Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Persécutions antichrétiennes

  • Être chrétien dans le monde : le refuge et le risque

    IMPRIMER

    Article de Pierre Manent lu  dans la revue mensuelle « La Nef » :

    Wurzburg-Baviere-Eglise-et-mairie-©Pixabay-620x330.jpg

    La situation actuelle rend le pari bénédictin désirable et plausible, mais il n’est pas sans risque de glissement vers le communautarisme. Et un chrétien ne peut fuir ses responsabilités d’ordre temporel, et notamment politiques.

    La situation présente de l’Église catholique dans notre pays me semble déterminée par les trois paramètres suivants : d’abord la diminution rapide de la présence sociale du catholicisme depuis les années 60, diminution quantitative qui approche d’un seuil où la disparition du fait catholique devient envisageable ; ensuite, l’irruption d’un facteur historiquement inédit, l’islam, qui occupe une place croissante, visiblement croissante, dans la société française ; enfin, l’intronisation de l’idéologie des droits de l’homme comme principe exclusif de la légitimité politique, sociale et morale, installant chaque « moi » dans une immanence sûre de son droit.

    De quelque côté que se tourne le catholique français, il voit gonfler une menace qui peut lui sembler insurmontable, venant simultanément de l’intérieur, de l’extérieur et de lui-même ! La tentation est grande de répondre à cette triple offensive par le recours à la stratégie éternelle du parti le plus faible : la défensive, le refuge dans une place forte. De fait, nous avons encore des ressources suffisantes pour construire une forteresse catholique de bonne apparence : à l’abri derrière ses remparts, nous ne serions plus démoralisés par l’indifférence ou l’hostilité de la société globale, les musulmans nous redeviendraient extérieurs et étrangers comme ils l’étaient encore il y a quarante ans, et en « serrant les boulons » d’une vie chrétienne délivrée des équivoques et des timidités, en formant entre nous cette « société chrétienne » que la France n’est plus, nous serions en mesure de réorienter nos vies en direction du Transcendant.

    Nécessité des appuis sociaux

    Ce dernier argument est à prendre au sérieux. En effet, aussi surnaturelle qu’elle soit dans sa source et ses ressorts intimes, la vie chrétienne dépend inévitablement d’appuis sociaux mis à notre disposition par l’organisation collective dont nous sommes membres : des lieux de culte, des moyens financiers, des administrateurs compétents, des pasteurs respectés, et en général tout ce qui contribue à l’autorité sociale de l’institution religieuse. C’est seulement lorsqu’ils sont soumis à une persécution systématique – une situation, on le sait, qui n’exclut pas une grande fécondité spirituelle – que les chrétiens sont entièrement privés de tels appuis. C’est d’ailleurs la nécessité de trouver de tels appuis qui jadis a conduit l’Église à réclamer l’aide du pouvoir politique, aide qu’elle a obtenue au prix souvent d’un obscurcissement de sa vocation propre qui a fait à son crédit une blessure incurable. Personne aujourd’hui ne réclame ni ne propose un tel appui politique. Il est inenvisageable. C’est pourquoi le dépérissement de la vitalité sociale de l’Église, cette vitalité sociale qui lui avait permis durant la première partie du siècle dernier de s’adapter avec quelque succès à son exclusion de la sphère politique, est un tel motif d’inquiétude ou d’angoisse pour les catholiques aujourd’hui, une inquiétude ou une angoisse qui rend l’« option bénédictine » désirable et plausible.

    Pourtant, si celle-ci aurait pour effet – c’est son propos – de concentrer les forces des catholiques et de leur redonner un sentiment de force, ce regain serait, je crois, de courte durée. Cette option me paraît présenter trois inconvénients.

    1.Tout regroupement défensif comporte un risque de fermeture sectaire, avec l’affaiblissement inévitable de l’exigence intellectuelle et même morale puisque nous serions désormais « entre nous ». Dès lors que nous renonçons à convaincre, persuader ou seulement intéresser ceux qui sont « dehors », un grand ressort de perfectionnement est perdu. En outre, nous prétendrions moissonner avant que ne soit parvenu à maturité ce renouveau de la vie intellectuelle catholique qui constitue l’aspect le plus encourageant de la situation présente du catholicisme.

    2.Étant entendu que nous avons besoin d’appuis collectifs ou sociaux, il ne faut pas exagérer leur contribution à la vie chrétienne. Quelle que soit la situation politique et sociale, mener une vie vraiment chrétienne reste la chose du monde la plus difficile et la plus improbable, elle reste ce fragile miracle qui éclaire et renouvelle incessamment la vie du monde. Si les catholiques ou en général les chrétiens sont sincères, ils admettent que de notre peu de foi, d’espérance et de charité, il n’y a pas d’autre responsable que notre peu de foi, d’espérance et de charité. Le seuil de la vie chrétienne n’est donc pas l’accusation du « monde » ou de la « société » mais la pénitence, « la conversion qui mène à la vie » (Actes, 11, 18).

    3. Il n’y a pas de remède, et il n’en faut point chercher, à la situation exposée du chrétien. Elle entraîne une double obligation, de fidélité à l’Église et de mission à l’égard du prochain, mission aussi urgente et périlleuse aujourd’hui qu’au temps des apôtres. Ne convoitons pas, craignons plutôt l’impression de force recouvrée que susciterait aisément un « rassemblement » catholique. L’autorité de Paul nous l’assure, nous sommes toujours assez nombreux pour que la force de Dieu se donne à voir dans notre faiblesse.

    Du reste, notre responsabilité de chrétiens n’est pas moins politique ou civique que proprement religieuse. Cette Europe qui nous tourne le dos, ne lui tournons pas le dos à notre tour. Si nous voulons donner un sens généreux à ce qui autrement risque de rester un slogan, les « racines chrétiennes de l’Europe », nous devons nous tenir pour responsables de ce qui se passe en Europe, co-responsables avec les autres citoyens préoccupés du sort commun, mais aussi spécialement responsables en tant que chrétiens qui revendiquent la part à nulle autre pareille – bien et mal mêlés – que leur religion a prise dans l’approfondissement de l’âme européenne.

    L’obligation civique des chrétiens

    C’est ici que surgit le nœud où se nouent le rapport de l’Église à elle-même, à sa vie propre, et son rapport à l’Europe. Les chrétiens ne sauraient se consacrer exclusivement à l’approfondissement de leur vie sacramentelle, aussi primordiale soit-elle. En tant que citoyens et en tant que chrétiens ils ne peuvent abandonner l’Europe à son sort. Ils ont une obligation inséparablement civique et chrétienne de préserver ce que, faute d’une meilleure expression, j’appelle la « marque chrétienne » de l’Europe. Or, l’infléchissement imposé par le présent pontificat a redoublé la difficulté de cette tâche. D’une part, ad intra, on obscurcit ou on « floute » la règle sacramentelle, on efface ces seuils qui donnent son sens et son relief à la vie intérieure de l’Église ; d’autre part, ad extra, on égalise les religions, on manifeste son indifférence à leur contenu dogmatique et moral, on se montre supérieurement indifférent à la composition religieuse de la population européenne. Ainsi les articulations politiques et religieuses du monde présent sont-elles ignorées ou brutalisées. Cette humanité politiquement et religieusement informe est le sujet et le véhicule d’une religion sans autre contenu qu’affectif ou sentimental. Dans une telle involution, l’affadissement de l’exigence religieuse ne fait qu’un avec l’obscurcissement du regard politique. On le voit, l’urgence pour les citoyens chrétiens de l’Europe n’est pas moins civique que religieuse. Il s’agit pour eux de préserver ou ranimer la marque chrétienne des nations européennes, et inséparablement de préserver ou ranimer la légitimité politique de celles-ci. Au lieu de chercher refuge dans une « petite société chrétienne », accepter d’être citoyen et chrétien dans la grande société, inhospitalière comme elle l’a toujours été.

    Pierre Manent

    © LA NEF n°303 Mai 2018, mis en ligne le 31 janvier 2023

  • Persécutions : des statistiques suffisent-elles à toucher le coeur des gens ?

    IMPRIMER

    De Louis Daufresne sur la Sélection du Jour :

    360 millions de chrétiens ont été « fortement persécutés et discriminés » en 2022

    Après Noël, des ONG tentent de réveiller l’opinion emmitouflée dans sa routine, son confort ou ses angoisses, pour plaider la cause des chrétiens persécutés dans le monde. Ce n’est pas gagné mais quels efforts ne fournissent-elles pas ! À coup chiffres, de courbes, de cartes, de rapports et de tables rondes, elles glissent sous nos yeux blasés une réalité que beaucoup de journalistes répugnent à voir et donc à montrer. La semaine prochaine, l'Aide à l'Église en Détresse (AED) organise sa 14e Nuit des Témoins où il sera fait mémoire des martyrs de l’année passée, du Tchad à la Birmanie et Haïti. Cet événement coïncide avec la publication, par l'ONG Portes Ouvertes, de l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens.

    Ce baromètre fait valoir que depuis 30 ans, le nombre de pays touchés a presque doublé« En 1993, date du premier classement, 40 pays étaient concernés, aujourd’hui on en compte 76 », relève Patrick Victor, directeur de Portes Ouvertes France-Belgique dont le siège est à Strasbourg. Né d’un père indien musulman et d’une mère allemande, Patrick Victor est sensible à la dimension multiculturelle. À ses débuts, en 1955, l'association Portes Ouvertes s'occupait des pays communistes. Son fondateur, un religieux baptiste néerlandais du nom de Frère André (alias Anne van der Bilj) y faisait passer des bibles en contrebande. Cet ancien soldat de l’armée coloniale en Indonésie voyagea en Pologne, en URSS, en Chine, dans des conditions parfois épiques. Il vient de mourir à 92 ans.

    Ce contact avec la clandestinité incline Portes Ouvertes à surtout s’intéresser aux pays où les chrétiens sont le plus persécutés. Dans le top 11 de l'« extrême » figurent la Corée du Nord, la Somalie, le Yémen, l’Érythrée, la Libye, le Nigeria, le Pakistan, l’Iran, l’Afghanistan, le Soudan et l’Inde, où « depuis l’arrivée de Narendra Modi au pouvoir, les attaques violentes contre les chrétiens ont drastiquement augmenté ». Le baromètre parle de « crimes d’honneur, de jets d’acide, de passage à tabac par des foules, de jeunes filles agressées sexuellement ».

    L’an dernier, 5.621 chrétiens ont été tués, 4.542 étaient détenus et 5.259 ont été enlevés. 2.110 églises ont été fermées, attaquées ou détruites. Les atteintes vont de l'« oppression quotidienne discrète » aux « violences les plus extrêmes ». Ce recensement mobilise quelque 4000 personnes à l’année ! Il s’agit de faire remonter l’information au plus juste pour que l’aide soit adaptée en conséquence. D’outil de travail, l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens est devenu un support de communication. L’an dernier, 360 millions de chrétiens ont ainsi été « fortement persécutés et discriminés » soit 1 sur 7. Ces statistiques suffisent-elles à toucher le cœur des gens ? Ici, on bute sur plusieurs obstacles :

    D’abord, il y a le périmètre de la persécution : comment savoir qu’elle s’exerce en raison de la foi ? Portes Ouvertes dit tenir une comptabilité fine, grâce aux remontées du terrain, village par village. Tout conflit autour d’un puits ou d’un cheptel, toute attaque djihadiste, ne figure pas dans l’index. Il faut que l’intention de nuire aux chrétiens en tant que tels soit avérée. « Il ne s’agit pas de faits divers sans lien les uns avec les autres », affirme l’ONG. On présume que les chiffres retenus sont plutôt un seuil qu’un plafond.

    Deuxième obstacle : le mur des mots. Beaucoup estiment que les chrétiens ne peuvent pas être discriminés, dans la mesure où l’Église est vue comme une institution utilisant son pouvoir « pour que [son] idée du Bien l’emporte sur la liberté des autres », ainsi que l’écrit Raphaël Enthoven dans une tribune sur l'euthanasie. Pourquoi la soutiendrait-on là-bas, alors que les bonnes consciences, de Roselyne Bachelot à La Libre Pensée, s'emploient ici à raser les églises de campagne et à déboulonner les statues de la Vierge ? Conséquence de cette posture : on refuse aux chrétiens persécutés le statut à la fois de minorités et de victimes. 

    Le troisième obstacle est un angle mort médiatique, celui de l’incarnation. Malgré l’abondance de témoignages sur les violences subies, les journalistes manquent d’histoires à raconter. La persécution des chrétiens ne débouche pas sur des affaires judiciaires retentissantes. Souvenez-vous d’Asia Bibi, paysanne du Pakistan accusée de blasphème envers l’islam. Sans procès ni condamnation à mort, sans emprisonnement ni assassinat collatéral, sans libération ni exfiltration, jamais son nom ne serait sorti de son pays. Ce feuilleton mobilisa pendant 10 ans (2009-2019) des avocats, des journalistes, des politiques. La cause prit les traits d'un visage.

    Songez à la séquence provoquée par le retour des « mères » djihadistes et de leurs enfants détenus en Syrie. Media rime avec sagas. Celles-ci offrent des mise en scène, permettent à l'émotion de se libérer et, ce faisant, d'influencer l'opinion. En moyenne, 14 chrétiens sont tués chaque jour au Nigeria. Il BHL s'était insurgé contre le silence entourant ce massacre. Privé de cet aspect humain, du cri, de la colère et des pleurs, tous les index du monde seront aussi froids et insipides qu’un dépliant bancaire.

    Pour aller plus loin :

    INDEX MONDIAL DE PERSÉCUTION DES CHRÉTIENS 2023

    >>> Lire sur Portes Ouvertes

  • Evocation de la famille Ulma, martyrisée par amour du prochain

    IMPRIMER

    D'Ermes Dovico sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    "Je vous parle de la famille Ulma, martyrisée par amour du prochain"

    20-01-2023

    La famille berceau de la foi, l'infinie dignité de la personne conçue, l'amour de Dieu, source de l'amour du prochain. Dans une interview accordée à La Bussola, le postulateur, le père Witold Burda, raconte l'histoire du couple Ulma et de ses sept enfants (dont un dans le ventre de sa mère), tués par les nazis pour avoir donné refuge à huit Juifs. Et explique comment le martyre de toute la famille a été reconnu.

    Wiktoria Niemczak Ulma con 5 dei suoi figli

    Wiktoria Niemczak Ulma avec cinq de ses enfants

    En décembre, l'Église a offert un grand cadeau aux fidèles et au monde entier en promulguant le décret reconnaissant le martyre du couple polonais Józef (Joseph) et Wiktoria (Victoria) Ulma et de leurs sept enfants qui ont été tués à Markowa le 24 mars 1944 - avec les huit Juifs qu'ils abritaient dans leur maison - par une escouade de gendarmes nazis. Cela signifie que bientôt, pour la première fois dans l'histoire, une famille entière, objet de dévotion depuis les premiers jours après leur mort, sera béatifiée. Et, également pour la première fois, un enfant encore dans le ventre de sa mère sera béatifié, puisque Wiktoria était enceinte le 24 mars, au stade final de sa grossesse. Cet enfant à naître, dont seul le Ciel connaît le nom, a ainsi reçu la palme du martyre, tout comme ses petits frères Stanisława (né en 1936), Barbara (1937), Władysław (1938), Franciszek (1940), Antoni (1941) et Maria (1942).

    Mais comment le martyre 'in odium fidei' est-il apparu ? La Bussola a interrogé le postulateur de la cause, le père Witold Burda.

    Père Burda, que savons-nous de la foi de la famille Ulma ?

    Józef et Wiktoria venaient de deux familles profondément chrétiennes. Les parents de Józef Ulma étaient des agriculteurs. L'un des frères de Józef, Władysław, témoigne : "Notre famille était simple, avec des parents croyants et une mère qui, dans les dernières années de sa vie, assistait à la Sainte Messe tous les jours. Nous étions quatre frères. Nos parents ont prié à la maison, et ensemble nous avons chanté un office dédié à la Vierge (...). Józef a également été élevé dans cette atmosphère spirituelle. Comme nous tous, il s'est approché des sacrements aux heures prévues".

    Nous disposons d'informations similaires sur Wiktoria et sa famille d'origine, où il était d'usage que quiconque s'adressait à eux reçoive de l'aide. Pour les fêtes, un colis contenant de la nourriture et d'autres choses était préparé pour les personnes dans le besoin.

    Ainsi, leurs familles respectives ont été le berceau de la foi de Józef et Wiktoria.

    Oui. Et en tant qu'enfants, ils ont voulu approfondir leur foi catholique, par la prière personnelle, la participation aux sacrements, en particulier la messe et la confession fréquente. En outre, ils étaient membres de plusieurs communautés religieuses et confréries existant alors à Markowa, leur ville natale. Ils se sentaient responsables du bien de la paroisse et de l'Église. Et tous deux, par exemple, appartenaient à la confrérie du Rosaire vivant.

    Lire la suite

  • Chrétiens persécutés : 15 tués par jour; l'Islam, principal responsable

    IMPRIMER

    D'Anna Bono sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    LE RAPPORT DE PORTES OUVERTES (Open Doors)

    Chrétiens persécutés, 15 tués par jour. L'Islam, la plus grande menace

    19-01-2023

    Publication de la World Watch List 2023. Plus de 360 millions de chrétiens subissent des niveaux élevés de persécution pour leur foi. En un an, 5 621 personnes ont été tuées, 4 542 arrêtées sans procès, 5 259 enlevées. Dans l'ensemble, on constate une augmentation du niveau de persécution. L'Asie et l'Afrique sont les continents les plus dangereux. Parmi les menaces figurent en premier lieu l'islam, le communisme en Amérique latine et le fondamentalisme hindou. La pression quotidienne au travail augmente et le "modèle chinois" se répand. Maillot noir : Corée du Nord.

    Les chiffres chocs de la persécution des chrétiens en 2022

    Plus de 360 millions de chrétiens souffrent de niveaux élevés de persécution et de discrimination en raison de leur foi : un sur sept et, répartis par macro-zones géographiques, un sur cinq en Afrique, deux sur cinq en Asie, un sur 15 en Amérique latine. C'est ce qui ressort du rapport 2023 de la section américaine de Portes Ouvertes, l'association internationale engagée depuis 1955 à soutenir les chrétiens en difficulté par la prière et l'aide matérielle, qui se charge depuis 1993 de publier la World Watch List (WWL), la liste des 50 États dans lesquels les chrétiens sont le plus gravement persécutés, accompagnée d'une mise à jour de la situation mondiale, portant sur une centaine de pays.

    Globalement, les données du rapport indiquent, pour la période considérée, qui va du 1er octobre 2021 au 30 septembre 2022, une certaine amélioration. Le nombre de chrétiens tués a légèrement diminué, passant de 5 898 à 5 621, soit une moyenne de 15 par jour. Il y a également moins de chrétiens arrêtés sans jugement et emprisonnés : 4 542 contre 6 175 dans le rapport précédent. Le nombre d'églises et de bâtiments connexes attaqués ou fermés a diminué de plus de moitié : 2 110 contre 5 110 en 2021, principalement en raison de la réduction du nombre de personnes touchées en Chine, où, toutefois, plus de 20 000 églises ont été fermées, endommagées ou détruites depuis 2016. En revanche, on constate une forte augmentation du nombre de chrétiens enlevés, qui est passé de 3 829 à 5 259, dont pas moins de 5 000 dans trois pays africains : le Nigeria, le Mozambique et la République démocratique du Congo.

    Cependant, au-delà des chiffres rapportés, on constate une nouvelle augmentation du niveau de persécution dans les 100 pays suivis par rapport à la période précédente et le plus élevé depuis la publication de la liste. On estime que près de 30 000 chrétiens ont été attaqués, battus ou harcelés avec des menaces de mort en raison de leur foi, mais il y a certainement beaucoup plus de cas qui ne sont pas signalés. La partie émergée de l'iceberg est également constituée par les attaques documentées contre des habitations (4 547) et des entreprises (2 210). Dévastatrice et en constante augmentation est ensuite la pression exercée sur les chrétiens au quotidien : discrimination au travail, exclusion ou difficulté d'accès aux services de base - école et santé - menaces et intimidations, manque de secours et d'aide en cas de crises et de catastrophes, omission de protection et d'assistance par les institutions, injustice légitimée.

    Au total, 76 États ont été considérés comme présentant un niveau de persécution élevé, très élevé ou extrême (les trois niveaux de gravité identifiés par Portes Ouvertes). De plus, comme dans les WWL 2021 et 2022, le niveau élevé de persécution disparaît dans les 50 pays du WWL : dans les 11 premiers, il est classé comme extrême, dans les 39 autres comme très élevé. Le phénomène de l'Église "réfugiée" prend également de l'ampleur : de plus en plus de chrétiens fuient pour échapper à la violence et à la discrimination et retrouver le droit de pratiquer leur foi sans risque. L'Église est particulièrement touchée au Moyen-Orient, où les communautés chrétiennes, menacées et sous pression, ne cessent de diminuer. Le nombre de pays qui adoptent le modèle chinois de contrôle centralisé de la liberté religieuse est en augmentation, souligne le rapport. La Chine, classée 16e dans le WWL (" gagnant " une position), est également en train de " forger une alliance internationale pour redéfinir les droits de l'homme ". Si l'Asie est le continent où il est le plus dangereux et le plus difficile d'être chrétien, Portes Ouvertes souligne enfin qu'en Afrique subsaharienne, la violence antichrétienne a atteint une intensité sans précédent, le Nigeria se confirmant comme "l'épicentre" des décès, qui passent de 4 650 à 5 014.

    Dans WWL 2023, la Corée du Nord, où toute liberté religieuse est refusée, revient à la première place. Dans la WWL 2022, il avait été remplacé par l'Afghanistan des talibans, qui a maintenant chuté à la neuvième place. Ce n'est pas parce qu'il persécute moins les chrétiens, explique Portes Ouvertes, mais parce que de nombreux chrétiens ont été tués ou ont fui en 2021 et qu'aujourd'hui le régime, concentré sur la consolidation de son pouvoir, a cessé de rechercher les survivants, qui sont néanmoins contraints de vivre dans la clandestinité la plus totale. Huit des onze pays où la persécution est extrême sont des pays à majorité musulmane. La liste est complétée par l'Érythrée, un pays que Portes Ouvertes appelle "la Corée du Nord de l'Afrique", et l'Inde, où les chrétiens sont de plus en plus victimes de l'intolérance des fondamentalistes hindous. L'Islam, qu'il soit majoritaire ou non, est responsable de persécutions classées très haut dans 28 des 39 Etats et représente donc, et cela se confirme, de loin la plus grande menace pour les chrétiens.

    Quant aux zones géographiques, l'Asie avec 27 pays et l'Afrique avec un total de 19 sont les continents où l'intolérance, la violence et la haine religieuse sont les plus répandues. L'Amérique latine est représentée par quatre pays : Cuba, la Colombie et le Mexique ont été rejoints par le Nicaragua, où la répression gouvernementale s'est intensifiée depuis 2018. À Cuba, le régime communiste est responsable de la persécution. En Colombie et au Mexique, en revanche, ce sont les groupes criminels et les chefs ethniques qui menacent les chrétiens, qui sont persécutés ne serait-ce que pour s'être opposés à la criminalité, par exemple en incitant les jeunes à ne pas rejoindre les gangs criminels et en essayant de leur offrir des alternatives avec des possibilités d'éducation et d'emploi.

    Aucun pays européen n'est dans la WWL 2023, et ne l'a jamais été. L'espoir est que l'Europe le sache et veuille continuer à protéger ses chrétiens.

  • La junte birmane a brûlé et détruit l'église historique de l'Assomption à Chan Thar

    IMPRIMER

    De Francis Khoo Thwe sur AsiaNews :

    17/01/2023

    La junte a brûlé et détruit l'église historique de l'Assomption à Chan Thar.

    Le lieu de culte construit en 1894 avait une valeur historique "inestimable" pour les catholiques et les non-catholiques. Avant d'y mettre le feu, les soldats l'ont outragée en buvant et en fumant à l'intérieur. Les catholiques et les bouddhistes vivent en harmonie dans la région depuis des siècles. L'année dernière, le village a été attaqué quatre fois par des miliciens, sans qu'il y ait eu d'affrontements ou de provocations. 

    Yangon (AsiaNews) - La junte militaire birmane a lancé une nouvelle attaque contre les catholiques du Myanmar, brûlant l'un des plus anciens et des plus importants lieux de culte du pays. Dans le collimateur des militaires se trouvait l'église historique de Notre-Dame de l'Assomption, dans le village de Chan Thar, Ye U, district de Shwe Bo, division de Sagaing. Construit en 1894 et fort de 129 ans d'existence, il a accueilli le baptême de celui qui allait devenir le premier évêque de Birmanie.

    Une nouvelle blessure pour la minorité religieuse, après que deux avions de chasse de l'armée de l'air ont mené un raid dans l'État Karen ces derniers jours, détruisant une église et tuant cinq personnes dont un enfant.

    La première présence catholique dans la région, qui fait référence au diocèse de Mandalay, remonte à environ 500 ans et le village de Chan Thar lui-même est né et s'est développé grâce au travail des descendants des catholiques portugais qui l'ont ensuite habité pendant des siècles. Depuis le coup d'État militaire de février 2021 qui a renversé le gouvernement démocratique dirigé par Aung San Suu Kyi - aujourd'hui en état d'arrestation - et rendu le pouvoir à l'armée, les soldats ont déjà attaqué la zone à quatre reprises. Nombreux sont ceux - dans le pays et à l'étranger - qui considèrent l'église comme un "site historique inestimable".

    Dans le village, la population a toujours été majoritairement catholique, dispersée dans 800 maisons, en contact étroit et en harmonie avec deux centres bouddhistes voisins. L'année dernière, les militaires ont mis le feu aux maisons de Chan Thar le 7 mai et une deuxième fois un mois plus tard, le 7 juin 2022, détruisant 135 bâtiments. Le troisième assaut a eu lieu le 14 décembre, juste avant le début des célébrations de Noël ; le dernier a eu lieu il y a quelques jours, le 14 janvier 2023, lorsque les hommes de la Tatmadaw (forces armées) ont rasé et brûlé presque toutes les maisons. 

    Des sources locales, sous couvert d'anonymat, rapportent que les soldats ont attaqué et mis le feu "sans raison apparente", car aucun affrontement ou combat n'avait lieu dans la zone, et sans aucune provocation. Les soldats étaient stationnés dans la zone située devant l'église depuis le 14 janvier au soir et, avant de quitter la zone, ils ont commis une "atrocité" en mettant le feu au bâtiment et en "brûlant complètement" l'église, la maison du curé et le couvent séculaire, qui s'est effondré après avoir été enveloppé par les flammes. 

    L'église de Notre-Dame de l'Assomption était une source de fierté pour les catholiques du Haut-Myanmar, non seulement en raison de sa tradition séculaire, du baptême du premier évêque et de la naissance de trois autres archevêques et de plus de 30 prêtres et religieuses. Le lieu de culte était en effet un patrimoine historique et culturel pour tout le pays, y compris les bouddhistes, et la preuve en est le climat de coopération fraternelle qui s'est instauré entre les différentes communautés. L'église, le clocher et d'autres bâtiments ont été détruits dans la matinée du 15 janvier. Les soldats du gouvernement, selon un témoin oculaire, ont également "outragé" le caractère sacré du lieu en "pillant, buvant de l'alcool et fumant" à l'intérieur. 

    En réaction à cette attaque, plusieurs prêtres birmans ont lancé sur les réseaux sociaux des appels à prier pour le pays et pour la communauté chrétienne elle-même. En revanche, il n'y a eu aucune déclaration officielle de la part de l'archidiocèse de Yangon et du Card. Charles Bo. Dans son message aux fidèles publié il y a quelques jours à l'occasion de la nouvelle année, le cardinal avait déclaré le mois de janvier "mois du cessez-le-feu", s'adressant à toutes les parties - y compris les militaires - leur demandant de "faire taire leurs armes" et de "croire en une solution pacifique". Il avait souligné la valeur du "dialogue" dans la résolution des conflits et appelé à la reprise du processus de paix de Panlong. Un appel, comme on peut le constater ces jours-ci, qui est tombé dans l'oreille d'un sourd du côté de Naypyidaw.

    Lire également : Trois églises détruites par la junte birmane dans la région de Sagaing et dans l’État Karen

  • Des attaques contre des églises, des chrétiens tués au Congo et au Nigeria

    IMPRIMER

    D'Anna Bono sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Attaques contre des églises, chrétiens tués au Congo et au Nigeria

    17-01-2023

    Deux graves épisodes de violence contre les chrétiens, au Congo et au Nigeria. Au Nord-Kivu (Congo), une église a été attaquée par des hommes armés pendant les services du dimanche. Dix-sept personnes ont été tuées jusqu'à présent dans une attaque djihadiste. Au Nigeria, le père Achi est mort dans l'incendie d'une église provoqué par des inconnus. 

    Ce dimanche dernier, le 15 janvier, a été marqué en Afrique par deux graves épisodes de violence contre les chrétiens. En République démocratique du Congo, l'église pentecôtiste de Kasindi, une ville de la province orientale du Nord-Kivu, près de la frontière avec l'Ouganda, a été attaquée par des hommes armés qui y ont fait exploser une bombe artisanale. Un service religieux dominical avait lieu à ce moment-là et le bâtiment était très fréquenté. Un premier bilan fait état d'au moins 17 personnes tuées et de dizaines de blessés. Les autorités congolaises ont immédiatement condamné "l'acte terroriste ignoble", exprimé leurs plus sincères condoléances à l'Église pentecôtiste et se sont dites certaines que les Forces démocratiques alliées (ADF), un groupe armé ougandais affilié à Isis, l'État islamique, étaient responsables, "avec toutes les preuves". La confirmation est venue quelques heures plus tard lorsque l'attaque a été revendiquée par l'Iscap (Province d'Afrique centrale de l'État islamique) dans un communiqué dans lequel le groupe djihadiste se vante de "dizaines de chrétiens morts et blessés" et annonce d'autres attaques.

    Les trois provinces orientales de l'Ituri, du Nord-Kivu et du Sud-Kivu ne connaissent pas la paix depuis près de 30 ans. Ils continuent, même après la fin des guerres civiles qui ont ravagé le pays de 1996 à 2007, à être ravagés par des dizaines de groupes armés qui vivent du pillage, du braconnage et de la contrebande des minéraux précieux dont le pays est extraordinairement riche. Certains ont des liens avec les conflits qui ont éclaté dans les pays voisins, l'Ouganda, le Rwanda et le Burundi, et en sont le prolongement. L'ADF en fait partie. Il a été créé dans les années 1990 en Ouganda pour lutter contre le gouvernement du président Yoweri Museveni, accusé de persécuter la population musulmane. Vaincu par l'armée ougandaise en 2001, il a migré vers le Nord-Kivu. Jusqu'en 2014, ses activités étaient sporadiques. Les attaques se sont ensuite intensifiées et le groupe est désormais considéré comme l'un des plus dangereux groupes armés actifs dans l'est du Congo. Son chef, Musa Seka Baluku, a prêté serment d'allégeance à Isis en 2016, mais ce n'est qu'en avril 2019 que l'État islamique a revendiqué pour la première fois une attaque commise par l'ADF et proclamé la naissance de l'Iscap, que le Mozambique a ensuite rejoint avec le groupe Ansar Al-Sunna Wa Jamma. Les ADF opèrent au Nord-Kivu, dans des territoires comprenant la capitale provinciale, Beni, avec des incursions occasionnelles dans l'Ituri voisin. Si ses cibles les plus fréquentes sont les soldats gouvernementaux et les casques bleus de la Monusco, la mission de paix présente dans le pays depuis 2010, elle a tué depuis le début de l'année 2021 au moins 200 civils, principalement des chrétiens, et mis en fuite près de 40 000 personnes.  

    L'autre épisode de violence s'est produit au Nigeria, dans l'État du Niger, au centre-nord du pays. Des hommes armés ont attaqué la résidence de l'église catholique Saint-Pierre-et-Paul dans le village de Kifin-Koro, dans la zone gouvernementale de Paikoro, pendant la nuit. Ne pouvant entrer dans le complexe paroissial, ils y ont mis le feu. Le père Isaac Achi, qui se trouvait à l'intérieur, a été brûlé vif. Son cadavre a été retrouvé dans les décombres. L'un de ses confrères, le père Collins, a été blessé par des tirs alors qu'il tentait de s'échapper et se trouve actuellement à l'hôpital.

    L'identité des auteurs de l'attaque n'a pas encore été établie. On avait émis l'hypothèse qu'il pourrait s'agir de criminels de droit commun, car l'État du Niger ne fait plus partie de ceux dans lesquels Boko Haram et Iswap, les deux groupes islamistes qui ont leurs bases dans l'extrême nord-est, sont habituellement actifs. En outre, des centaines de gangs armés opèrent aujourd'hui en toute impunité dans le pays, se livrant à des vols, des cambriolages et des enlèvements à des fins d'extorsion. Les religieux chrétiens sont de plus en plus souvent victimes d'enlèvements et d'agressions. Cependant, le père Collins a déclaré avoir entendu les attaquants invoquer Allah et crier des slogans djihadistes. Il s'agirait donc d'une attaque djihadiste. D'autre part, les cinq personnes qui ont été enlevées dans les mêmes heures dans l'État de Katsina, au nord-ouest du pays, alors qu'elles s'apprêtaient à assister à un service religieux, pourraient en fait être victimes de vulgaires voyous.

    Le père Achi était président de la branche locale de l'Association chrétienne du Nigeria. Il y a 12 ans, il avait survécu à une attaque de Boko Haram. Le jour de Noël 2011, un kamikaze s'était fait exploser dans l'église catholique dédiée à sainte Thérèse à Madalla, une banlieue de la capitale fédérale Abuja. Trente-sept personnes ont été tuées et 57 blessées. Le père Achi, cependant, s'en est sorti indemne et a ensuite officié lors du service commémoratif pour les victimes. Selon le journal nigérian Daily Trust, qui a publié une notice nécrologique, le père Achi a ensuite subi et échappé à plusieurs autres attaques, dont un enlèvement à des fins d'extorsion. C'est un moment très triste, a commenté le gouverneur de l'État du Niger, Sani Bello, si un prêtre est tué, et de cette façon, cela signifie que personne n'est en sécurité. Les terroristes sont devenus fous. Une action drastique est nécessaire pour mettre un terme à ce carnage permanent". Des élections générales auront lieu au Nigeria le 25 février, mais il est à craindre que, pour des raisons de sécurité, il ne soit pas possible de se rendre aux urnes dans certaines régions du pays.

  • Plus de 360 millions de chrétiens victimes d'un niveau élevé de persécution et de discrimination à cause de leur foi

    IMPRIMER

    Du site de l'organisme de défense des chrétiens persécutés dans le monde "Portes Ouvertes" :

    Plus de 360 millions de chrétiens subissent un niveau élevé de persécution et de discrimination à cause de leur foi.

    En se limitant aux 50 pays qui figurent dans l’Index mondial de persécution, ce ne sont pas moins de 312 millions de chrétiens qui sont confrontés à des niveaux très élevés ou extrêmes de persécution. En consultant les profils de ces pays, vous découvrirez pour chacun d’eux des informations, des histoires et des sujets de prières, ainsi que des moyens de soutenir l’église persécutée par la prière et l'action.  En savoir plus sur l’Index mondial de persécution.

  • Un prêtre nigerian est mort brûlé dimanche après que des bandits aient mis le feu à son presbytère

    IMPRIMER

    De Courtney Mares sur Catholic News Agency :

    Nigerian priest

    Un prêtre catholique brûlé à mort au Nigeria
     
    Le père Isaac Achi, un prêtre catholique nigérian, a été assassiné dans l'État du Niger le 15 janvier 2023. | Diocèse de Minna

    15 janvier 2023

    Un prêtre catholique est mort brûlé dimanche après que des bandits aient mis le feu au presbytère de sa paroisse dans le nord du Nigeria.

    Le corps du père Isaac Achi a été retrouvé dans le presbytère carbonisé de l'église catholique Saints Pierre et Paul le 15 janvier, selon le diocèse catholique de Minna, au Nigeria.

    Il est mort après que des bandits armés ont attaqué la résidence du prêtre dans le village de Kafin Koro à 3 heures du matin. Un autre prêtre du presbytère, le père Collins Omeh, a échappé au bâtiment, mais a été blessé par balle et est soigné dans un hôpital.

    Alhaji Sani Bello Abubakar, le gouverneur de l'État nigérien du Niger où l'attaque a eu lieu, a qualifié l'attaque d'"impie et inhumaine" et a ordonné aux agences de sécurité locales de poursuivre les assaillants, selon le Daily Post.

    "C'est un moment triste, pour un prêtre d'être tué de cette manière signifie que nous ne sommes pas tous en sécurité, ces terroristes ont perdu la tête, et une action drastique est nécessaire pour mettre fin à ce carnage en cours", a déclaré Bello.

    Achi était le curé de l'église catholique Saints Peter et Paul où il est mort. Il était également président de sa branche locale de l'Association chrétienne du Nigeria (CAN).

    "Que l'âme du très révérend père Isaac Achi et les âmes de tous les fidèles décédés reposent dans une paix parfaite", a déclaré le diocèse de Minna dans un communiqué partagé par le Nigeria Catholic Network.

    Courtney Mares est correspondante à Rome pour la Catholic News Agency. Diplômée de l'université de Harvard, elle a travaillé dans des bureaux de presse sur trois continents et a reçu la bourse Gardner pour son travail avec les réfugiés nord-coréens.

  • Mali : des communautés chrétiennes sous la menace djihadiste

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    AFRIQUE/MALI - Le drame du village de Douna, menacé par les djihadistes

    12 janvier 2023

    Bamako (Agence Fides) - " La situation est toujours bloquée. Nous continuons à prier pour nos frères tout en espérant que les efforts de médiation seront couronnés de succès pour permettre aux fidèles de continuer à vivre en paix ", déclare à l'Agence Fides Mgr Jean Baptiste Tiama, évêque de Mopti, décrivant la situation de la communauté chrétienne de Douna (paroisse de Barapireli) menacée par les djihadistes.

    "Depuis quelque temps, le village de Douna est menacé par les djihadistes. Le 4 janvier, ils sont à nouveau revenus dans le village pour obliger les deux communautés chrétiennes à fermer leurs églises ", indique un communiqué du diocèse de Mopti daté du 5 janvier, parvenu à l'Agence Fides. "Il est désormais interdit de faire sonner les cloches, de jouer des instruments de musique et de prier dans les églises. Ce qui est encore plus inquiétant, c'est que les djihadistes demandent aux chrétiens de pratiquer la religion musulmane" souligne le diocèse de Mopti, qui invite les fidèles "à persévérer dans la prière pour vaincre les forces du mal".

    Dans la région de Mopti, dans le centre du Mali, quatorze soldats maliens ont été tués et onze blessés le 9 janvier lors d'affrontements avec des djihadistes. De son côté, l'armée malienne affirme avoir neutralisé "31 terroristes".

    Le Mali subit depuis 2012 des violences commises par différents groupes djihadistes. Le centre du pays est l'un des foyers de violence qui s'est étendu aux pays voisins, le Burkina Faso et le Niger, et se propage vers le sud. Il y a tout juste 10 ans, le 11 janvier 2013, la France lançait l'opération Serval pour repousser l'offensive djihadiste qui menaçait d'engloutir le pays. Aujourd'hui, la situation a changé. Les militaires qui ont pris le pouvoir avec un putsch en 2020, suivi d'un second coup d'État en 2021, se sont détournés de leur ancien allié et partenaire français, et se sont tournés militairement et politiquement vers les Russes.

    La junte a lancé une opération centrée sur le centre du Mali fin 2021, affirmant avoir contraint les djihadistes en fuite à s'enfuir. Cependant, un rapport de son Secrétaire général, présenté au Conseil de sécurité le 9 janvier, indique que les conditions de sécurité ont continué à se détériorer entre juin et décembre 2022 dans le centre du Sahel, "en particulier au Burkina Faso et au Mali". "Au Mali, après le départ des forces internationales, les groupes armés ont progressé dans l'est du pays, prenant le contrôle de vastes zones frontalières avec le Niger", peut-on lire dans le rapport. (LM)

    (Agence Fides 12/1/2023)

  • La liberté religieuse des catholiques en Chine est en danger

    IMPRIMER

    De Franca Giansoldati sur Il Messaggero via Il Sismografo :

    Les États-Unis mettent en garde le Vatican : "La liberté religieuse des catholiques en Chine est en danger".

    "Je ne crois pas que le pape François soit aveugle à ce qui se passe en Chine, je pense plutôt qu'il n'est pas pleinement informé". Nury Turkel, avocat américain d'origine ouïgoure et actuel président de la Commission américaine pour la liberté religieuse, ne cache pas sa "déception" face à l'ouverture de crédit que le Vatican continue d'accorder à Pékin malgré les nouvelles décourageantes provenant de nombreuses zones intérieures, où les catholiques qui refusent de souscrire aux règles édictées par l'Association patriotique (l'Église contrôlée par le Parti communiste) ont de gros problèmes avec la loi. Menaces, contrôles étouffants, pressions et, dans certains cas, restriction de leur liberté, pouvant aller jusqu'à la prison. Ce n'est pas la persécution musclée des camps de détention des Ouïghours, la minorité musulmane de Chine, mais la situation concernant le manque de liberté religieuse qui est également jugée alarmante par plusieurs cardinaux, missionnaires et évêques.

    Ce matin, M. Turkel a eu un long entretien au Vatican avec le ministre des affaires étrangères du pape François, Monseigneur Paul Gallagher, pour discuter des effets négatifs de l'accord diplomatique signé avec le gouvernement de Pékin il y a quatre ans, dans le but de normaliser les nominations d'évêques. Ce qui s'est partiellement produit, même si le gouvernement de Pékin, suggère Turkel, tente ainsi de "siniser la religion" de manière rampante, en orientant le choix vers des évêques presque aplatis par le parti communiste. "Le problème de cet accord reste son caractère secret. Le gouvernement de Pékin ne veut pas que cela se sache". La ligne de conduite du gouvernement chinois consiste à exercer une pression constante sur les chefs religieux, afin de guider la diffusion de la doctrine communiste par le biais de nominations. "Dommage que la religion soit autre chose et qu'elle se base sur la Parole, la Bible, les livres saints et non sur les directives du parti".

    Lors de la longue conversation au Vatican avec Monseigneur Gallagher, la grande question de Taïwan n'a pas été abordée. Pour le Saint-Siège, il s'agit d'un nœud diplomatique qui traîne en longueur depuis des années : l'île considérée comme rebelle par Pékin entretient des relations diplomatiques complètes avec le Saint-Siège depuis 1949, lorsque l'arrivée au pouvoir de Mao Tsé Toung a entraîné l'expulsion du nonce apostolique de l'époque, M. Riberi, qui a dû se réfugier à Formose. Les Chinois font depuis longtemps pression sur le Vatican pour qu'il révise les accords diplomatiques avec Taïwan, en déplaçant la nonciature de Taipei à Pékin, mais cette hypothèse ne semble pas se profiler à l'horizon pour le moment. "Nous n'avons pas parlé de ce sujet, le temps a manqué. Nous nous sommes uniquement concentrés sur les questions liées à la "liberté religieuse".

    Nury a ensuite raconté son histoire à un groupe de journalistes invités à l'ambassade des États-Unis. Il est lui-même né dans un camp de rééducation pendant la révolution culturelle chinoise : sa mère a été emprisonnée alors qu'elle était enceinte, tandis que son père était détenu dans un autre camp de travail agricole. "J'ai perdu mon père en avril de cette année et je n'ai même pas pu le pleurer".

    M. Nury a également qualifié d'"homme de paix et de courage" le cardinal émérite de Honk Kong, Zen Ze Kiung, qui a récemment été condamné par un tribunal pour avoir aidé des manifestants lors de manifestations contre l'introduction d'une législation sur la sécurité dans l'ancien protectorat britannique. Le cas de Zen pour moi reste emblématique. Selon lui, il n'y a toutefois aucun signe indiquant que le Vatican souhaite annuler l'accord avec la Chine.

  • Selon un rapport, les persécutions antichrétiennes risquent d'empirer en Asie en 2023

    IMPRIMER

    Du site des Missions Etrangères de Paris :

    Les persécutions antichrétiennes risquent d’empirer en Asie en 2023 selon un rapport

    11/01/2023

    Selon un nouveau rapport du groupe chrétien œcuménique Release International (RI), publié le 28 décembre et portant sur les perspectives d’évolution des persécutions contre les chrétiens à travers le monde en 2023, la situation risque d’empirer dans au moins sept pays asiatiques (Chine, Corée du Nord, Inde, Pakistan, Afghanistan, Malaisie et Iran), où les chrétiens sont visés par des persécutions et des restrictions qui sont présentées comme particulièrement sérieuses en Chine, en Inde et en Corée du Nord.

    Le 24 novembre 2021 dans la cathédrale de Manille, illuminée à l’occasion du Mercredi Rouge, une campagne mondiale organisée par l’AED sur la liberté religieuse et la persécution des chrétiens.

    La persécution des chrétiens dans sept pays asiatiques, dont la Chine, risque d’empirer en 2023 à cause de pressions politiques et de positions religieuses radicales, selon le dernier rapport de l’organisation chrétienne œcuménique Release International (RI), basée au Royaume-Uni.

    Le rapport, intitulé Persecution Trends et publié le 28 décembre 2022, évoque la Chine, la Corée du Nord, l’Inde, le Pakistan, l’Afghanistan, la Malaisie et l’Iran parmi une liste de nations où les chrétiens rencontrent des persécutions, selon une information publiée le 4 janvier par Radio Free Asia (RFA).

    Le rapport du groupe souligne un contrôle renforcé par le président chinois Xi Jinping sur les chrétiens, alors que l’État les considère comme des citoyens « non patriotiques » dans différents messages officiels. « Le gouvernement, sous Xi Jinping, veut tout contrôler, et actuellement, le christianisme n’est pas autant sous contrôle qu’il le voudrait », précise l’organisation, qui cite une source anonyme.

    « Le christianisme y est présenté comme inacceptable dans un pays athée et communiste, plutôt que comme une croyance acceptable mais minoritaire », poursuit Release International. Celui-ci évoque de nombreux rapports de responsables chrétiens et de fidèles arrêtés ou interrogés à cause de leurs activités en Chine. L’augmentation du nombre de chrétiens accusés d’activités financières ou religieuses illégales est également signalée par l’organisation comme un indicateur de la persécution des chrétiens dans la nation communiste.

    Selon le rapport, Pékin a envoyé des messages clairs et forts aux jeunes, aux enseignants et aux parents en affirmant que « la religion nuira à leur éducation » et en leur demandant de dénoncer aux autorités toute personne engagée dans des activités religieuses. Le groupe évoque aussi des entreprises chinoises qui retirent des offres d’emploi en cas de postulants exprimant des « croyances chrétiennes ».

    Lire la suite

  • Les chrétiens d'Arménie confrontés à une crise humanitaire

    IMPRIMER

    De Jack Baghumian et Lara Setrakian sur First Things :

    Les chrétiens d'Arménie confrontés à une crise humanitaire

    9 janvier 2023

    Laissée à la maison avec des réserves de nourriture en baisse, Roza Sayadyan se bat pour savoir comment elle va nourrir ses enfants dans les jours à venir. Roza vit dans le Nagorno-Karabakh, une région d'Azerbaïdjan où vivent 120 000 chrétiens arméniens. Depuis le 12 décembre, la principale route menant à la région est bloquée par des manifestants soutenus par le gouvernement azerbaïdjanais, ce qui entrave le transit normal de nourriture, de médicaments et d'autres fournitures vitales et risque de provoquer une catastrophe humanitaire pour Roza et des milliers de familles comme la sienne.

    "Nous essayons de créer un environnement tel que les enfants ne voient pas ce qui se passe ou, du moins, ne se rendent pas compte de la gravité de la situation", nous a-t-elle dit lors d'un entretien téléphonique, tout en ajoutant qu'il était hors de question de fêter Noël (célébré le 6 janvier dans l'Église arménienne) avec un quelconque sentiment de normalité.

    Comme de nombreux Arméniens du Haut-Karabakh, une foi chrétienne profonde a contribué à renforcer Roza pendant la crise. Sa paroisse locale s'efforce de répondre aux besoins de la communauté et se réunit chaque soir pour prier à l'église. "La foi est ce qui maintient les gens ensemble", dit-elle.

    Dans la ville voisine de Martuni, le père Hovhan Hovhannisian s'efforce de prendre soin de sa communauté. La fréquentation de son église a augmenté de 40 %, les paroissiens recherchant la fraternité en ces temps difficiles. Sans accès à l'essence, les voitures ne peuvent pas circuler, et sa paroisse ressent la pénurie de nourriture. Chaque jour, il doit prendre des décisions difficiles sur la façon de distribuer le peu qu'ils ont.

    "Nous essayons d'être aux côtés des gens", a-t-il déclaré. "Les familles viennent à l'église et apportent leurs restes - un supplément de farine, de l'huile de cuisson - et l'église les distribue aux familles qui en ont le plus besoin, ce qui, bien sûr, est une décision difficile." Il prie pour qu'un pont aérien humanitaire soit mis en place pour transporter des fournitures et évacuer les personnes ayant besoin de soins médicaux.

    Pour le moment, il n'y a qu'une faible possibilité de résoudre la crise. Les États-Unis, l'Union européenne et d'autres pays ont appelé l'Azerbaïdjan à lever le blocus et à rouvrir le corridor de Lachin. Des responsables américains ont mis en garde contre une "crise humanitaire importante" si le corridor reste fermé. Le pape François a exprimé son inquiétude quant aux "conditions humanitaires précaires de la population, qui risquent encore de se détériorer pendant la saison hivernale".

    Lire la suite