Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Défense de la Vie

  • Houellebecq, le bluff euthanasique et sœur Morphine

    IMPRIMER

    Houellebecq 20313494lpw-20313507-article-michel-houellebecq-confinement-coronavirus-jpg_7089608_1250x625.jpgLe débat euthanasique n’a hélas plus cours en Belgique : le pire est advenu et l’opinion inerte est chloroformée depuis longtemps déjà. Il n’en va pas encore de même en France. Entre autres, l’écrivain Houellebecq démontait, voici peu, la manipulation du discours publicitaire euthanasique avec l’objection retentissante d’un seul mot : la morphine. Oui, mais encore ? L’absence de douleur ne donne pas nécessairement un sens à la vie. Voici un commentaire D’Henri Quantin, lu sur le site web « aleteia » (21 avril 2021) :

    «De la récente tribune percutante de Michel Houellebecq contre l’euthanasie, beaucoup ont essentiellement retenu la conclusion : « Lorsqu’un pays — une société, une civilisation — en vient à légaliser l’euthanasie, il perd à mes yeux tout droit au respect. Il devient dès lors non seulement légitime, mais souhaitable, de le détruire ; afin qu’autre chose — un autre pays, une autre société, une autre civilisation — ait une chance d’advenir. » De la part d’un auteur qui préfère son travail de romancier aux postures des « guignols de l’engagement », la déclaration est de fait frappante. Aucun champion de la rébellion médiatique n’a, à notre connaissance, affirmé aussi clairement le droit non seulement à l’objection de conscience, mais même à l’insurrection salutaire. 

    La souffrance n’est plus un problème

    Il y a tout juste deux ans, le président Macron décorait Houellebecq de la légion d’honneur. À cette occasion, il tenta discrètement de minimiser la portée de sa critique de la Modernité, en le qualifiant de « romantique perdu dans un monde qui est devenu matérialiste ». Il aura sans doute quelques difficultés à réduire le propos à une mythologie adolescente de la révolte, héritée du XIXe siècle. Car l’argument principal de Houellebecq ne se trouve pas dans les nuages, mais dans la réalité la plus simple et dans un progrès décisif de la médecine, tout à fait compatible avec un monde matérialiste : la découverte de la morphine. Déjà au moment où l’État français décida de mettre à mort Vincent Lambert qui « n’était en proie à aucune souffrance du tout […] et n’était même pas en fin de vie », Houellebecq avait fait ce rappel magistral : « Une découverte extraordinaire, qui apportait une solution élégante à un problème qui se posait depuis les origines de l’humanité, a eu lieu en 1804 : celle de la morphine. Quelques années plus tard, on a vraiment commencé à explorer les étonnantes possibilités de l’hypnose. En résumé, la souffrance n’est plus un problème, c’est ce qu’il faut répéter, sans cesse, aux 95 % de personnes qui se déclarent favorables à l’euthanasie. »

    Houellebecq racontait qu’il avait connu lui-même des circonstances dans lesquelles il était prêt à supplier qu’on l’achève et qu’il avait suffi d’une piqûre de morphine pour que son point de vue change presque instantanément. 

    Étatisme et capitalisme réunis

    La grande force de Houellebecq est de mettre à nu en quelques mots les impostures du rouleau compresseur idéologique qui tente d’écraser toute objection. Houellebecq ôte à tous les arguments leurs parures compassionnelles et leurs atours publicitaires. La clé de voûte du « bluff technologique », jugeait Jacques Ellul, est la publicité. Le bluff euthanasique, qui n’est que l’application à l’homme des diktats de l’efficacité technique, fonctionne de la même façon. 

    Lire la suite

  • L'avortement hors la loi en République Dominicaine

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    La République dominicaine s’oppose à l’avortement via la réforme de son Code pénal

    20 Avr, 2021

    En République dominicaine, les députés ont présenté le projet de réforme du Code pénal « la semaine dernière ». Le code actuel date du 19e siècle. Trois motifs de dépénalisation de l’avortement étaient envisagés à cette occasion : si la grossesse met en péril la vie de la mère, le viol ou l’inceste, et les malformations du fœtus « incompatibles avec la vie ». Ils ont tous trois été rejetés.

    Un seul article du texte évoque l’avortement, c’est l’article 112. Il dispose qu’interrompre volontairement une grossesse n’est pas punissable à condition qu’« au préalable, pour sauver la vie de la mère et du fœtus en danger, tous les moyens scientifiques et techniques disponibles aient été épuisés dans la mesure du possible ». L’avortement dans ce cas doit être pratiqué « par du personnel médical spécialisé dans des établissements de santé publics ou privés ».

    Sources : One of us (19/04/2021) ; ACI Prensa, Diego López Marina (25/03/2021)

  • L’Afrique, la Russie et les États-Unis contre les diktats du genre

    IMPRIMER

    De Luca Volontè sur International Family News :

    L’Afrique, la Russie et les États-Unis contre les diktats du genre

    Pleins feux sur les bonnes choses qui se passent dans le monde

    16 avril,2021

    Sur le continent noir, les chrétiens de toutes les confessions sont fermement opposés aux tentatives de néocolonialisme idéologique.

    Au Nigeria, les évêques catholiques se plaignent du fait que le gouvernement favorise l’islamisme violent, et la même chose se produit en République Démocratique du Congo.

    En Tanzanie, les Églises évangéliques protestent contre la pénétration subtile et obstinée d’un style de vie “occidental” qui inclut l’avortement, tandis que les évêques du Kenya et de l’Éthiopie ont publié un document dénonçant le caractère envahissant de l’idéologie du genre.

    Entre-temps, la énième tentative de certaines forces politiques présentes au parlement Malawite d’ouvrir la discussion sur la libéralisation de l’avortement n’a obtenu qu’un nouveau rejet de la part de la majorité.

    La vie

    La France et la Lettonie ont, de manière différente, stoppé la discussion qui voudrait ouvrir l’introduction de l’euthanasie.

    Les évêques du Mexique ont réaffirmé avec force la primauté de la défense de la vie humaine dès la conception.

    Grande mobilisation au Canada de citoyens qui s’adressent directement aux parlementaires nationaux pour demander l’abolition de la récente loi qui élargit le champ de l’euthanasie.

    En Equateur, d’excellents candidats pro-vie et pro-famille ont obtenu des résultats électoraux.

    Lors du premier tour de l’élection présidentielle péruvienne, qui s’est tenu le 11 avril, Keiko Fujimori, qui s’oppose fermement à l’avortement et à l’idéologie LGBT+, a obtenu suffisamment de voix pour pouvoir se présenter au second tour de mai.

    LGBT

    En Suisse, après l’approbation du “mariage” homosexuel, les catholiques et les évangéliques ont recueilli des signatures sur une pétition populaire demandant l’organisation d’un référendum pour l’abroger.

    Avec la signature par le président Vladimir Poutine d’une série d’amendements constitutionnels, la Russie a formellement interdit le “mariage” entre personnes de même sexe.

    Aux États-Unis d’Amérique, au moins 30 États sont en train d’interdire les diktats du transgenderisme sous différentes formes. Au Royaume-Uni, le gouvernement a interdit le retrait des expressions jugées inappropriées de l’enseignement et des débats universitaires. En soutien à Downing Street, le primat anglican, Justin Welby, a qualifié avec audace la “culture de l’annulation” de “parasite qui érode la liberté”.

  • USA : en Ohio et au Montana, des lois pour défendre la vie à naître

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    USA : en Ohio et au Montana, des lois pour défendre la vie à naître

    14 avril 2021

    Aux Etats-Unis, deux Etats tentent actuellement de limiter les possibilités d’avortement.

    En Ohio, une cour d’appel fédérale vient de rétablir une loi de protection des fœtus porteurs de trisomie 21, « une affaire considérée comme cruciale au niveau national ». Cette loi, bloquée depuis 2017 par des suspensions juridiques, « interdit spécifiquement aux médecins de pratiquer un avortement s’ils savent qu’un diagnostic de trisomie 21, ou la possibilité d’un tel diagnostic, influence la décision ». Les médecins pourraient « être accusés de crime au quatrième degré », « se voir retirer leur licence médicale » et « devoir payer des dommages et intérêts ». La femme enceinte « n’encourt aucune responsabilité pénale en vertu de la loi ».

    La Cour Fédérale a rejeté l’argument de l’ACLU affirmant que l’avortement est un « droit absolu » des femmes. Il lui a opposé le respect nécessaire de la communauté des personnes porteuses de trisomie qui « subit » les « stigmates » des « avortements sélectifs ». La loi a également pour objectif de « protéger les femmes qui soupçonnent un syndrome de Down contre les avortements forcés » et de « protéger la communauté médicale contre les médecins sans éthique ».

    Au Montana, le Sénat a approuvé mardi une mesure visant à modifier la Constitution de l’Etat pour définir la vie comme commençant à la conception, « dans le but d’interdire les avortements ». La mesure a déjà été approuvée par le Parlement le mois dernier, mais sera encore soumis à un vote en troisième lecture au Sénat. La Constitution du Montana stipule déjà que « nul ne peut être privé de sa vie, de sa liberté ou de ses biens sans procédure légale régulière ». Avec la modification, la Constitution définirait la personne comme « tous les membres de l’humanité à n’importe quel stade de développement, à commencer par le stade de la fécondation ou de la conception, indépendamment de l’âge, de la santé, du niveau de fonctionnement ou de l’état de dépendance ». Le Montana dispose déjà d’une loi qui permet d’inculper d’homicide une personne qui cause sciemment la mort d’un fœtus en sachant que la femme est enceinte.

    Sources : Washington Times, Julie Carr Smyth (13/04/2021) ; Washington Times, Amy Beth Hanson (13/04/2021)

  • La 12e Veillée de prière pour la Vie ce lundi sur KTO

    IMPRIMER

    La 12e Veillée de prière pour la Vie ce lundi sur KTO

    10/04/2021

    La Veillée de prière pour la Vie en présence des évêques d'Île-de-France a lieu ce lundi 12 avril, à 19h30. En raison de la crise sanitaire, l'événement, se tiendra à huis-clos. Il sera retransmis sur KTO, YouTube et Facebook.

    Les évêques d'Île-de-France se rassemblent à l'église Saint-Sulpice ce lundi 12 avril pour la Veillée de prière pour la Vie. Au-delà des moments propices à la prière, quatre personnes viendront témoigner de leur expérience de la crise sanitaire. Leur témoignage est suivi d'une adoration, d'une prière des évêques et d'une prière d’intercession et d’engagement. La veillée est commentée par Philippine de Saint Pierre.

    La Veillée de prière pour la Vie n'avait pas eu lieu l'an passé en raison du premier confinement. Cette année, le contexte sanitaire ne permet toujours pas aux fidèles d'y assister. Cependant, il est possible de déposer en ligne une intention de prière via ce formulaire.

  • Afrique : le cardinal Philippe Ouédraogo dénonce la culture de mort et le mariage homosexuel

    IMPRIMER

    De Guy Aimé Eblotié sur le site de La Croix - Africa :

    Au Burkina Faso, le cardinal Ouédraogo s’insurge contre «la culture de la mort» et le mariage homosexuel

    Dans son homélie pascale, du 4 avril, le cardinal Philippe Ouédraogo, archevêque de Ouagadougou et président en exercice du Symposium des Conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar (Sceam) a rappelé les grands principes de l’enseignement de l’Église sur la valeur de la vie humaine et le mariage, qu’il souhaite que les fidèles défendent « sans peur ».

    « À Pâques, si la lumière a brillé sur les ténèbres, l’Église aussi devrait apporter sa contribution, dire halte à la dictature de la pensée unique et des informations manipulées, qui trompent et compromettent la vie de générations entières, en promouvant « la culture de la mort » : avortement, euthanasie, méthodes contraceptives et antinatalistes », a estimé le cardinal Philippe Ouédraogo.

    En Afrique – le continent qui abrite la majorité des populations les plus pauvres au monde – le taux de natalité reste le plus élevé de tous les continents : 4,5 enfants par femme en 2017, selon l’Agence Française de développement qui a publié fin août 2020, un « Atlas de l’Afrique AFD ».

    A lire : Au Kenya, déclaration de l’épiscopat contre l’avortement

    Le cardinal burkinabè, président du Sceam, dit avoir constaté la diffusion d’idées et de politiques qui tendent à réduire le fort taux de natalité soupçonné d’être à la base de la pauvreté de certaines sociétés. Pour le cardinal burkinabè, ces idées sont à l’origine de « la propagation des méthodes contraceptives, leur imposition insidieuse aux femmes et aux jeunes filles pour éviter les grossesses en vue de la réalisation du « dividende démographique », pour on ne sait quel bonheur ».

    Lire la suite

  • Le cardinal Parolin "très désolé de la perte de foi dans notre Europe, dans notre culture, dans nos pays..."

    IMPRIMER

    Du National Catholic Register :

    Cardinal Parolin : Je suis triste de voir la perte de la foi et de la raison en Europe

    Le cardinal Parolin a déclaré que la réponse de l'Église aux changements sociétaux devait être "d'offrir un témoignage cohérent et convaincu de la vie chrétienne."

    Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État au Saint-Siège, a ordonné 29 prêtres de la prélature de l'Opus Dei dans la basilique Sant'Eugenio à Rome, le 5 septembre 2020.

    Cardinal Pietro Parolin, Secretary of State for the Holy See, ordained 29 priests of the Prelature of Opus Dei inside the Basilica of Sant'Eugenio in Rome, Sept. 5, 2020.

    (photo : Daniel Ibanez / CNA/EWTN)

    6 avril 2021

    CITÉ DU VATICAN - Le secrétaire d'État du Vatican a déclaré dans une interview cette semaine que les lois sur l'euthanasie et l'avortement en Europe représentent non seulement une perte de foi mais aussi une perte de raison.

    "Je suis très désolé de la perte de foi dans notre Europe, dans notre culture, dans nos pays, et de ces changements anthropologiques qui se produisent, perdant l'identité de la personne humaine. Avant d'être une perte de foi, je dirais que c'est une perte de raison", a déclaré le cardinal Pietro Parolin dans une interview au réseau espagnol COPE publiée le 5 avril.

    "Pourquoi ? Le pape l'a dit à plusieurs reprises. Cela m'a beaucoup marqué. Il dit par exemple : la question de l'avortement n'est pas une question religieuse. Ca l'est certainement aussi pour nous, chrétiens, depuis le début, depuis les premiers documents de l'Église, où il y a un rejet total de l'avortement, mais c'est un argument de raison. Il est probable qu'aujourd'hui, comme le disait Benoît XVI, le problème fondamental est la raison, pas la foi".

    Le cardinal Parolin a déclaré que la réponse de l'Église à ces changements sociétaux devrait être "d'offrir un témoignage cohérent et convaincu de la vie chrétienne."

    "Il me semble que la situation que nous vivons peut être comparée aux premiers siècles de l'Église, lorsque les Apôtres et les premiers disciples sont arrivés dans une société qui n'avait pas de valeurs chrétiennes, mais qui, par leur témoignage des premières communautés, ont réussi à changer la mentalité et à introduire les valeurs de l'Évangile dans la société de l'époque. Je pense que c'est ce que nous devons faire encore aujourd'hui", a-t-il commenté.

    Au cours de l'entretien de 24 minutes en espagnol, le cardinal a décrit le pape François comme "un homme simple et sans protocole" qui prend grand soin d'être proche des gens.

    "Son désir est de rendre l'Église plus crédible dans la proclamation de l'Évangile", a déclaré le cardinal.

    Le cardinal Parolin, 66 ans, a occupé le poste de secrétaire d'État du Vatican au cours des huit dernières années. Il a déclaré qu'il considérait la diplomatie ecclésiastique comme une façon de vivre son sacerdoce.

    "Nous sommes au service de la communion et aussi de la défense de la liberté de l'Église et de la liberté religieuse. C'est ma façon de voir la diplomatie", a-t-il déclaré. (...)

    La suite des propos du cardinal concernant la Chine confirme l'aveuglement dont il fait preuve à l'égard du régime de Pékin et les illusions qu'il nourrit concernant la situation de l'Eglise dans ce pays.

  • «Une civilisation qui légalise l’euthanasie perd tout droit au respect» (Michel Houellebecq)

    IMPRIMER

    Du Figaro Vox via ce blog :

    Michel Houellebecq: «Une civilisation qui légalise l’euthanasie perd tout droit au respect»

    5 avril 2021

    -Alors qu’une proposition de loi pour légaliser le suicide assisté sera débattue à l’Assemblée cette semaine, l’écrivain, qui intervient très rarement dans le débat public, explique pourquoi il est farouchement opposé à ce qu’il considère comme une rupture anthropologique inédite.Par Michel HouellebecqPublié il y a 4 heures, mis à jour il y a 2 heures

    Proposition numéro 1 : personne n’a envie de mourir. On préfère en général une vie amoindrie à pas de vie du tout ; parce qu’il reste de petites joies. La vie n’est-elle pas de toute façon, par définition presque, un processus d’amoindrissement? Et y a-t-il d’autres joies que de petites joies (cela mériterait d’être creusé)?

    À LIRE AUSSI :Le débat sur l’euthanasie refait surface en France

    Proposition numéro 2 : personne n’a envie de souffrir. J’entends, de souffrir physiquement. La souffrance morale a ses charmes, on peut même en faire un matériau esthétique (et je ne m’en suis pas privé). La souffrance physique n’est rien d’autre qu’un enfer pur, dénué d’intérêt comme de sens, dont on ne peut tirer aucun enseignement. La vie a pu être sommairement (et faussement) décrite comme une recherche du plaisir ; elle est, bien plus sûrement, un évitement de la souffrance ; et à peu près tout le monde, placé devant une alternative entre une souffrance insoutenable et la mort, choisit la mort.

    Proposition numéro 3, la plus importante: on peut éliminer la souffrance physique. Début du XIXe siècle: découverte de la morphine ; un grand nombre de molécules apparentées sont apparues depuis lors. Fin du XIXe siècle: redécouverte de l’hypnose ; demeure peu utilisée en France.

    L’omission de ces faits peut expliquer à lui seul les sondages effarants en faveur de l’euthanasie (96 % d’opinions favorables, si je me souviens bien). 96 % des gens comprennent qu’on leur pose la question: «Préférez-vous qu’on vous aide à mourir ou passer le restant de vos jours dans des souffrances épouvantables?», alors que 4 % connaissent réellement la morphine et l’hypnose ; le pourcentage paraît plausible.

    Je résiste à l’occasion de me lancer dans un plaidoyer pour la dépénalisation des drogues (et pas seulement des drogues «douces») ; c’est un autre sujet, sur lequel je renvoie aux observations pleines de sagesse de l’excellent Patrick Eudeline.

    Les partisans de l’euthanasie se gargarisent de mots dont ils dévoient la signification à un point tel qu’ils ne devraient même plus avoir le droit de les prononcer. Dans le cas de la «compassion», le mensonge est palpable. En ce qui concerne la «dignité», c’est plus insidieux. Nous nous sommes sérieusement écartés de la définition kantienne de la dignité en substituant peu à peu l’être physique à l’être moral (en niant la notion même d’être moral?), en substituant à la capacité proprement humaine d’agir par obéissance à l’impératif catégorique la conception, plus animale et plus plate, d’état de santé, devenu une sorte de condition de possibilité de la dignité humaine, jusqu’à représenter finalement son seul sens véritable.

    Lire la suite

  • France : des dizaines de médecins signent une tribune contre l'euthanasie

    IMPRIMER

    Du Figaro (Vox) :

    «Non, nous ne pourrons pas provoquer délibérément la mort»: la tribune des médecins qui s’opposent à l’euthanasie

    FIGAROVOX/TRIBUNE - La proposition de loi visant à créer un droit à l’euthanasie doit être débattue jeudi à l’Assemblée nationale. Dans une tribune, 71 médecins s’opposent à cette pratique, jugeant qu’elle s’oppose au serment d’Hippocrate.

    La peur de la mort constitue l’un des piliers ontologiques de la condition humaine, mortelle. Combien de peurs rencontrées, bravées, combattues, dépassées au cours d’une existence humaine jusqu’à cette ultime peur, la peur de mourir*: peur de l’inconnu, peur du non maîtrisable, peur de l’anéantissement, mais surtout peur de la douleur, peur de la souffrance, peur de la dépendance, peur de l’asphyxie, peur de la solitude, de l’isolement… «Le pire ennemi du bonheur, ce n’est pas le malheur, c’est la peur. La peur de la mort qui crée la peur de vivre. La peur de souffrir qui engendre une souffrance plus grande encore.»**

    Certains pensent conjurer cette peur par la légalisation d’une «mort librement choisie, médicalement assistée», d’une mort en fait provoquée, en d’autres termes une euthanasie, ou un suicide assisté. «Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur du monde», affirmait Camus. Vous, promoteurs d’une telle loi, ayez au moins le courage, la franchise d’appeler les choses par leur nom.

    Nous, médecins, attachés à la sagesse déontologique et morale hippocratique, disons NON.

    NON, nous ne voulons pas abjurer notre serment professionnel.

    NON, nous ne transgresserons pas l’interdit.

    NON, nous ne pourrons pas provoquer délibérément la mort, la société dut-elle nous le demander. Provoquer la mort ne sera, pour nous, jamais un acte médicalement justifié. Soulager, oui. Tuer, non.

    Saluons Hippocrate d’avoir assigné les médecins à cet interdit fondateur : « Tu ne tueras pas ».

    Saluons l’intuition d’Hippocrate, près de 500 ans avant Jésus-Christ, d’avoir inscrit cet interdit dans le marbre de la déontologie médicale. Saluons Hippocrate d’avoir assigné les médecins à cet interdit fondateur: «Tu ne tueras pas». «Je ne remettrai à personne du poison, si on m’en demande, ni ne prendrai l’initiative d’une pareille suggestion», disait le sage grec. «Le médecin doit accompagner le mourant jusqu’à ses derniers instants, assurer par des soins et mesures appropriés la qualité d’une vie qui prend fin, sauvegarder la dignité du malade et réconforter son entourage. Il n’a pas le droit de provoquer délibérément la mort», tels sont les termes du Code de déontologie médicale (Article R.4127-38 du CSP) dont l’Ordre se fait le gardien et auquel nous voulons rester fidèles.

    Lire la suite

  • Le formidable plaidoyer pro-vie d’une députée espagnole au Parlement européen

    IMPRIMER

    Du Salon Beige (Michel Janva) :

    Formidable plaidoyer pro-vie d’un député espagnol au Parlement européen

    Cette offensive du lobby de l’avortement a été troublée par l’intervention du député espagnol Margarita de la Pisa, membre de la Commission des droits des femmes et de l’égalité des genres (sic), pharmacienne et neuropsychologue de formation, membre du parti Vox, mariée et mère de huit enfants. Olivier Bault l’a traduite en français pour les lecteurs du journal Présent :

    «Un tel événement ne devrait pas avoir lieu. Il est contraire aux principes de neutralité et de pluralité qui régissent les règles du Parlement européen. Aucun des intervenants ne représente un point de vue pro-vie. Leur objectif est de stigmatiser, persécuter et attaquer ceux d’entre nous qui sont engagés dans cette cause, et nous ne nous cachons pas. Il ne répond pas non plus aux valeurs démocratiques. On nous refuse le droit à la liberté de pensée, la liberté de conscience et, bien sûr, le droit à la liberté d’expression. Le Parlement a cessé d’être le garant des droits de l’homme, avec l’interprétation totalement erronée qu’il en fait. Il a cessé de remplir sa fonction de lieu de débat. Vous avez transformé cet espace en un espace de propagande pour une vision unique et totalitaire.

    Quoi qu’il en soit, je vous remercie. Merci, du fond du cœur, de nous avoir donné l’occasion de défendre la vie pour la Journée de la vie. Vous avez très bien choisi la date. Et je lève la main. Pour moi-même et au nom de millions de personnes qui prennent fièrement cette grande responsabilité. Et nous pouvons être fiers de ce que nous défendons.

    Il y a toujours de la lumière et de la beauté à défendre une femme enceinte, à aider à comprendre une réalité qui, bien que toute petite, existe déjà à l’intérieur de son ventre, à défendre ce bébé, cette personne, dont nous ne savons pas encore qui elle deviendra. Ça aurait pu être n’importe lequel d’entre nous. Nous avons tous été microscopiques un jour, nous avons tous été un bébé dans le ventre de notre mère un jour. En vérité, les pro-vie défendent tout le monde, toutes les vies, y compris la vôtre.

    Nous sommes les fruits de la générosité de parents. La femme enceinte est dans une situation délicate. Avec des sentiments mitigés. C’est normal. C’est bouleversant d’avoir une personne à l’intérieur de soi. C’est bouleversant de penser que cette personne dépend de soi. C’est pourquoi la femme enceinte a besoin de tendresse, de soutien, de compréhension. Elle a besoin de savoir qu’elle-même et ce bébé sont les bienvenus dans ce monde, dans son environnement le plus intime.

    La vie est toujours une opportunité. Nous ne contrôlons pas toujours son cours. Nous ne la comprenons pas toujours. Mais oui, c’est à nous d’appréhender le devenir avec confiance. La vie ne nous appartient pas. Ceux qui promeuvent l’avortement, sèment la peur chez les femmes. Ils ne font que leur transmettre des préoccupations. Ils veulent lui faire voir qu’elle n’en est pas capable, qu’elle ne peut pas. Vous ne faites que manquer de confiance en la femme. Vous dites que vous l’aidez, mais vous ne lui proposez qu’un avortement. Vous lui faites renoncer à ce qu’elle a de plus précieux, vous lui faite renoncer à son bébé.

    Et vous dites que c’est une décision libre. Il n’y a pas une seule femme qui regrette d’être devenue mère, et il y a beaucoup de femmes qui regrettent d’avoir avorté. Cette décision est irréversible. En plus, vous nous trompez avec des mots, vous parlez d’interruption. Ce n’est pas vrai. On met fin à la vie d’un être unique, singulier, inimitable. Que peut-il donc bien se passer chez quelqu’un pour qu’il ne soit pas capable de s’émouvoir de la beauté d’un nouveau-né, de l’illusion d’une vie nouvelle, et de s’ouvrir à l’espoir ?

    Et c’est ma question aujourd’hui: Qu’est-ce qui ne va pas chez vous ? Qu’est-ce qui ne va pas chez vous, mesdames et messieurs ? Vous voulez détruire ce qu’il y a de plus beau, en nous donnant une version négative de la féminité, de la maternité, de la famille?

    Pour nous, les pro-vie, c’est clair: cela vaut la peine de donner un coup de main, d’apporter son soutien pour qu’aucune femme ne traverse sa grossesse seule. De leur montrer leur bébé à l’échographie, de leur garantir qu’elles seront bien écoutées, protégées, soignées. Chaque mère mérite cette aide, cela vaut la peine de préparer les berceaux, les couches, les nuits blanches. Cela vaut la peine d’être la voix de ces tout petits, qui sont des nôtres. Oui, tout cela, c’est ce que font les associations pro-vie et nous en sommes très fiers car nous savons ce qui nous anime. Ce qui nous anime, c’est la gratitude et la générosité. Nous ne sommes pas empêtrés dans des questions matérialistes, nous ne sommes pas mus par des intérêts liés à l’argent ou au pouvoir.

    Peut-on en dire autant des organisations pro-avortement ? Pouvez-vous nous parler des sources de financement de ces mouvements ? Comment se fait-il que les mouvements pro-avortement puissent recevoir de l’argent de l’Union européenne et qu’il soit suspect que les pro-vie en fassent autant ? Je constate en outre qu’il s’agit pour les premiers de montants beaucoup plus élevés. Merci beaucoup.»

  • 25 mars : Journée Européenne de l'enfant à naître

    IMPRIMER

    Les membres du Congrès Européen des Mouvements au service de la Vie et de la Famille, organisé par le Conseil Pontifical pour la Famille, réunis à Grenade en Espagne en l'an 2000, proposaient que soit célébré le jour de l'enfant à naître sur tout le continent européen. "Nous pensons qu'il conviendrait d'unir cette journée à la célébration, par l'Eglise catholique, de la solennité de l'Incarnation du Seigneur, le 25 mars, jour où le Fils de Dieu s'est fait homme au sein de la Vierge".

    Jean-Paul II lui-même, lors de la prière de l'Angelus, le jour de l'Annonciation 2001, soit lors de la 1ère Journée Européenne de l'Enfant à Naître soulignait l'importance de cette journée :

    "Que, face à la culture de la mort et aux atteintes qui, malheureusement, se multiplient contre la vie de l'homme, l'engagement à la défendre au cours de toutes ses étapes, du premier instant de sa conception jusqu'à la mort, ne fasse jamais défaut. Puisse l'humanité connaître un nouveau printemps de la vie, dans le respect et l'accueil de chaque être humain, dans lequel resplendit le visage du Christ ! Pour cela, prions ensemble Celle qui est " parole vivante de consolation pour l'Église dans son combat contre la mort " (EV,105). Je salue les membres des divers groupes et mouvements activement engagés contre l'avortement, en faveur de la vie. En rappelant le jour où Marie conçut l'Enfant Jésus, je désire envoyer une Bénédiction spéciale aux femmes qui attendent un enfant et, en particulier à celles qui se trouvent dans des situations difficiles. A toutes, je dis : un enfant conçu est toujours une invitation à vivre et à espérer." Des mouvements respectueux de la dignité de tous. En soutenant les mouvements qui oeuvrent pour la vie, nous entendons attirer l'attention sur toutes celles et tous ceux qui agissent, souvent silencieusement, dans un esprit de compassion et d'accueil, dans le respect de la diversité de chacun. Nous ne cautionnons en aucune façon ceux qui usent de moyens violents pour promouvoir une juste cause, considérant qu'ils desservent ceux qu'ils prétendent servir."

    Sites à visiter :

  • Le vénérable Jérôme Lejeune : l'intelligence au service de la vie

    IMPRIMER

    Interview d'Aude Dugast, postulatrice de la cause de canonisation du professeur Jérôme Lejeune