Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

liturgie

  • La liturgie et les trois étapes de la vie spirituelle

    IMPRIMER

    De l'Archevêque Salvatore J. Cordileone sur The Catholic Thing :

    La liturgie et les trois étapes de la vie spirituelle

    14 juillet 2024

    Enracinés dans la conviction que la sainte liturgie, en tant qu'" exercice de la fonction sacerdotale de Jésus-Christ ", est " le sommet vers lequel tend l'activité de l'Église " et " la source d'où découle toute sa puissance ", les Pères du Concile Vatican II ont affirmé la suprématie de la prière liturgique dans la vie de l'Église et ont appelé le peuple de Dieu tout entier - clergé, religieux et laïcs - à se former à une vie spirituelle centrée sur la liturgie de l'Église. Ce faisant, ils ont donné une voix autoritaire au mouvement liturgique qui fleurissait dans l'Église depuis une centaine d'années, l'objectif central de ce mouvement étant de réveiller les fidèles chrétiens à une vie spirituelle centrée sur la liturgie.

    Parmi les écrivains catholiques contemporains qui ont répondu à l'appel de Vatican II et du Mouvement liturgique, Michael P. Foley s'est distingué à la fois sur le plan populaire avec son best-seller Drinking with the Saints et dans le monde universitaire avec ses explorations bien documentées et savantes de la "récapitulation liturgique" et du "temps ordinaire" dans le calendrier liturgique de l'Église. Plus récemment, Foley a produit un hybride entre le populaire et l'érudit dans Lost in Translation : Meditating on the Orations of the Traditional Roman Rite, un ouvrage de réflexion théologique d'une grande richesse spirituelle.

    L'objectif de Lost in Translation est à la fois simple et profond : méditer avec fruit sur les prières liturgiques - principalement la Collecte, la Secrète et la Postcommunion - des textes classiques du rite romain. Pour ce faire, il accorde une attention particulière aux différentes nuances de sens et de contexte dans la poésie et la rhétorique des prières latines elles-mêmes. Latiniste expert et spécialiste de la liturgie, Foley démontre tout au long de l'ouvrage que le sens des prières liturgiques peut parfois être "perdu dans la traduction" en raison des diverses subtilités et nuances de l'original.

    Pour aider le lecteur à prier la liturgie, Foley fournit des traductions anglaises précises des oraisons et montre comment les prières sont une sorte d'"éructation" (littéralement, une éructation !) des Saintes Écritures, mâchées avec diligence par notre Mère l'Église, qui fait ressortir ses trésors bibliques afin de nous former comme ses enfants dans son "école de l'amour".

    Lost in Translation commence par une introduction brève et lucide aux éléments essentiels de la composition des oraisons du rite romain, une sorte de feuille de route pour comprendre le contenu de ces prières. Le lecteur dispose ainsi des éléments nécessaires pour méditer sur les prières liturgiques de l'année ecclésiastique.

    Neuf sections suivent. Sept d'entre elles conduisent le lecteur à travers le "cycle temporel" de l'année liturgique - les sept temps liturgiques traditionnels de l'Avent, de Noël, de l'Épiphanie, de l'Avant-Carême, du Carême, de Pâques et du Temps après la Pentecôte. La huitième partie du livre comprend les célébrations majeures de ce que l'on appelle le "cycle sanctoral" de l'année liturgique - les diverses fêtes de Notre Seigneur, de Notre Dame et des saints. Enfin, la neuvième partie propose une analyse théologique de la structure des oraisons elles-mêmes, en se concentrant particulièrement sur leur "adjuration" ou fin.

    Lire la suite

  • Défends-moi, Seigneur, comme la prunelle de l'oeil (graduel du 15e dimanche du T.O.)

    IMPRIMER

    Graduale Graduel
    Ps. 16, 8 et 2 Ps. 16,8 et 2
    ℟. Custódi me, Dómine, ut pupíllam óculi: sub umbra alárum tuárum prótege me. ℣. De vultu tuo iudícium meum pródeat: óculi tui vídeant aequitátem. ℟. Défends-moi, Seigneur, comme la prunelle de l'oeil, protège-moi à l'ombre de Tes ailes. ℣. Que mon jugement procède de Ta face ; que Tes yeux voient l'équité.
  • Le Vatican interdit la messe traditionnelle latine aux pèlerins en Espagne

    IMPRIMER

    Le Vatican a interdit la célébration de la messe traditionnelle latine au sanctuaire de Notre-Dame de Covadonga, un rite qui a habituellement lieu à la fin du pèlerinage annuel de Notre-Dame de la Chrétienté en Espagne.  

    Les organisateurs de la quatrième édition du pèlerinage ont annoncé l'interdiction dans un message du 6 juillet sur X : « À l'archidiocèse d'Oviedo, ils nous ont informés qu'ils ont reçu des instructions du Dicastère pour le culte divin indiquant que la Sainte Messe traditionnelle ne doit pas être célébrée à Covadonga. » 

    Le pèlerinage aura lieu du 27 au 29 juillet au départ d'Oviedo. Notre-Dame de la Chrétienté explique sur son site Internet que le pèlerinage « est organisé par un groupe de fidèles laïcs catholiques dévoués à la célébration de la Sainte Messe selon la forme extraordinaire du rite romain », autrement connue sous le nom de Messe latine traditionnelle ou Messe tridentine.

    « Le but du pèlerinage est la sanctification de l’âme par les grâces demandées à Notre Seigneur, par l’intercession de la Très Sainte Vierge Marie, en offrant des prières, des sacrifices et des mortifications pendant trois jours. En ces jours de pèlerinage, nous confions spécialement notre patrie et le Saint-Père [au Seigneur] », peut-on lire sur le site.

    Les organisateurs soulignent que le pèlerinage d’environ 60 miles « est indépendant de tout institut, communauté ou organisation religieuse ».

    Selon l'archidiocèse d'Oviedo, cette dévotion à la Vierge Marie dans ce qui est aujourd'hui le sanctuaire de Covadonga remonte à « de nombreuses années avant la bataille de Covadonga » au cours de laquelle les chrétiens dirigés par le roi Don Pelayo ont vaincu l'armée musulmane envahissante au VIIIe siècle après J.-C. 

    « Actuellement, Covadonga reçoit plus d'un million de visiteurs tout au long de l'année, en provenance des cinq continents », indique l'archidiocèse espagnol sur sa page Web consacrée au sanctuaire.

    « Ce n’est pas une raison pour être triste »

    Etant donné l'interdiction d'offrir la messe traditionnelle à la basilique à la fin du pèlerinage, les organisateurs ont précisé dans leur communiqué sur X que cette année, la messe du troisième jour sera célébrée dans le camp des pèlerins le matin avant d'accomplir la dernière étape du pèlerinage. Cette messe sera sous la forme extraordinaire.

    « Cette circonstance ne doit pas être un motif de tristesse, mais doit nous encourager à persévérer dans l’amour et la dévotion que nous professons pour le Saint Sacrifice de l’Autel au sein de la Sainte Mère l’Église », ont-ils déclaré.

    Au lieu de la messe, « à l'arrivée à Covadonga, le chant du Te Deum aura lieu devant le Saint-Sacrement solennellement exposé et la consécration à la Sainte Vierge aura lieu pour conclure le pèlerinage », ont précisé les organisateurs de Notre-Dame de la Chrétienté.

    Source: David Ramos de NCR 

  • "Suscepimus, Deus, misericórdiam tuam in médio templi tui" (Introït du 14e dimanche du TO)

    IMPRIMER

    Introitus Introït
    Ps. 47, 10-11  
    SUSCÉPIMUS, Deus, misericórdiam tuam in médio templi tui: secúndum nomen tuum, Deus, ita et laus tua in fines terrae: iustítia plena est déxtera tua. Ps. ibid., 2 Magnus Dóminus, et laudábilis nimis: in civitáte Dei nostri, in monte sancto eius. ℣. Glória Patri. Nous avons reçu, ô Dieu, Ta miséricorde au milieu de Ton temple : comme Ton nom, ô Dieu, Ta louange s’étend jusqu’aux extrémités de la terre, Ta droite est pleine de justice. Ps. Le Seigneur est grand et très digne de louange : dans la cité de notre Dieu, sur Sa sainte montagne.
  • Le pape au stade roi Baudouin

    IMPRIMER

    Du site de la RTBF :

    Le pape François terminera sa visite par une eucharistie au Stade Roi Baudouin le 29 septembre

    Le pape François terminera sa visite en Belgique par une eucharistie au stade Roi Baudouin le 29 septembre à Bruxelles, a indiqué vendredi la Conférence des évêques de Belgique. La célébration, multilingue, sera retransmise à l’international.

    Au début de l’eucharistie, le pape François béatifiera la Carmélite Anne de Jésus, décédée à Bruxelles en 1621. "Un événement exceptionnel puisque les béatifications sont en principe effectuées par le pape François lors de célébrations à Rome", rappelle la Conférence.

    Les personnes qui désirent assister à l’événement peuvent s’inscrire en ligne, individuellement, à partir du lundi 19 août à 10h00. Un lien sera alors activé sur le site officiel de la visite : www.visitedupape.be. Le ticket (gratuit) émis servira de billet d’entrée. "La possibilité de s’inscrire en groupe est actuellement à l’étude", précise la Conférence des évêques de Belgique, qui promet des précisions "avant l’ouverture des inscriptions". Sur place, les participants devront être installés au stade à 08h30 au plus tard, insistent les prélats. Ceux-ci recommandent en outre d’emprunter les transports en commun pour rejoindre le stade. Les groupes sont encouragés à se déplacer en car. Un livret de messe leur sera distribué à l’arrivée.

    Le souverain pontife sera en Belgique du jeudi 26 au dimanche 29 septembre, dans le cadre du 600e anniversaire de la KU Leuven et de l’UCLouvain. Il se rendra dans la capitale, à Louvain et à Louvain-la-Neuve. La dernière visite d’un pape en Belgique remonte à 1995, lorsque Jean-Paul II était venu pour la béatification du père Damien, canonisé depuis lors.

  • D'Outre-Manche, un appel à sauver la messe en latin

    IMPRIMER

    De Nico Spuntoni sur la NBQ :

    D'Outre-Manche, un appel à sauver la messe en latin

    50 ans après la "lettre d'Agatha Christie" demandant à Paul VI de préserver l'ancien rite, une nouvelle lettre venue d'Angleterre demande à François de ne pas y mettre fin. Et elle réfute certains clichés sur les "indietristes".

    05_07_2024

    L'avant-poste de la messe en latin, aujourd'hui comme il y a 53 ans, parle anglais. Plus d'un demi-siècle après la "lettre d'Agatha Christie" qui "arracha" à Paul VI l'indult pour la célébration limitée du rite tridentin en Angleterre et au Pays de Galles, c'est à nouveau le Times qui accueille un appel de plusieurs personnalités britanniques visant à demander au Pontife régnant de ne pas toucher à la liturgie traditionnelle.

    L'appel porte la signature de personnalités du calibre du lauréat des Oscars Julian Fellowes, de la soprano d'origine maori Kiri Te Kanawa, de l'entrepreneur hôtelier Rocco Forte de la célèbre chaîne du même nom, du compositeur Andrew Lloyd Webber, de l'ancien chef d'état-major de la défense britannique Jock Stirrup et du mannequin Bianca Jagger. Plus des princesses, des membres de la Chambre des Lords, des financiers, des journalistes, des historiens, des designers.

    Les "indietristes" que le Vatican n'attendait peut-être pas, et les prélats/enseignants habitués à attribuer des problèmes psychologiques à ceux qui aiment encore la soi-disant ancienne messe ne s'y attendaient certainement pas. Le bien-fondé d'une cause ne découle pas de la position sociale de ceux qui la soutiennent, et il est douteux que l'Argentin François, si attentif à l'image d'un pape proche des pauvres, se laisse convaincre par un appel émanant d'un groupe d'Anglais riches et influents, mais il est certain que cette initiative bat en brèche le stéréotype qui veut que la communauté trad soit marginalisée et même "dérangée". 

    Mais, vous savez, les desseins de la Divine Providence sont impénétrables et, il y a plus d'un demi-siècle, le précédent qui est entré dans l'histoire pour la signature de la non-catholique Agatha Christie a été couronné de succès, comme le rappelle - sur un ton qui n'est certainement pas déplaisant - Andrea Tornielli, actuel directeur de la Direction éditoriale du Dicastère pour la communication du Vatican, dans sa biographie de Paul VI. La nouvelle pétition du Times est dans la même veine que celle de 1971, tant en ce qui concerne la présence de non-catholiques que les arguments : la messe tridentine, dit-elle, "appartient à la culture universelle" et "a inspiré des réalisations inestimables de poètes, philosophes, musiciens, architectes, peintres et sculpteurs dans tous les pays et à toutes les époques".

    Les pétitionnaires font explicitement référence aux rumeurs, de plus en plus insistantes depuis la mi-juin à la suite d'un article paru sur le blog Rorate Caeli, d'un resserrement imminent de la possibilité déjà limitée de célébrer dans la forme extraordinaire du rite romain. La vaticaniste Diane Montagna a également parlé plus en détail de l'existence d'un document qui renforcerait encore les mesures de Traditionis custodes, attribuant sa "direction" au cardinal secrétaire d'État (et papal) Pietro Parolin. 

    Or, nombreux sont ceux qui, au Vatican, sont convaincus que quelque chose est en train de bouillir dans la marmite et que ce pourrait être précisément les communautés liées à la messe dite en latin qui sont en train d'être cuisinées. Un scénario jugé réaliste par la cinquantaine de signataires anglais qui ont décidé d'y mettre leur nom et se sont adressés à Rome avec des mots sincères : "La capacité de l'ancien rite à encourager le silence et la contemplation est un trésor qu'il n'est pas facile de reproduire et qui, une fois disparu, est impossible à reconstruire. Nous implorons le Saint-Siège de reconsidérer toute nouvelle restriction à l'accès à ce magnifique patrimoine spirituel et culturel".

    "Tout le monde n'apprécie pas sa valeur, et c'est très bien ainsi", écrivent les signataires, "mais la détruire semble inutile et insensible dans un monde où l'histoire peut facilement se dérober". Un concept qui, en privé, est partagé par de nombreux cardinaux et évêques qui n'ont jamais célébré dans la forme extraordinaire - et ne le feront probablement jamais - mais qui ne comprennent pas la nécessité de provoquer de nouvelles divisions au sein de l'Église.

    Là où les religieux se taisent (pour des raisons également compréhensibles), voici que des laïcs, croyants ou non, lancent un appel au bon sens. Ils le font dans les pages d'un des journaux les plus prestigieux du monde, sans cris, dans un style britannique parfait et avec des arguments non religieux. Le pape porteño les écoutera-t-il ? Certainement, si la soi-disant messe en latin a été sauvée grâce à l'intervention de lords et de ladies britanniques, nous pourrions vraiment dire - pour rester sur le thème Argentine-Angleterre - que c'était la Mano de Dios. 

  • Omnes gentes plaudite manibus (Introït du 13e dimanche du TO)

    IMPRIMER

    Introitus Introït
    Ps. 46, 2  
    OMNES gentes, pláudite mánibus: iubiláte Deo in voce exsultatiónis. Ps. ibid., 3 Quóniam Dóminus excélsus, terríbilis: Rex magnus super omnem terram. ℣. Glória Patri. Nations, battez toutes des mains ; célébrez Dieu par des cris d’allégresse. Ps. Car le Seigneur est très haut et terrible, roi suprême sur toute la terre. ℣. Gloire au Père.
  • Dernière mesure pour restreindre la liturgie traditionnelle : le document est là

    IMPRIMER

    De BORGO PIO (NBQ):

    Dernière mesure pour restreindre la liturgie traditionnelle : le document est là

    La vaticaniste Diane Montagna le révèle : le texte décréterait l'arrêt total du rite ancien (avec une tolérance limitée pour les anciens instituts Ecclesia Dei). Mais cela vaut-il vraiment la peine que le Pape inflige une nouvelle blessure à une Église déjà désorientée ?

     26_06_2024

    «Après avoir mené plusieurs enquêtes sur l'actualité récente, j'ai été informée par des sources fiables qu'il existe actuellement un nouveau document du Vatican, plus restrictif que Traditionis Custodes, soutenu par le secrétaire d'État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin et présenté au pape François », déclare Diane Montagna, experte du Vatican (The Remnant ). Le document marquerait donc la « solution finale » pour l'ancien rite romain, longtemps aéré ou redouté, qui mettrait fin aux libertés résiduelles subsistant après Traditionis Custodes .

    «Des sources bien informées ont confirmé que le nouveau document, s'il était publié», explique Montagna, «interdirait à tous les prêtres, à l'exception de ceux appartenant aux instituts Ecclesia Dei agréés, de célébrer le Saint Sacrifice de la Messe selon le  Vetus Ordo,  rite ancien, comme on l'appelle communément. Elle interdirait également aux évêques de célébrer ou d'autoriser eux-mêmes  la célébration du Vetus Ordo  dans leurs diocèses et suspendrait les autorisations existantes accordées par le Dicastère pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements post- Traditionis Custodes. Les signes sont déjà là. De plus, ces mois-ci, les autorisations accordées sont sur le point "d'expirer" et la tendance du Vatican est de remplacer les messes actuelles selon le rite ancien par des messes selon le nouveau rite mais en latin et avec l'autel coram Deo, comme s'il ne s'agissait que d'aspects significatifs comme la langue ou l'orientation liturgique. 

    Seuls les anciens instituts Ecclesia Dei pourraient continuer, mais on ne sait pas de quelle manière : « Cependant, il n'est pas clair si et dans quelle mesure les prêtres de ces instituts seront autorisés à administrer des sacrements tels que le baptême, la confirmation et le mariage aux les fidèles sous la forme traditionnelle" et "si les ordinations diaconales et sacerdotales dans le  Vetus Ordo  continueraient à être autorisées". Ce qui serait pourtant conforme aux assurances papales à la Fraternité Saint-Pierre et aussi à l'audience cordiale de lundi dernier à l'Institut du Christ Roi Prêtre Suprême ( voici les photos et le communiqué). Tolérance limitée, face à la disparition totale. Et avec un renversement de tendance : ces réalités, qui sous le pontificat de Saint Jean-Paul II ont été créées pour favoriser la liturgie traditionnelle, seront utilisées sous le pontificat de François pour l'enfermer autant que possible dans et non au-delà de leurs limites.

    Il y a aussi toujours une inconnue favorable : « si » le document sera promulgué. Sera-t-il vraiment opportun pour François de le promulguer et de laisser son pontificat être marqué par une nouvelle blessure dans une Église déjà divisée et désorientée ? À l'époque, Traditionis Custodes avait affligé bien plus de fidèles et de prêtres que ceux réellement touchés par la répression, y compris le pape émérite. Et il y a peu d’explication sur la raison d’une telle fureur (contre une liturgie qui appartenait à toute l’Église latine jusqu’à il y a quelques décennies !) face aux divers  todos, todos, todos  accordés au « monde ». Serait-il question du sensus Ecclesiae, comme on le dit parfois spécieusement ? Si tel était le cas, plutôt que l’ancien rite, ils devraient abolir le Synode allemand.

  • Dominus fortitúdo plebis suæ (Introït du 12ème dimanche du temps ordinaire)

    IMPRIMER

    Introitus Introït
    Ps. 27, 8-9  
    DÓMINUS fortitúdo plebis suæ, et protéctor salutárium Christi sui est: salvum fac pópulum tuum, Dómine, et bénedic hereditáti tuæ, et rege eos usque in sǽculum. Ps. ibid. 1 Ad te, Dómine, clamábo, Deus meus, ne síleas a me: ne quando táceas a me, et assimilábor descendéntibus in lacum ℣. Glória Patri. Le Seigneur est la force de Son peuple, et le protecteur qui ménage les délivrances à Son oint. Bénis Ton héritage; conduis-le à jamais. Ps. Je crierai vers Toi, Seigneur mon Dieu, ne garde pas le silence à mon égard, de peur que, si Tu ne me réponds pas, je ne sois semblable à ceux qui descendent dans la fosse. ℣. Gloire au Père.
  • Rumeurs croissantes d'une "solution finale" pour la Messe latine traditionnelle

    IMPRIMER

    Du blog Rorate Caeli :

    URGENT - Rumeurs croissantes d'une "solution finale" pour la Messe latine traditionnelle

    Chers lecteurs,

    Une fois de plus, comme au moins deux fois dans le passé (avant la répression contre les Franciscains de l'Immaculée, et dans les douze mois précédant Traditionis Custodes), Rorate Caeli est triste d'être le premier porteur de rumeurs graves, lourdes et persistantes venant des cercles proches du Cardinal Roche et des militants liturgiques proches de la Casa Santa Marta à Rome.

    Une tentative est faite pour mettre en œuvre, dès que possible, un document du Vatican avec une solution stricte, radicale et finale interdisant la Messe latine traditionnelle. Les mêmes idéologues qui ont imposé Traditionis Custodes et sa mise en œuvre, et qui sont toujours frustrés par ses résultats apparemment lents, en particulier aux États-Unis et en France, veulent l'interdire et la fermer partout et immédiatement. Ils veulent le faire pendant que François est encore au pouvoir. Ils veulent que ce soit le plus large, le plus définitif et le plus irréversible possible.

    Ces rumeurs proviennent des sources les plus crédibles*, dans différents continents, et nous vous demandons de les prendre le plus au sérieux possible, et de faire ce que vous pouvez à votre poste, en tant que laïcs, prêtres, évêques, cardinaux, religieux et religieuses, pour empêcher que l'interdiction ne devienne une mesure concrète.

    Pouvons-nous empêcher que cela se produise ? Oui, nous le pouvons : par la prière, le sacrifice, la pénitence - ainsi que par l'influence et la pression, de quelque nature que ce soit, que nous parvenons à exercer. L'ennemi est fort, mais Notre Seigneur et Notre Dame sont plus puissants.

    Dès que nous aurons des informations supplémentaires qui pourront être rendues publiques, nous vous en ferons part.

    ____

    *Note : Ce que nous pouvons dire, c'est que ces rumeurs proviennent des mêmes sources qui ont révélé à Rorate que le Vatican avait envoyé une enquête aux évêques sur Summorum Pontificum (en préparation de ce qui allait devenir Traditionis Custodes), et Rorate a été la première source à publier cela ; et les mêmes sources qui ont révélé pour la première fois qu'un document comme Traditionis Custodes allait voir le jour (et Rorate a également été le premier à le révéler à l'époque). Avec l'ajout d'autres sources crédibles qui ont maintenant mentionné les mêmes rumeurs actuelles et que Rorate ne connaissait pas à l'époque de Traditionis Custodes, et qui corroborent maintenant les rumeurs persistantes.

  • Homélies : pas plus de huit minutes

    IMPRIMER

    Du Fatto Quotidiano :

    Le pape François aux prêtres : "Les homélies ne doivent pas durer plus de 8 minutes, sinon les gens s'endorment"

    12 JUIN 2024

    De l'autel au peuple, mais dans le temps le plus court possible. Sinon, on obtient l'effet inverse de celui que l'on souhaite. Tel est le sens du message délivré par le Pape François lors de l'audience générale, dans lequel le Pontife a sévèrement attaqué une partie du clergé. Il s'agit des prêtres qui font des homélies particulièrement longues, ce qui est tout à fait contraire à l'objectif initial : "L'homélie doit aider à faire passer la Parole de Dieu du Livre à la vie - a déclaré Bergoglio - Elle doit être brève : une image, une pensée, un sentiment". Brève comment ? Le pontife argentin a également donné le temps maximum : "Une homélie ne doit pas dépasser huit minutes parce qu'au-delà de ce temps", a déclaré le pape François, "l'attention se perd et les gens s'endorment, et il a raison". D'où une forte critique à l'égard de certains prélats, "qui parfois parlent beaucoup et on ne comprend pas de quoi ils parlent".

  • Exaudi Domine vocem meam (Exauce ma voix Seigneur) (Introït du 11ème dimanche)

    IMPRIMER

    Introitus Introit
    Ps. 26, 7 et 9  
    EXÁUDI, Dómine, vocem meam, qua clamávi ad te: adiútor meus esto, ne derelínquas me, neque despícias me, Deus salutáris meus. Ps. ibid., 1 Dóminus illuminátio mea, et salus mea, quem timébo ? ℣. Glória Patri. Exauce, Seigneur, ma voix, qui a crié vers Toi ; sois mon secours, ne m'abandonne pas, et ne me méprise pas, Dieu de mon salut. Ps. ibidem, 1. Le Seigneur est ma lumière et mon salut, qui craindrai-je ? ℣. Gloire au Père.