Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Doctrine Sociale

  • Une énième interview fleuve du pape

    IMPRIMER

    Interview du Pape François à l'agence de presse argentine Télam, avec la journaliste Bernarda Lorente., publiée le 1er juillet 2022.

    Le pape a accordé une très longue interview à l'Agence d'information argentine TELAM (traduction automatique) :

    "ON NE SORT PAS D'UNE CRISE PAR NOUS-MÊMES : NOUS DEVONS PRENDRE DES RISQUES ET PRENDRE LA MAIN DE L'AUTRE"

    par Bernarda Llorente

    01.07.2022

    Dehors, le soleil de plomb ne semble pas décourager les milliers de touristes qui, en plein soleil, partagent des files interminables pour entrer dans la Cité du Vatican. À quelques mètres de là, à la Casa Santa Marta, malgré son emploi du temps chargé, il avance pas à pas. Des mouvements étranges annoncent son arrivée.

    François, sa Sainteté, le pape argentin, l'un des leaders qui fixent l'agenda social et politique du monde, s'avance vers moi avec un sourire radieux sur le visage. Il a l'air complètement remis. Conscient de toutes les transformations mises en place pendant ses neuf années de papauté et avec une vision à long terme concernant l'avenir de l'humanité, la foi et le besoin de nouvelles réponses. Alors que nous entrons ensemble dans la salle où aura lieu, pendant une heure et demie, la conversation exclusive avec Télam (l'agence de presse nationale argentine), je sais que ce 20 juin est un jour exceptionnel et unique pour moi.

    - François, vous avez été l'une des voix les plus importantes dans un moment d'extrême solitude et de peur dans le monde, pendant la pandémie. Vous l'avez définie comme les limites d'un monde en crise économique, sociale et politique. Et vous avez ajouté : "Nous ne sortons pas d'une crise comme avant. Nous en sortons soit meilleurs, soit pires". Dans quel sens pensez-vous que nous sortons de cette crise ? Où allons-nous ? 

    - Je ne l'apprécie pas particulièrement. Nous avons progressé sur certains aspects, mais, en général, je n'aime pas ça parce que c'est devenu sélectif. Le simple fait que l'Afrique ne dispose pas de nombreux vaccins ou d'un nombre minimum de doses signifie que le salut contre la maladie a été rationné par d'autres intérêts. Le fait que l'Afrique ait besoin de vaccins indique que quelque chose n'a pas bien fonctionné.

    Quand je dis que nous ne sortons jamais d'une crise comme avant, c'est parce que la crise nous change nécessairement. Plus encore, les crises sont des moments de la vie où l'on fait un pas en avant. Il y a la crise de l'adolescence, la crise du passage à l'âge adulte, la crise de la quarantaine. Une crise vous fait bouger, vous fait danser. Nous devons apprendre à prendre nos responsabilités, car si nous ne le faisons pas, elles deviennent un conflit. Et le conflit est une chose fermée, le conflit cherche la réponse en lui-même, il se détruit. Au contraire, une crise est nécessairement ouverte, elle vous fait grandir. Une des choses les plus sérieuses dans la vie, c'est de savoir traverser une crise, pas avec de l'amertume. Comment avons-nous vécu cette crise ?

    Chaque personne a fait ce qu'elle pouvait. Il y a eu des héros. Je peux parler de ce qui était le plus proche de moi : des médecins, des infirmières, des prêtres, des religieuses, des laïcs qui ont donné leur vie. Certains d'entre eux sont morts. Je crois que plus de soixante d'entre eux sont morts en Italie. L'une des choses que nous avons vues pendant cette crise, ce sont des gens qui ont donné leur vie. Les prêtres ont également fait un excellent travail, en général, parce que les églises étaient fermées, mais ils appelaient les gens par téléphone. Les jeunes prêtres demandaient aux personnes âgées ce dont elles avaient besoin au marché ou leur achetaient des produits d'épicerie. Je veux dire que les crises vous font faire preuve de solidarité, parce que tout le monde traverse la même crise. Et nous grandissons à partir de cela.

    Lire la suite

  • Les néo-chrétiens de gauche s’organisent en Belgique

    IMPRIMER

    De Théo Moy sur le site du journal La Croix :

    Embryonnaires mais déterminés, les néo-chrétiens de gauche s’organisent en Belgique 

    Enquête 

    Du 29 au 31 juillet, une soixantaine de chrétiens attachés à la justice sociale se réunissent à Beauraing, en Belgique. Une université d’été qui intervient alors que des initiatives de jeunes croyants plus critiques du « système capitaliste » émergent ces dernières années, souvent encouragées par les crises que traverse l’Église.

    29/06/2022

    Dans le mouvement des néo-chrétiens de gauche, la Belgique n’est pas en reste. Du 29 au 31 juillet, un groupe de doctorants et jeunes actifs impliqués dans l’Église organise une université d’été autour de la question : « Que peuvent faire les chrétiens pour œuvrer au bien commun ? ».

    L’événement doit se tenir en pleine nature, à Quartier Gallet, un lieu de retraite créé dans l’esprit de la communion de La Viale et situé sur la commune de Beauraing, à 50 km au sud de Namur, à la frontière avec les Ardennes françaises. Pendant trois jours, la soixantaine de personnes attendues doit assister à des conférences sur le capitalisme ou la théologie de la libération, partager des « moments de fraternité et de prière » et tisser des liens entre chrétiens attachés à la justice sociale.

    Renouer avec la tradition sociale

    L’idée de ce rassemblement a germé dans l’esprit de Jean-Baptiste, Matthias, Julien et quelques autres, tous amis de longue date, à partir du constat d’un « manque » dans les propositions de l’Église catholique. « Dans les retraites ou les camps, il peut y avoir des topos sur l’engagement moral dans la société, mais ça ne va pas plus loin », regrette Jean-Baptiste, doctorant en philosophie de la technologie à l’Université catholique de Louvain et catéchiste dans sa paroisse. Eux partagent le constat d’une « origine structurelle de la pauvreté, de la crise écologique », et pensent que les ressources chrétiennes fournissent des outils conceptuels permettant de construire une critique cohérente du « système capitaliste ».

    L’enjeu, pour Jean-Baptiste, est de « penser comment l’Église peut renouer avec sa tradition sociale alors qu’elle s’embourgeoise ». Parmi les événements qui les ont poussés à lancer cette initiative, ils citent en premier la crise des abus révélés par la Ciase« J’ai l’impression que les scandales m’ont désinhibé », explique Matthias, doctorant en droit engagé sur les enjeux de justice environnementale. « Avant, je ne me sentais pas légitime à ouvrir certains débats, mais je pense que désormais les laïcs doivent prendre la parole, explique-t-il, on ne peut plus laisser aux seuls clercs la gouvernance de l’Église. »

    Lire la suite

  • "Il y a de moins en moins d'enfants qui naissent, et cela signifie appauvrir l'avenir de tous" (pape François)

    IMPRIMER

    Lu sur Avvenire.net :

    Taux de natalité. Le Pape : des mesures concrètes pour inverser l'hiver démographique

    12 mai 2022

    Les Etats Généraux de la natalité en cours à Rome. "De moins en moins d'enfants naissent et cela signifie un appauvrissement de l'avenir de tous : l'Italie, l'Europe et l'Occident appauvrissent leur avenir."  

    Les États généraux de la naissance, la manifestation italienne consacrée au thème de l'avenir et de la naissance organisée par la Fondazione per la natalità, présidée par Gigi De Palo, président national du Forum des associations familiales, ont débuté ce matin. Rendez-vous aujourd'hui et demain à Rome, à l'Auditorium della Conciliazione, pour examiner le défi de l'hiver démographique, promouvoir les thèmes de l'harmonisation travail-famille dans les entreprises et promouvoir un pacte pour la natalité.

    Lors de l'ouverture, le message envoyé par le Pape François a été lu.

    "Chers frères et sœurs,

    Je vous salue avec affection, désolé de ne pouvoir être parmi vous physiquement cette année. Mais je suivrai vos travaux avec attention, car la question de la natalité est une véritable urgence sociale. Il n'est pas immédiatement perceptible, comme d'autres problèmes qui occupent l'actualité, mais il est très urgent : il y a de moins en moins d'enfants qui naissent, et cela signifie appauvrir l'avenir de tous ; l'Italie, l'Europe et l'Occident appauvrissent leur avenir.

    Il existe en Occident une périphérie existentielle qui n'est pas immédiatement perceptible. C'est celle des femmes et des hommes qui ont le désir d'un enfant, mais qui ne peuvent le réaliser. De nombreux jeunes ont du mal à réaliser leur rêve familial. Ainsi, ils abaissent la barre du désir et se contentent de substituts médiocres, comme les affaires, la voiture, les voyages, la garde jalouse du temps libre... La beauté d'une famille riche en enfants risque de devenir une utopie, un rêve difficile à réaliser.

    C'est une nouvelle pauvreté qui m'effraie. C'est la pauvreté génératrice de ceux qui escamotent le désir de bonheur dans leur cœur, de ceux qui se résignent à édulcorer leurs plus grandes aspirations, de ceux qui se contentent de peu et cessent d'espérer de grandes choses. Oui, c'est une pauvreté tragique, car elle touche l'être humain dans sa plus grande richesse : mettre des vies au monde pour en prendre soin, transmettre avec amour l'existence qu'il a reçue à d'autres.

    Ne pas voir le problème de l'absence d'enfants est une attitude myope ; c'est renoncer à voir loin, à regarder devant soi. C'est se détourner, en pensant que les problèmes sont toujours trop complexes et qu'on ne peut rien faire. C'est, en un mot, l'abandon. C'est pourquoi j'aime le titre de votre événement, organisé par la Natality Foundation et promu par le Family Forum : "It can be done". C'est le titre de ceux qui ne démissionnent pas. C'est le titre de ceux qui espèrent contre toute attente, contre des chiffres qui se dégradent inexorablement d'année en année. Cela peut se faire en n'acceptant pas passivement que les choses ne peuvent pas changer.

    Chers amis, les choses peuvent changer si, sans crainte, au-delà des intérêts partisans et des barrières idéologiques, nous travaillons ensemble. C'est pourquoi je souhaite qu'à tous les niveaux - institutionnel, médiatique, culturel, économique et social - des politiques concrètes visant à relancer la natalité et la famille soient promues, améliorées et mises en œuvre. Je pense à vous et j'aime voir comment la question de la natalité est capable d'unir et non de diviser. Entreprises, banques, associations, syndicats, sportifs, acteurs, écrivains, hommes politiques, tous réunis pour réfléchir à la manière de recommencer à espérer en la vie.

    Les données, les prévisions, les chiffres sont désormais connus de tous : nous avons besoin de concret. Il est temps de donner de vraies réponses aux familles et aux jeunes : l'espoir ne peut et ne doit pas mourir d'attente. Je demande à Dieu de bénir votre engagement. Je suis près de vous et je vous encourage, pour qu'ensemble nous puissions inverser le cours de ce froid hiver démographique. Merci. C'est possible !".

  • Pour faire face à l'hiver démographique, Rome accueille ces 12 et 13 mai les États Généraux de la Natalité

    IMPRIMER

    D'Adélaïde Patrignani sur Vatican News :

    L’hiver démographique en Occident est une «pauvreté tragique» selon François

    Rome accueille ces 12 et 13 mai les États Généraux de la Natalité, un évènement visant à proposer des pistes afin de combattre l’hiver démographique dans lequel est plongée la péninsule italienne et une large partie de l’Europe. Dans un message publié à cette occasion, le Pape François redit son inquiétude face à ce phénomène et demande des «politiques concrètes visant à relancer la natalité et la famille».

    Personnalités renommées du monde de la politique, des sciences, du journalisme, de la sociologie, de la culture, ou encore des affaires, du spectacle et du sport: l’ample liste des intervenants aux États Généraux de la Natalité – initiés par Gigi de Palo, président du Forum des Associations Familiales – débutant ce jeudi 12 mai à Rome montre que l’évolution de la démographie italienne n’est plus une préoccupation de l’Église catholique seulement. Toute la société se mobilise face à cet «hiver» qui assombrit l’avenir de la péninsule.

    En Italie, le déclin de la population amorcé en 2015 a été accentué par les effets de l'épidémie de Covid-19. Les chiffres enregistrés en 2021 n’ont jamais atteint de tels niveaux depuis la fin de la Seconde guerre mondiale: peu de naissances (399 431, soit -31% par rapport à 2008), et presque deux fois plus de décès (746 000). Sur près de 59 millions d’habitants, 10,5 millions ont entre 0 et 19 ans, tandis que 17,9 millions ont 60 ans ou plus. Cette tendance a des conséquences directes sur le système scolaire, la santé publique et les retraites, et pèse de manière générale sur toute l’économie du pays.

    Le Pape encourage les familles et s’inquiète de «l’hiver démographique»

    Le Saint-Père, qui a déjà plusieurs fois manifesté son inquiétude face au recul de la démographie en Occident, voit dans ce phénomène une «périphérie existentielle». «C'est celle des femmes et des hommes qui ont le désir d'un enfant, mais qui ne peuvent le réaliser. De nombreux jeunes ont du mal à réaliser leur rêve familial», constate-t-il. Alors ils «abaissent la barre du désir et se contentent de substituts médiocres, comme les affaires, la voiture, les voyages, la garde jalouse du temps libre... La beauté d'une famille riche en enfants risque de devenir une utopie, un rêve difficile à réaliser», regrette le Souverain Pontife.

    Cette évolution est «une nouvelle pauvreté qui m'effraie», confie François. Elle émane selon lui de «ceux qui escamotent le désir de bonheur dans leur cœur, de ceux qui se résignent à édulcorer leurs plus grandes aspirations, de ceux qui se contentent de peu et cessent d'espérer de grandes choses». «Oui, c'est une pauvreté tragique, car elle touche l'être humain dans sa plus grande richesse: mettre des vies au monde pour en prendre soin, transmettre avec amour l'existence qu'il a reçue à d'autres», poursuit-il.

    Le Pape François a poursuivi ce mercredi 5 janvier son cycle de catéchèses sur la figure de saint Joseph, vu comme père putatif de Jésus. L’occasion pour le Saint-Père de proposer ...

    Contre une attitude myope

    Le Pape considère que ne pas voir «le problème de l'absence de naissance est une attitude myope; c'est renoncer à voir loin, à regarder devant soi». «C'est se détourner, en pensant que les problèmes sont toujours trop complexes et qu'on ne peut rien faire. C'est, en un mot, l'abandon», résume-t-il avec force. L’évêque de Rome invite au contraire à ne pas accepter «passivement que les choses ne peuvent pas changer».

    Sortir du déclin démographique est possible si «au-delà des intérêts partisans et des barrières idéologiques, nous travaillons ensemble», assure le Pape, qui invite à des «politiques concrètes visant à relancer la natalité et la famille», et impliquant tous les niveaux - institutionnel, médiatique, culturel, économique et social. «Je pense à vous et j'aime voir comment la question de la natalité est capable d'unir et non de diviser», écrit François aux participants à ces États Généraux.

    «Les données, les prévisions, les chiffres sont désormais connus de tous : nous avons besoin de concret. Il est temps de donner de vraies réponses aux familles et aux jeunes : l'espoir ne peut et ne doit pas mourir d'attente», déclare enfin le Souverain Pontife, certain que «c'est possible».

  • Le pape insiste sur la famille comme source et origine de l’ordre social et comme cellule vitale de la société

    IMPRIMER

    De Donatien Nyembo SJ, sur Vatican News :

    François: redécouvrir la beauté de la famille

    En s’adressant aux participants à la session plénière de l'Académie pontificale des sciences sociales, le Pape François a exhorté à la découverte de la valeur de la famille comme source et origine de l’ordre social et comme cellule vitale d'une société fraternelle capable de prendre soin de la maison commune.

    Ce vendredi 29 avril, le Pape François a reçu en audience les participants à la session plénière de l’Académie pontificale des sciences sociales sur la réalité de la famille. Dans le message qu’il adressé à ses hôtes, François a proposé une réflexion en vue de la redécouverte de la valeur de la famille. Il remarque tout d’abord que les changements sociaux modifient les conditions de vie du mariage et des familles dans le monde entier. De plus, ajoute-il, «le contexte actuel de crises prolongées et multiples met à mal les projets de familles stables et heureuses».

    La famille au sommet de l’échelle des valeurs

    Pour l’évêque de Rome, la famille est presque toujours au sommet de l'échelle des valeurs des différents peuples, car «elle est inscrite dans la nature même de la femme et de l'homme». En ce sens, estime le Pape, le mariage et la famille ne sont pas des institutions purement humaines, malgré les nombreux changements qu'ils ont subis au cours des siècles et les différences culturelles et spirituelles entre les peuples.

    Cependant, «si cette valeur est vécue de manière individualiste et privée, comme c'est en partie le cas en Occident, la famille peut être isolée et fragmentée dans le contexte de la société», avertit le Pape. A en croire François, les fonctions sociales que la famille remplit entre les individus et dans la communauté sont perdues, surtout en ce qui concerne les plus faibles, comme les enfants, les personnes handicapées et les personnes âgées dépendantes.

    La famille, lien de perfection mutuelle

    Pour le successeur de Pierre, la famille est bonne pour la société, non pas dans la mesure où elle est une simple agrégation d'individus, mais dans la mesure où elle est une relation fondée sur un «lien de perfection mutuelle», selon l’expression de saint Paul (cf. Col 3, 12-14). En d’autres termes, «le bien de la famille n'est pas de type agrégatif, c'est-à-dire qu'il ne consiste pas à agréger les ressources des individus pour augmenter l'utilité de chacun, mais c'est un lien relationnel de perfection, qui consiste à partager des relations d'amour fidèle, de confiance, de coopération, de réciprocité, d'où découlent les biens des individus membres de la famille et, donc, leur bonheur».

    Ainsi comprise, la famille, qui est un bien relationnel en soi, devient également la source de nombreux biens et relations pour la communauté, tels qu'une bonne relation avec l'État et les autres associations de la société, la solidarité entre les familles, l'accueil des personnes en difficulté, la prise en charge des plus démunis, la lutte contre les processus d'appauvrissement, etc.

    La famille, lieu d’accueil

    Le souverain pontife a insisté sur le fait que la famille est véritablement un lieu d’accueil, aspect particulièrement évident dans les familles dont certains membres sont fragiles ou handicapés. La famille, a déclaré le Pape, «est le principal antidote à la pauvreté, tant matérielle que spirituelle, comme elle l'est aussi au problème de l'hiver démographique ou de la maternité et de la paternité irresponsables.»

    Pour découvrir la beauté de la famille

    François définit quelques conditions pour redécouvrir la beauté de la famille. «La première est d'enlever de l'œil de l'esprit la "cataracte" des idéologies qui nous empêchent de voir la réalité». «La deuxième condition est la redécouverte de la correspondance entre le mariage naturel et le mariage sacramentel». «La troisième condition est, comme le rappelle Amoris laetitia, la conscience que la grâce du sacrement du mariage - qui est le sacrement social par excellence - guérit et élève toute la société humaine et est un ferment de fraternité», a conclu le Souverain pontife. 

  • Comment être « aussi chrétien que possible » devant le problème de la guerre et de la paix ?

    IMPRIMER

    De Dominique Greiner sur le site du journal La Croix :

    « Pax Nostra », les chrétiens face à la guerre 

    Pour définir l’attitude à adopter devant l’actualité sociale et historique, le philosophe et théologien jésuite Gaston Fessard met en œuvre une méthode de discernement. Un livre de 1936 qui résonne avec notre époque.,

    20/04/2022

    Pax Nostra, examen de conscience international

    de Gaston Fessard

    Nouvelle édition présentée et augmentée par Giulio de Ligio et Frédéric Louzeau

    Cerf, 540 p., 39 €

    Le 16 mars 1935, Hitler annonce officiellement la reconstitution de l’armée allemande, bafouant les termes du traité de Versailles. Une décision « acclamée par un peuple fier sans doute d’avoir retrouvé le sentiment de son indépendance, mais aussi, pour une part fanatisé », alors que, à Paris, « le seul fait de maintenir six mois de plus une classe sous les drapeaux soulevait une vague d’impopularité et fournissait un regain d’énergie à l’activité pacifiste », relève le jésuite Gaston Fessard dans l’introduction de cet ouvrage paru en 1936, où l’inquiétude pointe : « La guerre vient : elle est à nos portes. »

    Que faire dans un tel contexte ? Comment être « aussi chrétien que possible » devant le problème de la guerre et de la paix ? « Quelle attitude adopter à l’intime de l’âme et dans la vie quotidienne ? », s’interroge le jésuite, qui perçoit les impasses sur lesquelles débouche la lutte acharnée entre des visions complètement opposées sur l’attitude à adopter devant le réarmement de l’Allemagne.

    Pacifisme et nationalisme

    « À voir parfois la violence des oppositions qui, à l’intérieur même d’un pays, mettent aux prises des gens que tout par ailleurs devrait rapprocher, on pourrait se demander si la coupure ici n’est pas plus radicale que celle qui sépare deux nations ennemies », écrit le théologien et philosophe. Chez les uns et les autres, il y a « un même élan vers le bien et le bonheur, un même désir d’y faire participer le monde entier. Osons le dire : leur âme est une identique charité. » Mais, poursuit-il, si l’on examine de près le pacifisme et le nationalisme, non sous l’angle des principes mais au regard de leurs conséquences, il apparaît que le premier peut se transformer en « ennemi de la paix » et le second en « ennemi de la nation ». Ainsi le désir de paix, mû au départ par un mouvement de vraie charité, peut tomber dans l’illusion et manquer de charité à l’égard du prochain, victime de l’agression d’un autre pays.

    « L’amour de la paix, élan généreux, se corrompt : l’attitude pacifique se change en Pacifisme, et ce n’est plus à un Idéal que je me sacrifie, c’est à une Idole que je commence par sacrifier mon prochain », écrit le jésuite, qui voit dans cette attitude un manque de réalisme moral, mais aussi social et politique.

    Les exigences de la charité

    Le nationalisme ne résiste pas mieux à la critique : « Il n’est pas très difficile d’accaparer le drapeau national, et la vénération naturelle qu’il inspire est un voile assez favorable aux égoïsmes. » D’où l’urgence «de hâter la maturation des consciences qui devront réaliser la synthèse des opposés », de « développer les facteurs affectifs qui concourent à unir les hommes », de penser en même temps le désir de paix intérieure et la paix entre les nations.

    C’est à cette tâche que se consacre l’auteur en opérant un travail de discernement qui comporte sept étapes. Un des enjeux est de penser la signification de la charité chrétienne pour les relations internationales, sachant que la complexité du réel ne permet pas d’en transposer directement les exigences du plan individuel au plan collectif. Un livre dense, qui résonne fortement avec l’actualité présente. À lire et à relire pour se donner les moyens d’opérer « l’examen de conscience international » dont le monde de 2022 a grandement besoin.

  • RDC : Interview de Mgr Donatien Nshole, secrétaire général de l’influente Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO)

    IMPRIMER

    Une mentalité et un franc parler qui détonnent avec ceux des milieux cléricaux usuels en Europe et ailleurs:

  • L’Ukraine combat mais, pour le pape François, il n’y a pas de guerre juste

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, en traduction française sur Diakonos.be :

    L’Ukraine combat mais, pour François, il n’y a pas de guerre juste

    Jour après jour le Pape François n’a de cesse de condamner la « guerre d’agression » déclenchée par la Russie contre l’Ukraine comme étant « inacceptable » et « sacrilège » avec une indignation allant crescendo, sans cependant jamais nommer l’État agresseur ni son monarque.

    François a également tacitement consenti à ce que son Secrétaire d’État, le cardinal Pietro Parolin, reconnaisse que « le droit à défendre sa propre vie, son propre peuple et son propre pays inclut parfois également le triste recours aux armes » et que donc « les aides militaires à l’Ukraine peuvent être compréhensibles ».

    Mais dans le même temps, le Pape continue à proférer des invectives contre la fabrication et la distribution des armes par « le pouvoir économico-technocratico-militaire », qu’il juge être une « folie », « un scandale qui tache l’âme, salit le cœur, salit l’humanité », la véritable origine de toutes les guerres, pour l’amour de l’argent. Il a été jusqu’à dire qu’il a été « honteux » de lire qu’« un groupe d’États s’était engagé à dépenser 2% de leur PIB pour acheter des armes ».

    Donc, à en croire le Pape François, si les Ukrainiens, qui sont les agressés, voulaient continuer à se défendre, ils devraient le faire à mains nues. Tout comme les États libres d’Europe et de l’Atlantique Nord.

    Cette contradiction irrésolue sur la paix et la guerre n’est pas la seule qui caractérise le pontificat actuel. Mais c’est sans doute celle qui est la plus lourde de conséquences politiques, sans parler de l’insignifiance croissante du Saint-Siège sur l’échiquier mondial.

    *

    C’est au XXe siècle que la doctrine catholique sur la paix et la guerre ont trouvé leur formulation la plus aboutie. On peut la lire dans le « Catéchisme de l’Église catholique » de 1997, dans le « Compendium de la doctrine sociale de l’Église catholique » de 2006 ainsi que, anticipée avec lucidité, dans un classique de la pensée chrétienne du XXe siècle tel que « Les Chrétiens devant le problème de la paix » d’Emmanuel Mounier, un ouvrage de 1939, republié en Italie ces derniers jours par Castelvecchi sous le titre « I cristiani e la pace » avec une introduction de Giancarlo Galeazzi, professeur à l’Université pontificale du Latran et spécialiste du « personnalisme », la philosophie élaborée par Mounier lui-même et par Jacques Maritain.

    Il s’agit d’une doctrine qui, dans des conditions précises et rigoureuses, légitime l’usage de la force. Jusqu’à finir par admettre, dans le discours inaugural de 1993 du Pape Jean-Paul II au corps diplomatique, « l’ingérence humanitaire » armée pour défendre un État qui se retrouve « sous les coups d’un agresseur injuste ».

    Lire la suite

  • Maxime Prévot : "notre mouvement n’aura plus de référence au personnalisme chrétien"

    IMPRIMER

    "Régénéré" ou "dégénéré" ?

    Des propos recueillis par Antoine Clevers sur la Libre :

    12 mars 2022

    "Notre mouvement n’aura plus de référence au personnalisme chrétien"

    Le CDH a vécu. À l’issue du congrès organisé ce samedi à Bruxelles, le Centre démocrate humaniste aura laissé sa place à un nouveau mouvement politique, pile 20 ans après avoir lui-même succédé au PSC. Pour Maxime Prévot, président du CDH, le maître-mot du processus de refondation, c’est "régénération". "Six régénérations vont structurer notre philosophie. La régénération du vivant, de la culture, de la prospérité, du pacte social, des libertés, et de la démocratie" , explique-t-il

    Le processus de refondation, lancé début 2020, a pris une année de retard à cause du Covid. Il était temps d’atterrir ? On a l’impression qu’un sentiment de lassitude s’installait, non ?

    Il y avait un double sentiment. Celui de lassitude pour certains, d’impatience pour d’autres. Mais de curiosité pour tous. Et cette curiosité va pouvoir être satisfaite ce samedi. C’est vrai que la crise sanitaire a chamboulé le calendrier. On a dû se réinventer, utiliser beaucoup plus le virtuel… Mais, à la réflexion, le fait que le processus ait pris deux ans, cela nous a été profitable. On a été plus loin, plus en profondeur. On a organisé 150 activités et débats. On a rassemblé 7500 participants alors que 25000 personnes suivent la page Facebook d’"Il fera beau demain" (le nom donné au processus de refondation, NdlR), c’est plus du double du nombre d’adhérents au CDH. L’objectif de faire une refondation en quittant l’entre-soi et en allant vers les citoyens a marché. Et je pense que le résultat en vaut la peine.

    Dans quel état d’esprit êtes-vous ?

    Je suis partagé entre l’excitation de voir ce moment arriver, la curiosité de voir la réaction des gens, et le challenge de m’assurer que, jusqu’à la dernière heure, le nom n’aura pas fuité… (rire)

    Vous ne nous dévoilerez pas encore le nouveau nom ?

    Plus que quelques heures à attendre.

    Au moment de lancer le processus, vous aviez promis de bousculer les esprits. Comment cela va-t-il se traduire ?

    Le fait de parler de mouvement politique plutôt que de parti, ce n’est pas qu’un changement sémantique. C’est le reflet de l’ADN de notre nouvelle offre politique, qui est en rupture avec le passé, en rupture avec la particratie, et surtout en avance sur les défis futurs. On est dans une période sombre. Guerre, pandémie, une classe moyenne épuisée, des prix qui flambent… On a plus que jamais besoin d’un nouveau projet dans la société. Et ce projet que l’on propose, c’est celui de la régénération. La régénération, c’est une invitation à l’harmonie des éléments, à leur réconciliation plutôt qu’à leur opposition.

    Concrètement, qu’est-ce que cela signifie ?

    On va être un mouvement largement empreint d’une conscience environnementale, plus que par le passé. Un mouvement qui va faire de la culture un pivot de la politique publique. Un mouvement qui veut régénérer notre prospérité, parce que le bonheur des gens ne se mesure plus par des indicateurs de PIB. On s’inscrit dans une démarche novatrice, on est les premiers à proposer un projet politique qui s’articule autour du concept de régénération.

    D’où vient ce concept ?

    La régénération fait l’objet de réflexions à travers le monde. L’ambition est de développer un autre modèle de société que celui que l’on connaît et qui arrive en fin de vie. Le philosophe Edgar Morin a appelé à un humanisme régénéré. C’est dans cette veine-là que nous souhaitons nous inscrire. Une démarche dans laquelle on prend soin de l’humain et de la nature, où l’on
    cultive sans épuiser, où l’on se ressource.

    C’est une démarche fondamentalement chrétienne, non ?

    Pas du tout. C’est une démarche fondamentalement ressourçante, et qui ramène à l’essentiel. Ce que les citoyens demandent, ce ne sont pas ces pinaillages incessants entre présidents de parti, mais que l’on soit orienté solution, que l’on soit efficace. Par rapport à la dimension chrétienne, notre mouvement n’aura plus de référence au personnalisme chrétien, contrairement à l’article 1 du CDH. Les valeurs de générosité, de responsabilité, de bienveillance, d’effort, d’initiative, elles, resteront des éléments clés, mais nous n’estimons plus qu’elles ont besoin d’être labellisées par un courant religieux ou philosophique.

    Craignez-vous que des gens quittent le mouvement, déçus par sa nouvelle orientation ?

    Je ne suis pas dans une posture craintive. S’il doit y avoir des départs, il y en aura. Dont acte. Mais je me sens serein parce que je suis convaincu de la modernité de notre offre politique.

    Quelle est l’ambition électorale ?

    Je ne me suis pas fixé d’objectif chiffré. Ce qui m’intéresse, c’est d’opérer un  du logiciel politique en Belgique. Mais l’ambition est évidemment de faire mieux en 2024 que ce que le CDH avait pu faire en 2019, même si la comparaison sera difficile puisque ce ne seront plus du tout les mêmes partis.

  • Quelle honte y aurait-il à s’inspirer de l’enseignement social de l’Eglise?

    IMPRIMER

    De sur cathobel :

    Edito – Qui a peur de Laudato si’ ?

    Dans quelques jours aura lieu le lancement d’un nouveau mouvement politique. Héritier du centre démocrate Humaniste, il sera le fruit d’un large mouvement de consultation opéré sous le nom de « Il fera beau demain ».

    Certains attendent l’événement avec pessimisme. Ils ne croient plus en l’avenir de ce parti devenu très fragile. Ils n’ont jamais compris ce que pouvait politiquement être le « centre ». Ils ne voient pas bien quel miracle permettrait de mettre un terme à une traversée du désert qui semble partie pour ne pas finir.

    Beaucoup n’attendent plus l’événement. Ils ne savent plus trop si le cdH existe encore, et ils s’en moquent. Ils ne comprennent pas bien ce qu’est « il fera beau demain » – et ils estiment que ce n’est pas vrai. Et puis, en cette période de crise internationale, ils peinent à s’intéresser aux vicissitudes du poto-poto particratique de notre tout petit pays.

    En tant que chrétiens, il est difficile de ne pas se rappeler que l’enfant à naître est le (très) lointain héritier du Parti catholique, (plus ou moins) fondé en 1884. Avec nostalgie? Certainement pas! L’heure n’est plus aux partis confessionnels et c’est tant mieux. Au fil des dernières décennies, des catholiques se sont présentés sur bien des listes, et les catholiques ont voté pour bien des partis. La religion n’impose pas forcément une couleur. Il est même assez réjouissant de voir des chrétiens s’engager au service du bien commun au sein de différentes formations politiques.

    La religion ne doit donc plus marquer l’identité d’un parti. Mais pourquoi ne pourrait-elle pas encore, parmi d’autres sources, en inspirer l’action? Certains politiques n’hésitent guère à se référer à Marx, Piketty ou Martin Luther King! Quelle gêne, quelle honte, y aurait-il à s’inspirer de l’enseignement social de l’Eglise? A citer Laudato si’?

    Le cdH ne pourrait-il réaliser ce que l’enseignement catholique semble avoir fait avec succès? Non pas supprimer ses racines, mais les faire entrer en dialogue avec l’air du temps. S’offrant ainsi tout à la fois une identité, une boussole et un cap.

  • Denis Mukwege : “Le silence de la communauté internationale sur le Congo est assourdissant”

    IMPRIMER

    Le pape, 85 ans, se rendra en RDC du 2 au 5 juillet, dans les villes de Kinshasa et Goma, avant de visiter Juba, capitale du Soudan du Sud, du 5 au 7 juillet, en réponse à l’invitation des chefs d’Etat et des évêques des deux pays, a annoncé le directeur de la salle de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni, jeudi 3 mars. Quel impact aura-t-il sur la situation de l’Est congolais? Plus de trois ans après avoir reçu le prix Nobel de la paix, le Dr Denis Mukwege déplore toujours que les crimes qu’il dénonçait, dont les viols de guerre, perdurent dans son pays. Le silence de la "communauté internationale" demeure assourdissant. Entretien avec Olivier le Bussy à Bukavu et à Lubumbashi (RD Congo)lu sur le site web de La Libre Afrique:

    ob_f4ac4a_dr-mukwege-et-ses-patientes.jpg« Plus de trois ans après avoir reçu le prix Nobel de la paix, le Dr Denis Mukwege déplore que les crimes qu’il dénonçait, dont les viols de guerre, perdurent dans son pays.

    Il continue de développer son action pour “réparer” les victimes des violences sexuelles et à défendre, plus largement, les droits des femmes.

    « C’est parfois difficile de sentir qu’on ne peut pas s’exprimer dans son propre pays. J’avais besoin de sentir que j’étais chez moi”. La voix du Dr Denis Mukwege est nouée par une émotion intense, à la mesure de l’accueil effervescent que lui a réservé une assistance d’un bon millier de personnes, rassemblées ce jeudi 2 mars dans l’amphithéâtre de l’excellence de l’Université de Lubumbashi. Elles sont venues écouter la conférence que donne le lauréat 2014 du prix Sakharov du Parlement européen et prix Nobel de la paix 2018 sur le thème “le viol comme arme de guerre”. Un sujet que le gynécologue congolais ne connaît que trop bien. Situé à Bukavu, dans le Sud-Kivu, à l’est de la République démocratique du Congo (RDC), l’hôpital de Panzi que dirige le Dr Mukwege a pris en charge depuis 1999 plus de 70 000 victimes de violences sexuelles commises par des groupes armés, congolais et étrangers, avec, parfois, une sauvagerie qui dépasse l’entendement. Denis Mukwege parcourt le monde pour parler de ce fléau qui détruit les femmes physiquement, psychologiquement, saccage familles et communautés, et pour défendre la cause des victimes. Il va à présent partir en “tournée académique” à Kisangani, Goma, Kinshasa, Bukavu, dans ce Congo où sa voix porte plus difficilement. Ciblé par de puissants ennemis que ses accusations dérangent, il vit confiné dans l’enceinte de son hôpital, protégé par les troupes onusiennes de la Monusco. C’est là qu’il a accordé un entretien à La Libre, poursuivi à Lubumbashi, une semaine plus tard.

    Le Prix Nobel vous ouvre les portes des palais, des chancelleries et des parlements, vous offre des tribunes pour porter votre message. Avec quel effet concret ?

    Le changement que l’on peut observer, c’est que plus personne ne peut prétendre qu’il ne sait pas ce qui se passe à l’est de la République démocratique du Congo. Mais nous continuons au quotidien à traiter les victimes de violences sexuelles et cette pratique n’a pas cessé. Il n’y a pas eu suffisamment d’efforts pour enrayer ces atrocités qui se produisent souvent dans les zones rurales où il y a des conflits armés, mais également, et on le voit de plus en plus, dans les milieux urbains où il n’y a pas de conflits.

    Lire la suite

  • Guerre et paix : le moment de se replonger dans l'étude de la Doctrine Sociale de l'Eglise

    IMPRIMER

    De cet excellent site consacré à l'évangélisation et à l'action politique (https://www.moralesociale.net/)

    Vouloir la paix