Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité

  • Nigeria : la paix religieuse menacée par la violence musulmane

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    Nigeria : la paix religieuse menacée par la violence musulmane

    24 mai 2022

    L'arrestation des meurtriers présumés d'un étudiant pour un message "blasphématoire" a déclenché de nouvelles violences de la part des musulmans contre les églises. L'incorporation de la charia dans la loi de l'État réchauffe la situation tendue pour les chrétiens.

    Sokoto/Nigeria (kath.net/mk) Une foule musulmane violente à Sokoto, une ville du nord-ouest du Nigeria, a mené une vendetta contre les églises catholiques en réponse à l'arrestation de deux meurtriers présumés. Plus tôt, Deborah Samuel, une étudiante de 19 ans, a été traînée hors de l'université, battue puis brûlée à mort par des étudiants musulmans qui n'étaient pas d'accord sur un message WhatsApp "blasphématoire" à propos du prophète Mahomet. Des séquences vidéo ont permis à la police d'identifier rapidement les coupables, dont l'arrestation a entraîné de nouvelles violences. Entre autres, les vitraux d'une église ont été détruits, une autre église a été partiellement incendiée.

    L'évêque local Matthew Hassan Kukah a souligné que les chrétiens de Sokoto avaient coexisté pacifiquement avec les musulmans pendant des années. L'affaire doit être traitée comme une infraction pénale et punie. L'organisation d'aide Aid Church in Need a souligné les niveaux croissants de violence et d'extrémisme au Nigeria au cours des dernières années ; Il ne se passe guère de semaine sans enlèvements et meurtres. Un autre problème est l'adoption généralisée de la charia, le système juridique islamique, dans la législation des États du nord du Nigéria. Beaucoup de ces lois prévoient des peines sévères pour le blasphème, y compris la peine de mort.

  • "Oui à la vie, non à la culture du déchet" : à Rome, les pro-vie descendent dans la rue contre l'avortement

    IMPRIMER

    De romatoday.it :

    "Oui à la vie, non à la culture du déchet" : les pro-vie descendent dans la rue contre l'avortement

    Le cortège est parti de la Piazza della Repubblica et a atteint la Piazza San Giovanni in Laterano.


    Photo Facebook Pro Vita & Famiglia Onlus

    Une centaine d'associations, des étudiants, des familles avec des poussettes. Les militants du mouvement "Pro-life" ont défilé dans les rues de la ville pour réaffirmer "Oui à la vie, non à la culture du déchet" et encore "Oui à la vie, non à l'avortement". Le cortège est parti samedi en début d'après-midi, à 14 heures, de la Piazza della Repubblica pour arriver sur la Piazza San Giovanni, où un écran géant a été installé pour accueillir les manifestants, montrant des témoignages et des votes appelant à " choisir la vie ".

    Parmi les militants figurait également la sénatrice Isabella Rauti, responsable nationale du département "Égalité des chances, famille et valeurs non négociables" de Fratelli d'Italia. Pour nous, la marche pour la vie est un rendez-vous fixe auquel nous avons toujours participé en adhérant, comme le voulaient les organisateurs, sans symboles de parti. Une présence pour réaffirmer nos positions et un choix fondamental, celui de "Du côté de la vie, toujours", comme le dit la bannière sous laquelle nous avons défilé. La vie est sacrée et, en tant que telle, doit être défendue et protégée, depuis le moment de la conception jusqu'à sa fin naturelle", a commenté le sénateur.

    Massimo Gandolfini (Family Day) a commenté l'événement national "Let's Choose Life" : "Il y a une Italie qui grandit dans les relations et les liens, composée de mères, de pères, de grands-parents et d'enfants qui défendent et promeuvent la vie de la conception à la mort naturelle. Voilà un pays qui répond à l'euthanasie des personnes fragiles, à l'hiver démographique et à l'avortement - qui élimine encore 100 000 enfants chaque année - par des soins, un soutien et une ouverture à la vie. Ce sont les sentiments de la majorité silencieuse des Italiens, que nous espérons voir en grand nombre défiler aux côtés des plus de 100 associations qui animeront l'événement".

    Simone Pillon, membre de la Lega, Danilo Oscar Lancini, député européen de la Lega Nord, et Paola Binetti, sénatrice de l'Udc, ont également participé à l'événement : "Notre initiative témoigne de la force de la famille et de la nécessité de mettre en œuvre des politiques concrètes. La famille est nécessaire, surtout lorsque vous avez l'impression que votre autonomie, si laborieusement recherchée, ne suffit plus. Aucun de nous n'est affectivement autosuffisant. Pourtant, nous avons trop souvent du mal à prendre position en faveur de la famille, même au niveau politique".

  • Liège, 28 mai : Grande soirée de prière pour les malades

    IMPRIMER

    EDC-Soiree priere malades-2022-19h00-v2.jpg

    Communiqué

    Grande soirée de prière pour les malades à Liège

    Liège, le 23 mai 2022.

    Charis, le nouveau service unique pour le renouveau charismatique catholique voulu par le pape François, propose une grande soirée de prière pour les malades avec la participation de Damian Stayne.

    Elle aura lieu ce samedi 28 mai dès 19h00 au Country Hall de Liège, allée du Bol d’Air, 19 à 4031 Liège-Angleur.

    L’entrée et le parking sont gratuits.

    « Chaque fois que nous sortons pour prêcher ou nous former, Dieu joint son témoignage par des signes, des prodiges, toutes sortes de miracles, et le partage des dons de l’Esprit Saint, selon sa volonté. » (Hé, 2:4). Des centaines de personnes dans le monde entier ont témoigné de guérisons physiques et autres lors de soirées de prière pour les malades.

    Cette soirée a lieu au coeur de "l'Ecole des Charismes" qui va rassembler environ 800 personnes pour un séminaire de formation au cours du week-end de l'Ascension. Le séminaire, soutenu par le livre « Renouvelle tes Merveilles », propose d’abord sur ce sujet un magnifique enseignement fondé sur les Écritures, la tradition de l’Église, l’expérience des Pères et des saints. Puis elle donne des conseils clairs et pratiques, accompagnés de nombreux témoignages, pour exercer les charismes. Cette formation est animée par Damian Stayne et la Communauté Cor Lumen Christi. Elle sera renforcée par le belge Jean-Luc Moens, exmodérateur de Charis International.

    Cor et Lumen Christi est une communauté catholique, charismatique et contemplative au cœur eucharistique qui allie une vie de prière profonde avec un apostolat actif. Damian Stayne, et sa communauté ont un puissant ministère de prière de guérison, principalement physique et immédiate, de prophétie, de paroles de connaissance et de délivrance.

    Charis est le service voulu par le pape François pour la communion du Renouveau Charismatique Catholique. En Belgique, Charis sert toutes les réalités du courant de grâce charismatique du pays, parmi lesquelles le Renouveau et les groupes de prière, les communautés du Verbe de Vie, de l’Emmanuel, des Béatitudes, du Chemin Neuf, le couvent franciscain saint Antoine, Marie-Kefas, Fondacio, Cara Nova, etc.

    Les conditions sanitaires sont favorables et le Comité de Concertation du Gouvernement vient de décider de désactiver le baromètre corona à partir du 23 mai, ce qui signifie : pas de CST ou Covid Pass, pas de limitations de capacité en intérieur, même si le masque est conseillé pour les personnes vulnérables sur le plan médical. La salle est assez spacieuse avec une bonne aération.

    Contact : schoolofcharisms.belgium@gmail.com

  • Une nouvelle bienheureuse : Conchita Barrecheguren morte à 22 ans

    IMPRIMER

    Lu sur IDEAL.es :

    Le pape approuve la béatification de Conchita Barrecheguren, née à Grenade.

    Sa Sainteté a approuvé le miracle attribué à l'intercession de la jeune femme, décédée en 1927 à l'âge de 22 ans.

    21 mai 2022

    Le pape François a approuvé le miracle attribué à l'intercession de Conchita Barrecheguren, de sorte que la jeune femme, décédée en 1927 à l'âge de 22 ans seulement, sera béatifiée. Le pape avait auparavant approuvé le décret reconnaissant les "vertus héroïques", première étape vers la béatification de la jeune femme et de son père, Francesco Barrecheguren.

    Le chemin de la sainteté comporte plusieurs étapes : la première consiste à être déclaré vénérable serviteur de Dieu, la deuxième, bienheureux et la troisième, saint. Vénérable serviteur de Dieu" est le titre donné à un défunt qui est reconnu comme ayant "vécu les vertus de manière héroïque". Pour qu'une personne vénérable soit béatifiée, il faut qu'un miracle ait été accompli par son intercession, et pour qu'elle soit canonisée, c'est-à-dire qu'elle devienne un saint, il faut un deuxième miracle "par intercession" après qu'elle ait été proclamée bienheureuse.

    La vie de Conchita

    Concepción Barrecheguren y García est née à Grenade le 27 novembre 1905 dans une maison de la Gran Vía, ville où elle est morte le 13 mai 1927, à peine âgée de vingt-deux ans. Figure extraordinaire et peut-être méconnue de la société grenadine, sa courte vie a été marquée par la maladie et la douleur, adoucie en grande partie par sa profonde foi de croyant et l'atmosphère chrétienne du foyer où elle est née.

    Ceux qui l'ont étudiée la décrivent comme une jeune femme aux contrastes marqués. Impulsive, courageuse, souvent fougueuse, et parfois douce et gentille. L'impossibilité de poursuivre des études normales à son âge - c'est son propre père qui lui sert de professeur - n'a pas empêché le développement d'un esprit alerte et d'une intelligence vive. Non seulement pour les matières habituelles, mais elle excellait aussi au piano.

    Lire la suite

  • Le pape demande de prier pour les catholiques chinois

    IMPRIMER

    De Nico Spuntoni sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Le pape demande de prier pour les catholiques chinois

    23-05-2022

    À la veille de la comparution du cardinal Zen devant le tribunal, le Pape, lors du Regina Coeli, évoque la complexité des événements qui affectent l'Église en Chine et prie pour qu'"elle puisse vivre en communion effective avec l'Église universelle".

    Quarante-huit heures avant la comparution du cardinal Joseph Zen devant le tribunal de Hong Kong, le pape François a évoqué la situation des catholiques chinois après le Regina Coeli récité sur la place Saint-Pierre. Il l'a fait pour dire qu'il suit "avec attention et participation la vie et les vicissitudes des fidèles et des pasteurs, souvent complexes" en Chine et a appelé les fidèles à s'unir à sa prière "afin que l'Église en Chine, dans la liberté et la tranquillité, puisse vivre en communion effective avec l'Église universelle et exercer sa mission d'annoncer l'Évangile à tous, offrant ainsi également une contribution positive au progrès spirituel et matériel de la société". Le Souverain Pontife a rappelé que dans deux jours sera célébré le mémorial liturgique de Marie Auxiliatrice, "particulièrement ressenti par les catholiques de Chine". Et c'est précisément le 24 mai que le cardinal Zen, arrêté le 11 mai et libéré sous caution, devrait répondre aux autorités de Hong Kong des accusations de collusion avec des forces étrangères. 

    Jusqu'à présent, publiquement, le Saint-Siège s'est limité à exprimer sa "préoccupation" concernant l'arrestation de l'archevêque émérite de Hong Kong et à faire savoir qu'il suit "avec une extrême attention l'évolution de la situation". Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État et souvent critiqué par Zen pour ses actions, a ensuite publié quelques déclarations sur l'affaire dans lesquelles il a nié que l'arrestation puisse représenter une défaite de l'accord provisoire avec la République populaire de Chine, tout en admettant que "des initiatives comme celles-ci peuvent compliquer le chemin déjà complexe et pas simple du dialogue".

    La politique étrangère a marqué l'agenda dominical du Saint-Siège : sur la question du conflit russo-ukrainien, en effet, l'hypothèse d'un rôle direct du Pape dans une éventuelle négociation de paix a refait surface. Monseigneur Paul Richard Gallagher, qui vient de rentrer de sa mission en Ukraine, en a parlé : le secrétaire pour les relations avec les Etats de la Secrétairerie d'Etat a déclaré à Vatican News que Kiev "doit se défendre et pour ce faire, elle doit recevoir une aide, y compris militaire". Une position qui, jusqu'à présent, n'avait pas été soutenue publiquement par le Saint-Père lorsqu'il était interrogé sur le sujet. Le prélat britannique, qui a mis en cause le début d'une nouvelle course aux armements en Europe, a ensuite évoqué le "rôle stratégique" que le pape pourrait jouer dans la résolution du conflit, affirmant qu'"il y a des espaces" pour que cela se produise.

    Hier, cependant, après la récitation de la prière mariale depuis la fenêtre du Palais apostolique, François a tenu à saluer et à remercier les participants à la manifestation pro-vie "Choisissons la vie" qui a défilé dans les rues du centre de Rome samedi après-midi, en partant de l'ancienne Piazza Esedra et en remplissant ensuite la Piazza San Giovanni in Laterano. "Je vous remercie pour votre engagement en faveur de la vie et pour la défense de l'objection de conscience, dont on tente souvent de limiter l'exercice", a déclaré le Saint-Père. Le Souverain Pontife a également tenu des propos sans équivoque, ajoutant que "malheureusement, ces dernières années, la mentalité commune a changé, et aujourd'hui nous sommes de plus en plus enclins à penser que la vie est un bien à notre entière disposition, que nous pouvons choisir de manipuler, de faire naître ou mourir à notre guise, comme le résultat exclusif d'un choix individuel". Bergoglio est parti de ce constat pour rappeler que "la vie est un don de Dieu ! Elle est toujours sacrée et inviolable, et nous ne pouvons pas faire taire la voix de la conscience". 

  • Un changement de l’enseignement de l’Eglise sur l’homosexualité est-il à l'ordre du jour du Synode ?

    IMPRIMER

    De FSSPX.NEWS :

    Quel est le vrai but du synode sur la synodalité ?

    20 mai 2022

    La question se pose avec de plus en plus d’acuité devant ce qui au début a été présenté comme un dérapage, puis confirmé, et qui au fil des éléments accumulés apparaît comme un but plus ou moins avoué : l’intégration d’un changement de l’enseignement de l’Eglise sur l’homosexualité, sans préjuger d’autres objectifs, bien évidemment.

    Petit à petit les indices s’accumulent qui, réunis, semblent bien constituer une preuve.

    Une organisation condamnée promue par le secrétariat du synode

    Ainsi, comme cela a été rapporté par FSSPX.Actualités, en décembre 2021 le Secrétariat du Synode des évêques, en charge de la préparation du synode sur la synodalité, avait établi un lien vers le site web de New Ways Ministry (NWM), une organisation qui fournit une assistance pastorale aux homosexuels, mais qui s’écarte de la doctrine de l’Eglise et dont les fondateurs ont été condamnés.

    Le lien avait d’abord été supprimé après constatation que le NWM a été désapprouvé et par le Saint-Siège et par les évêques américains. Mais, selon sa manière habituelle, le pape a loué les actions de cette organisation en écrivant personnellement à la directrice de NWM, Sœur Jeanine Gramick, qui a pourtant reçu l’interdiction permanente de tout travail impliquant les personnes homosexuelles.

    Devant ce fait, le secrétariat du synode a rétabli le lien.

    Le rapporteur du synode veut changer l’enseignement catholique

    Le 2 février 2022, le cardinal Jean-Claude Hollerich, rapporteur général du prochain synode sur la synodalité, a déclaré à l’agence allemande Katholische Nachrichten Agentur, que l’enseignement actuel de l’Eglise sur l’homosexualité était « erroné » et que le « fondement sociologique-scientifique » de cet enseignement qui la condamnait n’était plus correct.

    Lire la suite

  • Quand Disney travaille à endoctriner les enfants

    IMPRIMER

    De Robert Siedlecki sur IFamNews.com :

    Disney poursuit sa quête d’endoctrinement des enfants

    22 mai, 2022

    “La collection Disney Pride a été créée par des employés et des alliés LGBTQIA+ de The Walt Disney Company et est le reflet de leurs incroyables contributions et de leur place au cœur de l’entreprise. Nous sommes solidaires de notre communauté LGBTQIA+ partout dans le monde.”

    Lire la suite

  • Les chrétiens d’Orient vivent une tragédie dans l’indifférence générale

    IMPRIMER

    De Jeanne Emmanuelle HUTIN sur Ouest France :

    ÉDITORIAL. Chrétiens d’Orient, ils risquent de disparaître !

    « Les chrétiens d’Orient vivent une tragédie dans l’indifférence générale. » Par Jeanne Emmanuelle Hutin, directrice de la Recherche éditoriale du journal Ouest-France.

    22/05/2022

    Les chrétiens d’Orient vivent une tragédie dans l’indifférence générale. Contraints à l’exil, chassés de leur terre par millions, réduits à être des citoyens de seconde zone, emprisonnés, torturés, assassinés, victimes de génocides. Ils subissent tous les types de persécutions au point qu’ils risquent de disparaître du Moyen Orient où ils vivent depuis des millénaires !

    « La liberté religieuse est un droit de l’homme fondamental »

    À une époque qui se soucie tant des droits de l’homme, des femmes et des minorités, le silence assourdissant qui entoure ces persécutions est incompréhensible, observe Mgr Pascal Gollnish, Directeur général de L’Œuvre d’Orient : « La liberté religieuse est un droit de l’homme fondamental et l’on se résigne comme si ces atteintes étaient normales. » Il interroge.

    Condamner les persécutions ne suffit pas

    Où sont les protestations contre l’interdiction faite aux femmes musulmanes d’épouser des chrétiens ? Contre la Turquie quand elle bombarde des villages en Syrie ? Contre les États qui persécutent les minorités au nom du « blasphème » ou de la « purification du pays » comme en Inde ? Pourquoi en France, les complices de Daech ne sont-ils pas accusés de crimes de génocide comme en Allemagne ?

    En cette Journée des Chrétiens d’Orient, condamner ces persécutions ne suffit pas. Il faut aussi soutenir ceux qui restent sur leur terre où ils jouent un rôle primordial : « Dans les pays où ils sont très minoritaires, les chrétiens sont agents de paix, de progrès des droits humains et de progrès social. Ils aident leur pays à se relever et nous les aidons à rester » ​, explique Mgr Gollnisch.

    « Ils prennent soin de tous sans discrimination »

    Dans leur pays pétri de larmes et de haine, ils éduquent les enfants, soignent les malades, nourrissent les affamés, abritent les déplacés, reconstruisent les maisons, réconcilient les cœurs et les sociétés. Ils prennent soin de tous sans discrimination. Ils frayent les chemins du respect mutuel et de l’amour du prochain.

    Mais l’avenir est sombre. Guerres et guerres civiles ravagent leurs pays. Intolérance et persécutions s’accroissent. La hausse du prix du blé heurte de plein fouet ces sociétés déchirées : faim, émeutes, déstabilisations s’annoncent.

    « Établir un pont spirituel »

    Mais leur avenir « dépend aussi des chrétiens et des gouvernements occidentaux » ​. Il passe par la fraternité des chrétiens d’Occident envers les chrétiens d’Orient, par l’action des chefs d’État des pays démocratiques, par l’engagement sans discrimination religieuse des associations qui défendent les droits de l’homme.

    Mgr Gollnish appelle à « établir un pont spirituel, à faire le lien entre le Nord et le Sud, l’Est et l’Ouest » ​et à relancer d’urgence l’Union pour la Méditerranée : « Si nous n’agissons pas pour la paix, nous n’en sortirons pas indemnes en Europe et en France en particulier. »

    La présence des chrétiens d’Orient fait obstacle à ceux qui veulent détruire la liberté religieuse parce qu’elle est intimement liée à la liberté de conscience qui irrigue toutes les autres libertés. Sentinelles de la liberté et acteurs de la fraternité, ils montrent qu’un chemin de vie est possible pour l’humanité et que le monde n’est pas condamné au chaos.

  • Pauline Jaricot béatifiée : le témoignage de la famille de Mayline Tran, l'enfant miracle

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    VATICAN - Béatification de Pauline Jaricot : témoignage de la famille de Mayline Tran, l'enfant miracle

    21 mai 2022

    Lyon (Agence Fides) - Ce 22 mai, la Vénérable Servante de Dieu Pauline Jaricot est béatifiée : elle sera élevée à l'honneur des autels à Lyon, sa ville natale, à l'occasion du bicentenaire de la fondation de l'Œuvre Pontificale de la Propagation de la Foi (OPPF), au cours de la célébration eucharistique présidée par le Préfet de la Congrégation pour l'Évangélisation des Peuples, le Cardinal Luis Antonio Tagle. Le protagoniste du miracle attribué à l'intercession du Vénérable Jaricot est la petite Mayline Tran, âgée de trois ans et demi à l'époque.

    Le soir du 29 mai 2012, la famille Tran, avec le père Emmanuel et la mère Nathalie, prend l'apéritif. Quand son tour est venu, Mayline a attrapé une petite saucisse et, avant que ses parents ne puissent faire quoi que ce soit, une bouchée lui est passée dans la gorge. Lorsque les pompiers et les ambulanciers sont arrivés, on lui a fait un massage cardiaque et les médecins ont réussi à la ranimer plusieurs fois, mais son cœur ne se stabilisait pas. Le médecin ambulancier a fait le premier rapport : Mayline était dans un état cérébral de niveau 3 selon Glasgow ; elle avait subi de multiples arrêts cardio-respiratoires ; elle présentait une anoxie cérébrale. Le médecin des urgences a expliqué aux parents que l'enfant serait transférée dans un autre service car elle était dans un coma profond, sous assistance cardio-respiratoire et sous nutrition artificielle. Le professeur du service était clair : l'onde N20, qui parcourt les noyaux gris de la base et permet au cerveau de transmettre des informations au reste du corps, celle qui détermine si un patient va vivre ou mourir, dans le cas de Mayline, était abolie d'un côté et il en restait très peu de l'autre : elle ne pouvait que se détériorer, mais jamais revenir à ce qu'elle était auparavant.

    L'Agence Fides a recueilli en exclusivité le récit et le témoignage d'Emmanuel et Nathalie Tran, les parents de Mayline.

    Emmanuel : Quand l'accident est arrivé, nous ne connaissions pas Pauline, nous n'étions pas lyonnais, nous habitions à Paris, nous avons voyagé et sommes venus à Lyon pour ouvrir un restaurant, nous habitions en dehors de la ville près du Beaujolais. Quand nous avons déménagé du sud de la France, nous sommes venus à Lyon juste pour un mois afin de terminer l'école qui était près de Condrieu où l'accident s'est produit. Nous étions tout le temps à l'hôpital pour veiller sur Mayline et c'est une femme qui a fait et demandé la neuvaine à Pauline Jaricot. Nous étions à l'hôpital toute la journée, nous ne connaissions pas du tout Pauline.

    Lire la suite

  • Le glaçant bilan de la guerre en Ukraine dressé par Caritas

    IMPRIMER

    D'I.Media via Aleteia.org :

    Guerre en Ukraine : le glaçant bilan dressé par Caritas

    20/05/22

    Afin de répondre aux divers enjeux de l'exode de masse des réfugiés Ukrainiens, l'organisme Caritas est mobilisé en Ukraine mais aussi dans les pays limitrophes.

    « La guerre ne va pas se terminer avec un simple accord de paix », mais il faudra « guérir les âmes et la mémoire », dans un contexte de traumatisme qui marquera à vie des millions d’Ukrainiens, ont expliqué les responsables des antennes locales de Caritas le 16 mai 2022 lors d’une conférence de presse organisée au siège de Radio Vatican. Les responsables de Caritas Ukraine et de Caritas Spes, des organismes respectivement liés à l’Église gréco-catholique et à l’Église catholique latine, ont détaillé les opérations menées depuis le début de l’offensive russe, le 24 février dernier.

    1,8 millions de réfugiés sont des enfants

    Cette guerre a provoqué des mouvements de population d’une ampleur inédite en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Plus de 14 millions de personnes ont dû quitter leur maison, soit un tiers de la population ukrainienne. 1,8 millions de réfugiés sont des enfants, a précisé Aloysius John, le secrétaire général de Caritas Internationalis. L’Ukraine vit un « cauchemar », a-t-il expliqué, précisant que le coût de la reconstruction est actuellement évalué à 600 milliards de dollars, et que 116 églises ont été détruites.

    Le réseau Caritas est mobilisé en Ukraine mais aussi dans les pays limitrophes, où « les femmes et les enfants deviennent facilement victimes du trafic humain », s’est-il alarmé. Il a aussi souligné que le monde entier commençait à souffrir des conséquences de cette guerre, avec des difficultés d’approvisionnement alimentaire, la crise de l’énergie, et le risque de récession mondiale.

    Par ailleurs, la hausse des investissements militaires se fera au détriment des dépenses sociales et de l’attention à d’autres situations de crise dans le monde. « Les pauvres vont payer le plus lourd tribut », a averti le secrétaire général de Caritas Internationalis. 

    Guérir les blessures et prendre soin de l’avenir

    Le père Vyacheslav Grynevych, président de Caritas Spes, organisme lié à l’Église catholique latine et dont le siège se trouve à Kiev, a reconnu qu’il est « difficile de partager la vérité, tous les faits », dans ce contexte de guerre sur le terrain qui est aussi une guerre de communication.

    Lire la suite

  • Les chrétiens d'Orient à l'honneur ce dimanche 22 mai

    IMPRIMER

    De Jean-Marie Dumont sur le site de Famille Chrétienne :

    Les chrétiens d’Orient partout mis à l’honneur ce dimanche

    21/05/2022

    Faire connaître les chrétiens d’Orient, prier avec eux et pour eux : c’est le but de la Journée internationale des chrétiens d’Orient organisée en France et dans le monde ce dimanche 22 mai. C’est la 5e édition d’une initiative lancée en mars 2018 afin de « prier pour la paix avec les chrétiens d’Orient ». Une proposition née des drames vécus par les chrétiens d’Orient en Syrie et en Irak, et du succès rencontré par l’exposition « Chrétiens d’Orient. 2000 ans d’histoire » organisée à l’Institut du monde arabe en 2017-2018. « Nous nous étions demandé comment continuer à faire vivre cet intérêt pour les chrétiens d’Orient », a expliqué Armelle Milcent, Directrice de la communication de Œuvre d’Orient, lors d’une conférence de presse présentant l’événement. « Il nous appartient de vivre cette journée avant tout comme un temps de communions spirituelle, vécue sous le mode de l’échange », a affirmé de son côté Mgr Pascal Gollnisch, Directeur général de l’Œuvre d’Orient « Il s’agit moins de prier pour les chrétiens d’Orient que de prier avec eux. »

    En pratique, comment s’y associer ?

    Concrètement, en Paris, en province ou à l’étranger, les catholiques sont tous invités ce jour-là à « partir à la rencontre des chrétiens issus des différentes Eglises catholiques orientales ». Outre la visite des églises orientales, l’Œuvre d’Orient a fourni une liste variée de moyens concrets permettant de s’associer à cette journée. Une intention de prière particulière peut ainsi être lue à la messe du dimanche (« Seigneur, en cette journée des chrétiens d’Orient, regarde tous les pays en conflit, et tout particulièrement l’Ukraine, la Syrie et l’Ethiopie. Suscite au milieu de nos frères et sœurs d’Orient des artisans de paix et d’espérance. Nous T’en prions. »), un chant venu de la tradition orientale peut être employé à la messe, une quête pour les chrétiens d’Orient peut être organisée. De même, les catholiques sont invités à se renseigner sur la présence de communautés catholiques orientales dans leur diocèse et à participer à une liturgie catholique dans un rite oriental : syriaque, chaldéen, copte, grec-melkite, gréco-catholique, arménien… Les chrétiens d’Orient eux-mêmes sont invités à se joindre à cette journée.

    Un sondage sur les chrétiens d’Orient

    A l’occasion de cette cinquième édition, l’Œuvre d’Orient a aussi rendu public les résultat d’un sondage qu’elle a commandité et qui a été réalisé au mois de mars. Il avait pour objectif de mesurer la connaissance et la perception qu’ont les Français des chrétiens d’Orient. Selon les résultats de ce sondage réalisé auprès de mille personnes, l’existence des chrétiens d’Orient est « largement connue » des Français, même si cette connaissance augmente avec l’âge, puisque près d’un jeune sur deux dit ne jamais en avoir entendu parler. La majorité des personnes interrogées a une vision positive de leur rôle dans les sociétés dans lesquelles ils vivent et sont conscients des difficultés qu’ils rencontrent. Parmi les pays évoqués comme les plus difficiles pour eux, la Syrie et l’Irak.

    « Si cette journée des chrétiens d’Orient existe, c’est aussi pour rappeler les atteintes dont ils sont l’objet », a aussi souligné Mgr Pascal Gollnisch. De retour du Liban, et d’Ukraine – pays où il comme l’a rappelé vivent plusieurs millions de chrétiens orientaux –, le Directeur de l’Œuvre d’Orient s’est longuement attardé sur leur situation dans ces deux pays, mais aussi en Ethiopie, en Irak, en Syrie, en Arménie ou encore en Inde « Cette journée des chrétiens d’Orient a son utilité, sa nécessité, à l’égard ces situations dures », a-t-il affirmé. C’est d’autant plus important que les chrétiens, même s’ils sont souvent minoritaires, sont, selon ses mots, des « agents de paix » dans les pays, traversés de fortes tensions, où ils se trouvent. D’où l’idée que s’impliquer dans cette journée est aussi une manière d’« agir pour la paix ».

  • La Communauté Saint-Martin s’installera au Mont-Saint-Michel et à Garges-Lès-Gonesse

    IMPRIMER

    De sur Riposte Catholique :

    Deux nouveaux lieux d’apostolat pour la Communauté Saint-Martin