Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jeunes

  • Une nouvelle bienheureuse : Conchita Barrecheguren morte à 22 ans

    IMPRIMER

    Lu sur IDEAL.es :

    Le pape approuve la béatification de Conchita Barrecheguren, née à Grenade.

    Sa Sainteté a approuvé le miracle attribué à l'intercession de la jeune femme, décédée en 1927 à l'âge de 22 ans.

    21 mai 2022

    Le pape François a approuvé le miracle attribué à l'intercession de Conchita Barrecheguren, de sorte que la jeune femme, décédée en 1927 à l'âge de 22 ans seulement, sera béatifiée. Le pape avait auparavant approuvé le décret reconnaissant les "vertus héroïques", première étape vers la béatification de la jeune femme et de son père, Francesco Barrecheguren.

    Le chemin de la sainteté comporte plusieurs étapes : la première consiste à être déclaré vénérable serviteur de Dieu, la deuxième, bienheureux et la troisième, saint. Vénérable serviteur de Dieu" est le titre donné à un défunt qui est reconnu comme ayant "vécu les vertus de manière héroïque". Pour qu'une personne vénérable soit béatifiée, il faut qu'un miracle ait été accompli par son intercession, et pour qu'elle soit canonisée, c'est-à-dire qu'elle devienne un saint, il faut un deuxième miracle "par intercession" après qu'elle ait été proclamée bienheureuse.

    La vie de Conchita

    Concepción Barrecheguren y García est née à Grenade le 27 novembre 1905 dans une maison de la Gran Vía, ville où elle est morte le 13 mai 1927, à peine âgée de vingt-deux ans. Figure extraordinaire et peut-être méconnue de la société grenadine, sa courte vie a été marquée par la maladie et la douleur, adoucie en grande partie par sa profonde foi de croyant et l'atmosphère chrétienne du foyer où elle est née.

    Ceux qui l'ont étudiée la décrivent comme une jeune femme aux contrastes marqués. Impulsive, courageuse, souvent fougueuse, et parfois douce et gentille. L'impossibilité de poursuivre des études normales à son âge - c'est son propre père qui lui sert de professeur - n'a pas empêché le développement d'un esprit alerte et d'une intelligence vive. Non seulement pour les matières habituelles, mais elle excellait aussi au piano.

    Lire la suite

  • Quand Disney travaille à endoctriner les enfants

    IMPRIMER

    De Robert Siedlecki sur IFamNews.com :

    Disney poursuit sa quête d’endoctrinement des enfants

    22 mai, 2022

    “La collection Disney Pride a été créée par des employés et des alliés LGBTQIA+ de The Walt Disney Company et est le reflet de leurs incroyables contributions et de leur place au cœur de l’entreprise. Nous sommes solidaires de notre communauté LGBTQIA+ partout dans le monde.”

    Lire la suite

  • Solesmes a un nouvel abbé qui présidera également sa congrégation bénédictine

    IMPRIMER

    Du blog "le petit Placide" :

    Geoffroy Kemlin a été élu abbé de Saint-Pierre de Solesmes (France) et donc abbé-président (supérieur général) de la Congrégation bénédictine de Solesmes. Il est né à Paris le 24 mars 1979. Il est entré dans la vie monastique à l'âge de 20 ans. Il a fait sa profession monastique le 8 septembre 2003 et a été ordonné prêtre le 16 octobre 2010. Pendant son mandat, il s'est également occupé du site web du monastère.

    « Chargé de la communication interne, je suis, en quelque sorte, l’interface entre le Père Abbé et les moines de l’abbaye. Je m’occupe, aussi, de la comptabilité. » A 43 ans, ce parisien d’origine, a, déjà, 23 ans de vie bénédictine derrière-lui. Aîné de 6 enfants, lorsqu’il a parlé à ses parents de son désir d’entrer à l’abbaye de Fontgombault (qui fait partie de la Congrégation de Solesmes), son père a fait barrage. « J’ai dû attendre un an, mais, finalement, je suis entré. Pour mes 3 sœurs, c’était un peu dur. » Aîné d’une fratrie de 6 enfants, le jeune Kemlin a embrassé une vie qui se situe entre Dieu et les hommes, entre le monde moderne marqué par les excès de l’hédonisme, du matérialisme, qu’il a rejeté, et, le monde ancien, celui du premier millénaire, qui a vu l’Europe entière se couvrir de monastères. 

    Tout comme lui, et, tout comme ces centaines de milliers de moines qui l’ont précédé (depuis les origines monastiques) Dom Geoffroy a fait le pari risqué de « donner sa vie à Dieu et aux hommes. Nous sommes des passeurs… »

  • Notre condition chrétienne…

    IMPRIMER

    commentée dans l’éditorial du bimensuel l’Homme Nouveau, rédigé par Philippe Maxence le 13 mai 2022 :

    « L’incompréhension créée en juillet dernier par la publication du motu proprio Traditionis Custodes, limitant drastiquement la célébration de la messe et des sacrements selon l’ancien rite, a été suivie d’une période d’incertitude, voire de flou.

    Pape_Francois-768x576.jpgAlors, pourquoi revenir sur un tel sujet qui divise d’ailleurs nos lecteurs ? Tout simplement parce que le 4 mai dernier s’est achevé à Rome un pèlerinage hors du commun, né justement du traumatisme apparu dans le sillage de ce texte. Regroupées sous l’appellation de « Voie romaine », des mères de prêtres ont voulu faire connaître à la fois leur inquiétude et leur espérance en se rendant à pied de Paris à Rome pour déposer aux pieds de François plus de 2 500 lettres lui demandant respectueusement de revenir sur les dispositions de son motu proprio.

    Sans recevoir l’ensemble du groupe, François a salué ces mères et s’est entretenu avec l’une d’elles. Certaines sont mamans de fils célébrant exclusivement l’ancien rite quand d’autres sont bi-ritualistes, montrant ainsi que toute l’Église est concernée par les décisions de François. Trois jours après avoir salué « La Voie romaine », François s’est exprimé devant les membres de l’Institut pontifical Saint-Anselme de Rome. Selon Vatican News, il aurait alors « déploré la volonté de certains de “rechercher les formes, les formalités plutôt que la réalité, comme nous le voyons aujourd’hui dans ces mouvements qui tentent de revenir en arrière et de nier le concile Vatican II”. L’évêque de Rome a ainsi regretté que certaines liturgies antéconciliaires soient “quelque chose sans vie, sans joie” ».

    « Notre Czestochowa national »

    Sans vie et sans joie ? Ceux qui ont pèleriné depuis quarante ans, et qui pèlerineront encore à la Pentecôte prochaine, vers Chartres, seront quelque peu étonnés de cette affirmation. La vie et la joie habitent ces milliers de chrétiens en marche, dont les plus jeunes ont entre 6 et 12 ans. Des jeunes pèlerins parfois bruyants, en tous les cas bien vivants et le montrant tout au long du parcours. Ce qui ne les empêche pas, malgré la fatigue et l’effort, d’assister à de très belles liturgies, permettant d’entrer dans le grand sacrifice du Christ.

    L’association qui organise chaque année cet événement de trois jours (une véritable ville en mouvement) fête en 2022 les quarante ans de son existence. Née dans l’esprit de Péguy, et à l’exemple du grand frère polonais de Cz?stochowa, cette longue procession entre Paris et Chartres exprime, selon le sermon de la Pentecôte 1985 de dom Gérard, le fondateur de Sainte-Madeleine du Barroux, « la condition même de la vie chrétienne qui est d’être un long pèlerinage et une longue marche vers le Paradis ». Une démarche spirituelle qui, à l’image de l’homme incarné, ne rechigne pas au secours des supports temporels. Dom Gérard le rappelait encore dans le même sermon : « La chrétienté est une alliance du sol et du ciel ; un pacte, scellé par le sang des martyrs, entre la terre des hommes et le paradis de Dieu ; un jeu candide et sérieux, un humble commencement de la vie éternelle. La chrétienté, mes chers frères, c’est la lumière de l’Évangile projetée sur nos patries, sur nos familles, sur nos mœurs et sur nos métiers. La chrétienté, c’est le corps charnel de l’Église, son rempart, son inscription temporelle. »

    À Dieu Monseigneur Schooyans

    À plusieurs reprises, Mgr Michel Schooyans avait dit son inquiétude devant l’évolution de la société libérale et il avait analysé ce qu’il n’hésitait pas à désigner, selon le titre d’un de ses ouvrages, comme la dérive totalitaire du libéralisme. Ces dernières années, il avait dénoncé l’idéologie globaliste et ses nombreuses répercussions. En 2000, par exemple, il voyait dans l’Organisation des Nations unies une matrice « de l’exaltation du culte néopaïen de la terre-mère » en vue d’établir un supergouvernement mondial.

    Ce serviteur de l’Église, une voix de plus en plus isolée au cours du temps, membre de l’Académie pontificale pour la Vie et de l’Académie pontificale de Sciences sociales, spécialiste des questions démographiques et plus largement de la doctrine sociale de l’Église, a rendu son âme à Dieu le 3 mai dernier. Il avait fait l’honneur de confier aux éditions de L’Homme Nouveau deux de ses derniers ouvrages : Le Prix humain de la mondialisation (voir ici) et De la casuistique à la miséricorde (voir ici). Toujours disponibles, ces livres gardent toute leur actualité, même si la situation n’a fait qu’empirer dans tous les domaines abordés.

    Au-delà de son œuvre et de son travail, nous garderons le souvenir d’un prêtre profondément bon, attentif aux autres. D’un combattant pour la vérité aussi ! Qu’il repose dans la douce lumière de Dieu. »

    Ref. Notre condition chrétienne

  • Liturgie et Tradition : la Voix Romaine entendue jusqu’à Rome ?

    IMPRIMER

  • Fêtée pour la première fois aujourd'hui : Sandra, la jeune bienheureuse qui montre le chemin au monde

    IMPRIMER

    De Ermes Dovico sur la NBQ :

    Sandra, la bienheureuse qui montre le chemin au monde

    4-05-2022

    Dans sa vie terrestre, elle a apporté la lumière du Christ aux handicapés et aux toxicomanes. Après sa mort, son journal a été une source de guérison spirituelle pour beaucoup. Depuis octobre 2021, Sandra Sabattini est "bienheureuse" et aujourd'hui, 4 mai, sa mémoire liturgique est célébrée pour la première fois.

    " Faire une vie : la base fondamentale est de faire une unité d'existence avec le Christ. C'est-à-dire que lorsque je vois une personne, je ne vois pas cette personne, mais le Christ. Je veux apporter le salut, c'est-à-dire le Christ. Je tiens mon mode d'existence du Christ. Lorsque je ne choisis pas en fonction du Christ, il n'existe pas pour moi. (...) Si je ne prie pas une heure par jour, je ne me souviens même pas d'avoir été chrétienne."

    Ces lignes, écrites par la bienheureuse Sandra Sabattini (19 août 1961 - 2 mai 1984) alors qu'elle n'avait que quatorze ans, entrent pleinement à partir d'aujourd'hui - mercredi 4 mai - dans la liturgie de l'Église, qui célèbre pour la première fois la mémoire (facultative) de la jeune Romagnole, morte à l'âge de vingt-deux ans et béatifiée en octobre dernier. Ces lignes ont été incluses dans l'Office des lectures du "Propre des Saints" (la partie du Missel qui contient les textes pour les célébrations en l'honneur des saints) avec d'autres passages significatifs du Journal de Sandra, écrits par la Bienheureuse à des dates différentes et réunis en un seul passage, pour former la deuxième lecture liturgique.

    Ce soir, à 19 heures, il y aura une célébration de la mémoire de Sandra dans la basilique-cathédrale de Rimini, présidée par l'évêque Francesco Lambiasi. À cette occasion, la relique d'un cheveu de Sandra, que son fiancé Guido avait ramassé sur son oreiller et conservé dans une bonbonnière décorée personnellement, sera solennellement remise à la paroisse de Rimini San Girolamo  dans laquelle Sandra a vécu de 1965 à 1981 grâce à un oncle prêtre (Don Giuseppe Bonini) et où se trouve sa tombe très spéciale depuis 2009. La relique est également inhabituelle car, à part les objets, il ne reste rien d'autre de Sandra et de ses restes mortels, pas même un os, selon l'enquête canonique effectuée le 22 avril 2009. À la stupéfaction des personnes présentes, après une minutieuse opération de déterrage de trois heures, on n'a trouvé que des bouts de bois, un morceau de plastique contenant un bouquet de fleurs et la fibre des bas élastiques qui lui avaient été mis à l'hôpital après l'accident qui lui a coûté la vie. L'hypothèse la plus crédible est que le corps de Sandra s'est dissous à cause du sol aqueux et riche en minéraux du cimetière de Sant'Andrea in Casale, où elle avait été enterrée 25 ans plus tôt. Les paroles de Monseigneur Lambiasi au cours de la messe du 2 mai 2009 ont été significatives, car il a imaginé que Sandra "aura demandé au Seigneur une dernière grâce : que rien ne subsiste d'elle, afin qu'elle devienne encore plus semblable au Seigneur".

    Lire la suite

  • Quand La Libre vous emmène dans la dernière "école" des prêtres de Belgique francophone

    IMPRIMER

    Pour la série "Dans le secret des lieux", La Libre vous emmène dans la dernière "école" des prêtres de Belgique francophone.

    Au pied de la citadelle de Namur, face au pont de l'Évêché, un site hors du temps semble isolé du reste de la ville, en raison de sa large enceinte en pierre. Rares sont les Namurois à savoir ce qu'abrite cet espace de 7.000 m², pourtant en plein cœur de la capitale wallonne.

    Le calme du lieu, parfois brisé par des chants à la gloire du Christ, ne laisse que peu de doute quant à sa fonction religieuse. Les salles de classe, auditoires et bibliothèques attestent d'un lieu d'apprentissage. Un réfectoire au rez-de-chaussée de l'aile nord, des chambres où sèche du linge aux étages supérieurs, un espace de détente dans les combles de l'aile sud témoignent d'une vie en communauté.  

    Toutefois, il ne s’agit ici ni de la cour d'une abbaye, ni d’une faculté ou d’un internat, mais plutôt d’un peu tout cela à la fois...

    A découvrir sur le site de La Libre

  • Prier pour la foi des jeunes

    IMPRIMER

    De Vatican News (Salvatore Cernuzio) :

    En mai, le Pape invite à prier pour la foi des jeunes

    En ce mois de mai, l'intention de prière du Pape est dédiée aux jeunes garçons et aux jeunes filles du monde entier. François demande du «courage» et de se mettre à l’«écoute». Il exhorte à vivre une vie pleine, fruit du don de soi au service des autres, et à parler aux grands-parents: «Leur sagesse permet de dépasser les problèmes du moment». Il s’agit de la première vidéo d'un triptyque qui portera sur la famille et les personnes âgées.

    «Écoute», «service», mais surtout «courage», car si l'on veut «construire quelque chose de nouveau, un monde meilleur», il faut prendre des risques. Le Pape François appelle les nouvelles générations à se montrer créatifs et enthousiastes dans le message vidéo dévoilant  son intention de prière dédiée à la «foi des jeunes» en ce mois de mai. Il souhaite que les jeunes puissent dessiner un avenir différent, qui ne soit pas marqué par divers drames, en premier lieu celui de la guerre. Dans le même temps, le Souverain pontife encourage le dialogue avec les personnes âgées et appelle à une plus grande implication des jeunes dans les espaces publics.

    Triptyque sur les jeunes, la famille et les personnes âgées

    Ces souhaits et recommandations ne sont pas sans rappeler Chritus vivit, l'exhortation apostolique publiée après le Synode consacré aux jeunes, dans laquelle François déclarait: «Nous devons créer davantage d'espaces où la voix des jeunes puisse être entendue». Cette demande a déjà été reprise en 2019 par le Dicastère pour les Laïcs, la Famille et la Vie, qui a mis en place un organisme international représentant les jeunes pour encourager leur participation et leur coresponsabilité dans les Églises particulières. C'est précisément en collaboration avec le dicastère qu'a été réalisée la vidéo du Pape ce mois-ci; une vidéo publiée ce mardi par le Réseau mondial de prière du Pape. Il s’agit du premier épisode d'un triptyque d'intentions de prière qui mettra en scène la famille en juin et les personnes âgées en juillet.

    L’exemple de Marie

    Dans la vidéo traduite en 23 langues, avec une couverture médiatique dans 114 pays, le Pape désigne la Vierge comme un exemple et un guide pour les nouvelles générations: «Lorsque je pense à un modèle auquel vous, les jeunes, vous pouvez vous identifier, notre Mère, Marie, me vient toujours à l'esprit. Son courage, sa capacité d'écoute et son dévouement au service».

    Risquer

    Marie «a été courageuse et décisive en disant "oui" au Seigneur». À ce moment-là, c'était un risque pour elle. Et «vous, les jeunes, qui voulez construire quelque chose de nouveau, un monde meilleur, suivez son exemple, prenez des risques», affirme le Souverain Pontife, alors que défilent les images d'une jeune fille tâchant de dessiner le visage de la Vierge. «N'oubliez pas que pour suivre Marie, vous devez discerner et découvrir ce que Jésus veut de vous, et non ce que vous pensez pouvoir faire». 

    Parler aux grands-parents

    Dans ce discernement, «une grande aide» est d'écouter les paroles des grands-parents. Là, «vous trouverez la sagesse qui vous mènera au-delà des problèmes du moment. Ils mettront vos angoisses dans une perspective plus large

    Une fois de plus, le Pape souhaite une alliance intergénérationnelle, fondamentale pour l'ensemble de la société. À la fin de la vidéo, il prie pour que les garçons et les filles «appelés à une vie en plénitude» puissent découvrir «le style de l'écoute, la profondeur du discernement, le courage de la foi et le dévouement au service». Et ils peuvent le faire en se tournant vers la Vierge Marie.

    Le lien avec les JMJ de Lisbonne

    La référence à la Vierge fait le lien entre les intentions de prière du Pape et les prochaines Journées mondiales de la jeunesse qui seront célébrées en 2023 à Lisbonne et dont le thème sera marial, tiré d'un verset de l'Évangile de Luc: «Marie se leva et partit avec empressement» (Lc 1, 39). «Tout le parcours de préparation de cet événement est une invitation aux jeunes à se lever et à aider le monde à le faire», souligne le père João Chagas, responsable du bureau des jeunes au sein du dicastère Laïcs, Famille et Vie. «Dans son dernier message aux jeunes, le Saint-Père les a invités à s'entraider pour se relever ensemble et, en ce moment difficile de l'histoire, à devenir les prophètes de temps nouveaux, pleins d'espoir ! Que la Sainte Vierge Marie intercède pour nous».

    Les aînés aident les jeunes

    Pour le père Frédéric Fornos sj, directeur international du Réseau Mondial de Prière du Pape, une œuvre pontificale qui compte une section jeunesse (le Mouvement Eucharistique des Jeunes), avec l'intention de prière de ce mois-ci, dans le contexte d'ailleurs du processus synodal, François veut souligner l'importance de la formation des jeunes au discernement. «Comment pouvons-nous aider les jeunes, à la manière de Marie, à écouter, à discerner, à reconnaître l'appel du Seigneur et à servir dans le monde d'aujourd'hui ? C'est certainement là qu'intervient le rôle des personnes âgées, qui peuvent les aider dans cette tâche»

  • Anne Junker expose ses illustrations à l'abbaye de Brialmont (Tilff)

    IMPRIMER

    L'exposition d'une illustratrice passionnée, tantôt pour l'édition, tantôt pour des commandes (faire-part et autres aquarelles), dont le plus grand bonheur reste d'illustrer des images au gré de ses envies et de son inspiration.

    Vernissage à l'Abbaye de Brialmont (Tilff) le samedi 7 mai, de 14h30 à 17h. L'exposition est visible du mardi 3 mai au samedi 28 mai 2022 (drink offert avec des produits du terroir)

    10% du prix des illustrations seront reversés aux bonnes œuvres de l'abbaye, notamment l'accueil de familles ukrainiennes.

    flyer-expo-anne-junker-600px.jpg

    Les infos pratiques:  

    Lieu : j'aurai le plaisir d'exposer mes illustrations dans le magasin de l'abbaye Notre-Dame de Brialmont. Si vous souhaitez mélanger art et nature, il y a des départs de balades depuis l'abbaye. Pour mélanger culture et culte, il y a des offices (horaires sur le site web).

    Vernissage: le samedi 7 mai de 14h30 à 17h.
    La boutique reste accessible aux clients du magasin durant le vernissage. Il est possible d'y faire des emplettes durant le vernissage ( livres, champignons, pains, cosmétiques, tisanes,...)

    Horaires du magasin :
    - Le mardi de 14h à 17h
    - Du mercredi au samedi de 9h à 12h et de 14h à 17h

    L'adresse :
    Abbaye Notre-Dame de Brialmont,
    Château de Brialmont
    4130 Tilff.
    (à 12 minutes de Liège)

    www.annejunker.com

  • Le rapide déclin du catholicisme en Amérique Latine

    IMPRIMER

    Lu sur le site de The Economist (16 avril 2022) :

    L'Amérique latine devient plus laïque

    Le catholicisme est en déclin rapide; les évangéliques sont de plus en plus nombreux.

    Alejandra lemonnier est entrée au couvent des Servantes du Sacré-Cœur de Jésus à l'âge de 20 ans. Elle venait d'une famille religieuse, fréquentait une école catholique romaine et vivait dans un quartier conservateur de Buenos Aires. Ses quatre jeunes frères et sœurs étaient tous, à des degrés divers, catholiques, du moins officiellement. Aujourd'hui, Sœur Lemonnier, qui a maintenant 31 ans, est le seul membre pieux de sa famille. Son frère aîné est devenu un spirite New Age. L'une de ses sœurs est devenue lesbienne et a apostasié, renonçant formellement à sa foi catholique. Une autre sœur est "indifférente". Pour le plus jeune de ses frères, qui a 18 ans, la religion ne fait "tout simplement pas partie de son univers".

    La diversité des croyances dans la famille de Sœur Lemonnier reflète une tendance croissante. L'Amérique latine compte plus d'un tiers des catholiques du monde, mais leur nombre diminue. En 1995, 80 % des habitants de la région s'identifiaient comme catholiques. Aujourd'hui, ils ne sont plus que 56 %. Beaucoup sont devenus des chrétiens évangéliques. Depuis 1995, la part des évangéliques dans la population régionale est passée de 3,5 % à 19 %, selon l'institut de sondage Latinobarómetro (voir graphique).

    Mais une tendance encore plus frappante est l'augmentation du nombre de personnes qui ne professent aucune religion, appelées ningunas (ou "nones"). Leur part de la population latino-américaine a quadruplé pour atteindre 16 %, et elle est particulièrement élevée chez les jeunes. Cela peut contribuer à expliquer le libéralisme croissant de la région sur des questions telles que l'avortement et le mariage homosexuel.

    Les données sur la religion ne sont pas toujours cohérentes. Dans l'enquête de Latinobarómetro, seuls 5 % des Mexicains s'identifiaient comme évangéliques, alors que 11 % le faisaient dans le recensement de 2020. On observe également de grandes variations dans la région. En Uruguay, un énorme 40% sont des "nones", tandis que 10% sont agnostiques ou athées. Dans certains pays, comme le Guatemala et le Honduras, il y a désormais autant d'évangéliques que de catholiques. La Bolivie, le Mexique et le Paraguay semblent plus à l'abri de la concurrence religieuse, le catholicisme restant dominant. Pourtant, même ici, le changement est en marche. La part des "nones" mexicains recensés a presque doublé en dix ans, pour atteindre 10 millions de personnes en 2020 (soit 7 % de la population).

    Lire la suite

  • Les dynamiques cisterciennes de Boulaur reprendront l'abbaye Notre-Dame des Neiges

    IMPRIMER

    Les sœurs de Boulaur reprendront l’abbaye Notre-Dame des Neiges

    <p>La fondation de l'abbaye, située dans une vallée de l'Ardèche, fut décidée le 5 août 1850, jour de la fête de Notre Dame des Neiges, qui est le titre de Sainte-Marie Majeure à Rome.</p>

    La fondation de l'abbaye, située dans une vallée de l'Ardèche, fut décidée le 5 août 1850, jour de la fête de Notre Dame des Neiges, qui est le titre de Sainte-Marie Majeure à Rome.

    La nouvelle était très attendue. C’est finalement la communauté des religieuses cisterciennes de Boulaur que les moines trappistes ont choisi pour leur succéder à l’abbaye Notre-Dame-des-Neiges. Ils avaient pris la décision en décembre dernier de quitter cette abbaye ardéchoise devenue trop imposante pour eux, après deux ans de discernement. Leur annonce avait suscité un grand émoi, témoignant de l’attachement très fort à cette abbaye fondée en 1850 et où Charles de Foucauld a passé sept mois comme novice.

    Un « signe de la Providence »

    Dès août 2022, huit sœurs de Boulaur devraient d’abord arriver à Notre-Dame-des-Neiges, pour assurer une continuité avec les moines qui partiront en septembre. Ces religieuses cisterciennes étaient loin d’être les seules sur la liste des potentiels repreneurs de l’abbaye. « Nous avons reçu 27 propositions, confie le père abbé au journaliste de Famille Chrétienne actuellement présent sur place. De mon côté, j’ai contacté sept communautés religieuses pour leur proposer prendre la suite de notre communauté. Les sœurs de Boulaur m’ont répondu, de manière positive ». Et de raconter cette anecdote, signe pour lui que la Providence est à l’œuvre dans cette succession : « un ami qui mourait offrait ses dernières douleurs au Seigneur en lui demandant qu’on trouve les bons successeurs. Il est mort à 17 heures, et une heure plus tard je recevais un appel de la mère-abbesse de Boulaur qui nous disait qu’elle venait visiter l’abbaye. Je pense que cet ami a glissé un mot à notre sujet au bon Dieu en arrivant là-haut ! »  Le contact entre les moines et les religieuses « s’est très bien passé ».

    Cela faisait un moment que les sœurs de Boulaur cherchaient un lieu où essaimer, faisant face à un prodigieux afflux de vocations depuis quelques années. « C’est une communauté dynamique, et jeune, elles sont une trentaine sans compter les postulantes qui arrivent. C’est typiquement les anciennes SUF ou Scouts d’Europe de Versailles qui embrassent la vie religieuse dans cette congrégation », s’enthousiasme le père Abbé de Notre-Dame-des-Neiges. Il faut dire que les nombreux Cep (formation pour les cheftaines dans le cadre du scoutisme) qui ont lieu tous les ans à l’abbaye de Boulaur offrent des occasions toutes particulières pour susciter de jeunes vocations ! La moyenne d’âge à l’abbaye est particulièrement basse par rapport à d’autres lieux de vie religieuse en France.

    Les religieuses de Boulaur pleines de projets

    Cette décision de s'installer à Notre-Dame-des-Neiges a été prise très sereinement du côté des soeurs. « Elles ont voté à l’unanimité pour nous remplacer ici. La mère abbesse a ensuite rencontré individuellement chaque sœur pour déterminer qui elles voulaient nommer supérieure de la nouvelle communauté : là encore, unanimité ! », raconte le père abbé trappiste. 

    Les religieuses sauront sans doute donner à Notre-Dame-des-Neiges le même dynamisme qu’elles ont su insuffler à Boulaur au cœur du Gers. Travaillant la terre conformément à la devise de saint Benoît « ora et labora », elles ont attiré l’œil des médias par leur grand projet de rénovation d’une grange cistercienne. A peine ce chantier était-il terminé qu’elles se sont lancées dans la création d’un « écotone » pour favoriser les échanges entre l’abbaye et le monde extérieur, et évangéliser en faisant connaître la vie monastique. Il y a tout juste un an, elles ont accueilli le célèbre youtubeur Tibo Inshape pour lui présenter leur quotidien et témoigner au sujet de leur vocation. Quels projets réservent-elles pour la suite ? 

  • Monseigneur Laurent Ulrich, nouvel archevêque de Paris : pour la paix ou la guerre liturgique ? le dossier brûlant attend le nouvel archevêque…

    IMPRIMER

    Lu sur le site web « Paix liturgique » :

    Mgr.Laurent_Ulrich.jpg« La nouvelle est donc tombée : Mgr Laurent Ulrich, 71 ans en septembre, archevêque de Lille, après avoir été archevêque de Chambéry, devient archevêque de Paris, Mgr Aveline, archevêque de Marseille, ayant semble-t-il refusé la charge. Il sera « installé » à Saint-Sulpice le 24 mai.

    Cet homme de Bourgogne est plutôt distant et réservé comme un homme du Nord qu’il est devenu. Sensible cependant et sachant manifester de l’empathie, ce prélat intelligent, se sait depuis toujours destiné à de hautes fonctions. S’il a été un temps vice-président de la Conférence des Evêques de France, il est clair qu’il s’en voit le président. Il est bien possible aussi que, si le présent pontificat se prolonge suffisamment, il puisse recevoir la barrette rouge d’un pape qui l’apprécie.

    Car cet homme d’allure classique, mais qui n’a rien d’un traditionnel, est parfaitement dans la ligne du pontificat bergoglien. A Lille, où il était sur le siège qui fut occupé par Mgr Vilnet et Mgr Defois, il est entouré d’un clergé du Nord plus progressiste que lui, au sein duquel il a d’ailleurs eu à gérer trois grosses affaires de mœurs. Mais il entend qu’on sache quelle est sa ligne : accueil des migrants, proximité des pauvres, sur laquelle il est concurrencé par Marine Le Pen. On cite le fait qu’il a exigé d’un jeune diacre qui portait la soutane qu’il veuille bien l’abandonner.

    Bon administrateur, il gère avec prudence, évitant « les histoires », détestant le bruit et la fureur, sachant faire avancer des collaborateurs en guise de « fusibles ».

    La fin de l’ère Lustiger

    Sa nomination à Paris marque la fin d’une époque. Dans nos Lettres 848 et 850 de février 2022, nous exposions les plaies et bosses qui affectent aujourd’hui le diocèse de Paris après la carbonisation du pontificat Aupetit. Il était clair, disions-nous, que ce diocèse traumatisé allait changer de mains : après avoir été gouverné et profondément formaté depuis le début des années 80 du siècle dernier par la personnalité du cardinal Lustiger et de ses successeurs le cardinal Vingt-Trois et Mgr Aupetit, il devenait très probable que le Pape allait profiter de l’occasion pour clore cette ère Lustiger, « cléricale » et arrogante selon ses critères de jugement. C’est bien ce qui arrive : le siège parisien échappe à Mgr Éric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims, président de la Conférence des Évêques, désigné de longue date par les fées lustigériennes pour continuer une lignée épiscopale parisienne presque aussi durable que celle des Gondi aux XVIe et XVIIe siècles.

    Mgr Ulrich aura donc à gérer l’héritage difficile que laisse Mgr Michel Aupetit. Il lui faudra restaurer la confiance avec ses subordonnés et son clergé : l’ancien archevêque, homme d’un caractère difficile et cassant avec ses subordonnés, avait vu deux de ses vicaires généraux¸ Alexis Leproux et Benoist de Sinety, claquer la porte et démissionner à quatre mois d’intervalle. Du jamais vu. Benoist de Sinety était d’ailleurs parti dans le diocèse de Lille, où Mgr Ulrich lui avait confié la grosse paroisse lilloise de Saint-Eubert.

    Michel Aupetit avait frappé de tous côtés ; A gauche, Michel Aupetit avait liquidé violemment la communauté progressiste de Saint-Merry. A droite, il avait géré sans aucun dialogue le renvoi du directeur du lycée Saint-Jean-de-Passy. Et puis aussi, il avait tranché dans la liturgie traditionnelle.

    Les injustices et violences vis-à-vis de la messe traditionnelle à réparer

    Bizarrement, l’archevêque Aupetit, alors qu’il avait bénéficié au début de son mandat de l’opinion favorable du monde traditionnel qui appréciait ses prises de position morales courageuses, se l’était mis à dos en interprétant lourdement le motu proprio Traditionis custodes.

    De manière violente, il avait supprimé deux messes dominicales traditionnelles officielles dans deux paroisses populaires, à Saint-Georges de La Villette et à Notre-Dame du Travail, deux paroisses ou la liturgie traditionnelle était célébrée par le curé lui-même ou par un vicaire de la paroisse . De même avait-il supprimé toute une série de messes de semaine officielles, notamment celle très suivie de Saint-François-Xavier, où un public de jeunes nombreux se retrouvait tous les mercredis, et encore celle du lundi à Sainte-Clotilde.

    Il avait en outre réservé le droit de célébrer les messes qu’il conservait (Saint-Roch, Saint-Eugène, Sainte-Odile, ND du Lys, Sainte-Jeanne de Chantal) uniquement à des prêtres bi-ritualistes diocésains expressément désignés par lui.

    Dans cette affaire, Mgr Philippe Marsset, le « bras gauche » de Mgr Aupetit, a joué un rôle très néfaste. Philippe Marsset est en effet connu pour son hostilité à cette liturgie depuis l’époque de Summorum Pontificum, où curé de la grosse paroisse Saint-Pierre-de-Montrouge, dans le XIVème arrondissement, il avait tenté de réduire à un ghetto le groupe important qui demandait la célébration d’une messe. Et depuis le départ de Mgr Aupetit, il maintient la ligne du refus de tout accommodement à Sainte-Clotilde, à ND du Travail, à Saint-François-Xavier.

    Ces injustices incompréhensibles ont d’ailleurs déclenché des manifestations de protestation qui durent toujours :

    - Le mercredi à 17h, un chapelet récité dans l’église Saint Georges de La Villette

    - Le mercredi à 19h15, un chapelet itinérant partant de Saint François Xavier et se rendant à N.D. du Lys

    - Le dimanche à 18h, un chapelet devant N.D. du Travail

    - Et les lundis, mardis et jeudis de 13h à 14h, une présence des veilleurs devant les bureaux de l’archevêché, rue du Cloître-Notre-Dame

    Ces manifestations s’ajoutant à celle « célébrée » tous les samedis de midi à 12h 45, devant la nonciature apostolique, avenue du Président-Wilson.

    En attente de la pacification liturgique

    A Lille, Mgr Ulrich, après une période de distance froide, a dégelé ses rapports avec l’ICRSP desservant l’église Saint-Etienne à Lille et la chapelle ND de Fatima à La Chapelle d’Armentières.

    Lors de la survenance de Traditionis custodes, Mgr Ulrich (et surtout son conseil) a (ont) voulu réduire le nombre des messes  traditionnelles célébrées dans ces lieux. Des négociations s’en suivirent, dans lesquelles le P. de Sinety, sur la paroisse duquel se trouve Saint-Etienne, a joué un rôle important de facilitateur. Et pour finir, Mgr Ulrich fit une déclaration pour dire que rien n’était changé…

    Il n’est d’ailleurs pas impossible que Benoist de Sinety revienne à Paris pour seconder le nouvel archevêque dans sa difficile mission de réconciliation. Notamment de réconciliation et de paix avec les fidèles de la liturgie traditionnelle, fort nombreux à Paris et qui, en quelque sorte l’attendent de pied ferme, non seulement dans les lieux où les messes ont été supprimées, mais aussi sur la question des sacrements autres que la messe, à savoir essentiellement la question brûlante de la célébration de la confirmation dans le rite traditionnel.

    L’attente de cette part vivante et agissante du troupeau parisien sera-t-elle remplie ? Elle est prête en tout cas à faire entendre sa voix. »

    Ref. Monseigneur Laurent Ulrich, nouvel archevêque de Paris : pour la paix ou la guerre liturgique ? le dossier brûlant attend le nouvel archevêque