Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

littérature

  • Un auteur injustement oublié : Hilaire Belloc

    IMPRIMER

    A écouter sur Radio Notre-Dame :

    L'émission "Le grand témoin" de Louis Daufresne du 22 septembre 2022 consacrée à Hilaire Belloc.

    Et, du site des Editions Artège :

    Les grandes hérésies

    L'Eglise dans la tourmente

    Benjamin Ferrando
    Hilaire Belloc

    Qu'est-ce qu'une hérésie ? Quelles ont été les grandes hérésies du passé ? Quel profit pouvons-nous encore tirer de leur étude ?
    Cet ouvrage nous offre sans doute la meilleure synthèse jamais publiée sur le sujet. La confusion et le manque de sens des proportions propres à l'esprit moderne ont rendu la question obscure voire inintelligible ; elle demeure pourtant essentielle pour qui voudrait non seulement comprendre les ressorts profonds de notre histoire, mais aussi identifier les sources de nos convulsions présentes.
    Servi par l'écriture claire et limpide, l'érudition colossale et le souffle prophétique de l'auteur, cet essai condense et met en scène les plus redoutables tentatives de subversion dont a fait l'objet l'Église catholique, depuis ses origines jusqu'à nos jours :
    • L'hérésie arienne et sa cristallisation au coeur de l'Empire romain.
    • L'islam, dont Belloc annonce l'inévitable résurgence.
    • L'hérésie albigeoise, forme médiévale de l'affection manichéenne.
    • La Réforme et l'implosion moderne de la Chrétienté.
    • L'entreprise de destruction contemporaine, manifeste à tous les plans de la vie sociale.

    Hilaire Belloc (1870-1953) est un géant oublié des lettres anglaises. Grand ami de G.K. Chesterton, cet historien, figure incontournable de la pensée catholique au XXe siècle, a laissé une oeuvre de plus de 150 ouvrages, aussi divers que substantiels.

    Cette première traduction française de The Great Heresies (1938 constitue un événement éditorial majeur. Nous la devons à Benjamin Ferrando dont le prologue particulièrement riche et savoureux nous présente un écrivain unique, un homme aussi lucide qu'attachant qui mit toute sa combativité au service de la Vérité.
     
  • Le "Christ russe" de Dostoïevski

    IMPRIMER

    De Madeleine Vatel et Odile Riffaud sur RCF :

    Le Christ russe de Dostoïevski

    12/09/2022

    Qui n'a pas entendu la célèbre phrase : "La beauté sauvera le monde" ? Elle est extraite de "L'Idiot", l'un des romans de Dostoïevski. Ce géant de la littérature russe était profondément chrétien, son œuvre est traversée par la foi chrétienne. Mais plus que la religion, Dieu ou l'Église, c'est la personne du Christ qui le fascinait. Le seul être parfaitement beau. Un Christ fortement associé à la Russie et au salut de son pays.

    Dostoïevski en 1876 ©Wikimédia commons
    Dostoïevski en 1876 ©Wikimédia commons
     
    Pour écouter l'émission : LE CHRIST RUSSE DE DOSTOÏEVSKI (Durée: 58 min)

    Le Christ et l'incarnation au fondement de la pensée philosophique et religieuse de Dostoïevski

    Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski (1821-1881) est considéré comme un véritable géant de la littérature russe. Aujourd'hui encore son œuvre - "Crime et châtiment" (1866) ou de "L'Idiot" (1868-1869) ou "Les Frères Karamazov" (1880) - ne cesse de captiver. Notamment pour sa conception de la religion. Dostoïevski était très chrétien, rappelle Marguerite Souchon, professeure agrégée de russe en classe préparatoire, auteure de "Le Dieu de Dostoïevski" (éd. Première Partie, 2021). Mais plus que la religion, Dieu ou l'Église, c'est la personne du Christ qui le fascinait. Le Christ, c'est-à-dire Dieu fait homme : l'incarnation est au fondement de sa pensée philosophique et religieuse.

    Le Christ de Dostoïevski est fortement associé à la Russie et au devenir de son pays. "Il croyait très fort à l'âme russe, précise Marguerite Souchon, il était persuadé que les Russes avaient un être à part, une spiritualité à part." Dans la conception de l'écrivain, "l'homme russe était le seul capable de conduire l'humanité sur le chemin de la vérité et de la rédemption, qui devait être chrétienne..."

    Dostoïevski contre le socialisme, vu comme le christianisme sans le Christ

    Dans la Russie du XIXe siècle, Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski (1821-1881) est parti en croisade contre le matérialisme, le nihilisme et l'athéisme de ses contemporains. En lutte contre une conception du monde où l'être humain est déresponsabilisé de tout puisqu'il est déterminé par son environnement. Si en effet l'homme n'est pas responsable de ses actes, il n'est pas libre... Dostoïevski ne cesse d'interroger le péché originel et la culpabilité dans son œuvre. Il considère que si nous portons le mal, nous sommes irrésistiblement attirés par le beau et le bien. Et qu'il nous faut considérer notre incomplétude et la parcelle de divin qui nous manque, pour accepter le salut offert par le Christ.

    Dans "Le Grand Inquisiteur" célèbre passage des "Frères Karamazov" (1880), Dostoïevski raconte une parabole qui se passe dans l'Espagne du XVIe siècle, où un vieil évêque voit le Christ revenir et déranger tout ce qui avait été organisé. Mis en prison, il est condamné à mort par le Grand Inquisiteur, qui prononce un réquisitoire contre le Christ. Le Grand Inquisiteur trouve que ce que le Christ demande aux hommes, c'est trop dur. Ce qu'il défend, c'est le christianisme sans le Christ. Une religion qui se soucie du bonheur matériel de l'humanité mais qui prive les hommes de leur idéal et de la liberté de tendre vers cet idéal. Ce passage, véritable métaphore du socialisme, représente pour Marguerite Souchon, "le couronnement philosophique de l'œuvre de Dostoïevski".

    "La beauté sauvera le monde"

    Qui n'a pas entendu la célèbre phrase : "La beauté sauvera le monde" ? Elle est extraite de "L'Idiot" (1868-1869), l'un des romans de Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski (1821-1881). En réalité, dans le roman, elle est formulée sous forme de question. C'est un jeune nihiliste révolté qui demande avec agressivité au héros de l'histoire, le Prince Mychkine (un avatar du Christ) : "Est-il vrai, prince, que vous ayez dit une fois que la « beauté » sauverait le monde ?" Dans la pensée de Dostoïevski, "la beauté est apocalypse au sens propre du terme", nous dit l'auteure du "Dieu de Dostoïevski". C'est-à-dire qu'elle est "révélation, dévoilement de la vérité". Une beauté associée au Christ, car pour le grand écrivain russe, seul le Christ est parfaitement beau.

    La grande idée de Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski (1821-1881), c'est que l'homme contient en puissance ce dont Dieu est capable. La dualité traverse son œuvre, rappelle Marguerite Souchon : dualité entre la foi et l'athéisme, le sale et le pur, le passionné et le rationnel, le bien et le mal, le céleste et le terrestre... Ses romans rendent compte du germe du mal en l'homme et de sa capacité à faire le bien. Il y a dans "Les frères Karamazov" (1880) un très beau passage sur la prière, cette communion entre les hommes sur terre et ceux qui sont au ciel. "Et puis, Dieu vous regardera tous les deux avec plus de clémence ; car du moment que tu l’as tellement plaint, combien Il le plaindra, Lui dont la miséricorde et l’amour sont infiniment plus grands que les tiens. Et Il lui pardonnera pour l’amour de toi."

  • Lorsque la vie bascule... Une fiction de Jean-Pierre Snyers

    IMPRIMER

    Lorsque la vie bascule...

    Une fiction de Jean-Pierre Snyers :

    Tout s'est passé très vite. Il n'aura fallu que quelques minutes pour que sa vie bascule. A 15 heures, il fumait tranquillement sa pipe, à 15 heures 10, il était menotté. Pourquoi? Il ne le savait pas. La seule raison donnée par les policiers fut qu'ils agissaient sur ordre du Parquet. Embarqué dans leur fourgon, il cherchait à comprendre de quel crime il était responsable. Certes, il était particulier et certes aussi, il avait ses idées (très souvent opposées à celles des médias), mais il ne se doutait pas qu'un jour, celles-ci le conduiraient entre quatre murs. Quoique... En regardant dans le rétroviseur du temps qui passe, il savait que le monde qui était devenu le sien aujourd'hui, ne ressemblait plus à celui qu'il connaissait dans sa jeunesse. Pas à pas mais sûrement, une espèce de police de la pensée s'était installée et, sous peine d'être muselé, inquiété, rejeté, on ne pouvait plus dire ce qu'on avait la liberté d'affirmer il y a quelques décennies. 
     
    De nature tourmentée et souvent pessimiste, dans le véhicule entièrement automatisé et guidé par les ondes qui l'emmenait, il scruptait le paysage de glace et de neige qui s'offrait à ses yeux. En effet, suite au changement climatique sous nos latitudes, les courants chauds du Gulf stream ayant quasiment cessé d'exister, la période hivernale était devenue similaire à celle qui caractérisait la Suède 25 ans plus tôt. Fort heureusement, nos forestiers avaient été prévoyants et c'est ainsi qu'ils avaient planté en abondance des pins sylvestre et des épicéas de Serbie, capables de résister à la fois à des étés secs et torrides et à un froid scandinave. Quant à ceux qui avaient misé sur les châtaigniers, les chênes, les frênes, les ormes, les noyers, les tilleuls, voire même sur des essences méditerranéennes, inutile de préciser que leurs plantations ressemblaient à de grands cimetières.

    Lire la suite

  • "Marie Noël, entre le monde et Dieu" (une video sur KTO)

    IMPRIMER

    De KTO Télévision :

    Marie Noël se nommait Marie Rouget. À Auxerre, où elle naquit le 16 février 1883 et où elle résida jusqu'à sa mort, à 84 ans, le 23 décembre 1967, on l'appelle toujours joliment « la fille poussée au son des cloches ». En Bourgogne, le souvenir de la vieille demoiselle est à tout jamais présent. C'est que la vie de Marie Rouget n'est pas commune. Bien longtemps, en effet, beaucoup ignorèrent que celle qui allait devenir Marie Noël, la Marie Noël qu'admirèrent Aragon, Colette, François Mauriac, Montherlant et qui obtint le Grand Prix de l'Académie française pour l'ensemble de son oeuvre, était l'auteur prolifique de récits, de chansons, de berceuses, de complaintes, de contes, de poèmes et de psaumes qui la délivraient de l'attente, des ténèbres, du doute et de l'effroi de la mort. Une vie de lutte incessante, au fil des mots, contre le mal auquel seul peut répondre l'amour. Tour à tour émerveillée, joyeuse et soumise, Marie Noël fut une catholique ardente et sincère, toute donnée à Dieu, jusque dans l'épreuve. Rebelle, elle dialogua néanmoins jusqu'à sa mort avec le Seigneur, feignant d'ignorer qu'on peut discuter tant que l'on veut avec Dieu, tôt ou tard, c'est Lui qui a le dernier mot. Ce film magnifique nous conte la vie hors du commun d'une fausse bigote à l'allure de redoutable « grenouille de bénitier », dont Montherlant a pu dire qu'elle était le plus grand poète français. Et l'on pense à André Chénier qui écrivit : « L'art ne fait que des vers. Le coeur seul est poète ». Une inoubliable promenade sur des chemins de poésie au pays de la sérénité, dans les pas d'une grande figure du christianisme qui, s'usant le corps et l'âme, se perdit dans la vie des autres.

    UNE COPRODUCTION KTO/CAT PRODUCTION 2018 - Réalisé par Armand Isnard

    Documentaire du 05/01/2019.

  • Le 'Saint Pierre' de Christophe Dickès reçoit le prix Millepierres de l'Académie Française

    IMPRIMER

    Fré­dé­ric Le Moal présente ce livre - ouvrage qui vient d'être primé par l'Académie française - sur lelitteraire.com :

    Christophe Dickès, Saint Pierre. Le mystère et l’évidence

    Pierre, le dis­ciple pardonné

    Il est le plus humain, le plus proche de nous, avec ses insuf­fi­sances, ses manques, ses erreurs, ses hési­ta­tions, ses lâche­tés ; il a défendu le Christ l’épée à la main et, quelques heures après, il l’a renié. Par­donné, il devint le chef de l’Eglise qu’il lui avait confiée. Le pre­mier des papes.
    C’est pour toutes ces rai­sons que Saint Pierre nous touche tant, qu’il est le plus connu des Apôtres.

    La très belle bio­gra­phie écrite par Chris­tophe Dickès, grand spé­cia­liste de la papauté, s’intéresse à tous les aspects du per­son­nage.
    Dans une démarche his­to­rique res­pec­tueuse de la foi, il décrit l’environnement dans lequel est né et a évo­lué le pêcheur, sa mai­son et sa famille, son métier, sa place au sein d’une sorte de classe moyenne, ce qui nous plonge dans les réa­li­tés de la société juive du temps de Jésus.

    Tout au long du récit, on prend conscience du rôle et de la place que Simon, devenu Pierre, occupe dans l’entourage du Christ, notam­ment lors d’épisodes fameux comme la tem­pête ou la marche sur les eaux.
    On voit bien la manière dont il s’impose au sein du groupe, deve­nant un « porte-parole des dis­ciples », celui qui entre­tient « un rap­port pri­vi­lé­gié et par­ti­cu­lier avec le Maître ».

    Choisi par le Christ pour conduire l’Eglise, il devient « la base et le fon­de­ment de la com­mu­nauté nou­velle et reçoit un pou­voir qu’il pourra exer­cer en l’absence du Sei­gneur ». Dans des pages non dénuées d’émotion, Chris­tophe Dickès revient sur l’épisode du renie­ment.
    Moment de peur d’un homme « qui n’a pas les épaules pour faire face », mais, rap­pelle l’auteur, qui ne renie pas la divi­nité de Jésus mais sim­ple­ment affirme ne pas le connaître.

    Puis vint la résur­rec­tion. Là encore Chris­tophe Dickès rap­pelle que le Christ est apparu en pre­mier à Pierre, « parce qu’il était le chef de tous » et parce qu’il « était néces­saire de le conso­ler après son renie­ment. »
    A par­tir de là, la bio­gra­phie décrit en détails le minis­tère pétri­nien, les pre­miers déchi­re­ments de l’Eglise, l’apostolat, Rome et la mort.

    Mais l’histoire ne s’arrêta pas là. L’auteur se penche donc sur la place de Pierre dans le chris­tia­nisme pri­mi­tif, dans l’art et la lit­té­ra­ture et, bien sûr, dans ce phé­no­mène de longue haleine qui imposa la pri­mauté de siège romain sur les autres.
    Tout cela est pas­sion­nant et le lec­teur appren­dra énor­mé­ment grâce à cette bio­gra­phie claire et acces­sible, nour­rie aux meilleures sources.

    Chris­tophe Dickès, Saint Pierre. Le mys­tère et l’évidence, Per­rin, octobre 2021, 378 p. — 24,00 €.

  • Comment Sigrid Undset a vu le faux espoir de l'homme moderne et est devenue catholique

    IMPRIMER

    De David Mills sur le National Catholic Register :

    Sigrid Undset a vu le faux espoir de l'homme moderne, et est devenue catholique

    La lauréate du prix Nobel a découvert que " seule une intervention surnaturelle peut nous sauver de nous-mêmes. L'Église chrétienne enseigne que le Christ était lui-même cette intervention ".

    Sigrid Undset as a young girl.
    Sigrid Undset jeune fille (photo : Public Domain / Wikimedia Commons)

    20 mai 2022

    Sigrid Undset est entrée dans l'Église en 1924, après être devenue célèbre pour le roman Kristin Lavransdatter, une histoire profondément catholique qui se déroule dans la Norvège médiévale. Elle a reçu le prix Nobel de littérature quatre ans plus tard. Elle a raconté cette histoire dans un essai intitulé "Au-delà des limites humaines", dans lequel elle a exposé de manière dévastatrice les erreurs qu'elle a rejetées sur le chemin de l'Église catholique.

    Lire la suite

  • Les lettres de Catherine de Sienne, la "psychologue" de Dieu

    IMPRIMER

    D'Antonio Tarallo sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Les lettres de Catherine, la "psychologue" de Dieu

    29-04-2022

    Les épîtres de Sainte Catherine de Sienne représentent l'un des documents les plus importants de l'histoire de l'Église au Moyen Âge. Les destinataires sont des pontifes, des rois, de simples religieux ou des hommes de pouvoir. Mais comme "plus petit dénominateur commun", ils ont Dieu et la manière de le servir dans la justice et la sagesse. Le lecteur d'aujourd'hui ne peut qu'être stupéfait par une telle profondeur psychologique, mystique et spirituelle.

    La poétesse américaine Emily Dickinson a écrit : "Une lettre m'a toujours semblé refléter l'immortalité". Et, certainement, Sainte Catherine et ses lettres, au nombre de plus de trois cents, resteront immortelles. L'ensemble des lettres de la sainte dominicaine constitue en effet un véritable trésor de pierres précieuses, une "carte topographique" de sentiments, d'avertissements et d'appels du cœur. Sur ces épîtres, plusieurs livres ont été écrits, plusieurs débats intellectuels et religieux. En bref, il n'est pas faux - certainement - de dire que les pages rédigées par Sainte Catherine de Sienne représentent l'un des documents les plus importants de l'histoire de l'Église au Moyen Âge. Les destinataires ? Faire défiler leurs noms nous donne une idée de l'ampleur de l'épistolaire de Catherine : papes et souverains ; simples religieux ou grands pontifes ; hommes de bureau ou de pouvoir ; et, dans toute cette liste, il y a - sans aucun doute - un "plus petit dénominateur commun" : Dieu. Comment le servir dans la justice et la sagesse. Chaque ponctuation, chaque caractère imprimé dans ces pages respire la présence du Christ : Il dicte, Sainte Catherine transcrit.

    Sainte Catherine parvient à composer la richesse de ces milliers et milliers de pages grâce aussi à l'aide des membres de la "Bella brigata" : c'est le nom donné au groupe de personnes prêtes à l'aider dans toutes ses activités caritatives, le groupe de collaborateurs le plus important de la sainte siennoise.

    Ses paroles et ses sentiments, ses réflexions claires sur les thèmes les plus disparates : de la vie religieuse à la vie sociale de l'époque ; des problèmes moraux aux problèmes politiques qui concernaient toute l'Église, l'empire, les royaumes et les États de l'Europe du XIVe siècle. Et à tant de thèmes différents correspondent de multiples clés d'interprétation. Parmi ces clés, celle qui ouvre des réflexions diverses sur le caractère littéraire de l'œuvre mérite une attention particulière. Dans son Étude sur Catherine de Sienne (publiée en 1941 par la revue Letteratura), le linguiste Giacomo Devoto souligne les variations de style présentes dans l'épistolaire : celles-ci se manifestent surtout dans les différences de périodicité ou de rythme de l'écriture par rapport à la nécessité d'exhorter, d'expliquer ou d'affirmer. Les lettres, en fait, pourraient même être considérées comme un véritable vade-mecum du parfait prédicateur.

    Les lettres suivent - généralement - un schéma très précis : le "souhait" du saint, exprimé dans la formule fixe de l'incipit de la lettre, est suivi d'une partie d'exposition et de méditation morale ou spirituelle. Ensuite, nous sommes catapultés dans une narration de "faits", d'événements historiques liés à l'exposition précédente. Dans ce schéma libre et - en même temps - rigoureux, il est tout à fait significatif que l'exhortation ne soit jamais omise. Il faut noter, en effet, que les verbes "je veux" et "je prie" sont les verbes les plus répétés dans les lettres. Un exemple ? La lettre au Pape Grégoire XI : "Je veux que vous soyez un lever de soleil de l'amour, dans le verbe amour, le Christ crucifié (...) Je vous prie pour l'amour du Christ crucifié, que, le plus vite possible, vous alliez à la place des glorieux Pierre et Paul. Et toujours de votre côté, essayez d'aller avec certitude ; et Dieu, de son côté, vous fournira toutes les choses qui seront nécessaires pour vous et pour le bien de votre épouse (l'Eglise)".

    Les lettres de la sainte surprennent, impliquent et captivent : le lecteur d'aujourd'hui ne peut qu'être stupéfait par une telle profondeur psychologique. Pourtant, les études de psychologie étaient très éloignées de l'Europe du XIVe siècle où vivait la sainte. Par exemple, dans la Lettre à trois femmes de Florence, nous trouvons écrit :
    "Chères filles dans le Christ doux Jésus, parce que la bonté divine vous a tirées du monde, ne regardez pas en arrière pour contempler le champ labouré, mais visez toujours ce que vous devez faire pour conserver en vous le principe et l'intention sainte que vous avez faite vôtre. Quelle est cette chose qu'il nous convient de voir et de faire pour conserver notre bonne volonté ? Que vous soyez toujours dans la cellule de la connaissance de vous ; et de la connaissance de votre non-être et de votre possession de Dieu ; et de la connaissance de vos fautes, et de la brièveté du temps".

    Catherine demande aux trois femmes d'entrer dans ce qu'elle appelle la cellule de la cognition ; d'enquêter sur leurs propres âmes, en essayant de déplorerleurs défauts. C'est donc une action d'introspection que la sainte désire. Mais la deuxième partie devient encore plus intéressante : dans la connaissance de son propre être, mettre de côté son "je" pour faire place à Dieu.

    Mais Catherine est aussi et avant tout un guide spirituel. Elle exhorte les religieux à guider la vie spirituelle des gens de manière à ce que leurs actions puissent changer l'histoire. Elle demande à l'Eglise de faire son chemin vers Dieu, mais aussi dans l'histoire où le protagoniste incontesté doit être la vérité : une "vérité en fonction de la charité et de la dignité de l'homme parfait dans la charité". C'est ainsi que le résume l'historienne Giuliana Cavallini (1908-2004), spécialiste éclairée et éclairante de l'œuvre du saint.

    Catherine est une "écrivaine mystique" qui ne fait jamais abstraction du contexte humain, même dans son langage. Catherine "parlait au Seigneur avec son esprit, et avec le langage de son corps elle parlait aux hommes". Ce sont les mots de quelqu'un qui a bien connu sainte Catherine de Sienne : le frère dominicain Raymond de Capoue (vers 1330-1399), confesseur et premier biographe de la sainte.

  • Un "converti littéraire" : Joris-Karl Huysmans

    IMPRIMER

    De KTO Télévision :

    Joris-Karl Huysmans, Le converti littéraire

    18/04/2022

    Alors qu’il vient d’achever son chef d’oeuvre A rebours, Joris-Karl Huysmans entame un cycle de quatre romans qui retracent les étapes successives de sa lente et douloureuse conversion à la religion catholique. Cette entreprise inédite soulève son cortège de questions non résolues qu’exprime le personnage de Durtal, alter ego de l’auteur, écrivain comme lui. Aux interrogations spirituelles et morales: que faire de sa propre vie ? Quels choix devons-nous prendre pour nous réaliser en tant qu’être humain ? S’ajoute une interrogation propre au métier d’écrivain : comment décrire sous forme de roman une conversion, événement unique et tortueux qui relève de l’inexprimable ? Dans cette recherche, celui qui est « entré en catholicisme comme dans une gouttière » (Léon Bloy), place l’Art face à la foi. La quête spirituelle n’est jamais loin de la quête esthétique. Une production Baïkal Production 2021 - Réalisée par Paul Bégin

  • "Moscou utilise toute la violence qui couve dans la société russe"

    IMPRIMER

    De Stefano Montefiori sur le site du Cooriere della Sera :

    Giuliano da Empoli : "Moscou utilise toute la violence qui couve dans la société russe".

    L'écrivain raconte dans un roman politico-fictionnel la vie et les actes de Vladislav Surkov, le "magicien du Kremlin" qui a aidé Poutine à transformer le pays en dystopie.

    desc imgL'écrivain Giuliano Da Empoli. A côté de son premier roman en français : Le magicien du Kremlin. Tous les hommes de Poutine (à paraître le 14 avril chez Gallimard)

    Vladislav Surkov était le conseiller officiel de Poutine sur l'Ukraine, mais avant cela, il était l'homme qui a aidé à porter le nouveau Tsar au pouvoir. Il y a un an, Surkov a pris du recul, mais il est le seul à mériter l'expression sinistre de "Sorcier du Kremlin", titre du roman passionnant que Giuliano da Empoli vient de lui consacrer. Dans le livre, qui paraîtra chez Gallimard le 14 avril, Vladislav Sourkov devient Vadim Baranov car "les faits sont réels, les dialogues et la vie privée imaginés", explique da Empoli dans un café parisien. "L'idée, sur laquelle j'ai commencé à travailler il y a sept ou huit ans, était d'entrer dans la tête de ces personnages et la fiction, paradoxalement, est le seul moyen d'arriver à une forme de vérité".

    Le mage du Kremlin parle de théâtre d'avant-garde et de dictature, de spin doctors et de violence - le cœur du régime Poutine depuis le début -, des lumières tamisées de la bourgeoisie occidentale et de la dureté implacable des lustres de Moscou ou de Saint-Pétersbourg, et de la réalité parallèle qui a toujours été propagée aux Russes, bien avant les mensonges sur le massacre de Buca. Achevé il y a un an, ce livre est un aperçu de l'abîme de ces heures.

    Pourquoi la phrase d'ouverture est-elle une citation d'Alexandre Kojève, "La vie est une comédie qu'il faut jouer sérieusement" ?

    "Dans un monde gris d'anciens fonctionnaires et hommes d'affaires du KGB, Surkov est diplômé de l'Académie d'art dramatique de Moscou, écrit des romans sous un pseudonyme et des paroles pour un groupe de rock gothique, a des posters du rappeur américain Tupac Shakur à la maison, et prend son travail de spin doctor comme une performance artistique.

    Combien cela pèse-t-il dans la construction du régime de Poutine et aussi dans la tragédie de ces jours-ci ?

    "C'est fondamental, car Surkov importe dans la propagande politique l'approche du théâtre d'avant-garde : il ne communique pas la réalité, il la crée. Une réalité qui, au moins au début, prévoit le pouvoir absolu de Poutine mais aussi le faux contre-pouvoir des partis d'opposition qui sont en fait totalement contrôlés et même encouragés par Surkov. Une réalité qui ressemble beaucoup à l'extraordinaire roman dystopique Noi d'Evgenij Zamjatin, qui a prédit en 1920 la société de contrôle omniprésent qui domine aujourd'hui en Russie et qui se ressent également en Occident avec les médias sociaux, de Tinder à Facebook."

    De Surkov à Poutine, la valeur fondamentale semble être le cynisme.

    "Cynisme et ironie. Ils sont très présents, non seulement chez les dirigeants, mais dans l'ensemble de la société russe. Lorsque vous passez par trois systèmes de valeurs en l'espace de quelques décennies, chaque fois interprétés de manière absolue et excessive - le communisme, puis le capitalisme sauvage, puis le nationalisme actuel enveloppé de valeurs orthodoxes sacrées - le résultat est que personne ne croit plus en rien.

    Beaucoup ont affirmé que le Poutine sanguinaire de ces dernières semaines est un homme différent de ce qu'il était auparavant. Il l'est ?

    "Je ne dirais pas ça. La violence que nous voyons se dérouler ces semaines-ci est à l'origine de la domination de la société russe par Poutine".

    Le livre rappelle le terrible moment du "11 septembre russe", les attentats qui, en 1999, ont dévasté deux immeubles dans la banlieue de Moscou et qui ont déclenché les atrocités de la deuxième guerre en Tchétchénie. Est-ce que cela a été un tournant ?

    "Poutine était déjà au pouvoir à l'époque, mais pas très populaire : il ne dépassait pas les 3% dans les sondages. Ces mystérieux attentats, dont les auteurs n'ont jamais été identifiés mais qui ont été attribués aux Tchétchènes, ont permis à Poutine de se présenter comme le sauveur de la patrie menacée. Grozny a été rasée ou presque, et cette violence a permis à Poutine d'imposer non seulement son pouvoir mais aussi sa popularité".

    La guerre en Ukraine répond-elle au même besoin ?

    "Régulièrement, Poutine a besoin de se défouler à l'extérieur de la violence qui couve dans la société russe et sur laquelle il a construit son régime. Dans mon livre, j'imagine un dialogue nocturne au cours duquel Poutine réfléchit à la popularité durable de Staline parmi les Russes. Les Occidentaux pensent que c'est parce que les Russes ont oublié les purges, dit-il, mais c'est le contraire. Staline reste populaire précisément à cause des massacres : il savait comment traiter les ennemis du peuple.

    Si la vie est une grande pièce de théâtre à jouer sérieusement, cela explique aussi les contre-vérités russes sur le massacre de Buca et d'autres atrocités.

    "L'extraordinaire inversion est qu'aujourd'hui les fake news sont déguisées en vérification des faits en Ukraine. Les corps laissés dans la rue ? Selon les Russes, ce sont des acteurs."

    Comment peuvent-ils penser qu'ils sont pris au sérieux ?

    "C'est de la propagande à usage interne, avant tout, mais il y a des gens en Occident qui y croient. La réalité ne compte pas pour beaucoup dans le théâtre d'avant-garde. Peu importe que la version officielle soit crédible et bien faite. Au contraire, il est préférable de donner deux, trois, voire cinq explications différentes, et si elles sont farfelues, tant pis. Le but n'est pas de convaincre, de donner des certitudes, mais de détruire toute certitude."

    Pourquoi Surkov a-t-il quitté le Kremlin ?

    "Ceux comme lui, les manipulateurs subtils, à ce stade, ont perdu. Face à la violence nue, il y a peu de place pour eux. Mais l'héritage de Vladislav Surkov demeure. Si vous n'avez pas la force d'imposer votre ordre, optez pour le chaos. Je crains que ce soit la stratégie que Poutine adoptera en Ukraine."

  • Des écrivains en quête de Dieu

    IMPRIMER

    Sur CNews avec Aymeric Pourbaix (3/4/2022) : (cliquer sur l'image pour accéder à l'émission)

    2022_04_08_09_25_34_Greenshot.png

  • Andreï Makine : cracher sur la Russie ne résoudra rien et n’aidera pas les Ukrainiens

    IMPRIMER

    Des propos recueillis par Alexandre Devecchio sur le Figaro Vox via Artofuss.blog :

    Andreï Makine: «Pour arrêter cette guerre, il faut comprendre les antécédents qui l’ont rendue possible»

    10 mars 2022

    FIGAROVOX/ENTRETIEN – L’académicien franco-russe, prix Goncourt 1995, s’afflige de voir l’Ukraine transformée en «chaudron guerrier». Il se défend d’être pro-Kremlin et regrette une vision «manichéenne» du conflit «qui empêche tout débat».

    Andreï Makine, né en Sibérie, a publié une douzaine de romans traduits dans plus de quarante langues, parmi lesquels Le Testament français(prix Goncourt et prix Médicis 1995), La Musique d’une vie (éd. Seuil, 2001), et, plus récemment, Une femme aimée (Seuil). Il a été élu à l’Académie française en 2016.


    FIGAROVOX. – En tant qu’écrivain d’origine russe, que vous inspire cette guerre ?

    Andreï MAKINE. – Pour moi, elle était impensable. J’ai en tête les visages de mes amis ukrainiens à Moscou, que je voyais avant tout comme des amis, pas comme des Ukrainiens. Le visage de leurs enfants et de leurs petits-enfants, qui sont dans ce chaudron guerrier. Je plains les Ukrainiens qui meurent sous les bombes, tout comme les jeunes soldats russes engagés dans cette guerre fratricide. Le sort du peuple qui souffre m’importe davantage que celui des élites. Comme le disait Paul Valéry«la guerre, ce sont des hommes qui ne se connaissant pas et qui se massacrent au profit d’hommes qui se connaissent et ne se massacrent pas».

    Une partie de la presse vous qualifie d’écrivain pro-Poutine. L’êtes-vous ?

    C’est une journaliste de l’AFP qui m’a collé cette étiquette il y a une vingtaine d’années. C’était juste après le départ de Boris Eltsine dont le bilan était catastrophique pour la Russie. Je lui avais expliqué que Eltsine, dans un état d’ébriété permanent, avec la responsabilité du bouton atomique, représentait un vrai danger. Et que j’espérais que la Russie pourrait devenir un peu plus rationnelle et pragmatique à l’avenir. Mais elle a titré : «Makine défend le pragmatisme de Poutine». Comme c’était une dépêche de l’AFP, cela a été repris partout. Et lorsque je suis entré à l’Académie, un grand hebdo, dont par charité je tairai le nom, a, à son tour, titré : «Makine, un Poutinien à l’Académie»… Cela en dit long sur le monde de mensonge dans lequel nous vivons.

    Vous condamnez l’intervention russe…

    Mon opposition à cette guerre, à toutes les guerres, ne doit pas devenir une sorte de mantra, un certificat de civisme pour les intellectuels en mal de publicité, qui tous cherchent l’onction de la doxa moralisatrice. À force de répéter des évidences, on ne propose absolument rien et on en reste à une vision manichéenne qui empêche tout débat et toute compréhension de cette tragédie. On peut dénoncer la décision de Vladimir Poutine, cracher sur la Russie, mais cela ne résoudra rien, n’aidera pas les Ukrainiens.

    Pour pouvoir arrêter cette guerre, il faut comprendre les antécédents qui l’ont rendue possible. La guerre dans le Donbass dure depuis huit ans et a fait 13 000 morts, et autant de blessés, y compris des enfants. Je regrette le silence politique et médiatique qui l’entoure, l’indifférence à l’égard des morts dès lors qu’ils sont russophones. Dire cela, ne signifie pas justifier la politique de Vladimir Poutine. De même que s’interroger sur le rôle belliciste des États-Unis, présents à tous les étages de la gouvernance ukrainienne avant et pendant la «révolution du Maïdan», n’équivaut pas à dédouaner le maître du Kremlin. Enfin, il faut garder à l’esprit le précédent constitué par le bombardement de Belgrade et la destruction de la Serbie par l’Otan en 1999 sans avoir obtenu l’approbation du Conseil de sécurité des Nations unies. Pour la Russie, cela a été vécu comme une humiliation et un exemple à retenir. La guerre du Kosovo a marqué la mémoire nationale russe et ses dirigeants.

    Lorsque Vladimir Poutine affirme que la Russie est menacée, ce n’est pas un « prétexte » : à tort ou à raison, les Russes se sentent réellement assiégés. Andreï Makine

    Lorsque Vladimir Poutine affirme que la Russie est menacée, ce n’est pas un «prétexte» : à tort ou à raison, les Russes se sentent réellement assiégés, et cela découle de cette histoire, ainsi que des interventions militaires en Afghanistan, en Irak et en Libye. Une conversation rapportée entre Poutine et le président du Kazakhstan résume tout. Ce dernier tente de convaincre Poutine que l’installation de bases américaines sur son territoire ne représenterait pas une menace pour la Russie, qui pourrait s’entendre avec les États-Unis. Avec un petit sourire triste, Poutine répond : «C’est exactement ce que disait Saddam Hussein !».

    Encore une fois, je ne légitime en aucune manière la guerre, mais l’important n’est pas ce que je pense, ni ce que nous pensons. En Europe, nous sommes tous contre cette guerre. Mais il faut comprendre ce que pense Poutine, et surtout ce que pensent les Russes, ou du moins une grande partie d’entre eux.

    Lire la suite

  • Les "ravages" exercés par le wokisme, la cancel culture et le décolonialisme

    IMPRIMER

    Des propos de Pierre Jourde recueillis par Thierry Boutte sur le site de la Libre :

    extraits

    (...)

    Vous dénoncez les "ravages" exercés par le wokisme, la cancel culture et le décolonialisme. Comment définissez-vous ces trois termes ?

    Le premier terme est général. Il désigne le fait d'être attentif à toute forme de discrimination. Ce qui est très positif. Mais comme beaucoup de démarches positives, il s'est transformé en oppression. Il s'agit à présent de surveiller partout et de réprimer autant que possible ce qui n'est pas conforme à l'idéologie identitaire, qui considère toute minorité comme victime d'oppression, et exclusivement sous cet angle. La cancel culture est par conséquent l'application du wokisme dans le domaine culturel : la chasse à toutes les représentations "offensantes", partout, en littérature, au théâtre, au cinéma, etc. Le "décolonialisme" considère que toute la pensée occidentale est infectée de colonialisme, et entend considérer les mathématiques, la physique moderne comme des produits de l'oppression. On veut également en finir, pour la même raison, avec les études classiques, le grec et le latin. Donc, oui, wokisme, cancel culture et décolonialisme font des ravages.

    Pourquoi, selon vous, ces mouvements ont-ils pris tant d’importance aujourd’hui ?

    C’est le résultat d’une atomisation de la société, qui ne croit plus au politique, ni au collectif, et se replie sur des identités locales. On ne se reconnaît plus que dans l’appartenance à un groupe, lequel exige que l’on reconnaisse ses droits, sans restriction. C’est aussi l’aboutissement d’une infantilisation générale des individus, d’une culture de la surprotection, qui les amène à se considérer comme des victimes avant toute autre chose.

    Quels sont ces "ravages" que vous pointez ?

    La destruction de vies entières et de réputations par le harcèlement en meute sur les réseaux sociaux, l'annulation de conférences et de séminaires par la pression d'étudiants ou de groupes identitaires, la mise en danger de la vie de professeurs par l'accusation d'"islamophobie" à tort et à travers, la censure de grands textes du passé, et leur mise en conformité avec une doxa idéologique contemporaine ou encore le nettoyage de la culture populaire. C'est le stalinisme sans état centralisé. C'est aussi l'interdiction de penser librement, autrement qu'à travers des filtres idéologiques et militants. C'est enfin le refus de communication entre cultures et communautés : il faut être noir pour traduire un Noir, ou critiquer l'œuvre d'un Noir, ou interpréter un Noir. Repli terrifiant, qui est aussi une régression infantilisante. (...)