Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Santé

  • Vieillissement global : bye bye les pensions ?

    IMPRIMER

    De Luca Volontè sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Le vieillissement global, est-ce à dire : bye bye les pensions

    28-01-2023

    Un rapport des Nations unies souligne que la baisse du taux de natalité, associée à l'allongement de la durée de vie, fait augmenter la proportion de personnes âgées. Parmi les politiques suggérées figurent l'allongement de la vie professionnelle et le relèvement de l'âge de la retraite. Mais en Occident, de plus en plus de pays pensent à "économiser de l'argent" avec la culture de la mort en promouvant l'euthanasie.

    Rapport de l'ONU

    En 2050, selon un récent rapport des Nations unies, le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus dans le monde doublera par rapport à 2021 (761 millions), pour atteindre 1,6 milliard, soit environ 16 % de la population de la planète prévue au milieu du siècle.

    La baisse de la fécondité et de la mortalité accélère le vieillissement général de la population dans presque tous les pays du monde. D'ici le milieu du siècle, la plupart des pays bénéficiant encore d'un dividende démographique positif (plus de jeunes que de vieux) se trouveront en Afrique subsaharienne, selon les données publiées dans le rapport des Nations unies intitulé "Leaving No One Behind In An Ageing World", présenté le 12 janvier. Sur d'autres continents, en Asie, en Europe et en Amérique latine, les gouvernements devront engager des dépenses importantes pour la prise en charge des citoyens âgés et vulnérables. Très peu de pays dans le monde ont commencé à procéder aux changements sociaux, politiques et structurels nécessaires. Pourtant, les données sur les taux de natalité et de vieillissement fournissent aux gouvernements et aux spécialistes des sciences sociales des décennies de tendances sur la manière dont la population pourrait évoluer, et donc une conception planifiée à long terme serait bien plus fructueuse que des interventions hypothétiques.

    Tous les pays ont besoin, selon le rapport des Nations unies, de nouvelles politiques sociales et économiques ; ils doivent investir non seulement dans les soins, mais aussi dans les personnes, dans leur capital humain, tout au long de leur vie. L'ONU a appelé tous les pays à prendre diverses mesures politiques pour réduire les impacts négatifs du vieillissement de la population, notamment : la réforme des systèmes de retraite, le relèvement de l'âge de la retraite et l'extension de la couverture des pensions à toutes les personnes âgées ; l'élimination des obstacles à la participation des personnes âgées à la vie active et le soutien à leur apprentissage tout au long de la vie et au développement de leurs compétences ; la création de possibilités d'emploi formel pour les femmes et d'autres groupes traditionnellement exclus du marché du travail formel, comme les personnes handicapées ; et l'élaboration de stratégies intégrées de soins de longue durée fondées sur une réglementation appropriée, la formation et le soutien des professionnels de la santé, ainsi que sur des mécanismes tels que l'accréditation et le contrôle pour garantir la qualité.

    À cela s'ajoutent les prescriptions du Fonds monétaire international, qui a récemment publié une étude suggérant, entre autres, d'investir dans le capital humain, de renforcer les programmes de formation et de qualification, y compris pour les mères et les personnes âgées, d'élargir le choix de l'âge de la retraite et d'encourager l'épargne individuelle en vue de la retraite, de promouvoir les secteurs économiques offrant des possibilités aux travailleurs âgés, de développer et de renforcer les systèmes de soins de longue durée et de promouvoir la prévention des maladies et le diagnostic précoce.

    N'oublions pas que l'Assemblée générale des Nations unies a déclaré la période 2021-2030 "Décennie des Nations unies pour le vieillissement en bonne santé" et a demandé à l'OMS de diriger sa mise en œuvre. Le plan des Nations unies pour la "Décennie" appelle à une collaboration mondiale entre les gouvernements, la société civile, les agences internationales, les professionnels, les universités, les médias et le secteur privé afin de promouvoir une vie plus longue et plus saine pour tous, de réduire les inégalités en matière de santé et d'améliorer la vie des personnes âgées, de leurs familles et de leurs communautés en agissant dans quatre domaines : "Changer la façon dont nous pensons, ressentons et agissons à propos de l'âge et de l'âgisme [calqué sur l'anglais, pour signifier les préjugés à l'encontre des personnes âgées, ndlr] ; développer les communautés de manière à favoriser les capacités des personnes âgées ; fournir des soins intégrés centrés sur la personne et des services de santé primaires aux personnes âgées ; et fournir aux personnes âgées un accès à des soins de longue durée de qualité." Jusqu'à présent, c'est ce que l'ONU suggère.

    Mais attention : aujourd'hui, surtout en Occident, le nombre décroissant de jeunes travailleurs ne peut financièrement maintenir en équilibre un système où le nombre de retraités âgés augmente. Ainsi, de plus en plus de pays occidentaux, au lieu d'adopter des politiques ambitieuses et respectueuses de l'être humain, légitiment l'euthanasie. La "solution" consistant à promouvoir l'euthanasie comme antidote aux "coûts du vieillissement" de notre société se répand donc en Occident et surtout, comme l'a récemment dénoncé le Français Michel Houellebecq, en Europe (ici aussi un aperçu par Euronews). Au Canada, grâce à l'euthanasie et au suicide assisté, l'État aurait économisé 87 millions de dollars en soins médicaux en 2021. Pendant ce temps, au Royaume-Uni et en Écosse, où le débat sur la légalisation de la fausse "mort douce" se poursuit, les économies réalisées par le système de santé publique sont discutées.

    En 1922, le poème de T. S. Eliot, The Waste Land, a été publié : cent ans plus tard, nous pouvons dire que c'est une terre qui rejette l'humanité.

    Lire aussi : Après l’âgisme qui progresse, l’euthanasie ?

  • La vraie cause de la renonciation de Benoît XVI divulguée ?

    IMPRIMER

    Du site BFM TV :

    BENOÎT XVI A RÉVÉLÉ AVANT SA MORT QUE SES "INSOMNIES" AVAIENT ÉTÉ LE "MOTIF CENTRAL" DE SA DÉMISSION

     
  • Quand le pape répond aux critiques : la dernière interview fleuve de François

    IMPRIMER

    De Jean-Marie Guénois sur le site du Figaro :

    Le pape François répond aux critiques sur son pontificat

    Réponses de François : « La critique permet de grandir et d'améliorer les choses ». Le pape préfère d'ailleurs qu'elle s'exprime même si elle « dérange un peu » et perturbe « la tranquillité ». Il préférerait qu'il « n'y ait pas de critiques » mais « elles signifient qu'il y a une liberté de parole ». Et même si elles ne sont que des « éruptions cutanées », les voix contraires sont un antidote à « la dictature de la distance, quand l'empereur est là et que personne ne peut rien lui dire ».

    Le pape récuse tout « lien » entre la mort de Benoît XVI et la dernière salve de critiques en date. Il les attribue plutôt « à l'usure d'un gouvernement de 10 ans ». Le 13 mars 2023, François fêtera en effet le dixième anniversaire de son élection. Il observe que « quand certains ont commencé à voir (ses) défauts, ils ne les ont pas aimés. » Et ne « demande qu'une chose » : que l'on s'exprime « en face » et non dans son dos. À ce titre, il rend hommage au cardinal Pell, qui ne mâchait pas ses mots. « C'était un type formidable, génial » dit-il du prélat à qui il avait confié la réforme des finances du Vatican. « Il avait le droit » de le critiquer, car « la critique est un droit humain ».

    «Etre homosexuel n'est pas un crime »

    Les récentes charges conduiraient-elles François à renoncer ? Il répète que s'il avait à le décider, ce qui n'est pas à l'ordre du jour, il se ferait appeler « évêque émérite de Rome » et non « pape émérite » et qu'il habiterait dans une maison de prêtres du diocèse. Il juge par ailleurs prématuré le fait de statuer juridiquement sur la situation d'un pape retraité. À ce titre, il rend un hommage appuyé à Benoît XVI, qui fut comme un « père » pour lui. « Si j'avais un doute, je demandais une voiture et je montais le consulter » révèle-t-il. « C'était un seigneur, à l'ancienne ». Il ajoute : « certains voulaient l'utiliser, il s'en défendait ».

    François s'est montré en revanche très critique sur l'actuel synode de l'Église allemande, mené, selon lui, par « l'élite » et non par « le peuple de Dieu » : « le danger est que quelque chose de très, très idéologique s'infiltre » alors « le Saint-Esprit rentre chez lui car l'idéologie l'emporte sur le Saint-Esprit ». Et ouvert sur l'homosexualité : « Être homosexuel n'est pas un crime, mais un péché ». Il faut distinguer « entre un péché et un crime » espérant que les évêques qui soutiennent des législations anti-homosexuelles « injustes » aient « un processus de conversion » car «Dieu nous aime tel que nous sommes ».

    Le pape a par ailleurs livré une série de détails sur lui-même. François se dit « en bonne santé » mais reconnaît que la diverticulose pour laquelle il fut opéré dans l'intestin le 4 juillet 2021 est « revenue », assurant toutefois que « tout est sous contrôle ».

  • Cardinal Sarah : "Personne ne peut nous interdire de célébrer l'Eucharistie"

    IMPRIMER

    De Riccardo Cascioli sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    UN NOUVEAU LIVRE

    Sarah : "Personne ne peut nous interdire de célébrer l'Eucharistie".

    24-01-2023

    Dans le nouveau livre qu'il a publié - Catéchisme de la vie spirituelle (Cantagalli) - le cardinal Robert Sarah indique un itinéraire de conversion à travers les sacrements comme moyen de construire une relation forte avec Dieu et de servir une Église en crise de foi. Placer l'Eucharistie au centre, sans laquelle nous ne pouvons pas vivre. 

    Si, depuis des années, l'Église vit dans la confusion, pour ne pas dire l'apostasie, ces derniers mois, nous avons assisté à une accélération qui ne peut que créer désorientation et amertume chez les simples fidèles. On parle beaucoup de la lutte contre les abus sexuels, puis on assiste impuissant à une méga-opération au plus haut niveau de l'Église pour protéger le père Marko Rupnik, jésuite et artiste, déjà reconnu coupable d'abus et dont l'excommunication a été mystérieusement levée en un temps record. Entre-temps, nous sommes confrontés à la possibilité réelle qu'un évêque qui épouse des thèses hérétiques devienne même le gardien de l'orthodoxie catholique : il s'agit de l'Allemand Heiner Wilmer, qui, en décembre, semblait destiné à diriger la Congrégation pour la doctrine de la foi, une nomination " freinée " par l'intervention auprès du pape d'une vingtaine de cardinaux, mais qui semble aujourd'hui à nouveau possible. Et encore, le triste spectacle qui se dégage du procès en cours au Vatican pour l'affaire du palais londonien au centre d'opérations financières très douteuses, dans lequel c'est l'image du pontife régnant lui-même qui est clairement écornée.

    Et ce ne sont là que quelques exemples de ce qui se passe - auxquels on pourrait ajouter la honte de la " voie synodale " allemande, la guerre contre la liturgie qui appartient à la tradition de l'Église, une préparation plus qu'ambiguë du Synode sur la synodalité, les révélations et dénonciations contenues dans les témoignages de ces semaines de Monseigneur Gänswein, des cardinaux Müller et Pell - et qui donnent l'idée d'une Église transformée en champ de bataille.

    Alors comment un simple croyant, mais aussi un consacré, un évêque et même un cardinal ne se laisserait-il pas entraîner dans des diatribes qui risque d'être toute " horizontales " ? Ne pas se laisser décourager par une Église qui semble obscurcir la présence du Christ au lieu de la révéler, dans laquelle la "trahison des apôtres", leur "souillure", comme l'a dit un jour le cardinal Ratzinger, est dramatiquement d'actualité ?

    Lire la suite

  • Lavaux Ste-Anne, 18 février : Journée Laudato Si

    IMPRIMER

    Bonjour à tous,

    Le samedi 18 février dès 9h15 et jusqu’à 17h, nous aurons la joie de nous retrouver à la Fraternité de Tibériade qui nous accueillera à Lavaux Ste-Anne, pour une nouvelle Journée Laudato Si.

    L’invité « phare » de cette rencontre sera Martin STEFFENS, philosophe et enseignant à Metz. Auteur de nombreux livres, il énonce clairement les défis du monde actuel et nous appelle à nous (r)éveiller. Son intervention aura comme titre :

    « Préparer aujourd’hui pour réparer demain ».

    Réflexions libres et philosophiques pour nous conscientiser à l’enjeu des crises.

    Le mot “réparer” est à la mode. On parle de réparer le monde, la nature, l’océan, le travail… Tout est-il donc cassé ? En panne ? Certaines choses le sont en effet, et il est bon de comprendre ce qui suscite aujourd’hui tant de peur et de souffrance.

    Mais redémarrer l’avenir ne se peut sans s’émerveiller et puiser la force dans des liens déjà existants - à commencer par ceux qui nous réuniront ce jour !

    L’intervention de Martin Steffens sera suivie du témoignage de David, qui avec sa femme Hélène et leurs 3 enfants, a fait le choix d’une vie simple mais remplie de l’essentiel. Engagés 7 ans dans les prisons pour mineurs à Madagascar, il nous témoignera du travail de « Grandir Dignement » l’ONG qu’ils ont fondée.

    Après le repas (auberge espagnole), vous pourrez choisir 1 atelier parmi les 5 qui vous sont proposés :

    1. Comment utiliser les Huiles essentielles dans la pharmacopée familiale ? Avec Jean-Philippe Vandenschrick
    Inscriptions par ici.

    2. Découverte de quelques plantes sauvages comestibles avec Etienne Marchot
    Promenade-cueillette avec passage sur/sous clôtures de prairies - prendre ses bottes et un sac en papier pour les plantes. Inscriptions par ici.

    3. Principes clés qui permettent de s’organiser au mieux pour devenir acteurs d’un nouvel avenir : comment créer des communautés [de laïcs] pour contribuer à la transition ? animé par Jean-François Berleur. Inscriptions par ici.

    4. Choix éthique dans les moyens de communications, se libérer de la surveillance numérique et des GAFAM ? Eric Feillet et Erick Mascart. Inscriptions par ici.

    5. Économie et Finance : la fin d’un système ? Découverte du concept de la Monnaie Libre, Carine Brochier. Ouverture d’un compte membre et processus de certification, Anne Snyers. Inscriptions par ici.

    La journée se clôturera vers 16h45, et pour ceux qui le souhaitent, par la célébration de l'Eucharistie avec la Communauté à 17h.

    Intéressé par cette journée ? Que vous reste-t-il à faire ?

    1. Cliquez sur le lien de l’atelier auquel vous souhaitez participer. (1 formulaire par participant). Le nombre de participants par atelier étant limité pour permettre à chacun d’en retirer un maximum, ne tardez donc pas à vous inscrire…
    2. Bloquez la date dans votre agenda.
    3. Partager cette invitation à vos amis et connaissances. Le changement se joue aussi avec les autres !

    En route vers un « nouveau monde »,

    Paix et Joie,

    A bientôt !

    Eric et Violaine, Nicolas et Agneszka, Fr. Cyrille, François et Carine.

    P.S. 1. D’autres précisions pratiques pour la journée seront envoyées à chaque participant, quelques jours avant la rencontre.

    P.S. 2. Et si vous le voulez, il y a aussi le lendemain, le dimanche, une occasion de prolonger nos rencontres et partages car la Fraternité de Tibériade organise son « Dimanche autrement » à la suite de la journée Laudato Si. (pas d’inscriptions pour le Dimanche voir site pour repas)

  • C'est avec l'espérance que l'euthanasie se combat

    IMPRIMER

    De Tommaso Scandroglio sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    C'est avec l'espérance que l'euthanasie se combat. La Belgique le confirme

    30-12-2022

    Le dernier rapport sur l'euthanasie en Belgique montre que pas moins de 5 145 personnes ont été euthanasiées en 2020-21. Ce n'est pas tant la souffrance physique que la souffrance psychologique qui détermine la demande d'y mettre fin. Cela confirme l'importance de remèdes tels que l'affection, la proximité et surtout la lumière et le sens que seule la foi peut donner. Une leçon pour l'Italie également.

    En Italie, il existe une loi, la 219/17, qui permet à tous d'avoir accès à l'euthanasie : les adultes capables de comprendre et ceux qui n'en sont pas capables, ainsi que les mineurs. Pour savoir quels fruits cette loi portera à l'avenir dans notre pays, il suffit d'aller voir ce qui se passe dans les pays où les lois sur l'euthanasie sont en vigueur depuis plus longtemps. Par exemple en Belgique.

    La Commission fédérale pour le contrôle et l'évaluation de l'euthanasie a récemment transmis au Parlement belge son dixième rapport sur l'accès à cette pratique. Au cours de la période de deux ans 2020-2021, pas moins de 5 145 personnes ont été tuées par euthanasie. Entre 2020 et 2021, on observe une augmentation de plus de 10 %. La tendance a toujours été à la hausse : de 584 décès en 2003-2004, la première période de deux ans de la loi, aux 5 145 actuels.

    Les malades du cancer sont en pole position : en effet, 3 262 malades du cancer ont choisi de mettre fin à leur vie avec la bénédiction de l'État. Ils sont suivis par 900 patients qui souffraient de maladies multiples, souvent des maladies de la vieillesse. 402 patients présentaient des troubles du système nerveux. 94 personnes ont été tuées pour des problèmes psychiatriques : 49 souffraient de troubles cognitifs tels que la démence, y compris la maladie d'Alzheimer ; 45 souffraient de dépression, de troubles de la personnalité, de stress post-traumatique, de schizophrénie ou d'autisme. Ces dernières données prouvent que le slogan qualifiant l'euthanasie d'expression suprême de la liberté d'une personne est très faux, puisque les personnes incapables d'exprimer un consentement valable sont souvent tuées.

    En outre, 741 personnes (14 % du total) ont choisi l'euthanasie alors que la mort n'était pas du tout imminente. Seuls 0,6% ont demandé à mourir par demande anticipée : un instrument qui s'est donc avéré être un flop. Quatre-vingt pour cent des personnes ont choisi de mourir soit parce qu'elles souffraient dans leur corps ou dans leur psychisme. La plupart des patients tués avaient entre 70 et 90 ans. Aucun mineur n'a eu accès à cette pratique.

    Selon le rapport, ce n'est pas tant la souffrance physique qui détermine le choix de l'euthanasie, mais la souffrance psychologique qui a évidemment sa genèse dans la pathologie. Si l'on considère ensuite la deuxième catégorie de patients qui ont le plus recours à l'euthanasie - les patients âgés souffrant de maladies multiples liées à la vieillesse - on se rend compte que ce ne sont pas tant les maladies elles-mêmes qui poussent vers la solution finale, mais, une fois encore, un état général de dépression.

    Ainsi le rapport : "En ce qui concerne la gravité de la souffrance psychique, les maladies liées à l'âge, typiquement multi-pathologiques, entraînent de plus en plus souvent des diminutions physiques, psychiques, cognitives, psychosociales et existentielles chez ces patients âgés. Tout cela entraîne une souffrance psychique considérable, qui se manifeste fréquemment par une lassitude de la vie. Beaucoup d'entre eux ont des pensées suicidaires parce qu'ils ne voient pas d'avenir qui rende leur vie digne d'être vécue et parce que la mort leur apparaît comme une bénédiction. [...] Plus de la moitié des patients ont du mal à gérer leur dépendance à l'égard des autres, un état qui va souvent de pair avec une perte d'autonomie qui leur fait perdre le contrôle des dernières années de leur vie. Plus de 40 % d'entre eux craignent de subir un préjudice physique à l'avenir, si leur état se détériore. La conscience du caractère désespéré de leur situation et l'inefficacité des thérapies et des soins palliatifs à contrôler leurs symptômes renforcent le sentiment que vivre n'a pas de sens".

    Le rapport confirme donc un fait bien connu : le problème sous-jacent au choix d'en finir est psychologique et non physiologique. La douleur à traiter n'est pas d'abord celle des sens, la douleur organique qui a déjà trouvé sa solution dans les soins palliatifs, mais celle de l'âme. Les vrais médicaments sont donc l'affection, la proximité, le partage de la douleur et surtout l'espérance qui découvre dans la souffrance un sens transcendant et éclaire la vie après la mort. Mais pour avoir ce genre d'espérance, il faut avoir la foi. Une fois cette dernière éteinte, tout plonge dans l'obscurité, tout semble dénué de sens, tellement dénué de sens que l'euthanasie semble la seule voie raisonnable car elle élimine le fardeau d'une existence qui n'a plus de but, en éliminant ceux qui vivent cette existence. L'euthanasie s'avère alors être non pas un remède, mais l'étape finale d'un parcours sans espoir, l'aboutissement nécessaire d'une perspective de vie nihiliste.

  • Benoît XVI est lucide

    IMPRIMER

    De Marco Mancini sur acistampa :

    Saint-Siège, Benoît XVI est "lucide quand il s'éveille". Situation sérieuse mais stable".

    C'est ce qu'a annoncé le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni, en faisant le point sur l'état de santé de Benoît XVI

    29 décembre 2022

    "Le pape émérite a pu bien se reposer la nuit dernière, il est absolument lucide et alerte et aujourd'hui, bien que son état reste grave, la situation est pour le moment stable. Le pape François renouvelle son invitation à prier pour lui et à l'accompagner en ces heures difficiles". C'est ce qu'a annoncé le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni, en faisant le point sur l'état de santé de Benoît XVI.

    En ces heures, les adhésions à l'appel du pape François à prier pour son prédécesseur se multiplient. Hier, le Pontife lui-même avait rendu visite à Benoît XVI au monastère Mater Ecclesiae.

  • Benoit XVI : ma vie, mes priorités

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, en traduction française sur Diakonos.be :

    Benoit XVI : ma vie, mes priorités

    (S.M.) En ces heures inquiétantes pour la vie terrestre du pape émérite Benoît, nous vous proposons ci-dessous deux de ses écrits autographes et autobiographiques décisifs pour le comprendre jusqu’au bout.

    Le premier est extrait de la lettre qu’il a envoyée aux évêques de l’Église catholique le 10 mars 2009, dans laquelle il présente les « priorités » de son pontificat.

    Le second est tiré de la lettre encyclique « Spe salvi » du 30 novembre 2007, qu’il a entièrement rédigée lui-même, et dévoile l’espérance qui l’a toujours animé, même dans les heures les plus difficiles pour l’Église, lui qui s’est trouvé appelé à la gouverner plutôt que de se consacrer entièrement à une vie d’étude, tout comme cela s’était passé pour le théologien et évêque Augustin, le docteur de l’Église qu’il préfère entre tous.

    *

    « La priorité qui dépasse toutes les autres »

    Je pense avoir souligné les priorités de mon Pontificat dans les discours que j’ai prononcés à son début. Ce que j’ai dit alors demeure de façon inaltérée ma ligne directive. La première priorité pour le Successeur de Pierre a été fixée sans équivoque par le Seigneur au Cénacle: « Toi… affermis tes frères » (Lc 22, 32). Pierre lui-même a formulé de façon nouvelle cette priorité dans sa première Lettre : « Vous devez toujours être prêts à vous expliquer devant tous ceux qui vous demandent de rendre compte de l’espérance qui est en vous » (I P 3, 15).

    À notre époque où dans de vastes régions de la terre la foi risque de s’éteindre comme une flamme qui ne trouve plus à s’alimenter, la priorité qui prédomine est de rendre Dieu présent dans ce monde et d’ouvrir aux hommes l’accès à Dieu. Non pas à un dieu quelconque, mais à ce Dieu qui a parlé sur le Sinaï ; à ce Dieu dont nous reconnaissons le visage dans l’amour poussé jusqu’au bout (cf. Jn 13, 1) – en Jésus Christ crucifié et ressuscité. En ce moment de notre histoire, le vrai problème est que Dieu disparaît de l’horizon des hommes et que tandis que s’éteint la lumière provenant de Dieu, l’humanité manque d’orientation, et les effets destructeurs s’en manifestent toujours plus en son sein.

    *

    « Une vie totalement nouvelle »

    La vraie, la grande espérance de l’homme, qui résiste malgré toutes les désillusions, ce ne peut être que Dieu – le Dieu qui nous a aimés et qui nous aime toujours « jusqu’au bout », « jusqu’à ce que tout soit accompli » (cf. Jn 13, 1 et 19, 30). Celui qui est touché par l’amour commence à comprendre ce qui serait précisément « vie ». Il commence à comprendre ce que veut dire la parole d’espérance que nous avons rencontrée dans le rite du Baptême: de la foi j’attends la « vie éternelle » – la vie véritable qui, totalement et sans menaces, est, dans toute sa plénitude, simplement la vie.

    Jésus, qui a dit de lui-même être venu pour que nous ayons la vie et que nous l’ayons en plénitude, en abondance (cf. Jn 10, 10), nous a aussi expliqué ce que signifie « la vie »: « La vie éternelle, c’est de te connaître, toi le seul Dieu, le vrai Dieu, et de connaître celui que tu as envoyé, Jésus Christ » (Jn 17, 3). La vie dans le sens véritable, on ne l’a pas en soi, de soi tout seul et pas même seulement par soi: elle est une relation. Et la vie dans sa totalité est relation avec Celui qui est la source de la vie. Si nous sommes en relation avec Celui qui ne meurt pas, qui est Lui-même la Vie et l’Amour, alors nous sommes dans la vie. Alors nous « vivons ».

    Mais maintenant se pose la question: de cette façon ne sommes-nous pas retombés de nouveau dans l’individualisme du salut, dans l’espérance pour moi seulement pour moi, qui n’est justement pas une véritable espérance, parce qu’elle oublie et néglige les autres? Non. La relation avec Dieu s’établit par la communion avec Jésus – seuls et avec nos seules possibilités nous n’y arrivons pas. La relation avec Jésus, toutefois, est une relation avec Celui qui s’est donné lui-même en rançon pour nous tous (cf. 1 Tm 2, 6). Le fait d’être en communion avec Jésus Christ nous implique dans son être « pour tous », il en fait notre façon d’être. Il nous engage pour les autres, mais c’est seulement dans la communion avec Lui qu’il nous devient possible d’être vraiment pour les autres, pour l’ensemble. […]

    Nous pouvons observer de façon frappante la même relation entre amour de Dieu et responsabilité envers les hommes dans la vie de saint Augustin. Après sa conversion à la foi chrétienne, avec quelques amis aux idées semblables, il voulait mener une vie qui fût totalement consacrée à la parole de Dieu et aux choses éternelles. Il voulait réaliser par des valeurs chrétiennes l’idéal de la vie contemplative exprimé dans la grande philosophie grecque, choisissant de cette façon « la meilleure part » (cf. Lc 10, 42). Mais les choses en allèrent autrement.

    Alors qu’il participait à la messe dominicale dans la ville portuaire d’Hippone, il fut appelé hors de la foule par l’Évêque et contraint de se laisser ordonner pour l’exercice du ministère sacerdotal dans cette ville. Jetant un regard rétrospectif sur ce moment, il écrit dans ses Confessions: « Atterré par mes péchés et la masse pesante de ma misère, j’avais, en mon cœur, agité et ourdi le projet de fuir dans la solitude: mais tu m’en as empêché, et tu m’as fortifié par ces paroles: “Le Christ est mort pour tous afin que les vivants n’aient plus leur vie centrée sur eux-mêmes, mais sur lui, qui est mort et ressuscité pour eux” (2 Co 5, 15) ». Le Christ est mort pour tous. Vivre pour Lui signifie se laisser associer à son « être pour ».

    Pour Augustin, cela signifiait une vie totalement nouvelle. Une fois, il décrivit ainsi son quotidien: « Corriger les indisciplinés, conforter les pusillanimes, soutenir les faibles, réfuter les opposants, se garder des mauvais, instruire les ignorants, stimuler les négligents, freiner les querelleurs, modérer les ambitieux, encourager les découragés, pacifier les adversaires, aider les personnes dans le besoin, libérer les opprimés, montrer son approbation aux bons, tolérer les mauvais et [hélas] aimer tout le monde ». « C’est l’Évangile qui m’effraie » [23] – cette crainte salutaire qui nous empêche de vivre pour nous-mêmes et qui nous pousse à transmettre notre commune espérance.

    De fait, c’était bien l’intention d’Augustin: dans la situation difficile de l’empire romain, qui menaçait aussi l’Afrique romaine et qui, à la fin de la vie d’Augustin, la détruisit tout à fait, transmettre une espérance – l’espérance qui lui venait de la foi et qui, en totale contradiction avec son tempérament introverti, le rendit capable de participer de façon résolue et avec toutes ses forces à l’édification de la cité. Dans le même chapitre des Confessions, où nous venons de voir le motif décisif de son engagement « pour tous », il écrit: Le Christ « intercède pour nous, sans lui c’est le désespoir. Elles sont nombreuses, ces langueurs, et si fortes! Nombreuses et fortes, mais ton remède est plus grand. En croyant que ton Verbe était beaucoup trop loin de s’unir à l’homme, nous aurions bien pu désespérer de nous, s’il ne s’était fait chair, habitant parmi nous ». En raison de son espérance, Augustin s’est dépensé pour les gens simples et pour sa ville – il a renoncé à sa noblesse spirituelle et il a prêché et agi de façon simple pour les gens simples.

    *

    (Sur la photo ci-dessus, datée du 1er décembre 2022, le pape Benoît avec à ses côtés le célèbre juriste juif Joseph Weiler, auquel venait d’être conféré le jour même le prix Joseph Ratzinger).

  • Benoît XVI est très malade

    IMPRIMER

    Pape François : priez pour Benoît XVI, il est très malade

    par Iacopo Scaramuzzi dans la Repubblica :

    Lors de l'audience générale (de ce 28 décembre), le pape a demandé des prières pour le pape émérite : "Que le Seigneur le console et le soutienne dans ce témoignage d'amour pour l'Église jusqu'à la fin".

    28 décembre 2022

    "Je voudrais vous demander à tous une prière spéciale pour le pape émérite Benoît, qui dans le silence soutient l'Église : se souvenir de lui, il est très malade, demander au Seigneur de le consoler et de le soutenir dans ce témoignage d'amour pour l'Église jusqu'à la fin." C'est ainsi que le pape François a conclu l'audience générale dans la salle Paul VI.

    Joseph Ratzinger est âgé de 95 ans, il a renoncé à la papauté en 2013, immédiatement après (?!) que le conclave ait élu Jorge Mario Bergoglio.

    Il Fatto Quotidiano précise :

    Joseph Ratzinger est très malade. La nouvelle de l'état de santé du pape émérite Benoît XVI, âgé de 95 ans, est venue de François qui, à la fin de l'audience générale, a demandé aux personnes présentes de prier pour l'ancien pontife. "Je voudrais vous demander à tous une prière spéciale pour le pape émérite Benoît, qui, en silence, soutient l'Église. Souvenez-vous de lui, il est très malade, en demandant au Seigneur de le consoler, de le soutenir dans ce témoignage d'amour pour l'Église, jusqu'à la fin". Voilà ce que le pape François a dit.

    Né le 16 avril 1927, on a longtemps parlé de sa santé fragile. En août 2020 déjà, le biographe du pape émérite, Peter Seewald, avait déclaré que "Benoît XVI est dans un état de santé grave en raison d'une infection faciale". En décembre de la même année, c'est le cardinal maltais Mario Grech, immédiatement après lui avoir rendu visite, qui parle d'un Joseph Ratzinger ayant "des difficultés à s'exprimer". Benoît XVI est le 265e pape de l'Église catholique. Devenu pape le 19 avril 2005, il a annoncé, lors du consistoire ordinaire du 11 février 2013, son intention de renoncer à son ministère d'évêque de Rome. Après sa démission, Bergoglio a été élu pape le 13 mars suivant.

    Dernières nouvelles (acistampa) :

    L'état de santé de Benoît XVI s'est aggravé, mais est sous contrôle, et le pape François lui a rendu visite à la fin de l'audience générale. C'est ce qu'a annoncé le Bureau de presse du Saint-Siège.

    "En ce qui concerne l'état de santé du Pape émérite, pour lequel le Pape François a demandé des prières à la fin de l'audience générale de ce matin, je peux confirmer qu'au cours des dernières heures, il y a eu une aggravation due à l'âge avancé", peut-on lire dans le communiqué. La situation reste pour l'instant sous contrôle, sous la surveillance constante des médecins".

    Le service de presse rapporte que "à la fin de l'audience générale, le pape François s'est rendu au monastère Mater Ecclesiae pour rendre visite à Benoît XVI. Nous nous joignons à lui pour prier pour le pape émérite."

    Sur le National Catholic Register, Edward Pentin fournit ces précisions :

    Le pape émérite Benoît XVI souffre d'une insuffisance rénale aggravée et a subi une modification récente de son pacemaker, a indiqué une source vaticane informée au Register. 

    La source a déclaré que Benoît XVI souffre d'une "insuffisance rénale qui s'est aggravée au cours des dernières heures". La source a ajouté que le pape émérite, âgé de 95 ans, avait subi une modification de son "pacemaker il y a environ un mois et demi pour régulariser ses battements de cœur", mais a souligné que cela n'avait aucun rapport avec son insuffisance rénale. 

    Le Vatican n'a pas encore confirmé son état de santé exact, mais a confirmé mercredi que Benoît XVI avait connu un déclin soudain de son état de santé, qu'il était actuellement stable et qu'il bénéficiait de soins médicaux.

  • 2700 euthanasies en Belgique en 2021 : l'IEB a décortiqué le rapport officiel pour vous

    IMPRIMER

    Note de synthèse : Rapport 2022 de la Commission Euthanasie en Belgique

    Depuis 2002, 27 226 personnes ont été officiellement euthanasiées en Belgique. Les chiffres pour les deux dernières années (2020 et 2021) sont respectivement de 2445 cas et 2700 cas. L’année 2021 a donc été...

    Lire cet article

  • Votre aide d’urgence pour les familles déshéritées de Bourj Hammoud et Nabaa (Liban)

    IMPRIMER

    Du site de l'Aide à l'Eglise en Détresse (Belgique) :

    Aide d’urgence pour les familles déshéritées de Bourj Hammoud et Nabaa (Liban)

    19/12/2022 Leuven – La crise que subit le Liban a durement touché les habitants de Bourj Hammoud et de Nabaa, qui vivaient déjà dans des conditions difficiles auparavant. Ils sont maintenant confrontés à la grande pauvreté. Le chômage et le manque de ressources financières les empêchent de payer le logement, l’électricité, la nourriture et les médicaments. Les patients atteints de cancer et ceux nécessitant des séances de dialyse ne peuvent plus recevoir de traitement. Nombre d’entre eux souffrent de dépression, de névrose et d’autres troubles psychiques. Les hommes qui ne peuvent pas subvenir aux besoins de leur famille tombent souvent dans la spirale négative de la violence domestique. Le trafic de drogue et la prostitution sont devenus les moyens les plus faciles de se procurer de l’argent et les enfants en sont les premières victimes. D’où l’urgence d’aider ces familles.

    Soeur Roua (30 ans), novice de la Congrégation des Soeurs des Sacrés-Coeurs de Jésus et de Marie, conduit une voiture transportant de la nourriture pour les familles de Bourj Hammoud à Beyrouth, au Liban.

    Les Soeurs des Sacrés-Coeurs de Jésus et de Marie sont présentes au sein de la paroisse maronite de Saint-Joseph depuis 1989. Les soeurs ont une mission éducative, pastorale et sociale. Elles distribuent quotidiennement des repas, des vêtements, des médicaments, du lait pour les enfants et des couches.

    Les ressources des soeurs étant limitées, celles-ci donnent la priorité aux familles nombreuses, aux familles avec des personnes âgées dépendantes, aux familles avec des personnes handicapées (physiques ou mentales), aux personnes âgées vivant seules et sans ressources et aux familles qui risquent de perdre leur logement. C’est pourquoi le projet les aide à payer le loyer.

    Le prix d’une bouteille de gaz a tellement augmenté que les ménages sont dans l’incapacité de préparer les repas. Sans électricité, les enfants doivent étudier à la lumière des bougies. Le projet paie donc l’abonnement au générateur et fournit un réservoir de gaz tous les deux ou trois mois.

    Les enfants ont besoin de chaussures et de vêtements chauds, ainsi que de livres et de fournitures scolaires. Les parents ne peuvent pas payer les frais de scolarité et les enfants risquent d’être contraints de quitter l’école. Les soeurs veillent à ce que les familles reçoivent le minimum nécessaire pour une année scolaire.

    (61) Christmas Campaign 2022: LEBANON – Emergency aid for poor families – YouTube

    Cette vidéo fait partie de la campagne internationale de Noël 2022 de l’AED, dédiée à la Syrie et au Liban, et montre la tristesse de sœur Juliette causée par la pauvreté des familles libanaises qui, chaque jour à la porte de sa congrégation, demandent de la nourriture, des médicaments et d’autres secours d’urgence. Avec 100 euros, vous pouvez soutenir une famille à Bourj Hammoud ou Nabaa pendant un mois.

    Votre don bénéficiera à ce projet ou à un projet similaire, et permettra le travail pastoral de l’Aide à l’Église en Détresse.

    Faire un don
    Communication sur votre virement: 326-07-59 Liban

  • En cas de problème de santé, le pape a déjà signé sa démission

    IMPRIMER

    D'Eduardo Berdejo sur Catholic News Agency :

    Le Pape François : démission déjà signée "en cas d'empêchement médical".
     
    17 décembre 2022

    Le pape François a déclaré qu'au cas où il ne pourrait pas continuer à gouverner l'Église catholique en raison d'un problème de santé, il a déjà signé sa démission et l'a remise à l'un des cardinaux du Vatican.

    Lors d'une interview accordée au journal espagnol ABC et publiée tôt dimanche matin en Espagne, le Saint-Père a répondu à la question de savoir ce qui se passerait "si un pontife était soudainement handicapé en raison de problèmes de santé ou d'un accident."

    "J'ai déjà signé ma démission", a répondu le pape François, ajoutant qu'il l'avait fait lorsque le secrétaire d'État du Vatican était le cardinal Tarcisio Bertone.

    "Je l'ai signé et je lui ai dit : 'En cas d'empêchement pour des raisons médicales ou autres, voici ma démission.' Ils l'ont déjà. Je ne sais pas à qui le cardinal Bertone l'a donnée, mais je la lui ai donnée quand il était secrétaire d'État", a-t-il déclaré.

    Le cardinal Bertone a été nommé secrétaire d'État par Benoît XVI en 2006 et est resté en fonction jusqu'au 31 août 2013, pendant le pontificat du pape François.

    Lorsqu'on lui a demandé s'il voulait que cela se sache, François a répondu "c'est pour cela que je le dis". 

    "Maintenant, quelqu'un ira le demander à Bertone : "Donnez-moi ce morceau de papier !"", a déclaré le pape en riant. "Il l'a probablement remis au cardinal Pietro Parolin, le nouveau secrétaire d'État. Je l'ai donné à Bertone alors qu'il était secrétaire d'État", a-t-il ajouté.

    Au cours de l'interview, François a déclaré qu'il ne s'est pas penché "du tout" sur un statut pour préciser la définition du pape émérite. 

    "Je n'ai même pas eu l'idée de le faire. Il faut croire que le Saint-Esprit n'a aucun intérêt à ce que je me préoccupe de ces choses-là", a-t-il déclaré.

    Cette histoire a d'abord été publiée par ACI Prensa, le partenaire d'information en langue espagnole de CNA. Il a été traduit et adapté par CNA.

    Eduardo Berdejo est diplômé en journalisme de l'Universidad Nacional Mayor de San Marcos (Pérou). Il est membre de l'équipe d'ACI Prensa depuis 2001. Il a couvert les visites du pape François à Cuba, au Mexique, en Colombie et au Pérou. Il est également titulaire d'un diplôme en littérature comparée de l'université de Piura (Pérou) et a suivi le cours complet de correction stylistique de l'école d'édition de Lima (Pérou).