Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BELGICATHO

  • Une lettre aux évêques pour que "la messe de Paul VI" soit célébrée « avec dignité et fidélité »

    IMPRIMER

    Top Changes Between the Latin Mass and the Novus Ordo

    Du site de Famille Chrétienne :

    Des fidèles demandent que la messe de Paul VI soit célébrée « avec dignité et fidélité »

     

    Interpellés par les propos du pape François stigmatisant, dans son motu proprio Traditionis custodes, « les nombreux endroits où l’on ne célèbre pas de façon fidèle aux prescriptions du nouveau missel », huit fidèles attachés au nouvel Ordo Missae - des laïcs, des prêtres et des religieux – adressent aux évêques de France une lettre leur demandant de promouvoir les indications données par le Concile Vatican II pour la célébration liturgique : le silence, l’orientation, le latin et le propre de la messe mais aussi l'usage du chant grégorien, de la polyphonie et de l'orgue. Ils invitent les catholiques qui le souhaitent à envoyer cette lettre, en leur nom propre, à leur évêque (télécharger le pdf de la lettre écrite aux évêques).

    La lettre des fidèles aux évêques

    Messeigneurs,

    Le 16 juillet dernier, le Pape François publiait Traditionis Custodesun Motu Proprio pour restreindre l’usage de la messe selon le Missel de 1962, les livres liturgiques publiés par les saints papes Paul VI et Jean-Paul II après Vatican II devenant « l'unique expression de la lex orandi du rite romain ». Après la surprise, nous le recevons avec confiance et nous voulons qu’il contribue à l’unité du Peuple de Dieu.

    Investis dans nos paroisses au service de la liturgie, nous sommes attachés au Missel romain publié par Saint Paul VI et réédité ensuite par Saint Jean-Paul II. Nous aimons sa noble sobriété et sa force spirituelle et nous souhaitons qu'il puisse unir les communautés paroissiales et être aimé de leur part. Deux points de la lettre aux évêques accompagnant le Motu Proprio ont ainsi retenu toute notre attention :

    1. Le Pape François se dit « attristé par les abus de part et d’autre dans la célébration de la liturgie. Comme Benoît XVI, [il] stigmatise le fait que dans de nombreux endroits on ne célèbre pas de façon fidèle aux prescriptions du nouveau Missel, mais qu’il soit même compris comme une autorisation ou même une obligation à la créativité, qui conduit souvent à des déformations à la limite de ce qui est supportable » : nous partageons avec lui ce sentiment et ce constat. Les abus et la créativité évoqués sont courants dans les paroisses que nous fréquentons et empêchent de rendre évident que, dans le Missel promulgué par Paul VI, le rite romain a non seulement été conservé mais renouvelé dans le respect fidèle de la Tradition. 

    2. Le Pape demande que « chaque liturgie soit célébrée avec dignité et fidélité aux livres liturgiques promulgués après le Concile Vatican II ». L’efficacité de la liturgie dans la vie de l'Église tient, pour une large part, à la fidélité aux rites prescrits qui sont porteurs de la grâce liée au sacrement. Sans cette fidélité, le caractère humain de la liturgie tend à l'emporter et à limiter le don de Dieu, quand il ne lui fait pas obstacle, purement et simplement. Le Missel Romain et sa Présentation Générale précisent l’usage de ces rites et des signes sensibles par lesquels la foi se nourrit, se fortifie et s´exprime.

    A la suite du Pape François, nous vous redisons que le peuple de Dieu a besoin que vous fassiez connaître et appliquer les normes établies par le Concile Vatican II et comprises dans le Missel romain. Nous avons besoin que vous, gardiens de la Tradition, puissiez nous nourrir de l’esprit de la liturgie1. Nous avons à cœur d’œuvrer avec vous pour faire vivre cet esprit dans nos paroisses.

    Dans un souci d’unité et de plus grande fidélité à l’Église, il nous apparait important de prêter une attention renouvelée à toutes les indications données par le Concile Vatican II, de promouvoir leur usage qui témoigne de notre tradition liturgique romaine. Concrètement, le silence sacré2, le propre de la Messe3, l’orientation4 ou encore le latin5, nous sont donnés par le Missel Romain pour servir le mystère que nous célébrons. Pour la musique liturgique, le chant grégorien6, mais aussi la polyphonie7 et l’orgue8 nous sont légués comme un trésor d’une valeur inestimable qui élève puissamment nos âmes vers le Ciel.

    A l’aube de la nouvelle traduction française du Missel, que ce Motu Proprio soit pour notre Église et nos communautés l’occasion d’approfondir le mystère de l’Eucharistie, source et sommet de la vie chrétienne. Qu’il nous permette de grandir dans la fidélité aux prescriptions de l’Église, sacrement de l’unité, pour la sanctification des hommes et la glorification de Dieu dans le Christ.

    Nous vous assurons de nos prières pour vos ministères et pour l’Église.

    Monsieur Loys DE THE, initiateur de la lettre et membre de l'association Ecclesia Cantic (diocèse de Chambéry)

    Monsieur Denis CROUAN, docteur en théologie et président de l’association Pro Liturgia (diocèse de Strasbourg)

    Monsieur Jean-François FREMONT, organiste et maître de chapelle de l’église Notre Dame (diocèse de Versailles)

    Monsieur l’abbé Pierre FRIESS, curé de la paroisse de Villars les Dombes (diocèse de Belley Ars)

    Monsieur Bernard FROSSARD, membre de l’association Esprit de la Liturgie (diocèse de Rome)

    Monsieur Pierre-Yves HUET, membre de la communauté de l’Emmanuel (diocèse de Munich)

    Frère Frédéric PERUTA, moine bénédictin de l’abbaye Saint Wandrille (diocèse de Rouen)

    Madame Françoise STREBLER, responsable de la musique liturgique et maître de chapelle de la cathédrale (diocèse de Valence)

    Cliquez ici pour télécharger le pdf de la lettre écrite aux évêques.

    Notes :

    • 1. SC n°29 ; PGMR n°387 ;
    • 2. SC n°30 ; PGMR n°45
    • 3. PGMR n°48-87
    • 4. PGMR n°146-154-157
    • 5. SC n°36-54
    • 6. SC n°116
    • 7. SC n°112-113
    • 8. SC n°120
  • Elle pratiquait des avortements et est devenue leader pro-vie : qu'est-ce qui a changé le cœur de ce médecin ?

    IMPRIMER

    De Kate Olivera sur Catholic News Agency :

    D'avorteur à leader pro-vie : qu'est-ce qui a changé le cœur de ce médecin ? 
    Kathi Aultman 3
    Kathi Aultman, au cours de sa première année de pratique privée, devant son cabinet, qui était en construction./ Kathi Aultman

    14 oct. 2021

    Kathi Aultman avait six semaines de post-partum lorsqu'elle est retournée travailler dans une clinique d'avortement à Gainesville, en Floride. Elle pratiquait des avortements le week-end pour gagner de l'argent pendant son internat.

    "J'étais vraiment convaincue que l'avortement était un droit de la femme", a déclaré Aultman à l'AIIC lors d'une interview le 17 septembre. "Je veux dire, j'ai tout gobé : l'hameçon, la ligne et le plomb."

    "J'ai même fait des avortements lorsque j'étais enceinte - très enceinte. Mais je ne voyais pas de contradiction. Mon bébé était désiré, le leur ne l'était pas. Se elles voulaient avorter de leur bébé, c'était leur droit."

    Mais Mme Aultman se souvient qu'il y avait quelque chose de différent dans le premier avortement qu'elle a pratiqué après avoir accouché et pris soin de son propre bébé. Pour la première fois de sa vie, elle a compris que l'enfant à naître qu'elle faisait avorter était en fait un enfant. Pas si différent de son propre enfant.

    Aultman a terminé l'avortement et les autres avortements prévus ce jour-là. Mais elle dit que son expérience, le premier jour de son retour de congé de maternité, a marqué le début de son cheminement pour devenir une militante pro-vie.

    Aujourd'hui, Mme Aultman a témoigné sur des questions pro-vie devant des organes de l'État et du Congrès et devant des tribunaux d'État, et a aidé divers procureurs d'État et le ministère de la Justice à examiner des affaires liées à l'avortement. Elle a pris la parole lors de la Marche pour la vie de 2019 à Washington.

    Plus récemment, Mme Aultman a fait partie des 240 femmes pro-vie qui ont signé un mémoire d'amicus curiae pour soutenir l'affaire Dobbs v. Jackson Women's Health Organization, une affaire du Mississippi qui pourrait annuler la protection fédérale de l'avortement aux États-Unis.

    Je ne les voyais pas comme des personnes

    Mme Aultman avait un penchant pour les sciences dès son plus jeune âge. Elle se souvient avoir aidé son père, un prédicateur méthodiste, à nettoyer le poisson après une partie de pêche. Aultman aimait examiner les organes internes des poissons, et inspecter leurs globes oculaires. Lorsque sa mère ramenait des cœurs d'animaux pour les repas familiaux, Aultman faisait couler de l'eau dans l'organe pour examiner les valves en action.

    La tante d'Aultman était bio-ingénieur, et elle est devenue un modèle pour sa nièce curieuse. Lorsqu'elle était en quatrième année, elle a visité le laboratoire de sa tante, et elle se souvient avoir été si impressionnée qu'elle a décidé, sur le champ, de devenir scientifique.

    Après avoir obtenu son diplôme de premier cycle à l'université Drew en 1972, Mme Aultman s'est fixé pour objectif d'obtenir un doctorat en recherche fondamentale. Mais elle a choisi d'étudier la médecine, car ce domaine semblait offrir des perspectives d'emploi plus sûres que la recherche.

    Kathi Aultman in a science lab at Drew University, where she earned her undergraduate degree. Kathi Aultman
    Kathi Aultman dans un laboratoire scientifique de l'université Drew, où elle a obtenu son diplôme de premier cycle. Kathi Aultman

    Kathi Aultman a été acceptée à l'école de médecine du New Jersey. Avant le début de ses cours, Aultman a découvert qu'elle était enceinte. "Et c'est la même vieille histoire", a déclaré Aultman. "Je pensais que si je gardais le bébé, je ne pourrais pas être médecin. J'avais peur qu'on finisse par divorcer, parce qu'on se mariait parce qu'il le fallait. J'avais peur de ce que ma famille et mes amis penseraient.

    Lire la suite

  • "A ta droite et à ta gauche"; homélie pour le 29e dimanche du temps ordinaire

    IMPRIMER

    Une homélie du Fr. Jean-Christian Lévêque, o.c.d. sur le site du Carmel en France :

    29e Dimanche T.O., Marc 10, 35-45

    « À ta droite et à ta gauche »

    « Maître, nous désirons que tu fasses pour nous ce que nous te demandons ». Curieuse demande. Curieux moment …

    Curieuse demande, discrète, secrète, enveloppée, comme si les deux frères craignaient de l’exprimer clairement. Mais Jésus les oblige à parler net :« Que voulez-vous que je fasse pour vous ? » Ils veulent être à sa droite et à sa gauche dans sa gloire, dans son Royaume. Rien que cela ! Eux qui furent parmi les premiers appelés, qui furent même parmi les trois confidents de Jésus, n’ont encore rien compris au projet du Maître. Ils s’imaginent que Jésus va organiser un royaume terrestre, et ils croient le moment venu de se pousser aux postes honorifiques !

    Curieux moment pour parler de cela … En effet Jésus, pour la troisième fois et solennellement, vient de prédire sa passion : « Voici que nous montons à Jérusalem, et le Fils de l’Homme sera livré aux grands prêtres et aux docteurs de la Loi. Ils le condamneront à mort et ils le livreront aux païens. On se moquera de lui, on crachera sur lui, on le flagellera et on le mettra à mort, et après trois jours il ressuscitera ».

    Déjà, lors de la deuxième prédiction de sa passion, les disciples avaient si peu compris qu’ils s’étaient disputés aussitôt après en vue d’une question de préséance. Mais Jésus, cette fois encore, ne se fâche pas : patiemment il tente encore de leur expliquer. Vous voulez partager mon sort ? Alors rappelez-vous que j’ai une coupe à boire et que j’ai un baptême dans lequel je dois être plongé.

    La coupe, pour ces hommes qui lisaient les Prophètes, ce n’était pas seulement le symbole des souffrances, « la coupe amère », mais plus précisément la coupe du vertige, méritée par le peuple pécheur, comme l’avait crié le prophète Isaïe : « Lève-toi, Jérusalem, toi qui as bu de la main du Seigneur la coupe de son vertige » (Is 51,17). La coupe méritée par les péchés de son peuple, c’est Jésus qui la boira !

    Quant à la mystérieuse plongée dont parle Jésus, c’est la plongée dans la mort, la mort violente, injuste, la mort révoltante de l’innocent sur qui l’on crachera. Mais les deux disciples sont sûrs d’eux-mêmes : ce n’est pas maintenant qu’ils vont reculer. Le combat ne leur fait pas peur, pourvu qu’ils arrivent à leur fin, pourvu qu’ils participent au pouvoir du Messie. Ils croient encore qu’on entre dans le Royaume de Dieu comme dans une citadelle ; ils s’imaginent qu’au service de Jésus il y a de bonnes places à conquérir et un pouvoir comme récompense.

    Une fois de plus Jésus, en véritable éducateur de la foi, développe sa pensée : il ne crie pas ; il explique. Et il éclaire d’abord le futur, puis le présent. Pour le futur : oui, les deux frères suivront Jésus sur le chemin de la souffrance, et ils seront plongés, eux aussi, dans la mort, comme nous tous quand l’heure sera venue. C’est le sentier où, tôt ou tard, tous les vivants s’engagent, mais les croyants y marchent à la suite du Ressuscité.

    Quant aux places d’honneur, c’est le secret de Dieu ; et il y aura des surprises. On ne peut s’y pousser comme on joue des coudes sur la terre pour arriver en bonne position ou pour occuper un poste. Les places près de Dieu, c’est Dieu qui les propose, et il sait ce qu’il fait. D’ailleurs, même sur terre, pour un chrétien, les premières places, les vraies premières places, ne sont pas celles qu’on imagine.

    Et Jésus en vient à parler du présent. Il en appelle à l’expérience des disciples : « Vous savez que ceux qui semblent gouverner les peuples les oppriment, et que leurs grands exercent sur eux leur pouvoir ». « Ceux qui semblent gouverner », dit Jésus, faisant sans doute allusion au semblant de pouvoir que possédaient tous les roitelets de Palestine sous le protectorat romain.

    Mais Jésus, plus largement, vise la volonté de puissance qui travaille le cœur de tout homme. Où que nous soyons, en effet, et quelles que soient notre situation, notre position, nos responsabilités, que nous vivions à dix, à cinq ou à deux, nous sommes toujours le tyran de quelqu’un, nous profitons de la moindre miette de pouvoir, que ce soit en famille ou dans un cadre plus large de travail ou d’amitié. Nous voulons régner sur des intelligences, sur des destinées, sur des cœurs. Au grand jour ou plus subtilement, nous organisons sans le vouloir notre monde autour de notre moi, et parfois, même le témoignage rendu au Christ, même les engagements apostoliques, même la fidélité, servent à améliorer notre image de marque, à imposer notre présence, à nous glisser près du Christ, à sa droite ou à sa gauche.

    D’un mot le Christ renverse toutes nos fausses valeurs : « Il n’en est pas de même parmi vous ; bien au contraire. Celui qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur, et celui qui veut être le premier parmi vous, qu’il soit le serviteur de tous ». Il ne s’agit donc plus, en régime chrétien, de se pousser à la première place, mais de se mettre volontairement à la dernière.

    Entendons bien : cela ne signifie pas qu’il faille renoncer à travailler à son vrai niveau, qu’il faille décliner les responsabilités en s’abritant derrière une humilité de mauvais aloi. Cela signifie qu’il nous faut rester, tout au long de notre vie, en situation de serviteur, « mettant au service de tous les dons reçus de Dieu ». Cela implique aussi que nous abordions chaque être humain comme digne d’être aimé et d’être servi, quelles que soient sa valeur, sa déchéance ou son ingratitude.

    C’est ainsi que Jésus, jour après jour, veut nous identifier à lui-même, car lui non plus « n’est pas venu pour se faire servir, mais pour servir, et pour donner sa vie en rançon pour la multitude ». Le meilleur de nous-mêmes, ce n’est pas ce que nous gardons, mais ce que nous donnons, et Jésus nous le redit à chaque Eucharistie où il se donne à nous.

    Quand nous aurons tout à l’heure communié à son Corps et à son Sang, n’étouffons pas la voix qui redira en nous : Tu ne peux plus vivre à ton compte.

  • Ignace d'Antioche : l'ardent désir d'union avec le Christ et de vie en Lui (17 octobre)

    IMPRIMER

    0201ignace2.jpgLors de l'audience générale du mercredi 14 mars 2007, Benoît XVI a consacré sa catéchèse à saint Ignace d'Antioche (vatican.va) :

    Chers frères et sœurs!

    Comme nous l'avons déjà fait mercredi, nous parlons des personnalités de l'Eglise naissante. La semaine dernière, nous avons parlé du Pape Clément I, troisième Successeur de saint Pierre. Aujourd'hui, nous parlons de saint Ignace, qui a été le troisième Evêque d'Antioche, de 70 à 107, date de son martyre. A cette époque, Rome, Alexandrie et Antioche étaient les trois grandes métropoles  de  l'empire  romain. Le Concile de Nicée parle de trois "primats":  celui de Rome, mais Alexandrie et Antioche également participent, d'une certaine manière, à un "primat". Saint Ignace était Evêque d'Antioche, qui se trouve aujourd'hui en Turquie. Là, à Antioche, comme nous l'apprenons des Actes des Apôtres, se développa une communauté chrétienne florissante:  le premier Evêque fut l'apôtre Pierre - c'est ce que nous rapporte la tradition - et là, "pour la première fois, les disciples reçurent le nom de chrétiens" (Ac 11, 26). Eusèbe de Césarée, un historien du IV siècle, consacre un chapitre entier de son Histoire ecclésiastique à la vie et à l'œuvre littéraire d'Ignace (3, 36). "De Syrie", écrit-il, "Ignace fut envoyé à Rome pour être livré en pâture aux bêtes sauvages, à cause du témoignage qu'il avait rendu du Christ. En accomplissant son voyage à travers l'Asie, sous la surveillance sévère des gardes" (qu'il appelle les "dix léopards" dans sa Lettre aux Romains, 5, 1), "dans toutes les villes où il s'arrêtait, à travers des prédications et des avertissements, il renforçait les Eglises; et surtout, il exhortait, avec la plus grande vigueur, à se garder des hérésies, qui commençaient alors à se multiplier, et recommandait de ne pas se détacher de la tradition apostolique". La première étape du voyage d'Ignace vers le martyre fut la ville de Smyrne, où était Evêque saint Polycarpe, disciple de saint Jean. Ici, Ignace écrivit quatre lettres, respectivement  aux  Eglises  d'Ephèse, de Magnésie, de Tralles et de Rome. "Parti de Smyrne", poursuit Eusèbe "Ignace arriva à Troade, et de là, envoya de nouvelles lettres":  deux aux Eglises de Philadelphie et de Smyrne, et une à l'Evêque Polycarpe. Eusèbe complète ainsi la liste des lettres, qui nous sont parvenues de l'Eglise du premier siècle comme un trésor précieux. En lisant ces textes, on sent la fraîcheur de la foi de la génération qui avait encore connu les Apôtres. On perçoit également dans ces lettres l'amour ardent d'un saint. Enfin, de Troade, le martyr arriva à Rome où, dans l'amphithéâtre Flavien, il fut livré aux bêtes féroces.

    Lire la suite

  • Et si vous apportiez votre aide à belgicatho ?

    IMPRIMER

    Rassurez-vous : nous n'allons pas vous demander d'argent. Belgicatho est un service gratuit où vous ne serez jamais harcelés pour solliciter une aide financière. Nous prenons en charge le peu que cela nous coûte et c'est avec plaisir que nous vous en faisons cadeau.

    Là où nous attendons votre aide, c'est pour diffuser notre travail. Chaque jour, nous sommes sur la brèche pour collecter des informations susceptibles de vous intéresser et de nourrir votre réflexion. Ce travail nous coûte du temps, des efforts et des sacrifices pour ne pas délaisser le blog. En retour, la chose que vous pourriez faire serait de partager avec d'autres personnes de votre famille, de vos proches, de votre entourage et de vos relations ce que nous publions sur belgicatho. Si vous êtes abonnés à la newsletter, vous pourriez la "forwarder" à des personnes susceptibles d'être intéressées par nos contenus. Vous pourriez aussi relayer nos publications sur les réseaux sociaux (twitter, facebook...). Ainsi, grâce à votre concours, l'audience de belgicatho pourrait s'étendre et toucher un plus large public.

    Merci d'avance pour votre coopération active.

  • La pornographie : la grande oubliée de la lutte contre la traite des êtres humains

    IMPRIMER

    De

    «La pornographie, grande oubliée de la lutte contre la traite des êtres humains»

    Prostitution et pornographie ont plusieurs points communs. Dans les deux cas, les corps sont loués, en échange d'argent, pour le plaisir d'autrui.

    Nicolas Bauer

    Au-delà de ces plaintes d'actrices, des associations féministes comme le Mouvement du Nid dénoncent l'existence d'un problème systémique de traite d'êtres humains dans l'«industrie du sexe». Pour lutter contre la traite, un cadre juridique complet s'est développé ces deux dernières décennies, au niveau international, puis européen. Néanmoins, son potentiel contre les excès de la pornographie est largement sous-exploité, car il se heurte à un tabou. Il n'est pas exagéré d'affirmer que la pornographie est la grande oubliée de la réflexion juridique et politique sur la traite des êtres humains.

    Les premiers efforts internationaux contre la traite visaient à protéger les femmes de la prostitution. Ainsi, en 1910, une convention internationale réprimant la «traite des blanches» était signée à Paris. D'autres ont suivi durant les décennies suivantes, élargissant peu à peu la question à toutes les formes de trafic sexuel, puis à partir de 2000 à toutes les situations de traite d'êtres humains. Pour autant, le cas de traite le plus répandu dans le monde occidental reste le trafic sexuel et c'est toujours sur la prostitution que se focalise la lutte contre la traite. Il faut dire que le droit international interdit explicitement «l'exploitation de la prostitution d'autrui» (proxénétisme).

    Il existe une profusion de rapports des instances des Nations unies et du Conseil de l'Europe sur la traite des êtres humains, en particulier la prostitution, mais aucun ne s'intéresse de près à la pornographie. Pourtant, prostitution et pornographie ont plusieurs points communs. Dans les deux cas, les corps sont loués, en échange d'argent, pour le plaisir d'autrui. Pornographie vient du grec πόρνη [pórnê], qui veut dire « prostituée » ; il n'est d'ailleurs pas rare que les actrices pornographiques se prostituent ou aient été prostituées par le passé. Certaines activités, comme celle des «camgirls», correspondent à la fois à de la prostitution et à de la pornographie. Le sociologue Sonny Perseil va jusqu'à qualifier la pornographie en général de «prostitution filmée».

    Quoi qu'il en soit, au moins pour une part, l'industrie de la pornographie pratique la traite d'êtres humains, au sens du droit international. En effet, la définition de la traite est large et inclut de nombreuses situations. Recruter une personne, en abusant de sa position de vulnérabilité ou en lui offrant des paiements, dans le but de l'exploiter sexuellement, cela correspond à de la traite. C'est courant dans le commerce du sexe et, en ce sens, le producteur pornographique ne se distingue pas du proxénète. Le premier est pourtant mieux perçu que le second, car la pornographie a gagné la bataille de l'image : ce serait un genre cinématographique, avec des acteurs.

    Lire la suite

  • Le député britannique assassiné était un député catholique exceptionnel et un fervent défenseur de la vie

    IMPRIMER

    De Jonah McKeown sur Catholic News Agency :

    Le député britannique assassiné était catholique et pro-vie.
     
    David Amess
    Le regretté David Amess, député de Southend West/ davidamess.co.uk

    15 oct. 2021

    Un député britannique est mort vendredi après avoir subi de multiples coups de couteau dans une église méthodiste du sud-est de l'Angleterre. 

    Sir David Amess, 69 ans, était membre du Parlement depuis 1983 et membre du parti conservateur. Il était catholique, pro-vie, et aurait été un fervent défenseur de l'éducation catholique et du bien-être des animaux. Amess tenait une réunion avec ses électeurs à l'église méthodiste de Belfairs lorsque l'attaque a eu lieu. 

    Un homme de 25 ans a été arrêté en relation avec le meurtre, et un couteau a été retrouvé. 

    Le cardinal Vincent Nichols de Westminster a publié une déclaration rendant hommage à M. Amess et appelant à prier pour lui et sa famille. 

    "Je prie pour lui afin qu'il soit accueilli dans la présence miséricordieuse de notre Père céleste. Je prie pour sa famille et ses amis, qui sont sous le choc en ce moment. Je prie pour ses électeurs [et] tous ceux qui ont travaillé avec lui au cours de sa carrière politique", a déclaré le cardinal Nichols. 

    "David a accompli sa vocation de catholique dans la vie publique avec générosité et intégrité. Il a servi au Parlement pendant quatre décennies et était respecté par tous les partis politiques de la Chambre. Son décès prématuré est une grande perte".

    Le Premier ministre Boris Johnson a déclaré qu'Amess avait un "bilan exceptionnel en matière d'adoption de lois visant à aider les plus vulnérables."

    Right to Life UK a décrit Amess comme un "champion pro-vie". 

    "La mort de Sir David est une tragédie insensée et il va vraiment nous manquer. Nos pensées et nos prières vont à sa femme Julia et à leurs cinq enfants", a déclaré Catherine Robinson, porte-parole de Right To Life UK. 

    "Depuis son élection en 1983, il a toujours, dans la mesure du possible, utilisé sa position de député pour défendre les personnes vulnérables, notamment en se faisant le champion d'initiatives visant à introduire davantage de protections pour les bébés à naître et davantage de soutien aux femmes confrontées à des grossesses difficiles. Tous ceux qui ont travaillé avec Sir David savaient qu'il était un homme gentil, attentionné et jovial, qui se souciait réellement des plus vulnérables de notre société". 

    Le dossier de vote récent d'Amess montre qu'il a voté contre la légalisation du suicide assisté, en faveur de limites de gestation plus strictes pour les avortements, et contre l'imposition de l'avortement en Irlande du Nord, entre autres mesures pro-vie. 

    Le cardinal Nichols a noté que M. Amess a joué un rôle déterminant dans la visite historique du pape Benoît XVI au Parlement en septembre 2010, lors de la visite du pape au Royaume-Uni. M. Amess avait créé en 2006 un groupe parlementaire multipartite pour les relations avec le Saint-Siège, un groupe comprenant des personnes de différentes confessions et croyances, a indiqué M. Nichols. 

    "Il a encouragé cette relation mutuellement respectueuse en rencontrant le cardinal Parolin, secrétaire d'État du pape, et d'autres dirigeants catholiques. Cette contribution est à la fois estimée et manquera cruellement", a déclaré le cardinal. 

    L'agence pour l'éducation des évêques catholiques d'Angleterre et du Pays de Galles a déclaré sur Twitter : "La mort de Sir David Amess est une horrible tragédie. Il était un député catholique exceptionnel et un fervent défenseur de l'éducation catholique."

    "Accorde-lui le repos éternel, ô Seigneur, et que la lumière perpétuelle brille sur lui. Qu'il repose en paix."

    Benedict Rogers, directeur général et cofondateur du groupe britannique de défense des droits de l'homme Hong Kong Watch, a déclaré que lui et Amess avaient "travaillé ensemble régulièrement sur les droits de l'homme internationaux au fil des ans."

    "Il était très chaleureux, gentil et amusant. Il m'encourageait toujours à me présenter au Parlement et essayait de m'aider dans cette démarche. Il avait un énorme sourire, beaucoup d'humour et un très bon cœur. C'était un grand personnage et il nous manquera énormément", a tweeté M. Rogers. 

    Amess a fortement soutenu le Brexit lors du référendum de 2016. 

    La dernière députée britannique à avoir été tuée est Jo Cox en 2016, qui a été abattue à l'extérieur d'une réunion avec ses électeurs dans le West Yorkshire. La sœur de Cox, Kim Leadbeater, députée travailliste de Batley et Spen, a déclaré qu'elle était "Totalement choquée par ce qui s'est passé pour penser que quelque chose d'aussi horrible pourrait se reproduire pour un autre député, une autre famille", rapporte PA. "Et effrayée et effrayante - une véritable montagne russe d'émotions", a déclaré Leadbeater.

    Selon PA, 80 personnes ont assisté à un service commémoratif pour Amess vendredi.

    "Il a emporté avec lui ce grand esprit de l'est de Londres qui consiste à ne pas avoir peur et à être capable de parler aux gens et à leur niveau. Je dirais que tous les politiciens ne sont pas doués pour cela", a déclaré le père Jeffrey Woolnough à propos d'Amess, rapporte PA. "Nous n'avons pas les mots ce soir. Cher Sir David, reposez-vous bien".

  • La foi : une forme de dissidence

    IMPRIMER

    Des propos recueillis par Constantin de Vergennes sur le site de France Catholique :

    Rod Dreher, essayiste américain

    «  La foi est une forme de dissidence  »

    13 octobre 2021

    Face aux dérives idéologiques inquiétantes de notre société, aux États-Unis et ailleurs, cet intellectuel atypique qu’est Rod Dreher suggère de s’inspirer de l’exemple des dissidents de la période soviétique pour trouver les moyens de résister au rouleau compresseur postmoderne. Entretien.

    Son précédent livre, Le Pari bénédictin, publié en 2017, avait fait grand bruit. Également connu, dans sa version française, sous le titre de Comment être chrétien dans un monde qui ne l’est plus (Artège), l’ouvrage du journaliste et écrivain américain Rod Dreher proposait la formation de communautés chrétiennes locales : familles, écoles, paroisses… Ceci afin d’élaborer une contre-culture et de réévangéliser, par la suite, un monde ayant tourné le dos à la foi. Proposition stimulante, mais discutée au sein des milieux chrétiens. Quatre ans plus tard, le journaliste de l’American Conservative récidive avec un nouvel essai, Résister au mensonge, vendu à 100 000 exemplaires outre-Atlantique. Là-bas, le débat fait rage avec le mouvement «  woke  » – « éveillé » – de contestation de la culture occidentale et chrétienne, qui gagne en puissance dans l’opinion au plan mondial (voir France Catholique n°3717). L’intellectuel s’oppose ainsi à ce qu’il définit comme un totalitarisme «  doux  », et suggère de s’inspirer de l’exemple des dissidents chrétiens sous la dictature soviétique. À lire pour être prévenu…

    Comment définiriez-vous le «  totalitarisme soft  » qui nous menace et pourquoi employer ce terme ?

    Rod Dreher : Un système totalitaire est un système où le pouvoir politique est monopolisé par une idéologie unique et où tout est politique. Nous pensons toujours au nazisme ou au communisme, mais le totalitarisme peut aussi exister dans une démocratie libérale. L’idée que nous nous faisons du totalitarisme, inspirée notamment par le roman 1984 de George Orwell ou par l’expérience du stalinisme, est celle d’un totalitarisme «  dur  ». Nous ne voyons pas qu’un totalitarisme d’une autre nature est en train d’émerger.

    Il y a vingt ans, René Girard nous a prévenus que l’attention excessive pour les victimes allait se transformer en totalitarisme. Aujourd’hui, cela se déroule sous nos yeux de façon évidente. C’est l’autre raison pour laquelle il s’agit d’un totalitarisme soft, «  doux  » : parce qu’il s’agit d’un totalitarisme exercé au nom de la compassion, de la tendresse à l’égard des victimes. Ainsi, nous voyons par exemple des livres interdits car les transgenres, ou les minorités ethniques, les trouvent blessants.

    L’État n’interdit pas de lui-même – aux États-Unis, il serait illégal d’interdire un livre –, mais des acteurs privés comme Amazon refusent de vendre certains livres pour cette raison, et les écoles et universités refusent de les enseigner. Nous voyons des symboles bien-aimés de notre histoire – des statues, des chansons… – jetés à la poubelle [en français dans le texte, NDLR] car certaines minorités privilégiées les trouvent offensantes.

    Il faut souligner que cela se produit, tout du moins aux États-Unis, non parce que l’État adopte des lois, mais parce que des institutions libres dans une société libre ont décidé de s’autocensurer. Le vieux modèle du totalitarisme – avec une police secrète et des goulags – ne s’applique pas ici. Mais il s’agit toujours d’un totalitarisme, parce qu’une seule idéologie est autorisée, et que ceux qui ne l’acceptent pas risquent leur emploi et leur statut social s’ils s’en éloignent publiquement. Le peuple américain vit dans la peur – une peur qui devrait être totalement étrangère à une société libre.

    La surveillance, propre aux sociétés totalitaires, est désormais exercée selon vous par le capitalisme…

    Oui, c’est aussi quelque chose de nouveau. Le «  capitalisme de surveillance  » est une nouvelle façon de faire de l’argent, inventée par Google. Les données que nous générons tous par notre activité en ligne, et avec nos smartphones, sont constamment collectées par ces entreprises. Elles agissent légalement, avec notre consentement. Toutes ces données, même celles qui nous paraissent insignifiantes, sont stockées et exploitées afin de dresser un portrait toujours plus précis de qui nous sommes, dans le but de mieux nous vendre des choses.

    Comme me l’a dit un ancien dissident tchèque, il faudrait être idiot pour penser qu’il existe une façon innocente de collecter ces informations. «  À terme, m’a-t-il dit, ces informations seront utilisées contre vous.  »

    Par exemple, des dizaines de millions de foyers américains possèdent les soi-disant «  enceintes connectées  » [enceintes reliées à Internet et qui peuvent être commandées par le son de la voix, NDLR], pour rendre l’existence plus facile. Il suffit de dire par exemple «  Diffuse du Mozart  », pour que du Mozart soit diffusé à travers l’enceinte. Nous pensons que c’est amusant et innocent, mais cela ne l’est pas. Ces appareils nous entraînent à accepter la surveillance perpétuelle comme un aspect normal de notre vie.

    Si des agents du gouvernement venaient se présenter à votre porte pour vous dire : «  Nous voudrions installer une enceinte connectée qui va vous écouter et qui nous fera parvenir ce qu’elle a entendu  », vous leur claqueriez la porte à la figure. Mais quand cela provient d’une entreprise comme Amazon, non seulement les gens acceptent d’installer un tel appareil chez eux, mais ils déboursent également de l’argent pour pouvoir le faire !

    Retrouvez l’intégralité de l’entretien dans le magazine.

  • L'Eglise est-elle condamnée à disparaître ?

    IMPRIMER

    De Philippe Maxence sur le site de l'Homme Nouveau :

    L’Église va-t-elle disparaître ?

    L’Église va-t-elle disparaître ? La question est sur toutes les lèvres, et campe a minima dans tous les esprits. Les révélations du rapport de la commission Sauvé sur les crimes de nature sexuelle dans l’Église de France ont profondément choqué les catholiques et, plus largement, l’opinion publique. La presse s’en est emparée et les réseaux sociaux n’ont cessé de commenter le sujet, se révélant plus que jamais ces tribunaux d’une « justice » immédiate couronnée du blanc-seing de l’opinion publique.

    Une seule réforme : embrasser la Croix

    Faut-il pour autant détourner les yeux ? La vérité est souvent crucifiante et, d’ailleurs, le Christ, qui est la vérité même, s’est laissé clouer sur une croix pour nous sauver du péché. Même endormi par le conformisme et les habitudes, le disciple se doit de suivre le Maître jusqu’au bout. À nous d’avoir aussi le courage de Péguy et de « voir ce que l’on voit » (Notre Jeunesse). C’est assurément le plus court chemin pour parvenir à une véritable et profonde réforme de l’Église. Laquelle implique un réel souffle spirituel, la reconnaissance et la contrition des péchés, le lucide constat des erreurs commises et une réinsertion dans le chemin tracé par la Tradition qui prend sa source dans les Évangiles, les Pères et le magistère constant de Pierre.

    La réponse de l’histoire

    L’Église va-t-elle disparaître ? La réponse est clairement non. La foi nous l’enseigne et l’histoire nous le confirme. À ce sujet, il faut lire le dernier livre de Didier Rance. Le titre même de l’ouvrage – L’Église peut-elle disparaître ? – indique que l’auteur s’est emparé d’une problématique très actuelle (Mame, 248 p., 17 €). Il y répond par l’histoire et par un véritable esprit de foi qui baigne en permanence dans les eaux pures de l’espérance. Le sous-titre du livre – Petite Histoire de l’Église à la lumière de la Résurrection?– le confirme amplement. L’auteur affronte neuf grandes périodes au cours desquelles l’Église aurait dû disparaître si elle n’avait été qu’une institution humaine. Il vaut la peine de citer ces neuf étapes : la fondation de l’Église où il était humainement difficile de parier sur sa survie pendant… vingt et un siècles ; les persécutions des premiers temps chrétiens ; la victoire apparente de l’arianisme ; l’éclosion des mouvements de laïcs en réponse aux scandales des clercs, confondus par l’amour de saint François d’Assise pour l’Église ; la menace de l’islam ; la « réforme » protestante ; la Révolution française ; la théorie de la mort de Dieu ; le nazisme et le communisme athée.

    Au terme de ce périple historique, Didier Rance écrit : « Dieu est le Seigneur de l’histoire et conduit infailliblement celle-ci vers l’éternité de la façon qu’il veut. » Et c’est donc très logiquement que l’auteur conclut par le recours à la sainteté. Celle de ceux qui nous ont précédés et qui ont été élevés sur les autels. Mais celle aussi à laquelle nous devons parvenir par l’exercice humble et constant, avec la grâce de Dieu, de la foi, de l’espérance et de la charité.

    Prêtres qui souffrez…

    L’Église va-t-elle disparaître ? La formule de Bossuet, si souvent citée – « L’Église, c’est Jésus répandu et communiqué » –, n’a rien perdu de sa réalité. À côté de tous ces prêtres qui ont failli scandaleusement, il y a la masse, anonyme pour le plus grand nombre, mais derrière laquelle se révèlent un nom et un visage pour leurs paroissiens ou leurs proches, de ces prêtres qui ne cessent de tendre à la sainteté dans l’humilité d’une condition en profond décalage avec la société. Prêtres présents au confessionnal et prêts à mourir si besoin pour garder le secret des péchés avoués ; prêtres célébrant la messe avec recueillement et expliquant, avec ou sans talent, la riche parole de Dieu ; prêtres absorbant des kilomètres pour rendre service comme aumôniers scouts ou pour visiter les malades ; prêtres seuls au fond d’une grande bâtisse sans même parfois une parole de soutien de leur évêque ; prêtres, jeunes, dont on veut rogner les ailes parce qu’ils célèbrent une liturgie qui a fait des saints et auxquels on trouve un air trop décalé avec l’époque ; prêtres exténués à force de réunions, de discussions avec les différentes équipes censées les aider ; prêtres rivés sur leur bréviaire comme une preuve de fidélité amoureuse malgré la fatigue, le doute, la lassitude, le désespoir, la crainte.

    Prêtres qui souffrez et dont nous avons tant besoin pour que Jésus soit donné, continué, communiqué. Oui, prêtres qui souffrez, merci de ce que vous êtes ; merci pour votre sacerdoce, vos dons et même vos limites. Merci de rayonner Jésus jusques et y compris dans l’abaissement du Vendredi saint. Bientôt, la Résurrection !

  • Le film "Fatima" sort en force sur les écrans français; le verrons-nous sur les écrans belges ?

    IMPRIMER

    De Michel Janva sur Le Salon Beige :

    Fatima, 4e des films en démarrage

    Fatima, 4e des films en démarrage

    Le film FATIMA a rassemblé 13147 spectateurs en salle depuis mercredi dernier. Il se classe 4e des films en démarrage de la semaine dernière. Avec ces résultats, 139 salles ont accepté de le diffuser encore une semaine de plus malgré la forte concurrence.

    Les nouvelles salles de cinéma sont répertoriées sur la page Allociné ou icidans la rubrique “Voir toutes les séances”

    Et pour revoir l’émission spéciale consacrée au film par CNews dimanche dernier, c’est ici.

  • Sainte Marguerite-Marie, grand témoin de l'Amour divin (16 octobre)

    IMPRIMER

    marguerite.jpgSur le site du Secrétariat des oeuvres du Sacré Coeur :

    En la fête de Saint-Jean, le 27 décembre 1673, à Paray le Monial, une religieuse du monastère de la Visitation, Marguerite-Marie Alacoque (que l'on fête aujourdhui ndblg) fit la rencontre du Christ et s’est approchée du Cœur de Dieu. "Il me fit reposer fort longtemps sur sa divine poitrine où il me découvrit les merveilles de son amour et les secrets inexplicables de son cœur qu’il m’avait toujours tenus cachés jusqu’alors". (Autobiographie n° 53).

    Lire la suite

  • L’Église catholique : un observatoire privilégié de la domination masculine et patriarcale d'après le Rapport Sauvé

    IMPRIMER

    D'Anne Lizotte sur Smart Reading Press :

    POUVONS-NOUS ENCORE CROIRE EN L’ÉGLISE CATHOLIQUE ?

    15 Oct 2021

    Pourquoi le «Rapport de la CIASE sur les abus sexuels dans l’Église» étonne ? La révélation du nombre effarant d’enfants abusés a frappé de plein fouet les pasteurs et les fidèles ! Est-ce tout ? Pour ceux qui ne se sont arrêtés qu’à ce chiffre, cela semble suffisant. À lire attentivement ce document, on trouve d’autres causes. Aline Lizotte les analyse.

    La dernière page du Rapport de l’INSERM demandé par la CIASE sur les agressions sexuelles dans l’Église se termine par ces lignes :

    «L’Église catholique apparaît ainsi comme un observatoire privilégié de la domination masculine, et plus précisément du fonctionnement d’un système patriarcal, puisque celle-ci s’exerce au nom d’une certaine paternité. Ses effets y apparaissent exacerbés, d’autant plus que l’interdit de la sexualité des prêtres fait écho à une forme de diabolisation de celle des femmes.

    L’institution ecclésiale revendique encore ouvertement la domination masculine et l’inscrit dans sa culture et dans ses structures. Tant qu’elle refusera de renoncer au monopole masculin du pouvoir et à sa métaphorisation paternelle qui, toute symbolique qu’elle soit, n’en a pas moins des effets réels, le risque de violence sexuelle au sein de l’Église catholique restera d’actualité1

    Il faut bien comprendre ce que cela signifie2. Étudier l’Église comme un système patriarcal, c’est créer un «idéal-type» à la manière de Max Weber. Il faut donc «construire un concept théorique» comme principe d’analyse des «faits» et les interpréter, c’est-à-dire leur donner un sens à partir de cette construction pour qu’ils apparaissent plus «scientifiques». C’est ce que fait toute théorie.

    Einstein3 nous avertit que «toute théorie est une pure construction de l’esprit». Elle n’est ni vraie ni fausse, elle est simplement bonne ou mauvaise. Elle est bonne si elle nous permet de donner une certaine cohérence logique aux faits observés. Ainsi en est-il de la mécanique newtonienne, qui permet de calculer la force de la gravitation en prenant comme seuls vecteurs le produit des masses et le carré de la distance. Cela permet d’avoir une juste mesure de tous les corps mobiles dans l’univers et de décrire leurs mutuelles interactions. Cela a très bien fonctionné jusqu’au temps où le scientifique, découvrant les particules de l’atome, a tenté de décrire mathématiquement selon les lois de la mécanique universelle le mouvement de l’électron. Il s’aperçut qu’il était impossible de mesurer son déplacement en rapport «absolu» entre sa masse et sa distance. Il fallait formuler une autre théorie, celle des quanta, qui repose sur «une quantification ou une probabilité d’énergie».

    Très bien pour la physique des quanta, qui ne prend dans son champ d’observation que la masse et la distance, c’est-à-dire les constituants «naturels» du mouvement : le lieu et le temps. Mais appliquer cette méthode dite «scientifique» à tout être dans la nature ne va pas sans difficulté. Ramener tous les corps vivants au seul déterminisme de l’ADN promet des descriptions ambitieuses, mais n’explique pas la vie, car l’ADN ne fonctionne que dans un milieu vital. Le fonctionnement d’une cellule suppose la synthèse de ses protéines, mais qui peut justifier «biologiquement» l’ordre des acides aminés qui la composent ? C’est le dilemme auquel s’est heurté Jacques Monod4, montrant que l’on ne peut justifier chimiquement, c’est-à-dire par antériorité, cet ordre qu’il l’attribue au «hasard». C’est une démission philosophique, et encore d’une mauvaise philosophie !

    S’il en est ainsi, qu’en est-il des Sciences morales ou politiques, des Sciences de l’Homme ? Peut-on rendre compte des faits sociaux en partant d’une théorie, c’est-à-dire d’une pure construction de l’esprit ? Émile Durkheim le pensa et considéra le fait social comme une manière de faire qui s’impose à l’homme5. Si l’on ne peut nier que le contexte social influence l’homme et a souvent une très grande importance dans ses choix et ses comportements, peut-on pour autant prétendre que la construction d’une théorie puisse fournir la clé d’interprétation des comportements de l’homme, lui enlevant la responsabilité personnelle de ses actes ?

    La question est délicate, et cet article ne peut la régler. Je ne l’évoque ici que pour faire comprendre que cette méthode est celle que privilégia la Commission Sauvé, sous l’influence du travail d’enquête demandé à l’INSERM. Quelle est donc cette théorie ? Elle est exprimée par ces quelques mots qui concluent l’enquête : «L’Église catholique apparaît ainsi comme un observatoire privilégié de la domination masculine, et plus précisément du fonctionnement d’un système patriarcal, puisque celle-ci s’exerce au nom d’une certaine paternité». Est-elle le fait de Nathalie Bajos6, l’une des responsables de l’INSERM qui a effectué le travail ? Si elle ne l’a pas écrite elle-même, elle est écrite sous sa responsabilité.

    Si l’on part de cette théorie que l’Église catholique est sociologiquement une société patriarcale, le fil de l’enquête, et surtout l’analyse des faits déterminés par les analyses statistiques, ne peuvent s’interpréter que sous le principe de la domination, c’est-à-dire dans l’interaction du dominant et du dominé. Le clerc est sociologiquement un dominant, un abuseur de droit et, s’il est un agresseur sexuel, ce n’est qu’un facteur combinant de la construction asexuée qu’est l’Église catholique. Tout au long de cette deuxième partie, on sentira l’a priori principal de ce constructivisme, donné comme principe de compréhension ou de logique sociale.

    On peut, à ce stade, essayer de comprendre ce que l’Église catholique de France a donné comme mandat à la Commission Sauvé. Était-ce simplement d’établir les faits, non seulement quant au nombre d’enfants maltraités et, s’il était possible, quant au nombre de clercs ou de religieux impliqués dans ces actes de violences sexuelles, ou était-ce d’en faire une analyse sociologique selon les méthodes sociologiques développées par le fondateur de la sociologie en France, Émile Durkheim ? Il semble que, quoi qu’elle ait voulu, elle a été trompée, sans aucune mauvaise volonté bien sûr. La question reviendra quand on parlera, brièvement, des membres de cette commission.