Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Santé

  • Covid-19 : des assemblées limitées à 40 personnes dans les églises ?

    IMPRIMER

    De Jean-Jacques Durré sur cathobel.be :

    Nombre maximum de personnes admises aux célébrations: retour en arrière?

    Pas vraiment. Il faut savoir que le protocole défini au 1er octobre demeure en vigueur dans nos églises jusqu’au 23 octobre. Jusqu’à ce vendredi donc, le nombre maximum de personnes admises aux célébrations demeure 200, à condition, bien sûr, que toutes les normes sanitaires soient respectées.

    Pour ce qui concerne la réglementation après le 23 octobre, il faut attendre la décision du Conseil fédéral des Ministres. C’est ce jour-là qu’il se penchera sur la demande des évêques de Belgique de maintenir la possibilité d’accueillir jusqu’à 200 personnes.

    « Nous vous tiendrons immédiatement au courant quand nous aurons plus de clarté. Merci de votre compréhension en ces circonstances difficiles », mentionne un court communiqué de la Conférence épiscopale.

    Pour le père Tommy Scholtès sj, porte-parole francophone des évêques, il est impératif que l’Eglise catholique soit en mesure « d’apporter le soutien, humain et spirituel nécessaires » et il ajoute: « Le chiffre de 40 personnes serait une affliction de plus en ce temps pénible ».

    Pour lui, comme pour les membres de la Conférence épiscopale, compte tenu de la grandeur et l’aération de la plupart des églises, des larges possibilités de distanciation, de la bonne observation des règles durant les célébrations et le port du masque généralisé dans les églises, il est essentiel que ce nombres de 200 fidèles maximum, toujours en fonction de la taille de l’édifice, soit maintenue. Le père Scholtès ajoute qu’il faut prendre en considération « l’importance des célébrations nourrissantes et stimulantes dans la vie des personnes, en particulier en ces jours de commémoration des défunts ». L’Eglise se doit aussi d’accompagner humainement et spirituellement la peine, le désarroi et l’inquiétude des personnes, conclut le porte-parole des évêques.

    J.J.D.

    Lire le communiqué des évêques

  • Confinement, restriction des libertés individuelles, surveillance, couvre-feu : une anesthésie générale des citoyens ?

    IMPRIMER

    De Théophane Leroux sur le site de l'hebdomadaire "Famille Chrétienne" :

    Couvre-feu, surveillance, mensonge : et si Orwell avait raison?

    16/10/2020

    Le couvre-feu et les dernières mesures annoncées par le gouvernement contre la pandémie de Covid-19 nous plongent dans l’univers trouble du roman phare d’Orwell, « 1984 ». Soixante-dix ans après sa mort, l’auteur britannique avait-il anticipé notre époque où règne en maître son célèbre Big Brother ?

    « En dehors du travail, tout sera interdit… Marcher dans les rues, se distraire, chanter, danser… ». Cette phrase, faussement attribuée à Orwell dans son roman d’anticipation 1984, a tourné en boucle sur les réseaux sociaux au soir de l’annonce, par Emmanuel Macron, d’un couvre-feu pour Paris et de nombreuses métropoles françaises. Si cette expression n’est pas de l’auteur britannique, mort il y a soixante-dix ans, le nom d’Orwell est revenu dans la bouche de nombreux Français pour décrire la situation exceptionnelle que notre pays connait depuis l’apparition de la pandémie de Covid-19.

    Confinement, restriction des libertés individuelles, surveillance et maintenant couvre-feu. Big Brother n’a jamais été aussi présent que depuis quelques mois. En France comme à l’étranger. Souvenez-vous. Publiée sur le compte Twitter du journal Global Times le 31 janvier dernier, un organe proche du pouvoir chinois, une vidéo avait alors fait beaucoup réagir sur Internet. On y voit plusieurs personnes, enfreignant les règles du confinement à la chinoise, se faire rappeler à l’ordre par un drone : « Camarades à vélo, quand vous êtes dans la rue, mettez votre masque. Ne compliquez pas les choses pour votre mère patrie. » « Vous feriez mieux de rentrer chez vous. Et n’oubliez pas de vous laver les mains », ordonne-t-on encore à une sympathique grand-mère qui semble n’y rien comprendre. Sur les réseaux sociaux, on se félicitait de ne pas vivre en Chine, ce pays qui surveille ses habitants à outrance... jusqu’à ce que de telles mesures soient prises en France.

    C’est à Nice que cela a commencé, dès le 19 mars, quelques jours après le début du confinement. Un drone y répétait deux messages préenregistrés : « Tous les déplacements hors du domicile sont interdits sauf dérogation » et « Veuillez respecter une distance de sécurité d’au moins un mètre entre chaque personne ». Paris, Marseille, Versailles, Metz, Lyon, Rouen ou encore la Corse ont suivi.

    Rien n’échappe à Big Brother !

    Il serait faux de dire qu’Orwell avait tout vu. Il n’avait sans doute rien imaginé du prodigieux développement technologique dont nous sommes chaque jour les témoins. Dans 1984, les télécrans de surveillance placés dans chaque foyer ne sont que de vulgaires miroirs sans tain dissimulant des caméras. À côté des smartphones, des enceintes connectées, des drones, de la reconnaissance faciale, du Wi-Fi et des écrans tactiles, les télécrans feraient pâle figure... Winston Smith, le héros de 1984, ne peut laisser le moindre pan de sa vie en dehors du champ des caméras, des espions, des micros... Il croit être à l’abri en rencontrant la belle Julia dans la nature ? Ceux qui le surveillent prennent en photo ses ébats. Il se cale dans un coin de la pièce pour être hors de vue du télécran et écrire un journal intime ? Des sbires de Big Brother viennent le lire... Rien n’échappe à Big Brother !

    Lire la suite

  • Pologne : l'avortement eugénique devant le Tribunal constitutionnel

    IMPRIMER

    Du site de l'European Center for Law & Justice (ECLJ) (via Le Salon Beige) :

    10 octobre

    Le 22 octobre 2020, le Tribunal constitutionnel polonais se penchera sur la question de l’avortement eugénique, c’est-à-dire des avortements autorisés par la loi polonaise lorsque les « examens prénataux ou d’autres données médicales indiquent une forte probabilité de handicap grave et irréversible du fœtus ou de maladie incurable menaçant sa vie[1] ».

    La loi polonaise de 1993 permet en effet l’avortement dans ce cas, ainsi que lorsque la poursuite de la grossesse menace la vie ou la santé physique de la femme enceinte, ou encore lorsque la grossesse est le fruit d’un acte interdit par la loi (viol ou inceste)[2]. Selon les statistiques officielles, plus du tiers des 1000 à 2000 avortements pratiqués chaque année en Pologne visent des enfants porteurs de la trisomie 21, c’est-à-dire des enfants dont le handicap ne menace pas la vie.

    L’ECLJ intervient dans cette procédure et va remettre un mémoire au Tribunal constitutionnel polonais au soutien de la protection de la vie humaine et contre l’eugénisme.

    119 députés polonais s’opposent à l’avortement eugénique devant le Tribunal constitutionnel

    Le 19 novembre 2019, un mois après les dernières élections législatives, 119 députés (sur 460 députés en tout à la Diète) provenant de trois groupes parlementaires différents – PiS, PSL-Kukiz et Konfederacja – ont saisi le Tribunal constitutionnel pour lui demander de se prononcer sur la conformité à la Constitution polonaise de l’avortement eugénique. Ils estiment en effet que cette disposition viole quatre principes constitutionnels : la dignité innée et inaliénable de la personne humaine[3], le droit à la vie[4], l’interdiction de la discrimination en fonction du handicap[5] et le principe selon lequel la République de Pologne est un État de droit démocratique[6].

    Lire la suite

  • Cette Église est-elle encore celle du Christ ?

    IMPRIMER

    De Martin Steffens sur "Le Verbe" :

    Une Église qui n’est plus celle du pauvre

    « Pouvais-je faire pour ma vigne plus que je n’ai fait ? […] J’en ferai une pente désolée ; elle ne sera ni taillée ni sarclée, il y poussera des épines et des ronces ; j’interdirai aux nuages d’y faire tomber la pluie. »

    Is 5, 4-6

    Par deux fois en trois semaines, je me suis vu, faute de préinscription ou à cause d’une erreur de code, refuser l’entrée d’une église. Cette fois, j’en ai pleuré. Certes ce phénomène, parmi d’autres, raconte ce que devient une société quand elle a peur. Mais l’Église peut-elle se contenter de répéter la société ? Réfugié dans un café, plein de chaleur et d’humanité, j’ai, pour me consoler un peu, rédigé ces lignes.

    Cette Église est-elle encore celle du Christ ?

    Cette Église qui flèche le mouvement du corps alors qu’elle devait être le lieu où le corps fatigué, ployant sous le joug, peut se reposer, peut se déposer.

    Cette Église qui troque l’eau bénite contre du gel hydroalcoolique.

    Cette Église qui parle une langue qui n’est pas la sienne, une langue de pureté, de microbes, de contagion possible.

    Qui supprime ce qu’elle a introduit dans le monde : le baiser de paix.

    Et qui le supprime, si l’on est franc, non par amour des plus fragiles. Mais parce qu’il le faut, « sinon… ».

    Elle n’est pas celle du Christ.

    Un nouveau gnosticisme

    D’ailleurs elle se vide, comme on se vide de son sang, parce que son sang, c’est le sang des pauvres. Mais les pauvres ne vont pas dans les endroits compliqués, dans les lieux dont l’accès suppose un QR-Code (NB. contexte français). Les pauvres ont un sensus fidei qui les mène au Christ. Ils vont encore dans les cafés, tant que les cafés sont ouverts. Ils ne viennent pas dans des messes pour initiés.

    Car une messe à laquelle on se préinscrit est à l’usage des gens connectés et organisés. Elle est pour les initiés. Les initiés ? Nous vivons une forme de gnosticisme.

    De deux choses l’une.

    Ou bien l’Église consent à résister un peu aux consignes de l’État. Non pas frontalement, par provocation, par bravoure. Déjà en refusant tout zèle. En ignorant un peu ce prêche de la distance sociale. En l’ignorant beaucoup s’il s’agit d’accueillir un pauvre : vous et moi qui n’y sommes préinscrits, cet étranger qui ne savait pas et cette mère qui n’ose plus venir avec son grand fils handicapé qui ne supporte pas le masque. En l’ignorant passionnément, au sens de la Passion, s’il nous faut, parce que l’État surveille, payer cher son accueil.

    Les voûtes d’une église sont assez larges, ses fidèles assez disciplinés pour que nul n’attrape ce virus qui, c’est vrai, nous tue sûrement, et non pas à hauteur d’un dixième de pour cent comme la Covid-19, mais totalement, radicalement, parce qu’il a fait de nous des esclaves de la peur tandis que l’Esprit, nous dit saint Paul, nous rend capables, ayant peur, d’appeler Dieu « Abba-père » (Rm 8, 15).

    Ou bien…

    Ou bien Mais quel est l’autre « Ou bien… » ? On le sait, on le voit. Il n’y a actuellement plus rien, que des rites grommelant derrière des consignes sanitaires. Nous avons oublié que Jésus n’était pas moins qu’un homme parce qu’il était Dieu. Il était d’abord un homme au sens où une femme espère d’être protégée par le sien. Jésus connaissait la peur, mais lui refusait de s’installer. C’était là la condition, non seulement de son sacrifice, mais de sa prudence. Car la peur nous inspire, non la prudence, mais seulement la panique.

    Aussi, de nos jours, ne sommes-nous pas même prudents. Est prudent le médecin qui, ayant pris ses précautions, se risque au contact de ses malades – et non celui qui, pour ne pas tomber malade, ne vient plus travailler. En filtrant l’entrée de nos églises, en bariolant ces lieux symboliques de consignes sanitaires infantilisantes et de sens interdits, nous nous renonçons.

    Nos églises sont devenues des maisons témoins où s’expose notre bonne conduite. Au Québec comme en France, jamais on n’a si bien senti que l’État possède les églises. Ainsi l’Église se retrouve aujourd’hui comme au commencement, quand Joseph et Marie n’avaient nulle part où aller.

    Que les chrétiens sortent donc et distribuent leurs biens, leur pauvreté, leur sourire. Que les prêtres se rendent visibles et offrent Dieu en pleine rue. Exclue de chez elle, que l’Église aille à la périphérie d’elle-même. Non pour sauver une face qui ne lui appartient pas.

    Mais pour que Dieu, dans le cœur de nos contemporains, ne meure pas trop de désespoir.

  • Covid-19 : pourquoi ils ne vont plus à la messe du dimanche ?

    IMPRIMER

    Déjà en chute constante depuis la crise ouverte de la foi qui a suivi le Concile Vatican II, l’assistance aux messes dominicales a-t-elle reçu le coup de grâce avec les célébrations virtuelles organisées durant l’interdit lié au confinement radical puis aux contraintes sanitaires (toujours en vigueur) édictées pour lutter contre la pandémie persistante du covid 19 ? Lu sur le site web du périodique « famille chrétienne » cet article réalisé par Hugues  Lefèbvre avec Guilhelm Dargnies :

    paroisse-vide-de-fideles_article.jpg

    « Avec la crise sanitaire, les catholiques iraient moins à la messe. Peur du virus ? Confort de la messe télévisée ? Découragement ou bien colère ? Enquête sur les raisons d’une désertion.

    Dix ? Vingt ? Trente pour cent ? Impossible de dire précisément combien de catholiques ont cessé d’aller à la messe le dimanche depuis la crise du Covid-19. Dès le 15 août, Mgr Patrick Chauvet (*), recteur de la cathédrale de Paris, s’alarmait du fait que 30 % des fidèles n’étaient pas revenus sur les bancs des églises. Une situation propre à Paris et aux grandes métropoles françaises ? Peut-être. Certains citadins ont profité des possibilités de télétravail pour partir prendre l’air. « Chez nous, on observe une baisse d’affluence à la messe, mais c’est trompeur et temporaire », veut croire le Père Stanislas Lemerle, curé de la paroisse Saint-Ferdinand-des-Ternes, dans le 17e arrondissement de la capitale. « Beaucoup ne sont pas rentrés. Ils ont passé le confinement à la campagne, dans leur résidence secondaire. À partir du moment où les activités paroissiales reprendront, les gens reviendront. » Une baisse conjoncturelle donc, résultat d’un effet de vases communicants. À Vannes, par exemple, on n’a pas noté d’évolution particulière. « Il n’y a pas eu de moindre fréquentation. Les paroissiens étaient contents de revenir à l’église, las de regarder la messe à distance, sur leur écran», explique Léon Bridaux, diacre permanent à la paroisse de Notre-Dame-de-Lourdes, Saint-Pie-X et l’Île d’Arz. 

    Pourtant, en sondant plusieurs diocèses, ruraux notamment, beaucoup partagent le même constat. « Partout où je suis allé depuis le déconfinement, je note qu’un certain nombre de personnes, âgées surtout, ne sont pas revenues à la messe », s’inquiète Mgr Bernard Ginoux, évêque de Montauban. « Les remontées de prêtres confirment cette impression. Les familles sont là, les jeunes aussi, mais une partie du public plus âgé est craintif à l’idée de se rendre à l’église à cause du virus. »

    «Nous ne sortons pas tant que le virus se promène»

    Même son de cloche dans le diocèse de Strasbourg. De nombreuses paroisses du doyenné de Masevaux connaissent par exemple une baisse de fréquentation des messes. Le Père Gérard Ballast évoque un certain état d’esprit : « Depuis le confinement, l’état physique de certaines personnes âgées s’est aggravé. Il y en a trois que je rencontre souvent, à qui j’ai proposé d’apporter la communion. Les deux dames m’ont dit : “Nous ne sortons pas tant que le virus se promène.” Animatrice en pastorale et bras droit du vicaire épiscopal du diocèse de Strasbourg, Véronique Lerch sillonne ce dernier depuis des années. « Dans la moitié des communautés de paroisses, il manque des fidèles. Il s’agit de personnes âgées mais, dans certaines communautés, les coopératrices de la pastorale m’indiquent qu’elles n’ont pas encore d’inscription pour la préparation des sacrements. C’est la première année qu’il en est ainsi. Il faut dire que nous n’avions pas pu lancer ces inscriptions au printemps, lors du confinement. On en subit aujourd’hui la conséquence. » Toujours dans ce diocèse de l’est de la France, région fortement touchée par la crise sanitaire, le Père Frédéric Flota confie que la moitié des enfants de chœur (sur une quinzaine) de la communauté de paroisses de la Haute-Doller n’est pas revenue servir la messe. « Ceux qui restent sont ceux dont les parents étaient pratiquants », explique-t-il. Que sont devenus les autres ?

    Lire la suite

  • Les réticences du Saint-Siège face à la réponse des Nations Unies à la pandémie de Covid-19

    IMPRIMER

    D'Hélène Ginabat sur zenit.org :

    ONU : le Saint-Siège mitigé sur la réponse à la pandémie (traduction complète)

    « Un manque de consensus et des lacunes »

    L’Observateur permanent du Saint-Siège aux Nations Unies, à New York, a présenté sept remarques et émis une réserve après l’adoption du projet de résolution intitulé « Réponse globale et coordonnée à la pandémie de Covid-19 ». Il déplore que la résolution omnibus ait été « adoptée sans consensus » et estime « très regrettable » le fait qu’elle « comporte la référence profondément inquiétante et source de division à la “santé sexuelle et reproductive et aux droits génésiques“ ».

    Mgr Gabriele Giordano Caccia, nonce apostolique et observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations Unies, a fait une déclaration lors de la 64e réunion plénière de l’Assemblée générale (74e session), après l’adoption du projet de résolution, le 11 septembre 2020 à New York. Il a demandé, entre autres, des vaccins « “exempts de préoccupations éthiques“ et accessibles à tous », « la réduction, voire l’annulation, de la dette » des pays pauvres et a rappelé que la crise climatique « reste l’une des urgences mondiales les plus graves ».

    Mgr Caccia regrette « l’exclusion des organisations confessionnelles de la liste de celles qui jouent un rôle important dans la réponse à la pandémie » et un « manque de précision dans la terminologie et dans son ancrage dans le droit international des droits de l’homme » ; il souligne également des lacunes risquant de fragiliser d’une part la garantie des libertés de religion, de conviction et d’expression et, d’autre part le respect du droit à la vie des personnes âgées.

    Voici notre traduction de la déclaration de Mgr Gabriele Giordano Caccia prononcée en anglais.

    HG

    Déclaration de Mgr Gabriele Giordano Caccia

    Monsieur le Président,

    Je tiens tout d’abord à remercier les coordinateurs, la représentante permanente de l’Afghanistan, S. E. Madame l’Ambassadrice Adela Raz, et le représentant permanent de la Croatie, S. E. Monsieur l’Ambassadeur Ivan Šimonović, pour leur travail.

    Lire la suite

  • Pandémie : à Petit Hallet (Hannut), le 25 septembre : Vénération de la Croix et prière pour les demandeurs d'emploi et les créateurs d'entreprise

    IMPRIMER
    De l'abbé Marie-Pravin Ertz, vicaire à l'UP Notre-Dame des Champs – Hannut :
     
    Vénération de la Croix et prière pour les demandeurs d'emploi et les créateurs d'entreprise

            Incroyable pandémie qui ne fait pratiquement plus de morts depuis le mois de juin, en Europe comme au Canada ! Voyez plutôt :
     
    Pr Toussaint (France) : https://www.youtube.com/watch?v=413PqjIMNWQ
    Pr Rosenberg (canada) : https://www.youtube.com/watch?v=tpWHuy2aMOY
    une 20taine de médecins belges témoignent (belgique) : https://www.youtube.com/watch?v=a7di65CV6Oc
     
    Toutes ces personnes, professionnelles de la santé, sont-elles toutes inconscientes? Complotistes ? Nazis ?
     
            Au nom de la Science on trouve des mesures sanitaires radicalement différentes d'un pays à l'autre : pour les uns il faut confiner et porter le masque même en rue (sauf pour fumer ! Il est permis de mourir du cancer du poumon, mais il est interdit de mourir du covid !), pour les autres, toutes ces mesures sont inutiles ! Que penser ? La Science est-elle à ce point différente d'un pays à l'autre ? Est-elle si peu objective ? Ou le virus s'est-il arrêté à la frontière nord de notre pays, épuisé par sa course ?

    Par contre, ce que l'on sait avec certitude, c'est que :

    des milliers de personnes ont perdu leur emploi,
    des milliers de familles ont sombré dans la pauvreté,
    des milliers d'enfants grandissent dans l'angoisse
    des milliers de jeunes sont dans l'incertitude quant à leurs études et à leur futur métier.
    Ce carnage se passe devant nos yeux sans aucune réaction de la population et dans une soumission inquiétante...
     
            Ce vendredi, à Petit-Hallet (18h30), lors de la Vénération de la Croix, nous prierons pour tous ceux et celles qui cherchent un emploi ou qui veulent créer une entreprise. Nous nous associerons à la prière de la Vierge Marie et de saint Joseph pour chacun d'eux et pour leur famille. Nous sommes sûrs qu'ils trouveront une issue heureuse à leur recherche (comme plusieurs témoignages l'ont confirmé).
  • Crise du coronavirus en Belgique : la forte surmortalité dans les maisons de retraite durant le mois d'août

    IMPRIMER

    De Jeanne Smits, sur son blog :

    Forte surmortalité dans les maisons de retraite belges en août : canicule et mesures COVID…

    Il y a eu quelque 1.500 décès de plus qu’attendu en Belgique au mois d’août, frappant en priorité les personnes les plus âgées. Cette surmortalité n’était pas liée au coronavirus chinois… sinon indirectement, car ce sont les « mesures COVID » conjuguées avec la canicule qui ont provoqué l’hécatombe. Ces morts s’ajoutent aux suicides, au décès qu’entraîneront retards et absences de soins et autres effets néfastes de la « gestion » de la crise du coronavirus, aussi désastreuse en Belgique qu’en France. Et ce sont une fois de plus les vieillards qui paient le plus lourd tribut, eux que les « mesures COVID » prétendent « protéger ».
     
    Très précisément, la surmortalité en Belgique a été estimée à 1.460 entre le 5 et le 20 août, la moitié des victimes ayant plus de 85 ans et la très grande majorité plus de 65 ans. Cela représente une surmortalité de 34,8 %.
     
    Celle-ci a frappé en priorité les centres de séjour pour personnes dépendantes, l’équivalent de nos EHPAD, qui se trouvaient face à une interdiction d’utiliser ventilateurs et air conditionné malgré des températures de 38°. Il fallait éviter le COVID, dont on pense qu’il se transmet peut-être via les systèmes de climatisation !
     
    Mais la solitude liée au confinement a également fragilisé les pensionnaires de ces maisons pour personnes âgées. Selon Jan De Lepeleire, professeur de médecine générale, « l’énorme » surmortalité pourrait bien avoir un lien avec cet isolement si mal vécu par les anciens qui ont tendance à « se laisser aller » plus vite. Des syndicalistes ajoutent que les maisons de retraite étaient en manque de personnel : ceux qui sont  partis en vacances, mais aussi les employés malades ou surmenés à la suite de la crise du COVID.
     
    Résultat : il n’y avait pas assez de soignants pour faire la ronde des chambres surchauffées afin de donner à boire aux habitants, tandis que – COVID toujours – les visites restaient limitées.
     
    Het Nieuwsblad raconte le cas poignant de Jeanine de Vylder, 76 ans. Cela faisait des années que son mari, Paul, passait quatre heures et demi auprès de sa femme malade d’Alzheimer, six jours par semaine, pour lui tenir la main, la promener, lui donner à manger, la coucher. Pendant le confinement, il a été privé de toute visite pendant deux mois ; par la suite, il a pu de nouveau aller la voir, mais pas plus de trois fois par semaine.
     
    Elle est morte le 16 août, dernier jour de la canicule.  Sans COVID. Paul avait tout fait pour essayer de la rafraîchir les jours précédents : lui passer des gants de toilette mouillés sur le front et les poignets, tenter de la faire boire… Dans sa chambre mal isolée du troisième étage sous le toit plat, pas de ventilation – c’était interdit – et la fenêtre était à peine ouverte. Les années précédentes, pendant les canicules, Paul pouvait encore faire sortir sa femme de sa chambre, l’emmener dehors ou dans un lieu frais. Impossible cette année : les mesures COVID fermaient toutes les portes, supprimaient toutes les chances de survie.
     
    Le 14 août, Paul a trouvé sa femme transpirant, la tête toute rouge, avec 38,7° de fièvre, déshydratée. L’hospitalisation d’urgence n’a pas permis de la sauver.
     
    Le certificat de Jeanine de Vylder ne portera pas la mention « coup de chaleur ». Margot Cloet, responsable d’un réseau de maisons de retraite en Flandre, précise que les causes des décès qui s’y sont produits pendant la vague de chaleur restent encore à déterminer.
     
    Intéressant, non ? La canicule, c’est tout le contraire du COVID : elle peut hâter la mort des personnes âgées et fragiles, mais il n’est pas question d’y voir la cause principale de la mort !
  • Samaritus bonus : l’euthanasie est un crime contre la vie. Ne pouvoir guérir ne dispense pas de soigner

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    «L’euthanasie est un crime contre la vie. Ne pouvoir guérir ne dispense pas de soigner»

    Ayant à l'esprit les cas de ces dernières années, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi publie «Samaritanus bonus», une lettre approuvée par le Pape François, qui réitère la condamnation de toutes les formes d'euthanasie et de suicide assisté. Elle appelle à un soutien renforcé aux familles des malades et aux travailleurs de la santé.

    «Reconnaître l'impossibilité de guérir ne signifie pas la fin de l'action médicale»: à l’instar de ceux qui naissent en étant destinés à vivre un court laps de temps, toute personne souffrant d'une maladie entrée dans sa phase terminale, a le droit d'être accueillie, soignée, entourée d'affection.

    L'Église s'oppose à l’acharnement thérapeutique mais réaffirme, comme «enseignement définitif», que «l'euthanasie est un crime contre la vie humaine», que «toute coopération formelle ou matérielle immédiate à un tel acte est un péché grave» et qu'aucune autorité «ne peut légitimement» l’imposer ou l’autoriser. Voilà ce qu’on peut lire dans la lettre de la Congrégation pour la Doctrine de la foi «Samaritanus bonus» portant «sur la prise en charge des personnes dans les phases critiques et terminales de la vie». Elles est publiée ce mardi 22 septembre, après avoir été approuvée par le Pape François en juin dernier.

    L’actualité du Bon Samaritain

    La publication de ce texte qui réaffirme la position plusieurs fois exprimée par l'Église sur le sujet, a été jugée nécessaire en raison de la multiplication des cas apparaissant dans les médias mais également de l'avancement de la législation qui, dans un nombre croissant de pays, autorise l'euthanasie et le suicide assisté pour les personnes gravement malades, mais aussi de celles qui sont seules ou qui ont des problèmes psychologiques. 

    L'objectif de la lettre est de fournir des indications concrètes pour actualiser le message du Bon Samaritain. Même lorsque «la guérison est impossible ou peu probable, l'accompagnement médical, infirmier, psychologique et spirituel est un devoir incontournable, car le contraire constituerait un abandon inhumain du malade».

    Lire la suite

  • Les évêques espagnols vent debout contre la légalisation de l'euthanasie

    IMPRIMER

    Du site canadien d'information religieuse Présence :

    Les évêques espagnols fustigent le projet de loi sur l'aide à mourir

    Agence Catholic News Service

    17 septembre 2020

    La législation sur l'euthanasie qui prend la direction du Sénat espagnol en vue de son adoption serait une «défaite pour la dignité humaine» et affirmerait une «vision égocentrique» de la vie qui propose la mort comme solution à ses problèmes, a déclaré la conférence épiscopale espagnole.

    Insister sur le droit à l'euthanasie est typique d'une vision individualiste et réductionniste de l'être humain et d'une liberté détachée de toute responsabilité, a écrit le comité exécutif de la conférence dans une déclaration publiée le 14 septembre.

    Les médias espagnols ont rapporté qu'un sondage a révélé que jusqu'à 87% du public est favorable à une loi sur l'euthanasie, avec environ 70% des médecins en faveur d'un changement de la loi.

    Les législateurs espagnols se préparent à un vote final sur la loi controversée qui ferait de l'Espagne le quatrième pays européen à légaliser le suicide médicalement assisté après la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg.

    La décision de voter sur la proposition de loi, a déclaré la conférence des évêques, «est une mauvaise nouvelle, car la vie humaine n'est pas une marchandise à la disposition de quiconque».

    Les évêques espagnols ont également fait valoir que la légalisation de l'euthanasie exacerbera la hausse du taux de suicide dans le pays et ne contribuera pas à souligner à ceux qui sont tentés par le suicide que la mort «n'est pas la bonne solution».

    Actuellement, le suicide assisté est puni en Espagne d'une peine pouvant aller jusqu'à cinq ans de prison. Une personne dont on découvre qu'elle a été directement impliquée dans la mort d'une autre personne peut être accusée d'homicide et condamnée à une peine de prison pouvant aller jusqu'à dix ans.

    Le projet de loi permettrait aux adultes atteints d'une maladie en phase terminale et à ceux souffrant d'un handicap grave et chronique de demander une aide à la mort assistée auprès du système de santé public.

    La médecine ne devrait pas être utilisée pour mettre fin à la vie, mais pour guérir, soigner, soulager et consoler ceux qui approchent de leurs derniers jours, ont déclaré les évêques. Ils ont exhorté les législateurs à opter plutôt pour la médecine et les soins palliatifs, qui «visent à humaniser le processus de la mort et à accompagner les personnes jusqu'à la fin».

    «Nous plaidons pour une législation adéquate en matière de soins palliatifs qui réponde aux besoins actuels qui ne sont pas pleinement satisfaits. La fragilité que nous connaissons en ce moment constitue une opportunité de réfléchir sur le sens de la vie, les soins fraternels et le sens de la souffrance et de la mort», ont déclaré les évêques.

    Le «oui» à la dignité de la personne, plus encore dans les moments de plus grande impuissance et fragilité, nous oblige à nous opposer à cette loi qui, au nom d'une mort présumée digne, nie à la racine la dignité de toute vie humaine, ont-ils ajouté.

    Deux cardinaux se sont également prononcés individuellement contre cette proposition.

    Le cardinal Antonio Cañizares Llovera de Valence a déclaré que le gouvernement était devenu l'ennemi de la société au lieu d'être son protecteur, tandis que le cardinal Carlos Osoro Sierra de Madrid a déclaré que la législation représentait la «trahison de la vie».

    «Avez-vous perdu la tête?» a tonné le cardinal à l’intention des politiciens dans une déclaration publiée sur le site web de l'archidiocèse de Valence.

    Le cardinal Cañizares a déclaré qu'il n'avait pas souhaité intervenir en politique mais a insisté sur le fait que sa responsabilité pastorale en tant qu'évêque «ne me permet pas de me taire».

    Junno Arocho Esteves, avec la collaboration de Simon Caldwell

  • Hildegarde de Bingen, prophétesse et docteur de l'Eglise (17 septembre)

    IMPRIMER

    HILDEGARDE DE BINGEN, PROPHÉTESSE ET DOCTEUR DE L’ÉGLISE

    Hildegarde de Bingen, prophétesse et docteur de l’Église

    Sainte Hildegarde de Bingen (1098-1179) est une religieuse bénédictine allemande du Moyen Âge devenue Docteur de l’Église en 2012, notamment grâce à ses écrits dans lesquels elle raconte ses visions. Elle est aujourd’hui très connue pour ses connaissances exceptionnelles en matière d’alimentation et de médecine naturelle notamment.

    Sainte Hildegarde, sous la plume d’Emmanuelle Martin, responsable de l’école Sainte-Hildegarde à Fallais (Belgique) (source) :
     
    Une enfant extraordinaire. Je m’appelle Hildegarde. Je suis née à Bermersheim, en Rhénanie (Allemagne), le 16 septembre 1098 sous le Saint Empire romain germanique. Mes parents s’appelaient Hildebert et Mechtilde et j’étais leur dixième enfant. Ils me vouèrent à Dieu dès ma naissance, comme on offre la dîme à l’Église. Ils étaient nobles et ne manquaient pas de richesses, mais ce sont de richesses spirituelles que Dieu, à qui je fus vouée, me combla dès mon plus jeune âge. « Depuis mon enfance, lorsque mes os, mes nerfs et mes veines n’étaient pas encore développés (…) j’ai toujours dans mon âme le don de voir. Dans la vision, mon esprit, selon la volonté de Dieu, s’élève dans les hauteurs célestes porté par les différents courants… tout ce que j’ai vu ou appris dans ces visions, j’en garde le souvenir. Je vois, j’entends et je connais et j’apprends ce que je connais en un même instant. »[i] « Dans la 3e année de mon jeune âge, je vis une lumière tellement grande que mon âme en fut effrayée, mais à cause de mon jeune âge, je n’ai rien pu expliquer. » [ii] Mes parents se rendirent compte très tôt de ce que leur dernière petite fille avait des dons extraordinaires. Ainsi, lorsque j’avais 5 ans, je dis un jour à ma nourrice devant une vache prête à mettre bas : « Regarde, comme il est joli le petit veau, blanc et marqué de nombreuses taches sur le front, les pattes et le dos. »[iii] Le veau naquit comme je l’avais décrit. Je compris un jour que j’étais seule à voir tout cela après avoir posé des questions à ma nourrice qui me dit ne rien voir de ce que je voyais. Alors, je fus saisie d’une grande frayeur et je n’osais plus en parler à personne. Pendant longtemps, très longtemps, « jusqu’au moment où Dieu a voulu que par sa grâce cela fut manifesté, j’ai caché tout cela sous un paisible silence »[iv]. Ma santé était très fragile, j’étais une enfant chétive et je le restai toute ma vie. Dieu m’a expliqué plus tard qu’il voulait m’abaisser afin que je ne m’enorgueillisse pas de tous ces dons.

    Lire la suite

  • La grande victoire d'un petit état catholique sur l'épidémie du coronavirus

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/TIMOR EST - Le cas vertueux d'un petit Etat à majorité catholique dans le cadre de la pandémie de Covid-19

    12 septembre 2020
     

    Dili (Agence Fides) – Une grande victoire pour un petit Etat : c'est le cas de Timor Est qui, en date du 11 septembre peut encore exhiber l'un des bilans les plus positifs au monde en matière de lutte contre le Covid-19 avec 27 cas avérés et aucun mort. Le nombre des cas était de 26 au 21 août et alors que les pays technologiquement développés tels que la Corée du Sud ou Singapour ont récemment enregistré une nouvelle augmentation du nombre des cas, la situation à Timor Est est demeurée stable sans qu'il soit besoin d'imposer de nouvelles mesures anti-covid. L'Etat d'urgence – rigidement imposé en mars – avait été officiellement suspendu dès la fin juin. Le premier cas a été enregistré le 21 mars et le pic a été atteint en avril avec un maximum de 12 cas en une journée. Le pays le plus pauvre d'Asie, exclu jusqu'à présent d'associations régionales telles que l'ASEAN (Association des Nations du Sud-est asiatique) et considéré comme l'un des pays les moins développés du monde, se montre en revanche plus habile et vertueux que l'Australie ou la Nouvelle Zélande elles-mêmes pour ne pas parler de voisins plus proches tels que l'Indonésie ou les Philippines ou encore le Myanmar et le Vietnam. La deuxième vague de Covid-19 a modifié les certitudes qui, jusqu'à deux mois auparavant, faisaient de nombreux pays du sud-est asiatique des modèles à prendre en considération.

    Les observateurs attribuent à la rapidité dans la prise de décision et à l'application stricte de la prévention le secret du petit pays : le 28 mars, l'Etat d'urgence a été proclamé par le Président, Francisco Guterres, et renouvelé le 24 avril. Aujourd'hui, à Timor Est, se respire un air de bataille remportée avec toute la prudence nécessaire cependant. Le pays est l'une des très rares zones du monde à pouvoir se vanter de ce primat.

    Le secret réside peut-être également dans la capacité d'unité et de solidarité d'une réalité sociale petite et homogène dans laquelle l'Eglise joue un rôle fondamental, notamment parce que Timor Est compte une majorité de catholiques parmi ses habitants – 95% des quelques 1,3 millions d'habitants de l'Etat. « Célébrer Pâques au milieu de la pandémie de Covid-19 nous invite tous à mettre de coté nos intérêts personnels, de groupe ou de parti et de créer en revanche une unité pour combattre le corona virus » avait déclaré l'Archevêque de Dili, S.Exc. Mgr Virgilio do Carmo da Silva, au cours de la Messe de Pâques transmise à la télévision le 12 avril. L'Eglise locale a en effet immédiatement soutenu la proclamation de l'Etat d'urgence de la part du gouvernement en mars dernier et a ensuite transmis ses célébrations en utilisant tout type d'instrument disponible : télévision, stations radiophoniques, réseau sociaux. L'esprit de service et de solidarité ont caractérisé l'action d'associations religieuses et de l'Archidiocèse lui-même qui, afin de garantir une assistance matérielle, psychologique et spirituelle aux personnes en difficulté à cause du Covid-19, a même créé à partir des premiers mois de la pandémie une équipe pastorale spéciale composée de prêtres, de religieux et de laïcs disposant de compétences en psychologie et en médecine, en étroit contact avec la Caritas locale en vue de la distribution des aides. La décision de rouvrir les églises en vue de la célébration de Messe en présence de fidèles a ainsi été annoncée dès le 28 mai, deux mois après qu'ait été imposée leur fermeture suite à la découverte des premiers cas. A cependant été rendu obligatoire le port du masque de protection et le respect de la distanciation physique. Depuis l'indépendance de 1999, l'Eglise est pleinement engagée pour contribuer au développement de la société, oeuvrant dans les domaines de l'instruction, des services sociaux et en vue de l'amélioration des systèmes sanitaire, éducatif et politique. (MG-PA) (Agence Fides 12/09/2020)