Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Témoignages

  • Notre-Dame est réellement apparue à Banneux et son message est vital pour l'Église et pour les chrétiens

    IMPRIMER

    De Thomas Philipp Reiter sur le Tagespost (traduction DeepL) :

    Le Recteur du Sanctuaire : « Ce n’est pas ainsi que Dieu a voulu le monde »

    Léo Palm, recteur du Sanctuaire de Banneux, considère la « Vierge des Pauvres » comme une militante contre le nationalisme.

    19 avril 2024

    Monsieur le Recteur du Sanctuaire, que fête-t-on exactement à Banneux cette année ?

    En 2024, nous célébrerons le 75e anniversaire de la reconnaissance des apparitions mariales. Cela faisait seize ans que l'Église disait : "Vous pouvez être sûr qu'il n'y a pas eu d'absurdités à Banneux, mais que Notre-Dame est réellement apparue et que le message est vital pour l'Église et pour les chrétiens."

    Ce qui est intéressant, c'est que Notre-Dame est apparue à Banneux et à Beauraing, distants de seulement 120 kilomètres - et plus ou moins en même temps. Comment expliquez-vous celà?

    En effet : Notre-Dame est d'abord apparue à Beauraing. Elle s'est montrée 33 fois à cinq enfants. Parfois 20 000 personnes étaient présentes. Les journaux de l’époque regorgeaient d’articles à ce sujet. Les apparitions ont eu lieu entre le 29 novembre 1932 et le 3 janvier 1933. Il est bien sûr très surprenant que douze jours plus tard seulement, Notre-Dame apparaisse à nouveau en Wallonie, ici à Banneux. Cela n'a pas arrangé les choses, car les gens ont d'abord pensé que Mariette Beco, qui a vu Notre-Dame ici, ne faisait que copier. Surtout parce que les journaux regorgeaient de reportages sur Beauraing, les gens soupçonnaient que la jeune fille imaginait tout. Mais ce n'est pas la seule liaison entre Beauraing et Banneux. Il existe une autre référence importante.

    Laquelle ?

    Le curé qui travaillait ici à Banneux fit un pèlerinage à Beauraing le 31 décembre 1932. Il avait entendu parler des prétendues apparitions là-bas et il était donc effectivement présent le soir de l'une d'elles, en compagnie de son frère, qui était également prêtre et professeur dans une école. Les deux hommes sont même restés sur place lorsque 165 médecins et psychologues ont interrogé les enfants à qui Notre-Dame était apparue ce soir-là. 

    Que s'est-il passé là-bas ?

    Bien sûr, les opinions divergeaient énormément. Certains ont dit qu’il y avait peut-être quelque qui s'était produit, d’autres ont dit que c’était absurde. Lorsque les deux frères sont rentrés chez eux, ils ont fait rapport aux gens du quartier. En guise de message final, Notre-Dame dit à l'un des petits voyants de Beauraing : « Je convertirai les pécheurs ». Alors les gens de Banneux ont eu la glorieuse idée qu'il y aurait ce signe si un pécheur se convertissait ici, parce qu'ils étaient assez nombreux. Ils furent même assez téméraires pour choisir un pécheur. Une jeune femme de Banneux était entrée dans les ordres, même si son père s'était battu bec et ongles contre cette vocation. On disait alors que si ce père avait une approche un peu plus positive de la vocation de sa fille, alors on considérait cela comme une conversion. Eh bien, nous ne savons pas ce qu'est devenu ce père. Mais lorsque le curé a entendu parler d'apparitions dans le jardin de la famille Beco, le lundi 16 janvier 1933, il n'y a pas cru car il voulait voir un signe. Il n’en avait parlé à personne, mais il avait déjà traversé une crise de foi très profonde. Finalement, ce prêtre ici s’est converti. Il demanda à Mariette de demander un signe à la belle dame si elle lui réapparaissait. Et c'est ce qui s'est passé le 15 février. La Vierge a répondu à cette demande : « Croyez en moi, je croirai en vous ». Ces paroles sorties de sa bouche touchèrent et même choquèrent si profondément le prêtre que tous ses doutes disparurent soudain et que sa foi fut renforcée. Le jour de sa mort, il déclara que le plus grand miracle de Banneux était sa propre conversion.

    Que peut nous apporter aujourd’hui un site d’apparition mariale ?

    En 1933, la situation économique et sociale était relativement compliquée. Il n'y avait pas de sécurité sociale : ceux qui n'avaient pas de travail étaient pauvres. Alors Notre-Dame apparaît soudain ici à Banneux et répond à la question de Mariette « Qui es-tu, belle dame ? » « Je suis la Vierge des Pauvres ». Un nom complètement nouveau qui n’avait jamais été donné à Notre-Dame auparavant. Elle se donne ce nom et se tient donc résolument du côté des pauvres. Je pense que c'est très important, du moins tant qu'il y aura de la pauvreté. Malheureusement, je crains que la pauvreté ne soit jamais éradiquée.

    Quel rôle joue aujourd’hui la Vierge des Pauvres ? 

    Peut-être que nous, Belges, ne sommes pas aussi mal lotis que beaucoup d'autres, mais ce nom de "Vierge des Pauvres" touche les cœurs, surtout dans les régions les moins développées du monde, les pays dits émergents. Depuis Banneux, nous avons déjà envoyé plus de 7 000 statues de la Vierge Marie en cadeau dans le monde entier car beaucoup de gens n'ont pas la possibilité de venir chez nous. Et comme c'est injuste, il a été dit : Si vous ne pouvez pas venir à la Vierge des Pauvres, alors elle viendra à vous. Il y a aussi ceux qui ont pris des statues d'ici. Bien sûr, nous avons la chance de pouvoir trouver des personnes qui nous soutiennent financièrement. La Vierge des Pauvres, c'est une chose. Mais il y a aussi la source : elle est pour les malades, a dit Notre-Dame. Malheureusement, il y aura des malades jusqu’à la fin des temps. Et elle a ajouté : Cette source est destinée à toutes les nations. Elle a dit cela le mois où Adolf Hitler est arrivé au pouvoir en Allemagne. Elle s'est donc opposée à toute forme de nationalisme et a déclaré : Non, ce n'est pas ainsi que Dieu a voulu le monde. Il ne veut pas qu’un peuple soit au-dessus des autres peuples, qu’une race s’élève au-dessus des autres races, qu’une langue devienne arrogante. Dieu veut rassembler tous les peuples en un seul peuple de Dieu. « Trempez vos mains dans l'eau de la source », dit-elle. Pour moi, c'est simplement un rappel du baptême. Jésus dit : « Allez vers toutes les nations, vers tous les peuples, et baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. » La source nous rappelle simplement le baptême. Et aujourd’hui, des chrétiens du monde entier viennent ici. Vous pouvez voir quels projets Dieu a pour notre monde. Il ne veut certainement pas du nationalisme, mais il veut que toutes les nations s'unissent dans la justice et la paix. Il s’agit bien sûr d’un projet qui a encore beaucoup de travail à faire.

    Qu'est-ce qui attend les pèlerins qui viennent à Banneux ces jours-ci ? 

    Les apparitions de Beauraing ont été officiellement reconnues le 2 juillet 1949. Pour nous à Banneux, c'était le 22 août 1949. Parce qu'il y a ce lien temporel, nous aimerions le célébrer ensemble. L'été est plus approprié que l'hiver. Nous célébrerons donc les reconnaissances entre le 15 et le 31 août. Le 15 août, la fête de l'Assomption de Marie au Ciel est célébrée avec des pèlerins dans les deux lieux. Mais il existe deux autres occasions disponibles. Le 22 août a lieu à Beauraing la grande célébration du Couronnement de Marie au Ciel, car Notre-Dame y est apparue avec une couronne et elle a également montré son cœur d'or. « Je suis la Vierge Immaculée », dit-elle. Ce jour-là nous ferons donc le pèlerinage en bus d'ici à Beauraing.

    Le 31 août est la fête de Marie Médiatrice. C'est une fête mariale typiquement belge. Lorsque, à cause des apparitions de Banneux, un cardinal de Rome tenta d'imposer cette fête dans l'Église universelle, cela ne devint pas un nouveau dogme, mais le Pape permit à nous, Belges, de la célébrer. C'est ainsi que nous le célébrons ici le 31 août, ce qui est tout à fait approprié. Ce jour-là, nous attendons ici des pèlerins de Beauraing. Mais nous espérons aussi que beaucoup d’autres viendront célébrer avec nous ici ce matin une fête internationale. Quand je dis internationale, il s'agit en réalité d'une messe belge car nous la célébrons dans les trois langues nationales : le français, le flamand et l'allemand. Et nous avons la chance que le nouvel archevêque de Malines-Bruxelles, Luc Terlinden, préside la messe. L'après-midi, il bénira les malades, également dans les trois langues. Le soir, nous organisons une procession aux chandelles.

  • Le pèlerinage de Chartres s’attend à une affluence record

    IMPRIMER

    Mathilde de Robien - publié le 16/04/24 in « Aleteia »

    "Le pèlerinage de Chartres organisé par Notre-Dame de Chrétienté à la Pentecôte s'attend à une affluence record pour la deuxième année consécutive."

    Le traditionnel pèlerinage de Pentecôte organisé par Notre-Dame de Chrétienté, qui se déroule cette année du 18 au 20 mai 2024, affiche déjà presque complet, un mois avant le coup d’envoi. Les pèlerins ralliant l’église Saint-Sulpice (Paris) à Notre-Dame de Chartres seront encore plus nombreux cette année qu’en 2023, assurent les organisateurs. Déjà en 2023, le pèlerinage avait rassemblé 16.000 personnes, un record qui avait contraint les organisateurs à clore les inscriptions quinze jours avant le pèlerinage. Cette année, les pèlerins pourraient être environ 2.000 de plus.

    Les organisateurs, tenus par les contraintes administratives, tablent sur une croissance de 10 à 11% pour l’édition 2024. Les inscriptions pour les familles sont déjà closes depuis huit jours, et les inscriptions “adultes” le seront le 16 avril au soir. Il reste néanmoins des places pour les enfants et les “pastoureaux” (13-16 ans). “Les inscriptions ont été anticipées très tôt cette année, notamment par les personnes qui n’ont pas pu participer l’année dernière faute de place”, explique Notre-Dame de Chrétienté. Il est cependant possible de s’inscrire pour rejoindre la colonne le dernier jour du pèlerinage, à la dernière halte avant Chartres, à Saint-Prest, et de marcher deux heures avant la messe de clôture célébrée cette année par le cardinal Gerhard Ludwig Müller, ancien préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Ces derniers mois, il a multiplié les prises de parole, parfois peu amènes, sur de récentes décisions du Vatican.

    Des aménagements nécessaires

    Cette croissance importante attendue nécessite quelques aménagements pour encadrer un si grand nombre de pèlerins. Les bivouacs s’étendront cette année sur des surfaces plus grandes que celles des années précédentes. Et ce n’est pas une, mais deux colonnes de marcheurs, qui s’élanceront à deux heures d’intervalle depuis Saint-Sulpice afin de pouvoir absorber le flux de pélerins. Un premier groupe s’élancera dès 7 heures le samedi matin, et participera à la messe le soir au bivouac de Choisel, tandis que le deuxième groupe démarrera par la messe à Paris avant de prendre la route.

    Autant de pèlerins qui seront amenés à méditer sur les fins dernières, autour du thème : “Je veux voir Dieu”. “La fin dernière n’est pas le baisser de rideau. La fin, c’est le bien absolu, c’est ce qui attire et oriente tout. La fin dernière, c’est Dieu”, souligne l’abbé Jean de Massia, aumônier général de Notre-Dame de Chrétienté. “Cette fin donne tout son enjeu, toute son importance et sa beauté à la vie humaine. Nous sommes des pèlerins : notre patrie se trouve dans les cieux. Seule la pensée de la vie éternelle donne du sens à nos combats terrestres.”

    Lire aussi :[REPORTAGE] Joie éclatante et ferveur des pèlerins arrivant à Chartres

    Lire aussi :L’éternelle jeunesse du “Pélé de Chartres” "

  • L'ONU condamne à nouveau le Pakistan pour les enlèvements, les conversions et les mariages forcés de jeunes filles chrétiennes et hindoues

    IMPRIMER

    De Massimo Introvigne sur Bitter Winter :

    L'ONU condamne à nouveau le Pakistan pour les enlèvements, les conversions et les mariages forcés de jeunes filles chrétiennes et hindoues

    04/16/2024

    Le 11 avril 2024, une déclaration énergique a exhorté les autorités pakistanaises à respecter leurs obligations internationales.

    Le 11 avril 2024, les Nations Unies ont exprimé pour la deuxième fois dans une déclaration officielle leur préoccupation concernant l'enlèvement, la conversion forcée à l'islam et le mariage forcé de jeunes filles appartenant à des minorités religieuses au Pakistan. Le premier document de l'ONU sur la question avait été publié le 16 janvier 2023.

    La nouvelle déclaration est signée par Tomoya Obokata, rapporteur spécial sur les formes contemporaines d'esclavage, y compris leurs causes et leurs conséquences ; Siobhán Mullally, rapporteur spécial sur la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants ; Nicolas Levrat, rapporteur spécial sur les questions relatives aux minorités ; Nazila Ghanea, rapporteuse spéciale sur la liberté de religion ou de conviction, ainsi que par les membres du groupe de travail des Nations unies sur la discrimination à l'égard des femmes et des filles, Dorothy Estrada Tanck (présidente), Claudia Flores, Ivana Krstić, Haina Lu et Laura Nyirinkindi.

    La situation ne s'est pas améliorée par rapport à 2023, indique le texte. "Les filles chrétiennes et hindoues restent particulièrement vulnérables à la conversion religieuse forcée, à l'enlèvement, à la traite, au mariage précoce et forcé, à la servitude domestique et à la violence sexuelle. L'exposition des jeunes femmes et des filles appartenant à des communautés religieuses minoritaires à ces violations odieuses des droits de l'homme et l'impunité de ces crimes ne peuvent plus être tolérées ou justifiées".
    Le document note que "les mariages forcés et les conversions religieuses de filles appartenant à des minorités religieuses qui ont été obtenus sous la contrainte sont validés par les tribunaux, qui invoquent souvent le droit religieux pour justifier le maintien des victimes auprès de leurs ravisseurs au lieu de les autoriser à les rendre à leurs parents. Les auteurs échappent souvent à toute responsabilité, la police rejetant les crimes sous prétexte de "mariages d'amour".

    "Bitter Winter" a couvert plusieurs cas de ce type, où les filles enlevées étaient mineures, alors que les tribunaux pakistanais affirmaient que leurs certificats de naissance étaient "incorrects" et qu'elles avaient en fait un "âge biologique" supérieur à 18 ans. Le document des Nations unies mentionne le cas de la chrétienne "Mishal Rasheed - une jeune fille qui a été enlevée sous la menace d'une arme à feu alors qu'elle se préparait à aller à l'école en 2022. Rasheed a été agressée sexuellement, convertie de force à l'islam et contrainte d'épouser son ravisseur". Un autre cas, ajoute le texte, s'est produit le 13 mars 2024, lorsqu'"une jeune chrétienne de 13 ans aurait été enlevée, convertie de force à l'islam et mariée à son ravisseur après que son âge ait été enregistré comme étant de 18 ans sur le certificat de mariage".

    Mishal Rasheed. From X.

    Mishal Rasheed. De X.

    Les autorités pakistanaises doivent promulguer et appliquer rigoureusement des lois garantissant que les mariages ne sont contractés qu'avec le libre et plein consentement des futurs époux, et que l'âge minimum du mariage est porté à 18 ans, y compris pour les filles. Toutes les femmes et les filles doivent être traitées sans discrimination, y compris celles qui appartiennent aux communautés chrétienne et hindoue, voire à d'autres religions et croyances.

    Les Nations unies demandent instamment au Pakistan "de traduire les auteurs en justice, d'appliquer les protections juridiques existantes contre les mariages d'enfants, les mariages précoces et forcés, les enlèvements et la traite des filles appartenant à des minorités, et de respecter les obligations internationales du pays en matière de droits de l'homme".

  • Kateri Tekakwitha : la première femme indienne d'Amérique du Nord canonisée (17 avril)

    IMPRIMER

    Kateri Tekakwitha (1).jpgEn 2012, à la veille de sa canonisation (21 octobre), le site des jésuites de France présentait ainsi Kateri Tekakwitha (fêtée aujourd'hui) :

    Kateri Tekakwitha est née en 1656 à Ossernenon (Auriesville, New York) d'une mère algonquine chrétienne et d'un père agnier (Les Algonquins, les Agniers - ou Iroquois - et les Hurons étaient des tribus des Indiens d'Amériques du Nord).

    En 1660, une épidémie de petite vérole lui enlève ses père, mère et petit frère. La petite échappe à la mort, mais la maladie lui laisse la vue affaiblie et le visage grêlé. Avec les autres survivants, elle s'installe un peu à l'ouest de son village natal et plus tard sur la rive nord de la Mohawk.

    Dès l'âge où les jeunes Indiennes pensent aux fiançailles, son oncle, un des chefs du village ainsi que ses tantes lui cherchent un mari convenable. Consternation des siens : elle ne veut épouser aucun des prétendants. Ses parents usent de ruse et de force pour la fléchir, rien n'y fait. Son seul désir: recevoir le baptême.

    En 1675, Jacques de Lamberville, jésuite, avait prit la direction de la Mission Saint-Pierre, de Gandaouagué. La jeune fille lui confie le secret de son coeur – devenir chrétienne ! Cependant le P. de Lamberville, tout en admirant sa simplicité et sa foi, l'oblige de suivre la voie ordinaire des catéchumènes. Six mois plus tard, le dimanche de Pâques 1676, le missionnaire la baptise. Elle a vingt ans.

    Lire la suite

  • Belgique : le malaise des soignants confrontés à l’acte euthanasique

    IMPRIMER

    Lu sur Aleteia (Sylvie-Marie Clerget) :

    En Belgique, le malaise des soignants confrontés à l’acte euthanasique

    16/04/24

    Infirmière française dans une unité de soins palliatifs à Bruxelles où l’euthanasie est pratiquée, Sylvie-Marie Clerget témoigne du malaise des soignants écartelés entre le respect de la volonté des patients qui demandent la mort et leur conscience qui s’y oppose, de manière parfois confuse. Interrogée par Aleteia, elle dénonce le "débat truqué" sur l’humanisme de l’acte euthanasique.

    Aleteia : Comment définissez-vous l’esprit dans lequel travaille une unité de soins palliatifs ?

    Sylvie-Marie Clerget : Les soins palliatifs constituent une philosophie du “care”, une véritable culture qui demande à s’étendre à tous les domaines du soin. Aujourd’hui, cette culture s’applique à la fin de vie, plus précisément lorsque le patient a demandé l’arrêt des traitements curatifs de sa maladie qui, il le sait, va le conduire à court ou moyen terme, à la mort. Cette personne a accepté sa finitude et, plus ou moins sereinement, la perspective inéluctable toute proche à présent pour elle, de quitter ce monde. La mission des soins palliatifs est de prendre soin de ces derniers temps, d’être aux petits soins pour cette personne. C’est la volonté d’offrir une qualité de vie aux jours qui restent quand la quantité n’y est plus.

    Quelle est votre approche de la personne en fin de vie ?

    La prise en charge d’une personne humaine en fin de vie est dite holistique, c’est-à-dire qu’elle s’intéresse à toutes les dimensions de la personne : physique bien sûr, avec en priorité la gestion de la douleur et des symptômes inconfortables tels la dyspnée, les vomissements, l’anxiété ou les hémorragies, mais aussi, de façon positive, en apportant du bien-être à ce corps qui n’est parfois plus que souffrance, peut-être en vue d’une réconciliation, d’une réappropriation… Mais nous mettons sur le même plan le corps et les aspects psychologique, socio-familial et, ce n’est pas le moindre, cet élan de transcendance qui habite tout homme, que l’on désigne par le terme “spirituel”. En sachant que dans les derniers moments, il n’y a souvent plus qu’une présence silencieuse, une main que l’on tient, bref une communion d’amour dont on pressent que c’est la seule chose qui compte. Que dire en effet à quelqu’un qui n’est déjà plus tout à fait là, qui cherche à se libérer des dernières entraves le retenant encore en ce monde et qui se situe dans une réalité que nous ne connaissons pas, au-delà de la nôtre ? À ce stade, seule l’humilité et cette perméabilité à l’autre peuvent nous dicter l’attitude juste.

    Lire la suite sur Aleteia

  • Benoît-Joseph Labre, un vagabond mystique célébré par Paul Verlaine

    IMPRIMER

    « Saint Benoît-Joseph Labre, la seule gloire française
    du XVIIIème siècle, mais quelle gloire ! »
    Verlaine (1844 – 1896)

    SAINT BENOIT-JOSEPH LABRE

    Comme l'Eglise est bonne, en ce siècle de haine
    D'orgueil et d'avarice et de tous les péchés,
    D'exalter aujourd'hui le caché des cachés
    Le doux entre les doux à l'Ignorance humaine.
    Et le mortifié sans pair que la Foi mène
    Saignant de pénitence et blanc d'extase, chez
    Les peuples et les saints qui, tous sens détachés,
    Fit de la Pauvreté son épouse et sa reine,
    Comme un autre Alexis, comme un autre François
    Et fut le Pauvre affreux, angélique, à la fois
    Pratiquant la douceur, l'horreur de l'Evangile !
    Et pour ainsi montrer au monde qu'il a tort
    Et que les pieds crus d'or et d'argent sont d'argile
    Comme l'Eglise est bonne et que Jésus est fort !

    (Paul Verlaine – « Souvenirs » 1881)

    Une très belle notice est consacrée à ce saint fêté aujourd'hui et qu'un sénateur français désignait ainsi : « Un exemple de paresse et d’obscurantisme sanctifié sous prétexte qu’il était mort en état de crasse » (au moment de la canonisation de Benoît Labre en 1881 par le pape Léon XIII).

  • Saint Benoît Labre (16 avril)

    IMPRIMER

    De Raymond Martel, prêtre, sur le site des amis de saint Benoît Labre :

    Biographie de saint Benoît Labre

    maison

    Benoît Labre est né le 26 mars 1748 à Amettes en France. Il est l'aîné de quinze enfants d'une famille de cultivateurs.

    Très tôt, Benoît rêve d'une vie totalement donnée à Dieu. Il se sent de plus en plus attiré par la solitude et la prière. Il veut devenir moine. Après de nombreux essais sans succès, Benoît découvre que le Seigneur ne l'appelle pas à vivre dans un monastère. Dieu l'attend ailleurs.

    Une fois de plus, Benoît se met en route, mais cette fois-ci pour un long pèlerinage. Dans les divers sanctuaires situés sur son chemin, il s'arrête pour de très longs moments de prière.

    tableau

    Petit à petit, Benoît découvre que sa vocation est celle d'être pèlerin. Assoiffé de Dieu, c'est sur la route qu'il le rencontre. Un bâton à la main et un chapelet au cou, dans une vie de pauvreté et de prière, Benoît parcourt les routes d'Europe.

    Tourné vers Dieu, le coeur de Benoît l'est également vers les autres. Vivant au jour le jour, il trouve le tour de partager le peu qu'il a avec les pauvres de son entourage.

    À Rome, où Benoît passe les dernières années de sa vie, il est surnommé "le pauvre des Quarante-Heures"; on le retrouve en adoration dans les églises où le Saint-Sacrement est exposé. L'Eucharistie est au coeur de sa vie et de sa prière.

    Le 16 avril 1783, Benoît meurt à Rome à l'âge de 35 ans. La nouvelle se répand par la bouche des enfants : «Le saint est mort ! Le saint est mort !» Des miracles lui sont immédiatement attribués; ils contribueront même à la conversion de John Thayer, un ministre presbytérien.

    Le 9 février 1873, en présence du Saint-Père et à sa demande, Mgr Dominique Bartolini, secrétaire de la congrégation des Rites, procède à la lecture du décret annonçant l'éventuelle canonisation du bienheureux Benoît Labre (Voir compte-rendu de cette cérémonie et le texte intégral du décret dans les Annales catholiques, N° 62, 22 février 1873, p. 218-224). Près de neuf ans plus tard, le 8 décembre 1881, Benoît est déclaré saint.

  • La guerre civile au Soudan ne laisse subsister aucun séminariste et presque pas d'Eglise catholique

    IMPRIMER

    D'Andrés Henríquez sur CNA :

    La guerre civile au Soudan ne laisse subsister aucun séminariste et presque pas d'Eglise catholique

    13 avril 2024

    La troisième guerre civile soudanaise a terriblement affecté le pays tout entier, mais surtout l'Église catholique locale qui, selon la fondation pontificale Aide à l'Église en détresse (AED), n'a plus de séminaristes et a pratiquement disparu du pays.

    Depuis le 15 avril 2023, des affrontements armés ont éclaté au Soudan entre l'armée, commandée par le président Abdel Fattah al-Burhan, et les Forces de soutien rapide (RSF), un groupe paramilitaire dirigé par Mohammed "Hemedti" Hamdan Dagalo, le vice-président du pays.

    Les deux parties ont conjointement déposé le régime de transition, établi après le renversement du dictateur Omar al-Bashir en 2019. Une fois leur objectif atteint, l'armée soudanaise et les FAR se sont affrontées pour le contrôle des richesses du pays, en particulier l'or et le pétrole.

    Hamdan possède plusieurs mines d'or dans le nord du pays. En 2022, selon les chiffres officiels, le Soudan a exporté près de 2,5 milliards de dollars d'or (41,8 tonnes), ce qui en fait le troisième producteur de ce métal précieux en Afrique.

    La partie armée du conflit contrôle des biens immobiliers et des entreprises de toutes sortes, qu'elle refuse de céder à un gouvernement civil qui ne s'aligne pas sur ses intérêts.

    Selon ACN, aucun des belligérants n'est prêt à céder et l'avenir de la guerre civile est sombre.

    Au cours de l'année écoulée, les violences ont fait plus de 13 900 morts et plus de 8,1 millions de personnes ont été contraintes de quitter leur foyer (1,8 million de personnes ont fui le pays), selon les chiffres officiels.

    Cette situation tragique a réduit la présence de l'Église catholique au Soudan "à presque rien", selon la fondation pontificale. Kinga Schierstaedt, responsable des projets de l'AED au Soudan, rappelle qu'avant la guerre, les catholiques ne représentaient que 5 % de la population.

    L'Église catholique "était tolérée et pouvait gérer quelques hôpitaux et écoles, mais elle n'était pas autorisée à proclamer ouvertement sa foi", a-t-il déclaré. Plus de 90 % de la population soudanaise professe l'islam sunnite comme religion.

    Après le renversement du dictateur Al-Bashir, certaines garanties de liberté religieuse se sont améliorées dans ce pays africain, comme l'abolition de diverses peines imposées par le code pénal de la charia (loi religieuse islamique régissant tous les aspects publics et privés de la vie).

    L'AED a expliqué que le peuple soudanais a toujours considéré l'Église comme un "refuge" et que, lorsque la guerre a éclaté, de nombreuses personnes se sont réfugiées dans les églises. Cependant, de nombreux missionnaires et communautés religieuses ont été contraints de quitter le pays, si bien que les paroisses, les hôpitaux et les écoles ont cessé de fonctionner.

    Le séminaire préparatoire de Khartoum a également fermé ses portes. Certains séminaristes ont réussi à se réfugier dans le pays voisin, le Sud-Soudan, où ils poursuivent leur formation. De nombreux chrétiens ont dû quitter le pays à pied ou en empruntant le Nil, pour se retrouver dans des camps de réfugiés, où la survie "est un combat quotidien".

    Entre-temps, l'évêque de Khartoum, Michael Didi, n'a pas pu retourner dans sa ville, et l'évêque d'El Obeid, Tombe Trile, vit désormais dans la cathédrale car sa maison a été partiellement détruite.

    Bien que la survie de l'Église au Soudan soit remise en question, des signes d'espoir montrent que la destruction ne sera pas totale : "Seize nouveaux chrétiens ont été baptisés à Port-Soudan pendant la veillée pascale et 34 adultes ont été confirmés à Kosti. Nous devons donc garder l'espoir au milieu des ténèbres", a déclaré l'un des partenaires de projet de l'AED dans le pays.

    Le Soudan et le Sud-Soudan partagent la même conférence épiscopale. A partir de ce signe d'unité, l'AED continue de soutenir les plus vulnérables et les victimes de la violence de la guerre.

    "L'Église du Sud-Soudan se prépare à l'avenir en aidant les chrétiens soudanais à se préparer à la paix de demain", a déclaré M. Schierstadt.

    Andrés Henríquez est un écrivain vénézuélien spécialisé dans la religion et la politique. Il a plus de cinq ans d'expérience dans les médias bilingues. Il est membre de la Fédération Regnum Christi.

  • Une nouvelle sainte et deux bienheureux martyrs victimes des "rouges espagnols"

    IMPRIMER

    De Vatican News (Alessandro De Carolis) :

    Une future sainte italienne et deux martyrs espagnols bientôt bienheureux

    Le Pape François a reçu samedi 13 avril le cardinal Marcello Semeraro, préfet du dicastère pour la Cause des Saints, et autorisé la canonisation de la fondatrice des Oblats du Saint-Esprit, ainsi que la béatification d'un prêtre et d'un laïc, tous deux assassinés en 1936 en Espagne.

    La vocation d’une femme déterminée à la suivre au-delà des obstacles imposés par sa famille, le courage de deux autres Espagnols qui, pendant la guerre civile, n'ont pas renié l'Évangile devant le canon d'un fusil, et les capacités de médiation d'une femme consacrée représentent les parcours de quatre nouveaux témoins de la foi mis en lumière dans les décrets approuvés samedi 13 avril par le Pape lors de l'audience avec le cardinal Marcello Semeraro, préfet du dicastère pour la Cause des Saints.

    Elena Guerra, bientôt sainte

    Le premier témoignage est celui d'Elena Guerra. La future sainte est né en 1835 à Lucques en Toscane, où elle termina également sa vie en 1914. Elle naquit dans une famille noble qui l'éduqua aux valeurs chrétiennes et, dès l'âge de vingt ans, elle se montra sensible à la vie en communauté. Elle donne vie d'abord au «Giardinetto di Maria», puis aux «Amicizie spirituali», deux formes d'agrégation de femmes laïques qui permettent aux jeunes femmes de bénéficier d'une aide spirituelle réciproque. Lors d'une visite à Rome avec son père, elle est émue par la vue de Pie IX et décide de se consacrer. Sa famille s’y oppose, mais Elena Guerra n'abandonne pas et fonde en 1882 les Oblates du Saint-Esprit. 

    Les dernières années de la vie de la bienheureuse furent marquées par des malentendus avec certaines sœurs, qui l'accusaient de mauvaise gestion, à tel point qu'Elena, âgée et malade, décida de se retirer de la Congrégation et de quitter ses fonctions de supérieure. Jean XXIII la proclame bienheureuse en 1959.

    Les martyrs d'Espagne

    D'Espagne émergent les parcours de deux autres hommes, futurs bienheureux, qui pendant la guerre civile espagnole, comme tant d'autres, ont défié la haine antichrétienne et la férocité persécutrice des milices républicaines avec une constance dans la foi. Il s'agit d'un prêtre diocésain, Gaetano Clausellas Ballvé, né en 1863, originaire de Sabadell, et d'un laïc, père de famille, Antonio Tort Reixachs, né en 1895 près de Barcelone. Tous deux ont été tués en 1936.

    Le premier, aumônier d'une maison de retraite, est arrêté par des miliciens le 14 août 1936 et abattu d'une balle dans le dos le lendemain à l'aube. Le laïc, père de onze enfants, très dévoué à l'Eucharistie et à la Vierge, sera déclaré «coupable» d'avoir donné refuge à des religieux dans sa maison. Dans la nuit du 3 au 4 décembre 1936, Antonio Tort Reixachs est pris d'assaut par des hommes armés, qui saccagent sa maison, dégradent les images sacrées, le torturent dans un couvent transformé en prison, puis l'abattent près du cimetière de Montcada.

    La bienheureuse Elisa Martinez

    Les décrets approuvés par le Pape reconnaissent également les vertus héroïques de la Servante de Dieu Teresa Lanfranco (née Annunziata Addolorata), venant de Gallipoli dans les Pouilles et décédée en 1989 à Rome, à l’âge de 69 ans. Son éducation, imprégnée de valeurs chrétiennes, la prépare pour sa rencontre décisive en 1937 avec la bienheureuse Elisa Martinez, fondatrice d’un institut de vie religieuse consacré à l'apostolat paroissial et à la formation des jeunes filles.

    Teresa rejoint la communauté de Botrugno, dans la région de Lecce, et devient dès lors une fidèle collaboratrice de la fondatrice. Après la Seconde Guerre mondiale, la religieuse se rend avec son noviciat à la Maison générale de Rome. Au sein de la communauté, elle accomplit un travail de pacification et de médiation jusqu’à ce que dans les années 1960, l'Institut connaisse une grave crise interne, due à la rébellion de certaines sœurs.

    En 1987, la bienheureuse Elisa Martinez quitte le poste de supérieure générale pour des raisons de santé, mais Teresa, bien que choisie à sa place, n'accepta pas, préférant rester vicaire de la nouvelle élue. Outre la Vierge, elle était liée par une dévotion particulière à saint Joseph, qu'elle considérait comme le saint de la Providence et à qui elle se confiait constamment.

  • 30e anniversaire de la mort du Professeur Jérôme Lejeune : une personnalité visionnaire au service des personnes porteuses de trisomie 21

    IMPRIMER

    De la Fondation Jérôme Lejeune :

    Pr Lejeune
    Communiqué de presse

    Avril 2024

    30e anniversaire de la mort du Professeur Jérôme Lejeune : une personnalité visionnaire au service des personnes porteuses de trisomie 21

    Il y a 30 ans disparaissait Jérôme Lejeune. Ce pionnier de la génétique moderne a consacré sa vie au soin des personnes porteuses de trisomie 21, à la recherche d’un traitement contre la déficience intellectuelle et à la défense de leurs droits. Il fait l’objet d’attaques infondées depuis plusieurs années.

    Un pionnier de la génétique aux intuitions étonnantes

    Spécialiste des radiations atomiques dont il est officiellement expert auprès de l’ONU, repéré dès 1954 par les Américains comme le plus prometteur des jeunes généticiens français, codécouvreur de la trisomie 21 en 1959, titulaire de la première chaire de génétique fondamentale à la Faculté de Médecine de Paris, créateur du premier certificat de cytogénétique et de celui de génétique générale : Jérôme Lejeune est un pionnier et un visionnaire. Ses nombreuses intuitions scientifiques ont favorisé des découvertes fondamentales, comme celle de la trisomie 21 ou encore des notions de type et de contretype.

    Trente ans après sa mort, l’évolution de la recherche médicale tend à valider son intuition majeure : des avancées considérables laissent espérer un traitement possible de la déficience intellectuelle dans la trisomie 21. Fait notable, un des projets les plus avancés concerne le gène cystathionine β-synthase (CBS) dont le rôle dans la déficience intellectuelle avait été suggéré par le Professeur Lejeune.

    Prophète et professeur d’espérance

    Peu après la découverte de la trisomie 21 en 1959, Jérôme Lejeune comprit que sa découverte serait utilisée pour éradiquer les personnes porteuses de trisomie 21 avant leur naissance, avec l’émergence de ce qu’il appelait le « racisme chromosomique ». Il se fit dès lors l’avocat de ces patients, défendant par le monde entier la dignité de toute vie humaine, dénonçant la transgression du serment d’Hippocrate et la dérive eugéniste d’une médecine par la mort. Son engagement lui valut d’être peu à peu ostracisé du monde scientifique et régulièrement menacé de mort.

    IMG, IVG, PMA, euthanasie, mères porteuses : le professeur Lejeune annonçait calmement l’inéluctable, à une époque où certaines de ces transgressions semblaient impensables. Cela ne l’empêchait pas de mener son combat pour le respect de la vie humaine, avec une énergie qui était un fruit de l’espérance. Pour lui, la médecine par la mort était la mort de la médecine, mais elle était aussi un triomphe dérisoire, car “c’est la vie qui seule peut gagner.”

    Une contestation infondée

    Le Professeur Lejeune a récemment fait l’objet d’attaques contestant son rôle dans la découverte de la trisomie 21. Outre de nombreuses incohérences, aucun des arguments présentés ne résiste aux preuves historiques. Jérôme Lejeune a clairement eu le rôle moteur et celui de coordinateur des recherches, sous l’impulsion du chef de service Raymond Turpin. Il a identifié à la date du 22 mai 1958, pour la première fois, un chromosome 21 surnuméraire chez un patient « mongolien », comme l’indiquent les notes de son Carnet de laboratoire. Il part ensuite trois mois aux États-Unis pendant lesquels sa collègue Marthe Gautier ne compte que 46 chromosomes (précision indiquée dans un courrier du Pr. Turpin) alors que Jérôme Lejeune en obtient 2 autres à 47 chromosomes à son retour en décembre 1958. Ce seront les trois cas répertoriés dans la publication de janvier 1959 qui marque la découverte.

    Cela ne contredit en rien le rôle majeur joué dans la découverte par Marthe Gautier grâce à la technique de culture cellulaire qu’elle avait rapporté des États-Unis, sur laquelle Lejeune et elle travailleront pour parvenir à colorer les chromosomes et faciliter le décompte. Elle fut co-signataire de la publication de 1959 et honorée publiquement par Jérôme Lejeune lors de sa Leçon inaugurale de 1965 à l’Académie de médecine de Paris. La correspondance entre Lejeune et Gautier montre qu’ils eurent durablement une relation de travail active et confiante.

    Un dossier étayé incluant des archives est consultable en ligne.

  • Joseph Moscati, un saint médecin napolitain (12 avril)

    IMPRIMER

    Saint Joseph Moscati, médecin et saint de Naples (d'Evangile au Quotidien)

    Giuseppe Moscati naît à Bénévent (en Campanie), le 25 juillet 1880, du magistrat Francesco Moscati et Rosa De Luca, des marquis de Roseto. Il fut baptisé six jours après la naissance, le 31 juillet 1880. En 1884, la famille s’installa à Naples car Francesco Moscati fut nommé Président de la Cour d’Appel de cette ville.

    Giuseppe fit sa première communion le 8 décembre 1888 et reçut le sacrement de confirmation, par Monseigneur Pasquale De Siena, le 3 mars 1890. 

    En 1889 entre au lycée classique Vittorio Emanuele de Naples (votre serviteur a fréquenté le même lycée) où, en 1897, il obtient son baccalauréat avec mention.

    Ému par l'accident d'un de ses frères, il décide de se mettre au service des malades et s'inscrit à la faculté de médecine. Il soutient une thèse sur l'uréogenèse hépatique, le 4 août 1903, et obtient son doctorat en médecine avec les félicitations du jury.

    Lire la suite

  • "Dignitas Infinita" trace une "ligne claire" sur la théorie du genre et reçoit de nombreux éloges

    IMPRIMER

    De Jonathan Liedl sur le National Catholic Register :

    "Dignitas Infinita" du Vatican trace une "ligne claire" sur la théorie du genre et reçoit de nombreux éloges

    Le document "surprenant" offre une affirmation convaincante de l'enseignement de l'Église sur le sexe et le genre, que certains experts qualifient de "changement de donne".

    9 avril 2024

    Dans les semaines qui ont précédé la publication d'un nouveau document du Vatican sur la dignité humaine, certains ont pensé que le texte allait provoquer une onde de choc dans toute l'Église.

    Après tout, le même bureau responsable de Dignitas Infinita, le Dicastère pour la Doctrine de la Foi (DDF), avait provoqué une controverse mondiale quatre mois et demi plus tôt, avec la promulgation de Fiducia Supplicans, la déclaration du 18 décembre qui approuvait les bénédictions non liturgiques des couples de même sexe.

    Mais si l'on en croit les premières réactions à Dignitas Infinita (Dignité infinie), publiée le 8 avril sous la direction du préfet de la DDF, le cardinal Víctor Manuel Fernández, principal auteur de Fiducia, il semble que ce soit plutôt l'inverse qui se soit produit.

    "Quiconque cherche - avec espoir ou crainte - une révolution dans la doctrine de l'Église ne la trouvera pas ici", a déclaré Stephen White, directeur exécutif du Projet catholique à l'Université catholique d'Amérique, au sujet du nouveau texte.

    Au contraire, les experts consultés par le Registre s'accordent à dire que la nouvelle déclaration est à la fois une réarticulation convaincante de l'enseignement de l'Église sur la dignité humaine et une application opportune de ces principes à certaines des questions les plus controversées du moment, en particulier la théorie du genre.

    La théorie du genre

    Bien que Dignitas Infinita aborde également des questions telles que l'avortement, la guerre et la pauvreté, c'est son traitement en six paragraphes de la théorie du genre et des procédures de changement de sexe qui a suscité le plus d'attention de la part des médias catholiques et grand public. Et pour cause : C'est la première fois que l'autorité universelle de l'enseignement de l'Église se prononce sur le sujet avec autant d'insistance. Certains experts catholiques en matière de genre et d'identité sexuelle décrivent le document du DDF ( ) comme un véritable bouleversement.

    Par exemple, Abigail Favale a qualifié de "bombe" la déclaration selon laquelle "toutes les tentatives d'occulter la référence aux différences sexuelles inéliminables entre l'homme et la femme doivent être rejetées".

    Mme Favale, qui fait autorité en matière de genre dans une perspective chrétienne à l'Institut McGrath pour la vie ecclésiale de l'Université de Notre-Dame, a déclaré au Register que la déclaration "ratisse large", en affirmant non seulement que les tentatives médicales visant à modifier l'apparence sexuelle d'une personne sont incompatibles avec la dignité humaine, mais aussi que l'utilisation d'un "langage qui occulterait la réalité de la différence sexuelle" l'est également.

    Mme Favale a également souligné une phrase similaire qui souligne que "toute intervention de changement de sexe" menace "la dignité unique que la personne a reçue dès le moment de la conception", ce qui constitue une interdiction claire non seulement des procédures chirurgicales, mais aussi des interventions hormonales qui modifient les caractéristiques sexuelles secondaires.

    Lire la suite