Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ethique

  • Et encore une nouvelle interview pontificale...

    IMPRIMER

    De COPE.ES :

    Le pape réitère son désir de se rendre à Kiev et dément les rumeurs de démission : "Cela ne m'a jamais traversé l'esprit".

    Le Saint-Père a accordé une longue interview à l'agence de presse Reuters et a abordé un certain nombre de questions internationales.

    4 juil. 2022

    Le pape François a accordé une longue interview au correspondant de l'agence de presse Reuters, Phil Pullella. La réunion a duré environ 90 minutes. Un premier résumé a été publié par l'agence. Le Saint-Père a abordé plusieurs sujets liés à son pontificat : la décision de ne pas se rendre au Congo, son prochain voyage au Canada, l'arrêt de la Cour suprême des États-Unis sur l'avortement...

    Le Saint-Père dément son intention de démissionner ("Cela ne m'a jamais traversé l'esprit, pas pour le moment") et dément également les rumeurs selon lesquelles il serait atteint d'un cancer. Il réitère son désir de se rendre en Russie et en Ukraine dès que possible, peut-être en septembre. Ce sont là quelques-uns des sujets de la longue interview de Phil Pullella avec François.

    Comme on le sait, selon divers articles et commentaires dans les médias, certains événements récents ou prévus (du consistoire de la fin du mois d'août à la visite à L'Aquila où est enterré Célestin V, qui a démissionné en 1294) suggéreraient l'intention du pape de démissionner de la papauté. Mais François a démenti cette interprétation : "Toutes ces coïncidences ont conduit certains à penser que la même 'liturgie' aurait lieu. Mais ça ne m'a jamais traversé l'esprit. Pas pour le moment, pas pour le moment. Vraiment.

    Le Pape, dans le même temps, comme il l'a fait plusieurs fois dans le passé, a expliqué qu'il étudiait la possibilité de démissionner, surtout après l'élection faite par Benoît XVI en 2013, au cas où la santé ne lui permettrait pas de continuer son ministère. Mais lorsqu'on lui demande quand cela pourrait se produire, il répond : "Nous ne savons pas. Dieu le dira", dans des termes similaires à ceux utilisés le vendredi 1er juillet dans une interview à l'agence de presse Telam.

    Parlant de ses problèmes de genou, François a évoqué le report de son voyage en Afrique et le besoin de thérapie et de repos. Il a déclaré que la décision de report lui a causé "beaucoup de souffrance", d'autant plus qu'il souhaitait promouvoir la paix tant en République démocratique du Congo qu'au Sud-Soudan.

    Le Pape, a noté l'enquêteur, utilise une canne pour entrer dans la salle de réception au rez-de-chaussée de la Casa Santa Marta. Il a ensuite donné des détails sur l'état de son genou, disant qu'il a subi "une petite fracture" lorsqu'il a fait un faux pas alors qu'un ligament était enflammé. "Je vais bien, je m'améliore petit à petit", a-t-il ajouté, expliquant que la fracture se résorbe, aidée par la thérapie au laser et à l'aimant.

    François a ensuite démenti les rumeurs selon lesquelles un cancer lui avait été diagnostiqué il y a un an, lorsqu'il avait subi une opération de six heures pour retirer une partie de son côlon en raison d'une diverticulite, une affection courante chez les personnes âgées. "L'opération a été un grand succès", a déclaré le pape, ajoutant, sourire aux lèvres, qu'"on ne m'a rien dit" au sujet du prétendu cancer, qu'il a qualifié de "ragots de cour". Il a ensuite déclaré à Reuters qu'il ne voulait pas se faire opérer du genou parce que l'anesthésie générale de l'opération de l'année dernière avait eu des effets secondaires négatifs.

    L'entretien a ensuite porté sur les questions internationales. Abordant la situation en Ukraine, François a noté qu'il y avait eu des contacts entre le secrétaire d'État Pietro Parolin et le ministre russe des Affaires étrangères Sergei Lavrov au sujet d'un éventuel voyage à Moscou. Les premiers signaux n'étaient pas bons. L'éventualité d'un voyage a été évoquée pour la première fois il y a plusieurs mois, a déclaré le pape, expliquant que Moscou avait répondu que ce n'était pas le bon moment. Cependant, il a laissé entendre que quelque chose pourrait avoir changé maintenant. "Je voudrais aller en Ukraine, et d'abord je voulais aller à Moscou. Nous avons échangé des messages à ce sujet, car je pensais que si le président russe me donnait une petite fenêtre pour servir la cause de la paix... Et maintenant il est possible qu'après mon retour du Canada, je puisse aller en Ukraine. La première chose à faire est d'aller en Russie pour essayer d'aider d'une manière ou d'une autre, mais j'aimerais me rendre dans les deux capitales".

    Enfin, dans l'interview accordée à Phil Pullella, le pape a abordé la question de la décision de la Cour suprême des États-Unis annulant l'arrêt historique Roe v. Wade qui établissait le droit des femmes à l'avortement. François a déclaré qu'il respectait cette décision mais qu'il ne disposait pas d'informations suffisantes pour en parler d'un point de vue juridique. Mais il a aussi fermement condamné l'avortement, le comparant - comme il l'avait déjà fait à maintes reprises - à "l'embauche d'un tueur à gages". "Je demande : est-il légitime, est-il juste, d'éliminer une vie humaine pour résoudre un problème ?" a-t-il demandé.

    Le pape a également été invité à commenter le débat en cours aux États-Unis sur la question de savoir si un homme politique catholique, qui s'oppose personnellement à l'avortement mais soutient le droit des autres à choisir, peut recevoir la communion. La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, par exemple, n'est pas autorisée à recevoir l'Eucharistie par l'archevêque de son diocèse, San Francisco, mais elle communie régulièrement dans une paroisse de Washington et, la semaine dernière, elle a reçu la communion d'un prêtre pendant la messe à Saint-Pierre présidée par le Pontife. "Quand l'Église perd sa nature pastorale, quand un évêque perd sa nature pastorale, cela provoque un problème politique", a commenté le pape. "C'est tout ce que je peux dire."

  • Il est urgent que la bioéthique retrouve l’amitié de la nature humaine

    IMPRIMER

    De Gènéthique magazine :

    François-Xavier Putallaz : « La nature ne se laisse pas manipuler »

    30 Juin, 2022

    Alors que l’écologie, le climat, l’environnement sont au cœur de l’actualité, la notion de nature est souvent mal comprise. Le philosophe François-Xavier Putallaz, professeur à l’Université de Fribourg et auteur de Qu’est-ce que la nature ?, a accepté de répondre aux questions de Gènéthique.

    Gènéthique : En quoi la bioéthique est-elle influencée par la question de la nature ?

    François-Xavier Putallaz : Aujourd’hui la bioéthique oscille entre deux extrêmes : la raison débarrassée de la nature, ou l’utilitarisme avec son calcul visant à maximiser le plaisir. Ayant rejeté la possibilité de toute connaissance en profondeur des choses naturelles, il ne restait à la pensée de Kant que la pure raison, ce qu’on appelle « l’impératif catégorique » : la raison dicte de manière rigide les comportements. A l’autre extrême, l’utilitarisme évalue une technique biomédicale en fonction des seules conséquences, avantages et souffrances qu’elle implique : la bioéthique se réduit à une mise en balance des intérêts. Dans les deux cas, la nature est écartée.

    Pour éviter ces deux positions extrêmes, nous invitons à reconsidérer en profondeur la nature des choses et surtout la nature humaine, car celle-ci fournit les normes adéquates pour le comportement et pour la technique. C’est une forme d’écologie intégrale à laquelle tout le monde aspire actuellement. Ce livre prétend offrir quelques clarifications indispensables.

    G : Quelles sont les conséquences sur la bioéthique de l’opposition caractéristique de la pensée actuelle entre liberté et nature ?

    FXP : L’opposition est en effet radicale aujourd’hui entre liberté et nature : ou bien, dit-on, il faut respecter les processus naturels sans que les humains y interviennent ; ou bien, on absolutise la liberté individuelle, qui se prétend souveraine : selon la formule de Descartes, on rendrait l’homme « comme maître et possesseur de la nature ». La conséquence en est une arrogance outrancière, où l’individu se met au centre, au point de détruire les ressources naturelles : la crise écologique est manifeste. En bioéthique cette même déviance s’exprime dans la prétention à « l’autonomie reproductive » pour le début de la vie : toute technique devrait être mise à disposition de la liberté individuelle de réaliser tous ses désirs. Une femme ne peut porter d’enfant ? Alors la Grossesse pour Autrui (GPA) est aussitôt réclamée, sans qu’on s’inquiète de la « nature » ni de la servitude que cela impose à des femmes exploitées dans leur corps. De même pour la fin de vie : puisque la liberté individuelle est absolutisée, elle se prétend maîtresse de la vie comme de la mort. Et cela est si ancré dans nos mentalités depuis 300 ans, qu’on ne voit même plus ce qui pourrait poser problème.

    Or problème il y a dans les deux cas : par nature, on ne peut sans dégât majeur arracher un enfant à une femme qui l’a porté durant 9 mois ; par nature, on peut difficilement revendiquer un « droit de mourir », comme si nous maîtrisions tout. Si on comprend certes les souffrances et les aspirations de chacun, euthanasie et GPA ne trouvent pourtant aucun fondement naturel et rationnel.

    G : Comment trouver le chemin d’une réconciliation entre l’homme et la nature qui soit normative, une éthique applicable en bioéthique ?

    FXP : Le problème vient que la notion de « nature », que je viens d’employer, est comprise de manière inadéquate. On réduit hélas la « nature » à l’ensemble des phénomènes physiques et biologiques du monde qui nous entoure et du corps humain. Dans ce sens, évidemment, la nature n’est pas normative : une paire de lunettes n’est pas naturelle. Mais il faut entendre le terme « nature » dans un sens bien plus riche et plus large : c’est l’essence d’une chose, aspirant à se réaliser pleinement. « Par nature » les yeux sont faits pour voir : la technique (lunettes ou opérations au laser) est justifiée parce qu’elle contribue à la réalisation de cette finalité. Les lunettes sont en ce sens naturelles : elles vont dans la direction indiquée par la nature.

    Par nature un enfant est destiné à naître dans une famille avec un père et une mère. Une technique (GPA) qui dissocie la parentalité ne va pas dans le sens de la nature.

    Mais ce langage est inaudible actuellement, car il heurte une liberté absolutisée et la volonté de réaliser ses désirs à n’importe quel prix dans une société de consommation déviante. Ce que nous défendons au contraire, c’est une liberté qui, au lieu de porter atteinte à la nature extérieure (source de la crise écologique), au lieu de brimer la nature humaine (comme si le corps humain était un bien de consommation), discerne la finalité inscrite de la nature et développe des moyens techniques qui la respectent et la perfectionnent. Nous prônons une amitié de la liberté et de la technique avec la nature. Car la technique n’est pas auto-normative : elle n’a de sens que si elle est au service de l’humain, et notamment des plus faibles.

    G : La nature peut-elle remettre en cause les choix qui ont été faits ces dernières décennies en matière de bioéthique ?

    FXP : L’avenir le dira. Mais de même que, sous nos yeux, la nature environnante réagit avec force à la violence d’une exploitation exagérée, de même la nature humaine réagira aux exagérations dans l’utilisation des techniques qui ne respectent pas sa finalité. A qui fera-t-on croire qu’une « mère porteuse » sort indemne de cette aventure ? Croit-on vraiment que les proches ne seront pas impactés à long terme par un suicide médicalement assisté ?

    La nature ne se laisse pas manipuler : elle est si imprégnée de finalités qu’elle finira par s’imposer à toute liberté qui ne se résout pas à la respecter.

    C’est le sens de ce livre : la nature n’est pas figée dans un passé derrière nous (ça c’est le natif), mais elle est devant nous, comme accomplissement que l’homme réalise librement (ça c’est le naturel). Il est urgent que la bioéthique retrouve l’amitié de la nature humaine, car c’est à cette « écologie intégrale » qu’aspire notre humanité.

  • Parce que la pornographie tue la relation

    IMPRIMER

    De Mariolina Ceriotti Migliarese sur Didoc.be :

    La pornographie tue la relation

    .

    Le 10 juin dernier, le pape François a reçu les représentants de la FAFCE (Fédération des associations familiales catholiques en Europe), à l’occasion du 25ème anniversaire de sa fondation.

    Lorsqu’il exprime son inquiétude face à la propagation de la pornographie, le pape utilise des mots très forts : il parle d’une « attaque permanente contre la dignité de l’homme et de la femme » et d’une « menace pour la santé publique ».

    Une position nette et bien différente de l’opinion courante : pour la plupart, en effet, la question de la pornographie relève de la sphère des libertés individuelles, et ne devient un problème à traiter que lorsque surgit une dépendance pathologique ; la question se déplace alors dans le domaine psycho-sanitaire, tout en restant un problème individuel, qui ne concerne éventuellement que la personne elle-même et sa fragilité personnelle.

    Mais est-ce vraiment le cas ? La sexualité humaine a toujours été une source de grandes contradictions et il ne pourrait en être autrement : pour l’être humain, le sexe est et sera toujours une pierre d’achoppement et une source de scandale, car le sexe représente le point de rencontre crucial entre la nature et la culture.

    La clé de voûte de toute culture passe par la manière dont l’homme parvient à symboliser les questions centrales de l’existence, qui concernent la vie et la mort, et la sexualité se trouve précisément au carrefour de ces questions : à travers la rencontre sexuelle, en effet, surgit la transmission de la vie, mais transmettre la vie nous pousse aussi vers la mort, pour faire place à la nouvelle génération.

    La pulsion naturelle du sexe devient culture à travers les significations que nous savons introduire, au moyen de la capacité toute humaine de transcender les valeurs purement biologiques pour les enrichir de questions et de réponses. C’est l’histoire de notre civilisation : lier la sexualité au thème de l’amour, de la fidélité, de la valeur de l’autre, a permis de donner de plus en plus de place au respect des femmes et de valoriser les relations.

    Il ne s’agit pas d’une transition naturelle, mais d’un parcours culturel : un parcours dont la culture chrétienne est un protagoniste indiscutable. Or, la diffusion de la pornographie signale le danger d’un retour en arrière, vers une sexualité-besoin, déconnectée de la relation, sans aucun sens ni aucune valeur. Le cri d’alarme du pape nous aide à voir plus clairement le danger de glisser vers un monde qui considère inévitable et peut-être même souhaitable de revenir à la séparation de l’expérience sexuelle de celle de l’amour et de la relation.

    Le message que nous recevons de notre époque semble être le suivant : le sexe n’est qu’une activité récréative pour les adultes et un exutoire pulsionnel auquel nous avons droit ; pourquoi alors se compliquer la vie en liant inextricablement sexe et relation ? Mais au fond de lui, l’homme sait bien que faire l’amour est bien plus que jouer au sexe : c’est une expérience qui nous demande un peu plus, pour nous donner infiniment plus. Elle nous demande d’aimer, pour nous faire éprouver la merveille d’être aimé. Rappelons-nous donc ce qu’a dit Jean-Paul II : le contraire d’aimer n’est pas de haïr mais d’utiliser. La pornographie n’est que cela, une façon d’utiliser l’autre pour son propre plaisir. C’est pourquoi la pornographie tue l’amour.

    Mariolina Ceriotti Migliarese est médecin neuropsychiatre pédiatrique et psychothérapeute. Ce texte a été traduit de l’italien par Stéphane Seminckx. Source : https://www.avvenire.it/opinioni/pagine/con-papa-francesco-contro-la-pornografia-che-uccide-la-relazione.

  • Le pape, Pelosi, et l'Eucharistie

    IMPRIMER

    De Rod Dreher(*) sur The American Conservative :

    Le pape, Pelosi, et l'Eucharistie

    29 JUIN 2022

    C'est vraiment quelque chose. Cela s'est passé à Rome plus tôt, ce mercredi :

    La présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, a rencontré le pape François mercredi et a reçu la communion pendant une messe papale dans la basilique Saint-Pierre, selon des témoins, malgré sa position en faveur du droit à l'avortement.

    Pelosi a assisté à la messe du matin marquant les fêtes de Saint-Pierre et Saint-Paul, au cours de laquelle François a remis l'étole en laine du pallium aux archevêques nouvellement consacrés. Elle était assise dans une section diplomatique VIP de la basilique et a reçu la communion avec le reste des fidèles, selon deux personnes qui ont assisté à ce moment.

    L'archevêque d'origine de Mme Pelosi, Mgr Salvatore Cordileone, archevêque de San Francisco, a déclaré qu'il ne lui permettrait plus de recevoir le sacrement dans son archidiocèse en raison de son soutien au droit à l'avortement. Mgr Cordileone, un conservateur, a déclaré que Mme Pelosi devait soit renoncer à son soutien à l'avortement, soit cesser de parler publiquement de sa foi catholique.

    Pelosi n'a fait ni l'un ni l'autre. Elle a qualifié le récent arrêt de la Cour suprême supprimant les protections constitutionnelles de l'avortement de décision "scandaleuse et déchirante" qui répond à "l'objectif sombre et extrême du parti républicain d'arracher aux femmes le droit de prendre leurs propres décisions en matière de santé reproductive".

    Ainsi, le pape François passe outre l'évêque de Pelosi et lui donne la communion quelques jours seulement après la décision Dobbs, qu'elle a dénoncée en termes vifs, comme le rapporte l'AP.

    Bien sûr, ce pape a une vision plutôt libérale de ces choses. Extrait d'une transcription de sa conférence de presse sur le vol de retour de sa visite en Hongrie et en Slovaquie l'automne dernier :

    O'Connell : Vous avez souvent dit que nous sommes tous pécheurs et que l'Eucharistie n'est pas une récompense pour les parfaits mais un médicament et une nourriture pour les faibles. Comme vous le savez, aux Etats-Unis, après les dernières élections, il y a eu une discussion entre les évêques sur le fait de donner la communion aux politiciens qui ont soutenu les lois sur l'avortement, et il y a des évêques qui veulent refuser la communion au président et à d'autres officiels. Certains évêques sont favorables, d'autres disent de ne pas utiliser l'Eucharistie comme une arme. Qu'en pensez-vous et que conseillez-vous aux évêques de faire ? Et avez-vous, en tant qu'évêque, au cours de toutes ces années, refusé publiquement l'Eucharistie à quelqu'un ?

    Pape François : Je n'ai jamais refusé l'Eucharistie à personne ; je ne sais pas si quelqu'un est venu dans ces conditions ! Et cela même en tant que prêtre. Je n'ai jamais été conscient d'avoir en face de moi une personne comme celle que vous décrivez, c'est vrai. [La seule fois où il m'est arrivé une chose agréable, c'est quand je suis allé servir la messe dans une maison de retraite, j'étais dans le salon, et j'ai dit : qui veut communier ? Toutes les personnes âgées ont levé la main. Une petite vieille dame a levé la main et a pris la Communion et a dit : "Merci, je suis juive" et j'ai dit : "Ce que je t'ai donné est juif aussi !"

    Lire la suite

  • Biden jette le masque et mène l'assaut des abortistes

    IMPRIMER

    De Luca Volontè sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Biden jette le masque et mène l'assaut des abortistes

    1-7-2022

    Après l'annulation de l'arrêt Roe v. Wade, les actes de vandalisme et les incendies criminels contre les lieux de culte chrétiens et les centres pro-vie se poursuivent. Pendant ce temps, la presse harcèle le juge en chef Clarence Thomas. Le président Biden mène directement l'assaut.

    Aux États-Unis, comme dans le monde occidental, nous sommes confrontés à une interprétation fausse et malveillante de l'arrêt de la Cour suprême qui, avec une mauvaise foi évidente, est exploitée à des fins d'intimidation, de politique et de répression par les avorteurs, les politiciens démocrates et les médias. La violence et le vandalisme continuent, les juges restent dans le collimateur, et Biden et les démocrates poussent l'accélérateur de l'avortement.

    D'abord. Après l'annulation de l'arrêt Roe v. Wade, les actes de vandalisme et les incendies criminels contre des lieux de culte chrétiens, des églises catholiques, des centres de grossesse pro-vie et des monuments commémoratifs pro-vie se poursuivent sans relâche. Rien qu'au cours des derniers jours, le centre de grossesse "LifeChoice" de Winter Haven, en Floride, a été défiguré par des graffitis pro-avortement le 25 juin, avec des mots sinistres ("Your time is up") ; le 27 juin, des actes de vandalisme et des graffitis pro-avortement ont également été signalés sur les portes de l'église de l'Ascension à Manhattan, dans l'État de New York ; à l'église catholique St. Anthony de Renton, dans l'État de Washington, a vu ses fenêtres brisées et barbouillées de slogans pro-avortement ; dans la ville de South Bend, dans l'Indiana, la croix commémorative des bébés avortés et à naître a été vandalisée par des graffitis pro-avortement ; le centre pro-vie "Heart to Heart" de Cortez, dans le Colorado, a été attaqué ; la librairie catholique "Sacco Company", dans le centre-ville de Houston, a été incendiée. L'église catholique St. Colman, un bâtiment historique situé dans le comté de Raleigh, en Virginie occidentale, a été réduite en cendres par un incendie criminel dans la nuit de dimanche à lundi. Il s'agissait de la "petite église catholique de Irish Mountain", construite dans les années 1800 à la demande des immigrants irlandais. Mardi 28 juin, un homme de 31 ans a été arrêté, mais pas la jeune fille qui avait tenté de défoncer la porte d'entrée de la chapelle de l'Adoration perpétuelle du Saint-Sacrement et dégradé l'ensemble du bâtiment de l'église catholique Sainte-Louise à Bellevue (Washington).

    La lâcheté du ministère de la Justice à l'égard des groupes anarcho-abortionnistes et de leurs partisans "terroristes nationaux" leur accorde (de facto) un sauf-conduit permanent. Les récentes intimidations des anarcho-avorteurs à l'encontre des pro-vie vont maintenant jusqu'à les menacer de mort dans leur domicile privé.  Certains médias de gauche et libéraux aux États-Unis continuent de dénoncer la manière dont la forte présence de catholiques à la Cour constitue une menace pour la démocratie. Cependant, Nancy Pelosi est allée au Vatican pour voir le Pape, pas les juges ! Des folies, comme CNN qui promeut l'avortement illégal et le marché noir des pilules tueuses...

    Lire la suite

  • Quand le Vatican veut sortir de la morale de la « ligne rouge »

    IMPRIMER

    De Michel Janva sur le Salon beige :

    Remise en cause de la loi naturelle : après l’euthanasie, la bioéthique

    En ce 1er juillet, l’Académie pontificale pour la vie publie un imposant volume intitulé « Éthique théologique de la vie », qui contient les actes d’un séminaire organisé l’automne dernier, que certains n’hésitent pas à présenter comme la « mise à jour d’Evangelium vitae », le grand texte de Jean-Paul II sur la famille et la vie.

    Au fil des 500 pages, qui passent en revue tout le champ de la bioéthique, de la procréation à l’intelligence artificielle, la conscience apparaît comme le « lieu de la responsabilité morale », et non comme une simple instance ayant pour tâche d’appliquer les règles du mieux possible. On retrouve le jésuite Carlo Casalone, qui estime que

    « La norme est un point de référence, mais elle ne suffit pas à porter un jugement moral ».

    Ce théologien, également médecin, réfute toute fragilisation de l’édifice moral de l’Église catholique.

    « Cela peut paraître rassurant de penser que tout est écrit et qu’il suffit d’appliquer des normes toutes prêtes, mais c’est une fausse sécurité. La réalité n’est jamais celle-ci ».

    Ces théologiens n’ont visiblement pas assimilé la grande encyclique de Jean-Paul II, Veritatis Splendor, selon laquelle (n°32) :

    Une fois perdue l’idée d’une vérité universelle quant au Bien connaissable par la raison humaine, la conception de la conscience est, elle aussi, inévitablement modifiée : la conscience n’est plus considérée dans sa réalité originelle, c’est-à-dire comme un acte de l’intelligence de la personne, qui a pour rôle d’appliquer la connaissance universelle du bien dans une situation déterminée et d’exprimer ainsi un jugement sur la juste conduite à choisir ici et maintenant ; on a tendance à attribuer à la conscience individuelle le privilège de déterminer les critères du bien et du mal, de manière autonome, et d’agir en conséquence. Cette vision ne fait qu’un avec une éthique individualiste, pour laquelle chacun se trouve confronté à sa vérité, différente de la vérité des autres. Poussé dans ses conséquences extrêmes, l’individualisme débouche sur la négation de l’idée même de nature humaine. Ces différentes conceptions sont à l’origine des mouvements de pensée qui soutiennent l’antagonisme entre loi morale et conscience, entre nature et liberté.

    Et dans Evangelium vitae, Jean-Paul II dénonçait :

    Quand la conscience, cet œil lumineux de l’âme (cf. Mt 6, 22-23), appelle « bien le mal et mal le bien » (Is 5, 20), elle prend le chemin de la dégénérescence la plus inquiétante et de la cécité morale la plus ténébreuse.

    A ce sujet, on pourra lire également :

  • Le Président du Guatemala accuse la Commission interaméricaine de promouvoir l'avortement et l'idéologie transgenre

    IMPRIMER

    De   sur le site du Center for Family & Human Rights (C-Fam) :

    Le président guatémaltèque accuse l'OEA d'extorsion sur l'avortement et l'idéologie transgenre

    30 juin 2022

    WASHINGTON, D.C. 1er juillet (C-Fam) Le président du Guatemala, Alejandro Giammattei, a accusé la Commission interaméricaine des droits de l'homme d'"extorsion" pour promouvoir l'avortement et l'idéologie transgenre.

    "La Commission interaméricaine des droits de l'homme ne devrait pas être militante sur ces questions (avortement, mariage et transsexualité). Elle devrait respecter la souveraineté et la liberté de chaque État de décider de ces questions, comme l'a démontré la récente décision de la Cour suprême des États-Unis", a déclaré M. Giammattei au siège de l'Organisation des États américains, en faisant référence à une décision de la Cour suprême des États-Unis de la semaine dernière déclarant que les politiques d'avortement ne devraient pas être imposées par des juges, mais débattues et adoptées démocratiquement.

    Le discours de M. Giammattei a été accueilli par des applaudissements énergiques et soutenus de la part des ambassadeurs du Conseil permanent de l'Organisation des États américains.

    Le président guatémaltèque a déclaré que la Commission interaméricaine avait agi avec "mépris" pour la constitution guatémaltèque et la démocratie en favorisant l'avortement et l'a accusée de devenir un "outil pervers" pour promouvoir l'activisme et les idéologies non démocratiques.

    M. Giammattei était à Washington pour défendre le bilan du Guatemala en matière de droits de l'homme après que la Commission interaméricaine des droits de l'homme a ajouté le Guatemala à une liste de contrevenants aux droits de l'homme aux côtés de Cuba et du Venezuela. Il a déclaré que la Commission avait agi de manière illégale et l'a accusée de menacer le Guatemala pour lui extorquer le respect de ses mandats idéologiques.

    "Quand on reçoit une note de la CIDH disant que son pays sera placé sur une liste d'abuseurs des droits de l'homme si la commission n'est pas invitée dans le pays ; c'est une menace, et c'est de l'extorsion ! Ce n'est pas légal !" s'est exclamé avec force Giammattei dans des propos tenus à bâtons rompus.

    Parmi les raisons pour lesquelles le Guatemala a été ostensiblement ajouté à la liste, Giammattei a cité sa signature de la "Déclaration du consensus de Genève", un accord international lancé par l'administration Trump en octobre 2020 qui déclare que l'avortement n'est pas un droit international et reconnaît la prérogative souveraine des pays de protéger la vie et la famille dans leurs lois et politiques de protection de la santé des femmes. Plus tôt cette année, le Guatemala a été salué comme la "capitale pro-vie du continent américain."

    M. Giammattei souligne qu'il n'existe aucune obligation internationale d'autoriser l'avortement pour quelque raison que ce soit en vertu des traités internationaux. Il a accusé la Commission interaméricaine de promouvoir ses propres interprétations des traités comme si elles étaient définitives et de s'ingérer dans les débats politiques démocratiques internes et les affaires judiciaires des pays. Cela, a-t-il dit, viole le mandat de la Commission qui est d'agir de manière "subsidiaire et complémentaire" au système constitutionnel de chaque pays.

    "Le Guatemala est un pays souverain et une démocratie, et il reste déterminé à remplir les obligations qui lui incombent en vertu de la Convention interaméricaine des droits de l'homme, pour autant qu'il s'agisse d'obligations auxquelles les États ont consenti lorsqu'ils ont établi le système interaméricain", a déclaré M. Giammattei.

    Il a également exhorté tous les membres de l'Organisation des États américains à réformer le système interaméricain des droits de l'homme afin de prévenir les abus comme celui commis contre le Guatemala.

    "Il est important que nous travaillions ensemble pour renforcer le système interaméricain des droits de l'homme, car l'anarchie et le manque de respect de l'État de droit qui sont aujourd'hui infligés au Guatemala pourraient demain être perpétrés contre n'importe quel État membre de l'organisation. Aujourd'hui c'est nous, demain cela pourrait être n'importe lequel d'entre vous", a-t-il averti.

    Avant ses remarques, M. Giammattei a également montré une vidéo au nom du Congrès guatémaltèque reprochant à la Commission de critiquer une loi récente visant à protéger la famille, à protéger les enfants adolescents qui s'identifient comme transgenres contre les mutilations et contre le placement sous des médicaments hormonaux qui retardent de manière permanente leur développement sexuel.

  • La justification de l’avortement est incompatible avec une écologie cohérente

    IMPRIMER

    De Tugdual Derville sur aleteia.org :

    Repenser l’avortement dans une perspective écologique globale

    30/06/22

    Devant l’indignation soulevée en France par le renversement de l’arrêt Roe V. Wade, notamment par les écologistes, notre chroniqueur Tugdual Derville, co-initiateur du Courant pour une écologie humaine, appelle à reconsidérer l’appel du pape François en faveur d’une écologie cohérente, "incompatible avec la justification de l’avortement" (LS, 120).

    Dès sa parution en juin 2015, Laudato si’fut très largement… louée ! L’onde de sympathie d’un texte papal très attendu se propagea dans les milieux écologiques, au-delà des cercles chrétiens. Une des nombreuses éditions françaises était même préfacée par Nicolas Hulot. L’encyclique était saluée, certes, mais fut-elle vraiment comprise et accueillie en totalité ? On peut en douter en mesurant l’onde de choc que le renversement de l’arrêt Roe v. Wade, par la Cour suprême des États-Unis a provoqué en France, notamment chez les écologistes.

    Reconnaissons que le lecteur d’un nouveau texte doctrinal a le choix entre deux stratégies : la première, confortable, consiste à ne retenir que ce qui conforte ses points de vue ou ses modes de vie. Cette lecture n’est pas inutile, mais comporte un risque : l’instrumentalisation auto-justificatrice de la doctrine. Nous mettons volontiers en exergue ce qui nous justifie. La seconde façon de lire, complémentaire, est plus décapante, mais s’avère plus féconde : chacun tentera de se nourrir de ce qui le dérange, l’ébranle, l’incite à changer d’attitude ou de comportement. La conversion écologique n’est-elle pas, pour chacun, dans la reconnaissance que « tout est lié » ?

     

    Lire la suite sur aleteia.org

  • Interdite de communier à San Francisco, Nancy Pelosi reçoit la communion à Saint-Pierre

    IMPRIMER

    De Hannah Brockhaus sur Catholic News Agency :

    Nancy Pelosi aurait reçu la communion lors de la messe papale.

    29 juin 2022

    La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, aurait reçu la communion lors d'une messe avec le pape François au Vatican mercredi. Pelosi a pris la communion, selon des sources présentes à la messe, a rapporté Crux le 29 juin. L'Associated Press, citant deux témoins, a rapporté que Mme Pelosi était assise dans la section réservée aux diplomates et qu'elle a communié avec les autres participants. 

    En mai, Pelosi s'était vu interdire de recevoir la communion dans son diocèse d'origine, l'archidiocèse de San Francisco. L'archevêque de San Francisco, Salvatore Cordileone, a déclaré que Mme Pelosi ne devrait pas être admise à la communion, ni se présenter pour recevoir l'Eucharistie, tant qu'elle n'aura pas publiquement répudié son soutien à l'avortement.

    Mme Pelosi, qui est à Rome pour des vacances en famille, a assisté à la messe du pape François pour la solennité des saints Pierre et Paul dans la basilique Saint-Pierre. Le 20 mai, Mgr Cordileone a déclaré que la décision d'interdire la communion à Mme Pelosi était "purement pastorale et non politique" et qu'elle avait été prise après que Mme Pelosi, qui s'est décrite comme une "fervente catholique", eut repoussé à plusieurs reprises les efforts qu'il avait déployés pour la contacter afin de discuter de son action en faveur de l'avortement.

    Le pape François a rencontré Mme Pelosi au Vatican en octobre de l'année dernière.

  • Une autre élue MR approuve la décision de la Cour Suprême des USA sur l'avortement

    IMPRIMER

    De M.L. sur le site de la Dernière Heure :

    Après Frédéric Petit, une autre élue MR approuve la décision de la Cour Suprême des USA sur l'avortement : "Chaque enfant est un être humain dès sa conception"

    Marie Courtoy (élue MR à Koekelberg) a refusé de voter la motion proposée en urgence par la conseillère communale Ornela Prifti (PS), lundi soir en conseil communal. Cette motion visait à "mettre en place un rempart constitutionnel pour le droit à recourir à l’IVG et protéger la liberté fondamentale des femmes de disposer de leur corps". Elle confirme sa position à La DH.

    La scène s'est déroulée lundi soir, lors du conseil communal. La motion visait à "mettre en place un rempart constitutionnel pour le droit à recourir à l'IVG et protéger la liberté fondamentale des femmes de disposer de leur corps". L'urgence était motivée par le fait que "la révocation du droit à l'avortement par la Cour suprême des Etats-Unis, ce 24 juin, peut engendrer en termes de renforcement pour les mouvements anti-avortement et conservateurs à travers le monde et plus particulièrement au sein de notre pays. Certains d'entre eux, des responsables politiques, se sont exprimés ce week-end sur le soutien à apporter à cet arrêt". Par ailleurs, "même si en Belgique, ce droit est consacré depuis plus de 30 ans, nos acquis restent malheureusement extrêmement fragiles, et il est urgent de se prémunir au mieux de telles attaques frontales qui reviendraient à dénier aux femmes leur autonomie de choix et la liberté fondamentale des femmes de disposer de leur corps".

    "Je suis tout à fait contre l'avortement en général"

    L'objectif de la majorité était ici de porter cette garantie devant les gouvernement et parlement fédéral. La motion demande, entre autres, de "protéger la vie, la santé et la liberté fondamentale des femmes de disposer de leur corps en mettant en place un rempart constitutionnel pour garantir le droit à l'interruption volontaire de grossesse ; de réunir une série d'experts et de spécialistes de la Constitution pour identifier comment ancrer cette liberté fondamentale ; de mener des réflexions afin que l'avortement soit abordé dans un contexte de santé publique, de contraception, d'éducation sexuelle, avec pour objectif d'arriver à une condition de la femme pleine et entière ; de promouvoir des dispositifs favorisant la formation des médecins pratiquant l'IVG, de sensibiliser les universités du pays à promouvoir cette formation pour les futurs acteurs de première ligne et d'approfondir l'information systématique de la population, notamment, des jeunes, sur le droit à la contraception et à l'IVG et de plaider qu'au niveau européen, le droit des femmes à disposer de leur corps soit reconnu comme un droit fondamental nécessaire à l'adhésion d'un pays à l'Union européenne".

    Marie Courtoy n'a jamais caché son opposition ferme à l'avortement. "J'estime que chaque enfant est un être humain dès sa conception", explique-t-elle à La DH. "En effet, je suis tout à fait contre l'avortement en général. Il s'agit d'une conviction personnelle et scientifique que j'assume sans aucun problème. Chacun a droit à la vie. Je comprends et valide la position de la Cour Suprême des Etats-Unis. Elle annule juste un droit", poursuit celle qui reconnaît bien évidemment "le droit des femmes. Je suis en faveur de mesures d'accompagnement. Il faut aider toutes les personnes en situation de détresse mais autrement que par l'avortement."

    Lors de l'introduction de cette motion en urgence, le MR a demandé une suspension de séance. "C'est logique, cette motion ne figurait pas à l'ordre du jour. Mon groupe politique n'a pas spécialement les mêmes idées. Mais je n'ai reçu aucune pression de mon groupe." La libérale estime enfin que ce genre de débat n'a pas sa place dans un conseil communal.

  • Comment l'avortement est devenu un dogme

    IMPRIMER

    De Gregor Puppinck sur aleteia.org (archive 1.12.2016) :

    Pourquoi l’avortement est-il devenu un « dogme »

    Grégor Puppinck exposait les fondements idéologiques de l’avortement alors que le Parlement français débattait d’une proposition visant à limiter la liberté d’expression en cette matière.

    En 1974, Simone Veil déclarait devant l’Assemblée nationale que l’avortement « est toujours un drame et restera toujours un drame » qu’il faut « éviter à tout prix ». Elle précisait que sa loi « ne crée aucun droit à l’avortement » ; si elle « admet la possibilité d’une interruption de grossesse, c’est pour la contrôler et, autant que possible, en dissuader la femme. » Quarante ans et plus de huit millions d’avortements plus tard, l’Assemblée nationale a proclamé l’avortement « droit fondamental » et « droit universel » ; il serait une « condition indispensable pour la construction de l’égalité réelle entre les femmes et les hommes et d’une société de progrès » (Résolution du 6 novembre 2014).

    Que s’est-il passé pour que l’avortement, de toléré au nom du moindre mal, devienne en France un fondement essentiel du progrès social ? Nulle révolution, mais la poursuite du même mouvement de fond qui avait déjà permis la loi Veil : l’érosion progressive de la conscience de la valeur de la vie prénatale et l’affirmation corrélative de celle de la volonté individuelle. Mais ce double mouvement n’en est qu’un : la domination croissante de la volonté sur l’être dans une culture perdant son intelligence métaphysique, c’est-à-dire la compréhension de l’identité et de la valeur de l’être en soi. Ainsi, le renversement de perspective survenu entre 1974 et 2014 n’est qu’apparent : il résulte d’un abandon des reliquats de métaphysique qui revêtaient encore la vie humaine prénatale d’une certaine dignité.

    Selon le point de vue matérialiste, dépourvu de métaphysique, les vies humaines au stade prénatal ne valent rien en elles-mêmes : elles sont des agrégats de matière à un stade encore précoce d’un processus d’individuation progressive qui se poursuit encore longtemps après la naissance. Déjà pour Cabanis, le médecin et philosophe des Lumières, « le fœtus n’est pour ainsi dire qu’un mucus organisé ». Encore dépourvues de conscience et de volonté propres, ces vies humaines n’ont de valeur que dans et par la volonté des adultes qui en ont la responsabilité. Leur vie vaudra à la mesure du projet que l’adulte est capable de former à leur égard, puis à mesure de leur niveau de conscience, c’est-à-dire d’autonomie.

    Lire la suite

  • Le big business vole au secours de l'avortement

    IMPRIMER

    De Maisy Sullivan sur Catholic News Agency :

    Ces entreprises américaines paieront les frais de déplacement du personnel en cas d'avortement

    28 juin 2022

    Alors que certains États interdisent ou réglementent l'avortement à la suite de la décision Dobbs, de nombreuses entreprises ont annoncé qu'elles allaient fournir une aide financière à leurs employés qui se déplacent pour avorter.

    Dans l'affaire Dobbs v. Jackson Women's Health Organization, la Cour suprême a statué le 24 juin que le droit à l'avortement n'est pas protégé par la Constitution des États-Unis ; les États peuvent donc désormais interdire l'avortement.  

    De nombreux États ont déjà adopté des lois de déclenchement pour interdire immédiatement l'avortement, tandis que la pratique reste légale dans d'autres. 

    Certaines entreprises de premier plan ont annoncé qu'elles soutiendraient les employées des États où elles ne peuvent pas se procurer d'avortement en couvrant les frais de déplacement liés à la procédure par le biais de leur assurance santé.

    Dick's Sporting Goods a annoncé le 24 juin qu'elle rembourserait jusqu'à 4 000 dollars de frais de déplacement à tout employé, conjoint ou personne à charge inscrit à son régime d'assurance maladie qui souhaite se faire avorter dans les États où cette pratique est illégale. 

    "Nous sommes conscients que les gens sont passionnés par ce sujet et que certains coéquipiers et athlètes ne sont pas d'accord avec cette décision", a déclaré la société. La déclaration indique également qu'elle estime que ces décisions sont "profondément personnelles".

    Certaines entreprises, dont Starbucks et Levi Strauss and Co, rembourseront intégralement les dépenses des femmes qui cherchent à obtenir un accès légal à l'avortement. Une déclaration de Starbucks indique que "nous fournirons aux partenaires inscrits au plan de soins de santé de Starbucks une prestation de remboursement de voyage médical pour accéder à un avortement".

    Selon The Hill, d'autres entreprises font des offres similaires, notamment Amazon, Yelp, Microsoft, Apple, Netflix, Tesla, JPMorgan Chase, Citigroup, Mastercard, Lyft, Disney, Meta, Comcast, Airbnb, Patagonia, DoorDash, PayPal, Reddit, Meta, Zillow et Uber.

    Certaines de ces entreprises avaient annoncé une aide au voyage pour l'avortement avant la publication de l'arrêt Dobbs, en réaction soit à la fuite, le 2 mai, d'un projet de décision, soit à la loi texane interdisant l'avortement après la détection des battements du cœur du fœtus.