Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Persécutions antichrétiennes

  • Chine : le Vatican ferait bien de s'inspirer de la façon dont le cardinal Wyszynski s'est comporté à l'égard du communisme

    IMPRIMER

    Du Père Raymond J. de Souza sur le National Catholic Register :

    L'approche du cardinal Wyszyński à l'égard du communisme : un modèle sur la façon dont le Vatican devrait s'engager avec la Chine ?

    COMMENTAIRE : La nomination unilatérale par le régime chinois d'un nouvel évêque à Wuhan invite à réfléchir sur la manière dont l'Église traite avec les régimes totalitaires.

    11 septembre 2021

    La récente ordination d'un nouvel évêque à Wuhan, en Chine, a attiré l'attention sur l'accord, toujours non publié, entre le Saint-Siège et la Chine sur la nomination des évêques. L'accord est de facto avec le Parti communiste chinois (PCC), qui détient l'autorité sur toutes les affaires religieuses en Chine.

    Il y a peu de détails, mais AsiaNews, une source d'information catholique respectée, rapporte que le PCC a sélectionné un seul candidat pour le poste, et que le pape François l'a approuvé. Il semble également qu'il y ait un différend concernant le territoire du diocèse de Wuhan, le régime chinois ayant fusionné plusieurs diocèses sans l'approbation du Saint-Siège.

    D'autres rapports, s'appuyant sur des sources confidentielles dans plusieurs départements de la Curie romaine, suggèrent que le PCC procède comme il l'entend, avec une consultation minimale, voire nulle, de Rome. En effet, il est de plus en plus plausible que le pape François ait décidé d'accepter le "contrôle effectif" du PCC sur les nominations épiscopales en Chine.

    Tout cela invite à réfléchir à la manière dont l'Église traite les régimes totalitaires. La béatification, dimanche, du cardinal Stefan Wyszyński, primat de Pologne de 1948 à 1981, est instructive à cet égard.

    Pendant les 33 années où il a été primat, le cardinal Wyszyński a exercé des pouvoirs spéciaux accordés par le pape Pie XII, faisant office de nonce de facto en Pologne, ainsi que de chef titulaire de l'épiscopat du pays. En effet, le cardinal Wyszyński fournissait les nominations d'évêques devant être approuvées par le Saint-Siège et soumises à des négociations avec le régime communiste.

    Le cardinal était souvent en désaccord avec Rome. Pendant les trois dernières années de sa vie, il y eut une plus grande harmonie avec Rome ; son compagnon polonais était le pape Jean-Paul II. Ainsi, l'homme déclaré "bienheureux" dimanche n'aurait eu aucune difficulté à conclure que la politique actuelle du Saint-Siège à l'égard de la Chine est gravement erronée ; il a souvent pensé cela de la politique du Saint-Siège à l'égard de la Pologne.

    Le cardinal Wyszyński a été nommé primat - archevêque de Gniezno (l'ancien siège primatial) et en même temps de Varsovie (la capitale politique) - en 1948. La stalinisation est imposée à la Pologne. L'opinion dominante parmi les diplomates qui servaient sous le pape Pie XII était que les nouveaux régimes communistes devaient être traités comme illégitimes. La résistance, et non le dialogue, est à l'ordre du jour. 

    La figure catholique dominante derrière le rideau de fer était le Hongrois Jószef Mindszenty, créé cardinal en 1946. Le cardinal Mindszenty a été adulé comme un véritable héros à l'Ouest pour sa résistance intrépide au régime communiste ; il n'a pas voulu conclure le moindre accord avec lui. 

    Par la suite, le cardinal Mindszenty a été soumis à un simulacre de procès communiste et est devenu un prisonnier politique. Il a été brièvement libéré en 1956 lors du soulèvement de Budapest. Lorsque les chars soviétiques sont arrivés pour écraser la rébellion, il s'est réfugié à l'ambassade des États-Unis, où il a vécu pendant 15 ans avant de s'exiler aux États-Unis.

    Le cardinal Mindszenty a été emprisonné, puis contraint à un exil interne et externe. Peu après, l'Église catholique de Hongrie a été écrasée. Que le cardinal Mindszenty ait été un vaillant martyr "blanc" pour la foi est incontestable. Mais le cardinal Wyszyński a choisi une autre voie.

    "Dès le début de mon travail, j'avais adopté la position selon laquelle l'Église en Pologne avait déjà versé trop de sang dans les camps de concentration allemands pour se permettre de gaspiller la vie de ses prêtres survivants", écrira le cardinal Wyszyński. "Le martyre est sans doute une chose honorable, mais Dieu conduit son Église non seulement par une voie extraordinaire, celle du martyre, mais aussi par une voie ordinaire, celle du travail apostolique. En effet, j'étais d'avis que le monde moderne avait besoin d'un autre type de martyre - le martyre du travail, et non du sang".

    Lire la suite

  • Le cardinal Stefan Wyszyński : " Le primat du millénaire "

    IMPRIMER

    Du Père Raymond J. de Souza  sur le National Catholic Register :

    Le cardinal Stefan Wyszyński : " Le primat du millénaire ".

    COMMENTAIRE : Le chef de l'Église, qui sera béatifié le 12 septembre à Varsovie, était l'incarnation vivante de l'expérience de la Pologne au XXe siècle.

    Image illustrative de l’article Stefan Wyszyński

    9 septembre 2021

    Il y a quarante ans, l'imposant cortège funèbre du cardinal Stefan Wyszyński était mené par une bannière sur laquelle on pouvait lire : "Dieu nous donne un tel père et un tel berger une fois tous les mille ans."

    Il sera béatifié le 12 septembre à Varsovie et connu désormais sous le nom de "Bienheureux Stefan Wyszyński".

    Mais en Pologne, il restera toujours le "Primat du millénaire", comme le reconnaissait la bannière de la procession.

    Emprisonné pendant trois ans (1953-1956) par le régime communiste, il est devenu un colosse culturel qui a mené une "Grande Neuvaine" à l'échelle nationale, neuf années de préparation spirituelle, culturelle et sociale pour le 1000e anniversaire du baptême de la Pologne en 966. La Grande Neuvaine a révélé le véritable caractère de la nation polonaise, en dépit de son régime communiste.

    Le cardinal Wyszyński est apparu au millénaire comme le leader incontesté du peuple polonais. L'invitation qu'il a adressée au pape Saint-Paul VI pour assister aux célébrations du millénaire a été bloquée par les communistes. Lorsque le pape saint Jean-Paul II est venu en Pologne en 1979, il a commencé par parler de sa présence comme de la surprenante réponse providentielle à l'invitation du grand primat. Le pape était en effet en Pologne, mais un pape bien plus redoutable que ce que les communistes auraient pu imaginer.

    Le primat Wyszyński a été pendant 33 ans le Moïse du pharaon communiste à la tête de l'Église de Pologne. Nommé primat de Pologne en 1948, alors le plus jeune évêque de Pologne, il a été simultanément archevêque de Gniezno (l'ancien siège primatial) et de Varsovie (la capitale politique).

    Sa béatification a lieu au cours de ce qui a été déclaré par le Parlement polonais comme l'"Année Stefan Wyszyński", marquant le 120e anniversaire de sa naissance en 1901 et le 40e anniversaire de sa mort en 1981. C'est le couronnement d'une vie polonaise remarquable, une incarnation vivante de l'expérience de la Pologne au XXe siècle. 

    Wyszyński est né le 3 août 1901, sans pays. La Pologne avait été éliminée de la carte de l'Europe en 1795, découpée et occupée par les trois puissances voisines, la Russie, la Prusse (Allemagne) et l'empire austro-hongrois.

    Le jeune Stefan fréquente une école primaire où l'enseignement est dispensé en russe, ce qui lui sera utile plus tard pour lire les documents clandestins de l'Union soviétique. Il perdra sa mère très tôt, à l'âge de 9 ans, une expérience similaire à celle de Jean Paul. Comme lui, sa spiritualité est marquée par une intense dévotion à la Sainte Vierge Marie, la "nouvelle" mère de sa vie. Il offrira sa première messe en tant que prêtre nouvellement ordonné dans la chapelle de l'image miraculeuse de Notre-Dame de Jasna Gora à Czestochowa, le sanctuaire national de la Pologne.

    Lire la suite

  • Le pape François fait avancer la cause de la canonisation d'un prêtre catholique italien qui a sauvé des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale

    IMPRIMER

    De Courtney Mares sur Catholic News Agency :

    Le pape François fait avancer la cause de la sainteté d'un prêtre catholique italien qui a sauvé des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.
     
     Franciscan friar Fr. Placido Cortese (1907-1944)
     
    Le frère franciscain P. Placido Cortese (1907-1944)

    30 août 2021

    Le pape François a avancé la cause de la canonisation d'un frère franciscain qui a aidé à sauver des Juifs pendant l'Holocauste et d'une mère qui a sacrifié sa vie pour sauver son enfant à naître.

    Le père Placido Cortese est connu pour avoir utilisé son confessionnal dans la basilique Saint-Antoine de Padoue pour communiquer clandestinement avec un réseau souterrain qui aidait les Juifs et les prisonniers de guerre britanniques à échapper à l'occupation nazie de l'Italie.

    Connu localement sous le nom de "Père Kolbe italien", le prêtre est désormais considéré comme "vénérable" par l'Église catholique après que le pape l'a reconnu pour avoir mené une vie "héroïque en vertu" le 30 août.

    Comme saint Maximilien Kolbe, Cortese était un frère franciscain qui dirigeait une publication catholique et a été torturé et tué par les nazis.

    Il est né Nicolò Cortese en 1907 sur l'île de Cres, qui fait aujourd'hui partie de la Croatie. À l'âge de 13 ans, il est entré au petit séminaire de l'ordre des Frères mineurs conventuels et a pris le nom de Placido après avoir prononcé ses vœux en 1924.

    Après avoir étudié la théologie au Collège théologique de Saint-Bonaventure à Rome, il a été ordonné prêtre en 1930, à l'âge de 23 ans, et a célébré sa première messe dans la basilique Sainte-Marie-Majeure.

    Il a passé plusieurs années au service de la basilique de Saint-Antoine à Padoue, où on lui a demandé d'être le directeur de la revue catholique italienne Il Messaggero di Sant'Antonio (Le Messager de Saint-Antoine), dont le nombre de lecteurs a augmenté de 500 000 sous sa direction.

    Après l'occupation allemande de Padoue, le père Cortese fait partie d'un groupe clandestin lié à la Résistance, utilisant sa presse à imprimer pour fabriquer de faux documents afin d'aider les Juifs et les soldats alliés à se mettre en sécurité en Suisse.

    En octobre 1944, deux officiers SS allemands ont poussé le père Cortese à quitter les murs de son monastère de Padoue, qui était protégé en tant que territoire extraterritorial du Saint-Siège, sous le faux prétexte que quelqu'un avait besoin de son aide.

    Cortese a été immédiatement arrêté et emmené dans un bunker de la Gestapo à Trieste, où il a été brutalement torturé. Mais il n'a donné les noms d'aucun de ses associés, selon le père Giorgio Laggioni, son vice-postulateur.

    Après des semaines de torture, il est mort sous la garde de la Gestapo en novembre 1944, à l'âge de 37 ans. Son confessionnal dans la basilique de Saint-Antoine de Padoue reste aujourd'hui un lieu de prière.

    Dans une de ses lettres à sa famille, Cortese écrivait : "La religion est un fardeau que l'on ne se lasse pas de porter, mais qui pousse de plus en plus l'âme à de plus grands sacrifices, jusqu'à donner sa vie pour la défense de la foi et de la religion chrétienne, jusqu'à mourir dans les tourments comme les martyrs du christianisme dans des pays lointains et étrangers."

    Dans le décret de la Congrégation du Vatican pour les causes des saints qui a fait avancer la cause de Cortese, deux femmes laïques ont également été reconnues pour leurs vertus héroïques.

    Enrica Beltrame Quattrocchi, une laïque italienne décédée en 2012, est également en route vers la sainteté, tout comme ses parents, les bienheureux Luigi et Maria Beltrame Quattrocchi, qui ont été béatifiés ensemble en octobre 2001.

    Contrairement à ses trois frères et sœurs aînés qui ont tous suivi des vocations religieuses, Enrica a vécu sa foi catholique en tant que catholique laïque célibataire qui a été professeur de lycée, bénévole pour aider les pauvres et qui a pris soin de ses parents dans leur vieillesse.

    Malgré la maladie et les difficultés économiques, Enrica est restée fidèle à la messe quotidienne et dévouée au service des autres. Elle est morte à l'âge de 98 ans après avoir vu ses parents béatifiés.

    Le décret a également reconnu Maria Cristina Cella Mocellin (1969-1995), une mère catholique qui a choisi de ne pas subir de chimiothérapie contre le cancer alors qu'elle était enceinte pour sauver la vie de son troisième enfant à naître.

    "Tu es un cadeau pour nous... Tu es précieux et quand je te regarde, je pense qu'il n'y a aucune souffrance au monde qui ne vaille la peine pour un enfant", a écrit Maria Cristina dans une lettre à son enfant, qu'elle a remise à son mari.

    La mère italienne a commencé une chimiothérapie dès la naissance de son fils, Riccardo, en 1994, mais le cancer s'est propagé à ses poumons. Elle est morte le 22 octobre 1995, à l'âge de 26 ans, laissant derrière elle trois enfants.

    "Je crois que Dieu ne permettrait pas la douleur s'il ne voulait pas obtenir un bien secret et mystérieux mais réel. Je crois que je ne pourrais rien accomplir de plus grand que de dire au Seigneur : Que ta volonté soit faite", a-t-elle écrit.

    "Je crois qu'un jour je comprendrai le sens de ma souffrance et j'en remercierai Dieu. Je crois que sans ma douleur endurée avec sérénité et dignité, il manquerait quelque chose à l'harmonie de l'univers."

  • L'homélie de Mgr Michel Aupetit lors de la Messe à l’île Madame en mémoire des prêtres déportés durant la Révolution française

    IMPRIMER

    Du site de l'Eglise catholique à Paris :

    Homélie de Mgr Michel Aupetit - Messe du Pèlerinage diocésain de La Rochelle à l’île Madame en mémoire des prêtres déportés durant la Révolution française

    Jeudi 26 août 2021 - île Madame (Charente-Maritime)

    - Is 52, 13-53, 12 ; Ps 22 ; Jn 10, 11-18

    Ce serviteur défiguré dont parle le prophète Isaïe et qui ne ressemble plus à un homme, c’est notre Seigneur Jésus-Christ. Accablé, méprisé, Jésus est le symbole éternel de l’amour bafoué comme le déplorait saint François d’Assise : « L’amour n’est pas aimé ». En regardant le Christ, sa Passion, ce que notre cœur contemple d’abord, c’est l’amour inconditionnel de Dieu qui se révèle à nous. Il est incroyablement plus impressionnant que la méchanceté les hommes qui se manifeste atrocement une fois encore. Ce qui est important, comme le disait Blaise Pascal, c’est de comprendre qu’une goutte de sang du Christ, du Fils de Dieu, a été versée pour moi, pour toi. Saint Augustin disait qu’une seule larme sur ton visage en regardant cette goutte de sang du Seigneur, a plus de prix qu’un pèlerinage jusqu’à Jérusalem.

    Ces prêtres, dont nous célébrons la mémoire, ont été par leur ordination configurés au Christ Bon Pasteur qui donne sa vie pour ses brebis. Ce n’est pas un vain mot car cela peut entraîner jusqu’au martyre comme nous le voyons aujourd’hui. Le mercenaire qui accomplit sa tâche pour de l’argent n’est pas fidèle à sa mission, mais à l’argent de sa mission. Nous le savons : « Nul ne peut servir deux maîtres », Dieu ou l’argent. Celui qui sert Dieu est conformé au Christ et donne sa vie comme lui. Sa vie n’est plus « sa » vie car elle lui appartient plus. Elle est à Dieu et à ceux auxquels il est envoyé.

    Quand Jésus appelle les Douze, c’est pour « être avec lui », pour vivre dans son intimité et accueillir son amitié : « Je ne vous appelle plus serviteurs je vous appelle mes amis » (Jn 15,15). Les prêtres que nous honorons aujourd’hui n’étaient pas des mercenaires, mais des amis de Jésus. Or, nous savons que la qualité principale d’un ami, c’est la fidélité. Dans l’oraison nous avons entendu que la fidélité est un des maîtres mots de notre beau pèlerinage.

    Fidèles, ces prêtres l’ont été jusqu’au bout. C’est la force d’un amour plus grand qui leur aura permis de traverser cet enfer qu’on leur a fait subir. La fidélité, c’est aussi celle des pèlerins qui chaque année entretiennent la mémoire de cette épouvantable torture morale et physique afin que l’intolérance et la haine ne triomphent jamais.

    Les grandes déclarations de principe ne suffisent pas à éteindre la violence, puisque ceux-là même qui ont proclamé la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen furent les premiers à les bafouer.

    Mais le plus bouleversant, est cet autre mot qui caractérise ce pèlerinage magnifique de mémoire et de réconciliation : le pardon. En témoigne cette extraordinaire démarche de l’abbé Joseph Nicolas Adam qui a pu survivre à l’enfer que lui a fait subir le capitaine du bateau les Deux-associés. Celui-ci appelé Jean-Baptiste Laly était le plus cruel tortionnaire des pontons de Rochefort. Alors que ce bourreau se retrouvait avec sa femme et ses enfants dans des conditions les plus précaires, l’abbé Adam pousse la porte de son pauvre logis et lui demanda : « Capitaine, me reconnais-tu ? » « Oui, je vous reconnais » répondit le tortionnaire. « Eh bien puisque tu me reconnais, apprends aujourd’hui comment un prêtre se venge ». L’abbé, digne ministre du Bon Pasteur qui pardonne à ses bourreaux du haut de la croix, déposa sur la table du misérable, 20 pièces d’or.

    Frères et sœurs, chers amis, après les temps difficiles et étranges que nous venons de vivre et qui ont bouleversé notre quotidien, depuis l’incendie de Notre-Dame jusqu’à l’épidémie généralisée qui nous a tenu enfermés, même si ce n’est pas sur des pontons infects, nous avons à réfléchir à la manière dont nous devons être chrétiens.

    Il nous faut retrouver la fidélité au Seigneur Jésus-Christ et à son Église souvent désertée par des catholiques devenus indifférents.

    Il nous faut aussi reconstruire la fraternité mise à mal par des gestes dit "barrières", par une distanciation et une incitation à se protéger les uns des autres. Elle doit être retrouvée naturellement par ceux qui ont un même Père au Ciel. Cette fraternité ne pourra exister véritablement que par une réconciliation fondée sur le pardon qu’ont pu vivre ces prêtres admirables et qu’ils nous enseignent aujourd’hui.

    Bien des périodes de notre histoire ont suscité des fractures dans le peuple de France. Prions la Sainte Vierge Marie, patronne de notre pays, de nous aider à construire l’unité en accueillant comme elle le don promis par le Christ, le Saint Esprit qui seul donne une fécondité dans l’amour.

    +Michel Aupetit, archevêque de Paris

  • Chine : des récompenses financières promises aux "informateurs" qui dénonceront des "activités religieuses illégales"

    IMPRIMER

    Du site des Missions Etrangères de Paris :

    Province de Heilongjiang : des récompenses financières incitant à rapporter les « activités religieuses illégales »

    27/08/2021

    Le 9 août, la branche locale du Département du travail du Front uni (un département relevant du Comité central du Parti communiste chinois) du district de Meilisi Daur, à Qiqihar dans la province de Heilongjiang, dans le nord-ouest de la Chine, a annoncé des récompenses financières destinées à inciter les habitants à rapporter les « activités religieuses illégales ». Les « informateurs » pourraient ainsi gagner jusqu’à 1 000 yuans (130 euros) en signalant des personnels religieux non qualifiés, des activités ou encore des dons non autorisés.

    Les autorités locales du nord-est chinois ont introduit des récompenses financières destinées aux citoyens acceptant de signaler des « activités religieuses illégales ».

    Les autorités locales du nord-est chinois ont introduit des récompenses financières destinées aux citoyens acceptant d’espionner leurs voisins pour rapporter des « activités religieuses illégales ». La branche locale du Département du travail du Front uni (un département relevant du Comité central du Parti communiste chinois) du district de Meilisi Daur, à Qiqihar dans la province de Heilongjiang, a lancé ce programme ce mois-ci, selon China Christian Daily. Ce département est utilisé par le PCC pour des services de renseignement et pour tenter d’influencer les personnes et les organisations locales, y compris les religions et les groupes religions. Selon l’annonce du 9 août à Qiqihar, les « informateurs » pourraient gagner jusqu’à mille yuans (soit près de 130 euros) pour des renseignements sur des « infiltrations étrangères illégales » ; les lanceurs d’alerte pourraient également toucher de 500 à 1 000 yuans (65 à 130 euros) pour des rapports sur les personnels religieux non qualifiés, sur les activités transrégionales non autorisées, sur les prêches et sur les distributions de travaux religieux imprimés et de produits audiovisuels en dehors des lieux de culte, ainsi que sur les dons non autorisés et sur les rassemblements privés à domicile.

    Au cours des deux dernières années, le gouvernement chinois a introduit plusieurs lois et réglementations exigeant l’enregistrement de tous les lieux de culte auprès du gouvernement. Ces lois pénalisent également le clergé et les responsables religieux non enregistrés. Les responsables des Églises dites « souterraines » estiment que ces lois sont destinées à réprimer leurs communautés et leurs clergés. Les informateurs peuvent contacter les autorités par téléphone, par e-mail ou par courrier. La nouvelle mesure est officiellement destinée, selon le communiqué, à « renforcer le contrôle des activités religieuses illégales dans le district, à prévenir tout foyer de contagion au Covid-19 lié aux rassemblements religieux, à mobiliser le public pour la prévention et la répression des activités religieuses illégales, et à assurer un cadre religieux stable et harmonieux ». Des systèmes de récompenses similaires ont également été introduits dans le passé dans le district de Boshan et dans la ville de Weihai, tous deux dans la province de Shandong.

    La Chine au 17e rang sur 50 pays par Portes Ouvertes

    Le communiqué officiel du 9 août invite également les habitants à rapporter toute formation religieuse non autorisée de mineurs dans le cadre de camps d’hiver ou d’été. Les sites internet religieux non approuvés, les campagnes de dons religieuses illégales et les activités caritatives liées dans un but d’évangélisation sont également concernés, selon China Christian Daily. De telles incitations financières, dans un pays officiellement athée, ne sont pas nouvelles. En 2019, l’organisation américaine International Christian Concern a rapporté que les autorités de la province de Guizhou avaient lancé des récompenses jusqu’à 1 000 dollars US pour inciter les habitants à rapporter les activités religieuses illégales. L’an dernier, dans la province de Henan, des mesures similaires ont été offertes aux habitants rapportant de telles activités via une messagerie téléphonique.

    D’autres lieux comme Fujian, Guangxi, Hebei et Liaoning ont également offert des récompenses similaires depuis l’an dernier. La Chine reconnaît cinq religions – le bouddhisme, le protestantisme, le catholicisme, l’islam et le taoïsme. Toutefois, depuis des décennies, les autorités contrôlent strictement les groupes religieux officiels et poursuivent ceux qui adhèrent à des groupes non reconnus ou non enregistrés. De nombreuses organisations ont signalé et critiqué les politiques et les actions répressives du Parti communiste chinois contre les groupes religions, dont les chrétiens. En janvier dernier, le groupe chrétien américain Portes Ouvertes a publié une liste classant la Chine au 17e rang sur 50 pays où les chrétiens rencontrent les formes les plus graves de persécution.

    (Avec Ucanews)

    Crédit : Matthew Summerton / CC BY-SA 3.0

  • Ce 26 août, le diocèse de La Rochelle commémore le calvaire de 829 prêtres réfractaires

    IMPRIMER

    D'Anne Bernet sur Aleteia.org :

    Les mouroirs flottants de Rochefort

    25/08/21

    Ce 26 août, le diocèse de La Rochelle commémore le calvaire de 829 prêtres réfractaires condamnés en 1792 à la déportation en Guyane. Le blocus anglais des côtes françaises empêcha la déportation, mais n’empêcha pas le martyre atroce des malheureux, dont les deux tiers périrent sur l’île Madame (Charente-Maritime).

    Depuis le 27 mai de cette année 1792, la loi condamne à l’exil tout ecclésiastique qui refuse de prêter le serment constitutionnel le transformant en fonctionnaire, serment que Rome estime schismatique. Chassés de leurs presbytères, interdits de séjour sur le territoire de leur ancienne paroisse, privés d’émoluments, ces hommes, obligés de regagner leurs départements d’origine où ils vivent en résidence surveillée, doivent désormais quitter le territoire national sous un mois. Seuls sont exemptés de ces mesures les prêtres âgés de soixante ans et plus, c’est-à-dire les vieillards, les malades et les infirmes.

    « Purger la nation »

    Beaucoup, déjà, ont pris le chemin de l’exil ; d’autres, nombreux aussi, jeunes en général, choisissent, tout en sachant risquer leur tête, de passer dans la clandestinité afin d’assurer la messe et les sacrements aux fidèles. Les autres sont estimés à 50.000. La plupart choisissent de partir, mais n’atteignent pas toujours la frontière, ordre ayant été donné en sous-main aux municipalités de les intercepter et les mettre à mort, « accidents » fréquents portés au compte du zèle de quelques bons patriotes. Cela ne suffit pas encore à « purger la nation » de ces « restes du fanatisme ». Les récalcitrants iront donc en Guyane, bagne infernal où l’espérance de vie n’excède pas six mois. Partout, l’on dresse des listes d’insermentés et, à compter de mars 1793, les arrestations d’ecclésiastiques se multiplient. Par convois entiers, venus des quatre coins de France, on les achemine, souvent à pied, sans nourriture ni soins, sous les coups et les insultes, vers les ports de l’Atlantique. Certains sont lynchés en route par des foules haineuses… 

    Cette traque continuera dix-huit mois. Certains départements s’y distinguent, tels la Haute-Vienne, l’Allier, la Meuse, la Meurthe, la Saône-et-Loire, la Seine Inférieure. Les convois se dirigent vers Nantes et Bordeaux, et surtout vers Rochefort. Quand ils y arrivent, les prisonniers, conduits dans les couvents de la ville dont les religieuses ont été chassées, sont fouillés au corps, laissés nus en public, dépouillés de leurs affaires personnelles. Parfois, l’on trouve sur eux des objets de valeur, aussitôt confisqués, ou des objets de piété, détruits sous leurs yeux aux cris de Vive la République.

    Moins de valeur que les esclaves

    L’embarquement vers le bagne doit suivre mais, très vite, il s’avère impossible, car la flotte anglaise bloque l’accès à l’océan, tandis que les prêtres continuent d’affluer de partout. On décide de les entasser sur un vieux trois ponts, le Bonhomme Richard, navire négrier hors d’état de naviguer, qui servait d’hôpital pour les soldats galeux de la garnison. En février 1794, on réquisitionne une autre vieille baille réformée de la traite négrière, Les Deux Associés, qui peut recevoir dans ses cales 40 humains. Son commandant, le capitaine Laly, parvient à y entasser plus de 400 prêtres, qui possèdent, il est vrai, moins de valeur marchande que les malheureux Africains promis à l’esclavage… Plus tard, Laly confiera : « On m’avait dit de les faire mourir sans bruit dans le silence de l’océan. Moi, je le faisais : je les haïssais. Nous avons tous notre mission ici-bas. J’ai tué, et je tuerais encore si j’avais à le faire. »

    Pour cela, il n’a pas besoin de grands moyens. L’insalubrité de son bâtiment, l’intolérable promiscuité, qui favorisent les épidémies de fièvre et de typhus, la privation de soins et de nourriture, qui multiplie les cas de scorbut, une avitaminose mortelle, y suffisent amplement, d’autant que beaucoup de ces hommes sont âgés et en mauvaise santé. Un survivant, l’abbé Dumonet, racontera, en vers latins : « Chacun de nous avait tout au plus deux pieds cubes d’air et cependant, il en faut sept à huit pour qu’un homme puisse vivre. […] Lorsque la mort avait enlevé vingt prêtres, on avait la barbarie d’en faire venir d’ailleurs vingt-quatre ou vingt-cinq. » Il faut finalement se résoudre à ouvrir un autre ponton, le Washington.

    Lire la suite

  • Les chrétiens d'Afghanistan : une situation alarmante

    IMPRIMER

    De Timothée Dufour sur le site du Figaro Vox :

    «Il y a aussi des chrétiens en Afghanistan et ils risquent tous la mort !»


    La situation des chrétiens afghans, qui était déjà très préoccupante alors que les Occidentaux étaient présents dans le pays, devient alarmante avec le retour des talibans au pouvoir. Le risque de mort auquel ils sont confrontés réclame de la communauté internationale une vigilance permanente quant aux gestes des nouvelles autorités afghanes à leur égard.

    «Les attaques contre les chrétiens sont susceptibles d'augmenter dans la région alors que l'avancée rapide des talibans enhardit les extrémistes», soulignait l'organisation de défense des chrétiens persécutés Release International dans un article du 16 août dernier, qui prévient que «toute personne identifiée comme chrétienne pourrait être tuée».

    À ce jour, le porte-parole du mouvement taliban Zabihullah Mujahid a affirmé, sans convaincre la communauté internationale, que «les femmes auront des droits, dans le cadre de la charia», lors de cette première conférence de presse après leur arrivée au pouvoir. Aucun de ses propos ne donnait la moindre assurance quand aux minorités religieuses en Afghanistan, notamment la communauté chrétienne afghane.

    La situation des chrétiens estimés à quelques milliers de personnes était déjà inquiétante en Afghanistan où le christianisme, comme le rapporte Eusèbe de Césarée, serait arrivé avec les apôtres Thomas et Bartholomée au IIe siècle après J.-C. , soit six siècles avant la naissance de l'islam.

    Même pendant la présence occidentale, le blasphème, l'apostasie et le prosélytisme des non-musulmans étaient déjà considérés comme des crimes.

    Timothée Dufour

    La constitution afghane adoptée en 2004, rédigée avec l'aide d'un «éminent juriste français», comme l'avait relevé non sans fierté le gouvernement français dans une réponse à une question parlementaire publiée le 8 juillet 2004, se voulait certes rassurante. «La sainte religion islamique est la religion de la République Islamique d'Afghanistan. Les adeptes des autres religions sont libres, dans les limites de la loi, d'exercer et de célébrer leurs rites religieux», précisait le texte constitutionnel. Tel n'était hélas pas le cas dans la réalité : le blasphème, l'apostasie et le prosélytisme des non-musulmans étaient déjà considérés comme des crimes.

    Les organisations internationales avaient très vite pointé du doigt la situation difficile des chrétiens afghans, dont l'organisation Portes Ouvertes, une ONG qui œuvre dans plus de 60 pays pour soutenir les chrétiens privés de liberté religieuse et souffrant de persécution. Elle soulignait combien il était «impossible de vivre ouvertement en tant que chrétien en Afghanistan». Les prises de position d'élus afghans avaient confirmé le durcissement de leur situation, comme en témoigne un parlementaire afghan qui, le 9 septembre 2013, avait demandé que les musulmans qui se convertissent au christianisme soient mis à mort, en vertu de la charia, le droit islamique.

    La Cour européenne des droits de l'homme avait relevé la situation dramatique de la communauté chrétienne dans un arrêt du 5 novembre 2019. Les juges européens s'étaient opposés à une mesure d'expulsion décidée par la Suisse au motif que les personnes converties au christianisme, ou même simplement soupçonnées de l'être, «sont exposées à un risque de persécution qui peut prendre une forme étatique et conduire à la peine de mort».

    Dans ce contexte, quels changements la communauté chrétienne peut-elle espérer avec l'arrivée des talibans au pouvoir, vingt ans après avoir été chassés de Kaboul ?

    Les chrétiens afghans qui devront plus que jamais vivre leur foi dans l'ombre ne s'attendent pas à un simple durcissement de leurs conditions de vie, mais à une mort certaine, annoncée par avance.

    Les talibans revendiquent une application rigoriste de la charia dans la vie quotidienne, dont l'objet est de réislamiser les mœurs, la justice et l'ensemble des droits et des devoirs tant individuels que collectifs des individus.

    Leur sort est déjà connu au regard des années où les talibans étaient au pouvoir, entre 1996 et 2001, période pendant laquelle la loi islamique la plus stricte a été promulguée, interdisant jeux, musique, photographies, télévision. Les femmes n'avaient plus le droit de travailler, les écoles pour filles étaient fermées, les mains des voleurs étaient coupées, les chrétiens exécutés en public, les homosexuels écrasés sous un mur de briques, les femmes adultères lapidées à mort.

    Les témoignages récents confirment l'horreur réservée à la communauté chrétienne.

    Timothée Dufour

    Les témoignages récents confirment l'horreur réservée à la communauté chrétienne. «Les chrétiens risquent la trahison, même de la part des membres de leur propre famille», souligne l'article de Release International évoqué plus haut. Parmi les témoignages que l'on peut lire sur Twitter, l'auteur américaine Mindy Belz relaie les propos alarmants d'un responsable d'églises de maison en Afghanistan : «Une personne qui travaille avec les réseaux d'églises de maison en Afghanistan rapporte que ses dirigeants ont reçu hier soir des lettres des talibans les avertissant qu'ils savent où ils sont et ce qu'ils font».

    Les anciens maîtres du pays n'ont donc pas changé d'état d'esprit depuis la période 1996-2001, en tout cas dans leur interprétation de la charia à l'égard des chrétiens.

    Avant l'arrivée des talibans, l'Afghanistan était déjà le deuxième pays où les chrétiens sont le plus persécutés, selon l'Index mondial de persécution 2020, publié par Portes ouvertes. Demain, l'Afghanistan sera très certainement au coude-à-coude avec la Corée du Nord pour la première place de ce classement.

    «Non, les talibans n'ont pas changé de visage. Ils sont encore plus féroces. L'un de leur moteur, c'est la fracture sociale qui scinde la société afghane en deux», comme l'a rappelé Victoria Fontan, rectrice de l'Université américaine d'Afghanistan et spécialisée dans l'éducation, dans des pays en crise.

    Dans l'immédiat, nous ne pouvons que répondre présent au cri du cœur du Père Giovanni Scalese au micro de Radio Vatican, missionnaire barnabite d'origine italienne : « Priez, priez, priez pour l'Afghanistan ».

  • Afghanistan: l’inquiétude des chrétiens du Bangladesh

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    20 août 2021

    Afghanistan: l’inquiétude des chrétiens du Bangladesh

    Les communautés locales regardent avec angoisse les ouvertures de Dacca aux Talibans ; celles-ci risqueraient en effet de renforcer les groupes islamistes présents dans le pays.

    Après la Chine et la Russie, le Bangladesh s'est également ouvert aux Talibans. Ces derniers jours, le ministre bengali des Affaires étrangères, Abdul Momen, a déclaré aux médias que son gouvernement était prêt à reconnaître le nouveau régime de Kaboul s'il était «soutenu par le peuple afghan». Ces déclarations sont inquiétantes pour l'Église du Bangladesh, notamment en raison des répercussions que cette ouverture pourrait générer dans le pays.

    La crainte, en effet, est qu'elle ne donne une nouvelle impulsion aux mouvements islamistes radicaux liés à Al-Qaïda et à l’État islamique (EI), responsables ces dernières années de divers attentats, attaques et assassinats ciblés contre des missionnaires, des chefs religieux, des blogueurs et des coopérateurs bengalis. «Le Bangladesh a combattu l'extrémisme religieux militant importé par les moudjahidines et les Talibans afghans. Aujourd'hui, leur victoire et le soutien apporté par notre gouvernement au nouveau régime risquent de donner un sérieux coup de pouce aux militants islamistes au Bangladesh», s’inquiète le père Liton H. Gomes, secrétaire de la commission Justice et Paix de la Conférence épiscopale, interrogé par l'agence Ucanews.

    Des préoccupations partagées par le père Patrick Gomes, secrétaire de la Commission épiscopale pour l'unité des chrétiens et le dialogue interreligieux, qui met en garde contre la reconnaissance du nouveau gouvernement taliban. «Personne, pas seulement les catholiques, ne devrait soutenir un gouvernement extrémiste qui n'est bon pour aucune société ni aucun pays», a déclaré le prêtre, rappelant que des milliers d'Afghans tentent actuellement de fuir leur pays par peur des Talibans.

    Des islamistes de plus en plus influents

    Troisième plus grand pays à majorité musulmane au monde -après l'Indonésie et le Pakistan-, le Bangladesh a une longue tradition de modération et de tolérance, bien que l'Islam soit la religion officielle de l'État. Cependant, au cours des trois dernières décennies, les mouvements islamistes ont pris de l'ampleur, appelant à l'introduction de la Charia et d'une loi punissant le blasphème, aspirant à établir un État islamique au Bangladesh. Dans ce contexte, le pays est devenu un terrain fertile pour la propagande d'Al-Qaïda et de Daech, auxquels sont affiliées plusieurs organisations terroristes locales, comme Ansar al Islam Bangladesh, Ansarullah Bangla Team, le Jund al Taweedwal Khalifah et le Jamat ul Mujaheddin Bangladesh.  Les fondamentalistes ciblent les militants des droits de l'homme, les blogueurs, les intellectuels et les musulmans libéraux, mais aussi les travailleurs humanitaires et les missionnaires. Depuis 2013, une cinquantaine de personnes ont été tuées par ces groupes. Parmi les attaques les plus sanglantes figure celle perpétrée le 1er juillet 2016 par le groupe extrémiste New Jamaatul Mujahideen Bangladesh (Neo-Jmb) contre le Holey Artisan Bakery Café à Dhaka, qui a fait 22 victimes. En décembre de la même année, les forces antiterroristes bengalies avaient déjoué un attentat contre une église catholique de la capitale, prévu par la même organisation pour le jour de Noël. 

  • Le cardinal Wyszyński sera béatifié le 12 septembre

    IMPRIMER

    Le Pape Jean-Paul II et son compatriote, le cardinal Stefan Wyszyński

    Le Pape Jean-Paul II et son compatriote, le cardinal Stefan Wyszyński 

    De Vatican News :

    Pologne: béatification du cardinal Wyszyński le 12 septembre

    L’ancien primat de Pologne sera élevé à la gloire des autels le 12 septembre prochain. L’accès à la célébration sera limitée en raison de la crise sanitaire. Les évêques du pays appellent à l’union spirituelle et à a la prière.

    Dans moins d'un mois, la Pologne vivra la béatification du cardinal Stefan Wyszyński, qui fut le primat du pays. La cérémonie se déroulera à Varsovie, la ville qui abrite sa tombe, à midi, au Temple de la Divine Providence. Le cardinal Wyszyński, mort il y a quarante ans, le 28 mai 1981, a toujours été considéré à la fois comme un saint et un père de la patrie polonaise qu'il a défendue à la fois contre le nazisme et le communisme. Son amour pour l'Église lui valut la prison où, de 1953 à 1956, il fut soumis à la torture et à de nombreuses vexations. Le 19 décembre 2017, ses vertus héroïques ont été reconnues par le Pape François : deux ans plus tard, en 2019, un miracle dû à son intercession a été constaté, à savoir la guérison d'une jeune femme atteinte d'un cancer de la thyroïde.

    Au regard des restrictions liées à la pandémie de Covid-19, le comité organisateur de la béatification a fait savoir que seules les personnes munies d’une carte d’accès pourront assister à la cérémonie. La participation sera donc limitée aux «délégations diocésaines, groupes et institutions» associés au défunt cardinal.

    Le Pape François autorise la Congrégation pour les Causes des Saints à promulguer huit décrets reconnaissant notamment trois miracles, dont un attribué à l’ancien Primat de Pologne ...

    Soulignant donc que «le processus d'enregistrement des participants est terminé» et que «les différents diocèses ont déjà distribué les cartes d'inscription à la disposition des fidèles», le comité appelle à «ne pas organiser de groupes de paroisse pour participer à la béatification sans consulter les organisateurs». Il invite plutôt les fidèles «à l'union spirituelle et à la prière commune», précisant que, de toute façon, la célébration sera transmise en direct à la télévision, à la radio et en streaming sur internet.

    Le programme du 12 septembre prévoit l'ouverture du Temple de la Divine Providence aux fidèles à 9h, le début de la préparation spirituelle à 10h30, suivie de la Sainte Messe à 12h, présidée par le cardinal Marcello Semeraro, Préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints et légat du Pape, avec la participation de l'épiscopat polonais et des prêtres représentant les différents diocèses. Enfin, le comité d'organisation demande à tous les participants à la fête de respecter scrupuleusement les règles d'hygiène anti-Covid.

    Avec le cardinal Wyszyński, sera également béatifiée Mère Elżbieta Róża Czacka (1876-1961), fondatrice de la Congrégation des Sœurs franciscaines Servantes de la Croix qui se consacrent particulièrement au service des malvoyants.

    Vatican News Service - IP

  • Sur Aleteia : les chrétiens persécutés à travers le monde

    IMPRIMER

    D'Aleteia.org :

    Les chrétiens persécutés à travers le monde

    Pendant l'été, retrouvez le meilleur de Aleteia à lire ou à relire. Aujourd'hui, nos articles consacrés aux chrétiens persécutés à travers le monde.

    Agnès Pinard Legry

    Les dix pays où il est le plus difficile d’être chrétien

    Laurent Ottavi

    Dominique Reynié : « Le christianisme est la religion la plus persécutée du monde »

    Agnès Pinard Legry

    Chine : florilège des vexations quotidiennes que le régime communiste inflige aux chrétiens

    Agnès Pinard Legry

    Exacerbé par le Covid-19, l’inquiétant recul de la liberté religieuse dans le monde

    Agnès Pinard Legry

    Ils se font baptiser en secret au Bangladesh

    Agnès Pinard Legry

    Persécutions au Burkina Faso : « La peur est légitime. Et l’espérance aussi »

    Agnès Pinard Legry

    Les chrétiens du Sahel menacés par de nouveaux califats

    Agnès Pinard Legry

    Au Niger, le témoignage glaçant d’un chrétien enlevé par des djihadistes

    Agnès Pinard Legry

    Le dernier acte d’amour de sœur Gloria lors de son enlèvement au Mali

    Agnès Pinard Legry

    Enlevés, portés disparus… on est sans nouvelle de ces missionnaires

    Agnès Pinard Legry

    Pakistan : elle refuse de se convertir et de l’épouser, il l’abat en pleine rue

    Lauriane Vofo Kana

    Liberté religieuse : Turquie, Algérie, Inde… ces pays qui inquiètent les États-Unis

    Agnès Pinard Legry

    Les chrétiens du Pakistan sont-ils en train de disparaître ?

    Agnès Pinard Legry

    Pakistan : réduite en esclavage avant d’être placée dans un refuge, Farah a rejoint sa famille

  • Mgr Aupetit présidera le pèlerinage des prêtres déportés de l’Ile Madame

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Mgr Aupetit invité d’honneur du pèlerinage de l’Ile Madame

    L’archevêque de Paris sera présent à ce rassemblement diocésain qui, depuis un siècle, fait mémoire des prêtres qui furent déportés sur cette île charentaise, durant la Révolution française et le régime de la Terreur.

    Institué en 1910, ce pèlerinage commémore des évènements longtemps oubliés. En 1794, quelques 800 prêtres français ayant refusé de prêter serment à la Constitution civile du clergé sont emmenés vers les ports de l’Atlantique avant leur déportation vers le bagne. Ils seront finalement entassés dans deux anciens navires négriers, les deux-associés et le Washington. Destinés à partir pour la Guyane ou les côtes d’Afrique, ces bâtiments ne quittèrent pourtant pas le Golfe de Gascogne, d’où leurs noms de «pontons de Rochefort». Houspillés et maltraités, les prêtres n’en continuèrent pas moins de mener une activité religieuse en secret.

    Plus de 500 prêtres, laissés à l'abandon dans les cales des deux navires, mourront de typhus et du scorbut. En 1995, saint Jean-Paul II reconnut le martyre de 64 d’entre eux. «Beaucoup plus furent fidèles au Christ jusqu’au sacrifice de leur vie. Ces martyrs nous le rappellent en 2021: les catholiques d’aujourd’hui sont aussi appelés à la fidélité et au pardon», précise le diocèse de la Rochelle, organisateur du rassemblement, dans un communiqué.

    La 111e édition de ce pèlerinage aura lieu le 26 août et c’est donc Mgr Michel Aupetit qui le présidera, aux côtés de l’évêque de la Rochelle et Saintes, Mgr Georges Colomb. La journée s’ouvrira avec un temps de confession et de réconciliation puis à 11h, Mgr Aupetit célèbrera la messe, avec tous les prêtres du diocèse. L’après-midi sera consacrée à la procession vers la Croix des Galets, lieu emblématique de l’ile, où se tiendra ensuite une autre célébration.

  • Un témoin de la présence de Dieu : Edith Stein (9 août)

    IMPRIMER

    edith-stein.jpgSainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein)

    Carmélite déc., vierge, martyre, co-patronne de l'Europe (12 octobre1891 – 9 août 1942)

    Source : http://www.vatican.va/

    « Inclinons-nous profondément devant ce témoignage de vie et de mort livré par Edith Stein, cette remarquable fille d’Israël, qui fut en même temps fille du Carmel et sœur Thérèse-Bénédicte de la Croix, une personnalité qui réunit pathétiquement, au cours de sa vie si riche, les drames de notre siècle. Elle est la synthèse d’une histoire affligée de blessures profondes et encore douloureuses, pour la guérison desquelles s’engagent, aujourd’hui encore, des hommes et des femmes conscients de leurs responsabilités ; elle est en même temps la synthèse de la pleine vérité sur les hommes, par son cœur qui resta si longtemps inquiet et insatisfait, « jusqu’à ce qu’enfin il trouvât le repos dans le Seigneur » ». Ces paroles furent prononcées par le Pape Jean-Paul II à l’occasion de la béatification d’Edith Stein à Cologne, le 1er mai 1987.

    Lire la suite