Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Famille

  • Selon la Revue médicale "Lancet", la population mondiale va diminuer

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    Selon la Revue médicale "Lancet", la population mondiale va diminuer

    8 avril 2024

    Les craintes de surpopulation ne se sont pas concrétisées - La population mondiale commencera à diminuer dans les prochaines décennies pour la première fois depuis l'épidémie de peste du 14e siècle

    Londres (kath.net/pl) Les craintes de surpopulation, répandues depuis des décennies, ne se réalisent pas. Au contraire : une nouvelle étude publiée dans la revue spécialisée Lancet prévoit que la population mondiale va diminuer pour la première fois depuis six siècles. Les craintes d'une surpopulation de notre planète sont dénuées de tout fondement. Contrairement aux affirmations idéologiques de divers penseurs et scientifiques qui, pendant trente ans, ont prétendu que le plus grand problème de la Terre était la surpopulation, le dépeuplement est désormais considéré comme une menace bien plus importante. Le résultat pourrait être une crise économique massive dans le monde entier. C'est ce que rapporte la célèbre revue scientifique "Lancet", comme l'indique le portail "Opoka". "Opoka" est un portail financé et géré par une fondation de la Conférence épiscopale polonaise.

    Selon l'article du Lancet, d'ici 2050, les trois quarts des pays du monde seront en dessous du niveau de conservation, ce qui signifie qu'ils ne seront pas en mesure de maintenir leur population stable. On estime que cette proportion atteindra 97 % d'ici 2100. Cela signifie que la population mondiale commencera à diminuer au cours des prochaines décennies pour la première fois depuis la mort noire - l'épidémie de peste du 14e siècle.

    Le taux de fécondité est calculé selon le nombre d'enfants que chaque femme met au monde en moyenne. Pour atteindre le niveau de maintien, il doit être d'au moins 2,1 (tous les enfants n'atteignent pas l'âge adulte et tous n'auront pas d'enfants). En 1950, le taux de natalité mondial était de 4,84 ; en 2021, ce chiffre était tombé à seulement 2,23, soit à peine plus que ce qui est nécessaire pour maintenir le niveau actuel de la population, rapporte encore "Opoka" sur la base de "Lancet". Dans de nombreux pays comme les États-Unis (1,7), le Royaume-Uni (1,6), l'Espagne (1,16) et la Pologne (1,3), les taux de natalité sont déjà nettement inférieurs au niveau de reproduction. Les seuls pays où l'on peut s'attendre à ce que la population continue de croître seront les pays d'Afrique subsaharienne. Les taux les plus élevés seront enregistrés au Niger (6,7), au Tchad (6,1) et dans d'autres pays de la région.

    "Nous sommes confrontés à d'énormes changements sociaux au 21e siècle", a déclaré l'un des auteurs de l'article, le professeur Stein Emil Vollset. "Le monde devra faire face simultanément à un 'baby boom' dans certains pays et à une 'pénurie de bébés' dans d'autres. Alors qu'une grande partie du monde est confrontée à des défis majeurs en matière de croissance économique, liés à la diminution de la population active et à la question de savoir comment prendre en charge le vieillissement de la population et en supporter les coûts, de nombreux pays d'Afrique subsaharienne, dont les ressources sont les plus limitées, auront du mal à soutenir la population la plus jeune et celle qui croît le plus rapidement au monde, dans certains des endroits les plus instables politiquement et économiquement, les plus exposés à la chaleur et les plus touchés par la pauvreté des soins de santé sur la planète".

    "L'impact est énorme", convient le co-auteur de l'étude, le Dr Natalia V. Bhattacharjee, abonde dans ce sens. "Ces futures tendances en matière de taux de fécondité et de naissances vivantes vont complètement remodeler l'économie mondiale et l'équilibre du pouvoir international et nécessiteront une réorganisation des sociétés. La reconnaissance mondiale des défis de la migration et les réseaux d'aide mondiaux seront d'autant plus importants qu'il existe une concurrence féroce pour attirer les migrants en vue d'une croissance économique durable et que le baby-boom en Afrique subsaharienne se poursuit".

    Une grande partie de la peur de la surpopulation, désormais discréditée, peut être attribuée au livre de Paul Ehrlich intitulé "La bombe démographique". Bien que la surpopulation soit un mythe, Ehrlich continue d'agir en tant qu'expert sur le sujet et affirme, contre tous les faits, que la surpopulation constitue une menace, même si les taux de natalité diminuent dans le monde entier. Nombre de ces craintes proviennent d'un racisme de fait ou d'un colonialisme culturel visant à empêcher les pays pauvres et non blancs de "surproduire". Ces pays continuent de se voir imposer un contrôle démographique par des Occidentaux blancs et prospères qui veulent limiter la croissance démographique des pays noirs, latino-américains et asiatiques.

  • France : l'avortement constitutionnalisé, et maintenant ?

    IMPRIMER

    De Gregor Puppinck (ECLJ) :

    Après l’échec historique de la constitutionnalisation de l’avortement, l’heure est au bilan. Pourquoi avons-nous échoué, et quelles actions s’imposent à présent au service de la vie et de la France ?

    Tout d’abord, le bilan

    L’avortement est vendu en France comme une conquête du féminisme, comme une liberté de la femme et une condition de son égalité. C’est historiquement douteux. Le mouvement féministe des années 1960 représenté alors par La maternité heureuse a été rapidement dominé par un autre courant, issu de la tradition néomalthusienne et de la franc-maçonnerie : le groupe Littré. C’est ce courant masculin, mené par le Dr Pierre Simon, qui a intégré La maternité heureuse au sein de la Fédération Internationale du Planning Familial, et qui en a fait un instrument de revendication de la légalisation de l’avortement. Cette « capture » a d’ailleurs provoqué des démissions au sein de l’ex-Maternité Heureuse, dont celle de sa fondatrice et présidente, Marie-Andrée Weill Hallé, qui était opposée à l’avortement.

    Depuis, le Planning familial français a fait cause commune avec l’idéologie franc-maçonne. Celle-ci conçoit l’avortement comme un bien, une liberté affirmant la toute-puissance de la volonté individuelle sur la vie reçue de Dieu. Le féminisme occupe une place secondaire dans cette idéologie, et se conçoit comme une révolte de la femme contre la condition féminine et maternelle, bien loin de l’idéal de La maternité heureuse.

    Il faut avoir le courage et la lucidité de regarder en face cet arrière-plan idéologique pour comprendre la portée de l’inscription dans la Constitution de l’affirmation selon laquelle l’avortement serait une liberté.

    Il a parfois été soutenu que l’avortement n’aurait pas sa place dans la Constitution. Sur le plan juridique, certainement, mais il en va différemment au plan symbolique. Une Constitution définit un peuple, contient et exprime son identité et ses valeurs. Les lois fondamentales du Royaume de France reconnaissaient le Catholicisme comme religion officielle. En se déclarant laïque, la République a adopté une composante essentielle de la pensée franc-maçonne. Elle est à présent allée plus loin en déclarant la « liberté d’avorter ».

    Consacrer l’avortement comme une liberté et non plus comme une exception, et la « liberté d’avorter » comme une valeur de la République a des implications philosophiques et religieuses radicales. Cela manifeste l’adhésion à une conception matérialiste et volontariste de l’être humain qui affirme la domination de la volonté sur l’être, de la volonté individuelle sur la vie humaine. Du point de vue ordinaire, profane, l’avortement est un acte destructeur, et donc négatif. Mais tel n’est pas le cas du point de vue de ses promoteurs qui y voient au contraire un acte positif d’affirmation de soi. C’est une conception terrible de l’être humain qui estime que la destruction volontaire de la vie humaine est l’expression de la liberté humaine, et même son sommet, car ce serait la forme la plus élevée d’autonomie. C’est cette même conception qui porte la promotion de la mort volontaire comme une liberté et une expression de la dignité humaine.

    Pour le peuple profane, le recours massif à l’avortement a pour effet de l’obliger à croire que l’être humain n’a pas d’âme, mais n’est qu’un corps doté progressivement de facultés intellectuelles, car si l’enfant à naître est animé, alors nous serions des assassins. Dès lors, il devient insupportable de regarder le fœtus et de voir en lui notre humanité. Le silence et le déni s’imposent.

    Consacrer l’avortement comme une liberté, et la liberté d’avorter comme une valeur de la République implique l’adhésion à une anthropologie tellement spécifique que son inscription dans la Constitution revient à en faire une croyance officielle de la République, un substitut de religion d’État. C’est une nouvelle étape de l’affirmation publique de la franc-maçonnerie comme église de la République, ainsi que le déclarait en substance M. Macron devant le Grand Orient de France le 9 novembre 2023. Il avait d’ailleurs rendu hommage à cette occasion au Grand Maître et docteur Pierre Simon, principal artisan de la libéralisation de la contraception et de l’avortement en France.

    Lire la suite

  • Abolir la maternité de substitution est un combat de civilisation

    IMPRIMER

    De Myriam Sandouno sur Vatican News :

    Pour le Vatican, abolir la maternité de substitution est un combat de civilisation

    «La maternité de substitution repose sur des mécanismes de marché qui favorisent l'exploitation de personnes en situation de vulnérabilité». C’est ce qu’a déclaré Mgr Miroslaw Wachowski dans son discours lors de la conférence internationale pour l’abolition de la maternité de substitution, débutée à Rome vendredi 5 avril. Il a réitéré l’appel du Pape à «un engagement de la communauté internationale pour interdire cette pratique de manière universelle».

    5 avril 2024

    La conférence internationale pour l’abolition universelle de la maternité de substitution, rassemble à Rome les 5 et 6 avril, des spécialistes venus des 5 continents pour apporter leur expertise avec un double objectif: «informer les décideurs publics sur les effets néfastes de la GPA, et fournir une boîte à outils juridique aux États pour défendre leur population contre ce marché». Elle se veut une étape décisive pour soutenir et encourager les initiatives nationales et internationales, conduisant à l’adoption d’un traité international.

    Prenant part à cette rencontre, Mgr Wachowski, sous-secrétaire de la Section pour les Rapports avec les États et les Organisations internationales, a salué l’initiative qui rejoint les préoccupations du Saint-Siège.

    Le corps humain, temple de l'Esprit Saint 

    Mgr Wachowski constate qu’aujourd’hui, la dignité est souvent mal comprise, c'est-à-dire, «la dignité de l'homme dans son ensemble, corps et âme/esprit». Partant de la conception chrétienne, il a expliqué que le corps participe à la dignité. «Saint Paul dit qu'il est "le temple de l'Esprit Saint" (1Co, 6.19). Dieu lui-même l'a jugé suffisamment digne pour en faire sa demeure et le destiner à la vie éternelle, lors de la résurrection de la chair à la fin des temps», a-t-il rappelé. Le corps humain est anobli par cette haute dignité et cette destinée. Pour Mgr Wachowski, il s'ensuit donc que l'homme doit apprendre à vivre dignement, selon sa nature, avec le corps et l'esprit en union et en harmonie.

    Aujourd'hui, a-t-il fait observer, toute l'attention est portée sur la volonté individuelle, qui est une expression de l'esprit, à considérer comme complètement séparée du corps. «On assiste à une transformation du concept de dignité humaine qui, même dans l'esprit des juges, tend à se réduire à la volonté individuelle». Il s'agit d'une «vision qui considère l'esprit en opposition totale avec le corps et qui, par conséquent, voit dans la négation de la nature et du conditionnement, y compris le conditionnement psychologique, une libération et un progrès». Elle justifie ainsi, au nom de la dignité, a-t-il poursuivi, toute une série de pratiques: changement de sexe, euthanasie, avortement, fécondation in vitro, gestation pour autrui, etc. À la base de toutes ces dérives, «que l'on constate notamment dans le domaine de la bioéthique, il y a cette conception erronée de la dignité de la personne, qui ne fait référence qu'à l'esprit, ou plutôt à la volonté de l'individu. Dans une telle perspective, le corps et la réalité biologique sont placés sur un plan secondaire et soumis à toute "volonté"», a fait remarquer le sous-secrétaire. 

    La fécondation in vitro

    Dans son interventionMgr Wachowski a attiré l’attention sur la fécondation in vitro, «l'invention technologique qui a ouvert la voie à la maternité de substitution». Cette pratique a été «marquée dès le départ par une série de conflits éthiques et a entraîné un changement fondamental dans notre relation à la vie humaine en tant que telle. Elle a entraîné une dépersonnalisation de l'homme, en contradiction avec la dignité de l'enfant et de ses parents».

    “La création d'une vie humaine en dehors du corps humain a changé la perspective de manière décisive. Les parents se retrouvent dans le rôle de fournisseurs de matériel génétique, tandis que l'embryon dans l'éprouvette apparaît de plus en plus comme un objet, une chose à produire: non pas quelqu'un, mais quelque chose.”

    La maternité de substitution

    En janvier dernier, dans son traditionnel discours au corps diplomatique accrédité près le Saint-Siège, le Pape soulignait que la maternité de substitution porte gravement atteinte à la dignité de l'enfant et de la mère: «La voie de la paix exige le respect de la vie, de toute vie humaine, à partir de celle de l’enfant à naître dans le sein de la mère, qui ne peut être supprimée, ni devenir objet de marchandage. À cet égard, je trouve regrettable la pratique de la dite mère porteuse, qui lèse gravement la dignité de la femme et de l’enfant», avait lancé le Pape. François avait ainsi souhaité «un engagement de la communauté internationale pour interdire cette pratique au niveau universel». 

    Les mères porteuses dans l'Est de l'Ukraine 

    Ce vendredi 5 avril, Mgr Wachowski a invité à ne pas oublier que la maternité de substitution repose sur des mécanismes de marché qui favorisent l'exploitation de personnes en situation de vulnérabilité.  Ainsi, «à travers le contrat de location d'utérus, la femme soumet son corps aux décisions des donneurs d'ordre et des agences». Sa liberté personnelle, en ce qui concerne son mode de vie et son lieu de résidence, est considérablement réduite. «La mère porteuse perd son autonomie, d'autres décident de son mode de vie», a-t-il affirmé, évoquant ensuite les témoignages poignants de mères porteuses, enceintes au début de la guerre en Ukraine, qui ont dû quitter leur famille dans l'est du pays pour aller sécuriser les enfants qu'elles portaient, dans des régions moins exposées aux risques de la guerre.

    Un combat de civilisation 

    Au terme de son intervention, le sous-secrétaire de la Section pour les Rapports avec les États et les Organisations internationales a en outre souligné qu'il est important de ne pas donner l'impression qu'il s'agit «d'une bataille de catholiques. Non, il s'agit d'un combat de civilisation, auquel doivent adhérer des personnes d'horizons, de confessions et d'origines différentes, bref, toutes les personnes de bonne volonté, comme on le dit toujours dans les documents pontificaux». Pour parvenir, selon lui, à une interdiction internationale, «un large front de compréhension est nécessaire pour faire avancer cet objectif». Il estime également que les changements législatifs individuels au niveau national qui entravent la maternité de substitution sont également utiles. «Il s'agit en fait de briques qui contribuent en fin de compte à générer une prise de conscience collective du caractère inacceptable de cette pratique, préparant ainsi l'ostracisme au niveau international».

    Lire également : À Rome, une conférence internationale pour demander l'abolition de la GPA

  • La théologie du corps : une pastorale à risques

    IMPRIMER

    De l'abbé Claude Barthe sur Res Novae :

    La théologie du corps : une pastorale à risques

    2 avril 2024

    Alors que le concile Vatican II avait ouvert une brèche libérale dans l’ecclésiologie, l’encyclique Humanæ vitæ de Paul VI du 25 juillet 1968 se porta en défense de la morale traditionnelle concernant l’usage du mariage. Elle souleva de ce fait une opposition en tempête parmi les théologiens et les épiscopats du monde. Contre ce dissensus, une défense de la doctrine du mariage se développa à nouveaux frais, c’est-à-dire en cherchant à la rendre acceptable par le monde actuel en tournant à son profit l’exaltation contemporaine du corps et de la sexualité. Non sans risques.

    Rappel sur les trois biens du mariage

    Il convient, pour bien fixer les idées en ce domaine, de se reporter à la synthèse thomiste, laquelle, comme toute la grande tradition médiévale, dépend de l’établissement par saint Augustin, contre les manichéens, de la doctrine des trois biens du mariage : proles, fides, sacramentum, les enfants, la fidélité (la foi donnée pour l’union des corps), le sacrement[1].

    Or, contrairement aux affirmations aujourd’hui répétées, cette synthèse – certes exigeante par le simple fait qu’elle a une visée vertueuse – est tout le contraire de « négative ». Le bien primaire, au sens de fondamental, du mariage humain, institution naturelle élevée par Jésus-Christ à la dignité de sacrement, est dans les enfants, leur engendrement continué dans leur éducation, qui spécifie l’humanité de l’institution, comme l’explique saint Thomas dans la Somme contre les Gentils[2]. Il y a une « ordination objective du mariage à sa fin première, qui est contenue dans sa nature », dira la Rote romaine dans un jugement particulièrement important, du 22 janvier 1944[3].

    Dans son commentaire de la 1ère épître de saint Paul aux Corinthiens, 7, 2 (« Mais à cause de la fornication, que chaque homme ait son épouse, et chaque femme son mari »)[4], saint Thomas montre que les deux premiers biens, tout naturels qu’ils puissent être dans les mariages non sacramentels des non-chrétiens, sont ordonnés, le premier – la génération – à la vertu de religion, puisqu’il s’agit de se prêter à l’œuvre créatrice de Dieu et de lui donner des enfants pour sa louange, et le second à la vertu de justice (Suppl. q. 41 a. 4). Dans le mariage chrétien, l’échange des consentements est le sacramentum, représentation de l’union du Christ avec son Église (Éphésiens 5, 32). La grâce sanctifie la procréation et donne à la l’union des époux une valeur d’indissolubilité sacrée : on ne peut davantage séparer un époux de sa femme que le Christ de son unique Épouse.

    C’est peut-être dans la Somme contre les Gentils, au l 4, c 78, que se trouve le plus beau texte thomiste sur la question. Il y est rappelé que la res, la réalité sacrée ou grâce signifiée par le signe sacramentel du mariage (à savoir, le consentement des époux) est la participation à l’union du Christ et de l’Église, grâce médicinale d’autant plus importante que les réalités charnelles et terrestres du mariage ne les détachent pas du Christ et de l’Église.

    L’union charnelle est bonne (et donc méritoire), si elle n’est pas désordonnée (Suppl. q. 41 a. 4), sans pour autant être indispensable pour qu’existe l’union essentielle du mariage[5]. C’est le sacrement qui sanctifie l’union charnelle et non l’union charnelle qui conditionne le sacrement.

    La théologie du corps de Jean-Paul II

    Toute la revendication libérale dans l’Église concernant le mariage, à partir des années soixante du siècle dernier, avait précisément consisté, à l’inverse, à valoriser l’union charnelle des époux en elle-même, déconnectée de la fin de procréation, pour légitimer la contraception, stérilisation de la femme en vue de rendre impossible la procréation, ce qui avait été condamné par Pie XII en 1958[6] et le fut dans Humanæ vitæ en 1968[7].

    Jean-Paul II prit le relais et fut sans conteste le grand défenseur d’Humanæ vitæ et plus largement du mariage et de la famille. Mais au lieu d’insister sur l’argumentation essentielle de l’encyclique – la contraception est une violation de la loi naturelle –, estimée peu compréhensible par les mentalités contemporaines, il préféra une démonstration anthropologique dans la perspective personnaliste qui était la sienne, développée autour de l’affirmation de la personne comme sujet et non comme objet dont on se sert pour des fins personnelles.

    Lire la suite

  • Quand éduquer à la sexualité revient à plaquer sur les enfants et adolescents des préoccupations d'adultes

    IMPRIMER

    Le contexte est celui de la France mais on sait qu'il en va de même chez nous avec le processus éducatif de l'EVRAS imposé dans nos écoles.

    Une tribune de Christian Flavigny relayée sur gènéthique.org :

    « Education à la sexualité » : plaquer sur les enfants et les adolescents des préoccupations d’adultes

    14 mars 2024

    Dans un texte très attendu et publié le mardi 5 mars dernier, le Conseil supérieur des programmes (CSP) préconise une « éducation à la sexualité » (cf. Education sexuelle : trois associations attaquent l’Etat en justice). Ce faisant, il confirme la confusion qui règne au ministère de l’Éducation nationale sur la place de l’école dans l’épanouissement psychoaffectif de l’enfant. Il y serait traité de la sexualité comme d’une discipline parmi d’autres, comme on rajouterait un cours de langue qui permettrait la découverte de « la langue de l’autre », sous le vertueux principe d’aider l’enfant et l’adolescent à s’affirmer dans le « respect de l’autre ». Cette démarche est une erreur, et c’est une faute.

    « Trouver sa place dans la société » ?

    Il s’agit d’une approche « gestionnaire » de la vie sexuelle, omettant que la sexualité est d’abord pour l’enfant un questionnement existentiel : « pourquoi y a-t-il deux sexes ? ». La réponse qu’il ébauche cherche sa réponse dans la vie familiale : il y a son papa et sa maman, dont l’union a détenu le pouvoir de faire venir au monde les enfants – il a compris qu’ils avaient jadis été petit garçon et petite fille. Son interrogation devient : « qu’est-ce donc qui les a rapprochés, faisant leur désir que je vienne, moi, entre eux, depuis eux, comme leur enfant ? »

    Le CSP veut aider chacun à « trouver sa place dans la société ». Cette question est celle des jeunes adultes. Pour l’enfant, il s’agit de s’inscrire dans sa vie familiale, donc dans le lien filial qui l’unit à ses parents, depuis son vœu d’incarner les attentes qui ont porté sa venue au monde – non sans se distinguer d’elles pour affirmer sa personnalité : c’est l’enjeu psychoaffectif de l’enfance.

    Le préalable à la découverte de l’autre, c’est pour l’enfant de s’établir soi-même avec confiance. C’est d’abord la relation à ces « grands Autres » que sont les parents, qui justement deviennent les parents parce qu’ils tissent le lien d’identification (« faire identique ») à leur enfant : le lien de « mêmeté » soude la vie familiale ; cela leur permet de le comprendre tout en assumant leur rôle protecteur. Cependant l’enfant rêve de devenir « grand », ce qui est pour lui devenir plus tard parent comme aujourd’hui sont ses parents. Quant à la différence des sexes, elle est tôt constatée corporellement par l’enfant (garçon ou fille) ; mais son identité sexuée se construit depuis l’appui du lien d’identification : du fils au père (transmission du masculin), de la fille à la mère (du féminin). Ce que prétend gérer le programme du CSP, la vie familiale en est le creuset.

    Des préoccupations actuelles d’adultes

    La sexualité ne s’enseigne pas. Elle est une découverte maturative chargée d’interrogations pour l’enfant : « et si j’avais été de l’autre sexe ? » (serais-je plus sûrement aimé d’eux ?). Ces questions animent son jeu, authentique méditation sur la vie, avec pour enjeu crucial, non pas la sexualité des adultes, mais l’amour : un mot qui s’applique autant aux relations entre adultes, les ouvrant au partage de vie sexuelle, qu’à celles entre parents et enfants, par nature désexualisées pour respecter la maturation enfantine.

    Ces questions agitent l’éveil imaginaire de l’enfant : « et si … ? » Il lui faut s’approprier les réalités, celle de son corps sexué et celle des attentes de ses parents, et les concilier pour s’inscrire comme leur fils ou leur fille – conciliation parfois difficile, comme le montre le désarroi aujourd’hui dénommé « transgenre ». L’amour entre adultes est l’émotion de retrouver en l’autre cette image de « moi-même qui eus été de l’autre sexe », cette image qui avait été enfouie pour s’établir dans son sexe propre (au sens de se l’être approprié) ; l’être aimé devient son alter ego, son « autre soi-même ».

    Le programme d’ « enseignement à la sexualité », recommandé par le CSP, plaque sur les enfants et les adolescents des préoccupations actuelles d’adultes. C’est embarrasser leur maturation, même en prétendant intégrer l’aspect affectif et relationnel : celui-ci relève d’une intimité que la vie collective ne peut aborder sans risquer de lui faire effraction, d’autant qu’elle en méconnaît la source psychique. Ce programme est donc une erreur. Mais c’est aussi une faute : celle de prétendre gérer ce qui ressortit de la vie familiale.

    La sexualité, cela ne s’enseigne pas, cela se vit. Dans l’enfance, dans l’adolescence, cela interroge, cela se construit : qu’est-ce qui différencie, et qu’est-ce qui rapproche ? Une démarche scolaire respectueuse de l’enfant peut l’instruire sur la sexualité comme condition générale de la reproduction du vivant et peut aviser l’adolescent sur les mesures de prévention relatives au partage de vie sexuelle. Pour le reste, elle n’est pas compétente, et risque d’embarrasser la maturation psychique qui est l’enjeu délicat de leur âge.

    Cette tribune de Christian Flavigny a été publiée initialement par Causeur et l’Institut Thomas More sous le titre La sexualité ne s’enseigne pas, elle se vit!.

  • Les électeurs irlandais ont refusé d'effacer la famille

    IMPRIMER

    Du site "Pour une école libre au Québec" :

    Les électeurs irlandais ont refusé d'effacer la famille

    Ce n'est pas une fin de semaine particulièrement faste pour l'establishment politique irlandais. Deux changements constitutionnels ont été rejetés par l'électorat, bien qu'ils aient été soutenus par tous les partis traditionnels - Fianna Fail, Fine Gael, les Travaillistes, les Verts, les nationalistes du Sinn Fein - sans oublier les habituels experts et ce qu'on appelle le Conseil national des femmes (un organisme censé représenter les femmes). Le radiodiffuseur public, RTE, qui se trouve dans une position similaire à celle de la BBC après le vote sur le Brexit, est curieusement discret sur le résultat. Radio-Canada a adopté la même stratégie, un court reportage qui ne cite pas les chiffres du rejet massif irlandaise et qui caricature le contenu de la Constitution irlandaise. 

     

    >Les électeurs avaient la possibilité, comme l'avait indiqué le quotidien de gauche britannique le Guardian, de "moderniser la constitution irlandaise" dans la lignée des référendums de 2015 et 2018 qui ont approuvé le mariage homosexuel et l'avortement et "souligné la transformation laïque et libérale de l'Irlande". Les électeurs ont massivement dit non, mais merci quand même.

    Les clauses en cause, très caractéristiques de la constitution d'Eamon De Valera de 1937 et qualifiées de "dépassées" par le gouvernement, déclaraient que "l'État reconnaît la famille comme l'unité naturelle, primaire et fondamentale de la société et comme une institution morale possédant des droits inaliénables et imprescriptibles, antérieurs et supérieurs à tout droit positif" et que "l'État s'engage à veiller avec un soin particulier à l'institution du mariage, sur laquelle la famille est fondée, et à la protéger contre toute attaque". Le gouvernement voulait modifier la partie concernant la famille en disant : "qu'elle soit fondée sur le mariage ou sur d'autres relations durables" et omettre la partie concernant le fait que la famille est fondée sur le mariage. On voit le sens de la démarche.

    L'autre élément de l'article 41 que le gouvernement souhaitait modifier concernait la place des femmes au sein du foyer. La constitution de De Valera déclarait que, "en particulier, l'État reconnaît que, par sa vie au sein du foyer, la femme apporte à l'État un soutien sans lequel le bien commun ne peut être atteint" et que, "par conséquent, l'État s'efforcera d'assurer que les mères ne soient pas obligées, par nécessité économique, de s'engager dans le travail en négligeant leurs devoirs au sein du foyer". Il n'est pas question ici d'obliger les femmes à rester à la maison, ce que prétendait Radio-Canada hier dans son reportage morose. Cet article n'a d'ailleurs jamais eu le moindre effet sur les femmes qui travaillent (dans les filatures hier ou les bureaux aujourd'hui), mais le gouvernement voulait une formule non genrée : "L'État reconnaît que les soins prodigués par les membres d'une famille les uns aux autres, en raison des liens qui les unissent, apportent à la société un soutien sans lequel le bien commun ne peut être atteint, et il s'efforcera de soutenir ces soins". Une différence de taille.

    Lire la suite

  • « Ayez des enfants ! » : une campagne qui fait grand bruit en Espagne

    IMPRIMER

    De zenit.org :

    « Ayez des enfants » : une campagne qui fait grand bruit en Espagne

    « Ayez Des Enfants » : Une Campagne Qui Fait Grand Bruit En Espagne

    Natalité en Europe : « Ayez des enfants ! » Une campagne qui fait grand bruit en Espagne

    8 mars 2024

    Dure réalité en matière de politique familiale en Espagne : Le dernier rapport sur la natalité, publié par l’Institut National de la Statistique, révèle que 322.075 enfants sont nés en Espagne, soit le taux de natalité le plus bas de toute l’histoire depuis 1941. Selon l’Institut de Politique Familiale (IPF), l’Espagne a besoin de toute urgence de plus de 280 000 naissances pour maintenir un taux minimum de remplacement des générations pour garantir son avenir. 

    María Menéndez de Zubillaga est très claire : « Ayez des enfants ».  C’est aussi le slogan de la campagne de l’Association des Familles Nombreuses de Madrid (AFANMAD), dont elle est présidente.

    ZENIT a contacté la présidente de l’Association des Familles Nombreuses de Madrid pour discuter du succès de cette campagne qui fait grand bruit.  

    Pourquoi la campagne « Ayez des enfants » est-elle plus nécessaire que jamais ? 

    Parce que les preuves de l’effondrement démographique et du vieillissement de la population, avec plus de décès que de naissances, sont manifestes dans la vie de tous les jours (fermetures de classes dans les écoles, lits vides dans les maternités, enfants uniques…) et se reflètent dans le rapport de l’INE qui est sorti le jour même où nous avons lancé la campagne « Avoir plus d’enfants ». 

    La réduction de la population est l’un des objectifs de l’agenda 2030 et d’un supposé nouvel ordre mondial, pour lequel moins de personnes signifie une meilleure répartition des ressources naturelles.  Dénoncer cet agenda pervers est l’un des objectifs de la campagne. Nous voulons  faire cesser cette attaque manipulatrice visant à mettre le monde dans lequel nous vivons sens dessus-dessous.  Ils veulent un monde pour seulement quelques-uns.

    L’Espagne a enregistré le taux de natalité le plus bas de son histoire (322 075) depuis 1941.

    Quel est l’avenir de la famille en Espagne ? Y a-t-il un manque de volonté politique pour résoudre cet hiver démographique ?  

    L’Europe et l’Espagne sont en train de disparaître.  Comme nous le disons dans la vidéo, l’âge moyen est de 42 ans.

    Nous vieillissons très vite et nous manquons de naissances. C’est un problème majeur. Sans enfants, il n’y a pas d’avenir, pas de mères et pas de familles.  Un avenir plein d’espoir est en train de disparaître.

    Comment pouvons-nous vivre avec cette perspective ? Il faut beaucoup de courage pour fonder une famille et avoir des enfants. C’est un défi  au monde qui crie qu’il vaut mieux ne pas avoir d’enfants. 

    La volonté des politiciens est comme un ballon de baudruche : elle n’est remplie que d’air et se crève très facilement. Leurs promesses sont des mots vides, inspirées par l’intérêt personnel et planifiées avec un fort biais idéologique. Les hommes politiques ne se préoccupent que de leur carrière et des profits qu’ils peuvent acquérir. Ils veulent des votes pour rester au pouvoir.  Penser à l’avenir de la société, de leur pays, penser et servir le bien commun ne fait pas partie de leurs plans. 

    La preuve en est qu’il n’y a pas de législation en faveur de la famille. Il n’y a pas de politiques publiques qui investissent dans la famille. Il n’y a que des politiques d’assistance qui servent leurs propres causes. En fait, lorsqu’ils accordent des aides, ils ne regardent pas qui ils vont aider, mais si cela rentre dans leur budget. 

    La vérité est que les familles nombreuses sont de plus en plus acculées.  Nous sommes ignorés presque partout. Nous avons une loi nationale qui est censée nous protéger, mais nous ne comptons pas dans la vie publique. Il n’y a pas de politique familiale publique.  Seules des politiques d’assistance font l’objet de loi et, bien sûr, nous sommes valorisés en fonction de nos revenus. Il faut être pauvre pour être considéré.

    Les familles nombreuses se distinguent par le nombre d’enfants. Pas sur le revenu. Bien que les enfants soient associés à des revenus plus faibles en raison de dépenses plus élevées, cela ne signifie pas que nous sommes plus pauvres parce que nous avons plus d’enfants. Les enfants sont une richesse et un don. Ce qui nous rend plus vulnérables, et non pas plus pauvres, c’est le manque de protection juridique, sociale, culturelle et fiscale, car les éventuels désavantages par rapport à d’autres réalités familiales et à d’autres familles avec moins ou pas d’enfants ne sont pas corrigés.

    L’article 9.2 de notre Constitution, qui établit « le principe de l’égalité matérielle », sert-il à quelque chose ?

    L’Association que vous présidez a lancé une campagne urgente et quelque peu controversée, pensez-vous qu’elle attirera l’attention de ceux qui légifèrent et qu’ils prendront en considération cette demande des familles nombreuses ?

    La campagne a été lancée pour susciter un débat, pour créer une atmosphère propice à la discussion sur cette baisse des naissances, sur cette conviction erronée que la mise au monde d’enfants est irresponsable et constitue une tâche impossible, coûteuse et inutile. 

    Il s’agit également de dénoncer le fait que l’on nous reproche d’être des familles nombreuses. Or, en plus de considérer qu’avoir plus d’enfants équivaut à être pauvre, ils nous accusent d’être plus polluants. D’endommager la planète en ayant plus d’enfants. Ils nous disent que nous devons réduire la population, ils nous « aident » avec des mesures qui ne valorisent pas la vie – comme l’avortement ou l’euthanasie -, avec des idéologies qui détruisent le concept de famille – les ruptures familiales -,  et en éliminant l’essence et le nom de la famille nombreuse – le projet de loi sur la famille…

    Nous le disons déjà dans la vidéo de la campagne : « Mais si l’Europe disparaît à cause du manque de naissances, aucun enfant ne naîtra ! » Est-ce ce qu’ils veulent ?  Eh bien, nous avons fait front avec cette campagne !  Nous ne voulons pas que cette vision négative des enfants qui prévaut actuellement, que la dissuasion de fonder des familles nombreuses, que la tristesse et l’amertume associées à la soi-disante oppression familiale, définissent de façon perverse les familles nombreuses. Nous n’acceptons pas non plus d’être considérés  comme la cause de la surexploitation et de la pollution de la planète.

    Nous voulons envoyer un message à contre-courant, crier aux quatre vents que ce sont précisément les enfants, les citoyens du futur, qui sauveront la planète, qui pourront rendre la société meilleure, qui garantiront un avenir pour tous, qui contribueront à colorer et à égayer ce monde triste, gris et vieillissant.

  • Pour prendre la mesure de la déchristianisation en Espagne

    IMPRIMER

    Lu sur Religion en Libertad :

    En dix ans, le nombre de mariages catholiques en Espagne a chuté : les chiffres par région sont éloquents.

    En 2013 débutait le pontificat du pape François, qui convoquait immédiatement un synode sur la famille pour l'année suivante. En Espagne, ces dix années de pontificat ont coïncidé avec une chute brutale des mariages religieux (qui sont presque tous catholiques). Cette année-là, un mariage sur trois était célébré à l'église. Dix ans plus tard, en 2022, ce n'est plus que 1 sur 5. 

    En Catalogne, au Pays basque et aux Baléares, seul 1 mariage sur 10 est célébré à l'église. En Navarre, dans les Asturies, en Aragon et en Castille-et-León, 2 mariages sur 10 sont célébrés à l'église, et ce n'est qu'en Andalousie et en Estrémadure qu'ils sont proches de 3 sur 10.

    [Voir la liste par région à la fin de cet article].

    Les mariages catholiques sont une indication très claire de la religiosité et de sa pertinence sociale, en particulier lorsqu'on les compare par région. Les données des sondages sont des projections statistiques, et celles du CIS de l'activiste socialiste José Félix Tezanos sont particulièrement inutiles et peu fiables.

    Il est utile de mesurer les mariages parce qu'ils sont ce qu'ils sont, ils sont enregistrés à l'Institut national des statistiques. En Espagne, les femmes se marient (premier mariage), en moyenne, à 32 ou 33 ans ; les hommes à 34 ou 35 ans. Ils n'ont pas 20 ans, ils ne se laissent pas influencer par leur famille ou leur environnement, ils pourraient ne pas se marier et simplement cohabiter, avec presque les mêmes effets juridiques. Ils choisissent de se marier librement et de choisir le type de célébration.

    Ce sont des adultes qui ont des enfants et décident de leur éducation, qui construisent la nouvelle génération. Leur choix entre le mariage civil et le mariage religieux en dit long sur leur niveau de religiosité. Le mariage religieux entre catholiques peu ou pas pratiquants, qui était encore important il y a 10 ans, semble s'être évaporé presque partout en Espagne.

    Nous pouvons utiliser les chiffres de la récente étude d'Edgar Sanchez et de TBS Education (de l'INE).

    Une mesure de la déchristianisation

    L'examen de l'évolution de cette option par région permet de connaître le niveau de déchristianisation de chaque zone. Et la vitesse à laquelle chaque région se déchristianise.

    Il faut distinguer les régions très déchristianisées, mais qui l'étaient déjà il y a 10 ans, des régions qui se sont déchristianisées à toute vitesse au cours de cette décennie.

    Mariages civils et religieux en Espagne, selon l'INE, de 2013 à 2022, en pourcentage et en valeur absolue.

    Matrimonios civiles y religiosos en España, del INE, de 2013 s 2022, porcentaje y absolutos

    Lire la suite

  • Il ne faut plus montrer « Mary Poppins » aux enfants

    IMPRIMER

    Lu sur le Tagespost :

    Le film classique « Mary Poppins » ne convient plus aux jeunes

    En raison du « langage discriminatoire », les enfants du Royaume-Uni ne sont autorisés à regarder le film que sous surveillance.

    28 février 2024

    Maintenant, « Mary Poppins » a été frappée. L'adaptation Disney en live-action du classique de PL Travers, sorti sous le titre "Mary Poppins" en 1964 et devenu un classique à part entière, a reçu une nouvelle classification du British Board of Film Classification (BBFC). La note est passée de « U » – qui signifie Universel – à PG (« Parental Guidance »). Il est au moins recommandé que les enfants jusqu'à l'âge de huit ans ne voient le film que sous la surveillance de leurs parents, si possible. 

    La raison invoquée pour justifier ce reclassement est « un langage discriminatoire ». Selon le journal britannique Daily Mail, la raison en est que le mot « Hottentots » est utilisé, un terme désormais qualifié de péjoratif et raciste pour les groupes ethniques indigènes d'Afrique australe. Le mot mal vu est utilisé dans deux scènes du film. Dans une scène, « l'amiral Boom », un membre à la retraite de la marine, demande aux enfants de la famille protagoniste « Banks » s'ils veulent « combattre les Hottentots ou creuser un trésor ». Dans une autre scène, « l'amiral Boom » utilise le terme pour désigner des ramoneurs au visage de suie dansant sur un toit et crie : « Alarme, nous sommes attaqués par des Hottentots ! Diables noirs !

    Les films d'animation ont une étiquette d'avertissement

    Le BBFC affirme avoir pris en compte le contexte historique du film, qui se déroule à Londres au début du XXe siècle. Cependant, selon le Film Classification Board, le langage discriminatoire du film nécessite une reclassification. Les parents devraient veiller à ce que leurs enfants reproduisent un langage non discriminatoire sans « reconnaître le potentiel offensant possible ».

    Il y a des années, le service de streaming « Disney TV+ » a commencé à proposer des films d'animation classiques tels que « Dumbo », « Les Aristochats » ou « Le Livre de la Jungle » avec un avertissement : « Ce programme contient des représentations négatives et/ou un traitement incorrect de personnes ou de cultures. . Ces stéréotypes étaient erronés à l'époque et le sont encore aujourd'hui. » Cependant, ce n'est pas (encore) le cas avec « Mary Poppins », du moins dans la version allemande du service de streaming.  DT/jeune

  • A l’ONU, les pays du Sud  se sont opposés aux pays du Nord sur le langage de la famille

    IMPRIMER

    De zenit.org :

    ONU : Débats autour du statut de la famille

    Les pays pauvres défendent l’héritage de saint Jean-Paul II 

    22 février 2024

    Center for Family and Human Rights/New York, 19 février 2024 / Les États membres de l’ONU ont célébré le 30e anniversaire de l’Année internationale de la famille, mais dans une résolution adoptée par la Commission annuelle du développement social de l’ONU, les pays du Sud  se sont opposés aux pays du Nord sur le langage de la famille.

    La résolution réaffirme les accords antérieurs déclarant que la famille est « l’élément naturel et fondamental de la société », une définition qui fait référence au mariage entre un homme et une femme en tant que fondement de la société.

    « Comme indiqué il y a plus de trente ans dans la première résolution sur l’Année internationale de la famille (résolution 44/82), l’objectif de cette célébration était de sensibiliser les gouvernements, les décideurs politiques et le public à la famille en tant qu’unité naturelle et fondamentale de la société.

    Aujourd’hui, des forces puissantes tentent activement d’effacer cette prise de conscience », a déclaré un délégué du Nigeria.  « Je tiens à souligner que toute référence à la famille et à la politique familiale dans cette résolution doit être comprise en fonction de cet objectif », a-t-il insisté, soulignant que les efforts visant à s’opposer à la famille naturelle fondée sur le mariage entre un homme et une femme vont à l’encontre de ce que les accords des Nations Unies et le droit international contraignant disent depuis longtemps au sujet de la famille.

    Au cours de la deuxième semaine de février, des représentants de l’Union européenne et d’autres pays occidentaux avaient demandé la reconnaissance de « diverses formes de famille » ou la suppression des références à la famille dans la résolution. En réponse, la délégation du Saint-Siège s’est dite « profondément préoccupée par le fait que la famille est de plus en plus minimisée, voire dénigrée, dans les forums internationaux », dans une déclaration officielle. À l’issue de la réunion de la commission, un délégué du Saint-Siège a remercié la commission d’avoir dûment reconnu l’anniversaire dans la résolution et a appelé les pays à travailler ensemble pour promouvoir les politiques familiales dans les années à venir. 

    L’Année internationale de la famille, instituée en 1989 et célébrée pour la première fois en 1994, est l’une des nombreuses initiatives en faveur de la famille lancées par saint Jean-Paul II et le Synode du Vatican sur la famille de 1980. Les enseignements de Jean-Paul II ont incité toute une génération d’universitaires et d’hommes politiques catholiques à promouvoir des politiques favorables à la famille. L’intérêt particulier du Saint-Siège pour la politique familiale a été relayé par des délégations du monde entier, particulièrement en Afrique.

    Un délégué du Cameroun, s’exprimant au nom des 54 États membres du groupe africain, a déclaré : « Le point de vue du groupe africain est que le caractère central et indispensable de la famille en Afrique en tant qu’unité fondamentale de la société doit être renforcé et protégé afin qu’elle puisse jouer un rôle important. » 

    Les mêmes pays traditionnels qui ont salué la reconnaissance de l’Année internationale de la famille dans la résolution se sont plaints des tentatives visant à imposer la reconnaissance des questions liées à l’homosexualité et au transgenre au cours des négociations.  « Ma délégation reste préoccupée par la tentative de plusieurs délégations d’imposer un langage et des références qui ne correspondent à aucune réalité avec laquelle nous pourrions travailler au niveau national », a déclaré un délégué de l’Égypte. Il a ajouté qu’il était « vraiment regrettable » que les délégations occidentales se soient autant concentrées sur les « formes intersectionnelles de discrimination » (faisant par là référence aux questions relatives aux homosexuels et aux transsexuels) plutôt que sur des questions faisant l’objet d’un large consensus. Le délégué égyptien a mis en cause la délégation américaine. Le délégué américain s’est plaint que la résolution comprenait une mention sur le « droit au développement » et a déclaré que les résolutions de l’ONU n’étant pas contraignantes, elles ne modifiaient pas le droit international. « Je me demande pourquoi nous siégeons dans ce contexte pour négocier le langage que nous adopterons » a répondu le délégué égyptien.  Le Qatar, la Malaisie, la Libye, l’Iran, Djibouti, le Nigeria, le Mali et le Sénégal partagent les réticences de l’Égypte à l’égard des « formes intersectionnelles de discrimination ». 

    ONU : Débats autour du statut de la famille | ZENIT - Francais

  • La Région wallonne autorise l’inhumation des fœtus

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    Belgique : la Wallonie autorise l’inhumation des fœtus

    16 février 2024
     

    Le 15 février, le gouvernement wallon a adopté, en dernière lecture, une modification du décret « funérailles et sépultures » permettant de faire inhumer dans un caveau familial, ou de faire incinérer, les fœtus décédés avant 6 mois de grossesse, et de récupérer une urne avec les cendres afin de les mettre au columbarium ou chez soi.

    Jusque-là, les fœtus sans vie, entre le 106e jour et le 180e jour de grossesse, ne pouvaient être inhumés que dans les « parcelles des étoiles » créées dans certains cimetières. Les parents pouvaient aussi y disperser les cendres sur la pelouse.

    Le ministre Christophe Collignon, en charge des Pouvoirs locaux, déclare qu’il s’agit d’une question « d’humanité » (cf. Deuil périnatal : « je ne peux pas faire comme s’il n’était pas là »). Il fallait « un cadre clair pour une législation respectueuse » a-t-il précisé.

    Ces changements n’ont pas d’incidence sur les critères nécessaire pour pouvoir enregistrer le fœtus à l’état civil. Les parents peuvent demander une inscription au registre à partir de 140 jours de grossesse (cf. Belgique : la reconnaissance des enfants mort-nés de nouveau en débat). À partir de 180 jours, cela devient une obligation.

    Source : La libre (15/02/2024)

  • À l'Onu, le représentant du Saint-Siège invite à protéger la famille

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    15 février 2024

    À l'Onu, le Saint-Siège invite à protéger la famille

    L'observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations unies s'est exprimé ce lundi à New York, lors de la 62e session de la Commission travaillant à la mise en œuvre de l'Agenda 2030, pour rappeler la nécessité de s'engager envers ceux qui sont pauvres et en situation de vulnérabilité. Mgr Caccia, dans cette optique, demande au nom du Saint-Siège que soit garantis l'accès à l'éducation pour tous, un travail équitablement rémunéré, des systèmes de retraite consolidés.

    «Pour un trop grand nombre de personnes, la satisfaction des besoins fondamentaux reste une lutte quotidienne», constate d’emblée Mgr Gabriele Caccia à New York, lors de la 62e session de la Commission du développement social de l'ONU, dont la tâche est de soutenir les politiques capables d'accélérer les progrès dans la mise en œuvre de l'Agenda 2030 pour le développement durable et d'atteindre l'objectif global de l'éradication de la pauvreté.

    Garantir un accès à l'éducation et à un travail décent

    Or, l'observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations unies souligne l'obligation particulière de l’ONU «envers les pauvres et les personnes en situation de vulnérabilité» et le devoir d'«atténuer les effets de la pauvreté en s'attaquant d'abord à ses causes profondes». Mgr Caccia indique quelques options à promouvoir pour accroître la protection sociale: des systèmes de retraite consolidés ou un accès à l'éducation. Pour le Pape, l’éducation est en effet «le premier vecteur du développement humain intégral parce qu'elle rend les individus libres et responsables». L’éducation doit ainsi être garantie à tous. Mgr Caccia évoque une autre condition essentielle du développement, «l'accès à un travail décent et équitablement rémunéré pour tous», un travail qui «doit être effectué dans des conditions dignes et sûres» et qui doit permettre «aux travailleurs de maintenir et de jouir de leur vie familiale et de leurs loisirs». L'archevêque Caccia note à regret que de nombreux jeunes sont aujourd'hui confrontés au chômage ou à la précarité, tandis que les personnes âgées sont contraintes de retarder leur retraite en raison de l'insécurité économique.

    Le Saint-Siège déplore que la famille soit parfois considérée comme nuisible

    Pour le Saint-Siège, un autre point pivot pour parvenir à un développement social est l'importance «centrale» de la famille. La famille est au cœur du développement, affirme le représentant du Pape. Elle est, souligne-t-il, «la première société que tout le monde connaît» et la Déclaration universelle des droits de l'homme la définit comme «le groupe naturel et fondamental de la société» et lui reconnaît «le droit à la protection de la société et de l'État». Pourtant, poursuit Mgr Caccia, ce n'est pas toujours le cas dans la réalité. Aussi, à l'occasion du 30e anniversaire de l'Année internationale de la famille, il souligne à la tribune combien la délégation du Saint-Siège est «profondément préoccupée par le fait que la famille est de plus en plus dépréciée, voire dénigrée, dans les forums internationaux». Il ajoute que dans la perspective de l'évolution de la société, la famille «n'est pas accessoire, ni périphérique, encore moins nuisible».

    La famille, une école d'humanité

    Mgr Caccia cite le Pape François selon lequel la famille est une «école de l'humanité la plus profonde», «le premier lieu où se vivent et se transmettent les valeurs de l'amour et de la fraternité, de l'union et du partage, de l'attention et du soin des autres». Dans la famille, poursuit l'observateur, ses membres, des plus jeunes aux plus âgés, trouvent un soutien et une attention irremplaçables. «C'est pourquoi, conclut-il, les politiques sociales doivent soutenir la famille dans son rôle essentiel pour la justice sociale et le développement social».