Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Islam

  • "Ils ont été égorgés simplement parce qu'ils étaient chrétiens et ne voulaient pas se convertir à l'islam"

    IMPRIMER

    Dans son discours aux Directeurs nationaux des Oeuvres pontificales missionnaires (25 mai), le pape a rendu hommage à des catholiques au Congo assassinés car « ils ne voulaient pas passer à l’islam » :

    ...l'Église continuera à aller au-delà de toutes les frontières, à sortir sans cesse, sans se lasser ni se décourager devant les difficultés et les obstacles, pour accomplir fidèlement la mission reçue du Seigneur" (Message pour la Journée mondiale des missions 2024). Et cela jusqu'au martyre. Et à ce propos, je voudrais m'arrêter pour remercier Dieu pour le témoignage martyr qu'un groupe de catholiques du Congo, du Nord-Kivu, a donné ces derniers jours. Ils ont été égorgés simplement parce qu'ils étaient chrétiens et ne voulaient pas se convertir à l'islam. Il y a aujourd'hui cette grandeur de l'Église dans le martyre. Et revenons un peu en arrière, il y a cinq ans, sur la plage de Libye, ces coptes égorgés étaient à genoux et disaient "Jésus, Jésus". L'Église martyre, c'est l'Église de la ténacité du Seigneur.

  • Deux prêtres catholiques enlevés au Nigeria en l'espace d'une semaine

    IMPRIMER

    De Ngala Killian Chimtom sur le Catholic Herald :

    Deux prêtres catholiques enlevés au Nigeria en l'espace d'une semaine

    23 mai 2024

    YAOUNDÉ, Cameroun - Deux prêtres catholiques ont été enlevés au Nigeria en l'espace d'une semaine, soulignant la persécution continue à laquelle sont confrontés les chrétiens dans la nation la plus peuplée d'Afrique.

    Le père Oliver Buba, du diocèse de Yola, est le dernier prêtre enlevé au Nigeria. Il a été enlevé le 21 mai. Dans une déclaration publiée le même jour par l'évêque Stephen Mamza de Yola, le prêtre a été enlevé dans sa résidence de l'église catholique St Rita, dans la zone de gouvernement local de Numan.

    "C'est avec tristesse que nous informons le grand public de l'enlèvement de l'un de nos prêtres, le très révérend père Oliver Buba", indique le communiqué de l'évêque.

    "Nous invitons tous les fidèles du Christ et tous les hommes et femmes de bonne volonté à prier sincèrement pour que notre prêtre soit libéré rapidement et sain et sauf", a ajouté l'évêque, avant de confier la sécurité du prêtre aux soins affectueux de la Vierge Marie.

    Le porte-parole du commandement de la police de l'État d'Adamawa, Suleiman Nguroje, a confirmé l'incident mercredi, déclarant aux médias locaux que "nos agents de l'unité anti-kidnapping sont actuellement en train de ratisser partout pour sauver l'ecclésiastique et appréhender les malfaiteurs".

    L'enlèvement de mardi est survenu sept jours à peine après qu'un autre prêtre, le père Basil Gbuzuo du diocèse d'Onitsha, a été enlevé le 15 mai.

    Le père Prudentius Aroh, chancelier de l'archidiocèse d'Onitsha, a écrit que l'archevêque Valerian Maduka Okeke d'Onitsha invitait "tous les fidèles du Christ et tous les hommes et femmes de bonne volonté à prier sincèrement pour la libération rapide et sûre du prêtre, alors que nous intensifions nos efforts pour assurer sa liberté".

    "Nous recommandons notre frère à la puissante intercession de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère des prêtres, pour qu'il soit rapidement libéré des mains de ses ravisseurs", précise le communiqué.

    Le directeur de la Société internationale pour les libertés civiles et l'État de droit - appelée Intersociety - a déclaré que les enlèvements étaient devenus une épidémie au Nigeria.

    "C'est très, très décourageant", a déclaré Emeka Umeagbalasi.

    "Si l'on parle du nombre de prêtres catholiques, de séminaristes, de révérendes sœurs et d'autres leaders chrétiens, y compris les leaders des églises pentecôtistes, les leaders des églises africaines instituées enlevés au cours des dix dernières années, nous devrions parler de centaines de personnes", a-t-il déclaré à Crux.

    "Rien que cette année, pas moins de dix prêtres catholiques ont été enlevés", a-t-il ajouté, précisant que les enlèvements reposaient sur deux facteurs : économique et religieux.

    "Il y a ceux qui enlèvent des prêtres catholiques dans le but de promouvoir le radicalisme religieux. Les auteurs de cette catégorie sont des djihadistes, des bergers peuls et d'autres djihadistes", a déclaré M. Umeagbalasi.

    "La deuxième catégorie est celle des personnes qui enlèvent des prêtres afin d'obtenir une rançon, et cette pratique est généralement le fait d'entités criminelles violentes", a-t-il ajouté.

    En 2022, l'évêque de Sokoto, dans le nord du Nigeria, Mathew Hassan Kukah, a révélé qu'il avait dû dépenser environ 20 000 dollars pour libérer certains prêtres de son diocèse des mains de leurs ravisseurs.

    "Je suis l'évêque du diocèse de Sokoto, j'ai dépensé [...] de l'argent que je n'ai pas parce que mes prêtres ont été kidnappés et que je n'ai nulle part où aller. Je n'ai pas honte de le dire parce que ce sont des réalités essentielles", avait déclaré M. Kukah à l'époque.

    Les récents enlèvements s'inscrivent dans le contexte plus large de la persécution des chrétiens au Nigeria, un pays de plus de 230 millions d'habitants, presque également divisé entre chrétiens et musulmans.

    Les chiffres d'un consortium d'organisations de la société civile connu sous le nom de Groupe d'action conjointe de la société civile révèlent que 17 469 Nigérians - pour la plupart des chrétiens - ont été enlevés depuis 2019.

    Le Nigeria se classe au sixième rang mondial sur la liste de surveillance mondiale 2024, qui identifie les pays où les chrétiens subissent une persécution sévère. Cette liste est compilée par Portes Ouvertes, une ONG qui se consacre au soutien des chrétiens dans le monde.

    L'année dernière, Intersociety a publié un rapport glaçant qui révélait qu'au moins 52 250 chrétiens avaient été tués au Nigéria depuis 2009, lorsque le groupe islamiste Boko Haram a commencé sa campagne meurtrière pour créer un califat. Ces chiffres ont considérablement augmenté depuis.

    M. Umeagbalasi a déclaré que la vague d'enlèvements et de meurtres était la preuve de l'échec systémique de l'appareil de sécurité du pays.

    "Les mécanismes d'enquête dans ce pays sont morts parmi les agences de sécurité ; les renseignements sont morts, la police préventive est morte et les agences de sécurité générale au Nigeria sont d'inspiration islamique", a-t-il déclaré à Crux.

  • La COMECE regrette la transformation de l'église Saint-Sauveur de Chora en mosquée : "Un nouveau coup dur pour le dialogue interreligieux"

    IMPRIMER

    shutterstock_1800218683-2

    logopress660

    La COMECE regrette la transformation de l'église Saint-Sauveur de Chora en mosquée : "Un nouveau coup dur pour le dialogue interreligieux

    La Commission des Épiscopats de l'Union européenne (COMECE) a commenté, jeudi 23 mai 2024, la récente mise en œuvre de la décision des autorités turques de transformer l'église Saint-Sauveur de Chora en mosquée. "Cette mesure dilue encore davantage les racines historiques de la présence chrétienne dans le pays. Toute initiative de dialogue interreligieux promue par les autorités turques perd de sa crédibilité".

    Quatre ans après la conversion de la basilique Sainte-Sophie en mosquée, la très symbolique église Saint-Sauveur de Chora, à Istanbul, suit le même chemin. Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a officiellement ouvert l'église chrétienne orthodoxe byzantine au culte islamique au début du mois de mai 2024.

    "C'est un pas de plus dans la dilution des racines historiques de la présence chrétienne dans le pays, et c'est une décision regrettable qui rendra la coexistence religieuse plus difficile. Avec cette action, toute initiative de dialogue interreligieux promue par les autorités du pays perdra inévitablement de sa crédibilité", déclare le Père Manuel Barrios Prieto, Secrétaire général de la COMECE.

    L'église du IVe siècle est un emblème du christianisme oriental et une mémoire vivante de la présence historique des chrétiens dans le pays. Le temple fait partie du patrimoine culturel mondial de l'UNESCO et a fonctionné comme musée pendant des décennies.

    En juillet 2020, la COMECE a commenté le changement de statut du monument du patrimoine mondial Sainte-Sophie, qui est passé de musée à temple musulman, estimant qu'il s'agissait d'un " coup porté au dialogue interreligieux ". À cette occasion, la COMECE a également souligné le "grave problème" de la Turquie en matière de discours de haine et de menaces à l'encontre des minorités nationales, ethniques et religieuses.

  • Niger : les chrétiens fuient après l’introduction de la charia

    IMPRIMER

    D'Open Doors via kath.net/news :

    Niger : les chrétiens fuient après l’introduction de la charia

    23 mai 2024

    Pasteur évangélique : « Quand les djihadistes sont arrivés, ils ont dit que tous les chrétiens devaient payer 50 000 francs ; Quiconque n’en a pas les moyens doit accepter l’Islam. »

    Kelkheim (kath.net/Open Doors) « Quand les djihadistes sont arrivés, ils ont dit que tous les chrétiens devaient payer 50 000 francs ; Quiconque n’en a pas les moyens doit accepter l’islam. » C’est ce que rapporte le pasteur Yandi de la région de Tillabéri, au sud-ouest du Niger. Des annonces similaires ont été faites dans au moins sept villages de la zone, obligeant 357 familles chrétiennes à fuir depuis le 2 mai.

    Quiconque paie la capitation est autorisé à rester - en tant qu'esclave

    Le pasteur Yandi est chez lui dans la commune de La Tapoa, où les jihadistes ont rassemblé tous les habitants sur la place du marché le 16 avril 2024. Ils ont dit aux personnes rassemblées qu'à partir de ce jour, tous les hommes âgés de 15 ans et plus devraient payer la taxe islamique (« Jizya ») à moins qu'ils n'acceptent de se convertir à l'islam. La jizya est perçue conformément à la loi islamique auprès des résidents non musulmans des États musulmans. Cela introduira au moins partiellement la charia dans les zones touchées. Dans leur annonce, les islamistes ont en outre déclaré que cette réglementation s'appliquait à tous les villages sous leur contrôle. Les 50 000 francs ouest-africains requis correspondent à environ 76 euros.

    Dans le même temps, selon les contacts locaux de Portes Ouvertes, il a été fortement conseillé à tous les villageois de se convertir à l’islam. Quiconque paie l'impôt requis est toujours autorisé à rester dans son village, mais aux conditions suivantes : Toutes les personnes concernées et leurs familles sont gardées comme esclaves. Tous vos biens deviennent automatiquement la propriété des djihadistes. Ceux qui ne veulent pas (ou ne peuvent pas) se convertir à l’islam ou payer la jizya sont autorisés à quitter le village, mais n’emportent rien avec eux à l’exception des vêtements qu’ils portent.

    Un avenir incertain nécessite une aide urgente

    Selon nos partenaires locaux, outre La Tapoa, les jihadistes se sont rendus dans six autres villages de la région de Tillabéri pour annoncer leur nouvelle loi. Résultat, 357 familles chrétiennes ont cherché refuge dans la ville de Makalondi. De nouveaux sont ajoutés chaque jour.

    « [À cause de cette annonce] nous avons fui et sommes venus ici sans rien. Nous ne pouvions même pas emporter nos provisions de nourriture avec nous. C'est très difficile pour nous de trouver une place ici, il n'y a pas de logement pour nous », a expliqué le pasteur Yalitchoi.

    En ce moment, les chrétiens se blottissent sous les arbres, cherchant un abri contre le soleil brûlant. Cependant, la saison des pluies ne tardera pas à commencer, ce qui rendra la vie encore plus difficile pour les chrétiens déplacés à Makalondi.

    La situation sécuritaire au Niger s'est détériorée ces dernières années, notamment dans les zones frontalières avec le Nigeria, le Burkina Faso et le Mali. Des groupes armés y ont installé des bases et mènent à plusieurs reprises des attaques contre les forces de sécurité et la population civile. En 2017, le gouvernement a déclaré l'état d'urgence dans les régions de Diffa, Tahoua et Tillabéri. Les jihadistes ciblent particulièrement les chrétiens et les animistes dans les villages, raison pour laquelle des dizaines de milliers de personnes ont fui leurs villages depuis le début des troubles.

    Nos partenaires évaluent actuellement la manière dont ils peuvent aider au mieux les personnes déplacées. Cependant, comme la région est très rurale et difficile d’accès, les efforts de secours posent des défis majeurs.

  • « Dans 10 ou 15 ans, l’islam pourrait être la première religion de France »

    IMPRIMER

  • Des incendiaires brûlent les maisons de chrétiens égyptiens assiégés

    IMPRIMER

    De Martin Barillas sur CNA :

    Des incendiaires brûlent les maisons de chrétiens égyptiens assiégés

    24 avril 2024

    Des extrémistes musulmans ont incendié plusieurs maisons de chrétiens à Minya, une province du sud de l'Égypte, dans le cadre d'une poursuite des violences antichrétiennes, moins de deux semaines avant la célébration de Pâques par les chrétiens orthodoxes. 

    Selon The New Arab, les fanatiques antichrétiens n'ayant pas réussi à déposséder les chrétiens de leurs maisons en représailles à la tentative de construction d'une église dans le village d'Al-Fawakher, ils ont procédé à l'incendie des maisons dans la soirée du 23 avril.

    Sur son compte Twitter officiel, l'évêque copte orthodoxe Anba Macarius a écrit le 24 avril que les forces de sécurité égyptiennes "ont maîtrisé la situation, arrêté les instigateurs et les auteurs", et que le gouvernement "indemnisera les personnes touchées et demandera des comptes aux auteurs". 

    Après avoir noté que le calme règne désormais à Al-Fawakher, M. Macarius a ajouté : "Que Dieu protège notre cher pays, l'Égypte, de tout mal". 

    CNA a contacté les autorités de l'Église orthodoxe copte mais n'a pas reçu de réponse au moment de la publication. Des vidéos des maisons en feu ont été diffusées sur les médias sociaux, avec de la musique de célébration et des paroles en arabe.

    Le christianisme en Égypte remonte aux origines de la foi et près de 10 % des 111 millions d'habitants du pays sont chrétiens. La plupart des chrétiens égyptiens appartiennent à l'Église copte orthodoxe, tandis qu'environ 2,5 % appartiennent à l'Église copte catholique et à d'autres églises particulières. 

    Les chrétiens constituent la plus grande minorité en Égypte, et Macarius dirige les chrétiens coptes de la province de Minya, où vivent environ un tiers des chrétiens du pays. Il a survécu de justesse à une tentative d'assassinat il y a plus de dix ans. 

    L'organisation Open Doors, qui surveille la persécution des disciples du Christ, classe l'Égypte au 38e rang des pays les plus dangereux au monde pour les chrétiens. En 2018, sept chrétiens ont été tués par des terroristes musulmans qui ont attaqué un bus transportant des pèlerins. En 2017, des terroristes de l'État islamique ont fait exploser deux églises coptes orthodoxes, tuant plus de 40 personnes. Et en décembre 2016, un terroriste a fait exploser une bombe, se tuant lui-même ainsi que 189 fidèles à l'église Saints Pierre et Paul, blessant plus de 400 autres personnes. 

    Lors de sa visite en Égypte en 2017, le pape François a célébré une messe pour la petite communauté catholique et a appelé les chrétiens à pardonner les atrocités. Les relations entre le Vatican et l'Église copte orthodoxe, dont le chef est le pape Tawadros II, se sont améliorées ces dernières années. 

    Au début de l'année, le pape François a reconnu la canonisation par l'Église copte orthodoxe de 21 martyrs coptes orthodoxes de Libye. 

    L'année dernière, le pape Tawadros II a célébré une Divine Liturgie à l'Archibasilique Saint-Jean-de-Latran, où il a prononcé une homélie sur l'unité des chrétiens. Depuis lors, cependant, Tawadros II a réduit ses relations avec le Vatican à la suite de la publication en décembre 2023 de Fiducia Supplicans.

    La Commission américaine pour la liberté religieuse internationale (USCIRF), tout en notant que le gouvernement du président Abdel Fattah El-Sisi a nommé le tout premier chrétien à la Cour constitutionnelle suprême et a également condamné un musulman extrémiste meurtrier d'un prêtre, a critiqué la "lenteur des approbations pour l'arriéré des demandes de légalisation", qui permettraient la construction de nouvelles églises. L'Égypte figure sur la liste de surveillance spéciale de l'USCIRF pour avoir toléré de graves violations de la liberté de religion.

    En 2016, le parlement égyptien a adopté la loi sur la construction des églises, censée légaliser ce type de construction avec des permis.

    Martin Barillas est écrivain et traducteur. Il a été diplomate américain en Europe et en Amérique du Sud. Catholique depuis toujours, il vit dans le Michigan avec sa femme Alice, leurs quatre enfants et leur petit-enfant. Il a écrit sur divers sujets, notamment les droits de l'homme, la politique et la religion. Il est également romancier.

  • Certains croient encore aux « accords d’Abraham ». Une revue née à la Mecque en est la preuve

    IMPRIMER

    De Sandro Magister sur Settimo Cielo (Diakonos.be) :

    Certains croient encore aux « accords d’Abraham ». Une revue née à la Mecque en est la preuve

    L’époque actuelle n’est guère propice aux rapports entre musulmans, chrétiens et juifs. Et c’est pourtant maintenant qu’une lumière vient de s’allumer dans l’obscurité.

    Cette lumière porte le nom arabe de « Jusur », qui signifie « ponts » mais qui évoque également le « courage du cœur ». Dans le monde musulman, c’est véritablement un acte de courage de créer aujourd’hui une revue internationale avec un titre pareil, consacrée explicitement au dialogue entre les cultures et les confessions religieuses, principalement entre judaïsme, christianisme et islam, les trois religions qui descendent du patriarche Abraham.

    Derrière cette initiative, on trouve la Ligue Musulmane Mondiale basée à la Mecque, et son secrétaire général depuis 2016, Muhammad ben Abdul Karim al-Issa, l’homme-clé du nouveau chemin d’ouverture de l’islam saoudien.

    Le 8 juillet 2022, le jour d’Arafa, le moment culminant du pèlerinage à la Mecque de cette année-là, c’est al-Issa qui a proclamé le sermon sur la montagne (voir photo), soulevant une vague de protestation dans la galaxie islamiste, qui lui est hostile notamment parce que deux ans auparavant, il avait organisé une visite au camp de concentration d’Auschwitz, pour le 75e anniversaire de la défaite des auteurs de la Shoah.

    Et ce sermon a été republié sur le numéro inaugural de « Jusur » dont al-Issa rédige à chaque fois l’éditorial. Il a consacré le premier d’entre eux à décrire en termes élogieux le personnage du cardinal Jean-Louis Tauran (1943-2018), qui a longtemps été président du Conseil pontifical pour la dialogue interreligieux et qu’il avait officiellement rencontré au Vatican le 21 septembre 2017, s’accordant tous deux sur le fait que « religion et violence sont incompatibles » ; que « les religions disposent des ressources morales susceptibles de contribuer à la fraternité et à la paix », que « le phénomène du fondamentalisme, en particulier de nature violence, est préoccupant et requiert un effort conjoint pour être combattu » ; et qu’il « existe des situations où la liberté de conscience et la liberté de religion ne sont pas respectées et protégées, d’où l’urgence d’y remédier ». Un programme très semblable à celui que préfigure la nouvelle revue.

    « Jusur » est publié en anglais et sa lecture en ligne – qui plus est dotée d’une mise en page agréable et magnifique – est ouverte gratuitement à tous. Mais le numéro zéro est également disponible en italien, parce c’est à Milan que se trouve le siège de la direction effective de la revue, confiée à la direction de Wael Farouq, Égyptien, musulman, professeur de langue et de littérature arabe à l’Université catholique de Milan ainsi qu’à l’American University du Caire et dans d’autres université du monde.

    Lire la suite

  • En Iran, c’est le temps de la passion pour les chrétiens; mais le pape écoute les ayatollahs...

    IMPRIMER

    De Sandro Magister sur Settimo Cielo (Diakonos.be) :

    En Iran, c’est le temps de la passion pour les chrétiens. Mais le pape écoute les ayatollahs

    17 avril 2024

    Dans la « guerre mondiale par morceaux » si souvent dénoncée par le Pape François, la République islamique d’Iran est l’un des protagonistes les plus aguerris et redoutés. Et pourtant, rien ne semblait pouvoir troubler les rapports tranquilles entre le régime de Téhéran et le Saint-Siège, avant l’attaque contre Israël d’il y a quelques jours.

    Quelques heures après l’attaque, le Pape François à déclaré pendant le « Regina Caeli » du dimanche 14 avril que « personne ne doit menacer l’existence d’autrui ». Avec une allusion transparent à la volonté ouverte de l’Iran de détruire « l’entité sioniste ».

    Mais il est difficile de savoir si ce sévère avertissement marquera un tournant dans les rapports entre le Saint-Siège et Téhéran. Parce que jusqu’à hier, rien ne semblait pouvoir les troubler, pas même les mauvaises nouvelles sur la manière dont les chrétiens y sont traités.

    Dans son message « urbi et orbi » de Pâques, tandis qu’il énumérait les foyers de conflits et de violence dans le monde, François n’a pas cité l’Iran. Et dans son discours de début d’année au corps diplomatique accrédité auprès du Saint-Siège, il n’en a fait mention que pour souhaiter un accord rapide sur la question du nucléaire iranien et se féliciter des soixante-dix années de relations diplomatiques avec Téhéran, établies en 1954 et sorties non seulement indemnes mais encore plus fortes de la révolution khomeyniste de 1979.

    Le 5 novembre dernier, au plus fort de la guerre entre Israël et le Hamas, le président iranien Ebrahim Raïssi a appelé le Pape François au téléphone et a eu avec lui une longue conversation, dont le contenu a été rendu public dans un compte-rendu officiel de Téhéran.

    Si l’on en croit ce compte-rendu, le président Raïssi aurait dénoncé le bombardement d’une église à Gaza comme exemple des « pratiques d’apartheid d’Israël non seulement contre les musulmans palestiniens mais également contre les autres religions divines » ; il aurait soutenu que défendre le peuple de Palestine opprimé était le « devoir de toutes les religions abrahamiques, en ce compris les chrétiens » ; il aurait demandé au Pape d’user de son autorité en Occident pour arrêter l’agression israélienne. Et François – toujours selon ce compte-rendu – aurait « apprécié » et partagé les positions exprimées par Raïssi.

    Mais, au cours de cette conversation téléphonique, le président iranien aurait également évoqué avec le Pape les relations entre l’Iran et le Saint-Siège, les définissant comme « très bonnes », en particulier en ce qui concerne la « latitude donnée aux chrétiens d’accomplir leurs pratiques religieuses et de jouir des mêmes droits que tous les citoyens », au point que « non seulement les chrétiens d’Iran, mais également ceux d’Arménie, d’Irak et de Syrie considèrent la République islamique d’Iran comme un refuge, parce que nous ne défendons pas seulement les droits des peuples musulmans mais également ceux des chrétiens ». Là encore, selon le compte-rendu, sans susciter aucune objection de la part de son interlocuteur.

    Lire la suite

  • Nigeria : les catholiques dénoncent les raisons religieuses des violences actuelles

    IMPRIMER

    De R. Cavanaugh sur le Catholic World Report :

    Les catholiques nigérians dénoncent les raisons religieuses des violences actuelles

    Les médias occidentaux rapportent continuellement des incidents violents au Nigeria, mais la plupart d'entre eux évitent de mentionner les aspects religieux de la violence.

    9 avril 2024

    Année après année, les extrémistes islamiques perpètrent des massacres au Nigeria. Et, année après année, les grands médias occidentaux ont tendance à présenter ces incidents comme des actes de banditisme ou des luttes foncières liées au changement climatique entre des éleveurs majoritairement musulmans et des agriculteurs majoritairement chrétiens.

    Cependant, une série d'attaques meurtrières contre des chrétiens nigérians pendant les vacances de Noël 2023 n'a laissé pratiquement aucun doute quant à la présence d'une motivation religieuse.

    Les violences entre chrétiens et musulmans au Nigeria remontent au début des années 1950, mais sont devenues plus fréquentes dans les années 1980.

    Dans la majeure partie du nord du Nigeria, le gouvernement est peu présent et la loi est pratiquement inexistante. Ceux qui disposent d'une puissance de feu suffisante sont largement libres de se livrer à leur guise. Ils peuvent commettre des actes de banditisme ou des enlèvements contre rançon. Ils peuvent aussi attaquer des gens au nom du djihad.

    Entre 2009 et 2023, plus de 50 000 chrétiens ont été assassinés par des extrémistes musulmans au Nigeria, où plusieurs milliers de musulmans modérés ont également été tués.

    Les violences actuelles ont entraîné le déplacement d'environ 5 millions de chrétiens nigérians.

    Il est sans doute encore plus frappant de constater que près de 90 % des chrétiens tués pour leur foi dans le monde sont nigérians.

    En raison de la violence au Nigeria, "les martyrs sont plus nombreux à notre époque qu'aux premiers siècles", comme l'a déclaré le pape François en 2023.

    Pourtant, en 2021, le département d'État américain a retiré le Nigeria de la liste des "pays particulièrement préoccupants" pour violation de la liberté religieuse. Le Nigeria ne figure pas non plus sur la liste la plus récente.

    Il semble qu'il y ait un décalage, à moins que l'actuelle administration américaine ne souhaite déclarer que les attaques en cours au Nigeria n'ont rien à voir avec la religion.

    "Je reconnais que le changement climatique et l'explosion démographique font partie des causes des crises, mais ces réalités n'affectent pas seulement le Nigeria", déclare Mgr John B. Bakeni, évêque auxiliaire du diocèse catholique de Maiduguri, situé dans l'État de Borno, au nord-est du Nigeria, où les attentats sont fréquents.

    Le père Bakeni cite d'autres pays des régions du lac Tchad et du Sahel qui sont également touchés par le changement climatique et la croissance démographique. Mais en termes de violence, ces autres pays "ne vivent pas ce que vit le Nigeria", affirme-t-il.

    Lire la suite

  • Nigéria : une association catholique affirme que le gouvernement aide les djihadistes à attaquer les chrétiens

    IMPRIMER

    Lu sur Crux (Ngala Killian Chimtom) :

    Un groupe nigérian affirme que le gouvernement aide les djihadistes à attaquer les chrétiens

    16 mars 2024

    YAOUNDÉ, Cameroun - Un groupe de chercheurs, de criminologues et d'activistes des droits de l'homme d'inspiration catholique au Nigeria accuse certaines autorités de planifier l'expansion des activités des djihadistes dans le sud-est fortement chrétien sous le couvert de projets d'élevage de l'État.

    Ces projets ont été présentés comme un moyen de moderniser l'agriculture et d'améliorer la gestion du bétail. L'idée est de créer des zones désignées où le bétail peut être élevé et pâturé, réduisant ainsi les conflits entre les éleveurs et les agriculteurs.

    En 2019, le gouvernement nigérian a lancé un plan national de transformation de l'élevage sur 10 ans visant à créer 119 ranchs dans plusieurs régions du pays afin d'"apaiser le conflit entre éleveurs et agriculteurs".

    La Société internationale pour les libertés civiles et l'État de droit (Intersociety), un groupe d'inspiration catholique, affirme que ce projet est une ruse pour peupler le Sud-Est de bergers musulmans qui terrorisent les communautés chrétiennes depuis des années.

    Intersociety affirme avoir minutieusement suivi l'évolution de la situation dans certaines communautés agricoles du Nigeria. Son enquête a révélé une tendance déconcertante : Les dirigeants locaux sont contraints de céder des parcelles de terre pour ces initiatives d'élevage. Cependant, Intersociety soutient que ces projets apparemment inoffensifs peuvent cacher un agenda plus inquiétant.

    Selon son rapport du 11 mars, les projets d'élevage sont un écran de fumée pour la réinstallation des bergers peuls.

    Le groupe ethnique des Fulanis, essentiellement musulman, est au centre de tensions de longue date au Nigeria, en particulier dans les régions où il s'oppose aux agriculteurs locaux, majoritairement chrétiens, souvent pour des questions de terres et de ressources.

    Ces conflits ont dégénéré en violence, entraînant la mort de milliers de chrétiens et le dépeuplement de communautés chrétiennes entières. L'une des attaques les plus flagrantes des Fulanis contre les chrétiens a eu lieu à Noël, lorsque quelque 200 chrétiens ont été massacrés.

    Selon Intersociety, au moins 52 000 chrétiens ont été tués au Nigeria depuis 2009.

    L'année dernière, les bergers peuls ont été responsables de la mort d'au moins 3 500 chrétiens, selon l'association.

    Intersociety a promis de s'opposer aux projets des gouverneurs des États d'Enugu, d'Anambra, d'Abia, d'Imo et d'Ebonyi, au Nigeria, visant à réinstaller les bergers peuls, accusés d'être à l'origine de ces attaques inspirées par le djihad.

    Selon Intersociety, l'inquiétude est particulièrement forte dans l'État d'Enugu, où les terres communautaires sont de plus en plus menacées d'être accaparées "pour l'élevage ou l'installation de bergers peuls".

    "Le gouvernement de l'État, sous la direction de Peter Mbah, a été fortement et largement accusé de contraindre certaines communautés de l'État possédant de vastes étendues de terres agricoles, de broussailles et de forêts à en céder ou à en abandonner une grande partie à des fins d'agriculture mécanisée ou d'élevage de vaches", indique Intersociety dans son rapport signé par le président de son conseil d'administration, Emeka Umeagbalasi.

    Il a décrit ce plan comme "un camouflage pour les implantations de Fulanis djihadistes" dans l'État.

    Le rapport note que les terres du sud-est qui sont maintenant ciblées par le gouvernement pour l'élevage sont "trop petites pour être accaparées par les Fulanis". Il affirme que les terres ont été cédées pour l'installation de Fulanis et qu'elles pourraient devenir des "colonies de Fulanis djihadistes" déguisées en ranchs pour le bétail.

    Dans sa déclaration, Intersociety a mis en garde les gouverneurs des États concernés et leur a demandé de renoncer à "tout déguisement ou camouflage visant à établir des colonies de bergers dans n'importe quelle partie de leurs États respectifs".

    "Ces mesures doivent être supprimées dans tout le Sud-Est ou faire l'objet d'une résistance légale et populaire", a déclaré l'organisation.

    Le projet d'élevage de bétail a également suscité des réactions négatives de la part des habitants qui ont souffert des attaques des Fulanis.

    Le chef Johnson Okolo, un agriculteur d'Enugu qui a perdu ses récoltes à cause du bétail et ses terres agricoles à cause des bergers fulanis en maraude, s'est insurgé contre le plan d'élevage de bétail.

    "Je suis une victime, j'ai perdu plus de 6 000 palmiers dans ma plantation d'Amofia Agu Affa dans le conseil d'Udi de l'État d'Enugu à cause des bergers peuls qui ont détruit la palmeraie et pris possession de l'endroit depuis plus de quatre ans maintenant", a-t-il déclaré aux médias.

    "Je ne suis pas allé dans ma palmeraie depuis quatre ans parce que les bergers se sont emparés de la plantation pour s'y installer", a déclaré M. Okolo, ajoutant que donner des terres aux bergers pour qu'ils s'installent dans la région, c'est tout simplement inviter les gens à avoir des problèmes.

    Le gouvernement d'Enugu a ouvertement reconnu son intention de créer des ranchs modernes dans le cadre de son programme de productivité agro-industrielle. Selon leur déclaration, ces ranchs serviront de mesure stratégique pour lutter contre les activités des kidnappeurs et autres criminels qui se déguisent en bergers.

    "Il est devenu nécessaire d'expliquer le projet d'utiliser le ranching, une méthode moderne utilisée dans le monde entier, pour élever le bétail", a déclaré le gouvernement.

    "Les récents messages viraux et les protestations de quelques personnes contre ce qu'elles considèrent comme l'intention du gouvernement de s'approprier (...) des terres et de les donner aux Fulanis sous le couvert de RUGA (établissements pour les Fulanis) sont la machination malheureuse de ceux qui souhaitent faire une montagne d'une taupinière pour des raisons politiques", a poursuivi le communiqué.

    "L'intention du gouvernement est claire à ce sujet. Des bandits armés et des kidnappeurs au nom de bergers profitent depuis longtemps de nos forêts et de nos terres agricoles pour commettre des crimes odieux, des enlèvements, des viols et des meurtres. Le gouvernement de l'État d'Enugu a décidé de mettre un terme à ces pratiques et d'introduire l'élevage en ranch, la méthode la plus moderne d'élever du bétail", explique le communiqué.

    "Une fois ce système mis en place, aucun éleveur ou marchand de bétail ne sera autorisé à parcourir des zones non désignées avec ses animaux pour les faire paître", précise le communiqué.

    Le Nigeria compte plus de 230 millions d'habitants, presque également répartis entre les chrétiens, principalement dans le sud, et les musulmans, principalement dans le nord.

    Alors que le pays est aux prises avec des problèmes sociopolitiques complexes, l'équilibre délicat entre le développement agricole, la sécurité et les droits de l'homme reste difficile à trouver.

    Les préoccupations du groupe catholique nous rappellent brutalement que des initiatives apparemment bénignes peuvent avoir des intentions cachées et que la vigilance est essentielle pour préserver le bien-être de tous les citoyens.

  • Ils sont condamnés à mort pour leur conversion; la Libye réprime durement les chrétiens

    IMPRIMER

    Lu sur Avvenire :

    Ils sont condamnés à mort pour leur conversion. La Libye étouffe également les chrétiens

    23 février 2024

    Ils risquent la peine de mort pour atteinte à la sécurité de la Libye. Les accusés sont au nombre de six, tous libyens. Depuis un an, ils attendent de savoir quand ils seront pendus ou fusillés. En attendant, ils prient pour être graciés. Mais il s'agit aussi d'un crime. Car l'article 207 du code pénal de Tripoli punit toute tentative de diffusion d'opinions visant à "altérer les principes constitutionnels fondamentaux ou les structures de base de l'ordre social", voire à renverser l'État. Toute personne possédant des livres, des tracts, des dessins, des images, des slogans "ou tout autre objet" subversifs risque la peine de mort. C'est ce que dit la loi. Et c'est ce que disent les six hommes qui se sont convertis au christianisme et qui, pour le simple fait de ne pas avoir caché leur conversion, sont traités de la même manière que les terroristes locaux de Daesh.

    La Libye s'est hissée à la troisième place dans le classement des pays où la persécution des chrétiens est la plus brutale. Le rapport annuel de Portes Ouvertes, l'organisation non gouvernementale nord-américaine qui surveille les attaques contre les communautés chrétiennes et les individus dans le monde, indique que la nation nord-africaine a malheureusement gagné "deux positions sur la World Watch List (le "baromètre" qui mesure la persécution, ndlr), avec la plus forte augmentation du nombre d'épisodes de violence signalés contre les croyants". Il est clair qu'il n'y a pas de zone de sécurité en Libye pour les croyants", peut-on lire dans le dossier de l'organisation.

    La législation et le gouvernement chancelant de Tripoli convergent dans un étau d'intolérance envers ceux qui n'adhèrent pas à la foi musulmane. Les migrants sont souvent pris pour cible parce qu'ils ne sont pas islamiques

    On estime qu'il y a un peu plus de 35 000 chrétiens en Libye, soit environ 0,5 % des 7,1 millions d'habitants, dont la majorité est musulmane. Une grande partie du pays vit dans une sorte d'anarchie perpétuelle, gouvernée par des milices. "L'année dernière en Libye, le recours à l'article 207 contre les membres les plus engagés de la société civile et des organisations internationales a augmenté", a déclaré Noura Eljerbi, une militante des droits de l'homme contrainte à l'exil après avoir reçu des menaces de mort pour son travail.

    Les six chrétiens arrêtés en mars 2023 avaient avec eux un missionnaire d'une église protestante américaine, qui a été relâché et rapatrié sain et sauf. L'Agence libyenne de sécurité intérieure (Isa) n'avait pas mâché ses mots en expliquant dans un communiqué qu'elle avait été contrainte d'intervenir avec force pour "mettre fin à une action de groupe organisée visant à inciter les gens à abandonner l'islam". Et pour le confirmer, elle avait mis en circulation des vidéos d'aveux.

    L'un des "subversifs", l'ingénieur Seyfao Madi, marié et père d'un enfant, a confirmé devant la caméra de la police qu'il s'était converti au christianisme en 2017 et qu'il tentait de convertir d'autres personnes. La preuve du crime était dans ses mots : "En 2016, un ami m'a présenté à d'autres personnes, y compris un chrétien des États-Unis. Nous avons parlé et discuté ensemble. L'année suivante, j'ai été baptisé".

    Selon l'organisation de défense des droits de l'homme Humanists International, la législation libyenne est largement fondée sur la religion. Une constitution provisoire, rédigée après l'éviction de l'ancien dirigeant Mouammar Kadhafi en 2011, garantit aux non-musulmans la liberté de pratiquer leur foi. Cependant, selon des organisations non gouvernementales chrétiennes telles que Middle East Concern (Mec), Open Doors et The Voice of the Martyrs, les musulmans qui se sont convertis à une autre religion subissent de fortes pressions sociales et économiques pour renoncer à leur nouvelle foi et revenir à l'islam.

    Les sources ont également indiqué que les convertis à d'autres religions, ainsi que les athées et les agnostiques, étaient confrontés à des menaces de violence ou de licenciement et à l'hostilité de leur famille et de leur communauté en raison de leurs croyances. Même une synagogue abandonnée à Tripoli a été utilisée comme centre religieux islamique sans aucune autorisation.

    Même le rapport annuel du département d'État américain sur la liberté religieuse reconnaît le mauvais traitement des migrants chrétiens, ciblés par des groupes extrémistes. Les chrétiens d'autres pays africains sont souvent kidnappés et, dans certains cas, sauvagement assassinés. Les chrétiens subsahariens sont davantage menacés. N'ayant pas le statut officiel de personnes déplacées ou de demandeurs d'asile, ils sont enlevés et font souvent l'objet de trafics.

    Les milices impliquées dans l'abus des migrants, comme le montrent plusieurs photos publiées par " Avvenire " ces dernières années, qui prouvent l'existence de camps de prisonniers dédiés exclusivement aux chrétiens, sont toutes affiliées aux autorités centrales de Tripoli.

    Ces dernières bénéficient d'accords internationaux, dont le protocole d'accord Italie-Libye, renouvelé trois fois depuis 2017, qui a permis à la Libye d'obtenir des fonds, des équipements et une légitimité internationale, sans améliorer substantiellement les conditions des droits humains fondamentaux, y compris la protection de la liberté religieuse. Sur la liste noire de Portes Ouvertes, Tripoli est précédé par la Corée du Nord et la Somalie et est suivi par l'Érythrée et le Yémen.

    "On pense que de nombreuses personnes, rapporte Portes Ouvertes, ont également été prises pour cible en raison de leur foi chrétienne. Depuis des années, des rapports en provenance de Libye font état de cas généralisés de trafic d'êtres humains, d'abus sexuels, de torture et d'extorsion. Leur foi rend les migrants chrétiens extrêmement vulnérables à de tels abus, ce qui oblige la plupart d'entre eux à garder secrète leur appartenance religieuse".

  • L'évolution politique à Bruxelles a de quoi inquiéter

    IMPRIMER

    De Thomas O'Reilly sur The European Conservative :

    Les communistes en tête des sondages à Bruxelles, soutenus par le vote musulman

    L'antisémitisme a fait un bond dans la capitale de l'UE en réponse à la guerre d'Israël contre les terroristes islamistes du Hamas.

    22 février 2024

    Un parti marxiste-léniniste disposant d'une forte base électorale islamique est en tête des sondages dans la ville de Bruxelles avant les élections nationales et européennes, devançant les anciens libéraux et Verts wallons, et ralliant les électeurs musulmans mécontents de la guerre menée par Israël contre le Hamas dans la bande de Gaza.

    Le Parti des travailleurs de Belgique (PTB) a gagné en popularité au cours de la dernière décennie en s'appuyant sur les électeurs turcs et arabes grâce à son "antisionisme" affirmé. Il semble aujourd'hui être le parti politique le plus populaire de Bruxelles, avec 21 % du soutien de l'opinion publique, grignotant des voix auparavant détenues par d'autres obédiences socialistes.

    Image

    Cette ramification maoïste est depuis longtemps accusée d'antisémitisme ; elle a même brûlé l'effigie d'un juif orthodoxe lors d'une manifestation. Le PTB a récemment été critiqué pour son soutien tacite aux massacres perpétrés par le groupe terroriste Hamas le 7 octobre en Israël.

    Le leader du PTB, Raoul Hedebouw, soutient le port du voile islamique pour les filles dès l'âge de huit ans, tandis que son parti dans son ensemble s'est attiré une condamnation quasi universelle pour avoir attribué les attentats de Bruxelles de 2016 à la politique étrangère de l'Occident.

    L'analyste de sondages Nassreddin Taibi affirme que les anciens maoïstes marginaux du PTB ont profité d'une "rhétorique résolument pro-palestinienne qui trouve un écho favorable auprès de l'important électorat musulman de Bruxelles", un bloc électoral islamique qui représente environ un quart de la population de la ville, d'après les chiffres du recensement.

    Le parti détient actuellement 10 des 75 sièges du Parlement wallon et soutient la campagne de boycott BDS contre Israël et la dissolution de l'alliance militaire de l'OTAN.

    Malgré l'apparence d'une ville européenne sereine et le prestige d'être la capitale de l'UE, Bruxelles a dû faire face à la montée de l'islamisme populaire, qui a coïncidé avec l'essor de la narco-criminalité au cours de la dernière décennie. Ce mois-ci, une guerre de territoire sanglante a éclaté entre des gangsters marocains et algériens rivaux.

    Séparément du PTB, d'autres obédiences socialistes belges sont transformées par la présence de caucus islamiques numériquement forts; un député socialiste d'origine turque populaire dans les ghettos du nord a refusé de démissionner après avoir invité un imam à lire des extraits antisémites du Coran au parlement bruxellois la semaine dernière.

    La Belgique n'est pas la seule à assister à la montée rapide de la politique fusionnelle islamo-gauchiste. Un nouveau parti lancé par la diaspora turque espère entrer au Bundestag allemand. Pendant ce temps, en Grande-Bretagne, "Gaza George" Galloway est désormais le favori des bookmakers pour remporter l'élection partielle de Rochdale, avec un fort soutien des électeurs musulmans d'origine pakistanaise, alimenté par l'animosité envers le parti travailliste pour son soutien équivoque à Israël après le pogrom du Hamas.

    Les élections fédérales se tiendront en Belgique le 9 juin, les médias grand public lançant des avertissements superficiels sur la montée de l'"extrême droite" - citant le parti séparatiste flamand Vlaams Belang, qui devrait obtenir son meilleur résultat à ce jour. Pourtant, l'état de la politique municipale dans la capitale belge devrait attirer ailleurs l'attention des commentateurs.

    Thomas O'Reilly est un journaliste irlandais qui travaille pour The European Conservative à Bruxelles. Il a suivi une formation en sciences chimiques et en journalisme.