Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Témoignages

  • Des chrétiens arrêtés dans le plus grand État de l'Inde, accusés de « conversion illégale »

    IMPRIMER

    De Nirmala Carvalho sur Crux Now :

    Des chrétiens arrêtés dans le plus grand État de l'Inde, accusés de « conversion illégale »

    MUMBAI, Inde – Quatre personnes du village indien de Moradabad, dont un pasteur de l'Uttarakhand, ont été arrêtées samedi pour avoir prétendument converti des gens en les attirant sous prétexte de leur donner des avantages.

    Le village se trouve dans l'Uttar Pradesh, l'État le plus peuplé d'Inde, avec près de 200 millions d'habitants. Cependant, seuls 350 000 chrétiens vivent dans cet État, soit 0,18 % de la population. En comparaison, les chrétiens représentent près de 2,5 % de la population totale de l'Inde.

    L'Uttar Pradesh, comme le gouvernement national, est dirigé par le Bharatiya Janata Party (BJP), qui entretient des liens étroits avec le Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS), une organisation nationaliste hindoue militante.

    L'officier de police Rajesh Kumar a informé les médias que l'incident s'était produit dans le village de Rammanawala alors que certaines personnes organisaient une congrégation religieuse chrétienne.

    Il a déclaré que les militants de deux organisations hindoues sont intervenus et ont informé la police, alléguant une conversion religieuse forcée par séduction.

    Le Vishwa Hindu Parishad (VHP) – signifiant Conseil hindou universel – était l’un des groupes à l’origine de ces allégations.

    Le secrétaire général de l'unité du district VHP de Moradabad, Pankaj Singh Pal, a déclaré qu'un pasteur d'Uddhamsinghnagar, Uttarakhand, et trois villageois locaux avaient converti jusqu'à 60 personnes de 15 familles hindoues au christianisme et essayaient de faire de même avec d'autres villageois.

    Il a affirmé qu'ils donnaient de l'argent aux gens ainsi que des réfrigérateurs, des téléviseurs, des vélos, des motos et des machines à coudre pour les convertir au christianisme.

    Le père Anand Mathew, un militant des droits de l’homme et de l’environnement qui travaille depuis plus de 30 ans à Varanasi, a déclaré à Crux qu’il y avait eu trop d’arrestations de pasteurs, d’évangélistes et de fidèles laïcs qui « faisaient véritablement de l’évangélisation ».

    « Les allégations de conversion forcée et même de toute sorte de conversion – changement de religion – sont totalement fausses et fictives », a-t-il déclaré.

    « Une nouvelle loi – l'ordonnance de 2020 sur l'interdiction des conversions illégales de religion dans l'Uttar Pradesh – promulguée par l'Assemblée législative de l'Uttar Pradesh le 29 septembre 2021, c'est-à-dire pendant le pic de la deuxième vague de COVID-19, est régulièrement utilisée à mauvais escient par la police de l'Uttar Pradesh », a expliqué le prêtre.

    « Il est vrai que les militants des églises évangéliques libres rassemblent les gens pour prier. La plupart d’entre eux ne sont pas convertis. Quelques-uns d’entre eux peuvent être issus de familles chrétiennes traditionnelles. Ceux qui se rassemblent adorent le Seigneur avec des chants et des prières spontanées, ils écoutent la Parole de Dieu prêchée par le pasteur, qui est lui-même pour la plupart local ou missionnaire d’autres États », a poursuivi Mathew.

    Le prêtre a déclaré que les pasteurs prient pour la guérison des gens et a ajouté : « des miracles se produisent ».

    « Ces réunions de prière sont censées être des réunions de conversion. La vérité est que les pasteurs ne baptisent plus les gens après la promulgation de la nouvelle ordonnance », a-t-il ajouté.

    Mathew a déclaré que la législation permet uniquement à un proche de déposer une plainte selon laquelle une personne a été « faussement convertie » et a déclaré que cette loi est violée par la police.

    « Ils acceptent les fausses plaintes déposées par des membres de groupes marginaux tels que Vishwa Hindu Parishad, Bajrang Dal, Durga Vahini et Hindu Yuva Vahini. Les allégations de séduction sous forme d’énormes sommes d’argent pour convertir des personnes ne sont que des fantasmes nés de l’esprit de ces éléments marginaux. Ce sont eux qui jouent le rôle de journalistes, rapportent ces histoires fictives dans les journaux, ils jouent le rôle de jury et obtiennent également le soutien de la police locale », a déclaré le prêtre à Crux .

    « Ceux qui accusent les adolescentes d’avoir été séduites par des réfrigérateurs, des téléviseurs, des motos, de l’argent liquide, etc., ne pourront pas fournir de preuves. Les machines à coudre offertes aux adolescentes dans le cadre d’un acte humanitaire et philanthropique visant à les former à la génération de revenus sont interprétées comme une forme d’incitation à la conversion », a-t-il poursuivi.

    Le dimanche 14 juillet, trois chrétiens ont été arrêtés dans le district de Maharajganj, à la frontière avec le Népal, pour s'être prétendument convertis.

    En juin 2024, immédiatement après l'annonce des résultats des élections nationales en Inde, 14 chrétiens ont été arrêtés dans l'Uttar Pradesh.

    Mathew a déclaré qu'il s'agissait d'une expression de vengeance de la part du parti au pouvoir qui n'a pas obtenu les résultats escomptés en UP.

    « Les chrétiens de l’Uttar Pradesh et de l’Uttarakhand qui ne font pas partie des principales églises vivent dans une peur extrême d’être persécutés. Certaines organisations sociales et bénévoles des principales églises sont également ciblées par le gouvernement central », a déclaré le prêtre.

    Lire aussi : La nomination de JD Vance pourrait avoir une influence religieuse internationale, en raison de sa femme

  • Le Congrès eucharistique national est la meilleure chose qui soit arrivée aux États-Unis depuis longtemps

    IMPRIMER

    Du Tagespost (Franziska Harter) :

    Comme Dieu en Amérique

    C’est déjà clair : le Congrès eucharistique national est la meilleure chose qui soit arrivée aux États-Unis depuis longtemps.
    Venant des quatre directions, les groupes de pèlerins accompagnés de leurs prêtres ont visité le Saint-Sacrement pendant plusieurs semaines et sur des centaines de kilomètres jusqu'à Indianapolis.

    50 000 visiteurs en même temps, ce n’est rien de spécial à Indianapolis. La troisième plus grande ville du Midwest possède une zone métropolitaine de plus de deux millions d'habitants. La capitale de l'État américain de l'Indiana est également appelée la « capitale mondiale des courses » et l'« Indy 500 », l'une des courses sur circuit les plus anciennes au monde, s'y déroule depuis plus de 100 ans. De son côté, le Lucas Oil Stadium accueille habituellement l'équipe de football locale, les Colts d'Indianapolis, avec ses supporters plus ou moins sages.

    Mais ces gens ne ressemblent pas aux fans habituels de courses et de football. L'immense palais des congrès à côté du stade est déjà plein le matin. Les files d'attente interminables lors des inscriptions durent jusqu'au soir. Beaucoup de familles, des nuées de collégiens, de séminaristes, de sœurs ... Quiconque regarde ces visages rayonnants aura l’impression d’entrer lui-même dans le monastère.

    L'histoire est écrite ici

    Vers le soir, la foule envahit le stade. La séance d'ouverture du Congrès eucharistique national des États-Unis commence par des clips vidéo du pèlerinage eucharistique qui a commencé à la Pentecôte et se termine ici aujourd'hui. Petit à petit, les participants se rendent compte : l’histoire s’écrit ici. Parce que jamais auparavant il n’y a eu de pèlerinage eucharistique à l’échelle nationale dans le monde. Depuis les quatre directions, les quatre petits groupes de pèlerins et leurs prêtres ont porté le Saint-Sacrement pendant plusieurs semaines et sur des centaines de kilomètres jusqu'à Indianapolis pour le Congrès eucharistique. Ils sont accueillis par des applaudissements assourdissants. 

    Et puis IL est là. Tout devient soudainement très calme lorsque Mgr Cozzens, directeur du Congrès eucharistique, introduit le Saint-Sacrement dans l'ostensoir personnellement béni par le Saint-Père . La Pange Lingua résonne doucement tandis que les gens s'agenouillent devant Jésus. Lorsque l'ostensoir est posé sur l'autel, des rayons rayonnent sur les personnes rassemblées ; l'effet de lumière est unique. S'ensuit un culte de près d'une heure, le silence suivant les chants d'adoration. Le raclement de gorge qui accompagne discrètement le silence de temps en temps vient en partie de votre éditeur, qui n'est pas le seul à construire au bord de l'eau en ce moment. Un petit bonhomme tient courageusement sur les genoux de son père. Avec autant d’enfants dans la congrégation, il est étonnant de constater à quel point l’immense stade est calme. 

    Prière pour la paix, l'unité, la guérison

    Puis Mgr Cozzens prie. À propos de paix, d’unité, de guérison. « Nous avons vu des gens revenir à la foi lors du pèlerinage eucharistique. Nous avons vu des guérisons, spirituelles et physiques. Seigneur, nous espérons en voir encore plus », prie l'évêque. « Aimons comme vous et aimons. Apprenez-nous à être missionnaires... Guérissez-nous, guérissez votre Église, guérissez votre pays. Nous te proclamons Roi de l’univers et Roi de nos cœurs. Démocrates et Républicains, Latinos, noirs, blancs, tous sont ici ensemble dans le corps du Christ .

    Après la bénédiction eucharistique, nous passons à la partie la plus chaude. Lorsque la présidente d'EWTN News, Montse Alvarado, salue les participants d'abord en anglais puis en espagnol, la salle explose. Des milliers de personnes se joignent au cri « Viva Christo Rey ». Suivent maintenant les salutations de l'évêque local Thompson et du nonce apostolique le cardinal Christophe Pierre. Le point culminant solitaire est un témoignage – ou était-ce un sermon ? - la célèbre religieuse Bethany Madonna des Sœurs de la Vie, avant que le prêtre cool avec les Vans aux pieds ne mène la louange. 

    La soirée se termine par une courte visite au Saint-Sacrement dans l'église en face du Palais des Congrès. Les croyants reçoivent des fleurs qu'ils peuvent déposer dans des vases devant l'ostensoir et passer quelques minutes tout près de Jésus. Un homme pleure doucement.

    Lire également : « Renforcer la croyance en une présence réelle »

  • Une « Lettre des Amériques » exhorte le pape François à mettre fin aux interdictions de messes en latin

    IMPRIMER

    Une « Lettre des Amériques » exhorte le pape François à mettre fin aux interdictions de messes en latin

    Par  Peter Pinedo pour CNA

    Alors que les inquiétudes grandissent quant à une éventuelle interdiction de la messe traditionnelle en latin, d'éminents artistes, militants et dirigeants catholiques et non catholiques se sont réunis dans une lettre pour exhorter le pape François à s'abstenir de toute nouvelle restriction contre la forme extraordinaire de la messe.

    Publiée lundi et intitulée « Une lettre ouverte des Amériques au pape François », la lettre qualifie la messe latine de « magnifique réalisation de la civilisation » et de « partie du patrimoine culturel commun de l'humanité ».

    L'archevêque Salvatore Cordileone de San Francisco, qui a soutenu avec force une lettre similaire en faveur de la messe latine publiée la semaine dernière au Royaume-Uni, a approuvé la lettre des Amériques, la partageant sur son compte de médias sociaux.

    Parmi les signataires figurent Dana Gioia, ancien président du National Endowment for the Arts, qui a organisé la lettre par l'intermédiaire de l'Institut Benedict XVI ; Frank La Rocca, compositeur de « Mass of the Americas » ; David Conte , président et professeur de composition au Conservatoire de musique de San Francisco ; Larry Chapp , théologien et fondateur de Dorothy Day Workers Farm ; Eduardo Verástegui, producteur de cinéma et acteur ; Nina Shea, défenseure internationale de la liberté religieuse ; et Andrew Sullivan, écrivain et auteur.

    Les auteurs de la lettre demandent respectueusement « qu’aucune restriction supplémentaire ne soit imposée à la messe traditionnelle latine afin qu’elle puisse être préservée pour le bien de l’Église catholique et du monde ».

    Qu'est-ce que la messe latine et que se passe-t-il ?

    La messe latine, également connue sous le nom de messe célébrée selon le Missel romain de 1962, a été codifiée après le Concile de Trente au XVIe siècle et aurait des origines anciennes.

    Bien que le Vatican n’ait pas émis d’interdiction générale de la liturgie latine, le Saint-Siège a considérablement restreint son utilisation ces dernières années. En juillet 2021, François a publié le motu proprio Traditionis Custodes qui impose des restrictions aux messes latines.

    Les auteurs reconnaissent le caractère sacré de la messe novus ordo (post-Vatican II) et prennent soin de se distancer des partisans de la messe latine qui se sont montrés hostiles à François. Les signataires catholiques s'engagent en outre explicitement à continuer à faire preuve de « loyauté filiale » envers le pape.

    Cependant, dans la lettre, ils s’efforcent de faire valoir leur point de vue : « Priver la prochaine génération d’artistes de cette source de mystère, de beauté et de contemplation du sacré semble être une vision à court terme », soutiennent-ils.

    « Nous venons à vous avec l’humilité et l’obéissance, mais aussi la confiance des enfants, exprimant nos besoins spirituels à un père aimant », écrivent les auteurs. « Nous tous, croyants et non-croyants, reconnaissons que cette liturgie antique, qui a inspiré l’œuvre de Palestrina, Bach et Beethoven ainsi que des générations de grands artistes, est une magnifique réalisation de la civilisation et fait partie du patrimoine culturel commun de l’humanité. C’est un remède pour l’âme, un antidote au matérialisme grossier de l’ère postmoderne. »

    « La beauté évangélise »

    Dans un commentaire du 8 juillet paru dans le National Catholic Register , le partenaire d'information frère de CNA, Cordileone, a déclaré que la beauté de la messe latine est une partie importante du ministère de l'Église dans une « époque déchristianisée qui devient de plus en plus inhospitalière à tout sens traditionnel de la religion ».

    Il a souligné les enseignements du Concile Vatican II sur l’importance de lire les signes des temps, affirmant qu’« un signe qui nous regarde en ce moment en grandes lettres majuscules est : la beauté évangélise ».

    « Nous vivons à une époque où nous devons exploiter le pouvoir de la beauté pour toucher les esprits, les cœurs et les âmes, car la beauté a la qualité d’une expérience inéluctablement réelle, qui n’est pas sujette à discussion… À une époque d’anxiété et de déraison, la beauté est donc une ressource largement inexploitée pour atteindre les gens, en particulier les jeunes, avec le message d’espoir de l’Évangile », a écrit Cordileone.

    Dans une déclaration à la CNA, Shea a expliqué sa décision de signer la lettre, soulignant que la messe latine fait « partie de notre héritage culturel ».

    Shea a mentionné que l’une de ses expériences les plus mémorables avec la messe latine a été d’assister à une liturgie célébrée par le cardinal chinois Ignatius Kung peu de temps après sa libération après 33 ans d’emprisonnement communiste.

    « Il ne parlait pas anglais, mais nous avons pu nous unir dans nos prières grâce à notre ancienne langue liturgique commune et d’une manière qui ne m’était pas inconnue », a-t-elle expliqué.

    « Je ne vais pas souvent aux messes latines, mais j’apprécie leur beauté et l’idée que mes ancêtres ont pratiqué ce culte de cette façon pendant des siècles », a déclaré Shea. « Je pense que nous, catholiques, devrions apprendre à connaître et à préserver nos traditions ancestrales fondamentales transmises à travers les âges. Rien n’est plus essentiel à cette tradition que la pratique liturgique. »

  • Sur KTO : Bienheureuses - La Véritable histoire des Carmélites martyres de Compiègne

    IMPRIMER

    De KTO TV :

    Bienheureuses - La Véritable histoire des Carmélites martyres de Compiègne

    17/07/2024

    Ce documentaire, s’appuyant sur les travaux récents de la recherche historique, propose de raconter la véritable histoire des Carmélites de Compiègne et de montrer l’écho actuel de leur offrande. Car ces religieuses, avant de monter à l’échafaud, ont prié et obtenu du Seigneur, la fin de la Terreur. Le film suit le travail de la petite équipe carmélitaine qui oeuvre à la cause de canonisation, et offre des témoignages de personnes touchées par les Bienheureuses. Une coproduction KTO/DE GRAND MATIN 2024 - Réalisée par François Lespés

  • Les carmélites de Compiègne bientôt canonisées

    IMPRIMER

    Du National Catholic Register (Kelsey Wicks) :

    Le pape François ouvre un procès spécial pour canoniser 16 martyres carmélites de la Révolution française

    Les martyres depuis longtemps vénérées comprennent 11 religieuses, trois sœurs laïques et deux externes.

    Blessed Martyrs of Compiègne were guillotined for their faith on July 17, 1794.

    Les bienheureuses martyres de Compiègne ont été guillotinées pour leur foi le 17 juillet 1794.

    archive du 25 février 2022

    Leurs voix ont chanté depuis l'échafaud alors qu'elles allaient à la mort le 17 juillet 1794, pendant le règne de la Terreur, la période effrayante de la Révolution française qui a supervisé l'exécution d'au moins 17 000 personnes.

    À la demande des évêques de France et de l'Ordre des Carmes Déchaussés (OCD), le pape François a accepté le 22 février d'ouvrir un processus spécial connu dans l'Église catholique sous le nom de "canonisation équipollente" pour élever les 16 martyrs carmes de Compiègne sur les autels.

    La canonisation équipollente, ou "équivalente", est, comme le processus de canonisation habituel, une invocation de l'infaillibilité papale par laquelle le pape déclare qu'une personne fait partie des saints du ciel. Elle évite le processus formel de canonisation ainsi que la cérémonie, puisqu'elle se produit par la publication d'une bulle papale. 

    Une longue vénération du saint et une vertu héroïque démontrée sont toujours requises, et bien qu'aucun miracle moderne ne soit nécessaire, la renommée de miracles survenus avant ou après sa mort est prise en compte après étude par la section historique de la Congrégation pour les causes des saints. 

    Cette procédure est très rare. Le pape François a déclaré d'autres saints par canonisation équipollente, comme saint Pierre Faber et sainte Marguerite de Costello, ce que le pape Benoît XVI a également fait pour sainte Hildegarde de Bingen et que Pie XI a accordé à saint Albert le Grand.

    Parmi ces martyres, 11 religieuses, trois sœurs laïques et deux externes. 

    Inspirée par l'action spontanée de la seule novice parmi elles - et la première et la plus jeune à mourir - chacune des 16 membres du couvent carmélite de Compiègne a entonné le Laudate Dominum en montant les marches vers la guillotine. La prieure du couvent a accordé la permission solennelle de mourir à chaque sœur qui, agenouillée devant elle juste après avoir embrassé la statue de la Sainte Vierge dans ses mains, a monté les marches de l'échafaud. La prieure fut la dernière à mourir, sa voix résonnant jusqu'à ce que le métal tranche la tête et le corps.

    Leur mort a calmé la foule et, dix jours plus tard, le règne de la Terreur a lui-même été réduit au silence, un exploit pour lequel les sœurs ont offert leurs exécutions à Dieu.

    Le père John Hogan, carme profès et animateur sur EWTN, a ajouté son poids à la nouvelle de l'action du pape François sur Twitter. 

    "Ces sœurs carmélites sont restées fidèles à la foi, même si l'État exigeait qu'elles embrassent ce qui était finalement une nouvelle religion - le culte du séculier", a-t-il tweeté, ajoutant qu'il y a "de nombreux parallèles avec ce qui se passe aujourd'hui."

    Leur fête restera le 17 juillet. 

    Un plan héroïque pour mettre fin à la terreur

    Béatifiées en 1906, la fidélité des sœurs à leurs vœux et le témoignage remarquable de leur mort ont tout inspiré, des romans tels que Le Chant et l'Échafaud, au cinéma, et même un célèbre opéra intitulé Dialogue des Carmélites, inspiré du livre du même nom écrit par le célèbre romancier et essayiste catholique Georges Bernanos.

    Lire la suite

  • Le sacrifice héroïque des carmélites de Compiègne (17 juillet)

    IMPRIMER

    De Bernadette Mary Reis sur Vatican News :

    Le sacrifice héroïque des sœurs carmélites déchaussées de Compiègne

    En collaboration avec la fondation Hilton, Vatican News publie une série d'articles sur le monde des religieuses, des contributions offertes par des sœurs ou des théologiennes présentes dans le monde entier. Dans cet épisode, direction Compiègne dans le nord de Paris, à la rencontre de sœurs carmélites déchaussées.

    Tout commence par un rêve. En 1693, une femme de 29 ans, porteuse de handicap, vivant au carmel de Compiègne rêve de Jésus en compagnie de sa mère, de sainte Thérèse d'Avila et de deux autres carmélites qui avaient vécu dans le même monastère. Après avoir reçu des instructions sur sa propre vocation, elle a une vision dans laquelle elle voit un certain nombre de carmélites choisies pour «suivre l'Agneau».

    Un bond en avant, en 1786: mère Thérèse de Saint-Augustin, nouvellement élue prieure du même monastère, trouve un récit de la vision que sœur Elisabeth Baptiste a eue avant de prononcer ses vœux de carmélite. Mère Thérèse a le pressentiment que ce rêve est une prophétie concernant sa communauté.

    Evacuation des monastères et saisie des biens

    Quelques années plus tard, la Révolution éclate en France et le régime de la Terreur est mis en place. En février 1790, la suspension provisoire des vœux religieux est ratifiée. Le 4 août, les biens de la communauté carmélite sont inventoriés; le lendemain, toutes les religieuses sont interrogées et se voient offrir la possibilité de renoncer à leurs vœux. Au grand regret des dirigeants révolutionnaires, toutes les religieuses expriment leur ferme détermination à rester fidèles à leurs vœux jusqu'à la mort.

    Pâques 1792: le 6 avril, le port de l'habit religieux devient illégal; deux jours plus tard, le rêve de sœur Elisabeth Baptiste est raconté aux sœurs de la communauté. Les événements se précipitent: en août, les monastères de femmes sont fermés et évacués et les biens des religieuses saisis.

    Les vingt carmélites de Compiègne quittent leur monastère le 14 septembre, fête de l'Exaltation de la Croix. Avec l'aide d'amis, elles trouvent refuge dans quatre localités différentes et parviennent à acheter des vêtements civils pour chacune d'entre elles: elles n'ont pas assez d'argent pour acheter également des vêtements de rechange et leur demande de soutien auprès du gouvernement reste lettre morte.

    Peu de temps après, mère Thérèse de Saint-Augustin consulte les quatre religieuses du chœur, les plus âgées, sur la proposition à faire à toute la communauté d'offrir leur vie pour le salut de la France: sa proposition s'enracine dans le désir de sainte Thérèse d'Avila de réformer le carmel. De manière compréhensible, elle se heurte à une résistance: qui, en réalité, se soumettrait volontairement à une décapitation au moyen de la guillotine nouvellement inventée?

    Acte du don de soi

    Mais curieusement, quelques heures plus tard, deux des religieuses les plus âgées demandent à la prieure de leur pardonner leur manque de courage: cela ouvre la voie à mère Thérèse, qui propose aux autres membres de la communauté un acte de don de soi. A partir du 27 novembre, toutes les sœurs récitent un «acte de don de soi» pour le salut de la France, écrit par la prieure. Par la suite est ajoutée une intention pour que de moins en moins de personnes soient exécutées au moyen de la guillotine, et pour la libération des personnes arrêtées.

    Le 21 juin 1794, des soldats perquisitionne les logements des religieuses. Le lendemain, elles sont arrêtées sur la base de preuves apparues lors de la perquisition, utilisées pour prouver qu'elles continuent à mener une vie consacrée et qu'elles sympathisent avec la monarchie. La communauté carmélite, qui comptait alors seize religieuses, se retrouve en état d'arrestation dans l'ancien couvent de la Visitation avec dix-sept sœurs bénédictines anglaises. Le 12 juillet, le maire de Compiègne fait irruption dans le couvent avec des soldats, surpris de trouver les femmes vêtues de leurs habits religieux: la seule tenue civile qu'elles possédaient était complètement trempée. A ce stade, le départ pour Paris, où le procès les attend, est inévitable.

    Le 17 juillet, les seize carmélites et 24 autres prisonniers sont reconnus coupables d'être des «ennemis du peuple» - entre autres chefs d'accusation - et condamnés à mort. Les religieuses se préparent à l'accomplissement du rêve prophétique: bientôt elles suivront l'agneau.

    Le soir même, Paris résonne de la voix des religieuses qui chantent l'office divin tandis qu’elles traversent les rues de la ville; le bourreau leur permet de terminer leurs prières pour les mourants, notamment le chant du Te Deum, suivi du Veni Creator et du renouvellement de leurs vœux. Après être montées à la potence, elles reçoivent une dernière bénédiction de la prieure, embrassent la statue de Notre-Dame et suivent l'agneau sacrifié.

    Robespierre fut arrêté dix jours plus tard et exécuté le jour suivant. Les martyrs de Compiègne ont été béatifiées par Pie X en 1909, et le procès en vue de leur canonisation équipollente est actuellement en cours.

  • La dévotion au scapulaire enflamme le Danemark

    IMPRIMER

    De Bénédicte Cedergren sur le NCR :

    « Le Danemark est en feu » grâce à la dévotion au scapulaire brun inspiré de Marie

    Après avoir entendu l'appel de la Sainte Mère lors d'une retraite, le Père Daniel Steiner Ebert a depuis enrôlé et investi plus de 300 personnes.

    Le père Daniel Steiner Ebert, représenté au centre tenant le scapulaire brun, inscrit et revêt un paroissien de la dévotion mariale.
    Le père Daniel Steiner Ebert, représenté au centre tenant le scapulaire brun, inscrit et revêt un paroissien de la dévotion mariale. (Photo : Photo de courtoisie)

    COPENHAGUE, Danemark — Depuis près de deux ans, le père Daniel Steiner Ebert parcourt le Danemark à la demande des paroissiens pour enseigner le Scapulaire brun, une dévotion qui lui tient à cœur depuis son adolescence.

    « Dans ma jeunesse, j’étais tout sauf catholique », a déclaré au Register le père Ebert, du diocèse de Copenhague. « J’allais à l’église, mais j’ai fait beaucoup de mauvaises choses. »

    « Quand j’étais adolescent, je me suis mis à me battre pour évacuer ma tristesse, ma colère et ma frustration. J’ai rencontré beaucoup de filles, j’ai commencé à consommer de la drogue et j’ai été arrêté pour vol de voiture. »

    Mais tout a changé pour le jeune Daniel, alors âgé de 16 ans, lorsqu’il a assisté à un service de louange et d’adoration dans son pensionnat évangélique. Soudain, submergé par un sentiment de mal, le jeune Danois s’est précipité dehors, serrant son rosaire et criant : « Je choisis Jésus-Christ. »

    « Soudain, j’ai vu des milliers de sphères lumineuses s’approcher. Leur lumière est devenue plus forte et la sphère la plus proche de moi a commencé à former lentement un visage : j’ai vu le visage de Jésus. C’était le même visage humain que celui du Suaire de Turin, mais sans aucune blessure, douleur ou souffrance. »

    Dieu m’a parlé clairement, se souvient le père Ebert. « Il m’a dit : « Tu seras à moi. » »

    Après une année de rééducation à l'étranger, le père Ebert revient au Danemark, reprend ses études et travaille comme instituteur. Il fait également sa première communion et reçoit le sacrement de confirmation.

    Avec l’aide du père carme Wilfrid Stinissen et des frères carmes de Norraby Kloster en Suède, « j’ai discerné ma vocation », explique le père Ebert, « que j’avais reçue plusieurs années auparavant, cette nuit-là à mon école, sans la comprendre. »

    « Quand le moment est venu, j’ai décidé de m’inscrire au séminaire », explique le père Ebert, qui a dû renoncer à son nouveau rêve de se marier et d’avoir une famille. « Je suis entré au séminaire à 25 ans et j’ai été ordonné huit ans plus tard, à 33 ans, le jour de la fête de la Transfiguration. »

    Père Daniel Steiner Ebert
    Le père Ebert concélébre la Sainte Messe. (Photo : Bénédicte Cedergren/EWTN News)

    Lire la suite

  • De fervents catholiques ont le vent en poupe...

    IMPRIMER

    L'Espagne a remporté à juste titre son prochain titre contre l'Angleterre hier en finale du Championnat d'Europe. Il y a quelques jours, le sélectionneur espagnol Luis de la Fuente a avoué sa foi dans une interview accordée à Cope, un magazine de la Conférence épiscopale espagnole. Pour lui, le signe de croix avant le match n’est pas une superstition mais un signe de foi. De la Fuente avait déjà déclaré dans une interview au journal espagnol El Mundo que la vie n'a aucun sens si l'on ne croit pas en Dieu. "C'est quelque chose que vous devez vivre, cela aurait dû vous être expliqué. Je suis religieux parce que je choisis de l'être. Je viens d'une famille religieuse, mais tout au long de ma vie, j'ai eu beaucoup de doutes et je me suis éloigné de la religion. loin." Mais plus tard, il a retrouvé la foi et a décidé de s’appuyer sur Dieu dans tout ce qu’il faisait. "Il n'y a pas une, mais mille raisons de croire en Dieu. Sans Dieu, rien dans la vie n'a de sens." voir ICI

    La star du tennis espagnol Carlos Alcaraz a remporté la finale de Wimbledon hier. Alcaraz est un fervent catholique et a visité le sanctuaire marial mexicain de Guadalupe en 2023. Il a rendu compte de cette visite sur Instagram fin novembre et a publié quatre photos. Avec plus de 300 000 likes, il a reçu de nombreuses approbations. Sur l'une des photos, on peut le voir à l'entrée avec une rose à la main. De nombreux pèlerins apportent des roses en offrande à Notre-Dame. Sur d'autres photos, la star du tennis est visible devant l'image miraculeuse de Notre-Dame. (ICI)

    Trump nomme un fervent catholique comme colistier : JD Vance (source)

    Vance s'est converti à la foi catholique en 2019 et apprécie le docteur de l'Église Augustin d'Hippone – les partisans de l'avortement aux États-Unis réagissent déjà avec horreur. 

    Washington DC (kath.net/pl) Il y a quelques heures, la convention du Parti républicain à Milwaukee, dans le Wisconsin, a officiellement nommé l'ancien président américain Donald Trump comme nouveau candidat républicain à la présidentielle. Trump avait récemment annoncé qu'il nommait JD Vance (photo) comme colistier, ce qui signifie que Vance deviendrait vice-président si Trump remportait les élections. Vance deviendrait alors seulement le deuxième vice-président catholique de l’histoire des États-Unis. Il est marié à Usha Vance, l'enfant d'immigrants indiens et hindous. Le couple a trois enfants. Vance siège actuellement au Sénat américain pour l'État de l'Ohio.

    Au cours de son enfance chaotique, il a grandi protestant avec des contacts, notamment des pentecôtistes. En 2019, il a reçu le baptême catholique. Vance a cité l'influence des catholiques dans sa vie qu'il admirait, y compris un oncle par alliance, et les écrits d'intellectuels catholiques, dont Augustin et l'historien et philosophe français René Girard, comme raisons de son choix du catholicisme. "Il est très ouvert et fier de sa foi, mais ce n'est pas cet excès de piété qui semble un peu faux", a déclaré Sohrab Ahmari, chroniqueur, auteur et éditeur lui-même converti au catholicisme en 2016.

    Vance a une biographie politique inhabituelle. Cet homme de près de 40 ans a longtemps critiqué ouvertement Trump au sein du parti républicain – il se décrit lui-même comme un « gars de jamais Trump ». Puis, selon ses propres déclarations, il a modifié son évaluation au cours de la présidence de Trump.

    Vance est considéré comme un orateur doué et défend des positions pro-vie ; il estime que l'avortement ne devrait être disponible qu'en cas de viol et d'inceste ou si la vie de la mère est en danger. Son élection est applaudie par les groupes pro-vie. Carol Tobias, présidente de National Right to Life, a qualifié Vance d'« excellent choix ». « National Right to Life estime que le sénateur Vance est un excellent choix pour le poste de vice-président », a-t-elle déclaré. « Il s’engage à promouvoir le droit à la vie et à protéger les femmes et leurs enfants à naître. »

    Les partisans de l'avortement réagissent avec horreur à la nomination de Vance. Liberté reproductive pour tous : « La sélection par Donald Trump de JD Vance comme colistier est une preuve supplémentaire que l’administration Trump ne recule devant rien pour interdire tous les avortements. Ne vous y trompez pas, Trump l’a choisi à cause – et non malgré – de ses positions anti-avortement. Une administration Trump-Vance sera l’administration la plus dangereuse de l’histoire de ce pays pour l’avortement et la liberté reproductive. Nous devons réélire le président Biden et le vice-président Harris… »

    Enfant, Vance a été confronté à la violence domestique, à la toxicomanie, à la pauvreté, à l'itinérance intermittente, aux multiples divorces de sa mère et à des violences verbales incessantes. Après le lycée, il rejoint le Corps des Marines des États-Unis, où il sert comme attaché de presse pendant la guerre en Irak. Il étudie ensuite les sciences politiques et la philosophie, puis le droit. En 2016, il publie son roman autobiographique, qui est également un livre de non-fiction : « Hillbilly Elegy : L'histoire de ma famille et d'une société en crise ». L’œuvre est devenue un best-seller et a ensuite été adaptée au cinéma. Dans ce document, Vance décrit la vie des gens de la classe ouvrière à travers l'histoire de sa famille blanche de classe inférieure.

    Lien connexe : Rod Dreher interviewe Vance en 2019 à propos de sa conversion :"JD Vance devient catholique"

  • Quand une expérience de mort imminente (EMI) conduit à la foi

    IMPRIMER

    De Louis Daufresne (le grand témoin) sur Radio Natre-Dame :

    Elle est passée dans l’autre monde et en est revenue : quand une EMI conduit à la foi

    15/07/2024

    2024_07_15_09_26_16_Greenshot.png

    Fabienne Raoul, consultante scientifique, ingénieur. Mon bref passage dans l’autre monde (Leduc)

    Elle est passée dans l’autre monde : Fabienne Raoul, qui va nous raconter son expérience de mort imminente, elle qui n’avait pas la foi et qui a été baptisée l’an dernier. Il n’y a pas d’automaticité entre l’état de la conscience et l’état du cœur, mais le fait d’éprouver une autre réalité déplace forcément le regard que l’on a sur le sens de sa propre vie. De formation ingénieure Sciences et Génie des Matériaux (Paris XI-Orsay), Fabienne Raoul a exercé durant 15 ans dans le domaine de l’ingénierie nucléaire française (en tant qu'ingénieur et cheffe de groupe). Cette EMI l’a ouverte à l’invisible et l’a amenée à changer de voie professionnelle vers l’accompagnement humain. Préfacière du livre Du quantique au cantique - Mécanique quantique, parapsychologie, guérisons, miracles (Ed. Téqui) de Daniel Oth, ex-chercheur en cancérologie et immunologie à l’INSERM et professeur-chercheur à l'université du Québec, elle est l’auteure de Mon bref passage dans l’autre monde (Ed. Leduc) préfacé par Dr. Mario Beauregard, neuroscientifique canadien.

  • Un grand saint : Bonaventure

    IMPRIMER

    saint bonaventure  3.jpgOn trouvera ici : http://www.cosmovisions.com/Bonaventure.htm une biographie approfondie de Bonaventure, docteur de l'Eglise, confrère et ami de Thomas d'Aquin, supérieur général des franciscains.

    Extrait :

    "Dans son Commentaire sur lés quatre livres des Sentences et dans quelques autres de ses traités, Bonaventure expose et défend amplement les doctrines et les institutions du Moyen âge, et tout particulièrement les plus récentes : transsubstantiation, communion sous une seule espèce, et il fait l'apologie du célibat des prêtres et de la vie monastique, qu'il considérait comme le plus sûr moyen de grâce. Enthousiaste de la virginité, qu'il estimait une sorte de vertu théologale, il avait voué à Marie une grande dévotion(1), et il contribua puissamment à développer ce culte. Dans un chapitre général tenu à Pavie, il ordonna aux religieux de saint François d'exhorter le peuple à adresser à la sainte Vierge une prière, au son de la cloche du soir (Angelus). Les principaux de ses ouvrages mystiques sont l'Itinerarium mentis ad Deum et le traité De septem gradibus contenplationis. Il y décrit, d'après  Richard de Saint Victor. Le chemin qu'il faut suivre pour connaître Dieu dans la pureté de son essence et arriver au point suprême de l'intelligence, où, délivré de toute image et de toute notion, l'humain sort de lui-même pour ne plus voir que Dieu et le posséder dans l'extase d'une sainte contemplation."

    (1) Nous avons substitué "grande dévotion" à "dévotion exagérée" dans cet extrait.

  • La tradition, tout simplement

    IMPRIMER

    De Kennedy Hall sur Crisis Magazine :

    La simple tradition

    La tradition, avant d'être une théologie ou un mouvement, est un état d'esprit et une mémoire. Elle naît dans le cœur et s'imprime dans l'âme.

    Ce n'est un secret pour personne que les catholiques traditionnels sont confrontés à une bataille difficile, et ce depuis des décennies. Qu'il s'agisse de la stigmatisation négative dont les "tradi" font souvent l'objet au sein du catholicisme dominant ou des suppressions et renouvellements ondulants de la messe latine traditionnelle, il n'est pas facile d'être tradi. Les libéraux pensent que vous êtes archaïques et intolérants - ce que vous êtes probablement, car je sais que je le suis - et les conservateurs peuvent vous considérer comme un puriste qui laisse le parfait être l'ennemi du bien.

    Quoi qu'il en soit, et je suis sûr que si vous vous considérez comme un tradi, vous pourriez raconter une douzaine d'histoires ou plus, nous ne nous engagerions pas dans une vie parsemée de tant de difficultés et de batailles personnelles si ce n'était parce que cela vaut la peine de s'accrocher à la Tradition. 

    Cela dit, qu'est-ce que la Tradition ? Et que signifie être un tradi ? C.S. Lewis a cherché à unir les chrétiens de tous bords en Angleterre pendant la guerre, et c'est ainsi qu'il a parlé de Mere Christianity (le christianisme simple). Nous nous trouvons dans une sorte de guerre de cent ans contre la liturgie, alors peut-être devrions-nous considérer la simple tradition.

    Si je le voulais, je pourrais citer diverses ressources théologiques ou des auteurs traditionnels estimés. Mais je ne suis pas théologien et, pour un article comme celui-ci, la perspective de parcourir des manuels et des catéchismes me semble fastidieuse. Aussi, au lieu d'évaluer le sujet de manière académique, peut-être pourrais-je commencer par une anecdote.

    Ma mère est une immigrée italienne et j'ai été élevé en grande partie par le côté maternel de la famille. Enfant, j'ai vécu près de Lucques, en Toscane, et malgré mon nom de famille anglais, c'est le sang italien qui a toujours coulé le plus fort dans mon cœur. Je suis fier de mon héritage anglais et j'ai une profonde dévotion pour Saint Edmund Campion, mais mon éducation a été remplie d'heures passées dans la cuisine de Nonna et dans la cave à vin de Nonna. Tous les quatre ans, je me fais passer pour un supporter de football et je crie "Forza Azzurri" ; l'odeur des oignons et de l'ail sautés dans l'huile d'olive me fait vivre une expérience presque psychédélique. Je vis à la campagne et, aujourd'hui encore, si je sens dans le vent une odeur de culture qui me rappelle quelque chose que j'ai senti dans la campagne toscane, cela suffit à me faire fléchir les genoux de nostalgie et de désir pour l'ancienne odeur des contreforts de l'Apennin.

    Nonno appartenait à un monde qui n'existe plus, puisqu'il est né en 1930. Il était non seulement italien, mais aussi traditionnel au sens culturel du terme, puisqu'il a grandi en tant qu'ouvrier agricole travaillant pour la Contessa. Avec sa femme et ses enfants, il a apporté au Canada son amour du vin et son savoir-faire artisanal. Nous avons une photo de famille de Nonno et Nonna datant de 1968, prise après qu'il a produit son premier millésime sur le sol canadien. Nonna avait une coiffure en forme de ruche très 1960 et Nonno était habillé comme n'importe quel figurant que vous avez vu dans un film du Parrain. 

    Lire la suite

  • Des ferments d'espérance en Europe ?

    IMPRIMER

    De * sur First Things :

    L'ESPOIR AU-DELÀ DE LA POLITIQUE EN EUROPE

    11 juillet 2024

    L’actualité européenne est dominée par les élections britanniques et françaises, et par le chaos apparent que ces dernières semblent annoncer. Il serait facile de considérer le continent comme étant en train de mourir d’un ordre mondial désuet. Notre monde est un monde où le désespoir est très chic, où les prédictions d’une fin apocalyptique sont des appâts à clics efficaces et où les classes politiques en ligne des deux extrêmes sont heureuses de capitaliser sur la diffusion de ces récits dans lesquels elles ont un intérêt direct. Mais à peine rentré de près de trois semaines en Europe, je suis heureux de signaler qu’il existe d’autres histoires qui méritent réflexion. 

    Pendant mon séjour là-bas, j’ai pris la parole lors de quatre rassemblements d’églises, un en Allemagne et trois aux Pays-Bas. Le premier, pour l’organisation Evangelium21, s’est tenu à Hambourg. Plus de 1 200 personnes, dirigeants et laïcs, y ont assisté. La grande majorité d’entre eux avaient moins de trente ans. À cinquante-sept ans, je pense que j’étais probablement la personne la plus âgée du bâtiment. Aux Pays-Bas, j’ai pris la parole lors d’une conférence organisée par le séminaire Tyndale et réunissant plusieurs centaines de personnes, puis lors d’un rassemblement plus important parrainé par le groupe Bijbels Beraad. Finalement, j’ai accepté de prendre la parole lors d’un rassemblement de jeunes un jeudi soir pour donner deux conférences. Plus de six cents jeunes, âgés de seize à vingt-quatre ans, sont venus m’écouter parler des racines de l’anxiété moderne, puis de la théologie du culte public. C’était un soir d’école. 

    Partout où je suis allé, ma femme et moi avons eu des conversations remarquables avec des pasteurs et des jeunes. Les pasteurs ressentent la même pression en Europe que beaucoup ici : la nécessité de laisser les hommes politiques déterminer leurs priorités, qu’il s’agisse des demandes des internationalistes progressistes ou des nationalistes réactifs. Ils sont conscients de cette pression et comprennent le danger de ne dire la vérité de l’Évangile qu’à un seul camp du clivage politique. La troncature stratégique à court terme de l’Évangile est trop facilement le prélude à un christianisme à long terme qui n’est pas un christianisme. L’opportunisme politique, comme la pertinence culturelle, est une maîtresse capricieuse et impérieuse. Les pasteurs bien ancrés dans les vérités du credo de la foi le comprennent. 

    Quant aux jeunes, ma femme et moi avons eu de nombreuses conversations qui indiquaient un réel désir de trouver des racines dans la foi chrétienne historique. Beaucoup avaient été issus des Églises des Frères, enracinées dans l’anabaptisme. Ils étaient reconnaissants à juste titre de l’amour de Jésus et de l’attention pastorale que leurs Églises des Frères leur avaient témoignée, mais ils étaient conscients que dans un monde où la culture générale est de plus en plus indifférente, voire hostile à la foi, ils avaient besoin d’une nourriture plus solide : une doctrine cohérente exprimée dans un culte réfléchi et bien structuré qui s’appuie sur les ressources historiques et confessionnelles du christianisme traditionnel. Rien n’illustrait mieux cela que le rassemblement du jeudi soir : une masse de jeunes désireux de savoir comment le culte chrétien communautaire est le fondement théologique pour répondre aux défis anthropologiques fondamentaux de notre époque. C’est là, dans la liturgie, que Dieu nous appelle en sa présence, nous rappelle qui nous sommes et nous donne la grâce par la Parole et le sacrement de vivre en tant qu’êtres humains dans un monde qui a dégradé l’humanité au niveau d’appétits grossiers. 

    Que faut-il en déduire ? L’Europe n’est pas en train de vivre un retour majeur au christianisme culturel généralisé. Le point culminant de mes voyages personnels a été de passer quelques jours avec Päivi Räsänen, la députée finlandaise de haut rang dont les déboires en matière de liberté religieuse sont bien connus . Mais ce qui a frappé chez Mme Räsänen, c’est la joie qui a marqué sa vie. En effet, son discours à Bijbels Beraad portait autant sur l’évangile de Jésus-Christ que sur les difficultés auxquelles elle a été confrontée. Un contraste frappant avec les personnes professionnellement en colère qui peuplent tant le discours chrétien en ligne et qui pourtant n’ont probablement jamais été confrontées aux défis qu’elle a endurés. 

    Lire la suite