Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

liturgie

  • Le pape François célèbre la messe dans le rite congolais : « La paix commence avec nous »

    IMPRIMER

    Lu sur le « national catholic register » :

    « Au milieu de chants, d'applaudissements et de danses sur de la musique congolaise traditionnelle, le pape François a célébré ce dimanche l'utilisation au Zaïre de la forme ordinaire du rite romain dans la basilique Saint-Pierre.

    Le pape a commencé son homélie le 3 juillet par le mot esengo , qui signifie « joie » en lingala, le créole d'origine bantoue parlé dans certaines parties de la République démocratique du Congo et par plus de 40 millions de locuteurs à travers l'Afrique centrale.

    Le pape François a célébré la messe pour la communauté congolaise de Rome le jour où il devait offrir la messe à Kinshasa avant que son voyage en Afrique ne soit annulé à la demande de ses médecins.

    Le pape, dont la mobilité a été limitée en raison d'une blessure au genou, est resté assis tout au long de la messe. François a présidé la liturgie de la Parole et a prononcé l'homélie. Mgr Richard Gallagher a offert la Liturgie de l'Eucharistie.

    "Aujourd'hui, chers frères et sœurs, prions pour la paix et la réconciliation dans votre patrie, dans la République démocratique du Congo blessée et exploitée", a déclaré le pape François.

    « Nous nous joignons aux messes célébrées dans le pays selon cette intention et prions pour que les chrétiens soient des témoins de paix, capables de surmonter tout sentiment de ressentiment, tout sentiment de vengeance, de surmonter la tentation que la réconciliation n'est pas possible, tout attachement malsain à leur propre groupe qui conduit à mépriser les autres.

    Le pape a souligné que le Seigneur appelle tous les chrétiens à être des "ambassadeurs de la paix".

    La République démocratique du Congo a connu une vague de violence ces dernières années. On pense que des dizaines de groupes armés opèrent dans la région orientale de la RD Congo malgré la présence de plus de 16 000 casques bleus de l'ONU. Les évêques catholiques locaux ont appelé à plusieurs reprises à la fin de l'effusion de sang.

    "Frère, soeur, la paix commence par nous", a déclaré le pape François.

    "Si vous vivez dans sa paix, Jésus arrive, et votre famille, votre société change. Ils changent si votre cœur n'est pas en guerre en premier lieu ; il n'est pas armé de ressentiment et de colère ; il n'est pas divisé ; il n'est pas double ; ce n'est pas faux. Mettre la paix et l'ordre dans son cœur, désamorcer la cupidité, éteindre la haine et le ressentiment, fuir la corruption, fuir la tricherie et la ruse : c'est là que commence la paix.

    La paix devait être un thème clé du voyage annulé du Pape en Afrique. Le pape François prévoyait de passer du 2 au 5 juillet dans les villes congolaises de Kinshasa et Goma et du 5 au 7 juillet dans la capitale sud-soudanaise Juba.

    Après que le Vatican a annoncé que le voyage était reporté en raison du traitement médical en cours pour la douleur au genou du pape, le pape Franics a déclaré le 13 juin : « Nous amènerons Kinshasa à Saint-Pierre, et là nous célébrerons avec tous les Congolais à Rome, il y en a beaucoup. »

    Environ 2 000 personnes étaient présentes à la messe inculturée dans la basilique Saint-Pierre le premier dimanche de juillet.

    Des femmes vêtues de robes traditionnelles aux couleurs vives ont chanté et dansé en priant le Gloria. Les gens ont applaudi et crié alors que l'archevêque Gallagher encensait l'autel principal.

    Les cadeaux ont été apportés à l'autel dans une procession dansante. Les sœurs religieuses sur les bancs se sont déplacées d'un côté à l'autre au rythme de la musique.

    A la fin de la messe, le pape François a salué quelques membres de la communauté congolaise locale depuis son fauteuil roulant.

    « Que le Seigneur nous aide à être missionnaires aujourd'hui, en compagnie de frère et sœur ; ayant sur ses lèvres la paix et la proximité de Dieu ; portant dans le cœur la douceur et la bonté de Jésus, l'Agneau qui enlève les péchés du monde », a déclaré le Pape.

    L'utilisation au Zaïre de la forme ordinaire du rite romain est une messe inculturée formellement approuvée en 1988 pour les diocèses de ce qui était alors connu sous le nom de République du Zaïre, aujourd'hui République démocratique du Congo.

    Seule célébration eucharistique inculturée approuvée après le Concile Vatican II, elle s'est développée suite à un appel à l'adaptation de la liturgie dans Sacrosanctum Concilium , Constitution de Vatican II sur la Sainte Liturgie.

    Dans un message vidéo en 2020, le pape François a déclaré : "L'expérience du rite congolais de la célébration de la messe peut servir d'exemple et de modèle pour d'autres cultures".

    Très bien.  Ayant vécu et participé à bien des messes au Congo, je comprends la signification du rite « zaïrois », forme locale du rite romain qui comporte, avec l’usage abondant des encensoirs, des gestes processionnaux sacralisés en cadence, l’invocation eschatologique des ancêtres basantu, l’aspersion d'eau bénite, la préparation pénitentielle et le rite de paix (réconciliation) placés à la fin de la messe des catéchumènes, juste avant l'offertoire et, autre caractéristique de la foi d’un monde spontané, un dialogue vigoureux de la parole entre célébrants et fidèles, comme au temps de saint Augustin en Afrique du Nord…et sans oublier les chants latins restés populaires dans la culture héritée des missionnaires (voir ici les gamins devant la cathédrale Notre-Dame de la Paix à Bukavu :)

    Mais alors je ne comprends pas pourquoi le pape actuel refuse d’accepter dans nos régions des formes rituelles issues de la tradition qui font partie du patrimoine tridentin occidental : a fortiori lorsqu’on ne lui conteste nullement la légitimité, en soi, du rite conciliaire de 1970. La querelle obstinée que soulève à cet égard le pape François -là où, c'est un fait, son prédécesseur ne voyait aucune difficulté à l’idée à faire coexister deux rites-  me semble un mystère…

    JPSC

  • Liturgie : un nouveau coup porté à la tradition (et au Concile)

    IMPRIMER

    De Luisella Scrosati sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Liturgie, nouveau coup porté à la tradition (et au Concile)

    30-06-2022

    Dans la lettre apostolique Desiderio Desideravi, François montre qu'il veut mettre une pierre tombale sur l'ancien rite au nom du Concile, mais on ne peut pas ignorer que la réforme est allée bien au-delà de la Constitution sur la liturgie, voire même contre elle. Et sa mise en œuvre a été encore pire.

    Dans celui de Rome, ils semblent ne pas digérer les critiques croissantes qui s'élèvent depuis des mois contre le Motu Proprio Traditionis Custodes. La Lettre apostolique Desiderio Desideravi que le Pape François a signée hier, en la solennité des Saints Pierre et Paul, consacrée à la formation liturgique du peuple de Dieu, revient sur le point fondamental du Motu Proprio d'il y a presque un an, à savoir la volonté de mettre un coup d'arrêt à l'Ancien Rite. Dans la conclusion de la lettre, le Pape montre qu'il a fait les frais de la critique croissante, mais au lieu de revenir sur ses pas, il tente de jeter de l'eau sur le feu en exhortant les gens à abandonner la polémique "pour écouter ensemble ce que l'Esprit dit à l'Église" (n. 65) et préserver la communion.

    Le problème, c'est que c'est précisément la Lettre apostolique qui fournit le combustible qui a alimenté la controverse de ces derniers mois, ainsi que les conditions d'une déchirure plus étendue de la communion ecclésiale. On pourrait souscrire à de nombreux paragraphes de Desiderio Desideravi : l'importance du silence (n. 52), de l'ars celebrandi (n. 49 et suiv.), d'éviter tout personnalisme dans le style de célébration (n. 54). On appréciera également la réflexion sereine sur la théologie liturgique. Mais il y a des problèmes graves qui ne peuvent pas être passés sous silence et qui vont nécessairement accroître les critiques sur la "ligne liturgique" de ce pontificat, surtout depuis qu'Arthur Roche a pris les rênes du Dicastère compétent.

    Premier problème. Selon François, l'acceptation de la réforme liturgique est une condition nécessaire à l'acceptation du Concile Vatican II. Dans le rejet de la réforme, il voit un problème ecclésiologique : "Le problème est avant tout ecclésiologique. Je ne vois pas comment on peut dire que l'on reconnaît la validité du Concile [...] et ne pas accepter la réforme liturgique née de Sacrosanctum Concilium, qui exprime la réalité de la liturgie en lien intime avec la vision de l'Église admirablement décrite par Lumen Gentium " (n. 31). Il est vrai que certains soutiennent que la réforme liturgique est une expression de Vatican II et qu'elle doit donc être rejetée ; mais on doit reconnaître qu'il existe d'autres positions qui montrent comment, en réalité, la réforme est allée bien au-delà, voire à l'encontre, des indications de Sacrosanctum Concilium. Et la réforme telle qu'elle est concrètement mise en œuvre est encore pire.

    Il serait bon de comprendre quand et où les Pères du Concile ont demandé l'abolition de la Septuagésime, de l'Octave de la Pentecôte, des Rogations, des Quatre Temps (en vérité laissés ad libitum à la décision des conférences épiscopales paresseuses), la refonte des rites de l'Offertoire. Tout comme il ne serait pas mauvais de comprendre sur la base de quel texte du Concile la langue latine n'est plus utilisée et comment le chant grégorien, de chant propre de la liturgie romaine (SC, 116) en est devenu le parent pauvre. Même d'un point de vue historique, on ne peut nier le fait que le Missel qui s'est le plus rapproché des indications de SC est, indépendamment de l'appréciation, celui de 1965 et non celui de 1969.

    De cette manière, le Saint-Père ne fait que méconnaître, sans même accepter une confrontation constructive, toutes les positions critiques à l'égard de certains aspects de la réforme, qui ne visent toutefois pas à rejeter Vatican II. On ne voit pas pourquoi certains textes ne pourraient pas faire l'objet d'une amélioration et, dans les parties non dogmatiques, d'une reconsidération. Par conséquent, si l'on veut vraiment éteindre la controverse et reconstruire la communion ecclésiale sur la liturgie, il faut au moins écouter respectueusement les positions opposées, et non les disqualifier d'emblée comme anti-conciliaires.

    La suite du paragraphe 31 soulève le deuxième problème majeur de la Lettre Apostolique : "Pour cette raison - comme je l'ai expliqué dans la lettre envoyée à tous les évêques - j'ai estimé qu'il était de mon devoir d'affirmer que "les livres liturgiques promulgués par les Saints Pontifes Paul VI et Jean-Paul II, conformément aux décrets du Concile Vatican II, sont l'unique expression de la lex orandi du Rite Romain" (Motu Proprio Traditionis custodes, art. 1)". Avec tout le respect dû à l'autorité papale, le pape ne peut effacer la réalité par une simple déclaration. Car tôt ou tard, il faudra répondre à certaines questions élémentaires : si les livres issus de la réforme liturgique sont la seule expression du rite romain, qu'en est-il des livres liturgiques de 1962, en usage par autorisation expresse même du Pontife actuel ? Qu'expriment-ils ? Et avant la réforme, qu'exprimaient ces livres liturgiques ? Le fait que le rite romain n'ait pas commencé avec le Concile Vatican II est un fait avec lequel il faudra se réconcilier tôt ou tard. Et en tirer les conséquences.

    Troisième problème. Pour les deux contenus mentionnés ci-dessus, François se place dans une position de rupture définitive avec le pontificat de Benoît XVI. Qui, d'ailleurs, n'est pas mentionné une seule fois dans la lettre apostolique, alors qu'il a fait de la question liturgique le cœur de son pontificat. C'est mieux ainsi, plutôt que de le tirer par la tunique, comme cela a été fait dans Traditionis Custodes, afin d'affirmer que travailler dans une direction diamétralement opposée à ce que Benoît a fait ne signifie pas aller contre la ligne qu'il a tracée. Tentative ratée d'équilibrage mental. Si le Motu proprio a effectivement décapité l'héritage du pape Benoît, Desiderio desideravi enterre son cadavre. Comment, alors, appeler à la fin de la controverse pour retrouver la communion ecclésiale ? Si un pontife décide de rompre complètement avec son prédécesseur, comment peut-il alors faire appel à la communion ? Si un pontife désavoue ce que l'Esprit a inspiré à son prédécesseur, comment peut-il appeler à écouter l'Esprit ?

    Enfin, il y a un problème de proportion. François s'en prend encore une fois aux "dentellières", en répétant que "la redécouverte continuelle de la beauté de la liturgie n'est pas la recherche d'un esthétisme rituel qui ne prend plaisir qu'à soigner la formalité extérieure d'un rite ou se satisfait d'une scrupuleuse observance rubriquée" (n° 22). Après avoir jeté la pierre, il retire immédiatement sa main, expliquant que "cette déclaration ne veut en aucun cas approuver l'attitude opposée qui confond la simplicité avec une banalité bâclée, l'essentialité avec une superficialité ignorante, le caractère concret de l'action rituelle avec un fonctionnalisme pratique exagéré". Au contraire, "chaque aspect de la célébration doit être pris en compte [...] et chaque rubrique doit être observée" (n. 23).

    Très bien. Il faudrait cependant que ce souci des formulaires et des rubriques se traduise par quelque chose de concret. Au lieu de cela, jusqu'à présent, il n'y a eu qu'une sévérité systématique envers ceux qui sont liés à un rite qui connaît des siècles d'histoire, tandis qu'on n'a pas bougé un ongle pour freiner les abus liturgiques continus qui se produisent de toutes parts dans ce qu'il considère comme la Messe du Concile : des évêques qui entrent dans l'église à bicyclette, des mots du Missel modifiés, des vêtements liturgiques rendus facultatifs, des homélies prononcées par des laïcs, et peut-être même des gays, des prêtres habillés en clowns, des danses de toutes sortes, des horreurs architecturales et musicales. Si le pape utilisait la moitié de la détermination dont il fait preuve dans la persécution des "traditionalistes" pour résoudre le problème des abus, nous serions déjà sur la bonne voie. Et la sincérité de ses affirmations serait crédible. Au lieu de cela, pour les abus liturgiques graves, répétés et croissants, juste une oreille timide ; pour ceux qui aiment l'ancienne Messe, la condamnation à l'extinction.

  • Inquiétants signes d’arbitraire ?

    IMPRIMER

    Saint-Pierre©Diliff-Commons.wikimedia.org_.jpgChristophe Geffroy, directeur du mensuel catholique « La Nef », consacre l’éditorial du plus récent numéro de cette revue aux signes inquiétants qui agitent la paix religieuse dans l’Eglise de Rome  depuis la mise en œuvre du motu proprio «Traditionis custodes» du pape François réveillant ici et là les querelles postconciliaires sur les usages du culte :

    « La révélation, le 2 juin, de la demande de Rome de suspendre les ordinations dans le diocèse de Fréjus-Toulon a résonné comme un coup de tonnerre dans le ciel de l’Église de France. C’est peu dire qu’une telle mesure, d’un autoritarisme et d’une violence totalement inhabituels – alors même que tant d’abus mettant en cause la foi et l’unité de l’Église dans bien des diocèses (en Allemagne, par exemple) laissent de marbre les autorités –, a surpris tout le monde, et ce d’autant plus que non seulement Rome n’a fourni officiellement aucun motif, mais a laissé Mgr Dominique Rey annoncer lui-même cette décision.

    Rome n’ayant pas cru devoir étayer cette sentence de la moindre explication, c’est par les enquêtes de quelques journalistes que le public a appris les problèmes qui se posent dans ce diocèse, sans doute le plus dynamique de l’Hexagone. Il apparaît clairement que ces problèmes sont bien réels et exigent des mesures fermes (accueil de séminaristes ou prêtres non formés dans le séminaire diocésain et parfois recalés ailleurs, installation de communautés douteuses comme le monastère Saint-Benoît de dom Alcuin Reid…). Mgr Rey a pu manquer de prudence et de discernement, victime de sa trop grande générosité, il ne faut cependant pas oublier que, sous les précédents pontificats, c’est Rome qui l’invitait à un accueil tous azimuts. Ces difficultés, néanmoins, étaient désormais bien circonscrites à la suite des deux « visites fraternelles » de Mgr Aveline, archevêque de Marseille, et de Mgr Bataille, évêque de Saint-Etienne, accompagné du Père Narcisse, en avril et mai 2021, lesquels émirent, selon les enquêtes lues, des avis favorables, évoquant même « l’excellence » de l’enseignement du séminaire (1).

    Un sentiment d’injustice

    Pourquoi, dès lors, sanctionner les dix futurs ordinands (quatre prêtres et six diacres) qui ne sont en rien responsables de tels dysfonctionnements ? Si l’un d’entre eux devait être écarté, pourquoi faire subir le même sort aux autres ? Cette façon de procéder consistant à punir aveuglément toute une classe pour la faute de quelques élèves – et toujours dans le même sens, la sévérité ne s’appliquant qu’envers les plus conservateurs, jamais à l’encontre des plus progressistes ! – ne peut que laisser un sentiment d’injustice et aggraver les divisions parmi les catholiques.

    Le plus inquiétant est que, à l’heure où l’on ne parle que de synode, de décentralisation, de lutte contre le « cléricalisme », de transparence, cette façon impérieuse de sanctionner sans justification, et toujours dans le même sens, semble se généraliser avec, en filigrane, une volonté de combattre ce qui apparaît comme le principal mal de l’Église actuelle : le traditionalisme au sens large et sous toutes ses formes. Le parallèle avec le motu proprio Traditionis custodes est flagrant : on cherche à étouffer toute une mouvance, loin d’être homogène et cependant l’une des plus vivantes dans une Église occidentale bien moribonde, au prétexte de quelques brebis galeuses.

    Lire la suite

  • Les conseils inspirés du cardinal Barbarin aux nouveaux prêtres de Saint-Martin

    IMPRIMER

    Lu sur le site web de l’hebdomadaire « Famille chrétienne », un article à méditer en ces journées traditionnelles d’ordinations sacerdotales au sein de l’Eglise catholique :

    «La messIMG_0732-scaled.jpge des ordinations sacerdotales de la Communauté Saint-Martin était célébrée par le cardinal Philippe Barbarin dimanche 25 juin 2022 à Evron. Retrouvez le message que le prélat leur a adressé pendant son homélie.

    Ils étaient cette année 14 membres de la communauté Saint-Martin à être ordonnés prêtres, dimanche 25 juin, dans la basilique d’Evron, au lendemain des ordinations diaconales. Présidant la messe, le cardinal Barbarin a adressé à ces nouveaux prêtres plusieurs conseils dans son homélie en s’inspirant des lectures. Notamment du passage de l’Evangile du recouvrement de Jésus au Temple (Lc, 2) et du chapitre 61 du livre d’Isaïe.

    Il les a invités à ne pas oublier de « tressailler de joie » et de « rendre de grâce » dans leur vie sacerdotale à l’exemple du prophète, mais aussi à suivre cette première parole de Jésus dans l’Evangile : « Ne savez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père ? » C’est dans ce lieu, le Temple Saint, que le Seigneur les attend avant tout, pour façonner leur cœur et « poursuivre son travail » en eux chaque jour après leur ordination.

    (cf. vidéo de 35:37 à 38:43). 

    À lire aussi:

    « La communauté Saint-Martin s’implantera bien au Mont Saint-Michel »

    L'homélie du cardinal Philippe Barbarin

    « Mes frères très chers, chers frères et sœurs,

    dans l’Evangile de Saint Luc, au début et à la fin il y a deux personnes qui quittent Jérusalem, dans le trouble. On connaît bien les disciples d’Emmaüs, on sent leur trouble, comme on voit dans l’Evangile qui vient d’être proclamé le trouble de la Vierge Marie et de Joseph. « Ton père et moi, nous te cherchions ! » - C’est la seule fois d’ailleurs où l’on entend la Vierge Marie dire « Ton père et moi » - ; « Pourquoi nous as-tu fait cela ? » Et ils découvrent Jésus, dans un cas comme dans l’autre, dans le temple. Le temple du pain partagé à l’auberge d’Emmaüs ou le temple où il était avec les docteurs de la loi.

    Souvent dans les tableaux, on nous représente Jésus qui enseigne les docteurs de la loi, mais ce n’est pas ce que dit le texte. Le texte dit qu’il était là, et qu’il les écoutait ; « Shema Israël ». Le juif, le chrétien, est d’abord quelqu’un qui écoute une parole qui le dépasse, qui pose ses questions, et puis qui répond quand on l’interroge. Il était là, donc, il leur posait des questions, il les écoutait, et « tous ceux qui l’entendaient étaient extasiés de son intelligence et de ses réponses ». Il y a un saisissement chez sa maman, sa maman « gardait dans son cœur tous ces événements ». Je pense aux mamans des ordinands : c’est un grand jour pour elles aussi, qui fait sans doute remonter dans leur cœur ce qu’il s’est passé, ce que parfois elles n’ont pas compris dans le chemin de leur enfant, tout ce qu’elles ont essayé de donner, avec amour, tendresse, affection, intelligence, de tout leur cœur, les choses qui les ont ou perturbées ou étonnées, ou laissées avec une question… Le mystère d’une personne toujours nous dépasse.

    Cette scène est un beau dialogue qui n’est pas que pour les mamans mais aussi pour les papas, pour tous les proches, un peu comme on le voit d’ailleurs dans la première lecture. On a notre prophète Isaïe, - c’est le texte que vous entendrez à chaque messe Chrismale alors on le connaît bien - : « L’esprit du Seigneur repose sur moi, et il m’a envoyé prononcer la Bonne Nouvelle », et après le dialogue avec la communauté. Il parle, lui, le prophète, et la communauté écoute, comprend, ne comprend pas… […] mais elle tressaille de joie : « Je tressaille de joie dans le Seigneur, et mon âme exulte en mon Dieu. » C’est la raison pour laquelle on vous demande, on demande à tous les chrétiens mais spécialement à ceux qui disent l’office, chaque soir, de laisser votre cœur exulter de joie. N’oubliez pas de rendre grâce ! Le chant du magnificat chaque soir, dans les vêpres, est un moment essentiel. Dans la lecture d’aujourd’hui on nous proposait aussi son ancêtre, le cantique d’Anne. Ne pas oublier de dire Merci ! Nous savons, et l’Evangile nous a prévenus, que souvent nous oublions. Un jour Jésus guérit dix lépreux, et sur les dix, il y en a un seul capable de venir lui dire merci. Souvent je me suis posé cette question à moi-même : peut-être qu’il y a 90 % des choses reçues de Dieu pour lesquelles j’ai oublié de dire Merci ? Savoir tressaillir de joie dans le Seigneur, exulter au nom du Seigneur, avec ce manteau de la justice, et enfin toutes les merveilles qui sont déjà décrites dans cette première lecture. Je pensais à tout ce que vous allez faire après. La justice, la louange, la vie éternelle que vous allez donner, le pardon, la justice de Dieu… tout ce que vous allez faire et donner pour mettre le peuple de Dieu en louange pour que son Epouse aime davantage, aime toujours plus l’Epoux.

    « Ton Père et moi nous te cherchions ! » et « Pourquoi nous as-tu fait cela ? » Marie et Joseph étaient donc perturbés dans cette route, et ils avançaient, puis se sont tranquillisés comme des parents : « bon, il n’est pas là, mais à son âge, il doit être là-bas, dans le convoi ». Parfois on nous traduit « la caravane ». En fait, c’est un mot très à la mode ! C’est le seul endroit de l’Evangile où il y a le mot « synode ». « Synodia ». On espère d’ailleurs que dans le synode, si on parle de synode et de synodalité maintenant, Jésus marche avec nous. Eh bien là c’était pas le cas ! [rires] C’était le synode, il était dans le Temple. Et pour nous aussi, c’est une question qui a son importance. On pense et on espère que le peuple de Dieu, comme une caravane, comme un convoi, comme un synode, avance, et que le Seigneur Jésus est bien là, présent au milieu de lui.

    « Où est-il ? » se demandent Marie et Joseph. Et donc ils vont le retrouver dans le temple. Ici évidemment il y a quelque-chose qui pour nous est extrêmement précieux, et qui est la première parole de jésus dans l’Evangile. Il y en a, il y en a beaucoup, dans ses enseignements et dans des chapitres entiers. On les connait, on les aime. Mais pourquoi n’y a-t-il pas un amour tout particulier pour sa première parole ? Quand sa maman un peu perdue lui dit : « Mais mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Ton père et moi nous avons souffert en te cherchant ! » Il y a aussi ici la place de Joseph. Joseph : tout le monde veut que ce soit un grand silencieux. Beaucoup de livres s’appellent comme ça : Joseph, le silencieux. Qu’est-ce qu’ils en savent ? Il n’y a pas une seule parole de saint Joseph dans l’Evangile certes, mais je pense que c’était un papa comme tout le monde, et qu’il apprenait à son enfant la vie, le voisinage, son métier, le commerce, l’argent… Jésus, après, parlera souvent de l’argent. Il parlera de toutes les difficultés du monde, on voit qu’il les connaît ! Il saura se comporter devant la femme adultère, devant les marchands du temple, devant ceux-ci ou ceux-là… il a été bien éduqué, par un papa qui lui a parlé, qui lui a appris à être un homme, à avoir son métier, et après, souvent, en entendant les réponses de Jésus, je remercie saint Joseph, parce qu’il a vraiment fait son travail de père et d’éducateur. Et ce petit bonhomme, il a grandi à Nazareth à côté d’un chêne ! Autrement dit d’un père qui était un bon résumé de l’Ancien testament, choisi entre mille bien sûr par Dieu au début du nouveau testament, pour donner comme image de sa paternité un juif extraordinaire, quelqu’un qui était entièrement dans la torah, dans la prière."

    À lire aussi

    Fausses rumeurs à propos d'une visite d'inspection de la communauté Saint-Martin

    Ref.  Les conseils inspirés du cardinal Barbarin aux nouveaux prêtres de Saint-Martin

  • La lettre apostolique Desiderio desideravi : un aveu d'échec

    IMPRIMER

    Du blog Rorate Caeli, ce commentaire de 'Desiderio desideravi' :

    Lettre apostolique Desiderio desideravi : un aveu d'échec

    "Je ne vois pas comment il est possible de dire que l'on reconnaît la validité du Concile - bien que je m'étonne qu'un catholique puisse prétendre ne pas le faire - et en même temps ne pas accepter la réforme liturgique née de Sacrosanctum Concilium..." (Desiderio desideravi, 31) C'est ce qu'écrit le pape François dans sa lettre apostolique Desiderio desideravi, publiée aujourd'hui, en la solennité des saints Pierre et Paul, qui constitue un nouvel indice - s'il en fallait encore un ! - que la vision généreuse et tournée vers l'avenir de Benoît XVI a été remplacée par une ignorance avare et insulaire qui se fait passer pour "l'écoute, le dialogue et la participation". De façon remarquable, le même jour où il réaffirme Traditionis custodes, le Pape avait ceci à dire dans son homélie du matin : 

    "Le Synode que nous célébrons aujourd'hui nous appelle à devenir une Église qui se lève, qui n'est pas repliée sur elle-même, mais capable d'aller de l'avant, en laissant derrière elle ses propres prisons et en partant à la rencontre du monde, avec le courage d'ouvrir les portes... Une Église sans chaînes ni murs, dans laquelle chacun peut se sentir accueilli et accompagné, une Église où l'on cultive l'écoute, le dialogue et la participation sous la seule autorité de l'Esprit Saint. Une Eglise libre et humble, qui se "lève vite" et qui ne tergiverse pas devant les défis du temps présent. Une Église qui ne s'attarde pas dans son enceinte sacrée, mais qui est animée par l'enthousiasme pour l'annonce de l'Évangile et le désir de rencontrer et d'accueillir tout le monde. N'oublions pas ce mot : tous. Tous ! Allez aux carrefours et amenez tout le monde, l'aveugle, le sourd, le boiteux, le malade, le juste et le pécheur : tout le monde ! Cette parole du Seigneur doit continuer à résonner dans nos cœurs et dans nos esprits : dans l'Église, il y a une place pour tous. Souvent, nous devenons une Église aux portes ouvertes, mais uniquement pour renvoyer les gens, pour les condamner. Hier, l'un d'entre vous m'a dit : " Ce n'est pas le moment pour l'Église de renvoyer, c'est le moment d'accueillir ". "Ils ne sont pas venus au banquet..." - allez donc au carrefour. Amenez tout le monde, tout le monde ! "Mais ce sont des pécheurs..." - Tous !" (François, Homélie, 29 juin 2022)

    Oui, une " Église pour tous "... sauf, bien sûr, pour ceux qui aiment le rite romain traditionnel. Car il est clair comme de l'eau de roche que François ne comprend pas pourquoi nous chérissons et désirons l'usus antiquior ; pire encore, il ne se soucie même pas d'essayer de comprendre. Il est complètement et totalement indifférent. Nous ne sommes que des "rigides", des "restaurateurs", des "esprits fermés", des "idéologues"... enfin, nous connaissons tous la chanson maintenant. Les coups vont continuer jusqu'à ce que le moral s'améliore ! Et à la fin de sa lettre, François écrit plutôt ironiquement : "Abandonnons nos polémiques pour écouter ensemble ce que l'Esprit dit à l'Eglise. Sauvegardons notre communion. Continuons à nous étonner de la beauté de la liturgie" (DD 65). De la part du Pape qui a relancé les guerres liturgiques avec enthousiasme, tout ceci est profondément insultant.

    Mais ces insultes constantes et ce manque de "dialogue" ont d'autres ramifications sérieuses en ce qui concerne la compréhension apparente de Vatican II par le Pape. Comme nous le voyons ci-dessus dans le DD 31, il (ou est-ce la main du ghostwriter Grillo ?) semble travailler sous l'impression que les réformes liturgiques post-conciliaires sont absolument identiques aux intentions des Pères du Concile, et donc au Concile lui-même. À tout le moins, on tente de convaincre tout le monde de cette identité en la déclarant, dans un esprit purement positiviste.

    Lire la suite

  • "Introduction à la liturgie" : le manuel à l'usage des fidèles de Denis Crouan est disponible en ligne

    IMPRIMER
    UNE INTRODUCTION À LA LITURGIE
    MANUEL À L’USAGE DES FIDÈLES

    Par Denis Crouan, Docteur en théologie

    Cet ouvrage de 50 pages est un dictionnaire de la liturgie. Il est disponible en ligne (ici).

    Le 17 octobre 1985, s’adressant aux Membres de la Congrégation pour le Culte divin, le pape Jean-Paul II déclarait : « La liturgie ! Tout le monde en parle, écrit, ou discute à ce sujet. On la commente, on la loue, on la critique. Mais qui en connaît vraiment les principes et les normes d’application ? La Constitution Sacrosanctum Concilium désignait la liturgie comme la source et le sommet de la vie de l’Église (cf. n.10) : que fait-on pour que cette définition sublime passe dans la réalité ? » 

    Aujourd’hui, la liturgie demeure l’occasion de nombreux débats et plus de cinquante ans après Vatican II, on remarque que dans un certain nombre d’églises, « quelque chose ne va pas ». Alors que l’Église demande aux fidèles et, en premier lieu, aux prêtres, de s’en tenir exclusivement aux livres liturgiques officiels pour célébrer les Offices, on constate qu’il existe autant de façons de traiter la liturgie qu’il y a de célébrants et de groupes de fidèles. Remettre de l’ordre dans la façon de traiter le Culte divin n’est pas tâche facile : il suffit, en effet, de demander aux pratiquants ce qu’est la liturgie pour voir que les réponses sont multiples, généralement très incomplètes, souvent contradictoires. À force de méconnaître le concile Vatican II et d’en outrepasser les directives, tout le monde s’autorise aujourd’hui à parler, à revendiquer, à exprimer ses opinions... Mais combien écoutent ce que dit l’Église au sujet de « sa » liturgie ? Combien de fidèles se l’approprient ? 

    Le travail présenté ici se propose d’aider toutes les personnes qui s’intéressent à la liturgie, qu’elles soient pratiquantes ou non, catholiques on non, à retrouver les repères essentiels qui font qu’une messe est incontestablement une messe et non un Office imprégné d’un subjectivisme ou d’un sentimentalisme sans rapport avec la célébration de la foi. 

    Denis Crouan, le 28 juin 2022
  • Nunc scio vere (Introït pour la fête des saints Pierre et Paul)

    IMPRIMER

    Introitus Introit
    Act. 12, 11 Act. 12,11
    NUNC scio vere, quia misit Dóminus Angelum suum: et erípuit me de manu Heródis, et de omni exspectatióne plebis Iudæórum. Ps. 138, 1-2 Dómine, probásti me, et cognovísti me: tu cognovísti sessiónem meam, et resurrectiónem meam. ℣. Glória Patri. Maintenant, je reconnais d’une manière certaine que le Seigneur a envoyé Son ange : qu’Il m’a arraché de la main d’Hérode et à toute l’attente du peuple juif. Ps. 138, 1-2. Seigneur, Tu m'as sondé, et Tu me connais : Tu sais quand je m’assieds, et quand je me lève.
  • Homélie Fête-Dieu 18 juin 2022 Liège, église du Saint-Sacrement Jean-Pierre Delville, évêque de Liège

    IMPRIMER

    fete-dieu-st-sac-22-005.jpg

    "Chers Frères et Sœurs,

    Vous savez peut-être que dans certaines églises du moyen âge, comme à la cathédrale de Chartres ou à celle de Cologne, un dallage représente un labyrinthe. C’est le signe du mystère de la foi et du chemin, parfois tortueux, qui nous mène à Dieu.

    Ce matin, j’ai eu l’occasion d’inaugurer devant la porte de l’église de Cornillon un autre dallage mystérieux : il représente un grand cercle en pierre de sable, de 8 mètres de diamètre, avec une échancrure, comme un morceau de tarte, en pierre calcaire grise. Vous l’avez compris, il s’agit d’une évocation de la vision qu’avait sainte Julienne de Cornillon, avant de promouvoir la fête du saint sacrement. Elle voyait la lune à laquelle il manquait une fraction. Après de nombreuses années, elle comprit que cette vision signifiait l’Église à laquelle il manquait une fête, la fête du S.-Sacrement du corps et du sang du Christ. La vision représentait l’hostie à laquelle il manquait une fraction. L’hostie évoquait la célébration de l’eucharistie et la communion au corps du Christ. Désormais à Cornillon l’esplanade créée devant la porte de l’église entraîne aussi notre contemplation : contemplation de la façade de l’église, contemplation du site du monastère et de la ville de Liège, contemplation du Christ et de l’humanité, grâce à la prière ou la rencontre.

    Ainsi, nous aussi comme sainte Julienne, nous sommes invités à contempler le Christ dans son humanité pour découvrir sa divinité. Le Christ partage sa vie, comme il a partagé le pain à la dernière Cène. Ce partage pourrait donner l’impression de faiblesse, car le Christ annonce le don de sa vie, la venue de sa passion, le corps brisé, le sang versé. Pourtant ce partage est une source de vie : comme le dit Jésus à la dernière Cène, « Qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi en lui. … Comme je vis par le Père, celui qui me mange vivra par moi » (Jn 6).

    Comme l’écrit le pape Urbain IV,  « ce pain n’est pas de même nature que le pain commun. On le prend, mais on ne le consume pas ; on le mange, mais il n’en reçoit point d’altération ; car il ne se transforme pas en celui qui l’a mangé; mais, au contraire, si on l’a reçu dignement, il transforme celui qui l’a reçu et il le rend semblable à Lui ». Donc notre communion au corps du Christ nous transforme intérieurement et nous convertit. Comme dit le Lauda Sion,  à la strophe 16, « Qu’un seul ou mille reçoivent ce pain, l’un y trouve autant que l’autre ; et, consommé, ce pain ne disparaît pas ».

    Le pain partagé est donc le mystère d’un don sans mesure et d’une joie sans mesure ! C’est pourquoi sainte Julienne a eu l’inspiration qu’il fallait une fête pour célébrer ce corps et ce sang du Christ, partagé à toute l’humanité. Ce mystère visible de tous comme la lune est visible de tous au même moment sur toute la terre ! Et ce soir, n’oubliez pas de regardez le ciel, vous verrez la lune à laquelle il manque un morceau, car nous après la pleine lune du dimanche de la Trinité, deux mois après la pleine lune de Pâques, nous fêtons la fête du S. Sacrement, avec la lune à laquelle il manque une portion, une fraction, le pain rompu pour un monde nouveau.

    Or ce fut la volonté de Jésus lui-même que de prolonger sa vie terrestre par un signe perpétuel. C’est le geste qu’il a fait à la dernière cène, comme nous le raconte saint Paul dans sa 1e lettre aux Corinthiens (1 Cor 11,23-26) : « Le Seigneur Jésus, la nuit même où il fut livré, prit du pain et rendant grâces, le rompit et dit : prenez et mangez, ceci est mon corps, qui sera livré pour vous ; faites ceci en mémoire de moi ». Donc Jésus, face à la souffrance et à la mort, partage le pain et le vin, en tant que son corps et son sang. Face à la fragilité de sa vie, à l’échec apparent de sa mission, face à la pauvreté des disciples qui vont se sentir abandonnés, Jésus ne baisse pas les bras, il ne tombe pas dans la déprime, encore moins dans la fuite. Il partage cette nourriture essentielle d’un repas, que sont le pain et le vin, en disant qu’ils sont son corps et son sang. Ils représentent une vie fragile, une vie qui va être enlevée. Mais ils représentent en même temps un partage de cette vie et une démultiplication de ses effets : « faites ceci en mémoire de moi ». Le corps et le sang du Christ, donnés en communion, nous associent aujourd’hui à sa vie, à sa mort et à sa résurrection. Notre pauvreté est dépassée, nous sommes rassasiés ; nous recevons une vie nouvelle, par notre communion à la pauvreté du Christ.

    fete-dieu-st-sac-22-012.jpg

    Dieu est dans ce partage de la pauvreté et nous communique sa divinité. Et c’est pourquoi, en abrégé, nous appelons « Fête-Dieu » la fête d’aujourd’hui. Nous la célébrons ici dans cette église du Saint-Sacrement d’une manière particulièrement solennelle, dans la forme ancienne du rite romain, parce qu’elle nous permet de garder la richesse de la liturgie ancienne, dans la beauté de ses gestes, ses mots et de ses chants, qui évoquent le mystère d’amour de Dieu qui se donne à nous.

    Frères et Sœurs, dans la communion au Christ nous trouvons la vraie vie, et dans la communion à celui qui souffre, nous trouvons la vraie joie. Ainsi la communion au Christ débouche dans une communion en Église.

    Alors recevons avec foi le corps du Christ qui nous est donné en communion et soyons des témoins de la vraie vie dans notre monde !

    Amen ! Alleluia !"

  • Liturgie romaine : Mgr Roche confirme son intention d'imposer la messe de 1969

    IMPRIMER

    Lu sur le site web de Famille chrétienne et relaté par Denis SUREAU sur Forum Catholique :  

    Mgr Roche « C’est le « Monsieur liturgie » du Vatican. En tant que préfet du dicastère pour le culte divin et la discipline des sacrements depuis 2021, Mgr Arthur Roche est le premier à suivre de près le dossier épineux du Motu proprio Traditionis Custodes et de sa mise en application. Dans un entretien accordé à Vatican News le 16 juin, il est revenu sur le sujet à l’occasion de sa création imminente comme cardinal par le pape François, qui aura lieu le 27 août 2022.

    Une « tragédie »

    Le futur cardinal a d’abord déclaré : « C'est une tragédie qu'il y ait aujourd'hui ces soi-disant "batailles" sur la liturgie, car l’eucharistie est, par nature, le sacrement qui unit toute l'Église. » Il a souligné qu’il n’y avait « jamais eu de controverse sur la liturgie comme celle que nous vivons aujourd'hui, en partie parce qu'il n'y a jamais eu auparavant deux versions du Missel romain. Le Missel romain de 1962, et ensuite le Missel romain de 1970, qui a été produit avec toute la force du Concile Vatican II derrière lui et promulgué par saint Paul VI. »

    Revenant sur l’intention du pape François, il a réaffirmé que « [le pape] n'est pas contre la messe en latin. Et en fait, la messe en latin existe aussi bien dans la forme moderne, pour ainsi dire, du Concile, que dans le Missel de 1962. »

    Cependant, le cardinal assume que l’objectif du texte est bien d’organiser l’arrêt progressif du rite préconciliaire, comme le laissait sous-entendre le motu proprio. « Tout ce qui se passe, c'est la réglementation de l'ancienne liturgie du Missel de 1962 en arrêtant la promotion de celle-ci, parce qu'il était clair que le Concile, les évêques du Concile, sous l'inspiration du Saint-Esprit, mettaient en avant une nouvelle liturgie pour la vitalité de la vie de l'Église », déclare Mgr Arthur Roche. « Et cela est vraiment très important. Et résister à cela, c'est quelque chose qui est vraiment très grave. »

    Pourquoi défend-il avec autant d’insistance la primauté de la liturgie Paul VI sur celle antérieure au concile Vatican II ? Car « comme le Saint-Père l'a souligné dans Traditionis custodes, il existe une loi liturgique qui nous aide dans notre croyance à transmettre la doctrine de l'Église. Ainsi, la réforme de la liturgie est vraiment une chose très importante aujourd'hui et elle ne doit pas être considérée comme une option », explique le préfet du dicastère pour le culte divin et la discipline des sacrements – qui était une congrégation jusqu’à la réforme de la Curie entérinée par le pape le 19 mars 2022-. Mgr Arthur Roche invoque les travaux du père jésuite autrichien Josef Andreas, mort en 1975, qui « dans ses études, a montré comment au fil des siècles, la messe a été modifiée de cette manière afin de s'adapter aux besoins du jour. Et la résistance à cela est une question assez sérieuse, que le Pape a soulignée dans son document ».

    Ces déclarations ne sont pas de nature à surprendre. Elles sont dans la continuité de la ligne défendue par Mgr Arthur Roche depuis la promulgation du Motu proprio. En décembre dernier, il avait opté pour une interprétation stricte du texte dans la réponse formulée aux « dubia » (questions) des évêques qui voulaient savoir comment appliquer le texte. Il tranchait notamment en faveur de l’interdiction des confirmations et des ordinations dans le rite tridentin, et l’impossibilité de dispenses pour ceux qui refusaient de concélébrer »

    Ref. Liturgie romaine : Mgr Roche confirme son intention d'imposer la messe de 1969

    Le refus rigide de la coexistence de plusieurs formes du rite romain n’empêche cependant pas l’existence du rite zaïrois qui est explicitement reconnu comme une variante du rite romain: les Tradis  seraient-ils moins respectables que les Congolais ?

  • Synode sur la synodalité : un ressassé sans surprises

    IMPRIMER

    De FSSPX.News :

    Synode sur la synodalité : synthèse de la phase diocésaine en France

    17 juin 2022

    Le 15 juin dernier, les évêques de France ont présenté la synthèse – ou la collecte comme ils l’appellent – des synthèses synodales diocésaines ou particulières, avant de la faire parvenir à Rome avec un bref document d’accompagnement, à la suite d’une réunion extraordinaire à Lyon.

    Ce document regrette que le processus synodal n’ait pas atteint le « peuple de Dieu » dans sa diversité, notamment les jeunes générations. Constat qui est également celui d’autres pays comme l’Espagne.

    La collecte précise que le processus synodal a mobilisé plus de 150.000 personnes en France, ce qui ne représente que 10% des catholiques pratiquants – à comparer aux 215.000 personnes annoncées par le document espagnol.

    Une Eglise plus fraternelle

    C’est véritablement un leitmotiv : l’adjectif « fraternel » se retrouve neuf fois dans un document de moins de 12 pages. Et « écoute », dix-neuf fois.

    Le premier point relevé par la collecte est l’importance de « se ressourcer dans la Parole de Dieu ». Ce qui peut être une bonne chose, mais malheureusement, le document reconnaît ailleurs un manque important de formation. Or, pour se former, ce n’est pas la Bible qu’il faut lire, mais le catéchisme. Certes, lire le saint Evangile est toujours enrichissant, si et seulement si, le lecteur possède une formation première, sans quoi, l’erreur d’interprétation est inévitable.

    Ce chapitre demande une meilleure formation à l’homilétique des prêtres. Mais « cela concernerait aussi toute personne laïque appelée à la prédication ». Il va bientôt être question de ces personnes.

    Le deuxième chapitre demande de « donner des signes crédibles de la bonté de Dieu et de l’égale dignité des baptisés ». Ce qui se manifestera d’abord par la poursuite de l’expérience de la synodalité. Autrement dit, l’Eglise en état de synode.

    Et la deuxième manifestation doit être d’avoir des « ministères au service de la rencontre de Dieu et des personnes ». Il s’agit surtout des prêtres, dont il est « régulièrement souhaité que le célibat soit laissé au libre choix de ceux-ci, de sorte que l’ordination sacerdotale et le mariage soient compatibles ».

    Devant une telle proposition issue du « concile pastoral » hollandais, Paul VI réagit vivement. Mais que fera François qui a sollicité les fidèles en sachant parfaitement que ce serait une demande inévitable ?

    Le troisième signe crédible concerne « l’égale dignité des baptisés ». La collecte explique que « sur la question de la place faite aux femmes dans l’Eglise, les synthèses perçoivent une urgence ainsi que d’innombrables blessures.

    « Les blessures viennent des difficultés dans les relations avec les prêtres et les évêques, de la criante disproportion entre le nombre de femmes engagées dans l’Eglise et de femmes qui sont en situation de décider. Si le service des femmes est apprécié, leur voix paraît ignorée. Qu’elles contribuent effectivement aux multiples discernements des Eglises locales est l’objet d’une attente criante.

    « C’est ici qu’une urgence est identifiée dans bien des synthèses. La manière dont les femmes sont traitées dans l’Eglise n’est pas ajustée à la mission de celle-ci, à une époque où l’égalité entre les hommes et les femmes est devenue une évidence commune. »

    La conséquence qui en est tirée est spécialement la demande que les femmes puissent prononcer l’homélie, mais aussi qu’elles puissent être ordonnées au sacerdoce. Ce qui est strictement impossible, de droit divin…

    Un quatrième signe crédible est demandé : la coresponsabilité entre clercs et laïcs. Ce qui veut dire à l’échelle des diocèses : la réclamation d’authentiques contre-pouvoirs – par exemple avec des conseils composés de baptisés élus ; l’existence d’une réelle subsidiarité, qui consiste à déléguer la prise de décisions ; et, que les laïcs appelés à des responsabilités se voient proposer une formation appropriée.

    La liturgie apparaît aussi dans les signes crédibles à mettre en place. C’est encore l’occasion d’enfoncer le clou : « les mentions d’un profond désaccord avec le refus que des filles servent à l’autel ou que des femmes entrent dans le chœur pour un service liturgique sont si nombreuses, qu’on ne peut douter d’une réelle souffrance vécue et d’une attente pressante à ce sujet ».

    Enfin le troisième chapitre s’intitule « Vivre en frères et sœurs dans le Christ ». Il se divise en « servir la fraternité » et « cultiver l’écoute et le dialogue ». C’est l’occasion de confondre la vraie fraternité, celle qui unit les membres du Christ, et une vague fraternité universelle, qui doit embrasser tout et tous.

    Si la bienveillance et la charité du disciple du Christ doit lui faire aimer tout homme, cela ne veut pas dire que tous peuvent accéder librement aux sacrements. Or c’est bien la réclamation centrale du paragraphe :

    Dans de nombreuses synthèses « résonne souvent la souffrance de ceux qui se sentent exclus des communautés et/ou des sacrements (personnes homosexuelles, divorcées et remariées, etc.), ainsi que de ceux qui sont témoins de telles exclusions. Selon un nombre élevé de synthèses, celles-ci constituent de sérieux contre-témoignage. »

    Un big-bang… déjà réalisé

    Le chroniqueur religieux du Figaro, commentant ce rapport, titre : « Les évêques de France prêts à un big-bang de l’Eglise ». Malheureusement, c’est encore en-deçà de la réalité. Cette synthèse manifeste surtout que le big-bang a déjà eu lieu.

    Certes, il est assez clair que c’est la frange la plus progressiste des catholiques français qui a participé à ce processus synodal. Mais c’est précisément la minorité agissante, qui a du poids. Et cette partie ne sait tout simplement plus ce qu’est la religion catholique, qu’ils confondent avec un vague sentiment religieux. L'encyclique Pascendi (8 septembre 1907) l’a si bien dit et annoncé : nous y sommes.

    Une deuxième conclusion est la similitude d’un certain nombre de demandes avec la révolution du Chemin synodal allemand. Et ce n’est pas étonnant, ce dernier avait deux ou trois longueurs d’avance, et il a balisé « l’écoute et le dialogue » dans le Synode universel.

    Enfin, la troisième conclusion, c’est la responsabilité plus qu’écrasante du pape François. En fait, c’est à lui que revient entièrement le désordre déjà créé dans les esprits et qui, bientôt, se jouera sur le terrain. Lorsque ces résultats – véritables cahiers de doléances – ne seront que partiellement entérinés, ce qui sera déjà beaucoup trop, que feront les troupes déçues ? Elles déserteront.

    La preuve en a déjà été apportée par le « concile pastoral » hollandais, véritable anticipation de ce Synode, avec pour résultat un désastre dont l’Eglise des Pays-Bas ne s’est toujours pas remise.

  • Liège : ce samedi 18 juin, l’église du Saint-Sacrement (Bd d’Avroy, 132) anime la Fête-Dieu en présence de l’évêque du lieu :

    IMPRIMER

    Programme 

    De 10h à 12h00 et de 14h00 à 16h00, visites en libre accès de l’exposition « La Fête-Dieu, mémoire de Liège : souvenirs et traditions populaires » avec projection en boucle de films anciens sur les fastes du VIIe centenaire (1946):

    22-06-15-st-sac-expo-fete-dieu-001.jpg

    À 16h00, audition concertante : florilège de chants médiévaux interprétés par le chœur féminin de « Flores Myrtae »:

    Flores myrtae 216497213_1079463812590428_4630276652583142549_n.jpg

    Flores Myrtae rassemble une dizaine de jeunes chanteurs professionnels qui ont tous étudié la musique ancienne dans des conservatoires ou des écoles de musique à Paris. L’Ensemble a été fondé en 2016 par Anna Zakova, qui, après sa formation musicale dans son pays natal, la Slovaquie, a continué à étudier les traditions musicales de la Bohême à Prague. À Paris, elle étudie le chant grégorien au Conservatoire national supérieur de musique et de danse et à l'École du Choeur Grégorien.

    À 18h00, Solennité de la Messe de la Fête: célébrée selon le missel de 1962 par Mgr Jean-Pierre Delville, Evêque de Liège, avec le concours du Chœur grégorien Flores Myrtae (dir. Anna Zakova) et l’Ensemble polyphonique liégeois « Praeludium » (direction et orgue : Patrick Wilwerth),

    Praeludium (2).JPG

    icone 300px.jpg

     

    À 18h30, bénédiction du Saint-Sacrement et vénération des reliques de sainte Julienne suivies d’une réception offerte à tous. 

     

    Renseignements: tel. 04 344 10 89 ou email: sursumcorda@skynet.be

  • Le culte de l’Eucharistie et son caractère sacré

    IMPRIMER

    Une homélie du pape Benoît XVI :

    020109_adoration.jpg« Ce soir, je voudrais méditer avec vous sur deux aspects, liés entre eux, du Mystère eucharistique: le culte de l’Eucharistie et son caractère sacré. Il est important de les prendre à nouveau en considération pour les préserver des visions incomplètes du Mystère lui-même, comme celles que l’on a pu constater dans un passé récent.
    Avant tout, une réflexion sur la valeur du culte eucharistique, en particulier de l’adoration du Très Saint Sacrement. C’est l’expérience que nous vivrons aussi ce soir, après la messe, avant la procession, pendant son déroulement et à son terme. 
    Une interprétation unilatérale du concile Vatican II avait pénalisé cette dimension en réduisant en pratique l’Eucharistie au moment de la célébration. En effet, il a été très important de reconnaître le caractère central de la célébration, à travers laquelle le Seigneur convoque son peuple, le rassemble autour de la double table de la Parole et du Pain de vie, le nourrit et l’unit à lui dans l’offrande du Sacrifice. Cette mise en valeur de l’assemblée liturgique dans laquelle le Seigneur agit et réalise son mystère de communion, demeure naturellement valable, mais elle doit être replacée dans un juste équilibre. 
    En effet - comme c’est souvent le cas - pour souligner un aspect, on finit par en sacrifier un autre. Ici, l’accent mis sur la célébration de l’Eucharistie s’est fait aux dépends de l’adoration, en tant qu’acte de foi et de prière adressée au Seigneur Jésus, réellement présent dans le Sacrement de l’autel. Ce déséquilibre a aussi eu des répercussions sur la vie spirituelle des fidèles. En effet, si l’on concentre tout le rapport avec Jésus Eucharistie dans le seul moment de la Sainte Messe, on risque de vider de sa présence le reste du temps et de l’espace existentiels. Et ainsi, l’on perçoit moins le sens de la présence constante de Jésus au milieu de nous et avec nous, une présence concrète, proche, au milieu de nos maisons, comme “Cœur battant” de la ville, du pays, du territoire avec ses différentes expressions et activités. Le Sacrement de la Charité du Christ doit pénétrer toute la vie quotidienne.

    En réalité, c’est une erreur que d’opposer la célébration et l’adoration, comme si elles étaient concurrentes. C’est justement le contraire : le culte du Saint Sacrement constitue comme le “milieu” spirituel dans lequel la communauté peut célébrer l’Eucharistie d’une manière juste et vraie. C’est seulement lorsqu’elle est précédée, accompagnée et suivie de cette attitude intérieure de foi et d’adoration que l’action liturgique peut exprimer toute sa signification et sa valeur. 
    La rencontre avec Jésus dans la Messe se réalise vraiment et pleinement lorsque la communauté est en mesure de reconnaître que, dans le Sacrement, il habite dans sa maison, nous attend, nous invite à sa table, et puis, après que l’assemblée s’est dispersée, qu’il reste avec nous, par sa présence discrète et silencieuse, et nous accompagne de son intercession, en continuant à recueillir nos sacrifices spirituels et à les offrir au Père.
    A ce propos, je voudrais souligner l’expérience que nous allons vivre ensemble aussi ce soir. Au moment de l’adoration, nous sommes tous sur le même plan, agenouillés devant le Sacrement de l’Amour. Le sacerdoce commun et le sacerdoce ministériel se trouvent réunis dans le culte eucharistique. (...) Il est évident pour tous que ces moments de veillée eucharistique préparent la célébration de la Messe, préparent les cœurs à la rencontre, si bien qu’elle en devient elle aussi plus féconde. Etre tous en silence de façon prolongée devant le Seigneur présent dans son Sacrement, est l’une des expériences les plus authentiques de notre “être Eglise”, qui est accompagnée de façon complémentaire par celle de célébrer l’Eucharistie, en écoutant la Parole de Dieu, en chantant, en s’approchant ensemble de la table du Pain de vie. 
    Communion et contemplation ne peuvent pas être séparées, elles vont de pair. Pour communier vraiment avec une autre personne, je dois la connaître, savoir rester auprès d’elle en silence, l’écouter, la regarder avec amour. Le vrai amour et la vraie amitié vivent toujours de cette réciprocité de regards, de silences intenses, éloquents, pleins de respect, et de vénération, afin que la rencontre soit vécue en profondeur, de façon personnelle et non pas superficielle. Et hélas, s’il manque cette dimension, même la communion sacramentelle peut devenir, de notre part, un geste superficiel. En revanche, dans la vraie communion, préparée par l’entretien de la prière et de la vie, nous pouvons dire au Seigneur des paroles de confiance, comme celles qui viennent de résonner dans le psaume responsorial : “Je suis ton serviteur fils de ta servante, / tu as défait mes liens. / Je t'offrirai le sacrifice d'action de grâces, / j'appellerai le nom du Seigneur” (Ps 115, 16-17).
    Je voudrais maintenant passer brièvement au deuxième aspect : le caractère sacré de l’Eucharistie. Là aussi, on a, dans un passé récent, senti les conséquences d’un certain malentendu sur le message authentique de la Sainte Ecriture. La nouveauté chrétienne concernant le culte a été influencée par une certaine mentalité sécularisée des années soixante et soixante-dix du siècle dernier. Il est vrai, et cela reste toujours valable, que le centre du culte n’est plus désormais dans les rites et dans les sacrifices anciens, mais dans le Christ lui-même, dans sa personne, dans sa vie, dans son mystère pascal. Et cependant, on ne doit pas déduire de cette nouveauté fondamentale que le sacré n’existe plus, mais qu’il a trouvé son accomplissement en Jésus Christ, Amour divin incarné. 
    La Lettre aux Hébreux que nous avons écoutée ce soir dans la seconde lecture, nous parle justement de la nouveauté du sacerdoce du Christ, “grand prêtre des biens à venir” (He 9, 11), mais il ne dit pas que le sacerdoce est terminé. Le Christ “est médiateur d’une nouvelle alliance” (He 9, 15), scellée dans son sang, qui purifie “notre conscience des œuvres mortes” (He 9, 14). Il n’a pas aboli le sacré, mais il l’a porté à son accomplissement, en inaugurant un culte nouveau, qui est certes pleinement spirituel, mais qui cependant, tant que nous sommes en chemin dans le temps, se sert encore de signes et de rites, qui ne disparaîtront qu’à la fin, dans la Jérusalem céleste, là où il n’y aura plus aucun temple (cf. Ap 21, 22). Grâce au Christ, le caractère sacré est plus vrai, plus intense, et, comme il advient pour les commandements, plus exigeant aussi ! L’observance rituelle ne suffit pas, mais il faut la purification du cœur, et l’engagement de la vie.
    Je voudrais aussi souligner que le sacré a une fonction éducative et que sa disparition appauvrit inévitablement la culture, en particulier la formation des nouvelles générations. Si, par exemple, au nom d’une foi sécularisée qui n’aurait plus besoin des signes sacrés, on abolissait la procession du “Corpus Domini” dans la ville, le profil spirituel de Rome se trouverait “aplati” et notre conscience personnelle et communautaire s’en trouverait affaiblie. Ou bien, pensons à une mère et à un père qui, au nom de la foi désacralisée, priveraient leurs enfants de tout rituel religieux: ils finiraient en réalité par laisser le champ libre aux innombrables succédanés présents dans la société de consommation, à d’autres rites et à d’autres signes, qui pourraient devenir plus facilement des idoles. Dieu, notre Père, n’a pas agi ainsi avec l’humanité : il a envoyé son Fils dans le monde, non pour abolir, mais pour porter le sacré aussi à son accomplissement. Au sommet de cette mission, lors de la Dernière Cène, Jésus a institué le sacrement de son Corps et de son Sang, le Mémorial de son Sacrifice pascal. En agissant ainsi, il s’est mis lui-même à la place des sacrifices anciens, mais il l’a fait à l’intérieur d’un rite, qu’il a commandé aux apôtres de perpétuer, comme le signe suprême du véritable Sacré, qui est Lui-même. C’est avec cette foi, chers frères et sœurs, que nous célébrons aujourd’hui et chaque jour le Mystère eucharistique et que nous l’adorons comme le centre de notre vie et le cœur du monde. Amen. »

    (Benoît XVI, Homélie pour la Fête-Dieu du 7 juin 2012)

    Lu sur le site « Pro Liturgia » : http://www.proliturgia.org/

     JPSC