Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Hostilité au christianisme et à l'Eglise

  • Musique, politique et satanisme au concours Eurovision 2024

    IMPRIMER

    De Peter Bannister sur la Sélection du Jour :

    Bambie Thug mélange musique, politique et satanisme au concours de l'Eurovision 2024

    Évolution ou involution, telle est la question. Le concours de l'Eurovision a offert son lot de performances controversées au rang desquelles l'Irlande occupe une place de choix. Immersion au cœur d'un univers volontairement noir dont bien peu semblent encore choqués.

    Quels que soient ses mérites musicaux ou leur absence, l'encre virtuelle ne cesse de couler au sujet du concours de l'Eurovision. Déjà regardée par quelque 160 millions de personnes en 2023, la finale de l'édition 2024 a eu lieu à Malmö en Suède le 11 mai. Le concours a été remporté par l'artiste suisse « non-binaire » Nemo. La plupart des controverses ont pourtant tourné autour de la participation d'Israël dans le contexte de la guerre à Gaza. Une présence contestée notamment par l'Irlandaise Bambie Thug, dont la chanson Doomsday Blue, terminant à la 6e place, a sans doute suscité le plus de commentaires par son mélange de protestation politique et d'images volontairement démoniaques.

    Pour comprendre les vives réactions à Bambie Thug (de son vrai nom, Bambie Ray Robinson), il faut la replacer dans le contexte historique des rapports entre l'Irlande et l'Eurovision. La presse irlandaise a qualifié Bambie Thug d' « anti-Dana », référence à la chanteuse Dana (Rosemary) Scallon, qui gagna le concours de l'Eurovision pour l'Irlande en 1970 à l'âge de 19 ans. Le gouffre entre les deux est effectivement béant, symbolisant en quelque sorte la transformation radicale de la société irlandaise au cours du dernier demi-siècle. Rosemary Scallon était une catholique engagée et membre du parlement européen entre 1999 et 2004. Elle a notamment dédié à Jean-Paul II son album Totus tuus (« complétement à toi », devise mariale du pape polonais) en 1980. Il comprenait des titres comme Notre-Dame de Knock, le « Lourdes irlandais ». Bambie Thug reprend cette imagerie catholique, mais pour l'inverser, comme avant elle Madonna et Lady Gaga, en exhibant par exemple un chapelet « gothique » aux grains noirs à côté du symbole satanique du pentagramme inversé sur sa main. C'est d'ailleurs dans un tel pentagramme que Bambie Thug a démarré Doomsday Blue lors du concours de l'Eurovision.

    Sa carrière s'est faite dans les cercles underground londoniens. Son premier tube a été la chanson Birthday en 2021, dont l'interprète essaie elle-même de se distancer car c'était un éloge de la drogue, accompagné d'une vidéo explicite sur les sites X. Voyant ces débuts assez marginaux, on peut s'interroger sur sa remarquable percée auprès du grand public. Notons qu'elle a été nommée « candidate préférée non officielle » par Spotify et qu'elle a eu droit aux félicitations du Premier ministre irlandais. Dans le titre Doomsday Blue de la compétition, son style est le ouija pop — une référence à la célèbre planchette pour communiquer avec les esprits défunts. Elle y juxtapose des éléments apparentés à la culture populaire, comme la malédiction initiale Avada Kevadra (« qu'on le détruise ») tirée d'Harry Potter, avec des symboles ésotériques témoignant d'une recherche plutôt studieuse. Parmi ces derniers, des textes sur la peau de l'artiste en ogham, l'alphabet ancien de l'Irlande, qui ont impressionné les linguistes spécialisés. En demi-finale, ces textes étaient pro-palestiniens : « Cessez-le-feu » et « Liberté pour la Palestine ». Toutefois, suite à une protestation des organisateurs, c'est le slogan « Couronnez la sorcière » qui a plutôt été retenu pour la finale.

    Car Bambie Thug s'affiche ouvertement en tant que sorcière ; elle est même apologiste de la sorcellerie en tant que religion nationale. Elle offre un récit assez répandu des bienfaits contemporains du néo-paganisme, sorte de retour « patriotique » aux racines pré-chrétiennes de la culture celte. Au passage, elle s'émancipe de toutes les religions et normes sociales qu'elle considère comme oppressives. Bambie Thug dit avoir été initiée aux pratiques occultes au quartier Muswell Hill de Londres. Si elle décrit sa sorcellerie comme étant purement bienveillante, elle ne masque pas son respect pour les satanistes qui « vivent dans la lumière et sont si gentils ». Ses propos se caractérisent par leur ton à la fois libertaire et moralisant, accusant de violence la chaîne israélienne KAN, dont les présentateurs ont dit :« c'est le moment d'éloigner vos enfants de l'écran TV […]. Il y aura beaucoup de sortilèges et de la magie noire […] Il y a une pétition contre Bambie Thug qui allègue qu'il/elle se moque de la culture irlandaise. »

    Il est pourtant curieux de constater que cette pétition n'a mobilisé que peu de signataires et que la chanson n'a provoqué quasiment aucune protestation dans les media mainstream anglophones. L'une des rares analyses critiques vient du Catholic Herald, où Katherine Bennett conteste le caractère supposément « progressiste » de Doomsday Blue. Elle affirme au contraire que le cocktail de libertinisme et d'occultisme populaire de Bambie Thug n'offre qu'un recyclage fatigué du vieux récit contestataire. Héritage de la Révolution française, c'est la première rupture historique d'avec la tradition judéo-chrétienne. « Il n'y a rien de radical ni transgressif dans tout cela en 2024. Ce qui serait radical et transgressif, ce serait un retour à l'Ordre Sacré et le fait de reconnaître que, sans la cohérence qu'il apporte, nous ne pouvons jamais vraiment être libres. » Une critique historique et théologique qui semble néanmoins peu audible dans une Irlande bien loin de celle de Dana en 1970.

    Pour aller plus loin :

    Eurovision 2024 : Les sortilèges cathartiques de Bambie Thug, artiste pro-Palestine

    >>> Lire l'article sur 20 Minutes

  • Varsovie : la croix bannie des lieux publics

    IMPRIMER

    De Wlodzimierz Redzioch sur la NBQ :

    Le maire de Varsovie interdit les croix, même sur les bureaux

    Le maire pro-Lgbt Rafal Trzaskowski a ordonné le retrait des croix, des images de saints et d'autres symboles religieux, non seulement sur les murs, mais aussi sur les bureaux des employés de bureau de Varsovie. Un ordre qui rappelle la dictature communiste et qui est contraire à la Constitution.

    27_05_2024

    Rafal Trzaskowski est un homme politique de premier plan au sein du parti Plate-forme civique (PO) du Premier ministre Donald Tusk. Il est maire de la capitale polonaise et a été candidat aux dernières élections présidentielles (il a été battu par l'actuel président Andrzej Duda). En 2019, il est devenu célèbre, notamment grâce aux médias du monde entier, lorsqu'il a signé, sans consultation publique, la "déclaration LGBT" controversée, qui prévoit l'octroi de nombreux privilèges aux personnes qui s'identifient à l'idéologie LGBT. Cette déclaration concernait, entre autres, l'introduction dans les écoles des programmes demandés par le mouvement LGBT et le parrainage par le maire de la "Gay Pride Parade".

    Mais ces derniers jours, Trzaskowski a lancé une autre campagne "progressiste", qui rappelle les vieux jours du régime communiste : le 8 mai, il a déclaré la guerre à la croix et à la liberté religieuse en Pologne, en signant un ordre exigeant le retrait des croix, des images de saints et d'autres symboles religieux, non seulement sur les murs, mais aussi sur les bureaux des employés de bureau de Varsovie. Les symboles religieux devront disparaître de tous les espaces publics des bureaux de Varsovie, et tous les événements organisés par les bureaux de la capitale devront être "de nature laïque, c'est-à-dire qu'ils ne contiendront pas d'éléments religieux, par exemple des prières...". Il est évident que ces restrictions doivent s'appliquer à la croix et aux événements religieux, et non aux drapeaux arc-en-ciel et aux cérémonies en l'honneur de la fierté LGBT.

    M. Trzaskowski justifie sa décision de retirer les croix de l'espace public de la capitale par son prétendu souci de neutralité de l'État dans la sphère religieuse et par les sentiments des non-croyants. En réalité, il ne s'agit pas d'un combat pour la neutralité, mais d'une tentative d'athéisation de la part d'un représentant de l'État. Mais il est significatif que pour justifier sa décision, Trzaskowski n'ait pas cité la Constitution, mais un fragment de la loi adoptée à l'époque de la Pologne communiste !

    Il ne pouvait pas invoquer la Constitution car son ordre d'enlever les croix est contraire à la loi fondamentale polonaise. La Constitution de la République de Pologne ne prévoit pas la neutralité idéologique ou la "laïcité" de l'État, mais son impartialité. Comme l'explique l'Institut de culture juridique Ordo Iuris, "la différence est importante car l'utilisation de ce dernier concept dans le texte de la Constitution était délibérée et visait à exclure les attitudes des autorités publiques hostiles à la religiosité". En résumé, la Constitution polonaise ne promeut pas l'athéisme et la "neutralité", mais engage l'État à une coopération amicale avec l'Église "pour le bien de l'homme et le bien commun". En témoignent la présence de croix et de chapelles dans les bureaux, les écoles, les gares et les hôpitaux polonais, ainsi que la possibilité d'organiser des réunions de Noël ou de Pâques dans les espaces publics.

    La décision de M. Trzaskowski viole de nombreux articles de la Constitution, en premier lieu l'article 53, qui garantit à chacun la liberté de conscience et de religion, y compris le droit de manifester publiquement sa religion sous diverses formes. Selon l'Institut Ordo Iuris, Trzaskowski peut être accusé d'avoir commis un crime en vertu de l'article 231 du code pénal : l'abus de pouvoir par un fonctionnaire public.

    L'ordonnance de Trzaskowski constitue un abus de pouvoir manifeste. La Constitution stipule clairement que les restrictions au droit de manifester sa religion ne peuvent être introduites "que par la loi et seulement en cas de nécessité". Selon les juristes, "l'ordonnance de Trzaskowski n'est non seulement pas un acte légal, mais elle ne remplit même pas les autres conditions de restriction de la liberté religieuse énoncées dans la Constitution de la République de Pologne". Si un employé était contraint de retirer une croix ou une image sacrée de son bureau, cela constituerait une violation du statut des fonctionnaires.

    Il convient également de mentionner le préambule de la Constitution, qui dit : "Merci à nos ancêtres pour leur travail, pour la lutte pour l'indépendance payée par d'énormes sacrifices, pour la culture enracinée dans l'héritage chrétien de la nation et les valeurs humaines universelles". En bref, la croix sur les murs des bureaux publics n'est pas seulement un symbole religieux : le christianisme est un élément de l'héritage national polonais. Mais il est paradoxal que des politiciens du parti de Trzaskowski aient voté il y a 14 ans, sous le précédent gouvernement de Tusk, une résolution intitulée "Respect de la croix", qui stipule que : "La croix, qui est un signe d'identité, est un symbole de l'identité polonaise : "La croix, signe du christianisme, est devenue pour tous les Polonais un symbole de valeurs universellement acceptées, indépendamment de la religion, ainsi que de la recherche de la vérité, de la justice et de la liberté de notre patrie". Par conséquent, "toute tentative d'interdire l'affichage de la croix dans les écoles, les hôpitaux, les bureaux et les espaces publics en Pologne doit être considérée comme une atteinte à notre tradition, à notre mémoire et à notre fierté nationale".

    Il convient également de rappeler que la Cour européenne des droits de l'homme s'est prononcée sur la présence de la croix dans l'espace public, déclarant dans la célèbre affaire Lautsi contre Italie que même l'affichage obligatoire ( !) de la croix dans les écoles italiennes ne violait pas les droits des non-croyants. Selon la Cour européenne, la présence de croix dans l'espace public ne viole pas les dispositions de la Convention européenne des droits de l'homme.

    Trzaskowski sait certainement tout cela, mais en tant que "progressiste", "pro-européen", "gay friendly", il se sent probablement impuni dans son attaque contre la croix, même si elle viole la Constitution et les lois. Il semble que dans l'UE, ce ne sont plus les lois qui comptent, mais les idéologies, évidemment politiquement correctes.

  • L'Azerbaïdjan détruit une église à Berdzor (Artsakh)

    IMPRIMER

    L'Azerbaïdjan détruit une église à Berdzor (Artsakh)

    L'Azerbaïdjan a complètement détruit l'église de la Sainte Ascension (Surb Hambardzum) dans le district de Berdzor de l'Artsakh occupé (Nagorno-Karabakh).

    Raffi Kortoshian, cofondateur de la Fondation pour la recherche sur l'architecture arménienne, a partagé samedi sur Facebook des images satellite confirmant la destruction de l'église.

    La croix du dôme de l'église a été consacrée le 31 mai 1998, deux ans après le début de sa construction.

    Lire sur Aleteia.orgUne nouvelle église détruite dans le Haut-Karabagh

  • Ce bienheureux a souffert le martyre pendant la guerre civile espagnole.; il a été poignardé à mort par des révolutionnaires

    IMPRIMER

    Du Tagespost (Claudia Kock) :

    27 mai : Bienheureux Sixto Alonso Hevia

    Le bienheureux a souffert le martyre pendant la guerre civile espagnole. Il a été poignardé à mort par des révolutionnaires.

    27 mai 2024

    Reliquaire

    La « Chambre Sacrée » de la Cathédrale d'Oviedo contient de nombreuses reliques importantes, parmi lesquelles le « Linceul » qui, selon la tradition, était enroulé autour de la tête du Christ lors de son enterrement . En 1934, la salle explosa lors de la grève des mineurs asturiens.

    Lors de la même grève, six jeunes séminaristes furent assassinés. Ils ont été béatifiés dans la cathédrale le 9 mars 2019, avec trois autres séminaristes martyrs de la guerre civile espagnole. Dans son homélie, le cardinal Becciù, qui a procédé à la béatification au nom du pape François , a déclaré à propos des séminaristes assassinés : « Ils étaient enthousiastes, chaleureux et dévoués, et se consacraient entièrement au style de vie du séminaire de prière, d'étude, d'échange fraternel. et l'engagement apostolique. Ils ont toujours été déterminés à suivre l'appel de Jésus, malgré le climat d'intolérance religieuse, conscients de la trahison et des dangers auxquels ils seraient confrontés. Ils ont su endurer avec un courage particulier jusqu'au dernier moment de leur vie. » L'un des séminaristes béatifiés était Sixto Alonso Hevia, dont la fête est le 27 mai.

    Appel précoce

    Dès son plus jeune âge, Sixto souhaitait également devenir prêtre. Il apprend la lecture, l'écriture et le calcul auprès de son oncle, puis fréquente l'école primaire de Luanco et est accepté au séminaire à l'âge de 13 ans . Il étudiait avec enthousiasme et était un athlète passionné, aimait l'église et vénérait la Sainte Mère . Il ne s'intéressait pas aux questions politiques. Il passe les vacances d'été avec sa famille, qu'il soutient en aidant les dockers à récupérer les morceaux de charbon tombés à l'eau. Il a donc constitué une réserve de matériel de chauffage qui permettrait à la famille de passer l’hiver.

    Arrêté par les révolutionnaires

    Même lorsque la guerre civile espagnole éclata en juillet 1936, Sixto était avec sa famille. Il avait désormais terminé la troisième année de ses études de philosophie préparatoire à la théologie et devait retourner au séminaire après les vacances. Mais cela n'arrivait plus.

    Tout d'abord, lui et son père furent arrêtés par les révolutionnaires anticléricaux et emprisonnés dans l'église paroissiale transformée en prison. Il est alors contraint de rejoindre l’armée révolutionnaire. Avant son départ forcé pour Cangas de Onis, Sixto soupçonnait que la mort était imminente, car lors de son dernier jour dans la maison de ses parents, il avait pris une photo le montrant avec un confrère séminariste, avait peint une croix sur son propre tableau et avait écrit son nom sur il est de retour. Il a avoué à un prêtre coincé dans la maison et a prévenu sa famille : « S’il m’arrive quelque chose, vous devez leur pardonner ».

    Assassiné au port

    En fait, il n’a pas survécu longtemps parmi les révolutionnaires, car il a été rapidement soupçonné d’avoir fait défection à la première occasion. Le 27 mai 1937, alors que Sixto n'avait que 21 ans, il se trouvait au port de Ventaniella en train de déguster du chocolat lorsque des révolutionnaires se sont approchés de lui, l'ont maîtrisé, lui ont arraché ses vêtements et l'ont assassiné de plusieurs coups de couteau. Il a prié Dieu et a demandé à ses bourreaux de le laisser mourir.

    Le 19 mars 2013, les restes de Sixto Alonso Hevia, ainsi que ceux des huit autres séminaristes martyrs au cours de ces années, ont été transférés à la chapelle du Séminaire d'Oviedo.

  • Le pape François doit-il être rejeté comme hérétique ? Débat Abbé Janvier Gbénou / Arnaud Dumouch, (121 mn) mai 2024

    IMPRIMER

    Une première fois, le 24 sept 2017, des théologiens (prêtres et professeurs) avaient posté une lettre publique portant sept questions, sept reproches présentés comme « de possibles hérésies du pape François ». Ils attendaient une réponse du Vatican qui n’est jamais venue.

    Le 1er mai 2019, leur démarche devient officielle et canonique, et est formulée comme suit : « Eminence, Béatitude, Excellence, nous vous adressons cette lettre pour deux raisons : premièrement, pour accuser le Pape François du délit canonique d'hérésie, et deuxièmement, pour vous demander de prendre les mesures nécessaires pour réagir à la situation grave d'un pape hérétique. »

    https://leblogdejeannesmits.blogspot.com/2019/04/universitaires-catholiques-accusent-pape-francois-heresie-texte-francais-integral.html

    Dans cette vidéo, le Père Janvier Gbénou de l'Opus Dei et Arnaud Dumouch débattent de ces points.

    Le pape François doit-il être rejeté comme hérétique ? Débat Abbé Janvier Gbénou / Arnaud Dumouch, (121 mn) 21 mai 2024 /

    https://youtu.be/ruJl5vXnUYY

    L'Abbé Janvier Gbénou est prêtre de l'Opus Dei. Il a listé une dizaine d'erreurs théologiques ou pastorales graves qu'il impute publiquement au pape François et il a lancé des campagnes sur internet pour les dénoncer. L'Opus Dei a, en conséquence, initié une démarche canonique pénale contre lui.

    Avec Arnaud Dumouch et selon la méthode donnée par le pape Benoît XVI, nous prenons ces erreurs hypothétiques une par une et Arnaud Dumouch montre qu'il faut distinguer :

    Lire la suite

  • La béatification de Don Streich, martyr tué par les communistes, vient à son heure

    IMPRIMER

    De Wlodzimierz Redzioch sur la NBQ :

    Don Streich, martyr tué par les communistes, sera béatifié

    Stanislaus Kostka Streich, prêtre diocésain tué en haine de la foi le 27 février 1938 à Luboń (Pologne), sera béatifié. Il fut victime des communistes, avant la guerre et le régime.

    25_05_2024

    Don Stanislaw Streich assassinato

    Au cours de l'audience accordée le 23 mai au Card. Marcello Semeraro, préfet du Dicastère pour les causes des saints, le pape François a autorisé ce même Dicastère à promulguer une série de décrets, dont celui concernant le martyre du serviteur de Dieu Stanislas Kostka Streich, prêtre diocésain ; né le 27 août 1902 à Bydgoszcz (Pologne) et assassiné en haine de la foi le 27 février 1938 à Luboń (Pologne). Une autre victime du communisme en Pologne sera proclamée bienheureuse, mais contrairement aux prêtres martyrisés pendant la période communiste, le père Streich a été tué dans la Pologne démocratique avant la Seconde Guerre mondiale par un militant communiste. Son histoire ressemble à celle de nombreux prêtres d'Émilie-Romagne martyrisés par les communistes dans les années 1940.

    Un an avant l'assassinat du père Streich, Pie XI publiait l'encyclique Divini Redemptoris sur le "communisme bolchevique et athée, qui vise à renverser l'ordre social et à saper les bases mêmes de la civilisation chrétienne". Dans son encyclique, le pape explique notamment les causes de la violence exercée par les communistes. "Insistant sur l'aspect dialectique de leur matérialisme, les communistes prétendent que le conflit, qui conduit le monde vers la synthèse finale, peut être accéléré par les hommes. Ainsi, ils s'efforcent d'aiguiser les antagonismes qui naissent entre les différentes classes de la société ; et la lutte des classes, avec ses haines et ses destructions, prend l'allure d'une croisade pour le progrès de l'humanité. Au contraire, toutes les forces, quelles qu'elles soient, qui résistent à cette violence systématique, doivent être anéanties comme ennemies du genre humain", écrivait Pie XI. Le martyre du père Streich prouve la justesse de l'analyse du pape qui, malheureusement, est toujours d'actualité. 

    Mais qui était le père Stanisław Kostka Streich ? Il est né le 27 août 1902 à Bydgoszcz qui, à l'époque des partages de la Pologne par les puissances voisines (1795-1918), appartenait à la Prusse. Ses parents étaient Franciszek Streich, employé d'une compagnie d'assurance, et Władysława Birzyńska. En 1912, après avoir suivi les trois années de scolarité obligatoire, il fréquente le Gymnasium of Humanities pendant huit ans, jusqu'en 1920. La même année, il demande à être admis au séminaire de Poznań, ce qu'il obtient. Il étudie ensuite à Gniezno et est ordonné prêtre le 6 juin 1925. Après son ordination, il étudie la philosophie classique à l'université de Poznań entre 1925 et 1928. Au cours des années suivantes, il travaille comme vicaire dans différentes paroisses et enseigne la religion au séminaire.

    En 1933, il devint curé de la localité de Zabikowo sur le territoire de la commune de Lubon où, malheureusement, il n'y avait pas de véritable église : la chapelle du couvent des Servantes de l'Immaculée faisait office d'église. Le Père Streich organisa un comité pour la construction de l'église : en 1935, la décision fut prise de commencer la construction de l'église à Luboń et la nouvelle paroisse de St Jean Bosco fut établie, organisée autour de l'église en construction. Pendant les trois années de son travail pastoral, avant d'être assassiné, le prêtre a organisé la vie de la paroisse et de la communauté presque à partir de zéro. Son attitude bienveillante et serviable, la promotion de la vie eucharistique dans la paroisse et les activités qu'il a mises en place ont conféré à la paroisse St Jean Bosco de Lubon une qualité particulière. Le père Streich a mis sur pied un certain nombre d'organisations catholiques qui se sont merveilleusement développées. Mais ses activités intenses dans le domaine social, particulièrement importantes pour Lubon, une ville habitée principalement par des ouvriers, étaient mal vues par les communistes locaux qui voulaient instaurer le communisme.

    Lire la suite

  • Soit le pape est mal conseillé, soit il ne comprend pas la Chine

    IMPRIMER

    De Dorian Malovic sur le site du journal La Croix (extraits) :

    En Chine, les catholiques chinois plus que jamais sur le qui-vive

    La journée mondiale de prière pour l’Église en Chine se tient ce vendredi 24 mai. Dans ce pays, les 12 millions de catholiques chinois restent une cible privilégiée du Parti communiste. Six ans après l’accord entre le Vatican et Pékin, et alors que le Saint-Siège a tendu la main à la Chine lors d’un colloque mardi 21 mai, les catholiques, officiels comme clandestins, ont un sentiment d’abandon, car la situation s’est profondément « dégradée » avec Xi Jinping.

    22/05/2024

    « Nous continuons à soigner nos personnes âgées et prions ensemble chaque jour dans la plus grande discrétion… Plus que jamais nous devons être extrêmement prudents car les autorités nous surveillent de très près. » Ces quelques mots soufflés sur messagerie cryptée à un journaliste occidental qui la connaît depuis longtemps pourraient coûter très cher à sœur Claire, pseudonyme qu’elle s’est choisi pour ne pas être repérée par les services très sophistiqués de cybersurveillance chinois. « Les yeux et les oreilles du Parti communiste chinois ne dorment jamais. »

    À lire aussi : Relations Chine-Vatican : le Saint-Siège prêt à voir l’Église revêtir un « visage chinois »

    Depuis son monastère clandestin camouflé en maison de retraite aux confins de la province minière du Shanxi au nord de la Chine, sœur Claire mène une vie monastique depuis plus de vingt ans avec trois autres religieuses. « Dieu me regarde aussi, mais lui me protège. » À ses yeux, l’accord signé en octobre 2018 et toujours en vigueur, permettant au Vatican et à la Chine de nommer, d’un commun accord, des évêques dans tout l’empire du Milieu, « n’a pas changé grand-chose ; pire, car les cadres de l’Association patriotique des catholiques chinois (APCC) (1) sentent leur légitimité renforcée et nous contraignent à suivre les directives centrales du parti. » Quitte à utiliser la contrainte physique. Sœur Claire reconnaît toutefois que pour les 12 millions de catholiques chinois, « officiels » comme « clandestins », la situation s’est profondément « dégradée » depuis l’arrivée au pouvoir du leader Xi Jinping en 2012.

    Avec Xi Jinping, un basculement dramatique

    À plus d’un millier de kilomètres de là, encore en sécurité dans son diocèse de Hong Kong, Annie, catholique militante de 60 ans, ressent ce « basculement dramatique depuis plusieurs années ». Pour cette fidèle très engagée en Chine où elle a souvent enseigné pendant trente ans, « nous sommes presque revenus à la fin des années 1970 quand nous ne savions rien de ce qui se passait au-delà du rideau de bambou ». Très rares aussi aujourd’hui sont les prêtres, religieuses ou fidèles chinois qui osent s’exprimer par téléphone, mail ou messagerie, même cryptée. « C’est trop dangereux. »

    Les informations circulent très mal, ou pas du tout. Se rendre sur place est tout aussi risqué. « Je n’ose plus aller sur le continent pour visiter une paroisse, confie Chan, journaliste catholique hongkongais. Je mettrais en danger les prêtres et les fidèles rencontrés, la surveillance s’est renforcée, des caméras sont installées devant les églises… »« Lorsqu’on arrive à joindre une connaissance de longue date, raconte Annie, elle ne parle pas, et encore moins sur l’accord de 2018. » Comme si le sujet était radioactif.

    Lire la suite

  • Elections : A quel parti vais-je donner ma voix ? Les lignes rouges qu'il ne faut pas franchir

    IMPRIMER

    Tous les partis belges francophones franchissent les lignes rouges mentionnées dans l'article ci-dessous. Alors, faut-il opter pour le vote blanc ou nul ? Qu'en pensent nos visiteurs ? Des candidats font-ils exception et seraient-ils susceptibles de recueillir nos suffrages ? On attend vos suggestions en commentaires...

    De kath.net/news :

    'Les lignes rouges ne doivent pas être franchies'.

    16 mai 2024

    A quel parti vais-je donner ma voix ? « Il y a simplement des choses qui sont mauvaises en soi. Le nationalisme populaire est mauvais en soi, l'avortement est mauvais en soi ». Conseils pour les élections européennes du père cistercien Isaak M. de Neuzelle.

    Pour qui puis-je voter en tant que chrétien en toute bonne conscience ? Le père cistercien allemand Isaak M. de Neuzelle a saisi l'occasion des prochaines élections européennes du 9 juin pour définir quelques critères.

    La tâche de l'Eglise est de préserver notre liberté en tant que chrétiens et c'est pourquoi l'Eglise ne donne pas de décisions électorales concrètes, a déclaré le père Isaak dans une homélie le 14 mai. Il a cité le cardinal Joseph Ratzinger, qui a estimé qu'il n'appartenait pas à l'Eglise de développer des solutions concrètes ou même exclusives pour les questions temporelles. L'Église doit cependant préserver des principes moraux, en quelque sorte « poser des jalons » et dire : « Jusqu'ici et pas plus loin » !

    Il existe en principe une séparation entre l'Église et l'État, ce qui signifie que l'État et l'Église sont chacun autonomes et que personne ne peut s'immiscer dans les affaires de contenu et d'organisation de l'autre. Cela ne concerne toutefois pas l'ordre moral, a expliqué le père cistercien. Concrètement, l'État ne doit pas « déclarer l'injustice en tant que droit ». C'est là que l'Église doit faire entendre sa voix.

    Un principe chrétien fondamental est que nous avons une âme immortelle. C'est la raison pour laquelle l'individu est supérieur à la communauté et non subordonné aux intérêts collectifs. Les constructions sociales et les États sont éphémères, mais l'âme humaine est immortelle, et c'est pour cette raison qu'elle est prioritaire.

    Le P. Isaak a cité quelques « lignes rouges à ne pas franchir ». Si elles sont franchies, « c'est l'humain qui est en jeu ». Il y a une tendance à considérer certaines décisions comme un petit pas. Ce qui est dangereux, c'est que derrière ce petit pas, il y a un abîme qui est éthiquement un « slippery slope », une pente glissante.

    Le thème de la protection de la vie humaine en est un exemple concret. « Les partis qui souhaitent étendre l'avortement et l'euthanasie ne sont pas éligibles pour un chrétien », a constaté le père Isaak. Jean-Paul II a déclaré dans « Evangelium Vitae » que l'on pouvait tout à fait choisir le « moindre mal » parmi les partis, par exemple lorsque ceux-ci se prononcent pour une législation moins libérale en matière d'avortement. En revanche, les partis qui « veulent faire le saut dans l'abîme » ne sont pas éligibles, car un progrès dans cette direction est « méprisant pour l'homme ».

    Le deuxième critère important est la protection et la promotion de la famille. Les partis qui propagent l'idéologie du genre, qui veulent un prétendu progrès vers un prétendu libéralisme, ne sont « que partiellement ou difficilement éligibles », car il s'agit de « violations de principes », a indiqué le père Isaak en se référant à une prise de position du pape François sur le genre.

    Lire la suite

  • Elections en Inde : le triomphe annoncé du nationalisme hindou

    IMPRIMER

    De Philippe Oswald sur La Sélection du Jour :

    Au bout des élections en Inde, le triomphe du nationalisme hindou

    Depuis le 19 avril et jusqu'au 1er juin, près d'un milliard d'électeurs indiens sont appelés aux urnes. Ces gigantesques élections, qui ont lieu tous les cinq ans, consacreront vraisemblablement le triomphe du Parti indien du peuple et la reconduction pour un troisième mandat du premier ministre Narendra Modi, champion de plus en plus affirmé du nationalisme hindou.

    Depuis le 19 avril et jusqu'au 1er juin, 968 millions d'Indiens sont appelés à voter dans 102 circonscriptions réparties sur 21 États pour élire 545 députés à la Chambre basse du ParlementLes résultats, attendus pour le 4 juin, détermineront le parti majoritaire et le nom du Premier ministre (Le Figaro, 18 avril). L'issue de ce marathon électoral de six semaines ne présente guère de doute : Narendra Modi et son parti, le BJP (« Parti indien du peuple »), au pouvoir depuis 2014, devraient triompher et imposer le nationalisme hindou. Selon ce courant de pensée, que d'aucuns qualifient d'idéologie, l'Inde aurait été asservie pendant douze siècles par les musulmans puis les Britanniques. Pour retrouver sa souveraineté et son identité, il lui faudrait donc revenir à « la source ». Cela signifie affirmer la primauté de l'hindouisme, avant tout sur l'islam et le christianisme qui sont les deux principales religions « allogènes ». Première minorité religieuse du pays devant les chrétiens (2,3 % de la population), les sikhs (1,7 %) et les bouddhistes (0,7 %), les musulmans représentent 15 % de la population indienne, soit près de 200 millions de personnes, mais n'occupent que 5 % des sièges de la chambre basse du Parlement.

    Le parti au pouvoir n'a pas lésiné sur les moyens de propagandeDrapeaux, étendards et fanions du BJP claquent dans les rues des villes gouvernées par le parti ou ses alliés, à commencer par New Delhi. Des rues à consonances islamiques ont été renommées. L'opposition est sommée de donner des gages de ferveur nationale-hindouiste et est accusée d' « anti-hindouisme » quand elle entreprend de critiquer le bilan peu flatteur du pouvoir s'agissant du chômage, de l'inflation, de la corruption ou de l'indigence des services publics.

    Depuis la première élection de Modi, en 2014, la pression sur les minorités religieuses n'a cessé de croître. Les lois promulguées à l'encontre des vendeurs (musulmans) de viande bovine, des congrégations religieuses recevant des fonds de l'étranger et les lois anti-conversions ont confirmé aux chrétiens comme aux musulmans qu'ils étaient dans le viseur des nouveaux dirigeants de l'Inde. Des nationalistes hindous, influencés par la rhétorique de politiciens affiliés au BJP, s'en prennent aux personnels d'institutions chrétiennes (écoles, orphelinats, dispensaires, hôpitaux). Déplorant un climat social hostile aux minorités religieuses, la Conférence des évêques catholiques de l'Inde (CBCI) a dénoncé une « polarisation religieuse sans précédent qui endommage notre chère harmonie sociale et menace la démocratie elle-même ».

    Pour s'assurer un troisième mandat, Narendra Modi multiplie les signes de ferveur hindouiste. En janvier dernier, le Premier ministre a inauguré un temple construit sur le site d'une ancienne mosquée détruite en 1992 par des extrémistes hindous, dans la ville d'Ayodhya (Uttar Pradesh). Soulignant son engagement nationaliste et religieux, son discours annonçait l'avènement d'une « nouvelle ère » pour l'Inde.

    Autre indice de la fin programmée du sécularisme : l'éclipse qui frappe les pères de l'indépendance indienne, Gandhi et Nehru, auxquels sont reprochées plus ou moins franchement leur conception séculière et pluraliste de la démocratie indienne. Signe symbolique de ce désamour : le Musée-Mémorial Nehru, institut prestigieux de sciences sociales à New Delhi, a été renommé en août 2023 « Musée et bibliothèque du Premier ministre ». Quant à Gandhi, le gouvernement Modi lui préfère ostensiblement Vinayak Damodar Savarkar (1883- 1966), un nationaliste qui fut incarcéré par les Britanniques. Savarkar est le fondateur de l'hindutva, une idéologie prônant la suprématie de la « nation hindoue » (« Hindu Rashtra »). À ce propos, La Croix (25 avril) relève qu'un détail historique gênant est occulté dans les manuels d'histoire : l'allégeance de l'assassin de Gandhi, le nationaliste hindou Narayan Vinayak Godse, à l'association des volontaires nationaux, organisation paramilitaire dont est issu le BJP…

    La prochaine étape visée par les ultra-nationalistes est une réforme de la Constitution enterrant le sécularisme — qui y est inscrit depuis l'indépendance (Asia News, 19 avril). Modi n'a pas désigné le but aussi clairement, mais il n'a pas caché son désir d'obtenir une majorité suffisante au Parlement pour instaurer un nouveau code civil unifié qui priverait les minorités religieuses de leurs législations particulières, charia pour les musulmans, lois ou coutumes liées au mariage, au divorce, à l'adoption, à l'héritage pour les chrétiens.

    L'Église catholique de l'Inde ne dissimule pas son inquiétude face aux desseins de Modi et du Bharatiya Janata Party, d'instrumentaliser l'hindouisme au détriment des autres religions rapporte Vatican News (9 avril). La minorité chrétienne ne représente que 2,3 % du 1,4 milliard d'habitants du pays, soit néanmoins entre 30 et 35 millions de citoyens indiens. Selon l'organisation United Christian Forum, 161 attaques ont ciblé les chrétiens en Inde entre le 1er janvier et le 15 mars 2024. Plus fondamentalement, l'offensive se concentre sur les écoles et universités catholiques, particulièrement recherchées pour leur qualité.

    La sélection
    Inde : tout ce qu’il faut savoir sur les élections législatives
  • Pensionnat de Kamloops (Canada) : aucune dépouille retrouvée après 8 millions de dollars de dépenses pour ce faire

    IMPRIMER

    Du site "Pour une école libre au Québec" :

    Aucune dépouille retrouvée après 8 millions de dollars de dépenses pour ce faire au pensionnat de Kamloops

    10 mai 2024

    Le ministère des relations entre la Couronne et les autochtones a confirmé avoir dépensé beaucoup d'argent pour tenter de découvrir la « vérité déchirante » des éventuelles tombes anonymes du pensionnat indien de Kamloops, en Colombie-Britannique.

    Cependant, malgré l'allocation de 7,9 millions de dollars à cette fin, aucune dépouille n'a été retrouvée et aucune information n'a été rendue publique sur la manière dont les fonds ont été utilisés, indique Blacklock's Reporter.

    Carolane Gratton, porte-parole du ministère, a confirmé l'allocation de 7,9 millions de dollars pour diverses activités, notamment le travail sur le terrain, la recherche de documents et la sécurisation des terrains des pensionnats.
     
    Toutefois, elle a renvoyé à la communauté les questions concernant les détails des initiatives entreprises par la Première nation Tk'emlups te Secwepemc.

    Alors que le ministère n'a pas rendu publics les comptes financiers en vertu de la loi sur l'accès à l'information, la Première nation est également restée très discrète sur l'utilisation des fonds. Dans une déclaration, elle a réaffirmé qu'elle se concentrait sur les travaux scientifiques nécessaires, mais a refusé de discuter de l'allocation de 7,9 millions de dollars.

    Les fonds alloués en 2021 étaient destinés à documenter la « vérité déchirante » concernant les sépultures non marquées dans les pensionnats, comme l'indique une note d'information du ministère datant de 2022. Malgré cela, aucun progrès tangible n'a été réalisé et le sort des fonds alloués n'a pas été révélé.

    L'annonce de la découverte de 215 tombes d'enfants sur le site du pensionnat de Kamloops par la Première nation en 2021 a suscité un tollé international.

    Cependant, malgré cette révélation, aucun corps n'a été retrouvé à ce jour. Le gouvernement avait alors décidé de mettre en berne le drapeau de la Tour de la Paix pendant 161 jours, d'allouer 3,1 millions de dollars à un registre national des décès d'élèves des pensionnats indiens et d'affecter 238,8 millions de dollars au Fonds de soutien communautaire pour les enfants disparus dans les pensionnats, qui expire en 2025.

    Le Premier ministre Justin Trudeau a déjà souligné l'importance de reconnaître l'impact actuel des pensionnats, en déclarant : « Ce qui s'est passé il y a des décennies ne fait pas partie de notre histoire, c'est une partie irréfutable de notre présent ».

    Le manque de transparence concernant l'affectation et l'utilisation des fonds, associé à l'absence de progrès tangibles dans la découverte de la vérité sur les sépultures des pensionnats, a soulevé des inquiétudes quant à la responsabilité et à la nécessité d'une plus grande transparence dans la gestion de l'héritage des pensionnats au Canada.

    Voir aussi

    La vérité souvent ignorée sur les « tombes anonymes d’enfants indigènes disparus »

    96 églises incendiées ou vandalisées, timide réaction du PM Trudeau qui organise un sommet sur l’islamophobie (m à j)

    La découverte de tombes d’enfants à Kamloops demande une enquête rigoureuse et non des conclusions trop hâtives et partiales 

    Le gouvernement canadien, responsable des conditions des pensionnats amérindiens comme celui de Kamloops  

    Ce qu’on ne dit jamais : certains Autochtones ont grandement apprécié leur pensionnat

    [m à j 2022] : Le plus gros bobard ? Un an plus tard, toujours aucune preuve de nouvelles tombes anonymes dans les anciens pensionnats indiens… 

    Quillette : « Au Canada, demander des preuves est désormais considéré comme du “négationnisme” »

  • Le vénérable József Mindszenty et la bataille pour l'Église sous le communisme

    IMPRIMER

    De Dawn Beutner sur The Catholic World Report :

    Le vénérable Mindszenty et la bataille pour l'Église sous le communisme

    Il n'y a pas de réponses faciles pour trouver une façon christique de traiter avec une philosophie économique et une forme de gouvernement qui ne montre que peu ou pas de remords pour avoir causé la mort de millions de ses propres citoyens.

    6 mai 2024

    Le cardinal József Mindszenty (1892-1975) prononçant un discours le 1er novembre 1956. (Image : Jack Metzger/Wikipedia)

    Depuis que l'Église existe, ses dirigeants se sont souvent trouvés en désaccord avec les chefs de gouvernement. Le conflit peut porter sur des objectifs nationaux, des guerres à l'étranger, des trafics d'influence, des hérésies ou des enseignements moraux qui dérangent. Un pape ou un évêque peut être confronté à des empereurs ou à des rois, à des chefs de tribus ou à des seigneurs féodaux, à des bureaucrates ou à des autocrates, à des élus ou à des despotes totalitaires. Quels que soient les détails, la cause première est généralement la même : les dirigeants veulent naturellement garder le contrôle sur les personnes qu'ils gouvernent, et ils pensent souvent que leur tâche serait plus facile s'ils pouvaient également contrôler la religion, telle que l'Église catholique.

    Dans le conflit qui oppose l'Église au communisme et au socialisme (1), cette tension est exacerbée par l'incompatibilité des objectifs communistes avec l'enseignement catholique (2). Ainsi, lorsque les gouvernements communistes prennent le contrôle, l'une de leurs premières mesures est généralement d'essayer de réduire au silence les bergers de l'Église.

    Pendant la période de contrôle soviétique de l'Europe de l'Est, de nombreux évêques, ainsi que des prêtres et des laïcs, ont été menacés, emprisonnés, torturés, exilés et exécutés. L'Église reconnaît aujourd'hui la sainteté des évêques martyrs du communisme d'Albanie (3), de Bulgarie (4), de Croatie (5), de Lituanie (6), de Pologne (7), de Roumanie (8), de Russie (9), de Slovaquie (10) et d'Ukraine (11).

    Le vénérable serviteur de Dieu József Mindszenty (1892-1975) est né dans un village de l'ouest de la Hongrie. Il a fait ses études dans des écoles catholiques et a été ordonné prêtre catholique à l'âge de vingt-trois ans pendant la Première Guerre mondiale. József, qui était un homme instruit et éloquent, avait déjà pris le temps d'étudier les enseignements du communisme et du fascisme, et il a donc expliqué à son peuple ce qui n'allait pas dans les deux cas. Il a donc expliqué à son peuple ce qui n'allait pas avec les deux. Cela l'a conduit en prison plus d'une fois.

    Lire la suite

  • La Chine n'est pas fiable, mais pour le Vatican l'accord doit être renouvelé

    IMPRIMER

    De Riccardo Cascioli sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    La Chine n'est pas fiable, mais pour le Vatican l'accord doit être renouvelé

    Pour le cardinal Parolin, secrétaire d'Etat du Vatican, l'accord secret avec la Chine doit être renouvelé. Et cette fois, il doit être définitif. Ni les violations de l'accord par Pékin, ni la persécution croissante des catholiques qui ne se plient pas au Parti, y compris à Hong Kong, ne comptent.

    25_04_2024

    Le Saint-Siège a l'intention de renouveler l'accord secret conclu avec la Chine en 2018 et renouvelé ensuite tous les deux ans. C'est ce qu'a déclaré le secrétaire d'État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, en répondant par écrit à une question du correspondant de LifeSiteNews à Rome, Michael Haynes.
    L'accord expire en octobre et, a déclaré le cardinal Parolin, "nous espérons le renouveler". Et à cet égard, a-t-il ajouté, "nous dialoguons avec nos interlocuteurs sur ce point".

    Sur la volonté du Saint-Siège d'aller de l'avant malgré le manque de fiabilité du régime communiste chinois, il n'y a pas de doute, compte tenu de la façon dont les choses se sont déroulées au cours des six dernières années ; mais la déclaration du secrétaire d'État du Vatican n'en est pas moins importante. Certes, il reste encore plusieurs mois avant qu'une décision officielle ne soit prise, mais après deux renouvellements de deux ans, le dernier mot sur l'accord est attendu cette année : soit il devient définitif, soit il est abandonné.

    Et tout laisse supposer qu'à moins d'un coup de théâtre, on va vers le définitif : le Saint-Siège a déjà tout accepté - y compris l'inacceptable - pour en arriver là ; le gouvernement chinois n'a qu'à gagner dans ces conditions, car il peut procéder à l'anéantissement de l'Église catholique avec l'aval du Vatican.

    La question ne concerne pas seulement la nomination des évêques, qui - le Saint-Siège l'a toujours dit - est le thème central de l'accord secret, mais le processus de sinisation de l'Église catholique que le régime poursuit depuis au moins 2015 et qui devient de plus en plus étouffant et s'étend maintenant à l'Église de Hong Kong.

    Même si trois évêques ont été nommés plus tôt cette année - Thaddeus Wang Yuesheng pour Zhengzhou, Anthony Sun Weniun pour le nouveau diocèse de Weifang, Peter Wu Yishun pour la préfecture apostolique de Shaowu - avec l'approbation du pape et donc formellement selon les accords Chine-Vatican, en substance, il semble clair que le mécanisme fonctionne comme suit : le régime communiste décide et le pape donne son assentiment.

    En outre, même si nous voulons considérer la nomination des trois évêques avec l'accord du Vatican comme un fait positif, l'application de cette partie de l'accord ne met pas du tout fin à la persécution des prêtres et des évêques qui n'acceptent pas la subordination au parti communiste : Par exemple, début janvier, presque en même temps que les trois nominations épiscopales mentionnées ci-dessus, Monseigneur Peter Shao Zhumin, évêque de Wenzhou, non reconnu par le gouvernement, a été arrêté pour la énième fois, coupable de ne pas vouloir adhérer à l'Association patriotique des catholiques chinois (APCC), l'instrument utilisé par le régime pour "guider" l'Eglise catholique. Mais ces épisodes ne sont pas à prendre en compte, de même que les divers obstacles mis à la participation aux célébrations eucharistiques.

    Mais l'aspect le plus pertinent est le fait que le régime chinois, pour tout acte concernant l'Église catholique, ne mentionne jamais le Saint-Siège et le Pape, et encore moins les accords. Un aspect bien mis en évidence par un article récent et éclairant du père Gianni Criveller, missionnaire du PIME et directeur éditorial d'Asia News. C'est ce qui se passe lors de l'annonce des nominations d'évêques, mais "le silence sur le rôle de Rome" est encore plus évident dans le "Plan quinquennal pour la sinisation du catholicisme en Chine (2023-2027)", approuvé le 14 décembre dernier par la Conférence des évêques catholiques et l'Association patriotique (organismes tous deux sous le contrôle du Parti communiste).

    Comprenant l'équivalent de 3 000 mots, divisé en quatre parties et 33 paragraphes, le Plan, précise le Père Criveller, "ne mentionne jamais le Pape et le Saint-Siège, ni l'accord conclu entre le Vatican et la Chine. Au contraire, le dirigeant Xi Jinping est mentionné quatre fois. Cinq fois, il est répété que le catholicisme doit prendre des 'caractéristiques chinoises'. Le mot "sinisation" est le plus important : il revient pas moins de 53 fois. La sinisation signifie évidemment la subordination totale de l'Église aux directives du Parti communiste.

    Ce n'est pas seulement une question de fréquence des mots, ce qui est significatif, c'est "la fermeté et le langage péremptoire". "Comme s'il n'y avait pas eu, écrit le Père Criveller, de dialogue et de rapprochement avec le Saint-Siège ; comme si la reconnaissance accordée par le Pape à tous les évêques chinois n'avait servi à rien ; comme s'il n'y avait pas eu d'accord entre le Saint-Siège et la Chine qui donne au monde l'impression que le catholicisme romain a trouvé en Chine hospitalité et citoyenneté".

    Face à cette attitude du régime chinois, qui n'en fait évidemment qu'à sa tête, qui envisage la soumission totale de l'Eglise aux directives et aux exigences du Parti communiste, la position de la Secrétairerie d'Etat du Vatican apparaît incompréhensible.

    L'art de la diplomatie, qui doit procéder même à petits pas, est une chose ; c'en est une autre que de sacrifier la vérité et les fidèles catholiques à des logiques essentiellement politiques. Il est évident que pour maintenir vivante la possibilité d'un accord avec le régime chinois, le Saint-Siège et le Pape se taisent depuis des années sur l'escalade de la persécution anticatholique en Chine, sans un mot pour les catholiques de Hong Kong, qui sont de plus en plus dans le collimateur, notamment grâce à la nouvelle et infâme loi sur la sécurité nationale (voir ici et ici). Rappelons qu'à Hong Kong, l'évêque émérite, le cardinal Joseph Zen, a été arrêté et est toujours en procès, tandis que depuis trois ans, l'homme d'affaires catholique (converti) Jimmy Lai, éditeur d'un quotidien critique à l'égard de Pékin (aujourd'hui fermé), purge une lourde peine de prison et risque même la prison à vie dans un autre procès en cours.

    La raison d'État ne peut justifier ce silence scandaleux qui condamne à la persécution les évêques, les prêtres et les laïcs fidèles à l'Église. Des évêques, des prêtres et des laïcs qui ont déjà payé cher leur fidélité à l'Église et qui se voient aujourd'hui abandonnés même par Rome. La détermination avec laquelle le cardinal Parolin - qui a le soutien total du pape sur ce point - conduit le Saint-Siège à embrasser le régime communiste est inquiétante. Et les conséquences ne concernent pas seulement l'Église chinoise.