Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jeunes

  • « La promotion des vocations au sacerdoce est ma priorité absolue » (L'évêque de Clifton)

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    « La promotion des vocations au sacerdoce est ma priorité absolue »

    13 avril 2024

    Nommé évêque MacDonald/Clifton (Royaume-Uni) : « La vie et la mission de l'Église dépendent de la présence de pasteurs fidèles pour mener à bien ce ministère unique de consécration et d'absolution. »

    Clifton (kath.net/pl) « La promotion des vocations au sacerdoce est de la plus haute importance car nous avons un besoin urgent d'un ministère sacerdotal, en particulier compte tenu de l'absence d'Église et de l'indifférence généralisée de nombreuses personnes. Le peuple de Dieu tout entier est responsable de la vocation sacerdotale et nous pouvons tous offrir notre soutien par une prière humble et persistante. » C'est ce que dit l'évêque de Clifton, Bosco MacDonald, (Grande-Bretagne) à la fin de son entretien détaillé avec le « Catholic Herald ». Il a également abordé d'autres questions fondamentales, comme les familles catholiques, les écoles catholiques, son propre cheminement vers le sacerdoce, mais aussi le déclin du nombre de fidèles.

    Au sujet des appels, il explique plus loin : Pour ceux qui envisagent le sacerdoce, la chose la plus importante est d'être ouvert et réceptif à l'appel de Dieu. La vocation au sacerdoce est un don de Dieu et non quelque chose que l'on décide de manière isolée. Le seul désir de devenir prêtre ne suffit pas – vous devez discerner si vous avez vraiment un appel de Dieu et si vous avez les qualités nécessaires pour servir l’Église.

    Il conseille de « prier d’abord à ce sujet. Si vous ne savez pas comment faire ou quoi dire, cela n'a pas d'importance : Dieu vous aidera à trouver les mots justes. Ils doivent également rechercher la direction et l’accompagnement de l’Église, car il est de la responsabilité de l’Église de reconnaître l’aptitude de ceux qui souhaitent entrer au séminaire et de les appeler à l’ordination s’ils possèdent les qualités nécessaires.

    L’évêque nommé déclare expressément : « La promotion des vocations au sacerdoce est ma plus haute priorité, car la vie et la mission de l’Église dépendent de la présence de pasteurs fidèles qui exercent ce ministère unique d’ordination et d’absolution. C’est pourquoi je ferai de mon mieux pour promouvoir la prière pour les vocations, présenter personnellement l’appel au sacerdoce et essayer de témoigner de la joie et de la sainteté de la vie sacerdotale.

    La réponse du futur évêque à la question de savoir quel est le meilleur outil dont dispose l'Église pour la conversion des âmes est également particulièrement instructive. Il dit : « En un mot : Jésus. C'est Lui qui nous appelle à sortir des ténèbres et à devenir ce que nous sommes vraiment. Il est Celui qui nous soutient et est la source de toute notre espérance. Et l'Église administre le sacrement de son corps. En matière de conversion, rien d’autre ne s’en rapproche.

    La Sainte Eucharistie est magnifiquement décrite comme la source et le sommet de la vie chrétienne, toute la richesse spirituelle de l'Église et le plus grand don du Christ à l'Église. Comme sacrement qui représente le sacrifice du Christ pour notre salut. Par conséquent, Jésus dans le Saint Sacrement de l’Autel – l’Eucharistie – est le plus grand atout de l’Église.

    Lien vers l’interview complète dans le « Catholic Herald » :L'évêque élu de Clifton parle du mariage, de la parentalité dans un monde laïc, des pressions auxquelles sont confrontés les prêtres et bien plus encore, y compris du plus grand atout de l'Église

  • Pourquoi il faudra reconsidérer le type de célébrations qu'on nous impose

    IMPRIMER

    De David Engels sur le Tagespost :

    Quand les miracles de Pâques font défaut

    Il ne faut plus attendre de l'Eglise, dans sa configuration actuelle, des miracles comme ceux du temps de Jésus. Un récit d'expérience et de souffrance en Belgique.

    Rien de nouveau : cette année encore, il n'y a pas eu de miracle pascal, du moins dans l'ensemble de la société. Comme à chaque fois, les médias de qualité ont été dominés par les thèmes habituels - "S'ouvre-t-on suffisamment au ramadan?", "L'interdiction de danser le Vendredi saint est-elle toujours d'actualité ?", "Jésus a-t-il jamais vécu ?", "Pâques est-elle une coutume païenne ?", "Les feux de Pâques sont-ils mauvais pour le climat ?" - et cette fois encore, les médias sociaux ont été inondés des habituels messages christianophobes de nos concitoyens libertaires.

    Malheureusement, la visite d'une messe de Pâques belge (Novus Ordo) cette année n'a pas apporté de véritable contre-programme - au contraire : Le Samedi saint, un concert haut en couleurs d'un ensemble sud-américain dans une église joyeusement décorée, sans aucune croix voilée et avec des fleurs partout ; puis, le dimanche de Pâques, une messe quasiment quintessenciée climato-socio-pastorale avec de la harpe en boîte, une profession de foi inventée par les participants eux-mêmes et un sermon comparant la résurrection du Seigneur aux difficultés matinales des enfants endormis pour se lever et culminant avec des réflexions sur Gaza et l'Ukraine, le tout abondamment entrecoupé de chants de Taizé et d'une présentation Powerpoint avec des images de fleurs et de galets ronds tombées dans le domaine public. Le public : presque exclusivement des têtes grisonnantes.

    Trahison de la transcendance

    Une chose semble en tout cas claire : Cette forme de christianisme est condamnée à disparaître, tant sur le plan démographique que sur celui du contenu. La trahison de la transcendance au profit de l'immanence, la soumission à l'opinion publique, l'incompréhension totale du fait que le "jeunisme" recherché, surtout lorsqu'il est décalé de deux générations, n'est qu'embarrassant, voire repoussant, la haine de toute forme rituelle, car elle oblige autant à une attention extrême qu'à un retrait ascétique de soi-même - tout cela pouvait paraître il y a quelques années comme le destin ultime de l'Eglise (ou des Eglises), mais est désormais (presque) révolu : Il n'est donc pas étonnant que les messes charismatiques et tridentines dans les catacombes débordent déjà de jeunes.

    Et c'est là que réside la clé de la question de la rechristianisation de ces "nouveaux païens" dont la compréhension naïve et falsifiée du christianisme révèle non seulement le succès de l'éviction de notre foi de l'espace public, mais aussi l'échec fondamental de générations de professeurs de religion et de prêtres. L'Eglise post-vaticane a tenté (maladroitement) de se mettre au goût du jour stylistique, mais a confondu les véritables questions spirituelles de l'époque avec l'opinion journalistique majoritaire. Celle qui succédera devra faire exactement l'inverse : Exiger avec rigueur le respect de son propre langage formel, tout en développant une écoute sans préjugés pour les préoccupations identitaires et ontologiques de la jeunesse et, pour ce faire, se détacher enfin du paradigme aussi anachronique que confortable des années 1970 - même et surtout si cela signifie risquer héroïquement le conflit avec "l'opinion publique" et les élites politiques.

  • Les vocations dans un autre monde : un séminaire au Nigeria compte plus de 700 futurs prêtres

    IMPRIMER

    D'Andrea Galli sur Avvenire :

    Afrique. Vocations d'un autre monde : un séminaire au Nigeria avec plus de 700 futurs prêtres

    24 mars 2024

    Le centre de formation d'Enugu, l'un des plus grands au monde, a 100 ans. Deux cardinaux vivants y ont étudié. Le recteur, le père Ikpenwa : c'est ainsi que nous contribuons à la vie civile du pays.
        
    5 heures du matin À Enugu, capitale de l'État du même nom dans le sud-est du Nigeria, ville de 800 000 habitants, alors qu'il fait encore nuit et que la plupart des gens consomment leurs dernières heures de sommeil, 531 jeunes hommes se lèvent, se préparent à la hâte, revêtent leur soutane blanche et, à 5 h 30, remplissent en silence l'église du séminaire catholique local, sur le campus qui se trouve non loin de Zik Avenue, l'une des principales artères de la circulation urbaine. Puis une heure d'adoration eucharistique, de méditation et de louange. À 6h45, la messe et à 7h30, le petit déjeuner bien mérité.

    C'est ainsi que commence une journée typique au séminaire de Bigard, un centre de formation pour le clergé de la province ecclésiastique qui appartient à l'archidiocèse d'Onitsha et comprend les diocèses suffragants d'Abakaliki, d'Awgu, d'Awka, d'Ekwulobia, d'Enugu, de Nnewi et de Nsukka. Bigard a longtemps porté le nom de plus grand séminaire catholique du monde, bien que cette suprématie soit incertaine : le séminaire de Ledalero, sur l'île de Flores, dans le sud-est de l'archipel indonésien, lui dispute cette place, car il a connu une croissance exponentielle ces dernières années. Certes, avec ses 771 séminaristes actuels - dont 531 diocésains, qui vivent sur place, et 240 appartenant à des congrégations religieuses de la région, capucins, clarétains, vincentiens, somaschi, qui étudient sur place mais retournent dormir dans leurs propres communautés -, il a peu de rivaux. Et il représente un poumon unique pour le catholicisme, non seulement au Nigeria, mais aussi dans les pays voisins comme le Cameroun.

    Una liturgia eucaristica nella chiesa del Seminario di Enugu (Nigeria) che contiene 800 persone sedute
    Une liturgie eucharistique dans l'église du séminaire d'Enugu (Nigeria) qui contient 800 personnes assises - .

    Lire la suite

  • Bruxelles (Chant d'Oiseau), 17 avril : conférence "Comment naissent les vocations?"

    IMPRIMER

    2024_03_20_15_02_53_Greenshot.png

    2024_03_20_15_04_11_Greenshot.png
     
     
    Asbl DPTN-Belgium Vzw
    Slotlaan 90 / 11 Avenue du Castel
    1200 Brussels
    Tel 0477 24 63 43
  • Que font les évêques catholiques de la Comece à Bruxelles ?

    IMPRIMER

    De Stefano Fontana sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    EUROCONFORMISME

    Les évêques catholiques réduits à l'état de fonctionnaires de l'UE

    Que font les épiscopats européens à Bruxelles ? Une question spontanée à en juger par les deux documents à l'approche du vote, où la doctrine sociale est rare et les clichés triomphants.

    20 mars 2024

    Que font ces évêques catholiques de la Comece à Bruxelles ? On ne peut éviter cette question en examinant deux de leurs récents documents produits à l'approche des prochaines élections parlementaires de l'UE en juin. La Comece est la Commission des épiscopats européens auprès de l'Union européenne, basée à Bruxelles, présidée par l'Italien Mgr Mariano Crociata, ancien secrétaire de la Conférence épiscopale italienne (CEI) et évêque de Latina, et composée de 24 évêques représentant les conférences épiscopales nationales, dont quatre en tant que vice-présidents. Le premier document est un Communiqué publié le 13 mars sous le titre Pour un vote responsable qui promeut les valeurs chrétiennes et le projet européen.  Le second est un Kit catholique pour les jeunes Européens, une boussole pour les jeunes appelés à voter aux élections européennes. En voyant ce que 24 évêques ont produit pour l'occasion, on est très embarrassé pour eux, si l'on connaît ne serait-ce que de manière rudimentaire quelques éléments minimaux de la Doctrine sociale de l'Eglise.

    On sait que l'Union européenne est en crise et dans un état de confusion. La liste de ses méfaits serait très longue. Le président Macron a exprimé sa volonté d'inscrire le droit à l'avortement dans la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne, après l'avoir déjà inscrit dans la Constitution française. Dans toute l'Union, les agriculteurs manifestent leur impatience face aux politiques du Green New Deal voulu par Bruxelles qui, poursuivant l'idéologie climaticide d'un réchauffement climatique attribué à des causes humaines, impose des mesures absurdes et antiéconomiques. Les pays de l'Union sont plus ou moins envahis par une migration clandestine incontrôlée tandis que l'Islam atteint des pourcentages très élevés dans plusieurs villes, imposant sa civilisation. Les institutions européennes défendent et diffusent une culture homogène inspirée par la démocratie relativiste et le subjectivisme narcissique qui tue la famille et d'autres dimensions naturelles de la vie sociale avec les "nouveaux droits". Les différentes "transitions" préfigurent un système social qui, avec la numérisation et l'intelligence artificielle, contrôlera nos vies. La modification des traités risque d'accentuer le centralisme au détriment des nations. Sur la question de la guerre en Ukraine, l'Union se trouve déplacée et subordonnée à des décisions prises ailleurs. Et la liste est encore longue...

    Face à ce véritable désarroi qui provoque des dérives inquiétantes, les 24 évêques de la Comece ne peuvent que réaffirmer le bien-fondé du projet européen, rappelant que des hommes politiques catholiques en ont été à l'origine, inviter les citoyens à participer aux élections et à "voter pour des personnes et des partis qui soutiennent clairement le projet européen et dont nous pouvons raisonnablement penser qu'ils vont promouvoir nos valeurs et notre idée de l'Europe, telles que le respect et la promotion de la dignité de toute personne humaine, la solidarité, l'égalité, la famille et le caractère sacré de la vie, la démocratie, la liberté, la subsidiarité, la sauvegarde de notre "maison commune"". L'invitation à voter pour ceux qui soutiennent clairement le projet européen vise à éviter de voter pour des partis critiques, ce que feront de nombreux catholiques exaspérés par cette Union. Le respect de la personne humaine est désormais un concept polyvalent et vide de sens puisque même Macron y fait appel. Solidarité, égalité, liberté, subsidiarité ne sont que des mots conventionnels et génériques si on ne les justifie pas à la lumière de la Doctrine sociale de l'Église.

    Lire la suite

  • Echos du Congrès Mission 2024

    IMPRIMER

    De RCF (16/17) :

    Analyse et extraits d'interviews du Congrès Mission 2024

    18 mars 2024

    La deuxième édition du Congrès Mission a été une réussite en réunissant près de 2000 participants ! Grandes célébrations, ateliers, tables rondes, village de stands, rencontres fraternelles, comment fonctionne un Congrès Mission, quel est son objectif ?

    REPORTAGES VIDÉOS DU CONGRÈS MISSION

    ⏯️ disponibles sur les canaux Facebook et Youtube de 1RCF Belgique

    Résumé de la première journée Réactions de participants, de volontaires, le cœur de l’homélie de Mgr Lode Aerts et l’esprit missionnaire de Mgr Jean-Pierre Delville.

    Vidéos sur Facebook Youtube

     

     

     

     

     

     

     

    Shimon-Pierre et Zachée sont venus à pied de Jérusalem pour participer au Congrès Mission. Leur vie a changé le jour où ils ont rencontré Yeshoua. Ecoutez leur incroyable récit

    Vidéos sur Facebook Youtube

     

     

     

     

     

     

     

    Partage, solidarité, joie lors du 1er banquet fraternel organisé par le Congrès Mission Bruxelles. Mathieu nous explique tout cela dans ce reportage
    Vidéos sur Facebook Youtube

    Reportage sur une des trois grandes veillées proposées le samedi soir : louange, témoignages, adoration. Une trentaine de prêtres ont donné le sacrement de réconciliation. 
    Vidéos sur Facebook Youtube

    Résumé du dimanche : 10 tables rondes et 70 ateliers de créativité et de partage d’expériences missionnaires. Dans son homélie, Mgr Luc Terlinden invite l’Eglise à revêtir un costume avec une taille plus petite.
    Vidéos sur Facebook Youtube

    >> Cliquez ici pour accéder à l'album complet <<

     

  • Quand éduquer à la sexualité revient à plaquer sur les enfants et adolescents des préoccupations d'adultes

    IMPRIMER

    Le contexte est celui de la France mais on sait qu'il en va de même chez nous avec le processus éducatif de l'EVRAS imposé dans nos écoles.

    Une tribune de Christian Flavigny relayée sur gènéthique.org :

    « Education à la sexualité » : plaquer sur les enfants et les adolescents des préoccupations d’adultes

    14 mars 2024

    Dans un texte très attendu et publié le mardi 5 mars dernier, le Conseil supérieur des programmes (CSP) préconise une « éducation à la sexualité » (cf. Education sexuelle : trois associations attaquent l’Etat en justice). Ce faisant, il confirme la confusion qui règne au ministère de l’Éducation nationale sur la place de l’école dans l’épanouissement psychoaffectif de l’enfant. Il y serait traité de la sexualité comme d’une discipline parmi d’autres, comme on rajouterait un cours de langue qui permettrait la découverte de « la langue de l’autre », sous le vertueux principe d’aider l’enfant et l’adolescent à s’affirmer dans le « respect de l’autre ». Cette démarche est une erreur, et c’est une faute.

    « Trouver sa place dans la société » ?

    Il s’agit d’une approche « gestionnaire » de la vie sexuelle, omettant que la sexualité est d’abord pour l’enfant un questionnement existentiel : « pourquoi y a-t-il deux sexes ? ». La réponse qu’il ébauche cherche sa réponse dans la vie familiale : il y a son papa et sa maman, dont l’union a détenu le pouvoir de faire venir au monde les enfants – il a compris qu’ils avaient jadis été petit garçon et petite fille. Son interrogation devient : « qu’est-ce donc qui les a rapprochés, faisant leur désir que je vienne, moi, entre eux, depuis eux, comme leur enfant ? »

    Le CSP veut aider chacun à « trouver sa place dans la société ». Cette question est celle des jeunes adultes. Pour l’enfant, il s’agit de s’inscrire dans sa vie familiale, donc dans le lien filial qui l’unit à ses parents, depuis son vœu d’incarner les attentes qui ont porté sa venue au monde – non sans se distinguer d’elles pour affirmer sa personnalité : c’est l’enjeu psychoaffectif de l’enfance.

    Le préalable à la découverte de l’autre, c’est pour l’enfant de s’établir soi-même avec confiance. C’est d’abord la relation à ces « grands Autres » que sont les parents, qui justement deviennent les parents parce qu’ils tissent le lien d’identification (« faire identique ») à leur enfant : le lien de « mêmeté » soude la vie familiale ; cela leur permet de le comprendre tout en assumant leur rôle protecteur. Cependant l’enfant rêve de devenir « grand », ce qui est pour lui devenir plus tard parent comme aujourd’hui sont ses parents. Quant à la différence des sexes, elle est tôt constatée corporellement par l’enfant (garçon ou fille) ; mais son identité sexuée se construit depuis l’appui du lien d’identification : du fils au père (transmission du masculin), de la fille à la mère (du féminin). Ce que prétend gérer le programme du CSP, la vie familiale en est le creuset.

    Des préoccupations actuelles d’adultes

    La sexualité ne s’enseigne pas. Elle est une découverte maturative chargée d’interrogations pour l’enfant : « et si j’avais été de l’autre sexe ? » (serais-je plus sûrement aimé d’eux ?). Ces questions animent son jeu, authentique méditation sur la vie, avec pour enjeu crucial, non pas la sexualité des adultes, mais l’amour : un mot qui s’applique autant aux relations entre adultes, les ouvrant au partage de vie sexuelle, qu’à celles entre parents et enfants, par nature désexualisées pour respecter la maturation enfantine.

    Ces questions agitent l’éveil imaginaire de l’enfant : « et si … ? » Il lui faut s’approprier les réalités, celle de son corps sexué et celle des attentes de ses parents, et les concilier pour s’inscrire comme leur fils ou leur fille – conciliation parfois difficile, comme le montre le désarroi aujourd’hui dénommé « transgenre ». L’amour entre adultes est l’émotion de retrouver en l’autre cette image de « moi-même qui eus été de l’autre sexe », cette image qui avait été enfouie pour s’établir dans son sexe propre (au sens de se l’être approprié) ; l’être aimé devient son alter ego, son « autre soi-même ».

    Le programme d’ « enseignement à la sexualité », recommandé par le CSP, plaque sur les enfants et les adolescents des préoccupations actuelles d’adultes. C’est embarrasser leur maturation, même en prétendant intégrer l’aspect affectif et relationnel : celui-ci relève d’une intimité que la vie collective ne peut aborder sans risquer de lui faire effraction, d’autant qu’elle en méconnaît la source psychique. Ce programme est donc une erreur. Mais c’est aussi une faute : celle de prétendre gérer ce qui ressortit de la vie familiale.

    La sexualité, cela ne s’enseigne pas, cela se vit. Dans l’enfance, dans l’adolescence, cela interroge, cela se construit : qu’est-ce qui différencie, et qu’est-ce qui rapproche ? Une démarche scolaire respectueuse de l’enfant peut l’instruire sur la sexualité comme condition générale de la reproduction du vivant et peut aviser l’adolescent sur les mesures de prévention relatives au partage de vie sexuelle. Pour le reste, elle n’est pas compétente, et risque d’embarrasser la maturation psychique qui est l’enjeu délicat de leur âge.

    Cette tribune de Christian Flavigny a été publiée initialement par Causeur et l’Institut Thomas More sous le titre La sexualité ne s’enseigne pas, elle se vit!.

  • Qu'en est-il de l'Église aux États-Unis ?

    IMPRIMER

    De George Weigel sur le Catholic World Report :

    La bonne nouvelle, c'est que la mauvaise nouvelle n'est pas la seule qui existe
    L'Esprit Saint anime de bonnes choses parmi nous. Il faut les célébrer et les soutenir.

    13 mars 2024

    Dans un essai perspicace sur le défi lancé par Vladimir Poutine à la civilisation, l'historien italien Roberto de Mattei a fait remarquer qu'au milieu du déclin général de l'Occident, "l'Église.... apparaît comme un terrain vague". Cela semble certainement être le cas du catholicisme institutionnel en Allemagne et en Belgique, où les évêques violent la profession de foi qu'ils ont faite avant leur ordination épiscopale en déclarant que l'Église a enseigné faussement sur certaines questions morales, et en suggérant que des questions doctrinales réglées ne sont pas réglées.

    Il n'est pas difficile de comprendre comment le Dr de Mattei, qui vit à Rome, peut avoir l'impression de vivre dans un désert ecclésiastique : le prêtre chargé de la catéchèse dans le diocèse de Rome, le père Andrea Camillini, a récemment déclaré : "Il est temps d'abandonner l'illusion de la toute-puissance, de l'évangélisation de Rome, et d'abandonner l'idée de faire de Rome une ville chrétienne. Ce n'est plus notre objectif et ça ne l'a jamais été".

    Mais qu'en est-il de l'Église aux États-Unis ? Certes, notre paysage est en clair-obscur, avec des ombres et des lumières. Mais une terre en friche ? Je ne le crois pas.

    Considérons les éléments suivants.

    Séminaires. Dans l'ensemble, les séminaires américains sont aujourd'hui en meilleure forme qu'ils ne l'ont jamais été. Les réformes des séminaires prescrites par Jean-Paul II dans l'exhortation apostolique Pastores Dabo Vobish de 1987 ont fait leur chemin et, bien qu'il reste encore beaucoup à faire - notamment pour inculquer l'art de la prédication - les recteurs et les formateurs des séminaires de nombreux pays de l'Atlantique Nord s'émerveillent de ce qu'ils voient ici et espèrent l'imiter.

    Collèges et universités catholiques. Certaines d'entre elles sont, en effet, des friches catholiques. Dans d'autres, il y a une bataille continuelle pour maintenir une identité catholique vibrante qui prépare les jeunes hommes et les jeunes femmes au discipulat missionnaire. D'autres encore sont fermement engagés sur la voie de la rigueur intellectuelle dans un environnement qui favorise une conversion continue et toujours plus profonde au Christ. Pour n'en citer que quelques-uns, par ordre alphabétique : Thomas Aquinas College, Belmont Abbey College, Benedictine College, Catholic University of America, Christendom College, University of Dallas, Franciscan University of Steubenville, University of Mary.

    La pastorale catholique des campus. Nous vivons un âge d'or de la pastorale universitaire catholique, qui se manifeste dans des lieux que certains pourraient considérer comme surprenants, tels que l'université Texas A&M et l'université d'État du Dakota du Nord.  Le Fellowship of Catholic University Students (FOCUS), issu directement des Journées mondiales de la jeunesse de 1993 à Denver, envoie aujourd'hui 980 jeunes missionnaires, récemment diplômés, sur 202 campus dans six pays pour l'évangélisation et la catéchèse de pair à pair. Un pourcentage élevé des vocations à la prêtrise et à la vie consacrée du 21e siècle sont suscitées par la participation aux programmes FOCUS sur les campus, et le nombre de mariages et de familles catholiques de qualité que FOCUS et d'autres excellents ministères catholiques sur les campus ont favorisés est incalculable. L'Institut thomiste, dirigé depuis la Maison dominicaine d'études de Washington, apporte un contenu catholique de haute volée sur les campus d'un océan à l'autre, défiant l'esprit de travail par la vérité.

    Catéchèse et formation des adultes. Dans ce domaine également, l'Église des États-Unis est un leader mondial. Le ministère Word on Fire, créé par l'évêque Robert Barron, ne cesse de se renforcer et a maintenant développé un programme d'édition de premier ordre pour étendre le travail effectué par Ignatius Press et d'autres éditeurs catholiques de premier plan. Le programme FORMED de l'Institut Augustin met du matériel d'évangélisation et de catéchèse de qualité à la disposition des paroisses qui prennent au sérieux la formation des adultes. Le Catholic Information Center, situé au centre de Washington, D.C., est le cœur de la nouvelle évangélisation dans la capitale nationale. Il y a aussi le travail de formation intellectuelle et spirituelle effectué par Legatus, l'association des chefs d'entreprise et des professionnels catholiques, et par l'Institut Napa.

    La réforme de la vie consacrée. Des communautés religieuses américaines de femmes, vibrantes et joyeusement orthodoxes, se développent : les Dominicains de Nashville, les Sœurs Dominicaines de Marie Mère de l'Eucharistie, les Sœurs de la Miséricorde d'Alma, Michigan, et les Sœurs de la Vie n'en sont que quatre exemples. La province dominicaine de Saint-Joseph est sans doute la congrégation religieuse masculine la plus dynamique au monde.

    Paroisses et écoles. Elles ont constitué le socle pastoral du catholicisme américain pendant plus de deux siècles. Elles le sont encore aujourd'hui et font preuve d'une vitalité inégalée ailleurs. En outre, nos écoles catholiques des quartiers défavorisés constituent probablement le programme de lutte contre la pauvreté le plus efficace du pays.

    Le Carême est une invitation annuelle à réfléchir à la manière dont l'Église d'aujourd'hui vit la grande mission de faire de toutes les nations des disciples. Je vous propose donc un jeûne de carême différent : abandonnez les mauvaises nouvelles catholiques. L'Esprit Saint anime de bonnes choses parmi nous. Il faut les célébrer et les soutenir.

  • Le service national de santé anglais met fin aux bloqueurs de puberté pour les enfants

    IMPRIMER

    De CNA (Tyler Arnold) :

    Le service national de santé anglais met fin aux bloqueurs de puberté pour les enfants

    12 mars 2024

    Les médecins en Angleterre ne peuvent plus prescrire des bloqueurs de puberté aux enfants pour faciliter une transition de genre, selon une annonce du système de soins de santé publique du pays, le National Health Service (NHS).

    "Les bloqueurs de puberté (...) ne sont pas disponibles pour les enfants et les jeunes pour l'incompatibilité de genre ou la dysphorie de genre parce qu'il n'y a pas assez de preuves de sécurité et d'efficacité clinique", peut-on lire dans la section "traitement" de la dysphorie de genre du site web du NHS England, après la mise à jour.

    Les médicaments bloquent le développement naturel de l'enfant pendant la puberté en empêchant la production d'hormones, telles que la testostérone et l'œstrogène. Par exemple, ils empêchent la croissance de la taille, le développement de la poitrine chez les filles et la croissance de la pilosité faciale chez les garçons, entre autres choses.

    "Il est fortement déconseillé aux enfants, aux jeunes et à leurs familles de se procurer des bloqueurs de puberté ou des hormones d'affirmation du genre auprès de sources non réglementées ou de fournisseurs en ligne qui ne sont pas réglementés par les organismes de réglementation du Royaume-Uni", peut-on lire sur le site web.

    Plus de la moitié des États américains autorisent encore les médecins à prescrire des bloqueurs de puberté aux enfants.

    Lire également : https://www.xn--pourunecolelibre-hqb.com/2024/03/angleterre-le-service-national-de-sante.html

  • Transition de genre : face à la mainmise idéologique retrouver sa liberté de penser

    IMPRIMER

    Lu "en carte blanche" sur le site de la Libre :

    La transition de genre mérite une juste information

    La transformation présentée comme un traitement pour soigner un mal-être chez les jeunes est une imposture intellectuelle. Or l’emprise de cette idéologie est telle que peu de gens osent la critiquer.

    7-03-2024sharethis sharing button

    Une carte blanche de Sophie Dechêne (psychiatre infanto-juvénile), Diane Drory (psychologue et psychanalyste), Catherine Jongen (sexothérapeute et thérapeute de couple), Robert Naeije (interniste), Vera Schlusmans (médecin généraliste) et Luc Vandecasteele (médecin généraliste).

    Selon le ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, Frank Vandenbroucke, le nombre de jeunes de moins de 18 ans à qui des médecins prescrivent des médicaments appelés “bloqueurs de puberté” est passé de 432 en 2019 à 684 en 2022. “Il s’agit de médicaments qui empêchent le développement des hormones sexuelles et peuvent ainsi contribuer à la transition de genre”, selon l’agence Belga du 25 janvier 2024.

    Tant l’endocrinologue pédiatrique de l’UZ Gent, Martine Cools, que le ministre de la Santé publique, Vandenbroucke, soulignent que cette approche n’est pas prise à la légère. “Nous ne commençons à le faire que lorsque nous avons exploré toutes les autres possibilités”, précise Mme Cools. “Parmi toutes les personnes qui se présentent, 8 % finissent par prendre des bloqueurs de puberté”, peut-on lire encore dans la dépêche reprise par les journaux.

    Quelques rappels simples s’imposent afin d’aider les parents confrontés à la problématique particulière concernant le “ressenti” que pourrait avoir leur enfant de ne pas être né dans le bon corps : on naît homme ou femme. Le sexe est déterminé par la biologie.

    Protéger contre l’intolérance

    Il peut arriver, mais c’est extrêmement rare, qu’une personne acquiert la conviction que son sexe et son genre ne correspondent pas, autrement dit que la perception personnelle et sociale de sa masculinité ou de sa féminité ne corresponde pas à son sexe biologique. Sans possibilité de se réconcilier avec son sexe biologique, cette personne peut alors recourir à des traitements hormonaux et chirurgicaux qui modifient son apparence extérieure. Au prix de nombreux sacrifices, elle devient une personne qui aujourd’hui est appelée “transgenre”, l’homme prend l’aspect d’une femme et inversement. La personne “transgenre” peut susciter de l’incompréhension se manifestant parfois par des moqueries ou de l’agressivité. C’est évidemment inacceptable et, comme tout être humain, elle a droit au respect et à la tolérance.

    Le transactivisme, quant à lui, est une idéologie dérivée de cette volonté légitime de protéger les personnes transgenres contre toute forme d’intolérance. En effet, le mouvement défenseur des personnes transgenres a été détourné par la Théorie Critique de la Justice Sociale (ou Wokisme) et s’est transformé en une promotion de la transidentité aux allures souvent dictatoriales. L’idéologie transactiviste fait des ravages dans nos pays occidentaux et parfois au-delà, et ce, de manière de plus en plus marquante. Soutenue par divers médias, associations ou autres youtubeurs, cette propagande s’est frayé un chemin pour atteindre les plus vulnérables, notamment les enfants et les adolescents.

    Qu’en est-il, en Belgique, des conséquences de cette contamination ?

    Lire la suite

  • « Ayez des enfants ! » : une campagne qui fait grand bruit en Espagne

    IMPRIMER

    De zenit.org :

    « Ayez des enfants » : une campagne qui fait grand bruit en Espagne

    « Ayez Des Enfants » : Une Campagne Qui Fait Grand Bruit En Espagne

    Natalité en Europe : « Ayez des enfants ! » Une campagne qui fait grand bruit en Espagne

    8 mars 2024

    Dure réalité en matière de politique familiale en Espagne : Le dernier rapport sur la natalité, publié par l’Institut National de la Statistique, révèle que 322.075 enfants sont nés en Espagne, soit le taux de natalité le plus bas de toute l’histoire depuis 1941. Selon l’Institut de Politique Familiale (IPF), l’Espagne a besoin de toute urgence de plus de 280 000 naissances pour maintenir un taux minimum de remplacement des générations pour garantir son avenir. 

    María Menéndez de Zubillaga est très claire : « Ayez des enfants ».  C’est aussi le slogan de la campagne de l’Association des Familles Nombreuses de Madrid (AFANMAD), dont elle est présidente.

    ZENIT a contacté la présidente de l’Association des Familles Nombreuses de Madrid pour discuter du succès de cette campagne qui fait grand bruit.  

    Pourquoi la campagne « Ayez des enfants » est-elle plus nécessaire que jamais ? 

    Parce que les preuves de l’effondrement démographique et du vieillissement de la population, avec plus de décès que de naissances, sont manifestes dans la vie de tous les jours (fermetures de classes dans les écoles, lits vides dans les maternités, enfants uniques…) et se reflètent dans le rapport de l’INE qui est sorti le jour même où nous avons lancé la campagne « Avoir plus d’enfants ». 

    La réduction de la population est l’un des objectifs de l’agenda 2030 et d’un supposé nouvel ordre mondial, pour lequel moins de personnes signifie une meilleure répartition des ressources naturelles.  Dénoncer cet agenda pervers est l’un des objectifs de la campagne. Nous voulons  faire cesser cette attaque manipulatrice visant à mettre le monde dans lequel nous vivons sens dessus-dessous.  Ils veulent un monde pour seulement quelques-uns.

    L’Espagne a enregistré le taux de natalité le plus bas de son histoire (322 075) depuis 1941.

    Quel est l’avenir de la famille en Espagne ? Y a-t-il un manque de volonté politique pour résoudre cet hiver démographique ?  

    L’Europe et l’Espagne sont en train de disparaître.  Comme nous le disons dans la vidéo, l’âge moyen est de 42 ans.

    Nous vieillissons très vite et nous manquons de naissances. C’est un problème majeur. Sans enfants, il n’y a pas d’avenir, pas de mères et pas de familles.  Un avenir plein d’espoir est en train de disparaître.

    Comment pouvons-nous vivre avec cette perspective ? Il faut beaucoup de courage pour fonder une famille et avoir des enfants. C’est un défi  au monde qui crie qu’il vaut mieux ne pas avoir d’enfants. 

    La volonté des politiciens est comme un ballon de baudruche : elle n’est remplie que d’air et se crève très facilement. Leurs promesses sont des mots vides, inspirées par l’intérêt personnel et planifiées avec un fort biais idéologique. Les hommes politiques ne se préoccupent que de leur carrière et des profits qu’ils peuvent acquérir. Ils veulent des votes pour rester au pouvoir.  Penser à l’avenir de la société, de leur pays, penser et servir le bien commun ne fait pas partie de leurs plans. 

    La preuve en est qu’il n’y a pas de législation en faveur de la famille. Il n’y a pas de politiques publiques qui investissent dans la famille. Il n’y a que des politiques d’assistance qui servent leurs propres causes. En fait, lorsqu’ils accordent des aides, ils ne regardent pas qui ils vont aider, mais si cela rentre dans leur budget. 

    La vérité est que les familles nombreuses sont de plus en plus acculées.  Nous sommes ignorés presque partout. Nous avons une loi nationale qui est censée nous protéger, mais nous ne comptons pas dans la vie publique. Il n’y a pas de politique familiale publique.  Seules des politiques d’assistance font l’objet de loi et, bien sûr, nous sommes valorisés en fonction de nos revenus. Il faut être pauvre pour être considéré.

    Les familles nombreuses se distinguent par le nombre d’enfants. Pas sur le revenu. Bien que les enfants soient associés à des revenus plus faibles en raison de dépenses plus élevées, cela ne signifie pas que nous sommes plus pauvres parce que nous avons plus d’enfants. Les enfants sont une richesse et un don. Ce qui nous rend plus vulnérables, et non pas plus pauvres, c’est le manque de protection juridique, sociale, culturelle et fiscale, car les éventuels désavantages par rapport à d’autres réalités familiales et à d’autres familles avec moins ou pas d’enfants ne sont pas corrigés.

    L’article 9.2 de notre Constitution, qui établit « le principe de l’égalité matérielle », sert-il à quelque chose ?

    L’Association que vous présidez a lancé une campagne urgente et quelque peu controversée, pensez-vous qu’elle attirera l’attention de ceux qui légifèrent et qu’ils prendront en considération cette demande des familles nombreuses ?

    La campagne a été lancée pour susciter un débat, pour créer une atmosphère propice à la discussion sur cette baisse des naissances, sur cette conviction erronée que la mise au monde d’enfants est irresponsable et constitue une tâche impossible, coûteuse et inutile. 

    Il s’agit également de dénoncer le fait que l’on nous reproche d’être des familles nombreuses. Or, en plus de considérer qu’avoir plus d’enfants équivaut à être pauvre, ils nous accusent d’être plus polluants. D’endommager la planète en ayant plus d’enfants. Ils nous disent que nous devons réduire la population, ils nous « aident » avec des mesures qui ne valorisent pas la vie – comme l’avortement ou l’euthanasie -, avec des idéologies qui détruisent le concept de famille – les ruptures familiales -,  et en éliminant l’essence et le nom de la famille nombreuse – le projet de loi sur la famille…

    Nous le disons déjà dans la vidéo de la campagne : « Mais si l’Europe disparaît à cause du manque de naissances, aucun enfant ne naîtra ! » Est-ce ce qu’ils veulent ?  Eh bien, nous avons fait front avec cette campagne !  Nous ne voulons pas que cette vision négative des enfants qui prévaut actuellement, que la dissuasion de fonder des familles nombreuses, que la tristesse et l’amertume associées à la soi-disante oppression familiale, définissent de façon perverse les familles nombreuses. Nous n’acceptons pas non plus d’être considérés  comme la cause de la surexploitation et de la pollution de la planète.

    Nous voulons envoyer un message à contre-courant, crier aux quatre vents que ce sont précisément les enfants, les citoyens du futur, qui sauveront la planète, qui pourront rendre la société meilleure, qui garantiront un avenir pour tous, qui contribueront à colorer et à égayer ce monde triste, gris et vieillissant.

  • Prière à saint Dominique Savio (9 mars)

    IMPRIMER

    Saint Dominique (*), saint_dominique.jpg
    tu as réalisé à 15 ans le rêve qui m'attire : 
    être un homme et être un saint !
    Sur les routes du monde qui s'ouvrent devant moi,
    sois mon fidèle compagnon. 
    Apprends-moi que la grande aventure à courir 
    est d'abord celle de mon âme 
    à rendre chaque jour plus claire ; 
    et que l'héroïsme le plus vrai 
    est de préférer au péché, la mort.
    Rends-moi attentif à la souffrance des autres, 
    à la détresse du monde qui attend mes bras. 
    Donne-moi ton élan pour travailler à construire, 
    dans le règne du Christ, 
    une cité enfin fraternelle. 
    Et qu'aux sources vives de la prière et des sacrements,                                                mon amour pour Dieu notre Père,
    pour Notre-Dame, Marie, 
    s'accroisse et embrase ma vie entière.

    Ainsi soit-il

    (*)  Saint Dominique Savio (1842-1857).

    Il a vécu à Turin, dans le nord de l’Italie. Deuxième d’une famille de dix enfants, il a très tôt une grande confi ance en Jésus. Il prie et sert la messe souvent.

    A douze ans, il fait la connaissance de Don Bosco, un prêtre qui s’occupe de nombreux jeunes de quartiers défavorisés, leur permettant de faire des études et apprendre un métier.

    Dominique demandera à Don Bosco d’être admis dans son établissement. Très vite il aidera Don Bosco, à sa manière, en entraînant les jeunes du Valdocco [1] à se comporter en véritables jeunes chrétiens, attentifs les uns aux autres, et appliqués dans leurs études.

    L’enthousiasme et l’exemple de Dominique toucheront ceux qui le connaissent. Son amitié avec Jésus qu’il recevait souvent dans l’eucharistie portera en lui et autour de lui beaucoup de fruits. Il était un garçon joyeux, courageux, et artisan de paix au milieu de ses camarades.

    De santé fragile, il mourra à 15 ans d’une maladie des poumons. En peu de temps pourtant Dominique a parcouru un très beau chemin de vie, une vie exemplaire de rayonnement. donne aux hommes.

    Pour cette raison, en 1954, le Pape Pie XII le déclara saint ! Un jeune et joyeux saint de 15 ans !