Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Philosophie

  • Le nouveau prix Nobel de physique autrichien: "un scientifique ouvert à la transcendance"

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    Schönborn à propos de Zeilinger : "Un scientifique ouvert à la transcendance"

    6 octobre 2022

    Le cardinal de Vienne félicite le nouveau prix Nobel de physique autrichien : "Interlocuteur et scientifique de renommée mondiale qui ne considère pas la science comme une raison d'exclure la transcendance".

    Vienne (kath.net/KAP) "C'est avec une grande joie" que le cardinal Christoph Schönborn a réagi à l'annonce de l'attribution du prix Nobel de physique à Anton Zeilinger et a salué en lui un "scientifique ouvert à la transcendance et un interlocuteur de rang mondial". "Je le place dans la lignée des très grands scientifiques", a souligné l'archevêque de Vienne mardi dans un entretien avec Kathpress. Pour lui, Zeilinger fait partie "de ces scientifiques qui ne considèrent pas leur science comme une raison d'exclure la transcendance".

    En 1996 déjà, Zeilinger, alors professeur de physique expérimentale à l'université d'Innsbruck, avait reçu le prix d'honneur du cardinal Innitzer de l'archidiocèse de Vienne. Le cardinal Schönborn avait alors remis le prix à Zeilinger, avec lequel des rencontres et des entretiens ont eu lieu par la suite. "Je me souviens très bien d'une discussion avec le professeur Zeilinger et ses doctorants sur la création et l'évolution", a déclaré Schönborn. Le rapport entre la science et la foi a "toujours été un thème" pour Zeilinger.

    Un physicien quantique croyant

    Au cours de sa carrière, Zeilinger s'est souvent prononcé en faveur d'une cohabitation entre la science et la religion. Selon lui, il n'y a de conflit que lorsque l'une des deux disciplines dépasse son domaine de compétence. Si au début du Moyen-Âge, l'Église défendait des positions parfois indéfendables, de telles violations proviennent aujourd'hui des sciences naturelles. Les représentants de ces dernières pensent parfois pouvoir réfuter une vision religieuse du monde ou la tourner en dérision - ce qui est "absurde", car "Dieu n'est pas saisissable". Pour Zeilinger, trouver une synthèse entre les deux domaines est l'une des tâches centrales de l'avenir.

    Zeilinger a également tenu à plusieurs reprises des conférences sur le thème "Raison et foi". En 2017, à l'occasion des 25 ans de sacerdoce de l'archevêque Franz Lackner, il a cité un autre prix Nobel de physique, Werner Heisenberg (1901-1976) : "La première boisson de la coupe des sciences naturelles rend athée, mais Dieu attend au fond de la coupe". Il avait également été séduit par une phrase de Joseph Ratzinger : "Il n'y a pas de foi sans doute, mais le croyant peut se consoler en se disant que même l'incroyant doute parfois".

    L'attribution du prix Nobel de physique à Zeilinger avait été annoncée mardi lors d'une conférence de presse à Stockholm. Le Français Alain Aspect et l'Américain John F. Clauser ont également été annoncés comme lauréats, en même temps que l'Autrichien de 77 ans. Tous trois ont réalisé des expériences révolutionnaires sur les états quantiques intriqués, dans lesquels deux particules se comportent comme une unité, même si elles sont séparées, a expliqué le jury. Les résultats auraient ouvert la voie à des technologies basées sur l'information quantique, comme l'ordinateur quantique.

    Zeilinger est originaire de Ried im Innkreis (Haute-Autriche) et est considéré comme un pionnier de la transmission d'informations quantiques entre photons, domaine dans lequel il a réalisé de nombreuses percées et établi des records de transmission au cours des dernières décennies. La physique quantique a entre-temps franchi le pas de la discipline philosophique vers l'application technologique, mais de nombreuses questions fondamentales restent sans réponse, a souligné le nouveau lauréat du prix Nobel. Le prix, doté de dix millions de couronnes suédoises (près de 920.000 euros), sera remis à Zeilinger, ainsi qu'à Aspect et Clauser, le 10 décembre à Stockholm, jour de la mort du fondateur Alfred Nobel.

  • Liège, 6 octobre : "Et si Dieu existait"; grande conférence avec Olivier Bonnassies et Michel-Yves Bolloré

    IMPRIMER

    Conference jeudi6octobre2022_complete web.jpg

  • "Kant est la marâtre de l’agnosticisme contemporain" (Philo à Bruxelles, 18 octobre)

    IMPRIMER

    image-evenement-20221018.jpg

    Kant, marâtre de l’agnosticisme contemporain

    ou : Comment conserver la santé mentale avec une belle-mère métaphorique, mais néanmoins encombrante ?

    De quoi sera-t-il question ? D’un sujet grave et sérieux, pour commencer, et strictement philosophique celui-là. Qui d’entre nous a lu Kant ? Moi certes un peu, quand je le devais et que je parvenais à garder les yeux ouverts devant le dénuement glacé et l’accablante technicité de sa prose, que j’avoue cependant ne connaître que par traduction interposée. Mais il n’est pas nécessaire d’avoir lu Kant pour être kantien : ce sera le sujet de notre première conférence. Pour le dire d’un mot, Kant est la marâtre de l’agnosticisme contemporain, l’éminence grise qui, en coulisses, rend compte d’un état d’esprit largement répandu chez nous, Occidentaux, qui, à cause de Kant, nous sommes si universellement murés dans un scepticisme qui ne nous empêche pas de dogmatiser.

    De Dieu, diront en effet beaucoup de nos contemporains avec l’aplomb de ceux qui détiennent un savoir certain, de Dieu nous ne pouvons pas dire s’il est ou s’il n’est pas. Dogmatisme et scepticisme. S’agit-il de deux postures contradictoires ? Pas du tout : nous verrons, en effet, comment la pensée de Kant explique la catastrophe agnostique contemporaine. Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir ; et nous sommes, nous, beaucoup plus kantiens que nous ne l’imaginons. Heureusement, on peut sortir de l’impasse kantienne par le haut, en particulier avec l’aide de saint Thomas : le Docteur d’Aquin, le « génie intelligent » (pour reprendre l’expression du P. dominicain Charles-Damien Boulogne), nous prescrira le remède qui nous permettra de ne pas étouffer en demeurant confinés avec l’envahissante marâtre de Königsberg.

  • Un auteur injustement oublié : Hilaire Belloc

    IMPRIMER

    A écouter sur Radio Notre-Dame :

    L'émission "Le grand témoin" de Louis Daufresne du 22 septembre 2022 consacrée à Hilaire Belloc.

    Et, du site des Editions Artège :

    Les grandes hérésies

    L'Eglise dans la tourmente

    Benjamin Ferrando
    Hilaire Belloc

    Qu'est-ce qu'une hérésie ? Quelles ont été les grandes hérésies du passé ? Quel profit pouvons-nous encore tirer de leur étude ?
    Cet ouvrage nous offre sans doute la meilleure synthèse jamais publiée sur le sujet. La confusion et le manque de sens des proportions propres à l'esprit moderne ont rendu la question obscure voire inintelligible ; elle demeure pourtant essentielle pour qui voudrait non seulement comprendre les ressorts profonds de notre histoire, mais aussi identifier les sources de nos convulsions présentes.
    Servi par l'écriture claire et limpide, l'érudition colossale et le souffle prophétique de l'auteur, cet essai condense et met en scène les plus redoutables tentatives de subversion dont a fait l'objet l'Église catholique, depuis ses origines jusqu'à nos jours :
    • L'hérésie arienne et sa cristallisation au coeur de l'Empire romain.
    • L'islam, dont Belloc annonce l'inévitable résurgence.
    • L'hérésie albigeoise, forme médiévale de l'affection manichéenne.
    • La Réforme et l'implosion moderne de la Chrétienté.
    • L'entreprise de destruction contemporaine, manifeste à tous les plans de la vie sociale.

    Hilaire Belloc (1870-1953) est un géant oublié des lettres anglaises. Grand ami de G.K. Chesterton, cet historien, figure incontournable de la pensée catholique au XXe siècle, a laissé une oeuvre de plus de 150 ouvrages, aussi divers que substantiels.

    Cette première traduction française de The Great Heresies (1938 constitue un événement éditorial majeur. Nous la devons à Benjamin Ferrando dont le prologue particulièrement riche et savoureux nous présente un écrivain unique, un homme aussi lucide qu'attachant qui mit toute sa combativité au service de la Vérité.
     
  • Rome : le thomisme remis au goût du jour ?

    IMPRIMER

    De Loup Besmond de Senneville sur le site du journal La Croix :

    À Rome, un congrès « événement » sur la théologie de saint Thomas d’Aquin 

    Plus de 300 théologiens du monde entier ont ouvert lundi 19 septembre, à Rome, un congrès thomiste international.

    19/09/2022

    Cela n’était plus arrivé depuis presque vingt ans. 300 théologiens venus du monde entier ont assisté, lundi 19 septembre, à l’ouverture du Congrès thomiste international. Au cœur de leurs travaux, dans le grand amphithéâtre de l’Angelicum, à Rome : la réflexion sur les ressources de la tradition liée aux enseignements de saint Thomas d’Aquin dans le « contexte actuel ».

    Pendant six jours, théologiens et philosophes italiens, américains, français, espagnols ou polonais doivent se succéder à la tribune de ce qui constitue, pour bien des penseurs de ce courant théologique, un « événement ». Et pour cause : aucun colloque de ce genre ne s’était tenu depuis 2003. Et depuis trois ans – pandémie de Covid oblige –, il a sans cesse été repoussé.

    « La grâce n’abolit pas la nature »

    Le programme de ce colloque, organisé à la fois par l’Angelicum et l’Académie pontificale Saint-Thomas-d’Aquin, reflète d’ailleurs la volonté des théologiens thomistes de vouloir réfléchir, au milieu d’autres thématiques plus classiques dans ce genre de colloque, aux enjeux actuels de la société, y compris avec les questions les plus contemporaines.

    C’est le cas du philosophe Gregory Reichberg, membre de l’Institut de recherche sur la paix d’Oslo, qui proposera le 20 septembre une réflexion sur l’intelligence artificielle et la métaphysique thomiste, tandis que les participants pourront aussi entendre des contributions sur les neurosciences.

    « Le principal et essentiel (principe de base du thomisme) tient dans l’adage que la grâce n’abolit pas la nature, mais la parfait et la perfectionne », écrit le dominicain Guy Bedouelle dans l’article « Thomisme » du Monde du catholicisme (Éd. Bouquins, 1 536 p., 34 €). « Ainsi, poursuit-il, ce qui peut être cru par la foi ne peut contredire ce qui est connu par la raison. »

    Mais si les principes n’ont pas changé, ces dernières décennies la doctrine développée par saint Thomas d’Aquin (1224-1274), qui a inspiré depuis d’innombrables commentateurs et penseurs, a changé de statut dans l’Église catholique.

    « Option théologique que l’on choisit librement »

    Car le thomisme n’est plus, aujourd’hui, la doctrine officielle qu’elle était avant le concile Vatican II. Elle n’est pas non plus, admet le frère Serge-Thomas Bonino, doyen du département de philosophie de l’Angelicum, cet « outil de répression contre les modernistes » qu’elle était dans la première moitié du XXe siècle. « Nous sommes passés d’une époque durant laquelle tout le monde devait être thomiste à une option théologique que l’on choisit librement », poursuit-il. « Après le Concile, le thomisme a perdu son caractère quasi officiel dans l’Église catholique », retrace le père Bonino.

    Parmi les théologiens présents au colloque de Rome, beaucoup viennent des États-Unis, où le thomisme connaît un engouement important. « Par rapport à 2003, on observe un réel basculement vers les États-Unis, alors que les hispaniques étaient très présents », constate le père Bonino. « Aux États-Unis, tout un courant du thomisme est très marqué par la logique et la rigueur du raisonnement, qui oublie un peu la dimension historique du thomisme », explique le dominicain.

    Lire la suite

  • A découvrir : "Rome ou Babel. Pour un christianisme universaliste et enraciné" de Laurent Dandrieu (13 septembre- éditions Artège). Mathieu Bock-Côté (Préface)

    IMPRIMER

    Découvrez "Rome ou Babel. Pour un christianisme universaliste et enraciné" de Laurent Dandrieu (13 septembre- éditions Artège). Mathieu Bock-Côté (Préface)

    À l'heure des migrations de masse, des pandémies mondiales, du réchauffement planétaire et des multinationales omnipotentes, la notion d'enracinement semble vouée à la ringardise. Pour beaucoup de chrétiens, elle paraît s'opposer de plus en plus à l'impératif de fraternité universelle. L'idée s'impose qu'il faudrait choisir entre la patrie du ciel et la patrie terrestre, qu'il serait urgent de dépasser les frontières pour réaliser l'unité du genre humain. L'universalisme semble n'être plus qu'un autre nom du mondialisme. Pour Laurent Dandrieu, cette vision est en contradiction avec l'essence même du catholicisme, religion de l'incarnation. Une contradiction aussi avec l'idée même d'universalisme chrétien, unité spirituelle qui a toujours marché main dans la main avec l'attachement de l'Église à la diversité des peuples et des cultures.

    À contre-courant des oppositions binaires, l'auteur renouvelle de fond en comble le sujet, appuyé sur un imposant travail de recherche et une analyse précise des textes catholiques. Ouvrant un débat vital pour l'avenir du christianisme, il défend l'idée qu'en oubliant l'esprit de la Pentecôte au profit de son exact contraire qu'est la tentation de Babel, l'Église prêterait la main à son pire ennemi, ce mondialisme qui vise à arracher l'homme à tous ses liens, culturels, historiques, humains et religieux.

    Appel vibrant à un renouveau catholique, Rome ou Babel trace une ligne de crête exigeante : la voie étroite qui mène à Dieu passe par une contribution singulière et enracinée à la civilisation chrétienne. « Un ouvrage essentiel, d'une exceptionnelle richesse. » (Mathieu Bock-Côté)

    Laurent Dandrieu est essayiste et journaliste. Il est l'auteur d'une dizaine de livres sur les questions religieuses, le cinéma ou l'histoire de l'art.

    A retrouver chez votre libraire et sur EditionsArtege.fr https://www.editionsartege.fr/livre/f...

  • Liège, 6 octobre : grande conférence "Et si Dieu existait ?"

    IMPRIMER

    unnamed.jpg

    « Le livre « Dieu, la science, les preuves » est un succès de librairie avec 180.000 exemplaires vendus en neuf mois. Les auteurs ont pour objectif de donner au lecteur les éléments nécessaires pour réfléchir à la question de l’existence d’un dieu créateur. « Notre souhait est qu’au terme de cette lecture, vous puissiez avoir en main tous les éléments pour décider de ce que vous voulez croire, en toute liberté et de manière éclairée.» .

    Inscription via :

    https://www.eventbrite.co.uk/e/billets-conference-et-si-dieu-existait-389684756597

    Ou par tél. 04 344 10 89 ou GSM 0498 334 694

    Ou par email : conference6octobre.liege@gmail.com  

     P.A.F. :

    En ligne, jusqu’au 4 octobre : étudiants 3€, autres 12€

    À l’accueil : étudiants 5€, autres 15€

    unnamed (1).jpg

  • Le pape François modifie la gouvernance de l'Opus Dei : mais qu'est-ce que cela signifiera ?

    IMPRIMER

    Alors que la direction de la prélature personnelle souligne son acceptation filiale de la décision de François, mais les avocats canonistes soulignent l'importance du changement. Lu sur le National Catholic Register :

    « NEW YORK – Lorsque le pape François a décrété le 22 juillet que le chef de l'Opus Dei, connu sous le nom de prélat, ne serait plus évêque comme les deux derniers dirigeants l'avaient été, la décision a été adoptée par la direction du groupe sans la moindre protestation.

    "La volonté du Pape de mettre en évidence la dimension charismatique de [l'Opus Dei] nous invite désormais à renforcer le climat familial d'affection et de confiance : le Prélat doit être un guide mais, avant tout, un père", lit -on dans une réponse formelle émise par Mgr. Fernando Ocariz , l'actuel prélat de l'Opus Dei. 

    Mgr. Ocáriz a souligné l'acceptation filiale du groupe de la décision du Saint-Père, qui, selon le pape François, a été prise afin de fonder la gouvernance de l'institut ecclésial "plus sur le charisme que sur l'autorité hiérarchique". 

    Mgr. Le message rassurant d'Ocáriz a été repris par Brian Finnerty, directeur américain de la communication de l'Opus Dei.

    "Nous voulons que ce moment soit l'occasion d'approfondir ce merveilleux charisme que Dieu a confié à notre fondateur, et nous voyons le Pape nous encourager à le faire", a déclaré Finnerty au Register.

    Mais alors que la direction de l'Opus Dei a accepté les modifications, qui incluent le transfert de la supervision de la prélature personnelle du Dicastère pour les évêques au Dicastère pour le clergé, sans hésitation, les canonistes contactés par le Registre ont exprimé leur surprise face à la décision du pape François. Et bien que ces experts en droit de l'Église aient déclaré que le motu proprio du Pape , Ad Charisma Tuendum (Garder le charisme), n'affecterait pas nécessairement la vie quotidienne des plus de 93 000 membres de l'Opus Dei, ils se sont demandé si des changements significatifs étaient nécessaires.  

    Prélature personnelle

    L'Opus Dei est devenu la première et la seule prélature personnelle en 1982, lorsque saint Jean-Paul II a publié la constitution apostolique Ut Sit de 1982 , peu de temps avant de publier la révision du Code de droit canonique de 1983, qui cherchait à incorporer les enseignements du Concile Vatican II dans Loi de l'Église.

    Cette création de la prélature personnelle semblait cohérente avec les discussions du Concile Vatican II autour de la création de nouvelles entités, telles que les prélatures, les vicariats ou les ordinariats, qui pourraient servir les catholiques dont les besoins particuliers ne sont pas satisfaits dans la structure diocésaine géographique. Ce groupe de catholiques comprenait des soldats vivant sur des navires et des bases militaires étrangères et des laïcs suivant un charisme particulier. 

    Cela correspondait également au désir de saint Josémaria Escrivá, qui, en 1928, fonda une organisation de laïcs, de femmes et de prêtres dédiée à l'idée que tous les hommes - pas seulement le clergé ou les religieux - sont appelés à la sainteté personnelle dans la vie ordinaire. Il a qualifié son groupe d'"Œuvre de Dieu" - en latin, "Opus Dei".

    Lire la suite

  • Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix - "Fille d'Israël" (KTO)

    IMPRIMER

    De KTO Télévision :

    Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix - "Fille d’Israël"

    En 1933, Edith Stein entre au Carmel sous le nom de Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix. Comment cette juive pratiquante formée à la pensée logique et rationaliste à la prestigieuse Université de Göttingen a-t-elle pu sauter le pas de la foi ? Le documentaire propose de lever le voile sur le parcours singulier de cette religieuse allemande, écrivaine prolixe, disciple d’Edmund Husserl. Fait de découvertes intellectuelles, de rencontres décisives et d’une expérience personnelle de la guerre en tant qu’infirmière de la Croix Rouge auprès des blessés du premier conflit mondial, son cheminement ne présente pas moins une profonde unité. Unité dans le Christ que cette « fille d’Israël » suivra jusqu’à la Croix en donnant sa vie par « fidélité à son peuple » au camps d’extermination d’Auschwitz, le 9 août 1942.

    UNE COPRODUCTION SUNSET PRESSE/KTO 2021 - Réalisée par Alexandre Dolgorouky

  • Prouver l'existence de Dieu par la raison naturelle grâce à la philosophie

    IMPRIMER

    De Charles-Henri d'Andigné sur le site de Famille Chrétienne :

    « L’existence de Dieu peut être prouvée par la raison naturelle grâce à la philosophie »

    L’ouvrage s’adresse à trois types de personnes. Aux chrétiens engagés qui cherchent à mieux comprendre leur foi et qui veulent répondre aux objections diverses du scepticisme contemporain. Aux chrétiens « de culture », qui ont reçu une éducation vaguement religieuse, mais qui ont fini par abandonner la foi. Enfin, aux sceptiques ouverts d’esprit et intéressés par toute démarche rationnelle touchant à l’existence de Dieu, voire à la possibilité d’une « vérité religieuse ».

    Qu’est-ce que l’apologétique ?

    L’apologétique, du grec apologia (ce qui signifie « défense »), est une branche de la théologie chrétienne qui cherche à donner des justifications rationnelles à l’ensemble de la foi chrétienne (en tant que doctrine). Cette science des raisons de croire a surtout pour objet de montrer aux incroyants la vérité de la Révélation chrétienne par le biais d’arguments purement rationnels et de donner aux croyants les ressources pour consolider leur foi, les aidant à sortir des périodes de doute.

    Vous évoquez le commencement et le « réglage fin » de l’univers… Sont-ce véritablement des preuves de l’existence de Dieu ou des arguments qui vont dans ce sens ?

    Tout dépend de ce qu’on entend par le mot « preuve ». Prise dans son sens large, une preuve désigne un « raisonnement propre à établir solidement la vérité », c’est-à-dire un raisonnement qui permet d’accréditer une thèse et d’infirmer son contraire. Les preuves en mathématiques sont d’une certitude absolue ; les preuves en matière scientifique ou historique sont d’une certitude relative. En philosophie, on parle de preuve lorsqu’il y a un argument logiquement valide et qu’il comporte de vraies prémisses (1). L’Eglise enseigne que l’existence de Dieu peut être prouvée par la raison naturelle grâce à la philosophie. En revanche, rien n’empêche que la science puisse confirmer certaines prémisses dans les arguments philosophiques. En ce qui concerne le commencement de l’univers, je pense que la science vient confirmer ce que la philosophie est capable de démontrer.

    lire la suite sur le site de Famille Chrétienne

  • Prouver Dieu, la différence homme-femme, le sacerdoce : une émission (Esprit des Lettres) à ne pas manquer sur KTO

    IMPRIMER

    De KTO Télévision, une émission à ne pas manquer :

    L’Esprit des Lettres de juin 2022 : P. François Euvé, René Écochard, P. François Potez

    01/07/2022

    Jean-Marie Guénois a choisi pour vous des lectures de vacances plus exigeantes que beaucoup de ses confrères. Mais l’été n’est-il pas l’occasion de méditer sur l’essentiel ? Le père François Euvé, aiguillonné par des publications récentes proposant des preuves de l’existence de Dieu, enrichit le débat, de sa plume alerte (La science, l’épreuve de Dieu? chez Salvator). René Écochard fait un remarquable travail de compilation des découvertes et savoirs sur la différence homme-femme, aujourd’hui souvent relativisée. Il nous offre Homme, femme... ce que nous disent les neurosciences chez  Artège. Enfin, le père François Potez, dans « La grave allégresse » - être prêtre aujourd’hui, chez Mame, délivre une réflexion sur le sacerdoce fondée sur des années de ministère et d’accompagnement. UNE COPRODUCTION KTO-JDS-LA PROC.