Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Belgique

  • Le Congo belge : une "colonie modèle"

    IMPRIMER

    D'Emizet François Kisangani, économiste et politologue, Professeur à l'Université de Kansas (USA), auteur de "The Belgian Congo as a developmental state : revisiting colonialism", sur la Libre du 7 février 2023, pp. 32-33.

    Pourquoi le Congo belge était une "colonie modèle"

    Stabilité politique, infrastructures (routes, voies ferrées, eau potable…), industrie manufacturière, santé publique, éducation : le Congo belge (1908-1959) était tellement développé qu’on l’appelait "Poto Moyindo" ou "l’Europe noire". Des kleptocrates postcoloniaux ont transformé ce pays en "enfer sur terre".

    Dans l’une de ses fameuses chansons, le père de la musique congolaise Antoine Wendo avait décrit le Congo belge de l’après-guerre comme Poto Moyindo ou "l’Europe noire". En effet, la croissance économique annuelle oscillait autour de 5,2 % dans les années 1950. L’inflation était d’environ 1,08 % par an dans la même décennie. Le produit intérieur brut (PIB) par habitant était en moyenne de 2.850 dollars américains aux prix de 2015. Dans les années 1950, les Congolais étaient approvisionnés en eau potable un peu partout et la malnutrition était inconnue au Congo belge.

    Pays le plus développé en Afrique

    En 1955, le Congo belge avait plus de 2 500 industries manufacturières éparpillées dans tous les secteurs de l’économie. Résultat, la colonie avait plus de deux millions de salariés industriels. Il s’avère que ce nombre était le plus élevé en Afrique. Conséquence, la contribution de l’industrie manufacturière dans le PIB se montait à environ 18 % en 1955. Cette performance économique était aussi la plus élevée en Afrique subsaharienne. Plus précisément, les industries manufacturières produisaient 45 % des biens de consommation, c’était là le résultat d’une industrialisation basée sur la substitution des importations qui débuta au début des années 1920. À titre de comparaison, il faut savoir que, dans les années 1930, toutes les colonies européennes en Afrique demeuraient d’une manière prédominante agraires. Plus impressionnant fut le fait que le Congo belge avait plus de routes en excellent état, plus de voies ferrées (à l’exception de l’Afrique du Sud) et plus de voies navigables que toutes les autres colonies en Afrique. Le Congo belge possédait aussi la meilleure infrastructure sanitaire en Afrique subsaharienne. Bien que l’éducation secondaire et tertiaire ne fit pas partie de la politique sociale coloniale, plus de 90 % des enfants congolais en âge de scolarisation étaient inscrits gratuitement à l’école primaire. Ce nombre impressionnant était aussi le plus élevé en Afrique.

    Une "colonie modèle"

    Contrairement à l’État indépendant du Congo (EIC) sous Léopold II (1885-1908) et l’État postcolonial depuis juillet 1960, le Congo belge (1908-1959) était connu comme une "colonie modèle" et un "paradis" pour les investissements directs étrangers grâce à sa stabilité politique et ses ressources naturelles fabuleuses. En bref, le Congo belge était un État providence semblable au même système qui se développait en Belgique. Le Congo belge était réellement un Poto dans les années 1950.

    Lire la suite

  • Les cours de religion et morale bientôt optionnels dans l’enseignement officiel ?

    IMPRIMER

    Lu sur la Libre de ce 6 février, p. 8 :

    Les cours de religion et morale pourraient ne plus être qu’optionnels dans l’enseignement officiel….

    À partir de septembre 2024, les cours de religion ou de morale pourraient progressivement disparaître de la grille horaire officielle dans l’enseignement officiel, au bénéfice d’un supplément d’éducation à la philosophie et citoyenneté, rapporte samedi Le Soir. C’est en effet le sens d’une note d’orientation rédigée par la ministre de l’Éducation, Caroline Désir (PS) que le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles soumet en ce moment à la concertation avec les pouvoirs organisateurs et les syndicats.

    Trois scénarios sont évoqués par le cabinet de la ministre de l’Éducation Caroline Désir (PS) dans ce document adopté à la veille de Noël.

    • Un : la suppression pure et simple des cours philosophiques au bénéfice de deux heures d’éducation à la philosophie et la citoyenneté.
    • Deux : deux heures d’éducation à la philosophie et la citoyenneté et, au choix, une heure d’éducation à la philosophie et la citoyenneté ou religion/morale.
    • Trois : deux heures d’éducation à la philosophie et la citoyenneté pour tout le monde et une heure de religion/morale à titre optionnel.

    Ce serait ce troisième scénario qui serait privilégié par le gouvernement. En pratique, la grille horaire (28 périodes en primaire, 30 à 34 en secondaire) comporterait alors deux heures d’éducation à la philosophie et citoyenneté obligatoires pour tous. Les écoles devraient y ajouter une heure lorsque les familles solliciteront l’enseignement d’une des cinq religions reconnues (catholique, islamique, protestante, orthodoxe, israélite) ou de la morale laïque. Cette heure qualifiée "d’optionnelle" se glissera dans le temps scolaire selon des modalités qui restent à définir (fin de journée ou heure de fourche, mais temps de midi ou samedi exclus)

  • Philo à Bruxelles, 7 février : "À l’ombre du Portique ? L’héritage stoïcien en régime chrétien"

    IMPRIMER

    Philosophie à Bruxelles à la Grand-Place

    Retrouvons-nous le mardi
    7 février, à 19 h 30, pour la

    Conférence de Stéphane Mercier sur le thème

    À l’ombre du Portique ?
    L’héritage stoïcien en régime chrétien.

    Adresse sur place :

    À la Bécasse
    Rue de Tabora 11, 1000 Bruxelles
    salle à l’étage

    Je m’inscris

    ­Depuis chez vous :
    Vous pouvez également suivre la conférence en direct ici.

    L’héritage stoïcien en régime chrétien

    Nous retournerons plus tard au carrefour évoqué précédemment, mais poursuivons d’abord, avec la cinquième conférence, dans la voie que nous aura pavé cet exposé consacré aux Apologistes. Pour permettre à l’intelligence du mystère révélé d’être, comme je le suggérais, le levain de Dieu dans la pâte du siècle, et soulever les ressources de la nature à l’ordre surnaturel, il importe de voir comment le christianisme peut se nourrir de la culture antique pour la digérer. Oui, digérer. Un mot fascinant, quand on le prend à la racine plutôt qu’on ne le réduit aux suites d’un repas.

    Qu’est-ce en effet, exactement, que la digestion ? La répartition, le classement. De là l’emploi du terme « Digeste » pour désigner le grand œuvre de la législation impériale à la fin de l’Antiquité : je doute que le droit soit une matière aisément digeste au sens ordinaire du mot, mais un digeste est ici un ensemble organique, classé, où les éléments se répondent au sein d’une structure d’ensemble. Digérer, ce n’est donc pas entasser, c’est classer, trier, répartir, et, pour un vivant, procéder à la répartition qui rend possible l’assimilation : digérer, c’est intégrer à sa propre substance.

    C’est bien là ce que va faire la pensée chrétienne, à l’instar des abeilles de Sénèque qui butinent pour former le bouquet de saveurs caractérisant le miel qu’elles produisent en propre. Et justement, parmi les œuvres de la philosophie antique, celles de stoïciens se révèlent largement compatibles avec l’éthique promue par le christianisme : cette cinquième conférence nous donnera ainsi occasion de suivre la trame stoïcienne cultivée par la tradition chrétienne depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque moderne.

  • Saint Mutien-Marie (30 janvier)

    IMPRIMER

    DuoMutien.gifFêté aujourd'hui : saint Mutien Marie Wiaux, F.E.C. (1841-1917) (source)

    Le Frère MUTIEN MARIE (Louis JOSEPH WIAUX) que l'Eglise a élevé au rang des Saints, naquit le 20 mars 1841 à Mellet, en Belgique, et fut baptisé le jour même. Ayant reçu de ses parents une éducation profondément chrétienne, appuyée d'exemples, il devint vite lui-même un modèle pour ses compagnons, particulièrement par sa dévotion à la Vierge.

    Après ses études primaires, il alla travailler à l'atelier de son père, forgeron de Mellet. Peu de mois après, le Seigneur l'appela à une vie toute consacrée à son service.

    A quinze ans, le 7 avril 1856, il entre au noviciat des Frères des Ecoles Chrétiennes. Le jour de la fête de la Visitation, il revêt l'habit religieux et reçoit le nom de Frère Mutien Marie.

    Le champ de son premier apostolat catéchétique et pédagogique fut une classe d'enfants à Chimay. Pendant un an, il enseigne à Bruxelles. En 1859, il est transféré au Collège de Malonne: il y restera jusqu'à sa mort survenue en 1917.

    Ayant trouvé des difficultés d'ordre professionnel, attribuables à son jeune âge et à son inexpérience, il court le risque d'être écarté de la Congrégation comme inapte à l'apostolat de l'école. Après cette dure épreuve, il est affecté à des activités humbles et cachées dans des fonctions plutôt modestes: surveillances, leçons élémentaires de dessin et de musique, sans être particulièrement doué pour ces deux disciplines.

    Lire la suite

  • "Comment ne pas te louer" : comment un chant catholique est devenu viral sur Tik Tok

    IMPRIMER

    Du site de la Libre :

    "Ma chanson passe en boîte de nuit" : comment un chant catholique, composé par un prêtre belge, est devenu viral sur TikTok

    ”Comment ne pas te louer” est la véritable tendance du moment sur les réseaux sociaux.

    28-01-2023

     
    Un rythme entraînant, des paroles à la gloire de Jésus et une sonorité gospel : c’est le combo gagnant du moment sur TikTok ! Si vous êtes sur le réseau social, vous n’avez pas pu passer à côté du tube “Comment ne pas te louer”.

    Les plus grands influenceurs de la plateforme, comme Maeva Ghennam, repartagent en masse cette chanson depuis quelques semaines. Et la bonne nouvelle, c’est que ce carton a un petit accent belge.

    En effet, le tube a en effet été composé il y a 15 ans par un prêtre belge passioné de musique, Aurélien Saniko.

    Celui qui a été le curé de la paroisse Saint-Jean-Baptiste à Molenbeek n’avait pas vu venir le phénomène. “Depuis, j’ai eu une pluie de messages provenant du monde entier, confie-t-il à nos confrères de RTL Info. Des gens m’ont remercié pour ce chant.”

    Au vu du succès de la chanson sur la toile, des DJ se sont amusés à en crééer des remix, qui passent même aujourd’hui en soirée. “Ce titre a transcendé la sphère religieuse pour se retrouver dans les boîtes de nuit, s’émerveille Aurélien Saniko. C’est merveilleux que les gens chantent et dansent l’amour.”

  • Liège, le jeudi 2 février 2023: célébration festive de la Chandeleur en l'église du Saint-Sacrement (Bd d'Avroy, 132)

    IMPRIMER

  • Liège (basilique Saint-Martin), 29 janvier : Concert des Petits Chanteurs de Belgique au profit de KTO Belgique

    IMPRIMER

    Chers amis de KTO Belgique,

    Nous vous rappelons notre grand concert des Petits Chanteurs de Belgique ce dimanche 29 janvier à 15h30 à la basilique saint-Martin de Liège au profit de KTO. Les plus beaux chants sacrés : Mozart, Fauré, Verdi, Berthier ainsi que des chansons enfantines et un medley de Noël.

    Une table ronde suivra à propos de KTO, en présence de Mgr J-P Delville et de représentants de la chaine. Venez rencontrer et soutenir KTO à Liège.

    Billets en vente

    - à la librairie Siloë Liège
    - en ligne via https://www.billetweb.fr/concert-petits-chanteurs-kto-belgique-liege

    Voici la bande annonce pour vous donner un avant-goût de ce concert.
    Cliquez sur l’image pour démarrer la vidéo.

    Lien direct vers la vidéo : https://fb.watch/ihmWebBZfi/

    Pour toutes les informations :
    https://www.ktotv.com/page/concert-belgique

  • Bruxelles, 13 février : Bioéthique en Belgique; état des lieux et perspectives pour 2023 (une conférence de l'IEB)

    IMPRIMER

    L'Institut Européen de Bioéthique (IEB) vous propose une soirée inédite sur l’actualité belge et européenne des grands sujets de bioéthique, les propositions de loi en cours et les perspectives bioéthiques pour 2023. 

    Venez découvrir les nouveautés pour se former, les ressources de l'IEB pour vous informer et bien sûr, des initiatives inspirantes et de bonnes nouvelles !

    Intervenants :

    • Dr Léopold Vanbellingen, chargé de recherche (IEB)
    • Odile Maisonneuve, assistante de recherche (IEB)
    • Constance du Bus, juriste et chargée d'étude (IEB)

    Ouvert à tous, sur inscription.

    Lundi 13 février 2023

    20h-21h30

    Hôtel Chambord – Rue de Namur 82, 1000 Bruxelles

    Metro : Porte de Namur

    GRATUIT – Inscription obligatoire avant le 8 février

  • Lavaux Ste-Anne, 18 février : Journée Laudato Si

    IMPRIMER

    Bonjour à tous,

    Le samedi 18 février dès 9h15 et jusqu’à 17h, nous aurons la joie de nous retrouver à la Fraternité de Tibériade qui nous accueillera à Lavaux Ste-Anne, pour une nouvelle Journée Laudato Si.

    L’invité « phare » de cette rencontre sera Martin STEFFENS, philosophe et enseignant à Metz. Auteur de nombreux livres, il énonce clairement les défis du monde actuel et nous appelle à nous (r)éveiller. Son intervention aura comme titre :

    « Préparer aujourd’hui pour réparer demain ».

    Réflexions libres et philosophiques pour nous conscientiser à l’enjeu des crises.

    Le mot “réparer” est à la mode. On parle de réparer le monde, la nature, l’océan, le travail… Tout est-il donc cassé ? En panne ? Certaines choses le sont en effet, et il est bon de comprendre ce qui suscite aujourd’hui tant de peur et de souffrance.

    Mais redémarrer l’avenir ne se peut sans s’émerveiller et puiser la force dans des liens déjà existants - à commencer par ceux qui nous réuniront ce jour !

    L’intervention de Martin Steffens sera suivie du témoignage de David, qui avec sa femme Hélène et leurs 3 enfants, a fait le choix d’une vie simple mais remplie de l’essentiel. Engagés 7 ans dans les prisons pour mineurs à Madagascar, il nous témoignera du travail de « Grandir Dignement » l’ONG qu’ils ont fondée.

    Après le repas (auberge espagnole), vous pourrez choisir 1 atelier parmi les 5 qui vous sont proposés :

    1. Comment utiliser les Huiles essentielles dans la pharmacopée familiale ? Avec Jean-Philippe Vandenschrick
    Inscriptions par ici.

    2. Découverte de quelques plantes sauvages comestibles avec Etienne Marchot
    Promenade-cueillette avec passage sur/sous clôtures de prairies - prendre ses bottes et un sac en papier pour les plantes. Inscriptions par ici.

    3. Principes clés qui permettent de s’organiser au mieux pour devenir acteurs d’un nouvel avenir : comment créer des communautés [de laïcs] pour contribuer à la transition ? animé par Jean-François Berleur. Inscriptions par ici.

    4. Choix éthique dans les moyens de communications, se libérer de la surveillance numérique et des GAFAM ? Eric Feillet et Erick Mascart. Inscriptions par ici.

    5. Économie et Finance : la fin d’un système ? Découverte du concept de la Monnaie Libre, Carine Brochier. Ouverture d’un compte membre et processus de certification, Anne Snyers. Inscriptions par ici.

    La journée se clôturera vers 16h45, et pour ceux qui le souhaitent, par la célébration de l'Eucharistie avec la Communauté à 17h.

    Intéressé par cette journée ? Que vous reste-t-il à faire ?

    1. Cliquez sur le lien de l’atelier auquel vous souhaitez participer. (1 formulaire par participant). Le nombre de participants par atelier étant limité pour permettre à chacun d’en retirer un maximum, ne tardez donc pas à vous inscrire…
    2. Bloquez la date dans votre agenda.
    3. Partager cette invitation à vos amis et connaissances. Le changement se joue aussi avec les autres !

    En route vers un « nouveau monde »,

    Paix et Joie,

    A bientôt !

    Eric et Violaine, Nicolas et Agneszka, Fr. Cyrille, François et Carine.

    P.S. 1. D’autres précisions pratiques pour la journée seront envoyées à chaque participant, quelques jours avant la rencontre.

    P.S. 2. Et si vous le voulez, il y a aussi le lendemain, le dimanche, une occasion de prolonger nos rencontres et partages car la Fraternité de Tibériade organise son « Dimanche autrement » à la suite de la journée Laudato Si. (pas d’inscriptions pour le Dimanche voir site pour repas)

  • Un prêtre namurois en voie de béatification ?

    IMPRIMER

    De Bertrand Goethals sur Kerk & Leven :

    Un prêtre namurois bientôt béatifié ?

    17 janvier 2023

    Le diocèse recherche des témoignages sur Joseph André

    Le prêtre namurois Joseph André (1908-1973) sera-t-il bientôt béatifié ? Si cela dépend du diocèse de Namur, oui. Les descendants de son entourage ont pris l'initiative d'entamer le processus de béatification. "Sans se rendre compte de ce que cela implique", confesse le prêtre Bruno Jacobs du diocèse de Namur. "Pour ouvrir un tel dossier, la personne en question doit remplir certaines conditions. Par exemple, une aura de sainteté doit entourer la personne, au moins localement. Il doit être l'objet de la prière au sein de la communauté de foi. Nous savons maintenant qu'il était particulièrement aimé de son entourage, mais qu'en raison de sa grande modestie, il était peu connu. C'est dommage, car il était une figure remarquable de notre diocèse."

    Protecteur des Juifs

    Le prêtre Joseph André a passé deux ans au noviciat des Jésuites à Arlon. Cependant, une mauvaise santé l'empêche d'y rester. Il s'est consacré à la protection des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Pour cela, Israël lui a déjà décerné le titre honorifique de Juste parmi les Nations en 1967. En 1941, l'ecclésiastique namurois ouvre discrètement la Maison des Œuvres de la paroisse à une grande organisation dans le but de sauver les enfants juifs de la déportation. La maison est devenue un centre de transit où les enfants séjournaient pour une courte période, juste le temps de trouver une institution religieuse ou une famille à la campagne où ils pouvaient se cacher en toute sécurité. Pour les nourrir, le prêtre André et ses associés parcouraient la campagne, de ferme en ferme, pour mendier de la nourriture et chercher un abri pour les protégés. Guidé par une amitié personnelle pour les Juifs et un grand respect pour la liberté religieuse, André n'a jamais entrepris de tenter de baptiser les enfants ou de les convertir au christianisme. Joseph André fait parfois l'objet de méfiance de la part de la Gestapo et est convoqué pour des interrogatoires. Pourtant, il n'a jamais pu être arrêté.

    Accueil des Hongrois

    Pendant une dizaine d'années après le soulèvement hongrois de 1956, le père André a organisé l'accueil des réfugiés hongrois au château de l'Horloge à Bomel. Il hébergeait une douzaine de jeunes hommes, ainsi que quelques personnes âgées. Avec l'aide de quelques bénévoles, il s'est occupé de leur fournir du pain et un abri, ainsi qu'un soutien social, moral et religieux. En raison du déracinement et de la désorientation de ses protégés, cette tâche était tout sauf évidente. En même temps, il devient aumônier de la prison de Namur. Cette position lui a permis de rechercher des solutions aux situations juridiques difficiles dans lesquelles se trouvaient certains de ses protégés.

    Malgré son caractère humble, la figure de Joseph André a captivé l'imagination de beaucoup. Par exemple, son histoire a inspiré le roman L'Enfant de Noé de l'auteur français Éric-Emmanuel Schmitt, et une bande dessinée sur le prêtre namurois a déjà été publiée. Alors maintenant, une béatification peut être ajoutée.

    Pour donner du poids au dossier de Joseph André, le prêtre Bruno Jacobs recherche des témoignages de personnes qui l'ont connu. "Il n'avait que 65 ans lorsqu'il est mort, dans son bureau d'aumônerie de la prison de Namur", rappelle M. Jacobs. "Il ne reste donc plus beaucoup de sources vivantes. Les Juifs qu'il a pu protéger sont eux-mêmes morts depuis longtemps ou étaient trop jeunes pour se souvenir de lui. Il est donc important d'atteindre rapidement les dernières personnes qui l'ont connu."

  • Les changements d’affectation des lieux de culte catholique se multiplient en région liégeoise

    IMPRIMER

    Du site de la RTBF :

    Fermer des églises, oui, mais pour quoi faire ? Les autorités diocésaines liégeoises prônent plutôt un partage avec "d’autres chrétiens"

    La basilique de Cointe transformée en centre d’escalade, l’église du Bouhay en hébergement pour femmes en détresse, la chapelle Notre-Dame-en-Chemin à Boncelles en bureaux, du logement en projet à la paroisse Saint-Lambert de Soumagne ou à l’ancien monastère de Chèvremont, les exemples de changement d’affectation des sanctuaires religieux ne manquent pas, en région liégeoise, sans parler de l’hypothèse d’un musée à Saint-Pholien en Outremeuse. Pour Saint-Pierre à Saive ou Saint-Antoine-l’Hermite à Queue-du-Bois, les réflexions sont en cours. Les reconversions ne sont pas aisées. Les édifices appartiennent parfois à des congrégations, mais souvent, ils sont propriétés publiques, et les opérations de désacralisation passent par des autorisations communales ou régionales. L’évêché ne maîtrise pas tous les éléments pour éviter qu’un acheteur fasse n’importe quoi. Mais il tente de conserver à ces lieux la dignité de leurs fonctions. Ça passe souvent par un partage avec d’autres chrétiens : les syriaques à Saint-Simon-des-Oliviers à Herstal, les orthodoxes grecs à Saint-Jean-Baptiste de Verviers, les géorgiens à la chapelle du Calvaire du Laveu, voire des évangélistes aux Oblats.

    Il y a là un patrimoine à conserver, mais les frais de chauffage ou d’entretien de bâtiments presque vides et souvent mal isolés déplaisent fortement aux autorités locales. Les pressions à fermeture ont tendance à s’accentuer. Mais le vicaire épiscopal de Beukelaer, dans cet épisode de Liège en Prime, joue la conciliation, la temporisation, la négociation. Une politique immobilière toute en nuances.

  • Avant-première : quelques extraits du dernier livre de Mgr Léonard « L’Eglise dans tous ses états »

    IMPRIMER

    De cathobel :

    Découvrez quelques extraits du dernier livre de Mgr Léonard « L’Eglise dans tous ses états »

    Trois ans après s’être livré dans son « Journal de campagne » (Luc Pire, 2019), l’évêque émérite de Namur, ancien archevêque de Malines-Bruxelles, ayant succédé au cardinal Danneels, Mgr Léonard revient avec un ouvrage où il raconte « 50 ans de débat autour de la foi. »

    Benoit XVI, les médias et l’Eglise

    Quels souvenirs garde-t-il de Benoit XVI? comment a-t-il vécu les (nécessaires mais complexes) relations avec les médias ? quel avenir entrevoit-il pour l’Eglise? Voici quelques extraits choisis de « L’Eglise dans tous ses états », paru aux éditions Artège.

    Feuilleter l’introduction de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

    « Il y a des hommes dont le regard est un signe de Dieu »

    J’ai appris à le connaître plus profondément à l’occasion des réunions de la Commission. J’ai admiré sa simplicité, son humilité. Au début de la semaine, il ouvrait la séance en latin, le parlant très aisément, après quoi il se taisait pendant la plupart des débats. Mais, le soir venu, il faisait en italien un résumé de ce qui avait été dit pendant la journée et ouvrait des pistes pour le lendemain. Il parlait très peu, mais quand il parlait, ses paroles valaient de l’or.

    Lire la suite