Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Belgique

  • Philo à BXL / 17 juin : « Boèce et la recherche du bonheur... face à l'adversité » avec Stéphane Mercier

    IMPRIMER

    2024_06_12_16_18_59_Greenshot.png

    2024_06_12_16_21_41_Greenshot.png

    2024_06_12_16_22_30_Greenshot.png

  • La Cour Européenne des Droits de l'Homme valide l’interdiction des signes religieux visibles faite aux élèves belges

    IMPRIMER

    Du site de l'ECLJ :

    La CEDH valide l’interdiction des signes religieux visibles faite aux élèves belges

    11 juin 2024

    Saisie par trois jeunes Belges musulmanes qui souhaitaient conserver leur voile islamique dans leur établissement scolaire malgré l’interdiction du port de signes religieux visibles, la Cour européenne des droits de l'homme a jugé le 9 avril 2024 que cette interdiction était légitime et proportionnée aux fins d’assurer la protection des droits et libertés d’autrui et de l’ordre public. Malgré les recommandations contraires des Comités onusiens, la jurisprudence de la Cour demeure constante. 

    Dans son arrêt Mikyas et autres contre la Belgique du 9 avril 2024 (n° 50681/20), la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a estimé que l’interdiction pour les élèves de porter des signes religieux visibles, au nom de la neutralité de l’enseignement, « ne heurte pas en soi » l’article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme (liberté de religion), et ce même s’il peut exister d’autres conceptions de cette neutralité. L’affaire concerne trois jeunes femmes musulmanes qui indiquent porter le voile islamique en accord avec leurs convictions religieuses.  

    En 2009, le Conseil de l’enseignement officiel organisé par la Communauté flamande décida d’étendre à l’ensemble de son réseau l’interdiction du port de signes convictionnels visibles, voulant ainsi lutter contre « une ségrégation, non seulement entre les écoles, mais aussi entre les élèves du même établissement ». En effet, le Conseil déplorait des pressions sur des jeunes filles pour leur faire porter certains symboles convictionnels. Il regrettait également le fait que le choix de l’école soit exclusivement déterminé par l’autorisation ou non de symboles convictionnels. En 2017, les parents des requérantes, scolarisées dans des établissements du réseau du Conseil, demandèrent à la justice belge que cette interdiction soit déclarée illégale car ils l’estimaient contraire à la liberté de religion. 

    Accusations d’islamophobie et misogynie : la mauvaise foi des requérantes encouragée par l’ONU mais condamnée par la CEDH 

    Devant la CEDH, les requérantes contestent le but légitime d’une telle interdiction. Selon elles, la mesure vise en réalité à « dissuader les jeunes filles musulmanes de s’inscrire dans les établissements scolaires concernés ». Dans leurs observations, le Centre des droits de l’homme de l’Université de Gand et l’Equality Law Clinic de l’Université libre de Bruxelles affirment que l’interdiction litigieuse témoigne « d’une hostilité croissante à l’égard des musulmans » et « invitent la Cour à adopter, pour appréhender la question de la vulnérabilité des jeunes filles musulmanes, une approche intersectionnelle, c’est-à-dire une approche qui prenne en compte non seulement leur religion, mais aussi leur genre, leur âge et leur race ».  

    Cette « approche intersectionnelle » trouve sa justification dans les observations des différents Comités de l’ONU. En 2014, le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale avertissait que l’interdiction du « port de symboles religieux dans toutes les écoles » de la communauté flamande était « susceptible d’ouvrir la voie à des actes de discrimination contre les membres de certaines minorités ethniques ». Des positions similaires furent tenues par le Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes, le Comité des droits de l’enfant, le Comité des droits de l’homme et le Comité des droits économiques, sociaux et culturels, ce dernier évoquant même en 2020 « le risque de décrochage scolaire causé » par cette interdiction. 

    La Cour écarte en bloc les positions des Comités de l’ONU. D’une part, la question porte sur la « compatibilité de l’interdiction litigieuse avec la Convention européenne des droits de l’homme dont elle assure le respect », et non pas sur la compatibilité avec le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), qui appartient au système onusien. D’autre part, et bien que les articles 18 du PIDCP et 9 de la Convention soient en substance très similaires, la Cour préfère naturellement se référer à sa propre « jurisprudence déjà fournie sur la question présentement en jeu ». À cet égard, elle note qu’il « n’a pas été établi que l’interdiction litigieuse ait été inspirée par une quelconque forme d’hostilité à l’égard des personnes de confession musulmane ». En effet, « l’interdiction litigieuse ne vise pas uniquement le voile islamique, mais s’applique sans distinction à tout signe convictionnel visible ». Enfin, la Cour met en avant que les requérantes avaient librement choisi leurs établissements scolaires, sans qu'elles puissent ignorer l’impératif du respect du principe de neutralité, et avaient accepté de se conformer aux règles applicables. 

    Lire la suite

  • Le bienheureux Edouard Poppe (10 juin)

    IMPRIMER

    De Dom Antoine Marie, abbé de l'abbaye Saint-Joseph de Clairval (Lettre mensuelle du 15 novembre 2000 reproduite ici avec l'aimable autorisation de son auteur) :

    «N'avez-vous pas remarqué quel nimbe de lumière enveloppe les saints prêtres et illumine tout autour d'eux? Quelles transformations ils suscitent par la silencieuse prédication de leur sainte vie! Que d'imitateurs ils attirent à leur suite, les entraînant dans leur idéal sacerdotal! Puisse Jésus nous faire la grâce d'entrer en contact avec un tel prêtre!» L'auteur de ces lignes, l'abbé Édouard Poppe (1890-1924) – que le Pape Jean-Paul II a béatifié le 3 octobre 1999 –, ne se doutait pas que ses paroles allaient s'appliquer à sa propre histoire.

    Édouard Poppe est né le 18 décembre 1890, dans une famille flamande profondément catholique. Son père, Désiré, et sa mère, Josefa, habitent une modeste maison dans la petite ville de Temse, près de Gand (Belgique). Boulanger de son métier, Désiré travaille dur pour faire vivre les siens. Dans les épreuves, il a coutume de dire: «Il faut toujours être content de la volonté de Dieu». Josefa met dans son ménage une chaude affection en même temps qu'une ferme discipline. Elle assiste chaque jour à la Messe, autant qu'elle le peut, car la famille s'agrandit rapidement. Onze enfants viendront réjouir le foyer: trois mourront en bas âge, les deux garçons deviendront prêtres, cinq filles seront religieuses, une seule restera auprès de sa mère.

    Un enfant espiègle et têtu

    Dès ses premières années, Édouard manifeste un naturel aussi heureux que remuant. Mais il n'est pas un enfant facile: il bouscule tout, au risque de casser bien des choses et de se faire mal. Espiègle et têtu, il ne peut laisser ses soeurs en paix. Celles-ci prennent leur revanche lorsqu'elles le surprennent en train de se peigner devant une glace, prenant alors plaisir à le décoiffer. Édouard va volontiers à l'école, mais préfère tout de même rester à la maison où son exubérance peut plus facilement se donner libre cours. Gourmand, comme beaucoup d'enfants, Édouard s'attaque fréquemment aux friandises de la boulangerie. Cependant, on remarque en lui franchise et gaieté. À douze ans, il fait sa première Communion, puis reçoit la Confirmation. Alors, sous l'influence bienfaisante des sacrements, Édouard devient plus sérieux: farces et taquineries se raréfient.

    Au printemps 1904, M. Poppe s'ouvre à Édouard de projets d'agrandissement de son commerce; il souhaite le voir entrer en apprentissage de pâtissier. Édouard reste tout d'abord muet, car il a résolu de devenir prêtre. Il répond finalement à son père qu'il ne veut pas être boulanger. Quelques temps après, un prêtre ami exprime à M. et Mme Poppe un avis favorable sur la vocation d'Édouard. M. Poppe dit à son épouse: «Je préfère ce que Dieu veut. D'ailleurs ne soyons pas égoïstes. Dieu ne nous a pas donné nos enfants pour nous». C'est ainsi qu'à l'automne, le garçon part pour le Petit-Séminaire Saint-Nicolas à Waas.

    Le 10 janvier 1907, M. Poppe meurt d'épuisement. Édouard, qui a 16 ans, envisage de renoncer pour un temps aux études et de prendre en mains la boulangerie, mais sa mère lui dit: «Papa m'a fait promettre avant de mourir de te laisser poursuivre tes études. Je veux tenir ma promesse».

    En septembre 1910, Édouard est appelé au service militaire, dans la Compagnie universitaire, où il pourra commencer ses études de philosophie. À la caserne, on apprend bientôt son désir du sacerdoce, ce qui lui attire moqueries et provocations. La trivialité et la débauche de ses compagnons lui deviennent insupportables, un «enfer», dira-t-il. De plus, il ne peut assister à la Messe et communier en semaine. Cette privation lui coûte beaucoup. En revanche, l'expérience de la vie militaire l'éclaire sur la misère humaine, et lui sera utile lorsqu'en 1922 on lui confiera le soin des séminaristes et des religieux tenus au service militaire. Après quelques mois, il retrouve la sérénité et puise dans l'Eucharistie, qu'il peut recevoir à nouveau, la force pour transformer l'épreuve en occasion d'apostolat. Il comprend mieux maintenant la vie et les difficultés des soldats et se met au service de tous. Il constate combien les fortes têtes ont besoin d'amitié; grâce à sa gentillesse, à sa serviabilité et à sa bonne humeur, il réussit à ouvrir les coeurs et à porter les âmes à la vie spirituelle.

    Un jour, il découvre la vie de sainte Thérèse de Lisieux: «Ce livre, écrira-t-il, m'a donné plus de plaisir et de profit que n'importe quel ouvrage de philosophie; j'y ai appris des choses que des années d'étude ne m'auraient pas fait découvrir». Ce qui le charme chez la jeune Carmélite, c'est sa façon d'entendre la contemplation, qui correspond si bien à ses goûts: une prière toute simple, familière, pratique, épousant les contours de tous les événements et de toutes les occupations, faisant corps avec la vie, devenue elle-même la vie et sanctifiant tout. Ainsi disparaît le conflit entre prière et travail. Saint Louis-Marie Grignion de Montfort lui apporte le sourire maternel de Marie, mais il semble que le saint préféré de l'abbé Poppe soit saint François d'Assise, à cause de son amour pour la Croix de Jésus.

    Lire la suite

  • Les perspectives politiques de la Belgique au moment des élections

    IMPRIMER

    De Vatican News (Jean-Benoît Harel) :

    Élections fédérales aux résultats imprévisibles en Belgique

    Les électeurs belges se rendront aux urnes ce dimanche 9 juin pour élire leurs représentants au niveau régional et fédéral. La multiplication des partis et l’indécision des électeurs rendent difficile d’anticiper le futur gouvernement, qui sera issue d’une coalition de partis après de longues négociations.

    En Belgique, les extrêmes sont en tête des sondages, à gauche comme à droite pour les élections régionales et fédérales. Mais difficile de faire des projections sur l’issue du scrutin et la coalition gouvernementale future, notamment en raison du système électoral belge. Audrey Vandeleene, chercheur en science politique à l’Université libre de Bruxelles analyse les enjeux du scrutin.

    Entretien avec Audrey Vandeleene, chercheur en science politique à l’Université libre de Bruxelles.

    Les électeurs ont tendance à oublier les élections européennes, parce qu'ils sont pris par les enjeux des élections fédérales et régionales qui tendent à prendre tout l'espace médiatique, autant dans les médias traditionnels que sur les réseaux sociaux. De plus, il y a beaucoup plus d'indécis que les autres années, les électeurs ont tendance à être un peu perdus. On parle d'un tiers environ de personnes qui ne sont pas encore certaines de leur vote à quelques jours des élections.

    Ainsi, il y a pas mal d'enjeux car il est difficile de savoir quel parti va arriver en tête. Comme c'est un système proportionnel avec beaucoup de partis, et non un système majoritaire, il y a plusieurs partis et la compétition est serrée.

    D'où vient cette indécision des électeurs?

    De manière générale, il y a toujours une indécision dans les élections en Belgique. Une partie de l'explication, c'est la volatilité électorale, le fait que les électeurs changent d'opinion d'une élection à l'autre. Et cette volatilité électorale, elle existe pour les électeurs qui ont tendance à ne pas savoir pour quel parti voter au sein d'un même bloc idéologique. Par exemple, si quelqu'un se sent de gauche, il se demande pour quel parti de gauche voter.

    Ce qu'on a constaté dans les dernières années en Belgique, c'est qu'il y a un repositionnement des partis: plusieurs partis se sont rapprochés les uns des autres, ce qui peut compliquer la prise de décision pour un électeur ou une électrice qui se sentirait proche d'une idéologie et qui ne saurait plus pour quel parti voter dans le bloc idéologique qui lui parle.

    Ensuite, il y a des nouveaux partis qui sont arrivés sur la scène politique ou en tout cas qui ont grandi, notamment les partis d'extrême gauche qui complexifient encore le jeu parce qu'il y a encore plus de possibilités parmi lesquelles faire un choix.

    Quels ont été les thèmes de campagne les plus saillants?

    Le thème qui est arrivé de manière assez étonnante dans la campagne, aussi bien dans la partie néerlandophone que la partie francophone du pays, c'est le thème des réformes institutionnelles. Et du fait de savoir si on va se lancer dans une nouvelle réforme de l'État ou pas, avec des exclusives de coalitions: «je rentre dans un cabinet seulement si on se lance dans des réformes institutionnelles» ou bien «je ne rentrerai pas dans le gouvernement si on se lance dans telle ou telle réforme institutionnelle».

    Maintenant, sur le reste, la campagne a été assez variée, avec peu de thèmes généraux deux campagnes relativement parallèles entre le côté néerlandophone, les Flamands et les francophones.

    Depuis 2020, c'est une coalition de sept partis qui est au pouvoir en Belgique. Est-ce que cette coalition peut survivre aux élections de ce dimanche 9 juin?

    Il est probable que la coalition ne tienne pas. C'était une coalition assez large, de sept partis qu'on appelait la Vivaldi, en référence aux Quatre Saisons de Vivaldi. Elle rassemblait les familles libérales socialistes, les Verts et les chrétiens démocrates (côté flamand seulement). Ces sept partis ont eu des difficultés à s'entendre tout au long de la législature et surtout sur la fin, ce qui a amené de la méfiance entre les partenaires. Donc, d’un point de vue personnel, ça risque d'être compliqué, notamment entre les libéraux et les Verts.

    Et puis, le deuxième élément c'est que cette coalition perdra probablement des plumes aux élections et n’aura probablement pas la majorité ensemble. Ils vont devoir entrer en coalition avec d'autres partis et potentiellement reformer une nouvelle coalition. Il est assez probable que les Verts ne rentrent pas dans le gouvernement au niveau fédéral vu la force de la droite en Flandre qui a plus ou moins dit qu'elle n'avait pas envie de rentrer en coalition avec les Verts.

    De nombreux mois avaient été nécessaires pour parvenir à un accord pour former le précédent gouvernement. Se dirige-t-on vers le même scénario à l'issue des élections?

    C'est vrai que c'est un peu la réputation de la Belgique d'avoir des longues périodes de formation de gouvernement. Cette fois ci, il y a quelque chose de spécial qui va arriver dû à l'agenda électoral. Le 13 octobre, nous aurons les élections locales. Cela va probablement avoir pour conséquence que les partis vont attendre, avant de rentrer en coalition, que le résultat des élections locales soit connu, de peur d'influencer ce résultat dans le cas où les électeurs voudraient les sanctionner du fait de s'être allié à tel ou tel parti.

    En Belgique, le niveau local est important, notamment au niveau individuel pour certains leaders politiques qui veulent rester bourgmestre, c’est-à-dire maire, des grandes villes. Donc il est assez probable qu'on attende au moins jusqu'à octobre avant la nouvelle coalition.

     
  • L’antisémitisme en Belgique est à son plus haut niveau

    IMPRIMER

    D'Alain Destexhe sur Causeur via Artofuss :

    L’antisémitisme en Belgique à son plus haut niveau 

    « Certains chiffres donnent une image mitigée du « vivre ensemble » à la belge tant vantée par les médias et les acteurs politiques », observe l’institut Jonathas, créé après les massacres du 7 octobre 

    6 juin 2024

    Selon un sondage IPSOS pour l’Institut Jonathas, 14% des Belges expriment une aversion pour les Juifs, deux fois plus que les Français. Ce chiffre monte à 22% à Bruxelles où 11% de la population a de la sympathie pour le Hamas. Alarmant.


    On savait l’antisémitisme répandu en Belgique, ce sondage en apporte une nouvelle confirmation et montre que la perception des juifs s’est encore beaucoup dégradée depuis le 7 octobre avec l’augmentation d’actes antisémites, dénoncés par La Ligue Belge contre l’antisémitisme. Ce qui frappe dans le sondage, c’est qu’à chaque question, le préjugé antisémite est beaucoup plus important à Bruxelles qu’au niveau national : la capitale de la Belgique et de l’Europe compte 30 à 40% de musulmans.

    Affolant

    Ainsi, 16% des Bruxellois pensent qu’il y a trop de juifs en Belgique (contre 11% au niveau national), 29% qu’ils sont responsables des crises économiques (14%), 48% qu’ils se sentent supérieurs aux autres (34%), 47% qu’ils font subir aux Palestiniens ce que les Allemands ont fait subir aux juifs (35%).

    Sur l’ensemble du pays, 43% des musulmans pensent que «les Juifs belges ne sont pas vraiment des Belges comme les autres». 

    Ces chiffres sont affolants. Le constat n’est cependant pas sans défaut. Les conclusions de l’étude minimisent le facteur central de l’antisémitisme contemporain en Belgique qui est l’implantation, relativement récente, de l’islam.

    Elle met sur le même pied comme coresponsables de cette situation les musulmans, l’extrême droite et l’extrême gauche, ces deux dernières étant définies selon une méthode propre à l’Ipsos et représentant respectivement 4 et 2% de l’échantillon. Pourtant, l’extrême gauche et la gauche en Belgique, comme en France, ont pris massivement fait et cause pour les Palestiniens dans le conflit à Gaza, leurs actions s’accompagnant souvent de débordements antisémites.

    À l’inverse, le Vlaams Belang en Belgique et le Rassemblement national en France (...) qualifiés d’extrême-droite, ont plutôt montré de la sympathie envers Israël et n’ont été à l’origine d’aucun dérapage antisémite depuis le 7 octobre. Sans doute que ce nouvel Institut Jonathas, créé au début de l’année 2024, par des personnalités libérales de gauche, éprouve encore quelques difficultés à se débarrasser des anciens logiciels assimilant l’antisémitisme à la chrétienté ou à l’extrême droite.

    De nombreux autres signaux témoignent de cette triste réalité que les juifs ne sont plus en sécurité à Bruxelles. Les lieux communautaires juifs sont protégés par des plots de béton, des caméras et un sas d’entrée. Alors que le voile est omniprésent dans l’espace public bruxellois (porté par plus de la moitié des femmes dans certains quartiers), on ne voit plus de kippa dans les rues de Bruxelles. Une école juive située près de la Gare du Midi, quartier à dominante musulmane, a dû déménager après la multiplication d’incidents mettant en danger les adolescents juifs qui prenaient le métro. La Shoah n’est plus enseignée depuis belle lurette dans la majorité des écoles de Bruxelles. Sur le campus de la mal nommée Université Libre de Bruxelles, des étudiants juifs ont été harcelés et molestés après le 7 octobre.

    Lire la suite

  • Homélie pour la Fête-Dieu à l’Église du Saint-Sacrement à Liège : par Jean-Pierre Delville, évêque de Liège 1er juin 2024

    IMPRIMER

    Chers Frères et Sœurs,

    La Fête-Dieu, c’est l’actualisation de la Pâque aujourd’hui, c’est la fête de Pâques pour moi, pour nous, dans la communion au corps du Christ. En effet, Pâque, c’est le Christ qui donne sa vie pour nous et qui ressuscite pour la vie éternelle. C’est la Fête-Dieu, c’est notre communion à ce don de soi et à cette vie nouvelle dans le Christ. Comme le dit Jésus : « Celui qui me mange vivra par moi ; celui qui mange ce pain vivra éternellement » (Jn. 6, 56-58).  

    Ce mystère de vie est aussi un mystère d’amour, l’amour de Dieu pour nous, qui se manifeste dans le don que Jésus nous fait de son Corps et de son Sang, c’est-à-dire le don de toute sa vie. Nous découvrons que nous sommes des gens qui sont aimés, et non pas des gens lancés dans la vie par le hasard des choses. Chacun de nous est aimé par le Christ et nous sommes invités à répondre à cet amour en communiant avec lui et en recevant son Corps. Jésus nous a aimés le premier. Il est mort pour nous, c’est-à-dire qu’il est allé jusqu’au bout de sa vie d’amour, il n’a pas reculé au dernier moment. Mais il a voulu donner un signe du fait qu’il offrait sa vie pour nous. Il a voulu donner un signe qui dure : c’est le saint Sacrement de son Corps et de son Sang. Avant tout, nous le recevons comme un cadeau qui nourrit nos vies ; mais ensuite, nous nous engageons à répondre à ce cadeau par une vie qui répand l’amour autour d’elle.  C’est pourquoi nous conservons le Saint-Sacrement pour contempler en adoration cet amour reçu et pour diffuser cet amour autour de nous. L’Église conserve au tabernacle le sacrement du Corps du Christ pour qu’il soit une nourriture spirituelle perpétuelle.

    Cette année, nous faisons ici mémoire du carme Jean Soreth, pour lequel l’abbé Dor a préparé une exposition au fond de l’église. Le bienheureux Jean Soreth a habité Liège très régulièrement ; en 1451 il est élu supérieur général des carmes jusqu’à sa mort en 1471. Pour nous Liégeois, il est célèbre parce qu’il a tenté de convaincre le duc de Bourgogne Charles le Téméraire de ne pas mettre Liège à feu et à sang en 1468. Malheureusement il n’a pas réussi à apaiser le duc. Dans le sac de la ville, Jean Soreth a assisté à un sacrilège : les hosties consacrées conservées dans le tabernacle d’une église ont été renversée sur le sol. Alors il s’est précipité au péril de sa vie pour les sauver et a réussi à les placer dans le tabernacle de son église. Il croyait de tout son cœur à la présence réelle du Corps du Christ sous les espèces du pain consacré. Cela se passait pas loin d’ici, place des Carmes, au croisement avec la rue Saint-Paul.

    Là il a prêché le carême en 1451 et ses sermons ont été transcrits par un père Croisier ; le manuscrit est encore conservé aujourd’hui à la Bibliothèque du Séminaire. Il insiste dans son premier point sur notre réconciliation avec Dieu  par la communion et il nous invite à nous donner à Dieu. En effet, Jean Soreth insiste sur la recherche personnelle de la purification du cœur, dans une communion continuelle à Dieu[1]. Comme le dit Jean Soreth d’une manière audacieuse, il ne suffit pas de communier au pain reçu du Christ, il nous faut aussi à notre tour offrir au Christ un bon pain, fait de farine bien moulue. En effet, comme Jésus le dit dans l’Apocalypse : «  Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi » (Ap. 3, 20). Si le Seigneur vient prendre son repas chez nous, nous devons lui servir du bon pain.

    Lire la suite

  • Elections : que proposent les partis en matière bioéthique?

    IMPRIMER

    Du site de l'Institut Européen de Bioéthique :

    Bandeau ieb

    ELECTIONS 2024

    Découvrez les positions des partis sur les sujets bioéthiques

    Quelles sont les positions des partis politiques belges sur la procréation artificielle (PMA), sur la pratique des mères porteuses (GPA), sur l'avortement ou encore l'euthanasie ? 

    Le succès de notre conférence en ligne la semaine dernière confirme l'importance cruciale de ces sujets pour de nombreux citoyens.

    Sensibiliser le grand public aux enjeux bioéthiques implique pour notre Institut de proposer des mesures en faveur d'une société plus respectueuse de la personne humaine, quelles que soient ses vulnérabilités.

    Retrouvez ci-dessous les vidéos de la conférence par thématique, avec le bilan de la législature et les propositions des partis, confrontées aux priorités portées par l'IEB.

    Un tableau comparatif (résumé ou détaillé) vous est également proposé sur notre site internet.

    Avortement

    Procréation artificielle

    Gestation pour autrui

    Protection de la maternité

    Avortement

    Soins palliatifs

    Euthanasie

    Retrouvez sur notre site les tableaux comparatifs (synthétiques et détaillés) des positions des partis sur les différents thèmes bioéthiques. 

    Tableaux comparatifs des programmes

    Certains partis sont attachés à la liberté de vote en matière éthique et n'imposent pas de consigne de parti à leurs élus. 

    Dans ce cas, il est intéressant pour l’électeur de s’interroger sur la position de chaque candidat et de s’exprimer en faveur de ceux qui rejoignent sa conception quant au respect de la vie humaine et de la dignité de chaque personne.

  • Bruxelles, 12 juin : "Au service des plus pauvres à Calcutta", conférence du père Laurent Bissara (KTO Belgique)

    IMPRIMER

    Téléchargez les images - 1

    KTO Belgique a la joie de vous inviter à la conférence

    AU SERVICE DES PLUS PAUVRES À CALCUTTA

    par le père Laurent Bissara

    le mercredi 12 juin à 19h

    conférence à 19h15 suivie d'une réception offerte - fin 21h45

    Adresse du jour : IPM Group - Rue des Francs, 79 à 1040 Bruxelles

    Réservations souhaitées (nombre de places limité)

    Pour toute question 0485 71 83 79

  • Le Roi Albert et la Reine Paola ont rencontré les parents de Carlo Acutis

    IMPRIMER

    Lu sur Otheo :

    Le Roi Albert et la Reine Paola rencontrent les parents de Carlo Acutis

    Albert et Paola ont visité l'église d'Assise où est vénéré le corps du jeune bienheureux et peut-être futur saint Carlo Acutis.

    03/06/2024

    Le roi Albert et la reine Paola ont rencontré les parents de Carlo Acutis, le jeune homme de 15 ans qui pourrait devenir le premier saint de ce siècle. C'est ce qui s'est passé début avril, lorsque les anciens monarques belges Albert et Paola se sont rendus en pèlerinage à Assise, en Italie. Ils ont visité plusieurs lieux de pèlerinage, dont le tombeau de François d'Assise et le sanctuaire qui abrite le corps du jeune candidat saint Carlo Acutis. 

    Décédé en 2006 à l'âge de 15 ans, Acutis est surnommé « l'influenceur de Dieu ». Le pape François a récemment donné son feu vert à sa canonisation. 

    Il est de notoriété publique que l'ancien couple royal accorde une grande importance à la foi catholique. Le roi Albert fête ses 90 ans cette semaine et la reine Paola ses 86 ans.

    Het vorstenpaar, geflankeerd door broeder Rangel en Werner-Edouard de Saeger van Nattenhaesdonck, die het koningspaar vergezelde.
    Le couple royal, flanqué de Frère Rangel et Werner-Edouard de Saeger van Nattenhaesdonck, qui ont accompagné le couple royal. Site web de la paroisse St Jan Den Bosch

    À Assise, Albert et Paola ont également rencontré le frère néerlandais Rangel, un franciscain. Il a prié avec le roi et la reine pour la santé du roi Albert. La rencontre a eu lieu dans la chapelle où saint François a fondé l'ordre et où sainte Claire est entrée dans la vie religieuse.

  • Que vont devenir les 545 églises de la province de Liège ?

    IMPRIMER

    Du site de la RTBF :

    L’évêque de Liège interpelle les élus communaux : que va-t-on faire des 542 églises de la province ?

    Que vont devenir les 545 églises de la province de Liège ? Sans compter environ leurs 200 chapelles ! Certaines sont vides ou délabrées. Et si elles sont liées à l’Église catholique, elles font partie d’un patrimoine public géré par les communes et les fabriques d’église. En période électorale, l’évêque de Liège a adressé un courrier à tous les mandataires communaux liégeois. L’Église catholique veut attirer l’attention des élus sur l’avenir de ses lieux de culte. Plutôt que de les vendre, l’idée est de dresser un inventaire de l’état des bâtiments et de les rendre accessibles à toute la population, qu’elle soit catholique ou non.

    Considérer l’église comme un bâtiment public sans la désacraliser

    Pour l’évêque de Liège, Jean-Pierre Delville, "il est important qu’une église puisse être ouverte pour la méditation personnelle de qui que ce soit. Il est important aussi qu’il y ait la possibilité offerte d’avoir des activités culturelles qui dépassent le culte catholique, que ce soit des expositions, que ce soit des concerts, que ce soit parfois l’affectation d’un local, il peut y avoir parfois même des utilisations partagées. Donc il est important de réfléchir de temps en temps à une mixité de l’Église, dans la mesure où chacune de ces églises paroissiales relève donc du domaine public."

    Un curé à peine pour 8 paroisses en moyenne

    Aujourd’hui, il n’y a plus, en moyenne, qu’un curé pour 8 paroisses. Pourquoi dès lors, si les églises sont si nombreuses, ne pas les vendre ? "On ne peut pas les vendre, sauf si on les a désaffectées. Mais on se rend compte qu’avant de penser à vendre ou à désaffecter, il faut réunir les acteurs du terrain pour avoir leurs avis et suggestions : "le curé et l’équipe pastorale, le bourgmestre et son équipe puisqu’ils sont les propriétaires, le conseil de fabrique de l’église chargé de la gestion quotidienne et les gens du quartier." Ici, à Saint-Pholien, à Liège par exemple, on réserve la nef désormais pour une organisation qui s’occupe de présentations de peintures de maîtres célèbres d’une façon immersive. Et on limite l’usage, je dirais, religieux, au cœur de l’Église.

  • Namur, 3 juin : Conférence sur l'image du corps et de la sexualité par Claude Callens

    IMPRIMER

    Du site du Diocèse de Namur :

    Le lundi 3 juin prochain, vous êtes attendus pour assister à une conférence : L’image du corps et de la sexualité. Ce travail a nécessité des années de recherches, guidé, entre autres, par la réflexion de Jean-Paul II en la matière.

    La conférence aura lieu dans le grand auditoire H. de Lubac (au 1er étage), au Séminaire de Namur, à 20 heures.

    Si plutôt qu’interdire vous cherchez quelques clés de lecture pour éduquer à l’image vos (petits-)enfants et adolescents dans ce monde saturé d’images, cette conférence illustrée sur base d’œuvres littéraires, cinématographiques et picturales est faite pour vous. Dans la représentation du corps et de la sexualité, l’expression artistique peut-elle ou doit-elle accepter des limites (lesquelles ?) ou au contraire, jouir de la plus grande liberté ? C’est Monsieur Claude CALLENS, père et grand-père, professeur émérite de la Doctrine sociale de l’Eglise, qui nous accompagnera dans cette approche pratique de l’image du corps et de la sexualité dans les arts et sous-tendue par des enseignements de Pie XII et de Jean-Paul II qui offrent quelques critères de discernement.  

    Rendez-vous ce lundi 3 juin à 20h, au Grand Séminaire Francophone de Belgique à Namur (rue du séminaire, 11b, 2ième étage)

    Gratuit. Parking facile dans la cour du séminaire.

    Conférence également retransmise en direct sur la chaine YouTube du diocèse et disponible en ligne par la suite.