Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Europe

  • L'assemblée continentale synodale de l'Europe va-t-elle adopter les objectifs de la "voie synodale" allemande ?

    IMPRIMER

    De Luke Coppen sur The Pillar :

    Les dirigeants allemands plaident en faveur de la "voie synodale" lors de la réunion synodale de l'Europe

    Les évêques Georg Bätzing et Irme Stetter-Karp ont pris la parole lors de la première journée complète de l'assemblée synodale continentale de l'Europe à Prague.

    6 février 2023

    Les dirigeants catholiques allemands ont exhorté lundi les participants à l'assemblée continentale synodale de l'Europe à envisager d'adopter les objectifs de la "voie synodale" controversée du pays."

    L'évêque Georg Bätzing, président de la conférence épiscopale allemande, et Irme Stetter-Karp, présidente du Comité central laïc des catholiques allemands (ZdK), ont déclaré aux délégués réunis à Prague le 6 février que l'Église avait besoin de changements structurels en réponse aux abus systémiques.

    S'exprimant lors de la première journée complète de la réunion, ils ont insisté sur le fait que l'Église en Allemagne voulait poursuivre les réformes dans l'unité avec les catholiques des autres pays européens, plutôt que d'emprunter un "chemin spécial" (Sonderweg) qui, selon les critiques, pourrait mener au schisme.

    L'évêque Bätzing a déclaré : "Nous avons commencé un chemin synodal en 2019 parce qu'une enquête scientifique sur les abus dans notre Église nous a montré : il y a une grave culpabilité individuelle ; beaucoup trop de clercs ont abusé de leur pouvoir et les responsables, notamment les évêques, ont couvert les méfaits. Mais il y a aussi des causes systémiques de l'abus de pouvoir. Nous ne pouvons pas les nier. Nous sommes déterminés à en tirer les conséquences : spirituelles et structurelles."

    "Les situations dans lesquelles nous vivons en Europe sont différentes. Nous avons besoin de réponses convaincantes sur la façon dont nous pouvons redécouvrir et proclamer l'Évangile dans ces situations. Mais nous ne devons pas emprunter des chemins particuliers. Nous marchons ensemble sur le chemin que l'Esprit de Dieu conduit notre Église : dans de nombreux endroits, avec de nombreuses personnes, sous de nombreuses formes. C'est un kairos [moment opportun] de l'Église pour découvrir et façonner sa synodalité."

    Mgr Bätzing a ensuite exposé six priorités, en réponse à une question du Document pour l'étape continentale (DCS), le texte de travail pour l'étape actuelle du processus synodal mondial, qui demande "quelles intuitions résonnent le plus fortement avec les expériences vécues et les réalités" de l'Église locale.

    L'évêque allemand a déclaré : "Nous entendons que les femmes attendent plus de participation et d'implication - et que c'est une préoccupation de toute l'Église. Nous entendons que les fidèles veulent avoir leur mot à dire lorsque leurs affaires sont délibérées et décidées. Nous entendons que de nouvelles formes sont recherchées pour façonner la fonction sacerdotale."

    "Nous entendons que le renforcement de l'œcuménisme est une préoccupation sincère de toute l'Église catholique. Nous entendons que l'Église doit être ouverte aux personnes dont le style de vie n'est pas conforme aux normes du Catéchisme, y compris les personnes homosexuelles."

    Il a ajouté : "Nous entendons et comprenons ces préoccupations. Je les partage personnellement. Je considère que ma tâche en tant que président de la conférence épiscopale allemande est de les faire entrer dans le processus mondial destiné à renouveler l'Église."

    Dans son discours, Irme Stetter-Karp a noté qu'une "guerre meurtrière" fait rage en Europe.

    "Nous avons besoin ici à Prague d'un signe de solidarité avec les victimes des guerres, d'un signe d'espoir pour la paix. Nous n'en avons pas seulement besoin sous forme de déclarations. Nous en avons besoin dans la manière dont nous sommes l'Église", a-t-elle déclaré.

    "Nous avons besoin de moyens pour confesser sincèrement notre culpabilité et renforcer notre unité. Nous avons besoin de moyens pour parvenir à l'égalité des sexes. Nous avons besoin de moyens pour accueillir les gens. Notre objectif est de surmonter le cléricalisme et de renforcer notre responsabilité commune de proclamer l'Évangile. Nous n'avons pas besoin d'uniformité. Nous avons besoin d'unité dans la diversité. Cherchons ensemble les meilleures réponses."

    Lire la suite

  • Le premier ministre de l'Artsakh assiégé parle. "Vous ne pouvez pas nous ignorer"

    IMPRIMER

    De Stefano Magni sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    INTERVIEW EXCLUSIVE/ RUBEN VARDANYAN

    Le premier ministre de l'Artsakh assiégé parle. "Vous ne pouvez pas nous ignorer"

    04-02-2023

    La nouvelle crise du Haut-Karabakh (Artsakh), région à majorité arménienne nichée au milieu de l'Azerbaïdjan et en lutte pour son indépendance, dure depuis deux mois. L'Azerbaïdjan bloque le corridor de Lachin. Après la guerre de 2020, elle est restée la seule route reliant le Haut-Karabakh à l'Arménie. Le Compas a interviewé le ministre d'État Ruben Vardanyan. "Pouvons-nous survivre ? Oui, mais ce n'est plus une vie normale. Tout est en crise, car toute l'économie est fermée, il y a une pénurie de tout, du carburant aux médicaments et à la nourriture, la chaîne d'approvisionnement ne fonctionne plus." "Une des raisons de ces blocages est que nous avons dit que vous devez négocier avec nous, vous ne pouvez pas nous ignorer".

    Depuis deux mois, la nouvelle crise du Haut-Karabakh, région à majorité arménienne nichée au milieu de l'Azerbaïdjan et en lutte pour son indépendance, se poursuit. L'Azerbaïdjan bloque le corridor de Lachin. Après la guerre de 2020, elle est restée la seule route reliant le Haut-Karabakh à l'Arménie, dont il dépend pour tous les biens essentiels. La crise est humanitaire.

    Sur le plan politique, les motivations de l'Azerbaïdjan restent sans explication, si ce n'est de faire plier les Arméniens de la région. La presse azerbaïdjanaise (et par conséquent aussi la partie des médias européens qui suit son récit) attribue une grande partie de la responsabilité au nouveau ministre d'État nommé en novembre par le président : Ruben Vardanyan. Cinquante-quatre ans, petit-fils d'un survivant du génocide arménien de 1915, né à Erevan (Arménie), mais devenu un homme d'affaires très prospère à Moscou, il est donc considéré par la presse adverse comme un "émissaire du Kremlin". Toutefois, il est avéré qu'il est devenu citoyen arménien en 2021 et que l'année suivante, renonçant à sa citoyenneté russe, il a accepté de superviser le gouvernement de la République d'Artsakh, le nom politique arménien du Haut-Karabakh. Il était l'un des entrepreneurs, banquiers et philanthropes les plus riches et les plus courtisés, lauréat de nombreux prix nationaux et internationaux, mais il a choisi de diriger le gouvernement d'une république de 120 000 habitants, qui n'est pas reconnue internationalement et qui est l'un des endroits les plus dangereux du monde. Et pour commencer son mandat, l'Azerbaïdjan lui impose un blocus total, un véritable siège. La Nuova Bussola Quotidiana l'a rencontré (virtuellement) dans son bureau à Stepanakert.

    Monsieur le ministre d'État, pourquoi, en tant que milliardaire, avez-vous choisi l'Artsakh ?

    Ma femme et moi avons pris cette décision en 2008, lorsque j'ai commencé à gagner beaucoup d'argent, et nous en avons discuté avec mon fils. Nous nous sommes dit que le monde subissait une grande transformation, avec de nombreuses crises et de nombreux défis, et que nous voulions laisser à nos enfants non pas beaucoup d'argent mais un monde meilleur ; nous avons donc décidé qu'il valait mieux consacrer notre richesse à la philanthropie. La deuxième raison est la guerre de 2020. J'étais très attaché à l'Artsakh, l'endroit dont j'ai eu le coup de foudre, je l'ai visité de nombreuses fois, mon fils y a fait son service militaire, ma fille y a vécu pendant des années, ma grand-mère était d'ici, et je me sentais très lié à cette terre et à ses habitants. C'est horrible ce qui s'est passé en 2020. J'ai fait des discours publics qui ont été regardés par des millions de personnes et j'ai reçu une réaction assez émotionnelle. L'expérience de la guerre a été comme le franchissement d'une ligne rouge : "Il est temps que chacun comprenne ce qui est possible pour l'Artsakh". Et puis en 2022, quand j'ai vu ce qui se passait à nouveau en Artsakh, quand les Azéris entraient lentement dans les villages et commençaient à prendre le contrôle de notre pays, je me suis dit : c'est le moment de faire un choix, soit vous continuez à faire de la philanthropie et à être une personne généreuse mais seulement attachée émotionnellement à la cause, soit vous devenez responsable et commencez à agir vous-même. C'est pourquoi j'aime cette citation d'Amedeo Modigliani, l'un de mes artistes préférés : "La vie est un don : du petit nombre au grand nombre, de ceux qui savent ou qui ont à ceux qui ne savent pas ou qui n'ont pas". Il y a plusieurs façons de faire de la philanthropie et pour moi, il est important de rendre à mon pays ce qu'il m'a donné.

    Lire la suite

  • Les dangers d'un “certificat européen de parentalité” dénoncés par la FAFCE

    IMPRIMER

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE de la FAFCE (Fédération des associations familiales catholiques en Europe)

    Les dangers d'un “certificat européen de parentalité”

    Appel à contribuer à la consultation publique sur l'initiative législative européenne ouvrant la voie à la pratique de la GPA

    3 février 2023, Bruxelles 

    « Un enfant n'est pas un privilège et la parentalité n'est pas un droit ; au contraire, un enfant est un don et la parentalité une responsabilité ». Ce sont les mots du Président de la FAFCE, Vincenzo Bassi, dans une lettre ouverte suite à l'annonce d'une initiative législative européenne pour créer un certificat européen de parentalité. En 2020, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, avait déclaré que « si vous êtes parent dans un pays, vous êtes parent dans tous les pays ». En décembre dernier, la Commission européenne a publié une proposition législative sur le sujet, proposition sur laquelle les citoyens européens sont invités à exprimer leur opinion dans le cadre d'une consultation publique jusqu'au 13 février.

    Cette initiative inclue une reconnaissance automatique transfrontalière de la “parentalité”, un terme créant confusion avec le terme juridique et biologique habituel de “filiation”. Selon la Commission européenne, cette initiative ne modifiera pas le droit du mariage des États membres de l'UE, puisque le droit de la famille relève de leur compétence exclusive. « Pourtant - a commenté le Président de la FAFCE - l'introduction d'une nouvelle catégorie juridique, la “parentalité”, qui va au-delà de la terminologie actuelle de la 'filiation', a un impact sur le droit interne de la famille ». En effet, l'initiative de la Commission européenne, si elle est approuvée, étendrait automatiquement les effets juridiques de la filiation à tous les types de "parentalité" légalement acquis dans un État membre, y compris par GPA, dans tous les États membres de l'UE de manière uniforme.  « Au-delà de l'intention déclarée de ne pas interférer avec le droit familial des États membres, ce scénario mettrait la proposition de la Commission en contradiction avec l'art. 9 de la Charte des droits fondamentaux de l'UE, qui mentionne que “le droit de se marier et le droit de fonder une famille sont garantis conformément aux lois nationales régissant l'exercice de ces droits” », a-t-il conclu.

    Tout en saluant l'attention portée par la Commission européenne à la protection des enfants, la FAFCE invite les législateurs européens à respecter à la fois le principe de subsidiarité et le principe de proportionnalité. Aborder cette question suppose en effet que l'UE respecte l'équilibre entre la compétence exclusive des Etats membres en matière de droit de la famille et la compétence de l'UE pour adopter des mesures concernant le droit de la famille ayant des implications transfrontalières (TFUE 81 (3)). 

    La FAFCE encourage les institutions de l'UE à faire le choix de mesures non-législatives, au cas par cas, appliquées par le biais du mécanisme de coopération judiciaire, suffisantes pour faire face aux situations familiales transfrontalières.

    La FAFCE exprime également de sérieuses inquiétudes quant à la reconnaissance de facto de la pratique de la GPA au sein de l'initiative. En 2021, le Parlement européen a déclaré que « l’exploitation sexuelle à des fins de gestation pour autrui et de reproduction […] est inacceptable et constitue une violation de la dignité humaine et des droits de l’hommes ». Ce n’est pas sans raison que la plupart des pays de l'UE interdisent la GPA. Parmi eux : l’Allemagne, l’Autriche, la Bulgarie, la Croatie, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la France, l’Italie, la Lettonie, la Lituanie, Malte, la Pologne, la Slovaquie, la Slovénie et la Suède. La GPA viole non seulement les droits fondamentaux et l'intégrité corporelle des femmes exploitées, mais aussi des enfants qui deviennent victimes de la traite des êtres humains. Cette pratique est en totale opposition avec l'intérêt supérieur de l'enfant, pourtant présenté comme le piliers de la proposition de la Commission européenne. 

    Pour entrer en vigueur, la proposition de la Commission doit être adoptée à l'unanimité par le Conseil de l'UE, après consultation du Parlement européen. Une audition publique avait eu lieu au Parlement européen le 9 janvier 2023, au cours de laquelle la Commission a annoncé qu'elle ferait tout son possible pour aboutir à un règlement, c'est-à-dire à des effets juridiques directs, et non seulement à une coopération renforcée entre les États membres. Or, pour l'instant, la Pologne et la Hongrie ont déclaré qu'elles opposeraient leur veto à une telle initiative au sein du Conseil de l'UE, que l'on peut donc s'attendre à voir bloqué.

    La Commission européenne a également lancé une consultation publique pour récolter les avis de la société civile et des citoyens européens, consultation ouverte jusqu'au 13 février 2023. Le FAFCE encourage tout le monde à y participer. 

  • Être chrétien dans le monde : le refuge et le risque

    IMPRIMER

    Article de Pierre Manent lu  dans la revue mensuelle « La Nef » :

    Wurzburg-Baviere-Eglise-et-mairie-©Pixabay-620x330.jpg

    La situation actuelle rend le pari bénédictin désirable et plausible, mais il n’est pas sans risque de glissement vers le communautarisme. Et un chrétien ne peut fuir ses responsabilités d’ordre temporel, et notamment politiques.

    La situation présente de l’Église catholique dans notre pays me semble déterminée par les trois paramètres suivants : d’abord la diminution rapide de la présence sociale du catholicisme depuis les années 60, diminution quantitative qui approche d’un seuil où la disparition du fait catholique devient envisageable ; ensuite, l’irruption d’un facteur historiquement inédit, l’islam, qui occupe une place croissante, visiblement croissante, dans la société française ; enfin, l’intronisation de l’idéologie des droits de l’homme comme principe exclusif de la légitimité politique, sociale et morale, installant chaque « moi » dans une immanence sûre de son droit.

    De quelque côté que se tourne le catholique français, il voit gonfler une menace qui peut lui sembler insurmontable, venant simultanément de l’intérieur, de l’extérieur et de lui-même ! La tentation est grande de répondre à cette triple offensive par le recours à la stratégie éternelle du parti le plus faible : la défensive, le refuge dans une place forte. De fait, nous avons encore des ressources suffisantes pour construire une forteresse catholique de bonne apparence : à l’abri derrière ses remparts, nous ne serions plus démoralisés par l’indifférence ou l’hostilité de la société globale, les musulmans nous redeviendraient extérieurs et étrangers comme ils l’étaient encore il y a quarante ans, et en « serrant les boulons » d’une vie chrétienne délivrée des équivoques et des timidités, en formant entre nous cette « société chrétienne » que la France n’est plus, nous serions en mesure de réorienter nos vies en direction du Transcendant.

    Nécessité des appuis sociaux

    Ce dernier argument est à prendre au sérieux. En effet, aussi surnaturelle qu’elle soit dans sa source et ses ressorts intimes, la vie chrétienne dépend inévitablement d’appuis sociaux mis à notre disposition par l’organisation collective dont nous sommes membres : des lieux de culte, des moyens financiers, des administrateurs compétents, des pasteurs respectés, et en général tout ce qui contribue à l’autorité sociale de l’institution religieuse. C’est seulement lorsqu’ils sont soumis à une persécution systématique – une situation, on le sait, qui n’exclut pas une grande fécondité spirituelle – que les chrétiens sont entièrement privés de tels appuis. C’est d’ailleurs la nécessité de trouver de tels appuis qui jadis a conduit l’Église à réclamer l’aide du pouvoir politique, aide qu’elle a obtenue au prix souvent d’un obscurcissement de sa vocation propre qui a fait à son crédit une blessure incurable. Personne aujourd’hui ne réclame ni ne propose un tel appui politique. Il est inenvisageable. C’est pourquoi le dépérissement de la vitalité sociale de l’Église, cette vitalité sociale qui lui avait permis durant la première partie du siècle dernier de s’adapter avec quelque succès à son exclusion de la sphère politique, est un tel motif d’inquiétude ou d’angoisse pour les catholiques aujourd’hui, une inquiétude ou une angoisse qui rend l’« option bénédictine » désirable et plausible.

    Pourtant, si celle-ci aurait pour effet – c’est son propos – de concentrer les forces des catholiques et de leur redonner un sentiment de force, ce regain serait, je crois, de courte durée. Cette option me paraît présenter trois inconvénients.

    1.Tout regroupement défensif comporte un risque de fermeture sectaire, avec l’affaiblissement inévitable de l’exigence intellectuelle et même morale puisque nous serions désormais « entre nous ». Dès lors que nous renonçons à convaincre, persuader ou seulement intéresser ceux qui sont « dehors », un grand ressort de perfectionnement est perdu. En outre, nous prétendrions moissonner avant que ne soit parvenu à maturité ce renouveau de la vie intellectuelle catholique qui constitue l’aspect le plus encourageant de la situation présente du catholicisme.

    2.Étant entendu que nous avons besoin d’appuis collectifs ou sociaux, il ne faut pas exagérer leur contribution à la vie chrétienne. Quelle que soit la situation politique et sociale, mener une vie vraiment chrétienne reste la chose du monde la plus difficile et la plus improbable, elle reste ce fragile miracle qui éclaire et renouvelle incessamment la vie du monde. Si les catholiques ou en général les chrétiens sont sincères, ils admettent que de notre peu de foi, d’espérance et de charité, il n’y a pas d’autre responsable que notre peu de foi, d’espérance et de charité. Le seuil de la vie chrétienne n’est donc pas l’accusation du « monde » ou de la « société » mais la pénitence, « la conversion qui mène à la vie » (Actes, 11, 18).

    3. Il n’y a pas de remède, et il n’en faut point chercher, à la situation exposée du chrétien. Elle entraîne une double obligation, de fidélité à l’Église et de mission à l’égard du prochain, mission aussi urgente et périlleuse aujourd’hui qu’au temps des apôtres. Ne convoitons pas, craignons plutôt l’impression de force recouvrée que susciterait aisément un « rassemblement » catholique. L’autorité de Paul nous l’assure, nous sommes toujours assez nombreux pour que la force de Dieu se donne à voir dans notre faiblesse.

    Du reste, notre responsabilité de chrétiens n’est pas moins politique ou civique que proprement religieuse. Cette Europe qui nous tourne le dos, ne lui tournons pas le dos à notre tour. Si nous voulons donner un sens généreux à ce qui autrement risque de rester un slogan, les « racines chrétiennes de l’Europe », nous devons nous tenir pour responsables de ce qui se passe en Europe, co-responsables avec les autres citoyens préoccupés du sort commun, mais aussi spécialement responsables en tant que chrétiens qui revendiquent la part à nulle autre pareille – bien et mal mêlés – que leur religion a prise dans l’approfondissement de l’âme européenne.

    L’obligation civique des chrétiens

    C’est ici que surgit le nœud où se nouent le rapport de l’Église à elle-même, à sa vie propre, et son rapport à l’Europe. Les chrétiens ne sauraient se consacrer exclusivement à l’approfondissement de leur vie sacramentelle, aussi primordiale soit-elle. En tant que citoyens et en tant que chrétiens ils ne peuvent abandonner l’Europe à son sort. Ils ont une obligation inséparablement civique et chrétienne de préserver ce que, faute d’une meilleure expression, j’appelle la « marque chrétienne » de l’Europe. Or, l’infléchissement imposé par le présent pontificat a redoublé la difficulté de cette tâche. D’une part, ad intra, on obscurcit ou on « floute » la règle sacramentelle, on efface ces seuils qui donnent son sens et son relief à la vie intérieure de l’Église ; d’autre part, ad extra, on égalise les religions, on manifeste son indifférence à leur contenu dogmatique et moral, on se montre supérieurement indifférent à la composition religieuse de la population européenne. Ainsi les articulations politiques et religieuses du monde présent sont-elles ignorées ou brutalisées. Cette humanité politiquement et religieusement informe est le sujet et le véhicule d’une religion sans autre contenu qu’affectif ou sentimental. Dans une telle involution, l’affadissement de l’exigence religieuse ne fait qu’un avec l’obscurcissement du regard politique. On le voit, l’urgence pour les citoyens chrétiens de l’Europe n’est pas moins civique que religieuse. Il s’agit pour eux de préserver ou ranimer la marque chrétienne des nations européennes, et inséparablement de préserver ou ranimer la légitimité politique de celles-ci. Au lieu de chercher refuge dans une « petite société chrétienne », accepter d’être citoyen et chrétien dans la grande société, inhospitalière comme elle l’a toujours été.

    Pierre Manent

    © LA NEF n°303 Mai 2018, mis en ligne le 31 janvier 2023

  • Guerre en Ukraine : la politique consistant à écarter toute solution de paix est une folie

    IMPRIMER

    D'Eugenio Capozzi sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Guerre ukrainienne, la politique folle d'écarter toute solution de paix

    28-01-2023

    La réalité nous dit que seule une guerre mondiale pourrait ramener l'Ukraine à ses frontières d'avant 2014 : les pays occidentaux disent ne pas vouloir d'escalade mais refusent de fixer un objectif concret au moins pour le " retrait ". La ligne de conduite semble être "le pire est le meilleur", au détriment de la population ukrainienne. Pourtant, les chances de poser au moins les bases sur lesquelles construire une négociation seraient là...

    L'attitude des pays de l'OTAN face au conflit entre la Russie et l'Ukraine sombre de plus en plus dans une schizophrénie surréaliste. D'une part, ils continuent à alimenter une rhétorique triomphaliste, cette fois autour de la énième livraison d'armements à l'Ukraine - les chars Leopard 2 et Abrams - et ils continuent à lancer des proclamations sur une possible victoire de Kiev sur la Russie grâce au soutien occidental. D'autre part, ils admettent, sur un ton plus modéré, que les livraisons actuelles de systèmes d'armes, comme les précédentes, ne pourront certainement pas opérer un tournant décisif dans la guerre, mais tout au plus ralentir ou freiner l'avancée des troupes de Moscou.

    Un aveu, ce dernier, qui photographie une évidence, soulignée par les responsables des affaires militaires : les véhicules blindés précités ne seront guère plus d'une centaine au total, contre plus de 3 000 chars russes, et plusieurs mois devront s'écouler avant qu'ils ne soient livrés et puissent être concrètement utilisés.

    Plus généralement, après presque un an de conflit - avec toutes les souffrances, les victimes, les dévastations et les désastres économiques qu'il a entraînés jusqu'à présent dans les pays impliqués et dans toute l'Europe - une réalité clairement identifiée par certains depuis le début s'impose à tous : compte tenu de l'énorme disproportion des forces et des ressources entre les Russes et les Ukrainiens, une victoire nette de ces derniers, c'est-à-dire le recouvrement de la souveraineté sur l'ensemble de leur territoire et le rapatriement des troupes russes au-delà des frontières de 1991 (objectif toujours revendiqué quotidiennement par le président ukrainien Zelensky et son exécutif) est impossible, à moins que les pays de l'OTAN n'entrent directement en guerre contre Moscou. Une chose que tous les gouvernements occidentaux, de Washington jusqu'en bas, soulignent, aujourd'hui comme hier, qu'ils n'ont pas l'intention de faire. C'est compréhensible et heureux, car cela entraînerait la perspective apocalyptique d'une escalade vers une guerre mondiale contre la deuxième puissance nucléaire de la planète.

    En bref, dès que les nuages épais de la "narration" imposée de manière obsessionnelle pratiquement dans les réseaux unifiés de l'Ouest sur le soutien de guerre à Kiev comme frontière de la défense de la liberté, de la démocratie et des droits de l'homme contre la tyrannie de Poutine se dissipent ; et, dès que l'on se distrait un instant des inférences constantes dans les médias occidentaux selon lesquelles le régime de Poutine est sur le point de s'effondrer, le point central pour la compréhension rationnelle de la confrontation actuelle entre les deux pays refait surface : quelle que soit l'aide massive qu'elle peut recevoir de l'extérieur, l'Ukraine peut au mieux "égaliser" la guerre, limiter ses pertes, mais elle ne pourra certainement pas revenir au statu quo antérieur au 24 février 2022, et encore moins à celui d'avant 2014, lorsque la Crimée et certaines parties du Donbass étaient déjà passées sous contrôle russe.

    Si cela est vrai, cela révèle clairement non seulement à quel point la diabolisation de tous les observateurs qui ont simplement souligné cet état de fait par l'establishment politique et médiatique euro-américain au cours des derniers mois comme étant des "poutiniens" était injuste, de mauvaise foi et purement instrumentale, mais, surtout, à quel point la position officielle de l'administration Biden, de l'OTAN, du G7 et de l'Union européenne est absolument illogique et intenable, et dissimule le soupçon d'être elle-même de totale mauvaise foi.

    Si, en fait, on prétend ne pas vouloir faire la guerre à la Russie mais seulement permettre à l'Ukraine de défendre son existence et sa souveraineté contre une éventuelle annexion par Moscou, il faudrait aussi commencer à indiquer sur quelle base, en partant de la situation actuelle sur le terrain, les conditions d'une résolution du conflit peuvent être établies tôt ou tard ; c'est-à-dire dans quelles conditions l'objectif de sauver l'existence de l'Ukraine en tant que pays souverain et la plus grande partie possible de son territoire pourrait être considéré comme atteint.

    Puisqu'il est impossible, dans les conditions actuelles, de repousser les Russes au-delà des frontières officielles, à quoi pourrait-on renoncer pour parvenir à un "match nul" honorable ? Qu'est-ce qui, au contraire, est considéré comme absolument indispensable ?
    Au lieu de cela, il y a un silence total et assourdissant des États-Unis et de l'OTAN sur ce point précis. La "défense" de Kiev qui est promue reste dans une nébuleuse indéfinie, sans qu'aucun point ferme ne soit défini. Une indétermination dans laquelle seules les proclamations grandiloquentes du gouvernement ukrainien restent visibles, et qui semble avoir été faite exprès pour justifier une prolongation du conflit pratiquement indéfinie, alimentant le soupçon que le seul but réel des États-Unis et de leurs alliés dans cette guerre est d'user et d'affaiblir Moscou autant que possible, même au prix de nouveaux deuils innombrables et de l'hémorragie économique de tout le vieux continent.

    On dira que ce silence ambigu correspond, de l'autre côté de la barrière, à l'objectif tout aussi ambigu et instrumental de l'"opération spéciale" lancée il y a un an par Poutine - cette "dénazification" apparemment faite dans le but d'exciter les sentiments nationaux-impériaux-chauvins les plus obscurs de l'opinion publique nationale, et de poursuivre l'invasion jusqu'au renversement potentiel du gouvernement de Kiev et son remplacement par un État fantoche. Et l'on dira, de même, qu'énoncer d'éventuelles renonciations territoriales ukrainiennes circonstancielles " acceptables " pour les alliés de l'Ukraine reviendrait à inciter Moscou à relancer de nouvelles revendications plus ambitieuses. Ces deux observations sont raisonnables.

    Mais précisément pour démasquer l'ambiguïté russe et lui ôter tout alibi pour poursuivre une guerre d'usure jusqu'au bout, la ligne la plus profitable pour les nations occidentales serait de revenir aux racines profondes du conflit, comme cela n'a jamais été fait jusqu'à présent : à la division ethnique-nationaliste structurelle au sein de l'État ukrainien depuis la fin de l'URSS, aux revendications d'autonomie et d'indépendance des régions pro-russes, et à la condition historique et culturelle absolument particulière de la Crimée.
    Si seulement on le souhaitait, on pourrait, en partant des expériences douloureuses déjà vécues en ex-Yougoslavie et dans d'autres cas similaires, au moins mettre en place un discours de principe sur la manière de trouver, avec le consentement des parties et de la communauté internationale, un arrangement acceptable de coexistence entre des instances différentes et légitimes sur un territoire divisé et longtemps tourmenté.

    Si les chancelleries européennes et de Washington ne travaillent pas dans ce sens, si elles ne tracent pas les coordonnées des points de convergence possibles, cela signifie qu'elles ne font qu'opter pour le "tant pis pour le meilleur". Utiliser cyniquement l'Ukraine comme une épine pour blesser l'ours russe, pour être exploitée puis jetée. Sans tenir compte, en outre, des risques de conséquences économiques, politiques et existentielles ingérables pour leurs propres pays, à mesure que la blessure s'envenime et que les infections se propagent.

  • Le bel optimisme du cardinal Hollerich

    IMPRIMER

    La praxis pastorale va-t-elle prendre le pas sur l'orthodoxie doctrinale ? C'est ce que l'on peut penser à la lecture des propos qui suivent.

    Une interview du cardinal Hollerich par Hugues Lefèvre est parue sur "El Debate" :

    Cardinal Hollerich : "Il ne s'agit pas de construire une sous-culture chrétienne, ou une Eglise fermée sur elle-même".

    Jean-Claude Hollerich est le rapporteur du Synode sur la Synodalité, il a passé 23 ans comme missionnaire au Japon et a maintenant, à la demande du Saint Père, la tâche de rassembler les différentes sensibilités au sein de l'Eglise afin que la communion de Dieu puisse émerger.

    16/01/2023

    Le cardinal Jean-Claude Hollerich est progressivement devenu une figure centrale du pontificat du pape François, qui l'a choisi pour assumer le rôle de rapporteur du synode sur la synodalité.

    L'homme, qui a passé 23 ans comme missionnaire au Japon, met également en garde contre le bouleversement anthropologique à venir : un tsunami auquel l'Église doit savoir s'adapter si elle ne veut pas disparaître.

    Êtes-vous satisfait du travail accompli jusqu'à présent par le Synode ?

    -Je suis tout à fait satisfait. Il s'agit d'un résumé honnête de ce que les gens ont dit et de ce que les conférences épiscopales ont déjà synthétisé. Il ne s'agit pas d'un document théologique qui positionne l'Église. Naturellement, nous trouvons des points communs, mais aussi des différences entre les pays et les continents.

    Vous avez dit que vous n'aviez aucune idée de l'instrument de travail qu'il faudrait rédiger. Les choses se précisent-elles pour vous ?

    -J'en sais un peu plus, mais il y a encore du chemin à parcourir. Cela dépendra également du travail des assemblées continentales. Mais nous pouvons déjà nous réjouir car il s'agit de la plus grande participation que nous ayons jamais eue dans l'Église. Il y a eu 112 conférences sur 114. C'est presque un miracle !

    Il y a des gens qui sont revenus à l'Église, des gens qui s'étaient éloignés, des gens qui ont retrouvé leur confiance dans l'Église.
    Cardinal Hollerich

    Êtes-vous surpris ?

    -Oui, les Eglises orientales ont également toutes répondu. C'est une bonne chose. Maintenant, nous devons écouter ce que les gens ont dit. Cela ne signifie pas nécessairement que nous devons tout exécuter. Nous devons écouter, réfléchir, prier, discerner.

    -En un an, l'Église catholique a-t-elle déjà changé à vos yeux ?

    -Je pense que oui. Il y a des gens qui sont revenus dans l'Église, des gens qui s'étaient éloignés, qui ont repris confiance. Et je tiens à souligner qu'il s'agit de personnes très diverses, des deux côtés, de la "gauche" et de la "droite".

    En Europe, l'exercice de la synodalité semble être quelque chose de nouveau, comment l'expliquez-vous ?

    -Rome fait partie de l'Europe. Lorsque le Saint-Siège ne veut pas que les évêques soient trop actifs, cela a des conséquences. Aujourd'hui, le Saint-Siège souhaite que les évêques soient plus actifs. D'autre part, en Europe, nous avons des conférences épiscopales nationales très fortes et nous pouvons sentir la fierté de chaque Église.

    Si nous marchons sans regarder le Christ, alors c'est un accident de train !
    Cardinal Hollerich

    Peut-on faire un parallèle avec l'Union européenne qui, sur certains points, n'a pas réussi à faire l'unité entre l'Europe de l'Est et l'Europe de l'Ouest ?

    -Nous avons les mêmes tensions, c'est vrai. Mais nous devons éviter de regarder les différences. Nous devons regarder ce que nous avons en commun : où le Christ nous appelle-t-il à être l'Église en Europe ?

    D'autre part, il faut noter que même au sein des Églises particulières, il existe des tensions. Nous devons éviter de parler des tensions comme d'une catastrophe. Nous devons même comprendre qu'ils peuvent être fructueux.

    Lire la suite

  • Chute dramatique de la fréquentation des églises en Pologne, selon les chiffres officiels

    IMPRIMER

    De Daniel Tilles sur le site "Notes from Poland" :

    Chute dramatique de la fréquentation des églises en Pologne, selon les chiffres officiels

    14 janvier 2023

    La proportion de catholiques en Pologne assistant à la messe a chuté de 37% à 28% en deux ans, selon les nouveaux chiffres publiés par l'institut statistique de l'Eglise.

    L'Église note que les dernières données - qui datent de 2021 - sont susceptibles d'avoir été affectées par la pandémie. Mais elle admet également que des "facteurs socioculturels" ont joué un rôle dans ce déclin.

    Si la grande majorité des Polonais sont officiellement identifiés comme catholiques, le statut de l'Église a été entamé ces dernières années par son soutien à l'impopulaire interdiction quasi totale de l'avortement, par des révélations d'abus sexuels sur des enfants par des membres du clergé et par la négligence des évêques dans le traitement de ce problème.

    Depuis 1980, l'Église catholique en Pologne mène une étude annuelle sur le nombre de personnes qui assistent à la messe et communient. Un dimanche par an, chaque paroisse du pays enregistre les chiffres et les soumet à l'Institut des statistiques de l'Église catholique (ISKK).

    L'ISKK calcule ensuite à l'échelle nationale la proportion de catholiques tenus d'assister à la messe - c'est-à-dire les personnes âgées de plus de sept ans, à l'exclusion des personnes alitées et des personnes âgées à mobilité réduite - qui l'ont effectivement fait ce jour-là.

    Les derniers chiffres montrent que 28,3% ont assisté à la messe en 2021, ce qui représente une baisse par rapport aux 36,9% de 2019 (l'enquête n'a pas été menée en 2020 en raison de la pandémie). En 2011, ce chiffre s'élevait à 40%, en 2001 à 46,8%, en 1991 à 47,6% et en 1981 à 52,7%.

    Parallèlement, la proportion de personnes ayant communié est tombée à 12,9 % en 2021, après avoir atteint 16,7 % en 2019. Contrairement aux chiffres de fréquentation, ceux qui communient avaient auparavant augmenté : de 8,1% en 1981 à 10,8% en 1991, 16,5% en 2001 et 16,1% en 2011.

    "Les chiffres [de 2021] ont été influencés par la situation de pandémie", note le directeur adjoint de l'ISKK, Marcin Jewdokimow. "Il faut se rappeler qu'en 2020, en raison des restrictions liées au COVID-19, aucune donnée n'a été collectée. En 2021, nous avons collecté des données malgré le fait que certaines restrictions étaient [encore] en vigueur.

    Les dernières données ont été recueillies le 26 septembre 2021, à un moment où l'entrée des églises était limitée à 50 % de leur capacité et où les participants étaient obligés de porter des masques.

    "Les années précédentes, les baisses de l'indice des "dominicantes" étaient constantes", a ajouté Jewdokimow, cité par l'Agence de presse polonaise (PAP). "Cette fois-ci, nous avons affaire à un effondrement. Par conséquent, je pense que l'année prochaine, nous aurons un rebond, les statistiques montreront une augmentation."

    Dans le même temps, Jewdokimow a admis que des "facteurs socioculturels" avaient également eu un impact sur la fréquentation des églises. Mais il a fait remarquer que l'ISKK ne mène pas de recherches sur les raisons des changements dans les chiffres qu'il enregistre.

    "Sur le long terme, nous avons affaire à des processus de changements socioculturels", a déclaré Jewdokimow. "D'autre part, on assiste à une certaine reconfiguration du catholicisme et de la place de la religion dans l'espace public. Les besoins religieux des gens changent et le mode de fonctionnement des institutions religieuses évolue."

    D'autres recherches ont également indiqué un déclin de la pratique religieuse au cours des dernières années. Un sondage réalisé par CBOS, une agence de recherche publique, a révélé qu'en août 2021, 43 % des Polonais déclaraient pratiquer leur religion au moins une fois par semaine, contre 69,5 % en 1992. Toutefois, 87 % d'entre eux se déclarent encore croyants.

    Chez les 18-24 ans, la pratique religieuse est passée de 69 % en 1992 à seulement 23 % en 2021. Les jeunes Polonais ont été particulièrement présents dans les protestations contre l'église. Un sondage IBRiS réalisé en 2020 a révélé que seulement 9 % des personnes âgées de 18 à 29 ans avaient une opinion positive de l'Église.

    Daniel Tilles est rédacteur en chef de Notes from Poland. Il a écrit sur les affaires polonaises pour un large éventail de publications, notamment Foreign Policy, POLITICO Europe, EUobserver et Dziennik Gazeta Prawna.

  • 6 blessés dont une petite fille gravement atteinte dans une fusillade contre une église catholique à Londres

    IMPRIMER

    Du site de la RTBF :

    Londres : une fusillade contre une église fait six blessées

    Une petite fille de 7 ans se trouve dans un état critique après une fusillade samedi contre une église à Londres, qui a également fait cinq autres blessés, a indiqué la police.

    Les fidèles, venus assister à une messe en hommage à une mère et à sa fille décédées en novembre, se sont enfuis en criant de cette église catholique de la capitale quand les tirs ont retenti. "Selon les premières investigations, les coups de feu ont été tirés d'un véhicule en mouvement qui s'est ensuite éloigné de la scène", a déclaré dans un communiqué la police métropolitaine de Londres qui a lancé un appel à témoins. "J'ai entendu cette puissante détonation et j'ai pensé que ce n'était pas normal, et la minute suivante, tout le monde criait et hurlait", a raconté un voisin à l'agence PA. Outre la fillette de sept ans, une autre fille de 12 ans et quatre femmes ont été blessées lors de cette fusillade survenue près de la gare très fréquentée d'Euston. L'autre jeune fille a pu quitter l'hôpital après avoir été soignée pour de légères blessures aux jambes.

    Quatre autres femmes, âgées de 21 à 54 ans, dont la vie n'est pas en danger, sont toujours hospitalisées, a indiqué la police.  Un témoin a rapporté au site d'information MyLondon que les coups de feu ont été tirés alors que les personnes endeuillées qui avaient assisté à la messe regardaient le lâcher de colombes qui a suivi. Le prêtre en charge de l'office, le père Jeremy Trood, a affirmé à l'agence de presse PA qu'il s'agissait d'une messe en hommage à Sara Sanchez, 20 ans, et à sa mère, mortes à un mois d'intervalle en novembre, la première d'une leucémie et la seconde d'une thrombose.

  • Quand Benoît XVI évoquait les principes non négociables

    IMPRIMER

    DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI AUX PARTICIPANTS AU CONGRÈS PROMU PAR LE PARTI POPULAIRE EUROPÉEN (source)

    Salle des Bénédictions- Jeudi 30 mars 2006

    Eminents Parlementaires,
    Mesdames et Messieurs,

    Je suis heureux de vous recevoir à l'occasion des Journées d'étude sur l'Europe, organisées par votre groupe parlementaire. Les Pontifes romains ont toujours accordé une attention particulière à ce continent. L'audience d'aujourd'hui le démontre une nouvelle fois, et s'inscrit dans une longue série de rencontres entre mes prédécesseurs et  les  mouvements  politiques  d'inspiration  chrétienne. Je remercie M. Pöttering des paroles qu'il m'a adressées en votre nom, et je lui présente, ainsi qu'à chacun de vous, mes cordiales salutations.

    Actuellement, l'Europe doit faire face à des questions complexes de grande importance, telles que la croissance et le développement de l'intégration européenne, la définition toujours plus précise de politiques communes au sein de l'Union et le débat sur son modèle social. Pour atteindre ces objectifs, il sera important de s'inspirer, avec une fidélité créative, de l'héritage chrétien qui a apporté une contribution tout à fait particulière à la formation de l'unité de ce continent. En tenant compte de ses racines chrétiennes, l'Europe sera capable de donner une orientation sûre au choix de ses citoyens et de ses peuples, elle renforcera sa conscience d'appartenir à une civilisation commune et elle consolidera l'engagement de tous dans le but de faire face aux défis du présent en vue d'un avenir meilleur. Par conséquent, j'apprécie la reconnaissance accordée par votre groupe à l'héritage chrétien de l'Europe, qui offre de précieuses orientations éthiques dans la recherche d'un modèle social qui réponde de manière adéquate aux questions posées par une économie déjà mondialisée et par les mutations démographiques, en assurant la croissance et l'emploi, la protection de la famille, l'égalité des chances pour l'éducation des jeunes et la sollicitude pour les plus pauvres.

    Par ailleurs, le soutien que vous apportez à l'héritage chrétien peut contribuer de manière significative à tenir en échec une culture aujourd'hui très amplement diffusée en Europe qui relègue dans la sphère privée et subjective la manifestation des convictions religieuses de chacun. Des politiques élaborées sur ce principe n'ont pas seulement comme conséquence de dénier un rôle public au christianisme; de manière plus générale, elles refusent tout lien avec la tradition religieuse de l'Europe, qui est pourtant très claire, en dépit de ses diversités confessionnelles, en menaçant ainsi la démocratie elle-même, dont la force dépend des valeurs qu'elle défend (cf. Evangelium vitae, n. 70). Etant donné que cette tradition, précisément au sein de ce que l'on pourrait appeler son unité polyphonique, est porteuse de valeurs qui sont fondamentales pour le bien de la société, l'Union européenne ne peut trouver qu'un enrichissement à la reconnaître. Ce serait un signe d'immaturité, voire de faiblesse, de choisir de s'y opposer ou de l'ignorer, plutôt que de dialoguer avec elle. Dans ce contexte, il faut reconnaître qu'une certaine intransigeance séculière se révèle ennemie de la tolérance et d'une saine vision séculière de l'Etat et de la société. C'est pourquoi je me réjouis que le traité constitutionnel de l'Union européenne prévoie une relation organisée et permanente avec les communautés religieuses, en reconnaissant leur identité et leur contribution spécifique. Par dessus tout, j'ai confiance dans le fait que la mise en oeuvre effective et juste de cette relation commencera dès à présent, avec la co-opération de tous les mouvements politiques, indépendamment de leurs orientations partisanes. Il ne faut pas oublier que, lorsque les Eglises et les communautés ecclésiales interviennent dans le débat public, en exprimant des réserves ou en rappelant certains principes, cela ne constitue pas une forme d'intolérance ou une interférence, car ces interventions ne visent qu'à éclairer les consciences, en les rendant capables d'agir de manière libre et responsable, conformément aux exigences véritables de la justice même si cela peut entrer en conflit avec des situations de pouvoir et d'intérêt personnel.

    En ce qui concerne l'Eglise catholique, l'objet principal de ses interventions dans le débat public porte sur la protection et la promotion de la dignité de la personne et elle accorde donc volontairement une attention particulière à certains principes qui ne sont pas négociables. Parmi ceux-ci, les principes suivants apparaissent aujourd'hui de manière claire: 

    - la protection de la vie à toutes ses étapes, du premier moment de sa conception jusqu'à sa mort naturelle;

    - la reconnaissance et la promotion de la structure naturelle de la famille - comme union entre un homme et une femme fondée sur le mariage - et sa défense contre des tentatives de la rendre juridiquement équivalente à des formes d'union radicalement différentes qui, en réalité, lui portent préjudice et contribuent  à  sa  déstabilisation, en obscurcissant son caractère spécifique et son rôle social irremplaçable;

    - la protection du droit des parents d'éduquer leurs enfants.

    Ces principes ne sont pas des vérités de foi, même si ils reçoivent un éclairage et une confirmation supplémentaire de la foi; ils sont inscrits dans la nature humaine elle-même et ils sont donc communs à toute l'humanité. L'action de l'Eglise en vue de leur promotion n'est donc pas à caractère confessionnel, mais elle vise toutes les personnes, sans distinction religieuse. Inversement, une telle action est d'autant plus nécessaire que ces principes sont niés ou mal compris, parce cela constitue une offense contre la vérité de la personne humaine, une blessure grave infligée à la justice elle-même.

    Chers amis, en vous exhortant à un témoignage crédible et cohérent de ces vérités fondamentales à travers votre action politique, et plus fondamentalement à travers votre engagement à vivre de manière authentique et cohérente votre vie, j'invoque sur vous et sur votre activité l'assistance continue de Dieu et en gage de celle-ci, je vous donne de tout coeur ma Bénédiction, ainsi qu'à tous ceux qui vous accompagnent.

  • L'Union européenne agit-elle avec suffisamment de détermination comme acteur de la paix ?

    IMPRIMER

    De Monica Lugato, juriste, professeure ordinaire à l'Université LUMSA (Rome) sur Settimo Cielo :

    L'Europe et la guerre. De l'esprit d'Helsinki aux perspectives de paix

    1. L'Europe et la guerre

    L'agression de la Russie contre l'Ukraine a ramené la guerre en Europe. Ramenée parce que nous avons déjà eu une guerre en Europe, en 1999, lorsque l'OTAN a attaqué la Serbie. La guerre est une tragédie et nous devons faire au moins deux réflexions à mon avis.

    Le premier. Il y a seulement dix ans, en 2012, l'Union européenne, qui est la composante institutionnalisée de l'Europe, a reçu le prix Nobel de la paix, et la justification était qu'elle avait assuré pendant plus de six décennies la promotion de la paix, de la réconciliation, de la démocratie et des droits de l'homme en Europe.

    La deuxième considération. Il ne peut nous échapper que la valeur de la paix fait partie des valeurs fondamentales de la politique étrangère de l'UE. C'est écrit en toutes lettres dans les traités, et c'est la valeur qui devrait, voire doit, guider son action extérieure. Non seulement cela, mais l'Union européenne a l'obligation, en vertu des traités, de respecter strictement - je cite - le développement du droit international, les principes de la Charte des Nations unies, le multilatéralisme et, ce qui est peut-être encore plus intéressant ici, dans son action sur la scène internationale - disent encore les traités - elle est appelée à préserver la paix, à prévenir les conflits et à renforcer la sécurité internationale. Non seulement selon les principes de la Charte des Nations unies mais, comme cela est expressément mentionné, également selon les principes de l'Acte final d'Helsinki.

    Ainsi, ces deux constats minimaux m'amènent à poser une question : l'Union européenne agit-elle avec suffisamment de détermination comme acteur de la paix à ce stade précis ? Il est légitime de se poser cette question. Et il est légitime de poser cette question parce que si, d'une part, en tant que sujet de droit international, elle a condamné à juste titre et fermement l'agression de la Russie contre l'Ukraine, elle a également pris une série d'initiatives qui vont dans le sens absolument opposé à celui de la promotion de la paix, et je fais référence en particulier au sentiment qu'elle n'est pas loin de contribuer à "l'escalade", ne serait-ce que verbalement, et ensuite à deux initiatives récentes : la proposition de créer un tribunal pour les crimes commis par la Russie et encore la désignation de la Russie comme État terroriste. Or, il est douteux qu'à un moment comme aujourd'hui, ces initiatives soient conformes à son rôle d'acteur de la paix.

    2. L'esprit d'Helsinki

    Nous avons entendu des paroles importantes sur les conditions, l'histoire, dans lesquelles l'esprit d'Helsinki a mûri. Il me semble que je dois souligner, également d'un point de vue internationaliste, qu'un facteur qui me semble extrêmement pertinent à saisir pour aujourd'hui également, dans le style d'Helsinki, est la détermination qui a caractérisé cette conférence, son activation et ensuite son travail, la détermination avec laquelle on a voulu créer, recréer un climat de coopération entre les États européens sur la base d'un équilibre des forces, c'est-à-dire sur la base d'une hypothèse réaliste que c'était le facteur inévitable, qu'il était inutile de proposer de le surmonter : qu'il fallait accepter l'équilibre des forces sur le terrain, puis travailler avec l'équilibre de ces forces. Et cette coopération accrue pour coopérer même entre des États dissemblables, entre des États qui s'opposaient sur presque tous les fronts, a nécessairement entraîné comme condition de ce travail la tolérance pour les différences de chacun et la mise de côté de la moralisation idéologique autoréférentielle qui caractérise normalement les relations entre antagonistes.

    Helsinki, c'est aussi un style de relations, marqué par le respect mutuel de la souveraineté de l'autre. Chacun a eu le droit de s'exprimer, chacun a été respecté en tant qu'entité souveraine, ce qui est tout à fait conforme au principe fondamental du droit international, qui est celui de l'égalité souveraine. Et aussi la reconnaissance, peut-être à contrecœur pour certains, du droit de chacun des États participant à la conférence d'Helsinki, aussi différents, aussi désagréables que soient leurs systèmes, de développer librement leur propre système politique, leur propre système économique, social et culturel, et de le faire avec la large liberté de déterminer leurs propres lois et règlements, de décider de conclure ou non des accords internationaux, de faire partie ou non d'alliances, de rester neutre ou non. La méthode était très coopérative, malgré, je le répète, les différences. Cela me semble extrêmement significatif pour aujourd'hui. Coopérative et égale, marquée justement par le respect de la souveraineté de chacun des Etats participants, qu'ils soient amis ou non.

    Or, à la lumière de cela, ce que l'esprit d'Helsinki suggère pour aujourd'hui, c'est qu'il faut avoir une attitude de réalisme conscient pour entamer un dialogue entre différents, entre antagonistes, entre pays qui sont certes antagonistes, différents, divisés, mais qui sont proches, qui sont contigus. Et donc qu'il est tout à fait inéluctable de rétablir les conditions de la solution de problèmes très graves qui concernent tout le monde.

    Lire la suite

  • Succès de la mobilisation pro-vie à La Valette

    IMPRIMER

    Du Times of Malta (Giulia Magri) :

    Des milliers de personnes se rassemblent à La Valette pour protester contre la réforme de la loi sur l'avortement

    Les manifestants ont défilé de Castille jusqu'au palais de justice, pour protester contre les projets du gouvernement.

    4 décembre 2022

    Des milliers de manifestants, hostiles aux amendements proposés à la loi sur l'avortement à Malte, se sont rassemblés à La Valette dimanche après-midi, répondant à l'appel des organisateurs pro-vie.

    Les militants se sont rassemblés autour d'une grande affiche d'un nouveau-né qui a été étalée dans les escaliers menant à Castille, le bureau du Premier ministre. Les manifestants ont également déployé des drapeaux maltais et des posters de nouveau-nés sur la place.

    Les officiers de police supervisant l'événement ont refusé de fournir une estimation de la taille de la foule, qui semblait se compter par milliers, remplissant la place Castille et se répandant dans les rues voisines. Les organisateurs ont déclaré qu'ils pensaient qu'environ 20 000 personnes avaient assisté à l'événement.   

    Des hommes et des femmes, jeunes et vieux, ont été vus portant des pancartes roses et blanches disant "Zomm l-abort l'barra minn Malta" (Maintenez l'avortement hors de Malte), "Ipproteġu lil uliedna" (protégez nos enfants) et "Jien m'għandix vuċi" (Je n'ai pas de voix). La foule a scandé " le għall-abort, iva għall-ħajja " (non à l'avortement, oui à la vie) en défilant de Castille à la rue de la République et vers le palais de justice. 

    La manifestation était organisée par la Life Network Foundation, en collaboration avec Doctors for Life et I See Life.  

    Participants et orateurs

    L'ancienne présidente Marie-Louise Coleiro Preca a pris la tête de la manifestation, marchant aux côtés des organisateurs derrière une bannière sur laquelle on pouvait lire "L-emenda tal-gvern iddaħħal l-abort" (L'amendement du gouvernement introduira l'avortement).

    Parmi les participants se trouvaient l'archevêque Charles Scicluna et le leader du parti nationaliste Bernard Grech, qui plus tôt dimanche a exhorté les députés travaillistes à s'élever contre les plans du gouvernement. 

    Pendant que les manifestants défilaient, des bénévoles se promenaient avec des panniers, sollicitant des dons. Un organisateur a déclaré à la foule que l'argent collecté serait utilisé pour financer leur campagne anti-avortement. 

    Diverses chansons pop ont été diffusées par un système de haut-parleurs installé pour l'événement. Parmi les morceaux choisis, on trouve " Life is Life " d'Opus et " Don't You Want Me Baby " de The Human League. 

    Les discours ont été précédés d'une minute de silence à la mémoire de Bernice Cassar, une mère de deux enfants assassinée il y a deux semaines, et de Jean-Paul Sofia, un ouvrier de 20 ans mort dans l'effondrement d'un chantier de construction samedi. 

    Coleiro Preca a déclaré à la foule qu'elle souhaitait que l'amendement proposé soit modifié pour apaiser les esprits. "Le manque de clarté de cet amendement me préoccupe, ainsi que beaucoup d'autres personnes", a-t-elle déclaré. "Il ne nous rassure pas sur le fait que l'avortement n'entrera pas dans notre pays". La question, a-t-elle dit, dépasse les clivages politiques ou religieux, et mérite une discussion sérieuse et mature. "Nous appelons le gouvernement à rencontrer des experts, des organisations civiles, à discuter avec les parties prenantes et à prendre note du document de position", a déclaré Mme Coleiro Preca, faisant référence à un document de position publié par un groupe d'universitaires et approuvé par elle-même et un ensemble d'ONG. L'ancienne présidente a également exhorté les médias à faire preuve d'"éthique" dans leurs reportages et à refléter "les droits de la mère et de l'enfant qui n'ont pas voix au chapitre".

    Dans un appel vidéo, le juge à la retraite Giovanni Bonello a déclaré que la nouvelle loi ouvrirait la porte à "l'avortement sur demande". Les femmes, les médecins et les infirmières sont déjà protégés par la loi dans sa forme actuelle, a-t-il fait valoir. "Aucune infirmière, aucun médecin, aucune femme n'a été poursuivi en justice parce que la grossesse a été interrompue pour sauvegarder la vie de la mère", a déclaré M. Bonello.

    S'exprimant au nom du groupe I See Life, Maria Formosa a déclaré qu'ils étaient là pour défendre les enfants à naître. "Avec un avortement, vous perdez toujours une vie", a-t-elle déclaré. "Nous savons qu'il y a des femmes qui souffrent de nombreux problèmes, des problèmes de santé et des problèmes sociaux, mais l'avortement n'est pas la réponse. La réponse est de fournir le bon soutien."

    Miriam Sciberras, leader de la Fondation Life Network et organisatrice de la manifestation, a conclu les discours. "A quelques jours de Noël, cet amendement a été présenté, pour tuer un bébé, sans aucune forme de discussion", a-t-elle déclaré. Les amendements présentés par le gouvernement sont remplis de mots "vagues" et "peu clairs", a-t-elle dit, et ne font aucune mention de la vie des enfants à naître. "Ce n'est pas une porte ou une fenêtre vers l'avortement, mais une route vers l'avortement", a-t-elle déclaré. "Nous sauvegardons tant de minorités, tant de lois pour protéger les animaux, l'environnement, les lois protègent les œufs de tortue- mais nous ne soutenons pas la vie dans un utérus ?". Miriam Sciberras a demandé si la loi était adoptée à la hâte par le Parlement parce qu'Andrea Prudente, une femme dont la situation difficile a incité les législateurs à rédiger les amendements, poursuit maintenant le gouvernement. 

    Elle a demandé aux députés de représenter les préoccupations de la population et a déclaré que la Fondation Life Network envisagerait d'intenter une action en justice si les amendements étaient imposés par le Parlement. Mme Sciberras a également annoncé que la Fondation organiserait une veillée le mercredi 7 décembre à 18 heures devant le Parlement. Les personnes qui y assisteront devront apporter des bougies rouges, a-t-elle précisé. 

    Pourquoi les manifestants protestent-ils ?

    Un projet de loi qui rendra l'avortement légal lorsque la vie d'une femme enceinte est en danger ou que sa santé est "gravement menacée" est actuellement en discussion au Parlement. Les amendements, annoncés pour la première fois le mois dernier, visent à libérer les médecins et les femmes enceintes de la menace de poursuites pénales en cas d'interruption de grossesse pour des raisons de santé. 

    Malte est le seul pays de l'UE à interdire totalement l'avortement et, en vertu du code pénal maltais, toute personne qui cherche à avorter ou aide à le faire est passible d'une peine de 18 mois à trois ans de prison.

    Le Premier ministre Robert Abela a déclaré qu'il reviendrait à chaque médecin de décider si la santé ou la vie d'une femme est "gravement menacée". 

    Alors que le gouvernement a fait valoir que les amendements sont destinés à protéger les médecins et les mères dans des cas extrêmes - et rares - les critiques affirment que la formulation des amendements est si vague qu'elle conduira à l'introduction de l'avortement dans la loi.  

    Ils affirment que le gouvernement se hâte d'adopter les changements juridiques sans débat public et craignent que la formulation des amendements ne permette d'obtenir un avortement pour des raisons futiles ou sur la base d'un diagnostic de santé mentale. 

    Outre le mouvement pro-vie, l'Église et l'opposition s'opposent à la réforme. 44 autres organisations, plus de 80 universitaires et 450 médecins s'opposent également aux changements juridiques proposés par le gouvernement.

  • "Nous sommes en voie d’apostasie accélérée"

    IMPRIMER

    De Guillaume Drago sur le site de La Nef :

    Apostasie

    Apostasie : « abandon public d’une religion, d’une doctrine, d’un parti » (Petit Larousse illustré, 1986). Cette définition, au style presque vieilli tant elle est simple et claire, dit bien ce qu’elle veut dire : apostasier, c’est se renier, dans ses convictions les plus fortes. C’est l’apostasie de l’Europe occidentale à laquelle on assiste, sans que cela ne semble émouvoir grand monde.

    Le continent européen est en voie d’apostasie généralisée. Chacun le sait, le voit et ne dit rien parce que nous nous sentons tous, en quelque sorte, responsables de celle-ci. Quelques esprits clairs le disent, avec leurs mots, leur style, leur pensée. On pense à Chantal Delsol et à sa Fin de la chrétienté (1), à Jean-Luc Marion avec sa Brève apologie pour un moment catholique (2) ou Pierre Manent dont le dernier ouvrage Pascal et la proposition chrétienne (3) est une remarquable tentative de sauvetage de ce que la civilisation occidentale et particulièrement française recèle encore de christianisme.

    Rejet général du christianisme

    Nous sommes en voie d’apostasie accélérée car tout ce qui faisait le christianisme occidental et qui « tenait » la société, comme le ciment « tient » le mur, est aujourd’hui rejeté de la façon la plus générale qui soit. Ce processus restera sans doute dans l’histoire des civilisations comme le témoignage du plus grand sabordage culturel et religieux provoqué non par des coups de boutoir extérieurs, à l’image des grandes invasions et des conversions forcées, mais par ceux-là mêmes qui en ont été les dépositaires.

    Qu’on en juge, si on veut évidemment le voir, tant la cécité de ceux qui ont sacrifié aux idoles du modernisme culturel et religieux est forte et sombre (« ils ont des yeux et ils ne voient pas, ils ont des oreilles et ils n’entendent pas », dit le Psaume).

    Lire la suite sur le site de La Nef

    (1) Chantal Delsol, La fin de la chrétienté. L’inversion normative et le nouvel âge, Cerf, 2021.
    (2) Jean-Luc Marion, Brève apologie pour un moment catholique, Grasset, 2017.
    (3) Pierre Manent, Pascal et la proposition chrétienne, Grasset, 2022.