Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Islam

  • La rencontre de François d'Assise et du sultan ou l'exploitation abusive d'un joli mythe

    IMPRIMER

    On ne cesse de nous présenter la rencontre de François d'Assise avec le sultan d’Égypte Al-Malik al-Kâmil comme un précédent emblématique du dialogue interreligieux et en particulier de celui entre le christianisme et l'islam actualisé par la rencontre entre le pape et le grand imam d'Al-Azhar qui a débouché sur la déclaration commune d'Abou Dhabi. Cette récupération d'un évènement historique - consistant pour François d'Assise non à rechercher un dialogue avec l'Islam mais visant à obtenir la conversion du sultan - pour justifier la ligne de conduite adoptée par le pape François est pourtant abusive et ne correspond pas à la réalité historique comme l'a démontré l'historien John Tolan (Le saint chez le sultan (Seuil, Paris, 2007) :

    Un si joli mythe (Témoignage chrétien (Philippe Clanché), 31 octobre 2019)

    La célèbre rencontre entre François d’Assise et le sultan d’Égypte, en 1219, a-t-elle été le premier dialogue entre chrétiens et musulmans ? Pour l’historien John Tolan*, rien n’est moins sûr.

    On célèbre cette année le huit centième anniversaire de la rencontre de François d’Assise et du sultan d’Égypte Al-Malik al-Kâmil ? Qu’en sait-on historiquement ?

    La scène se déroule durant la cinquième croisade. En 1219, les croisés étaient alors ensablés devant la ville portuaire de Damiette, en Égypte, que le sultan défendait avec succès. Deux chroniqueurs de l’époque racontent que François est arrivé dans le camp des croisés et qu’il est passé voir le sultan, avec un compagnon nommé Illuminé, lors d’une période de trêve et de négociation de paix. On sait que certains parmi leurs proches les ont prévenus du danger et ont tenté de les décourager. Les récits rapportent que François et Illuminé sont revenus quelques jours plus tard, sains et saufs.

    Que se sont dit François et Al-Kâmil ?

    On pense que le dialogue fut plutôt paisible et respectueux. Sur son contenu, les versions divergent. L’hagiographie franciscaine avance que François a cherché activement le martyr, ou du moins qu’il était prêt à cette éventualité. D’autres récits mettent l’accent sur son désir de convertir son hôte musulman. La première raison n’exclut pas l’autre. En créant ce qui allait devenir l’ordre franciscain, François cherchait à recréer une vie apostolique, en prenant pour modèle les apôtres et leur désir de pauvreté et d’humilité. Ceux-ci ont tous prêché l’évangile aux infidèles et tous ont été martyrisés. Il est logique que François ait vu ainsi son destin, mais il a fait preuve d’humilité et de respect envers le sultan. Ce dernier, qui vivait entouré de chrétiens et de juifs, ne voulait pas se convertir, mais ne voulait aucun mal à un visiteur comme François. L’épisode, événement mineur dans la Croisade, est passé presque inaperçu sur le moment. Certains chroniqueurs ne le mentionnent pas.

    Comment l’événement s’est-il intégré dans l’histoire franciscaine ?

    L’épisode fait débat dès les premières hagiographies. À partir du XIVe siècle, la mémoire de François fait l’objet d’une tension au sein de l’ordre entre deux courants : les spiritualistes et les conventuels. Un des biographes du saint a écrit que François était prêt à convertir le sultan, mais que la division des siens l’a obligé à abandonner la mission en Égypte.

    À partir de quand le geste de François est-il devenu un symbole du dialogue interreligieux ?

    Au XXe siècle, de nombreux auteurs et théologiens ont voulu faire de François un apôtre du dialogue avec les musulmans. Cette relecture historique s’est renforcée avec le concile Vatican II, et plus encore après les attentats de 2001. Giulio F. Basetti-Sani (1912-2001), frère franciscain, a affirmé que François avait pour but, à Damiette, d’entreprendre un dialogue pour la paix. Selon lui, le saint d’Assise avait compris que la croisade était contraire à l’amour prêché par l’Évangile et aurait tout fait pour l’en empêcher. Ne pouvant convaincre les papes, François aurait d’abord cherché à rejoindre un mouvement pacifiste en France, puis serait parti dans les rangs des croisés pour les enjoindre de renoncer. De nombreux franciscains ont suivi cette théorie. Des auteurs littéraires ont également défendu cette vision de François. Le romancier grec Níkos Kazantzákis, dans Le Pauvre d’Assise, présente un François initialement favorable à la croisade qui change d’avis en voyant les tueries et les pillages commis par les soldats chrétiens lors du siège de Damiette. Dans Frère François, Julien Green raconte que le saint a tenté d’éviter l’assaut des croisés et qu’en désespoir de cause il est allé chez le sultan. Selon lui, en échangeant avec cet homme érudit et agréable, François a acquis une très bonne image de l’islam. En réalité, rien n’indique cela. N’oublions pas le contexte de l’événement, un temps de violence.

    Comment vos travaux sont-ils reçus par les héritiers de François ?

    Les franciscains, très impliqués dans le dialogue interreligieux, et particulièrement avec les musulmans, m’invitent régulièrement. Je leur dis que l’image de François homme de dialogue est un joli mythe, mais pas la réalité. Je suis entendu par beaucoup, mais certains n’arrivent pas à accepter ma thèse.

    Qu’en est-il dans le monde arabo-musulman ?

    L’épisode y est très peu connu. Je n’ai quasiment rien trouvé dans les sources ou auprès de mes collègues. D’un point de vue arabe, on regarde aujourd’hui les croisades moins dans leur dimension religieuse que comme un phénomène précurseur du colonialisme européen.

    Propos recueillis par Philippe Clanché.

    * Professeur d’histoire à l’université de Nantes, spécialiste des études médiévales, auteur de Le Saint chez le Sultan. La rencontre de François d’Assise et de l’Islam. Huit siècles d’interprétation (Seuil, 2007).

    On peut aussi lire - avec la prudence qui s'impose - cette étude parue ICI.

  • Libye : un converti condamné à mort pour apostasie

    IMPRIMER

    Du site Meconcern.org :

    Libye : Un converti condamné à mort pour apostasie

    12 sept. 2022

    Les chrétiens libyens nous demandent instamment de prier pour un converti au christianisme condamné à mort par une cour d'appel dans une ville de l'ouest de la Libye.
    Le jeune homme, qui a accepté Jésus il y a environ quatre ans, a été arrêté par des milices et détenu à plusieurs reprises au cours des dernières années. Elles ont essayé de le forcer à abjurer sa foi, mais il a refusé. En raison de l'absence d'État de droit et d'organismes officiels chargés de faire respecter la loi en Libye, les milices font office de police, de services de renseignements et d'armée.

    La Libye n'a pas de loi contre l'apostasie, ce qui signifie que les convertis sont généralement jugés pour trahison. Toutefois, ce tribunal a fondé sa décision sur une loi promulguée par le Congrès national général, l'organe législatif élu entre 2012 et 2014. Selon cette loi, un apostat de l'islam doit être exécuté s'il ne se rétracte pas.

    Toutes les lois promulguées par le Congrès national général ont été annulées par l'actuel Parlement de Tobrouk, élu en 2014. Cependant, dans le cadre d'une lutte de pouvoir continue entre les administrations basées à Tripoli et à Tobrouk, la Cour suprême de Tripoli a déclaré illégal le parlement basé à Tobrouk. Cela laisse aux tribunaux la liberté de choisir d'appliquer encore les lois annulées.

    Le converti a été tenu de publier le verdict dans un journal local et sur une station de radio locale, ainsi que de l'afficher à l'extérieur de sa résidence et du tribunal. Il n'a pas bénéficié d'une représentation légale pendant la procédure.

  • Empêchons la pendaison d'Ashfaq Masih pour sa foi en Jésus

    IMPRIMER

    De Valeurs Actuelles via le site "Veillez!" :

    EMPÊCHONS LA PENDAISON D'ASHFAQ MASIH POUR SA FOI EN JÉSUS

    AU PAKISTAN, UN CHRÉTIEN ACCUSÉ DE BLASPHÈME CONDAMNÉ À MORT

    16/07/2022

    Le 4 juillet, Ashfaq Masih, un chrétien pakistanais, a été condamné à mort pour blasphème. Tout au long de son procès, il n’a cessé de clamer son innocence.

    C’est une histoire pour le moins sordide. Un chrétien pakistanais du nom d’Ashfaq Masih a été condamné à mort le 4 juillet dernier, après avoir été accusé de blasphème par la justice, relaye Infochrétienne, vendredi 15 juillet. Lors de son procès, pourtant, l’homme de 36 ans n’a cessé de clamer son innocence et de marteler qu’il était la victime de fausses accusations.

    Dans cette affaire, tout a commencé en 2017, avec une dispute entre Ashfaq Masih et un client musulman, rappelle le site d’actualités. Dans le détail, ledit client avait refusé de payer la réparation de son vélo, arguant qu’il était un dévot musulman soufi. L’avocat du chrétien, Riaz Anjum, a précisé dans la presse que celui-ci avait « rejeté la demande [du client de la boutique], disant qu’il suivait seulement Jésus et qu’il n’était pas intéressé par les statuts religieux des musulmans ». Après cette altercation, le chrétien avait été arrêté par la police locale. Il lui avait été reproché d’avoir manqué de respect au prophète Mahomet.

    Tout au long de son procès, le trentenaire a toujours revendiqué son innocence. Il a démenti les accusations portées à son encontre, arguant avoir été piégé par le propriétaire de la boutique dans laquelle il travaillait : Muhammad Ashfaq. Selon lui, ce dernier se serait associé avec son concurrent direct, dans le but de lui nuire. « Muhammad Ashfaq avait fait pression sur Masih pour qu’il quitte le magasin, ignorant les appels de ce dernier à ne pas déplacer son entreprise en cours », a confié son avocat, cité par Infochrétienne.

    Les accusations de blasphème sont monnaie courante

    Le magistrat a par ailleurs rappelé au juge qu’aucun blasphème ne figurait dans le premier rapport d’information. Ainsi, cette allégation aurait été faite par Muhammad Ashfaq lorsqu’il a fait sa déclaration à la police. Un élément qui n’a pas permis d’innocenter Ashfaq Masih, à l’issue du procès. Le juge l’a condamné à mort.

    Au Pakistan – un pays classé en huitième position dans l’Index mondial de persécution des chrétiens 2022 de l’ONG Portes Ouvertes – les accusations de blasphèmes sont nombreuses. D’après cette organisation, les chrétiens pakistanais « vivent sous la menace des lois sur le blasphème qui sont souvent utilisées contre eux ». Au quotidien, « ils peuvent être injustement accusés, arrêtés, emprisonnés, voire condamnés à mort, par simple jalousie ou pour régler des conflits personnels ».

    Source : valeursactuelles.com

    Cliquer ici pour signer la pétition pour sauver la vie d'Ashfaq Masih. Cliquer ici.

  • Les dominicains d'Avrillé proposent des tracts d'apologétique

    IMPRIMER

    Tracts d’Apologétique

    Tract n°1 – Dieu      à télécharger ici

    Tract n°2 – Jésus-Christ prophétisé    à télécharger ici

    Tract n°3 – La Résurrection    à télécharger ici

    Tract n°4 – La Charité    à télécharger ici

    Tract n°5 – Témoins de Jéhovah    à télécharger ici

    Tract n°7 – Qui ?    à télécharger ici

    Tract n°8 – Laïcité – Islam    à télécharger ici

    Tract n°9 – Martin Luther – l’anti-saint    à télécharger ici

    consultez aussi le site : Oui, la vraie religion est facile à trouver

  • L'ECLJ présente un nouveau rapport sur “La persécution des chrétiens ex-musulmans en France et en Europe”

    IMPRIMER

    Titre

    Madame, Monsieur,

    L'ECLJ (European Centre for Law & Justice) est fier de vous présenter son nouveau rapport sur “La persécution des chrétiens ex-musulmans en France et en Europe” (cliquez ici pour lire).

    Depuis mars 2021, l’ECLJ va à la rencontre d’anciens musulmans convertis au christianisme, en France et dans d’autres pays européens. Partout le constat est le même : si quitter l’islam est déjà difficile, se convertir au christianisme est encore plus dangereux.

    De nombreux convertis nous ont témoigné des menaces et violences qu’ils ont subies en raison de leur amour pour le Christ. Des convertis sont battus, des jeunes filles sont séquestrées ou renvoyées « au bled » pour y être mariées de force… Souvent, les liens familiaux sont rompus : le converti doit se résigner à tout quitter pour suivre le Christ : sa famille, son emploi, son quartier. Il sont plusieurs centaines chaque année à témoigner ainsi de leur foi, souvent dans l’indifférence des pouvoirs publics, mais aussi, trop souvent, des autres chrétiens.

    Un tel contrôle social et une telle violence ne sont pas acceptables en Europe: la liberté de quitter l’islam doit être garantie.

    Téléchargez et partagez ce rapport sur cette page de notre site internet.

    Signez notre pétition pour la défense de la liberté de religion

  • Bosnie : un musulman finance la construction d'une église catholique

    IMPRIMER

    De Guido Villa sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Bosnie, un musulman finance la construction d'une église catholique

    20-08-2022

    Cela se passe à Vesela Straža, en Bosnie centrale : il y a quelques années, alors qu'il effectuait des travaux d'excavation sur son propre terrain, un musulman a mis au jour les vestiges d'une église du XIIe siècle et quelques squelettes humains. L'église a été donnée à l'archevêché de Vrhbosna, mais le même musulman a proposé de construire à côté une nouvelle église, consacrée le 2 août, qu'il a financée.

    La chiesetta di Santa Maria degli Angeli in località Vesela Straža

    La petite église de Sainte-Marie-des-Anges à Vesela Straža

    Ce ne sont pas seulement les mauvaises nouvelles des tensions interethniques qui nous viennent de Bosnie, mais aussi des faits encourageants qui donnent un fil d'espoir pour un avenir plus pacifique entre les différents groupes ethniques de ce pays.

    La consécration de la petite église Sainte-Marie-des-Anges à Vesela Straža, près de Bugojno en Bosnie centrale, le 2 août dernier par l'archevêque émérite de Vrhbosna (Sarajevo), le cardinal Vinko Puljić, appartient certainement à cette dernière catégorie.

    La particularité de cette église est en effet que sa construction, qui n'est pas encore achevée, a été souhaitée et financée par un musulman bosniaque local, Husein Smajić, 69 ans, sur la propriété duquel les restes d'une église médiévale et quelques squelettes humains ont été découverts il y a quelques années lors de travaux d'excavation d'un lac de stockage pour une mini-centrale hydroélectrique privée.

    Comme le raconte M. Smajić lui-même, lorsque ses parents ont acheté le terrain en 1953, il était déjà question d'une église qui aurait existé dans la région au cours des siècles précédents, mais dont l'emplacement exact était inconnu. Les études menées après la découverte des vestiges de l'église ont révélé qu'il s'agissait d'une église catholique médiévale de style gothique, à deux nefs, à l'époque la plus grande de Bosnie, mesurant 30 mètres de long sur 21,70 mètres de large, détruite par les Turcs pendant leur invasion et leur occupation séculaire de la Bosnie.

    Elle date du XIIe siècle environ et est mentionnée dans un document de 1406, qui indique qu'un chapitre du vicariat franciscain de Bosnie s'est tenu dans l'église et qu'elle a été visitée par Stjepan Ostoj, roi de Bosnie de 1398 à 1404 et de 1409 à 1418.

    Lire la suite

  • Allemagne : un Iranien converti au christianisme se voit refuser le statut de réfugié

    IMPRIMER

    De Madeleine Teahan sur Catholic News Agency :

    L'Allemagne refuse le refuge à un chrétien converti d'Iran

    12 août 2022

    La Cour européenne des droits de l'homme a rejeté le cas d'un Iranien converti au christianisme, qui fait appel de son expulsion d'Allemagne vers l'Iran, en invoquant la liberté religieuse. 

    Les militants craignent que la décision de la Cour signifie que cet homme de 44 ans risque la prison ou la mort, en raison de sa conversion religieuse.

    Hassan - dont le nom a été modifié pour protéger son identité et qui n'est enregistré que sous le nom de "H.H" dans les dossiers publics - est un ébéniste qui a demandé l'asile en 2018 et réside actuellement en Allemagne où il peut pratiquer librement sa foi. 

    Après que lui, sa femme et sa famille se sont convertis au christianisme, les forces de sécurité en Iran ont pris d'assaut leur maison et ont confisqué leurs livres, leur ordinateur, leurs passeports et leur Bible. Il a ensuite fui en Allemagne avec sa famille en passant par la Turquie.

    Dans une déclaration publiée le 11 août, Lidia Rieder, responsable juridique de l'ADF International, a prévenu que l'Iran était l'un des endroits les plus dangereux au monde pour les chrétiens. Elle a déclaré : "Personne ne devrait être persécuté pour sa foi. L'Iran est l'un des pays les plus dangereux au monde pour les chrétiens, et les convertis sont particulièrement en danger. L'année dernière, la persécution religieuse s'est considérablement aggravée. Les soi-disant "déviants religieux" peuvent être condamnés à des peines de prison, les accusations de sécurité nationale sont continuellement utilisées pour cibler les minorités religieuses. Les tribunaux allemands doivent en tenir compte dans le traitement des demandes d'asile."

    La conversion d'Hassan au christianisme a été inspirée par le témoignage de son beau-frère, qui a été emprisonné pour avoir pratiqué sa foi chrétienne, puis tué. La femme de son beau-frère a également été maltraitée.

    "Le frère de ma femme était devenu une personne différente en devenant chrétien. Nous voulions voir si nous aurions ce sentiment en devenant chrétiens", a déclaré H.H. dans sa demande aux autorités allemandes.

    Mais le tribunal administratif de Greifswald, qui a entendu le cas de Hassan après son rejet par les autorités allemandes, a déclaré qu'il n'était "pas particulièrement probable" qu'un musulman se convertisse au christianisme, compte tenu de ce qui était arrivé à son beau-frère et à sa femme, après leur conversion.

    Cette semaine, la Cour européenne des droits de l'homme a ensuite refusé d'entendre les arguments de la défense d'Hassan, ce qui, selon les militants, lui fait courir un risque important d'expulsion.

    Dans une déclaration préparée par ADF International, Hassan a expliqué : "J'avais eu beaucoup de problèmes en Iran... J'avais beaucoup de questions, mais je n'étais pas autorisé à les poser. Lorsque je posais des questions, j'étais battu à l'école. Cela m'a conduit à vouloir savoir quel Dieu j'avais en face de moi. Un jour, mon beau-frère nous a dit à moi et à ma femme qu'il avait de bonnes nouvelles. Il y a un trésor, il y a un Dieu vivant, Jésus-Christ, nous sommes ses enfants et non ses esclaves... Il a dit qu'il y a un salut gratuit disponible... En Allemagne, je partage l'Évangile, j'organise des cercles de prière ici dans le logement. Je veux être un bon exemple, gagner les autres à la foi en Jésus-Christ. Mon plus grand objectif serait que mes enfants puissent trouver le Christ en toute liberté, et qu'ils fassent le bien."

    Dans une déclaration du 11 août, Kelsey Zorzi, directrice de la liberté religieuse mondiale à ADF International, a déclaré : "L'Iran échoue systématiquement à protéger le droit à la liberté de religion de ses citoyens. La loi iranienne doit être modifiée pour être mise en conformité avec le droit international des droits de l'homme, qui protège le droit de chaque individu de choisir et de pratiquer librement sa foi. En attendant, des pays comme l'Allemagne ont la responsabilité d'aider à protéger les minorités religieuses vulnérables lorsqu'ils en ont l'occasion. Ignorer cette responsabilité peut avoir des conséquences fatales."

    Madeleine Teahan est l'ancienne rédactrice associée du Catholic Herald. Elle a contribué à Sky News, BBC News, Woman's Hour, Beyond Belief et à de nombreux autres programmes. Elle contribue également régulièrement à l'émission Pause For Thought sur BBC Radio 2.

  • Pakistan : pour l'arrêt des conversions forcées et de toute discrimination sociale et religieuse

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/PAKISTAN - Le 11 août est la Journée des minorités : la société civile soulève la question des droits

    10 août 2022

    Islamabad (Agence Fides) - " Commençons par la question des conversions forcées, un fléau qui pèse sur la vie des minorités religieuses du Pakistan. Des facteurs extrêmement inquiétants se cachent derrière cette mauvaise mentalité, tels que la violation des droits humains fondamentaux, la discrimination, la pauvreté et l'absence d'État de droit. L'inaction du gouvernement sur cette question encourage les auteurs de crimes qui utilisent la foi pour dissimuler des crimes contre les femmes des minorités. Les membres de la communauté religieuse minoritaire, faibles et pauvres, ne sont pas en mesure de se défendre pour obtenir justice " : c'est ce qu'a déclaré dans une interview à l'Agence Fides le laïc catholique Peter Jacob, célèbre défenseur des droits de l'homme au Pakistan, à l'occasion de la Journée des minorités au Pakistan, célébrée chaque année le 11 août.

    M. Jacob, qui a été secrétaire exécutif de la Commission catholique pour la justice et la paix (NCJP) au sein de la Conférence des Evêques catholiques du Pakistan pendant près de 30 ans et qui dirige aujourd'hui le Centre pour la justice sociale (CSJ), note : "Il est nécessaire de reconnaître et d'aborder la question de l'abus des droits des minorités par le biais d'une législation appropriée, afin de prendre des mesures spécifiques pour la protection des femmes issues de minorités religieuses. Des programmes de sensibilisation et d'éducation sont nécessaires de toute urgence pour renforcer la protection et la prise de conscience de la société pakistanaise quant au statut vulnérable et marginalisé des minorités dans le pays. Nous continuerons à élever la voix jusqu'à ce que l'État promeuve la justice et que le peuple pakistanais en prenne conscience".

    Selon les données recueillies par la CSJ, en 2021, 78 adolescentes issues de communautés religieuses minoritaires (39 femmes hindoues, 38 chrétiennes et 1 femme sikhe) ont été enlevées et converties de force à l'islam, soit une augmentation de 80 % du nombre de cas par rapport à l'année 2020. Il faut donc dire que ces cas sont ceux qui sont officiellement enregistrés, et que beaucoup d'autres ne sont pas signalés. À l'occasion de la Journée des minorités, les groupes de défense des droits de l'homme s'inquiètent de l'absence de garanties juridiques pour protéger les minorités au Pakistan. Dans le cas des conversions forcées, notent-ils, des crimes tels que l'enlèvement, la falsification de documents et les violences sexuelles sont commis et restent impunis.

    À l'occasion du 11 août, le président de l'ONG "Voice for Justice", Joseph Jansen, s'adressant à l'Agence Fides, cite le message du fondateur du Pakistan, Muhammad Ali Jinnah, dans son discours historique du 11 août 1947, qui a inspiré le choix de cette date comme "Journée des minorités". Jinnah a déclaré : "Nous sommes tous des citoyens et des citoyens égaux d'un État. Je pense que nous devons garder cela à l'esprit en tant qu'idéal et comprendre qu'au fil du temps, les hindous cesseront d'être hindous et les musulmans d'être musulmans. Non pas au sens religieux, car il s'agit de la foi personnelle de chaque individu, mais au sens politique, en tant que "citoyens de l'État". Il a ajouté : "Vous êtes libre. Libre à vous de vous rendre dans vos temples, vos mosquées ou tout autre lieu de culte dans cet État du Pakistan. Vous pouvez appartenir à n'importe quelle religion, caste ou croyance : cela n'a rien à voir avec les affaires de l'État".

    Joseph Jansen rapporte : "À l'occasion de la Journée nationale des minorités, Voice for Justice, ainsi que d'autres organisations, observeront des moments de silence et des commémorations, avec des lectures et des manifestations publiques exhortant le gouvernement pakistanais à introduire des garanties concrètes pour la protection des minorités religieuses, en mettant en œuvre la vision de Muhammad Ali Jinnah". Il est nécessaire "de reconnaître et de sanctionner tous les actes de discrimination, notamment sur la base de la religion et des convictions, afin que l'égalité et la liberté religieuse soient garanties, comme le stipule la Constitution du Pakistan", conclut Jansen.

    La société civile pakistanaise se souvient notamment de la figure du ministre catholique Shahbaz Bhatti (1968 - 2011), tué lors d'une attaque terroriste à Islamabad et qui fut un martyr de la justice. Bhatti a laissé un précieux héritage spirituel ainsi que des réalisations civiles et politiques telles que l'instauration de la Journée des minorités le 11 août. Le ministre a salué l'anniversaire du discours historique d'Ali Jinnah à la nation pakistanaise, dans lequel il a proclamé l'égalité des droits pour tous les citoyens, indépendamment de leur origine ethnique ou religieuse. La Journée des minorités, créée à l'initiative de M. Bhatti en 2009, est un héritage de l'engagement chrétien et humain de Shahbaz Bhatti, qui a ainsi voulu donner un signe tangible de reconnaissance du rôle des minorités au Pakistan et honorer leur contribution à la construction de la nation depuis l'indépendance. Les thèmes qui caractérisent cette journée depuis lors sont : la justice, le travail, l'éducation, le respect des droits, l'arrêt des conversions forcées et de toute discrimination sociale et religieuse.

    (AG-PA) (Agence Fides 10/8/2022)

  • Ce que doivent endurer les chrétiens en terre musulmane

    IMPRIMER

    D'Alexandra Greeley sur le National Catholic Register :

    Ce que doivent endurer les chrétiens en terre musulmane
    Histoires vraies de chrétiens courageux vivant leur foi en terre musulmane

    Detail of the book cover of ‘The Perscuted’ by Casey Chalk
    Détail de la couverture du livre "The Perscuted" de Casey Chalk (photo : Sophia Institute Press)

    9 août 2022

    La persécution des chrétiens par les musulmans est un sujet omniprésent, certaines sources publiant le nombre annuel de morts. Pour sensibiliser le public à ces atrocités, l'auteur Casey Chalk a écrit The Persecuted : True Stories of Courageous Christians Living Their Faith in Muslim Lands, publié par Sophia Institute Press (2021).

    Comme l'écrit Pieter Vree, rédacteur en chef du magazine New Oxford Review, dans la préface du livre, "la persécution des chrétiens n'a rien de nouveau." Il ajoute : "Notre Seigneur Jésus-Christ a lui-même fait face à la persécution, au harcèlement, aux menaces et aux tentatives de lapidation tout au long de son ministère..." Même le pape François, lors d'une messe à la Casa Santa Marta, a parlé de la façon dont un groupe dissident des talibans à Lahore, au Pakistan, a fait exploser un groupe de prière chrétien.

    Mais au lieu d'aborder cette calamité à l'échelle mondiale, Chalk se concentre sur les problèmes d'un seul homme et de sa famille qui ont fui le Pakistan pour Bangkok, en Thaïlande, puis ont été contraints de retourner au Pakistan. L'homme, Michael D'Souza, moitié sud-asiatique et moitié portugais, est né et a grandi à Karachi, au Pakistan, et était un fervent catholique.

    À la fin des années 1990, il s'est marié et travaillait à Karachi pour une école affiliée à l'Église anglicane, mais au début des années 2000, les débuts des persécutions musulmanes ont commencé, et il a été renvoyé de l'école. En 2006, deux mollahs se sont présentés à son domicile et lui ont ordonné de se convertir à l'islam, ce qu'il a refusé. Les visites à son domicile se poursuivent pendant plusieurs années, et il reçoit même des visites lorsqu'il travaille comme sacristain à l'église Saint-Antoine.

    Les agressions contre D'Souza et sa famille se sont poursuivies malgré son déménagement dans d'autres villes du Pakistan. En octobre 2012, lui et sa famille sont retournés vivre dans un autre quartier de Karachi. En se rendant à la cathédrale Saint-Patrick pour rendre visite au père Peter John, il a vu placardées sur les murs d'une mosquée voisine des photos de lui disant qu'il avait insulté l'islam. Cette nuit-là, D'Souza a fui Karachi pour se rendre dans une ville voisine où des membres de sa famille l'ont exhorté à fuir le Pakistan. Il a également demandé conseil au père Peter John, qui l'a exhorté à quitter le pays.

    La famille D'Souza est arrivée à Bangkok fin novembre 2012, mais bien qu'ils aient des visas de tourisme, les fonctionnaires thaïlandais ont commencé à causer des problèmes. D'Souza a rejoint la paroisse rédemptoriste Holy Redeemer, où un ami leur a donné l'argent pour payer les fonctionnaires thaïlandais du centre de détention. Un an plus tard, D'Souza a demandé le statut de réfugié au Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, mais sa demande a été rejetée, laissant la famille avec peu d'options. La famille s'est liée d'amitié avec des paroissiens de l'église Holy Redeemer qui leur ont apporté un soutien financier. Un paroissien les a même hébergés dans un appartement.

    Puis, à la mi-2014, Casey Chalk et sa famille ont déménagé à Bangkok et sont devenus des paroissiens actifs du Holy Redeemer. Comme Chalk l'a découvert, D'Souza était un paroissien dévoué, et après s'être présenté à D'Souza, Chalk et sa femme ont commencé leurs efforts pour aider à financer et soutenir la famille. Dans le reste du livre, Chalk explique en détail comment D'Souza a lutté pour trouver du travail et rester en tant que réfugié en Thaïlande. Malheureusement, comme l'écrit l'auteur, "il y a beaucoup de demandeurs d'asile et de réfugiés pakistanais en Thaïlande, probablement entre sept mille et douze mille personnes. La plupart d'entre eux sont des catholiques et des chrétiens évangéliques."

    Puis en 2017, la famille a finalement décidé de retourner au Pakistan parce qu'elle avait enduré tant de souffrances à Bangkok, et quelques semaines après le départ des D'Souza, Chalk et sa famille sont retournés aux États-Unis. Au cours des années suivantes, Chalk est resté en contact avec la famille D'Souza et s'est efforcé de trouver un recours contre la persécution musulmane dont il est victime au Pakistan.

    Comme le dit Vree à propos de Chalk :

    Il a mis un visage humain sur la souffrance qui est souvent cachée derrière des statistiques. Nous avons besoin d'entendre les histoires de familles comme celle des D'Souza parce que nous et eux sommes membres du même corps, le corps du Christ. Leur douleur est notre douleur, leur perte est notre perte, et leur joie est notre joie.

    Alexandra Greeley Convertie au catholicisme, Alexandra Greeley est écrivain culinaire, critique de restaurants et auteur de livres de cuisine. Elle se passionne pour tous les aspects du monde de l'alimentation, qu'il s'agisse d'interviewer des chefs, de soutenir les agriculteurs locaux ou de faire le lien entre nourriture et foi.

  • Un évêque dénonce la tragédie au Nigeria

    IMPRIMER

    D'Anna Bono sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Un évêque dénonce la tragédie au Nigeria

    08-08-2022

    Monseigneur Gopep, évêque auxiliaire de Minna, dépeint la situation dramatique du Nigeria. Non seulement pour la propagation de la violence, mais surtout pour l'inaction des gouvernements nationaux et des États, responsables d'une situation qui échappe depuis longtemps à tout contrôle. Et dénonçant une suspicion terrible, mais réaliste....

    "Nous ne sommes plus seulement confrontés aux terroristes de Boko Haram, mais à des groupes de bandits, à des bergers fulanis armés qui font des incursions dans les communautés pour voler des troupeaux de bétail, tuer des gens et violer des femmes, ainsi qu'à des bandes de kidnappeurs qui se livrent à des enlèvements à des fins d'extorsion financière et matérielle. En un mot, la situation actuelle au Nigeria a dépassé le stade de la violence et des affrontements à caractère religieux. C'est beaucoup plus et très complexe. Par exemple, les enlèvements ne touchent pas seulement les chrétiens, car les musulmans et les traditionalistes africains sont également victimes d'enlèvements". 

    Ce tableau de l'état du pays qui, avec 218 millions d'habitants, est le plus peuplé d'Afrique, est brossé par Monseigneur Luka Sylvester Gopep, évêque auxiliaire de Minna, capitale de l'État du Niger. Son diocèse est situé dans la Middle Belt, la ceinture centrale où les Nigérians du nord, musulmans, traditionnellement pasteurs, et ceux du sud, chrétiens et animistes, traditionnellement agriculteurs, se rencontrent et coexistent, s'affrontant toujours pour le contrôle des terres fertiles, des pâturages et des points d'eau. 

    "Dans mon diocèse, explique Monseigneur Gopep dans une longue interview à l'agence de presse Fides publiée le 5 août, il y a 16 paroisses qui sont constamment soumises à de lourdes attaques par des bandes de kidnappeurs. Les bandits arrivent même en plein jour, capturent des familles entières, ne laissent que les enfants et emmènent les adultes. Ils contactent ensuite les proches des kidnappés pour demander une rançon. Dans certains cas, certains des kidnappés sont tués, tandis que d'autres sont mutilés en raison de la férocité qu'ils ont subie entre les mains des ravisseurs. Pendant la période où les bandits emmènent les gens, leurs enfants sont laissés seuls dans leurs maisons et leurs communautés. En tant qu'Église, nous assumons la tâche et la responsabilité de prendre soin de ces enfants, en leur fournissant de la nourriture et des soins médicaux et psychologiques. Si la rançon est payée, les personnes enlevées sont libérées. Mais si rien n'est payé, les kidnappeurs tuent leurs victimes. Par exemple, deux prêtres de l'archidiocèse de Kaduna ont été tués par leurs ravisseurs. Parmi les femmes et les filles enlevées, certaines ont été données en mariage aux kidnappeurs, d'autres violées et d'autres encore vendues à d'autres gangs pour l'esclavage sexuel. Parmi nos communautés, certaines ont été pillées par les attaques incessantes des bandits. La situation a créé des camps de réfugiés dans différentes parties du diocèse dont je suis l'évêque auxiliaire. L'Église du diocèse de Minna s'est donné pour mission de fournir une aide humanitaire et des secours d'urgence à ce peuple qui est le nôtre, quelle que soit son appartenance religieuse".

    Lire la suite

  • Au Nigéria : une insécurité organisée

    IMPRIMER

    Du site de l'Aide à l'Eglise en Détresse :

    Nigéria : une insécurité organisée

    Récemment, des terroristes ont attaqué une prison située près de l’aéroport international, libérant les principaux membres de Boko Haram, ainsi qu’un poste de contrôle militaire juste à l’extérieur de la ville, tuant un nombre inconnu de soldats. « Encore plus inquiétante a été l’attaque contre les troupes de la 7e Brigade de la Garde. Celle-ci assure la sécurité du palais présidentiel et du Territoire de la capitale fédérale, alors que certains de ses membres ont été pris en embuscade lors d’une sortie en patrouille », a déclaré l’archevêque Kaigama.

    « Abuja est la capitale et elle devrait être l’endroit le plus sécuritaire. C’est là que vit le président et personne ne pensait que de telles choses pourraient se produire à Abuja de cette façon. On ne sait pas ce qui pourrait arriver prochainement, quand ou d’où les attaquants pourraient venir, car ils sont capables de faire n’importe quoi. La situation est très grave. »

    « C’est bien organisé ; ce n’est pas quelque chose qui arrive par hasard. On a eu des attentats à la bombe il y a quelques années, mais jamais des menaces vraiment sérieuses, comme nous en sommes témoins aujourd’hui », explique l’archevêque.

    Les politiciens s’en fichent

    « Il y aura des élections l’année prochaine et on fait tout ce que l’on peut pour arriver au pouvoir », souligne-t-il. La peur et la frustration couvent chez le peuple, dit le prélat catholique, et elles sont aggravées par le fait que les politiciens ne semblent pas disposés à faire quoi que ce soit pour remédier à la situation. « On aurait pu penser qu’en raison de la détérioration de la sécurité, les membres du Sénat et de l’Assemblée nationale auraient cherché fébrilement des solutions aux problèmes. Au lieu de cela, ils ont pris six semaines de vacances. Après les attaques, ils sont partis, pas plus tard que la semaine dernière », a expliqué l’archevêque Kaigama.

    Or, aux dires de l’évêque, même lorsqu’ils sont présents, les politiciens sont difficilement accessibles. « Ils reçoivent leurs salaires, leurs privilèges, mais ils ne sont pas pour autant plus préoccupés par le bien-être général de la population. Depuis mon arrivée à Abuja en tant qu’archevêque, je suis allé dans presque tous les villages, et quand je cite leurs noms, les politiciens et les dirigeants politiques ne semblent pas les connaître.

    Pensez-vous qu’ils vont vous demander ce que vous avez découvert, ou, où vous êtes allé, ou ce qu’avez-vous vu ? Mais non. Ils ne sont pas disponibles. Ils disent qu’ils sont occupés. Les gens souffrent, mais les dirigeants se soucient seulement de leur bien-être personnel et de leurs privilèges officiels. J’espère que la prochaine élection sera libre, juste et transparente et qu’elle produira des dirigeants altruistes, tournés vers le peuple et capables d’un dialogue authentique ».

    Lire la suite

  • Un chrétien pakistanais condamné à mort sur la base de fausses accusations de blasphème

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/PAKISTAN - Un chrétien condamné à mort sur la base de fausses accusations de blasphème

    26 juillet 2022  
     

    Lahore (Agence Fides) - Un tribunal de Lahore a condamné à mort un chrétien accusé de blasphème en 2017. Ashfaq Masih, qui est aujourd'hui âgé de 34 ans, a été condamné à la mort par pendaison par un tribunal de première instance de Lahore, dans la province du Pendjab, dans un jugement rendu le 4 juillet. Ashfaq Masih, mécanicien de profession, est en prison depuis juin 2017 après qu'une plainte (First Information Report) a été enregistrée contre lui le 15 juin, en vertu de la section 295 "c" du Code pénal pakistanais, qui punit l'outrage au prophète Mahomet.

    Ashfaq Masih, marié et père d'une fille de huit ans, affirme qu'il n'a pas diffamé ni prononcé de paroles désobligeantes à l'encontre du prophète Mahomet. Dans sa déclaration à la cour, Ashfaq Masih a dit : "Je suis innocent, et l'accusation portée contre moi est fausse et sans fondement. J'ai été piégé pour avoir détruit mon petit atelier de mécanique où je réparais des motos et des vélos. Il y a un autre magasin pour le même travail dirigé par Muhammad Naveed. Je me suis disputé avec lui le 5 juin 2017 car la plupart des clients se rendent quotidiennement dans mon magasin pour des réparations."

    Dans sa déclaration, Ashfaq Masih a ajouté : "Muhammad Naveed était jaloux de mon travail, parce que mon travail se passait bien. Le 15 juin, un client du nom de Muhammad Irfan est venu dans mon magasin et, après que j'ai effectué les réparations, il a refusé de payer 40 roupies pakistanaises (environ 20 centimes d'euro), le coût de la main-d'œuvre, en prétendant qu'il était un croyant soufi et qu'il n'avait donc pas à payer".

    Ashfaq Masih a poursuivi : "En réponse, j'ai dit que je croyais en Jésus-Christ et j'ai demandé le paiement des réparations. Au lieu de payer pour le travail, Muhammad Irfan et Muhammad Naveed ont transformé l'affaire en une question religieuse et m'ont accusé de blasphème".

    Selon le défendeur Ashfaq Masih, Muhammad Naveed et Muhammad Ashfaq ont organisé une conspiration contre lui parce que son atelier fonctionnait bien et gagnait de l'argent. Ashfaq Masih raconte : "J'ai également été menacé par ces deux hommes qui voulaient que je quitte l'atelier. J'ai également donné les mêmes informations à l'officier de police qui m'a arrêté. Je n'ai jamais prononcé de mots désobligeants à l'encontre du prophète Mahomet, et je ne le ferai jamais. Je respecte le prophète Mahomet de tout mon cœur et de toute mon âme", conclut Ashfaq Masih.

    Joseph Jansen, président de l'ONG " Voice for Justice ", qui suit l'affaire, a déclaré à l'Agence Fides : " La condamnation à mort d'Ashfaq Masih suscite la déception et la peur de toute la communauté chrétienne du Pakistan, et en particulier de tous les autres prisonniers accusés de blasphème et de leurs familles. Jansen note : "De nombreux cas d'accusations de blasphème sont basés sur de fausses accusations, et instrumentalisent l'accusation pour régler des différends personnels. Il est triste de voir que de telles accusations, foulant aux pieds l'État de droit, conduisent à des violences collectives contre les accusés, qui ne peuvent se défendre".

    Joseph Jansen déclare en outre : "Les chrétiens du Pakistan sont profondément blessés par la condamnation à mort d'Ashfaq Masih, accusé à tort. Il est clair que toutes les preuves dans cette affaire sont fabriquées et qu'Ashfaq Masih n'y est piégé que pour avoir réclamé des frais de service pour la réparation de la moto d'un musulman".

    L'ONG Voice for Justice, qui prépare un recours devant la Haute Cour, demande que justice soit rendue à Ashfaq Masih et qu'il soit immédiatement libéré. Elle exhorte le tribunal à punir ceux qui incitent à la violence ou la commettent sur la base de fausses accusations de blasphème.

    Ashiknaz Khokhar, un militant des droits des minorités au Pendjab, a déclaré à Fides : " Il est inquiétant de voir les tribunaux de première instance prononcer des condamnations à mort pour les personnes accusées de blasphème, même sans preuves suffisantes. Des groupes extrémistes exercent des menaces et des pressions sur les tribunaux, mais il est désormais très clair que la plupart des affaires de blasphème reposent sur de fausses accusations, liées à des différends personnels. Le gouvernement doit prendre des mesures sérieuses pour mettre fin à l'abus des lois sur le blasphème et œuvrer à la protection des droits fondamentaux des citoyens et de leurs familles".

    Selon les données du "Center for Social Justice", entre 1987 et 2021, il y a eu 1 949 cas de personnes accusées de blasphème au Pakistan, dont 928 musulmans, 643 ahmadis, 281 chrétiens, 42 hindous et 55 de confession inconnue. Parmi elles, 84 personnes ont été tuées de manière extrajudiciaire, avant qu'un verdict final ne soit rendu.

    (AG-PA) (Agence Fides 26/7/2022)