Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité

  • Demain : une Église à deux vitesses, post-synodale et décentralisée ?

    IMPRIMER

    D'Ed. Condon sur The Pillar :

    L'agenda de l'"Église à deux vitesses" pour le synode

    20 février 2024

    La deuxième session de la 16e Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques se réunira le 2 octobre pour une nouvelle série de trois semaines de discussions et de débats. 

    Mais alors que cette deuxième session marathon à Rome est encore dans plusieurs mois, le processus synodal mondial continue de se dérouler en temps réel dans le monde entier. 

    La "synodalité" a ravivé de sérieuses questions sur l'émergence d'un programme synodal occidental visant à modifier l'enseignement et la discipline de l'Église, ce qui pourrait conduire à une confrontation ouverte lors de la prochaine assemblée et même menacer la communion mondiale de l'Église.

    -

    Lundi dernier, les évêques d'Allemagne se sont réunis en assemblée plénière à Augsbourg. A l'ordre du jour ne figurait pas le vote sur l'approbation des statuts d'un "comité synodal" controversé, organe destiné à ouvrir la voie à un "conseil synodal" permanent pour l'Eglise dans le pays.

    Le vote sur le comité synodal a été abandonné après une intervention du Saint-Siège le samedi, avertissant les Allemands qu'aller de l'avant avec le comité serait "contraire aux instructions du Saint-Siège" et risquerait d'avoir des "conséquences juridiques".

    Si les évêques allemands ont supprimé le vote de leur programme de lundi, ils ne se sont pas engagés à abandonner complètement le comité synodal. Au contraire, la question sera probablement réexaminée dans un avenir assez proche dans le cadre de la confrontation synodale entre l'Allemagne et Rome.

    Le cardinal Christoph Schönborn, archevêque de Vienne, a souligné les enjeux auxquels sont confrontés ses voisins lorsqu'il a averti lundi que les évêques allemands devraient se demander s'ils "veulent vraiment quitter la communion avec et sous le pape, ou plutôt l'accepter loyalement", et que le fait de ne pas s'aligner déclencherait un schisme.

    Mais l'impasse des évêques allemands avec Rome est un conflit curieux. 

    Dans le cadre de leur programme controversé de "voie synodale", les évêques et leur organisation partenaire, le Comité central des catholiques allemands (ZdK), ont demandé à plusieurs reprises la fin du célibat des clercs, l'ordination des femmes, la révision de l'enseignement de l'Église sur la moralité et la sexualité humaine, ainsi que la décentralisation de l'autorité de l'enseignement doctrinal par rapport au Saint-Siège. 

    Mais alors que les évêques allemands ont insisté à plusieurs reprises pour provoquer le Vatican avec une série de mesures procédurales et structurelles, comme la création du comité synodal et la poursuite des projets de conseil synodal, les évêques voisins ont appelé à leurs propres révisions radicales de l'enseignement et de la pratique de l'Église, sans pour autant contrarier le Saint-Siège.

    Lire la suite

  • Tusk : la fin de la Pologne chrétienne ?

    IMPRIMER

    De Solène Tadié sur le National Catholic Register :

    L'avènement du gouvernement Tusk annonce-t-il une érosion de la culture chrétienne en Pologne ?

    ANALYSE : Sous l'impulsion des politiques progressistes du nouveau gouvernement national, le paysage socioculturel semble changer rapidement dans un pays qui reste l'un des plus catholiques d'Europe.

    20 février 2024

    VARSOVIE, Pologne - Depuis les récentes élections législatives d'octobre 2023, une atmosphère explosive règne en Pologne, et ces affrontements politiques et idéologiques n'ont pas épargné l'Église, qui reste une institution centrale dans la vie de cette nation d'Europe de l'Est. 

    Le nouveau gouvernement, dirigé par l'ancien président du Conseil européen Donald Tusk, a prêté serment le 13 décembre, mettant fin à huit années de règne du parti de droite Droit et Justice (PiS). 

    Bien que le parti conservateur reste techniquement le plus important du pays, avec plus de 35 % des voix lors des élections du 15 octobre, il a perdu sa majorité parlementaire au profit d'une coalition composée des partis centriste Coalition civique (KO), de centre-droit Troisième voie (Trzecia Droga) et de la Gauche (Lewica).

    Soutenu par les dirigeants de l'Union européenne, qui étudient actuellement la possibilité de débloquer les 76 milliards d'euros du Fonds de relance Covid que la Commission européenne a gelés depuis 2022 en raison des préoccupations de l'UE concernant l'indépendance du système judiciaire polonais, le nouvel exécutif a déjà mis en œuvre une série de mesures et d'interventions destinées à liquider l'héritage de son prédécesseur.

    Méthodes brutales

    À cette fin, le gouvernement du premier ministre Tusk a eu recours à des méthodes jugées brutales, voire autoritaires, par ses opposants et certains commentateurs étrangers. Le cas le plus emblématique est l'arrestation spectaculaire au palais présidentiel des anciens ministres du Droit et de la Justice Mariusz Kamiński et Maciej Wąsik, le 9 janvier. 

    Les deux députés avaient été condamnés en 2015 par un tribunal polonais de première instance pour abus de pouvoir et graciés cette année-là alors qu'ils faisaient appel de la décision du tribunal par le président Andrzej Duda, qui, en tant que chef de l'État, dispose d'un pouvoir constitutionnel illimité pour accorder des grâces. L'affaire a ensuite déclenché une bataille juridique entre les juges de la Cour suprême et de la Cour constitutionnelle. 

    En juin dernier, la Cour suprême a invalidé les grâces présidentielles au motif qu'elles avaient été accordées avant la fin de la procédure judiciaire. La Cour constitutionnelle, pour sa part, a confirmé la validité des grâces, mais son autorité est remise en question par certains experts juridiques, notamment à la suite d'un arrêt rendu en 2021 par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), selon lequel la Cour polonaise n'est pas fondée en droit en raison de la présence d'un juge nommé par le parti conservateur PiS par l'intermédiaire du président Duda, qui est aligné politiquement sur le PiS. 

    Cette situation a conduit certains observateurs à craindre l'émergence d'une crise constitutionnelle à long terme.

    Lire la suite

  • Un groupe de clercs et de laïcs catholiques lance un appel filial demandant le retrait de "Fiducia Supplicans". MISE À JOUR

    IMPRIMER

    D'Edward Pentin sur son blog :

    Un groupe de clercs et de laïcs catholiques lance un appel filial demandant le retrait de "Fiducia Supplicans".

    MISE À JOUR :

    Depuis la publication de cet appel filial, un évêque, plus de 100 prêtres et des centaines d'universitaires catholiques du monde entier ont ajouté leur signature. Les organisateurs ont eu du mal à suivre les centaines de signataires qu'ils ont reçus, mais une liste complète sera bientôt publiée.

    Parmi les nouveaux signataires figurent l'évêque Joseph Strickland, le Dr Gavin Ashenden (ancien évêque anglican converti au catholicisme), le professeur Josef Seifert, le Dr Janet Smith, le Dr Timothy Flanders (rédacteur en chef de OnePeterFive.com), le Dr Taylor Marshall, le père Janvier Gbénou (connu sous son nom de plume Fr. Jesusmary), Luigi Casalini, rédacteur en chef du blog italien Messainlatino, le Dr Claude E Newbury et le Dr. Claude E Newbury et Dr. Thomas Ward, Professeur John Rao, auteur catholique Leila Miller, Père Donald Calloway, Père Lee Bennett, Père Jerry J. Pokorsky Pasteur, Père Timothy Sauppé, Père Phillip W. DeVous, Père Denis M. Donahue, Père Gerard M. Byrne (Angleterre), Père Eunan Mc Donnell PHD (Irlande), Père Jakub Ostrożański R.C.I., Père K. Krzysztofi (Pologne), Père K. K. K. (Allemagne), Père K. K. (France), Père K. K. (Italie), Père K. K. (Italie), Père K. K. (Italie), Père K. K. (France), Père K. K. (Italie), Père K. K. (Italie), Krzysztof Kukulka OFMConv. (Pologne), Jean-Paul Tidi Makambila (Congo), Gabriel Sukharsky (Ukraine), Viktor Bilous (Ukraine), Michael E. Rodríguez, Edmund A. Castronovo, Carlos Miguel Viego, Ph.D., Dwight P. Campbell, STD, JD, Andre Villeneuve et John P. Lovell.

    **
    Un groupe de 90 prêtres, universitaires et auteurs catholiques ont lancé un appel filial aux cardinaux et aux évêques, leur demandant d'interdire immédiatement l'application de Fiducia Supplicans dans leurs diocèses et de demander au pape François de "retirer d'urgence" ce document.

    Dans une déclaration (texte intégral ici) publiée en la fête de la Présentation du Seigneur, les signataires affirment que la déclaration, qui a approuvé la bénédiction, dans certaines limites, des couples de même sexe et d'autres personnes vivant des relations non conformes à l'enseignement de l'Église, est en "opposition directe" avec la doctrine traditionnelle de l'Église sur le mariage, en dépit de ses affirmations contraires.

    Soulignant les nombreuses conférences épiscopales, confréries de prêtres et autres qui se sont publiquement opposées à la déclaration du Vatican depuis sa publication le 18 décembre, les signataires affirment que "jamais dans l'histoire de l'Église catholique un document du Magistère romain n'a fait l'objet d'un rejet aussi fort".

    En revanche, ils soulignent que le document a été "très favorablement accueilli par les quelques épiscopats et prélats qui, depuis des décennies, préconisent ouvertement un changement de la doctrine sur la moralité sexuelle".

    Les signataires reprochent à la déclaration de proposer une pastorale qui "ne correspond pas à la doctrine", ce qui conduit à enseigner une "doctrine différente". La doctrine traditionnelle de l'Église, soulignent-ils, doit être considérée comme infaillible et immuable puisqu'elle est "confirmée par l'Écriture et la Tradition" et qu'elle est une "doctrine de la loi naturelle, qui ne permet aucun changement".

    Une bénédiction, poursuivent-ils, est un "signe naturel" d'"approbation de ce qui est béni", et ils rejettent les tentatives de la déclaration de différencier un "couple" d'une "union" puisqu'un "couple est un couple en raison de l'union qui lui donne existence". Ils affirment également que l'insistance de la déclaration pour que la bénédiction ne soit pas une cérémonie liturgique "ne change pas la nature de l'acte, puisque le geste central et essentiel demeure".

    De telles bénédictions, avertissent les signataires, transmettent au monde que ces relations sont désormais "acceptables pour Dieu" et que l'Église catholique "a finalement évolué et accepte désormais les unions homosexuelles et, plus généralement, les unions extraconjugales".

    Le rejet généralisé du document dans l'Église est donc justifié, affirment-ils. Ce qui n'est "absolument pas justifiable", ajoutent-ils, c'est que les cardinaux et les évêques "restent silencieux", permettant ainsi l'amplification d'un scandale qui est déjà "grave et public" et dont l'erreur vient du Saint-Siège.

    Surtout, ils avertissent que "les petits, les simples fidèles" sont scandalisés "qui n'ont aucun moyen de s'orienter et de se défendre contre cette confusion".

    C'est pourquoi ils "implorent avec ferveur" les cardinaux et les évêques d'accomplir deux tâches : "Interdire immédiatement l'application de ce document" dans leurs diocèses, et demander "directement" au Pape de "retirer d'urgence ce malheureux document" qui "produit manifestement un grave scandale".

    Le Pape, concluent-ils, a "besoin d'urgence" d'une "correction fraternelle" dans l'espoir de "sauver son pontificat et sa propre personne d'une tache qui pourrait autrement peser sur lui de manière indélébile, non seulement dans l'histoire, mais dans l'éternité".

    ***

    Des clercs et des laïcs catholiques se mobilisent pour demander le retrait de "Fiducia Supplicans"

  • Un pontificat imprécis semant plus de confusion que de clarté

    IMPRIMER

    Du pasteur protestant Jürgen Henkel sur kath.net/news :

    "Le pontificat imprécis"

    20 février 2024

    Les querelles et les titres négatifs nuisent de plus en plus aux Églises - "Le pape François sème en plus la confusion au lieu de la clarté" 

    Selb (kath.net/ revue trimestrielle œcuménique "Mission et Vérité"/jh) La nouvelle année du Seigneur 2024 est encore jeune. Et pourtant, dès les premières semaines, certains événements bouleversent les Églises en Allemagne et dans le monde entier.

    Depuis des semaines, la controversée déclaration "Fiducia supplicans" sur le sens pastoral des bénédictions du 18 décembre 2023, émanant du dicastère de la foi, provoque des discussions et des perturbations sans précédent au sein de l'Eglise catholique, entre les conférences épiscopales et le Vatican. Elle porte la signature du non moins controversé préfet, le cardinal Víctor Manuel Fernández, mais a été publiée avec l'approbation expresse du pape François. La bénédiction de couples de même sexe (et de couples remariés) y est déclarée admissible dans certaines circonstances, à condition que ces actes de bénédiction ne soient pas confondus avec le mariage à l'église et qu'ils n'aient pas lieu dans le cadre d'un service religieux. La question se pose de savoir si les couples homosexuels, en particulier, souhaitent une telle "pseudo-bénédiction du mariage" en dehors d'un service religieux comme "demi-solution".

    En l'espace de quelques jours, ce document a suscité une telle opposition dans le monde entier que le dicastère de la foi s'est vu contraint de publier un communiqué de presse le 4 janvier 2024 afin de répondre aux critiques parfois virulentes. Le problème central de la déclaration est - une fois de plus - l'imprécision et l'ambiguïté de son contenu, ou plutôt les méandres entre la pastorale et la doctrine. Ainsi, d'une part, de telles bénédictions sont autorisées sous certaines conditions, pour ne pas dire "approuvées". Mais en même temps, il est expressément souligné que l'on s'en tient à la conception "catholique" traditionnelle du mariage et de la célébration du mariage. Comme pour d'autres déclarations papales officielles ou semi-officielles depuis 2013, on tente ici aussi de satisfaire d'une manière ou d'une autre les progressistes et les conservateurs ou les chrétiens traditionnels et les milieux réformistes en même temps. Après onze ans de pontificat, le pape François semble plutôt vouloir imposer rapidement son agenda moderniste par des moyens autoritaires au crépuscule de son pontificat et tout au plus "tenir en haleine" les conservateurs et les traditionalistes.

    C'est précisément ce flottement dans la position, précisément sur des questions importantes et pertinentes pour l'enseignement, qui caractérise sans cesse ce pontificat imprécis. Le pape François veut plaire à tout le monde et être apprécié de tous, une sorte de "everybody's darling". Cet effort s'apparente à la quadrature du cercle. Mais ce faisant, il provoque plutôt une confusion théologique qu'il ne clarifie ce qui relève de son ministère. Il ne prend une position explicite et claire que sur les thèmes de l'avortement et de l'idéologie du genre ainsi que - justement ! - sur l'interdiction de l'ancienne messe. Sur les autres questions, il y a toujours un "à la fois". Ses déclarations et ses textes sont généralement conçus de manière à ce que chacun puisse écouter, lire ou picorer à sa guise. Un tel manque de clarté et de précision théologique n'a jamais existé sous les deux vrais grands théologiens et papes précédents, saint Jean-Paul II et Benoît XVI.

    Cela est probablement dû au fait que le pontife argentin place toujours la pastorale au-dessus de la doctrine en tant que critère et subordonne ainsi l'enseignement de l'Eglise catholique à une primauté de la pastorale qu'il a lui-même justifiée et définie de manière hautement subjective quant à son contenu. Et le cardinal Fernández, préfet de la foi installé par François, seconde avec zèle son compatriote, seigneur et maître, en attestant ou en attribuant à ce pape un "charisme" personnel tout à fait particulier en matière d'enseignement. Mais de cette manière, chaque déclaration théologique de ce pape concret acquerrait la qualité d'un enseignement ex cathedra. L'ancien préfet de la foi, le cardinal Gerhard Müller, a apporté les éclaircissements nécessaires sur cette théorie (folle) et aventureuse. Ce n'est pas sans raison qu'il existe en outre la distinction si importante des deux niveaux ou dimensions : "kat akribiam" ("méticuleusement", c'est-à-dire selon la "stricte et pure doctrine") et "kat oikonomiam" (formulé simplement : "selon la responsabilité pastorale"). Pour le pape actuel, cette distinction ne semble plus pertinente, voire dérangeante, voire obsolète. Et c'est là que cela devient théologiquement inquiétant. D'ailleurs, si vous voulez lire sur ces questions une position fidèle à la doctrine et à la foi d'un théologien luthérien profilé, nous vous conseillons de lire l'ouvrage "Kirchliche Entscheidung in theologischer Verantwortung : Grundlagen, Kriterien, Grenzen" (Göttingen 1991) du dogmaticien Reinhard Slenczka (1931-2022) d'Erlangen, décédé il n'y a pas si longtemps. Ce livre ne reflète évidemment pas l'opinion majoritaire de la théologie protestante ou luthérienne "d'après 68", mais il constitue une voix claire comme du cristal, précise et encore pertinente aujourd'hui sur le sujet, issue de la diversité des opinions du protestantisme.

    Lire la suite

  • Le pape François a nommé consulteurs du Synode sur la synodalité trois femmes qui militent pour l'ordination de femmes diacres et prêtres

    IMPRIMER

    De Jules Gomes sur Church Militant :

    FRANCIS NOMME AU SYNODE DES DÉFENSEURS DU CLERGÉ FÉMININ
       
    19 février 2024

    Les nominations font suite à la réunion du C9 entre le pape et la femme anglicane " évêque ".

    VILLE DU VATICAN (ChurchMilitant.com) - Le pape François a nommé consulteurs du Synode sur la synodalité trois femmes qui militent pour l'ordination de femmes diacres et prêtres. 

    Le Bureau de presse du Saint-Siège a annoncé samedi que le pontife a nommé Sœur Birgit Weiler, Tricia C. Bruce et Maria Clara Lucchetti Bingemer, au sein d'une équipe de six nouveaux théologiens pour la deuxième session de l'Assemblée générale du Synode des évêques.

    Sœur Weiler, membre des Medical Mission Sisters et missionnaire en Amazonie, soutient que "les femmes qui se sentent appelées doivent pouvoir être admises à la prêtrise".

    Dans une interview accordée au média suisse Kath.ch, Birgit Weiler - qui milite également en faveur des prêtres mariés - a souligné qu'elle connaissait des religieuses en Amazonie qui étaient autorisées par leur évêque à administrer les sacrements du baptême et même l'onction des malades.

    "Cela n'a rien d'inhabituel en Amazonie", a fait remarquer Birgit Weiler, déplorant le manque de prêtres qui a conduit certains laïcs à ne recevoir la Sainte Communion qu'une fois par an. "Les religieuses le font avec l'autorisation de l'évêque concerné".

    "En Amazonie, les personnes gravement malades demandent le sacrement de la confession à une religieuse avec laquelle elles ont une relation", a révélé la religieuse dans l'interview d'avril 2023. Mais, a-t-elle ajouté, les sœurs "ne peuvent pas formellement donner l'absolution - beaucoup de religieuses trouvent cela très douloureux".

    Le discours patriarcal et androcentrique sur Dieu a conduit à une exclusion généralisée des femmes de la sphère publique.

    Weiler pense que les femmes diacres sont inévitables : "En fait, cela pourrait arriver très bientôt. Il n'y a pas d'obstacles théologiques si l'on comprend le diaconat comme une fonction indépendante dans l'Église par laquelle le Christ est rendu présent dans l'Église par son service dans la vie des gens.

    "En ce qui concerne le sacerdoce des femmes, je crains que cela ne prenne un peu plus de temps. Mais il est impératif que l'Église reconnaisse l'urgence de cette question", a souligné la religieuse. 

    En 2021, la deuxième femme nommée par François, Tricia C. Bruce, a rédigé un rapport en faveur des diaconesses intitulé "Called to Contribute : Findings from an In-depth Interview Study of US Catholic Women and the Diaconate" (Appelées à contribuer : résultats d'une étude par entretiens approfondis des femmes catholiques américaines et du diaconat).

    Bruce, qui est présidente élue de l'Association pour la sociologie de la religion, estime que l'ordination de femmes diacres est possible car "les changements apportés au droit canonique par le pape Benoît XVI en 2009 ont renforcé la distinction entre les diacres et la prêtrise ordonnée".

    L'échange de codes crée des débouchés pour les dons de prédication des femmes en coordination avec les prêtres qui le souhaitent.

    Les femmes interrogées dans le rapport de Tricia C. Bruce partagent des expériences soulignant comment elles se sont senties appelées à la prêtrise dans l'Église catholique, certaines dès l'enfance et d'autres en participant en tant qu'enfants de chœur, ministres de l'eucharistie, lecteurs ou en remplissant des rôles diaconaux. 

    "Au-delà de la prédication, les femmes catholiques se trouvent paralysées dans leur capacité à répondre aux besoins sacramentels des laïcs catholiques - en particulier ceux qui surviennent dans les moments de crise et d'urgence", déplore Tricia C. Bruce. 

    La sociologue décrit comment les femmes utilisent le "codeswitching" en collaboration avec les prêtres comme complices pour contourner les barrières canoniques qui leur interdisent de prêcher l'homélie pendant la messe.

    "L'échange de codes crée des débouchés pour les dons de prédication des femmes en coordination avec des prêtres volontaires. Iris a prêché en tant que 'réflecteur laïc' le jour de la fête des mères", écrit-elle. "Les femmes décrivent également comment elles s'opposent stratégiquement et adaptent les normes pour répondre aux besoins sacramentels des paroissiens.

    "Les femmes s'engagent volontiers dans leur appel au service diaconal, mais l'Église catholique ne garantit pas les circonstances dans lesquelles il est possible de répondre à cet appel", conclut Tricia C. Bruce, qui exhorte le magistère à revenir sur sa position concernant les ordres sacrés. 

    Maria Clara Lucchetti Bingemer, professeur de théologie à l'université catholique pontificale de Rio de Janeiro, a proposé qu'une femme soit la matière appropriée pour le sacrement de l'ordre et puisse agir en tant qu'"alter Christus" et "in persona Christi".

    Mme Bingemer, qui se décrit comme une théologienne féministe, préconise d'aller "au-delà de Dieu le Père" car "le discours patriarcal et androcentrique sur Dieu a conduit à une exclusion généralisée des femmes de la sphère publique et à une subordination des femmes pour répondre à la perspective et aux besoins d'un monde qui est principalement conçu pour les hommes".

    Il n'y a pas d'obstacles théologiques si l'on comprend le diaconat comme une fonction indépendante dans l'Église.
    La féministe brésilienne plaide en faveur de l'ordination des femmes à la prêtrise dans son livre Transformer l'Église et la société d'un point de vue féministe, en raison de "leur vocation eucharistique exprimée à travers leur corps". 

    Auparavant, la religieuse salésienne Linda Pocher, invitée à prendre la parole lors de la réunion des consulteurs du pape François (C9) en février, avait déclaré dans une interview que le souverain pontife "est très favorable au diaconat féminin" et qu'il étudie les méthodes pour le mettre en œuvre.

    La religieuse a ajouté qu'il n'y avait "aucune réflexion sur l'ordination presbytérale des femmes dans l'Église catholique".

    François et le C9 ont également rencontré l'"évêque" anglican Jo Bailey Wells et Giuliva Di Berardino, une vierge consacrée, professeur d'études religieuses et liturgiste du diocèse de Vérone, en Italie.

    Dans une interview accordée le 9 février à Vida Nueva Digital, Jo Bailey Wells a déclaré que les cardinaux "étaient accueillants, attentifs et je dirais même curieux" et qu'ils "passaient plus de temps à écouter qu'à parler".

    Après s'être adressé aux cardinaux du C9, Soeur Pocher a déclaré que François "changeait la façon de penser et de vivre la différence entre le ministère ordonné et le sacerdoce baptismal" en "étendant à tous les baptisés certains droits qui, jusqu'à récemment, appartenaient aux évêques, aux prêtres ou aux religieux".

    Alphonse Borras, vicaire épiscopal du diocèse de Liège (Belgique), le père Gilles Routhier, professeur de théologie à l'Université Laval (Canada), et le révérend Ormond Rush, professeur associé de théologie à l'Université catholique d'Australie, ont également été nommés au synode par François. 

    La deuxième session du Synode des évêques se tiendra du mercredi 2 au dimanche 27 octobre 2024, afin de poursuivre les travaux du Synode sur la synodalité sur le thème "Pour une Église synodale : communion, participation et mission".

  • Le futur Conseil synodal de l’Église allemande pourrait être mort-né

    IMPRIMER

    De Delphine Nerbollier sur le site du journal La Croix :

    Après une « lettre incendiaire » du Vatican, les évêques allemands reculent

    Analyse 

    Le futur Conseil synodal que l’Église catholique en Allemagne souhaitait mettre en place pourrait être mort-né. Une nouvelle lettre du Vatican vient de lui porter un coup d’arrêt, alors que s’ouvre l’Assemblée plénière des évêques allemands, lundi 19 février.

    L’ambiance est retombée avant même d’avoir pu prendre. C’est en effet sous le choc d’un nouveau rappel à l’ordre de la Curie romaine que l’Assemblée plénière de la Conférence épiscopale allemande (DBK) a entamé ses discussions, lundi 19 février à Augsbourg, en Bavière.

    À l’origine, les évêques allemands avaient prévu, entre autres, d’y valider les statuts du Comité synodal, l’une des décisions majeures issues du chemin synodal, ce processus de réforme interne de l’Église dans le pays. Constitué de 74 membres, évêques, laïcs, théologiens, le Comité synodal s’est réuni pour la première fois en novembre et doit, entre autres, préparer la création d’un futur Conseil synodal. Or, c’est cette instance, devant associer évêques, prêtres, diacres et laïcs dans les prises de décisions au niveau diocésain et national, qui est au cœur d’une crise sans précédent avec Rome, depuis plus d’un an.

    Opposition du pape François

    Dernier événement en date, samedi 17 février, deux jours avant le début de l’Assemblée plénière, la direction de la DBK a reçu une missive des cardinaux Pietro Parolin, secrétaire d’État du Saint-Siège, Victor Fernandez, préfet du dicastère pour la doctrine de la foi et Robert Francis Prevost, préfet du dicastère pour les évêques, lui demandant d’ajourner la ratification des statuts du Comité synodal. Ces cardinaux évoquent un accord passé avec la direction de la DBK selon lequel aucune ratification ne devrait avoir lieu avant une série de rencontres prévues à Rome. Plus largement, ils rappellent l’opposition du pape à la création d’un Conseil synodal, « non prévu par le droit canonique en vigueur » et qui pourrait affaiblir l’autorité des évêques. « Une décision de la DBK à ce sujet serait invalide, avec les conséquences juridiques qui en découlent », ajoutent les cardinaux.

    Face à un tel rappel à l’ordre, le président de la Conférence épiscopale allemande, Mgr Georg Bätzing, a revu en urgence l’ordre du jour de la session plénière qui doit s’achever jeudi 22 février. Les statuts du Comité synodal n’y seront pas validés. Devant la presse, lundi 19 février, l’évêque de Limbourg n’a toutefois pas caché son « étonnement » face à « une lettre incendiaire », reprenant ainsi un terme utilisé dans une question par un journaliste, et il a rappelé qu’il attendait depuis des mois un rendez-vous à Rome. « J’aurais aimé que les entretiens prévus aient déjà eu lieu car nous le voyons très clairement dans cette lettre : il existe de réelles inquiétudes de la part de Rome (sur la question du Conseil synodal, NDLR). Nous pouvons invalider la grande majorité de ces craintes. Nous ne voulons pas affaiblir l’autorité des évêques mais la renforcer en la replaçant sur de nouvelles bases. L’autorité des évêques et celle du pape ont été entachées par les scandales d’abus sexuels », rappelle-t-il.

    Un coup dur pour le chemin synodal allemand

    Pour le Comité central des laïcs allemands (ZdK), associé depuis plus de quatre ans au processus de réforme interne de l’Église dans le pays – le chemin synodal —, cette nouvelle confrontation avec Rome est un coup dur. « Nous attendons de Rome qu’elle ne sape pas la bonne collaboration entre les évêques allemands et la représentation des laïcs, mais qu’elle la valorise et la conçoive comme une ressource », écrit sa présidente Irme Stetter-Karp, en craignant « un nouveau retard dans les réformes urgentes et nécessaires de l’Église »« L’Église catholique en Allemagne n’aura pas de deuxième chance si elle arrête maintenant sa voie synodale », juge-t-elle.

    Le théologien Thomas Schüller, de l’Université de Münster, va plus loin. Lui-même membre du Comité synodal qui s’est constitué en novembre, il voit dans cette nouvelle lettre de la Curie romaine « la fin » pure et simple du Conseil synodal. « Les autorités romaines, de concert avec le pape, ont définitivement interdit le projet de Conseil synodal dans la version envisagée jusqu’à présent, explique-t-il à La CroixLe pape ne pense rien du tout des projets allemands. Il réagit avec une hostilité et un dégoût évidents. »

    Plus diplomate, le président de la Conférence des évêques tentait de garder un semblant d’optimisme. « Nous avons trois entretiens prévus à Rome. Nous nous y rendrons car c’est la seule voie possible pour avancer. Nous ne voulons rien mettre en place qui soit contraire au droit ecclésiastique. Il nous faut donc parler. Maintenant », estime Mgr Georg Bätzing. Quant aux cinq évêques allemands hostiles à ce projet de Conseil synodal et qui ont alerté Rome il y a plus d’un an, ils restaient discrets ces derniers jours. Conscients d’avoir remporté une bataille de taille.

  • Dans la perspective du synode d'octobre 2024, les évêques belges demandent le diaconat des femmes et l'abolition du célibat obligatoire

    IMPRIMER

    De Lieve Wouters sur Kerknet :

    Projet de note audacieuse des évêques belges pour le synode 2024

    19 FÉVRIER 2024

    Dans la perspective du synode d'octobre 2024, les évêques demandent le diaconat des femmes et l'abolition du célibat obligatoire.

    Les évêques belges exposent leurs priorités dans un projet de texte, qui sera soumis à la discussion des groupes de réflexion et des conseils dans les différents diocèses. Dans ce document, ils partent de trois constats :

    Une Église synodalement missionnaire exige un dialogue ouvert avec les développements actuels du monde qui nous entoure. L'Église ne peut pas se limiter à une voie à sens unique dans la proclamation de la Bonne Nouvelle au monde.

    • Nous demandons que le synode décrive la/les tradition(s) de notre Église comme dynamique(s) et en développement constant.
    • Nous demandons à être encouragés à concrétiser la décentralisation de certaines décisions dans l'Église, ce qui lui permet de travailler ensemble dans l'unité avec une diversité plus légitime.
    • Nous demandons une concrétisation de la "responsabilité" des évêques dans une Église synodale.

    Place des femmes dans l'Église

    À partir de là, les évêques appellent à une réflexion sur la place des femmes dans l'Église. Nous demandons le feu vert pour pouvoir prendre certaines mesures par conférence épiscopale ou assemblée épiscopale continentale. Ainsi, l'attribution d'une responsabilité pastorale croissante aux femmes et l'ordination diaconale des femmes ne doivent pas être universellement obligatoires ou interdites".

    Célibat et ordination de 'viri probati'

    L'obligation du célibat pour les prêtres et les diacres qui deviennent veufs suscite depuis longtemps de vives interrogations", écrivent les évêques. Ils ressentent "le besoin de redécouvrir la nature symbolique et sacramentelle du ministère ordonné". La relation entre l'ordination et la responsabilité (finale) nécessite une nouvelle précision, affirment-ils. Nous demandons que les prêtres et les diacres assument de plus en plus leur responsabilité pastorale au sein d'équipes dans lesquelles les laïcs ont également leur place et leur tâche".

    En outre, les évêques parlent d'ordonner prêtres des 'viri probati'. Littéralement, ce terme signifie "hommes éprouvés". Il s'agit d'hommes mariés qui, en raison de leur mode de vie, peuvent prétendre à la prêtrise.

    L'ordination sacerdotale des viri probati ne devrait pas être universellement obligatoire ou interdite", écrivent les évêques.

    Les jeunes et la culture numérique

    Une troisième priorité concerne la communication avec les jeunes. Les évêques souhaitent investir davantage dans les personnes et les ressources qui témoignent de l'Évangile dans et à travers le monde numérique. Ils demandent notamment la mise en place d'un mécanisme de solidarité entre les conférences épiscopales et les assemblées épiscopales continentales "afin que chaque Église locale ait les possibilités nécessaires pour être présente dans le monde numérique".   

    Quelles sont les prochaines étapes ?

    1. Le projet de note sera soumis à la discussion des groupes de réflexion et des conseils dans les différents diocèses. Ses échos seront compilés d'ici le 7 avril et remis au Secrétariat du Synode des évêques à Rome.
    2. Parallèlement à ces échos, de bons exemples de pratiques synodales seront également recueillis pour chaque diocèse et remis à Rome en vue de constituer le document de travail pour la deuxième et dernière session du synode en octobre 2024.
    3. Par ailleurs, les évêques belges veulent s'engager dès maintenant dans des moments de formation " pour pratiquer le discernement commun et la conversation dans l'Esprit ".
    4. Par ailleurs, la Commission théologique de la Conférence épiscopale se penchera d'ores et déjà de manière approfondie sur les thèmes susmentionnés liés à la gestion de la tradition et aux questions relatives aux fonctions et aux ministères dans l'Église.
  • Quand un imam pakistanais psalmodie le coran du haut du perchoir du parlement de Bruxelles

    IMPRIMER

    Image

    De Drieu Godefridi sur twitter :

    La presse internationale s’étant, comme prévu, emparée de l’affaire du prêcheur islamiste officiant tranquillement au perchoir du parlement de Bruxelles — une image qui fera malheureusement date — il est important de se montrer rigoureux. La sourate psalmodiée par cet imam pakistanais vêtu à la mode des Talibans est la sourate 33, qui comporte 73 versets. (...) Le prêcheur pakistanais ne cite pas les versets de la sourate 33 qui célèbrent le massacre des Juifs en tant que tels (en particulier, le 26). Ce qui, au fond, ne change rien. Voici pourquoi. La sourate 33 aborde trois événements significatifs : la Bataille de la Tranchée (ou Al-Ahzab : contre les Clans ou les Coalisés), qui s’est supposément déroulée pendant le mois de Shawwâl, en l'an 5 après l’Hégire ; l'attaque contre puis le massacre de la tribu juive des Banû Quraydhah, menés en Dhul-Qi`dah, en l'an 5 après l'Hégire ; et le mariage du prophète avec Zaynab, célébré le même mois de la même année. Par ‘coalisés’, il faut entendre la coalition des Arabes païens, des ‘hypocrites’ — personnes se prétendant faussement musulmans, sans conviction — et des Juifs; généralement, les coalisés agissent et luttent contre l'islam sous la gouverne des Juifs. La tribu qui domine les récits de cette sourate est celle des Banû Quraydhah, qui sont juifs. Même si ce n’est pas son objet exclusif, la sourate 33 célèbre en effet le massacre des hommes juifs de la tribu des Banû Quraydhah, et la réduction en esclavage des enfants et femmes juifs de la même tribu des Banû Quraydhah, après leur reddition aux musulmans. Conclusion. Si les versets psalmodiés par ce prêcheur pakistanais au perchoir du Parlement bruxellois ne sont pas ceux qui célèbrent le massacre des juifs, ces versets sont extraits d’une sourate dont l’objet principal est de célébrer la victoire des musulmans sur les ‘coalisés’ et le massacre des Juifs qui s’en est suivi.
  • "Synodaler Weg" : Rome dit "non" au vote de la commission synodale des évêques allemands

    IMPRIMER

    Philippine de Saint-Pierre sur twitter : "Que vont faire les évêques allemands, réunis en assemblée à partir de lundi, alors que Rome leur a écrit de ne pas voter les statuts du "comité synodal" - qui modifie la gouvernance de l’Eglise - avant de plus amples discussions ?" :

    De Luke Coppen sur The Pillar :

    Rome dit "non" au vote de la commission synodale des évêques allemands

    18 février 2024

    Le Vatican a demandé samedi aux évêques allemands de ne pas organiser de vote sur les statuts du "comité synodal" du pays, dans une intervention spectaculaire à la veille de leur assemblée plénière à Augsbourg.

    Un porte-parole a déclaré à l'agence de presse catholique allemande KNA que la conférence épiscopale avait reçu une lettre du Vatican le 17 février.

    "Cette lettre demande à l'assemblée plénière de ne pas voter sur les statuts du comité synodal, en raison des discussions à venir entre les représentants de la Curie romaine et les représentants de la conférence épiscopale allemande", a-t-il déclaré.

    Le porte-parole a ajouté que le président de la conférence épiscopale avait informé ses collègues que ce point serait retiré de l'ordre du jour pour le moment.

    "Tout le reste sera décidé lors de l'assemblée plénière d'Augsbourg", a précisé le porte-parole.

    Il est rare, mais pas sans précédent, que le Vatican intervienne dans l'ordre du jour des réunions des conférences épiscopales.

    En 2018, Rome a demandé aux évêques américains de reporter un vote sur des mesures visant à résoudre la crise des abus commis par des clercs. En 2020, le Vatican est également intervenu pour donner un coup de pouce à une déclaration de la conférence épiscopale américaine sur l'élection du président Joe Biden.

    Le Vatican est intervenu à plusieurs reprises dans le processus synodal allemand, avant même que la voie synodale ne soit officiellement lancée en décembre 2019. En juin de cette année-là, le pape François a écrit une longue lettre aux catholiques allemands, les mettant en garde contre une focalisation sur des "réformes purement structurelles ou bureaucratiques". 

    Le comité synodal est un organe composé d'évêques diocésains et de laïcs sélectionnés, issu de la "voie synodale" controversée de l'Allemagne, qui s'est achevée en mars 2023 par des appels en faveur des femmes diacres, d'un réexamen du célibat des prêtres, de la prédication laïque lors des messes, d'une révision du catéchisme sur l'homosexualité et d'un rôle plus important des laïcs dans le choix des évêques. 

    Les deux tâches principales de la commission sont de veiller à ce que les résolutions de la voie synodale soient mises en œuvre dans les diocèses allemands et de préparer la création, en 2026, d'un "conseil synodal" permanent composé d'évêques et de laïcs et doté d'un pouvoir de décision sur l'Église en Allemagne.

    Lors de la réunion inaugurale du comité synodal en novembre 2023, les participants ont approuvé les statuts et le règlement intérieur de l'organe. 

    Dans une démarche controversée, les statuts ont abandonné le principe de la voie synodale selon lequel les décisions devaient être soutenues par les deux tiers des évêques et les deux tiers des laïcs. Le comité synodal peut adopter des résolutions avec une simple majorité des deux tiers. 

    Quatre des 27 évêques diocésains allemands ayant déclaré qu'ils ne participeraient pas au Comité synodal, celui-ci ne compte plus que 23 évêques parmi ses 70 membres. Cela signifie que les non-évêques pourraient former une majorité des deux tiers sans avoir besoin du soutien d'un seul évêque.

    Dans une lettre de janvier 2023 approuvée par le pape François, trois cardinaux du Vatican ont déclaré qu'aucun évêque n'était obligé de participer aux réunions du comité synodal et que l'Église allemande n'avait pas le pouvoir d'établir un conseil synodal permanent.

    Le pape François a critiqué à la fois le comité synodal et le conseil synodal dans une lettre adressée aux détracteurs allemands de la voie synodale, datée du 10 novembre 2023.

    "Ce comité vise à mettre en place un organe consultatif et décisionnel", écrit-il. "Cependant, comme le souligne la résolution correspondante [de la voie synodale], la structure proposée n'est pas en accord avec la structure sacramentelle de l'Église catholique". 

    Un document du Vatican divulgué en novembre 2023 laissait entendre que les discussions en cours entre les évêques allemands et les responsables curiaux se poursuivraient en janvier, avril et juin 2024. Aucune confirmation officielle n'a été donnée quant à la tenue de ces discussions le mois dernier.

    Les statuts du Comité synodal précisent qu'ils ne peuvent "entrer en vigueur que par une résolution du Comité synodal, de la Conférence épiscopale allemande et du ZdK", l'influent Comité central laïc des catholiques allemands.

    Le ZdK a approuvé les statuts le 25 novembre 2023, quelques semaines après leur approbation par le Comité synodal.

    Mais les évêques allemands n'ont pas encore discuté des statuts en assemblée plénière. On s'attendait à ce qu'ils le fassent lors de leur réunion du 19 au 22 février à Augsbourg.

    Mais un aperçu officiel de l'assemblée de printemps ne mentionne ni les statuts ni le comité synodal. 

    Elle indique seulement que les 60 évêques présents "discuteront d'autres considérations concernant la voie synodale de l'Église en Allemagne et le synode mondial à Rome, dont la deuxième partie aura lieu en octobre 2024".

    Les évêques allemands n'ont pas réussi à se mettre d'accord en juin 2023 sur l'utilisation d'un fonds commun pour financer le comité synodal. Aucun mécanisme de financement alternatif n'a été annoncé, mais des rapports suggèrent que le comité pourrait être financé par une association souscrite par les diocèses de Munich-Freising, Münster, Limburg et Würzburg.

    Le comité synodal doit tenir sa deuxième réunion plénière les 14 et 15 juin à Mayence.

    Après la réunion d'Augsbourg, les évêques allemands devraient tenir leur prochaine réunion plénière en septembre.

    Le Vatican a annoncé le 17 février que la deuxième et dernière session du synode sur la synodalité se tiendra à Rome du 2 au 27 octobre.

    Il est possible que Rome cherche à ralentir l'élan du comité synodal avant la fin du processus synodal global. 

    En novembre 2022, un cardinal du Vatican a demandé en vain aux évêques allemands d'imposer un moratoire sur la voie synodale avant le synode sur la synodalité.

  • Face à la crise, encourager l'oecuménisme en interne ?

    IMPRIMER

    D'Emmanuelle Marchadour sur le site de Famille Chrétienne :

    Avenir de l’Église en France : « Encourageons l’œcuménisme en interne »

    Pour l'historien des religions, Guillaume Cuchet, les buts pastoraux du Concile Vatican II n’ont pas été atteints. « C’est un échec, quoi qu’on en dise », estime-t-il.

    12/02/2024

    Dans vos précédentes recherches, vous vous êtes penché sur les origines de la chute du catholicisme en France. Doit-on s’attendre à une accentuation du phénomène dans un avenir proche ?

    Difficile de répondre à cette question car le futur n’est pas, pour nous historiens, notre domaine de prédilection ! Mais on peut toujours prolonger les courbes pour imaginer le catholicisme de demain. Ce qui est certain, c’est que la baisse de la pratique, démarrée dans les années 1960-70, est quasiment continue depuis 50 ans. L’Eglise semble impuissante à colmater la brèche. Il y a une espèce d’hémorragie qui finit par produire un effondrement et la récente crise des abus sexuels est un évènement important qui ne va qu’accentuer ce décrochage. Pour preuve, selon une enquête peu médiatisée de l’Institut national d’études démographiques (INED) datant de 2023, nous sommes passés entre 2008 et 2020 de 43% de catholiques déclarés chez les 18-59 ans à 25%. Le taux de déclaration de catholicisme a été divisé par 2 en seulement 12 ans ! Nous parlons là de personnes nées après 1960. C’est la génération d’après le grand décrochage qui n’a plus qu’un rapport très lointain à l’Eglise et ne possède plus guère d’héritage catholique. Chaque Français par le passé, même les plus anticléricaux, avait bien un vieil oncle prêtre ou une tante religieuse. Ce n’est plus le cas maintenant. Par conséquent, la seule image de l’Eglise qui leur parvient vient de l’extérieur et celle qui domine actuellement est répulsive. Je pense donc, tant sur les vocations sacerdotales ou religieuses que sur la pratique, que cette crise des abus aura des effets très profonds.

    Le catholicisme en France est donc déjà minoritaire et partagé entre plusieurs sensibilités. Le clivage actuel, entre les catholiques qu’on appelle parfois « d’affirmation » et ceux dits « d’ouverture » va–t-il perdurer ?

    Ce sont deux appellations fort discutables mais elles sont commodes pour désigner ces deux courants qui portent des conceptions de l’Eglise et de son rapport au monde sensiblement différentes. Tout d’abord, il faut rappeler que ces deux sensibilités ne sont pas nouvelles. Elles ont une histoire ancienne qui remonte au XIXe siècle et que beaucoup de nos contemporains ignorent, y compris au sein de l’Eglise. D’un côté les « libéraux » et de l’autre, ceux que les historiens ont appelés les « intransigeants ». C’était à l’époque où le pape Pie IX a publié le fameux Syllabus (1864). 80 propositions censées résumer la pensée du monde moderne et dont la dernière condamnait explicitement « le progrès, le libéralisme et la civilisation moderne ». Cette opposition se poursuit donc aujourd’hui à travers leurs héritiers. Vous avez d’un côté des catholiques qui ont un rapport volontiers antagoniste avec le monde moderne. Ils ont un vrai souci de la transmission et des réussites dans ce domaine, au risque parfois de la « bunkérisation ». De l’autre côté des catholiques plus sensibles aux évolutions nécessaires de leur religion mais au risque de la dissolution dans le monde moderne.

    Lire la suite

  • Le Nigeria a connu en 2023 l'année la plus sanglante en matière d'attaques islamistes contre les chrétiens

    IMPRIMER

    De Ngala Killian Chimtom sur le Catholic Herald :

    Rapport : 8000 chrétiens nigérians assassinés au cours de la pire année en matière d'attaques islamistes

    Le 16 février 2024 à 8h55

    YAOUNDÉ, Cameroun - Le Nigeria a connu l'année dernière l'année la plus sanglante en matière d'attaques islamistes contre les chrétiens, selon un nouveau rapport.

    Plus de 8 000 chrétiens ont été tués en 2023, a déclaré la Société internationale pour les libertés civiles et l'état de droit (Intersociety).

    Le rapport publié le mercredi des Cendres donne des détails poignants sur les meurtres, les enlèvements et les disparitions forcées de populations majoritairement chrétiennes dans plusieurs régions du Nigeria.

    "Les forces combinées des djihadistes islamiques protégés par le gouvernement et des forces de sécurité du pays (NSFc) sont directement et indirectement responsables de l'assassinat à la hache en 2023 de pas moins de 8 222 chrétiens sans défense - couvrant une période de 13 mois ou de janvier (2023) à janvier (2024)", indique le rapport, signé entre autres par le directeur d'Intersociety, Emeka Umeaglalasi.

    Les meurtres ont été perpétrés par diverses factions, notamment les bergers peuls djihadistes responsables d'au moins 5 100 décès de chrétiens, Boko Haram et ses alliés avec 500 décès, les bandits peuls djihadistes avec 1 600 décès et les forces de sécurité "inspirées par l'islam" avec 1 000 décès de chrétiens.

    Le rapport indique que les tueries de janvier 2023 à janvier 2024 ont été "les plus meurtrières de ces dernières années" et accuse le gouvernement nigérian et les forces de sécurité d'avoir échoué à "se montrer à la hauteur de la situation".

    Mais les meurtres perpétrés au cours de l'année écoulée s'inscrivent dans le cadre d'une guerre de longue date contre les chrétiens, qui remonte à 2009, lorsque Boko Haram a entamé sa campagne meurtrière dans le pays le plus peuplé d'Afrique.

    "Le Nigeria est devenu le deuxième pays génocidaire le plus meurtrier au monde, avec plus de 150 000 civils sans défense tués pour des motifs religieux depuis 2009", indique le rapport.

    Il indique qu'environ 100 000 chrétiens figurent parmi les 150 000 personnes tuées, tandis que les musulmans modérés représentent environ 46 000 personnes et les membres d'autres religions représentent les 4 000 civils sans défense restants.

    Le rapport indique que le nombre de morts au Nigéria n'est surpassé que par celui de la Syrie, qui est plongée dans une guerre civile dévastatrice depuis 2011, avec 306 000 civils tués sur environ 21,5 millions de citoyens.

    Selon le rapport, le meurtre systématique des chrétiens au Nigéria s'apparente à un "génocide silencieux", soulignant l'absence de couverture médiatique et l'indifférence de la communauté internationale.

    Le rapport indique également que les meurtres et les actes de violence horribles et atroces commis à l'encontre de personnes ou de groupes et de leurs biens sur la base de facteurs ethniques et religieux ont entraîné la destruction de dizaines de milliers de maisons de civils, de plus de 18 500 lieux de culte chrétiens, de 1 000 sanctuaires religieux et de 2 500 centres d'éducation chrétienne/traditionnelle. Au cours de la même période, plus de 59 000 kilomètres carrés de terres appartenant à des chrétiens et à des non-musulmans ont été accaparés et leurs habitants déplacés et expulsés.

    Le rapport cite des sources nationales et internationales pour affirmer que le groupe Boko Haram et ses affiliés sont responsables de l'enlèvement et de la disparition d'au moins 22 500 chrétiens, pour la plupart non armés, entre 2009 et 2014, période au cours de laquelle ils ont également démoli ou incendié 13 000 églises et 1 500 écoles chrétiennes, et contraint plus de 1,3 million d'autres à partir pour éviter d'être tués ou contraints de se convertir à l'islam.

    "Entre 2016 et 2023, soit sur une période de huit ans, plus de 30 000 civils sans défense ont été enlevés par des djihadistes islamiques et, selon certains, par des forces de sécurité "d'inspiration islamique" au Nigéria", indique le rapport.

    Selon l'Alliance internationale contre le génocide, le Nigeria figure sur la liste des quatorze génocides en cours dans le monde.

    Umeagbalasi a déclaré à Crux que le gouvernement de Muhammadu Buhari (2015-2023) et même le gouvernement de Bola Tinubu - qui est entré en fonction en 2023 - ainsi que les forces de sécurité nigérianes ont été complices de l'assassinat de chrétiens au Nigéria.

    "Ce gouvernement n'est pas différent du gouvernement Buhari", a-t-il déclaré.

    Le rapport insiste sur ce point avec encore plus de force.

    Le plus choquant dans tout cela, c'est que les bergers fulanis djihadistes opèrent librement et sans contestation, en toute impunité et avec un abandon insouciant ; les forces de sécurité nigérianes (NSF), largement accusées d'être "d'inspiration islamique", ferment les yeux ou regardent de l'autre côté, sauf lorsqu'il s'agit de protéger les vaches peules et leurs bergers ; ou d'arrêter les membres des communautés victimes et leurs dirigeants, en les qualifiant de "bandits"", indique le rapport.

    Selon M. Emeka, un "génocide silencieux" est en cours au Nigeria.

    "Si l'on examine la définition du génocide, on s'aperçoit qu'un génocide est déjà en cours au Nigeria : Un génocide anti-chrétien", a-t-il déclaré à Crux.

  • La deuxième session du "Synode sur la synodalité" se tiendra du 2 au 27 octobre et ça promet...

    IMPRIMER

    De Loup Besmond de Senneville (à Rome) sur le site du journal La Croix :

    Le Vatican annonce la suite d’un Synode déjà fragilisé

    Analyse 

    La deuxième session du Synode sur la synodalité, dont l’objectif est de réfléchir à l’avenir de l’Église catholique, se tiendra à Rome du 2 au 27 octobre, a annoncé le Vatican samedi 17 février. Une information qui intervient alors que certains estiment que ce processus a été mis à mal par l’autorisation donnée par Rome de bénir les couples homosexuels.

    Synode sur l’avenir de l’Église, suite. Le Vatican a annoncé, samedi 17 février, les dates de la deuxième session du Synode sur la synodalité, une démarche ouverte en octobre 2021 pour réfléchir à l’avenir de l’Église catholique, et en particulier à sa manière de communiquer son message dans les sociétés d’aujourd’hui. Les pères et mères synodaux se réuniront donc du 2 au 27 octobre à Rome, où ils retrouveront la grande salle Paul-VI, comme lors de la première session, en octobre dernier.

    Comme en 2023, les 364 membres participeront à une retraite de deux jours, les 30 septembre et 1er octobre. Le Vatican n’a en revanche pas indiqué si le pape, 365e membre de la session, et président, de droit, du Synode, avait l’intention de participer à cette étape spirituelle, qui avait été décrite comme essentielle par bon nombre de participants en 2024.

    Groupes de travail

    Pour préparer cette réunion, le Saint-Siège a annoncé que seraient constitués, sous l’égide du Secrétariat du Synode, des groupes de travail thématiques. Sans toutefois en indiquer les thèmes, qui pourraient être précisés début mars, selon une source vaticane à La Croix. Mais un article publié par le média officiel du Vatican donnait des idées de sujets possibles, évoquant « la mise à jour de certaines normes canoniques », « la formation des ministres ordonnés », « les relations entre les évêques et les ordres religieux », « la recherche théologique » et le « diaconat ». Un dernier thème qui permettrait d’aborder ainsi la réflexion sur la possibilité d’ordonner des femmes diacres.

    Le Secrétariat général du Synode travaille sur ce dispositif de préparation depuis plusieurs semaines. Le tout a été validé par le pape François en personne le 16 février, lors d’une audience accordée au Palais apostolique au cardinal Mario Grech, le secrétaire général du Synode. Selon nos informations, François continue à recevoir l’archevêque maltais environ une fois par mois, pour s’informer des progrès réguliers du processus.

    Le travail lors de cette deuxième session devrait aussi donner lieu à un changement de méthode important, selon nos informations. Alors que tous les champs avaient été ouverts lors de la réunion d’octobre 2023, les pères et mères synodaux devaient cette fois se concentrer sur des domaines plus précis. Par ailleurs, ils devraient, lors de leurs travaux, plus courts qu’en 2023, plancher directement sur une proposition de texte final, qui serait alors publié dès la fin du Synode.

    Lire la suite