Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Solidarité

  • Save Armenia - Soutenir l'Arménie et arrêter de financer l'Azerbaïdjan

    IMPRIMER

    Image

    Une Américaine s'insurge; Hermine Kallman sur The Denver Post :

    Opinion : Soutenir l'Arménie et arrêter de financer l'Azerbaïdjan

    28 septembre 2022

    Imaginez lire que le gouvernement américain a envoyé des centaines de millions de dollars des contribuables à la Russie, qui a utilisé ces fonds pour attaquer et envahir l'Ukraine.

    Vous êtes choqué ? Vous devriez l'être. Et maintenant, remplacez "Russie" par "Azerbaïdjan" et "Ukraine" par "Arménie", et vous n'avez plus à imaginer, car c'est précisément ce qui s'est passé la semaine dernière et continue de se passer.

    Sauf que l'Azerbaïdjan est encore plus autocratique que la Russie (son président actuel a hérité de la présidence de son père et est marié au vice-président) et a l'un des pires bilans au monde en matière de droits de l'homme.

    Il y a pire : le gouvernement américain a envoyé ces dollars - vos et mes dollars - en violation de ses propres lois, selon une enquête du Government Accountability Office. Alors pourquoi ne faisons-nous pas plus attention ?

    Ma ville natale faisait partie de plusieurs dizaines de villes arméniennes attaquées la semaine dernière.

    Pour moi, la semaine du 12 septembre a commencé comme toutes les autres - café, courriel. Puis sont arrivées les horribles nouvelles : juste après minuit en Arménie, l'Azerbaïdjan avait lancé une attaque massive et coordonnée sur un certain nombre de villes et de villages arméniens, bombardant des citoyens paisibles pendant leur sommeil. Ces bombardements ont été si intenses qu'ils ont pris la forme d'incendies massifs sur les cartes satellite établies par le système d'information sur les incendies pour la gestion des ressources de la NASA.

    Jermuk - ma ville, le lieu de mes souvenirs d'enfance, de mes amis, de mes camarades de classe, de mes voisins, mon endroit heureux - figurait parmi les cibles. C'est une station de ski entourée de montagnes luxuriantes, un beau coin du monde où j'ai eu la chance de grandir, d'aller à l'école, de respirer son air frais et de boire son eau pure. C'est un peu l'Aspen de l'Arménie, sans les maisons à un million de dollars. Elle aura toujours mon cœur.

    Frénétiquement, j'ai commencé à appeler mes amis et ma famille. "Tu vas bien ?" "Qu'est-ce qui se passe ?" "S'il vous plaît, mon Dieu, que tout aille bien..."

    Ils étaient loin d'aller bien.

    Mes amis d'enfance, maintenant adultes, avaient attrapé leurs enfants endormis et, toujours vêtus de draps et de pantoufles, les emmenaient loin de la ville, loin de la frontière, loin des bombardements, loin de la mort.

    Une fois les enfants sortis, des hommes et de nombreuses femmes sont revenus, prêts à défendre notre ville, nos montagnes, notre air et notre eau.

    Et ils ont défendu. Ils ont arrêté l'invasion avant que l'ennemi ne puisse pénétrer dans le centre de la ville, jusqu'à ce que les États-Unis parviennent à imposer un cessez-le-feu temporaire. Le prix de la défense a été élevé - plus de 200 personnes, soldats et volontaires, ont été tuées en trois jours.

    Peu après, des vidéos de crimes de guerre horribles commis par des envahisseurs azerbaïdjanais ont émergé, notamment le dépouillement et la mutilation du corps d'une femme soldat, mère de trois enfants, qui s'était dressée contre les agresseurs, tandis que les envahisseurs azéris ricanaient et s'encourageaient mutuellement. Il s'agit de l'un des nombreux récits de crimes de guerre de la semaine dernière.

    Pourquoi devrions-nous, nous, Américains, nous préoccuper de ce qui se passe dans une autre partie du monde, à des milliers de kilomètres de là ? Tout d'abord, toute escalade militaire dans la région déstabiliserait davantage une partie du monde déjà fragile.

    La Turquie est un fervent partisan de l'Azerbaïdjan et de son agression contre l'Arménie. Si ces efforts ne sont pas stoppés, il y a un risque que l'Iran, qui s'inquiète de la présence croissante de la Turquie à sa frontière nord-ouest, s'implique, déclenchant ainsi une guerre régionale potentiellement ingérable au Moyen-Orient, avec des conséquences encore pires que l'émergence d'ISIS.

    Nous devrions nous en soucier car les Arméniens sont nos voisins, nos collègues et nos amis. Des centaines de milliers d'Arméniens vivent aux États-Unis, certains depuis plusieurs générations, ayant trouvé refuge ici après le génocide arménien de 1915, au cours duquel un million et demi d'Arméniens ont été massacrés par le gouvernement turc, et des milliers d'autres, pour la plupart orphelins, ont été dispersés dans le monde entier.

    La minuscule patrie ancestrale de la République d'Arménie, seule démocratie de la région, est une lueur d'espoir pour tous les Arméniens, un symbole que, malgré des siècles de persécution et un génocide, le peuple arménien, notre culture, notre langue et notre christianisme continuent de survivre et de prospérer.

    Au minimum, nous devrions nous préoccuper du fait que l'argent de nos contribuables finance l'invasion et les crimes de guerre d'un dictateur autocratique qui agresse ouvertement son voisin démocratique. En 2020, lorsque l'Azerbaïdjan attaquait le Haut-Karabakh, une région contestée et peuplée d'Arméniens, le candidat Joe Biden a ridiculisé le président Donald Trump pour ne pas avoir appliqué les sanctions de la section 907 contre l'Azerbaïdjan.

    Pourtant, le président Biden a rompu sa propre promesse d'appliquer la loi américaine sur les sanctions contre l'Azerbaïdjan.

    Fin 2020, la République d'Arménie a fait d'énormes concessions à l'Azerbaïdjan pour mettre fin à la guerre du Haut-Karabakh. Mais maintenant, le dictateur de l'Azerbaïdjan souhaite envahir la République d'Arménie, la démembrer et la dépeupler - parce qu'il pense pouvoir s'en tirer.

    Le 21 septembre, jour de l'indépendance de l'Arménie, le dictateur Aliyev a ouvertement ridiculisé les États-Unis et la communauté internationale en déclarant que "rien ni personne ne peut nous empêcher" d'envahir l'Arménie. Ces propos ont été tenus, en partie, en réaction au voyage du week-end de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi en Arménie pour soutenir la démocratie et la sécurité de ce pays.

    L'Arménie est désarmée. L'Arménie est en infériorité numérique. Pourtant, elle ne demande pas d'armes. Elle demande simplement aux États-Unis d'appliquer la loi américaine - d'arrêter d'armer l'Azerbaïdjan.

    Mes amis d'enfance à Jermuk sont prêts à mourir pour sauver leur maison contre les envahisseurs lorsque la prochaine série d'agressions commencera. Ils y parviendront peut-être mieux si les États-Unis ne soutiennent pas l'envahisseur.

    Hermine Kallman est une avocate arméno-américaine de Denver qui siège au conseil d'administration des Arméniens du Colorado, une organisation au service de la communauté arménienne depuis 1979.

  • RDC : À l’Est, la guerre de trente ans tourne en boucle au Pays des Grands Lacs

    IMPRIMER

    « Dans « Le cri muet des collines » (**) un collectif d’auteurs revient sur la chronologie des guerres du Congo et se demande comment sortir  de la crise sécuritaire incessante qui a transformé un décor paradisiaque en effrayante réalité. Lu sur le site web « Afrikarabia » (Christophe Rigaud ») :

    A-lEst-de-la-RDC-1024x565.jpg

    « Après deux guerres meurtrières, consécutives au génocide des Tutsi au Rwanda voisin, la République démocratique du Congo est censée être en paix depuis les accords de 2003. Seulement voilà, les armes ne se sont jamais tuent dans l’Est du pays. Une centaine de groupes armés sévit toujours dans cette vaste région, aux frontières de l’Ouganda, du Rwanda et du Burundi. On appelle cela un conflit de basse intensité, et malgré la présence de plus de 14.000 casques bleus, les massacres continuent, les responsables de la guerre courent toujours et les victimes attendent désespérément que justice soit rendue. Dans l’ouvrage « Le cri muet des collines – Dans l’Est du Congo, la guerre tourne en boucle » * Colette Braeckman, Reed Brody, Pierre Hazan, Philippe Lardinois et Marc Schmitz analysent les trente années de chaos au Congo en se demandant pourquoi « quasi personne n’a été jugé » alors que les témoignages existent et que des enquêtes internationales ont été menées.

    Guerre des chiffres

    Colette Braeckman, sans nul doute la meilleure spécialiste du Congo, déroule le fil de « la plus longue guerre d’Afrique », de la fin du génocide au Rwanda voisin, en passant par la chute de Mobutu, l’arrivée de Laurent Désiré Kabila et la succession du fils Joseph, sur fond de massacres sans fin. La journaliste revient sur la traque des génocidaires hutu par le nouveau pouvoir de Kigali, jusque dans les profondeurs de la forêt congolaise. S’en suit la guerre des chiffres sur le nombre de morts victimes de la chasse aux génocidaires sur le sol : 5,4 millions ? 200.000 ? « Les morts du Congo, bien réels, ont été instrumentalisés » explique Colette Braeckman, dans une analyse historique très pédagogique.

    Fosses communes à Mbandaka (Coquilathville, chef-lieu de l'ancienne Province de l’Equateur ndB)

    Reed Brody, directeur adjoint de l’équipe d’enquête des Nations unies en 1997, raconte ensuite comment sa mission se retrouve entravée et bloquée par le président Kabila. Pourtant, à Mbandaka, des emplacements de fosses communes sont découverts. Dans son rapport, l’ONU explique que « des centaines de Hutu rwandais non-armés ont été exterminés par des troupes de l’AFDL, apparemment sous le commandement effectif de l’armée rwandaise (APR) ». Mais l’accueil de l’ONU est tiède et les pressions américaines sont nombreuses pour ne pas aller plus loin. « Les troupes de Kagame ont joué un rôle crucial pour mettre fin au génocide de 1994 au Rwanda, qui oserait le nier ? Mais cela ne les exonère pas d’un examen minutieux des crimes commis dans les années qui ont suivi, au Rwanda et au Congo » écrit Reed Brody.

    Lire la suite

  • Le procès du Cardinal Joseph Zen : quand le silence lui-même crie justice

    IMPRIMER

    De Bree A Dail :

    Quand même le silence crie justice : Le procès du Cardinal Joseph Zen

    En 2020, après des mois de protestations qui n'ont reçu aucune attention de la part du Vatican, le cardinal Joseph Zen a tenté de rencontrer le pape François. Puis, l'accès lui a été refusé. Aujourd'hui, c'est lui qui n'est même plus pris en compte.

    1er octobre

    Par une journée ensoleillée de la fin novembre 2019, le président Donald J Trump s'est adressé aux membres de la presse depuis la roseraie de la Maison Blanche. La conférence de presse, qui a duré plus d'une heure, s'est concentrée sur les manifestations historiques - mais sous-estimées - contre le Parti communiste chinois, menées par des étudiants à Hong Kong. C'est au cours de cette conférence de presse que le président Trump a annoncé qu'il signerait un projet de loi - ce projet de loi, le H.R.3289 Hong Kong Human Rights and Democracy Act - qui non seulement imposait des sanctions à ceux qui commettaient des violations flagrantes des droits de l'homme à Hong Kong, mais conférait des privilèges spéciaux à la région, qu'il incombait au président et au Congrès d'examiner.

    Moins de deux mois plus tard, le COVID-19 a tout fermé, y compris l'espoir de la démocratie à Hong Kong.

    Dans ce qui était autrefois considéré comme une région semi-autonome, Hong Kong était protégé par le privilège constitutionnel "un pays, deux systèmes" qui lui était accordé dans la déclaration conjointe sino-britannique de 1984. Des rumeurs selon lesquelles le PCC visait à prendre le contrôle de Hong Kong ont commencé à circuler début 2019, et en mars, un nouveau "projet de loi sur l'extradition" a été proposé - déclenchant de vastes protestations. Des millions de personnes de tout Hong Kong ont protesté pacifiquement, car beaucoup craignaient que les arrestations ne conduisent à des disparitions comme c'est souvent le cas sur le continent.

    Un leader s'est distingué parmi les nombreux manifestants en 2019 : le cardinal Joseph Zen, évêque auxiliaire de Hong Kong. En octobre 2020, le cardinal Zen s'est assis avec moi pendant plus de deux heures, pour discuter des complexités de l'accord secret entre le Vatican et le PCC, et du silence subséquent du pape sur Hong Kong. J'ai alors demandé à Son Éminence s'il reviendrait un jour à Rome, après n'avoir pas été reçu par le pape François. Il a répondu par la négative, sa santé ne lui permettant pas un voyage aussi long et infructueux. Ma source, qui a également assisté à notre petit-déjeuner, m'a dit plus tard qu'ils craignaient que nous soyons témoins d'un martyre en action - que les projecteurs internationaux finiraient par s'éteindre, et qu'avec la loi de sécurité nationale du PCC, imposée pendant le COVID - ce n'était qu'une question de temps avant qu'ils ne le réduisent au silence.

    Le cardinal Zen, cependant, n'a jamais gardé le silence pendant ou après les manifestations - il a dit la messe pour les manifestants, a participé à des rassemblements, a défendu la cause de ceux qui ont été incarcérés par la suite - et a même pris les transports en commun tôt le matin pour entrer dans les prisons où étaient détenus Jimmy Lai, fondateur du média pro-démocratique Apple Daily, et des leaders étudiants, afin de les réconforter et de leur apporter les traditionnels gâteaux de lune. En fait, comme l'a fait remarquer le pape François lors de son récent voyage au Kazakstan - un voyage au cours duquel, apparemment, il avait demandé et s'était vu refuser une rencontre avec le président chinois Xi- "Le cardinal Zen va au procès, ces jours-ci... et il dit ce qu'il ressent, et vous pouvez voir (par les conséquences) qu'il y a des limites là-bas (en Chine)".

    En mai de cette année, le cardinal Zen a été arrêté par le PCC, accusé de "collusion avec des puissances étrangères" en vertu de la loi sur la "sécurité nationale", pour son rôle de leader dans le "Fonds humanitaire 612" - une organisation caritative pour les manifestants pro-démocratie à Hong Kong. Le procès, qui devait commencer le 19 septembre, a été reporté, le juge ayant, semble-t-il, été testé positif au COVID. Alors que le pape est resté silencieux dans l'intervalle, quelques voix se sont élevées pour défendre le cardinal de 90 ans : Les cardinaux Gerhard Muller et Fernando Filoni ont été publiés dans la presse italienne.

    Mardi de cette semaine - le deuxième jour seulement d'un procès qui devait durer cinq jours - la juge Ada Yim a ajourné le procès jusqu'au 26 octobre. Selon les rapports de Radio Free Asia, après avoir laissé à l'accusation le temps de plaider sa cause, la juge a rejeté les contre-interrogatoires de la défense, les jugeant "non pertinents", et a "ajourné avant que la défense ne puisse appeler des témoins ou présenter ses arguments".

    Malgré les injustices auxquelles il est confronté, le cardinal Joseph Zen continue d'édifier, donnant l'exemple des vertus de courage et de longanimité, attendues de ceux qui portent le Rouge. Après avoir supervisé le déplacement de la dépouille de son prédécesseur, le cardinal John Baptist Wu, et célébré une messe en son souvenir, "Son Éminence a écrit ce qui suit sur ses médias sociaux : "Nous remercions Dieu, qui s'est donné entièrement à nous, à la seule condition que nous croyions en lui. Tout au long de sa vie, même face aux difficultés et aux maladies, le cardinal Hu a toujours eu le sourire aux lèvres. Suivons l'exemple du cardinal Hu et continuons à prier pour lui s'il en a besoin ; soyons toujours reconnaissants et consacrons à Dieu les difficultés et les revers que nous rencontrons dans notre vie."

    Espérons, alors que le Vatican envisage de renouveler l'accord secret Sino-Vatican ce mois-ci, que le pape François se demandera si les accords passés avec la Chine ont été respectés... et à quel prix ?

  • L'Union Européenne prête à sacrifier l’Arménie sur l’autel de ses intérêts énergétiques

    IMPRIMER

    Une tribune collective publiée sur le site du Figaro Vox :

    «Tout indique que Bruxelles est prête à sacrifier l'Arménie sur l'autel de ses intérêts énergétiques»

    La récente visite en Arménie de la présidente de la chambre des Représentants des États-Unis, Madame Nancy Pelosi, a laissé espérer un répit dans les attaques azéries. Mais la reprise immédiate des bombardements montre que l'Azerbaïdjan et la Turquie n'ont pas renoncé à une nouvelle guerre. Malgré les appels pressants de l'Europe et des États-Unis, l'Azerbaïdjan continue de concentrer des troupes sur la ligne de front, du nord au sud de l'Arménie, en vue d'une offensive imminente, avec la complicité au moins «passive» de la Russie. Le président Aliyev a publiquement traité les Arméniens de «chiens qu'il faut chasser de la région», manifestant ainsi ses intentions de nettoyage ethnique. C'est aujourd'hui que nous devons agir pour sauver ce pays. Demain risque d'être trop tard. Beaucoup d'espoirs se sont portés sur l'Europe. Mais tout indique que Bruxelles est prête à sacrifier l'Arménie sur l'autel de ses intérêts énergétiques.

    L'Azerbaïdjan profite des tergiversations diplomatiques et de l'intérêt porté par l'Union européenne à ses hydrocarbures pour multiplier sur le terrain les faits accomplis.

    Tribune collective

    Le 18 juillet 2022, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'est rendue à Bakou pour quémander des livraisons supplémentaires d'hydrocarbures. Des accords ont été passés alors qu'il est de notoriété publique que l'Azerbaïdjan commercialise du pétrole russe, détournant ainsi les sanctions européennes avec la complicité de ses instances. Nous craignons que, devant les risques de crime contre l'humanité qui planent au-dessus de l'Arménie, l'Europe adopte une diplomatie du renoncement. L'Azerbaïdjan profite des tergiversations diplomatiques et de l'intérêt porté par l'Union européenne à ses hydrocarbures pour multiplier sur le terrain les faits accomplis. Il faut donc sortir de la neutralité et montrer clairement du doigt qui est l'agresseur.

    Lire la suite

  • Des dirigeants catholiques, des universitaires et des militants des droits de l'homme expriment publiquement leur solidarité avec le cardinal Zen

    IMPRIMER

    Du National Catholic Register (Courtney Mares) :

    Le procès du cardinal Zen : Plusieurs évêques catholiques et d'autres dirigeants offrent leur soutien

    Des dirigeants catholiques, des universitaires et des militants des droits de l'homme expriment publiquement leur solidarité avec le cardinal Zen alors que son procès s'ouvre.


     (photo : Capture d'écran du livestream de la messe / Livestream)

    Courtney Mares/CNA

    27 septembre 2022

    Alors que le cardinal Joseph Zen entame son procès à Hong Kong, un certain nombre de dirigeants catholiques et de militants des droits de l'homme ont publié des déclarations de soutien à l'évêque émérite de 90 ans.

    Le cardinal Zen et cinq autres personnes sont accusés de ne pas avoir enregistré correctement un fonds qui fournissait une aide juridique aux manifestants pro-démocratie. Critique ouvert du régime communiste de Pékin, le cardinal Zen a été administrateur du "612 Humanitarian Relief Fund", qui a contribué à payer les frais juridiques et médicaux des manifestants arrêtés et blessés lors des manifestations de 2019 à Hong Kong.

    Voici les dirigeants catholiques, les universitaires et les militants des droits de l'homme qui ont publiquement exprimé leur solidarité avec le cardinal Zen alors que son procès s'ouvre :

    Le cardinal Fernando Filoni, préfet émérite de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples, a écrit en soutien au cardinal Zen dans Avvenire le 23 septembre. Le cardinal Zen est un "homme de Dieu", parfois impétueux, mais soumis à l'amour du Christ, qui a voulu qu'il soit son prêtre, profondément amoureux, comme Don Bosco, de la jeunesse", écrit le cardinal Filoni. Il a conclu sa déclaration, qu'il a qualifiée de "témoignage de la vérité", en disant : "Le cardinal Zen ne doit pas être condamné. Hong Kong, la Chine et l'Église ont en lui un fils dévoué, dont il ne faut pas avoir honte."

    L'évêque Thomas Tobin de Providence a lancé un appel à la prière sur Twitter le 19 septembre, alors que le procès du cardinal Zen devait commencer (il a été reporté car le juge a contracté le COVID-19) : "Aujourd'hui, pensez à notre frère dans la foi, le cardinal Joseph Zen, âgé de 90 ans, qui est en procès en Chine, ainsi qu'à l'Église en Chine qui est régulièrement attaquée et limitée par le gouvernement. Et priez pour les chrétiens du monde entier qui sont persécutés pour leur foi", a-t-il écrit.

    L'évêque Joseph Strickland de Tyler a écrit le 18 septembre : Priez pour le Cardinal Zen 

    Lire la suite

  • Le pape François déplore la perte de sens spirituel dans la vie de nombreux jeunes d'aujourd'hui

    IMPRIMER

    D'Hannah Brockhaus sur Catholic News Agency :

    Le Pape François : Les jeunes manquent du "capital spirituel" qui donne un sens à la vie.
     
    24 septembre 2022

    Le pape François a déploré samedi la perte de sens spirituel dans la vie de nombreux jeunes d'aujourd'hui - un manque qui est souvent remplacé par une attention excessive aux biens matériels, a-t-il déclaré.

    "Les êtres humains, créés à l'image et à la ressemblance de Dieu, sont des chercheurs de sens avant d'être des chercheurs de biens matériels. C'est pourquoi le premier capital de toute société est le capital spirituel", a-t-il déclaré lors d'une conférence internationale sur l'économie à Assise, en Italie, le 24 septembre.

    "Les jeunes souffrent particulièrement de ce manque de sens", a déclaré le pape. "Face à la douleur et aux incertitudes de la vie, ils trouvent souvent leur âme épuisée des ressources spirituelles nécessaires pour traiter la souffrance, la frustration, la déception et le chagrin."

    "Regardez le taux de suicide chez les jeunes, comment il a augmenté", a-t-il ajouté.

    "La technologie peut faire beaucoup : elle nous apprend le 'quoi' et le 'comment' : mais elle ne nous dit pas le 'pourquoi', a-t-il dit, et ainsi nos actions deviennent stériles et n'apportent pas d'accomplissement à la vie, même pas à la vie économique."

    Le pape François a parlé de l'importance de la spiritualité dans une allocution prononcée devant les participants à The Economy of Francesco, une conférence organisée du 22 au 24 septembre à l'intention de jeunes économistes, entrepreneurs et chercheurs du monde entier.

    Cette initiative faisait suite à l'appel lancé par le pape François aux jeunes pour qu'ils construisent "un autre type d'économie" fondé sur une plus grande attention aux pauvres et à l'environnement.

    François s'est rendu à Assise pour la dernière journée de la rencontre, le 24 septembre. Avant de s'adresser aux participants, le pape a regardé un sketch basé sur Isaïe 21:1-12, suivi d'une méditation sur la signification de ce passage de l'Écriture.

    Il y a également eu un spectacle musical, des présentations, une vidéo des deux premiers jours de la conférence et des témoignages de participants économistes, ainsi que de militants pour l'environnement, les droits des femmes et les questions sociales d'Italie, du Bénin, d'Argentine, de Thaïlande, du Kenya, d'Afghanistan et de Pologne.

    Je compte sur vous

    Tout au long de son discours, le pape François a insisté sur la nécessité pour les jeunes adultes de mettre leur énergie et leur créativité à profit, de manière pratique, pour construire une économie plus juste.

    "Vous les jeunes, avec l'aide de Dieu, vous savez ce qu'il faut faire, vous pouvez le faire", a-t-il déclaré.

    Lire la suite

  • Vincent de Paul (27 septembre)

    IMPRIMER

    stvincent.JPG_1301592635.jpgSaint Vincent de Paul (source)

    Né en 1581 dans une famille modeste à  Pouy  dans les Landes rebaptisé aujourd'hui Saint-Vincent-de-Paul, ce petit paysan manifeste très jeune une vive intelligence. Son père vend deux bœufs pour payer ses études d'abord chez les Cordeliers de Dax puis à la faculté de théologie de Toulouse. En 1600, il est ordonné prêtre à Château-l'Évêque et devient en 1604 bachelier en théologie.

    Au cours d'un voyage de Marseille à Narbonne par mer, Vincent de Paul est capturé par des pirates, emmené à Tunis et vendu comme esclave à un alchimiste qui se convertit après deux années en sa présence. Vincent réussit finalement à s'enfuir et se rend à Paris en 1608. Il devient aumônier de la reine Margot puis curé de Clichy en 1612 où il restaure l'église et crée une école cléricale. 

    En 1613, Vincent entre comme précepteur dans la maison d'Emmanuel de Gondi, général des galères de France.  Il se confronte à la puissance de la noblesse et à la misère des paysans. Cette prise de conscience qu'il appelle sa " conversion " lui fait renoncer à ses privilèges pour consacrer sa vie au service des plus démunis : les mendiants, les forçats, les enfants martyrs, les vieillards et les malades abandonnés. Pour lutter contre cette pauvreté et organiser la charité, il fonde en 1617 avec des dames de diverses conditions sociales, la première " confrérie de la Charité ". Il est alors curé de Châtillon-sur-Chalaronne. De retour chez le comte de Gondi, il se fait missionnaire sur ses terres et est nommé aumônier général des galères en 1619.

    En 1632 afin de poursuivre l'évangélisation du monde rural, Madame de Gondi met à disposition de Vincent, les moyens financiers pour fonder une congrégation de prêtres missionnaires qui prend le nom de " Lazaristes ". Ces prêtres seront rassemblés et formés dans des écoles appelées " séminaires ".

    La France entière se couvre alors d'un vaste réseau de "Charité". D'humbles filles de villages venues spontanément servir les pauvres aux côtés des "Dames" de la Charité, sont dispersées dans une multitude de confréries.  Louise de Marillac une veuve pieuse appartenant à la haute noblesse, collaboratrice de Vincent, perçut la nécessité de les regrouper afin d'améliorer leur formation et leur accompagnement dans leur service tant corporel que spirituel. En novembre 1633, elle reçoit chez elle les six premières "Filles", ce seront les "Filles de la Charité". 

    En 1734, Vincent fonde avec Louise l'Institution des Filles de la Charité" appelées aussi "Sœurs de Saint-Vincent-de-Paul". Ces religieuses sans uniformes oeuvrent sans voiles, c'était une nouveauté pour l'Église, qui n'admettait pas les religieuses hors des cloîtres.

    A partir de 1632, les guerres dévastent les provinces, Vincent y organise inlassablement les secours. L'année 1633 voit l'institution de la "Fondation de la confrérie de l'Hôtel-Dieu" à Paris où interviennent les Filles de la Charité. On lui doit la création des hôpitaux de Bicêtre pour les aliénés, de la Pitié et de la Salpétrière pour les pauvres ainsi que l'Hôpital du Saint Nom-de-Jésus à Paris pour les vieillards. Dès 1638 débute l'oeuvre des "Enfants Trouvés", Vincent créa pour cela un établissement pour ces enfants.

    Le corps épuisé, mais l'esprit et le cœur toujours vifs et inventifs («l'amour est inventif jusqu'à l'infini» disait-il), Vincent mourut à Saint-Lazare le 27 septembre 1660. Il sera canonisé par le pape Clément XII, le 16 juin 1737. 

    Saint Vincent est considéré comme le grand apôtre de la charité et le précurseur de l'action sociale dont on trouvera ici un beau témoignage.

  • Le Synode "d'écoute" du Vatican pourrait ne pas entendre l'Église persécutée

    IMPRIMER

    Du journaliste Bree A. Dail :

    Le Synode "d'écoute" du Vatican pourrait ne pas entendre l'Église persécutée

    Dans quelle mesure le Vatican est-il convaincu que les données fournies sont réellement représentatives de la voix des fidèles... en particulier de celle des persécutés ?

    14 septembre 2022

    CITÉ DU VATICAN - En octobre 2021, le pape François a annoncé une initiative mondiale au sein de l'Église catholique - un " Synode sur la synodalité ". Un an après le début de cette initiative de deux ans, les préoccupations concernant l'accessibilité et l'intégrité des réponses des églises persécutées, comme en Chine, pèsent lourdement sur le Vatican.

    Pour ce "Synode sur la synodalité", le Vatican a donné des instructions pour que, de 2021 à 2023, la hiérarchie qui dirige les quelque 2 900 diocèses catholiques dans le monde et les églises missionnaires supplémentaires encourage et "écoute" les 1,36 milliard de catholiques dont elle a la charge. Elle le fera au moyen de questionnaires adressés aux paroisses et de convocations de groupes. Les questions porteraient sur les préoccupations des fidèles concernant l'état de l'Église et du monde, leurs discernements sur les domaines dans lesquels (ou si) l'Église devrait changer et s'adapter, et leurs suggestions sur la manière dont un tel changement pourrait avoir lieu. "Il n'est pas nécessaire de créer une autre Église", a déclaré le pape à l'ouverture du synode, "mais de créer une Église différente".

    Pourtant, le flou présenté, intentionnellement, par le Vatican sur le développement de ce synode "d'écoute" a apparemment laissé en périphérie les pays où la persécution des chrétiens a conduit à des églises "souterraines" - comme en Chine, dans certaines régions d'Afrique, au Pakistan et en Iran. Le clergé, déjà accablé par le ministère d'une Église qui souffre, est maintenant contraint de rivaliser avec les riches Églises d'Europe occidentale et d'Amérique pour avoir la chance d'être entendu. Dans certaines églises, on se demande en outre si une infiltration politique musclée - comme celle du Parti communiste chinois dans son "Église patriotique" établie - produira de véritables réponses de la part des fidèles. 

    Les dirigeants du Vatican insistant sur le fait que "l'apprentissage au fur et à mesure" était le seul moyen d'obtenir une réponse authentique, quelles mesures ont été prises pour protéger l'intégrité des réponses contre la manipulation ou le filtrage ? 

    L'opportunité pour les mauvais acteurs de changer l'église de l'intérieur pourrait-elle être un prix trop important pour être gaspillée ? 

    Peut-on être sûr que les résultats actuels présentés - comme dans le cas de l'Allemagne - sont légitimement représentatifs de la "vox populi", ou sont-ils ceux d'activistes (qui ne sont pas sans rappeler ceux de la Réforme) cherchant à créer une nouvelle Église ?

    À la fin du mois dernier, les membres de la direction supervisant ce "Synode sur la synodalité" ont tenu une conférence de presse pour le corps de presse du Saint-Siège, discutant des résultats qui avaient été soumis au Vatican par des pays tels que l'Allemagne et la France ; les processus en cours à Oceana ; la clôture de la "phase diocésaine" initiale de l'initiative mondiale et le lancement de la deuxième phase (ou "continentale"). 

    Lire la suite

  • Qui se soucie du sort de l'Arménie victime d'une nouvelle agression ?

    IMPRIMER

    De Philippe Oswald sur La Sélection du Jour :

    L’Arménie de nouveau agressée, qui s’en soucie ?

    Alors que l’agression de la Russie contre l’Ukraine mobilise en faveur de celle-ci l’aide humanitaire et militaire de l’Occident, l’Arménie doit faire face dans une grande solitude à de nouvelles attaques de l’Azerbaïdjan voisin. Ce pays musulman est dirigé par l’autocrate Ilham Aliyev, soutenu militairement par le président dictateur turc Erdogan. Aliyev avait reconquis les trois quarts du Haut-Karabakh en septembre 2020 en écrasant les défenseurs arméniens (4000 morts) au terme d’une guerre de 44 jours.

    Terre à forte majorité arménienne, le Haut-Karabakh (appelé Artsakh par les Arméniens) avait été rattaché à l’Azerbaïdjan musulman par Staline pour mettre au pas soviétique les Arméniens chrétiens. Après la chute de l’URSS, l’Arménie avait permis à ce territoire de recouvrer son indépendance en 1992, au terme d’une guerre victorieuse contre l’Azerbaïdjan. Mais depuis trente ans, la donne a considérablement changé. Trois fois moins peuplée que l’Azerbaïdjan et dépourvue de ressources naturelles, l’Arménie s’est affaiblie à cause de ses divisions politiques. De surcroît, son tropisme européen l’a privée du soutien de Poutine, lequel est à présent empêtré dans sa guerre contre l’Ukraine. De son côté, l’Azerbaïdjan, riche en gaz, n’a cessé de se renforcer militairement, avec l’appui totalement assumé, en armes et en mercenaires djihadistes, du protecteur turc. Ce dernier ne peut que se féliciter d’un allié collaborant avec autant de zèle au rétablissement d’un empire panturc, champion de l’islam.

    Aujourd’hui, Aliyev ne se contente plus du Haut-Karabakh. Depuis le 13 septembre, il attaque directement la République d’Arménie. Jusqu’à présent, les Arméniens ont repoussé au prix de pertes sévères les assauts terrestres des Azéris, mais ceux-ci bombardent sans retenue (canons, mortiers, drones) plusieurs régions arméniennes, au nord-est, au centre, et au sud du pays. L’objectif revendiqué du dictateur, toujours chaudement soutenu par Erdogan, est d’anéantir la plus ancienne nation chrétienne. Il s’inscrit dans la lignée du grand frère turc dont les exactions ont précédé et suivi le génocide arménien de 1915. Si l’intention générale du dictateur de l’Azerbaïdjan est bien de mettre à genoux l’Arménie et de réduire son peuple en dhimmitude (les écoliers azéris apprennent dans leurs livres scolaires que les Arméniens sont « des chiens à chasser »), l’objectif de cette nouvelle offensive est la création d’un corridor traversant le territoire arménien (la région du Syunik) reliant l’Azerbaïdjan à sa région isolée du Nakhitchevan, située entre la Turquie et l’Arménie. Ce corridor, prévu par les accords de cessez-le-feu du 9 novembre 2020, n’est pas opérationnel, l'Arménie désirant contrôler la circulation des personnes, des biens, et des marchandises sur son propre sol.

    Les Arméniens, qui ont payé leur europhilie par le désamour de leur traditionnel protecteur russe, peuvent-ils attendre un quelconque secours de l’Union Européenne ? C’est peu probable : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen s'est rendue à Bakou, capitale de l'Azerbaïdjan, le 18 juillet dernier pour signer triomphalement un accord doublant les importations gazières en provenance de la république caucasienne. L’UE s’est contentée d’appeler à l'arrêt des hostilités. La France (où vivent 600 000 descendants de rescapés du génocide de 1915) a saisi le Conseil de sécurité de l'ONU. Les États-Unis seront-ils plus efficaces ? Connue pour ses positions pro-arméniennes, la présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi, s’est rendue à Erevan (capitale de l’Arménie) le dimanche 18 septembre pour une visite de trois jours. « L'Arménie a une importance particulière pour nous », a-t-elle souligné, avant de condamner « les attaques illégales et meurtrières de l'Azerbaïdjan sur le territoire arménien ». Pour sa part, le président du Parlement arménien, Alen Simonian, a affirmé qu’un cessez-le-feu avait été conclu au milieu de la semaine grâce à une médiation américaine, après l'échec d'une médiation russe. Mais ce cessez-le-feu a été violé dès le 20 septembre, par des tirs azerbaïdjanais à la frontière orientale, selon le ministère arménien de la Défense…

    Pour aller plus loin :

    Les présidents azerbaïdjanais et turc menacent d’effacer l’Arménie de la carte du monde

    >>> Lire l'article sur : Nouvelles d'Arménie magazine

     

  • Etes-vous abonné à "L'Eglise dans le monde"?

    IMPRIMER

    2022_09_21_07_41_46_Greenshot.png

    D'Amélie Berthelin sur le site de l'Aide à l'Eglise en détresse :

    Connaissez-vous le magazine d'actualité sur les chrétiens
     
    L'ÉGLISE DANS LE MONDE ?
     
    Depuis 50 ans, l'AED décrypte l'actualité de l’Église locale dans notre revue L’Église dans le monde. Porte-parole des chrétiens, ce magazine, unique en son genre, rend compte de leur vie quotidienne, où détresse et espérance se mêlent.
     
    Dans 150 pays, des contacts de confiance nous transmettent des informations exclusives. L’Église dans le monde, rédigée par des journalistes en lien avec des populations oubliées, propose des analyses géopolitiques, des témoignages et des reportages, illustrés de photos prises sur le terrain.
     
    S'il vous plaît, témoignez autour de vous de ce qui nous arrive ! " nous exhortait encore ce matin Mgr Wilfred Anagbe, du diocèse de Makurdi au Nigeria. Il est de notre devoir d’être le porte-parole des chrétiens dans le monde et de transmettre leur témoignage. Combien cela les réconforte lorsque nous leur assurons qu’en France et ailleurs nous parlons d'eux, nous témoignons pour eux!
     
    En recevant 5 fois dans l’année notre revue L’Église dans le monde, vous pourrez ainsi mieux connaître vos frères chrétiens. Aujourd’hui, nous avons besoin de vous pour que les chrétiens de tant de régions du monde ne soient pas oubliés.
     
    Je vous invite à devenir leur porte-parole en vous abonnant à notre magazine (30 €/an) et en le faisant connaître autour de vous.
     
    Pour découvrir le magazine, je vous offre le dernier numéro à lire ici. Partez à la découverte de l'Église aux quatre coins de la planète et venez rencontrer des chrétiens du monde entier.
    Abonnez-vous à L'Eglise dans le monde.
     
    Vous pouvez aussi nous envoyer vos impressions en répondant aux questions ci-dessous. Votre avis est essentiel pour nous !
     
    Bonne lecture et à très bientôt,
     
    Amélie Berthelin
    Rédactrice en chef
    L'Église dans le monde
     
  • Empêchons la pendaison d'Ashfaq Masih pour sa foi en Jésus

    IMPRIMER

    De Valeurs Actuelles via le site "Veillez!" :

    EMPÊCHONS LA PENDAISON D'ASHFAQ MASIH POUR SA FOI EN JÉSUS

    AU PAKISTAN, UN CHRÉTIEN ACCUSÉ DE BLASPHÈME CONDAMNÉ À MORT

    16/07/2022

    Le 4 juillet, Ashfaq Masih, un chrétien pakistanais, a été condamné à mort pour blasphème. Tout au long de son procès, il n’a cessé de clamer son innocence.

    C’est une histoire pour le moins sordide. Un chrétien pakistanais du nom d’Ashfaq Masih a été condamné à mort le 4 juillet dernier, après avoir été accusé de blasphème par la justice, relaye Infochrétienne, vendredi 15 juillet. Lors de son procès, pourtant, l’homme de 36 ans n’a cessé de clamer son innocence et de marteler qu’il était la victime de fausses accusations.

    Dans cette affaire, tout a commencé en 2017, avec une dispute entre Ashfaq Masih et un client musulman, rappelle le site d’actualités. Dans le détail, ledit client avait refusé de payer la réparation de son vélo, arguant qu’il était un dévot musulman soufi. L’avocat du chrétien, Riaz Anjum, a précisé dans la presse que celui-ci avait « rejeté la demande [du client de la boutique], disant qu’il suivait seulement Jésus et qu’il n’était pas intéressé par les statuts religieux des musulmans ». Après cette altercation, le chrétien avait été arrêté par la police locale. Il lui avait été reproché d’avoir manqué de respect au prophète Mahomet.

    Tout au long de son procès, le trentenaire a toujours revendiqué son innocence. Il a démenti les accusations portées à son encontre, arguant avoir été piégé par le propriétaire de la boutique dans laquelle il travaillait : Muhammad Ashfaq. Selon lui, ce dernier se serait associé avec son concurrent direct, dans le but de lui nuire. « Muhammad Ashfaq avait fait pression sur Masih pour qu’il quitte le magasin, ignorant les appels de ce dernier à ne pas déplacer son entreprise en cours », a confié son avocat, cité par Infochrétienne.

    Les accusations de blasphème sont monnaie courante

    Le magistrat a par ailleurs rappelé au juge qu’aucun blasphème ne figurait dans le premier rapport d’information. Ainsi, cette allégation aurait été faite par Muhammad Ashfaq lorsqu’il a fait sa déclaration à la police. Un élément qui n’a pas permis d’innocenter Ashfaq Masih, à l’issue du procès. Le juge l’a condamné à mort.

    Au Pakistan – un pays classé en huitième position dans l’Index mondial de persécution des chrétiens 2022 de l’ONG Portes Ouvertes – les accusations de blasphèmes sont nombreuses. D’après cette organisation, les chrétiens pakistanais « vivent sous la menace des lois sur le blasphème qui sont souvent utilisées contre eux ». Au quotidien, « ils peuvent être injustement accusés, arrêtés, emprisonnés, voire condamnés à mort, par simple jalousie ou pour régler des conflits personnels ».

    Source : valeursactuelles.com

    Cliquer ici pour signer la pétition pour sauver la vie d'Ashfaq Masih. Cliquer ici.

  • Londres possède désormais le premier sanctuaire pour les chrétiens persécutés en Europe

    IMPRIMER

    De Marco respinti sur Bitter Winter :

    Londres possède désormais le premier sanctuaire pour les chrétiens persécutés en Europe

    09/08/2022

    Une initiative du père Benedict Kiely, qui rappelle au monde que les chrétiens sont la minorité la plus persécutée au niveau international.

    The icon at the new shrine of Mary, Mother of Persecuted Christians. Courtesy of Father Benedict Kiely.

    L'icône du nouveau sanctuaire de Marie, Mère des chrétiens persécutés. Avec l'aimable autorisation du père Benedict Kiely.

    Depuis le 8 septembre 2022, les chrétiens persécutés disposent du premier sanctuaire qui leur est dédié en Europe, inauguré à Londres, en Angleterre, à l'église de l'Ordinariat de Notre-Dame de l'Assomption et de Saint-Grégoire, dans le quartier de Soho. Le sanctuaire est officiellement intitulé "Marie, mère des chrétiens persécutés".

    En Europe (et, en fait, dans le monde entier), il existe bien sûr d'autres chapelles et lieux saints où les croyants peuvent prier pour les martyrs modernes, mais il s'agit du premier lieu du Vieux Continent spécifiquement dédié à cet objectif. C'est un projet du père Benedict Kiely, un prêtre anglais qui consacre sa vie aux chrétiens persécutés depuis l'été 2014.

    Né à Londres il y a 59 ans, et ordonné à Canterbury en 1994, le père Kiely partage son ministère sacerdotal entre l'Angleterre et les États-Unis. Il est incardiné dans l'Ordinariat personnel de Notre-Dame de Walsingham, établi le 15 janvier 2011 pour les anciens anglicans (principalement conservateurs) d'Angleterre et du Pays de Galles, conformément à la constitution apostolique de 2009 du pape Benoît XVI "Anglicanorum coetibus". L'Ordinariat fait partie du territoire de la Conférence des évêques catholiques d'Angleterre et du Pays de Galles, qui englobe également l'Écosse, et est directement soumis au Saint-Siège. Répandu dans de nombreux pays du monde, il est placé sous le patronage de l'ancien anglican John Henry Newman (1801-1890), devenu un saint catholique romain, et tire son nom du titre donné à la Vierge Marie dans le village de Walsingham, dans le Norfolk, en Angleterre. C'est là qu'eurent lieu des apparitions mariales en 1061, qui furent ensuite approuvées par le pape Léon XIII (1810-1903) et le pape Pie XII (1876-1958). Il est très intéressant de noter que Notre-Dame de Walsingham n'est pas seulement vénérée par les catholiques romains, mais aussi par les orthodoxes de rite occidental et certains anglicans.

    L'attention du P. Kiely pour les chrétiens persécutés (qu'il décrit comme un appel vocationnel au sein de son appel sacerdotal) a commencé face au terrible fardeau des chrétiens au Moyen-Orient, dans certains quartiers desquels ils sont menacés de génocide. Cela se reflète clairement dans Nasarean.org, l'organisation caritative qu'il a fondée à Stowe, dans le Vermont.

    Le sanctuaire londonien est construit autour d'une icône de Marie, peinte par Sœur Souraya, une religieuse syrienne grecque melkite catholique de l'ordre Basilien, qui a un studio d'art à Zouk, au Liban, près de Beyrouth. L'icône porte l'inscription "Mère des persécutés" en araméen, qui est censé être la langue parlée par Jésus.

    Le sanctuaire vise à attirer l'attention, par la prière, sur les plus persécutés de tous les groupes religieux du monde. Open Doors documente en effet que plus de 360 millions de chrétiens, soit environ un septième du total, souffrent de graves persécutions et discriminations dans le monde, tandis que Persecution.org a décerné le "Prix du persécuteur de l'année 2022" à l'Afghanistan et aux bergers fulanis au Nigeria.

    Tout en exhortant les évêques intéressés par la création de sanctuaires analogues à se mettre en contact avec lui, le père Kiely annonce déjà l'inauguration du prochain, qui aura lieu dans une église de Worcester, dans le Massachusetts, en octobre. Ce sera la deuxième en Amérique. La première a été inaugurée dans l'église St. Michael, à Manhattan, New York, le 12 juin 2018.

    Commentant le nouveau, premier sanctuaire européen qui honore les chrétiens persécutés à Londres, le père Kiely a déclaré à "Bitter Winter" : "C'est très important. Cela montrera que l'Église occidentale se soucie de la persécution des chrétiens dans le monde. De nombreuses fois, des évêques et des prêtres irakiens, syriens et nigérians m'ont dit qu'ils croyaient, au fond d'eux-mêmes, que l'Église occidentale ne s'en souciait pas."