Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Doctrine Sociale

  • Le pape François déplore la perte de sens spirituel dans la vie de nombreux jeunes d'aujourd'hui

    IMPRIMER

    D'Hannah Brockhaus sur Catholic News Agency :

    Le Pape François : Les jeunes manquent du "capital spirituel" qui donne un sens à la vie.
     
    24 septembre 2022

    Le pape François a déploré samedi la perte de sens spirituel dans la vie de nombreux jeunes d'aujourd'hui - un manque qui est souvent remplacé par une attention excessive aux biens matériels, a-t-il déclaré.

    "Les êtres humains, créés à l'image et à la ressemblance de Dieu, sont des chercheurs de sens avant d'être des chercheurs de biens matériels. C'est pourquoi le premier capital de toute société est le capital spirituel", a-t-il déclaré lors d'une conférence internationale sur l'économie à Assise, en Italie, le 24 septembre.

    "Les jeunes souffrent particulièrement de ce manque de sens", a déclaré le pape. "Face à la douleur et aux incertitudes de la vie, ils trouvent souvent leur âme épuisée des ressources spirituelles nécessaires pour traiter la souffrance, la frustration, la déception et le chagrin."

    "Regardez le taux de suicide chez les jeunes, comment il a augmenté", a-t-il ajouté.

    "La technologie peut faire beaucoup : elle nous apprend le 'quoi' et le 'comment' : mais elle ne nous dit pas le 'pourquoi', a-t-il dit, et ainsi nos actions deviennent stériles et n'apportent pas d'accomplissement à la vie, même pas à la vie économique."

    Le pape François a parlé de l'importance de la spiritualité dans une allocution prononcée devant les participants à The Economy of Francesco, une conférence organisée du 22 au 24 septembre à l'intention de jeunes économistes, entrepreneurs et chercheurs du monde entier.

    Cette initiative faisait suite à l'appel lancé par le pape François aux jeunes pour qu'ils construisent "un autre type d'économie" fondé sur une plus grande attention aux pauvres et à l'environnement.

    François s'est rendu à Assise pour la dernière journée de la rencontre, le 24 septembre. Avant de s'adresser aux participants, le pape a regardé un sketch basé sur Isaïe 21:1-12, suivi d'une méditation sur la signification de ce passage de l'Écriture.

    Il y a également eu un spectacle musical, des présentations, une vidéo des deux premiers jours de la conférence et des témoignages de participants économistes, ainsi que de militants pour l'environnement, les droits des femmes et les questions sociales d'Italie, du Bénin, d'Argentine, de Thaïlande, du Kenya, d'Afghanistan et de Pologne.

    Je compte sur vous

    Tout au long de son discours, le pape François a insisté sur la nécessité pour les jeunes adultes de mettre leur énergie et leur créativité à profit, de manière pratique, pour construire une économie plus juste.

    "Vous les jeunes, avec l'aide de Dieu, vous savez ce qu'il faut faire, vous pouvez le faire", a-t-il déclaré.

    Lire la suite

  • Une introduction à la lecture de Fratelli Tutti "à l'attention des Gentils"

    IMPRIMER

    2022_09_23_10_14_20_Greenshot.png

  • Bruxelles, samedi 22 octobre : une après-midi pour se rassembler autour de saint Jean-Paul II

    IMPRIMER

    2022_09_14_10_18_42_Greenshot.png

    2022_09_14_10_22_52_Greenshot.png

  • Affaire Paglia : comment détruire la morale catholique

    IMPRIMER

    De Stefano Fontana sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Affaire Paglia : comment détruire la morale catholique

    30-08-2022

    Les récentes déclarations, en Italie, du président de l'Académie pontificale pour la vie sur l'avortement ont provoqué scandale et controverse. Mais il ne s'agit pas de remarques extemporanées, il y a plutôt une intention précise de transformer toute la doctrine morale de l'Église. Monseigneur Paglia ne fait qu'accomplir la tâche qui lui a été confiée.

    Ces derniers jours, sur la chaîne de télévision publique italienne Rai 3, Monseigneur Vincenzo Paglia, président de l'Académie pontificale pour la vie, a fait des déclarations qui ont provoqué une vive polémique. Parlant de l'avortement, et en particulier de la loi 194, qui l'a rendu légal en Italie en 1978, Paglia a déclaré : "Je pense que la loi 194 est désormais un pilier de notre vie sociale". Et peu après, il a rassuré le journaliste qui l'interrogeait en affirmant qu'une réforme ou une abrogation de la loi "n'est pas en discussion". Le scandale et la controverse provoqués par cette déclaration, y compris l'appel à sa démission, sont plus que compréhensibles, notamment parce que cette déclaration est le point culminant d'une série d'interventions ambiguës sur les questions de bioéthique et de doctrine morale catholique, par lui ou ses collaborateurs de l'Académie pontificale pour la vie, comme cela s'est produit récemment sur la contraception.

    Cependant, il faut comprendre une question fondamentale : si Monseigneur Vincenzo Paglia a été mis là et est maintenu là, c'est parce qu'il y a un désir de transformer toute la doctrine morale de l'Église, et pas seulement celle qui concerne une question spécifique comme la contraception, et puisque la doctrine morale de l'Église est le cadre dans lequel s'inscrit la Doctrine sociale de l'Église, il y a un désir de transformer cette dernière en quelque chose de différent de la tradition qui est parvenue jusqu'à Benoît XVI.

    Prenons un peu de recul. En 2019, quelques jours avant que François ne ferme et transforme l'Institut Jean-Paul II sur le mariage et la famille, créé par Jean-Paul II lui-même, en le retirant de l'Université pontificale du Latran pour le baser dans l'Académie pontificale pour la vie sous la "direction" du chancelier Monseigneur Vincenzo Paglia, le Dictionnaire du sexe, de l'amour et de la fécondité, édité par José Noriega avec René et Isabelle Ecochard, a été publié. Il s'agit d'un ouvrage volumineux et important, qui reproduit pratiquement les enseignements de l'Église sur le sujet. Cette publication avait semblé être le chant du cygne de Jean-Paul II, le dernier héritage avant le nouveau cours qui, déjà à l'époque, pouvait être prédit avec confiance comme étant très différent et, en fait, contrasté. Dès que Paglia a eu entre les mains l'Institut Jean-Paul II, il a tenté de bloquer la distribution du Dictionnaire dans les librairies, et par la suite le nouvel Institut Jean-Paul II a progressivement rompu toute collaboration éditoriale avec l'ancien éditeur, y compris la publication de la revue de l'Institut "Anthropotes".

    La tentative de damnatio memoriae reposait sur le fait que le Dictionnaire reproposait la doctrine catholique traditionnelle et impérissable sur la signification du rapport sexuel entre mari et femme et défendait le caractère immuable des enseignements moraux de Humanae vitae de Paul VI. Augusto Sarmiento a traité de l'autorité doctrinale de Humanae vitae (pp. 464-469), celle que Paglia veut vider de son sens ces jours-ci ; Alfonso Fernàndez Benito a exposé les contenus du magistère antérieur (pp. 470-476) et Juan Andrés Talens Hernandis ceux du magistère postérieur (pp. 476-482) : le résultat est une continuité parfaite entre l'avant et l'après. Les trois "entrées" du Dictionnaire clarifient sans l'ombre d'un doute l'immuabilité des enseignements fondés sur le principe suivant : "La sexualité humaine, caractéristique du langage avec lequel les époux se mettent en relation dans l'acte matrimonial, a deux sens fondamentaux - le sens "unitif" et le sens "procréatif" - entre lesquels il existe un lien inséparable, que Dieu a voulu et que l'homme ne peut rompre de son propre chef" (Humanae vitae, 12).

    Lire la suite

  • RDC : Les dollars du pouvoir pour les évêques congolais ?

    IMPRIMER

    Lu sur le site de la Libre Afrique :

    « La présidence de la République propose 1 million de dollars pour chacun des 41 diocèses du pays.

    Les élections présidentielles de fin 2023 sont désormais au centre de toutes les attentions en République démocratique du Congo.

    Mal élu en 2018. Propulsé sur le trône congolais uniquement grâce à un accord avec l’ancien régime de Joseph Kabila, Félix Tshisekedi entend bien cette fois sortir victorieux du scrutin. Pour ce faire, il ne lésine pas sur les moyens.

    Après avoir bâti une majorité parlementaire à coups de billets verts, après avoir distribué des jeeps Hyundai Palissade à tous les députés nationaux, le pouvoir a lancé une “opération séduction” à l’égard des députés provinciaux afin que ceux-ci, dans le système indirect de désignation des gouverneurs de province, votent en faveur de candidats du parti présidentiel ou d’un membre de la majorité parlementaire de l’Union sacrée de la nation.

    RDC : Crise totale autour de la présidence de la CENI

    Comme tout se monnaie, les députés provinciaux – il y a 26 provinces en RDC depuis le nouveau découpage entré en vigueur en juin-juillet 2015 – ont annoncé que leur ralliement aurait un prix et passerait par le paiement de leurs honoraires impayés – parfois depuis de longs mois – et par l’obtention de véhicules de la même gamme que les élus nationaux. Le pouvoir de Kinshasa a répondu favorablement à cette demande et est, aujourd’hui, en train de publier au compte-gouttes les ordonnances de désignation des nouveaux gouverneurs… largement issus de la majorité présidentielle. De quoi disposer d’une large assise territoriale, même si les véhicules n’ont pas encore été distribués.

    Au tour du clergé catholique

    Dans la foulée de ces “accords”, cette semaine, la présidence congolaise s’est entretenue avec les évêques catholiques, qui, eux non plus, ne sont pas oubliés par les largesses financières du pouvoir. Sur la table “1 million de dollars par diocèse (il y en a 41 en RDC et 6 archidiocèses) pour la réalisation de projets à impact visible”.

    Une proposition qui a choqué certains – pas tous – des représentants de l’Église catholique, le cardinal Ambongo en tête. “Il est trop tôt pour en parler”, explique l’un des participants, qui fait valoir que “des conditions ont été posées”. “Il y a beaucoup de promesses qui ne se concrétisent jamais”, explique-t-il encore. Un autre dit : “Le pouvoir connaît le poids de l’Église catholique dans notre pays. Il sait que nous sommes et serons toujours du côté du peuple et que nous serons intransigeants sur l’organisation d’un scrutin vraiment démocratique, inclusif et transparent. Ces dollars ne changeront rien.” Les relations ne sont pas au beau fixe entre la présidence et le clergé catholique, berné lors de la désignation du président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), l’organisateur du scrutin de 2023 et qui n’hésite jamais à se montrer critique à l’égard d’un pouvoir qui peine à afficher un bilan positif en trois ans et demi à la tête de l’État. »

     Ref: RDC :Les dollars du pouvoir pour les évêques congolais ?

  • Etats-Unis : le moment est-il venu pour "Pro-Life 3.0" ?

    IMPRIMER

    De Mary Frances Myler sur le National Catholic Register :

    Le moment est-il venu pour "Pro-Life 3.0" ?

    Avec la disparition de l'arrêt Roe, certains pro-vie préconisent une approche qui met l'accent sur la diminution de la demande d'avortement par des politiques gouvernementales proactives.

    8 août 2022

    Avec l'annulation de Roe et l'élimination d'un droit à l'avortement au niveau fédéral, certains pro-vie disent qu'il est temps pour une nouvelle phase du mouvement : "Pro-Life 3.0". 

    C'est le nom donné à une approche du plaidoyer pro-vie qui vise à diminuer la demande d'avortement par le biais de programmes et de politiques gouvernementales, au lieu de se concentrer plus exclusivement sur la limitation de l'accès légal à l'avortement.

    Charles Camosy, un théologien moraliste qui enseigne à la faculté de médecine de l'université Creighton et au séminaire St. John de Yonkers, dans l'État de New York, est l'un des principaux partisans de l'approche "Pro-Life 3.0". Il soutient que cette forme de plaidoyer en faveur de la vie est plus cohérente avec l'étendue de l'enseignement social catholique et offre également des possibilités de collaboration bipartisane.

    Si Pro-Life 3.0 représente un changement d'approche, il s'appuie sur les phases précédentes du mouvement pro-vie, comme l'explique M. Camosy dans une récente chronique de Religion News Service. Pro-Life 1.0, écrit-il, a précédé Roe v. Wade et était un "mouvement politiquement complexe" qui ne s'inscrivait pas dans le clivage politique gauche-droite. Après Roe, Pro-Life 2.0 s'est défini en grande partie par son fusionnisme, canalisant l'activisme politique en grande partie par le biais d'une coalition de la droite religieuse, des libertaires à petit gouvernement et des faucons anticommunistes. 

    "Cela a donné lieu à d'étranges associations", a noté M. Camosy dans sa chronique.

    Pro-Life 3.0, expliqué

    Avec la décision rendue le 24 juin dans l'affaire Dobbs contre Jackson Women's Health, le paysage de la législation sur l'avortement - et le potentiel d'action politique du mouvement pro-vie - a changé. 

    "Avant l'arrêt Dobbs, les législateurs n'avaient pas la possibilité d'adopter une approche globale de l'élaboration des politiques en faveur de la vie", explique au Register Rick Garnett, professeur à la faculté de droit de Notre Dame. "Les décisions malencontreuses de la Cour dans les affaires Roe et Casey ont privé les citoyens de la capacité d'exprimer en droit et en politique un engagement envers la dignité humaine des enfants à naître et des femmes enceintes."

    Libéré des limitations imposées par Roe, et coïncidant avec le virage populiste du parti républicain, M. Camosy a déclaré que le mouvement pro-vie a maintenant la possibilité de "nouveaux arrangements politiques créatifs qui n'étaient pas possibles auparavant".

    Dans le cadre de cette possibilité de nouveaux arrangements, M. Camosy a déclaré que c'était l'occasion pour les catholiques de soutenir un programme politique plus conforme à l'enseignement social catholique. 

    Lire la suite

  • Une énième interview fleuve du pape

    IMPRIMER

    Interview du Pape François à l'agence de presse argentine Télam, avec la journaliste Bernarda Lorente., publiée le 1er juillet 2022.

    Le pape a accordé une très longue interview à l'Agence d'information argentine TELAM (traduction automatique) :

    "ON NE SORT PAS D'UNE CRISE PAR NOUS-MÊMES : NOUS DEVONS PRENDRE DES RISQUES ET PRENDRE LA MAIN DE L'AUTRE"

    par Bernarda Llorente

    01.07.2022

    Dehors, le soleil de plomb ne semble pas décourager les milliers de touristes qui, en plein soleil, partagent des files interminables pour entrer dans la Cité du Vatican. À quelques mètres de là, à la Casa Santa Marta, malgré son emploi du temps chargé, il avance pas à pas. Des mouvements étranges annoncent son arrivée.

    François, sa Sainteté, le pape argentin, l'un des leaders qui fixent l'agenda social et politique du monde, s'avance vers moi avec un sourire radieux sur le visage. Il a l'air complètement remis. Conscient de toutes les transformations mises en place pendant ses neuf années de papauté et avec une vision à long terme concernant l'avenir de l'humanité, la foi et le besoin de nouvelles réponses. Alors que nous entrons ensemble dans la salle où aura lieu, pendant une heure et demie, la conversation exclusive avec Télam (l'agence de presse nationale argentine), je sais que ce 20 juin est un jour exceptionnel et unique pour moi.

    - François, vous avez été l'une des voix les plus importantes dans un moment d'extrême solitude et de peur dans le monde, pendant la pandémie. Vous l'avez définie comme les limites d'un monde en crise économique, sociale et politique. Et vous avez ajouté : "Nous ne sortons pas d'une crise comme avant. Nous en sortons soit meilleurs, soit pires". Dans quel sens pensez-vous que nous sortons de cette crise ? Où allons-nous ? 

    - Je ne l'apprécie pas particulièrement. Nous avons progressé sur certains aspects, mais, en général, je n'aime pas ça parce que c'est devenu sélectif. Le simple fait que l'Afrique ne dispose pas de nombreux vaccins ou d'un nombre minimum de doses signifie que le salut contre la maladie a été rationné par d'autres intérêts. Le fait que l'Afrique ait besoin de vaccins indique que quelque chose n'a pas bien fonctionné.

    Quand je dis que nous ne sortons jamais d'une crise comme avant, c'est parce que la crise nous change nécessairement. Plus encore, les crises sont des moments de la vie où l'on fait un pas en avant. Il y a la crise de l'adolescence, la crise du passage à l'âge adulte, la crise de la quarantaine. Une crise vous fait bouger, vous fait danser. Nous devons apprendre à prendre nos responsabilités, car si nous ne le faisons pas, elles deviennent un conflit. Et le conflit est une chose fermée, le conflit cherche la réponse en lui-même, il se détruit. Au contraire, une crise est nécessairement ouverte, elle vous fait grandir. Une des choses les plus sérieuses dans la vie, c'est de savoir traverser une crise, pas avec de l'amertume. Comment avons-nous vécu cette crise ?

    Chaque personne a fait ce qu'elle pouvait. Il y a eu des héros. Je peux parler de ce qui était le plus proche de moi : des médecins, des infirmières, des prêtres, des religieuses, des laïcs qui ont donné leur vie. Certains d'entre eux sont morts. Je crois que plus de soixante d'entre eux sont morts en Italie. L'une des choses que nous avons vues pendant cette crise, ce sont des gens qui ont donné leur vie. Les prêtres ont également fait un excellent travail, en général, parce que les églises étaient fermées, mais ils appelaient les gens par téléphone. Les jeunes prêtres demandaient aux personnes âgées ce dont elles avaient besoin au marché ou leur achetaient des produits d'épicerie. Je veux dire que les crises vous font faire preuve de solidarité, parce que tout le monde traverse la même crise. Et nous grandissons à partir de cela.

    Lire la suite

  • Les néo-chrétiens de gauche s’organisent en Belgique

    IMPRIMER

    De Théo Moy sur le site du journal La Croix :

    Embryonnaires mais déterminés, les néo-chrétiens de gauche s’organisent en Belgique 

    Enquête 

    Du 29 au 31 juillet, une soixantaine de chrétiens attachés à la justice sociale se réunissent à Beauraing, en Belgique. Une université d’été qui intervient alors que des initiatives de jeunes croyants plus critiques du « système capitaliste » émergent ces dernières années, souvent encouragées par les crises que traverse l’Église.

    29/06/2022

    Dans le mouvement des néo-chrétiens de gauche, la Belgique n’est pas en reste. Du 29 au 31 juillet, un groupe de doctorants et jeunes actifs impliqués dans l’Église organise une université d’été autour de la question : « Que peuvent faire les chrétiens pour œuvrer au bien commun ? ».

    L’événement doit se tenir en pleine nature, à Quartier Gallet, un lieu de retraite créé dans l’esprit de la communion de La Viale et situé sur la commune de Beauraing, à 50 km au sud de Namur, à la frontière avec les Ardennes françaises. Pendant trois jours, la soixantaine de personnes attendues doit assister à des conférences sur le capitalisme ou la théologie de la libération, partager des « moments de fraternité et de prière » et tisser des liens entre chrétiens attachés à la justice sociale.

    Renouer avec la tradition sociale

    L’idée de ce rassemblement a germé dans l’esprit de Jean-Baptiste, Matthias, Julien et quelques autres, tous amis de longue date, à partir du constat d’un « manque » dans les propositions de l’Église catholique. « Dans les retraites ou les camps, il peut y avoir des topos sur l’engagement moral dans la société, mais ça ne va pas plus loin », regrette Jean-Baptiste, doctorant en philosophie de la technologie à l’Université catholique de Louvain et catéchiste dans sa paroisse. Eux partagent le constat d’une « origine structurelle de la pauvreté, de la crise écologique », et pensent que les ressources chrétiennes fournissent des outils conceptuels permettant de construire une critique cohérente du « système capitaliste ».

    L’enjeu, pour Jean-Baptiste, est de « penser comment l’Église peut renouer avec sa tradition sociale alors qu’elle s’embourgeoise ». Parmi les événements qui les ont poussés à lancer cette initiative, ils citent en premier la crise des abus révélés par la Ciase« J’ai l’impression que les scandales m’ont désinhibé », explique Matthias, doctorant en droit engagé sur les enjeux de justice environnementale. « Avant, je ne me sentais pas légitime à ouvrir certains débats, mais je pense que désormais les laïcs doivent prendre la parole, explique-t-il, on ne peut plus laisser aux seuls clercs la gouvernance de l’Église. »

    Lire la suite

  • "Il y a de moins en moins d'enfants qui naissent, et cela signifie appauvrir l'avenir de tous" (pape François)

    IMPRIMER

    Lu sur Avvenire.net :

    Taux de natalité. Le Pape : des mesures concrètes pour inverser l'hiver démographique

    12 mai 2022

    Les Etats Généraux de la natalité en cours à Rome. "De moins en moins d'enfants naissent et cela signifie un appauvrissement de l'avenir de tous : l'Italie, l'Europe et l'Occident appauvrissent leur avenir."  

    Les États généraux de la naissance, la manifestation italienne consacrée au thème de l'avenir et de la naissance organisée par la Fondazione per la natalità, présidée par Gigi De Palo, président national du Forum des associations familiales, ont débuté ce matin. Rendez-vous aujourd'hui et demain à Rome, à l'Auditorium della Conciliazione, pour examiner le défi de l'hiver démographique, promouvoir les thèmes de l'harmonisation travail-famille dans les entreprises et promouvoir un pacte pour la natalité.

    Lors de l'ouverture, le message envoyé par le Pape François a été lu.

    "Chers frères et sœurs,

    Je vous salue avec affection, désolé de ne pouvoir être parmi vous physiquement cette année. Mais je suivrai vos travaux avec attention, car la question de la natalité est une véritable urgence sociale. Il n'est pas immédiatement perceptible, comme d'autres problèmes qui occupent l'actualité, mais il est très urgent : il y a de moins en moins d'enfants qui naissent, et cela signifie appauvrir l'avenir de tous ; l'Italie, l'Europe et l'Occident appauvrissent leur avenir.

    Il existe en Occident une périphérie existentielle qui n'est pas immédiatement perceptible. C'est celle des femmes et des hommes qui ont le désir d'un enfant, mais qui ne peuvent le réaliser. De nombreux jeunes ont du mal à réaliser leur rêve familial. Ainsi, ils abaissent la barre du désir et se contentent de substituts médiocres, comme les affaires, la voiture, les voyages, la garde jalouse du temps libre... La beauté d'une famille riche en enfants risque de devenir une utopie, un rêve difficile à réaliser.

    C'est une nouvelle pauvreté qui m'effraie. C'est la pauvreté génératrice de ceux qui escamotent le désir de bonheur dans leur cœur, de ceux qui se résignent à édulcorer leurs plus grandes aspirations, de ceux qui se contentent de peu et cessent d'espérer de grandes choses. Oui, c'est une pauvreté tragique, car elle touche l'être humain dans sa plus grande richesse : mettre des vies au monde pour en prendre soin, transmettre avec amour l'existence qu'il a reçue à d'autres.

    Ne pas voir le problème de l'absence d'enfants est une attitude myope ; c'est renoncer à voir loin, à regarder devant soi. C'est se détourner, en pensant que les problèmes sont toujours trop complexes et qu'on ne peut rien faire. C'est, en un mot, l'abandon. C'est pourquoi j'aime le titre de votre événement, organisé par la Natality Foundation et promu par le Family Forum : "It can be done". C'est le titre de ceux qui ne démissionnent pas. C'est le titre de ceux qui espèrent contre toute attente, contre des chiffres qui se dégradent inexorablement d'année en année. Cela peut se faire en n'acceptant pas passivement que les choses ne peuvent pas changer.

    Chers amis, les choses peuvent changer si, sans crainte, au-delà des intérêts partisans et des barrières idéologiques, nous travaillons ensemble. C'est pourquoi je souhaite qu'à tous les niveaux - institutionnel, médiatique, culturel, économique et social - des politiques concrètes visant à relancer la natalité et la famille soient promues, améliorées et mises en œuvre. Je pense à vous et j'aime voir comment la question de la natalité est capable d'unir et non de diviser. Entreprises, banques, associations, syndicats, sportifs, acteurs, écrivains, hommes politiques, tous réunis pour réfléchir à la manière de recommencer à espérer en la vie.

    Les données, les prévisions, les chiffres sont désormais connus de tous : nous avons besoin de concret. Il est temps de donner de vraies réponses aux familles et aux jeunes : l'espoir ne peut et ne doit pas mourir d'attente. Je demande à Dieu de bénir votre engagement. Je suis près de vous et je vous encourage, pour qu'ensemble nous puissions inverser le cours de ce froid hiver démographique. Merci. C'est possible !".

  • Pour faire face à l'hiver démographique, Rome accueille ces 12 et 13 mai les États Généraux de la Natalité

    IMPRIMER

    D'Adélaïde Patrignani sur Vatican News :

    L’hiver démographique en Occident est une «pauvreté tragique» selon François

    Rome accueille ces 12 et 13 mai les États Généraux de la Natalité, un évènement visant à proposer des pistes afin de combattre l’hiver démographique dans lequel est plongée la péninsule italienne et une large partie de l’Europe. Dans un message publié à cette occasion, le Pape François redit son inquiétude face à ce phénomène et demande des «politiques concrètes visant à relancer la natalité et la famille».

    Personnalités renommées du monde de la politique, des sciences, du journalisme, de la sociologie, de la culture, ou encore des affaires, du spectacle et du sport: l’ample liste des intervenants aux États Généraux de la Natalité – initiés par Gigi de Palo, président du Forum des Associations Familiales – débutant ce jeudi 12 mai à Rome montre que l’évolution de la démographie italienne n’est plus une préoccupation de l’Église catholique seulement. Toute la société se mobilise face à cet «hiver» qui assombrit l’avenir de la péninsule.

    En Italie, le déclin de la population amorcé en 2015 a été accentué par les effets de l'épidémie de Covid-19. Les chiffres enregistrés en 2021 n’ont jamais atteint de tels niveaux depuis la fin de la Seconde guerre mondiale: peu de naissances (399 431, soit -31% par rapport à 2008), et presque deux fois plus de décès (746 000). Sur près de 59 millions d’habitants, 10,5 millions ont entre 0 et 19 ans, tandis que 17,9 millions ont 60 ans ou plus. Cette tendance a des conséquences directes sur le système scolaire, la santé publique et les retraites, et pèse de manière générale sur toute l’économie du pays.

    Le Pape encourage les familles et s’inquiète de «l’hiver démographique»

    Le Saint-Père, qui a déjà plusieurs fois manifesté son inquiétude face au recul de la démographie en Occident, voit dans ce phénomène une «périphérie existentielle». «C'est celle des femmes et des hommes qui ont le désir d'un enfant, mais qui ne peuvent le réaliser. De nombreux jeunes ont du mal à réaliser leur rêve familial», constate-t-il. Alors ils «abaissent la barre du désir et se contentent de substituts médiocres, comme les affaires, la voiture, les voyages, la garde jalouse du temps libre... La beauté d'une famille riche en enfants risque de devenir une utopie, un rêve difficile à réaliser», regrette le Souverain Pontife.

    Cette évolution est «une nouvelle pauvreté qui m'effraie», confie François. Elle émane selon lui de «ceux qui escamotent le désir de bonheur dans leur cœur, de ceux qui se résignent à édulcorer leurs plus grandes aspirations, de ceux qui se contentent de peu et cessent d'espérer de grandes choses». «Oui, c'est une pauvreté tragique, car elle touche l'être humain dans sa plus grande richesse: mettre des vies au monde pour en prendre soin, transmettre avec amour l'existence qu'il a reçue à d'autres», poursuit-il.

    Le Pape François a poursuivi ce mercredi 5 janvier son cycle de catéchèses sur la figure de saint Joseph, vu comme père putatif de Jésus. L’occasion pour le Saint-Père de proposer ...

    Contre une attitude myope

    Le Pape considère que ne pas voir «le problème de l'absence de naissance est une attitude myope; c'est renoncer à voir loin, à regarder devant soi». «C'est se détourner, en pensant que les problèmes sont toujours trop complexes et qu'on ne peut rien faire. C'est, en un mot, l'abandon», résume-t-il avec force. L’évêque de Rome invite au contraire à ne pas accepter «passivement que les choses ne peuvent pas changer».

    Sortir du déclin démographique est possible si «au-delà des intérêts partisans et des barrières idéologiques, nous travaillons ensemble», assure le Pape, qui invite à des «politiques concrètes visant à relancer la natalité et la famille», et impliquant tous les niveaux - institutionnel, médiatique, culturel, économique et social. «Je pense à vous et j'aime voir comment la question de la natalité est capable d'unir et non de diviser», écrit François aux participants à ces États Généraux.

    «Les données, les prévisions, les chiffres sont désormais connus de tous : nous avons besoin de concret. Il est temps de donner de vraies réponses aux familles et aux jeunes : l'espoir ne peut et ne doit pas mourir d'attente», déclare enfin le Souverain Pontife, certain que «c'est possible».

  • Le pape insiste sur la famille comme source et origine de l’ordre social et comme cellule vitale de la société

    IMPRIMER

    De Donatien Nyembo SJ, sur Vatican News :

    François: redécouvrir la beauté de la famille

    En s’adressant aux participants à la session plénière de l'Académie pontificale des sciences sociales, le Pape François a exhorté à la découverte de la valeur de la famille comme source et origine de l’ordre social et comme cellule vitale d'une société fraternelle capable de prendre soin de la maison commune.

    Ce vendredi 29 avril, le Pape François a reçu en audience les participants à la session plénière de l’Académie pontificale des sciences sociales sur la réalité de la famille. Dans le message qu’il adressé à ses hôtes, François a proposé une réflexion en vue de la redécouverte de la valeur de la famille. Il remarque tout d’abord que les changements sociaux modifient les conditions de vie du mariage et des familles dans le monde entier. De plus, ajoute-il, «le contexte actuel de crises prolongées et multiples met à mal les projets de familles stables et heureuses».

    La famille au sommet de l’échelle des valeurs

    Pour l’évêque de Rome, la famille est presque toujours au sommet de l'échelle des valeurs des différents peuples, car «elle est inscrite dans la nature même de la femme et de l'homme». En ce sens, estime le Pape, le mariage et la famille ne sont pas des institutions purement humaines, malgré les nombreux changements qu'ils ont subis au cours des siècles et les différences culturelles et spirituelles entre les peuples.

    Cependant, «si cette valeur est vécue de manière individualiste et privée, comme c'est en partie le cas en Occident, la famille peut être isolée et fragmentée dans le contexte de la société», avertit le Pape. A en croire François, les fonctions sociales que la famille remplit entre les individus et dans la communauté sont perdues, surtout en ce qui concerne les plus faibles, comme les enfants, les personnes handicapées et les personnes âgées dépendantes.

    La famille, lien de perfection mutuelle

    Pour le successeur de Pierre, la famille est bonne pour la société, non pas dans la mesure où elle est une simple agrégation d'individus, mais dans la mesure où elle est une relation fondée sur un «lien de perfection mutuelle», selon l’expression de saint Paul (cf. Col 3, 12-14). En d’autres termes, «le bien de la famille n'est pas de type agrégatif, c'est-à-dire qu'il ne consiste pas à agréger les ressources des individus pour augmenter l'utilité de chacun, mais c'est un lien relationnel de perfection, qui consiste à partager des relations d'amour fidèle, de confiance, de coopération, de réciprocité, d'où découlent les biens des individus membres de la famille et, donc, leur bonheur».

    Ainsi comprise, la famille, qui est un bien relationnel en soi, devient également la source de nombreux biens et relations pour la communauté, tels qu'une bonne relation avec l'État et les autres associations de la société, la solidarité entre les familles, l'accueil des personnes en difficulté, la prise en charge des plus démunis, la lutte contre les processus d'appauvrissement, etc.

    La famille, lieu d’accueil

    Le souverain pontife a insisté sur le fait que la famille est véritablement un lieu d’accueil, aspect particulièrement évident dans les familles dont certains membres sont fragiles ou handicapés. La famille, a déclaré le Pape, «est le principal antidote à la pauvreté, tant matérielle que spirituelle, comme elle l'est aussi au problème de l'hiver démographique ou de la maternité et de la paternité irresponsables.»

    Pour découvrir la beauté de la famille

    François définit quelques conditions pour redécouvrir la beauté de la famille. «La première est d'enlever de l'œil de l'esprit la "cataracte" des idéologies qui nous empêchent de voir la réalité». «La deuxième condition est la redécouverte de la correspondance entre le mariage naturel et le mariage sacramentel». «La troisième condition est, comme le rappelle Amoris laetitia, la conscience que la grâce du sacrement du mariage - qui est le sacrement social par excellence - guérit et élève toute la société humaine et est un ferment de fraternité», a conclu le Souverain pontife. 

  • Comment être « aussi chrétien que possible » devant le problème de la guerre et de la paix ?

    IMPRIMER

    De Dominique Greiner sur le site du journal La Croix :

    « Pax Nostra », les chrétiens face à la guerre 

    Pour définir l’attitude à adopter devant l’actualité sociale et historique, le philosophe et théologien jésuite Gaston Fessard met en œuvre une méthode de discernement. Un livre de 1936 qui résonne avec notre époque.,

    20/04/2022

    Pax Nostra, examen de conscience international

    de Gaston Fessard

    Nouvelle édition présentée et augmentée par Giulio de Ligio et Frédéric Louzeau

    Cerf, 540 p., 39 €

    Le 16 mars 1935, Hitler annonce officiellement la reconstitution de l’armée allemande, bafouant les termes du traité de Versailles. Une décision « acclamée par un peuple fier sans doute d’avoir retrouvé le sentiment de son indépendance, mais aussi, pour une part fanatisé », alors que, à Paris, « le seul fait de maintenir six mois de plus une classe sous les drapeaux soulevait une vague d’impopularité et fournissait un regain d’énergie à l’activité pacifiste », relève le jésuite Gaston Fessard dans l’introduction de cet ouvrage paru en 1936, où l’inquiétude pointe : « La guerre vient : elle est à nos portes. »

    Que faire dans un tel contexte ? Comment être « aussi chrétien que possible » devant le problème de la guerre et de la paix ? « Quelle attitude adopter à l’intime de l’âme et dans la vie quotidienne ? », s’interroge le jésuite, qui perçoit les impasses sur lesquelles débouche la lutte acharnée entre des visions complètement opposées sur l’attitude à adopter devant le réarmement de l’Allemagne.

    Pacifisme et nationalisme

    « À voir parfois la violence des oppositions qui, à l’intérieur même d’un pays, mettent aux prises des gens que tout par ailleurs devrait rapprocher, on pourrait se demander si la coupure ici n’est pas plus radicale que celle qui sépare deux nations ennemies », écrit le théologien et philosophe. Chez les uns et les autres, il y a « un même élan vers le bien et le bonheur, un même désir d’y faire participer le monde entier. Osons le dire : leur âme est une identique charité. » Mais, poursuit-il, si l’on examine de près le pacifisme et le nationalisme, non sous l’angle des principes mais au regard de leurs conséquences, il apparaît que le premier peut se transformer en « ennemi de la paix » et le second en « ennemi de la nation ». Ainsi le désir de paix, mû au départ par un mouvement de vraie charité, peut tomber dans l’illusion et manquer de charité à l’égard du prochain, victime de l’agression d’un autre pays.

    « L’amour de la paix, élan généreux, se corrompt : l’attitude pacifique se change en Pacifisme, et ce n’est plus à un Idéal que je me sacrifie, c’est à une Idole que je commence par sacrifier mon prochain », écrit le jésuite, qui voit dans cette attitude un manque de réalisme moral, mais aussi social et politique.

    Les exigences de la charité

    Le nationalisme ne résiste pas mieux à la critique : « Il n’est pas très difficile d’accaparer le drapeau national, et la vénération naturelle qu’il inspire est un voile assez favorable aux égoïsmes. » D’où l’urgence «de hâter la maturation des consciences qui devront réaliser la synthèse des opposés », de « développer les facteurs affectifs qui concourent à unir les hommes », de penser en même temps le désir de paix intérieure et la paix entre les nations.

    C’est à cette tâche que se consacre l’auteur en opérant un travail de discernement qui comporte sept étapes. Un des enjeux est de penser la signification de la charité chrétienne pour les relations internationales, sachant que la complexité du réel ne permet pas d’en transposer directement les exigences du plan individuel au plan collectif. Un livre dense, qui résonne fortement avec l’actualité présente. À lire et à relire pour se donner les moyens d’opérer « l’examen de conscience international » dont le monde de 2022 a grandement besoin.