Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Famille

  • Nous avons besoin de Jean-Paul II

    IMPRIMER

    Du sur The Catholic Thing :

    Jean Paul Qui ?

    DIMANCHE 7 JUILLET 2024

    En mai dernier, ma nièce a obtenu son diplôme d’études secondaires. Elle est née en 2005, l’année de la mort du pape Jean-Paul II. Il est étrange de penser qu’elle est née trois mois après l’entrée du grand saint dans l’éternité. Cela fait-il vraiment si longtemps ? Une génération de jeunes – un groupe démographique tant aimé par Jean-Paul II – aurait-elle vraiment pu grandir sans sa présence papale ?

    Ces questions soulèvent d’autres plus vastes.

    J'ai demandé à ma nièce ce qu'il en était du témoignage de « Jean-Paul II ». Elle m'a répondu innocemment : « Jean-Paul Qui ? » Cette jeune femme n'a jamais connu de son vivant cette figure imposante du pape, mais on ne lui a jamais parlé de lui ni enseigné son existence (à part quelques passages de son oncle prêtre) en tant qu'enseignant et saint.

    Qu'est-il arrivé à l'héritage du pape saint Jean-Paul II ? Avons-nous vraiment laissé un témoignage aussi solide et vivant de notre foi disparaître de la mémoire vivante ? La laïcité ronge la crédibilité de l'Église et sape son influence pour convaincre l'humanité d'accepter l'Évangile. Et sommes-nous vraiment en train de jeter au rebut la vie d'un saint qui pourrait contrer les efforts laïcistes et montrer la beauté et la liberté d'une vie vécue abondamment en Jésus-Christ ?

    Cette tendance est cannibale et contraire à l’appel à enseigner toutes les nations. À la lumière de la Grande Mission, il semble insensé de rejeter toute ressource qui pourrait permettre à l’Église d’être entendue et de lui permettre d’annoncer l’Évangile et d’orienter l’humanité vers le salut en Jésus-Christ.

    Depuis les tranchées de l’évangélisation, nous devons donc poser la question honnête : la disparition de l’héritage de Jean-Paul II est-elle un acte d’omission ou de commission ?

    Est-il possible que nous puissions permettre que le témoignage d’un grand saint – dont nous avons tant besoin aujourd’hui – soit volontairement terni par des luttes intestines ecclésiales et des désaccords sur les approches pastorales ? Est-il possible que la jalousie ou un esprit d’intimidation à l’ombre de l’héritage plus grand que nature de Jean-Paul II soit également un facteur dans la négligence volontaire à promouvoir et à mettre en valeur la vie et le patrimoine de ce grand saint ?

    À une époque où la liberté a oublié la vérité et où l'amour a été redéfini pour contourner la bonté, nous avons besoin des enseignements habiles d'un croyant qui a vécu et a su naviguer sous des régimes et des idéologies qui manipulaient le langage, dégradaient l'identité spirituelle de l'humanité et cherchaient à nous convaincre que la vie n'est qu'une affaire d'utilité, de plaisir ou de pouvoir. Nous avons besoin de connaître le rapport entre la foi et la raison, la splendeur de la vérité, la théologie du corps et la catéchèse de la charité que Jean-Paul II croyait et enseignait si clairement.

    Jean-Paul II par Zbigniewa Kotyłły, 2012 [Église du séminaire de Lublin, Pologne via Wikipédia]

    Lire la suite

  • « Faire » des enfants est-il passé de mode dans « la modernité » ?

    IMPRIMER

    De gènéthique.org :

    Ces jeunes adultes qui s’infligent la stérilité

    27 juin 2024

    Le recours à la stérilisation (vasectomie et ligatures des trompes) est en hausse (cf. France : les vasectomies ont dépassé les stérilisations féminines). Cette augmentation est également observée chez les jeunes [1] qui sont en parallèle incités à donner leurs gamètes (cf. Don de gamètes, contraception : les jeunes ne méritent-ils pas qu’on les prenne au sérieux ? ; L’ABM en campagne pour le don de gamètes)[2]. Christian Flavigny et Michèle Fontanon-Missenard, tous deux pédopsychiatres, psychanalystes et directeurs de recherche à l’Institut Thomas More, interrogent ce phénomène et livrent leur analyse pour Gènéthique.

    « Faire » des enfants est-il passé de mode dans « la modernité » ? Une tendance s’affirme de renoncer à jamais à « en avoir », en se soumettant à une stérilisation précoce et irréversible, par ligature des trompes chez les jeunes femmes et vasectomie chez de jeunes hommes. Comment le comprendre ?

    Le refus du maternel sacrificiel

    Un argument invoqué est l’astreinte que la présence de l’enfant impose à la vie des adultes ; et nul doute que s’occuper de ses enfants dévore le temps, au détriment d’autres occupations possibles dans leur vie. La réaction des femmes décrites pas Eve Vaguerlant [3], embarrassées par le rôle maternel consacré à leur enfant qu’elles disent néanmoins aimer, traduit que ce temps consacré à l’épanouissement de leur enfant n’est pas source ressentie d’un épanouissement pour elles.

    Prendraient-elles le contrepied du sort que subissaient les femmes de jadis, que l’on décrit confinées à la tâche éducative de leur progéniture, censées s’y être adonnées plus par devoir que par plaisir ? Les femmes d’aujourd’hui se détourneraient-elles de ce qui est tenu pour un dévouement sacrificiel qu’aurait enduré leurs aïeules, dans le but de préserver la vie professionnelle qu’elles revendiquent accomplie, d’autant que les mesures sociales ne suffiraient pas à concilier leur vie de travail avec une vie de famille ? Ne veulent-elles plus s’imposer une tâche éducative chronophage et épuisante ? Mais quel est le critère d’accomplissement d’une vie : seulement professionnel, amical, amoureux – mais pas familial ?

    Certes si la tâche maternelle n’est perçue que comme une frustration, si elle n’épanouit pas leur vie de femmes devenant mères – comment alors ne pas comprendre ces femmes qui disent aujourd’hui « regretter » d’avoir eu des enfants ou qui prennent des mesures de contraception définitive ? Jugent-elles que l’épanouissement de la vie d’adultes, avec la réussite sociale en ligne de mire et les plaisirs qui vont avec la liberté individuelle, sans responsabilité contraignante, serait entravée par la tâche parentale ?

    Le bonheur et le don

    Ce qui se trouve éludé par cette préoccupation, c’est le bonheur ; le bonheur, contrairement au plaisir qui peut être individuel, est le fruit d’un partage, et plus encore : d’un don. Il ne s’agit pas du cadeau – encore que le cadeau n’ait de saveur que comme intention de donner ; il s’agit plus essentiellement du don fait à autrui de ce dont il est manquant : un don existentiel.

    Le don est un partage, selon deux facettes fondant la relation : donner et recevoir. Le don n’opère que si le donneur reçoit en retour : le donneur donne au receveur ce qui lui est manquant, mais à condition de recevoir de lui ce qu’il donne, dont le donneur est manquant ; cela fonde le lien anthropologique, selon ses deux axes : entre les sexes et entre les générations.

    Lire la suite

  • S'autocréer, c'est se déshumaniser

    IMPRIMER

    De Joel Looper sur First Things :

    S'autocréer, c'est se déshumaniser

    6 . 28 . 24

    Réfléchis", dit mon ami, la voix teintée d'agressivité. "Pourquoi es-tu devenu un homme ? Parce que tu n'avais pas d'autre choix sur le plan social. Ne serait-ce pas mieux si les enfants n'avaient pas de telles contraintes sur ce qu'ils peuvent être ?

    Mon ami (appelons-le Jim) avait un préadolescent qui n'avait pas d'antécédents de dysphorie de genre et qui s'était récemment déclaré non binaire. Jim l'a soutenu, il s'est même montré enthousiaste. Il a raconté son histoire aux médias locaux et a invité les membres de notre petite église à poser des questions et à dialoguer. Je l'ai donc invité chez moi pour en savoir plus et, au moment opportun, lui faire part de mes craintes pour sa famille.  

    C'est sans doute la raison pour laquelle Jim m'a devancé en me demandant pourquoi j'avais choisi et continuais à choisir le sexe masculin. Répondre que, n'ayant pas le pouvoir d'échanger mes gamètes et mon ADN masculins contre des féminins, je n'avais pas le choix aurait été trop rapide pour entrer dans le vif du sujet. J'ai donc détourné la question.

    Le fait d'attendre n'a en rien apaisé la colère de Jim. Pour lui, exprimer ou même laisser entendre qu'il s'inquiétait de ses choix parentaux ou des décisions de son enfant n'était pas acceptable. En exprimant cette inquiétude, ce que j'ai fini par faire de manière plus explicite, j'ai fait de lui et de son enfant des personnes "peu sûres". Il semble, en fait, avoir ressenti ma crainte pour son enfant comme une agression. Notre amitié a pris fin. 

    Je ne doute pas que la motivation de Jim était de protéger sa famille. Mais il avait été séduit par un mouvement de masse à l'échelle de la culture, axé sur "la recherche de la liberté par rapport aux limites naturelles", comme l'a décrit le théologien anglais Oliver O'Donovan dans une série de conférences indispensables, à l'époque où Jim et moi étions encore en couches-culottes. Ce mouvement souhaite se passer de la nature humaine, en particulier en ce qui concerne la différence sexuelle et la sexualité. La nature, après tout, implique une limitation. "Haïr sa propre chair est la limite de l'auto-contradiction à laquelle tend notre liberté", a déclaré M. O'Donovan. "C'est le point où notre affirmation de nous-mêmes contre la nature devient une attaque contre nous-mêmes.

    Heureusement, ces conférences vieilles de quarante ans ont été rééditées en un mince volume qui comprend une nouvelle introduction de Matthew Lee Anderson et une rétrospective d'O'Donovan. Begotten or Made ? reste pertinent pour ses analyses théologiques claires de l'avortement, de la fécondation in vitro (et de l'élimination concomitante des embryons), de la maternité de substitution, de la contraception, du mariage, etc. O'Donovan commence cependant par aborder ce que l'on appelait en 1983 la "chirurgie transsexuelle", un sujet que son public d'origine aurait pu considérer comme une perte de temps, mais qui ne frappera personne de cette façon aujourd'hui.  

    "Le grand défi intellectuel auquel notre époque est confrontée au vu de ces innovations n'est pas de comprendre que ceci ou cela peut ou ne peut pas être fait", écrit O'Donovan, "mais de comprendre ce qui serait fait, si cela devait être fait". Un examen attentif de ce qui était considéré comme la meilleure pratique en matière de traitement de la dysphorie de genre devait clarifier, pour le public de l'époque Thatcher d'O'Donovan, où nous menait la quête de notre culture pour nous débarrasser de nos limites naturelles. De même, le petit enchiridion d'O'Donovan aidera le lecteur d'aujourd'hui à comprendre ce que nous faisons lorsque nous entreprenons des traitements de FIV, utilisons des contraceptifs, recourons à des mères porteuses ou subissons des soins dits "d'affirmation du genre". 

    Lire la suite

  • Quand l'école se meurt...

    IMPRIMER

    Une opinion de Joseph Junker, père de famille nombreuse, publiée sur la Libre :

    L’école se meurt. Elle ne guérira plus

    Mes enfants, je l’espère, ne grandiront pas dans le confort d’une bulle sociale et de l’amitié de semblables, ni dans une élite isolée des réalités du commun des mortels. Mais la question que se pose désormais, c’est : combien de temps ? Combien de temps avant que je n’aie tout simplement plus le choix ?

    23-06-2024

    L’agonie pourrait durer encore un temps, et nous continuerons encore à y envoyer nos enfants par habitude ou par déni… Puis l’école sera morte. Ce n’était ni nécessaire, ni inévitable, mais ce l’est devenu à présent, il ne sert à rien de le nier.

    Bien sûr, cela commence un peu à se voir. Les résultats apocalyptiques des enquêtes PISA ne sont que la face émergée d’une chute de niveau tellement rapide que les parents de plusieurs enfants peuvent l’observer à quelques années d’intervalle ; les professeurs désespérés de l’état de l’école en parlent autour d’eux ; ou encore le harcèlement dont les élèves eux-mêmes sont toujours plus victimes… et, oserais-je le dire, l’incapacité patente de jeunes tout frais émoulus de l’école secondaire à réaliser des tâches élémentaires, comme rédiger un paragraphe simple ou consulter un horaire de bus.

    Il n’y a plus rien à espérer des tentatives de corriger le tir. L’État continue à imposer aux écoles toujours plus de technocratie ; les pédagogues s’imaginent que l’école ne fonctionne pas parce que leurs méthodes n’ont pas été appliquées correctement ; et pendant que les élèves s’auto-lobotomisent toujours plus efficacement à grands coups de Tiktok, les écoles les plus avancées songent à offrir à leurs élèves des ordinateurs portables et pourquoi pas à y introduire l’intelligence (artificielle bien sûr).

    Conséquence logique, d’ici quelques années, toutes les familles d’un certain niveau ne songeront qu’à quitter l’école. Ceux qui en ont les moyens matériels rejoindront l’école privée. Quant à ceux qui en ont les moyens humains, ils grossiront les rangs des élèves scolarisés à la maison.

    L’école privée et à domicile en plein boom

    Contrairement à ce que vous pensez peut-être, cette possibilité n’a rien d’une vue de l’esprit. Si l’enseignement privé et à domicile sont chez nous aujourd’hui encore modestes, ils n’en ont pas moins doublé de volume en quelques années, atteignant un demi-pourcent des élèves d’âge scolaire. L’enseignement à domicile explose dans la plupart des démocraties occidentales, et certains pays en avance sur nous donnent un aperçu de ce qui nous attend.

    Pour ne prendre qu’un exemple, parmi les statistiques méconnues sur les États-Unis, savez-vous que le nombre d’enfants “home-schooled” y a pratiquement doublé en trois ans, passant de 2,6 millions en 2019 à 4,2 millions en 2022-23 ? Les familles qui choisissent ce mode d’enseignement sont en moyenne plus nombreuses, et de catégories socio-économiques plus élevées. Plus marquant encore, les scores des écoliers à domicile sont 15 à 30 % plus élevés que ceux des écoliers classiques, et ce dans chaque catégorie sociale ou raciale. À cela, deux explications possibles et complémentaires : soit l’école américaine est moribonde, battue à plate couture par la mère de famille américaine moyenne “part-time” ; soit les meilleurs élèves de toutes les catégories ne nous atteindront pas. Il serait naïf de penser que la situation américaine est transposable en Belgique. Mais il serait tout aussi naïf de penser que cette tendance mondiale ne se produira pas chez nous. Ce jour-là, il ne restera au ministre de l’Enseignement que deux options : l’option française, soit chiffonner la constitution et interdire en espérant sauver la face (bien sûr tout en prenant garde de placer ses propres enfants au Lycée Henri IV ou Stanislas), et l’option britannique, plus pragmatique, d’accompagner les free schools comme une source de régénération de l’enseignement, voire même les financer pour permettre aux moins aux bons élèves de s’extraire du piège des “failed schools”.

    Lire la suite

  • Un évêque colombien avertit que la détérioration de la société est enracinée dans l'affaiblissement de la famille

    IMPRIMER

    D'Eduardo Berdejo sur CNA :

    Un évêque colombien avertit que la détérioration de la société est enracinée dans l'affaiblissement de la famille

    16 juin 2024

    La détérioration de la société est due à des idéologies qui affaiblissent la famille, l'institution à laquelle Dieu a confié la protection de la vie, déclare l'évêque de Cúcuta en Colombie, José Libardo Garcés.

    Dans le dernier éditorial du journal diocésain La Verdad (La Vérité), le prélat invite les chrétiens à réfléchir sur la famille et la vie "pour prendre conscience de l'appel de Dieu à chaque foyer à défendre, protéger et sauvegarder la vie humaine comme fondement essentiel de la formation d'une personne et d'une société basée sur les vertus de l'Évangile, qui a en même temps son fondement dans le sacrement du mariage".

    "Nous constatons que la société se détériore sous de nombreux aspects, et que cette détérioration a pour origine la détérioration de la vie familiale, qui découle de différentes idéologies et façons de concevoir le mariage et la famille, qui ont tourné le dos à Dieu.

    L'évêque de Cúcuta, diocèse limitrophe du Venezuela, a souligné que l'appel constant de Dieu "est de construire la vie du foyer sur le roc solide de Jésus-Christ" et de recevoir de lui la force d'affronter les défis et les tâches de la mission reçue de Dieu de protéger la vie humaine à tous ses stades.

    Mgr Libardo a déclaré que la défense de la vie par l'Église catholique "va à l'encontre des idéologies qui présentent l'avortement, l'euthanasie et d'autres atteintes à la vie et à la dignité de la personne humaine comme la norme comportementale".

    "Face à cela, nous devons renforcer la famille qui protège la vie comme un don gratuit de Dieu.

    "La famille chrétienne devient un roc solide sur lequel la société est construite, a expliqué le prélat, parce qu'elle nous enseigne les relations saines entre le père, la mère, les époux, les enfants et les frères et sœurs, afin que nous puissions sortir dans la société pour créer des relations interpersonnelles saines, fondées sur les valeurs de l'Évangile.

    En ce qui concerne la douleur et l'angoisse qui peuvent être ressenties au sein du foyer, l'évêque a expliqué que "la croix fait partie de la vie humaine et aussi de la vie familiale". C'est pourquoi il a invité les fidèles à apprendre de la Vierge Marie à "être à côté de la croix du Seigneur, parfois dans la douleur, mais en restant là et avec l'espérance en Jésus, qui ne déçoit pas".

    L'évêque a noté que dans son exhortation apostolique Amoris Laetitia, le pape François enseigne que lorsque les familles suivent Jésus, les ruptures peuvent être évitées.

    "Progressivement, avec la grâce de l'Esprit Saint, [les époux] grandissent en sainteté à travers la vie conjugale, en partageant aussi le mystère de la croix du Christ, qui transforme les difficultés et les souffrances en une offrande d'amour", dit l'exhortation du pape.

    Libardo a déclaré que "cet enseignement du pape François est très consolant, car de nombreux mariages et familles rompent leurs relations à la première difficulté ou crise qu'ils rencontrent, oubliant qu'avec la grâce de Dieu reçue dans le sacrement du mariage et renouvelée jour après jour dans l'Eucharistie, ils peuvent persévérer dans la mission qu'ils ont reçue jusqu'à la fin."

    Le prélat a mis en exergue les couples mariés chrétiens qui ont persévéré dans leur amour fidèle, "avec la certitude que le Seigneur est toujours présent chaque jour jusqu'à la fin de leur vie".

    L'évêque a appelé les familles à "trouver quelques minutes chaque jour pour se réunir devant le Seigneur" et à placer "la vie personnelle et familiale sous la protection et l'égide de la Bienheureuse Vierge Marie et du glorieux patriarche saint Joseph, afin qu'ensemble, à la maison, ils puissent faire une profession de foi en proclamant : "Tu es le Christ"".

    Cet article a d'abord été publié par ACI Prensa, le partenaire de CNA pour les nouvelles en langue espagnole. Il a été traduit et adapté par l'AIIC.

    Eduardo Berdejo est diplômé en journalisme de l'Université nationale Mayor de San Marcos (Pérou). Il est membre de l'équipe d'ACI Prensa depuis 2001. Il a couvert les visites du pape François à Cuba, au Mexique, en Colombie et au Pérou. Il est également titulaire d'un diplôme en littérature comparée de l'université de Piura (Pérou) et a suivi le cours complet de correction stylistique de l'école d'édition de Lima (Pérou).

  • Un dimanche de marches pour la vie et la famille dans 10 villes polonaises

    IMPRIMER

    De Vatican News (Karol Darmoros) :

    Pologne: un dimanche de marches pour la vie et la famille dans 10 villes

    Sous le slogan «Unis pour la vie, la famille et la patrie», des marches pour la vie et la famille ont été organisées ce dimanche 16 juin dans une dizaine de villes en Pologne. La Conférence épiscopale polonaise avait encouragé la participation des fidèles. Les organisateurs entendaient «exprimer leur opposition aux actions portant atteinte au droit à la vie, de la conception à la mort naturelle».

    En ce dimanche 16 juin, des marches sous le slogan «Unis pour la vie, la famille et la patrie» ont eu lieu dans les rues de Varsovie, Cracovie et Gdańsk, mais aussi dans des villes plus petites comme Łęczna, Gryfic ou Dzierżoniów. La marche dans la capitale a débuté à 11h30 par une messe en l'église saint-Alexandre, sur la place des Trois Croix. Les participants se sont ensuite dirigés vers le Parlement et le bureau du Premier ministre, et la marche s'est terminée devant le monument au maréchal Józef Piłsudski, au Belvédère, une impressionnante statue dédiée à l'un des plus grands leaders polonais.

    Les marches pour la vie

    «Nous nous rendons dans les bâtiments des autorités publiques pour exprimer notre inquiétude face à des activités qui portent atteinte à l'ordre social et moral», et «nous demandons aux autorités d'abandonner ce type d'action, qui porte atteinte au droit à la vie depuis la conception jusqu'à la mort naturelle, et de respecter les principes qui découlent de la foi chrétienne et de la civilisation latine», a lancé le coordinateur des Marches pour la vie et la famille, Paweł Kwaśniak, du Centre pour la vie et la famille.

    Il a ensuite précisé que l'objection ne concerne pas seulement les quatre projets en attente au Parlement qui étendent la légalité de l'avortement jusqu'à la 12e semaine de vie de l'enfant à naître. Le Centre pour la vie et la famille s'oppose également aux tentatives visant à nier le principe selon lequel les parents élèvent leurs enfants selon leur conscience. La Marche pour la vie et la famille à Varsovie est accompagnée de la cloche «La voix de l'enfant à naître», qui retentira tout au long du parcours. «Pour éveiller les consciences des députés, des sénateurs, des membres du gouvernement, du premier ministre et du président», a noté Paweł Kwaśniak.

    Des grands rassemblements de famille

    Dans l'interview accordée aux médias du Vatican, Paweł Kwaśniak attire l'attention sur le caractère national des Marches pour la vie familiale qui, dans de nombreuses villes, constituent l'événement public le plus important de l'année. En outre, les marches sont une excellente occasion d'intégrer les familles qui se réunissent lors de pique-niques multigénérationnels. «Nous donnons beaucoup de place aux familles, surtout aux familles nombreuses, pour montrer à toute la société que ces familles existent, qu'elles élèvent des enfants, que l'amour conjugal peut être beau, basé sur la responsabilité, dont le fruit est des enfants acceptés dans le monde et élevés par des conjoints aimants». Par cet exemple, a-t-il poursuivi, les familles peuvent encourager les jeunes à former leurs propres familles, en cultivant l'amour et la responsabilité.

    La voix de l'épiscopat pour la défense de la vie

    Les Marches pour la vie et la famille sont placées sous le patronage de la Conférence épiscopale polonaise. «Nous avons préparé et envoyé aux fidèles une lettre pastorale pour la défense de la vie conçue. Nous savons que l'Église défend la vie dès le début», «qu'elle est un grand don de Dieu et qu'elle est protégée par diverses institutions, mais aussi par la Constitution de la République de Pologne, la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne et la Déclaration des droits de l'homme», a expliqué Mgr Tadeusz Wojda, président de la Conférence épiscopale polonaise, qui a invité les fidèles à participer aux marches.

    Dans leur lettre, lue ce dimanche dans les églises, les évêques polonais ont souligné que la vie, «en tant que valeur suprême de chaque être humain et élément essentiel du bien commun, est un bien fondamental, supérieur à la liberté individuelle des autres». «C'est pourquoi, ont-ils conclu, personne n'a le droit, au nom de la liberté personnelle, de décider de la vie d'une autre personne».

     
  • Serait-il devenu acceptable de remplacer les enfants par des chiens ?

    IMPRIMER

    De Judikael Hirel sur La Sélection du Jour :

    Un chien plutôt qu'un enfant ?

    Deux salaires, pas d'enfant et un chien… Quand on préfère ne pas avoir à penser à l'avenir, serait-il devenu acceptable de remplacer les enfants par des chiens ?

    Elle est vétérinaire, journaliste sur RTL, et a écrit un livre sur le sujet  : autant de raisons d'être bien accueillie quand elle affirme avoir donné à son chien Colonel « la place de l'enfant qu'elle a décidé de ne pas avoir ». Dans son livre Pourquoi j'ai choisi d'avoir un chien (et pas un enfant) (Albin Michel), Hélène Gateau vante le lien de parentalité tissé avec son chien, revendiquant le fait d'avoir un chien et non un enfant, au lieu de s'en justifier. « Mon choix de vie reste marginal, mais je suis convaincue que c'est une tendance naissante et grandissante, même si elle est encore rarement revendiquée comme telle », explique-t-elle. « Est-il encore mal vu d'être une quadragénaire, célibataire, sans enfant, mais avec un animal domestique ? », lui demande-t-on. « L'image de la "mémère à chien", celle d'une femme célibataire entourée de toutous, n'a pas totalement disparu. Oser dire que l'on donne une place de roi à son compagnon à quatre pattes, quand on vit seule, reste mal perçu. »

    Comment le chien devient-il le nouvel enfant ? Outre-Atlantique, en tout cas, la tendance s'ancre. Aux couples DINK d'hier (Double Income, No Kids - Double revenu, pas d'enfant) d'hier, s'ajoute désormais le "no kids, one dog", « pas d'enfant, un chien ». Pour autant, est-on censé voir cela comme acceptable, alors qu'en septembre 2022, un sondage IFOP soulignait que 30 % des Françaises en âge de procréer déclaraient ne pas vouloir d'enfants ? « Les chiens et les chats prennent la place des enfants, déclarait il y a peu le pape François, parlant de la chute de la natalité. Ce déni de la paternité et de la maternité nous rabaisse, nous enlève notre humanité. » Hélène Gateau, elle, affirme faire famille avec son chien, parlant même d'alloparentalité : « le fait que des adultes puissent prendre soin d'un être vivant qui n'est pas leur propre progéniture [...] fait partie de ce qui fait que nous sommes des êtres humains. » Mais quand on creuse un peu l'ouvrage, un militantisme certain apparaît derrière le visage d'une "dog mum" (« mère à chien ») bienveillante : « Prendre la parole à travers ce bouquin, pour moi, c'est une sorte de coming out. Je me rends compte aujourd'hui, à travers les retours que j'ai, que j'incarne une forme de « féminisme ». C'est-à-dire que je suis une femme qui a osé prendre la parole sur un choix de vie qui va à l'encontre de la tradition patriarcale et du modèle familial classique. »

    « On a plutôt de la chance, car il nous laisse dormir. »  : ce couple parisien parle de son chien comme d'un enfant. Dans les esprits et dans les villes, ce que l'on appelle désormais la pet-parentalité — de l'anglais pet (animal de compagnie) — semble en tout cas gagner du terrain. « Comment le chien est devenu le nouvel enfant ?, s'interroge Le Monde. « Vous faites attention, c'est notre bébé. Il va certainement pleurer. Je vous laisse son doudou… » Et pourtant, c'est d'un bichon maltais dont on parle... Certains vont même aller jusqu'à promener leur chien dans une poussette ! « Les Français possèdent 7,6 millions de canidés, dont le statut est passé, en quelques années, d'animaux de compagnie à membres à part entière de la famille. Des êtres choyés par des "pet moms" et "pet dads" qui assument leurs excès d'anthropomorphisme. » « Garderie, nounous, cadeaux d'anniversaire ou de Noël, comptes Instagram diffusant les exploits du petit dernier de la portée, rendez-vous chez le véto au moindre tressaillement d'oreilles… et si le chien était devenu le nouvel enfant ? »

    Dans son ouvrage, Hélène Gateau va jusqu'à utiliser le mot « eugénisme ». Un terme qu'elle assume  : « Avoir un enfant, c'est remettre sa vie au destin, la prise de risque est énorme : est-ce que l'enfant va être en bonne santé ? Sera-t-il facile, sympathique ? Va-t-il me rejeter à l'adolescence ? C'est une grande source d'angoisse. Je veux pouvoir garder le contrôle sur ma vie. Avec le chien, je garde ce contrôle en cochant les petites cases importantes pour moi. Quand on a un enfant, on a une forme d'anxiété : perte d'insouciance, perte de sommeil. Peur pour l'avenir aussi. Compliqué de ne pas se projeter. Et moi, j'ai du mal à vivre dans le futur et à faire des projets. Je préfère vivre au jour le jour. Avec mon chien, je me pose moins de questions. » Au fond, tout est dit.

    Pour aller plus loin :

    Comment le chien est-il devenu le nouvel enfant ?

    >>> Lire l'article sur Le Monde

  • La FAFCE écrit une lettre ouverte aux députés européens élus pour la législature 2024-2029 du Parlement européen

    IMPRIMER

    COMMUNIQUE DE PRESSE

    La FAFCE écrit une lettre ouverte aux députés européens élus pour la législature 2024-2029 du Parlement européen

    Bruxelles, 11 juin 2024

    Ce lundi dernier, la Fédération des associations familiales catholiques en Europe (FAFCE) a écrit une lettre ouverte à tous les députés européens élus après les élections du Parlement européen de 2024, signée par le président de la FAFCE, Vincenzo Bassi, au nom de ses organisations membres à travers le continent.

    Cette lettre fait suite à la diffusion d'une boîte à outils politique détaillant les priorités de la nouvelle législature, du point de vue de la famille. Les cinq domaines mis en avant sont l'hiver démographique, la famille en tant qu'investissement, l'équilibre travail-famille, la protection des enfants et l'écologie intégrale.

    Lettre ouverte à tous les élus du Parlement européen

    Chère députée, cher député,

    Félicitations pour votre élection ! Les citoyens européens vous ont confié l'honneur de les représenter pour cette cinq ans législature. C'est une grande responsabilité pour l'avenir de l'Europe et pour les familles européennes.

    A cette occasion, au nom de toutes les organisations membres de la Fédération des Associations Familiales Catholiques en Europe (FAFCE), je voudrais partager avec vous quelques-unes de nos réflexions et propositions pour ce mandat, que vous pourrez trouver dans la boîte à outils que nous avons préparée dans le but d’inspirer votre activité législative.

    1. L'Europe est plongée dans un hiver démographique qui constitue un défi pour les générations futures.

    Les défis démographiques doivent reposer sur le principe de la solidarité intergénérationnelle, en mettant l'accent sur la promotion des réseaux familiaux en tant qu'antidote à la solitude : Les familles sont le trésor de l'Europe. Je voudrais vous inviter à soutenir, promouvoir et garantir la renomination d'un commissaire européen en charge du sujet de la démographie, doté de ressources suffisantes pour mettre en place une coopération intergouvernementale en vue de relever ces défis. J'aimerais également proposer de créer et de rejoindre un intergroupe du Parlement européen sur « la démographie, l'équilibre travail-famille et les générations futures », en vertu de l'article 35 du Règlement.

    2. Les familles jouent un rôle central dans la formation de nos sociétés et constituent un investissement pour l'avenir de l'Europe

    Investir dans les familles, c'est investir dans l'avenir. C'est la raison pour laquelle les politiques familiales devraient être considérées comme des investissements dans la balance des comptes des États, et non comme des coûts. Je vous invite à promouvoir et à participer à une réflexion européenne de haut niveau et au sein du Parlement européen sur la réforme des critères macroéconomiques des politiques familiales.

    3. L'équilibre travail-famille devrait être la clé des politiques d'égalité de traitement

    Les États membres sont compétents en matière de politiques familiales et le principe de subsidiarité doit toujours être respecté pour le bien de l'Union européenne. Cependant, l'Europe peut promouvoir l'équilibre travail-famille en reconnaissant le droit à la déconnexion et le dimanche comme jour de repos commun en Europe. Il existe également quatre directives pertinentes qui peuvent être révisées afin d'améliorer l'équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée des familles.

    4. Nos enfants sont l'avenir de l'Europe et leur protection doit être une priorité

    Nos enfants sont notre avenir. Les nouvelles générations sont confrontées à des risques croissants liés à l'évolution rapide de notre époque. La numérisation aide les sociétés à bien des égards, mais il est nécessaire d'en faire un usage responsable pour éviter les effets secondaires destructeurs.

    Dans cette optique, nous aimerions proposer de reconnaître la consommation de pornographie comme un problème de santé publique et de l'introduire comme une forme d'abus sexuel sur les enfants dans la proposition de directive de la Commission relative à la lutte contre les abus sexuels sur les enfants. En outre, je vous invite à soutenir l'initiative de la European Child Shield Platform, car ses membres très divers font un travail fructueux en rassemblant des données et en proposant des solutions aux conséquences sur la santé physique et mentale de nos générations futures.

    En outre, nous vous invitons à soutenir une convention internationale pour l'abolition de la maternité de substitution, inspirée de la déclaration de Casablanca, car la maternité de substitution est une forme de traite des enfants et d'exploitation des femmes.

    Enfin, nous aimerions vous proposer, en tant que membre du Parlement européen, de promouvoir une institution véritablement inclusive, par la création d'un organe représentatif au sein du Parlement européen pour les personnes handicapées et les personnes ayant des besoins particuliers.

    5. La Création souffre et les familles sont la clé de l'écologie humaine intégrale

    Il n'y a pas de développement durable sans familles. Comme le rappelle la résolution de notre dernière réunion de printemps du Conseil de Présidence, « l'écologie humaine intégrale implique une approche holistique de la complexité des problèmes écologiques, unissant les dimensions culturelles, politiques, sociales et économiques de cette réalité ». Je vous invite à placer les familles au centre de la solution pour protéger la Création et prévenir une dégradation catastrophique de l'environnement.

    La FAFCE souhaite mettre à disposition son expérience en Europe et ses idées issues de la base de nos associations membres sur tout le continent.

    La FAFCE souhaite contribuer à la résolution des défis actuels et être la voix des familles. Nous serons très heureux de coopérer avec vous pendant votre mandat.

    Notre équipe basée à Bruxelles et moi-même restons à votre disposition et vous souhaitons un mandat fructueux pour les familles.

    Je vous adresse mes meilleurs vœux,

    Vincenzo Bassi, Président de la FAFCE

    The Federation of Catholic Family Associations in Europe represents 33 national and local organisations: we are the voice of families from a Catholic perspective at the European level. FACE holds a participatory status with the Council of Europe since 2001 and is a member of the Fundamental Rights Platform of the European Union. 

  • Qui mieux que Jésus peut guider nos prières à l'occasion de la Fête des pères ?

    IMPRIMER

    Fête des pères : Jésus nous apprend à prier pour eux

    Qui mieux que Jésus, dans la relation parfaite qui l'unit à son Père, peut guider nos prières à l'occasion de la Fête des pères ?

    « Abba ! Père ! »
    Seigneur Jésus, c’est ainsi  que par des gémissements ineffables,
    Tu t’adressais à ton Père,
    Le Dieu tout-puissant, créateur de l’univers visible et invisible.
    Et c’est ainsi qu’aujourd’hui, pour la fête des pères,
    tu nous invites à nous tourner vers Dieu ton père et notre père :

    Abba, Père,
    Par ton Fils Jésus-Christ, notre frère,
    Tu nous as fait la grâce de nous combler de ton amour
    et de nous adopter comme tes enfants bien-aimés !

    Père infiniment bon,
    nous te bénissons pour « le grand Mystère »
    que tu instituas dès l’origine,
    l’union entre l’homme et la femme,
    afin qu’à ton image et à ta ressemblance,
    ils fussent féconds dans l’amour.

    Abba ! Père !
    De même que tu confias ton Fils Jésus à saint Joseph,
    Pour qu’uni à son épouse la très sainte Vierge Marie,
    Il l’élève et le conduise à sa maturité humaine ;
    Tu nous as confié à notre père terrestre,
    Pour qu’uni à notre mère,
    Il veille sur nous avec amour et nous élève vers toi.

    C’est pourquoi, Abba, Père,
    En ce jour de la fête des pères, nous te prions pour notre papa
    Et pour tous les papas du monde :
    Que par le témoignage de leur vie donnée,
    ils soient en ce monde les dignes icônes de ta paternité divine,
    Et que dès cette vie ils soient comblés de tes bénédictions,
    En attendant de partager la gloire des bienheureux
    dans la communion de ton Esprit d’amour.

    Amen.

  • Elections européennes : communiqué de presse de la FAFCE

    IMPRIMER

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE

    La FAFCE développe une boîte à outils politique en amont de la nouvelle législature du Parlement européen, mettant en avant cinq priorités clés

    Bruxelles, le 5 juin 2024

    La FAFCE a développé une boîte à outils politique pour les membres élus du Parlement européen et les institutions de l'UE pour la nouvelle période législative, qui commence lundi prochain après ce week-end (6-9 juin) d'élections dans tous les États membres de l'UE. Plus de 400 millions d'Européens auront l'occasion de voter pour leurs députés européens. La FAFCE invite les nouveaux parlementaires à donner la priorité aux familles dans l'élaboration de leurs politiques pour cette nouvelle législature.

    La liste non exhaustive contient cinq domaines politiques clés :

    1. Démographie : La FAFCE invite les candidats à soutenir la renomination d'un commissaire européen pour poursuivre le travail de l'actuel commissaire vice-président pour la démocratie et la démographie, Dubravka Šuica, chargé de s'attaquer à la transition démographique.

    La Fédération encourage également la création d'un intergroupe parlementaire interpartis sur « les défis démographiques, l'équilibre travail-famille et les prochaines générations ».

    Le Président de la FAFCE, Vincenzo Bassi, déclare : « Alors que cette élection se déroule au début de l'été, nous sommes plongés dans un hiver démographique. Les taux de natalité ont chuté et la pandémie de solitude s'est répandue sur tout le continent. Nos institutions européennes doivent consacrer des ressources et du capital humain à la compréhension des causes profondes de cette situation et investir dans un printemps démographique pour le continent. Sans solidarité intergénérationnelle, nous ne pourrons pas commencer à relever les nombreux défis qui nous attendent. Pour cela, il faut donner la priorité aux familles et aux enfants, sans lesquels il n'y a pas d'avenir".

    2. La famille comme investissement

    La FAFCE invite les candidats à considérer les investissements de l'UE dans les politiques familiales comme un investissement stratégique dans l'avenir de l'Europe. Le budget que les Etats membres et, indirectement, l'UE investissent dans les politiques familiales doit être considéré comme un investissement dans le capital humain. Une réflexion sur les critères de Maastricht est nécessaire au niveau de l'UE. 

    Le Président de la FAFCE, Vincenzo Bassi, déclare : « Les politiques qui donnent la priorité à la famille sont aussi des politiques qui donnent la priorité au bien commun. La famille, en tant que cellule de base de la société, est elle-même au service du bien commun. Lorsque les parents ont un bon équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie privée, les enfants peuvent accéder à l'éducation et au logement lorsqu'ils grandissent, et lorsque les personnes âgées sont valorisées et prises en charge, tout cela sert le bien commun.

    "Dans toute l'Europe, nous constatons à quel point les réseaux familiaux sont précieux pour l'épanouissement des communautés, en particulier dans le contexte de la pandémie de solitude que nous connaissons. C'est en les soutenant et en y investissant que nous pourrons construire la solidarité entre les générations dont dépend notre avenir. La famille n'est pas un coût, mais le meilleur investissement possible".

    Lire la suite

  • Des médecins et éthiciens catholiques critiquent l'Académie pontificale pour la vie

    IMPRIMER

    D'AC Wimmer pour CNA via le Catholic World Report :

    Des médecins et éthiciens catholiques critiquent l'Académie pontificale pour la vie

    31 mai 2024

    Des représentants de l'Australian Catholic Medical Association, avec le soutien de plusieurs théologiens moraux et bioéthiciens catholiques, ont critiqué un livre publié par l'Académie pontificale pour la vie pour son manque de compréhension de la « science actuelle » et des domaines spécifiques de la médecine.

    Les experts affirment que le livre diffuse des informations théologiques et médicales « trompeuses et déroutantes » qui contredisent les enseignements de l'Église sur la contraception et les techniques de procréation assistée.

    Le livre en question, « Etica Teologica Della Vita » (ETV), traite de « l'éthique théologique de la vie : Écriture, tradition et défis pratiques ». Cette publication italienne de 528 pages est une synthèse d'un séminaire parrainé par l'académie en 2021.

    La critique, publiée le 23 avril dans le Linacre Quarterly, le journal officiel de l'Association médicale catholique, décrit les contradictions entre le livre et les enseignements de l'Église sur la contraception et les techniques de procréation assistée.

    La liste des auteurs comprend des experts médicaux, des théologiens et des bioéthiciens : Elvis Šeman ; Eamonn Mathieson ; Umberto Villa ; Deirdre Little ; Randy De Los Reyes Juanta ; Père Paschal Corby, OFM Conv ; Père John Fleming ; et Brendan Purcell.

    Mathieson a déclaré à CNA qu'ils avaient été informés des préoccupations soulevées par des experts italophones de la Scuola Camen de Milan, un établissement d'enseignement sur la fertilité.

    « Malgré le profil de haut niveau de l'Académie pontificale pour la vie, nous n'avons pas pu trouver de traduction anglaise officielle du texte original italien d'ETV. Après avoir obtenu une traduction anglaise précise, il est apparu clairement que la VTE contient des arguments théologiques et médicaux confus et trompeurs", a déclaré M. Mathieson.

    Les auteurs ont déclaré à l'ANC dans une interview écrite qu'ils soulignaient le besoin de clarté et d'adhésion aux enseignements de l'Église, en particulier dans le domaine de la bioéthique.

    « En tant que représentants de l'Australian Catholic Medical Association, nous nous sommes sentis moralement et fraternellement obligés de produire une réponse corrective respectueuse, accessible au public, fondée sur des preuves et évaluée par des pairs, aux déclarations ambiguës et problématiques d'ETV.

    Ce n'est pas la première fois que le livre ou l'Académie pontificale pour la vie sont critiqués. En 2022, une lettre ouverte avait mis en évidence un certain nombre d'erreurs. L'actuel président de l'académie, l'archevêque Vincenzo Paglia, a également suscité la controverse en 2023 pour ses déclarations sur l'avortement et l'euthanasie.

    Manque de compréhension de la « science actuelle

    L'un des principaux problèmes mis en évidence dans la nouvelle critique est « l'obscurité et la confusion » du langage utilisé par ETV, qui pourrait induire les fidèles en erreur : « Nous avons été surpris et préoccupés par le langage et les déclarations de l'ETV. Notre inquiétude était telle qu'elle nous a incités à nous lancer dans un travail de 18 mois pour rédiger cette réponse et la faire publier ».

    Dans son entretien avec l'ANC, M. Mathieson a également souligné le manque de compréhension de la « science actuelle » et des domaines spécifiques de la médecine dans l'ETV. Il a souligné que l'effort de collaboration avec diverses associations médicales catholiques internationales reflète un consensus plus large.

    « C'est un développement merveilleux que de travailler ensemble avec nos pairs internationaux pour apporter la recherche médicale la plus récente dans l'espace de l'enseignement social catholique. Nous espérons que cette collaboration internationale continuera à se développer et à servir de ressource pour l'Académie pontificale pour la vie et l'Église dans ces domaines et dans d'autres domaines de la bioéthique et de la médecine à l'avenir", a-t-il déclaré.

    Lire la suite

  • Banneux (2-4 août 2024) : Week-end des familles

    IMPRIMER

    2024_05_28_08_54_42_Greenshot.png

    2024_05_28_08_55_41_Greenshot.png

    Week-end de ressourcement pour les familles

    Week-end des Familles à Banneux du vendredi 2 août au dimanche 4 août 2024

    "Seigneur, apprends-nous à prier" Luc 11,1
     
    Programme des adultes: 
    Vendredi : La prière personnelle, une vocation qui nous concerne ?
    Samedi : La vie dans l'Esprit-Saint : Prier en famille, église domestique.
    Dimanche : Prier Marie, perte de temps ou chemin privilégié ?
     
    Les enfants ont un programme adapté par tranche d'âge, et rejoignent les adultes pour des temps en familles, les repas et les veillées. 
    Nous avons aussi encore besoin de bénévoles pour le bon déroulement de l'évènement. 
     
    Information et inscription sur www.festivaldesfamilles.be
    Contact et questions : we.familles.banneux@stjean.com
    Organisé par Saint Jean Banneux