Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Belgique

  • Dans la perspective du synode d'octobre 2024, les évêques belges demandent le diaconat des femmes et l'abolition du célibat obligatoire

    IMPRIMER

    De Lieve Wouters sur Kerknet :

    Projet de note audacieuse des évêques belges pour le synode 2024

    19 FÉVRIER 2024

    Dans la perspective du synode d'octobre 2024, les évêques demandent le diaconat des femmes et l'abolition du célibat obligatoire.

    Les évêques belges exposent leurs priorités dans un projet de texte, qui sera soumis à la discussion des groupes de réflexion et des conseils dans les différents diocèses. Dans ce document, ils partent de trois constats :

    Une Église synodalement missionnaire exige un dialogue ouvert avec les développements actuels du monde qui nous entoure. L'Église ne peut pas se limiter à une voie à sens unique dans la proclamation de la Bonne Nouvelle au monde.

    • Nous demandons que le synode décrive la/les tradition(s) de notre Église comme dynamique(s) et en développement constant.
    • Nous demandons à être encouragés à concrétiser la décentralisation de certaines décisions dans l'Église, ce qui lui permet de travailler ensemble dans l'unité avec une diversité plus légitime.
    • Nous demandons une concrétisation de la "responsabilité" des évêques dans une Église synodale.

    Place des femmes dans l'Église

    À partir de là, les évêques appellent à une réflexion sur la place des femmes dans l'Église. Nous demandons le feu vert pour pouvoir prendre certaines mesures par conférence épiscopale ou assemblée épiscopale continentale. Ainsi, l'attribution d'une responsabilité pastorale croissante aux femmes et l'ordination diaconale des femmes ne doivent pas être universellement obligatoires ou interdites".

    Célibat et ordination de 'viri probati'

    L'obligation du célibat pour les prêtres et les diacres qui deviennent veufs suscite depuis longtemps de vives interrogations", écrivent les évêques. Ils ressentent "le besoin de redécouvrir la nature symbolique et sacramentelle du ministère ordonné". La relation entre l'ordination et la responsabilité (finale) nécessite une nouvelle précision, affirment-ils. Nous demandons que les prêtres et les diacres assument de plus en plus leur responsabilité pastorale au sein d'équipes dans lesquelles les laïcs ont également leur place et leur tâche".

    En outre, les évêques parlent d'ordonner prêtres des 'viri probati'. Littéralement, ce terme signifie "hommes éprouvés". Il s'agit d'hommes mariés qui, en raison de leur mode de vie, peuvent prétendre à la prêtrise.

    L'ordination sacerdotale des viri probati ne devrait pas être universellement obligatoire ou interdite", écrivent les évêques.

    Les jeunes et la culture numérique

    Une troisième priorité concerne la communication avec les jeunes. Les évêques souhaitent investir davantage dans les personnes et les ressources qui témoignent de l'Évangile dans et à travers le monde numérique. Ils demandent notamment la mise en place d'un mécanisme de solidarité entre les conférences épiscopales et les assemblées épiscopales continentales "afin que chaque Église locale ait les possibilités nécessaires pour être présente dans le monde numérique".   

    Quelles sont les prochaines étapes ?

    1. Le projet de note sera soumis à la discussion des groupes de réflexion et des conseils dans les différents diocèses. Ses échos seront compilés d'ici le 7 avril et remis au Secrétariat du Synode des évêques à Rome.
    2. Parallèlement à ces échos, de bons exemples de pratiques synodales seront également recueillis pour chaque diocèse et remis à Rome en vue de constituer le document de travail pour la deuxième et dernière session du synode en octobre 2024.
    3. Par ailleurs, les évêques belges veulent s'engager dès maintenant dans des moments de formation " pour pratiquer le discernement commun et la conversation dans l'Esprit ".
    4. Par ailleurs, la Commission théologique de la Conférence épiscopale se penchera d'ores et déjà de manière approfondie sur les thèmes susmentionnés liés à la gestion de la tradition et aux questions relatives aux fonctions et aux ministères dans l'Église.
  • Quand un imam pakistanais psalmodie le coran du haut du perchoir du parlement de Bruxelles

    IMPRIMER

    Image

    De Drieu Godefridi sur twitter :

    La presse internationale s’étant, comme prévu, emparée de l’affaire du prêcheur islamiste officiant tranquillement au perchoir du parlement de Bruxelles — une image qui fera malheureusement date — il est important de se montrer rigoureux. La sourate psalmodiée par cet imam pakistanais vêtu à la mode des Talibans est la sourate 33, qui comporte 73 versets. (...) Le prêcheur pakistanais ne cite pas les versets de la sourate 33 qui célèbrent le massacre des Juifs en tant que tels (en particulier, le 26). Ce qui, au fond, ne change rien. Voici pourquoi. La sourate 33 aborde trois événements significatifs : la Bataille de la Tranchée (ou Al-Ahzab : contre les Clans ou les Coalisés), qui s’est supposément déroulée pendant le mois de Shawwâl, en l'an 5 après l’Hégire ; l'attaque contre puis le massacre de la tribu juive des Banû Quraydhah, menés en Dhul-Qi`dah, en l'an 5 après l'Hégire ; et le mariage du prophète avec Zaynab, célébré le même mois de la même année. Par ‘coalisés’, il faut entendre la coalition des Arabes païens, des ‘hypocrites’ — personnes se prétendant faussement musulmans, sans conviction — et des Juifs; généralement, les coalisés agissent et luttent contre l'islam sous la gouverne des Juifs. La tribu qui domine les récits de cette sourate est celle des Banû Quraydhah, qui sont juifs. Même si ce n’est pas son objet exclusif, la sourate 33 célèbre en effet le massacre des hommes juifs de la tribu des Banû Quraydhah, et la réduction en esclavage des enfants et femmes juifs de la même tribu des Banû Quraydhah, après leur reddition aux musulmans. Conclusion. Si les versets psalmodiés par ce prêcheur pakistanais au perchoir du Parlement bruxellois ne sont pas ceux qui célèbrent le massacre des juifs, ces versets sont extraits d’une sourate dont l’objet principal est de célébrer la victoire des musulmans sur les ‘coalisés’ et le massacre des Juifs qui s’en est suivi.
  • Quand les évêques de Belgique balisent la prochaine Assemblée générale du synode

    IMPRIMER

    De cathobel.be (Clément Laloyaux) :

    “L’ordination des ‘viri probati’ ne doit pas être universellement obligatoire ou interdite”: les évêques de Belgique balisent la prochaine Assemblée générale du synode

    Les évêques ont rédigé un projet de texte en réponse à la demande du Secrétariat du Synode d'organiser une nouvelle consultation limitée d'ici le 15 mai. Et ce, afin de préparer au mieux la session conclusive du Synode, en octobre 2024. © Geert de Cubber par Emmanuel Van Lierde

    Se projetant vers octobre 2024 et la session conclusive de ce synode, les évêques de Belgique dévoilent aujourd'hui un projet de texte dans lequel ils formulent trois priorités "à discuter au niveau de l'Église universelle". Trois axes prioritaires qui orientent l'Église vers une réflexion profonde sur sa mission, ses traditions et son organisation interne. Afin de préparer au mieux la session d'octobre prochain, divers groupes au sein de l'Église belge seront amenés à discuter de ce projet de texte dans les prochains mois.

    En préparation de la deuxième session de l'Assemblée synodale, qui se tiendra en octobre 2024, les évêques belges prévoient une consultation de divers groupes et conseils au sein de l'Église. Pour orienter les discussions, le Secrétariat de la Conférence des évêques propose aujourd'hui un projet de texte, reprenant trois priorités à discuter au niveau de l'Église universelle.

    Lors de la période de consultation, l'objectif sera de discuter du projet de texte en groupe selon la méthode des conversations dans l'Esprit. Avec pour but, in fine, de remettre ce projet de texte au Secrétariat du Synode des évêques à Rome, après discussion et adaptation. Les échos de ce nouveau cycle de consultations doivent être remis avant le 15 mai 2024.

    Les évêques de Belgique tiennent à souligner que "le projet de texte tient compte de ce qui a été mentionné précédemment dans la synthèse nationale de la Belgique".

    Ci-dessous, découvrez les trois priorités définies par les évêques de Belgique en vue de la seconde session de l'Assemblée synodale, en octobre prochain.

    Les trois priorités formulées par les évêques belges :

    1) Une Eglise ouverte et en dialogue

    Dans ce premier point, les évêques expriment le besoin d'une Église qui embrasse pleinement sa mission évangélique dans un dialogue ouvert avec le monde. Ils soulignent l'importance de ce dialogue : "L'Église ne peut se contenter d'une voie à sens unique pour proclamer la Bonne Nouvelle au monde. Dans un dialogue ouvert, l'Église écoutera aussi ce que l'évolution des sciences, de la culture et de la société peut lui apprendre."

    Cette ouverture vise à permettre à l'Église d'apprendre et de s'adapter, en reconnaissant que "l'Esprit de Dieu y est mystérieusement à l'œuvre" dans le monde contemporain : "Une conversation ouverte et respectueuse avec le monde contemporain offre à l'Église des opportunités de remettre en question et de renouveler sa propre compréhension de la Bonne Nouvelle."

    Les évêques de Belgique demandent donc que "la culture synodale de la conversation soit également utilisée pour engager l'Église dans un dialogue avec les développements actuels du monde qui nous entoure." D'après eux, cela nous aidera "à mieux comprendre les signes des temps à la lumière de l'Évangile."

    Lire la suite

  • La Région wallonne autorise l’inhumation des fœtus

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    Belgique : la Wallonie autorise l’inhumation des fœtus

    16 février 2024
     

    Le 15 février, le gouvernement wallon a adopté, en dernière lecture, une modification du décret « funérailles et sépultures » permettant de faire inhumer dans un caveau familial, ou de faire incinérer, les fœtus décédés avant 6 mois de grossesse, et de récupérer une urne avec les cendres afin de les mettre au columbarium ou chez soi.

    Jusque-là, les fœtus sans vie, entre le 106e jour et le 180e jour de grossesse, ne pouvaient être inhumés que dans les « parcelles des étoiles » créées dans certains cimetières. Les parents pouvaient aussi y disperser les cendres sur la pelouse.

    Le ministre Christophe Collignon, en charge des Pouvoirs locaux, déclare qu’il s’agit d’une question « d’humanité » (cf. Deuil périnatal : « je ne peux pas faire comme s’il n’était pas là »). Il fallait « un cadre clair pour une législation respectueuse » a-t-il précisé.

    Ces changements n’ont pas d’incidence sur les critères nécessaire pour pouvoir enregistrer le fœtus à l’état civil. Les parents peuvent demander une inscription au registre à partir de 140 jours de grossesse (cf. Belgique : la reconnaissance des enfants mort-nés de nouveau en débat). À partir de 180 jours, cela devient une obligation.

    Source : La libre (15/02/2024)

  • A ne pas manquer (mardi 20 février) : Quel rôle pour le chrétien face à la politique ? (Conférence de Rik Torfs)

    IMPRIMER

    Insta.jpg

    Nous avons le plaisir de vous inviter à la conférence suivante :

    Titre : Le chrétien face à la politique

    Conférencier : Prof. Rik Torfs (Ex-recteur de la KULeuven, ex-sénateur, professeur de Droit canonique)

    Date : mardi 20 février 2024  -  Accueil à 19h30

    Lieu :  Auditoire St-Lambert à l’Espace Prémontrés (Rue des Prémontrés 40 à 4000 Liège)

    Inscriptions :

    P.A.F. :

    • En ligne :  étudiant 5€ /  autres 10€
    • A l’accueil : étudiant 7€  /  autres 12€

    Programme :

    • 19h30 : accueil
    • 20h00 : conférence, questions du public
    • 21h30 : drink

    RÉSERVATION :

    Les Belges sont dans l’année de toutes les élections. Pour certains citoyens, il faudra sortir de la torpeur, après tant d’années sans être consulté.

    Les chrétiens sont porteurs de nombreuses valeurs, dont certaines demandent d’être traduites en lois ou en mesures gouvernementales.

    Quelles sont les valeurs auxquelles penser lors de notre évaluation des candidats aux élections ? Y a-t-il une façon chrétienne de voter ?

    La politique a une grande influence sur le comportement des citoyens, sur notre civilisation. A part la responsabilité morale de voter intelligemment, l’Eglise a-t-elle d’autres messages pour les citoyens chrétiens ?

    Les uns et d’autres papes de notre temps ont privilégié eux-mêmes les pistes à suivre par les fidèles :

    Le moraliste Karol Wojtyla, fut un chantre inlassable de la « culture de la vie » et de la liberté citoyenne (spécialement du bloc de l’Est). Puis, avant le militant argentin Jorge Bergoglio (promoteur d’une « Eglise des pauvres » et défenseur intransigeant des migrants), le théologien allemand Joseph Ratzinger s’est concentré sur les fondements éthiques de la politique, les liens entre la raison et la foi ainsi que la liturgie.

    Devant le spectacle que nous offre aujourd’hui le monde politique en cette année électorale, associer politique et Evangile parait bien audacieux ! Est-il possible de croire encore à la politique ? Ne risque -t-on pas de la perdre en s’engageant sur ce terrain ? Incontestablement, c’est un défi. Il s’agit d’être réaliste sur les carences actuelles du monde politique mais de reconnaître aussi la nécessité des institutions incontournables d’un renouveau de la politique.

    La soirée est organisée par un consortium d’associations liégeoises : Sursum Corda, Île-de-Meuse, L’Union (Cercle Royal des Etudiants Catholiques de Liège), RCF Liège, Calpurnia, le Service Diocésain des Jeunes et la Messe des Jeunes de Cornillon.

  • Pourquoi, aux yeux de la RTBF, l'entrée en carême n'est plus un sujet

    IMPRIMER

    Du site de la RTBF :

    Mercredi des Cendres, début du Carême pour les chrétiens : pourquoi la RTBF n’en a-t-elle pas fait un sujet ?

    Saint Valentin, 14 février : reportage sur la fête des amoureux. Ce mercredi 14 février 2024, c’était aussi le mercredi des Cendres et le début du Carême, "la" période importante pour les chrétiens qui entament les préparatifs à la fête de Pâques. Pas de reportage, mais une "simple" mention dans le lancement d’un reportage du journal télévisé sur… Le crossage, une tradition folklorique séculaire à l’honneur à Chièvres. "Le mercredi des Cendres est le premier jour du Carême pour des milliers de chrétiens. La tradition du crossage ne concerne que quelques dizaines de personnes…", reproche un téléspectateur à la RTBF. Un autre : "Je trouve toujours intéressant vos reportages en début de Ramadan, alors que je suis catholique mais pour les événements catholiques, vous déviez toujours vos reportages de l’Avent, de Noël, du Carême, de Pâques… Vers des événements commerciaux ou autres. Seriez-vous allergique à la religion catholique ?"

    Entre mécontentement et émoi en découvrant les journaux télévisés de 13 heures et de 19 heures trente ce 14 février, ces téléspectateurs demandent des explications.

    Françoise Baré est Responsable éditoriale à la cellule Société : "le mercredi des Cendres, on n’a plus fait de sujet - plus autre chose qu’une mention - depuis des années déjà ! Pourquoi ? Mais pour dire quoi, en somme ? Que c’est le début du Carême, une période importante pour les chrétiens, je n’en disconviens pas. Mais encore ? Il y a fort longtemps que nous ne suivons plus le calendrier liturgique. Autrefois, l’abbé Pirard travaillait à nos côtés à la RTBF, délégué par l’institution catholique, mais on a évolué vers une sécularisation. C’est désormais la pratique sociale qui compte, voilà pourquoi à Noël nous parlons des fêtes de famille, des rassemblements, et même, comme lorsqu’à Noël dernier, le nouvel archevêque est entré en fonction, nous suivons sa messe de minuit, car le contenu de son homélie a une portée politique. Mais nous ne comptons pas faire de sujets miroirs systématiques sur chaque étape du calendrier liturgique car cela ne représente plus la société telle que nous la connaissons aujourd’hui. Mais je peux comprendre que cela soit blessant pour les fidèles."

    Aujourd’hui, l’église n’est plus au milieu du village

    Pierre Marlet, référent Info de la Première, qui occupe régulièrement le poste de coordinateur de l’Info, mais qui a aussi été longtemps éditeur du journal télévisé, résume : "aujourd’hui, l’église n’est plus au milieu du village, en quelque sorte ! Il suffit de voir la fréquentation des églises, justement, et de constater que la pratique religieuse catholique n’est pas en progression, bien au contraire. Tout récemment, il a encore été fait mention que sans la présence de prêtres africains, il n’y aurait plus assez de prêtres pour administrer les paroisses. Et le fait religieux catholique est indéniablement plus discret, moins présent dans la vie des Belges qu’autrefois." L’un et l’autre le précisent, la volonté n’est pas de gommer le fait religieux – catholique ou autre – de la couverture de l’information, mais de refléter ce qui se passe dans la réalité : "si les Belges montrent encore un certain attachement à Noël ou Pâques, n’hésitent pas à assister à (ou s’engager dans) des funérailles religieuses, des baptêmes, des mariages (mais peut-être alors pour des questions de décorum), combien de gens pratiquent encore le Carême, comme on a pu le connaître quand j’étais enfant ?" interroge Pierre Marlet.

    Pas privilégier une religion au détriment d’une autre

    En revanche, note Françoise Baré, si nous évoquons la fête du Ramadan, "ce n’est pas parce que nous voulons privilégier une religion par rapport à une autre, mais parce que la religion musulmane est une religion totalisante, c’est-à-dire que même si on n’est pas pratiquant, on y participe car socialement, cela a un sens. Il y a un véritable impact dans le paysage social."

    "Oui," renchérit Pierre Marlet, "et plus encore dans certaines régions du pays. A Bruxelles, notre décrochage radio bruxellois en fera plus état que notre décrochage de Libramont." Françoise Baré : "il y a une mobilisation sociologique vu le nombre de gens concernés, et économique également. Nous tenons à traiter de l’information, sans ostracisme, sans privilège. Et nous nous attachons également à couvrir les aspects liés à l’Histoire et aux traditions. Accorde-t-on trop de place au Carnaval ? C’est peut-être une question qu’on pourrait se poser, c’est un autre débat, mais le Carnaval s’inscrit aussi comme tradition dans les anciens temps chrétiens, concerne des milliers de personnes, s’est imposé dans les pratiques de lien social, de réunion, où on gomme les inégalités."

    L’un et l’autre soulignent qu’il serait certainement intéressant de se pencher sur les pratiques, leur constance, leur disparition, leur éventuel renouveau pour réaliser des sujets de fond, qui échappent aussi en quelque sorte à une date calendrier. "Le Carême c’est une période de 40 jours, il ne nous est pas interdit de nous pencher sur des personnes qui le pratiquent encore, pour interroger leur motivation." Et si, pour répondre au reproche de ce téléspectateur qui s’inquiète de voir la RTBF dévier du calendrier des événements catholiques pour couvrir d’autres aspects, y compris commerciaux, Françoise Baré reconnaît que pour Pâques, "on parlera sûrement d’œufs en chocolat, on ne boudera pas pour autant la traditionnelle bénédiction papale urbi et orbi."

  • Philo à BXL; 20 février : « Aristote : Le maître de ceux qui savent » avec Stéphane Mercier

    IMPRIMER

    Logo 'Philo à Bruxelles'.

    INVITATION CONFÉRENCE

    Le mardi 20 février, à 19h30, venez philosopher sur le thème

    « Aristote : Le maître de ceux qui savent »

    Adresse sur place :

    Salle - FCE
    Rue du Cornet, 51
    1040 Bruxelles

    Depuis chez vous :
    Vous pouvez également suivre la conférence en direct ici.

    P.A.F. libre :

    Participez à l’enseignement de la bonne philosophie !

    Affiche de la conférence intitulée 'Aristote : Le maître de ceux qui savent' présentée par Stéphane Mercier. L'événement est organisé par 'Philo à Bruxelles' et se tiendra à 19h30 le mardi 20 février 2024. L'image montre le Mont des Arts de Bruxelles avec ses jardins au coucher du soleil.

    Si, contrairement à Platon, il a connu plusieurs siècles d’éclipse durant l’Antiquité, Aristote s’est finalement imposé, en Occident, comme « le maître de ceux qui savent », selon les mots de Dante (un autre classique — seulement de la littérature ?), et son œuvre a incontestablement rang de classique.

    Mais cette œuvre, telle qu’elle nous a été conservée, est plus considérable encore que celle de Platon, et sa lecture n’est pas moins déroutante. S’il nous est difficile de suivre Platon, imprégné d’une conceptualité pythagoricienne largement impénétrable, lire Aristote n’est pas moins difficile, mais pour d’autres motifs : le style, l’allure générale et l’expression sont d’une étrange densité qui nous déconcerte et ne peut manquer de nous rebuter.

    Alors, comme pour Platon, nous commencerons, dans le cadre de cette cinquième conférence, par baliser le terrain en proposant une approche générale de la philosophie aristotélicienne, avant que de traiter, ultérieurement, de quelques-uns de ses aspects les plus déterminants pour la pensée occidentale.

    Inscription en un clic

    Avez-vous un compte adhérent sur philo.brussels ?

    Connectez-vous gratuitement ici pour télécharger et écouter toutes les conférences sur votre téléphone, votre tablette, votre ordinateur, avec ou sans internet :

    Connexion
  • Triste record : les Belges n'ont jamais eu si peu d'enfants depuis 1942 !

    IMPRIMER

    De Ludovic Jimenez sur le site de La Libre :

    Jamais les Belges n’ont fait si peu d’enfants depuis 1942

    13/02/2024

    Les Belges font moins d’enfants. En 2023, 110 400 bébés ont vu le jour dans le pays, soit 4,5 % de moins que sur la moyenne de la période 2019-2022, ce qui correspond au plus faible nombre annuel de naissances depuis 1942, selon les chiffres de Statbel, l’office belge de statistique.

    Cela représente quelque 5 200 naissances de moins que sur la période 2019-2022, durant laquelle on a dénombré en moyenne 115 587 naissances par an, ce qui marquait déjà une forte baisse. Ce constat s’inscrit dans une tendance à plus long terme amorcée depuis une vingtaine d’années, aggravée par l’arrivée du coronavirus.

    "Si on regarde la période avant 1930, c’est-à-dire depuis que Statbel collecte les chiffres, on voit que l’année avec le moins de naissances est l’année 1918", précise Wendy Schelfaut, directrice de la communication chez Statbel. "Au classement des années qui ont connu le moins de naissances, 2023 se classe à la septième place. Cette évolution s’inscrit dans une tendance à la baisse depuis plusieurs années."

    La période de guerre avait en effet fait chuter le nombre de naissances : alors qu’en 1938, les Belges avaient fait plus de 130 000 bébés, et en 1939 plus de 126 000, ce chiffre était tombé à 110 323 en 1940, 98 417 en 1941 et 105 749 en 1942.

    Le rapport de Statbel montre des différences régionales assez marquées. En effet, les chiffres affichent une baisse en Région flamande (−2,3 %) et en Région wallonne (−5 %) et une nette baisse en Région de Bruxelles-Capitale (−12 %) par rapport à la période 2019-2022.

    "Quand on regarde le top 15 des années où il y a le moins de naissances, on voit par exemple que l’année 2002 arrive à la huitième place juste avant 2003, il y a donc des facteurs économiques qui peuvent expliquer ce phénomène, poursuit-elle. Aujourd’hui, les raisons sont multiples et peuvent aussi découler des effets de la guerre et du contexte de crise."

    Si on entre davantage dans le détail, un peu plus de 34 100 naissances ont été enregistrées en Wallonie, ce qui représente quelque 1 800 naissances de moins qu’en moyenne sur la période 2019-2022, soit une baisse de 5 %. Un peu moins de 13 900 naissances ont été enregistrées dans la Région de Bruxelles-Capitale, soit une baisse d’environ 1 900 naissances par rapport à la période 2019-2022. Bruxelles affiche dès lors la plus forte baisse du nombre de naissances de toutes les régions, avec un recul de 12 % par rapport à la même période de référence.

    Entre les inquiétudes liées au contexte post-Covid, la guerre en Ukraine et la survenue de l’inflation, plusieurs facteurs ont été identifiés par les démographes pour expliquer ce phénomène. Le fléchissement de la fécondité des femmes belges, conjugué à la hausse de l’âge au premier enfant, a mécaniquement entraîné la lente décrue de la courbe des naissances.

    D’autres tendances de fond viennent s’ajouter aux explications, comme la fragilité économique ou un besoin d’émancipation individuelle qui est plus fort aujourd’hui, tout cela conjugué à une forme d’incertitude ressentie par la jeune génération. Les femmes diplômées sont celles qui se projettent le plus en dehors de la maternité, elles s’investissent et s’épanouissent dans d’autres domaines personnels ou professionnels.

    En France comme dans la majorité des pays européens, le phénomène est similaire. Il y a quelques semaines, le président français Emmanuel Macron affirmait vouloir "réarmer" la France. Un réarmement militaire, civil, moral, mais aussi démographique. L’institut français de statistique, l’Insee, vient également de publier des chiffres inquiétants, montrant une baisse de la natalité de 6,6 % en France par rapport à 2022, soit le plus faible nombre de naissances depuis 1946. Si, à court terme, la baisse du nombre de naissances peut avoir un effet positif sur les finances publiques, à long terme, le vieillissement de la population risque de menacer le financement des systèmes de retraite, de soins de santé et de protection sociale.

  • 16/2 - 18/2 : La passion selon saint Jean de Bach par l'ensemble vocal Marignan à Liège et à Verviers

    IMPRIMER

    Peut être une image de clarinette, harpe et texte qui dit ’L'ENSEMBLE VOCAL MARIGNAN sous direction de Joël Hurard avec ensemble Ellipse solistes Geoffrey Favette, Céline Vieslet, Guillaume Vincent SOUS présente La Passion selon Saint-Jean Vendredi 16 février 2024 à20h Eglise Sainte-Marie-des -Anges Place des Franchises Dimanche 18 février 2024 16h Eglise Sainte-Julienne Avenue Léopold 4800Ve rviers Entrée Carré d'or 28€ (prévente 25€) Catégorie 2:23€ prévente 20€) Catégorie 18€ (prévente 15€) Etudiants 10€ Réservations ensemblevocalmarignan@gmail.co’

    La Passion selon St Jean

    Concert "La Passion selon St Jean"  de Jean-Sébastien Bach par l'Ensemble Vocal Marignan, sous la direction de Joël Hurard, avec solistes et instrumentistes professionnels.

    Le vendredi 16 février à 20h à l' église Ste Marie des Anges à Liège et le dimanche 18 février à 16h à l'église Ste Julienne à Verviers.

  • Liège, Mercredi des Cendres le 14 février 2024 : ouverture du Carême 2024 à l’église du Saint-Sacrement (Bd d’Avroy, 132)

    IMPRIMER

  • Rencontre avec Nathalie Lacroix, vierge consacrée, théologienne et psychologue spécialiste en addictologie à Bruxelles

    IMPRIMER

    De KTO Télevision :

    Rencontre avec Nathalie Lacroix

    11/02/2024

    Pour ce nouvel entretien, Régis Burnet reçoit une théologienne pas comme les autres, qui a mené pas moins de quatre vies de front ! Vierge consacrée, Nathalie Lacroix est aussi psychologue spécialiste en addictologie à l’hôpital en Belgique et elle a exercé de nombreuses responsabilités au sein du mouvement jésuite Communauté de Vie chrétienne (CVX). « Avec saint Ignace, je me suis dit : il y a un salut pour les gens passionnés et excessifs ! Si on a de grands désirs, c’est une bonne chose, car le désir est le moteur des femmes et des hommes. »

  • « Fiers d’être Bourguignons » ? L’héritage d’Henri Pirenne

    IMPRIMER

    De Paul Vaute sur son blog "Le Passé belge" :

    Image du logo du site

    « Fiers d’être Bourguignons » ? L’héritage d’Henri Pirenne

    2 février

       En 1932, Lucien Febvre, cofondateur en France des Annales d'histoire économique et sociale, qualifia d' "acte national" l'Histoire de Belgique d'Henri Pirenne, qu'il tenait pour un de ses inspirateurs. Evidemment, on ne peut être la figure de proue d'un récit national sans être ipso facto dénigré par les tenants d'identités concurrentes – flamande, wallonne… – se voulant en outre exclusives. Mais dans comme hors de nos frontières, l'historien né à Verviers en 1862, mort à Uccle en 1935, demeure une référence et un père de ce qu'on appellera plus tard la nouvelle histoire, entendez celle qui explore et intègre pleinement les données de la vie matérielle et de la vie culturelle aux sens les plus larges.

       La carrière même du maître épouse de bout en bout les diversités belges. Venu au monde en terres ci-devant principautaires, formé d'abord à l'Université de Liège, il approfondit sa science en Allemagne et en France avant d'être, pendant plus de quarante ans, professeur à l'Université de Gand  puis, après s'être opposé à la néerlandisation complète de cette institution, à celle de Bruxelles.