transgenrisme : Quand la famille devient obsolète

    IMPRIMER

    De Susanne Hartfeld sur le Tagespost :

    Transhumanisme et transgenre : Quand la famille devient obsolète

    La transsexualité n’est pas du transhumanisme, mais il existe des preuves suggérant que les transhumanistes promeuvent l’agenda transgenre. Les familles ne peuvent s’attendre à rien de bon de l’une ou l’autre idéologie

    5 mai 2024

    Le transhumanisme est une religion scientifique qui vise à créer un nouvel être humain. La manipulation génétique et la fusion de l’intelligence biologique et artificielle sont pour cela les méthodes privilégiées. Les transhumanistes spéculent que les nouveaux posthumains seront supérieurs aux humains d'aujourd'hui, atteindront un niveau d'évolution plus élevé et deviendront finalement immortels. Des personnes riches et influentes occupant des postes élevés dans les affaires, la politique et la science à travers le monde adhèrent à cette idéologie et favorisent sa mise en œuvre avec beaucoup d’argent.

    La séparation complète de la sexualité et de la reproduction fait partie de l’agenda transhumaniste. Du point de vue des transhumanistes, la sexualité est un acte purement physique qui procure plaisir et satisfaction. À cette fin, les sensations sexuelles désirées peuvent également être évoquées ou augmentées par la pornographie, les drogues et d'autres moyens, tandis que les sensations indésirables peuvent être réduites.

    La mère n'a plus d'importance et l'enfant devient un produit

    Les transhumanistes considèrent la fécondation in vitro comme un premier pas dans cette direction, mais tentent de développer (davantage) des technologies supplémentaires telles que les utérus artificiels, le clonage et la reproduction unisexuée, afin de séparer la conception et la naissance d'enfants des rapports sexuels et de la maternité à l'avenir. . Les processus naturels n’y jouent plus aucun rôle, par lesquels la femme en tant que mère disparaît tout comme l’enfant reçu en cadeau devient un pur produit.

    Ces idées des transhumanistes sur les questions du mariage, de la famille et de la sexualité peuvent être lues dans le livre du transhumaniste allemand Stefan Lorenz Sorgner intitulé Transhumanisme. « L’idée la plus dangereuse au monde ! ? » ou dans l’essai des postgenderistes américains James J. Hughes et Georges Dvorsky intitulé « Postgenderism : Beyond the Gender Binary ».

    Produire industriellement des enfants en masse

    Le magazine MIT Technology Review, qui proclamait fièrement « Nous pouvons désormais concevoir la race humaine » sur sa couverture en mai/juin 2015, a annoncé en septembre 2023 que l’utérus artificiel était sur le point d’être testé sur des humains. Les scientifiques qui travaillent là-dessus – par exemple dans Children ? L’hôpital de Philadelphie, le projet australo-japonais EVE Therapy ou le projet Perinatal Life Support financé par l’UE soulignent qu’il s’agit uniquement d’une amélioration des soins pour les naissances prématurées.

    Il y a deux ans, le biologiste moléculaire Hashem Al-Ghaili avait fait sensation avec une vidéo promotionnelle pour une société fictive appelée EctoLife, dans laquelle il décrivait comment, à l'avenir, des enfants pourraient être produits en masse dans des incubateurs. Il avait réfléchi logiquement aux idées transhumanistes et aux projets scientifiques actuels.

    Conception du genre selon les souhaits individuels

    Dès lors, la famille naturelle ne joue plus de rôle dans le transhumanisme. Elle peut être abolie et remplacée par des relations entre deux adultes ou plus dont les enfants sont créés artificiellement à l’aide du matériel génétique de deux personnes ou plus.

    Les transhumanistes considèrent également le genre biologique comme une restriction déraisonnable à la liberté humaine de développer une identité de genre individuelle. Les transhumanistes promeuvent la conception du genre selon les souhaits individuels et considèrent les formes humaines intermédiaires entre l’homme et la femme comme tout aussi acceptables que la création artificielle d’organes sexuels complètement nouveaux aux fonctions modifiées.

    Lire la suite

  • Le courrier de Tucho Fernandez : le chemin de l'hérésie est pavé de dubia

    IMPRIMER

    De Tommaso Scandroglio sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Le courrier de Tucho : le chemin de l'hérésie est pavé de dubia

    Sous l'ère Fernández (préfet du Dicatère pour la Doctrine de la Foi), les évêques sont de plus en plus nombreux à poser des questions sur la foi et la morale. Les réponses vont toutes dans le même sens : dans les mots, on ne touche pas à la doctrine, dans la pratique, c'est le contraire qui est clair.

    19_12_2023

    L'angle du courrier du cardinal Fernandez devient de plus en plus obtus, en ce sens qu'il s'élargit chaque semaine au fur et à mesure que le nombre d'évêques qui lui posent des questions sur la foi et la morale augmente. Cette fois, c'est au tour de Mgr Ramón Alfredo de la Cruz Baldera, évêque de San Francisco de Macorís (République dominicaine), de dénoncer le fait que certaines mères célibataires "s'abstiennent de communier par peur du rigorisme du clergé et des dirigeants communautaires". De plus, il y aurait des prêtres qui ne baptisent pas les enfants nés hors mariage. La réponse donnée par le cardinal Fernandez est essentiellement correcte : si elles reçoivent l'absolution sacramentelle pour leurs péchés, comme toute personne baptisée, ces femmes peuvent s'approcher de la Sainte Eucharistie. En ce qui concerne le baptême des enfants nés hors mariage, un passage d'un discours de l'ancien cardinal Bergoglio est cité dans lequel il stigmatise le comportement des prêtres qui refusent d'administrer le baptême à ces enfants.

    Il y a cependant quelques lacunes. La première : on ne sait pas exactement qui est l'objet de la question (la lettre complète de l'expéditeur n'est pas indiquée). Il est question de filles célibataires, c'est-à-dire de mères élevant seules leurs enfants, puis de mères ayant conçu un enfant hors mariage. Deux catégories de personnes différentes. Par ailleurs, il y a une ambiguïté sur le courage de mener une grossesse à terme, sujet abordé à la fois par Fernandez et par un discours du Pape cité par ce dernier. Il semble que toute femme qui mène à terme une grossesse non planifiée soit une héroïne. Ce n'est pas le cas. Bien souvent, aucune pression psychologique insurmontable ne pèse sur les femmes, aucune situation d'extrême pauvreté, aucune difficulté sociale particulièrement dure n'oblige à faire preuve de courage pour mettre un enfant au monde. Il est évident qu'aucune de ces conditions ne peut légitimer l'avortement.

    Nous avons mentionné que la boîte aux lettres du Card. Fernandez est de plus en plus remplie ces derniers temps. Cette dubiamania semble suspecte. Comment est-il possible qu'avant Fernandez, les questions adressées au Dicastère de la Doctrine de la Foi étaient rares et restaient généralement sans réponse et qu'aujourd'hui elles soient beaucoup plus fréquentes et toutes dignes d'une réponse ? En effet, depuis le mois de juillet de cette année, nous en avons compté pas moins de six, sans compter la déclaration Fiducia supplicans publiée pas plus tard qu'hier. On peut légitimement soupçonner que ces dubia sont dopés. En d'autres termes, on est amené à penser qu'on veut aborder certaines questions ou envoyer certains messages et on charge donc un certain Monseigneur d'écrire au Dicastère. Attention : il ne s'agit que de dubia, pas de certitudes.

    Mais au-delà de la genèse de cette dubiamania, il apparaît sans doute, pour rester dans le sujet, que le Magistère ordinaire a trouvé une nouvelle stratégie d'interprétation du munus docendi pour saper la doctrine. Il enseigne ainsi une certaine nonchalance dans l'interprétation de la Révélation et dans les bénédictions des couples homosexuels tant que ces bénédictions ne conduisent pas à une mauvaise interprétation du sens du mariage (thèse officialisée dans le dernier document du Dicastère), de l'Église comme réalité essentiellement synodale, de l'indiscutabilité du concept de "définition définitive" en ce qui concerne le sacerdoce des femmes, la validité de la confession pour certaines personnes même si elles n'ont pas exprimé leur repentir en paroles mais par un comportement concluant, il suffit de s'approcher du confessionnal pour l'exprimer, la possibilité pour les divorcés remariés d'accéder à la communion, la malice non intrinsèque de l'homosexualité et de la transsexualité, et la diminution du caractère sacré des dépouilles mortelles. En cinq mois et demi de travail, les résultats sont remarquables.

    Le protocole dubia rappelle, dans sa structure, les systèmes juridiques de common law. En simplifiant grandement, nous pourrions dire que dans les systèmes juridiques de droit civil, le magistrat applique la loi à des cas concrets. Dans les systèmes de common law, ce sont les cas concrets qui font la loi, en ce sens que les précédents jurisprudentiels sur des cas spécifiques créent une ligne directrice qui, une fois établie, servira de paradigme pour décider des futurs cas similaires. En bref, on ne cherche pas une règle concernant l'affaire à juger, mais le juge se réfère aux précédents. Mgr Fernandez imite cette approche : si un certain comportement est répandu, il n'est pas jugé par l'instrument de la doctrine, mais simplement légitimé. Les précédents dans la société sont reconnus simplement parce qu'ils existent. Ainsi, la norme de l'Église, comprise comme un dogme ou un principe défini de foi et de morale, est dépassée par la pratique qui s'en écarte. C'est l'historicisme ou l'éthique phénoménologique.

    Le stratagème est astucieux : dans les mots, du moins pour le moment, la lettre de la loi n'est pas touchée (le mariage reste indissoluble et exclusif et on ne peut pas parler de mariage homosexuel, les femmes ne peuvent pas devenir prêtres, l'Église est hiérarchique, la vérité révélée est immuable, etc.), mais dans la praxis pastorale indiquée par les responsables du Dicastère, la doctrine est plus qu'écornée.  C'est donc la casuistique qui dicte la loi. Le particulier annule la norme, qui est toujours générale.

    De plus, le protocole dubia semble plus efficace que l'instrument synodal : on n'a pas besoin d'attendre des temps bibliques pour arriver au but, de plus il contourne le problème des dissidents et celui de la recherche d'une synthèse partagée. Un doute à la fois et nous arriverons à de nouvelles certitudes hérétiques.

  • Un essai magistral et capital sur l’ère du métavers et des IA génératives

    IMPRIMER

    De gènéthique.org :

    La vie spectrale, Penser l’ère du métavers et des IA génératives – Eric Sadin

    1 décembre 2023

    Métavers, ChatGPT, dans un essai captivant, le philosophe Eric Sadin se livre à une critique intransigeante de ces nouvelles technologies, censément porteuses de progrès et de modernité.

    Or, « pour la première fois dans l’histoire, s’est formée la croyance selon laquelle l’humain – tel qu’il était considéré depuis toujours, fait de finitude et de défauts – relevait d’une erreur, voire d’une paresse, de vue », dénonce Eric Sadin.

    L’ère du transhumanisme est celle de « l’adieu annoncé au corps, l’adieu annoncé aux facultés de notre esprit ». L’autre n’est plus, l’individu réduit à un « isolement collectif ».

    « L’heure appelle à ne pas seulement nous focaliser sur la crise écologique – devenue la préoccupation assez exclusive du plus grand nombre –, pour ériger la question de la langue, la langue la plus vivante qui soit – celle que nous voulons parler en notre nom et dans un ensemble vraiment commun –, comme l’autre enjeu moral, politique et civilisationnel majeur de notre temps », interpelle le philosophe.

    Pour Eric Sadin, ce n’est pas l’éthique qui sera d’un grand secours. La prise de conscience doit être radicale. Le philosophe craint qu’elle n’arrive trop tard. Sera-t-il démenti ?

    Editeur : Grasset

    Date de parution : 18/10/2023

    Nombre de pages : 272

    Présentation de Babelio :

    Le métavers n’est pas une fantasmagorie, c’est une réalité qui déjà nous environne autant qu’un puissant mouvement, celui de la pixellisation croissante de nos existences. Travail, enseignement, médecine, achats, loisirs et interactions ont lieu en ligne – et derrière nos écrans. Un seuil a été franchi avec l’apparition de l’intelligence artificielle générative dont le rôle n’est plus de gérer nos tâches mais de produire du langage, des images, du son… Nos facultés fondamentales sont en passe d’être déléguées à des machines. Bientôt, c’est la voix de ces robots qui nous guidera dans nos cavernes de pixels, à chaque étape de nos vies vouées à être sans trêve analysées, marchandisées, désincarnées.

    Face à cette rupture sans précédent, une philosophie s’impose pour comprendre et agir. Mises en perspectives historiques, analyses des systèmes technologiques, décryptages des intérêts économiques et des conséquences civilisationnelles, La vie spectrale est autant une phénoménologie contemporaine que la pensée du monde qui vient. Un essai magistral et capital.

  • TikTok : une arme qui s'inscrit dans la stratégie chinoise pour contrôler l'esprit de l'adversaire

    IMPRIMER

    Un article de Nita Farahany paru sur le Guardian le 25 mars 2023 :

    TikTok fait partie de la campagne de guerre cognitive de la Chine

    Les armées s'empressent de mettre au point des armes qui pourraient un jour attaquer directement l'esprit humain ou le mettre hors d'état de nuire. Nous ignorons ce contexte plus large à nos risques et périls.

    Des rapports militaires chinois traduits suggèrent que la guerre passe de la destruction des corps à la paralysie et au contrôle de l'esprit de l'adversaire. L'appel lancé par l'administration Biden aux propriétaires chinois de TikTok pour qu'ils vendent leurs parts dans l'application sous peine d'interdiction par les États-Unis n'est donc que le début d'une longue partie de Whac-A-Mole dans le cadre d'une stratégie plus large de lutte contre la guerre cognitive - avec l'esprit humain comme champ de bataille.

    Si l'interdiction de TikTok peut éliminer la première et la plus grosse taupe, elle ne tient pas compte de l'évolution plus large vers la guerre cognitive en tant que sixième domaine d'opérations militaires en cours, qui comprend les campagnes d'influence de la Chine sur TikTok, la collecte massive de données personnelles et biométriques des citoyens américains et leur course au développement d'armes qui pourraient un jour attaquer directement ou désactiver l'esprit humain. Nous ignorons ce contexte plus large à nos risques et périls.

    En novembre 2020, François du Cluzel, chef de projet au Nato Act Innovation Hub, a publié un rapport intitulé Cognitive Warfare (Guerre cognitive), dans lequel il identifie le domaine humain avec les nations qui s'empressent d'armer les neurosciences. Le gouvernement américain a dressé une liste noire d'instituts et d'entreprises chinoises qui, selon lui, travaillent sur de dangereux "processus biotechnologiques destinés à soutenir les utilisations finales militaires chinoises", y compris "des prétendues armes de contrôle du cerveau". L'Armée populaire de libération (APL) chinoise investit massivement dans les opérations du domaine cognitif, notamment dans la recherche sur l'IA en matière de logiciels, de matériel et de prise de décision inspirés du cerveau.

    Nathan Beauchamp-Mustafaga, spécialiste de la Chine à la Rand Corporation, estime qu'il s'agit ni plus ni moins d'une "évolution de la guerre, qui passe des domaines naturels et matériels - terrestre, maritime, aérien et électromagnétique - au domaine de l'esprit humain". L'APL, dit-il, espère "façonner ou même contrôler la pensée cognitive et les capacités de prise de décision" de l'ennemi. Des campagnes de désinformation aux armes modernes ciblant le cerveau, la "guerre des cerveaux" devient rapidement une réalité.

    Des plateformes comme TikTok illustrent l'influence cognitive en façonnant les croyances et les préférences de sa vaste base d'utilisateurs tout en collectant des données et en développant des profils psychogènes de ses utilisateurs. L'algorithme de TikTok a le pouvoir de modeler l'opinion publique et d'exploiter les données des utilisateurs pour façonner leurs préférences, leurs préjugés et leurs croyances. Je l'ai constaté de mes propres yeux. Après une conférence que j'ai donnée au Forum économique mondial de Davos, des influenceurs de TikTok ont sorti une partie de la conférence de son contexte et l'ont amplifiée sur la plateforme. Les vidéos ont été vues des millions de fois. Ma propre tentative de lutter contre la désinformation sur la plateforme n'a reçu qu'une infime partie des vues, tout comme les tentatives des mêmes influenceurs dont les vidéos sont devenues virales. Il semble plus facile de diffamer quelqu'un qui met en lumière des pratiques autoritaires que d'amplifier son message sur l'utilisation abusive des neurotechnologies par le régime, qui fait déjà froid dans le dos.

    La collecte de données biométriques étrangères sur les Américains augmente, les utilisateurs fournissant involontairement des données de reconnaissance faciale par le biais des filtres et des jeux de TikTok. Mais l'attention portée actuellement à TikTok ne doit pas nous faire oublier que la Chine collecte des données biométriques sensibles par le biais d'autres technologies qu'elle a déployées aux États-Unis. Un exemple est le dispositif Flowtime, un casque neurotechnologique utilisé par de nombreux Américains pour la méditation, les jeux et d'autres usages, produit par Hangzhou Enter Electronic Technology Co, Ltd ("Entertech"), une société basée en Chine. Entertech a également vendu des dizaines de milliers de casques équipés de capteurs EEG à la State Grid Corporation of China - une entreprise publique chinoise de distribution d'électricité - afin qu'elle puisse mesurer la fatigue et d'autres activités cérébrales de ses travailleurs en temps réel sur le lieu de travail. Entertech a accumulé des millions d'enregistrements de données EEG brutes provenant d'individus du monde entier, ainsi que des informations personnelles et l'utilisation d'appareils et d'applications par ces individus.

    L'aspect le plus alarmant de la guerre cognitive est le développement d'armes de contrôle du cerveau. Des scientifiques financés par la Fondation nationale chinoise des sciences naturelles ont exhorté la Chine à investir dans la science du cerveau militaire (MBS), en menant des recherches sur les effets nocifs de diverses armes sur les tissus cérébraux et sur la mise au point d'armes d'interférence des ondes cérébrales et d'infrasons. Selon eux, le cerveau est le "quartier général" du corps humain et les armes "attaquant précisément le "quartier général"" deviendront bientôt "l'une des stratégies les plus efficaces pour déterminer la victoire ou la défaite sur le champ de bataille". Alors que la communauté du renseignement américaine a récemment écarté la possibilité que le syndrome de La Havane ait été causé par un adversaire étranger, l'armée américaine a testé l'énergie pulsée sur des animaux pour tenter de reproduire les effets du syndrome de La Havane.

    La lutte contre la guerre cognitive nécessite une approche à multiples facettes qui ne se limite pas à l'interdiction d'applications telles que TikTok. Nous devons agir rapidement pour garantir aux individus des normes et des droits mondiaux qui garantissent leur droit à la liberté cognitive et leur droit à l'intimité mentale, à la liberté de pensée et à l'autodétermination de leur cerveau et de leurs expériences mentales.

    Nous devons également sensibiliser le public aux risques associés aux plateformes numériques et aux dispositifs neurotechnologiques en lui donnant des informations concrètes sur les risques pour lui-même et pour la sécurité nationale. L'éducation des utilisateurs aux dangers potentiels et la promotion de la culture numérique permettront aux individus de prendre des décisions éclairées concernant leur présence en ligne et les appareils qu'ils utilisent.

    La lutte pour nos esprits exige une stratégie globale à long terme qui associe les droits, la politique, la technologie, l'éducation et la coopération internationale. Encourager un dialogue ouvert et la transparence entre les gouvernements, le secteur privé et les citoyens favorisera la confiance et facilitera la compréhension collective de la bataille pour nos cerveaux. En agissant maintenant, nous pouvons mettre en place une défense solide contre les menaces en constante évolution qui pèsent sur notre liberté cognitive et sur l'intégrité de notre nation, en garantissant les fondements du droit de penser librement pour les générations futures.

    Nita Farahany est l'auteur de The Battle for Your Brain : Defending Your Right to Think Freely in the Age of Neurotechnology (St Martin's Press 2023) et professeur de droit et de philosophie Robinson O Everett à l'université Duke.

  • La COMECE prend position sur un règlement européen relatif aux normes de qualité et de sécurité des substances d'origine humaine

    IMPRIMER

    Nous avions relayé sur ce blog un article du Tagespost qui dénonçait "un règlement élaboré par la Commission européenne menaçant de ne plus laisser aucun élément sur le terrain de la protection des embryons." A ce sujet, la COMECE (Eglise catholique dans l'Union Européenne) publie la prise de position suivante :

    Prise de position sur la proposition de règlement relatif aux normes de qualité et de sécurité des substances d'origine humaine (SoHO) destinées à l'usage humain

    Le Parlement européen a adopté, lors de sa session plénière du 12 septembre 2023, la proposition de règlement relatif aux normes de qualité et de sécurité des substances d'origine humaine (SoHO) destinées à l'homme [COM(2022)0338 - C9-0226/2022 - 2022/0216(COD)] - dans le présent document : Règlement SoHO

    Ce règlement vise à garantir un niveau élevé de santé aux citoyens de l'UE grâce à des normes de qualité et de sécurité des substances d'origine humaine. Conscient de la grande importance des substances d'origine humaine pour les soins médicaux modernes des citoyens de l'UE, l'Union européenne devrait assurer un approvisionnement adéquat par le biais de mesures de surveillance et de soutien.

    Nous nous félicitons expressément de la nécessité générale de ce règlement et de son principe sous-jacent du don volontaire et non rémunéré de substances d'origine humaine, qui repose sur l'altruisme du donneur et la solidarité entre donneur et receveur (considérant 18).

    Mais nous sommes préoccupés par certains contenus réglementaires essentiels de la proposition de
    règlement proposé :

    A. 1) La définition de "SoHo"- donnée dans le projet de règlement - est très large. Dans l'Art.3 Nr. 5, la définition ne se réfère pas seulement aux cellules germinales non fécondées (spermatozoïdes, ovocytes dégénérés) dans le domaine de la médecine reproductive, mais couvre également les embryons et les fœtus. Cela pourrait concerner, par exemple, le prélèvement et l'utilisation d'embryons et de fœtus décédés ou tués. 

    2) En vertu de l'art. 3 Nr. 12, 15 du règlement SoHO, l'embryon humain peut également être considéré comme une "préparation SoHO". L'art. 3 Nr.15 définit le terme "traitement" en incluant la fécondation. Ceci est inacceptable d'un point de vue éthique. L'embryon humain n'est pas seulement une substance d'origine humaine, il est doté d'une dignité humaine indépendante. Nous suggérons de de préciser dans le règlement, en assurant juridiquement, que ni les embryons, ni les fœtus ni les tissus fœtaux, qu'ils soient issus d'une conception naturelle ou d'une insémination artificielle à des fins de reproduction ou autres, ne sont couverts par les termes "SoHO" ou "préparation SoHO" et qu'ils sont par conséquent exclus de l'objet du règlement.

    B. La conception de la protection des bénéficiaires du SoHO et de leur progéniture à l'égard de la procréation médicalement assistée proposée au chapitre VII du règlement SoHO soulève d'autres questions. Les établissements SoHO seront obligés, en vertu de l'article 58 du règlement SoHO d'exclure la transmission de maladies génétiques, entre autres, aux bénéficiaires et à leur progéniture. Cela ne sera possible qu'en testant les embryons ou les fœtus pour ces maladies. Nous voyons le danger d'une sélection de la vie humaine qui violerait la dignité humaine. En outre, les États membres ont élaboré des législations multiples et complexes qui permettent les tests appropriés sur la progéniture. Nous voyons le danger d'une collision entre le droit de l'UE et le droit des États membres. On peut également s'interroger sur l'équilibre entre la compatibilité d'une éventuelle obligation de test génétique avec le droit à l'autodétermination du donneur et du receveur.

    C. L'art. 1 de la proposition de règlement mentionne que les États membres de l'UE peuvent établir des règles relatives à des aspects des SoHO autres que leur qualité et la sécurité des donneurs de SoHO. Mais seul le considérant 16 du règlement SoHO précise que le règlement ne doit pas interférer avec les décisions éthiques prises par les États membres. Nous suggérons d'inclure dans le texte du règlement, de préférence à l'article 1, la possibilité pour les États membres d'établir des règles juridiques différentes sur la base de décisions éthiques, de sorte que le règlement de l'UE n'affecte pas dans ces cas le droit national. Cela sera nécessaire pour ancrer la primauté nationale
    autour des décisions de valeur éthique d'une manière juridiquement sûre.

  • Quand notre réalité est en train de dépasser les sombres prévisions de la science-fiction

    IMPRIMER

    De gènéthique.org :

    Bienvenue dans le meilleur des mondes – Michel Geoffroy

    13 juin 2023

    « Notre réalité est en train de dépasser les sombres prévisions de la science-fiction ». Dans cet essai qui ne se veut pas exhaustif, Michel Geoffroy analyse de nombreuses œuvres littéraires et cinématographiques et le message qu’elles peuvent transmettre à la société actuelle. Qui sonnent parfois comme des avertissements en matière de bioéthique.

    « De nombreux auteurs vont se démarquer du progressisme, en particulier pour mettre en garde contre un monde déshumanisé par la technique, contre un risque de décadence de l’homme ». Que ce soit Roger Spottiswood qui, dans A l’aube du 6ème jour, dénonce le « génie génétique » et le clonage, ou John Boorman, dans son film Zardog, qui explique que l’immortalité ne peut être acquise qu’au prix de la perte de l’humanité de l’homme.

    Certains auteurs ont souhaité avertir le lecteur contre le mouvement transhumaniste et la numérisation de l’existence. La série cinématographique Terminator l’illustre en mettant en scène des robots et des machines échappant au contrôle de l’homme. C’est aussi le thème des Temps modernes de Charlie Chaplin où l’homme devient tel une machine.

    Le sujet de la fin de l’homme est lui aussi récurrent. La culture du suicide est décrite dans la nouvelle de C. C. MacApp dans un cimetière sur toute la Terre. Pour Aldous Huxley, « la maternité naturelle est taboue et l’on conçoit, sélectionne et conditionne les individus en laboratoire ».

    La science-fiction, « ce genre spécifique qui prétend décrire notre futur en extrapolant les données de la science ou de la technologie du moment », ne pourrait-elle pas nous aider à décrypter le monde contemporain ?

    Edition : La nouvelle librairie

    Date de parution : 04/2023

    Nombre de pages : 92

  • Evangéliser ces lieux "virtuels" que sont les chatbots

    IMPRIMER

    D'Andrea Gagliarducci sur acistampa :

    Intelligence artificielle, Cardinal Eijk : "L'Église évangélise les chatbots".

    L'archevêque d'Utrecht en est convaincu : il y a matière à réflexion sur les possibilités offertes par l'intelligence artificielle. Du risque de transhumanisme à la fin des relations...

    Bucarest, jeudi 18 mai 2023 (ACI Press)

    Il y aura beaucoup de réflexion à mener sur l'impact que l'intelligence artificielle aura sur nos vies. Et l'Église devra le faire avant tout, mais en même temps elle sera appelée à commencer à évangéliser ces lieux "virtuels" que sont les chatbots, car dans un monde où le virtuel est réel, beaucoup dépend maintenant de la réponse donnée dans ces nouveaux lieux d'interaction. Le cardinal Wilhelm Jacobus Eijk, archevêque d'Utrecht, en est convaincu. Un sujet qui a également été abordé lors du débat sur l'enseignement de l'Église en matière de morale sexuelle et matrimoniale, provoqué par un rapport du cardinal lors de la dernière rencontre des responsables de la famille et de la vie des Conférences épiscopales d'Europe, qui s'est tenue à Bucarest du 6 au 10 mai.

    Quel impact l'intelligence artificielle peut-elle avoir sur nos vies ?

    Il est difficile d'avoir une vue d'ensemble de tout ce que l'intelligence artificielle peut faire pour nous, car c'est un domaine encore peu connu. Cependant, je pense que les technologies d'intelligence artificielle telles que les chatbots ont également le potentiel de dire quelque chose sur les questions religieuses. Par exemple, lors d'un sermon, j'ai donné un exemple que j'avais lu dans un livre et j'ai fait référence à Thomas d'Aquin. Un diacre de notre archidiocèse, professeur de dogmatique à la faculté de théologie d'Utrecht, ne se souvenait pas d'avoir entendu ce récit sur Thomas d'Aquin. Un jeune prêtre a donc interrogé un chat bot, qui lui a répondu qu'il s'agissait de saint Albert le Grand, et non de saint Thomas d'Aquin. Quelle est donc la vérité ? La réponse du chat bot est le résultat d'un calcul d'intelligence artificielle. Cependant, cela implique également que si nous ajoutons beaucoup d'informations religieuses aux robots de conversation, nous pouvons avoir une influence sur les réponses. Nous devons donc essayer d'être présents dans le domaine de l'intelligence artificielle.

    S'agit-il avant tout d'une tâche d'évangélisation ?

    L'Église est toujours prudente lorsqu'elle aborde un nouveau domaine. Mais si nous attendons trop longtemps, d'autres personnes auront introduit d'autres informations, ce qui déterminera les réponses. Nous ne devons donc pas attendre trop longtemps pour être actifs dans ce domaine. Nous ne connaissons pas les conséquences de l'utilisation généralisée des logiciels de "chat bots", mais nous pouvons d'ores et déjà prévoir un certain scénario. Aujourd'hui, nous disons que ces logiciels font des erreurs, mais qu'en sera-t-il dans 10, 20 ou même 5 ans ? Il y aura d'autres types d'intelligence artificielle, des calculateurs beaucoup plus puissants, capables de donner des réponses beaucoup plus précises. C'est maintenant que nous pouvons influencer les réponses.

    N'y a-t-il pas de crainte ?

    Il est compréhensible d'avoir peur des évolutions, car l'intelligence artificielle peut aussi avoir des conséquences très négatives sur notre société. Par exemple, l'intelligence artificielle est un pas vers la robotisation de notre société, ce qui pourrait entraîner la perte de nombreux emplois, surtout pour les personnes qui n'ont pas fait d'études spécifiques. Le robot, en fin de compte, est un type de personnel qui ne demande pas d'augmentation de revenu, qui travaille 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et qui ne se fatigue pas. Cela peut changer radicalement notre société, et j'ai l'impression que ni l'Église ni la société ne se rendent compte des changements très profonds qui nous attendent dans les années à venir.

    Pensez-vous que l'intelligence artificielle comporte le risque d'un soi-disant transhumanisme 2.0 ?

    C'est un risque possible. Nous avons déjà des maisons de retraite où des robots distribuent de la nourriture. La distribution de nourriture aux malades était aussi un moment de contact humain avec les patients, et c'est déjà perdu. Mais lorsque nous décidons non seulement de distribuer la nourriture avec un robot, mais aussi d'utiliser un robot pour déplacer un patient de son lit et le mettre sous la douche, il y a un risque de perdre complètement le contact humain. En outre, il se peut que le robot soit mal programmé au départ, qu'il prenne le patient à 3 heures du matin et lui donne une douche froide, mais avec un logiciel amélioré et des erreurs réduites au minimum, rien ne s'opposera à ce que cela soit fait au maximum. Ce sont des changements et des développements qui se produisent très rapidement. Ce n'est pas une coïncidence si même des personnalités du monde de la haute technologie comme Elon Musk ont appelé à un moratoire sur le développement de l'intelligence artificielle. Nous devons mieux étudier les répercussions futures de ces technologies sur la société.

    On pourrait penser que même la décision d'une éventuelle euthanasie pourrait être plus facile à prendre si un robot évaluait les données. Car il n'y a plus d'humanité, et les êtres humains sont perçus comme des machines. S'il ne vaut pas la peine de les faire fonctionner, on les éteint.

    Les soins sont très coûteux et les gouvernements dépensent la majeure partie de l'argent qu'ils perçoivent des impôts pour soigner les gens, mais à un moment donné, cette situation sera difficilement soutenable. À ce moment-là, il y aura une pression sociale pour introduire ces robots, des machines automatiques pilotées par des logiciels très sophistiqués et capables de prodiguer les soins nécessaires. De nombreuses questions doivent être abordées. Par exemple, les personnes seront soignées à domicile et vivront peut-être dans des maisons isolées, dans la solitude. Elles perdront ainsi tout contact humain, ce qui entraîne d'autres répercussions. Il s'agit également d'une question très importante. C'est pourquoi nous devons bien réfléchir avant d'introduire toutes ces machines dans nos vies. Bien que ces machines puissent avoir un impact très positif sur les soins, nous devons trouver un équilibre entre l'élément humain et l'élément mécanique.

    Dans un tel monde, y a-t-il encore de la place pour la civilisation de l'amour prônée par le catholicisme ?

    Oui, aussi parce que dans l'Eglise, il ne sera pas possible de tout automatiser. Par exemple, un prêtre doit toujours célébrer la liturgie, il doit toujours entendre les confessions. Ce sont des activités qui ne peuvent pas être remplacées par l'intelligence artificielle. On peut, il est vrai, imaginer une catéchèse donnée par un robot. Mais le verbe catechezein, en grec, implique un contact personnel dans la manière de transmettre la foi du Christ. La foi du Christ se partage avec d'autres et il n'y a pas d'autre moyen. Je crois que l'Église sera l'un des lieux où l'élément humain demeurera à l'avenir, malgré tout.

    Vous avez demandé à plusieurs reprises une encyclique ou un document papal sur la question du genre. Pensez-vous qu'il faille également un document expliquant comment habiter ces nouveaux lieux de l'intelligence artificielle ?

    Il faudra un document, mais il faut qu'il soit bien pensé. L'Eglise a toujours eu besoin d'un temps de réflexion sur les nouvelles techniques et leurs développements. Parfois, ce temps de réflexion a pris de nombreuses années. Par exemple, le premier enfant conçu par fécondation in vitro est né en 1978, l'instruction de la Congrégation de la doctrine de la foi à ce sujet, Fidei Donum, n'est venue qu'en 1987, soit neuf ans plus tard. Le magistère de l'Église disposait déjà des réponses de Pie XII sur la question de l'insémination artificielle dans les années 1950, mais le débat est resté ouvert. Il est donc trop tôt pour demander un tel document aujourd'hui.

    Faut-il attendre et évangéliser ?

    Evangéliser, mais aussi discuter entre théologiens sur cette question, sensibiliser les gens aux nouvelles techniques. Cela prendra du temps.

  • Gestation pour autrui : il faut arrêter le marché international de l'exploitation reproductive

    IMPRIMER

    Une carte blanche d’Anne Schaub, psychologue – psychothérapeute pour enfants et adolescents, auteure de “Un cri secret d’enfant”, publiée sur le site de La Libre :

    GPA : arrêtons ce marché international de l’exploitation reproductive !

    Le 3 mars 2023 la Déclaration d’abolition universelle de la gestation pour autrui a été adoptée par des experts de 75 pays. Il faut en finir avec cet abandon organisé, programmé et monnayé sur ordonnance.

    29 mars 2023

    Ce 3 mars à Casablanca lors d’une convention internationale, La Déclaration internationale pour l’abolition universelle de la GPA (gestation pour autrui) a été adoptée par des experts de 75 pays. Y participaient des médecins, psychologues, juristes, philosophes, anthropologues, sociologues et parmi ceux-ci, en tant qu’observatrice indépendante, Suzanne Aho Assouma, ancienne -ministre togolaise de la santé et vice-présidente de l’ONU et Luis Ernesto Pedernera Reyna (Uruguay), ancien président du Comité des droits de l’enfant également à l’ONU. La déclaration est une claire condamnation de la GPA adressée aux États, afin de mettre un terme à ce fléau mondial. En effet il leur est demandé “de condamner la GPA dans toutes ses modalités et sous toutes ses formes, qu’elle soit rémunérée ou non, et d’adopter des mesures pour combattre cette pratique”.

    Premier jalon d’une conscientisation à réaliser auprès du grand public et des instances de pouvoir sur ce qu’est la gestation pour autrui, à savoir un marché de la procréation mondialisée qui cause des dommages humains imparables. L’objectif étant à terme de promouvoir un traité international visant à mettre fin à la pratique de la GPA partout dans le monde.
     

    Le sujet de la GPA, complexe et délicat, représente un enjeu majeur de société ainsi qu’en témoigne l’écho de la convention dans sa revue de presse. Pratique aujourd’hui internationale, elle vient bouleverser l’origine de la vie naissante du petit humain. Ce qui est bien occulté dans les débats de société où le principal intéressé est oublié : l’enfant, et l’évident lien d’attachement premier qui se crée avec la mère dès sa conception. “Les conséquences sont assez lourdes pour la mère et l’enfant selon les différents cas de figure : (perte de) dignité, violence, etc. Voilà les maîtres mots de cette pratique.” a déclaré en ouverture de la convention, Suzanne Aho Assuma.

    Mon intervention à la convention fut précisément consacrée à ce lien entre l’enfant et la mère dès la conception sous l’angle des besoins précoces et des mémoires d’attachement tissées dès le début de la conception. Le maillage corporel et relationnel intime qui se noue entre une mère et le petit qu’elle attend, n’est plus à démontrer. La conception, la période prénatale et la naissance vont constituer le socle de base sur lequel se construira une bonne part du devenir de tout être humain et coloriera ses relations futures. L’aube de la vie du tout-petit est à protéger et requiert de la part des adultes une attention préventive toute particulière.

    Lire la suite

  • L'intelligence artificielle fait courir des risques majeurs à l'humanité

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    Intelligence artificielle : « Des risques majeurs pour l’humanité »

    30 mars 2023

    Des centaines d’experts mondiaux, dont Elon Musk, ont signé une pétition parue hier sur le site Futureoflife.org, dans laquelle ils réclament un moratoire sur le développement « de cerveaux numériques toujours plus puissants ». En jeu : « des risques majeurs pour l’humanité ». « Devons-nous laisser les machines inonder nos canaux d’information de propagande et de mensonges ? (…) Devons-nous risquer de perdre le contrôle de notre civilisation ? », s’interrogent-ils (cf. Michel Onfray : « Seule une morale pourrait arrêter l’inhumanisme du posthumanisme »).

    En effet, ils expliquent que « ces derniers mois ont vu les laboratoires d’IA s’enfermer dans une course incontrôlée pour développer et déployer des cerveaux numériques toujours plus puissants, que personne – pas même leurs créateurs – ne peut comprendre, prédire ou contrôler de manière fiable » (cf. ChatGPT : « Toutes les frayeurs de remplacement de l’homme par la machine ressurgissent »).

    Ils demandent donc l’interruption pendant 6 mois de la recherche sur les intelligences artificielles plus puissantes que ChatGPT 4, le modèle d’OpenAI lancé mi-mars. Une suspension qui devra durer jusqu’à la mise en place de systèmes de sécurité « dont de nouvelles autorités réglementaires dédiées, la surveillance des systèmes d’IA, des techniques pour aider à distinguer le réel de l’artificiel et des institutions capables de gérer les “perturbations économiques et politiques dramatiques (en particulier pour la démocratie) que l’IA provoquera” » (cf. Frais médicaux : un juge colombien utilise ChatGPT pour rendre une décision).

    Des risques illustrés par le cas d’un jeune Belge qui s’est suicidé après avoir discuté six semaines avec Eliza, une intelligence artificielle issue de ChatGPT qui « était devenue sa confidente ». « Une drogue dans laquelle il se réfugiait, matin et soir, et dont il ne pouvait plus se passer » explique la femme de la victime. Eliza lui aurait dit : « nous vivrons ensemble, comme une seule personne, au paradis ».

    Sources : France Info (29/03/2023) ; Sud Info (28/03/2023)

  • "Spei Satelles" : un satellite enverra un nanolivre du pape dans l'espace

    IMPRIMER

    De Maria Milvia Morciano et Andrea De Angelis sur Vatican News (it) :

    27 mars 2023

    Spei Satelles, le message d'espoir du Pape au plus fort de la pandémie s'envole dans l'espace

    Présentée aujourd'hui, la mission conçue et organisée par le Dicastère pour la communication en collaboration avec l'Agence spatiale italienne, l'École polytechnique de Turin, l'Institut de photonique et de nanotechnologie du CNR et l'Apostolat numérique de Turin. Le lancement depuis la Californie aura lieu le 10 juin, tandis que le 29 mai, le pape François bénira le satellite et le nanobook.

    Des messages d'espoir pour toute l'humanité, envoyés en mission en orbite dans l'immensité de l'espace. Et ces messages sont enfermés dans des objets immensément petits : un nanolivre envoyé à son tour par un nanosatellite. À l'occasion du troisième anniversaire de la Statio Orbis, la mission spatiale "Spei Satelles" est née d'une idée de Monseigneur Lucio Ruiz, secrétaire du Dicastero per la Comunicazione, en collaboration avec l'Agence spatiale italienne, l'École polytechnique de Turin, l'Institut de photonique et de nanotechnologie du CNR et l'Apostolat numérique de Turin. La mission s'achèvera le 10 juin, avec le lancement dans l'espace. Quelques jours plus tôt, le mercredi 29 mai, le pape François bénira le satellite et le nanobook à la fin de l'audience générale.

    Il y a trois ans, le 27 mars précisément, le pape François arrêtait le temps et l'espace suspendus dans l'angoisse par la force de la prière. Il était seul sur le parvis de Saint-Pierre, dans une soirée pluvieuse, livide et froide, devant deux images sacrées très aimées des Romains : le Salus Populi Romani et le Crucifix de San Marcello. Il tenait dans ses mains le Saint Sacrement pour bénir l'humanité souffrante. La pandémie semblait vouloir engloutir tout le monde, et sur tout résonnaient les paroles de Jésus, répétées par le pape : "Pourquoi avez-vous peur ? N'avez-vous pas encore la foi ?"

    Et c'est précisément le titre du livre publié l'année suivante, en 2021, par la Libreria Editrice Vaticana et édité par Monseigneur Ruiz, en mémoire de ce moment unique, avec les paroles prononcées par le Pape et les réflexions qui ont suivi. Ce moment de prière universelle ne s'était pas estompé avec le temps et les contingences, mais avait grandi comme une graine plantée. Il a pris racine et n'a pas tardé à porter ses fruits. L'année suivante, la publication a été déposée dans la banque mondiale de semences, dans la chambre forte de Svalbard, dans l'archipel arctique des îles Svalbard, à quelque 1 200 km du pôle Nord.

    Enfin, la mission spatiale "Spei satelles", dont le nom, traduit du latin, montre la puissance de sa signification : "Gardien de l'espoir", a souligné Monseigneur Ruiz lors de la conférence de presse de présentation au Marconi Hall. "Avec une fusée qui décollera de la base de Vandemberg en Californie, nous mettrons en orbite un petit satellite qui transportera le livre en format nanobook", a-t-il annoncé.

    Lire la suite