Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Défense de la Vie

  • Un dimanche de marches pour la vie et la famille dans 10 villes polonaises

    IMPRIMER

    De Vatican News (Karol Darmoros) :

    Pologne: un dimanche de marches pour la vie et la famille dans 10 villes

    Sous le slogan «Unis pour la vie, la famille et la patrie», des marches pour la vie et la famille ont été organisées ce dimanche 16 juin dans une dizaine de villes en Pologne. La Conférence épiscopale polonaise avait encouragé la participation des fidèles. Les organisateurs entendaient «exprimer leur opposition aux actions portant atteinte au droit à la vie, de la conception à la mort naturelle».

    En ce dimanche 16 juin, des marches sous le slogan «Unis pour la vie, la famille et la patrie» ont eu lieu dans les rues de Varsovie, Cracovie et Gdańsk, mais aussi dans des villes plus petites comme Łęczna, Gryfic ou Dzierżoniów. La marche dans la capitale a débuté à 11h30 par une messe en l'église saint-Alexandre, sur la place des Trois Croix. Les participants se sont ensuite dirigés vers le Parlement et le bureau du Premier ministre, et la marche s'est terminée devant le monument au maréchal Józef Piłsudski, au Belvédère, une impressionnante statue dédiée à l'un des plus grands leaders polonais.

    Les marches pour la vie

    «Nous nous rendons dans les bâtiments des autorités publiques pour exprimer notre inquiétude face à des activités qui portent atteinte à l'ordre social et moral», et «nous demandons aux autorités d'abandonner ce type d'action, qui porte atteinte au droit à la vie depuis la conception jusqu'à la mort naturelle, et de respecter les principes qui découlent de la foi chrétienne et de la civilisation latine», a lancé le coordinateur des Marches pour la vie et la famille, Paweł Kwaśniak, du Centre pour la vie et la famille.

    Il a ensuite précisé que l'objection ne concerne pas seulement les quatre projets en attente au Parlement qui étendent la légalité de l'avortement jusqu'à la 12e semaine de vie de l'enfant à naître. Le Centre pour la vie et la famille s'oppose également aux tentatives visant à nier le principe selon lequel les parents élèvent leurs enfants selon leur conscience. La Marche pour la vie et la famille à Varsovie est accompagnée de la cloche «La voix de l'enfant à naître», qui retentira tout au long du parcours. «Pour éveiller les consciences des députés, des sénateurs, des membres du gouvernement, du premier ministre et du président», a noté Paweł Kwaśniak.

    Des grands rassemblements de famille

    Dans l'interview accordée aux médias du Vatican, Paweł Kwaśniak attire l'attention sur le caractère national des Marches pour la vie familiale qui, dans de nombreuses villes, constituent l'événement public le plus important de l'année. En outre, les marches sont une excellente occasion d'intégrer les familles qui se réunissent lors de pique-niques multigénérationnels. «Nous donnons beaucoup de place aux familles, surtout aux familles nombreuses, pour montrer à toute la société que ces familles existent, qu'elles élèvent des enfants, que l'amour conjugal peut être beau, basé sur la responsabilité, dont le fruit est des enfants acceptés dans le monde et élevés par des conjoints aimants». Par cet exemple, a-t-il poursuivi, les familles peuvent encourager les jeunes à former leurs propres familles, en cultivant l'amour et la responsabilité.

    La voix de l'épiscopat pour la défense de la vie

    Les Marches pour la vie et la famille sont placées sous le patronage de la Conférence épiscopale polonaise. «Nous avons préparé et envoyé aux fidèles une lettre pastorale pour la défense de la vie conçue. Nous savons que l'Église défend la vie dès le début», «qu'elle est un grand don de Dieu et qu'elle est protégée par diverses institutions, mais aussi par la Constitution de la République de Pologne, la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne et la Déclaration des droits de l'homme», a expliqué Mgr Tadeusz Wojda, président de la Conférence épiscopale polonaise, qui a invité les fidèles à participer aux marches.

    Dans leur lettre, lue ce dimanche dans les églises, les évêques polonais ont souligné que la vie, «en tant que valeur suprême de chaque être humain et élément essentiel du bien commun, est un bien fondamental, supérieur à la liberté individuelle des autres». «C'est pourquoi, ont-ils conclu, personne n'a le droit, au nom de la liberté personnelle, de décider de la vie d'une autre personne».

     
  • Le Pape devrait s'abstenir de sembler cautionner l'agenda radical du Président Biden en matière d'avortement

    IMPRIMER

    Du Catholic Herald :

    Le Pape devrait s'abstenir de manifester un soutien à l'agenda radical du Président Biden en matière d'avortement

    15 juin 2024

    2024_06_16_10_10_11_Greenshot.png

    Le discours du pape au sommet du G7 en Italie sur le thème de l'intelligence artificielle était une contribution nécessaire et réfléchie aux implications d'une technologie qui transforme l'idée même de ce qu'est l'être humain. Si seulement on pouvait en dire autant de sa rencontre privée avec le président américain, Joe Biden. L'image de la rencontre de vendredi, avec le président se touchant le front avec le pape dans ce qui ressemblait à une étreinte affectueuse, a eu un retentissement mondial. À quoi pense le pape François ?

    Tout d'abord, en cette année électorale américaine, il n'est pas convenable que le pape donne l'impression d'une amitié personnelle avec un candidat ; il est peu probable qu'il soit vu en train de taper du poing sur la table avec Donald Trump. Certains catholiques pourraient être influencés dans leurs intentions de vote par l'idée que le président Biden et le pape François sont amis ; c'est quelque chose qui n'échappera pas au président, aussi éloigné de la réalité qu'il puisse parfois paraître.

    L'autre problème est que le président Biden est absolument engagé dans des politiques d'avortement qui ont coûté des centaines de milliers de vies prénatales innocentes et qui sont en totale contradiction avec l'enseignement de l'Église. L'avortement est un homicide prénatal et le président a soutenu sans équivoque l'accès à l'avortement, et pas seulement au début de la gestation du fœtus. Il a cherché à nommer à la Cour suprême des juges dont il est garanti qu'ils soutiendront un accès plus large à l'avortement. Il n'a même pas été neutre sur cette question de vie ou de mort ; il a été vigoureusement et constamment partisan.

    Le pape a déjà rencontré le président - c'est la cinquième fois, selon CNN. Après une précédente rencontre en 2021, il a pu déclarer triomphalement que le pape l'avait encouragé à continuer à communier, malgré sa position sur l'avortement, confondant ainsi ceux qui cherchaient à lui rappeler que sa position était incompatible avec le respect de la vie humaine et avec sa propre foi. Les relations intimes avec le pape ne semblent pas avoir modifié sa position sur l'avortement, mais c'est le président Biden qui en a profité.

    Bien entendu, le pape rencontre souvent les dirigeants du monde en privé et cherche à leur faire comprendre l'importance de la recherche de la paix, de la liberté religieuse et de la protection des personnes vulnérables. Il a par exemple rencontré le président ukrainien Zelensky lors du G7, au cours duquel il a sans doute insisté sur la nécessité de mettre un terme à la guerre. Il est vrai que sa rencontre avec le président Biden aura porté sur des questions importantes telles que la guerre en Israël-Palestine et la nécessité d'adopter une approche ferme à l'égard du gouvernement de Benjamin Netanyahu et de son massacre aveugle de civils à Gaza.

    Pourtant, l'optique de cette rencontre est simple : le président Biden est un bon ami du pape et s'il a utilisé sa fonction pour promouvoir l'avortement, le pape peut s'en accommoder. Le pape n'a manifestement eu aucune influence sur le président dans ce domaine crucial et devrait se demander si sa politique de libre accès et d'engagement constant a permis d'obtenir quelque chose de valable. 

    Les évêques américains cherchent à faire comprendre aux candidats à cette élection l'importance de la protection de la vie humaine, depuis son commencement dans le ventre de la mère jusqu'à sa fin naturelle ; en quoi l'approbation apparemment sans réserve du pape à l'égard du président Biden les aide-t-elle ? En cette année électorale, le pape devrait agir avec plus de bon sens.

  • Le Pape qualifie l’euthanasie d’échec de l’amour relevant d’une culture du rejet

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Le Pape qualifie l’euthanasie d’échec de l’amour, reflet d’une culture du rejet

    Le Pape a adressé mardi 21 mai un message aux participants du symposium international et interreligieux sur les soins palliatifs, parrainé conjointement par l’Académie pontificale pour la vie et la conférence des évêques catholiques du Canada. Intitulé «Vers un récit d’espérance», ce colloque bioéthique, ouvert mardi 21 mai à Toronto, dure trois jours.

    L’espérance est ce qui nous donne de la force lorsqu’on est confronté à une maladie grave ou à la fin de la vie, a d’emblée souligné François, convaincu que ceux qui vivent les incertitudes liées à la maladie et à la mort ont besoin «du témoignage d’espérance» de leurs proches et des soignants. 

    À cet égard, le Pape reconnaît que les soins palliatifs, tout en cherchant à alléger autant que possible le fardeau de la douleur, sont avant tout un signe concret de proximité et de solidarité avec nos frères et sœurs qui souffrent. «Ce genre de soins peut aider les patients et leurs proches à accepter la vulnérabilité, la fragilité et la finitude qui marquent la vie humaine en ce monde», a fait remarquer le Souverain pontife, souhaitant rappeler dans son intervention combien «les soins palliatifs authentiques sont radicalement différents de l’euthanasie» qui, elle, «n’est jamais une source d’espérance ni une authentique préoccupation pour les malades et les mourants».

    Compassion signifie «souffrir avec»

    L’euthanasie est selon François plutôt «un échec de l’amour, reflet d’une “culture du rejet”». Elle est souvent présentée à tort comme une forme de compassion. Pourtant, la «compassion», un mot qui signifie «souffrir avec», n’implique pas la fin intentionnelle d’une vie mais plutôt la volonté de partager les fardeaux de ceux qui sont confrontés aux dernières étapes de leur pèlerinage terrestre.

    «Les soins palliatifs sont donc une véritable forme de compassion car ils répondent à la souffrance, qu’elle soit physique, émotionnelle, psychologique ou spirituelle, en affirmant la dignité fondamentale et inviolable de toute personne, en particulier des mourants, et en les aidant à accepter le moment inévitable du passage de cette vie à la vie éternelle», a-t-il poursuivi.

    La compréhension plus profonde des religions

    Dans cette perspective, le Pape observe que les convictions religieuses offrent une compréhension plus profonde de la maladie, de la souffrance et de la mort, «les considérant comme faisant partie du mystère de la providence divine et, pour la tradition chrétienne, comme un moyen de sanctification».

    Pareillement, il rappelle que les actes de compassion et le respect manifestés par le personnel médical et les soignants dévoués permettent souvent aux personnes en fin de vie de trouver un réconfort spirituel, une espérance et une réconciliation avec Dieu, les membres de leur famille et leurs amis. «Votre service est essentiel pour aider les malades et les mourants à réaliser qu’ils ne sont pas isolés ou seuls, que leur vie n’est pas un fardeau, qu’ils restent toujours intrinsèquement précieux aux yeux de Dieu», a conclu le Pape.

  • Les souffrances cachées de l'euthanasie

    IMPRIMER

    Du site des AFC (Associations Familiales Catholiques) :

    Les souffrances cachées de l’euthanasie Témoignages et expériences, bientôt une réalité en France ? Alors que le projet de loi sur l’euthanasie se précise, les AFC sont allées en Belgique pour écouter les voix divergentes. Celles qui dénoncent l’euthanasie et ses conséquences. Au travers de témoignages et d’expériences poignantes, découvrez le véritable enjeu qui se joue dans les familles. Les souffrances cachées de l’euthanasie, ou comment l’euthanasie déplace les souffrances sur les proches et les soignants. Une production CNAFC (Confédération Nationale des Associations Familiales Catholiques) grâce au soutien de ses bienfaiteurs. Scénario et réalisation par Benoît Hautier Tournage et montage par Owlview Production

  • Jean Paul II et Jérôme Lejeune : Deux vies au service de la vie

    IMPRIMER

    De George Weigel sur le National Catholic Register :

    Jean Paul II et Jérôme Lejeune : Deux vies au service de la vie

    COMMENTAIRE : Les menaces contre la dignité humaine et le caractère sacré de la vie auxquelles Jérôme Lejeune et Jean-Paul II se sont efforcés de résister avec tant d'énergie se sont intensifiées.

    Pope John Paul II alongside Dr. Jérôme Lejeune holding a child with Down syndrome.

    Le pape Jean-Paul II aux côtés du Dr Jérôme Lejeune tenant dans ses bras un enfant atteint du syndrome de Down. (photo : Denis Soto/Wikimedia Commons / Public Domain )

    18 mai 2024

    Note de l'éditeur : Le biographe de Jean-Paul II, George Weigel, a prononcé les remarques suivantes le 18 mai à Rome lors de la IIe Conférence internationale de bioéthique, Chaire internationale de bioéthique Jérôme Lejeune. Ce texte est reproduit avec son autorisation.

    De nombreux participants à cette conférence sont des experts de la vie et de la pensée d'un grand homme de science et d'un grand homme de foi, le vénérable Jérôme Lejeune, ce qui n'est pas mon cas. Mais en tant que biographe du pape Jean-Paul II, je sais quelque chose de ce disciple exemplaire et de ce penseur puissant, et je sais que ce grand saint avait la plus haute estime pour Jérôme Lejeune.

    Comme l'a dit Jean-Paul II dans une lettre adressée au cardinal Jean-Marie Lustiger, archevêque de Paris, le lendemain du jour où le Dr Lejeune a été rappelé au Seigneur, le Dr Lejeune avait un « charisme » : un don de Dieu qui lui permettait « d'utiliser sa profonde connaissance de la vie et de ses secrets pour le véritable bien de l'homme et de l'humanité, et uniquement dans ce but ».

    Jérôme Lejeune, a poursuivi Jean-Paul II, était devenu « l'un des ardents défenseurs de la vie, en particulier de la vie des enfants à naître ». Ce faisant, il était prêt à devenir un « signe de contradiction », indépendamment des pressions exercées par une société permissive ou de l'ostracisme qu'il a subi.

    Ainsi, en Jérôme Lejeune, le monde a rencontré « un homme pour qui la défense de la vie est devenue un apostolat ». Le charisme donné au Dr Lejeune a été vécu dans le service évangélique du Christ et des petits du Christ.

    Les relations entre Jean-Paul II et Jérôme Lejeune, marquées par un profond respect mutuel qui s'est transformé en une forme d'amitié spirituelle, vous sont certainement familières.

    Nous connaissons la gratitude de Jean-Paul II pour le travail du Dr Lejeune au sein de l'Académie pontificale pour la vie, dont Lejeune était le président fondateur.

    Nous connaissons la gratitude de Jean-Paul II pour le travail acharné du Dr Lejeune dans la défense des enfants à naître, à laquelle il a apporté une autorité singulière, compte tenu de ses réalisations en tant que l'un des plus grands scientifiques du monde dans le domaine de la vie.

    Nous connaissons leur discussion lors du déjeuner du 13 mai 1981, au cours duquel ils ont évoqué les menaces qui pèsent sur la famille et auxquelles Jean-Paul II a tenté de répondre par la création du Conseil pontifical pour la famille, en liant la défense de la famille à la défense de la vie à tous les stades et dans toutes les conditions.

    Nous savons que Jean-Paul II a demandé au Dr Lejeune de diriger la délégation du Saint-Siège qui s'est rendue à Moscou après la mort du dirigeant soviétique Youri Andropov : un grand défenseur international de la vie représentant le pape aux funérailles de l'homme qui, en tant que chef de la police secrète soviétique, le KGB, avait incarné l'insensibilité du communisme à l'égard du caractère sacré de la vie - et qui pourrait bien s'être trouvé à la tête de la chaîne de causalité qui a conduit à un autre événement le 13 mai 1981.

    Lire la suite

  • Des violations flagrantes des engagements internationaux en matière de protection de l’enfant à naître dans plusieurs pays

    IMPRIMER

    De Milly-Gloria Itangivyiza sur le site de l'ECLJ :

    Protection de l’enfant à naître: nouveaux rapports EPU

    16 mai 2024

    Le Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ) poursuit son action à l’ONU pour la protection du droit à la vie. À l’occasion de la 47e session des Examens périodiques universels, l’ECLJ a présenté plusieurs rapports mettant en lumière des violations flagrantes des engagements internationaux en matière de protection de l’enfant à naître dans plusieurs pays (Cf. notre article sur la persécution des chrétiens pour une explication brève de ce qu’est l’EPU.)

    Violation des engagements de protection de la vie : Albanie, Guinée Équatoriale et Norvège

    L’Albanie, bien que reconnaissant dans sa Constitution et sa législation la nécessité de protéger la vie humaine, ne lutte pas efficacement contre l’avortement sélectif basé sur le sexe de l’enfant. Selon des estimations, au cours des 10 dernières années, plus de 21.000 filles ont été avortées pour la simple raison qu’elles étaient des «filles». Utiliser l’avortement comme moyen de contrôler le nombre de filles qu’une famille doit avoir est non seulement immoral mais viole également le Programme d’action de la conférence de Caire sur la population et le développement de 1994 qui interdit aux États membres d’utiliser l’avortement comme mode de contraception. De plus, malgré l’interdiction légale, les avortements au-delà de 12 semaines de grossesse perdurent, à cause de la corruption des médecins. En dépit de l’acceptation de la majorité des recommandations lors de son dernier examen périodique en 2019, l’Albanie semble encore loin de garantir une protection adéquate de la vie à tous ses stades de développement.

    La Guinée Équatoriale autorise quant à elle l’avortement dans des circonstances strictement définies, telle que la protection de la santé de la mère. Cependant, une nouvelle loi adoptée en novembre 2020 autorise désormais l’avortement dans le cas où le fœtus est atteint d’une pathologie grave. En reprenant comme d’autres États le vocable de «pathologie grave incompatible avec une vie normale», cette législation ouvre la porte à différentes interprétations et surtout à l’eugénisme. En effet, nombre de médecins entendent cette formulation vague comme permettant l’avortement des enfants trisomiques, même si ce sont des fœtus viables et capables de vivre heureux. De plus, certains tests de détection de handicaps ne sont pas fiables mais indiquent une probabilité d’un handicap. Ainsi, des femmes peuvent avorter de fœtus en réalité sains. La Guinée Équatoriale devrait protéger la vie de l’enfant à naître sans discrimination fondée sur la présence ou non d’une pathologie.

    La Norvège, malgré son statut de pays développé, autorise l’avortement à la demande, même après la 25e semaine de grossesse, sur la base de critères vagues tels que des «facteurs sociaux ou économiques». Malgré la hausse des avortements des enfants trisomiques, aucune recommandation n’a été faite à la Norvège. En 2022, 11.967 enfants à naître ont été avortés. 4% des avortements ont été réalisés après 25 semaines, et requis principalement pour malformation du fœtus, raisons sociales ou pour protéger la vie de la mère. Toutes ces raisons vagues peuvent être utilisées pour camoufler un avortement à la demande à n’importe quel stade de la grossesse. Cette politique alarmante conduit à une augmentation des avortements d’enfants trisomiques et remet en question la valeur inhérente de chaque vie humaine.

    La Dominique, exception exemplaire

    La Dominique, située dans les Caraïbes, constitue une exception remarquable en matière de protection de la vie. Résistant aux pressions internationales visant à étendre le droit à l’avortement, notamment celles du Mexique, elle maintient une législation restrictive sur l’avortement, basée sur des principes constitutionnels solides garantissant la protection de la vie dès la conception. Cette position illustre l’engagement du pays envers le respect de la dignité humaine et de la vie de l’enfant à naître.

    Appel à la protection de la vie à tous les stades

    La protection de la vie humaine, de la conception à la mort, est un impératif moral et juridique fondamental. Les principes de dignité, d’égalité et de respect de la vie sont inscrits dans de nombreux traités internationaux, tels que la Déclaration universelle des droits de l’homme, la Convention sur les droits de l’enfant et la Charte des Nations unies. Ces instruments juridiques reconnaissent le droit inaliénable de chaque individu à la vie et appellent les États membres à garantir sa protection. Il est alors impératif que les États respectent leurs engagements internationaux en matière de protection de la vie humaine.

    Dans l’ensemble, l’ECLJ exhorte ces pays à réformer leur législation en matière d’avortement afin de garantir une protection adéquate de la vie à tous les stades du développement humain, en conformité avec les normes internationales et les principes fondamentaux de la dignité humaine.

  • Les juges américains s'acharnent sur ceux qui s'opposent de manière non violente à l'avortement et les mettent en prison

    IMPRIMER

    De Luca Volontè sur la NBQ :

    L'Amérique « démocratique » emprisonne les pro-vie

    57 mois de prison fédérale pour Lauren Handy, militante de 30 ans ; 21 et 27 mois pour deux autres militants pro-vie. Un vétéran d'Irak et une femme de 76 ans ont également été condamnés. Les juges américains s'acharnent sur ceux qui s'opposent de manière non violente à l'avortement. 

    17_05_2024

    Nous voici face à une nouvelle injustice encouragée par l'administration Biden, qui obtient des condamnations sévères et des peines de prison fermes contre des pro-vie pacifiques, tout en laissant tranquilles les terroristes et les vandales de l'avortement qui incendient des églises, des centres pro-vie et des maternités.

    Il y a deux ans, le ministère de la justice du président Joe Biden avait inculpé neuf militants pro-vie de conspiration et de violation de la loi sur la liberté d'accès aux cliniques (FACE) pour la manifestation non violente qu'ils avaient organisée devant une clinique d'avortement de Washington en octobre 2020. L'acte d'accusation prévoyait une peine maximale de 11 ans de prison et une amende de 350 000 dollars. Les militants pro-vie ont été reconnus coupables lors de deux procès distincts en août et septembre 2023 et sont depuis lors en détention provisoire, dans l'attente de la sentence finale.

    La loi « FACE » interdit « l'usage de la force, l'obstruction et les dommages à la propriété, destinés à interférer avec les services de santé reproductive », tandis que la conspiration contre les droits d'autrui, un chef d'accusation passible d'une peine d'emprisonnement maximale de 10 ans, « rend illégal pour deux personnes ou plus de s'entendre pour blesser , menacer ou intimider une personne aux États-Unis dans le libre exercice ou la jouissance de tout droit ou privilège garanti par la Constitution ou les lois des États-Unis ou pour l'exercice d'un tel droit", selon l'interprétation du ministère de la justice (DOJ). Or, les 14 et 15 mai, des décisions rendues par des juges clairement partisans de l'avortement ont établi des peines sévères pour les pro-vie.

    Mardi, Lauren Handy, une femme de 30 ans et activiste du Progressive Anti-Abortion Revolt (PAAU), un mouvement pro-vie de gauche, a été condamnée à 57 mois de prison fédérale. Deux autres militants pro-vie ont été condamnés : John Hinshaw, 69 ans, à 21 mois de prison et William Goodman, 54 ans, à 27 mois de prison. Les trois condamnés purgeront les neuf mois de détention préventive déjà passés dans les prisons démocrates, selon le ministère de la justice.

    Mercredi, c'était au tour de Jonathan Darnel, 42 ans, un vétéran de la guerre d'Irak qui a servi deux fois, d'être condamné à 34 mois derrière les barreaux, tandis que Herb Geraghty, un athée pro-vie de 27 ans, a été condamné à 27 mois de prison. Jean Marshall, 74 ans, a été condamnée à 24 mois de prison et Joan Bell, 76 ans, à 27 mois de prison, malgré leur âge avancé.

    Selon les procureurs, les activistes ont mis en place un barrage à l'entrée de la clinique de Washington et ont utilisé des chaînes et des cadenas pour empêcher l'ouverture des portes de la clinique d'avortement. Ces versions sont en contradiction avec les preuves fournies par les avocats pro-vie de la Thomas More Society, qui ont déclaré que certains militants « se sont simplement agenouillés et ont prié dans l'établissement de Santangelo [la clinique d'avortement], certains ont distribué de la littérature pro-vie et ont conseillé aux femmes de ne pas avorter, et d'autres se sont attachés et enchaînés à l'intérieur de l'établissement ».

    La coïncidence troublante selon laquelle les accusations portées par le ministère de la justice contre les militants pro-vie ont été déposées le mois même où Handy et Bukovinac auraient découvert les restes de quelque 115 bébés avortés dans une poubelle de l'établissement d'avortement Surgi-Clinic du Dr Santangelo à Washington, dont cinq pourraient avoir été partiellement avortés ou tués après la naissance en violation de la loi fédérale, jette un voile noir sur l'ensemble de la procédure. La juge Colleen Kollar-Kotelly de la Cour de district des États-Unis n'a pas autorisé l'utilisation de vidéos ou de photographies des 115 bébés avortés comme éléments de preuve au cours du procès et a interdit aux accusés de faire valoir que leurs actes étaient protégés par le premier amendement ou qu'ils avaient été commis pour défendre une tierce personne, les enfants à naître, et a au contraire affirmé que les pro-vie avaient fait preuve d'un manque de compassion à l'égard des femmes demandant un avortement et avaient entravé leur « besoin humain de soins médicaux ».

    Depuis l'arrêt Dobbs de la Cour suprême, le ministère de la justice a de plus en plus souvent porté plainte contre des pro-vie en vertu de la loi FACE, comme l'a récemment promis le procureur général adjoint Vanita Gupta, qui a souligné « l'urgence » du travail du ministère de la justice pour faire appliquer la loi FACE « afin de garantir un accès légal continu aux services de procréation » dans tout le pays.

    Bien entendu, je suis désolé de devoir le répéter, pour les dizaines et les dizaines d'attaques contre les centres de grossesse et les 400 lieux de culte chrétiens et églises catholiques vandalisés après la publication de l'arrêt Dobbs, seule une poignée de militants pro-avortement a été arrêtée jusqu'à présent en Floride, à New York et dans l'Ohio. Depuis un certain temps, divers dirigeants pro-vie et certains républicains, notamment le député Chip Roy et le sénateur Mike Lee, demandent et présentent des projets de loi visant à abroger la loi FACE. 

  • Elections : A quel parti vais-je donner ma voix ? Les lignes rouges qu'il ne faut pas franchir

    IMPRIMER

    Tous les partis belges francophones franchissent les lignes rouges mentionnées dans l'article ci-dessous. Alors, faut-il opter pour le vote blanc ou nul ? Qu'en pensent nos visiteurs ? Des candidats font-ils exception et seraient-ils susceptibles de recueillir nos suffrages ? On attend vos suggestions en commentaires...

    De kath.net/news :

    'Les lignes rouges ne doivent pas être franchies'.

    16 mai 2024

    A quel parti vais-je donner ma voix ? « Il y a simplement des choses qui sont mauvaises en soi. Le nationalisme populaire est mauvais en soi, l'avortement est mauvais en soi ». Conseils pour les élections européennes du père cistercien Isaak M. de Neuzelle.

    Pour qui puis-je voter en tant que chrétien en toute bonne conscience ? Le père cistercien allemand Isaak M. de Neuzelle a saisi l'occasion des prochaines élections européennes du 9 juin pour définir quelques critères.

    La tâche de l'Eglise est de préserver notre liberté en tant que chrétiens et c'est pourquoi l'Eglise ne donne pas de décisions électorales concrètes, a déclaré le père Isaak dans une homélie le 14 mai. Il a cité le cardinal Joseph Ratzinger, qui a estimé qu'il n'appartenait pas à l'Eglise de développer des solutions concrètes ou même exclusives pour les questions temporelles. L'Église doit cependant préserver des principes moraux, en quelque sorte « poser des jalons » et dire : « Jusqu'ici et pas plus loin » !

    Il existe en principe une séparation entre l'Église et l'État, ce qui signifie que l'État et l'Église sont chacun autonomes et que personne ne peut s'immiscer dans les affaires de contenu et d'organisation de l'autre. Cela ne concerne toutefois pas l'ordre moral, a expliqué le père cistercien. Concrètement, l'État ne doit pas « déclarer l'injustice en tant que droit ». C'est là que l'Église doit faire entendre sa voix.

    Un principe chrétien fondamental est que nous avons une âme immortelle. C'est la raison pour laquelle l'individu est supérieur à la communauté et non subordonné aux intérêts collectifs. Les constructions sociales et les États sont éphémères, mais l'âme humaine est immortelle, et c'est pour cette raison qu'elle est prioritaire.

    Le P. Isaak a cité quelques « lignes rouges à ne pas franchir ». Si elles sont franchies, « c'est l'humain qui est en jeu ». Il y a une tendance à considérer certaines décisions comme un petit pas. Ce qui est dangereux, c'est que derrière ce petit pas, il y a un abîme qui est éthiquement un « slippery slope », une pente glissante.

    Le thème de la protection de la vie humaine en est un exemple concret. « Les partis qui souhaitent étendre l'avortement et l'euthanasie ne sont pas éligibles pour un chrétien », a constaté le père Isaak. Jean-Paul II a déclaré dans « Evangelium Vitae » que l'on pouvait tout à fait choisir le « moindre mal » parmi les partis, par exemple lorsque ceux-ci se prononcent pour une législation moins libérale en matière d'avortement. En revanche, les partis qui « veulent faire le saut dans l'abîme » ne sont pas éligibles, car un progrès dans cette direction est « méprisant pour l'homme ».

    Le deuxième critère important est la protection et la promotion de la famille. Les partis qui propagent l'idéologie du genre, qui veulent un prétendu progrès vers un prétendu libéralisme, ne sont « que partiellement ou difficilement éligibles », car il s'agit de « violations de principes », a indiqué le père Isaak en se référant à une prise de position du pape François sur le genre.

    Lire la suite

  • « Nous devons défendre notre identité chrétienne » (le Président de la Conférence épiscopale polonaise)

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    Mgr Wojda : « Nous devons défendre notre identité chrétienne »

    6 mai 2024

    Président de la Conférence épiscopale polonaise de Jasna Góra : « Il est inacceptable d'exiger un 'droit à l'avortement', c'est-à-dire le droit même de tuer. Personne n’a le droit de tuer un autre être humain.

    Czestochowa (kath.net/Conférence épiscopale polonaise/pl) Nous devons défendre notre identité chrétienne, la souveraineté de notre conscience, notre pensée et notre liberté dans la profession de foi, afin de défendre les valeurs qui émergent de l'Évangile et notre tradition chrétienne. C'est ce qu'a déclaré le président de la Conférence épiscopale polonaise, Mgr Tadeusz Wojda SAC, dans son homélie lors de la messe célébrée à Jasna Góra le 3 mai, fête de la Bienheureuse Vierge Marie, reine de Pologne.

    Le Président de la Conférence épiscopale a souligné que « nous constatons de plus en plus l'affaiblissement de la foi dans notre nation, la négligence à l'égard de l'Eucharistie dominicale et des sacrements ». « Nous observons un manque de transmission solide de la foi dans les familles. La sécularisation fait des ravages, non seulement sur les adultes, mais aussi sur les enfants et les jeunes. Le sentiment de la nécessité de renforcer les relations conjugales par la Sainte-Cène s'affaiblit. Les attitudes morales qui contredisent l’Évangile et l’enseignement chrétien se répandent. Nous en avons assez des tensions, des divisions et des conflits sociaux qui en résultent. "Il est triste et alarmant que tant de haine soit apparue dans notre société ces dernières années - nous appelons aujourd'hui cela un discours de haine - qui a provoqué des émotions négatives, voire de la violence", a-t-il déclaré.

    Mgr Wojda a reconnu qu'« il est effrayant que nous, la Nation de Marie, perdions conscience de notre tradition et de notre culture polonaises, caractérisées par une attitude chrétienne d'ouverture et de respect des autres, ainsi que par une sensibilité au don de la vie humaine.» Il a ajouté que nous avons besoin d’une identité chrétienne « afin de ne pas tomber dans un vide existentiel et de ne pas perdre espoir dans la vie. Nous ne devons pas nous laisser priver de cette force intérieure dont la source réside dans le Fils de Marie, Jésus-Christ.»

    « C’est pourquoi nous devons préserver cette identité car elle nous donne un sentiment de connexion avec Dieu. Cela approfondit notre conscience que la vie humaine a une valeur unique et que personne ne devrait la détruire, même si elle est imparfaite. La vie, de la conception à la mort naturelle, reste un lieu de dialogue entre l'homme et Dieu », a souligné le président de l'épiscopat polonais.

    Mgr Wojda a souligné que chaque femme est soutenue par Marie dans sa vocation à devenir mère, « et en même temps elle attend que chaque famille devienne un sanctuaire où chaque nouvelle vie est célébrée et où la vie est aimée ».

    « Face à cette vérité, d’autres attitudes sont incompréhensibles. Il est inacceptable d’exiger un « droit à l’avortement », c’est-à-dire le droit même de tuer. Personne n’a le droit de tuer un autre être humain, surtout lorsqu’il s’agit d’un enfant innocent et sans défense », a-t-il souligné.

    Lire la suite

  • « L’être humain est devenu d’une légèreté criminelle à l’égard du vivant »

    IMPRIMER

    De Danielle Moyse sur Gènéthique :

    « L’être humain est devenu d’une légèreté criminelle à l’égard du vivant »

    29/4/2024

    Danielle Moyse, philosophe, professeur et chercheuse associée à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, réagit suite à l’arrêt rendu par la Cour suprême de l’Alabama en le 16 février 2024 qui a autorisé trois couples à demander réparation pour la destruction de leurs embryons cryoconservés (cf. Alabama : la décision de la Cour suprême continue de faire des vagues). Elle dénonce toutes les manipulations des hommes sur le vivant, et sur la vie humaine en particulier.

    Tout le problème commence pour moi, à la cryogénisation. Que les embryons puissent être l’occasion de « stockage », dont on pourra à l’occasion « faire usage » ou non, suivant le bon vouloir de couples, témoigne du fait que l’humanité s’est arrogé les pleins pouvoirs sur l’ensemble des phénomènes, sans s’apercevoir qu’elle allait elle-même être prise dans la réquisition (cf. Embryons congelés : le casse-tête des cliniques, le dilemme des parents).

    Que d’un seul coup, quelqu’un ou quelques-uns se soient en l’occurrence avisés qu’il s’agissait d’un enfant potentiel fait soudain frémir, parce qu’on préfère voir dans ledit embryon un « projet parental » qui n’a pas, en tant que tel, d’existence propre (cf. Le projet parental légitime-t-il la venue de l’enfant ?). Il est vrai que le sort des embryons est « suspendu » à la décision des couples qui en sont l’origine. Pourtant, si l’enfant potentiel n’est que potentiel, le devenir de celui-ci aboutirait bien à l’existence d’un être humain s’il se développait. Le paradoxe c’est de vouloir traiter des embryons comme des pièces en stock, puis ensuite de dire que ce n’en sont pas. Il est vrai que ce n’en sont pas, mais il fallait peut-être s’en apercevoir avant.

    « L’impossibilité de composer avec les objections que nous oppose le réel »

    Le vocabulaire employé est ici décisif. Si on disait : « on va cryogéniser des enfants potentiels », il est possible qu’on ne puisse plus les cryogéniser. De même, tant qu’on parlait de mère porteuse, l’expression était en soi « préventive » contre le développement du phénomène. Dès qu’on parle de gestation pour autrui (GPA), on désigne une action philanthropique qui pourrait emporter l’approbation (cf. Exploitation de la GPA : une forme de traite des êtres humains selon le Parlement européen).

    De l’adoption à la culture de tant de formes possibles de fécondité, hors la procréation, il existe d’autres voies pour parvenir à réaliser un désir d’enfantement (cf. Le désir d’enfant, envers et contre tout ?). Ce n’est pas la même chose, objectera-t-on, mais l’impossibilité de composer avec les objections que nous oppose le réel me paraît la voie la plus sûre pour le détruire. C’est d’ailleurs ce que nous sommes en train de faire.

    Ici, on traite un enfant à venir comme une pièce en stock, puis ensuite on dit « c’était un enfant ». Jusqu’à nouvel ordre, on n’a pourtant pas encore entendu dire qu’on pouvait mettre ses enfants au congélateur ! Il semble que le juge ait reconnu que les parents n’ont pas perdu qu’un « projet », ou un objet, mais un possible enfant. Il dit quelque chose de vrai. Mais le problème est antérieur à la destruction des dits « embryons », il commence dans le projet de les stocker.

    « Nous nous sommes autorisés toutes les manipulations sur le vivant »

    Récemment, une pétition a été déposée parce qu’on projette en Irlande d’abattre 200 000 vaches. On vient de s’apercevoir qu’elles produisent de la pollution. On est ici dans les mêmes logiques : on a produit des stocks de vaches, en oubliant seulement que ce sont des êtres sensibles. D’un seul coup, elles sont devenues gênantes, et on les liquide. Peut-être un malheureux éleveur s’écriera-t-il : « mais ce sont des vaches, ce sont mes vaches ! »

    L’être humain est devenu d’une légèreté criminelle à l’égard du vivant, qu’il a converti en stock à disposition. Et parmi les êtres vivants, il y a l’homme lui-même. Tout cela semble presque relever de la science-fiction : nous nous sommes autorisés toutes les manipulations sur le vivant, et sur la vie humaine en particulier, et de temps en temps la violence, les incohérences de ce dispositif nous éclatent à la figure.

  • Es-tu l'un des nôtres ?

    IMPRIMER

    Pour créer une nouvelle vision de l'Europe, be

    ONE OF US

  • TOUS les partis belges francophones sont favorables à l'inscription de l’avortement dans la charte des droits de l’UE

    IMPRIMER

    Aucun candidat d'aucun parti ne devrait donc avoir les voix des électeurs catholiques mais qui se soucie encore de valeurs telles que le droit à la vie d'un enfant à naître ? 

    Du site de la RTBF :

    L’avortement dans la charte des droits de l’UE? La réponse des têtes de listes

    Ala suite de l’émission "Un Ticket pour l’Europe", Quentin, jeune agriculteur parti à Malte, a proposé d’inscrire le droit à l’avortement dans la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne et d’uniformiser les délais légaux d’accès à l’IVG.

    Lors de l’émission spéciale QR de "Un Ticket pour l’Europe" en direct du Parlement européen le 17 avril, les 8 jeunes candidats de l’émission "Un Ticket pour l’Europe ont chacun soumis leur proposition de résolution ou de législation européenne. Les têtes de listes ont transmis leurs réponses.

    Les réponses unanimes ont soutenu l’inscription du droit à l’avortement, bien que les opinions divergent sur la façon d’uniformiser les délais.

    Réponse de Sophie Wilmès (MR) : Oui, nous sommes pour l’inscription du droit à l’avortement dans la Charte européenne des droits fondamentaux car cela permettrait de bétonner un garde-fou solide pour éviter d’éventuels retours en arrière sur le sujet. On consacre donc ce droit partout dans l’Union européenne. Sur les délais légaux d’accès à l’IVG, nous ne sommes pas opposés sur le principe, même si le consensus semble très difficile à atteindre.

    Réponse de Saskia Bricmont (Ecolo) : 100% POUR ! ‘Mon corps, mon choix’, c’est ce qui guide l’action écologiste. Partout en Europe, le droit à l’IVG doit être un droit fondamental pour toutes les femmes. Nous avons agi en ce sens à plusieurs reprises tout au long de ce mandat dans les différents parlements et au sein du Secrétariat à l’égalité des genres. Le 11 avril 2024, le Parlement européen a adopté une résolution demandant que les droits sexuels et reproductifs, y compris le droit à l’avortement, soient inclus dans la Charte des droits fondamentaux de l’UE.

    En 2022, nous avions adopté une résolution appelant les Etats membres à garantir l’accès à des services d’avortement sûrs, légaux et gratuits, à des services de soins prénataux et maternels, à la planification familiale volontaire, à la contraception, à des services adaptés aux jeunes, ainsi qu’à la prévention, aux traitements et au soutien en matière de VIH, sans discrimination.

    La défense de l’IVG libre et gratuite fait partie de nos priorités tant au niveau européen qu’au niveau national. Sur le délai, 25 des 27 Etats de l’Union européenne permettent aujourd’hui l’interruption volontaire de grossesse sans besoin de justification de la part de la femme qui décide d’y recourir. A Malte et en Pologne, le droit à l’avortement reste très restrictif. Le délai maximal pour avorter varie de 10 semaines au Portugal à 24 semaines aux Pays-Bas. En Belgique, il est actuellement à 12 semaines, mais nous écologistes souhaitons le porter à 22 semaines.

    Le droit à l’autodétermination sur son propre corps est fondamental. Nous partons du principe " mon corps, mon choix ". Les femmes ne doivent pas être contraintes d’être enceintes et de mettre un enfant au monde contre leur volonté. Pourtant, nulle part, ce droit des femmes à faire leurs propres choix n’est acquis à 100%. Nous avons mené des actions, participé à des manifestations et sommes intervenus au Parlement. Nous ne lâcherons pas l’affaire. L’avortement doit être autorisé jusqu’à 18 semaines de grossesse. Nous continuerons à mettre en priorité le droit au choix des femmes, et à faire pression pour que les femmes bénéficient de soins médicaux adéquats en Belgique, et partout en Europe. De plus, nous misons sur la prévention. Nous investirons dans l’accessibilité de la contraception en ligne avec les recommandations des experts.

    Au niveau européen, nous pensons qu’un délai minimum devrait être instauré mais qui permettrait à tous les Etats membres d’étendre ce délai comme préconisé par les lignes directrices de l’OMS de 2022.

    Réponse de Marc Botenga (PTB) : Oui. Le droit à l’autodétermination sur son propre corps est fondamental. Nous partons du principe " mon corps, mon choix ". Les femmes ne doivent pas être contraintes d’être enceintes et de mettre un enfant au monde contre leur volonté. Pourtant, nulle part, ce droit des femmes à faire leurs propres choix n’est acquis à 100%. Nous avons mené des actions, participé à des manifestations et sommes intervenus au Parlement. Nous ne lâcherons pas l’affaire. L’avortement doit être autorisé jusqu’à 18 semaines de grossesse. Nous continuerons à mettre en priorité le droit au choix des femmes, et à faire pression pour que les femmes bénéficient de soins médicaux adéquats en Belgique, et partout en Europe. De plus, nous misons sur la prévention. Nous investirons dans l’accessibilité de la contraception.

    Réponse d’Elio Di Rupo (PS) : La consécration du droit à l’IVG dans les chartes fondamentales de niveau européen ou international serait une avancée d’une importance considérable pour les femmes. Le PS soutiendra tous les efforts entrepris à cet égard. L’uniformisation des délais légaux pour pouvoir pratiquer une IVG serait également une nouvelle garantie cruciale pour les femmes européennes. Il est toutefois impératif que cette uniformisation se fasse "par le haut". C’est-à-dire que le délai à appliquer dans toutes l’UE, soit égal, au minimum, au délai le plus long applicable actuellement dans l’UE (sans doute les 22 semaines des Pays-Bas). On ne pourrait, en effet, accepter de revenir sur le droit à l’IVG tel qu’il est consacré dans les pays les plus progressistes au nom de l’uniformisation des délais.

    Réponse d’Yvan Verougstraete (Les Engagés) : Nous défendons la proposition. Nous proposons une approche double pour renforcer les droits des femmes en matière de santé reproductive dans toute l’Union européenne.

    Premièrement, nous souhaitons inscrire le droit à l’avortement dans la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne. Cette intégration garantira une protection juridique contre les législations nationales restrictives et affirmera de manière claire et incontestable le droit fondamental des femmes à choisir.

    Deuxièmement, nous reconnaissons les risques d’une harmonisation qui pourrait limiter les droits actuels plutôt que de les étendre. Pour cette raison, notre proposition vise à établir un délai minimal de semaines durant lesquelles l’IVG doit être accessible, au-delà des législations nationales plus restrictives. Ce délai minimal serait établi après consultation et étude approfondie des meilleures pratiques et recommandations médicales au niveau international, assurant ainsi le respect des droits des femmes à disposer de leur corps.

    Au-delà des délais légaux, il s’agira de veiller à ce que la liberté de choix des femmes soit respectée dans les faits et qu’il n’y ait d’intimidation institutionnelle. En résumé, notre position est de protéger et d’étendre les droits à l’avortement par une action européenne concrète qui aligne les législations nationales avec les valeurs fondamentales de l’Union européenne en matière de droits humains et d’égalité. En faisant cela, nous soutenons non seulement les femmes dans chaque État membre, mais renforçons également l’unité et les valeurs communes de notre Union.