Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité

  • Les évêques américains espèrent que le Congrès eucharistique national pourra accroître la foi dans le Saint Sacrement

    IMPRIMER

    De Charles Collins sur Crux Now :

    Les évêques américains espèrent que le Congrès eucharistique national pourra accroître la foi dans le Saint Sacrement

    Les évêques catholiques des États-Unis peuvent-ils raviver la dévotion de l’Église à l’Eucharistie ?

    C’est le thème central du Congrès eucharistique national qui se déroule au stade Lucas Oil, dans le centre-ville d’Indianapolis.

    Des dizaines de milliers de catholiques se sont rassemblés mercredi au stade pour un rassemblement de cinq jours, qui, espèrent les évêques, suscitera un renouveau eucharistique.

    « Nous savons qu'un tel renouveau, s'il s'accompagne toujours d'une dévotion sacramentelle, doit s'étendre également au-delà des pratiques dévotionnelles », a déclaré le cardinal Christophe Pierre, représentant du pape François dans le pays, aux participants à l'ouverture.

    « Lorsque nous sommes vraiment « ravivés » par l'Eucharistie, alors notre rencontre avec la présence réelle du Christ dans le Sacrement nous ouvre à une rencontre avec Lui dans le reste de la vie », a déclaré Mgr Pierre.

    Les statistiques montrent que la croyance dans les enseignements de l'Église sur l'Eucharistie est en baisse depuis des années parmi les catholiques aux États-Unis.

    Un sondage réalisé en 2019 par le Pew Research Center a révélé que seulement un tiers des catholiques américains étaient d'accord avec l'enseignement de l'Église selon lequel l'Eucharistie est le corps, le sang, l'âme et la divinité de Jésus-Christ.

    En plus de demander aux catholiques ce qu’ils croient à propos de l’Eucharistie, l’enquête Pew comprenait également une question qui testait si les catholiques savaient ce que l’Église enseigne sur le sujet.

    « La plupart des catholiques qui croient que le pain et le vin sont symboliques ne savent pas que l’Église soutient la transsubstantiation. Dans l’ensemble, 43 % des catholiques croient que le pain et le vin sont symboliques et que cela reflète également la position de l’Église. Pourtant, un catholique sur cinq (22 %) rejette l’idée de la transsubstantiation, même s’il connaît l’enseignement de l’Église », indique l’étude.

    « La grande majorité de ceux qui croient que le pain et le vin deviennent en réalité le corps et le sang du Christ – 28 % de tous les catholiques – savent que c’est ce qu’enseigne l’Église. Une petite partie des catholiques (3 %) professent croire en la présence réelle du Christ dans l’Eucharistie, même s’ils ne connaissent pas l’enseignement de l’Église sur la transsubstantiation », poursuit le rapport.

    Cependant, l'étude Pew a révélé qu'environ six sur dix (63 %) des catholiques les plus pratiquants - ceux qui assistent à la messe au moins une fois par semaine - acceptent l'enseignement de l'Église sur la transsubstantiation, mais parmi les catholiques qui n'assistent pas à la messe chaque semaine, une grande majorité dit croire que le pain et le vin sont symboliques et ne deviennent pas réellement le corps et le sang de Jésus.

    Un sondage de suivi utilisant plusieurs phrases décrivant l'enseignement de l'Église sur l'Eucharistie a été organisé en 2022 par le Centre de recherche appliquée sur l'apostolat affilié à l'Université de Georgetown et a révélé que 64 % des catholiques ont exprimé leur croyance en la présence de Jésus dans l'Eucharistie dans au moins une réponse, comme pratiquement tous ceux qui assistaient à la messe chaque semaine.

    Ces différents sondages indiquent que la formulation de l’enseignement de l’Église sur la transsubstantiation influence souvent la réponse à la question.

    Mgr Pierre a déclaré que la rencontre avec la présence réelle du Christ dans le sacrement « nous ouvre à une rencontre avec lui dans le reste de notre vie ».

    « Il est présent non seulement dans notre famille, nos amis, nos communautés, mais il est également présent dans nos rencontres avec des personnes dont nous nous considérerions autrement comme séparés. Il peut s’agir de personnes d’une classe économique ou d’une race différente. Des personnes qui remettent en question notre façon de penser, des personnes dont la perspective est nourrie par des expériences très différentes de la nôtre », a ajouté le cardinal.

    Le Congrès eucharistique national est le premier aux États-Unis depuis plus de 80 ans. Entre 1895 et 1941, il y en a eu neuf, mais la pratique de la dévotion a décliné après la Seconde Guerre mondiale et le Concile Vatican II dans les années 1960.

    Les évêques américains tentent désormais de le relancer – et espèrent ainsi encourager les catholiques à accroître leur dévotion aux enseignements de l’Église.

    L'archevêque de Détroit, Allen H. Vigneron, a déclaré aux participants de sa région que l'Eucharistie représente « l'humiliation » de Dieu envers lui-même.

    « L’Eucharistie concerne tout ce qui est vrai dans l’Alliance, car ici le Christ tout-puissant, impuissant, humilié, devient encore plus humble. Il devient notre hôte, il nous nourrit et, plus humblement encore, il se fait nourriture. C’est le Dieu tout-puissant et impuissant », a-t-il déclaré.

  • Quiconque nie ses propres racines renforce les ailes politiques extrémistes

    IMPRIMER

    Du Tagespost (Baron Vinzenz von Stimpfl-Abele) :

    L’IDENTITÉ PLUTÔT QUE LA POLITIQUE IDENTITAIRE

    Nourrissez vos propres racines

    Le baron Vinzenz von Stimpfl-Abele met en garde : L'Union européenne ne développera une force d'identification que si elle reconnaît ses racines les plus profondes : l'Occident chrétien.

    19 juillet 2024

    Dire que nous avons vécu une époque de turbulences serait un euphémisme. Parce que les temps ont été, sont et seront toujours mouvementés. Nous vivons plutôt à une époque où l’âme de notre société est en danger, à savoir notre fondement commun de valeurs chrétiennes et européennes. Nous vivons dans une société de plus en plus radicalisée, dans laquelle les différentes positions ne déclenchent pas de discours constructifs, mais trop souvent de l’hostilité, voire de l’inimitié et de la haine.

    Quiconque nie ses propres racines renforce les ailes politiques extrémistes

    Pourquoi donc? Et que pouvons-nous faire à ce sujet ? La principale raison de cette évolution extrêmement dangereuse réside dans une mauvaise compréhension de notre identité. Dans mon pays natal, l’Autriche, cela devient évident lorsqu’on aborde notre propre histoire. De grands cercles politiques et sociaux reconnaissent que l'histoire et la tradition autrichiennes constituent un facteur économique essentiel pour notre pays - et malheureusement, ils la réduisent en grande partie à cela. Mais cela ne suffit pas, car il existe également une dangereuse méconnaissance de nos racines, dont les ailes politiques extrêmes ne sont que trop heureuses de profiter. Nous devons enfin apprendre à vivre non seulement de notre histoire, mais aussi avec elle. Dans l’esprit du grand Otto von Habsburg , qui décrivait l’histoire comme une « piste vers l’avenir ».

    Il en va de même pour l'Union européenne : pour que ce projet, crucial pour notre avenir, réussisse, pour qu'il soit soutenu avec conviction par les Européens, il doit être plus qu'une union économique et monétaire - il doit alors être une union de valeurs crée une identité. Ensuite, il faut aussi pouvoir être à la fois un patriote passionné et un ardent Européen. Cela ne réussira que si les citoyens, au niveau européen et national, sont conscients de leur responsabilité à l’égard de nos racines chrétiennes occidentales, en sont fiers et, surtout, considèrent qu’il est de leur devoir de les protéger. C’est pourquoi nous ne devons pas nous laisser dissuader de qualifier l’Europe d’Occident chrétien, comme l’a si bien dit l’évêque de Ratisbonne Rudolf Vorderholzer : « L’âme de l’Europe est le christianisme, et c’est pourquoi il est aussi historiquement exact et responsable, depuis le « l'Occident chrétien ». Il a raison, après tout, nos valeurs et nos traditions sont fortement influencées par le christianisme.

    La tolérance ne signifie pas le sacrifice de soi

    Cependant, notre société est sur le point de sacrifier précisément ces racines, valeurs et traditions qui caractérisent notre Occident chrétien sur l’autel de l’air du temps. Un exemple : il y a quelques jours, la Une du plus grand quotidien autrichien titrait « Par égard pour ses camarades de classe musulmans – un enseignant interdit la Bible en classe ». Ce seul fait serait déjà assez grave. Mais cela devient dramatique quand on regarde le tollé et les protestations de l’Église et des croyants. Ils n’existaient presque pas ! Le fait que parfois les autorités agissant sur un plan idéologique ne prennent aucune mesure ou prennent de mauvaises mesures est triste, mais pas vraiment surprenant. Cependant, le fait que les gardiens et les défenseurs de la foi réagissent, au mieux, avec prudence à ce type de comportement est plus qu'un simple signal d'alarme, car ici, sous le couvert d'une fausse conception de la tolérance, qui poursuit dans de nombreux cas objectifs sociopolitiques, ce qui est au cœur des églises chrétiennes et de l'âme de l'Europe. N'oublions pas que le terme tolérance vient du latin « tolerare » et signifie quelque chose comme endurer, permettre, tolérer. Ce que la tolérance ne signifie certainement pas et ne devrait pas signifier, c'est le sacrifice de soi.

    Lire la suite

  • 28 juillet : Journée mondiale des grands-parents, indulgence plénière pour ceux qui la célèbrent

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Journée mondiale des grands-parents, indulgence plénière pour ceux qui la célèbrent

    Dimanche 28 juillet, la pénitencerie apostolique accorde l’indulgence plénière aux représentants des personnes âgées et aux fidèles «qui, animés d'un esprit de pénitence et de charité» participeront aux différentes fonctions liturgiques dans le monde. Elle concerne aussi les malades, leurs accompagnateurs et ceux qui, ne pouvant sortir de chez eux, «s'y associeront spirituellement», détachés du péché et avec l'intention de remplir les conditions habituelles.

    À l'occasion de la IVe Journée mondiale des grands-parents et des personnes âgées, fixée par le Pape chaque quatrième dimanche de juilletà l’approche de la mémoire liturgique des saints Joachim et Anne, grands-parents de Jésus, la pénitencerie apostolique accorde «l'indulgence plénière aux conditions habituelles (confession sacramentelle communion eucharistique et prière selon les intentions du Souverain pontife) aux grands-parents, aux personnes âgées et à tous les fidèles qui, animés d'un véritable esprit de pénitence et de charité, le 28 juillet 2024», participeront «aux diverses fonctions qui se dérouleront dans le monde entier». C'est ce que prévoit un décret signé par le cardinal Angelo De Donatis, pénitencier majeur.

    Visiter une personne âgée dans le besoin

    L'indulgence plénière, accordée à la demande du cardinal Kevin Joseph Farrell, préfet du dicastère pour les Laïcs, la famille et la vie, «afin d'accroître la dévotion des fidèles et d'assurer le salut des âmes», peut également «être appliquée comme suffrage pour les âmes du purgatoire» et est également accordée aux fidèles qui, le 28 juillet, «consacrent le temps nécessaire pour rendre visite à leurs frères et sœurs âgés dans le besoin ou en difficulté, comme les malades, les personnes seules, les handicapés...».

    Indulgence aussi pour ceux qui ne peuvent sortir de chez eux

    Le décret du premier des trois tribunaux de la Curie précise également que «s'ils se détachent de tout péché et entendent remplir au plus vite les trois conditions habituelles, les personnes âgées malades, ainsi que celles qui les assistent et toutes celles qui, ne pouvant sortir de chez elles pour une raison grave, s'uniront spirituellement aux fonctions sacrées des Journées Mondiales de la Jeunesse», pourront l'obtenir, «en offrant au Dieu Miséricordieux leurs prières, les peines et les souffrances de leur propre vie, surtout pendant que les différentes célébrations sont retransmises par les médias».

    Afin que «l'opportunité d'atteindre la grâce divine» se réalise plus facilement «à travers la charité pastorale», la pénitencerie apostolique demande «aux prêtres, dotés des facultés appropriées pour entendre les confessions, de se rendre disponibles, avec un esprit prêt et généreux, pour la célébration du sacrement de la pénitence».

    La journée de cette année aura pour thème «Dans la vieillesse, ne m'abandonne pas». Insituée à l'été 2021, cette journée est l'un des fruits de "l'Année Famille Amoris Laetitia" lancée par le Pape en 2021-2022, à l’occasion du 5e anniversaire de la publication de l’exhortation apostolique éponyme.

  • L'effacement systématique du patrimoine chrétien arménien dans le Haut-Karabakh

    IMPRIMER

    Du site de l'ECLJ :

    Juillet 2024

    Le Haut-Karabakh, situé dans ce qui est aujourd'hui le sud-ouest de l'Azerbaïdjan, abrite un trésor de patrimoine chrétien arménien - églises, monastères, khachkars et autres objets culturels qui témoignent de la foi et de la culture du peuple arménien. Ces précieux éléments de l'histoire arménienne sont toutefois systématiquement effacés de la région. 

    Le Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ) a récemment publié un rapport détaillé intitulé « L'effacement systématique du patrimoine chrétien arménien dans le Haut-Karabakh ». Ce rapport cherche à attirer l'attention sur la destruction et le révisionnisme du patrimoine chrétien arménien, à évaluer la réponse internationale à ce jour et à fournir des recommandations pour lutter contre l'effacement culturel qui se produit au Haut-Karabakh.

    H-K Rapport video

    Le rapport de l'ECLJ fournit une liste exhaustive et un examen détaillé des sites religieux qui ont été détruits, endommagés ou menacés par l'Azerbaïdjan entre septembre 2023 et juin 2024. Le rapport détaille également le révisionnisme culturel mené par l'Azerbaïdjan. Pour parvenir à un effacement culturel complet, l'Azerbaïdjan ne s'est pas contenté de détruire le patrimoine arménien, il nie également son existence.

    L'impact du rapport de l'ECLJ

    L'ECLJ s'est engagé à utiliser son rapport pour inciter les institutions internationales à protéger le patrimoine chrétien arménien. D'ores et déjà, «L'effacement systématique du patrimoine chrétien arménien au Haut-Karabakh» a influencé le dialogue autour de la destruction dans le Caucase du Sud.

    Le 26 juin 2024, l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) a adopté la résolution 2558 (2024), «Lutter contre l'effacement de l'identité culturelle en temps de guerre et de paix». Cette résolution condamne la destruction méthodique des monuments historiques ukrainiens et la décontextualisation des artefacts culturels ukrainiens par le biais du révisionnisme culturel. 

    Avant l'adoption de cette résolution, pour attirer l'attention sur l'effacement culturel dans le Haut-Karabakh, l'ECLJ a présenté son dernier rapport aux députés de l'APCE et les a exhortés à dénoncer les horribles destructions commises par l'Azerbaïdjan dans le Haut-Karabakh. L'ECLJ a également contacté la rapporteuse Mme Yevheniia Kravchuk (Ukraine), l'autrice du projet de résolution, pour la remercier de son travail sur l'effacement culturel en Ukraine et d'avoir pris en considération les destructions au Haut-Karabakh dans son rapport.

    Des délégués tels que M. Hayk Mamijanyan (Arménie), M. Gergely Arató (Hongrie) et Mme Sona Ghazaryan (Arménie) ont utilisé la tribune pour souligner la situation épouvantable dans le Haut-Karabakh et la nécessité de concentrer les efforts pour protéger ce qui reste du patrimoine culturel de la région. L'ECLJ exhorte l'APCE à écouter les paroles de M. Mamijanyan qui a déclaré lors du débat sur la résolution: «Restons unis dans notre engagement à protéger et à préserver l'identité culturelle de toutes les nations, en veillant à ce que l'histoire, aussi vulnérable soit-elle, ne soit jamais oubliée».

    M. Arató a souligné la nécessité de s'opposer à l'Azerbaïdjan en déclarant que « le mépris du droit international et de l'autodétermination culturelle du peuple arménien dans le cas du Haut-Karabakh est troublant. [...] Si nous acceptons la destruction des valeurs culturelles et de l'identité nationale dans le cas d'un seul pays, d'une seule région, nous ne serons pas non plus protégés si notre culture et notre identité sont en danger ».

    L'APCE doit agir pour protéger le patrimoine en danger au Haut-Karabakh

    L'ECLJ se réjouit de la nouvelle résolution et de sa protection du patrimoine culturel ukrainien. La résolution 2558 appelle les États membres à «promouvoir une protection efficace des identités culturelles, du patrimoine culturel et des droits culturels menacés». La résolution demande également aux États membres de «mettre en commun leurs ressources et de coordonner leurs actions» pour aider l'Ukraine, mettre fin à la destruction culturelle et soutenir les efforts de rétablissement et de reconstruction. 

    Il est impératif que l'APCE adopte une résolution similaire demandant une protection spécifique du patrimoine chrétien arménien en danger. Comme l'a souligné Mme Ghazaryan, «la préservation des monuments historiques et culturels est notre responsabilité collective, quelle que soit leur origine culturelle et nationale, car il est de notre responsabilité collective de protéger notre histoire humaine commune». La même menace d'effacement culturel total qui pèse sur l'Ukraine pèse sur le Haut-Karabakh. L'APCE doit agir avant qu'il ne soit trop tard. 

    Le rapport de l'ECLJ a contribué à souligner l'importance de la protection des sites culturels dans le monde entier, et l'ECLJ continuera à attirer l'attention des institutions internationales sur cette question jusqu'à ce que la protection du patrimoine chrétien arménien soit assurée. 

    Soutenez notre action institutionnelle en signant notre pétition et en partageant notre rapport et notre vidéo : 

    L’Azerbaïdjan n’a plus sa place au Conseil de l’Europe !

  • Rome demande des réformes à la Communauté Saint-Martin tandis que l'abbé Guérin, le fondateur, est accusé d'abus

    IMPRIMER

    De Famille Chrétienne :

    Communauté Saint-Martin : Rome demande des réformes, le fondateur mis en cause

    Les deux assistants apostoliques, le père François-Marie Humann et Mgr Matthieu Dupont, évêque de Laval, aideront le modérateur de la communauté, Don Paul Préaux, et son conseil à mener à bien les réformes demandées par Rome.

    Deux ans après la visite pastorale périodique lancée par Rome à la demande de la Communauté Saint-Martin, Mgr Matthieu Dupont, évêque de Laval, et le père François-Marie Humann, abbé de Mondaye, ont été nommés assistants apostoliques le 4 juillet par le Dicastère pour le Clergé. Durant trois années, ils aideront la communauté fondée en 1976 à mener plusieurs réformes, à commencer par une relecture historique de sa fondation. Plusieurs anciens membres accusent en effet l’abbé Jean-François Guérin, le fondateur de la Communauté Saint-Martin, d’avoir commis des abus. Entretien croisé avec les deux assistants et le modérateur de la communauté, Don Paul Préaux.

    Lire la suite sur le site de Famille Chrétienne

  • Des chrétiens arrêtés dans le plus grand État de l'Inde, accusés de « conversion illégale »

    IMPRIMER

    De Nirmala Carvalho sur Crux Now :

    Des chrétiens arrêtés dans le plus grand État de l'Inde, accusés de « conversion illégale »

    MUMBAI, Inde – Quatre personnes du village indien de Moradabad, dont un pasteur de l'Uttarakhand, ont été arrêtées samedi pour avoir prétendument converti des gens en les attirant sous prétexte de leur donner des avantages.

    Le village se trouve dans l'Uttar Pradesh, l'État le plus peuplé d'Inde, avec près de 200 millions d'habitants. Cependant, seuls 350 000 chrétiens vivent dans cet État, soit 0,18 % de la population. En comparaison, les chrétiens représentent près de 2,5 % de la population totale de l'Inde.

    L'Uttar Pradesh, comme le gouvernement national, est dirigé par le Bharatiya Janata Party (BJP), qui entretient des liens étroits avec le Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS), une organisation nationaliste hindoue militante.

    L'officier de police Rajesh Kumar a informé les médias que l'incident s'était produit dans le village de Rammanawala alors que certaines personnes organisaient une congrégation religieuse chrétienne.

    Il a déclaré que les militants de deux organisations hindoues sont intervenus et ont informé la police, alléguant une conversion religieuse forcée par séduction.

    Le Vishwa Hindu Parishad (VHP) – signifiant Conseil hindou universel – était l’un des groupes à l’origine de ces allégations.

    Le secrétaire général de l'unité du district VHP de Moradabad, Pankaj Singh Pal, a déclaré qu'un pasteur d'Uddhamsinghnagar, Uttarakhand, et trois villageois locaux avaient converti jusqu'à 60 personnes de 15 familles hindoues au christianisme et essayaient de faire de même avec d'autres villageois.

    Il a affirmé qu'ils donnaient de l'argent aux gens ainsi que des réfrigérateurs, des téléviseurs, des vélos, des motos et des machines à coudre pour les convertir au christianisme.

    Le père Anand Mathew, un militant des droits de l’homme et de l’environnement qui travaille depuis plus de 30 ans à Varanasi, a déclaré à Crux qu’il y avait eu trop d’arrestations de pasteurs, d’évangélistes et de fidèles laïcs qui « faisaient véritablement de l’évangélisation ».

    « Les allégations de conversion forcée et même de toute sorte de conversion – changement de religion – sont totalement fausses et fictives », a-t-il déclaré.

    « Une nouvelle loi – l'ordonnance de 2020 sur l'interdiction des conversions illégales de religion dans l'Uttar Pradesh – promulguée par l'Assemblée législative de l'Uttar Pradesh le 29 septembre 2021, c'est-à-dire pendant le pic de la deuxième vague de COVID-19, est régulièrement utilisée à mauvais escient par la police de l'Uttar Pradesh », a expliqué le prêtre.

    « Il est vrai que les militants des églises évangéliques libres rassemblent les gens pour prier. La plupart d’entre eux ne sont pas convertis. Quelques-uns d’entre eux peuvent être issus de familles chrétiennes traditionnelles. Ceux qui se rassemblent adorent le Seigneur avec des chants et des prières spontanées, ils écoutent la Parole de Dieu prêchée par le pasteur, qui est lui-même pour la plupart local ou missionnaire d’autres États », a poursuivi Mathew.

    Le prêtre a déclaré que les pasteurs prient pour la guérison des gens et a ajouté : « des miracles se produisent ».

    « Ces réunions de prière sont censées être des réunions de conversion. La vérité est que les pasteurs ne baptisent plus les gens après la promulgation de la nouvelle ordonnance », a-t-il ajouté.

    Mathew a déclaré que la législation permet uniquement à un proche de déposer une plainte selon laquelle une personne a été « faussement convertie » et a déclaré que cette loi est violée par la police.

    « Ils acceptent les fausses plaintes déposées par des membres de groupes marginaux tels que Vishwa Hindu Parishad, Bajrang Dal, Durga Vahini et Hindu Yuva Vahini. Les allégations de séduction sous forme d’énormes sommes d’argent pour convertir des personnes ne sont que des fantasmes nés de l’esprit de ces éléments marginaux. Ce sont eux qui jouent le rôle de journalistes, rapportent ces histoires fictives dans les journaux, ils jouent le rôle de jury et obtiennent également le soutien de la police locale », a déclaré le prêtre à Crux .

    « Ceux qui accusent les adolescentes d’avoir été séduites par des réfrigérateurs, des téléviseurs, des motos, de l’argent liquide, etc., ne pourront pas fournir de preuves. Les machines à coudre offertes aux adolescentes dans le cadre d’un acte humanitaire et philanthropique visant à les former à la génération de revenus sont interprétées comme une forme d’incitation à la conversion », a-t-il poursuivi.

    Le dimanche 14 juillet, trois chrétiens ont été arrêtés dans le district de Maharajganj, à la frontière avec le Népal, pour s'être prétendument convertis.

    En juin 2024, immédiatement après l'annonce des résultats des élections nationales en Inde, 14 chrétiens ont été arrêtés dans l'Uttar Pradesh.

    Mathew a déclaré qu'il s'agissait d'une expression de vengeance de la part du parti au pouvoir qui n'a pas obtenu les résultats escomptés en UP.

    « Les chrétiens de l’Uttar Pradesh et de l’Uttarakhand qui ne font pas partie des principales églises vivent dans une peur extrême d’être persécutés. Certaines organisations sociales et bénévoles des principales églises sont également ciblées par le gouvernement central », a déclaré le prêtre.

    Lire aussi : La nomination de JD Vance pourrait avoir une influence religieuse internationale, en raison de sa femme

  • Le Congrès eucharistique national est la meilleure chose qui soit arrivée aux États-Unis depuis longtemps

    IMPRIMER

    Du Tagespost (Franziska Harter) :

    Comme Dieu en Amérique

    C’est déjà clair : le Congrès eucharistique national est la meilleure chose qui soit arrivée aux États-Unis depuis longtemps.
    Venant des quatre directions, les groupes de pèlerins accompagnés de leurs prêtres ont visité le Saint-Sacrement pendant plusieurs semaines et sur des centaines de kilomètres jusqu'à Indianapolis.

    50 000 visiteurs en même temps, ce n’est rien de spécial à Indianapolis. La troisième plus grande ville du Midwest possède une zone métropolitaine de plus de deux millions d'habitants. La capitale de l'État américain de l'Indiana est également appelée la « capitale mondiale des courses » et l'« Indy 500 », l'une des courses sur circuit les plus anciennes au monde, s'y déroule depuis plus de 100 ans. De son côté, le Lucas Oil Stadium accueille habituellement l'équipe de football locale, les Colts d'Indianapolis, avec ses supporters plus ou moins sages.

    Mais ces gens ne ressemblent pas aux fans habituels de courses et de football. L'immense palais des congrès à côté du stade est déjà plein le matin. Les files d'attente interminables lors des inscriptions durent jusqu'au soir. Beaucoup de familles, des nuées de collégiens, de séminaristes, de sœurs ... Quiconque regarde ces visages rayonnants aura l’impression d’entrer lui-même dans le monastère.

    L'histoire est écrite ici

    Vers le soir, la foule envahit le stade. La séance d'ouverture du Congrès eucharistique national des États-Unis commence par des clips vidéo du pèlerinage eucharistique qui a commencé à la Pentecôte et se termine ici aujourd'hui. Petit à petit, les participants se rendent compte : l’histoire s’écrit ici. Parce que jamais auparavant il n’y a eu de pèlerinage eucharistique à l’échelle nationale dans le monde. Depuis les quatre directions, les quatre petits groupes de pèlerins et leurs prêtres ont porté le Saint-Sacrement pendant plusieurs semaines et sur des centaines de kilomètres jusqu'à Indianapolis pour le Congrès eucharistique. Ils sont accueillis par des applaudissements assourdissants. 

    Et puis IL est là. Tout devient soudainement très calme lorsque Mgr Cozzens, directeur du Congrès eucharistique, introduit le Saint-Sacrement dans l'ostensoir personnellement béni par le Saint-Père . La Pange Lingua résonne doucement tandis que les gens s'agenouillent devant Jésus. Lorsque l'ostensoir est posé sur l'autel, des rayons rayonnent sur les personnes rassemblées ; l'effet de lumière est unique. S'ensuit un culte de près d'une heure, le silence suivant les chants d'adoration. Le raclement de gorge qui accompagne discrètement le silence de temps en temps vient en partie de votre éditeur, qui n'est pas le seul à construire au bord de l'eau en ce moment. Un petit bonhomme tient courageusement sur les genoux de son père. Avec autant d’enfants dans la congrégation, il est étonnant de constater à quel point l’immense stade est calme. 

    Prière pour la paix, l'unité, la guérison

    Puis Mgr Cozzens prie. À propos de paix, d’unité, de guérison. « Nous avons vu des gens revenir à la foi lors du pèlerinage eucharistique. Nous avons vu des guérisons, spirituelles et physiques. Seigneur, nous espérons en voir encore plus », prie l'évêque. « Aimons comme vous et aimons. Apprenez-nous à être missionnaires... Guérissez-nous, guérissez votre Église, guérissez votre pays. Nous te proclamons Roi de l’univers et Roi de nos cœurs. Démocrates et Républicains, Latinos, noirs, blancs, tous sont ici ensemble dans le corps du Christ .

    Après la bénédiction eucharistique, nous passons à la partie la plus chaude. Lorsque la présidente d'EWTN News, Montse Alvarado, salue les participants d'abord en anglais puis en espagnol, la salle explose. Des milliers de personnes se joignent au cri « Viva Christo Rey ». Suivent maintenant les salutations de l'évêque local Thompson et du nonce apostolique le cardinal Christophe Pierre. Le point culminant solitaire est un témoignage – ou était-ce un sermon ? - la célèbre religieuse Bethany Madonna des Sœurs de la Vie, avant que le prêtre cool avec les Vans aux pieds ne mène la louange. 

    La soirée se termine par une courte visite au Saint-Sacrement dans l'église en face du Palais des Congrès. Les croyants reçoivent des fleurs qu'ils peuvent déposer dans des vases devant l'ostensoir et passer quelques minutes tout près de Jésus. Un homme pleure doucement.

    Lire également : « Renforcer la croyance en une présence réelle »

  • Allemagne : d'après un expert en marketing : L'Eglise perd des fidèles parce qu'elle est trop préoccupée de coller à l'esprit du temps

    IMPRIMER

    Du Tagespost :

    D'après un expert en marketing : « L'Eglise perd des fidèles parce qu'elle est trop contemporaine ».

    Au lieu de gagner des gens, l'Eglise organiserait des journées d'église pour les politiques et produirait des documents sur le changement climatique, critique Veit Etzold qui a déclaré, à propos des départs de l'Eglise : « N'importe quel chef des ventes, responsable de chiffres aussi désastreux, aurait déjà été viré trois fois dans l'économie ».

    17.07.2024

    L'auteur de douze best-sellers du Spiegel, Veit Etzold, reproche à l'Eglise d'accélérer la perte de ses propres membres en se politisant. Le fait que près d'un demi-million de personnes aient à nouveau quitté les églises allemandes « n'est pas dû au fait que l'Eglise n'est pas assez moderne. Au contraire, l'Eglise tente de s'adapter au mainstream gauche-vert jusqu'à l'abandon », écrit le professeur de marketing et de vente dans une tribune publiée mardi par “Focus Online”. Si Jésus-Christ n'était pas ressuscité, il « se retournerait certainement dans son tombeau aujourd'hui ».

    Etzold a expliqué que la mission de Jésus confiée à Pierre en tant que pêcheur d'hommes était « d'enthousiasmer le plus grand nombre possible de personnes ». Aujourd'hui, « au lieu de gagner de nouveaux membres », l'Eglise serait déjà contente « si le rythme des départs diminuait un peu ». L'Eglise commet « toutes les erreurs de marketing que l'on peut faire ».

    L'Église a perdu de vue sa mission originelle

    Selon Etzold, elle a notamment « complètement perdu de vue sa mission originelle et le cœur de sa marque » et produit « avec obstination et défiance un congrès d'église de politiciens et un document sur le changement climatique après l'autre ». Etzold qualifie cela de « mentalité de bunker fataliste » et critique le fait qu'il n'y ait « plus aucune trace de pastorale et de spiritualité ».

    Les Kirchentag deviendraient « des événements politiques rouges et verts ». L'Eglise veut être attractive pour les personnes « qui n'ont que du mépris pour la religion et l'Eglise et qui ne vont jamais à l'église » - ce qui fait que l'Eglise s'adresse à un groupe cible « qui n'existe pas du tout ». En même temps, elle fait fuir les « clients réguliers », selon Etzold, qui conseille également des groupes sur la stratégie et le storytelling.

    Il constate que la « mission commerciale claire confiée au directeur des ventes Pierre », à savoir être un pêcheur d'hommes, signifie aujourd'hui pour les églises « faire “fuir” le plus de gens possible ». En dessous d'un demi-million de « clients perdus » par an, on ne ferait pas le travail. Etzold dit textuellement : « Tout chef des ventes responsable de chiffres aussi désastreux aurait déjà été viré trois fois dans l'économie ». 

  • La « capsule » de suicide assisté Sarco pourrait être utilisée « très bientôt » pour la première fois en Suisse

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    Suisse : une « capsule » pour se suicider « très bientôt » ?

    17 juillet 2024

    Le 17 juillet, Florian Willet, directeur général et vice-président de l’organisation The Last Resort a indiqué que la « capsule » de suicide assisté Sarco pourrait être utilisée « très bientôt » pour la première fois en Suisse (cf. Suisse : la « capsule » pour suicider soulève de nombreuses questions, y compris juridiques).

    The Last Resort est une organisation d’assistance au suicide créée il y a quelques mois, et financée par des dons privés. Fiona Stewart, sociologue, avocate et membre fondatrice, est la compagne de Philip Nitschke, le concepteur de la « capsule Sarco » (cf. Une machine imprimable en 3D pour s’euthanasier à domicile). Elle a notamment cosigné avec lui The Peaceful Pill Handbook, un livre qui donne des « conseils pratiques » pour se suicider en ayant recours à des poisons ou des gaz. Elle est aussi l’ancienne PDG d’Exit International, une organisation qui promeut le suicide assisté, créée par Philip Nitschke.

    « Démédicaliser le suicide assisté »

    The Last Resort entend « démédicaliser le suicide assisté » explique Fiona Stewart. « Ni médecin, ni médecine ne sont nécessaires » avec la « capsule » indique Florian Willet.

    L’an dernier, le système Sarco aurait été testé à Rotterdam, sans utiliser d’êtres humains ni d’animaux, a précisé la fondatrice de l’organisation d’assistance au suicide.

    Les candidats devront se soumettre à un examen psychiatrique, être capable de discernement, et avoir plus de 50 ans précise par ailleurs Fiona Stewart. Des exceptions pourraient toutefois être envisagées pour des personnes plus jeunes souffrant de maladies incurables a précisé la représentante de The Last Resort.

    Aucune précision sur « la date et le lieu de la première utilisation »

    « Nos avocats sont en contact avec plusieurs cantons, la décision du canton final n’a pas encore été prise » explique en outre Fiona Stewart. « Je ne veux certainement pas nommer la date et le lieu de la première utilisation » ajoute-t-elle. « Dès qu’il y aura une personne spécifique et que tout le monde sera au clair sur cette personne, nous pourrons continuer et définir un agenda » précise quant à lui Florian Willet (cf. Suisse : une capsule pour se suicider dès 2022 ?).

    En appuyant sur un bouton situé dans la « capsule », la personne est censée déclencher la libération d’une importante quantité d’azote, ce qui doit provoquer sa mort par asphyxie.

    L’azote a été utilisé aux Etats-Unis pour l’exécution d’un condamné à mort. Le procédé a entraîné son agonie et beaucoup de souffrances.

    « Totalement surréaliste »

    « C’est totalement surréaliste » a indiqué Jean-Jacques Bise, le co-président d’Exit Suisse (cf. Exit : les suicides assistés en hausse de 11 % en Suisse alémanique). Selon lui, la « capsule Sarco » pourrait modifier le cadre du suicide assisté en Suisse.

    Alors qu’un premier suicide aurait été envisagé dans le Valais le 15 juillet, le médecin cantonal a interdit l’utilisation de la capsule sur le territoire de son canton. Une « mesure provisionnelle préventive dans un but de santé publique » prise dans l’attente  « des renseignements et des informations plus conséquentes sur le dispositif et son utilisation » précise Cédric Dessimoz, le médecin cantonal adjoint. De son côté, le Ministère public schaffhousois a également émis des réserves.

    Kerstin Noëlle Vokinger, médecin, avocate et professeur à l’université de Zurich, considère, quant à elle, que l’organisation s’expose à une possible condamnation en cas de procès si la « capsule » est utilisée en Suisse sans approbation de Swissmedic.

    Sources : Swiss info (17/07/2024) ; Le Temps, Lorène Mesot (17/07/2024) ; AFP (17/07/2024)

  • Une « Lettre des Amériques » exhorte le pape François à mettre fin aux interdictions de messes en latin

    IMPRIMER

    Une « Lettre des Amériques » exhorte le pape François à mettre fin aux interdictions de messes en latin

    Par  Peter Pinedo pour CNA

    Alors que les inquiétudes grandissent quant à une éventuelle interdiction de la messe traditionnelle en latin, d'éminents artistes, militants et dirigeants catholiques et non catholiques se sont réunis dans une lettre pour exhorter le pape François à s'abstenir de toute nouvelle restriction contre la forme extraordinaire de la messe.

    Publiée lundi et intitulée « Une lettre ouverte des Amériques au pape François », la lettre qualifie la messe latine de « magnifique réalisation de la civilisation » et de « partie du patrimoine culturel commun de l'humanité ».

    L'archevêque Salvatore Cordileone de San Francisco, qui a soutenu avec force une lettre similaire en faveur de la messe latine publiée la semaine dernière au Royaume-Uni, a approuvé la lettre des Amériques, la partageant sur son compte de médias sociaux.

    Parmi les signataires figurent Dana Gioia, ancien président du National Endowment for the Arts, qui a organisé la lettre par l'intermédiaire de l'Institut Benedict XVI ; Frank La Rocca, compositeur de « Mass of the Americas » ; David Conte , président et professeur de composition au Conservatoire de musique de San Francisco ; Larry Chapp , théologien et fondateur de Dorothy Day Workers Farm ; Eduardo Verástegui, producteur de cinéma et acteur ; Nina Shea, défenseure internationale de la liberté religieuse ; et Andrew Sullivan, écrivain et auteur.

    Les auteurs de la lettre demandent respectueusement « qu’aucune restriction supplémentaire ne soit imposée à la messe traditionnelle latine afin qu’elle puisse être préservée pour le bien de l’Église catholique et du monde ».

    Qu'est-ce que la messe latine et que se passe-t-il ?

    La messe latine, également connue sous le nom de messe célébrée selon le Missel romain de 1962, a été codifiée après le Concile de Trente au XVIe siècle et aurait des origines anciennes.

    Bien que le Vatican n’ait pas émis d’interdiction générale de la liturgie latine, le Saint-Siège a considérablement restreint son utilisation ces dernières années. En juillet 2021, François a publié le motu proprio Traditionis Custodes qui impose des restrictions aux messes latines.

    Les auteurs reconnaissent le caractère sacré de la messe novus ordo (post-Vatican II) et prennent soin de se distancer des partisans de la messe latine qui se sont montrés hostiles à François. Les signataires catholiques s'engagent en outre explicitement à continuer à faire preuve de « loyauté filiale » envers le pape.

    Cependant, dans la lettre, ils s’efforcent de faire valoir leur point de vue : « Priver la prochaine génération d’artistes de cette source de mystère, de beauté et de contemplation du sacré semble être une vision à court terme », soutiennent-ils.

    « Nous venons à vous avec l’humilité et l’obéissance, mais aussi la confiance des enfants, exprimant nos besoins spirituels à un père aimant », écrivent les auteurs. « Nous tous, croyants et non-croyants, reconnaissons que cette liturgie antique, qui a inspiré l’œuvre de Palestrina, Bach et Beethoven ainsi que des générations de grands artistes, est une magnifique réalisation de la civilisation et fait partie du patrimoine culturel commun de l’humanité. C’est un remède pour l’âme, un antidote au matérialisme grossier de l’ère postmoderne. »

    « La beauté évangélise »

    Dans un commentaire du 8 juillet paru dans le National Catholic Register , le partenaire d'information frère de CNA, Cordileone, a déclaré que la beauté de la messe latine est une partie importante du ministère de l'Église dans une « époque déchristianisée qui devient de plus en plus inhospitalière à tout sens traditionnel de la religion ».

    Il a souligné les enseignements du Concile Vatican II sur l’importance de lire les signes des temps, affirmant qu’« un signe qui nous regarde en ce moment en grandes lettres majuscules est : la beauté évangélise ».

    « Nous vivons à une époque où nous devons exploiter le pouvoir de la beauté pour toucher les esprits, les cœurs et les âmes, car la beauté a la qualité d’une expérience inéluctablement réelle, qui n’est pas sujette à discussion… À une époque d’anxiété et de déraison, la beauté est donc une ressource largement inexploitée pour atteindre les gens, en particulier les jeunes, avec le message d’espoir de l’Évangile », a écrit Cordileone.

    Dans une déclaration à la CNA, Shea a expliqué sa décision de signer la lettre, soulignant que la messe latine fait « partie de notre héritage culturel ».

    Shea a mentionné que l’une de ses expériences les plus mémorables avec la messe latine a été d’assister à une liturgie célébrée par le cardinal chinois Ignatius Kung peu de temps après sa libération après 33 ans d’emprisonnement communiste.

    « Il ne parlait pas anglais, mais nous avons pu nous unir dans nos prières grâce à notre ancienne langue liturgique commune et d’une manière qui ne m’était pas inconnue », a-t-elle expliqué.

    « Je ne vais pas souvent aux messes latines, mais j’apprécie leur beauté et l’idée que mes ancêtres ont pratiqué ce culte de cette façon pendant des siècles », a déclaré Shea. « Je pense que nous, catholiques, devrions apprendre à connaître et à préserver nos traditions ancestrales fondamentales transmises à travers les âges. Rien n’est plus essentiel à cette tradition que la pratique liturgique. »

  • Le cardinal Sandoval implore le pape François de ne pas interdire la messe traditionnelle en latin

    IMPRIMER

    De Daniel Payne sur CNA :

    L'archevêque de Guadalajara au pape François sur l'interdiction de la messe en latin : « Ne permettez pas que cela se produise »

    Cardinal Juan Sandoval Íñiguez

    Cardinal Juan Sandoval Íñiguez. | Crédit : InterMirifica.net

    16 juillet 2024

    Un archevêque émérite mexicain implore le pape François de ne pas interdire la messe traditionnelle en latin, alors que des rumeurs font état de l'intention du Vatican de restreindre davantage l'ancienne liturgie.

    Dans une lettre adressée au Saint-Père le 6 juillet , le cardinal Juan Sandoval Iñiguez, archevêque émérite de Guadalajara, au Mexique, a fait part au pape François de « rumeurs selon lesquelles il existerait une intention définitive d’interdire la messe latine de saint Pie V ». Ces rumeurs ont circulé ces derniers mois, mais aucune déclaration définitive n’a encore été faite par le Vatican. 

    Dans sa lettre, Sandoval a noté que « la Sainte Cène, qu'il nous a commandé de célébrer en sa mémoire », a « été célébrée tout au long de l'histoire dans divers rites et langues, en préservant toujours l'essentiel : commémorer la mort du Christ et participer à la table du Pain de la Vie Éternelle ».

    « Aujourd'hui encore, la Cène du Seigneur est célébrée dans divers rites et langues, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'Église catholique », écrit le prélat.

    « Il ne peut pas être faux que l'Église célèbre depuis quatre siècles la messe de saint Pie V en latin, avec une liturgie riche et pieuse qui invite naturellement à pénétrer dans le mystère de Dieu », a-t-il soutenu.

    L'archevêque a noté que « plusieurs personnes et groupes, catholiques et non catholiques, ont exprimé le désir que cette messe ne soit pas supprimée mais préservée ». Plus tôt ce mois-ci, une coalition de personnalités publiques britanniques a appelé le Saint-Siège à préserver ce qu'ils décrivent comme le « magnifique » artefact culturel de la messe latine.

    Sandoval a déclaré que les appels à la préservation de la messe étaient lancés « en raison de la richesse de sa liturgie et en latin, qui, avec le grec, constitue le fondement non seulement de la culture occidentale mais aussi d'autres parties du monde ».

    « Pape François, ne permettez pas que cela arrive. Vous êtes aussi le gardien de la richesse historique, culturelle et liturgique de l’Église du Christ », a-t-il écrit.

    Ordonné archevêque de Guadalajara en 1957, Sandoval a été évêque de Guadalajara de 1994 à 2011. Avant cela, il a été évêque coadjuteur de Ciudad Juárez, Chihuahua, et y a brièvement exercé les fonctions d'évêque. Il a été nommé cardinal par le pape Jean-Paul II en 1994.

    Il a également servi lors du conclave papal de 2005 qui a élu le pape Benoît XVI ainsi que lors de l'enclave de 2013 qui a élu le pape François.

    L’archevêque a fait la une des journaux en octobre dernier quand, avec quatre autres cardinaux, il a envoyé une série de questions au pape François exprimant ses inquiétudes sur des questions de doctrine et de discipline dans l’Église catholique. Les « dubia » ont été envoyés juste avant l’ouverture du synode sur la synodalité au Vatican.

    Bien que le Vatican n’ait pas émis d’interdiction complète de la liturgie latine, le Saint-Siège a considérablement restreint son utilisation ces dernières années.

    En juillet 2021, le pape François a publié le motu proprio Traditionis Custodes qui impose des restrictions aux messes célébrées dans la forme extraordinaire du rite romain.

    En publiant ce décret, le Saint-Père a déclaré avoir agi « pour défendre l’unité du corps du Christ », au motif qu’il y avait une « utilisation déformée » de la capacité des prêtres à dire la messe selon le missel de 1962.

    Plus récemment, au début du mois, le Vatican a interdit la célébration de la messe traditionnelle latine au sanctuaire de Notre-Dame de Covadonga , un rite qui a habituellement lieu à la fin du pèlerinage annuel de Notre-Dame de la Chrétienté en Espagne.

  • Etats-Unis : la quasi-sanctification d'une icône par une partie du peuple américain

    IMPRIMER

    D'

    Tentative d’Assassinat : «Trump se voit désormais comme le nouveau Christ de l'Amérique»

    FIGAROVOX/TRIBUNE - La portée des clichés de la tentative d’assassinat contre l’ancien président des États-Unis s’explique par la simplicité du symbole qu’il incarne, analyse la professeur de français, Ophélie Roque, une sorte de chevalier chrétien au service des laissés-pour-compte.

    Ophélie Roque est professeur de français en banlieue parisienne. Elle a publié Black Mesa (Robert Laffont, 2023), son premier roman.


    Rares sont les occasions de contempler, non seulement l'histoire en marche, mais encore la formation de ses sédiments iconographiques. Or, ce 13 juillet 2024, nous avons assisté à la quasi-sanctification d'une icône par une partie du peuple américain.

    Tout dans le cliché pris par Evan Vucci clame une intégration prochaine dans les livres d'histoire tant il résume, à lui seul, toutes les facettes de l'Amérique républicaine. Contreplongée «héroïsante», poing tendu, drapeau américain se détachant sur fond de ciel si bleu qu'il en devient irréel - moins un ciel qu'une idée de ciel ! Sans compter que la composition de l'image fait songer aux monumentales descentes de croix peintes par Rubens ou Van der Rogier van der Weyden. Ici comme là, même présence d'un sang rédempteur. Trump se voit comme le nouveau Christ de l'Amérique ; il en a jusqu'aux stigmates.

    D'ailleurs est-il toujours pleinement conscient de la portée iconique des postures qu'il adopte ? Peut-être que oui, peut-être que non, et à la rigueur qu'importe puisque l'image ne prend son sens que dans le regard d'autrui. Chacun est libre d'interpréter ce qu'il voit comme autant d'indices signifiants, la vie n'est qu'une mosaïque de sens et le candidat à la présidence laisse à son audience le soin de composer avec.

    C'est d'autant plus impressionnant que Donald Trump, qui sait parfaitement toute l'importance du récit imagé, se fait le démiurge de sa propre geste. Il n'attend pas que d'autres construisent à sa place son image et on le sent assez soucieux du «qu'en penseront-ils ?» de la postérité. Que l'on ne s'y trompe pas, ceci est finalement assez rare dans la sphère politique car si beaucoup aiment à se projeter dans la figure du sauveur, peu sont ceux à y parvenir. Il n'est qu'à se souvenir du discours sur fond de pyramides d'Emmanuel Macron au soir de sa victoire. L'image avait de quoi laisser perplexe tant la symbolique était tout à la fois trop simple ou trop complexe. C'était d'autant plus raté que pour se concrétiser, l'idée doit faire corps avec son porteur, las on sentait ici le symbole désincarné.

    Nous avons tendance à négliger le fait que les États-Unis sont encore un pays jeune et à la recherche de ses héros.

    Ophélie Roque

    Mais alors pourquoi Trump réussit là où d'autres échouent ? C'est que la raison se construit autour de la nuance et du compromis, or - dans une époque souvent saturée de discours tièdes et «sensés» - l'évidente simplification des idées séduit. N'est fort que ce qui est simple. On peut le déplorer mais c'est ainsi, et que ceux qui s'en offusquent aillent cracher sur le tableau «La Liberté guidant le peuple» de Delacroix puisque après tout, elle aussi, est construite autour d'une allégorie à la subtilité toute discutable.

    Surtout, Donald Trump s'inscrit dans une ascendance iconographique millénaire et reprend à son compte l'image du chevalier chrétien. N'oublions pas qu'alors seule la légitimation de l'Église pouvait créer un sentiment d'ordre dans ce qui n'était encore qu'une nichée de chevaliers suants, bedonnants et violents. En échange, elle se servait de la puissance de ces bras souillés pour constituer (et se constituer) un intermède de paix et de prospérité. Aussi, les évangélistes actuels usent de Trump comme d'une violence nécessaire qui leur sert à protéger leur foi quand bien même l'individu franchirait mille fois les limites de la décence la plus élémentaire. Nous sommes presque dans une symbiose entre espèces, chacune prête à l'autre et reçoit en retour. Argent contre influence, violence contre respectabilité.

    C'est d'autant plus vrai que le candidat a la même ambiguïté que la figure du chevalier qui devient inquiétante en diable quand ce dernier vagabonde licol au cou et sans attaches. Donald Trump c'est la violence mise au service de ceux qu'il entend représenter : à savoir les «white trash» et autres névrosés de la Rust Belt. Il souhaite parler aussi bien à l'ouvrier désargenté qu'au pasteur prêchant dans son église coincée entre un drugstore et une station essence. L'Amérique des paumés. L'Amérique des tréfonds. Celle qui existe aussi et demande à ne pas être enterrée tout de suite.

    Trump n'est ni le Chevalier au Lion (qui, lui, est prudent et réfléchi) ni le naïf Perceval, c'est le Roland furieux de L'Arioste. C'est la force brute du mercenaire qui s'échappe dans les pourtours de l'incontrôlé. Qu'on se le dise (et que ceci nous plaise ou non !) pour gagner il n'a nul besoin d'avoir l'aval de la Silicon Valley ou d'être encensé par l'establishment culturel. Il a su inscrire un monde changeant et complexe dans l'arène qui voit se combattre les forces du bien et du mal. La vision est peut-être simpliste mais qu'importe puisque, pour une bonne partie de l'Amérique, celle-ci fait sens ! N'oublions pas que nous sommes un vieux continent qui traîne après lui des siècles de désillusions politiques et que nous avons tendance à négliger le fait que les États-Unis sont encore un pays jeune et à la recherche de ses héros.