Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Témoignages

  • Il est urgent que la bioéthique retrouve l’amitié de la nature humaine

    IMPRIMER

    De Gènéthique magazine :

    François-Xavier Putallaz : « La nature ne se laisse pas manipuler »

    30 Juin, 2022

    Alors que l’écologie, le climat, l’environnement sont au cœur de l’actualité, la notion de nature est souvent mal comprise. Le philosophe François-Xavier Putallaz, professeur à l’Université de Fribourg et auteur de Qu’est-ce que la nature ?, a accepté de répondre aux questions de Gènéthique.

    Gènéthique : En quoi la bioéthique est-elle influencée par la question de la nature ?

    François-Xavier Putallaz : Aujourd’hui la bioéthique oscille entre deux extrêmes : la raison débarrassée de la nature, ou l’utilitarisme avec son calcul visant à maximiser le plaisir. Ayant rejeté la possibilité de toute connaissance en profondeur des choses naturelles, il ne restait à la pensée de Kant que la pure raison, ce qu’on appelle « l’impératif catégorique » : la raison dicte de manière rigide les comportements. A l’autre extrême, l’utilitarisme évalue une technique biomédicale en fonction des seules conséquences, avantages et souffrances qu’elle implique : la bioéthique se réduit à une mise en balance des intérêts. Dans les deux cas, la nature est écartée.

    Pour éviter ces deux positions extrêmes, nous invitons à reconsidérer en profondeur la nature des choses et surtout la nature humaine, car celle-ci fournit les normes adéquates pour le comportement et pour la technique. C’est une forme d’écologie intégrale à laquelle tout le monde aspire actuellement. Ce livre prétend offrir quelques clarifications indispensables.

    G : Quelles sont les conséquences sur la bioéthique de l’opposition caractéristique de la pensée actuelle entre liberté et nature ?

    FXP : L’opposition est en effet radicale aujourd’hui entre liberté et nature : ou bien, dit-on, il faut respecter les processus naturels sans que les humains y interviennent ; ou bien, on absolutise la liberté individuelle, qui se prétend souveraine : selon la formule de Descartes, on rendrait l’homme « comme maître et possesseur de la nature ». La conséquence en est une arrogance outrancière, où l’individu se met au centre, au point de détruire les ressources naturelles : la crise écologique est manifeste. En bioéthique cette même déviance s’exprime dans la prétention à « l’autonomie reproductive » pour le début de la vie : toute technique devrait être mise à disposition de la liberté individuelle de réaliser tous ses désirs. Une femme ne peut porter d’enfant ? Alors la Grossesse pour Autrui (GPA) est aussitôt réclamée, sans qu’on s’inquiète de la « nature » ni de la servitude que cela impose à des femmes exploitées dans leur corps. De même pour la fin de vie : puisque la liberté individuelle est absolutisée, elle se prétend maîtresse de la vie comme de la mort. Et cela est si ancré dans nos mentalités depuis 300 ans, qu’on ne voit même plus ce qui pourrait poser problème.

    Or problème il y a dans les deux cas : par nature, on ne peut sans dégât majeur arracher un enfant à une femme qui l’a porté durant 9 mois ; par nature, on peut difficilement revendiquer un « droit de mourir », comme si nous maîtrisions tout. Si on comprend certes les souffrances et les aspirations de chacun, euthanasie et GPA ne trouvent pourtant aucun fondement naturel et rationnel.

    G : Comment trouver le chemin d’une réconciliation entre l’homme et la nature qui soit normative, une éthique applicable en bioéthique ?

    FXP : Le problème vient que la notion de « nature », que je viens d’employer, est comprise de manière inadéquate. On réduit hélas la « nature » à l’ensemble des phénomènes physiques et biologiques du monde qui nous entoure et du corps humain. Dans ce sens, évidemment, la nature n’est pas normative : une paire de lunettes n’est pas naturelle. Mais il faut entendre le terme « nature » dans un sens bien plus riche et plus large : c’est l’essence d’une chose, aspirant à se réaliser pleinement. « Par nature » les yeux sont faits pour voir : la technique (lunettes ou opérations au laser) est justifiée parce qu’elle contribue à la réalisation de cette finalité. Les lunettes sont en ce sens naturelles : elles vont dans la direction indiquée par la nature.

    Par nature un enfant est destiné à naître dans une famille avec un père et une mère. Une technique (GPA) qui dissocie la parentalité ne va pas dans le sens de la nature.

    Mais ce langage est inaudible actuellement, car il heurte une liberté absolutisée et la volonté de réaliser ses désirs à n’importe quel prix dans une société de consommation déviante. Ce que nous défendons au contraire, c’est une liberté qui, au lieu de porter atteinte à la nature extérieure (source de la crise écologique), au lieu de brimer la nature humaine (comme si le corps humain était un bien de consommation), discerne la finalité inscrite de la nature et développe des moyens techniques qui la respectent et la perfectionnent. Nous prônons une amitié de la liberté et de la technique avec la nature. Car la technique n’est pas auto-normative : elle n’a de sens que si elle est au service de l’humain, et notamment des plus faibles.

    G : La nature peut-elle remettre en cause les choix qui ont été faits ces dernières décennies en matière de bioéthique ?

    FXP : L’avenir le dira. Mais de même que, sous nos yeux, la nature environnante réagit avec force à la violence d’une exploitation exagérée, de même la nature humaine réagira aux exagérations dans l’utilisation des techniques qui ne respectent pas sa finalité. A qui fera-t-on croire qu’une « mère porteuse » sort indemne de cette aventure ? Croit-on vraiment que les proches ne seront pas impactés à long terme par un suicide médicalement assisté ?

    La nature ne se laisse pas manipuler : elle est si imprégnée de finalités qu’elle finira par s’imposer à toute liberté qui ne se résout pas à la respecter.

    C’est le sens de ce livre : la nature n’est pas figée dans un passé derrière nous (ça c’est le natif), mais elle est devant nous, comme accomplissement que l’homme réalise librement (ça c’est le naturel). Il est urgent que la bioéthique retrouve l’amitié de la nature humaine, car c’est à cette « écologie intégrale » qu’aspire notre humanité.

  • Une émission KTO dans la série « La foi prise au mot » : l’Eglise en Afrique

    IMPRIMER

    Dans le cadre de la programmation spéciale autour de la venue du pape François au Congo et au Soudan du sud, Régis Burnet réunit deux experts de l’Eglise en Afrique pour évoquer non seulement l’histoire de l’évangélisation mais aussi ses enjeux aujourd’hui. L’annulation, ou plutôt le report du voyage du Pape, n’empêche pas KTO de proposer cette fois ci, pour les francophones d’Europe mais aussi pour les centaines de milliers d’Africains qui attendent avec beaucoup d’espoir cette visite, ce complément à notre programmation. Le bibliste Régis Burnet reçoit Jean Pirotte et Mathieu Zana.

  • Une énième interview fleuve du pape

    IMPRIMER

    Interview du Pape François à l'agence de presse argentine Télam, avec la journaliste Bernarda Lorente., publiée le 1er juillet 2022.

    Le pape a accordé une très longue interview à l'Agence d'information argentine TELAM (traduction automatique) :

    "ON NE SORT PAS D'UNE CRISE PAR NOUS-MÊMES : NOUS DEVONS PRENDRE DES RISQUES ET PRENDRE LA MAIN DE L'AUTRE"

    par Bernarda Llorente

    01.07.2022

    Dehors, le soleil de plomb ne semble pas décourager les milliers de touristes qui, en plein soleil, partagent des files interminables pour entrer dans la Cité du Vatican. À quelques mètres de là, à la Casa Santa Marta, malgré son emploi du temps chargé, il avance pas à pas. Des mouvements étranges annoncent son arrivée.

    François, sa Sainteté, le pape argentin, l'un des leaders qui fixent l'agenda social et politique du monde, s'avance vers moi avec un sourire radieux sur le visage. Il a l'air complètement remis. Conscient de toutes les transformations mises en place pendant ses neuf années de papauté et avec une vision à long terme concernant l'avenir de l'humanité, la foi et le besoin de nouvelles réponses. Alors que nous entrons ensemble dans la salle où aura lieu, pendant une heure et demie, la conversation exclusive avec Télam (l'agence de presse nationale argentine), je sais que ce 20 juin est un jour exceptionnel et unique pour moi.

    - François, vous avez été l'une des voix les plus importantes dans un moment d'extrême solitude et de peur dans le monde, pendant la pandémie. Vous l'avez définie comme les limites d'un monde en crise économique, sociale et politique. Et vous avez ajouté : "Nous ne sortons pas d'une crise comme avant. Nous en sortons soit meilleurs, soit pires". Dans quel sens pensez-vous que nous sortons de cette crise ? Où allons-nous ? 

    - Je ne l'apprécie pas particulièrement. Nous avons progressé sur certains aspects, mais, en général, je n'aime pas ça parce que c'est devenu sélectif. Le simple fait que l'Afrique ne dispose pas de nombreux vaccins ou d'un nombre minimum de doses signifie que le salut contre la maladie a été rationné par d'autres intérêts. Le fait que l'Afrique ait besoin de vaccins indique que quelque chose n'a pas bien fonctionné.

    Quand je dis que nous ne sortons jamais d'une crise comme avant, c'est parce que la crise nous change nécessairement. Plus encore, les crises sont des moments de la vie où l'on fait un pas en avant. Il y a la crise de l'adolescence, la crise du passage à l'âge adulte, la crise de la quarantaine. Une crise vous fait bouger, vous fait danser. Nous devons apprendre à prendre nos responsabilités, car si nous ne le faisons pas, elles deviennent un conflit. Et le conflit est une chose fermée, le conflit cherche la réponse en lui-même, il se détruit. Au contraire, une crise est nécessairement ouverte, elle vous fait grandir. Une des choses les plus sérieuses dans la vie, c'est de savoir traverser une crise, pas avec de l'amertume. Comment avons-nous vécu cette crise ?

    Chaque personne a fait ce qu'elle pouvait. Il y a eu des héros. Je peux parler de ce qui était le plus proche de moi : des médecins, des infirmières, des prêtres, des religieuses, des laïcs qui ont donné leur vie. Certains d'entre eux sont morts. Je crois que plus de soixante d'entre eux sont morts en Italie. L'une des choses que nous avons vues pendant cette crise, ce sont des gens qui ont donné leur vie. Les prêtres ont également fait un excellent travail, en général, parce que les églises étaient fermées, mais ils appelaient les gens par téléphone. Les jeunes prêtres demandaient aux personnes âgées ce dont elles avaient besoin au marché ou leur achetaient des produits d'épicerie. Je veux dire que les crises vous font faire preuve de solidarité, parce que tout le monde traverse la même crise. Et nous grandissons à partir de cela.

    Lire la suite

  • Les conseils inspirés du cardinal Barbarin aux nouveaux prêtres de Saint-Martin

    IMPRIMER

    Lu sur le site web de l’hebdomadaire « Famille chrétienne », un article à méditer en ces journées traditionnelles d’ordinations sacerdotales au sein de l’Eglise catholique :

    «La messIMG_0732-scaled.jpge des ordinations sacerdotales de la Communauté Saint-Martin était célébrée par le cardinal Philippe Barbarin dimanche 25 juin 2022 à Evron. Retrouvez le message que le prélat leur a adressé pendant son homélie.

    Ils étaient cette année 14 membres de la communauté Saint-Martin à être ordonnés prêtres, dimanche 25 juin, dans la basilique d’Evron, au lendemain des ordinations diaconales. Présidant la messe, le cardinal Barbarin a adressé à ces nouveaux prêtres plusieurs conseils dans son homélie en s’inspirant des lectures. Notamment du passage de l’Evangile du recouvrement de Jésus au Temple (Lc, 2) et du chapitre 61 du livre d’Isaïe.

    Il les a invités à ne pas oublier de « tressailler de joie » et de « rendre de grâce » dans leur vie sacerdotale à l’exemple du prophète, mais aussi à suivre cette première parole de Jésus dans l’Evangile : « Ne savez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père ? » C’est dans ce lieu, le Temple Saint, que le Seigneur les attend avant tout, pour façonner leur cœur et « poursuivre son travail » en eux chaque jour après leur ordination.

    (cf. vidéo de 35:37 à 38:43). 

    À lire aussi:

    « La communauté Saint-Martin s’implantera bien au Mont Saint-Michel »

    L'homélie du cardinal Philippe Barbarin

    « Mes frères très chers, chers frères et sœurs,

    dans l’Evangile de Saint Luc, au début et à la fin il y a deux personnes qui quittent Jérusalem, dans le trouble. On connaît bien les disciples d’Emmaüs, on sent leur trouble, comme on voit dans l’Evangile qui vient d’être proclamé le trouble de la Vierge Marie et de Joseph. « Ton père et moi, nous te cherchions ! » - C’est la seule fois d’ailleurs où l’on entend la Vierge Marie dire « Ton père et moi » - ; « Pourquoi nous as-tu fait cela ? » Et ils découvrent Jésus, dans un cas comme dans l’autre, dans le temple. Le temple du pain partagé à l’auberge d’Emmaüs ou le temple où il était avec les docteurs de la loi.

    Souvent dans les tableaux, on nous représente Jésus qui enseigne les docteurs de la loi, mais ce n’est pas ce que dit le texte. Le texte dit qu’il était là, et qu’il les écoutait ; « Shema Israël ». Le juif, le chrétien, est d’abord quelqu’un qui écoute une parole qui le dépasse, qui pose ses questions, et puis qui répond quand on l’interroge. Il était là, donc, il leur posait des questions, il les écoutait, et « tous ceux qui l’entendaient étaient extasiés de son intelligence et de ses réponses ». Il y a un saisissement chez sa maman, sa maman « gardait dans son cœur tous ces événements ». Je pense aux mamans des ordinands : c’est un grand jour pour elles aussi, qui fait sans doute remonter dans leur cœur ce qu’il s’est passé, ce que parfois elles n’ont pas compris dans le chemin de leur enfant, tout ce qu’elles ont essayé de donner, avec amour, tendresse, affection, intelligence, de tout leur cœur, les choses qui les ont ou perturbées ou étonnées, ou laissées avec une question… Le mystère d’une personne toujours nous dépasse.

    Cette scène est un beau dialogue qui n’est pas que pour les mamans mais aussi pour les papas, pour tous les proches, un peu comme on le voit d’ailleurs dans la première lecture. On a notre prophète Isaïe, - c’est le texte que vous entendrez à chaque messe Chrismale alors on le connaît bien - : « L’esprit du Seigneur repose sur moi, et il m’a envoyé prononcer la Bonne Nouvelle », et après le dialogue avec la communauté. Il parle, lui, le prophète, et la communauté écoute, comprend, ne comprend pas… […] mais elle tressaille de joie : « Je tressaille de joie dans le Seigneur, et mon âme exulte en mon Dieu. » C’est la raison pour laquelle on vous demande, on demande à tous les chrétiens mais spécialement à ceux qui disent l’office, chaque soir, de laisser votre cœur exulter de joie. N’oubliez pas de rendre grâce ! Le chant du magnificat chaque soir, dans les vêpres, est un moment essentiel. Dans la lecture d’aujourd’hui on nous proposait aussi son ancêtre, le cantique d’Anne. Ne pas oublier de dire Merci ! Nous savons, et l’Evangile nous a prévenus, que souvent nous oublions. Un jour Jésus guérit dix lépreux, et sur les dix, il y en a un seul capable de venir lui dire merci. Souvent je me suis posé cette question à moi-même : peut-être qu’il y a 90 % des choses reçues de Dieu pour lesquelles j’ai oublié de dire Merci ? Savoir tressaillir de joie dans le Seigneur, exulter au nom du Seigneur, avec ce manteau de la justice, et enfin toutes les merveilles qui sont déjà décrites dans cette première lecture. Je pensais à tout ce que vous allez faire après. La justice, la louange, la vie éternelle que vous allez donner, le pardon, la justice de Dieu… tout ce que vous allez faire et donner pour mettre le peuple de Dieu en louange pour que son Epouse aime davantage, aime toujours plus l’Epoux.

    « Ton Père et moi nous te cherchions ! » et « Pourquoi nous as-tu fait cela ? » Marie et Joseph étaient donc perturbés dans cette route, et ils avançaient, puis se sont tranquillisés comme des parents : « bon, il n’est pas là, mais à son âge, il doit être là-bas, dans le convoi ». Parfois on nous traduit « la caravane ». En fait, c’est un mot très à la mode ! C’est le seul endroit de l’Evangile où il y a le mot « synode ». « Synodia ». On espère d’ailleurs que dans le synode, si on parle de synode et de synodalité maintenant, Jésus marche avec nous. Eh bien là c’était pas le cas ! [rires] C’était le synode, il était dans le Temple. Et pour nous aussi, c’est une question qui a son importance. On pense et on espère que le peuple de Dieu, comme une caravane, comme un convoi, comme un synode, avance, et que le Seigneur Jésus est bien là, présent au milieu de lui.

    « Où est-il ? » se demandent Marie et Joseph. Et donc ils vont le retrouver dans le temple. Ici évidemment il y a quelque-chose qui pour nous est extrêmement précieux, et qui est la première parole de jésus dans l’Evangile. Il y en a, il y en a beaucoup, dans ses enseignements et dans des chapitres entiers. On les connait, on les aime. Mais pourquoi n’y a-t-il pas un amour tout particulier pour sa première parole ? Quand sa maman un peu perdue lui dit : « Mais mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Ton père et moi nous avons souffert en te cherchant ! » Il y a aussi ici la place de Joseph. Joseph : tout le monde veut que ce soit un grand silencieux. Beaucoup de livres s’appellent comme ça : Joseph, le silencieux. Qu’est-ce qu’ils en savent ? Il n’y a pas une seule parole de saint Joseph dans l’Evangile certes, mais je pense que c’était un papa comme tout le monde, et qu’il apprenait à son enfant la vie, le voisinage, son métier, le commerce, l’argent… Jésus, après, parlera souvent de l’argent. Il parlera de toutes les difficultés du monde, on voit qu’il les connaît ! Il saura se comporter devant la femme adultère, devant les marchands du temple, devant ceux-ci ou ceux-là… il a été bien éduqué, par un papa qui lui a parlé, qui lui a appris à être un homme, à avoir son métier, et après, souvent, en entendant les réponses de Jésus, je remercie saint Joseph, parce qu’il a vraiment fait son travail de père et d’éducateur. Et ce petit bonhomme, il a grandi à Nazareth à côté d’un chêne ! Autrement dit d’un père qui était un bon résumé de l’Ancien testament, choisi entre mille bien sûr par Dieu au début du nouveau testament, pour donner comme image de sa paternité un juif extraordinaire, quelqu’un qui était entièrement dans la torah, dans la prière."

    À lire aussi

    Fausses rumeurs à propos d'une visite d'inspection de la communauté Saint-Martin

    Ref.  Les conseils inspirés du cardinal Barbarin aux nouveaux prêtres de Saint-Martin

  • Rencontre avec le Père Pedro, "l'abbé Pierre de Madagascar"

    IMPRIMER

    De sur le site de La Libre :

    "La vie vaut la peine d’être vécue, mais en combattant, pas en étant un simple consommateur"

    On l’appelle "l’abbé Pierre" de Madagascar. Le père Pedro a fondé l’association Akamasoa. En 33 ans, pour les plus pauvres, celle-ci a permis de construire 22 villages, des écoles, des hôpitaux, des stades qui ont déjà permis de soutenir plus de 500 000 Malgache. Entretien avec un homme au destin hors du commun.

    J'ai compté. En 33 ans, j'ai participé à plus de 3 100 réunions avec Akamasoa. Et chaque fois, cela va assez fort : ce ne sont pas des réunions avec des petites voix…" On veut bien le croire. Avec ses larges épaules, sa poignée franche, son regard droit, sa voix rocailleuse et sa large barbe, le père Pedro Opeka n'est pas homme à se laisser faire. Inutile également d'attendre qu'il s'étale en de complaisantes théories : "mon bureau, c'est la rue", souligne-t-il les manches retroussées. De passage en Belgique pour encourager les Occidentaux à envoyer de l'argent à son association Akamasoa, il revient sur 33 ans d'aventures. En 1989, au large de la capitale Antananarive, il découvre que des milliers de personnes vivent sur une décharge à ciel ouvert. Il se met à les aider. Aujourd'hui 3 000 maisons, des écoles, des hôpitaux ont été bâtis et ont permis à 500 000 Malgaches de trouver de l'aide.

    Lire la suite sur le site de La Libre

  • Saint Olivier Plunkett, primat d'Irlande martyrisé à Londres en 1681 (1er juillet)

    IMPRIMER

    Saint Olivier Plunket, Archevêque et Martyr. Fête le 01 Juillet.

    Notice de l'Encyclopaedia britannica :

    Saint Oliver Plunket, Plunket également orthographié Plunkett, (né en 1629, Loughcrew, County Meath, Irlande. mort le 1er juillet 1681, Londres ; canonisé en 1975 ; fête le 11 juillet), primat catholique romain de toute l'Irlande et dernier homme à avoir souffert le martyre pour la foi catholique en Angleterre.

    Plunket a fait ses études et a été ordonné à Rome, où il a été professeur de théologie au College de Propaganda Fide et représentant des évêques irlandais auprès du Saint-Siège. Nommé archevêque d'Armagh et primat de toute l'Irlande en 1669, il arrive l'année suivante à un moment où, après une répression prolongée, l'Église catholique est fortement désorganisée, avec un seul évêque âgé en liberté. S'efforçant de rétablir l'ordre et la discipline conformément aux préceptes du Concile de Trente, Plunket reste en bons termes avec les Anglais et les protestants jusqu'en 1673, date à laquelle il est obligé de se cacher en raison de nouvelles persécutions. Pendant les cinq années qui suivirent, il travailla dans des conditions de plus en plus difficiles, portées à leur paroxysme par la terreur inspirée par le complot de Titus Oates en 1678. L'année suivante, il fut trahi, arrêté et emprisonné au château de Dublin. Son procès à Dundalk fut rendu absurde par les témoignages ignominieux de l'accusation ; il fut emmené à Londres où, après de longues procédures judiciaires, il fut condamné à être pendu, éventré et écartelé ; la sentence fut exécutée à Tyburn devant une grande foule. Plunket a été béatifié par Benoît XV en 1920 et canonisé par le pape Paul VI le 12 octobre 1975. Sa tête est conservée à Drogheda et son corps à l'abbaye de Downside, près de Bath.

  • Les premiers martyrs de l'Eglise de Rome (30 juin)

    IMPRIMER

    LES MARTYRS DES JARDINS DE NÉRON A ROME VERS LE Ier AOUT DE L'AN 64

    (source : Dom H. Leclercq)

    Le 19 juillet 64, commença l'incendie de Rome, qui dura neuf jours. Quand il fut éteint, une immense population réduite au plus complet dénuement s'entassa aux enviions du Champ de Mars, où Néron fit dresser des baraques et distribuer du pain et des vivres. D'ordinaire, ces oisifs acclamaient l'empereur; maintenant qu'ils avaient faim, ils le haïrent. Des accusations persistantes poursuivaient le pitre impérial. On savait qu'il était venu d'Antium pour jouir de l'effroyable spectacle dont la sublime horreur le transportait; on racontait même, ou du moins on insinuait, que lui-même avait ordonné ce spectacle, tel qu'on n'en avait jamais vu de pareil. Les accusations se haussaient jusqu'à la menace. Néron, qui le sut, essaya de détourner les soupçons en jetant à la foule un nom et une proie. Il y en avait un tout trouvé. En brûlant Rome, Néron avait blessé au vif les préjugés tenaces d'un peuple conservateur au plus haut degré de ses monuments religieux. Toute la friperie liturgique du paganisme, trophées, ex-votos, dépouilles opimes, pénates, tout le matériel religieux du culte avait flambé. L'horreur avait sa source dans le sentiment très vif de la religion et de la patrie outragées. Or il y avait, à Rome même, un groupe de population que son irréductible protestation contre les dieux de l'empire signalait à tous, c'était la colonie juive ; une circonstance semblait accablante contre eux dans l'enquête sur la responsabilité des récents désastres. Le feu avait pris dans les échoppes du Grand-Cirque, occupées par des marchands orientaux, parmi lesquels étaient beaucoup de Juifs. Mais il avait épargné la région de la porte Capène et le Transtevère, dont les Juifs formaient presque exclusivement la population. Ils n'avaient donc souffert quelque dommage qu'au Champ de Mars. De là à inculper les Juifs il y avait peu à faire, cependant ils échappèrent ; c'est que Néron était entouré de Juifs : Tibère Alexandre et Poppée étaient au plus haut point de leur faveur ; dans un rang inférieur, des esclaves, des actrices, des mimes, tous juifs et fort choyés. Est-ce trop s'avancer, que d'attribuer à ce groupe l'odieux d'avoir fait tomber sur les chrétiens la vengeance menaçante? Il faut se rappeler l'atroce jalousie que les Juifs nourrissaient contre les chrétiens, et si on la rapproche « de ce fait incontestable que les Juifs, avant la destruction de Jérusalem, furent les vrais persécuteurs des chrétiens et ne négligèrent rien pour les faire disparaître », on y trouvera le commentaire authentique d'un mot de saint Clément Romain, qui, faisant allusion aux massacres de chrétiens ordonnés par Néron, les attribue « à la jalousie, dia Zelon ».

    Lire la suite

  • Deux prêtres ont été tués au cours du week-end au Nigeria, l'un dans l'État de Kaduna et l'autre dans l'État d'Edo

    IMPRIMER

    De Catholic News Agency :

    Deux prêtres tués au Nigeria dans des incidents distincts

    26 juin 2022

    Deux prêtres ont été tués au cours du week-end au Nigeria, l'un dans l'État de Kaduna et l'autre dans l'État d'Edo.

    Le père Vitus Borogo, prêtre de l'archidiocèse de Kaduna, a été tué le 25 juin "à Prison Farm, Kujama, le long de la route Kaduna-Kachia, après un raid des terroristes sur la ferme", a déclaré le chancelier de l'archidiocèse de Kaduna dans un communiqué transmis à ACI Afrique. 

    Le prêtre, âgé de 50 ans, était l'aumônier catholique du Kaduna State Polytechnic.

    Dans l'État d'Edo, le père Christopher Odia a été enlevé de son presbytère à l'église catholique St. Michael, Ikabigbo, Uzairue, vers 6h30 le 26 juin. Il a été tué par ses ravisseurs, a annoncé le diocèse d'Auchi.

    Le père Odia, âgé de 41 ans, était administrateur de l'église St. Michael et directeur de la St. Philip Catholic Secondary School à Jattu.

    The Sun, un quotidien nigérian, a rapporté qu'un servant de messe et un vigile local qui suivait les ravisseurs ont été abattus pendant l'enlèvement du père Odia.

    Le nombre de chrétiens tués pour leur foi est plus élevé au Nigeria que dans tout autre pays du monde - au moins 4 650 en 2021, et près de 900 rien qu'au cours des trois premiers mois de 2022.

    Selon la fondation britannique de défense des droits de l'homme Christian Solidarity Worldwide, l'État de Kaduna est devenu "un épicentre des enlèvements et des violences perpétrés par des acteurs non étatiques, bien qu'il s'agisse de l'État le plus garni du Nigeria."

    Au début du mois, des hommes armés ont attaqué une église catholique et une église baptiste dans l'État de Kaduna, tuant trois personnes et enlevant plus de 30 fidèles, et plus de 40 chrétiens ont été tués dans une attaque contre une église catholique dans l'État d'Ondo le 5 juin.

  • La mission des prêtres : lutter contre l’asphyxie des âmes et des communautés

    IMPRIMER

    MGR_MATHIEU_ROUGE.jpgLu sur le site « Riposte Catholique », cette Tribune de Mgr Matthieu Rougé, évêque de Nanterre, parue dans Le Figaro  à propos du travail suscité par le pape au sujet de la « synodalité » :

    " Le mois de juin est chaque année celui des ordinations sacerdotales, traditionnellement célébrées dans l’Église catholique à proximité de la grande fête des saints Pierre et Paul, le 29 juin. Bien que trop peu nombreuses dans notre pays, des ordinations continuent d’y avoir lieu : après au moins sept années de formation spécifique, faisant souvent suite à une qualification et une expérience professionnelle de haut niveau, de jeunes hommes, ayant perçu un appel intérieur à tout quitter pour suivre Jésus, à la manière des premiers apôtres, acceptent d’offrir leur vie pour l’annonce de l’Évangile et le service de tous.

    Il n’est certes pas facile d’être prêtre en France aujourd’hui, dans un contexte de profonde sécularisation.

    Le rapport, en lui-même à l’évidence salutaire et à terme certainement bienfaisant, de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église a pu susciter une sorte de suspicion généralisée à l’égard des prêtres, pourtant en grande majorité irréprochables et fidèles. Le travail suscité par le pape François sur la « synodalité », c’est-à-dire la coopération de tous les baptisés à la mission de l’Église, a pu, à côté de réflexions stimulantes et prometteuses, conduire à des critiques injustes voire violentes et blessantes à l’égard des prêtres comme tels.

    Mais tout cela est peu de chose à côté de la joie de méditer, de vivre, d’annoncer cette parole étonnamment libératrice que constitue l’Évangile, à côté du bonheur de manifester la proximité aimante de Dieu au milieu des joies et des peines de tous et de chacun. Peu d’expériences humaines sont aussi intenses que la célébration du baptême ou de la confession ou de l’eucharistie : le Christ offrant sa vie, qui se rend présent au milieu de ses disciples rassemblés par le pain et le vin consacrés. Pour ceux qui y sont appelés et qui s’y sont préparés en profondeur, le sacerdoce recèle des trésors inépuisables de joie.

    Saint Charles de Foucauld, tout récemment canonisé par le pape François, pour le bonheur de l’Église et la légitime fierté des Français, a témoigné d’une fraternité proprement universelle fondée sur un amour hors du commun de l’eucharistie, célébrée et adorée. Cet homme, ce prêtre, si contemporain par son enfance et sa jeunesse blessées, par sa recherche spirituelle laborieuse et tumultueuse, a découvert dans le Christ la lumière qu’il désirait intensément et compris qu’il valait la peine de tout sacrifier à l’accueil et au service de cette lumière.

    L’avenir du sacerdoce catholique ne relève pas d’abord de questions d’organisation ou de pouvoir. Il est, dans des conditions d’exercice qui peuvent évoluer évidemment, le signe sacramentel que l’Église n’est pas une organisation centrée sur elle-même mais qu’elle se reçoit du Christ pour pouvoir témoigner de lui. C’est l’oubli de cet enracinement spirituel et de cette perspective missionnaire qui conduit aux abus ou au déclin. Les périodes de grand renouveau de la foi en revanche sont toujours des époques d’approfondissement du mystère du Christ, vrai Dieu et vrai homme, sauveur d’une humanité menacée par la mort mais faite pour la vie éternelle.

    L’Église en elle-même n’est pas très intéressante, même pour les chrétiens, ou plutôt elle n’est intéressante que dans la mesure où elle se perçoit et se vit comme accueil rayonnant de la lumière du Christ. En dehors de cette perspective d’espérance et de foi, les débats ecclésiastiques internes sont condamnés à la médiocrité, voire à la violence et à la stérilité. La mission des prêtres est précisément de lutter contre cette asphyxie des âmes et des communautés, par un service et un témoignage humbles, profonds, joyeux, courageux, persévérants.

    Il y a quelques semaines, le jour de la Pentecôte, il m’a été donné de célébrer la messe pour plus de 30 000 jeunes, scouts unitaires de France, dans une atmosphère inoubliable de ferveur, de paix et de joie. Malgré les intempéries, au soir tombant, à l’heure où dans l’Évangile Jésus ressuscité se fait reconnaître aux disciples d’Emmaüs par la fraction du pain, ces jeunes et ceux qui les encadraient, avec l’énergie de fidèles laïcs pleinement responsabilisés, s’ouvraient avec enthousiasme à la nourriture précieuse entre toutes de l’eucharistie. Ils constituaient une vivante image du meilleur de la « synodalité » .

    La tentation est grande en notre temps de céder aux sirènes de la déconstruction et de la culture de l’annulation, parfois même dans l’Église. Celle-ci n’est pas d’abord une structure hiérarchique corsetée mais bel et bien une fraternité libératrice, à condition que l’Église se reçoive constamment du Christ rendu présent notamment par le ministère sacramentel des prêtres. Renoncer à cette source, c’est en fait renoncer à la fraternité non seulement ecclésiale mais encore universelle, que l’humanité, prisonnière de ses démons, l’actualité nous le montre assez, n’est pas capable de faire advenir par ses seules forces. La joie du sacerdoce, c’est la joie de contribuer au salut du monde en témoignant de ce qui le dépasse et le fonde.

    L’auteur de ces lignes a eu le bonheur d’ordonner deux prêtres à la cathédrale de Nanterre, tout près du mont Valérien, ce 18 juin, quatre-vingt-deuxième anniversaire de l’appel du général de Gaulle. Le père François de Gaulle, son neveu missionnaire, raconte que, rendant visite à son oncle illustre quelques jours après son ordination sacerdotale, il eut l’émotion de le voir, conformément à la tradition, tomber à genoux devant lui pour recevoir sa bénédiction de jeune prêtre aux mains fraîchement consacrées. Le héros de la France libre, l’homme du courage et de l’audace, le chef intraitable et apparemment sûr de lui, savait en fait que la force, la liberté et la paix ont une source et que les prêtres en sont les indispensables serviteurs."

    Ref : La mission des prêtres : lutter contre l’asphyxie des âmes et des communautés

  • Le linceul de Turin : la plus belle figure

    IMPRIMER

    De CNews :

    Aymeric Pourbaix et Véronique Jacquier reçoivent le père Jean-François Thomas, jésuite, et Laurent Touchagues, président du centre international d’études sur le linceul de Turin :

    Voir aussi : Le linceul de Turin preuve de l'amour du Christ

  • Le secrétaire de Benoît XVI en larmes lorsqu'il évoque la santé du pape émérite

    IMPRIMER

    De Camille Lecuit sur le site de Famille Chrétienne (accès libre) :

    Le secrétaire de Benoît XVI pleure en évoquant la santé du pape émérite

    « Je n'aurais jamais cru que la dernière partie du chemin entre le Monastère Mater Ecclesiae et la porte du ciel de saint Pierre… [ le prélat, inclinant son visage, s’arrête plusieurs secondes et peine à cacher l’émotion qui le submerge… ] Et la porte du ciel de Saint Pierre serait si longue », murmure-t-il d’une voix chevrotante.

    « Les dernières années ont eu raison de ses forces »

    Et de poursuivre en sortant son mouchoir : « C'est ce que m'a confié Benoît XVI…. [ il s’arrête de nouveau un moment, avant de reprendre ] … Lorsque nous avons parlé du poids et de la détresse de la vieillesse et des critiques récurrentes à l'encontre de sa personne et de son action. C'était il y a quelques années. Même après sa démission, Benoît XVI a répondu de manière franche et convaincante aux questions et aux défis importants de l'époque, toujours à la lumière de l'Incarnation. Et cela était caractéristique chez lui. C'est là qu'il s'est senti interpellé. C’est une exigence qu'il a maîtrisée avec brio, qu'on le veuille ou non, en faisant face à tous les assauts du monde jusqu'aux jours les plus récents. Le ministère pastoral suprême n'était pas seulement un fardeau pour lui, mais aussi une joie de l'âme. Et cette joie de l'âme, il l'a conservée - au-delà de toutes les détresses et déceptions. Elle est comme une lumière qui l'accompagne intérieurement. »

    Puis les larmes le reprennent lorsqu’il évoque plus spécifiquement la santé faiblissante de Benoît XVI : « Entre temps, le pape émérite… [ l'archevêque tente tant bien que mal de retenir ses sanglots et laisse s’écouler quelques secondes de silence ] … est devenu un homme très âgé, physiquement fragile, mais dont l'esprit et le regard sont, Dieu merci, toujours aussi éveillés et brillants. Même si sa voix est de plus en plus faible et incompréhensible. Les dernières années ont eu raison de ses forces. Mais malgré ses forces déclinantes, il a conservé l'humble sérénité de son cœur. Comme elle se manifestait peut-être le plus clairement autrefois devant le monde entier dans les moments où il répondait aux questions des enfants, toujours de manière totalement libre et rafraîchissante. »

    Il conclut en saluant l’humour et la douceur de cette figure papale qu’il connaît et admire particulièrement : « Son humour inaltérable, enveloppé de sa douceur personnelle qui a toujours été la marque de fabrique de sa personnalité, est également très présent. Il s'est réjoui comme un enfant lorsqu'il a été informé de la cérémonie d'aujourd'hui. Et il m'a demandé de vous envoyer à tous des bénédictions chaleureuses. »

    Ce n’est pas la première fois que l'archevêque Georg Gansweïn se montre très ému en public. Déjà lors des funérailles du frère de Benoît XVI en 2020, il avait lu d’une voix tremblante la lettre que le pape émérite adressait à ce frère défunt. 

     
  • Les archives de Pie XII sur les Juifs ouvertes au public

    IMPRIMER

    Du site de Paris Match :

    Le Vatican ouvre au public des archives de Pie XII sur les Juifs

    Des milliers de lettres adressées au pape Pie XII par des Juifs d'Europe demandant de l'aide face aux persécutions nazies ont été publiées par le Vatican.

    Le Vatican a mis en ligne jeudi des milliers de lettres adressées au pape Pie XII (1939-1958) par des Juifs d'Europe demandant de l'aide face aux persécutions nazies pendant la Seconde Guerre mondiale.

    Au total, quelque 40 000 fichiers numérisés répartis en 170 fonds seront consultables sur le site du Saint-Siège, dont la majorité ont été publiés dès jeudi.

    En mars 2020, le Vatican avait déjà ouvert aux chercheurs 120 fonds et séries d'archives historiques sur Pie XII, accusé par certains d'avoir gardé le silence durant l'extermination de six millions de Juifs.

    Cette nouvelle publication, voulue par le pape François, permettra aux descendants des expéditeurs "de trouver des traces de leurs proches dans n'importe quelle partie du monde", a expliqué Mgr Paul Gallagher, en charge des relations avec les Etats, dans un article publié par L'Osservatore Romano, le quotidien du Vatican.

    Les demandes, provenant de toute l'Europe, visent à obtenir des visas ou des passeports, trouver l'asile, aider à réunir des familles ou chercher des informations sur les personnes déjà déportées. Certains en appellent à l'aide pour être libérés des camps de concentration.

    Mais dans la plupart des cas, le sort de ceux qui demandent de l'aide demeure inconnu, a précisé le Vatican.

    "Il y a peu d'espoir pour ceux qui n'ont aucune aide extérieure"

    Dans une lettre écrite en 1942, un étudiant allemand de 23 ans explique qu'il cherche à fuir un camp de concentration en Espagne. "Il y a peu d'espoir pour ceux qui n'ont aucune aide extérieure", écrit-il.

    Les archives ne dévoilent aucune autre information sur lui mais selon des recherches effectuées par le United States Holocaust Memorial Museum de Washington, il a été libéré un an après sa lettre et s'est finalement installé en Californie, a indiqué le Vatican.

    Cette publication, qui intervient au lendemain de l'audience du pape avec une organisation internationale juive, fait suite à des décennies de pressions de la part d'universitaires et d'historiens divisés sur le rôle du pape italien durant l'Holocauste.

    Le Vatican défend Pie XII, affirmant qu'il a sauvé de nombreux juifs en les faisant cacher dans des institutions religieuses et que son silence visait à ne pas aggraver leur situation.