Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Europe

  • Varsovie : la croix bannie des lieux publics

    IMPRIMER

    De Wlodzimierz Redzioch sur la NBQ :

    Le maire de Varsovie interdit les croix, même sur les bureaux

    Le maire pro-Lgbt Rafal Trzaskowski a ordonné le retrait des croix, des images de saints et d'autres symboles religieux, non seulement sur les murs, mais aussi sur les bureaux des employés de bureau de Varsovie. Un ordre qui rappelle la dictature communiste et qui est contraire à la Constitution.

    27_05_2024

    Rafal Trzaskowski est un homme politique de premier plan au sein du parti Plate-forme civique (PO) du Premier ministre Donald Tusk. Il est maire de la capitale polonaise et a été candidat aux dernières élections présidentielles (il a été battu par l'actuel président Andrzej Duda). En 2019, il est devenu célèbre, notamment grâce aux médias du monde entier, lorsqu'il a signé, sans consultation publique, la "déclaration LGBT" controversée, qui prévoit l'octroi de nombreux privilèges aux personnes qui s'identifient à l'idéologie LGBT. Cette déclaration concernait, entre autres, l'introduction dans les écoles des programmes demandés par le mouvement LGBT et le parrainage par le maire de la "Gay Pride Parade".

    Mais ces derniers jours, Trzaskowski a lancé une autre campagne "progressiste", qui rappelle les vieux jours du régime communiste : le 8 mai, il a déclaré la guerre à la croix et à la liberté religieuse en Pologne, en signant un ordre exigeant le retrait des croix, des images de saints et d'autres symboles religieux, non seulement sur les murs, mais aussi sur les bureaux des employés de bureau de Varsovie. Les symboles religieux devront disparaître de tous les espaces publics des bureaux de Varsovie, et tous les événements organisés par les bureaux de la capitale devront être "de nature laïque, c'est-à-dire qu'ils ne contiendront pas d'éléments religieux, par exemple des prières...". Il est évident que ces restrictions doivent s'appliquer à la croix et aux événements religieux, et non aux drapeaux arc-en-ciel et aux cérémonies en l'honneur de la fierté LGBT.

    M. Trzaskowski justifie sa décision de retirer les croix de l'espace public de la capitale par son prétendu souci de neutralité de l'État dans la sphère religieuse et par les sentiments des non-croyants. En réalité, il ne s'agit pas d'un combat pour la neutralité, mais d'une tentative d'athéisation de la part d'un représentant de l'État. Mais il est significatif que pour justifier sa décision, Trzaskowski n'ait pas cité la Constitution, mais un fragment de la loi adoptée à l'époque de la Pologne communiste !

    Il ne pouvait pas invoquer la Constitution car son ordre d'enlever les croix est contraire à la loi fondamentale polonaise. La Constitution de la République de Pologne ne prévoit pas la neutralité idéologique ou la "laïcité" de l'État, mais son impartialité. Comme l'explique l'Institut de culture juridique Ordo Iuris, "la différence est importante car l'utilisation de ce dernier concept dans le texte de la Constitution était délibérée et visait à exclure les attitudes des autorités publiques hostiles à la religiosité". En résumé, la Constitution polonaise ne promeut pas l'athéisme et la "neutralité", mais engage l'État à une coopération amicale avec l'Église "pour le bien de l'homme et le bien commun". En témoignent la présence de croix et de chapelles dans les bureaux, les écoles, les gares et les hôpitaux polonais, ainsi que la possibilité d'organiser des réunions de Noël ou de Pâques dans les espaces publics.

    La décision de M. Trzaskowski viole de nombreux articles de la Constitution, en premier lieu l'article 53, qui garantit à chacun la liberté de conscience et de religion, y compris le droit de manifester publiquement sa religion sous diverses formes. Selon l'Institut Ordo Iuris, Trzaskowski peut être accusé d'avoir commis un crime en vertu de l'article 231 du code pénal : l'abus de pouvoir par un fonctionnaire public.

    L'ordonnance de Trzaskowski constitue un abus de pouvoir manifeste. La Constitution stipule clairement que les restrictions au droit de manifester sa religion ne peuvent être introduites "que par la loi et seulement en cas de nécessité". Selon les juristes, "l'ordonnance de Trzaskowski n'est non seulement pas un acte légal, mais elle ne remplit même pas les autres conditions de restriction de la liberté religieuse énoncées dans la Constitution de la République de Pologne". Si un employé était contraint de retirer une croix ou une image sacrée de son bureau, cela constituerait une violation du statut des fonctionnaires.

    Il convient également de mentionner le préambule de la Constitution, qui dit : "Merci à nos ancêtres pour leur travail, pour la lutte pour l'indépendance payée par d'énormes sacrifices, pour la culture enracinée dans l'héritage chrétien de la nation et les valeurs humaines universelles". En bref, la croix sur les murs des bureaux publics n'est pas seulement un symbole religieux : le christianisme est un élément de l'héritage national polonais. Mais il est paradoxal que des politiciens du parti de Trzaskowski aient voté il y a 14 ans, sous le précédent gouvernement de Tusk, une résolution intitulée "Respect de la croix", qui stipule que : "La croix, qui est un signe d'identité, est un symbole de l'identité polonaise : "La croix, signe du christianisme, est devenue pour tous les Polonais un symbole de valeurs universellement acceptées, indépendamment de la religion, ainsi que de la recherche de la vérité, de la justice et de la liberté de notre patrie". Par conséquent, "toute tentative d'interdire l'affichage de la croix dans les écoles, les hôpitaux, les bureaux et les espaces publics en Pologne doit être considérée comme une atteinte à notre tradition, à notre mémoire et à notre fierté nationale".

    Il convient également de rappeler que la Cour européenne des droits de l'homme s'est prononcée sur la présence de la croix dans l'espace public, déclarant dans la célèbre affaire Lautsi contre Italie que même l'affichage obligatoire ( !) de la croix dans les écoles italiennes ne violait pas les droits des non-croyants. Selon la Cour européenne, la présence de croix dans l'espace public ne viole pas les dispositions de la Convention européenne des droits de l'homme.

    Trzaskowski sait certainement tout cela, mais en tant que "progressiste", "pro-européen", "gay friendly", il se sent probablement impuni dans son attaque contre la croix, même si elle viole la Constitution et les lois. Il semble que dans l'UE, ce ne sont plus les lois qui comptent, mais les idéologies, évidemment politiquement correctes.

  • L'écologie intégrale a besoin de la reconnaissance de la famille

    IMPRIMER

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE

    La FAFCE Conseil d'administration | L'écologie intégrale a besoin de la reconnaissance de la famille

    Brno, le 15 mai 2024

    Aujourd'hui, à l'occasion de la Journée internationale des familles, la FAFCE a adopté une résolution sur la centralité de la famille dans la transition écologique. Accueillie par l'organisation membre tchèque de la FAFCE à Brno, la résolution du Conseil d'administration de printemps a relié l'écologie et la dignité humaine aux préoccupations relatives à la pauvreté des enfants, à la protection des mineurs et à la sécurité numérique, ainsi qu'à l'hiver démographique.

    La résolution de la FAFCE met l'accent sur un message d'espoir. Approuvée à l'unanimité, la résolution appelle « les candidats aux élections du Parlement européen, les institutions européennes et tous les gouvernements nationaux à placer les familles au centre de leurs préoccupations. Il n'y a pas de protection possible de l'environnement sans protection de la famille ».

    Vincenzo Bassi, Président de la FAFCE, a conclu : « Le problème n'est pas les enfants mais le consumérisme. Il n'y a pas d'écologie sans la personne, pas de personne sans la famille. Par conséquent, il n'y a pas d'écologie sans les familles et les communautés de familles au cœur de la transition ».

    Il poursuit en disant : « La solidarité intergénérationnelle sera cruciale pour le succès de la transition écologique, ce qui nécessite une protagonisation de la famille et des réseaux familaux. C'est grâce à ces réseaux que nous pourrons lutter contre la pandémie de solitude et construire un avenir plein d'espoir. Alors que plus de 400 millions d'Européens voteront en juin pour le prochain Parlement, nous rappelons aux représentants politiques que protéger la planète, c'est protéger la famille ».

    La résolution adoptée s'intitule « L'écologie intégrale a besoin de la reconnaissance de la famille ». Rappelant la récente déclaration Dignitas Infinita et l'encyclique papale Laudato Si', la résolution souligne que « la dignité humaine de toute personne humaine prévaut sur et au-delà de toute circonstance et de tout contexte ».

    Le Conseil d'administration a également accepté une nouvelle organisation membre à part entière, Accoglienza della Vita (Saint-Marin), qui était déjà observateur au sein de la Fédération, ainsi qu'une nouvelle organisation membre observateur au sein de la Fédération, en provenance d'Espagne : Asociación Católica de Propagandistas (ACdP). Fondée en 1909, l'ACdP est l'une des plus anciennes organisations catholiques laïques d'Espagne, dont le principal pilier est la participation des laïcs catholiques à la vie publique.

    Les membres du Conseil d'administration de la FAFCE ont également écouté les contributions et les rapports d'activité des organisations membres à travers le continent, ainsi qu'une contribution des membres de la Plateforme Bouclier. La prochaine réunion ordinaire du Conseil d'administration aura lieu à Bruxelles, en novembre 2024.

    A quelques jours de la Bulle d'indiction du Jubilé ordinaire de l'an 2025 du Saint Père Spes Non Confundit, les membres de la FAFCE ont échangé sur leurs activités à venir en 2025, notamment sur la sensibilisation aux réseaux familiaux et à l'hiver démographique, car « il est urgent qu'une législation responsable de la part des Etats s'accompagne du soutien ferme des communautés de croyants et de toute la communauté civile dans toutes ses composantes ».
     

    The Federation of Catholic Family Associations in Europe represents 33 national and local organisations: we are the voice of families from a Catholic perspective at the European level. FACE holds a participatory status with the Council of Europe since 2001 and is a member of the Fundamental Rights Platform of the European Union. 

  • Le pape au Luxembourg : une faveur à l'un de ses amis et alliés les plus proches ?

    IMPRIMER

    D'Elise Ann Allen sur Crux :

    La visite du pape en Belgique et au Luxembourg sera à la fois un message et une récompense

    27 mai 2024

    ROME - Lorsque le pape François se rendra en Belgique et au Luxembourg dans le courant de l'année, ce voyage ne constituera pas seulement une faveur à un allié clé, mais il sera également l'occasion pour le pape François de renforcer plusieurs priorités de son pontificat.

    Le Vatican a officiellement annoncé la visite du pape en Belgique et au Luxembourg du 26 au 29 septembre le 20 mai, en précisant dans un communiqué qu'il ferait une escale au Luxembourg le 26 septembre en route vers la Belgique, où il séjournera du 26 au 29 septembre et visitera les villes de Bruxelles, Louvain et Louvain-la-Neuve.

    C'est à Bruxelles que se trouve le siège d'institutions internationales, ce qui signifie que François s'adressera probablement à elles lors de sa visite dans la ville, et qu'il devrait visiter les universités catholiques de Louvain et de Louvain-la-Neuve.

    Les premières allusions à un voyage papal en Belgique cette année ont été faites par le pape François lui-même lors d'une interview accordée en décembre 2023 à Valentina Alazraki, journaliste mexicaine et observatrice chevronnée du Vatican.

    À l'époque, les évêques belges avaient déclaré que cette visite marquerait le 600e anniversaire de la fondation des universités de Louvain et Leuven, même si cet anniversaire n'aura lieu officiellement qu'en 2025, au cours d'une année jubilaire qui devrait être riche en engagements papaux.

    Dans une déclaration officielle saluant l'annonce de la visite du pape, l'archevêque de Bruxelles Luc Terlinden, ancien étudiant des deux universités, a qualifié le voyage papal de surprise et de joie pour l'Église locale.

    "Il faut garder à l'esprit que le pape ne se rend pas souvent dans les pays européens, en particulier dans les pays d'Europe occidentale. C'est pourquoi nous ne nous attendions pas vraiment à cette visite", a-t-il déclaré, tout en se disant convaincu que François "voulait venir en Belgique depuis longtemps".

    Ce voyage, a-t-il ajouté, marque "une occasion très spéciale, puisque le pape rencontrera également les communautés intellectuelles et scientifiques de notre pays et, par extension, divers acteurs de la société belge dans son ensemble".

    Les universités remontent à 1425, lorsqu'elles ont été fondées à l'origine en tant qu'institution unique par le pape Martin V. Cependant, elles se sont scindées dans les années 1960, donnant lieu à la création de deux universités distinctes : la KU Leuven néerlandophone et l'Université catholique de Louvain (UCL) francophone.

    Le pape François, qui s'est exprimé à plusieurs reprises sur sa vision d'une Europe renouvelée, unie et fortifiée qui s'appuie sur ses racines chrétiennes et accueille les nouveaux arrivants, profitera sans doute de son étape à Bruxelles pour délivrer un autre message fort sur sa vision de l'Europe après les élections législatives de cet été, et pour la communauté internationale qui traverse des conflits majeurs tels que les guerres en Ukraine et à Gaza.

    Toutefois, outre le message politique qu'il enverra à Bruxelles, sa visite en Belgique sera probablement l'occasion de renforcer son engagement à mettre en œuvre les réformes du concile Vatican II, car il existe un lien historique entre l'université catholique de Louvain et le concile.

    Avant même le début du concile en 1962, l'université catholique de Louvain était considérée comme un précurseur du type de pensée et d'action théologique que le concile lui-même a fini par adopter.

    Par exemple, les documents du Concile mettent fortement l'accent sur un rôle accru et renforcé des laïcs, soulignant qu'en vertu de leur baptême, les laïcs et le clergé sont tout autant appelés à participer à la vie de l'Église et à prendre des initiatives, même si c'est de manière différente. À l'époque, l'Université catholique de Louvain avait déjà commencé à former des laïcs à la théologie avant même le début du concile.

    En 1970, l'université a créé le Centre d'étude du Concile Vatican II, qui fonctionne encore aujourd'hui dans le but de collecter des documents sur l'histoire du Concile et d'encourager et de soutenir les recherches en cours sur ce sujet.

    Le dernier pape à s'être rendu en Belgique a été saint Jean-Paul II en 1995, lorsqu'il a béatifié le père Damien de Molokai, un missionnaire belge de l'ordre des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie qui a passé sa vie au service d'une léproserie à Hawaï avant de succomber lui-même à la maladie en 1889.

    Dix ans auparavant, Jean-Paul II avait effectué en 1985 une tournée plus importante en Belgique, s'arrêtant à Louvain, Namur, Beauraing, Anvers, Banneux, Liège et Malines.

    Outre le message que François pourrait délivrer sur Vatican II et l'état de l'Europe, il évoquera probablement aussi la crise des abus commis par des clercs en Belgique, puisque sa visite interviendra dans le cadre d'une enquête parlementaire sur les abus sexuels dans l'Église catholique, qui a débuté à l'automne dernier et qui a demandé la création d'un poste de commissaire spécial pour les abus sexuels et la violence à l'égard des mineurs et des personnes vulnérables.

    Quoi que le pape dise et fasse en Belgique, il le fera dans l'ombre de l'enquête sur les abus sexuels et de ses résultats, ce qui signifie qu'il devra gérer les retombées de cette enquête tout en essayant de faire passer son message.

    La brève escale du pape François au Luxembourg est considérée comme une faveur faite au cardinal Jean-Claude Hollerich, un confrère jésuite qui est archevêque de Luxembourg depuis 2011 et membre du Conseil des cardinaux du pape.

    Mgr Hollerich a été président de la Commission des épiscopats de l'Union européenne (COMECE) et est actuellement rapporteur général du Synode des évêques sur la synodalité, un processus consultatif mondial pluriannuel qui doit s'achever par une deuxième rencontre à Rome en octobre prochain.

    Considéré comme un proche allié du pape qui partage une grande partie de l'agenda et de la stratégie pastorale du pape François, Mgr Hollerich a également un lien personnel avec le pape en raison d'une affinité commune pour l'Asie.

    Peu après son élection à la papauté, le pape François a déclaré dans une interview qu'en tant que jeune jésuite, il avait voulu se rendre au Japon en tant que missionnaire, compte tenu de l'histoire des missions jésuites dans le pays et de la période de persécution qu'elles ont endurée, qui a servi de prémisse au film de Martin Scorsese de 2016, "Silence".

    Hollerich s'est rendu au Japon pour la première fois en 1985 et y a passé quatre ans, s'immergeant dans la culture locale et apprenant la langue japonaise, qu'il parle encore couramment aujourd'hui.

    Il a terminé ses études théologiques à l'Université Sophia de Tokyo et a obtenu une licence à l'Université de philosophie et de théologie Saint Georgen de Francfort en 1989-1990, avant de retourner au Japon, où il est resté jusqu'à sa nomination au Luxembourg en 2011.

    Avant d'être président de la COMECE de 2018 à 2023, Mgr Hollerich était considéré comme un défenseur des migrants et comme un promoteur du leadership laïc dans son diocèse. Il a été choisi pour participer au synode des évêques sur la famille organisé par le pape François en 2015, ainsi qu'au synode sur la jeunesse organisé par le pape en 2018.

    Il a été créé cardinal par le pape François en 2019 et a continué à se distinguer en tant qu'ami et allié clé du pape François. Compte tenu de son rôle dans l'actuel synode sur la synodalité et en tant que membre du Conseil des cardinaux du pape, il est chargé de conseiller François sur d'importantes questions de gouvernance et de réforme de l'Église et est responsable de la mise en œuvre de ces réformes dans l'Église mondiale.

    Le pape Jean-Paul II s'est rendu au Luxembourg pour une excursion d'une journée en 1985, ce qui signifie que cela fait près de 40 ans que le pays n'a pas reçu de visite papale. L'étape du pape François est donc considérée en partie comme une visite de retour tardive du berger de l'Église catholique, mais aussi comme une faveur à l'un de ses amis et alliés les plus proches.

  • La décadence de l'Occident

    IMPRIMER

    De Jaime Nogueira Pinto sur The European Conservative :

    La décadence de l'Occident

    La décadence de l'Occident est aujourd'hui révélée par une classe d'élite déconnectée, plus intéressée par les microagressions que par le déclin de la civilisation.

    25 mai 2024

    La décadence de l'Occident est de nouveau à l'ordre du jour. J'ai lu récemment deux essais sur le déclin et la chute de l'Occident : La défaite de l'Occident par Emmanuel Todd (Gallimard, 2024), et La société décadente : comment nous sommes devenus les victimes de notre propre succès par Ross Douthat (Simon & Schuster, 2020).

    Les auteurs sont bien connus : Emmanuel Todd est un historien et sociologue français, auteur d'une vingtaine d'ouvrages sur les sociétés contemporaines et le monde, dont La Chute Finale, essai de 1976 dans lequel, fait unique, il prédit la fin de l'Union soviétique, alors considérée comme éternelle. Ross Douthat est un écrivain et essayiste américain, né en 1979, auteur d'ouvrages tels que Privilege : Harvard et l'éducation de la classe dirigeante et Bad Religion : Comment nous sommes devenus une nation d'hérétiques. Douthat est chroniqueur au New York Times, remplissant ainsi le quota d'éditorialistes conservateurs du quotidien progressiste du Big Apple's

    La défaite de l'Occident et The Decadent Society traitent, bien entendu, de la défaite et de la décadence de l'Occident et de l'Amérique. Personnellement, je suis plus préoccupé par la lecture pessimiste de Todd - qui, il y a près d'un demi-siècle, prédisait la fin de l'Union soviétique - que par celle de Douthat. La société décadente finit par démonter, d'une manière non apocalyptique, les signes et les symptômes d'une "décadence durable" dans les principales sociétés euro-américaines, "dans lesquelles la répétition est plus la norme que l'invention ; dans lesquelles l'impasse plutôt que la révolution marque notre politique ; dans lesquelles la sclérose afflige les institutions publiques et la vie privée ; dans lesquelles les nouveaux développements de la science, les nouveaux projets exploratoires, ne tiennent toujours pas leurs promesses".

    Mais la galerie de titres décadents sur l'avenir de l'Occident, entendu comme le monde occidental euro-américain, est sans fin. Kishore Mahbubani, économiste et diplomate singapourien, voit les choses de l'autre côté, celui de l'émergence. Dans Has the West Lost It ? - A Provocation (Allen Lane, 2018), Mahbubani prédit l'essor technologique et économique des géants asiatiques, l'Inde et la Chine ; puis, dans Has China Won ? The Chinese Challenge to American Primacy (PublicAffairs, 2020), il se concentre sur la lutte pour la suprématie entre la Chine et les États-Unis. Plus récemment, dans The Asian 21st Century : China and Globalisation (Springer, 2022), il déclare la fin de l'hégémonie occidentale dans l'histoire du monde, avec la montée géopolitique de la Chine et de l'Inde et la transformation de l'environnement de l'humanité d'une "vaste planète" en un "village global".

    Emmanuel Todd identifie le déclin de l'Euro-Amérique dans des facteurs idéologiques et sociaux, tels que la montée de la "Woke religion" dans l'administration Biden, où un ensemble de minorités raciales, sexuelles et culturelles atteste de l'obsession "inclusive". Mais le "Sud global" ne comprend ni ne prend au sérieux l'irréalisme stagnant et la décadence sadomasochiste de la nouvelle religion qui s'est emparée de l'avant-garde occidentale, ce qui, pour Todd, contribue au peu de soutien qu'elle trouve en Asie, en Afrique et dans les Amériques hispaniques pour la cause de l'Occident contre la Russie de Poutine - une culture qui apparaît, en comparaison, religieuse, traditionnelle et virile.

    Le thème de la décadence est ancien dans l'histoire occidentale : au XVIIIe siècle, la fascination pour la grandeur et la décadence de Rome et de l'Empire romain a conduit Charles-Louis de Montesquieu à publier Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence (1734) et Edward Gibbon à écrire L'histoire du déclin et de la chute de l'Empire romain en six volumes (le premier en 1776, le deuxième et le troisième en 1781 et les trois derniers en 1788-1789).

    Au XIXe siècle, après les guerres napoléoniennes, c'est peut-être en raison des succès de la révolution industrielle et de l'ère de l'impérialisme qui s'ensuivit que, avec la conquête et l'occupation rapides de l'Asie et de l'Afrique par les Européens, la décadence n'a pas beaucoup préoccupé les penseurs du continent. À l'exception de Nietzsche, qui a été impressionné par l'ascension et la chute rapides des Grecs anciens et qui a traité du conflit entre la science et la sagesse dans la philosophie grecque classique. Le génie tragique du penseur l'a également conduit à combattre systématiquement les idées dominantes, les "idoles", quelles qu'elles soient.

    Lire la suite

  • Bède le Vénérable (25 mai) : un bâtisseur de l'Europe chrétienne au VIIIème siècle

    IMPRIMER

    De BENOÎT XVI lors de l'AUDIENCE GÉNÉRALE du mercredi 18 février 2009 :

    Bède le vénérable

    Chers frères et sœurs,

    Le saint que nous évoquons aujourd'hui s'appelle Bède et naquit dans le Nord-Est de l'Angleterre, plus exactement dans le Northumberland, en 672/673. Il raconte lui-même que ses parents, à l'âge de sept ans, le confièrent à l'abbé du proche monastère bénédictin, afin qu'il l'instruise:  "Depuis lors - rappelle-t-il -, j'ai toujours vécu dans ce monastère, me consacrant intensément à l'étude de l'Ecriture et, alors que j'observais la discipline de la Règle et l'engagement quotidien de chanter à l'église, il me fut toujours doux d'apprendre, d'enseigner ou d'écrire" (Historia eccl. Anglorum, v, 24). De fait, Bède devint l'une des plus éminentes figures d'érudit du haut Moyen-Age, pouvant utiliser les nombreux manuscrits précieux que ses abbés, revenant de leurs fréquents voyages sur le continent et à Rome, lui portaient. L'enseignement et la réputation de ses écrits lui valurent de nombreuses amitiés avec les principales personnalités de son époque, qui l'encouragèrent à poursuivre son travail, dont ils étaient nombreux à tirer bénéfice. Etant tombé malade, il ne cessa pas de travailler, conservant toujours une joie intérieure qui s'exprimait dans la prière et dans le chant. Il concluait son œuvre la plus importante, la Historia ecclesiastica gentis Anglorum, par cette invocation:  "Je te prie, ô bon Jésus, qui avec bienveillance m'a permis de puiser aux douces paroles de ta sagesse, accorde-moi, dans ta bonté, de parvenir un jour à toi, source de toute sagesse, et de me trouver toujours face à ton visage". La mort le saisit le 26 mai 735:  c'était le jour de l'Ascension.

    Les Saintes Ecritures sont la source constante de la réflexion théologique de Bède. Après une étude critique approfondie du texte (une copie du monumental Codex Amiatinus de la Vulgate, sur lequel Bède travailla, nous est parvenue), il commente la Bible, en la lisant dans une optique christologique, c'est-à-dire qu'il réunit deux choses:  d'une part, il écoute ce que dit exactement le texte, il veut réellement écouter, comprendre le texte lui-même; de l'autre, il est convaincu que la clef pour comprendre l'Ecriture Sainte comme unique Parole de Dieu est le Christ et avec le Christ, dans sa lumière, on comprend l'Ancien et le Nouveau Testament comme "une" Ecriture Sainte. Les événements de l'Ancien et du Nouveau Testament vont de pair, ils sont un chemin vers le Christ, bien qu'ils soient exprimés à travers des signes et des institutions différentes (c'est ce qu'il appelle la concordia sacramentorum). Par exemple, la tente de l'alliance que Moïse dressa dans le désert et le premier et le deuxième temple de Jérusalem sont des images de l'Eglise, nouveau temple édifié sur le Christ et sur les Apôtres avec des pierres vivantes, cimentées par la charité de l'Esprit. Et de même qu'à la construction de l'antique temple contribuèrent également des populations païennes, mettant à disposition des matériaux précieux et l'expérience technique de leurs maîtres d'œuvre, à l'édification de l'Eglise contribuent les apôtres et les maîtres provenant non seulement des antiques souches juive, grecque et latine, mais également des nouveaux peuples, parmi lesquels Bède se plaît à citer les celtes irlandais et les Anglo-saxons. Saint Bède voit croître l'universalité de l'Eglise qui ne se restreint pas à une culture déterminée, mais se compose de toutes les cultures du monde qui doivent s'ouvrir au Christ et trouver en Lui leur point d'arrivée.

    Lire la suite

  • La COMECE regrette la transformation de l'église Saint-Sauveur de Chora en mosquée : "Un nouveau coup dur pour le dialogue interreligieux"

    IMPRIMER

    shutterstock_1800218683-2

    logopress660

    La COMECE regrette la transformation de l'église Saint-Sauveur de Chora en mosquée : "Un nouveau coup dur pour le dialogue interreligieux

    La Commission des Épiscopats de l'Union européenne (COMECE) a commenté, jeudi 23 mai 2024, la récente mise en œuvre de la décision des autorités turques de transformer l'église Saint-Sauveur de Chora en mosquée. "Cette mesure dilue encore davantage les racines historiques de la présence chrétienne dans le pays. Toute initiative de dialogue interreligieux promue par les autorités turques perd de sa crédibilité".

    Quatre ans après la conversion de la basilique Sainte-Sophie en mosquée, la très symbolique église Saint-Sauveur de Chora, à Istanbul, suit le même chemin. Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a officiellement ouvert l'église chrétienne orthodoxe byzantine au culte islamique au début du mois de mai 2024.

    "C'est un pas de plus dans la dilution des racines historiques de la présence chrétienne dans le pays, et c'est une décision regrettable qui rendra la coexistence religieuse plus difficile. Avec cette action, toute initiative de dialogue interreligieux promue par les autorités du pays perdra inévitablement de sa crédibilité", déclare le Père Manuel Barrios Prieto, Secrétaire général de la COMECE.

    L'église du IVe siècle est un emblème du christianisme oriental et une mémoire vivante de la présence historique des chrétiens dans le pays. Le temple fait partie du patrimoine culturel mondial de l'UNESCO et a fonctionné comme musée pendant des décennies.

    En juillet 2020, la COMECE a commenté le changement de statut du monument du patrimoine mondial Sainte-Sophie, qui est passé de musée à temple musulman, estimant qu'il s'agissait d'un " coup porté au dialogue interreligieux ". À cette occasion, la COMECE a également souligné le "grave problème" de la Turquie en matière de discours de haine et de menaces à l'encontre des minorités nationales, ethniques et religieuses.

  • « Dans 10 ou 15 ans, l’islam pourrait être la première religion de France »

    IMPRIMER

  • Elections : A quel parti vais-je donner ma voix ? Les lignes rouges qu'il ne faut pas franchir

    IMPRIMER

    Tous les partis belges francophones franchissent les lignes rouges mentionnées dans l'article ci-dessous. Alors, faut-il opter pour le vote blanc ou nul ? Qu'en pensent nos visiteurs ? Des candidats font-ils exception et seraient-ils susceptibles de recueillir nos suffrages ? On attend vos suggestions en commentaires...

    De kath.net/news :

    'Les lignes rouges ne doivent pas être franchies'.

    16 mai 2024

    A quel parti vais-je donner ma voix ? « Il y a simplement des choses qui sont mauvaises en soi. Le nationalisme populaire est mauvais en soi, l'avortement est mauvais en soi ». Conseils pour les élections européennes du père cistercien Isaak M. de Neuzelle.

    Pour qui puis-je voter en tant que chrétien en toute bonne conscience ? Le père cistercien allemand Isaak M. de Neuzelle a saisi l'occasion des prochaines élections européennes du 9 juin pour définir quelques critères.

    La tâche de l'Eglise est de préserver notre liberté en tant que chrétiens et c'est pourquoi l'Eglise ne donne pas de décisions électorales concrètes, a déclaré le père Isaak dans une homélie le 14 mai. Il a cité le cardinal Joseph Ratzinger, qui a estimé qu'il n'appartenait pas à l'Eglise de développer des solutions concrètes ou même exclusives pour les questions temporelles. L'Église doit cependant préserver des principes moraux, en quelque sorte « poser des jalons » et dire : « Jusqu'ici et pas plus loin » !

    Il existe en principe une séparation entre l'Église et l'État, ce qui signifie que l'État et l'Église sont chacun autonomes et que personne ne peut s'immiscer dans les affaires de contenu et d'organisation de l'autre. Cela ne concerne toutefois pas l'ordre moral, a expliqué le père cistercien. Concrètement, l'État ne doit pas « déclarer l'injustice en tant que droit ». C'est là que l'Église doit faire entendre sa voix.

    Un principe chrétien fondamental est que nous avons une âme immortelle. C'est la raison pour laquelle l'individu est supérieur à la communauté et non subordonné aux intérêts collectifs. Les constructions sociales et les États sont éphémères, mais l'âme humaine est immortelle, et c'est pour cette raison qu'elle est prioritaire.

    Le P. Isaak a cité quelques « lignes rouges à ne pas franchir ». Si elles sont franchies, « c'est l'humain qui est en jeu ». Il y a une tendance à considérer certaines décisions comme un petit pas. Ce qui est dangereux, c'est que derrière ce petit pas, il y a un abîme qui est éthiquement un « slippery slope », une pente glissante.

    Le thème de la protection de la vie humaine en est un exemple concret. « Les partis qui souhaitent étendre l'avortement et l'euthanasie ne sont pas éligibles pour un chrétien », a constaté le père Isaak. Jean-Paul II a déclaré dans « Evangelium Vitae » que l'on pouvait tout à fait choisir le « moindre mal » parmi les partis, par exemple lorsque ceux-ci se prononcent pour une législation moins libérale en matière d'avortement. En revanche, les partis qui « veulent faire le saut dans l'abîme » ne sont pas éligibles, car un progrès dans cette direction est « méprisant pour l'homme ».

    Le deuxième critère important est la protection et la promotion de la famille. Les partis qui propagent l'idéologie du genre, qui veulent un prétendu progrès vers un prétendu libéralisme, ne sont « que partiellement ou difficilement éligibles », car il s'agit de « violations de principes », a indiqué le père Isaak en se référant à une prise de position du pape François sur le genre.

    Lire la suite

  • L'écologie intégrale a besoin de la reconnaissance de la famille en son cœur

    IMPRIMER

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE

    Conseil d'administration de printemps de la FAFCE

    L'écologie intégrale a besoin de la reconnaissance de la famille en son cœur

    Brno, le 15 mai 2024

    Aujourd'hui, à l'occasion de la Journée internationale des familles, la FAFCE a adopté une résolution sur la centralité de la famille dans la transition écologique. Accueillie par l'organisation membre tchèque de la FAFCE à Brno, la résolution du Conseil d'administration de printemps a relié l'écologie et la dignité humaine aux préoccupations relatives à la pauvreté des enfants, à la protection des mineurs et à la sécurité numérique, ainsi qu'à l'hiver démographique.   

    La résolution de la FAFCE met l'accent sur un message d'espoir. Approuvée à l'unanimité, la résolution appelle « les candidats aux élections du Parlement européen, les institutions européennes et tous les gouvernements nationaux à placer les familles au centre de leurs préoccupations. Il n'y a pas de protection possible de l'environnement sans protection de la famille ».

    Vincenzo Bassi, Président de la FAFCE, a conclu : « Le problème n'est pas les enfants mais le consumérisme. Il n'y a pas d'écologie sans la personne, pas de personne sans la famille. Par conséquent, il n'y a pas d'écologie sans les familles et les communautés de familles au cœur de la transition ». 

    Il poursuit en disant : « La solidarité intergénérationnelle sera cruciale pour le succès de la transition écologique, ce qui nécessite une protagonisation de la famille et des réseaux de familles. C'est grâce à ces réseaux que nous pourrons lutter contre la pandémie de solitude et construire un avenir plein d'espoir. Alors que plus de 400 millions d'Européens voteront en juin pour le prochain Parlement, nous rappelons aux représentants politiques que protéger la planète, c'est protéger la famille ». 

    La résolution adoptée s'intitule « L'écologie intégrale a besoin de la reconnaissance de la famille ». Rappelant les encycliques papales Dignitas Infinita et Laudato Si', la résolution souligne que « la dignité humaine de chaque personne humaine prévaut sur et au-delà de toute circonstance et de tout contexte ». 

    Le Conseil d'administration a également accepté une nouvelle organisation membre à part entière, Accoglienza della Vita (Saint-Marin), qui était déjà observateur au sein de la Fédération, ainsi qu'une nouvelle organisation membre observateur au sein de la Fédération, en provenance d'Espagne : Asociación Católica de Propagandistas (ACdP). Fondée en 1909, l'ACdP est l'une des plus anciennes organisations catholiques laïques d'Espagne, dont le principal pilier est la participation des laïcs catholiques à la vie publique.

    Les membres du Conseil d'administration de la FAFCE ont également écouté les contributions et les rapports d'activité des organisations membres à travers le continent, ainsi qu'une contribution des membres de la Plateforme Bouclier. La prochaine réunion ordinaire du Conseil d'administration aura lieu à Bruxelles, en novembre 2024.

    A quelques jours de la Bulle d'indiction du Jubilé ordinaire de l'an 2025 du Saint Père Spes Non Confundit, les membres de la FAFCE ont échangé sur leurs activités à venir en 2025, notamment sur la sensibilisation aux réseaux familiaux et à l'hiver démographique, car « il est urgent qu'une législation responsable de la part des Etats s'accompagne du soutien ferme des communautés de croyants et de toute la communauté civile dans toutes ses composantes ». 
     

    La Fédération des Associations Familiales Catholiques en Europe représente 33 organisations nationales et locales : nous sommes la voix des familles d'un point de vue catholique au niveau européen. La FACE possède un statut participatif auprès du Conseil de l'Europe depuis 2001 et est membre de la Plate-forme des droits fondamentaux de l'Union européenne. 

  • « Le Christ doit revenir au centre » (cardinal Erdo)

    IMPRIMER

    De Franca Giansoldati sur Il Messaggero :

    6 mai 2024

    Les 127 cardinaux électeurs qui composent le Collège des cardinaux ne se connaissant pas tous parfaitement, depuis quelque temps, une revue française spécialisée, Cardinalis-Magazine, fait son entrée dans l'Église. Elle publie des radiographies approfondies des papables potentiels afin de faciliter leur connaissance.

    Le vieil adage selon lequel « celui qui entre pape sort cardinal » s'applique toujours, soulignant l'imprévisibilité des événements au sein de la chapelle Sixtine sur la base d'accords souvent définis dans ces moments pleins de tensions, d'attentes, de programmes et de projets pour l'Église. Le dernier cardinal à avoir fait l'objet d'une analyse approfondie est le très respecté Hongrois Peter Erdo, âgé de 71 ans. Dans le passé, il a participé au conclave qui a élu le pape Benoît XVI et à celui du pape François.

    On l'entend souvent dans les conciliabules informels : archevêque de Budapest, internationalement distingué lorsqu'il était orateur aux synodes sur la famille de 2014 et 2015, il s'est taillé une place de choix en tant que figure de dialogue tout en restant ferme sur les fondamentaux. Il est considéré comme ouvert d'esprit, très cultivé, polyglotte et pro-européen convaincu. Une figure clé de l'Église en Europe et un candidat possible à la succession le moment venu.

    Le premier sujet abordé par Mgr Erdo dans le cadre d'un vaste dialogue a été le phénomène de la déchristianisation, qui mine de manière dramatique la présence de l'Église en Occident depuis des décennies. Comme antidote, Erdo souhaiterait un renforcement des mouvements et de la centralité de la foi.

    « S'il s'agissait d'une période de crise, de nombreuses tendances disparaîtraient rapidement, mais il semble que nous soyons confrontés à une crise à long terme. La crise est toujours synonyme de danger, mais aussi d'opportunité. Mais il est important que notre identité chrétienne catholique reste enracinée dans les choses les plus essentielles, à savoir le fait que le Christ est ressuscité, que nous croyons en Dieu, en la Trinité et en la vie éternelle. Il y a ensuite les éléments secondaires de la tradition, qui ne représentent plus la Sainte Tradition, mais seulement une coutume, une tradition peut-être à respecter, mais pas à observer au prix de notre vie. Ces éléments secondaires peuvent enrichir la religiosité, mais il faut savoir les distinguer. Et les critères, Dieu merci, sont là. Car la Sainte Écriture et les documents authentiques du Magistère ou de la Sainte Tradition sont également présents, sous une forme actualisée, dans le Catéchisme de l'Église catholique, qui est un document providentiel", explique-t-il.

    En ce qui concerne le risque de schisme en Allemagne causé par les poussées ultra-progressistes d'une grande partie de l'épiscopat, Erdo est prudent. Comme beaucoup d'autres, je constate - y compris lors des derniers synodes - qu'une sorte d'« alternative » est en train d'émerger dans l'Église. Certains pensent que le christianisme est presque une religion naturelle, que sur la base de la bonne volonté et de l'ouverture intellectuelle, il peut suivre les besoins des gens dans la société d'aujourd'hui et chercher des solutions qui semblent raisonnables, et si elles ont un lien avec la Bible, c'est encore mieux. Mais il s'agit d'inventer des solutions et des réponses avec une logique humaine ». Puis il répète : « Nous sommes plutôt des disciples du Christ. (...) La voix de Jésus, le fondement de l'Eucharistie, le Notre Père et d'autres choses qui ont été conservées sont précisément le contenu de son enseignement. Nous avons un trésor et nous ne sommes pas condamnés à affronter les problèmes de notre temps les mains vides (...) Alors des catastrophes peuvent toujours se produire ».

    Enfin, la géopolitique n'est pas en reste. « La diplomatie vaticane n'est qu'un des instruments à sa disposition, mais elle peut être d'une grande aide, surtout lorsqu'une communauté catholique se trouve dans une situation d'oppression, de persécution (...) Il est certain que le Saint-Siège peut encore aider au développement, à la stabilisation, à la résolution des problèmes humanitaires dans n'importe quel pays, dans la mesure où l'Eglise catholique a la possibilité de développer son activité. En Hongrie, pendant le communisme, nous avons fait l'expérience qu'il est vital pour l'Église que les catholiques sachent qui est leur évêque, qu'ils aient des Églises locales, des évêques consacrés nommés par le Saint-Siège, et qu'ils ne dépendent pas seulement des forces de la société dans laquelle ils vivent ». 

  • Le vénérable József Mindszenty et la bataille pour l'Église sous le communisme

    IMPRIMER

    De Dawn Beutner sur The Catholic World Report :

    Le vénérable Mindszenty et la bataille pour l'Église sous le communisme

    Il n'y a pas de réponses faciles pour trouver une façon christique de traiter avec une philosophie économique et une forme de gouvernement qui ne montre que peu ou pas de remords pour avoir causé la mort de millions de ses propres citoyens.

    6 mai 2024

    Le cardinal József Mindszenty (1892-1975) prononçant un discours le 1er novembre 1956. (Image : Jack Metzger/Wikipedia)

    Depuis que l'Église existe, ses dirigeants se sont souvent trouvés en désaccord avec les chefs de gouvernement. Le conflit peut porter sur des objectifs nationaux, des guerres à l'étranger, des trafics d'influence, des hérésies ou des enseignements moraux qui dérangent. Un pape ou un évêque peut être confronté à des empereurs ou à des rois, à des chefs de tribus ou à des seigneurs féodaux, à des bureaucrates ou à des autocrates, à des élus ou à des despotes totalitaires. Quels que soient les détails, la cause première est généralement la même : les dirigeants veulent naturellement garder le contrôle sur les personnes qu'ils gouvernent, et ils pensent souvent que leur tâche serait plus facile s'ils pouvaient également contrôler la religion, telle que l'Église catholique.

    Dans le conflit qui oppose l'Église au communisme et au socialisme (1), cette tension est exacerbée par l'incompatibilité des objectifs communistes avec l'enseignement catholique (2). Ainsi, lorsque les gouvernements communistes prennent le contrôle, l'une de leurs premières mesures est généralement d'essayer de réduire au silence les bergers de l'Église.

    Pendant la période de contrôle soviétique de l'Europe de l'Est, de nombreux évêques, ainsi que des prêtres et des laïcs, ont été menacés, emprisonnés, torturés, exilés et exécutés. L'Église reconnaît aujourd'hui la sainteté des évêques martyrs du communisme d'Albanie (3), de Bulgarie (4), de Croatie (5), de Lituanie (6), de Pologne (7), de Roumanie (8), de Russie (9), de Slovaquie (10) et d'Ukraine (11).

    Le vénérable serviteur de Dieu József Mindszenty (1892-1975) est né dans un village de l'ouest de la Hongrie. Il a fait ses études dans des écoles catholiques et a été ordonné prêtre catholique à l'âge de vingt-trois ans pendant la Première Guerre mondiale. József, qui était un homme instruit et éloquent, avait déjà pris le temps d'étudier les enseignements du communisme et du fascisme, et il a donc expliqué à son peuple ce qui n'allait pas dans les deux cas. Il a donc expliqué à son peuple ce qui n'allait pas avec les deux. Cela l'a conduit en prison plus d'une fois.

    Lire la suite

  • Le lobby de l’avortement au Parlement européen

    IMPRIMER

    De Louis-Marie Bonneau sur le site de l'ECLJ :

    L’EPF de Neil Datta : le lobby de l’avortement au Parlement européen

    2 mai 2024

    Neil Datta a fondé le Forum parlementaire européen pour la Population et le Développement (EPF) en 2000 avec le soutien de la Fédération Internationale du Planning familial (IPPF). Il travaillait alors pour le réseau européen de cette organisation (IPPF European Network) pour coordonner leur programme de lobbying parlementaire. En 2004, Datta est devenu directeur de l’EPF. L’objectif affiché de ce lobby est de coordonner des parlementaires européens pour promouvoir ce qu’ils appellent « les droits sexuels et reproductifs ». Ainsi, plusieurs parlementaires nationaux et européens siègent au Comité exécutif de cette organisation. Seize parlementaires européens font aussi partie du groupe des « députés européens pour les droits sexuels et reproductifs » en son sein. Ces derniers sont les plus actifs dans le soutien aux textes favorables à l’avortement au Parlement européen.

    Article paru dans Valeurs Actuelles le 27 avril 2024.

    La stratégie inavouée du contrôle démographique dans les pays pauvres

    Parmi ces seize députés, il est possible de citer Predrag Matić, Sophie in’t Veld, la française Irène Tolleret ou encore Robert Biedroń, le président de la Commission pour les droits des femmes au Parlement européen. Neil Datta les fédère et organise pour eux, et d’autres députés nationaux, des « voyages d’études » dans les pays en développement. Est-il étonnant que des membres d’un forum sur la population et le développement, soient connus comme faisant partie des députés les plus engagés dans la promotion de l’avortement ? À vrai dire, le fait que ce forum ait été créé par le Planning familial mondial (IPPF) n’est pas étranger à cet apparent paradoxe. En effet, pour ces groupes, l’avortement, la stérilisation et la contraception ont d’abord été promus comme une méthode de réduction démographique.

    Ainsi, depuis sa création dans les années 1950, l’IPPF s’est particulièrement engagé sur ces questions considérant qu’une démographie importante, dans les pays en développement, était source de problèmes économiques et de santé publique. Il est ainsi notamment devenu membre permanent du Comité de coordination du Programme de reproduction humaine (HRP) de l’OMS en 1977. Ce Programme est à l’origine des principaux travaux scientifiques ayant permis de concevoir les contraceptifs et les abortifs les plus utilisés aujourd’hui. C’est donc sans surprise que Neil Datta a décidé de s’allier avec le HRP le 25 août 2023. Il n’est pas non plus surprenant de constater que les deux organisations sont financées de manière importante par le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP), très engagé sur ces thématiques. Le FNUAP est ainsi un des premiers financeurs de l’EPF avec plus de 250 000 euros versés en 2021.

    Pourtant aujourd’hui, dans les institutions, « avortement » et « contraception » ne sont pas synonymes de « démographie », mais plutôt de « santé des femmes » et de « droits sexuels et reproductifs ». Ce glissement de vocabulaire témoigne d’une stratégie marketing de dissimulation de l’objectif démographique, commencée en 1994 lors de la Conférence mondiale sur la population du Caire. Le discours y était devenu plus consensuel en raison du rapport de force engagé par le Saint-Siège face au Planning familial mondial. Dans cette même logique, en 2022, l’EPF pour la Population et le Développement a officiellement changé de nom pour adopter celui d’EPF pour les Droits Sexuels et Reproductifs.

    Lire la suite