Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Persécutions antichrétiennes

  • En Pologne ce 15 juin : béatification d'un martyr du communisme

    IMPRIMER

    D'Anne Van Merris sur zenit.org :

    Pologne : Un martyr du communisme béatifié 

    Le P. Michał Rapacz sera béatifié ce samedi 15 juin à Cracovie 

    14 juin 2024

    Ce samedi 15 juin 2024, la messe de béatification du P. Michał Rapacz (1904-1946) sera célébrée dans le Sanctuaire de la Miséricorde divine de Kraków-Łagiewniki, en Pologne. Elle sera présidée par le cardinal Marcello Semeraro, préfet du Dicastère pour les causes des saints.

    Prêtre polonais, assassiné en 1946 par les communistes, le P. Michał Rapacz est un symbole de foi et de résistance à l’oppression. Doté d’un grand zèle pastoral, il était aussi un homme de prière et un chercheur de vérité. Il a fait confiance à Dieu toute sa vie, jusqu’au martyre.

    « Je ne renoncerai pas à ma propre croix »

    Originaire d’une famille d’agriculteurs de Tenczyn, dans le sud de la Pologne, le P. Rapacz a été ordonné prêtre en 1931. D’abord vicaire dans plusieurs paroisses, il a été nommé en 1937 curé de la paroisse de Płoki, à l’ouest de Cracovie. 

    Pendant la Seconde Guerre mondiale, le P. Michał s’est fait connaître pour son soutien indéfectible à ses paroissiens, a aidé matériellement et spirituellement les pauvres, les souffrants et les victimes de l’occupation nazie. Lorsque les communistes ont pris le pouvoir en Pologne en 1945, il s’est élevé contre la terreur antireligieuse du régime.

    Ayant été prévenu à plusieurs reprises qu’une condamnation à mort avait été prononcée contre lui, il a décidé de rester dans sa paroisse. « Même si je devais mourir, je n’arrêterai pas de prêcher cet Évangile et je ne renoncerai pas à ma propre croix » a-t-il déclaré dans l’une de ses homélies.

    Dans la nuit du 11 au 12 mai 1946, une milice communiste a fait irruption dans son presbytère. Le P. Rapacz a reçu la lecture de sa condamnation à mort, puis a été conduit dans une forêt voisine. Avant d’être abattu, il a prononcé ces mots : « Que ta volonté soit faite, Seigneur ».

    Un martyre infligé par « haine envers la foi » 

    La situation politique d’après-guerre en Pologne n’a pas permis de démarrer rapidement le processus de béatification du P. Michał, suite aux violences opérées par le régime communiste à l’encontre de l’Église catholique. De nombreux prêtres et évêques ont été arrêtés et torturés, comme le cardinal Stefan Wyszyński, et d’autres condamnés à mort.

    En 1980, des tentatives ont été faites pour ouvrir un procès pour le martyre du curé de Płoki. La première étape a été l’exhumation et le transfert de son corps de Lubń à Płok. Dans les années 1986-1987, l’évêque auxiliaire de Cracovie, Mgr Julian Groblicki, encouragé par le pape Jean-Paul II, a commencé à rassembler des documents, et a pu recueillir 21 témoignages oculaires soulignant la vie héroïque et le martyre du prêtre. Entre 2028 et 2024, au Vatican, les différentes instances du Dicastère pour les causes des saints ont exprimé leurs opinions positives, reconnaissant que le martyre du P. Michał Rapacz lui a été infligé par « haine envers la foi » (« in odium fidei »), ce qui a été confirmé par le décret signé par le pape François, le 24 janvier dernier, autorisant la béatification du Vénérable Serviteur de Dieu, martyr du communisme.

    Pologne : Un martyr du communisme béatifié  | ZENIT - Français

  • Plus de 365 millions de chrétiens sont confrontés à des niveaux élevés de persécution pour leur foi

    IMPRIMER

    D'Andrés Henríquez (CNA/ACI Prensa) sur le NCR :

    Un représentant du Vatican déclare que des centaines de millions de chrétiens sont confrontés à des niveaux élevés de persécution

    L'archevêque Gallagaher s'est exprimé dans le cadre de la table ronde d'ouverture de la conférence qui analysait la crise mondiale de la liberté religieuse.

    7 juin 2024

    « Plus de 365 millions de chrétiens, soit environ 1 sur 7, sont confrontés à des niveaux élevés de persécution pour leur foi », a déclaré l'archevêque Paul Richard Gallagher, secrétaire du Vatican pour les relations avec les États et les organisations internationales, lors d'une conférence sur la liberté religieuse qui s'est tenue à Rome cette semaine.

    La conférence, intitulée « Liberté religieuse et développement humain intégral : Une nouvelle plate-forme mondiale", a été organisée conjointement par l'Ordre souverain de Malte, le Conseil atlantique et plusieurs universités, dont l'Université pontificale urbaine de Rome et l'Université de Notre-Dame.

    Dans son discours, Mgr Gallagher a déclaré que les attaques contre les églises et les propriétés chrétiennes « ont augmenté de manière significative en 2023, avec plus de chrétiens que jamais auparavant signalant des attaques violentes ».

    Le prélat a ensuite fait part de son inquiétude quant au fait que « selon certaines estimations, près de 4,9 milliards de personnes vivent dans des pays où la liberté religieuse est gravement ou très gravement violée. » 

    Le diplomate du Vatican a souligné que la liberté religieuse, « bien qu'elle ne soit pas le seul aspect des droits de l'homme, est probablement le plus fondamental », ajoutant que « la violation du droit à la liberté religieuse a pour effet de saper non seulement un droit mais aussi toute la catégorie des droits de l'homme », a-t-il ajouté.

    « La liberté religieuse joue un rôle décisif dans la réalisation du développement humain intégral », a poursuivi Mgr Gallagher. C'est pourquoi, a-t-il ajouté, « l'État doit faire preuve d'une neutralité détachée et accorder aux groupes religieux et à tous les individus un droit égal à la manifestation publique de leurs convictions religieuses ».

    L'archevêque Gallagaher s'est exprimé dans le cadre du panel d'ouverture de la conférence, qui analysait la crise mondiale de la liberté religieuse. La conférence a attiré des participants de quelque 19 pays et a vu la participation du secrétaire d'État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin.

  • Niger : le calvaire dans la savane

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    AFRIQUE/NIGER - Le calvaire dans la savane

    7 juin 2024

    par Mauro Armanino

    Niamey (Agence Fides) - C'était mercredi dernier, le 29 mai, dans la savane qui mène au Burkina Faso. Un groupe de militaires nigériens a incendié des granges dans le village de Nadouani, dans la paroisse de Bomoanga.

    Plus tard, dans le village de Tchinibai, d'autres militaires, après avoir découvert puis brûlé une moto cachée dans la case, ont tué sept paysans qui tissaient des nattes à l'abri d'un arbre. Des morts de paysans qui restent invisibles, tués par des groupes armés qui apparemment devraient les protéger. D'arme en arme et d'abus en abus, on vit dans la peur quotidienne que demain n'arrive pas trop tard, avec plus de questions et de menaces de la part des « djihadistes » ou des « autoproclamés.»

    Le calvaire du peuple Gourmanché, installé à la frontière entre le Burkina et le Niger, semble sans fin. Il s'agit d'un peuple qui a longtemps résisté aux pressions de l'imposition musulmane et qui a ensuite adhéré de manière surprenante au christianisme. Ce peuple se trouve depuis longtemps dans une situation de persécution ouverte et douloureuse de la part de groupes armés composés principalement de jeunes Peuls, traditionnellement éleveurs de bétail.

    Le conflit armé est teinté d'idéologie islamique « salafiste ». Mais cela n'explique pas tout ce qui se passe dans cette région située à une centaine de kilomètres de la capitale Niamey. Eleveurs, agriculteurs, chrétiens, musulmans principalement de l'ethnie peul dans un contexte militarisé où les paysans de la région comptent de moins en moins. Dans cette phase de transition politique, après le coup d'Etat de fin juillet (voir Fides 27/7/2023), les conditions de vie des pauvres se sont encore détériorées. Le mot « génocide », utilisé et galvaudé sur d'autres rivages, peut sembler excessif. Pourtant, ce à quoi nous assistons, avec les proportions et les différences qui s'imposent, ressemble à ce processus particulier de disparition. Ce n'est pas un hasard si, parfois dans la relative indifférence des forces de sécurité, un calvaire culturel, économique, religieux et ethnique se perpétue dans la savane.

    Un peuple longtemps « oublié » par l'Etat. L'élément chrétien, bien présent au sein de ce peuple, s'est progressivement transformé en facteur « aggravant » de la persécution. Il y a maintenant de nombreux villages dans cette zone frontalière que les paysans Gourmanché ont dû abandonner. Curieusement, mais pas vraiment, des membres de l'ethnie "peul" vivent tranquillement dans ces mêmes villages, protégés par des groupes armés et ignorés par les militaires. Par une ironie divine, c'est précisément de cette région que sont originaires les deux prochains presbytres de l'église de Niamey, dont l'ordination est prévue en septembre prochain. Du calvaire à la résurrection dans la savane, il s'écoule à peine trois jours.

    (Agence Fides 7/6/2024)

     
  • Un chrétien agressé à Sargodha (Pakistan) pour blasphème présumé succombe à ses graves blessures

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/PAKISTAN - Un chrétien agressé à Sargodha pour blasphème présumé succombe à ses graves blessures

    3 juin 2024  
     
    Rawalpindi (Agence Fides) - Nazir Masih, le chrétien de 72 ans qui avait été attaqué et battu par une foule le 25 mai dernier à Sargodha, une ville du Pendjab pakistanais, est décédé ce matin, 3 juin, à l'hôpital de Rawalpindi. Il était accusé d'un prétendu « blasphème ». Selon les informations fournies par les autorités hospitalières, l'homme est décédé des suites des blessures qu'il avait subies, dont certaines à la tête. L'homme avait été injustement accusé d'avoir profané le Coran dans la colonie Mujahid de Sargodha (voir Fides 27/5/2024). Une foule armée de bâtons, de pierres et d'autres armes s'était rassemblée devant la maison de Masih, propriétaire d'une petite fabrique de chaussures dans la région, avec l'intention de le punir. L'intervention de la police lui avait évité d'être lynché, mais l'homme était néanmoins gravement blessé, et d'abord transporté à l'hôpital local, puis transféré à celui de Rawalpindi pour y être soigné et opéré, dans un pronostic critique. Aujourd'hui, il est décédé.

    L'avocat catholique Khali Tahir Sandhu, sénateur du Punjab et ministre des Droits de l'Homme du gouvernement de la province, commente à l'Agence Fides : « C'est le cœur lourd et avec une profonde tristesse que nous avons appris la nouvelle. Sa mort est une perte dévastatrice qui pèse lourdement sur nos cœurs et témoigne de la violence insensée qui a causé sa disparition. Il était un membre cher de notre communauté et sa mort prématurée laisse un vide. Nous présentons nos plus sincères condoléances à sa famille et à tous ceux qui le connaissaient et l'aimaient ».

    Le ministre Sandhu a ajouté : « La communauté chrétienne et les autres minorités religieuses se demandent quand cette brutalité cessera au Pakistan. Nous implorons la justice et la paix et restons unis dans la condamnation de toutes les formes de violence et de discrimination. Nous espérons que toutes les personnes de bonne volonté se joindront à nous et nous soutiendront pour demander justice pour les victimes et faire de ce cas un exemple pour punir les auteurs et arrêter les extrémistes ».

    Le grave épisode de Sargodha - que l'avocat Sandhu avait qualifié de « mobocratie », c'est-à-dire « le pouvoir violent de la foule qui s'impose à la loi » - avait provoqué des protestations et une vague d'indignation au Pakistan et dans le monde entier, notamment parce que les accusations de blasphème se sont révélées infondées, mettant en évidence l'utilisation abusive de la loi pour s'en prendre aux minorités religieuses et aux chrétiens en particulier.

    Au Pakistan, des manifestations ont eu lieu ces derniers jours dans plusieurs villes, comme Peshawar et Karachi. Les manifestants ont condamné l'incident, exigé une enquête gouvernementale transparente et demandé des poursuites judiciaires contre les auteurs de fausses accusations.

    Le Conseil de l'idéologie islamique, présidé par Raghib Hussain Naimi, a également demandé aux tribunaux spéciaux d'enquêter sur l'incident de Sargodha « pour punir ceux qui ont commis des crimes odieux », soulignant l'urgence de prévenir la violence collective. Il a qualifié les attaques d'« ignobles » et d'« anti-islamiques » et a demandé que les auteurs (la police a arrêté 44 personnes) soient traduits en justice.

    (PA) (Agence Fides  3/06/2024)

    Lire également : What’s behind the latest killing of a Christian in Pakistan?

  • Les saints martyrs de l'Ouganda (Charles Lwanga et ses 21 compagnons) (3 juin)

    IMPRIMER

    De Nominis (cef.fr) :

    Saints Martyrs de l'Ouganda

    Charles Lwanga et ses 21 compagnons (+ 1886)

    Charles Lwanga, mort le 3 Juin 1886, laïc - Converti par les Pères Blancs, Charles Lwanga, serviteur du roi Mwanga d'Ouganda, fut baptisé en novembre 1885 et brûlé vif au mois de juin de l'année suivante, à Namuyongo, voir aussi saint Charles Lwanda

    martyrs de l'Ouganda

    Martyr du Groupe des 22 martyrs de l'Ouganda. 
    - le 2 février 2023, Anuarite et Bakanja, modèles de foi, courage et pardon (VaticanNews.), le Pape François a mentionné Anuarite et Bakanja, ainsi que saint Kizito et ses compagnons martyrs de l’Ouganda, les présentant comme modèles de foi, de courage, de persévérance et de pardon.
    Les martyrs (+1885, +1886, +1887) - les 22 martyrs de l'Ouganda. Martyrs de la persécution du roi Mwanga de 1885 à 1887 durant laquelle périrent une centaine de jeunes chrétiens, catholiques et anglicans. A cause de la prière et de la chasteté, ils périrent dans d'atroces supplices, dont celui du feu.
    Marchant à la mort Kizito (13 ans) demandait à son aîné, Charles Lwanga: «Donne-moi la main: j'aurai moins peur». Tous les deux ont été proclamés patrons de la jeunesse africaine.
    Un autre, arrivant au lieu du supplice, déclara : «C'est ici que nous verrons Jésus!».
    - Béatifiés par la brève de Benoît XV le 6 juin 1920 (en italien), canonisés par Paul VI, le 18 octobre 1964 à Rome.
    - Album de la canonisation des 22 martyrs de l'Ouganda le 18 octobre 1964 - site des Pères Blancs.
    - Lors de son voyage apostolique en Afrique, devant une foule immense, le Pape François a honoré les martyrs de l'Ouganda, 28 novembre 2015.

    Mémoire des saints Charles Lwanga et ses douze compagnons: les saints Mbaga Tuzindé, Bruno Serunkerma, Jacques Buzabaliawo, Kizito, Ambroise Kibuka, Mgagga, Gyavira, Achille Kiwanuka, Adolphe Ludigo Mkasa, Mukasa Kiriwawanvu, Anatole Kiriggwajjo; Luc Banabakintu, martyrs en Ouganda l'an 1886. Âgés entre quatorze et trente ans, ils faisaient partie du groupe des pages ou de la garde du roi Mwanga. Néophytes et fermement attachés à la foi catholique, ils refusèrent de se soumettre aux désirs impurs du roi et furent soit égorgés par l'épée, soit jetés au feu sur la colline Nemugongo. Avec eux sont commémorés neuf autres: les saints Joseph Mukasa Balikuddembe, Denis Sebuggwawo, André Kaggwa, Pontien Ngondwe, Athanase Bazzekuketta, Gonzague Gonza, Matthias Kalemba, Noé Mawaggali, Jean-Marie Muzei. qui subirent le martyre dans la même persécution, à des jours différents, entre 1885 et 1889.

    Martyrologe romain

  • Myanmar : la répression contre les chrétiens et les Rohingyas s'intensifie

    IMPRIMER

    D'Angelina Tan sur la NBQ :

    Myanmar : la répression contre les chrétiens et les Rohingyas s'intensifie

    Prêtres attaqués et tués, églises endommagées et loi martiale imposée. Les droits de l'homme et le respect des minorités ne sont plus qu'un lointain souvenir sous le régime de la junte militaire.

    01_06_2024

    Selon un rapport de l'Agence Fides, le 15 mai dernier, des frappes aériennes menées par l'armée du Myanmar ont touché une église catholique et une église baptiste dans le village de Lungtak, situé dans la ville de Tonzang, dans l'État à majorité chrétienne de Chin. Les frappes aériennes, qui ont eu lieu entre le 11 et le 12 mai, ont dévasté cinq maisons, effrayant les villageois depuis lors. Selon des sources locales de l'Agence Fides, l'église catholique bombardée appartient au diocèse catholique de Kalay. Heureusement, le curé local Titus En Za Khan, ainsi que les fidèles, ont réussi à s'enfuir dans les forêts avoisinantes.

    « La violence continue d'affecter la population civile, en particulier dans la région de Sagaing, qui fait partie du diocèse de Kalay », a admis à Fides une source catholique locale. Les violents affrontements entre l'armée du Myanmar et divers groupes rebelles ethniques tels que l'Armée révolutionnaire zomi (ZRA) et l'Armée nationale chin (CNA) ont provoqué une crise humanitaire dans l'État chin, selon les déclarations de l'ONG Chin Human Rights Organization (CHRO), citées par Fides.

    En outre, le 22 avril, les militaires au pouvoir au Myanmar ont imposé des restrictions sur les activités religieuses, telles que les services religieux du dimanche, dans la capitale de l'État Chin, après qu'une milice ait attaqué un convoi comprenant des ministres de la junte le 12 avril.
    Les autorités locales ont appliqué des restrictions interdisant le rassemblement de plus de cinq personnes pour des services religieux et interdisant l'ouverture de magasins à Hakha, un État occidental limitrophe de l'Inde et du Bangladesh.

    « Dans l'État Chin, chaque famille compte plus de cinq membres. Les réunions et les prières risquent donc d'être affectées par le nouvel ordre", a déclaré à UCA News, le 26 avril, une source de l'Église qui a préféré garder l'anonymat.

    Bien que les chrétiens aient demandé aux autorités locales, le 24 avril, de lever l'interdiction, leur demande a été rejetée.

    L'interdiction, qui durera jusqu'au 22 juin, touchera au moins 14 églises de diverses confessions à Hakha, dont des églises catholiques, baptistes et anglicanes.

    En outre, une source ecclésiastique a déclaré à UCA News que « à l'exception des funérailles, les responsables d'église doivent informer les autorités locales au moins cinq jours avant d'organiser des réunions de prière et des mariages ».

    Malheureusement, les services religieux sont restreints", a déclaré Augustine, une assistante sociale de l'église, à UCA News. 

    Le 2 février 2023, la junte du Myanmar a imposé la loi martiale dans sept communes de l'État Chin, touché par le conflit, avec des couvre-feux et une interdiction des rassemblements de plus de cinq personnes, a rapporté UCA News.  L'État Chin n'est pas le seul État du pays en proie à des conflits à avoir subi les effets de la violence de la junte au pouvoir au Myanmar.

    Le 12 avril, dans l'État de Kachin, des assaillants masqués de la junte du Myanmar ont abattu un prêtre catholique, le père Paul Khwi Shane Aung, alors qu'il célébrait la messe à l'église Saint-Patrick dans la ville de Mohnyin, dans le nord du Myanmar.

    « Ils portaient des robes noires et des masques et sont entrés dans l'église sur une moto pour tirer trois fois sur le prêtre », a déclaré U Zaw, un catéchiste local, à UCA News. Zaw a déclaré que le prêtre blessé a été transporté d'urgence à l'hôpital de Mohnyin, puis transféré à l'hôpital de Myitkyina, la capitale de l'État, a rapporté UCA News.

    L'attaque contre le père Paul a eu lieu près d'un mois après que Nammye Hkun Jaw Li, 47 ans, pasteur de la Kachin Baptist Convention (KBC), a été abattu dans son magasin d'informatique dans la commune de Mogaung le 18 mars.

    La situation de répression est généralisée : la junte a appliqué la loi martiale dans 61 municipalités du pays depuis qu'elle a pris le pouvoir par un coup d'État militaire en février 2021. Selon UCA News, les militaires au pouvoir au Myanmar s'en prennent au clergé, aux pasteurs et aux institutions gérées par les églises qui soutiennent les forces locales contre la junte.

    Lire la suite

  • 14 catholiques tués en République démocratique du Congo après avoir refusé de se convertir à l'islam

    IMPRIMER

    De Peter Pinedo sur CNA :

    14 catholiques tués en République démocratique du Congo après avoir refusé de se convertir à l'islam

    30 mai 2024

    Le pape François a condamné le récent assassinat de 14 catholiques en République démocratique du Congo (RDC), qui auraient été tués après avoir refusé de se convertir à l'islam.

    Le journal du Vatican L'Osservatore Romano a rapporté que les 14 catholiques, dont plusieurs étaient très jeunes, ont été tués dans le Nord-Kivu par des membres de la milice affiliée à ISIS appelée « Forces démocratiques alliées ».

    S'écartant de ses déclarations préparées le 25 mai, le pape a déclaré : « Je voudrais m'arrêter et remercier Dieu pour le témoignage de martyre qu'un groupe de catholiques du Congo, du Nord-Kivu, a donné ces derniers jours. »

    François a ajouté que « ces personnes ont été égorgées simplement parce qu'elles étaient chrétiennes et ne voulaient pas se convertir à l'islam ».

    Selon un rapport d'International Christian Concern (ICC), les Forces démocratiques alliées ont également mené une attaque contre le village chrétien de Ndimo dans l'État d'Ituri.   L'ICC a déclaré que 11 chrétiens ont été exécutés à la machette et au fusil le 13 mai, que plusieurs autres ont été kidnappés et que certaines maisons ont été incendiées.

    L'évêque de Butembo-Beni, Melchisedec Paluku, a condamné les meurtres et a salué la résilience des chrétiens, selon ICC.

    « La résistance et le courage dont ont fait preuve les villageois face à une telle adversité témoignent de leur esprit inébranlable et de leur détermination à reconstruire leur vie au milieu d'une tragédie inimaginable », a déclaré Mgr Paluku.

    L'évêque a appelé le gouvernement de la RDC à intensifier ses efforts de lutte contre le terrorisme : « Le mépris effronté de la vie et de la dignité humaines dont font preuve ces extrémistes souligne le besoin urgent de mesures de sécurité renforcées et d'efforts antiterroristes robustes pour protéger les civils innocents contre des actes de violence aussi brutaux ».

    Le diocèse de Butembo-Beni est confronté depuis plusieurs années à la montée du terrorisme islamiste. À la suite d'un attentat à la bombe contre l'église catholique Emmanuel-Butsili à Beni en 2021, CNA a rapporté les propos de Paluku selon lesquels « un projet à grande échelle est en cours pour islamiser ou expulser les populations indigènes » de la région.

    « Tous ceux qui ont été enlevés par ces groupes terroristes et qui ont réussi à leur échapper vivants ont raconté la même histoire.   On leur a donné le choix entre la mort et la conversion à l'islam« , a-t-il déclaré, ajoutant qu' »il ne se passe pas un jour sans que des gens soient tués ».

    Peter Pinedo est correspondant de CNA à Washington. Diplômé de l'Université franciscaine, Peter a travaillé auparavant pour Texas Right to Life. Il est premier lieutenant dans la réserve de l'armée américaine.

  • Chine : la répression des objecteurs de conscience catholiques se poursuit dans le diocèse de Baoding

    IMPRIMER

    De He Yuyan sur Bitter Winter :

    Diocèse de Baoding, la répression des objecteurs de conscience catholiques se poursuit

    30 mai 2024

    Ceux qui refusent l'accord entre le Vatican et la Chine et ne rejoignent pas l'Église catholique patriotique sont « disparus »

    Les objecteurs de conscience catholiques continuent d'être actifs en Chine. Et ils continuent d'être persécutés. Après l'accord conclu entre le Vatican et la Chine en 2018, le Saint-Siège a encouragé les catholiques à rejoindre l'Église catholique patriotique, autrefois excommuniée et contrôlée par le gouvernement. Il a également précisé que ceux qui refusent de le faire pour des raisons de conscience, bien qu'ils ne soient ni encouragés ni approuvés par le Vatican, ne sont pas excommuniés, font toujours partie de l'Église catholique et doivent être traités avec « respect ».

    Cependant, le PCC exprime son « respect » envers les objecteurs de conscience catholiques en les arrêtant. Le diocèse de Baoding, une ville préfecture de la province de Hebei, située à quelque 150 kilomètres de Pékin, est devenu un centre de l'objection de conscience catholique.

    L'autorité de l'évêque Francis An Shuxin, qui a fait partie de l'Église catholique clandestine avant de rejoindre l'Association patriotique, est contestée par les objecteurs de conscience. Les églises et les séminaires clandestins qui ont refusé de rejoindre l'Église catholique patriotique ont été perquisitionnés en 2020.

    The conscientious objectors venerate as their model Bishop of Baoding Peter Joseph Fan Xueyan (1907–1992), of the underground Catholic Church, who “disappeared” in 1990 and whose body with clear signs of torture was left at the door of relatives’ home in 1992 in a plastic bag. From X.
    Les objecteurs de conscience vénèrent comme modèle l'évêque de Baoding Peter Joseph Fan Xueyan (1907-1992), de l'Église catholique clandestine, qui a « disparu » en 1990 et dont le corps, portant des signes évidents de torture, a été laissé à la porte du domicile de parents en 1992 dans un sac en plastique. De X.

    Les organisations de défense des droits de l'homme ont appris que deux dirigeants de l'objection de conscience catholique à Baoding, le père Chi Huitian et le professeur Chen Hekun, qui ont « disparu » en avril, n'ont toujours pas réapparu. D'autres objecteurs de conscience catholiques emprisonnés à Baoding ont été soumis à un endoctrinement intensif en prison.

    Malgré les graves persécutions, le mouvement des objecteurs de conscience catholiques continue de prospérer. Il ne s'agit pas d'un groupe de vieux prêtres et de laïcs incapables de comprendre les temps nouveaux. En fait, l'objection de conscience semble être populaire parmi les jeunes catholiques.

  • Ce bienheureux a souffert le martyre pendant la guerre civile espagnole.; il a été poignardé à mort par des révolutionnaires

    IMPRIMER

    Du Tagespost (Claudia Kock) :

    27 mai : Bienheureux Sixto Alonso Hevia

    Le bienheureux a souffert le martyre pendant la guerre civile espagnole. Il a été poignardé à mort par des révolutionnaires.

    27 mai 2024

    Reliquaire

    La « Chambre Sacrée » de la Cathédrale d'Oviedo contient de nombreuses reliques importantes, parmi lesquelles le « Linceul » qui, selon la tradition, était enroulé autour de la tête du Christ lors de son enterrement . En 1934, la salle explosa lors de la grève des mineurs asturiens.

    Lors de la même grève, six jeunes séminaristes furent assassinés. Ils ont été béatifiés dans la cathédrale le 9 mars 2019, avec trois autres séminaristes martyrs de la guerre civile espagnole. Dans son homélie, le cardinal Becciù, qui a procédé à la béatification au nom du pape François , a déclaré à propos des séminaristes assassinés : « Ils étaient enthousiastes, chaleureux et dévoués, et se consacraient entièrement au style de vie du séminaire de prière, d'étude, d'échange fraternel. et l'engagement apostolique. Ils ont toujours été déterminés à suivre l'appel de Jésus, malgré le climat d'intolérance religieuse, conscients de la trahison et des dangers auxquels ils seraient confrontés. Ils ont su endurer avec un courage particulier jusqu'au dernier moment de leur vie. » L'un des séminaristes béatifiés était Sixto Alonso Hevia, dont la fête est le 27 mai.

    Appel précoce

    Dès son plus jeune âge, Sixto souhaitait également devenir prêtre. Il apprend la lecture, l'écriture et le calcul auprès de son oncle, puis fréquente l'école primaire de Luanco et est accepté au séminaire à l'âge de 13 ans . Il étudiait avec enthousiasme et était un athlète passionné, aimait l'église et vénérait la Sainte Mère . Il ne s'intéressait pas aux questions politiques. Il passe les vacances d'été avec sa famille, qu'il soutient en aidant les dockers à récupérer les morceaux de charbon tombés à l'eau. Il a donc constitué une réserve de matériel de chauffage qui permettrait à la famille de passer l’hiver.

    Arrêté par les révolutionnaires

    Même lorsque la guerre civile espagnole éclata en juillet 1936, Sixto était avec sa famille. Il avait désormais terminé la troisième année de ses études de philosophie préparatoire à la théologie et devait retourner au séminaire après les vacances. Mais cela n'arrivait plus.

    Tout d'abord, lui et son père furent arrêtés par les révolutionnaires anticléricaux et emprisonnés dans l'église paroissiale transformée en prison. Il est alors contraint de rejoindre l’armée révolutionnaire. Avant son départ forcé pour Cangas de Onis, Sixto soupçonnait que la mort était imminente, car lors de son dernier jour dans la maison de ses parents, il avait pris une photo le montrant avec un confrère séminariste, avait peint une croix sur son propre tableau et avait écrit son nom sur il est de retour. Il a avoué à un prêtre coincé dans la maison et a prévenu sa famille : « S’il m’arrive quelque chose, vous devez leur pardonner ».

    Assassiné au port

    En fait, il n’a pas survécu longtemps parmi les révolutionnaires, car il a été rapidement soupçonné d’avoir fait défection à la première occasion. Le 27 mai 1937, alors que Sixto n'avait que 21 ans, il se trouvait au port de Ventaniella en train de déguster du chocolat lorsque des révolutionnaires se sont approchés de lui, l'ont maîtrisé, lui ont arraché ses vêtements et l'ont assassiné de plusieurs coups de couteau. Il a prié Dieu et a demandé à ses bourreaux de le laisser mourir.

    Le 19 mars 2013, les restes de Sixto Alonso Hevia, ainsi que ceux des huit autres séminaristes martyrs au cours de ces années, ont été transférés à la chapelle du Séminaire d'Oviedo.

  • "Ils ont été égorgés simplement parce qu'ils étaient chrétiens et ne voulaient pas se convertir à l'islam"

    IMPRIMER

    Dans son discours aux Directeurs nationaux des Oeuvres pontificales missionnaires (25 mai), le pape a rendu hommage à des catholiques au Congo assassinés car « ils ne voulaient pas passer à l’islam » :

    ...l'Église continuera à aller au-delà de toutes les frontières, à sortir sans cesse, sans se lasser ni se décourager devant les difficultés et les obstacles, pour accomplir fidèlement la mission reçue du Seigneur" (Message pour la Journée mondiale des missions 2024). Et cela jusqu'au martyre. Et à ce propos, je voudrais m'arrêter pour remercier Dieu pour le témoignage martyr qu'un groupe de catholiques du Congo, du Nord-Kivu, a donné ces derniers jours. Ils ont été égorgés simplement parce qu'ils étaient chrétiens et ne voulaient pas se convertir à l'islam. Il y a aujourd'hui cette grandeur de l'Église dans le martyre. Et revenons un peu en arrière, il y a cinq ans, sur la plage de Libye, ces coptes égorgés étaient à genoux et disaient "Jésus, Jésus". L'Église martyre, c'est l'Église de la ténacité du Seigneur.

  • Deux prêtres catholiques enlevés au Nigeria en l'espace d'une semaine

    IMPRIMER

    De Ngala Killian Chimtom sur le Catholic Herald :

    Deux prêtres catholiques enlevés au Nigeria en l'espace d'une semaine

    23 mai 2024

    YAOUNDÉ, Cameroun - Deux prêtres catholiques ont été enlevés au Nigeria en l'espace d'une semaine, soulignant la persécution continue à laquelle sont confrontés les chrétiens dans la nation la plus peuplée d'Afrique.

    Le père Oliver Buba, du diocèse de Yola, est le dernier prêtre enlevé au Nigeria. Il a été enlevé le 21 mai. Dans une déclaration publiée le même jour par l'évêque Stephen Mamza de Yola, le prêtre a été enlevé dans sa résidence de l'église catholique St Rita, dans la zone de gouvernement local de Numan.

    "C'est avec tristesse que nous informons le grand public de l'enlèvement de l'un de nos prêtres, le très révérend père Oliver Buba", indique le communiqué de l'évêque.

    "Nous invitons tous les fidèles du Christ et tous les hommes et femmes de bonne volonté à prier sincèrement pour que notre prêtre soit libéré rapidement et sain et sauf", a ajouté l'évêque, avant de confier la sécurité du prêtre aux soins affectueux de la Vierge Marie.

    Le porte-parole du commandement de la police de l'État d'Adamawa, Suleiman Nguroje, a confirmé l'incident mercredi, déclarant aux médias locaux que "nos agents de l'unité anti-kidnapping sont actuellement en train de ratisser partout pour sauver l'ecclésiastique et appréhender les malfaiteurs".

    L'enlèvement de mardi est survenu sept jours à peine après qu'un autre prêtre, le père Basil Gbuzuo du diocèse d'Onitsha, a été enlevé le 15 mai.

    Le père Prudentius Aroh, chancelier de l'archidiocèse d'Onitsha, a écrit que l'archevêque Valerian Maduka Okeke d'Onitsha invitait "tous les fidèles du Christ et tous les hommes et femmes de bonne volonté à prier sincèrement pour la libération rapide et sûre du prêtre, alors que nous intensifions nos efforts pour assurer sa liberté".

    "Nous recommandons notre frère à la puissante intercession de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère des prêtres, pour qu'il soit rapidement libéré des mains de ses ravisseurs", précise le communiqué.

    Le directeur de la Société internationale pour les libertés civiles et l'État de droit - appelée Intersociety - a déclaré que les enlèvements étaient devenus une épidémie au Nigeria.

    "C'est très, très décourageant", a déclaré Emeka Umeagbalasi.

    "Si l'on parle du nombre de prêtres catholiques, de séminaristes, de révérendes sœurs et d'autres leaders chrétiens, y compris les leaders des églises pentecôtistes, les leaders des églises africaines instituées enlevés au cours des dix dernières années, nous devrions parler de centaines de personnes", a-t-il déclaré à Crux.

    "Rien que cette année, pas moins de dix prêtres catholiques ont été enlevés", a-t-il ajouté, précisant que les enlèvements reposaient sur deux facteurs : économique et religieux.

    "Il y a ceux qui enlèvent des prêtres catholiques dans le but de promouvoir le radicalisme religieux. Les auteurs de cette catégorie sont des djihadistes, des bergers peuls et d'autres djihadistes", a déclaré M. Umeagbalasi.

    "La deuxième catégorie est celle des personnes qui enlèvent des prêtres afin d'obtenir une rançon, et cette pratique est généralement le fait d'entités criminelles violentes", a-t-il ajouté.

    En 2022, l'évêque de Sokoto, dans le nord du Nigeria, Mathew Hassan Kukah, a révélé qu'il avait dû dépenser environ 20 000 dollars pour libérer certains prêtres de son diocèse des mains de leurs ravisseurs.

    "Je suis l'évêque du diocèse de Sokoto, j'ai dépensé [...] de l'argent que je n'ai pas parce que mes prêtres ont été kidnappés et que je n'ai nulle part où aller. Je n'ai pas honte de le dire parce que ce sont des réalités essentielles", avait déclaré M. Kukah à l'époque.

    Les récents enlèvements s'inscrivent dans le contexte plus large de la persécution des chrétiens au Nigeria, un pays de plus de 230 millions d'habitants, presque également divisé entre chrétiens et musulmans.

    Les chiffres d'un consortium d'organisations de la société civile connu sous le nom de Groupe d'action conjointe de la société civile révèlent que 17 469 Nigérians - pour la plupart des chrétiens - ont été enlevés depuis 2019.

    Le Nigeria se classe au sixième rang mondial sur la liste de surveillance mondiale 2024, qui identifie les pays où les chrétiens subissent une persécution sévère. Cette liste est compilée par Portes Ouvertes, une ONG qui se consacre au soutien des chrétiens dans le monde.

    L'année dernière, Intersociety a publié un rapport glaçant qui révélait qu'au moins 52 250 chrétiens avaient été tués au Nigéria depuis 2009, lorsque le groupe islamiste Boko Haram a commencé sa campagne meurtrière pour créer un califat. Ces chiffres ont considérablement augmenté depuis.

    M. Umeagbalasi a déclaré que la vague d'enlèvements et de meurtres était la preuve de l'échec systémique de l'appareil de sécurité du pays.

    "Les mécanismes d'enquête dans ce pays sont morts parmi les agences de sécurité ; les renseignements sont morts, la police préventive est morte et les agences de sécurité générale au Nigeria sont d'inspiration islamique", a-t-il déclaré à Crux.

  • La béatification de Don Streich, martyr tué par les communistes, vient à son heure

    IMPRIMER

    De Wlodzimierz Redzioch sur la NBQ :

    Don Streich, martyr tué par les communistes, sera béatifié

    Stanislaus Kostka Streich, prêtre diocésain tué en haine de la foi le 27 février 1938 à Luboń (Pologne), sera béatifié. Il fut victime des communistes, avant la guerre et le régime.

    25_05_2024

    Don Stanislaw Streich assassinato

    Au cours de l'audience accordée le 23 mai au Card. Marcello Semeraro, préfet du Dicastère pour les causes des saints, le pape François a autorisé ce même Dicastère à promulguer une série de décrets, dont celui concernant le martyre du serviteur de Dieu Stanislas Kostka Streich, prêtre diocésain ; né le 27 août 1902 à Bydgoszcz (Pologne) et assassiné en haine de la foi le 27 février 1938 à Luboń (Pologne). Une autre victime du communisme en Pologne sera proclamée bienheureuse, mais contrairement aux prêtres martyrisés pendant la période communiste, le père Streich a été tué dans la Pologne démocratique avant la Seconde Guerre mondiale par un militant communiste. Son histoire ressemble à celle de nombreux prêtres d'Émilie-Romagne martyrisés par les communistes dans les années 1940.

    Un an avant l'assassinat du père Streich, Pie XI publiait l'encyclique Divini Redemptoris sur le "communisme bolchevique et athée, qui vise à renverser l'ordre social et à saper les bases mêmes de la civilisation chrétienne". Dans son encyclique, le pape explique notamment les causes de la violence exercée par les communistes. "Insistant sur l'aspect dialectique de leur matérialisme, les communistes prétendent que le conflit, qui conduit le monde vers la synthèse finale, peut être accéléré par les hommes. Ainsi, ils s'efforcent d'aiguiser les antagonismes qui naissent entre les différentes classes de la société ; et la lutte des classes, avec ses haines et ses destructions, prend l'allure d'une croisade pour le progrès de l'humanité. Au contraire, toutes les forces, quelles qu'elles soient, qui résistent à cette violence systématique, doivent être anéanties comme ennemies du genre humain", écrivait Pie XI. Le martyre du père Streich prouve la justesse de l'analyse du pape qui, malheureusement, est toujours d'actualité. 

    Mais qui était le père Stanisław Kostka Streich ? Il est né le 27 août 1902 à Bydgoszcz qui, à l'époque des partages de la Pologne par les puissances voisines (1795-1918), appartenait à la Prusse. Ses parents étaient Franciszek Streich, employé d'une compagnie d'assurance, et Władysława Birzyńska. En 1912, après avoir suivi les trois années de scolarité obligatoire, il fréquente le Gymnasium of Humanities pendant huit ans, jusqu'en 1920. La même année, il demande à être admis au séminaire de Poznań, ce qu'il obtient. Il étudie ensuite à Gniezno et est ordonné prêtre le 6 juin 1925. Après son ordination, il étudie la philosophie classique à l'université de Poznań entre 1925 et 1928. Au cours des années suivantes, il travaille comme vicaire dans différentes paroisses et enseigne la religion au séminaire.

    En 1933, il devint curé de la localité de Zabikowo sur le territoire de la commune de Lubon où, malheureusement, il n'y avait pas de véritable église : la chapelle du couvent des Servantes de l'Immaculée faisait office d'église. Le Père Streich organisa un comité pour la construction de l'église : en 1935, la décision fut prise de commencer la construction de l'église à Luboń et la nouvelle paroisse de St Jean Bosco fut établie, organisée autour de l'église en construction. Pendant les trois années de son travail pastoral, avant d'être assassiné, le prêtre a organisé la vie de la paroisse et de la communauté presque à partir de zéro. Son attitude bienveillante et serviable, la promotion de la vie eucharistique dans la paroisse et les activités qu'il a mises en place ont conféré à la paroisse St Jean Bosco de Lubon une qualité particulière. Le père Streich a mis sur pied un certain nombre d'organisations catholiques qui se sont merveilleusement développées. Mais ses activités intenses dans le domaine social, particulièrement importantes pour Lubon, une ville habitée principalement par des ouvriers, étaient mal vues par les communistes locaux qui voulaient instaurer le communisme.

    Lire la suite