Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ethique

  • L'avortement disparaît du texte final du G7 : Meloni gagne une querelle diplomatique avec Macron

    IMPRIMER

    De Gerardo Fortuna sur Euronews.com :

    L'avortement disparaît du texte final du G7 : Meloni gagne une querelle diplomatique avec Macron

    La présence du pape François, qui s'est joint à la réunion des principales nations industrialisées du monde, pourrait avoir influencé ce résultat, selon le bras droit de Meloni.

    14/06/2024

    Dans une puissante démonstration d'influence, la dirigeante italienne de la droite dure a réussi à supprimer toute référence à l'avortement sans risque dans la déclaration finale du groupe des démocraties industrialisées.

    La formulation finale du communiqué du G7 ne comporte aucune mention de l'avortement, alors que ce fut le cas lors du sommet de l'année dernière à Hiroshima.

    Les jours précédents, les représentants français et canadiens avaient fait pression pour un ajout au texte dans lequel les dirigeants "affirment l'importance de préserver et d'assurer un accès effectif à un avortement sûr et légal et aux soins post-avortement", selon un texte de travail vu par Euronews.

    Cela aurait renforcé les conclusions adoptées par le groupe l'année dernière au Japon, qui garantissaient "l'engagement total des dirigeants à parvenir à une santé et à des droits sexuels et reproductifs complets pour tous, y compris en abordant la question de l'accès à un avortement sûr et légal et aux soins post-avortement".

    Le communiqué final de cette année s'éloigne du "langage d'Hiroshima" en supprimant toute référence à l'avortement, les dirigeants se contentant de souligner l'importance de "services de santé adéquats, abordables et de qualité" en matière de santé sexuelle et génésique.

    "Il est regrettable que le mot avortement soit absent de la déclaration finale du G7", a déclaré le président français Emmanuel Macron à l'agence de presse italienne Ansa, soulignant que le droit à l'avortement est inscrit dans la constitution du pays.

    "La France a une vision de l'égalité entre les femmes et les hommes, mais elle n'est pas partagée par tout le spectre politique. Vous n'avez pas les mêmes sensibilités dans votre pays", a-t-il poursuivi.

    "Il n'y a pas lieu de polémiquer sur des sujets sur lesquels nous sommes d'accord depuis longtemps. Je pense qu'il est profondément erroné, en ces temps difficiles, de faire campagne en utilisant un forum aussi précieux que le G7", a rétorqué Mme Meloni.

    La présence du pape François, qui s'est joint à la réunion des principales nations industrialisées du monde pour parler des risques de l'intelligence artificielle, pourrait avoir influencé ce résultat.

    "Je ne sais pas si, dans le cadre d'un G7 auquel participait également le pape, il était approprié [d'inclure une référence à l'avortement]", a commenté le ministre italien de l'agriculture, Francesco Lollobrigida, beau-frère et bras droit de Meloni.

    Ce qui s'est passé est "une honte nationale, [le gouvernement] devrait présenter ses excuses au pays", a déclaré la secrétaire du parti de centre-gauche italien PD Elly Schlein. "Nous n'avons que faire d'une femme premier ministre qui ne défend pas les droits de toutes les autres femmes de ce pays", a déclaré la dirigeante du principal parti d'opposition de Meloni, qui a obtenu des résultats particulièrement bons lors des dernières élections et qui constitue désormais la plus grande délégation du groupe socialiste (S&D) du Parlement européen.

  • Peut-on rire de Dieu ?

    IMPRIMER

    DISCOURS DE SA SAINTETÉ LE PAPE FRANCOIS
    AUX COMEDIENS

    Salle Clémentine
    Vendredi 14 juin 2024

    (source (en anglais) - traduction automatique)

    ________________________________________

    Chers amis, chères amies,

    J'ai le plaisir de vous souhaiter la bienvenue et d'exprimer ma gratitude aux membres du Dicastère pour la culture et l'éducation qui ont organisé cette réunion.

    Je vous tiens en haute estime en tant qu'artistes qui s'expriment à travers le langage de la comédie, de l'humour et de l'ironie. Parmi tous les professionnels qui travaillent à la télévision, au cinéma, au théâtre, dans la presse écrite, dans les chansons et sur les médias sociaux, vous êtes parmi les plus aimés, les plus recherchés et les plus populaires. Certes, c'est parce que vous êtes très bon dans ce que vous faites, mais il y a aussi une autre motivation : vous avez et cultivez le don de faire rire les gens.

    Au milieu de tant de nouvelles sombres, plongés comme nous le sommes dans de nombreuses urgences sociales et même personnelles, vous avez le pouvoir de répandre la paix et les sourires. Vous faites partie des rares personnes qui ont la capacité de s'adresser à tous les types de personnes, de générations et de milieux culturels différents.

    À votre manière, vous fédérez les gens, car le rire est contagieux. Il est plus facile de rire ensemble que seul : la joie nous ouvre au partage et constitue le meilleur antidote à l'égoïsme et à l'individualisme. Le rire permet également de faire tomber les barrières sociales, de créer des liens entre les personnes et d'exprimer ses émotions et ses pensées, contribuant ainsi à la construction d'une culture commune et à la création d'espaces de liberté. Vous nous rappelez que l'homo sapiens est aussi l'homo ludens ! Car le jeu et le rire sont au cœur de la vie humaine, pour s'exprimer, pour apprendre et pour donner un sens aux situations.

    Votre talent est un don précieux. Associé au sourire, il répand la paix dans nos cœurs et parmi les autres, nous aidant à surmonter les difficultés et à faire face au stress quotidien. Il nous aide à trouver le soulagement dans l'ironie et à traverser la vie avec humour. J'aime prier chaque jour avec les mots de Saint Thomas More : "Accorde-moi, Seigneur, un bon sens de l'humour". Je demande cette grâce pour chaque jour, car elle m'aide à aborder les choses avec le bon esprit.

    Vous réussissez également un autre miracle : vous parvenez à faire sourire les gens tout en gérant les problèmes et les événements, petits et grands. Vous dénoncez les abus de pouvoir, vous donnez une voix aux situations oubliées, vous mettez en lumière les abus, vous pointez les comportements inappropriés. Vous le faites sans semer l'alarme ou la terreur, l'anxiété ou la peur, comme d'autres types de communication ont tendance à le faire ; vous incitez les gens à penser de manière critique en les faisant rire et sourire. Vous le faites en racontant des histoires de la vie réelle, en racontant la réalité de votre point de vue unique ; et de cette façon, vous parlez aux gens des problèmes, grands et petits.

    Selon la Bible, au début du monde, alors que tout était créé, la sagesse divine a pratiqué votre forme d'art pour le bénéfice de nul autre que Dieu lui-même, le premier spectateur de l'histoire. Elle est décrite de la manière suivante : "J'étais à ses côtés, comme un maître d'œuvre, et je faisais chaque jour ses délices, me réjouissant sans cesse devant lui, me réjouissant de son monde habité et me réjouissant des fils des hommes" (Prv 8,30-31). Rappelez-vous ceci : lorsque vous parvenez à arracher des sourires complices à un seul spectateur, vous faites aussi sourire Dieu.

    Vous, chers artistes, savez penser et parler avec humour sous différentes formes et dans différents styles ; et dans chaque cas, le langage de l'humour permet de comprendre et de "sentir" la nature humaine. L'humour n'offense pas, n'humilie pas et ne rabaisse pas les gens en fonction de leurs défauts. Alors que la communication d'aujourd'hui génère souvent des conflits, vous savez rapprocher des réalités diverses et parfois contraires. Que de choses à apprendre de vous ! Le rire de l'humour n'est jamais "contre" qui que ce soit, mais il est toujours inclusif, volontaire, suscitant l'ouverture, la sympathie, l'empathie.

    Cela me rappelle l'histoire du livre de la Genèse, lorsque Dieu promet à Abraham qu'il aura un fils dans l'année. Lui et sa femme Sarah étaient âgés et sans enfant. Sarah écoutait et riait intérieurement. Abraham a dû faire de même. Cependant, Sarah a conçu et mis au monde un fils dans sa vieillesse, au moment fixé par Dieu. Sarah dit alors : "Dieu m'a fait rire ; tous ceux qui m'entendront riront de moi" (Gn 21,6). C'est pourquoi ils ont appelé leur fils Isaac, ce qui signifie "il rit".

    Pouvons-nous rire de Dieu ? Bien sûr, nous le pouvons, tout comme nous jouons et plaisantons avec les personnes que nous aimons. La sagesse et la tradition littéraire juives sont passées maîtres en la matière ! Il est possible de le faire sans offenser les sentiments religieux des croyants, en particulier des pauvres.

    Chers amis, que Dieu vous bénisse, vous et votre art. Continuez à remonter le moral des gens, surtout de ceux qui ont le plus de mal à regarder la vie avec espoir. Aidez-nous, avec un sourire, à voir la réalité avec ses contradictions et à rêver d'un monde meilleur ! Avec mes sentiments les plus sincères, je vous bénis et je vous demande, s'il vous plaît, de prier pour moi.

  • Le Pape au G7, une occasion manquée

    IMPRIMER

    De Stefano Fontana sur la NBQ :

    Le Pape au G7, une occasion manquée

    Le discours sur l'intelligence artificielle était plein de technicités inutiles et pauvre en termes de fondements pour les choix éthiques souhaités. Aucune référence à Dieu et à Jésus, ni à la loi naturelle. Or la personne, la morale et la politique ne tiennent pas sans Dieu.

    15_06_2024

    Hier, à Borgo Egnazia, le pape François s'est adressé aux dirigeants du G7 au sujet de l'intelligence artificielle (IA). Son discours, agrémenté de quelques ajouts spontanés, était plus court que le texte distribué. Ce dernier est en effet bien étoffé et articulé, avec de longues incursions analytiques très techniques dans les subtilités de la question de l'IA. Pour le pape, l'intelligence artificielle découle de l'élan de l'homme vers l'au-delà, comme cela s'est déjà produit avec d'autres inventions techniques au cours de l'histoire.

    Cette fois-ci, cependant, il y a quelque chose de radicalement nouveau : l'outil est fortement ambivalent ("fascinant et formidable à la fois"), il a un impact "cognitivo-industriel" perturbateur qui construira "un nouveau système social", et surtout il peut avoir une certaine indépendance par rapport à l'homme en appliquant des "choix algorithmiques". Le risque est que l'homme soit privé de sa capacité de décision et donc "condamné à dépendre des machines". L'utilisation d'"armes autonomes létales" dans les conflits armés en est un exemple.

    Après avoir longuement analysé, dans le chapitre "Le mécanisme de base de l'intelligence artificielle", les principales possibilités techniques de développement de l'IA et les craintes qu'elles suscitent, François propose deux voies pour aborder le phénomène et le gouverner : la voie éthique et la voie politique.

    La première voie devrait "placer la dignité de la personne au centre d'une proposition éthique partagée". Il a ainsi vanté les mérites de l'événement "Rome Call for all Ethics" de 2020, qui proposait de lancer une "algoéthique", une éthique des algorithmes fondée sur des principes partagés.

    La deuxième voie consisterait à soutenir une bonne politique contre la domination absolue du "paradigme technocratique". La politique ne doit pas être affaiblie, "il faut de la politique". Cette "bonne politique" devrait toutefois tenir compte du fait que la situation mondiale présente de graves déficiences structurelles et que les rustines ne suffisent pas.

    Dans l'ensemble, le texte de François est faible. D'une part, il y a une redondance d'aspects techniques qui ne sont pas nécessaires dans un enseignement pontifical. D'autre part, il y a des références à des solutions éthiques et politiques basées sur un fondement souhaitable (mais non spécifié). Même le concept de personne humaine n'est pas clarifié du point de vue de l'Église catholique, tout en déplorant sa perte dans la société d'aujourd'hui. En résumé, la proposition était la suivante : cherchons ensemble un accord sur certains principes, comme cela a été tenté lors de l'Appel de Rome pour toute l'éthique. Une bonne chose pour une intervention politique, trop peu pour une intervention pontificale.

    La dignité de la personne humaine, par exemple, sur quoi repose-t-elle et comment est-elle défendue ? Du point de vue de l'Église catholique, sa défense n'est pas indifférente à la présence de Dieu dans l'histoire humaine. Or, dans tout son discours, François ne mentionne jamais Dieu, ni même Jésus-Christ. Le "consensus" sur les principes éthiques adéquats, sur quoi doit-il donc se fonder ? La doctrine catholique propose la loi naturelle et la loi morale naturelle, qui ne changent pas et sont donc praticables même à l'époque de l'AI. Elles rendent possible une "grammaire naturelle" qui est la base d'un dialogue et d'un consensus qui n'est pas seulement basé sur la convergence des opinions ou, pire, des intérêts.

    Lire la suite

  • Serait-il devenu acceptable de remplacer les enfants par des chiens ?

    IMPRIMER

    De Judikael Hirel sur La Sélection du Jour :

    Un chien plutôt qu'un enfant ?

    Deux salaires, pas d'enfant et un chien… Quand on préfère ne pas avoir à penser à l'avenir, serait-il devenu acceptable de remplacer les enfants par des chiens ?

    Elle est vétérinaire, journaliste sur RTL, et a écrit un livre sur le sujet  : autant de raisons d'être bien accueillie quand elle affirme avoir donné à son chien Colonel « la place de l'enfant qu'elle a décidé de ne pas avoir ». Dans son livre Pourquoi j'ai choisi d'avoir un chien (et pas un enfant) (Albin Michel), Hélène Gateau vante le lien de parentalité tissé avec son chien, revendiquant le fait d'avoir un chien et non un enfant, au lieu de s'en justifier. « Mon choix de vie reste marginal, mais je suis convaincue que c'est une tendance naissante et grandissante, même si elle est encore rarement revendiquée comme telle », explique-t-elle. « Est-il encore mal vu d'être une quadragénaire, célibataire, sans enfant, mais avec un animal domestique ? », lui demande-t-on. « L'image de la "mémère à chien", celle d'une femme célibataire entourée de toutous, n'a pas totalement disparu. Oser dire que l'on donne une place de roi à son compagnon à quatre pattes, quand on vit seule, reste mal perçu. »

    Comment le chien devient-il le nouvel enfant ? Outre-Atlantique, en tout cas, la tendance s'ancre. Aux couples DINK d'hier (Double Income, No Kids - Double revenu, pas d'enfant) d'hier, s'ajoute désormais le "no kids, one dog", « pas d'enfant, un chien ». Pour autant, est-on censé voir cela comme acceptable, alors qu'en septembre 2022, un sondage IFOP soulignait que 30 % des Françaises en âge de procréer déclaraient ne pas vouloir d'enfants ? « Les chiens et les chats prennent la place des enfants, déclarait il y a peu le pape François, parlant de la chute de la natalité. Ce déni de la paternité et de la maternité nous rabaisse, nous enlève notre humanité. » Hélène Gateau, elle, affirme faire famille avec son chien, parlant même d'alloparentalité : « le fait que des adultes puissent prendre soin d'un être vivant qui n'est pas leur propre progéniture [...] fait partie de ce qui fait que nous sommes des êtres humains. » Mais quand on creuse un peu l'ouvrage, un militantisme certain apparaît derrière le visage d'une "dog mum" (« mère à chien ») bienveillante : « Prendre la parole à travers ce bouquin, pour moi, c'est une sorte de coming out. Je me rends compte aujourd'hui, à travers les retours que j'ai, que j'incarne une forme de « féminisme ». C'est-à-dire que je suis une femme qui a osé prendre la parole sur un choix de vie qui va à l'encontre de la tradition patriarcale et du modèle familial classique. »

    « On a plutôt de la chance, car il nous laisse dormir. »  : ce couple parisien parle de son chien comme d'un enfant. Dans les esprits et dans les villes, ce que l'on appelle désormais la pet-parentalité — de l'anglais pet (animal de compagnie) — semble en tout cas gagner du terrain. « Comment le chien est devenu le nouvel enfant ?, s'interroge Le Monde. « Vous faites attention, c'est notre bébé. Il va certainement pleurer. Je vous laisse son doudou… » Et pourtant, c'est d'un bichon maltais dont on parle... Certains vont même aller jusqu'à promener leur chien dans une poussette ! « Les Français possèdent 7,6 millions de canidés, dont le statut est passé, en quelques années, d'animaux de compagnie à membres à part entière de la famille. Des êtres choyés par des "pet moms" et "pet dads" qui assument leurs excès d'anthropomorphisme. » « Garderie, nounous, cadeaux d'anniversaire ou de Noël, comptes Instagram diffusant les exploits du petit dernier de la portée, rendez-vous chez le véto au moindre tressaillement d'oreilles… et si le chien était devenu le nouvel enfant ? »

    Dans son ouvrage, Hélène Gateau va jusqu'à utiliser le mot « eugénisme ». Un terme qu'elle assume  : « Avoir un enfant, c'est remettre sa vie au destin, la prise de risque est énorme : est-ce que l'enfant va être en bonne santé ? Sera-t-il facile, sympathique ? Va-t-il me rejeter à l'adolescence ? C'est une grande source d'angoisse. Je veux pouvoir garder le contrôle sur ma vie. Avec le chien, je garde ce contrôle en cochant les petites cases importantes pour moi. Quand on a un enfant, on a une forme d'anxiété : perte d'insouciance, perte de sommeil. Peur pour l'avenir aussi. Compliqué de ne pas se projeter. Et moi, j'ai du mal à vivre dans le futur et à faire des projets. Je préfère vivre au jour le jour. Avec mon chien, je me pose moins de questions. » Au fond, tout est dit.

    Pour aller plus loin :

    Comment le chien est-il devenu le nouvel enfant ?

    >>> Lire l'article sur Le Monde

  • Son objectif : être la première femme transgenre à avorter

    IMPRIMER

    De Gènéthique magazine :

    L’avortement, l’ultime « stéréotype de genre » ?

    13 juin 2024

    Dans une vidéo publiée sur X [1], une femme transgenre, c’est-à-dire une personne née homme et se déclarant désormais femme, affirme vouloir être la première transgenre à subir une transplantation d’utérus, « ovaires et ovules compris », issu d’un homme transgenre. Son objectif, après avoir eu « autant de relations sexuelles homosexuelles avec autant de femmes trans que nécessaire » : être la première femme transgenre à avorter.

    La vidéo a été une première fois diffusée dans l’émission The Megyn Kelly Show l’année dernière. Certains soupçonnent qu’il s’agisse d’une « fausse vidéo ». Peut-être. Mais n’est-elle pas révélatrice ?

    En effet, l’idéologie transgenre, en promouvant l’« identification » à un sexe donné, réhabilite tous les stéréotypes. Un petit garçon se détourne du foot et aime jouer à la poupée, il serait une petite fille ? Un homme s’« identifie » comme femme et il faudrait qu’il se fasse pousser les cheveux, porte des jupes et se maquille ? Et avorte, la pratique étant présenté comme « le » droit de la femme.

    Dans leur ouvrage Transmania, Dora Moutot et Marguerite Stern, qui mentionnent cette vidéo [2], interrogent : « au final la pilule contraceptive, l’avortement (soyons claires, nous sommes pour) et le transgenrisme ne seraient[-ils] pas des formes primitives du transhumanisme célébrées par des féministes qui pensent que la solution pour atteindre l’égalité est de dépasser les rôles biologiques » ? « La première étape du transhumanisme ne serait-elle pas après tout de faire disparaitre les différences entre hommes et femmes ? » « Seule la perception comptera, le goût de la vérité s’estompera, et plus personne ne se souciera du réel », prédisent-elles.

    Effacer l’homme et la femme, nier les différences entre les deux sexes, pouvoir s’« auto-déterminer » au nom du seul ressenti, mais rétablir les stéréotypes, jusqu’aux plus emblématiques (cf. La France inscrit l’avortement dans sa Constitution. Et ensuite ?).

    -------------------

    [1] Toronto Sun, Trans woman wants uterus transplant so she can be first ever to have abortion, Denett Wilford (11/06/2024)

    [2] Transmania, ed Magnus, p.346

  • Intelligence artificielle : le discours du pape au G7

    IMPRIMER

    LE PAPE FRANÇOIS PARTICIPE A LA SESSION DU G7 SUR L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE
    [13-15 juin 2024] 

    DISCOURS DU PAPE FRANÇOIS

    Borgo Egnazia (Pouilles, Italie)
    Vendredi 14 juin 2024

    (source)

    ________________________________________

    Un outil fascinant et redoutable

    Mesdames et Messieurs !

    Je m’adresse à vous aujourd’hui, dirigeants du Forum intergouvernemental du G7, pour vous présenter une réflexion sur les effets de l’intelligence artificielle sur l’avenir de l’humanité.

    « L’Écriture Sainte témoigne que Dieu a donné aux hommes son Esprit pour qu’ils aient “la sagesse, l’intelligence et la connaissance de toutes sortes de travaux” ( Ex 35, 31) » [1]. La science et la technologie sont donc les produits extraordinaires du potentiel créatif des êtres humains [2].

    Or c’est précisément l’utilisation de ce potentiel créatif donné par Dieu qui est à l’origine de l’intelligence artificielle.

    Cette dernière, comme on le sait, est un outil extrêmement puissant, utilisé dans de nombreux domaines de l’activité humaine : de la médecine au monde du travail, de la culture à la communication, de l’éducation à la politique. Et l’on peut désormais supposer que son utilisation influencera de plus en plus notre mode de vie, nos relations sociales et même, à l’avenir, la manière dont nous concevons notre identité en tant qu’êtres humains [3].

    Le thème de l’intelligence artificielle est cependant souvent perçu comme ambivalent : d’une part, il enthousiasme par les possibilités qu’il offre, d’autre part, il suscite la crainte par les conséquences qu’il laisse présager. À cet égard, on peut dire que nous sommes tous, à des degrés divers, traversés par deux émotions : nous sommes enthousiastes lorsque nous imaginons les progrès qui peuvent découler de l’intelligence artificielle, mais, en même temps, nous sommes effrayés lorsque nous voyons les dangers inhérents à son utilisation [4].

    Nous ne pouvons d’ailleurs douter que l’avènement de l’intelligence artificielle représente une véritable révolution cognitivo-industrielle qui contribuera à la création d’un nouveau système social caractérisé par de complexes transformations historiques. Par exemple, l’intelligence artificielle pourrait permettre la démocratisation de l’accès au savoir, le progrès exponentiel de la recherche scientifique, la possibilité de confier des travaux pénibles à des machines ; mais, en même temps, elle pourrait entraîner une plus grande injustice entre les pays riches et les pays en voie de développement, entre les classes sociales dominantes et les classes sociales opprimées, compromettant ainsi la possibilité d’une “culture de la rencontre” au profit d’une “culture du rejet”.

    L’ampleur de ces transformations complexes est évidemment liée au développement technologique rapide de l’intelligence artificielle elle-même.

    C’est précisément cette avancée technologique vigoureuse qui fait de l’intelligence artificielle un outil fascinant et redoutable et qui appelle une réflexion à la hauteur de la situation.

    Dans ce sens, on pourrait peut-être partir du constat que l’intelligence artificielle est avant tout un outil. Et il va de soi que les bienfaits ou les méfaits qu’elle apportera dépendront de son utilisation.

    C’est certainement vrai, puisqu’il en a été ainsi pour tous les outils construits par l’homme depuis la nuit des temps.

    Notre capacité à construire des outils, en quantité et complexité inégalées parmi les êtres vivants, fait parler d’une condition techno-humaine : l’être humain a toujours entretenu une relation avec l’environnement par l’intermédiaire des outils qu’il a progressivement produits. Il n’est pas possible de séparer l’histoire de l’homme et de la civilisation de l’histoire de ces outils. Certains ont voulu lire dans tout cela une sorte de manque, de déficit de l’être humain, comme si, en raison de ce déficit, il était contraint de donner vie à la technique [5]. Un regard attentif et objectif nous montre en fait le contraire. Nous vivons dans une condition d’ultériorité par rapport à notre être biologique ; nous sommes des êtres déséquilibrés par rapport à notre extérieur, voire radicalement ouverts sur l’au-delà. C’est de là que vient notre ouverture aux autres et à Dieu ; c’est de là que naît le potentiel créatif de notre intelligence en termes de culture et de beauté ; c’est de là finalement que provient notre capacité technique. La technologie est donc la trace de cette ultériorité.

    Cependant, l’utilisation de nos outils n’est pas toujours uniquement orientée vers le bien. Même si l’être humain sent en lui une vocation à l’au-delà et à la connaissance vécue comme instrument du bien au service des frères et sœurs et de la maison commune (cf. Gaudium et spes, n. 16), cela ne se produit pas toujours. Au contraire, il n’est pas rare que, précisément à cause de sa liberté radicale, l’humanité ait perverti les finalités de son être en se transformant en son propre ennemi ainsi que de la planète [6].Les outils technologiques peuvent connaître le même sort. Ce n’est que si leur vocation au service de l’humain est garantie que les outils technologiques révèleront non seulement la grandeur et la dignité unique de l’être humain, mais aussi le mandat qu’il a reçu de “cultiver et garder” (cf. Gn 2, 15) la planète et tous ses habitants. Parler de technologie, c’est parler de ce que signifie être humain et de notre condition unique entre liberté et responsabilité, c’est-à-dire parler d’éthique.

    Lire la suite

  • Vatican : Le Pape François s'exprime à nouveau sur l'admission des homosexuels dans les séminaires

    IMPRIMER

    De Walter Sánchez Silva sur CNA/ACI Prensa (NCR) :

    Vatican : Le Pape François s'exprime à nouveau sur l'admission des homosexuels dans les séminaires
    Parmi les sujets abordés, le Saint-Père a évoqué l'identité du prêtre et la beauté d'être prêtre.

    11 juin 2024

    Lors d'une rencontre mardi avec quelque 160 prêtres à l'Université pontificale salésienne, le pape François a de nouveau abordé la question de l'admission des homosexuels dans les séminaires. 

    Le Bureau de presse du Vatican a rapporté qu'au cours de la réunion à huis clos, le pape est revenu sur le sujet de l'admission des hommes "ayant des tendances homosexuelles dans les séminaires, réitérant la nécessité de les accueillir et de les accompagner dans l'Église et l'indication prudentielle du Dicastère pour le clergé concernant leur entrée au séminaire."

    La déclaration ne précise pas à quelle indication du Dicastère pour le Clergé le Saint-Père faisait référence.

    Selon l'instruction publiée en 2005 par la Congrégation pour l'éducation catholique de l'époque - l'actuel Dicastère pour la culture et l'éducation - l'Église "ne peut admettre au séminaire et dans les ordres sacrés ceux qui pratiquent l'homosexualité, présentent des tendances homosexuelles profondément enracinées ou soutiennent ce que l'on appelle la 'culture gay'".

    Le sujet a fait surface à plusieurs reprises au cours des dernières semaines. 

    Début juin, le journal italien Il Messagero a publié une lettre du Saint-Père adressée à un jeune homme exclu du séminaire en raison de son homosexualité, qu'il encourageait à "aller de l'avant" dans sa vocation.

    Le 20 mai, lors d'une autre réunion à huis clos avec les évêques italiens, le pape François aurait tenu des propos dérisoires sur la présence de l'homosexualité dans les séminaires. 

    En réponse aux articles de presse sur les propos présumés du pape, le Vatican a publié le 28 mai une déclaration indiquant que le pape François "n'a jamais eu l'intention d'offenser ou de s'exprimer en termes homophobes, et il présente ses excuses à ceux qui ont été offensés par l'utilisation d'un terme qui a été rapporté par d'autres".

    Selon le Bureau de presse du Saint-Siège, lors de la réunion du 11 juin, après les salutations de Mgr Michele di Tolve et un moment de prière, le pape François a entamé un dialogue avec les prêtres présents.

    Parmi les sujets abordés, le Saint-Père a évoqué l'identité du prêtre et la beauté d'être prêtre. Le Pape a cité le modèle du Père Lorenzo Milani comme "un grand, une lumière pour le prêtre italien".

    Le vaste débat a également porté sur l'importance d'accompagner ceux qui souffrent, en particulier les personnes âgées.

    Parmi les autres sujets abordés, citons la situation actuelle en Europe, en Terre Sainte, en Ukraine, au Myanmar et en République démocratique du Congo, entre autres.

    Il s'agissait de la troisième rencontre du pape François avec les prêtres de Rome en moins d'un mois. Le 14 mai, il a rencontré les prêtres les plus âgés et à la fin du mois, il a rendu visite aux plus jeunes.

    Ce que l'article ci-dessus ne mentionne pas, ce sont les propos où le pape évoque à nouveau en termes considérés comme insultants la présence des homosexuels au Vatican comme on peut le constater dans l'article de Jamie Tabberer repris ci-dessous :

    Le pape François utilise pour la deuxième fois une insulte contre les homosexuels - mais que signifie "frociaggine" ?

    Le pape a utilisé l'insulte anti-gay "frociaggine" en public pour la deuxième fois en quelques semaines, selon deux importantes agences de presse italiennes.

    Le pontife aurait de nouveau utilisé le terme mardi (11 juin 2024) lors d'une réunion avec des prêtres de l'Université pontificale salésienne à Rome.

    Le chef de l'Église catholique a déjà fait les gros titres lorsqu'il a utilisé ce mot lors d'une réunion avec des évêques au Vatican le mois dernier.

    Il s'est par la suite excusé, déclarant qu'il n'avait pas réalisé qu'il s'agissait d'un mot offensant.

    La nouvelle de l'utilisation de ce terme par le pape de 87 ans cette semaine est venue de sources anonymes citées par ANSA et Adnkronos.

    Un évêque est venu me voir et m'a dit : "Il y a trop de frociaggine ici au Vatican"", a déclaré le pape François selon le journal Corriere aujourd'hui (12 juin 2024).

    Vatican News a confirmé que le pape avait parlé des homosexuels lors de la réunion, mais n'a pas abordé l'utilisation qu'il avait faite de ce terme. Le pape "a parlé du danger des idéologies dans l'Église", selon le site d'information en ligne du Saint-Siège, réitérant que bien que l'Église accueille les personnes "ayant des tendances homosexuelles", elle doit faire preuve de "prudence".

    "Frociaggine", qui se traduit approximativement par "faggotry" en anglais, est un terme italien péjoratif désignant les homosexuels. Dérivé du mot "frocio" - argot désignant les homosexuels - il combine le suffixe "-aggine", qui dénote une qualité négative.

    Le pape a utilisé ce terme pour la première fois en public le lundi 20 mai 2024, lors de l'assemblée de la Conférence épiscopale italienne.

    Matteo Bruni, directeur du Saint-Siège, l'organe directeur de l'Église catholique, a déclaré par la suite dans un communiqué : "Le pape François est au courant des articles qui ont été publiés récemment concernant une conversation qu'il a eue avec des évêques... à huis clos."

    M. Bruni poursuit : "Comme il [le pape] l'a déclaré plus d'une fois, 'Dans l'Église, il y a de la place pour tout le monde - tout le monde ! Personne n'est inutile ou superflu, il y a de la place pour tout le monde, tel que nous sommes".

    La déclaration ajoute : "Le pape n'a jamais eu l'intention d'offenser ou d'utiliser un langage homophobe, et il présente ses excuses à tous ceux qui se sont sentis offensés [ou] blessés par l'utilisation d'un mot".

  • Est-ce que la pudeur a encore un avenir ?

    IMPRIMER

    De didoc.be (Julio Llorente) :

    Revendiquer la pudeur pour exalter la chair

    7 juin 2024

    Est-ce que la pudeur a encore un avenir ?

    José F. Peláez affirme que l’hiver est plus élégant que l’été, et moi qui aime beaucoup les températures élevées et les bouffées de chaleur estivales, je dois me ranger à son avis, à mon grand regret. Si la civilisation, comme l’a écrit quelqu’un, consiste moins à montrer qu’à cacher, moins à affirmer qu’à insinuer, l’été, la saison où on se découvre, n’est pas très civilisé : l’exhibitionnisme esthétique, les vêtements transparents, les débardeurs et les pieds nus abondent à cette époque de l’année. Et les optimistes qui célèbrent tout cela ne manquent pas : enfin libérés des religions qui méprisent la chair, nous célébrons finalement le corps comme beauté ! L’été serait ainsi l’apothéose d’une chair autrefois refoulée, le dépassement définitif d’une gnose qui identifiait corps et péché. Il n’y a plus rien à cacher !

    Je comprends l’euphorie de certains, mais j’ajouterai qu’elle repose sur une idée fausse. Elle repose sur l’idée que l’origine de la pudeur se trouve dans le rejet de la chair. Je ne suis pas d’accord. Seuls ceux qui bénissent les corps peuvent envisager quelque chose d’aussi étrange que de les couvrir. Je soupçonne que nous ne nous habillons pas pour cacher quelque chose de déshonorant, mais pour protéger quelque chose de sacré ; pas pour couvrir notre honte, mais pour sauvegarder notre intimité. Plutôt que du mépris du corps, l’acte de s’habiller découle de son exaltation. Le vêtement n’est pas un cercueil, mais un tabernacle. Il ne cache pas la poussière sous la moquette, mais il protège la pureté, comme les coffres.

    Je peux accepter que l’on impute à la pudeur le péché de donner trop d’importance à la chair ; mais je répondrai avec colère à celui qui dira qu’elle l’enlève. La pudeur, cette vieille vertu que les peuples du Nord, ivres de puritanisme, ont pervertie au point de la rendre odieuse, repose sur le postulat que les corps ne sont pas apparence, mais apparition ; pas superficialité, mais profondeur ; pas épiderme, mais intériorité. S’habiller est donc un jeu d’ombre et de lumière, de dévoilement et de dissimulation. Nous partageons une partie de notre intimité, qui est charnelle, mais nous la gardons aussi pour nous et pour ceux qui nous aiment. Nous la mettons à l’abri des regards indiscrets ou lascifs ; nous la protégeons d’une hypothétique profanation. Nous refusons l’exhibitionnisme pour la même raison que nous refusons la burqa : il annule la tension, il modifie les règles du jeu. Dans un cas, on masque à peine, dans l’autre, c’est tout juste si on se montre.

    Mais, comme je l’ai déjà suggéré, la pudeur n’est pas seulement une question d’habillement, c’est aussi une question de regard. La saison où on se découvre, avec nos quatre membres à l’air, est en fait une occasion spéciale de la purifier. L’impudicité de certains n’est donc qu’une occasion pour la pudeur de tous. L’homme modeste évite la tentation de considérer le corps comme une simple superficialité ; il résiste, comme un Quichotte contre les signes des temps, à le rabaisser au rang de simple amas de cellules, de tissus, d’organes. Et il connaît, grâce à sa hardiesse, des plaisirs que l’homme surexcité ne peut pas même imaginer. Il découvre une beauté physique, je dirais strictement charnelle, même chez la femme la moins gracieuse, car il apprécie dans l’extérieur une intériorité qui transparaît, un moi qui déborde. Son regard élève et n’abaisse pas, rehausse et ne déshabille pas, sanctifie et ne souille pas. L’homme modeste aiguise son regard et entrevoit dans le corps une âme qui se trémousse. Il investit l’exhibitionniste de la dignité sacrée dont lui-même, sans vergogne et contre toute logique, se dépossède. Higinio Marín dit que « la superficie de nos corps est tout sauf superficielle ». Les gens modestes célèbrent son aphorisme et habillent généreusement de leur regard tous ceux qui profitent de la chaleur pour s’exhiber.

    Qu’on ne s’y trompe donc pas. Si nous devons mener pendant l’été une guerre pour la dignité, ce n’est pas parce que nous haïssons la chair, loin de là, mais parce que nous l’aimons. Parce que, comme nos ancêtres, nous apprécions en elle l’expression d’une intériorité qui ne doit pas s’exhiber à la légère.

    Julio Llorente est journaliste. Source : https://alfayomega.es/reivindicar-el-pudor-para-exaltar-la-carne/. Ce texte a été traduit de l’espagnol par Stéphane Seminckx.

  • La FAFCE écrit une lettre ouverte aux députés européens élus pour la législature 2024-2029 du Parlement européen

    IMPRIMER

    COMMUNIQUE DE PRESSE

    La FAFCE écrit une lettre ouverte aux députés européens élus pour la législature 2024-2029 du Parlement européen

    Bruxelles, 11 juin 2024

    Ce lundi dernier, la Fédération des associations familiales catholiques en Europe (FAFCE) a écrit une lettre ouverte à tous les députés européens élus après les élections du Parlement européen de 2024, signée par le président de la FAFCE, Vincenzo Bassi, au nom de ses organisations membres à travers le continent.

    Cette lettre fait suite à la diffusion d'une boîte à outils politique détaillant les priorités de la nouvelle législature, du point de vue de la famille. Les cinq domaines mis en avant sont l'hiver démographique, la famille en tant qu'investissement, l'équilibre travail-famille, la protection des enfants et l'écologie intégrale.

    Lettre ouverte à tous les élus du Parlement européen

    Chère députée, cher député,

    Félicitations pour votre élection ! Les citoyens européens vous ont confié l'honneur de les représenter pour cette cinq ans législature. C'est une grande responsabilité pour l'avenir de l'Europe et pour les familles européennes.

    A cette occasion, au nom de toutes les organisations membres de la Fédération des Associations Familiales Catholiques en Europe (FAFCE), je voudrais partager avec vous quelques-unes de nos réflexions et propositions pour ce mandat, que vous pourrez trouver dans la boîte à outils que nous avons préparée dans le but d’inspirer votre activité législative.

    1. L'Europe est plongée dans un hiver démographique qui constitue un défi pour les générations futures.

    Les défis démographiques doivent reposer sur le principe de la solidarité intergénérationnelle, en mettant l'accent sur la promotion des réseaux familiaux en tant qu'antidote à la solitude : Les familles sont le trésor de l'Europe. Je voudrais vous inviter à soutenir, promouvoir et garantir la renomination d'un commissaire européen en charge du sujet de la démographie, doté de ressources suffisantes pour mettre en place une coopération intergouvernementale en vue de relever ces défis. J'aimerais également proposer de créer et de rejoindre un intergroupe du Parlement européen sur « la démographie, l'équilibre travail-famille et les générations futures », en vertu de l'article 35 du Règlement.

    2. Les familles jouent un rôle central dans la formation de nos sociétés et constituent un investissement pour l'avenir de l'Europe

    Investir dans les familles, c'est investir dans l'avenir. C'est la raison pour laquelle les politiques familiales devraient être considérées comme des investissements dans la balance des comptes des États, et non comme des coûts. Je vous invite à promouvoir et à participer à une réflexion européenne de haut niveau et au sein du Parlement européen sur la réforme des critères macroéconomiques des politiques familiales.

    3. L'équilibre travail-famille devrait être la clé des politiques d'égalité de traitement

    Les États membres sont compétents en matière de politiques familiales et le principe de subsidiarité doit toujours être respecté pour le bien de l'Union européenne. Cependant, l'Europe peut promouvoir l'équilibre travail-famille en reconnaissant le droit à la déconnexion et le dimanche comme jour de repos commun en Europe. Il existe également quatre directives pertinentes qui peuvent être révisées afin d'améliorer l'équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée des familles.

    4. Nos enfants sont l'avenir de l'Europe et leur protection doit être une priorité

    Nos enfants sont notre avenir. Les nouvelles générations sont confrontées à des risques croissants liés à l'évolution rapide de notre époque. La numérisation aide les sociétés à bien des égards, mais il est nécessaire d'en faire un usage responsable pour éviter les effets secondaires destructeurs.

    Dans cette optique, nous aimerions proposer de reconnaître la consommation de pornographie comme un problème de santé publique et de l'introduire comme une forme d'abus sexuel sur les enfants dans la proposition de directive de la Commission relative à la lutte contre les abus sexuels sur les enfants. En outre, je vous invite à soutenir l'initiative de la European Child Shield Platform, car ses membres très divers font un travail fructueux en rassemblant des données et en proposant des solutions aux conséquences sur la santé physique et mentale de nos générations futures.

    En outre, nous vous invitons à soutenir une convention internationale pour l'abolition de la maternité de substitution, inspirée de la déclaration de Casablanca, car la maternité de substitution est une forme de traite des enfants et d'exploitation des femmes.

    Enfin, nous aimerions vous proposer, en tant que membre du Parlement européen, de promouvoir une institution véritablement inclusive, par la création d'un organe représentatif au sein du Parlement européen pour les personnes handicapées et les personnes ayant des besoins particuliers.

    5. La Création souffre et les familles sont la clé de l'écologie humaine intégrale

    Il n'y a pas de développement durable sans familles. Comme le rappelle la résolution de notre dernière réunion de printemps du Conseil de Présidence, « l'écologie humaine intégrale implique une approche holistique de la complexité des problèmes écologiques, unissant les dimensions culturelles, politiques, sociales et économiques de cette réalité ». Je vous invite à placer les familles au centre de la solution pour protéger la Création et prévenir une dégradation catastrophique de l'environnement.

    La FAFCE souhaite mettre à disposition son expérience en Europe et ses idées issues de la base de nos associations membres sur tout le continent.

    La FAFCE souhaite contribuer à la résolution des défis actuels et être la voix des familles. Nous serons très heureux de coopérer avec vous pendant votre mandat.

    Notre équipe basée à Bruxelles et moi-même restons à votre disposition et vous souhaitons un mandat fructueux pour les familles.

    Je vous adresse mes meilleurs vœux,

    Vincenzo Bassi, Président de la FAFCE

    The Federation of Catholic Family Associations in Europe represents 33 national and local organisations: we are the voice of families from a Catholic perspective at the European level. FACE holds a participatory status with the Council of Europe since 2001 and is a member of the Fundamental Rights Platform of the European Union. 

  • Comment l’OMS fait tout pour limiter la démographie mondiale

    IMPRIMER

    Du site de l'ECLJ :

    Publié par l’Harmattan et écrit par notre chercheur associé, Louis-Marie Bonneau, sous la direction de Grégor Puppinck, avec une préface de Giuseppe Benagiano:

    L'OMS ET LE PROGRAMME DE REPRODUCTION HUMAINE, 1950-2020 : 70 ans de politique démographique

    Commander le livre sur le site de l'Harmattan.

    Il s’agit de la première étude historique complète sur le plus grand programme de l’ONU visant à limiter et contrôler la croissance de la population mondiale.

    Qu’est-ce que le HRP?

    Comme vous le savez peut-être, Paul R. Ehrlich a publié en 1968 le best-seller "La bombe démographique" (The Population Bomb). La thèse catastrophiste de ce livre était que la croissance de la population mondiale conduirait à une famine dans les années 70 et 80, entraînant la mort de centaines de millions de personnes et à l’effondrement de l’humanité dans une guerre thermonucléaire… à moins que des mesures drastiques ne fussent prises pour limiter la croissance de la population.

    Le « Programme de reproduction humaine » (Human Reproduction Programme, HRP) fut la réponse de l’ONU à cette soi-disant menace démographique.

    Pendant plus de cinq décennies, le HRP a pris des mesures pour mettre au point des abortifs et des contraceptifs, dont plusieurs sont largement utilisés aujourd’hui, tout en promouvant ces produits sous un discours de progrès pour les femmes et les droits de l’homme.

    Le HRP a commencé ses activités avec des millions de dollars provenant des pays occidentaux et de puissantes fondations privées (Ford, IPPF...), en tant qu’autorité scientifique mondiale. Le programme a produit de nombreuses lignes directrices et guides pour influencer les politiques publiques en matière de « santé sexuelle et reproductive ». Il a largement contribué au développement de différentes méthodes contraceptives et abortives utilisées aujourd’hui, comme la pilule du lendemain, les dispositifs intra-utérins, les produits stérilisants et l’avortement médicamenteux par mifépristone et misoprostol. Il a aussi travaillé au développement de produits qui, aujourd’hui, ne sont pas encore sur le marché, comme les vaccins contraceptifs. Le HRP a ainsi joué un rôle clé dans le développement de ces méthodes et pour leur acceptabilité sociale.

    Depuis les années 2010, alors que les financements privés ont pris le pas sur les financements étatiques, le HRP a progressivement abandonné ses activités scientifiques pour se concentrer davantage sur les questions de liberté sexuelle. Nous vous avions expliqué il y a 2 ans, comment le HRP promouvait l’avortement à la demande et sans condition jusqu’au terme de la grossesse. Il continue aujourd’hui encore, de faire des recommandations aux pays qui les reçoivent avec l’autorité scientifique de l’OMS.

    Ce livre, rédigé à partir de témoignages et de documents officiels, révèle l’importance de ce programme de reproduction. Nous en discutons dans cette nouvelle vidéo ci-dessus, avec Louis-Marie Bonneau.

  • Fiducia Supplicans : trop « en phase avec l'esprit du temps » selon Mgr Mutsaerts

    IMPRIMER

    D'AC Wimmer sur CNA :

    Évêque néerlandais : Fiducia Supplicans est trop « en phase avec l'esprit du temps ».

    7 juin 2024

    Un évêque néerlandais a décrit la déclaration Fiducia Supplicans du Vatican, qui autorise les bénédictions non liturgiques des couples homosexuels, comme une tentative de « faire la paix avec une société séculière ».

    Cependant, l'évêque auxiliaire Rob Mutsaerts du diocèse de 's-Hertogenbosch aux Pays-Bas a mis en garde : « La paix au détriment de la morale et de la vérité » est une « paix sans pitié que l'on peut imaginer ».  

    "Dieu aime tout le monde. Il aime tous les pécheurs, mais il déteste vos péchés. Il espère ardemment que vous reviendrez à lui, tout comme il a espéré le retour du fils prodigue. Il ne veut rien de plus que vous partager son amour", écrit Mutsaerts dans l'avant-propos d'un nouveau livre qui s'attaque à la déclaration.

    Intitulé « The Breached Dam : The Fiducia Supplicans Surrender to the Homosexual Movement », le livre a été écrit par José Antonio Ureta et Julio Loredo de Izcue.

    Les deux auteurs sont affiliés à l'association Tradition, famille et propriété. Ureta, en particulier, a été un critique virulent du pontificat du pape François ces dernières années.

    Depuis 2019, Mutsaerts publie sur son blog, « Paarse Pepers », des articles qui ne mâchent pas leurs mots. Les posts précédents comprenaient des critiques acerbes du synode d'Amazonie, de l'exhortation apostolique Amoris Laetitia du pape François et de la « cancel culture ».

    Dans son avant-propos, le prélat néerlandais a accusé Fiducia Supplicans de ne pas aborder « la dimension morale de la relation », au lieu d'être plus « en phase avec l'air du temps » qui ne reconnaît pas que « la miséricorde existe parce que le péché existe. »

    "Tout le monde est-il le bienvenu ? Certainement. Mais pas sans condition. Dieu a des exigences. Toute la Bible pourrait se résumer à un appel à la repentance et à une promesse de pardon. L'un ne peut être séparé de l'autre. Tout le monde est le bienvenu, mais tout le monde n'accepte pas l'invitation", écrit Mutsaerts, 66 ans.

    Publié juste avant Noël 2023, Fiducia Supplicans a suscité des réactions mitigées et de profondes divisions parmi les évêques catholiques du monde entier.

    Si les partisans du document l'ont accueilli favorablement, les détracteurs du décret controversé ont soulevé différentes préoccupations, notamment un prétendu manque de synodalité et même une tentative de « colonisation culturelle » en Afrique.

    Malgré les éclaircissements apportés par le dicastère pour la doctrine de la foi, le décret a également provoqué une rupture avec l'Église copte orthodoxe.

    Le pape François a répondu publiquement à certaines questions soulevées au sujet de Fiducia Supplicans. Lors d'un débat télévisé italien en janvier, le pape a souligné que « le Seigneur bénit tout le monde » et qu'une bénédiction est une invitation à entrer dans une conversation « pour voir quel est le chemin que le Seigneur leur propose ». « Le Seigneur bénit tous ceux qui sont capables d'être baptisés, c'est-à-dire toutes les personnes », a répété François. 

    Interrogé sur le fait qu'il s'était « senti seul » après que Fiducia Supplicans ait rencontré une certaine résistance, le pontife de 87 ans a répondu : « Parfois, les décisions ne sont pas acceptées; "Mais dans la plupart des cas, quand on n'accepte pas une décision, c'est parce qu'on ne la comprend pas.»

  • Elections : que proposent les partis en matière bioéthique?

    IMPRIMER

    Du site de l'Institut Européen de Bioéthique :

    Bandeau ieb

    ELECTIONS 2024

    Découvrez les positions des partis sur les sujets bioéthiques

    Quelles sont les positions des partis politiques belges sur la procréation artificielle (PMA), sur la pratique des mères porteuses (GPA), sur l'avortement ou encore l'euthanasie ? 

    Le succès de notre conférence en ligne la semaine dernière confirme l'importance cruciale de ces sujets pour de nombreux citoyens.

    Sensibiliser le grand public aux enjeux bioéthiques implique pour notre Institut de proposer des mesures en faveur d'une société plus respectueuse de la personne humaine, quelles que soient ses vulnérabilités.

    Retrouvez ci-dessous les vidéos de la conférence par thématique, avec le bilan de la législature et les propositions des partis, confrontées aux priorités portées par l'IEB.

    Un tableau comparatif (résumé ou détaillé) vous est également proposé sur notre site internet.

    Avortement

    Procréation artificielle

    Gestation pour autrui

    Protection de la maternité

    Avortement

    Soins palliatifs

    Euthanasie

    Retrouvez sur notre site les tableaux comparatifs (synthétiques et détaillés) des positions des partis sur les différents thèmes bioéthiques. 

    Tableaux comparatifs des programmes

    Certains partis sont attachés à la liberté de vote en matière éthique et n'imposent pas de consigne de parti à leurs élus. 

    Dans ce cas, il est intéressant pour l’électeur de s’interroger sur la position de chaque candidat et de s’exprimer en faveur de ceux qui rejoignent sa conception quant au respect de la vie humaine et de la dignité de chaque personne.