Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Famille

  • Hommage du cardinal Sarah à Benoît XVI, descendant de saint Augustin

    IMPRIMER

    Benoît XVI a touché l’âme du cardinal Robert Sarah : parce qu’elle lui ressemble, dans la même simplicité et la fraîcheur naturelle de la foi des africains. Lu in « La Nef, n° 355 Février 2023 :

    20221229T1230-OBIT-BENEDICT-1753632.jpg« De nombreux hommages soulignent com­bien Benoît XVI fut un grand théologien. C’est indubitable. Son œuvre durera. Ses livres lumineux sont déjà des classiques. Mais il ne faut pas se tromper. Sa grandeur n’est pas d’abord dans la pénétration universitaire des concepts de la science théologique, mais plutôt dans la profondeur théologale de sa contemplation des réalités divines. Benoît XVI avait le don de nous faire voir Dieu par sa parole, de nous faire goûter sa présence par ses mots. Je crois pouvoir affirmer que chacune des homélies que j’ai entendue de sa bouche fut une véritable expérience spirituelle qui a marqué mon âme. En cela, il est un véritable descendant de saint Augustin, ce Docteur dont il se sentait si proche spirituellement.

    Sa voix, à la fois fragile et chaleureuse, parvenait à nous faire sentir l’expérience théologale qu’il avait lui-même vécue. Elle venait vous saisir au plus intime du cœur pour vous conduire en présence de Dieu. Écoutons-le : « À notre époque où, dans de vastes régions de la terre, la foi risque de s’éteindre comme une flamme qui ne trouve plus où s’alimenter, la priorité qui prédomine est de rendre Dieu présent dans ce monde et d’ouvrir aux hommes l’accès à Dieu. Non pas à un dieu quelconque, mais à ce Dieu qui a parlé sur le Sinaï ; à ce Dieu dont nous reconnaissons le visage dans l’amour poussé jusqu’au bout en Jésus-Christ crucifié et ressuscité. »

    Benoît XVI n’était pas un idéologue rigide. Il était amoureux de la vérité qui, pour lui, n’était pas un concept mais une personne rencontrée et aimée : Jésus, le Dieu fait homme. Souvenons-nous de son affirmation magistrale : « À l’origine du fait d’être chrétien, il n’y a pas une décision éthique ou une grande idée, mais la rencontre avec un événement, avec une Personne, qui donne à la vie un nouvel horizon et par là son orientation décisive. » Benoît XVI nous a conduit à faire l’expérience de cette rencontre de foi avec le Christ Jésus. Partout où il allait, il allumait cette flamme dans les cœurs. Auprès des jeunes, des séminaristes, des prêtres, des chefs d’États, des pauvres et des malades, il a ranimé la joie de la foi avec force et discrétion. Se faisant oublier pour mieux laisser briller le feu dont il était porteur. Il rappelait : « c’est uniquement en faisant une certaine expérience que l’on peut ensuite comprendre. » Il n’a cessé de rappeler que cette expérience de rencontre avec le Christ ne contredit ni la raison ni la liberté. « Le Christ n’enlève rien, il donne tout ! »

    Il était parfois seul, comme un enfant face au monde. Prophète de la vérité qui est le Christ face à l’empire du mensonge, messager fragile face aux pouvoirs calculateurs et intéressés. Face au géant Goliath du dogmatisme relativiste et du consumérisme tout puissant, il n’avait d’autres armes que la parole. Ce David des temps modernes osait interpeller : « le désir de la vérité appartient à la nature même de l’homme et toute la création est une immense invitation à rechercher les réponses qui ouvrent la raison humaine à la grande réponse qu’elle cherche et attend depuis toujours : la vérité de la Révélation chrétienne que l’on trouve en Jésus de Nazareth permet à chacun de recevoir le mystère de sa vie. Comme vérité suprême, tout en respectant l’autonomie de la créature et de sa liberté, elle engage à s’ouvrir à la transcendance. On comprend pleinement la parole du Seigneur : vous connaîtrez la vérité et la vérité vous rendra libres ! »

    Mais le mensonge et la compromission ne l’ont pas toléré. Hors de l’Église, mais aussi en son sein, on s’est déchaîné. On a caricaturé ses propos. On les a déformés et ridiculisés. Le monde a voulu le faire taire parce que son message lui était insupportable. On a voulu le bâillonner. Benoît XVI a ranimé alors en notre temps la figure des papes de l’Antiquité, martyrs écrasés par l’Empire romain agonisant. Le monde, comme Rome autrefois, tremblait devant ce vieil homme au cœur d’enfant. Le monde était trop compromis avec le mensonge pour oser entendre la voix de sa conscience. Benoît XVI a été un martyr pour la vérité, pour le Christ. La trahison, la malhonnêteté, le sarcasme, rien ne lui aura été épargné. Il aura vécu le mystère de l’iniquité jusqu’au bout.

    Alors, nous avons vu l’homme discret révéler pleinement son âme de pasteur et de père. Comme un nouveau saint Augustin, la paternité du pasteur a déployé en lui la maturité de sa sainteté. Qui ne se souvient de cette soirée où, ayant rassemblé des prêtres du monde entier sur la place Saint-Pierre, il pleura avec eux, rit avec eux et leur ouvrit l’intimité de son cœur de prêtre ? Nombreux sont les jeunes qui lui doivent leur vocation sacerdotale ou religieuse. Benoît XVI rayonnait comme un père au milieu de ses enfants quand il était entouré de prêtres et de séminaristes. Jusqu’au bout, il a voulu les soutenir et leur parler des profondeurs de son cœur appelé à suivre le Christ dans le don de lui-même jusque dans la souffrance pour les autres. « Pour que le don n’humilie pas l’autre, je dois lui donner non seulement quelque chose de moi, mais moi-même… Le Christ, en souffrant pour nous tous, a conféré un sens nouveau à la souffrance, il l’a introduite dans une dimension nouvelle, dans un ordre nouveau : celui de l’amour. » 

    Benoît XVI a aimé les familles, les malades. Il faut, pour le comprendre, l’avoir vu visiter les enfants hospitalisés. Il faut l’avoir vu leur offrir à chacun un cadeau. Il faut avoir aperçu la discrète larme d’émotion qui faisait briller son regard plein de bonté.

    C’est à lui, il faut s’en souvenir, que nous devons la lucidité de l’Église sur la pédocriminalité. Il a su appeler le péché par son nom, rencontrer et écouter les victimes et punir les coupables sans cette complicité qui se masque parfois sous une contrefaçon de miséricorde.

    Malgré cela, ou peut-être à cause de cet amour de la vérité, il a été toujours plus méprisé. Alors, le prophète, le martyr, le père si bon, s’est fait maître de prière. Je ne puis oublier cette soirée à Madrid où devant plus d’un million de jeunes enthousiastes, il a renoncé au discours qu’il avait préparé pour les inviter à prier en silence avec lui. Il fallait voir ces jeunes du monde entier, silencieux, à genoux derrière celui qui leur montrait l’exemple. Ce soir-là, par sa prière silencieuse, il a enfanté une nouvelle génération de jeunes chrétiens : « Seule l’adoration nous rend véritablement libres ; elle seule nous donne les critères pour notre action. Dans un monde où les critères d’orientation viennent à manquer et où existe la menace que chacun fasse de soi-même sa propre mesure, il est fondamental de souligner l’adoration. »

    Son insistance sur l’importance de la liturgie trouve là sa raison profonde. Il savait que, dans la liturgie, l’Église se retrouve face à Dieu. Si, en ce lieu, elle n’est pas à sa juste place, alors elle court à sa ruine. Il répétait souvent que la crise de l’Église était fondamentalement une crise liturgique, c’est-à-dire une perte du sens de l’adoration. « Le mystère est le cœur d’où nous tirons notre force ! », aimait-il à répéter. Il a tant œuvré pour redonner aux chrétiens une liturgie qui soit selon ses propres termes « un véritable dialogue du Fils avec le Père ».

    Face à un monde sourd à la vérité, face parfois à une institution ecclésiastique qui refusait d’entendre son appel, Benoît XVI a finalement choisi le silence comme ultime prédication. En renonçant à sa charge, en se retirant dans la prière, il a rappelé à tous que « nous avons besoin d’hommes qui dirigent leur regard droit sur Dieu et apprennent en lui ce qu’est la véritable humanité. Nous avons besoin d’hommes dont l’intelligence soit éclairée par la lumière de Dieu et à qui Dieu ouvre le cœur de manière que leur intelligence puisse parler à l’intelligence des autres et que leur cœur puisse ouvrir le cœur des autres ». Sans le savoir, le pape traçait ainsi son propre portrait, ajoutant même : « c’est seulement des saints, c’est seulement de Dieu que vient la véritable révolution, le changement décisif du monde. »

    Benoît XVI aura-t-il été la dernière lueur de la civilisation chrétienne ? Le crépuscule d’une époque révolue ? Certains voudraient le croire. Il est vrai que, sans lui, nous nous sentons orphelins, privés de cette étoile qui nous guidait. Mais désormais, sa lumière est en nous. Benoît XVI, par son enseignement et son exemple, est le Père de l’Église du troisième millénaire. La lumière joyeuse et paisible de sa foi nous éclairera longtemps.

    Cardinal Robert Sarah »

     Ref. Benoît XVI : le descendant de saint Augustin

  • Le pape rappelle la valeur du mariage dans un discours aux auditeurs de la Rote

    IMPRIMER

    DISCOURS DE SA SAINTETÉ LE PAPE FRANCOIS AUX FONCTIONNAIRES DU TRIBUNAL DE LA ROTE ROMAINE* POUR L'INAUGURATION DE L'ANNÉE JUDICIAIRE

    Salle Clémentine, Vendredi 27 janvier 2023

    Chers auditeurs !

    Je remercie le doyen pour ses aimables paroles, et je vous salue cordialement, ainsi que tous ceux qui exercent des fonctions dans l'administration de la justice au Tribunal Apostolique de la Rote Romaine. Je vous réitère mon appréciation pour votre travail au service de l'Église et des fidèles, en particulier dans le domaine des affaires concernant le mariage. Vous y faites beaucoup de bien !

    Aujourd'hui, je voudrais partager avec vous quelques réflexions sur le mariage, car dans l'Église et dans le monde, il y a un fort besoin de redécouvrir le sens et la valeur de l'union conjugale entre l'homme et la femme, sur laquelle se fonde la famille. En effet, un aspect, certainement pas secondaire, de la crise qui touche de nombreuses familles est l'ignorance pratique, personnelle et collective, concernant le mariage.

    L'Église a reçu de son Seigneur la mission de proclamer la Bonne Nouvelle et elle éclaire et soutient également ce "grand mystère" qu'est l'amour conjugal et familial. L'Église dans son ensemble peut être considérée comme une grande famille et, de manière très particulière, à travers la vie de ceux qui forment une Église domestique, elle reçoit et transmet la lumière du Christ et de son Évangile dans la sphère familiale. À la suite du Christ qui est "venu" dans le monde "pour servir" (Mt 20,28), l'Église considère le service de la famille comme l'un de ses devoirs essentiels. En ce sens, l'homme et la famille constituent "le chemin de l'Eglise"" (Saint Jean Paul II, Lettre aux familles, 2 février 1994, 2).

    L'évangile de la famille rappelle le plan divin de la création de l'homme et de la femme, c'est-à-dire le "commencement", selon la parole de Jésus : "N'avez-vous pas lu que celui qui les a créés dès le commencement les a faits homme et femme, et qu'il a dit : "C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère pour s'attacher à sa femme, et les deux ne feront plus qu'un" ? Ils ne sont donc plus deux mais un seul. Ce que Dieu a donc uni, que l'homme ne le sépare pas" (Mt 19, 4-6). Et cet être une seule chair fait partie du plan divin de la rédemption. Saint Paul écrit : "C'est un grand mystère, et je veux dire en ce qui concerne le Christ et l'Église !" (Ep 5, 32). Et saint Jean-Paul II commente : Le Christ renouvelle le premier dessein que le Créateur a inscrit dans le cœur de l'homme et de la femme et, dans la célébration du sacrement de mariage, il offre un "cœur nouveau" : ainsi, les époux peuvent non seulement surmonter la "dureté du cœur" (Mt 19, 8), mais aussi et surtout partager l'amour plénier et définitif du Christ, l'Alliance nouvelle et éternelle faite chair" (Exhortation apostolique Familiaris consortio, 22 novembre 1981, 20).

    Le mariage selon la Révélation chrétienne n'est pas une cérémonie ou un événement social, non ; ce n'est ni une formalité ni un idéal abstrait : c'est une réalité avec sa propre consistance précise, et non " une forme de simple satisfaction émotionnelle qui peut être construite de n'importe quelle manière ou modifiée à volonté " (Exhortation apostolique Evangelii gaudium, 24 novembre 2013, 66).

    Nous pouvons nous demander : comment est-il possible qu'il y ait une union aussi impliquante entre un homme et une femme, une union fidèle et éternelle, de laquelle naît une nouvelle famille ? Comment cela est-il possible, compte tenu des limites et de la fragilité de l'être humain ? Nous devons nous poser ces questions et nous permettre de nous interroger sur la réalité du mariage.

    Lire la suite

  • De l'enfant roi à l'enfant dieu

    IMPRIMER

    Extrait d'une interview de Diane Drory par Francis Van de Woestyne sur le site de la Libre

    (...)

    Un grand débat divise, les psys en France mais aussi en Belgique : la parentalité exclusivement positive. De quoi s’agit-il ?

    Ce concept suppose que l’on ne doit jamais dire “non” à l’enfant. Les parents de la parentalité exclusivement positive estiment qu’il faut toujours voir comment arriver à persuader l’enfant que ce qu’on lui demande est ce qu’il a envie de faire ! Tout cela dans le plus grand calme, et à force de multiples explications et justifications. Cela peut marcher avec certains enfants. Mais tous les enfants ne sont pas comme cela. Certains ont besoin de limites, de discipline. Il est sain et normal qu’un enfant désobéisse et se rebelle face à la limite. Pour se rencontrer, il faut savoir être dans l’opposition et le conflit. Si on n’est jamais dans le conflit, on est l’un à côté de l’autre, l’enfant n’a pas l’occasion de trouver qui il est, quels sont les éléments qui le constituent. Le conflit, la confrontation sont essentiels dans l’éducation.

    Les tenants de la parentalité exclusivement positive prônent surtout la bienveillance…

    Ce mot “bienveillance” commence à me fâcher… La bienveillance, c’est très bien, en soi, bien sûr. Mais de plus en plus, au nom de la bienveillance, on assiste à un abandon de la responsabilité parentale. Au nom de la bienveillance, on demande à l’enfant de s’auto-éduquer. Au nom de la bienveillance, on ne met plus de limites à l’enfant. Un exemple : je reçois des parents et un enfant qui ne voulait pas manger. Ou alors petit pois par petit pois. Une collègue, partisane de la parentalité exclusivement positive, avait conseillé que tout le monde reste à table autour de lui jusqu’à ce qu’il ait terminé son assiette. Les repas devenaient interminables et le petit ne mangeait évidemment pas mieux. Non, il faut revenir au bon sens : quand le repas est terminé, l’assiette part.

    Quelle est la responsabilité parentale ?

    Éduquer, transmettre ! Car au nom de cette bienveillance, certains parents n’osent plus se positionner en tant qu’adulte qui prend ses responsabilités. Un enfant a le droit d’être éduqué et les parents ont l’obligation de transmettre des règles. Quand on attend d’un enfant qu’il s’humanise de lui-même, qu’a-t-il comme repère ? Uniquement son ressenti et sa pulsion. S’il n’a pas tout de suite le verre d’eau qu’il veut, il pique une colère parce qu’on ne lui a pas appris qu’il fallait attendre. Un enfant qu’on laisse s’auto-éduquer, pardon pour le mot, mais il peut tomber dans la barbarie. Alors que le rôle des parents est l’humanisation, la transmission des valeurs.

    Les partisans de la parentalité exclusivement positive affirment que, dans le monde entier, dans toutes les cultures et religions, les enfants ont été ou sont encore humiliés verbalement et physiquement que cela nuit à leur développement intellectuel, cognitif…

    Mettre des limites, est-ce humilier ? Des parents se présentent à moi et expliquent qu’ils ont une patience infinie. Mais ils n’en peuvent plus. Je leur conseille de mettre un terme à leur patience ! Il ne faut pas avoir une patience infinie sinon les parents, à bout, vont dire des choses bien pires que d’imposer des limites. Dans ma consultation, j’entends des parents “bienveillants” dire des horreurs à leur enfant qui est là, à leurs côtés. Ils disent : “Vous ne vous rendez pas compte, il me pompe l’air. Depuis qu’il est arrivé, notre vie est un enfer, etc”. Cela, c’est humiliant.

    De plus en plus de parents souffrent de burn-out parental

    Avant ce concept n’existait quasiment pas. Depuis quelques années, je vois des parents qui n’en peuvent plus parce qu’on est passé de l’enfant roi à l’enfant dieu, devant lequel il faut s’incliner. Un enfant dont il faut satisfaire, dans l’instant, le désir parce que l’enfant saurait mieux que personne ce qui est bon pour lui. Non ! C’est dramatique. L’enfant sait s’il a faim ou pas. Mais il ne sait pas s’il est mieux de manger avec les mains ou les couverts. Il faut le lui apprendre.

    Qui sont les premières victimes de la parentalité exclusivement positive ?

    Ce sont les enfants eux-mêmes ! Ils se retrouvent sans limite, sans cadre et donc dans des états d’angoisse terrible. Ils ne dorment plus, ils font des crises à répétition. L’angoisse ne permet pas au cerveau neurologique de se construire correctement. Les deuxièmes victimes, ce sont les parents que je recueille épuisés.

    Que deviennent ces “enfants dieu” lorsqu’ils arrivent dans un cadre plus contraignant, à l’école ?

    Cela dépend jusqu’où ils sont dieu… Certains sont enfin rassurés à l’école parce que là, au moins, il y a des règles. Et les parents me disent : à la maison ils sont infernaux mais à l’école tout se passe bien. Ces enfants sont encore aptes à intégrer des règles et cela les apaise. D’autres sont ingérables à la maison ET à l’école. Et les professeurs sont à leur tour victimes, ils sont à bout car ils sont confrontés à des enfants qui ne savent pas se taire, qui mettent les pieds sur les bancs, qui refusent de faire des dictées “parce qu’ils n’ont pas envie”. Ces enfants deviennent soit ultra-narcissiques, soit violents avec les autres.

    L’enfant ne naît-il pas naturellement empathique ?

    Si, bien sûr. Il naît empathique et avec l’envie de tout comprendre et de tout découvrir. Il est ouvert au monde. Mais empathique ne veut pas dire que chaque enfant naît bon, généreux et qu’il a spontanément l’envie de faire passer l’autre avant lui. Il est aussi égoïste : il pense à lui, il voit le monde à travers son filtre. Il apprend en grandissant à se mettre à la place de l’autre. Un jeune enfant est autocentré. Il croit que quand il crie, sa mère doit tout de suite venir. Le danger est de considérer que le monde est à l’image du royaume familial… Il m’arrive de recevoir des parents qui habillent leurs enfants jusqu’à six ou sept ans parce qu’ils refusent de se vêtir seuls. (...)

  • Ixelles (UP des Sources Vives) : cycle de 3 conférences en janvier-février pour les parents d'ados

    IMPRIMER

    Conférences Parents d'Ados

    Suite à la demande de paroissiens, l'Unité Pastorale des Sources Vives (Uccle & Ixelles) lance un cycle de conférences en janvier-février pour les parents d'ados ( et bien sûr ouvert à tous, grands parents d'ados, éducateurs d'ados, parents de futurs ados...)

    «Voir mon enfant grandir c’est génial, mais qu’est-ce que c’est dur l’adolescence... Mon ado ne voit plus d’intérêt à la messe, il veut être libre sur tous les sujets (sorties, sexualité, école, messes dominicales, … ) c’est difficile de le conseiller et de savoir sur quels sujets lâcher du leste et lesquels sont importants !

    Le message de l’Eglise est-il encore audible pour nos jeunes? »

    Cette détresse des parents, entendue à plusieurs reprises par chacun de nous, nous a donné la conviction qu’il était nécessaire de lancer un cycle de conférences permettant aux parents d’avoir les outils et de se former à l’accompagnement de cette période magnifique et primordiale pour l’avenir mais tellement déconcertante qu’est l’adolescence.

    Conf parents d'ados (Carré) redim vicariat du brabant wallon.png

    Nous avons invité 3 intervenants, reconnus pour leur expertise sur le sujet, pour nous partager leurs conseils et leurs outils.

    Nous vous convions à ces 3 conférences qui parleront de 3 thèmes différents mais complémentaires :

    • —> La première conférence « Mon ado bouleverse notre famille, notre couple : comment mieux se comprendre et retrouver l'équilibre ? » sera donnée par Bérengère de Charentenay, conseillère conjugale et familiale auteure de plusieurs ouvrages, sur l’équilibre familial et conjugal bouleversé par cette période : le mardi 10 janvier à 20h30 au Fanal.

    Mgr Emmanuel Gobilliard - Église catholique en France

    • —> La seconde conférence « Dans notre monde, quel message d’Eglise transmettre à nos ados sur le sujet de la sexualité ? » sera donnée par Mgr Emmanuel Gobilliard, auteur avec Thérèse Hargot du livre « Aime et ce que tu veux, fais-le », livre permettant un échange franc, incarné et sans tabous sur le message de l'Eglise autour de la sexualité : le jeudi 19 janvier à 20h30 au Fanal

    Paul-Adrien d'Hardemare - Dominicains

    • —> La troisième conférence « Parler de Jésus aux jeunes en 2023 » sera donnée par le Frère Paul Adrien d’Hardemare, dominicain. Le Frère Paul-Adrien d’Hardemare a lancé en 2019 sa chaîne YouTube suivie par 135000 abonnés. Il est désormais également présent sur d'autres réseaux tels Tiktok, Instagram et Facebook, Discord, Twitch. Il souhaite par ce biais faire découvrir la foi catholique aux jeunes, plus ou moins éloignés de la Foi : le vendredi 3 février à 20h30 au Fanal.

    Les inscriptions sont gratuites mais importantes pour notre organisation sur https://www.billetweb.fr/conferences-parents-dados"

  • Une béatification qui rassemble des époux et leurs enfants, ainsi qu'un enfant à naître

    IMPRIMER

    De François-Marie Léthel ocd, consulteur du Dicastère pour les Causes des Saints sur Vatican News :

    La reconnaissance du martyre des époux Jozef et Wiktoria Ulma et de leurs 7 enfants

    Le 17 décembre dernier, le Saint-Père a donné son accord pour la béatification de la famille Ulma, des catholiques polonais massacrés par les nazis pour avoir abrité des juifs. Le père François-Marie Léthel, consulteur du Dicastère pour les Causes des Saints, revient sur l'importance et la nouveauté de cette béatification, qui rassemble des époux et leurs enfants, ainsi qu'un enfant à naître.

    Le 17 décembre 2022, notre Pape François a approuvé le décret concernant le martyre des époux Jozef e Wiktoria Ulma et de leurs 7 enfants tués par les nazis le 24 mars 1944 à Markowa en Pologne. Six enfants avaient entre 8 et 2 ans et le septième était encore dans le sein maternel.

    C'est là un événement nouveau et d'une très grande importance pour l'Église et pour le monde entier, dans la lumière de Noël qui est aussi celle des premiers martyrs: Saint Etienne et les Saints Innocents. Le décret sur le martyre suffit pour procéder à la béatification qui aura lieu en Pologne dans les prochains mois. Il convient de présenter brièvement les caractéristiques les plus originales de cette béatification.

    Lire la suite

  • Prière à la Sainte Famille (pape François)

    IMPRIMER

    sagrada-familia.jpgLors de la messe du pèlerinage des familles, le 27 octobre 2013, le pape a récité une prière dont voici la traduction (zenit.org) :

     

    Prière à la Sainte Famille

     

    Jésus, Marie et Joseph,
    vers vous, Sainte Famille de Nazareth,
    aujourd'hui nous tournons le regard
    avec admiration et confiance;
    en vous nous contemplons
    la beauté de la communion dans l'amour véritable;
    à vous nous confions toutes nos familles,
    afin que se renouvellent en elles les merveilles de la grâce.
    Sainte Famille de Nazareth,
    école séduisante du saint Évangile:
    apprends-nous à imiter tes vertus
    avec une sage discipline spirituelle,
    donne-nous un regard limpide
    qui sache reconnaître l'oeuvre de la Providence 
    dans les réalités quotidiennes de la vie.

    Sainte Famille de Nazareth,
    gardienne fidèle du mystère du salut:
    fais renaître en nous l'estime du silence,
    rends nos familles cénacles de prière,
    et transforme-les en de petites églises domestiques,
    renouvelle le désir de la sainteté,
    soutiens la noble peine du travail, de l'éducation,
    de l'écoute, de la compréhension réciproque et du pardon.

    Sainte Famille de Nazareth,
    réveille dans notre société la conscience
    du caractère sacré et inviolable de la famille,
    bien inestimable et irremplaçable.
    Que chaque famille soit une demeure accueillante de bonté et de paix 
    pour les enfants et pour les personnes âgées
    pour qui est malade et seul,
    pour qui est pauvre et dans le besoin.
    Jésus, Marie et Joseph,
    nous vous prions avec confiance, nous nous remettons à vous avec joie.

  • La famille, cellule de base de la société (homélie pour le dimanche de la Sainte famille)

    IMPRIMER

    La famille, cellule de base de la société

    homélie de l'abbé Christophe Cossement pour la fête de la Sainte Famille (archive 2013):

    Dans l’exhortation apostolique du pape François, Evangelium gaudium, on lit que la famille est importante pour l’Église car « il s’agit de la cellule fondamentale de la société, du lieu où l’on apprend à vivre ensemble dans la différence et à appartenir aux autres et où les parents transmettent la foi aux enfants ».

    En cette fête de la Sainte Famille nous voulons fêter toutes les familles, avec une tendresse particulière pour celles qui vivent des épreuves, en les regardant comme les cellules fondamentales nécessaires à la société. Il y a une forme de famille qui a été avalisée par le parlement mais à laquelle les Églises s’opposent, c’est la famille fondée sur le mariage homosexuel. Cette opposition ne vient pas d’une attitude rigide tournée vers le passé, mais de cette constatation toute simple  : pour donner la vie à un enfant il faut d’une façon ou d’une autre toujours un homme et une femme. La stérilité de la relation homosexuelle n’est pas une maladie, elle est dans l’ordre des choses, elle est normale, et il ne faut pas nier la réalité en imaginant des stratagèmes pour imiter la famille fondée sur l’union de l’homme et de la femme. Ce qui ne veut pas dire que nous les chrétiens devons approuver le fait qu’une société rendrait difficile la vie des personnes homosexuelles. Au contraire, c’est aussi avec amitié que nous devons entourer les familles qui existent déjà, quelles que soient leurs blessures.

    La famille est le lieu où l’on apprend « à appartenir aux autres ». Ce point me semble fondamental dans la société d’aujourd’hui toujours tentée par plus d’individualisme et donc de repli sur soi. Cette appartenance mutuelle se réalise en vivant dans le don de soi aux autres. La maman, le papa se donnent pour leur enfant, et qui pourra rendre à ses parents tout ce qu’ils lui ont donné, à commencer par le précieux don de la vie — qui n’appartient à personne ? À leur tour les enfants sont invités à se donner eux-mêmes dans la famille, par toutes sortes de services rendus gratuitement. Heureuses les familles où l’on entretient cette dimension du don gratuit en résistant à la marchandisation des tâches ! C’est le seul moyen de préparer l’avenir que d’apprendre aux jeunes à vivre comme des êtres capables de se donner eux-mêmes et de le faire dans la fidélité, durablement, au-delà de ce qui peut rapporter quelque chose.

    Ce que vit la Sainte Famille dans l’évangile de ce jour (Mt 2,13) nous fait accueillir dans cette célébration la situation de tant de familles qui vivent dans des camps de réfugiés, au Sud-Soudan, en Centrafrique, au Liban et dans les pays voisins de la Syrie, à l’est du Congo, aux Philippines, et encore maintenant en Haïti ou en Inde. Et la situation de ces familles chrétiennes qui vivent dans la menace perpétuelle d’un attentat. Nous pensons aussi à toutes les familles éprouvées parce qu’un des membres est gravement malade ou disparu trop tôt, et à toutes les familles blessées parce qu’on ne sait pas s’y aimer ou parce qu’il y a de la méchanceté, de la perversité ou de l’esprit de vengeance. Tant de famille que Dieu nous invite à porter dans notre cœur, pour que par la rencontre entre ces situations et l’Esprit Saint dans notre cœur puisse naître l’ébauche d’un monde nouveau, d’un geste, d’une prière qui commence à changer le monde.

    Comment surmonter tout ce qui blesse les personnes et les familles ? Le pape propose dans sa lettre de tisser à nouveau des liens, d’intensifier la proximité avec ceux qui nous entourent et qui nous sont présentés par le Seigneur. C’est le sens des lectures que nous avons entendues  : honorer son père, glorifier sa mère (Si 3), non pas qu’ils soient irréprochables mais parce que ce qui est digne de l’homme, ce qui le fait grandir et qui peut guérir même les péchés c’est l’amour, c’est la main tendue, c’est le cœur ouvert, c’est la présence affectueuse — et ils sont rares les cas où il faut se protéger en coupant les ponts, cela doit rester l’exception des exceptions. Intensifier les liens, nous devons le faire aussi avec ceux qui sont dans notre quartier, avec ceux qui arrivent de loin et qui sont éprouvés par une vie difficile — ceux que l’on appelle les sans-papiers. C’est à une nouvelle communion de la famille humaine que nous sommes appelés.

    Que le Seigneur nous aide à construire le monde de demain, par notre vigilance au service du renouveau des familles, cellules de base de la société !

  • Pourra-t-on encore fêter la Nativité en famille après avoir déconstruit la fête de Noël et la famille ?

    IMPRIMER

    sur le site du Figaro Vox, analyse la situation en France, on n'aura aucune difficulté à adapter ces considérations au contexte belge :

    «Pourra-t-on encore fêter Noël en famille après avoir déconstruit Noël et la famille ?»

    Elizabeth Montfort a été députée européenne. Elle est présidente du pôle Famille de l'Institut Thomas More (think tank libéral conservateur).

    Le wokisme ne cesse de porter atteinte à tout ce qui fait la saveur d'une civilisation, la nôtre. Alors que les «fêtes de fin d'année» approchent, sera-t-il encore possible de passer Noël en famille, tant ces deux mots sont devenus tabous ? Non seulement les mots, mais leur sens et leur réalité.

     
    PUBLICITÉ

    Il y a tout juste un an, Helena Dalli, commissaire européen à l'égalité, avait réclamé de supprimer toutes mentions de Noël, qu'elle ne jugeait pas assez inclusives. C'est oublier que Noël parle à toutes les familles que l'on croit au ciel ou que l'on n'y croit pas. C'est aussi nier le fondement originel de notre civilisation judéo-chrétienne : nous comptons les années à partir du premier Noël que les Chrétiens célèbrent comme le jour de la naissance du Sauveur.

    Noël c'est enfin célébrer une famille, la Sainte Famille, avec un père, une mère et l'enfant. Insupportable pour les modernes censeurs, cette famille serait le symbole du patriarcat qu'il faut éradiquer par tous les moyens. Cette éradication, cette pulsion destructrice, revêt des atours bien différents mais qui convergent dans leur objectif commun : l'avènement de l'individu souverain.

    La première forme de l'éradication est la plus franche et la plus brutale : l'éradication par l'idéologie post-moderne. Celle qui méprise la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 qui rappelle que «la famille est l'élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l'État» – Déclaration qui, rappelons-le, fut adoptée à Paris le 10 décembre 1948, au Palais de Chaillot, et n'a pas été remise en cause jusqu'à ce jour par la France.

    À l'heure où le gouvernement s'apprête à présenter un projet de loi sur la réforme des retraites, il serait bon qu'il s'en prenne aux causes de cette chute démographique au lieu de se contenter d'en traiter les conséquences.

    Elizabeth Montfort

    Au fil des années, les attaques n'ont cessé de s'abattre sur la famille, pour la remplacer par des entités présentées comme plus «inclusives» : la famille monoparentale, la famille homoparentale, la famille pluri-parentale, la famille recomposée, etc. Sans nier ces réalités, la question est de savoir quelle famille est la mieux adaptée à l'accueil, au développement et à l'intérêt de l'enfant, et comment l'enfant va construire sa personnalité dans une filiation vraisemblable et compréhensible que la «PMA pour toutes» a rendue impossible.

    Lire la suite

  • Le manque de respect de Joe Biden pour le mariage

    IMPRIMER

    De Tyler Arnold sur le National Catholic Register :

    Le manque de respect de Joe Biden pour le mariage

    Un pas de plus dans le rejet complet de ce que l'Église enseigne sur la vérité et la signification du mariage par le deuxième président catholique de la nation.

    13 décembre 2022

    Le président Joe Biden, deuxième président catholique de la nation, a signé mardi la loi sur le respect du mariage, marquant ainsi une nouvelle étape dans sa descente politique vers un rejet total de ce que l'Église enseigne sur la vérité et la signification du mariage.

    La nouvelle loi fédérale, qui reconnaît le mariage homosexuel aux fins de toute loi, règle ou réglementation fédérale dans laquelle l'état matrimonial est un facteur, stipule que si deux personnes sont légalement mariées dans un État et vivent dans un autre État, le mariage continuera d'être reconnu au niveau fédéral et bénéficiera des protections juridiques fédérales, même si leur nouvel emplacement n'autorise pas les couples homosexuels à se marier. Il s'agit d'un revirement par rapport à la loi sur la défense du mariage de 1996, signée par l'ancien président Bill Clinton, qui ne reconnaissait que les mariages hétérosexuels au niveau fédéral.

    Même si les États sont déjà tenus d'offrir des certificats de mariage aux couples de même sexe en vertu du précédent établi par la Cour suprême dans l'affaire Obergefell v. Hodges, le président a signé la loi pour s'assurer que ces règles fédérales soient en place si le précédent devait changer.

    Bien que M. Biden se déclare catholique pratiquant, sa décision de redéfinir le mariage le met clairement en porte-à-faux avec les enseignements catholiques sur l'homosexualité et le mariage, ce qui lui a valu des reproches répétés de la part des chefs de l'Église américaine.

    Selon le Catéchisme de l'Église catholique, les personnes qui ont une attirance pour le même sexe sont appelées à la chasteté. Dans les numéros 2357 et 2358 du Catéchisme, il est dit aux catholiques de respecter et d'avoir de la compassion pour les personnes ayant une attirance pour le même sexe, mais que les actes homosexuels sont intrinsèquement désordonnés, contraires à la loi naturelle, et ne devraient jamais être approuvés.

    Le mariage, selon le n° 1601 du Catéchisme, est l'union d'un homme et d'une femme ordonnée au bien des époux et à la procréation et l'éducation de la progéniture.

    La Conférence des évêques catholiques des États-Unis a critiqué la "loi sur le respect du mariage" comme étant contraire au bien commun.

    "Des décennies de développements sociaux et juridiques ont séparé la sexualité, la procréation et le mariage dans la conscience publique", a écrit l'USCCB (Conférence des évêques catholiques des États-Unis) dans une déclaration du 1er décembre après l'adoption de la loi par le Sénat américain. "Une grande partie de la société a perdu de vue le but du mariage et l'assimile maintenant à la compagnie d'adultes".

    Bien qu'un amendement du Sénat à la résolution prétende protéger les institutions religieuses d'être forcées de compromettre leurs croyances, l'USCCB a averti que les protections sont terriblement insuffisantes et pourraient mettre en danger la liberté religieuse dans le contexte des décisions d'emploi, de l'éligibilité aux subventions ou aux contrats, de l'accréditation et des exemptions fiscales.

    "Ce projet de loi n'inclut pas les protections de conscience claires, complètes et affirmatives nécessaires pour les organisations religieuses et les individus qui défendent le caractère sacré du mariage traditionnel", a déclaré l'USCCB dans sa déclaration du 1er décembre. "Nous affirmons notre respect pour la dignité de tous ceux qui sont engagés dans ce débat, et reconnaissons les différentes perspectives dans notre société civile, mais l'impact de ce projet de loi ne fera que contribuer à la diminution du caractère sacré et de l'intégrité du mariage dans notre société."

    Lorsque le correspondant d'EWTN à la Maison Blanche, Owen Jensen, a demandé la semaine dernière au président de répondre à la préoccupation de l'USCCB selon laquelle la liberté religieuse pourrait être en danger, il a simplement répondu : "Je ne suis pas d'accord" et s'est éloigné.

    C'est loin d'être la première fois que Biden fait passer ses ambitions politiques avant sa foi catholique lorsqu'il s'agit de la question du mariage. Alors qu'il était vice-président de l'ancien président Barack Obama, en mai 2012, M. Biden a exprimé de manière inattendue son soutien au mariage homosexuel avant que M. Obama ne se prononce lui-même sur la question. La démarche unilatérale de Biden a poussé Obama à revenir sur sa propre déclaration de campagne en 2008, selon laquelle le mariage est une institution qui n'existe qu'entre un homme et une femme.

    Par la suite, en août 2016, Biden a célébré un mariage homosexuel dans sa résidence vice-présidentielle à Washington. "Lorsqu'un homme politique catholique de premier plan officie publiquement et volontairement une cérémonie pour solenniser la relation de deux personnes du même sexe, une confusion s'installe concernant l'enseignement catholique sur le mariage et les obligations morales correspondantes des catholiques", a commenté l'USCCB dans une déclaration publiée après l'action de Biden. "Ce que nous voyons, c'est un contre témoignage, au lieu d'un témoignage fidèle fondé sur la vérité".

    La déclaration fait également référence aux commentaires du pape François, dans son exhortation apostolique Amoris Laetitia de 2016, selon lesquels les relations homosexuelles ne peuvent être considérées comme étant "en aucune façon similaires ou même vaguement analogues au plan de Dieu pour le mariage et la famille."

    Tyler Arnold est journaliste pour le National Catholic Register. Il travaillait auparavant à The Center Square et a été publié dans divers médias, dont The Associated Press, National Review, The American Conservative et The Federalist.

  • Signez la lettre contre l'inacceptable Guide EVRAS (éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle)

    IMPRIMER

    Signer la lettre contre l'inacceptable Guide EVRAS (éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle)

    Signer ici https://forms.gle/TdHra44hUg7J8eNc

    Guide EVRAS :

    On y trouve p. 63, dès 9 ans : « Prendre conscience qu’on peut choisir librement ses partenaires

    P. 161, dès 5 ans : « Consolider sa propre identité de genre » et «Identifier et exprimer son identité de genre »

    P. 162, dès 9 ans : « Se sentir libre de questionner les normes et stéréotypes de genre pour trouver son point de confort » « Il s’agit de l’ensemble des éléments pouvant être mis en place par une personne transgenre afin de favoriser le sentiment de bien-être par rapport à sa propre identité de genre : adopter une démarche différente (ou pas), changer sa façon de s’habiller (ou pas), prendre des hormones (ou pas), recourir à des opérations chirurgicales (ou pas)... »

    P. 191, dès 9 ans : « Reconnaître que les partages de sextos et/ou de nudes peuvent être excitants et être source de plaisir, dans un cadre de confiance et de consentement avec l’autre. Se sentir libre d’envoyer des sextos et/ou des nudes dans le consentement »

    Voir l'info ci-dessous et le texte de la lettre ouverte sur le site de la Libre : https://www.lalibre.be/debats/opinions/2022/12/13/non-a-lhypersexualisation-de-nos-enfants-653B6VFIFRFFVAPCK4OOWGOLOQ/

    Le nouveau guide EVRAS contient certains conseils éducatifs tout à fait inadéquats et qui comprometteraient la santé mentale des enfants et adolescents qui y seraient confrontés au travers des professionnels EVRAS formés à cette éducation. 

    Nous vous invitons à lire une "lettre ouverte" et à la co-signer avant le mercredi 14 décembre 18h afin de la faire parvenir à la presse le plus rapidement possible. 

    Voici le lien sur lequel cliquer pour intégrer votre signature: https://forms.gle/ TdHra44hUg7J8eNc7

    Pour consulter ce guide, vous pouvez cliquer ici:  https://drive.google. com/file/d/ 1vFmKgGq0yPCLJS6VV52wbAorWMMVg 8rp/view?usp=sharing

    En France, une demande similaire lancée par des spécialiste de la santé mentale, dont Maurice Berger, a été rédigée en 2018. 

    http://petitionpublique.fr/ PeticaoVer.aspx?pi=P2017N49527

    Vous pouvez visionner, en cliquant sur les liens ci-dessous :

    - le reportage de Chantal Monet passé sur RTL ce mardi 6 décembre au JT du soir. https://www.rtl.be/info/ belgique/societe/le-prochain- guide-d-education-sexuelle- distribue-aux-jeunes-enfants- serait-dangereux-et-inadequat- selon-une-pedopsychiatre- 1419673.aspx?dt=21:15

    - l'interview live du professeur Jean-Yves Hayez le lendemain sur LN24 : https://www.ln24.be/2022-12- 07/face-face-y-t-il-un-age- pour-parler-sexualite

    A faire suivre.

    Sophie Dechêne, MRCPsych, Pédopsychiatre

    Diane Drory, Psychologue-Psychanalyste

    Serge Dupont, Docteur en Psychologie

    Nicole Einaudi, Pédopsychiatre

    Catherine Jongen, Thérapeute de couple, Sexothérapeute

    Jean-Pierre Lebrun, Psychiatre, Psychanalyste

    Beryl Koener, Pédopsychiatre  et Docteur en Neuropsychopharmacologie

    Muriel Meynckens-Fourez, Pédopsychiatre

  • Non à l’hypersexualisation de nos enfants au nom d’un soi-disant progressisme !

    IMPRIMER

    Une lettre ouverte cosignée par 2500 personnes publiée sur le site de cathobel.be :

    OPINION: « Non à l’hypersexualisation de nos enfants au nom d’un soi-disant progressisme ! »

    Très inquiets concernant le contenu du nouveau guide EVRAS, pour l’éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle, des spécialistes de l’enfance et de nombreux parents cosignent une lettre ouverte, rassemblant plus de 2500 signatures.

    Parmi les co-signataires de la lettre, des pédopsychiatres, inquiets de certaines positions défendues dans le nouveau guide EVRAS. Mais aussi sur leur temporalité. Doit-on aborder certaines questions liées à la sexualité dès l’âge de 5 ans? Leur grande inquiétude concerne notamment le principe d’autodétermination. Peut-on dire à un enfant de 8 ans qu’il a le droit de choisir son genre? S’ils ne rejettent pas l’ensemble du guide, les spécialistes émettent donc de sérieuses réserves.

    Lire aussi: Edito – Oui à l’EVRAS. Mais pas à celle-là ! et Doit-on s’inquiéter de la future éducation affective et sexuelle de nos enfants à l’école?

    « Lettre ouverte » adressée aux parents et à Madame la Ministre de l’Education de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Caroline Désir

    Protégeons nos enfants qui, dès 5 ans, se verront bientôt « éduqués » dans les balises du nouveau guide Evras.

    En tant que professionnels de la santé mentale des enfants et des adolescents, nous avons pris connaissance du «Guide pour l’EVRAS, Balises et apprentissages (1) – A destination des acteurs et actrices de l’éducation à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle en milieu scolaire. Une approche basée sur les besoins des jeunes » (2).

    Interpellés par certaines positions défendues par ce guide, nous avons proposé une rencontre, fin novembre 2022, avec Madame la Ministre de l’Education. Il n’y a pas été donné suite. Voici pourquoi nous recourons à cette « Lettre ouverte » afin de pouvoir espérer nous faire entendre, nous, les professionnels inquiets pour les enfants et adolescents qui risquent d’être soumis à cette éducation.

    Nous dédions notre lettre à tous les parents, eux qui sont les premiers éducateurs de leurs enfants, en particulier en matière d’affectivité et de sexualité.

    Un référentiel obligatoire

    Depuis le 12 juillet 2012, l’Education à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle (Evras) fait partie des missions de l’enseignement obligatoire et doit donc être intégrée au programme tout au long de la scolarité. Afin de coordonner sa mise en œuvre, la Communauté française, la Région wallonne et la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale ont conclu un protocole d’accord en juin 2013.

    Un nouveau protocole d’accord est attendu pour fin 2022 avec comme objectif de labelliser les seuls et uniques acteurs ‘Evras’ qui devront utiliser ce nouveau guide comme référentiel obligatoire. Jusqu’à ce jour, la liberté est certes encore laissée aux pouvoirs organisateurs et aux directions d’écoles d’organiser l’Evras de la manière qu’ils pensent être la plus adéquate. Mais une « Commission Education » au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles se tiendra le 13 décembre prochain pour discuter notamment de cette liberté.

    «Se sentir libre d’envoyer des sextos et/ou des nudes dans le consentement» (3) (dès 9 ans) Ce recueil de 303 pages est divisé en plusieurs thématiques, (relations interpersonnelles, identité de genre, expressions de genre et orientations sexuelles, les violences, …), déclinées à chaque fois en tranches d’âge. Il se veut « inclusif » et « non-hétéronormatif». Les auteurs refusent, en d’autres mots, le : « Principe de considérer le fait d’être hétérosexuel comme étant la norme, allant de soi, comme la référence par défaut et de marginaliser tout ce qui en sort (4)». Il comprend des pistes pédagogiques pour aborder ces questions avec les élèves.

    Dans la thématique : « Identité de genre, expressions de genre et orientations sexuelles», dès 5 ans :
    « Prendre conscience que son identité de genre peut être identique ou différente, se rapprocher, s’éloigner, correspondre, ne pas correspondre, différer, osciller, … de celle assignée à la naissance (5)».

    Toujours dès 5 ans : « Consolider sa propre identité de genre » et « Identifier et exprimer son identité de genre (6) ».

    Dès 9 ans, il est proposé de : « Se sentir libre de questionner les normes et stéréotypes de genre pour trouver son point de confort ». « Il s’agit de l’ensemble des éléments pouvant être mis en place par une personne transgenre afin de favoriser le sentiment de bien-être par rapport à sa propre identité de genre : adopter une démarche différente (ou pas), changer sa façon de s’habiller (ou pas), prendre des hormones (ou pas), recourir à des opérations chirurgicales (ou pas)… ». Dès 9 ans : « Se questionner sur son identité de genre (7)».

    N’encombrons pas le psychisme de l’enfant avec un référentiel sexuel adulte

    Nous ne rejetons certainement pas l’ensemble du guide. Il accompagne les élèves dans des questions importantes et promeut la lutte contre les discriminations et les violences sexuelles, notamment via les réseaux sociaux, des combats que nous soutenons dans notre pratique. Cependant, de nombreux choix et positions nous inquiètent dans la mesure où ils risqueraient d’amener des préoccupations troublantes voire traumatiques chez les enfants.

    L’autodétermination de l’enfant s’avère être une des clés de voûte soutenant la rédaction de ce guide. Littéralement, cela signifierait que, ipso facto, l’enfant saurait, mieux que personne, ce qui est bon pour lui. Son propre ressenti serait son seul guide. N’oublions pas qu’un enfant a, surtout, le droit d’être éduqué. Il a bel et bien le droit à de la transmission, tout comme il a le droit au respect des étapes de son développement.

    Force est de constater qu’entre autres choses, ce module éducatif supprime la période dite de latence : à savoir cette période bien connue du développement de l’enfant, essentiellement axée sur la construction de sa socialisation et d’une compréhension plus large du monde. Travail psychique rendu possible lorsque l’enfant n’est précisément pas stimulé sexuellement, sachant qu’entre 6 et 11 ans, en moyenne, ses questionnements sur la sexualité sont alors partiellement refoulés.

    Ce refoulement a une fonction capitale malheureusement de plus en plus souvent réduite à cause de l’hypersexualisation (8), tous azimuts, de notre société. Il est donc plus que jamais indispensable de respecter les étapes du développement psychique d’un enfant.

    Notre société, notamment via les réseaux sociaux, impose un questionnement sur le quoi et le comment de la sexualité des enfants et des adolescents. Il serait donc utile que ce guide, au lieu d’imposer une compréhension «technique » des différents aspects de la sexualité, soutienne et protège les enfants contre une confrontation à des thématiques pour lesquelles ils ne sont pas prêts.

    Car les jeunes sont aujourd’hui victimes d’une espèce d’acharnement tant la société impose ses questions, ses affirmations et insiste lourdement sur le devoir d’absolument tout expérimenter. Ces diktats sont des intrusions psychiques, source de souffrances inutiles.

    Nous entendons dans les écoles secondaires, mais aussi dans nos cabinets, l’insistance avec laquelle les jeunes exercent ouvertement des pressions entre eux pour aller toujours plus loin dans l’exploration de la sexualité considérée comme un divertissement au même titre qu’un jeu ou un sport.

    En conclusion, souvenons-nous que l’enfant n’est pas un adulte en miniature. Il convient donc de toujours bien faire la distinction entre l’enfant qui est sexué, l’émergence de la sexualité juvénile, et enfin la sexualité adulte. Cette distinction peine à se faire sentir tout au long du guide. Que les enfants apprennent la sexualité selon un rythme adéquat, voilà qui est souhaitable, mais ils n’ont pas à y être exposés de force.

    Une vision idéologique : Parents, réveillez-vous !

    Qu’en est-il in fine de l’autorisation que vous accordez, vous parents, à ce que ces thématiques si délicates soient abordées avec vos enfants de façon aussi technique où si peu de place est faite aux sentiments, aux émotions ou tout simplement à l’amour ? Le guide ne propose pas quelques balises, comme il le prétend ; il défend une vision idéologique de l’éducation sexuelle et affective, où chaque enfant jongle avec son genre et sa sexualité, selon son bon désir, pour peu qu’il y ait consentement mutuel entre partenaires (à partir de 9 ans…). Aucune place n’est laissée aux autres sensibilités sur ces sujets, aux valeurs familiales et culturelles et à leur transmission.

    Ce que nous réclamons d’urgence

    Rien moins qu’un moratoire sur l’imposition de ce tout nouveau guide Evras, le tout dans un esprit constructif et afin de le retravailler, cette fois-ci tous ensemble, et de manière réellement démocratique, en veillant notamment à inclure les parents ou autres gardiens, et pas seulement les enfants et les associations censées les représenter.

    Premiers signataires :
    Sophie Dechêne, MRCPsych, Pédopsychiatre
    Diane Drory, Psychologue-Psychanalyste
    Serge Dupont, Docteur en Psychologie
    Nicole Einaudi, Pédopsychiatre
    Catherine Jongen, Thérapeute de couple, Sexothérapeute
    Beryl Koener, Pédopsychiatre, Docteur en Neuropsychopharmacologie
    Jean-Pierre Lebrun, Psychiatre, Psychanalyste
    Muriel Meynckens-Fourez, Pédopsychiatre

    Consulter la liste complète des signataires

    Les co-signataires invitent à rejoindre leur appel en signant la lettre via le lien suivant :

    https://forms.gle/TdHra44hUg7J8eNc7

    *******

    Références
    1.https://drive.google.com/u/0/uc?id=1vFmKgGq0yPCLJS6VV52wbAorWMMVg8rp&export=download

    1. L’éditeur responsable est l’ASBL O’Yes, ‘Safe, Sex and Fun’, producteur de la chaîne « Moules frites » et la Fédération Laïque de Centres de Planning familial. La « Déclaration des droits sexuels » de l’IPPF (Fédération Internationale des Plannings Familiaux) (2008) et la publication des « Standards européens d’éducation à la sexualité » (2010) sous l’égide de l’OMS élaborés par divers lobbies, sont à l’origine du déploiement par nos décideurs politiques wallons d’une nouvelle forme d’ «éducation à la sexualité » destinée aux mineurs à partir de la maternelle.
    2. P.191
    3. P.25
    4. P.160
    5. P.161
    6. P.163
    7. « On sait bien qu’on pourrait bloquer l’accès à beaucoup de sites pornographiques en exigeant un paiement par carte… mais personne ne se décide à le faire » M. Berger, Les Dangers de l’éducation à la sexualité pour les enfants et les adolescents p.17. Au lieu de cette mesure, les Standards européens ont comme but « de leur apprendre à composer avec le sexe dans les médias »…
  • Les groupes pro-vie et pro-famille bloqués lors d'une prochaine conférence de l'ONU ?

    IMPRIMER

    D'Austin Ruse sur le Friday Fax (C-Fam) :

    Un comité de l'ONU s'apprête à bloquer les pro-vie

    1er décembre 2022

    Le Comité des ONG de la Commission de la condition de la femme de l'ONU a publié des directives de participation qui auront pour effet de bloquer les groupes pro-vie et pro-famille lors d'une prochaine conférence de l'ONU. Les dirigeants des groupes pro-vie et pro-famille pensent que ces directives ont été créées précisément pour les empêcher de participer à la prochaine Commission sur le statut de la femme.

    Appelées "Directives et principes de sécurité virtuelle", le Comité des ONG affirme qu'elles visent à garantir que "chacun vive une expérience enrichissante lors du Forum virtuel des ONG sur la CSW". Leur objectif est de "rendre cette plateforme aussi inclusive et productive que possible..."

    Certaines directives ne prêtent pas à controverse, telles que "construire une culture d'excellence, de compassion, d'intégrité et d'honnêteté." De plus, "permettez à tout le monde de participer. Ne dominez pas la conversation et respectez les limites de temps" et "faites preuve d'empathie envers les autres participants".

    Mais il y a aussi l'obligation de reconnaître "l'existence du sexisme, du racisme, du classisme, de l'hétérosexisme, de la transphobie, de la domination globale du Nord et d'autres formes institutionnelles d'oppression." Certains de ces éléments sont en grande partie les mots et les phrases idéologiquement chargés de la gauche sexuelle.

    Les participants ne peuvent pas non plus utiliser "un langage offensant lié au genre, à l'identité et à l'expression de genre, à l'orientation sexuelle, au handicap, à la maladie mentale, à l'apparence physique, à l'affiliation politique, à l'âge, à la race, à l'origine nationale et/ou ethnique, au statut d'immigration, à la langue, à la religion ou à l'indigénéité".

    Les participants sont tenus "d'utiliser un langage accueillant et inclusif". Vraisemblablement, cela signifie utiliser les "pronoms préférés" de quelqu'un, une exigence qui contraindrait le discours et violerait donc la liberté religieuse des croyants chrétiens orthodoxes.

    Et puis il y a l'interdiction de "l'intimidation délibérée", une admonition qui semble ne fonctionner que dans un sens. L'année dernière, lors d'un événement préparatoire à la CSW parrainé par ONU Femmes, les gouvernements du Danemark et du Costa Rica et l'ONG CSW, le vice-président exécutif de C-Fam a été attaqué par un groupe mondial de défense de l'avortement. Un représentant de l'Association pour les droits de la femme dans le développement (AWID) a demandé l'expulsion de tous les "infiltrés anti-droits" des Nations unies.

    Bien que les directives semblent ne concerner qu'une plate-forme virtuelle pour la prochaine Commission de la condition de la femme, l'une des plus grandes et des plus importantes réunions de commission au siège de l'ONU, lorsque C-Fam a demandé à accueillir un événement parallèle à la prochaine conférence, ces directives étaient jointes.

    Le Comité des ONG de la CSW est une créature d'ONU Femmes, qui est une bureaucratie massive avec un conseil d'administration composé d'États membres de l'ONU. Il semble donc que les directives émanent des gouvernements. Le problème est que beaucoup, sinon la plupart, des États membres de l'ONU n'accepteraient jamais certaines de ces directives et ne seraient donc pas admis dans la partie ONG de la Commission.

    La Commission de la condition de la femme est une réunion annuelle des États membres des Nations unies qui, dans les années pré-covid, rassemblait des milliers de participants non gouvernementaux. Les 5 000 participants sont généralement issus de groupes féministes radicaux, mais des groupes pro-vie ont également participé. Outre la négociation entre les États membres, il y a des dizaines de panels produits par des groupes non gouvernementaux. Au fil des ans, les groupes pro-vie ont été autorisés à organiser des panels, mais cela est devenu de plus en plus difficile à mesure que les féministes idéologiques répriment les opinions dissidentes.

    Aujourd'hui, il semble qu'elles présentent la dissidence comme un danger pour les autres participants et qu'elles cherchent à supprimer complètement les voix pro-vie et pro-famille.

    Les ONG pro-vie et pro-famille réfléchissent à leur plan d'action, qui devrait inclure au moins une plainte formelle auprès d'ONU Femmes. Les pro-vie n'ont pas l'espoir que l'ONU Femmes s'en préoccupe. Après que Lisa Correnti de C-Fam ait été harcelée l'année dernière, ONU Femmes n'a même pas reconnu la plainte.

    Les pro-vie espèrent que les États membres de l'ONU interviendront.