Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Structures ecclésiastiques

  • Monseigneur Vigano, l’ancien Nonce apostolique aux USA, est-il devenu Sédévacantiste ? Débat avec Arnaud Dumouch

    IMPRIMER
    A PROPOS DE L'EXCOMMUNICATION DE Mgr VIGANO
     

    Mai 2022 : Adrien Abauzit est sédévacantiste (rejet de Vatican II et des papes qui ont suivi). Il montre que « L’abbé Vigano » (car il croit son ordination épiscopale non valide) est devenu explicitement Sédévacantiste (Les Sédévacantistes sont des catholiques radicaux, pensant que le Siège Apostolique est vide depuis la mort de Pie XII). Ses messages le démontrent : Il parle de « secte conciliaire », il montre son mépris pour le faux pape « Bergoglio ».

    Arnaud Dumouch admet que Mgr Vigano est devenu Sédévacantiste. Mais il pense que sa dérive est probablement accompagnée d’un syndrome paranoïaque comme le démontre le fait qu’il vit caché et qu’il dénonce un vaste complot génocidaire dans le vaccin anti-covid.

  • Une désaffection croissante et inquiétante à l'égard de ce pontificat

    IMPRIMER

    D'InfoVaticana :

    La désaffection croissante et inquiétante à l'égard de ce pontificat

    26 juin 2024

    Il est indéniable qu'au cours des dernières années du pontificat du pape François, la polarisation, la tension, le manque d'unité et la désaffection à l'égard de la papauté n'ont fait que croître.

    Des cardinaux, des évêques et des prêtres ont été révoqués pendant toutes ces années par Rome. Tous avaient un dénominateur commun : la bonne doctrine, la défense du Magistère et la critique de certaines actions du pape et de ceux qui gouvernent les destinées de l'Église en ces temps de chaos et de confusion.

    Nombreux sont ceux qui constatent avec impuissance et désespoir que ceux qui paient le prix sont toujours les mêmes, alors que ceux qui prônent la rupture avec le Magistère, la Tradition et la doctrine non seulement ne souffrent de rien, mais dans de nombreux cas sont promus et protégés.

    Quelqu'un au Vatican devrait se demander pourquoi, ces dernières années, tant de voix critiques se sont élevées parmi les membres de l'Église. Il est triste de voir combien de prêtres qui ont donné leur vie à Dieu risquent leur tête pour avoir dénoncé publiquement certaines des folies de ce pontificat et de ses plus proches collaborateurs.

    De Viganó aux anciennes moniales de Belorado

    Cela fait de nombreuses années que la désunion actuelle au sein de l'Église n'a pas été aussi évidente. Ces dernières années, certains évêques (Strickland) ont été purgés sous prétexte de manque d'unité et de communion. Beaucoup d'entre eux ont élevé la voix publiquement pour mettre en garde contre certaines choses qui n'allaient pas.

    Il est certain que, suivant une stratégie malavisée, Mgr Viganó s'en est pris publiquement au pape François et à ses collaborateurs tels que le cardinal Víctor Manuel Fernández. Cette semaine, nous avons également vu comment l'archevêque de Burgos, Mario Iceta, n'a eu d'autre choix que de décréter l'excommunication de 10 religieuses Clarisses qui se sont jetées dans les bras d'un imposteur fondateur de la pseudo-secte "Pieuse Union de Saint Paul".

    Tant l'archevêque Viganó que les anciennes religieuses de Belorado ont en commun que leur rébellion et leur désaffection pour le pape François ont pour origine les décisions ultimes de la Curie vaticane telles que le Synode, Fiducia supplicans ou l'impunité dont jouissent véritablement les hérétiques (bien que dans le cas de Viganó, le différend remonte à plus loin). Comme on l'a toujours dit dans l'Église, "hors de l'Église, point de salut", et l'erreur de Viganó et des anciennes Clarisses est donc évidente lorsqu'ils décident, avec leurs critiques, de se détourner de l'Église, qui est Une, Sainte, Catholique et Apostolique. Les erreurs de ce pontificat ne peuvent pas conduire à une attitude qui nous place en dehors de l'Église catholique, parce que François (comme nous tous) est temporaire, mais l'Église est éternelle.

    Prêtres radiés

    Il est également douloureux de voir comment, ces derniers mois, certains prêtres ont été purgés pour s'être publiquement exprimés contre le pape François. Une fois de plus, nous sommes confrontés à des stratégies malavisées dont les effets sont bien pires que le bien qu'ils cherchent à obtenir en s'exposant d'une manière telle qu'ils encourent la peine d'être expulsés de l'appel divin qu'ils ont reçu. S'ils sont de bons prêtres, ils rendent un mauvais service à leurs paroissiens en les laissant sans berger.

    C'est ce qui est arrivé en février dernier à Francisco José Vegara, un prêtre d'Alicante, qui a publié un manifeste dans lequel il accusait le pape François d'être un hérétique. Ce prêtre a publié un manifeste de 20 pages dans divers forums "pour défendre la doctrine catholique". Ce prêtre du diocèse d'Orihuela-Alicante a affirmé qu'"en matière de doctrine et de foi, il n'y a pas de place pour les égards humains, mais tout silence est coupable".

    Cette provocation publique lui a coûté son poste de curé et le diocèse a ouvert une procédure disciplinaire à son encontre, qui pourrait se terminer dans le pire des cas par une excommunication latae sententiae. Il s'ajoute à la liste des anciennes religieuses de Belorado, que l'archevêque Viganó rejoindra très probablement.

    Dans ces pages, nous avons également parlé ouvertement de la situation du prêtre Jesusmary Missigbètò, qui a été expulsé cette année même de l'Opus Dei et qui est maintenant confronté à un processus qui pourrait conduire à son expulsion de l'état clérical. Ce prêtre ivoirien, comme son collègue d'Alicante, a rendu publiques plusieurs lettres dans lesquelles il dénonçait certaines erreurs du pape François. Cela lui a coûté l'expulsion de la prélature et le Dicastère du Clergé est sur le point de confirmer sa réduction à l'état laïc.

    Une fois de plus, nous assistons à un schéma commun : des évêques, des prêtres et des religieuses qui expriment publiquement leur opposition au pape François. Les critiques, les sensibilités différentes et les tensions ont toujours existé au sein de l'Église. Ce qui devient très inquiétant, c'est l'opposition croissante au pape François dans le milieu clérical, quelles que soient les conséquences pour les plaignants.

    Il faudrait que quelqu'un à Rome s'arrête un instant et réfléchisse aux raisons de tant de désaffection à l'égard de ce pontificat. Il ne sert à rien de fermer les yeux et de faire la sourde oreille comme si de rien n'était. De plus, tout ceci intervient à un moment où l'on murmure que Rome envisage de mettre un terme définitif à la Messe traditionnelle, ce qui entraînera plus de désunion, plus de schismes et plus de critiques publiques de la part de membres de l'Eglise qui se sentiront attaqués par le Vicaire du Christ sur Terre.

    Tant de voix dissonantes pointant dans la même direction devraient donner à Rome matière à réflexion. Peut-être pourrait-elle profiter du Synode, au lieu de réfléchir à la manière de changer la doctrine, pour étudier les mesures que l'Église doit prendre sous la direction de François pour mettre fin à la désaffection et à la désunion. Il est urgent que le Vatican cesse de donner des arguments aux personnes de bonne foi pour qu'elles n'envisagent même pas de devoir quitter l'Église catholique.

    Lire également : De Viganò à Gaenswein, le Pape fait face à un bras de fer (à haut risque) pour l'avenir de l'Église

  • Belgique : quand l’Église doit indemniser une femme à qui on a refusé la formation de diacre

    IMPRIMER

    De Luc Coppen sur The Pillar :

    L’Église doit indemniser une femme à qui on a refusé la formation de diacre

    Un tribunal a ordonné mardi à deux responsables de l'Église belge de verser une indemnisation après qu'une femme n'ait pas été autorisée à s'inscrire à un programme de formation diaconale. 

    Le tribunal a ordonné au cardinal à la retraite Jozef De Kesel et à l'archevêque Luc Terlinden, son successeur comme archevêque de Malines-Bruxelles, de verser 1.500 euros (environ 1.600 dollars) chacun à Veer Dusauchoit.

    Veer Dusauchoit, une femme de 62 ans vivant à Herent, dans la province belge du Brabant flamand, sert depuis des années dans sa paroisse locale, qui n'a plus de prêtre en raison d'un déclin du clergé diocésain .

    Elle fait partie d'une équipe de laïcs qui organise des célébrations de la parole et de la communion, des funérailles et d'autres activités paroissiales – une situation courante dans l'Église catholique en Belgique. 

    En juin 2023 – lorsque l’archidiocèse de Malines-Bruxelles était dirigé par le cardinal De Kesel – Dusauchoit a postulé au programme de formation diaconale de quatre ans de l’archidiocèse, mais sa candidature a été rejetée.

    L'Église catholique enseigne que le sacrement de l'ordre est réservé aux hommes. Les trois degrés des ordres sacrés sont les diacres, les prêtres et les évêques.

    Veer Dusauchoit a postulé à nouveau sans succès en octobre 2023, après l'installation de Terlinden comme archevêque. 

    Dans une chronique d’avril pour le site d’information DeWereldMorgen.be, Veer Dusauchoit se décrit comme « une femme religieuse, socialement engagée, féministe et d’inspiration écologique ».

    « Les femmes dans l’Église ne sont toujours pas pleinement appréciées et n’ont pas la chance de prendre la place qui leur revient », écrit-elle.

    « De cette frustration, de la conviction que la formation de diacre pouvait aider l’Église à grandir, et en même temps de la détermination de ne pas rompre avec l’Église, j’ai décidé de m’inscrire au programme de formation de diacre. »

    Mais, a-t-elle ajouté, même si « l’archevêque De Kesel et Terlinden se déclarent publiquement favorables à l’admission des femmes à la formation des diacres et au ministère des diacres… dans leur réponse à ma question, nous ne trouvons rien de cette attitude volontaire ». 

    Veer Dusauchoit a déclaré que dans les années 1970, les épouses des candidats diacres étaient tenues de suivre une formation de diacre avec leur mari, même lorsqu'elles ne cherchaient pas réellement à l'ordination diaconale. 

    "Le fait qu'ils ne puissent pas être ordonnés diacres n'était en aucun cas un obstacle à suivre cette formation", a-t-elle déclaré.

    Elle a ajouté : « La décision des archevêques De Kesel et Terlinden de me refuser le droit de recevoir une formation de diacre au seul motif que je suis une femme, à mon avis, viole le principe de l’égalité des sexes, est illégale et également juridiquement erronée. »

    Veer Dusauchoit a porté son affaire devant un tribunal civil, arguant que les archevêques étaient coupables de discrimination, l'égalité entre hommes et femmes étant inscrite à l'article 10 de la constitution belge . 

    Selon les journaux belges, les archevêques n'ont pas contesté l'affirmation selon laquelle Dusauchoit s'était vu refuser une place au cours parce qu'elle était une femme.

    Un porte-parole du tribunal de Malines, une ville de la région flamande de Belgique, a déclaré : 

    "Le tribunal estime que les archevêques ont commis une erreur lors de l'évaluation de la demande." 

    "Il s'agit uniquement de l'admission à une formation, pas de la question de la nomination effective comme diacre."

    Le porte-parole a ajouté que le tribunal n'avait pas le pouvoir de décider si un candidat individuel devait être admis à un programme de formation au diaconat.

    « Le tribunal n’a aucune compétence en la matière », a-t-il déclaré. « Cela serait contraire à la liberté religieuse. Les archevêques doivent pouvoir décider eux-mêmes quels sont les candidats aptes à suivre une formation. »

    Commentant le jugement, les avocats de Veer Dusauchoit ont déclaré : « Pour la première fois dans l'histoire, des évêques belges sont condamnés par un tribunal pour discrimination fondée sur le sexe. Le tribunal accorde des dommages et intérêts à Mme Dusauchoit pour cela.

    "Le tribunal estime qu'il ne peut pas contraindre les évêques à admettre Mme Dusauchoit à une formation, car cela porte atteinte à l'autonomie de l'Église." 

    Faisant référence à la session du synode sur la synodalité d'octobre dernier, les avocats ont ajouté : « Madame. Dusauchoit est heureux que le tribunal ait conclu qu'il y avait eu discrimination. Elle espère que cette décision contribuera à garantir que les femmes seront autorisées à suivre la formation de diacre à l’avenir. Cette question est à l’ordre du jour du Synode des évêques cet automne.

    Un porte-parole de l'archidiocèse de Malines-Bruxelles a déclaré au site catholique allemand katholisch.de : « Nous avons reçu le verdict hier après-midi, nous l'étudions actuellement et nous déciderons ensuite de la suite à donner. »

    Il y a eu de profondes tensions entre l'Église et l'État en Belgique ces dernières années à la suite de l'éclatement de la crise des abus religieux. 

    En 2010, le Vatican a protesté après que la police belge ait perquisitionné les propriétés de l'Église et interrompu une réunion des évêques alors qu'ils recherchaient des preuves dans des affaires d'abus.

    L'Église en Belgique conteste actuellement une ordonnance des autorités de protection des données visant à effacer une inscription dans un registre de baptême, suite à une demande de « débaptisation ».

    L'Église catholique de Belgique a appelé à l'ouverture du diaconat aux femmes dans son rapport d'information en prévision de la réunion synodale d'octobre. 

    Il disait : « Le Concile Vatican II a rétabli le diaconat permanent pour les hommes. Toutes les conférences épiscopales n'ont pas fait usage de cette possibilité.» 

    "Par analogie, nous demandons, sur la base de nos consultations en tant qu'Église belge, que le diaconat permanent pour les femmes soit également rétabli." 

    « Selon notre analyse, conférer des responsabilités pastorales majeures aux femmes et l’ordination diaconale ne devraient pas être universellement obligatoires ou interdites. » 

    D’autres pays ont également enregistré un fort soutien de la part des catholiques locaux à l’égard des femmes diacres dans leurs rapports de retour d’information.

    En Allemagne, pays limitrophe de la Belgique, une organisation indépendante appelée Réseau pour le diaconat féminin organise depuis 1999 des formations de trois ans pour les femmes, destinées à se rapprocher de la formation diaconale.

    Mgr Ludger Schepers, évêque auxiliaire du diocèse d'Essen, a célébré la messe de clôture d'un cours en avril.

    Selon un communiqué de presse , Schepers a déclaré dans son homélie que les femmes se sentaient à juste titre discriminées et marginalisées dans l'Église en raison de leur vocation. 

    "Cela le met en colère que ce déséquilibre ne soit pas considéré comme un grief auquel il faut remédier", indique le communiqué.

    « Même s’il n’est pas encore en mesure d’ordonner les femmes, lui et les animateurs du cours ont béni chaque femme lorsqu’elles ont reçu leurs certificats. »

    Le président de la conférence épiscopale allemande, Mgr Georg Bätzing, a envoyé un message félicitant les 13 femmes pour avoir terminé le cours.

    « Vous êtes une bénédiction pour notre Église », a-t-il écrit.

    Le pape François doit se rendre en Belgique, pays avec lequel il entretient des liens de longue date , du 26 au 29 septembre. 

    On a demandé au pape lors d'une interview à CBS en mai s'il était ouvert à la possibilité que des femmes soient diacres.

    "S'il s'agit de diacres des ordres sacrés, non", dit- il . "Mais les femmes ont toujours eu, je dirais, la fonction de diaconesses sans être diacres, n'est-ce pas ?"

    « Les femmes rendent de grands services en tant que femmes, non pas en tant que ministres, mais en tant que ministres à cet égard, au sein des ordres sacrés. »

     
  • Mgr De Kesel et Mgr Terlinden reconnus coupables de discrimination

    IMPRIMER

    De la Libre Belgique de ce 26 juin (p. 9)

    L’Église jugée coupable de discrimination

    C’est un jugement inattendu dans les rangs de l’Église. Le tribunal civil de Malines a reconnu mardi l’ancien archevêque de Malines-Bruxelles Mgr Jozef De Kesel et l’actuel titulaire du siège, Mgr Luc Terlinden, coupables de discrimination pour avoir refusé, à deux reprises, la possibilité de suivre la formation de diacre à une fidèle au motif qu’elle est une femme. … Le tribunal estime que les deux prélats se sont rendus coupables de discrimination car l’égalité entre les femmes et les hommes est l’un des principes fondamentaux de l’État de droit. “Le tribunal estime que les archevêques ont commis une faute dans l’appréciation de la candidature” , explique Luc De Cleir, attaché de presse du tribunal de Malines. “Il s’agit uniquement de l’admission à une formation, pas de la question de l’ordination effective comme diacre.” L’ancien archevêque et son successeur doivent donc verser à la plaignante 1 500 euros de dédommagement. Soulignons cependant que le tribunal ne peut pas annuler le refus de l’archevêque ni décider à sa place qui sera admis à la formation de diacre. “Le tribunal n’a aucune compétence en la matière” , souligne Luc De Cleir. “Cela serait contraire à la liberté religieuse. Les archevêques doivent pouvoir décider eux-mêmes qui est apte pour la formation.”

  • Viganò et Lefebvristes, l'illusion d'une Tradition sans Eglise

    IMPRIMER

    De Luisella Scrosati sur la NBQ :

    Viganò et Lefebvristes, l'illusion d'une Tradition sans Eglise

    Procès canonique pour l'ancien nonce, tandis que la Fraternité fondée par Mgr Lefebvre annonce la consécration illicite de nouveaux évêques. Mais aller au-delà de la critique légitime des autorités ecclésiastiques conduit au schisme. Et ce n'est pas la solution.

    22_06_2024

    Deux coups de tonnerre ont marqué le ciel traditionaliste les 19 et 20 juin. Le premier concerne la convocation par le Dicastère pour la doctrine de la foi de Mgr Carlo Maria Viganò, ancien nonce apostolique aux États-Unis, archevêque titulaire du siège supprimé d'Ulpiana.

    Dans une lettre datée du 11 juin dernier, signée par le secrétaire de la section disciplinaire, Mgr John J. Kennedy, le Dicastère a notifié à l'intéressé l'ouverture d'un procès pénal extrajudiciaire contre lui pour le délit de schisme et l'a invité à se présenter le 20 juin dans le même bâtiment du Dicastère, "afin qu'il puisse prendre connaissance des accusations et des preuves". Dans la même lettre, le Dicastère a énuméré l'absence de certains "éléments nécessaires pour maintenir la communion avec l'Église catholique : la négation de la légitimité du pape François, la rupture de la communion avec lui et le rejet du Concile Vatican II". Le Dicastère a également assuré le droit nécessaire d'être défendu ou représenté par un avocat ou un procureur.

    Hormis le générique "rupture de communion", qui signifie tout et rien, les deux autres accusations sont malheureusement vraies. Et Monseigneur Viganò les a confirmées dans sa réponse publiée sur le blog édité par Aldo Maria Valli, qui recueille entre-temps des lettres de solidarité avec l'archevêque et d'approbation de sa position. Ces signes extérieurs sont sans aucun doute sincères, mais dans leur ton et leur contenu, ils soulignent malheureusement à quel point nous sommes désormais allés au-delà d'une opposition légitime aux erreurs qui sévissent partout, même à l'intérieur du Dicastère. Et ce dépassement, dans la tradition de l'Église, c'est le schisme.

    Dans cette réponse, datée du 20 juin, donc le jour même où l'archevêque devait se présenter à Rome pour sa défense, Mgr Viganò considère les accusations portées contre lui comme "un motif d'honneur" : "Je crois que la formulation même des accusations confirme les thèses que j'ai soutenues maintes et maintes fois dans mes discours. Ce n'est pas un hasard si l'accusation portée contre moi concerne la remise en cause de la légitimité de Jorge Mario Bergoglio et le rejet de Vatican II : le Concile représente le cancer idéologique, théologique, moral et liturgique dont l'"église synodale" bergoglienne est une métastase nécessaire".

    La réaction de Viganò est un copier-coller de celle de l'archevêque Marcel Lefebvre, qu'il évoque explicitement : "Il y a cinquante ans, dans ce même Palais du Saint-Office, l'archevêque Marcel Lefebvre a été convoqué et accusé de schisme pour avoir rejeté Vatican II. Sa défense est la mienne, ses paroles sont les miennes, ses arguments sont les miens, devant lesquels les Autorités romaines ne pouvaient le condamner pour hérésie, devant attendre qu'il consacre des évêques pour avoir le prétexte de le déclarer schismatique et de révoquer son excommunication alors qu'il était déjà mort". Une position qui conduirait inévitablement à l'excommunication.

    Et la Fraternité Saint-Pie X, fondée par Mgr Lefebvre lui-même, fait également parler d'elle, après que le supérieur du district de France, l'abbé Benoît de Jorna, a commencé à mettre en garde contre de nouvelles consécrations épiscopales. Dans sa Lettre aux Amis et Bienfaiteurs, publiée le 19 juin, l'abbé de Jorna écrit en effet : "Le 30 juin 1988, Mgr Lefebvre a opéré une 'opération-over' sur la Tradition catholique en consacrant quatre évêques auxiliaires. Ces évêques, assez jeunes à l'époque, le sont évidemment moins trente-six ans plus tard. La situation de l'Eglise ne s'étant pas améliorée depuis 1988, il est devenu nécessaire d'envisager de leur donner des assistants, qui deviendront un jour leurs remplaçants. Lorsque le Supérieur général annoncera cette décision, on peut s'attendre à une explosion médiatique contre les " fondamentalistes ", les " rebelles ", les " schismatiques ", les " désobéissants ", etc. Nous devrons alors faire face à des contradictions, des insultes, du mépris, du rejet, peut-être même des ruptures avec nos proches".

    Lire la suite

  • Mgr Viganò, accusé de schisme, qualifie Vatican II et le Pape François de "cancer"

    IMPRIMER

    Du Pillar :

    Mgr Viganò, accusé de schisme, qualifie Vatican II et le Pape François de "cancer"

    20 juin 2024

    L'archevêque Carlo Maria Viganò, ancien nonce du pape aux États-Unis, a été accusé par le Dicastère pour la doctrine de la foi du crime canonique de schisme. 

    L'ancien diplomate du Vatican a publié jeudi matin des images de sa citation dans le cadre d'un processus extrajudiciaire, autorisé par le congrès des membres du Dicastère pour la doctrine de la foi le 10 mai. 

    Selon la citation, datée du 11 juin, les membres dirigeants du DDF ont voté en faveur d'une procédure extrajudiciaire abrégée, par opposition à un procès canonique complet, et ont ordonné à l'ancien ambassadeur du Vatican de faire appel au dicastère à Rome pour répondre aux accusations le 20 juin, soit en personne, soit par l'intermédiaire d'une représentation juridique formelle.

    L'accusation de schisme est définie par le droit canonique comme le "refus de la soumission au Souverain Pontife ou de la communion avec les membres de l'Église qui lui sont soumis".

    Selon le décret de citation envoyé à Vigano, l'archevêque est accusé d'avoir fait "des déclarations publiques entraînant un refus des éléments nécessaires au maintien de la communion avec l'Église catholique : refus de la légitimité du pape François, rupture de la communion avec lui et rejet du concile Vatican II."

    Le dicastère est autorisé à juger les cas de crimes contre la foi, ainsi que les crimes les plus graves contre la morale et les sacrements, et par mandat spécial du pape, il peut juger ceux qui autrement ne seraient soumis qu'à l'évêque de Rome, y compris les cardinaux, les patriarches, les légats du pape et les évêques.

    Le 20 juin, Mgr Viganò, éminent critique du pape François et du concile Vatican II, et partisan déclaré du président russe Vladimir Poutine, a publié une longue déclaration en réponse à sa citation pour schisme, qu'il a qualifiée d'"insigne d'honneur".

    Ce n'est pas une coïncidence si l'accusation portée contre moi concerne la remise en question de la légitimité du [pape François] Jorge Mario Bergoglio et le rejet du [Concile] Vatican II : le Concile représente le cancer idéologique, théologique, moral et liturgique dont l'"Église synodale" bergoglienne est une métastase nécessaire", a écrit l'archevêque.

    La citation à comparaître devant le DDF est, selon le décret, l'occasion pour Viganò d'examiner les preuves à son encontre, conformément à la procédure canonique d'un processus extrajudiciaire. 

    Un processus extrajudiciaire, à ne pas confondre avec un processus extralégal, est une procédure disciplinaire canonique abrégée qui peut être utilisée lorsque les preuves recueillies au cours d'une enquête préliminaire formelle sont suffisamment claires, de sorte qu'un procès canonique complet n'est pas justifié.

    Dans ce cas, les droits de l'accusé à être représenté par un avocat, à prendre connaissance des preuves retenues contre lui et à assurer sa propre défense restent intacts, mais plusieurs étapes de la procédure judiciaire formelle sont supprimées. 

    La même procédure extrajudiciaire a été utilisée dans le cas de l'ancien cardinal Theodore McCarrick, qui a été accusé de plusieurs actes d'abus sexuels et a été laïcisé à l'issue de la procédure.

    Dans le cas de Mgr Viganò, la peine canonique attachée au crime de schisme est la déclaration d'une excommunication latae sententiae, à laquelle peuvent s'ajouter d'autres peines, notamment une interdiction ou une ordonnance concernant le lieu de résidence du schismatique, la révocation de la charge ecclésiastique et l'interdiction d'exercer un ministère.

    La perte de l'état clérical n'est pas une peine ordinairement imposée pour le schisme, car le droit suppose d'abord l'application de "peines médicinales", destinées à provoquer le repentir du délinquant et qui peuvent être levées ultérieurement. 

    Mais le droit canonique stipule que la laïcisation, qui est une peine perpétuelle, peut être imposée pour le schisme si le coupable est jugé obstiné dans son crime, ou si "la gravité du scandale l'exige".

    Lire la suite

  • «La primauté doit être exercée de manière synodale, et la synodalité exige la primauté» (cardinal Koch)

    IMPRIMER

    De Vatican News

    Cardinal Koch: la primauté du Pape, un service exercé de manière synodale

    Le cardinal préfet du dicastère pour la Promotion de l'unité des chrétiens explique le document œcuménique intitulé «L'évêque de Rome»: le ministère du successeur de Pierre n'est plus perçu par les autres Églises uniquement comme un problème, mais plutôt comme une opportunité pour une réflexion commune sur la nature de l'Église et sa mission dans le monde.

    Entretien réalisé par Andrea Tornielli – Cité du Vatican

    «La primauté doit être exercée de manière synodale, et la synodalité exige la primauté». C'est ainsi que le cardinal Kurt Koch, préfet du dicastère pour la Promotion de l'unité des chrétiens, résume l'un des points clés du document œcuménique intitulé «L'évêque de Rome», publié jeudi 13 juin. Un texte qui résume l'évolution du dialogue œcuménique sur le thème de la primauté et de la synodalité.

    Éminence, pouvez-vous tout d'abord expliquer ce qu'est ce document, comment il a vu le jour et quel est son objectif?

    Ce document, intitulé «L'évêque de Rome», est un texte d'étude qui offre une synthèse des récents développements œcuméniques sur le thème de la primauté et de la synodalité. Sa genèse remonte à l'invitation adressée à tous les chrétiens par saint Jean-Paul II dans Ut unum sint à trouver, «évidemment ensemble», les formes dans lesquelles le ministère de l'évêque de Rome «peut réaliser un service d'amour reconnu par les uns et les autres». Cette invitation a été réitérée à plusieurs reprises par le Pape Benoît XVI et le Pape François. Le document résume une trentaine de réponses à cette invitation et une cinquantaine de textes de dialogues œcuméniques sur le sujet. En 2020, le dicastère pour la Promotion de l'unité des chrétiens a vu dans le 25e anniversaire de l'encyclique Ut unum sint l'occasion de faire le point sur la discussion. La convocation d'un synode sur la synodalité a confirmé la pertinence de ce projet comme contribution à la dimension œcuménique du processus synodal.

    Quelle méthodologie a été utilisée pour produire ce document?

    Ce document est le résultat d'un véritable travail œcuménique et synodal. Dans sa réalisation, il a impliqué non seulement les officiaux, mais aussi les membres et les consulteurs du dicastère qui l'ont discuté lors de deux assemblées plénières. De nombreux experts catholiques et érudits de diverses traditions chrétiennes, orientales et occidentales, ont été consultés, en collaboration avec l'Institut d'études œcuméniques de l'Angelicum. Enfin, le texte a été envoyé à divers dicastères de la Curie romaine et au Secrétariat général du Synode. Au total, plus de cinquante avis et contributions ont été pris en compte. Notre document tient également compte des dernières interventions dans le processus synodal.

    Dans l'encyclique Ut Unum sint (1995), Jean-Paul II s'est dit prêt à discuter des formes d'exercice de la primauté de l'évêque de Rome. Quel chemin a été parcouru au cours de ces trois décennies?

    La question de la primauté a fait l'objet de discussions intenses dans presque tous les contextes œcuméniques au cours des dernières décennies. Notre article fait état des progrès réalisés et souligne le fait que les dialogues théologiques et les réponses à l'encyclique témoignent d'un nouvel esprit œcuménique positif dans la discussion. Ce nouveau climat est révélateur des bonnes relations établies entre les communions chrétiennes, de cette «fraternité retrouvée» dont parle Ut unum sint. On peut dire que les dialogues œcuméniques se sont révélés être le contexte approprié pour discuter de ce sujet sensible. À une époque où les résultats de l'engagement œcuménique sont souvent considérés comme maigres ou insignifiants, les résultats des dialogues théologiques démontrent la valeur de leur méthodologie, c'est-à-dire de la réflexion menée «évidemment ensemble».

    À la lecture du document, on est tout d'abord frappé par le consensus croissant dans les différents dialogues œcuméniques sur la nécessité de la primauté. Cela signifie-t-il que, pour les autres Églises chrétiennes, le rôle de l'évêque de Rome n'est plus perçu uniquement comme un obstacle à l'unité?

    En 1967, Paul VI affirmait que «le Pape [...] constitue sans aucun doute l’obstacle le plus grave sur la route de l'œcuménisme». Cependant, cinquante ans plus tard, la lecture des documents de dialogue et des réponses à Ut unum sint atteste que la question de la primauté pour toute l'Église, et en particulier du ministère de l'évêque de Rome, n'est plus perçue seulement comme un problème, mais plutôt comme une opportunité pour une réflexion commune sur la nature de l'Église et sa mission dans le monde. En outre, dans notre monde globalisé, il y a sans aucun doute un sens croissant de la nécessité d'un ministère d'unité au niveau universel. La question qui se pose est de se mettre d'accord sur la manière d'exercer ce ministère, défini par Jean-Paul II comme un «service d'amour».

    Lire la suite

  • Le Dicastère pour la promotion de l’unité des chrétiens a publié un document intitulé « L’évêque de Rome. Primauté et synodalité dans les dialogues œcuméniques et réponses à l’encyclique Ut unum sint »

    IMPRIMER

    D'Anne Van Merris sur zenit.org :

    Le Vatican publie un nouveau document sur la primauté papale et la synodalité  Il est publié ce jeudi 13 juin par le Dicastère pour la promotion de l’unité des chrétiens 

    13 juin 2024

    Avec l’approbation du pape François, le Dicastère pour la promotion de l’unité des chrétiens a publié, ce jeudi 13 juin 2024, un document intitulé « L’évêque de Rome. Primauté et synodalité dans les dialogues œcuméniques et réponses à l’encyclique Ut unum sint ».

    Ce document d’étude présente pour la première fois, sous forme de synthèse, le dialogue œcuménique sur la question de la primauté papale et de la synodalité au cours des 30 dernières années. Il comprend notamment les réponses de différentes communautés chrétiennes à l’encyclique du pape Jean-Paul II de 1995 sur l’unité des chrétiens, Ut Unum Sint (« Pour qu’ils soient tous un »).

    « Parmi toutes les Églises et Communautés ecclésiales, l’Église catholique a conscience d’avoir conservé le ministère du successeur de l’Apôtre Pierre, l’Evêque de Rome, que Dieu a institué comme « le principe et le fondement permanents et visibles de l’unité » et que l’Esprit assiste, afin que tous les autres bénéficient de ce bien essentiel », écrivait le pape Jean-Paul II dans son encyclique, tout en reconnaissant que cela « représente une difficulté pour la plupart des autres chrétiens, dont la mémoire est marquée par certains souvenirs douloureux. »

    « Il est cependant significatif et encourageant que la question de la primauté de l’Évêque de Rome soit actuellement devenue un objet d’études, en cours ou en projet » ajoutait-il. Ce nouveau document se termine par une proposition du Dicastère qui identifie les suggestions les plus significatives avancées pour un exercice renouvelé du ministère d’unité de l’évêque de Rome « reconnu par tous et par chacun » (Ut unum sint, 95).

    Lire le document « Primauté et synodalité dans les dialogues œcuméniques et réponses à l’encyclique Ut unum sint »

    Le Vatican publie un nouveau document sur la primauté papale et la synodalité  | ZENIT - Français

  • Les propos "insultants" du pape lui auraient-ils malencontreusement échappé ?

    IMPRIMER

    D'Ed. Condon sur The Pillar :

    Qu'aurait dit le pape François ?

    12 juin 2024

    Le pape François fait de nouveau la une des journaux mercredi, après avoir utilisé un terme italien offensant pour désigner l'homosexualité, pour la deuxième fois au cours des dernières semaines.

    Selon plusieurs sources, le pape a utilisé le mot "frociaggine", souvent traduit par "pédé", en s'adressant à quelque 200 prêtres italiens, quelques semaines seulement après avoir utilisé ce terme lors d'une réunion à huis clos avec des évêques.

    Le pape a utilisé ce terme pour décrire un climat et une culture au sein de la curie romaine et pour réitérer la discipline de l'Église selon laquelle les hommes ayant une orientation homosexuelle profondément ancrée ne devraient pas être admis au séminaire pour la formation à la prêtrise.

    Selon les médias, François a relaté une conversation avec un monseigneur de la Curie qui lui aurait dit qu'il s'inquiétait de "la culture gay à l'intérieur [du Vatican]". François a raconté qu'il avait dit au prêtre : "Oui, il y a une atmosphère de pédophilie. C'est vrai, on la trouve au Vatican".

    C'est la deuxième fois au cours des dernières semaines que le pape utilise ce terme, qui a suscité des critiques pour ses connotations péjoratives. 

    Le souverain pontife avait déjà utilisé ce terme lors d'une réunion avec des évêques italiens, déclarant qu'il y avait trop de "pédérastie" dans les séminaires et exhortant l'épiscopat à ne pas admettre en formation des hommes ayant des tendances homosexuelles.

    Le service de presse du Vatican a présenté des excuses nuancées au nom du pape après sa première utilisation, exprimant ses excuses à tous ceux qui ont été offensés par le mot. 

    Mais la répétition de l'expression semble devoir susciter une nouvelle série de critiques.

    Beaucoup ont vu dans la vulgarité de François un signe qui va à l'encontre de sa réputation d'inclusivité, établie de longue date, et de son encouragement à une pastorale plus dévouée et plus sensible pour les catholiques homosexuels. 

    D'autres observateurs ont cherché à minimiser ou à rejeter la vulgarité du pape, arguant qu'elle était excusable chez un homme de son âge, accidentelle étant donné que l'italien n'est pas sa langue maternelle, ou même qu'elle était une preuve de sa "terreur" et de sa simplicité personnelle.

    Le choix du langage de François a également amplifié la discussion sur son point de vue plus général. 

    Certains commentateurs ont noté - de manière critique ou approbatrice - que l'objectif du pape était de renforcer la discipline codifiée en 2005 par Benoît XVI, selon laquelle les hommes ayant des tendances homosexuelles "profondément ancrées" ne devraient pas être admis à suivre une formation au séminaire. 

    D'autres ont juxtaposé cela à sa réponse très citée lors d'une conférence de presse en 2013, au cours de laquelle il a déclaré "qui suis-je pour juger" lorsqu'on lui a posé des questions sur le clergé homosexuel. 

    Mais dans ses remarques les plus récentes, le pape ne s'est pas principalement exprimé sur la formation au séminaire en tant que telle, mais sur un climat et une culture parmi certains clercs qu'il considère comme omniprésents - au moins dans certains endroits - désordonnés et nocifs. 

    Cette question a souvent été abordée publiquement par le pape, qui a noté l'existence de "lobbies homosexuels" au sein de l'Église à plusieurs reprises au cours de sa décennie de mandat. 

    En effet, la célèbre phrase de François "Si quelqu'un est gay et qu'il cherche le Seigneur et a une bonne volonté, qui suis-je pour juger ?" a été prononcée en réponse à une question spécifique sur les rapports relatifs à un prêtre du Vatican accusé par la presse italienne d'avoir eu une liaison avec un garde suisse.

    Le point de vue de François, tel qu'il a été exprimé à l'époque, n'était pas un commentaire sur la discipline interdisant aux hommes ayant des tendances homosexuelles d'entrer dans les séminaires ou sur la place des homosexuels dans l'Église, mais plutôt sur son refus de juger un prêtre qu'il considérait comme innocent d'une accusation, et dont il pensait qu'il essayait de conformer sa vie à l'Évangile et aux règles de l'état clérical.

    Dans le même temps, François a également évoqué le problème du "lobby gay" au sein de la curie, qu'il avait déjà identifié comme un problème. Après les accusations d'homophobie, François a précisé qu'il était "contre tous les lobbies, pas seulement contre les lobbies gays".

    "L'homosexualité est une tendance. Le problème, c'est le lobby", a déclaré François. "Le lobby est inacceptable, qu'il s'agisse du lobby gay, du lobby politique ou du lobby maçonnique. 

    Il a tenu à peu près le même discours lors des deux réunions récentes au cours desquelles il a utilisé le terme offensant de "frociaggine". Mais la plupart des observateurs s'accordent à dire que le choix de langage du pape était inutilement incendiaire, offensant et malavisé - et qu'il a considérablement détourné l'attention du point que nous souhaitions faire valoir. 

    Mais la différence de réaction du public à ses diverses références aux "lobbies gays" et à la "pédophilie" soulève une question intéressante et embarrassante : Existe-t-il une formulation ou une terminologie qui aurait permis à la fois de faire passer le message de François et de ne pas être perçue comme offensante ? 

    La contextualisation par François de sa préoccupation en 2013 - celle d'une sous-culture illicite de toute nature et distincte des personnes qui éprouvent une attirance pour le même sexe en soi - a conduit à ce que la question disparaisse largement du débat public, en faveur d'une large universalisation du "qui suis-je pour juger". 

    Mais lors de ses rencontres avec les évêques et les prêtres italiens ces dernières semaines, François ne soulignait pas un problème général de sous-cultures au sein de la prêtrise, mais un problème spécifique. Même si le choix d'un autre mot pour la décrire aurait atténué les critiques du public et aurait moins prêté le flanc aux accusations de sectarisme, il est peu probable que l'expression "homosexualité" aurait échappé à la critique.

    Le fait que certaines parties de l'Église, y compris le Vatican, aient - comme le pape l'a dit en discutant avec le monseigneur - une sous-culture sexuellement active problématique est dans une certaine mesure connu et prouvé comme étant potentiellement nuisible à l'Église, même s'il est difficile de le quantifier. 

    En 2021, The Pillar a rencontré pendant près de deux heures le secrétaire d'État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, pour lui présenter des rapports sur l'utilisation d'applications de prostitution géolocalisées dans des sections restreintes du Vatican.

    Plusieurs dizaines d'appareils ont été utilisés pour accéder à des applications conçues pour faciliter les rencontres sexuelles dans des zones de l'État de la ville interdites aux touristes et aux pèlerins.  

    Les sous-cultures d'ecclésiastiques sexuellement actifs posent de nombreux problèmes à l'Église, comme le pape François l'a lui-même indiqué à plusieurs reprises, que l'activité sexuelle concerne des femmes ou des hommes. 

    Au niveau individuel, ces sous-cultures peuvent fournir des communautés de comportements pécheurs qui se renforcent mutuellement, mettant en danger les efforts d'un clerc pour conformer sa vie à l'Évangile, ce qui, selon François, devrait être l'objectif de tout catholique.

    Au niveau institutionnel, elles peuvent également former des cliques pour le "lobbying" et l'avancement mutuel, et faciliter une tolérance générale des actions illicites - qu'elles soient sexuelles, financières, administratives - et des ecclésiastiques vivant ce que François a appelé des "doubles vies". 

    Et, dans des lieux comme le Saint-Siège, elles peuvent même créer des risques institutionnels, laissant les individus exposés au chantage ou à la vulnérabilité en cas de violation des données.

    C'est, comme The Pillar en a longuement discuté avec le cardinal Parolin en 2021, une question difficile et sensible à aborder, et si les risques et les problèmes sont apparents, il n'en va pas de même pour les solutions efficaces.

    Comme The Pillar l'a découvert après sa rencontre avec Parolin, au cours de laquelle le cardinal a d'abord proposé de fournir une longue déclaration écrite décrivant ses préoccupations et la réponse proposée, mais a ensuite refusé de le faire, il ne s'agit pas non plus d'une conversation que la plupart des hauts responsables de l'Église sont disposés à avoir en public.

    En ce sens, le désir apparent du pape François de mettre en lumière un problème qu'il estime évident et omniprésent pourrait être considéré comme un signe de leadership fort. À l'inverse, son choix constant d'un langage incendiaire pourrait lui rendre la tâche plus difficile.

  • Le pape s'inquiète de la pénurie des vocations

    IMPRIMER

    DISCOURS DE SA SAINTETÉ LE PAPE FRANCIS AUX PARTICIPANTS DE LA PLÉNIÈRE DU DICASTÈRE POUR LE CLERGÉ

    Salle Clémentine
    Jeudi 6 juin 2024

    [Multimédia]

    ________________________________________

    Chers frères et sœurs, bonjour !

    Je vous salue avec affection et je voudrais avant tout remercier tous les membres du Dicastère pour le Clergé : vous êtes venus à Rome des quatre coins du monde pour offrir votre importante contribution à la réflexion sur le ministère ordonné et, avec vous, il y a aussi les consulteurs du Dicastère. Je vous remercie de votre présence. Et merci au Cardinal Préfet et aux autres supérieurs et fonctionnaires du Dicastère, surtout pour le travail que vous accomplissez chaque jour, souvent en silence et dans l'ombre, au service des ministres ordonnés et des séminaires.

    En cette occasion, je voudrais avant tout exprimer ma gratitude, mon affection et ma proximité aux prêtres et aux diacres du monde entier. J'ai souvent mis en garde contre les dangers du cléricalisme et de la mondanité spirituelle, mais je suis bien conscient que la grande majorité des prêtres travaillent avec une grande générosité et un grand esprit de foi pour le bien du saint peuple de Dieu, en supportant le poids de nombreuses difficultés et en affrontant des défis pastoraux et spirituels qui ne sont parfois pas faciles à relever.

    Votre Assemblée plénière se concentre en particulier sur trois domaines d'attention : la formation permanente des prêtres, la promotion des vocations et le diaconat permanent. Je voudrais m'arrêter brièvement sur chacun de ces thèmes.

    La formation permanente. C'est un thème dont on parle beaucoup, surtout ces dernières années, et qui avait déjà été évoqué dans la Ratio fundamentalis en 2016. Le prêtre aussi est un disciple à la suite du Seigneur et, par conséquent, sa formation doit être un parcours continu ; cela est encore plus vrai si nous considérons qu'aujourd'hui nous vivons dans un monde marqué par des changements rapides, dans lequel émergent toujours de nouvelles questions et des défis complexes qui exigent une réponse. Par conséquent, nous ne pouvons pas nous tromper en pensant qu'il suffit que la formation au séminaire pose des bases sûres une fois pour toutes ; nous sommes plutôt tenus de consolider, de renforcer et de développer ce que nous avons au séminaire, dans un processus qui peut nous aider à mûrir dans la dimension humaine, à grandir spirituellement, à trouver des langages appropriés pour l'évangélisation, à explorer ce dont nous avons besoin pour aborder de manière adéquate les nouvelles questions de notre temps.

    J'aime rappeler ici que l'Écriture dit : « Vae soli - malheur à celui qui est seul quand il tombe et qui n'a pas un autre pour le relever » (Ec 4,10). C'est très important pour le prêtre : le voyage ne peut pas se faire seul ! Et pourtant, malheureusement, beaucoup de prêtres sont trop seuls, sans la grâce de l'accompagnement, sans ce sentiment d'appartenance qui est comme une bouée de sauvetage dans la mer souvent orageuse de la vie personnelle et pastorale. Tisser un solide réseau de relations fraternelles est une tâche prioritaire dans la formation permanente : l'évêque, les prêtres entre eux, les communautés par rapport à leurs pasteurs, les frères et sœurs religieux, les associations, les mouvements : il est indispensable que les prêtres se sentent « chez eux ». Vous, en tant que Dicastère, avez déjà commencé à tisser un réseau mondial : Je vous exhorte à tout faire pour que cette vague se poursuive et porte du fruit dans le monde entier. Travaillez de manière créative pour que ce réseau se renforce et offre un soutien aux prêtres. Vous avez un rôle clé à jouer à cet égard !

    Le soin des vocations. L'un des grands défis pour le Peuple de Dieu est le fait que, dans un nombre croissant de régions du monde, les vocations au ministère sacerdotal et à la vie consacrée diminuent fortement et, dans certains pays, elles sont presque en voie d'extinction. Mais la vocation au mariage, avec le sens de l'engagement et de la mission qu'elle requiert, est également en crise. C'est pourquoi, dans les derniers messages pour la Journée mondiale de prière pour les vocations, j'ai voulu élargir le regard à l'ensemble des vocations chrétiennes, et je l'ai adressé en particulier à cette vocation fondamentale qu'est la vie de disciple, conséquence du baptême. Nous ne pouvons pas nous résigner à ce que, pour de nombreux jeunes, l'hypothèse d'une offre radicale de vie ait disparu de l'horizon. Nous devons au contraire réfléchir ensemble et rester attentifs aux signes de l'Esprit, et vous pouvez vous aussi poursuivre cette tâche grâce à l'Œuvre pontificale pour les vocations sacerdotales. Je vous invite à réactiver cette réalité, d'une manière adaptée à notre temps, peut-être en travaillant en réseau avec les Églises locales et en identifiant les bonnes pratiques à faire circuler. C'est une tâche importante !

    Enfin, le diaconat permanent. Celui-ci a été réintroduit par le Concile Vatican II et, au cours de ces décennies, il a reçu un accueil très varié. Aujourd'hui encore, cependant, des questions sont souvent posées sur l'identité spécifique du diaconat permanent. Comme vous le savez, le rapport de synthèse de la première session de l'Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques, en octobre dernier, a recommandé de « procéder à une évaluation de la mise en œuvre du ministère diaconal après le Concile Vatican II » (Rapport de synthèse 11 g), et appelle également à une focalisation plus décisive, parmi les diverses tâches des diacres, sur la diaconie de la charité et le service des pauvres (4 p et 11 a). Accompagner ces réflexions et ces développements est une tâche assez importante pour votre Dicastère. Je vous encourage à y travailler et à déployer toutes les forces nécessaires.

    Chers frères et sœurs, merci encore. Travaillez toujours pour que le peuple de Dieu ait des pasteurs selon le cœur du Christ et qu'il grandisse dans la joie de la vie de disciple. Que la Vierge Marie, Mère et modèle de toute vocation, vous accompagne. Moi aussi, je vous accompagne par ma prière. Et s'il vous plaît, n'oubliez pas de prier pour moi. Je vous remercie.

    Bulletin du Bureau de presse du Saint-Siège, 6 juin 2024

  • Les gays au séminaire : quand le pape se contredit radicalement

    IMPRIMER

    De Riccardo Cascioli sur la NBQ :

    Les gays au séminaire : quand le pape se reprend radicalement

    Après la sortie sur la « pédérastie » des prêtres, virage sensationnel du pape François : il encourage un aspirant séminariste gay à poursuivre. Une contradiction inconcevable, qui se transforme en victoire pour le lobby LGBT.

    04_06_2024

    On ne peut même plus parler de surprise. Après le tollé provoqué par la publication de l'« air de pédophilie » au séminaire et parmi les prêtres, le lobby gay ne pouvait pas rester les bras croisés. C'est ainsi qu'est apparu un reportage de la BBC sur un jeune homosexuel sicilien qui affirme avoir été soumis à des thérapies réparatrices s'apparentant à de la torture alors qu'il était au séminaire.

    Et puis, surtout, la lettre au pape François de l'« aspirant séminariste gay » qui se plaint d'être rejeté pour son homosexualité alors qu'il se sent une forte vocation. Un courriel écrit le 28 mai par Lorenzo Michele Noè Caruso, 22 ans, c'est le nom du garçon, « trois pages dans lesquelles il ouvre son cœur au Saint-Père », explique Il Messaggero, qui a rapporté l'histoire en premier. Et avec une rapidité surprenante, Lorenzo a reçu une réponse dès le 1er juin : « Une carte manuscrite, scannée et jointe à l'e-mail ». Le contenu de la réponse est tout d'abord la dénonciation du cléricalisme, évoquée dans la lettre du garçon, et va ensuite à l'essentiel : « Jésus appelle tout le monde, tout le monde. Certains pensent que l'Église est une douane, et c'est mauvais. L'Église doit être ouverte à tous. Frère, poursuis ta vocation ».

    Évidemment, la lettre a été immédiatement publiée pour faire comprendre « qui est le vrai pape, ce n'est pas celui qu'on vous a fait croire ».

    Et oui, la question se pose : qui est le vrai pape ? Car il est clair qu'il n'y a pas moyen de concilier la question de la « pédérastie » avec cette lettre. Il est vrai que « poursuis ta vocation » peut signifier n'importe quoi, mais dans ce contexte, cela ne peut être lu que comme un feu vert pour entrer au séminaire (à moins que le bureau de presse du Vatican n'intervienne à nouveau pour rectifier).

    Mais le fait est que même le discours aux évêques italiens du 20 mai était très clair : au-delà de la terminologie utilisée, l'invitation du pape à empêcher les candidats ayant des tendances homosexuelles d'entrer au séminaire n'était pas équivoque, même si quelqu'un essayait. Nous avons déjà souligné que le discours aux évêques italiens semblait en contradiction flagrante avec ce qui a été fait ces dernières années pour promouvoir l'agenda LGBT dans l'Église. La confusion, l'ambiguïté et la duplicité sont certainement des caractéristiques de ce pontificat.

    Mais ici, nous sommes manifestement au-delà : un même cas recevant deux réponses diamétralement opposées est inconcevable. Et passons sur la gravité de nier par ouï-dire le jugement d'un recteur de séminaire qui a dû évaluer les qualités du candidat et l'a jugé inapte, et pas seulement pour son homosexualité.

    Mais pour revenir au sujet principal, on ne peut éluder la question : comment peut-on affirmer une chose et son contraire en l'espace d'une semaine, et sur un sujet aussi délicat ?

    Peut-être fantasmera-t-on sur l'existence de deux papes ou sur la falsification de la lettre à l'aspirant séminariste, voire sur l'interprétation du discours aux évêques italiens. Mais en gardant les pieds sur terre, nous ne pouvons envisager que deux possibilités.

    La première est que l'on devrait commencer, avec tout le respect possible, à se poser des questions sur la stabilité psychique du pontife. Ce n'est certes pas la première fois que ses attitudes et ses discours suscitent des doutes, mais jusqu'à présent, le pape François a pu bénéficier des faveurs de la presse progressiste, qui a toujours évité de pointer les contradictions ou de marcher trop légèrement sur les plates-bandes. Rien ne devait entamer l'image d'un pape « révolutionnaire » mettant l'Église sens dessus dessous, le récit d'un (bon) pape luttant contre les méchants (l'Église tout entière). Mais avec l'âge, il est normal que certaines fragilités deviennent plus prononcées et plus difficiles à cacher. Le problème dans ce cas serait surtout son entourage, qui dissimule une situation qui devrait être traitée d'une autre manière, peut-être pour en tirer profit.

    La deuxième hypothèse est que, indépendamment de ce qu'il pense réellement sur les questions individuelles, il doit « obéir » à un mandat qu'il a reçu. Nous ne pouvons pas en déduire qui et pourquoi, mais il semble évident que certains groupes de pression exercent une forte pression. La promotion systématique d'associations ou de prélats ouvertement pro-gay, pour rester dans le sujet, est un fait que tout le monde peut constater.

    Dernier exemple en date : la semaine dernière, le pape François a nommé deux cardinaux (José Tolentino de Mendonça et Marcello Semeraro) et l'archevêque Bruno Forte, notoirement proches des groupes LGBT, comme membres du Dicastère pour la doctrine de la foi - qui a compétence sur ces questions. Tolentino de Mendonça, entre autres, est un fervent défenseur de l'ancienne religieuse Maria Teresa Forcades i Vila, célèbre pour sa « théologie queer » ; Semeraro, actuellement préfet du Dicastère pour les causes des saints, en tant qu'évêque d'Albano, avait fait de son diocèse le point de référence pour les groupes LGBT « catholiques » ; et Forte, déjà à l'époque du premier Synode sur la famille (2014), avait poussé à la reconnaissance des unions de même sexe.

    Ainsi, même la sortie maladroite sur la « pédérastie », qui semblait vouloir mettre une limite à certaines tendances dans le clergé, se transforme en son contraire, à savoir le renforcement de la présence pro-gay au sommet de l'Église et maintenant aussi dans les séminaires.

    Quoi qu'il en soit - et n'excluons pas a priori d'autres hypothèses sur ce « François contre François » - l'affaire est très sérieuse.

  • Le pape au Luxembourg : une faveur à l'un de ses amis et alliés les plus proches ?

    IMPRIMER

    D'Elise Ann Allen sur Crux :

    La visite du pape en Belgique et au Luxembourg sera à la fois un message et une récompense

    27 mai 2024

    ROME - Lorsque le pape François se rendra en Belgique et au Luxembourg dans le courant de l'année, ce voyage ne constituera pas seulement une faveur à un allié clé, mais il sera également l'occasion pour le pape François de renforcer plusieurs priorités de son pontificat.

    Le Vatican a officiellement annoncé la visite du pape en Belgique et au Luxembourg du 26 au 29 septembre le 20 mai, en précisant dans un communiqué qu'il ferait une escale au Luxembourg le 26 septembre en route vers la Belgique, où il séjournera du 26 au 29 septembre et visitera les villes de Bruxelles, Louvain et Louvain-la-Neuve.

    C'est à Bruxelles que se trouve le siège d'institutions internationales, ce qui signifie que François s'adressera probablement à elles lors de sa visite dans la ville, et qu'il devrait visiter les universités catholiques de Louvain et de Louvain-la-Neuve.

    Les premières allusions à un voyage papal en Belgique cette année ont été faites par le pape François lui-même lors d'une interview accordée en décembre 2023 à Valentina Alazraki, journaliste mexicaine et observatrice chevronnée du Vatican.

    À l'époque, les évêques belges avaient déclaré que cette visite marquerait le 600e anniversaire de la fondation des universités de Louvain et Leuven, même si cet anniversaire n'aura lieu officiellement qu'en 2025, au cours d'une année jubilaire qui devrait être riche en engagements papaux.

    Dans une déclaration officielle saluant l'annonce de la visite du pape, l'archevêque de Bruxelles Luc Terlinden, ancien étudiant des deux universités, a qualifié le voyage papal de surprise et de joie pour l'Église locale.

    "Il faut garder à l'esprit que le pape ne se rend pas souvent dans les pays européens, en particulier dans les pays d'Europe occidentale. C'est pourquoi nous ne nous attendions pas vraiment à cette visite", a-t-il déclaré, tout en se disant convaincu que François "voulait venir en Belgique depuis longtemps".

    Ce voyage, a-t-il ajouté, marque "une occasion très spéciale, puisque le pape rencontrera également les communautés intellectuelles et scientifiques de notre pays et, par extension, divers acteurs de la société belge dans son ensemble".

    Les universités remontent à 1425, lorsqu'elles ont été fondées à l'origine en tant qu'institution unique par le pape Martin V. Cependant, elles se sont scindées dans les années 1960, donnant lieu à la création de deux universités distinctes : la KU Leuven néerlandophone et l'Université catholique de Louvain (UCL) francophone.

    Le pape François, qui s'est exprimé à plusieurs reprises sur sa vision d'une Europe renouvelée, unie et fortifiée qui s'appuie sur ses racines chrétiennes et accueille les nouveaux arrivants, profitera sans doute de son étape à Bruxelles pour délivrer un autre message fort sur sa vision de l'Europe après les élections législatives de cet été, et pour la communauté internationale qui traverse des conflits majeurs tels que les guerres en Ukraine et à Gaza.

    Toutefois, outre le message politique qu'il enverra à Bruxelles, sa visite en Belgique sera probablement l'occasion de renforcer son engagement à mettre en œuvre les réformes du concile Vatican II, car il existe un lien historique entre l'université catholique de Louvain et le concile.

    Avant même le début du concile en 1962, l'université catholique de Louvain était considérée comme un précurseur du type de pensée et d'action théologique que le concile lui-même a fini par adopter.

    Par exemple, les documents du Concile mettent fortement l'accent sur un rôle accru et renforcé des laïcs, soulignant qu'en vertu de leur baptême, les laïcs et le clergé sont tout autant appelés à participer à la vie de l'Église et à prendre des initiatives, même si c'est de manière différente. À l'époque, l'Université catholique de Louvain avait déjà commencé à former des laïcs à la théologie avant même le début du concile.

    En 1970, l'université a créé le Centre d'étude du Concile Vatican II, qui fonctionne encore aujourd'hui dans le but de collecter des documents sur l'histoire du Concile et d'encourager et de soutenir les recherches en cours sur ce sujet.

    Le dernier pape à s'être rendu en Belgique a été saint Jean-Paul II en 1995, lorsqu'il a béatifié le père Damien de Molokai, un missionnaire belge de l'ordre des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie qui a passé sa vie au service d'une léproserie à Hawaï avant de succomber lui-même à la maladie en 1889.

    Dix ans auparavant, Jean-Paul II avait effectué en 1985 une tournée plus importante en Belgique, s'arrêtant à Louvain, Namur, Beauraing, Anvers, Banneux, Liège et Malines.

    Outre le message que François pourrait délivrer sur Vatican II et l'état de l'Europe, il évoquera probablement aussi la crise des abus commis par des clercs en Belgique, puisque sa visite interviendra dans le cadre d'une enquête parlementaire sur les abus sexuels dans l'Église catholique, qui a débuté à l'automne dernier et qui a demandé la création d'un poste de commissaire spécial pour les abus sexuels et la violence à l'égard des mineurs et des personnes vulnérables.

    Quoi que le pape dise et fasse en Belgique, il le fera dans l'ombre de l'enquête sur les abus sexuels et de ses résultats, ce qui signifie qu'il devra gérer les retombées de cette enquête tout en essayant de faire passer son message.

    La brève escale du pape François au Luxembourg est considérée comme une faveur faite au cardinal Jean-Claude Hollerich, un confrère jésuite qui est archevêque de Luxembourg depuis 2011 et membre du Conseil des cardinaux du pape.

    Mgr Hollerich a été président de la Commission des épiscopats de l'Union européenne (COMECE) et est actuellement rapporteur général du Synode des évêques sur la synodalité, un processus consultatif mondial pluriannuel qui doit s'achever par une deuxième rencontre à Rome en octobre prochain.

    Considéré comme un proche allié du pape qui partage une grande partie de l'agenda et de la stratégie pastorale du pape François, Mgr Hollerich a également un lien personnel avec le pape en raison d'une affinité commune pour l'Asie.

    Peu après son élection à la papauté, le pape François a déclaré dans une interview qu'en tant que jeune jésuite, il avait voulu se rendre au Japon en tant que missionnaire, compte tenu de l'histoire des missions jésuites dans le pays et de la période de persécution qu'elles ont endurée, qui a servi de prémisse au film de Martin Scorsese de 2016, "Silence".

    Hollerich s'est rendu au Japon pour la première fois en 1985 et y a passé quatre ans, s'immergeant dans la culture locale et apprenant la langue japonaise, qu'il parle encore couramment aujourd'hui.

    Il a terminé ses études théologiques à l'Université Sophia de Tokyo et a obtenu une licence à l'Université de philosophie et de théologie Saint Georgen de Francfort en 1989-1990, avant de retourner au Japon, où il est resté jusqu'à sa nomination au Luxembourg en 2011.

    Avant d'être président de la COMECE de 2018 à 2023, Mgr Hollerich était considéré comme un défenseur des migrants et comme un promoteur du leadership laïc dans son diocèse. Il a été choisi pour participer au synode des évêques sur la famille organisé par le pape François en 2015, ainsi qu'au synode sur la jeunesse organisé par le pape en 2018.

    Il a été créé cardinal par le pape François en 2019 et a continué à se distinguer en tant qu'ami et allié clé du pape François. Compte tenu de son rôle dans l'actuel synode sur la synodalité et en tant que membre du Conseil des cardinaux du pape, il est chargé de conseiller François sur d'importantes questions de gouvernance et de réforme de l'Église et est responsable de la mise en œuvre de ces réformes dans l'Église mondiale.

    Le pape Jean-Paul II s'est rendu au Luxembourg pour une excursion d'une journée en 1985, ce qui signifie que cela fait près de 40 ans que le pays n'a pas reçu de visite papale. L'étape du pape François est donc considérée en partie comme une visite de retour tardive du berger de l'Église catholique, mais aussi comme une faveur à l'un de ses amis et alliés les plus proches.