Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Persécutions antichrétiennes

  • Le pape demande de prier pour les catholiques chinois

    IMPRIMER

    De Nico Spuntoni sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Le pape demande de prier pour les catholiques chinois

    23-05-2022

    À la veille de la comparution du cardinal Zen devant le tribunal, le Pape, lors du Regina Coeli, évoque la complexité des événements qui affectent l'Église en Chine et prie pour qu'"elle puisse vivre en communion effective avec l'Église universelle".

    Quarante-huit heures avant la comparution du cardinal Joseph Zen devant le tribunal de Hong Kong, le pape François a évoqué la situation des catholiques chinois après le Regina Coeli récité sur la place Saint-Pierre. Il l'a fait pour dire qu'il suit "avec attention et participation la vie et les vicissitudes des fidèles et des pasteurs, souvent complexes" en Chine et a appelé les fidèles à s'unir à sa prière "afin que l'Église en Chine, dans la liberté et la tranquillité, puisse vivre en communion effective avec l'Église universelle et exercer sa mission d'annoncer l'Évangile à tous, offrant ainsi également une contribution positive au progrès spirituel et matériel de la société". Le Souverain Pontife a rappelé que dans deux jours sera célébré le mémorial liturgique de Marie Auxiliatrice, "particulièrement ressenti par les catholiques de Chine". Et c'est précisément le 24 mai que le cardinal Zen, arrêté le 11 mai et libéré sous caution, devrait répondre aux autorités de Hong Kong des accusations de collusion avec des forces étrangères. 

    Jusqu'à présent, publiquement, le Saint-Siège s'est limité à exprimer sa "préoccupation" concernant l'arrestation de l'archevêque émérite de Hong Kong et à faire savoir qu'il suit "avec une extrême attention l'évolution de la situation". Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État et souvent critiqué par Zen pour ses actions, a ensuite publié quelques déclarations sur l'affaire dans lesquelles il a nié que l'arrestation puisse représenter une défaite de l'accord provisoire avec la République populaire de Chine, tout en admettant que "des initiatives comme celles-ci peuvent compliquer le chemin déjà complexe et pas simple du dialogue".

    La politique étrangère a marqué l'agenda dominical du Saint-Siège : sur la question du conflit russo-ukrainien, en effet, l'hypothèse d'un rôle direct du Pape dans une éventuelle négociation de paix a refait surface. Monseigneur Paul Richard Gallagher, qui vient de rentrer de sa mission en Ukraine, en a parlé : le secrétaire pour les relations avec les Etats de la Secrétairerie d'Etat a déclaré à Vatican News que Kiev "doit se défendre et pour ce faire, elle doit recevoir une aide, y compris militaire". Une position qui, jusqu'à présent, n'avait pas été soutenue publiquement par le Saint-Père lorsqu'il était interrogé sur le sujet. Le prélat britannique, qui a mis en cause le début d'une nouvelle course aux armements en Europe, a ensuite évoqué le "rôle stratégique" que le pape pourrait jouer dans la résolution du conflit, affirmant qu'"il y a des espaces" pour que cela se produise.

    Hier, cependant, après la récitation de la prière mariale depuis la fenêtre du Palais apostolique, François a tenu à saluer et à remercier les participants à la manifestation pro-vie "Choisissons la vie" qui a défilé dans les rues du centre de Rome samedi après-midi, en partant de l'ancienne Piazza Esedra et en remplissant ensuite la Piazza San Giovanni in Laterano. "Je vous remercie pour votre engagement en faveur de la vie et pour la défense de l'objection de conscience, dont on tente souvent de limiter l'exercice", a déclaré le Saint-Père. Le Souverain Pontife a également tenu des propos sans équivoque, ajoutant que "malheureusement, ces dernières années, la mentalité commune a changé, et aujourd'hui nous sommes de plus en plus enclins à penser que la vie est un bien à notre entière disposition, que nous pouvons choisir de manipuler, de faire naître ou mourir à notre guise, comme le résultat exclusif d'un choix individuel". Bergoglio est parti de ce constat pour rappeler que "la vie est un don de Dieu ! Elle est toujours sacrée et inviolable, et nous ne pouvons pas faire taire la voix de la conscience". 

  • Les chrétiens d’Orient vivent une tragédie dans l’indifférence générale

    IMPRIMER

    De Jeanne Emmanuelle HUTIN sur Ouest France :

    ÉDITORIAL. Chrétiens d’Orient, ils risquent de disparaître !

    « Les chrétiens d’Orient vivent une tragédie dans l’indifférence générale. » Par Jeanne Emmanuelle Hutin, directrice de la Recherche éditoriale du journal Ouest-France.

    22/05/2022

    Les chrétiens d’Orient vivent une tragédie dans l’indifférence générale. Contraints à l’exil, chassés de leur terre par millions, réduits à être des citoyens de seconde zone, emprisonnés, torturés, assassinés, victimes de génocides. Ils subissent tous les types de persécutions au point qu’ils risquent de disparaître du Moyen Orient où ils vivent depuis des millénaires !

    « La liberté religieuse est un droit de l’homme fondamental »

    À une époque qui se soucie tant des droits de l’homme, des femmes et des minorités, le silence assourdissant qui entoure ces persécutions est incompréhensible, observe Mgr Pascal Gollnish, Directeur général de L’Œuvre d’Orient : « La liberté religieuse est un droit de l’homme fondamental et l’on se résigne comme si ces atteintes étaient normales. » Il interroge.

    Condamner les persécutions ne suffit pas

    Où sont les protestations contre l’interdiction faite aux femmes musulmanes d’épouser des chrétiens ? Contre la Turquie quand elle bombarde des villages en Syrie ? Contre les États qui persécutent les minorités au nom du « blasphème » ou de la « purification du pays » comme en Inde ? Pourquoi en France, les complices de Daech ne sont-ils pas accusés de crimes de génocide comme en Allemagne ?

    En cette Journée des Chrétiens d’Orient, condamner ces persécutions ne suffit pas. Il faut aussi soutenir ceux qui restent sur leur terre où ils jouent un rôle primordial : « Dans les pays où ils sont très minoritaires, les chrétiens sont agents de paix, de progrès des droits humains et de progrès social. Ils aident leur pays à se relever et nous les aidons à rester » ​, explique Mgr Gollnisch.

    « Ils prennent soin de tous sans discrimination »

    Dans leur pays pétri de larmes et de haine, ils éduquent les enfants, soignent les malades, nourrissent les affamés, abritent les déplacés, reconstruisent les maisons, réconcilient les cœurs et les sociétés. Ils prennent soin de tous sans discrimination. Ils frayent les chemins du respect mutuel et de l’amour du prochain.

    Mais l’avenir est sombre. Guerres et guerres civiles ravagent leurs pays. Intolérance et persécutions s’accroissent. La hausse du prix du blé heurte de plein fouet ces sociétés déchirées : faim, émeutes, déstabilisations s’annoncent.

    « Établir un pont spirituel »

    Mais leur avenir « dépend aussi des chrétiens et des gouvernements occidentaux » ​. Il passe par la fraternité des chrétiens d’Occident envers les chrétiens d’Orient, par l’action des chefs d’État des pays démocratiques, par l’engagement sans discrimination religieuse des associations qui défendent les droits de l’homme.

    Mgr Gollnish appelle à « établir un pont spirituel, à faire le lien entre le Nord et le Sud, l’Est et l’Ouest » ​et à relancer d’urgence l’Union pour la Méditerranée : « Si nous n’agissons pas pour la paix, nous n’en sortirons pas indemnes en Europe et en France en particulier. »

    La présence des chrétiens d’Orient fait obstacle à ceux qui veulent détruire la liberté religieuse parce qu’elle est intimement liée à la liberté de conscience qui irrigue toutes les autres libertés. Sentinelles de la liberté et acteurs de la fraternité, ils montrent qu’un chemin de vie est possible pour l’humanité et que le monde n’est pas condamné au chaos.

  • Un témoignage sur l’histoire de l’Église en Corée du Nord

    IMPRIMER

    Du site des Missions Etrangères de Paris :

    Mgr Victorinus Yoon Kong-hi, 98 ans, livre un témoignage sur l’histoire de l’Église en Corée du Nord

    19/05/2022

    Mgr Victorinus Yoon Kong-hi, archevêque émérite de Gwangju, âgé de 98 ans et natif d’une province aujourd’hui située en Corée du Nord, a contribué à la publication d’un nouveau livre, basé sur huit entretiens avec l’évêque. Dans son témoignage sur « L’histoire de l’Église nord-coréenne », Mgr Yoon explique qu’il ne peut rien faire d’autre pour la Corée du Nord que « prier pour la paix » et « faire confiance en la Providence ». Cependant, il pense que l’Église y grandit en secret : « Les catholiques vivent cachés quelque part au Nord. »

    Mgr Victorinus Yoon Kong-hi, archevêque émérite de Gwangju, en Corée du Sud.

    Mgr Victorinus Yoon Kong-hi, archevêque émérite de Gwangju, l’un des évêques les plus âgés de l’Église sud-coréenne, a contribué à la publication d’un livre en coréen, intitulé L’histoire de l’Église nord-coréenne, qui propose une présentation détaillée de l’histoire du catholicisme dans la partie nord de la péninsule coréenne. Dans ce livre, publié par l’écrivain Kwon Eun-jung (qui s’est basé sur huit entretiens avec l’évêque âgé de 98 ans), Mgr Yoon estime que l’Église catholique a survécu et a grandi en Corée du Nord malgré le régime communiste de Pyongyang, et que les catholiques vivent cachés et persécutés. L’ouvrage est parrainé par l’Institut catholique pour la paix en Asie du Nord-Est, une organisation qui dépend du diocèse d’Uijeongbu, selon le portail d’information coréen Chosun.com.

    Dans le livre, l’évêque sud-coréen, qui est né dans une région aujourd’hui situé en Corée du Nord, donne des témoignages poignants sur la façon dont l’Église a prospéré dans la région avant que la péninsule coréenne ne soit divisée (en 1945) et avant la Guerre de Corée (1950-1953). L’archevêque s’est souvenu de la façon dont les prêtres, les consacrés et les laïcs ont été pris de panique quand les forces communistes ont attaqué les églises avant que la guerre éclate en 1949.

    « Nous nous retrouverons au Ciel »

    Le 9 mai 1949 à minuit, une sirène d’alarme a sonné soudainement au monastère et au séminaire bénédictin de Tokwon, près de Wonson dans la province d’Hamgyong du Sud. L’abbé d’origine allemande, Mgr Boniface Sauer, avait été emporté de force par les communistes, se souvient l’archevêque coréen, qui était alors séminariste. Ce dernier évoque les derniers mots de l’abbé avant qu’il soit emmené : « Comme le Seigneur l’a demandé, et comme il l’a fait, nous devons aller à la mort aux côtés des innombrables martyrs. Allez en paix, nous nous retrouverons au Ciel. »

    Lire la suite

  • Nigéria : déchainement de violence anti-chrétienne à Sokoto

    IMPRIMER

    De fsspx.news :

    Nigéria : flambée de violence anti-chrétienne à Sokoto

    17 MAI 2022

    Une foule de jeunes musulmans a attaqué une cathédrale et une église catholiques au Nigéria au milieu de protestations demandant la libération de deux suspects dans le meurtre d’une étudiante chrétienne, accusée d’avoir fait des déclarations blasphématoires contre l’Islam.

    L’affaire commence par une scène insoutenable, filmée et placée sur les réseaux sociaux par les criminels eux-mêmes : le 12 mai 2022, une jeune femme d’une vingtaine d’années, Deborah Samuel, étudiante du Shehu Shaqari College of Education, à Sokoto – capitale de l’Etat nigérian du même nom – est accusée par des condisciples de blasphème contre Mahomet.

    Image

    L’étudiante en deuxième année d’économie domestique est d’abord mise à l’abri par le corps enseignant, mais ses bourreaux finissent par la saisir de force, avant de la lapider puis de la brûler avec le bâtiment. Une vidéo partagée montre l’étudiante morte, couverte de sang dans sa robe rose, entourée des grosses pierres qui l’ont tuée.

    Les meurtriers ont partagé une vidéo de leur acte sanglant, dans laquelle on les voit lapider la femme à mort et brûler son corps. Selon des témoins oculaires, ils criaient “Allah Akbar” tout en filmant. Il faut rappeler à cette occasion que la charia, la loi musulmane, a été instaurée dans 12 états du Nigéria du nord, dont l’Etat de Sokoto, parallèlement à la justice étatique.

    Le refus de la justice

    La réprobation de cet acte abominable a été quasi-unanime dans le pays. Le gouverneur de l’Etat de Sokoto, Aminu Waziri Tambuwal, a ordonné la fermeture immédiate de l’école et une enquête sur l’incident par le ministère de l’Enseignement supérieur et les agences de sécurité.

    Il a assuré que le gouvernement prendrait les mesures appropriées après enquête. La police, grâce aux images de la vidéo, a rapidement pu arrêter deux suspects, tout en assurant rechercher les autres activement. Cette arrestation a provoqué une véritable émeute. Une foule est descendue dans la rue pour exiger la libération des deux hommes suspectés de cette barbarie.

    Certains se sont contentés de se rendre au palais de Muhammad Sa’ad Abubakar, le sultan de Sokoto et la plus haute figure islamique du Nigéria. Celui-ci a condamné le meurtre et a demandé que les coupables soient traduits en justice. Par ailleurs, la foule exigeait également que la police mette fin à la traque des personnes identifiées comme ayant pris part au meurtre.

    Obligés de se replier vers le centre ville, de jeunes musulmans se sont alors attaqué à la cathédrale du diocèse de Sokoto dédiée à la Sainte-Famille, brisant les vitraux et celles du secrétariat de l’évêque. Ils s’en sont pris ensuite à l’église catholique de Saint-Kevin, qui a été partiellement brûlée. Les fenêtres du nouveau complexe hospitalier en construction ont été également brisées.

    Le gouvernement de l’Etat de Sokoto a décrété le jour-même un couvre-feu de 24 heures pour aider à réduire les manifestations en cours lancées par les jeunes musulmans dans la capitale de l’Etat.

    L’évêque du diocèse, Mgr Matthew Hassan Kukah, a déclaré : « Nous condamnons cet incident dans les termes les plus forts et demandons aux autorités d’enquêter sur cette tragédie et de veiller à ce que tous les coupables soient traduits en justice. « La seule obligation due à sa famille proche, à ses camarades de classe et aux autorités scolaires est l’assurance que les auteurs de cet acte inhumain, quelle que soit leur motivation, soient punis conformément aux lois existantes de notre pays. »

    Sokoto est une ville majoritairement musulmane de plus de 600 000 habitants située à l’extrême nord-ouest du Nigéria. Les dirigeants chrétiens du pays, ont régulièrement accusé le Président Muhammadu Buhari, qui dirige le pays depuis 2015, de ne pas s’attaquer à la violence.

  • Nigeria : une étudiante chrétienne accusée de blasphème massacrée par la foule

    IMPRIMER

    De VoaNews.com :

    Une étudiante chrétienne nigériane accusée de blasphème massacrée par la foule

    12 mai 2022

    KANO, NIGERIA -

    Des étudiants musulmans de la ville de Sokoto, dans le nord-ouest du Nigeria, ont lapidé et brûlé le corps d'une étudiante chrétienne après l'avoir accusée de blasphème contre le prophète Mahomet, a indiqué la police.

    Des dizaines d'étudiants musulmans du Shehu Shagari College of Education se sont déchaînés après que Deborah Samuel, une autre étudiante, a fait une déclaration sur les médias sociaux qu'ils ont jugée offensante à l'égard du prophète Mahomet, a déclaré Sanusi Abubakar, un porte-parole de la police de Sokoto dans un communiqué.

    Les "étudiants ont sorti de force la victime de la salle de sécurité où elle était cachée par les autorités de l'école, l'ont tuée et ont brûlé le bâtiment", a déclaré M. Abubakar.

    Il a ajouté que les élèves ont bloqué l'autoroute devant l'école avant que les équipes de police ne les dispersent.

    Abubakar a déclaré que deux suspects avaient été arrêtés.

    Sokoto fait partie d'une douzaine d'États du nord où le système juridique islamique strict ou la charia est en vigueur.

    Le commissaire à l'information de l'État, Isah Bajini Galadanci, a confirmé dans un communiqué le "malheureux incident ... au cours duquel une étudiante du collège a perdu la vie."

    Un étudiant qui a donné son nom de Babangida, a accusé l'étudiante assassinée d'avoir posté "une remarque offensante sur un groupe Whatsapp d'étudiants que tout le monde a vu."

    "Les étudiants musulmans de l'école qui étaient furieux de son insulte se sont mobilisés et l'ont battue à mort", a-t-il déclaré.

    Son récit a été soutenu par trois autres étudiants.

    Les images du déchaînement ont été partagées sur les médias sociaux, et la police a déclaré que tous les suspects identifiés dans la vidéo seraient arrêtés.

    Le gouvernement de l'État a ordonné la fermeture immédiate de l'école en vue de déterminer "les causes lointaines et immédiates de l'incident."

    Le blasphème dans l'islam, notamment contre le prophète, est passible de la peine de mort en vertu de la charia, qui fonctionne parallèlement au droit commun dans la région.

    Deux musulmans ont été séparément condamnés à mort en 2015 et 2020 par des tribunaux de la charia pour blasphème contre le prophète.

    Mais les affaires sont toujours en appel.

    Dans de nombreux cas, les accusés sont tués par des foules sans passer par la procédure légale.

    L'année dernière, une foule dans le district de Darazo, dans l'État de Bauchi (nord-est), a brûlé à mort un homme accusé d'avoir insulté le prophète.

    En 2016, une commerçante chrétienne de 74 ans, Bridget Agbahime, a été battue à mort par une foule musulmane devant sa boutique à Kano après l'avoir accusée d'avoir insulté le prophète.

  • Le cardinal Zen, ancien évêque de Hong Kong, a été arrêté (mise à jour 12/5)

    IMPRIMER

    De Catholic News Agency :

    Le cardinal Zen, ancien évêque de Hong Kong, a été arrêté

    Hong Kong, Chine, 11 mai 2022

    Le cardinal Joseph Zen a été arrêté par les autorités de Hong Kong, selon les médias locaux.

    L'ancien évêque catholique de Hong Kong, âgé de 90 ans, aurait été arrêté le 11 mai pour son rôle d'administrateur du "612 Humanitarian Relief Fund", qui a aidé les manifestants pro-démocratie à payer leurs frais de justice.

    Le journal The Standard a rapporté que les membres du fond ont été arrêtés mercredi soir, heure locale, selon des sources.

    Le fonds, qui a été fondé en 2019, a été dissous l'année dernière après que la police de sécurité nationale lui a ordonné de partager les détails opérationnels, a indiqué le journal.

    Zen, qui a quitté son poste d'évêque catholique de Hong Kong en 2009, est un partisan déclaré du mouvement pro-démocratique.

    En 2020, une vaste loi sur la sécurité nationale est entrée en vigueur, criminalisant des libertés civiles auparavant protégées en les qualifiant de "sédition" et de "collusion avec l'étranger".

    Reuters rapporte que Zen et quatre autres personnes - la pop star canadienne de Hong Kong Denise Ho, l'universitaire Hui Po Keung et les anciens législateurs de l'opposition Margaret Ng et Cyd Ho - ont été arrêtés pour "collusion avec des forces étrangères".

    Avant la mise en œuvre de la loi, de nombreux catholiques, dont Zen, avaient prévenu qu'elle pourrait être utilisée pour réduire au silence l'Église de Hong Kong.

    L'arrestation de Zen posera un dilemme au Vatican, qui a évité de critiquer publiquement la répression à Hong Kong.

    L'archevêque Paul Gallagher, l'équivalent du ministre des affaires étrangères du Vatican, a déclaré en juin 2021 qu'il n'était pas convaincu que s'exprimer sur la situation à Hong Kong ferait une différence.

    Benedict Rogers, un militant britannique des droits de l'homme, a déploré ces arrestations.

    Rogers, fondateur de l'ONG Hong Kong Watch et converti au catholicisme, a déclaré : "Nous condamnons les arrestations de ces militants dont le "crime" supposé était de financer une aide juridique pour les manifestants pro-démocratie en 2019."

    "Les arrestations d'aujourd'hui signalent sans aucun doute que Pékin a l'intention d'intensifier sa répression des droits et libertés fondamentaux à Hong Kong."

    "Nous exhortons la communauté internationale à faire la lumière sur cette répression brutale et à demander la libération immédiate de ces militants."

    Le All-Party Parliamentary Group for Freedom of Religion or Belief, un groupe multipartite de parlementaires britanniques, a également condamné l'arrestation de Zen.

    "C'est un nouvel exemple des restrictions croissantes des droits fondamentaux de l'homme en Chine", a-t-il déclaré dans un message sur Twitter.

    David Alton, un membre indépendant de la Chambre des Lords, la chambre haute du Parlement britannique, a qualifié l'arrestation du cardinal d'"acte d'intimidation scandaleux".

    En début de semaine, l'ancien chef de la sécurité John Lee a été désigné comme le prochain chef de l'exécutif de Hong Kong, succédant à Carrie Lam, qui occupait ce poste depuis 2017. Lee et Lam sont tous deux des catholiques baptisés.

    L'évêque Stephen Chow Sau-yan, le nouveau dirigeant catholique de Hong Kong, a pris la tête de son diocèse en décembre 2021.

    Dans sa première interview, publiée en février dernier, il a souligné l'importance de protéger la dignité humaine.

    "Je trouve inacceptable que la dignité humaine soit ignorée, bafouée ou entièrement éliminée. Dieu nous a donné cette dignité lorsqu'il nous a créés à son image et à sa ressemblance. Elle est donc universelle car elle provient de l'amour de Dieu", a déclaré M. Chow.

    En mars, le pape François a enregistré un bref message vidéo pour les catholiques de Hong Kong.

    "Je vous souhaite d'être de bons citoyens et que vous soyez courageux face aux défis du temps", a-t-il déclaré.

    Dans le dernier billet de blog du cardinal Zen avant son arrestation, il a cité Romains 8:34-39 : "C'est le Christ [Jésus] qui est mort, mais qui est ressuscité, qui est aussi à la droite de Dieu, qui intercède pour nous. Qu'est-ce qui nous séparera de l'amour du Christ ? L'angoisse, ou la détresse, ou la persécution, ou la famine, ou la nudité, ou le péril, ou l'épée ? Comme il est écrit : 'C'est à cause de toi qu'on nous tue tous les jours ; on nous regarde comme des brebis qu'on égorge.'"

    "Non, dans toutes ces choses, nous vainquons de façon écrasante par celui qui nous a aimés. Car je suis convaincu que ni la mort, ni la vie... ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu dans le Christ Jésus notre Seigneur."

    Mise à jour avec I.Media via Aleteia.org :

    Le cardinal Joseph Zen, évêque émérite de Hong Kong a été brièvement arrêté ce mercredi 11 mai par les autorités chinoises avant d'être libéré sous caution. Âgé de 90 ans, il est un opposant pugnace du régime de Pékin.

    Lire la suite

  • Chine : 10 prêtres de l'Eglise clandestine de Baoding disparaissent aux mains de la police

    IMPRIMER

    De Wang Zhicheng sur AsiaNews :

    05/03/2022

    10 prêtres de l'Eglise clandestine de Baoding disparaissent aux mains de la police

    Contraints au "guanzhi", une restriction des mouvements et des activités. Soumis à des séances politiques pour adhérer à l'Eglise officielle et donc au Parti communiste chinois. Plusieurs religieux, encore libres, craignent d'être arrêtés prochainement. L'accord sino-Vatican n'a pas mis fin aux persécutions contre la communauté clandestine.

    Pékin - Au moins 10 prêtres, tous appartenant à la communauté clandestine (non officielle) de Baoding (Hebei), ont disparu aux mains de la police sur une période allant de janvier 2022 à aujourd'hui. Quatre d'entre eux ont disparu les 29 et 30 avril, il y a quelques jours à peine.

    Les prêtres et les fidèles de la communauté de Baoding demandent des prières pour eux et des nouvelles sur leur sort. De nombreux membres des familles des prêtres disparus se sont tournés vers les policiers de leur village pour obtenir des informations ou trouver un moyen d'ouvrir un canal de communication, mais en vain.

    Plusieurs prêtres, qui sont encore libres, craignent d'être arrêtés prochainement.

    La détention à laquelle sont soumis les prêtres est appelée "guanzhi" : Il ne s'agit pas d'une prison physique, mais d'une restriction des mouvements et des activités, et d'une participation forcée à des sessions politiques dans le but de les contraindre à rejoindre l'Église officielle. Mais rejoindre l'Église officielle implique de rejoindre et de se soumettre au Parti communiste chinois.

    La loi chinoise autorise le "guanzhi" pour une durée maximale de trois ans, sans qu'aucune accusation ne soit portée. Cependant, les fidèles craignent que quelque chose n'arrive aux prêtres. Par le passé, des prêtres et des évêques enlevés ont été retrouvés mourants ou morts.

    Voici les noms des personnes arrêtées jusqu'à présent :

    Le père Chen Hechao, enlevé par des représentants du gouvernement en janvier dernier ;

    Le père Ji Fu Hou ;

    le P. Maligang ;

    le P. Yang Guanglin ;

    Le P. Shang Mancang a été emmené en avril ;

    les Pères Yang Jianwei et Zhang Chunguang (voir photo 1), tous deux disparus le 29 avril, vers 16 heures, tous deux dans le village de Xushui (Baoding). Jusqu'à présent, on n'a rien appris, et il n'y a aucun signal de leur part ;

    Le P. Zhang Zhenquan (voir photo 2) a également disparu le 29 avril, dans le village de Xushui, vers 15 heures ;

    le P. Yin Shuangxi (voir photo 3), qui a disparu le même jour à Xushui ;

    le P. Zhang Shouxin, qui a disparu le 30 avril à Baoding.

    La communauté clandestine de Baoding est l'une des plus anciennes et des plus nombreuses de l'Église en Chine. Leur évêque, Mgr James Su Zhimin, est aux mains de la police depuis au moins 25 ans, après avoir déjà passé plus de 40 ans aux travaux forcés sous Mao Zedong. Les fidèles de Baoding demandent également des prières pour Mgr Su Zhimin et un autre prêtre, Liu Honggeng, qui est également en prison depuis 7 ans. La communauté non officielle de Baoding s'est divisée après que le vicaire de Mgr Su, Francis An Shuxin, ait décidé de passer à l'Église officielle (certains disent qu'il l'a fait à la suggestion du Vatican) : il avait auparavant passé des décennies en prison. Depuis lors, la communauté et les prêtres sont divisés.

    L'accord sino-Vatican a porté un autre coup à la communauté clandestine. En l'état actuel, l'accord ne porte que sur les ordinations de nouveaux évêques, mais il est utilisé par le gouvernement chinois et le Front uni comme "preuve" que le Vatican épouserait la ligne du Parti en faveur d'un contrôle total de l'Église. Depuis la signature de l'accord, le Front uni oblige tous les prêtres à professer leur adhésion au Parti et leur appartenance à l'Église officielle. Ceux qui ne le font pas sont retirés de la paroisse ou de la communauté et subissent ces détentions sans charge, le guangzhi.

  • Le Parlement européen vote un rapport sur la persécution des minorités religieuses fortement critiqué par l'Église catholique

    IMPRIMER

    De Catholic News Agency :

    Le Parlement européen soutient le rapport sur la persécution critiqué par l'Église catholique

    Strasbourg, 4 mai 2022

    Le Parlement européen a voté mardi en faveur d'un rapport sur la persécution des minorités religieuses qui a été fortement critiqué par l'Église catholique.

    Les membres de l'organe législatif de l'Union européenne ont formellement adopté le rapport, intitulé "Persécution des minorités pour des raisons de croyance ou de religion", lors d'une session plénière à Strasbourg, en France, le 3 mai.

    Le groupe juridique chrétien ADF International a déclaré que le projet initial soulignait l'ampleur de la persécution antichrétienne dans le monde, mais que la commission des affaires étrangères du Parlement européen avait apporté des modifications substantielles au texte.

    "La persécution des chrétiens au Moyen-Orient et en Afrique a été omise et toutes les références aux chrétiens, sauf une, ont été supprimées", a déclaré ADF International.

    "Le rapport inclut cependant de multiples références mettant l'accent sur les protections des minorités de croyances athées, laïques ou humanistes."

    Le vote a eu lieu après que la Commission des conférences épiscopales de l'Union européenne (COMECE) ait souligné que le rapport traitait les droits à la liberté de pensée, de conscience et de religion et le droit à la vie comme des "droits de seconde classe."

    Le secrétaire général de la COMECE, le père Manuel Enrique Barrios Prieto, a déclaré le 3 mai : "Toute tentative de miner le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion et le droit à la vie par des interprétations abusives qui restreignent indûment leur portée légitime ou de les soumettre à des "soi-disant droits de l'homme" nouvellement créés et non consensuels, y compris l'avortement, constitue une violation grave du droit international qui discrédite l'Union européenne devant la communauté internationale et devant des millions de citoyens européens."

    Il a ajouté que le texte ne serait "d'aucune aide pour les millions de croyants religieux qui sont victimes de persécutions en raison de leur foi, en particulier les femmes et les filles vulnérables, car leur situation sera occultée et rendue invisible en donnant la priorité à d'autres intérêts politiques."

    Le texte adopté exprime "une profonde préoccupation quant à l'utilisation abusive et l'instrumentalisation de la croyance ou de la religion pour imposer des politiques discriminatoires, des lois, y compris des lois pénales, ou des restrictions qui contredisent et sapent les droits des personnes LGBTIQ, des femmes et des filles et restreignent l'accès aux services de base, tels que l'éducation et la santé, y compris les droits sexuels et reproductifs, criminalisent l'avortement dans tous les cas, criminalisent l'adultère ou facilitent les pratiques religieuses qui violent les droits de l'homme."

    Adina Portaru, conseillère principale d'ADF International à Bruxelles, en Belgique, a fait valoir que le texte sapait le rôle de l'envoyé de l'UE pour la liberté religieuse, qui est devenu vacant en septembre 2021. Le rapport adopté appelle à "une évaluation transparente et complète de l'efficacité et de la valeur ajoutée du poste d'envoyé spécial." Il ajoute que l'envoyé devrait également se concentrer sur "les droits à la non-croyance, à l'apostasie et à l'adhésion à des opinions athées, tout en prêtant attention à la situation des non-croyants en danger." Portaru a déclaré : "Nous regrettons que le rapport détourné ne demande pas à la Commission européenne de prendre toutes les mesures nécessaires pour nommer un nouvel envoyé spécial." "L'Envoyé spécial a joué un rôle crucial en mettant en lumière les horreurs de la persécution religieuse au niveau européen. Ce rôle a permis de sensibiliser l'opinion à certaines des violations les plus graves et les plus persistantes des droits fondamentaux dans le monde et a contribué à concentrer les efforts de l'UE pour les contrer." "L'UE doit non seulement poursuivre mais intensifier ses efforts pour protéger la liberté de religion ou de conviction dans le monde. La reconduction du mandat d'un envoyé spécial pour la promotion de la liberté de religion ou de conviction en dehors de l'UE est plus nécessaire que jamais."

    Le Parlement européen a été accusé d'ignorer la situation critique de la minorité chrétienne d'Afghanistan dans une résolution sur ce pays d'Asie du Sud adoptée en septembre 2021. La seule institution directement élue de l'UE a également fait face aux critiques des catholiques pour son plaidoyer en faveur de l'avortement. Elle a voté en juin 2021 en faveur d'un rapport décrivant cette pratique comme un "soin essentiel" et cherchant à redéfinir l'objection de conscience comme un "refus de soins médicaux."

  • La Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) reconnaît la persécution des chrétiens convertis au Pakistan

    IMPRIMER

    De l'ECLJ :

    Image Pakistan

    Bonne nouvelle : un Pakistanais ex-musulman, converti au christianisme et réfugié en Suisse, vient d’obtenir gain de cause à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), avec le soutien de l’ECLJ (European Centre for Law & Justice). Ce converti, identifié par ses initiales « M.A.M. », avait saisi la CEDH après que la Suisse lui a refusé l’asile, et s’apprêtait à le renvoyer au Pakistan. Mais la CEDH vient de s’y opposer, jugeant ce 26 avril 2022 qu’une telle expulsion pourrait mettre la vie de ce converti en danger et violerait ses droits.

    L’ECLJ était intervenu dans cette affaire au soutien de M.A.M. afin d’apporter à la Cour des informations directes sur la situation des chrétiens au Pakistan. L’ECLJ a en effet une expérience de terrain grâce à son bureau affilié au Pakistan comptant plusieurs avocats qui apportent une aide juridique aux minorités chrétiennes persécutées.

    Les juridictions suisses ont considéré que la conversion au christianisme de M.A.M. était crédible. En revanche, elles ont estimé qu’il ne serait pas exposé au risque de subir un traitement mettant en danger sa vie et son intégrité physique. La jurisprudence de la CEDH interdit en effet aux États parties d’expulser des étrangers si, dans leur pays, ils courent un risque réel d’être soumis à la peine capitale, à la torture ou à des peines ou traitements inhumains et dégradants.

    Nous analysons ce jugement en détail dans notre dernière émission sur RCF :

    Dans nos observations écrites (en anglais uniquement), nous avons démontré à la CEDH que l’évaluation par la Suisse de la situation au Pakistan était trop optimiste. Nos observations avaient déjà fait l’objet d’un précédent article. Nous avons expliqué que la persécution des chrétiens au Pakistan était entérinée par la loi civile, en particulier par la pénalisation du blasphème et de toute forme de critique contre l’islam. Cette persécution est également renforcée par la société, qui cible notamment les convertis au christianisme, considérés comme apostats et qui encourent la mort selon la charia.

    Nous nous réjouissons que nos observations aient été utilisées par la CEDH afin de rendre son jugement et de protéger ce chrétien converti, menacé par les musulmans. Dans l’arrêt M.A.M. c. Suisse, la CEDH a résumé ainsi notre analyse :

    L’ECLJ et d’autres associations « soutiennent que les minorités religieuses au Pakistan, notamment les convertis de l’islam au christianisme, sont soumises à de graves persécutions, des actes de violence et de discrimination de la part des autorités étatiques et non étatiques. Des accusations de blasphème, assorties de lourdes peines, sont portées contre des chrétiens et des cas de conversion forcée témoignent d’une volonté de contraindre les minorités religieuses à se conformer à la religion officielle de l’État. Selon l’ECLJ, la personne, convertie de l’islam au christianisme et renvoyée de force au Pakistan, court un danger extrême pour sa vie et son intégrité physique » (§§ 57-58).

    S’appuyant sur nos observations écrites (§ 72) ainsi que sur plusieurs rapports internationaux, la CEDH a ensuite apprécié ainsi la situation des chrétiens convertis au Pakistan :

        Le Tribunal administratif fédéral a bel et bien étudié la situation des chrétiens au Pakistan mais n’a pas précisément examiné celle des convertis au christianisme pour établir ses conclusions quant à la situation générale des chrétiens au Pakistan (§ 74).

        Au regard des rapports internationaux faisant état de graves violations des droits de l’homme au Pakistan à l’égard des chrétiens convertis tels que le requérant, la Cour estime que le Tribunal administratif fédéral aurait dû prendre en compte ces éléments pour établir ses conclusions quant à la situation générale des chrétiens et des chrétiens convertis au Pakistan (§ 76).

        Les autorités suisses n’ont donc pas suffisamment évalué le risque que le requérant courrait, du fait de sa conversion, en cas de retour au Pakistan, pour confirmer le rejet de sa demande d’asile (§ 78).

    En conséquence, la CEDH a jugé qu’en l’absence d’une analyse plus aboutie des risques encourus par « M.A.M. », son expulsion violerait ses droits consacrés aux articles 2 et 3 de la Convention européenne. C’est donc maintenant aux autorités suisses de se pencher de manière plus approfondie sur la situation des ex-musulmans convertis au christianisme et vivant au Pakistan. Il est très probable que « M.A.M. » obtienne, grâce à ce jugement de la CEDH, le statut de réfugié en Suisse, où il pourra vivre et pratiquer sa foi en Jésus-Christ.

    Cette affaire vient compléter et confirmer la jurisprudence de la CEDH en matière d’asile des chrétiens convertis de l’islam. Dans l’affaire F.G. c. Suède, la Grande chambre de la Cour avait jugé en 2016 qu’un converti iranien risquait la mort s’il était renvoyé dans son pays d’origine. L’ECLJ était déjà intervenu au soutien de F.G. De même, dans l’affaire A.A. c. Suisse, la Cour a jugé en 2019 que le renvoi vers l’Afghanistan d’un converti l’exposerait à de fortes persécutions et violerait son droit de ne pas subir de traitements inhumains ou dégradants.

    Vous pouvez nous aider en partageant cette information sur les réseaux sociaux et en signant notre pétition :

    Pour la protection de la liberté religieuse dans le monde

  • Les fondamentalistes hindous n'ont pas épargné les chrétiens pendant la Semaine Sainte

    IMPRIMER

    D'Anna Bono sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Inde : les chrétiens persécutés même à Pâques

    20-04-2022

    Les fondamentalistes hindous n'ont pas épargné les chrétiens, même pendant la semaine sainte. Dans l'Uttar Pradesh, une foule de nationalistes hindous a encerclé une église protestante. Les fidèles sont accusés de "conversions forcées" et 36 d'entre eux sont arrêtés par la police. L'accusation de "conversion forcée" est le prétexte classique pour cibler les chrétiens. 

    Les fondamentalistes hindous n'ont pas non plus épargné les chrétiens pendant la semaine sainte. En Inde, où les épisodes de violence à l'encontre des communautés chrétiennes sont de plus en plus fréquents, le Vendredi saint, une centaine de fidèles de l'église évangélique de Hariharganj, dans le district de Fatehpur (Uttar Pradesh), célébraient les rites de Pâques dans leur église lorsque des dizaines de personnes, peut-être une centaine, ont encerclé le bâtiment et bloqué les sorties. Leur leader, Himanshu Dikshit, avait peu avant dénoncé 55 membres de la communauté, les accusant d'avoir forcé environ 90 hindous à se convertir au christianisme. La police a arrêté 36 personnes tout en laissant en liberté les autres croyants emprisonnés dans l'église. La communauté chrétienne du district a immédiatement organisé une collecte pour obtenir la libération sous caution des chrétiens arrêtés, qui ont heureusement été libérés le jour même.

     Himanshu Dikshit est membre du Vishwa Hindu Parishad, une organisation nationaliste de droite qui fait campagne pour affirmer l'Hindutwa, l'identité hindoue. L'accusation, toujours totalement infondée, de conversion au christianisme par la force ou la tromperie est l'un des moyens qu'il utilise pour persécuter les chrétiens : les menacer, les intimider, inciter le reste de la population contre eux. Depuis 2014, depuis que le gouvernement fédéral est présidé par le Premier ministre Narendra Modi, leader du parti nationaliste hindou Bharatiya Janata Party, les fondamentalistes hindous sont devenus plus agressifs, sachant qu'ils bénéficient du soutien du gouvernement et peuvent compter, comme c'est souvent le cas, sur la collaboration des autorités et des forces de sécurité locales, toujours prêtes à accepter leurs plaintes et réticentes, cependant, à enregistrer celles des chrétiens victimes d'abus et à prendre des mesures pour identifier et traduire en justice les responsables. L'arrestation des chrétiens à Fatehpur est illégale et totalement condamnable", a déclaré à AsiaNews Monseigneur Gerald Mathias, évêque de Lucknow, capitale de l'Uttar Pradesh. L'accusation de conversion illégale est absolument infondée et a été fabriquée par les fondamentalistes hindous.  Les fondamentalistes sont de plus en plus enhardis et se comportent en justiciers, prenant la loi en main. La police est souvent un spectateur muet et l'encourage même. Malheureusement, ces incidents se multiplient et on peut se demander si la liberté de religion garantie par la Constitution est réellement respectée et par tous".

    L'Uttar Pradesh est l'un des États où se concentre la violence. Il y a eu 102 des 468 incidents graves enregistrés en 2021 par le United Christian Forum, une organisation interconfessionnelle qui dispose d'un numéro vert où les cas d'abus peuvent être signalés. C'est également l'un des huit États de la fédération indienne (composée de 28 États et de huit territoires) qui ont adopté les Freedom of Religion Acts, la loi anti-conversion qui interdit aux minorités religieuses de convertir "de force" la population. Outre l'Uttar Pradesh, où elle a été adoptée en 2020, les lois sur la liberté de religion sont en vigueur dans les États suivants : Odisha, Madhya Pradesh, Chhattisgarh, Gujarat, Himachal Pradesh, Jharkhand et Uttarakhand. Dans deux autres États, l'Arunachal Pradesh et le Rajastan, la loi a été adoptée mais n'est pas en vigueur, et dans le Tamil Nadu, elle a été adoptée mais ensuite abrogée. Le gouvernement du Karnataka envisage également de céder aux demandes des fondamentalistes hindous, qui font également pression pour que la loi soit adoptée au niveau fédéral.

    Jeff King, président d'International Christian Concern, confirme que l'Uttar Pradesh est l'un des États indiens où la liberté de religion est la plus violée : "Lorsque les autorités légitiment les actions violentes en arrêtant les victimes, elles envoient le message que les activités criminelles sont approuvées par les autorités tant qu'elles visent les minorités religieuses. Cette attitude de la part des autorités ne fait qu'aggraver la situation de la liberté religieuse et accroître la vulnérabilité des chrétiens, les exposant à davantage de violence. Les lois anti-conversion sont en fait ciblées, sujettes à interprétation et conduisent à une réduction totale des droits des chrétiens à exprimer publiquement leur foi".

    Un autre responsable de l'International Christian Concern a qualifié d'acte de persécution très grave le fait que, précisément pendant la semaine sainte, les chrétiens ne puissent pas pratiquer librement leur foi, "en célébrant l'un des moments les plus importants du calendrier chrétien".

    La semaine avait déjà commencé par un épisode d'intolérance. Le 12 avril, sept bénévoles de Prison Ministry India, une association qui travaille dans les prisons, se sont rendus dans une prison du district de Gadag, au Karnataka, où ils ont organisé des temps de prière et distribué des exemplaires de la Bible. Un fondamentaliste hindou, qui a visité une prison peu de temps après, l'a remarqué, a pris des photos des bibles et les a ensuite détruites. Deux mouvements fondamentalistes hindous, le Vishwa Hindu Parishad et le Bajrang Dal, ont déposé une plainte dénonçant les actions des volontaires comme une tentative de conversion forcée et demandant des sanctions à leur encontre.

  • Le perpétuel Vendredi Saint des chrétiens chinois

    IMPRIMER

    De Philippe Oswald sur La Sélection du Jour :

    En Chine, le perpétuel Vendredi Saint des chrétiens

    16 avril 2022

    Tout en célébrant la résurrection du Christ, les chrétiens chinois ne cessent pas de vivre sa passion. Le sort de certains d’entre eux, qui émergent en raison de leurs positions dans l’Eglise ou dans la société, rappelle ponctuellement que la persécution pèse sur tous. Au début de ce mois, le 7 avril, Mgr Shao Zhumin, évêque de Wenzhou, a été emmené par les autorités chinoises hors de son diocèse. Le prélat fait partie de l’Église en Chine reconnue par le Vatican mais pas par Pékin. Il avait déjà été arrêté en novembre 2021, et mis en prison sans jugement pour plusieurs jours. Les fidèles du diocèse ont confié à l’agence de presse Asia News que leur évêque avait probablement été enlevé pour l’empêcher de célébrer les offices de la Semaine sainte. Dans un autre diocèse, celui de Xuanhua, dix religieux ont été enlevés par la police. L’évêque « clandestin » de ce diocèse, Mgr Zhao, serait mort en 2018, alors qu’il vivait caché depuis une décennie. Selon Asia News, les autorités cherchent à découvrir le lieu de sa sépulture et auraient même torturé un prélat pour obtenir ce renseignement.

    Dans la province du Zhejiang, un libraire chrétien a été condamné définitivement à 7 ans de prison et à 200 000 yuans (27 600 euros) d’amende. Chen Yu, propriétaire d’une très dynamique librairie chrétienne en ligne, arrêté le 1er septembre 2020, avait fait appel à sa condamnation. Appel rejeté en janvier dernier par le tribunal de Linhai, à Taizhou dans la province du Zhejiang. Motif : Chen Yu, également connu sous le pseudonyme de Zhang Mai sur les réseaux sociaux, serait une « force anti-Chine ». Selon Radio Free Asia, des agents de police ont investi les maisons de ses clients pour confisquer leurs achats. Son crime : avoir vendu plus de 20 000 livres chrétiens, dont une majorité de bibles, en Chine mais aussi aux États-Unis et à Taïwan, ce qui aurait enragé les autorités chinoises. Où l’on voit que la Bible continue d’effrayer les pouvoirs totalitaires les plus solidement installés.

    L’athéisme est de nouveau mis en exergue de la doctrine de l’État chinois dans la plus pure ligne marxiste. Durant la Conférence nationale sur les affaires religieuses, en décembre dernier, Xi Jinping, le président de la République populaire de Chine, avait demandé aux cadres du parti d’accroître la surveillance en ligne et de renforcer le contrôle sur les religions, au nom de la sécurité nationale. Depuis cette conférence, le gouvernement chinois assure la promotion d’un nouveau manuel sur l’athéisme auprès des écoles, des universités et des cadres du Parti communiste chinois (PCC). Intitulé « Les principes de l’athéisme scientifique » et rédigé par Li Shen, un universitaire chinois de 76 ans, ce manuel soutient la théorie martelée par le président Xi Jinping, selon laquelle la culture chinoise a toujours été non religieuse, c’est-à-dire athée. L’un des chapitres du livre est consacré à la « preuve de la non-existence de Dieu » et aux « conséquences négatives des religions », tandis qu’un autre expose « la théorie religieuse et la politique religieuse du Parti communiste ». L’auteur soutient la promotion par le PCC du « confucianisme comme une forme d’athéisme. »

    Si la Chine reconnaît cinq religions organisées (bouddhisme, taoïsme, catholicisme, protestantisme et islam), l’État communiste, officiellement athée, exige qu’elles soient strictement contrôlées par des institutions officielles. Le PCC est chargé de « guider l’adaptation des religions à la société socialiste chinoise ». Ces religions reconnues ont dû chacune adopter un plan quinquennal d’adaptation aux « caractéristiques chinoises ». La Bible n’y a pas échappé avec une nouvelle « traduction » visant à la rendre plus conforme aux fondamentaux du régime. Les persécutions contre les religions et les groupes religieux ont sensiblement augmenté depuis l’arrivée de Xi Jinping au pouvoir en 2013. En 2018, le PCC a adopté de « Nouvelles règles sur les affaires religieuses » qui renforcent la surveillance sur les organisations religieuses et la répression contre les membres du clergé et les laïcs engagés dans des activités jugées illégales. L’athéisme d’État s’accompagne d’une politique de « sinisation des religions : l’athéisme et le nationalisme se donnent la main pour imposer les valeurs du PCC, parti unique.

    Mais la résilience et la résistance des chrétiens (23 millions de protestants, 12 millions de catholiques répartis dans les Églises « officielles » et « non enregistrées ») semblent sans limites. Plusieurs évêques chinois ont appelé les catholiques à faire de 2022 une « Année du Fils de Dieu » en méditant davantage la Parole de Dieu, pour « se rapprocher de la croix et rendre Jésus plus visible dans leur vie quotidienne », a précisé Mgr Joseph Li Shan, archevêque de Pékin. Cet appel a plus de chance d’être entendu par les fidèles que celui que leur avait lancé l’an dernier les autorités pour célébrer le centenaire du Parti communiste chinois.

    Philippe Oswald

    Plusieurs diocèses chinois appellent les catholiques à méditer davantage la Parole de Dieu

    Eglises d'Asie 23-02-2022

    Plusieurs diocèses chinois appellent les catholiques à méditer davantage la Parole de Dieu

    Lire l'article sur : Eglises d'Asie

  • Le sort des Arméniens du Karabagh est de plus en plus incertain

    IMPRIMER

    De sur le site de la revue Conflits :

    5 avril 2022

    Nouvelle donne dans le Sud Caucase

    Tandis que l’armée russe s’enlise en Ukraine, le sort des Arméniens du Karabagh qui doivent leur survie aux forces de maintien de la paix de Moscou est de plus en plus incertain.

    « Nous sommes comme des brebis enfermées dans une cage, entourés de loups aux dents longues. Les loups n’attendent qu’une occasion pour que la grille s’ouvre et déchiquètent leur proie ». En déplacement en France à l’invitation de l’ONG, SOS Chrétiens d’Orient, le primat du diocèse d’Artsakh de l’Église arménienne Apostolique Mgr Vrtanès Aprahamian ne pouvait être plus explicite. La portion congrue de territoire qui échappe encore au contrôle de l’Azerbaïdjan après la guerre des 44 jours de l’automne 2020 sera-t-elle anéantie à la faveur de l’affaiblissement de la Russie ?

    C’est pourtant une évidence, les Arméniens ont beaucoup à craindre de l’enlisement russe en Ukraine. La veille du déclenchement du conflit, le président azéri Ilham Aliyev était à Moscou pour conclure une sorte de pacte de non-agression. De quoi nourrir de sérieuses inquiétudes en Artsakh, petite république autoproclamée indépendante en 1991, qui depuis novembre 2020 a confié sa destinée à la seule Russie et ses 2 000 soldats de maintien de la paix. Rien d’étonnant si le russe a été décrété seconde langue officielle de la république quelques semaines après le cessez-le-feu. Car l’Arménie, grande perdante de la guerre, ne peut plus prétendre à son statut d’État garant de l’intégrité de sa petite sœur doublement enclavée et à la merci d’un nettoyage ethnique de la part de l’Azerbaïdjan.

    A lire aussi : Fenêtre sur le monde. Conflit au Haut-Karabagh

    En dépit d’une victoire militaire obtenue de haute lutte en 1994, les forces arméniennes n’avaient pu traduire cet avantage en victoire politique, l’Artsakh n’ayant été reconnu ni par la communauté internationale, ni même par la République d’Arménie. Erevan n’ayant jamais voulu reconnaître l’Artsakh, du moins seule, afin de ne pas apparaître comme pays belligérant aux yeux de la communauté internationale ; le contrôle de 14% du territoire reconnu comme azerbaïdjanais serait perçu comme une annexion de la part de l’Arménie. Ce qu’aucune résolution de l’ONU n’avait établi à ce jour. Depuis la défaite de 2020, aucun haut dirigeant arménien, à l’exception du catholicos Karekine II, patriarche suprême de l’Église national, ne s’est rendu à Stepanakert. Tandis que la société arménienne et sa classe politique ultra polarisée peinent à se relever du traumatisme de la défaite, l’Azerbaïdjan considère la question du Karabagh comme réglée.

    Selon un décompte établi par le Défenseur des droits arméniens, près de 1 500 monuments arméniens seraient passés sous le contrôle de l’Azerbaïdjan après le conflit. Parmi eux figurent 161 monastères et églises, 345 pierres tombales historiques et 591 khatchkars (pierres croix). Une partie a été détruite, sans émouvoir l’UNESCO, tandis que la cathédrale Saint-Sauveur de Chouchi a subi des « travaux de restauration » visant à lui ôter toute trace de son passé arménien.

    Lire la suite sur le site de la revue Conflits