Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Persécutions antichrétiennes

  • Bruxelles, 15 octobre : projection du film retraçant l’histoire et la vie du bienheureux cardinal Iuliu Hossu victime du communisme

    IMPRIMER

    De catho-bruxelles.be :

    PROJECTION DU FILM «CARDINALUL », 15 OCTOBRE

    Invitation au film « Le Cardinal » – sous-titré en français

    Le Samedi 15 octobre 2022, à l’Église Royale Sainte-Marie de Bruxelles aura lieu la projection du film « Cardinalul », réalisé par Nicolae Mărgineanu.

    Le film révèle au grand public l’histoire et la vie du bienheureux cardinal Iuliu Hossu, en insistant tout particulièrement sur la période passée en prison suite à son incarcération par le régime communiste. Malgré les pressions incessantes à abjurer son Église, le film nous montre l’histoire d’un homme qui jusqu’au bout est demeuré fidèle à sa foi catholique.

    Après le visionnage du film, les enfants de la communauté nous réservent un petit programme artistique.

    La soirée s’achèvera par un verre d’amitié.

    L’entrée est libre. Soyez les bienvenu(e)s !

    Regarder la bande d’annonce ici.

    Date / Heure
    Date(s) - 15 octobre 2022
    18h00 - 19h00

    Lieu
    Église Royale Sainte-Marie de Bruxelles
    Pl. de la Reine
    1030 Schaerbeek

  • Le Synode "d'écoute" du Vatican pourrait ne pas entendre l'Église persécutée

    IMPRIMER

    Du journaliste Bree A. Dail :

    Le Synode "d'écoute" du Vatican pourrait ne pas entendre l'Église persécutée

    Dans quelle mesure le Vatican est-il convaincu que les données fournies sont réellement représentatives de la voix des fidèles... en particulier de celle des persécutés ?

    14 septembre 2022

    CITÉ DU VATICAN - En octobre 2021, le pape François a annoncé une initiative mondiale au sein de l'Église catholique - un " Synode sur la synodalité ". Un an après le début de cette initiative de deux ans, les préoccupations concernant l'accessibilité et l'intégrité des réponses des églises persécutées, comme en Chine, pèsent lourdement sur le Vatican.

    Pour ce "Synode sur la synodalité", le Vatican a donné des instructions pour que, de 2021 à 2023, la hiérarchie qui dirige les quelque 2 900 diocèses catholiques dans le monde et les églises missionnaires supplémentaires encourage et "écoute" les 1,36 milliard de catholiques dont elle a la charge. Elle le fera au moyen de questionnaires adressés aux paroisses et de convocations de groupes. Les questions porteraient sur les préoccupations des fidèles concernant l'état de l'Église et du monde, leurs discernements sur les domaines dans lesquels (ou si) l'Église devrait changer et s'adapter, et leurs suggestions sur la manière dont un tel changement pourrait avoir lieu. "Il n'est pas nécessaire de créer une autre Église", a déclaré le pape à l'ouverture du synode, "mais de créer une Église différente".

    Pourtant, le flou présenté, intentionnellement, par le Vatican sur le développement de ce synode "d'écoute" a apparemment laissé en périphérie les pays où la persécution des chrétiens a conduit à des églises "souterraines" - comme en Chine, dans certaines régions d'Afrique, au Pakistan et en Iran. Le clergé, déjà accablé par le ministère d'une Église qui souffre, est maintenant contraint de rivaliser avec les riches Églises d'Europe occidentale et d'Amérique pour avoir la chance d'être entendu. Dans certaines églises, on se demande en outre si une infiltration politique musclée - comme celle du Parti communiste chinois dans son "Église patriotique" établie - produira de véritables réponses de la part des fidèles. 

    Les dirigeants du Vatican insistant sur le fait que "l'apprentissage au fur et à mesure" était le seul moyen d'obtenir une réponse authentique, quelles mesures ont été prises pour protéger l'intégrité des réponses contre la manipulation ou le filtrage ? 

    L'opportunité pour les mauvais acteurs de changer l'église de l'intérieur pourrait-elle être un prix trop important pour être gaspillée ? 

    Peut-on être sûr que les résultats actuels présentés - comme dans le cas de l'Allemagne - sont légitimement représentatifs de la "vox populi", ou sont-ils ceux d'activistes (qui ne sont pas sans rappeler ceux de la Réforme) cherchant à créer une nouvelle Église ?

    À la fin du mois dernier, les membres de la direction supervisant ce "Synode sur la synodalité" ont tenu une conférence de presse pour le corps de presse du Saint-Siège, discutant des résultats qui avaient été soumis au Vatican par des pays tels que l'Allemagne et la France ; les processus en cours à Oceana ; la clôture de la "phase diocésaine" initiale de l'initiative mondiale et le lancement de la deuxième phase (ou "continentale"). 

    Lire la suite

  • Etes-vous abonné à "L'Eglise dans le monde"?

    IMPRIMER

    2022_09_21_07_41_46_Greenshot.png

    D'Amélie Berthelin sur le site de l'Aide à l'Eglise en détresse :

    Connaissez-vous le magazine d'actualité sur les chrétiens
     
    L'ÉGLISE DANS LE MONDE ?
     
    Depuis 50 ans, l'AED décrypte l'actualité de l’Église locale dans notre revue L’Église dans le monde. Porte-parole des chrétiens, ce magazine, unique en son genre, rend compte de leur vie quotidienne, où détresse et espérance se mêlent.
     
    Dans 150 pays, des contacts de confiance nous transmettent des informations exclusives. L’Église dans le monde, rédigée par des journalistes en lien avec des populations oubliées, propose des analyses géopolitiques, des témoignages et des reportages, illustrés de photos prises sur le terrain.
     
    S'il vous plaît, témoignez autour de vous de ce qui nous arrive ! " nous exhortait encore ce matin Mgr Wilfred Anagbe, du diocèse de Makurdi au Nigeria. Il est de notre devoir d’être le porte-parole des chrétiens dans le monde et de transmettre leur témoignage. Combien cela les réconforte lorsque nous leur assurons qu’en France et ailleurs nous parlons d'eux, nous témoignons pour eux!
     
    En recevant 5 fois dans l’année notre revue L’Église dans le monde, vous pourrez ainsi mieux connaître vos frères chrétiens. Aujourd’hui, nous avons besoin de vous pour que les chrétiens de tant de régions du monde ne soient pas oubliés.
     
    Je vous invite à devenir leur porte-parole en vous abonnant à notre magazine (30 €/an) et en le faisant connaître autour de vous.
     
    Pour découvrir le magazine, je vous offre le dernier numéro à lire ici. Partez à la découverte de l'Église aux quatre coins de la planète et venez rencontrer des chrétiens du monde entier.
    Abonnez-vous à L'Eglise dans le monde.
     
    Vous pouvez aussi nous envoyer vos impressions en répondant aux questions ci-dessous. Votre avis est essentiel pour nous !
     
    Bonne lecture et à très bientôt,
     
    Amélie Berthelin
    Rédactrice en chef
    L'Église dans le monde
     
  • Libye : un converti condamné à mort pour apostasie

    IMPRIMER

    Du site Meconcern.org :

    Libye : Un converti condamné à mort pour apostasie

    12 sept. 2022

    Les chrétiens libyens nous demandent instamment de prier pour un converti au christianisme condamné à mort par une cour d'appel dans une ville de l'ouest de la Libye.
    Le jeune homme, qui a accepté Jésus il y a environ quatre ans, a été arrêté par des milices et détenu à plusieurs reprises au cours des dernières années. Elles ont essayé de le forcer à abjurer sa foi, mais il a refusé. En raison de l'absence d'État de droit et d'organismes officiels chargés de faire respecter la loi en Libye, les milices font office de police, de services de renseignements et d'armée.

    La Libye n'a pas de loi contre l'apostasie, ce qui signifie que les convertis sont généralement jugés pour trahison. Toutefois, ce tribunal a fondé sa décision sur une loi promulguée par le Congrès national général, l'organe législatif élu entre 2012 et 2014. Selon cette loi, un apostat de l'islam doit être exécuté s'il ne se rétracte pas.

    Toutes les lois promulguées par le Congrès national général ont été annulées par l'actuel Parlement de Tobrouk, élu en 2014. Cependant, dans le cadre d'une lutte de pouvoir continue entre les administrations basées à Tripoli et à Tobrouk, la Cour suprême de Tripoli a déclaré illégal le parlement basé à Tobrouk. Cela laisse aux tribunaux la liberté de choisir d'appliquer encore les lois annulées.

    Le converti a été tenu de publier le verdict dans un journal local et sur une station de radio locale, ainsi que de l'afficher à l'extérieur de sa résidence et du tribunal. Il n'a pas bénéficié d'une représentation légale pendant la procédure.

  • Empêchons la pendaison d'Ashfaq Masih pour sa foi en Jésus

    IMPRIMER

    De Valeurs Actuelles via le site "Veillez!" :

    EMPÊCHONS LA PENDAISON D'ASHFAQ MASIH POUR SA FOI EN JÉSUS

    AU PAKISTAN, UN CHRÉTIEN ACCUSÉ DE BLASPHÈME CONDAMNÉ À MORT

    16/07/2022

    Le 4 juillet, Ashfaq Masih, un chrétien pakistanais, a été condamné à mort pour blasphème. Tout au long de son procès, il n’a cessé de clamer son innocence.

    C’est une histoire pour le moins sordide. Un chrétien pakistanais du nom d’Ashfaq Masih a été condamné à mort le 4 juillet dernier, après avoir été accusé de blasphème par la justice, relaye Infochrétienne, vendredi 15 juillet. Lors de son procès, pourtant, l’homme de 36 ans n’a cessé de clamer son innocence et de marteler qu’il était la victime de fausses accusations.

    Dans cette affaire, tout a commencé en 2017, avec une dispute entre Ashfaq Masih et un client musulman, rappelle le site d’actualités. Dans le détail, ledit client avait refusé de payer la réparation de son vélo, arguant qu’il était un dévot musulman soufi. L’avocat du chrétien, Riaz Anjum, a précisé dans la presse que celui-ci avait « rejeté la demande [du client de la boutique], disant qu’il suivait seulement Jésus et qu’il n’était pas intéressé par les statuts religieux des musulmans ». Après cette altercation, le chrétien avait été arrêté par la police locale. Il lui avait été reproché d’avoir manqué de respect au prophète Mahomet.

    Tout au long de son procès, le trentenaire a toujours revendiqué son innocence. Il a démenti les accusations portées à son encontre, arguant avoir été piégé par le propriétaire de la boutique dans laquelle il travaillait : Muhammad Ashfaq. Selon lui, ce dernier se serait associé avec son concurrent direct, dans le but de lui nuire. « Muhammad Ashfaq avait fait pression sur Masih pour qu’il quitte le magasin, ignorant les appels de ce dernier à ne pas déplacer son entreprise en cours », a confié son avocat, cité par Infochrétienne.

    Les accusations de blasphème sont monnaie courante

    Le magistrat a par ailleurs rappelé au juge qu’aucun blasphème ne figurait dans le premier rapport d’information. Ainsi, cette allégation aurait été faite par Muhammad Ashfaq lorsqu’il a fait sa déclaration à la police. Un élément qui n’a pas permis d’innocenter Ashfaq Masih, à l’issue du procès. Le juge l’a condamné à mort.

    Au Pakistan – un pays classé en huitième position dans l’Index mondial de persécution des chrétiens 2022 de l’ONG Portes Ouvertes – les accusations de blasphèmes sont nombreuses. D’après cette organisation, les chrétiens pakistanais « vivent sous la menace des lois sur le blasphème qui sont souvent utilisées contre eux ». Au quotidien, « ils peuvent être injustement accusés, arrêtés, emprisonnés, voire condamnés à mort, par simple jalousie ou pour régler des conflits personnels ».

    Source : valeursactuelles.com

    Cliquer ici pour signer la pétition pour sauver la vie d'Ashfaq Masih. Cliquer ici.

  • Corneille et Cyprien (16 septembre)

    IMPRIMER

    IMAG0053.jpgAprès la mort du pape Fabien (20 janvier 250) qui fut une des premières victimes de la persécution de Dèce, la vacance du siège apostolique se prolongea pendant quinze mois au bout desquels, en mars 251, le clergé et les fidèles de Rome (environ trente mille personnes) purent enfin se réunir pour élire pape le prêtre romain Corneille, fils de Castinus. Saint Cyprien écrivit à un autre évêque, à propos du pape Corneille : Il a passé par toutes les fonctions de l’Eglise, il a bien servi le Seigneur dans les divers emplois qui lui ont été confiés, en sorte qu’il n’est monté au faîte sublime du sacerdoce qu’en gravissant tous les degrés ecclésiastiques. Malheureusement, une partie de la communauté romaine refusa l’élection de Corneille au profit du savant Novatien, prêtre ordonné par le pape Fabien, qui refusait énergiquement de réconcilier les lapsi[1] que Corneille absolvait pouvu qu’ils reconnussent leur faute et fissent pénitence ; ce schisme s’étendit à toute l’Italie, à la Gaule et à l’Afrique où Cyprien de Carthage soutenait vigoureusement Corneille. A l’automne 251, Corneille réunit un synode où siégèrent soixante évêques, qui excommunia Novatien[2], mesure qui, grâce à Fabius d’Antioche et à Denys d’Alexandrie, fut adoptée en Orient. Ces évènement n’empéchèrent pas le pape Corneille d’organiser le clergé de Rome et les institutions caritatives.

    Lire la suite

  • L'ECLJ présente un nouveau rapport sur “La persécution des chrétiens ex-musulmans en France et en Europe”

    IMPRIMER

    Titre

    Madame, Monsieur,

    L'ECLJ (European Centre for Law & Justice) est fier de vous présenter son nouveau rapport sur “La persécution des chrétiens ex-musulmans en France et en Europe” (cliquez ici pour lire).

    Depuis mars 2021, l’ECLJ va à la rencontre d’anciens musulmans convertis au christianisme, en France et dans d’autres pays européens. Partout le constat est le même : si quitter l’islam est déjà difficile, se convertir au christianisme est encore plus dangereux.

    De nombreux convertis nous ont témoigné des menaces et violences qu’ils ont subies en raison de leur amour pour le Christ. Des convertis sont battus, des jeunes filles sont séquestrées ou renvoyées « au bled » pour y être mariées de force… Souvent, les liens familiaux sont rompus : le converti doit se résigner à tout quitter pour suivre le Christ : sa famille, son emploi, son quartier. Il sont plusieurs centaines chaque année à témoigner ainsi de leur foi, souvent dans l’indifférence des pouvoirs publics, mais aussi, trop souvent, des autres chrétiens.

    Un tel contrôle social et une telle violence ne sont pas acceptables en Europe: la liberté de quitter l’islam doit être garantie.

    Téléchargez et partagez ce rapport sur cette page de notre site internet.

    Signez notre pétition pour la défense de la liberté de religion

  • Une religieuse italienne victime du terrorisme islamique au Mozambique

    IMPRIMER

    D'Almudena Martínez-Bordiú sur CNA :

    Une religieuse missionnaire italienne tuée au Mozambique

    9 sept. 2022

    Sœur Maria De Coppi, une sœur missionnaire combonienne, a été assassinée par des terroristes islamistes mardi au Mozambique, où elle avait servi comme missionnaire pendant près de 60 ans. L'attaque au cours de laquelle Sœur Maria de Coppi, 83 ans, a été abattue a eu lieu dans la nuit du 6 septembre à Chipene. Lors de l'attaque de la mission, qui a duré cinq heures, les terroristes ont saccagé et brûlé l'église, l'école, le centre de santé, les logements, la bibliothèque et les véhicules de la mission.

    "Ils ont tout détruit", a déclaré l'évêque Alberto Vera de Nacala à l'organisation caritative pontificale Aide à l'Église en détresse. "Les assaillants ont brisé le tabernacle et vandalisé une partie de la sacristie, à la recherche de tout ce qu'ils pouvaient trouver - probablement de l'argent", a-t-il ajouté. 

    Le président mozambicain Filipe Nyusi a déclaré : "Le 6 septembre, à la suite d'attaques terroristes, six citoyens ont été décapités, trois kidnappés, six terroristes capturés et des dizaines de maisons incendiées dans les districts d'Erati et de Memba, dans la province de Nampula."

    Les terroristes fuyaient les soldats du Mozambique, du Rwanda et de la Communauté de développement de l'Afrique australe.

    La mission de Chipene comprenait deux prêtres missionnaires italiens, les pères Lorenzo Barro et Loris Vignadel, et au moins trois religieuses étrangères : deux Italiennes et une Espagnole. Tous, à l'exception de Sœur Maria, ont survécu à l'attaque. L'internat de la mission a été évacué de ses 35 élèves masculins et de la plupart de ses 45 élèves féminines, selon l'Aide à l'Église en détresse. Les religieux avaient accueilli des personnes déplacées fuyant les groupes terroristes islamistes.

    L'organisme de bienfaisance pontifical a rapporté que "selon les rapports de témoins oculaires ... les terroristes étaient arrivés au couvent des sœurs et les avaient forcées à partir. Les autres religieuses s'étaient enfuies avec les filles, mais Sœur Maria, qui était sur le point de quitter la maison, a soudainement pensé aux petits qui pouvaient encore être dans la maison et est revenue. C'est alors qu'ils l'ont abattue".

    Selon le Corriere del Veneto, Sœur Maria a laissé un message vocal à sa nièce, Gabriella Bottani, peu avant sa mort. Dans ce message, la religieuse explique à sa nièce que la situation s'est compliquée car "le groupe qu'ils appellent al-Shabaab, les insurgés, est très proche." "Vendredi, ils ont attaqué un endroit de notre paroisse et il semble qu'hier un groupe soit entré ici, et ils sont très proches. Il semble qu'ils soient armés, ils ont déjà enlevé des gens, ils ont tué des gens. Partout où ils passent, ils commettent des massacres", a expliqué Sœur Maria. Elle a ensuite déclaré que "tous les gens ici fuient, s'enfuient. Aujourd'hui, un Père m'a dit que les filles du [pensionnat] devaient rentrer chez elles et que les quatre aspirants comboniens devaient aussi rentrer à Nampula parce qu'il y a du danger". "La situation est triste, très triste", poursuit le missionnaire. "Tous les gens dorment dehors dans la forêt, parmi les plantes ; ceux qui le peuvent vont dans les villes d'Alua, de Mazua, et dans les centres où ils sont un peu plus protégés. Mais beaucoup de gens dorment encore dehors, dans les bois. C'est triste".

    Sœur Maria a répété plusieurs fois que c'est "une situation très triste" et que "tout le monde s'échappe : les infirmières, les prêtres, tout le monde." "Ils sont en train de tirer ici. Nous nous reverrons au paradis. Ils brûlent la maison. Si vous n'avez plus de nouvelles de moi, j'en profite pour m'excuser de mes manquements et pour vous dire que je vous aimais beaucoup. Souvenez-vous de moi dans la prière", a dit Sœur Maria. " J'ai pardonné à ceux qui me tueront ", a-t-elle ajouté. "Faites de même. Un câlin de ma part."

    Cette histoire a d'abord été publiée par ACI Prensa, le partenaire d'information en langue espagnole de CNA. Il a été traduit et adapté par CNA.

    Almudena Martínez-Bordiú est correspondante à Rome pour ACI Prensa et EWTN.

  • Le cardinal Zen, grand oublié du Consistoire

    IMPRIMER

    Du Sismografo :

    Le Cardinal Muller au Pape : "Le Cardinal Zen sera jugé par la Chine, que le Vatican ne le sacrifie pas à la raison d'Etat".

    Cardinal Joseph Zen Ze-kiun

    Le Cardinal Muller au sujet de la récente réunion des cardinaux au Vatican : "Peut-être étaient-ils trop occupés à chanter les louanges d'une constitution apostolique déjà en vigueur et désormais non modifiable, un texte qui n'a jamais été soumis à l'examen du Collège des Cardinaux. Je dis cela ironiquement, avec une pointe d'amertume. C'est comme si nous étions traités comme des étudiants du premier semestre, comme si nous avions besoin d'être endoctrinés, mais je ne veux pas faire de "polémique".

    (Franca Giansoldati - Il Messaggero) Le silence du Vatican sur le sort du cardinal émérite de Hong Kong, le Chinois Joseph Zen ze-Kiun, absent de Rome car assigné à résidence pour avoir élevé la voix contre Pékin en défendant les droits de l'homme tant à Hong Kong qu'en Chine, a pesé comme un rocher sur le consistoire qui vient de s'achever avec la quasi-totalité des cardinaux du monde - un événement qui ne s'était pas produit depuis 2014. "Le mois prochain, il y aura un procès injuste. Personne n'a soulevé la question très sérieuse de notre frère Zen. Ni par le doyen, le cardinal Re, ni par le secrétaire d'État, Parolin, ni par le pape. Il n'y a eu aucun document de solidarité, aucune initiative de prière pour lui".

    Dans une interview accordée à Il Messaggero, le cardinal Gerhard Muller, théologien renommé et ancien préfet de la Congrégation de la foi, rédacteur de l'opera omnia de Joseph Ratzinger.

    Pensez-vous que Zen a été abandonné à son sort parce qu'il est un personnage encombrant, puisqu'il défend les catholiques chinois appartenant à l'Église clandestine non alignée sur le parti communiste, ou y a-t-il autre chose qui se passe ?

    "J'espère qu'il ne sera pas abandonné. Le Consistoire extraordinaire aurait été l'occasion de déclarer la pleine solidarité avec Zen au nom de tous les cardinaux du Collège".

    Au lieu de cela, que s'est-il passé ?

    "Rien du tout. Il y a évidemment des raisons politiques de la part du Saint-Siège qui empêchent de telles initiatives. Je fais référence à l'accord pour le renouvellement des évêques signé récemment avec le gouvernement Xi. Je suis désolé de le dire, mais nous ne pouvons pas ne pas soumettre les intérêts du Saint-Siège et de l'État du Vatican à la dimension ecclésiale et à la vérité".

    Dans quel sens ?

    "Peut-être l'Église devrait-elle être plus libre et moins liée à la logique du pouvoir, mondain, et par conséquent plus libre d'intervenir et, si nécessaire, de critiquer les hommes politiques qui finissent par supprimer les droits de l'homme. Dans ce cas, je me demande pourquoi ne pas critiquer Pékin. Zen est un symbole et a été arrêté sous un prétexte, il n'a rien fait, c'est un personnage énergique, courageux et très craint par le gouvernement. Il a plus de 80 ans et nous l'avons laissé de côté".

    Lire la suite

  • 2 septembre : les martyrs de septembre 1792

    IMPRIMER

    1906026849.jpg"Après la chute de la Monarchie le 10 août 1792, la fièvre monte à Paris. De nombreux suspects sont arrêtés : laïcs, prêtres séculiers, religieux, souvent réputés réfractaires, même si ce n’est pas le cas de tous. Environ 350 ecclésiastiques sont ainsi incarcérés, dont plus de la moitié étrangers à la capitale. Entre le 2 et le 5 septembre, des bandes armées d’hommes et de femmes envahissent les prisons parisiennes pour se livrer à l’exécution collective des détenus au couvent des Carmes, à l’abbaye de Saint-Germain, au séminaire Saint-Firmin, aux prisons de la Force, rue Saint-Antoine.

    Le couvent des Carmes, avec son très vaste enclos, est le premier et le plus symbolique théâtre des tueries. Au témoignage de l’abbé Saurin, jésuite rescapé, le contraste est saisissant entre la sérénité qui règne au-dedans, parmi les ecclésiastiques prisonniers, groupés autour de trois évêques, et, au dehors, le hurlement de la foule, les canonnades, les roulements de tambour, et finalement, le 2, vers quatre heures du soir, le tocsin de Saint-Sulpice qui donne le signal aux émeutiers. La tuerie qui a commencé dans le jardin s’achève, après un simulacre de jugement, au pied du petit escalier faisant communiquer la chapelle, où les prisonniers ont d’abord reflué et se sont mutuellement donné l’absolution, et le jardin. " Je n’ai entendu se plaindre aucun de ceux que j’ai vu massacrés " écrira l’abbé de la Pannonie, blessé et rescapé de la tragédie des Carmes.

    Parmi les 3 000 victimes de septembre 1792, 191 personnes mortes pour leur foi ont été béatifiées par Pie XI le 17 octobre 1926. 86 prêtres étaient membres du clergé parisien. Les quatre laïcs et de nombreux religieux béatifiés appartenaient aussi à l’Église de Paris."

    http://viechretienne.catholique.org/saints/3806-bienheureux-martyrs-de-septembre

  • Inde (Punjab) : actes de vandalisme contre une église catholique

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/INDE - Actes de vandalisme contre une église catholique au Punjab

    31 août 2022 

    Patti (Agence Fides) - Des actes de vandalisme et d'intimidation ont pris place contre une communauté catholique dans l'état indien du Punjab, au nord de l'Inde. Une statue de la Vierge Marie a été endommagée et le véhicule d'un prêtre a été brûlé à Patti. Comme l'a expliqué à Fides le père Thomas Poochalil, curé de la paroisse, l'incident s'est produit dans les premières heures du 31 août 2022, peu après minuit, près de l'église catholique de l'Enfant Jésus, dans le diocèse de Jalandhar. Une foule de militants non identifiés a frappé la statue de la Pieta devant l'église, et a mis le feu à une voiture. La foule a lancé des slogans tels que : "Nous sommes Khalistanais". Le mouvement du Khalistan est un mouvement séparatiste sikh qui cherche à créer une patrie pour les sikhs en établissant un État souverain, appelé "Khalistan", dans la région du Pendjab.

    "Le personnel de la police a été informé et l'enquête est en cours. Nous demandons le soutien et la prière en ce moment choquant pour tous ceux d'entre nous qui resteront sur le campus", rapporte le père Poochalil. "Nous demandons l'intercession de notre patronne, Notre Dame Reine de la Paix, pour que la paix et la tranquillité règnent et que, dès que possible, les auteurs soient traduits en justice", ajoute-t-il.

    Ces dernières années, des violences ciblées contre les églises et leur personnel, tels que les prêtres, les religieuses, les pasteurs et les chrétiens, ont été signalées dans plusieurs États de l'Inde. Toutefois, le gouvernement fédéral nie l'existence d'"actes de violence ciblés" à l'encontre des chrétiens. Le United Christian Forum (UCF), un groupe de réflexion réunissant des chrétiens de diverses confessions, a recensé pas moins de 127 cas de violence contre des chrétiens au cours des 103 premiers jours de 2022 en Inde, alors que 486 cas d'attaques ont été documentés en 2021. En Inde, 2,3 % des quelque 1,4 milliard d'habitants sont chrétiens.

    (SD-PA) (Agence Fides 31/8/2022)

  • " Desiderio desideravi ", paix ou guerre liturgique ?

    IMPRIMER

    Roche images (6).jpgVers une guerre de cent ans? La « chasse aux tradis » et la volonté d’en découdre est obstinément à l’œuvre dans la curie romaine:

    Comme l’observe justement le mensuel « La Nef ,  « Desiderio desideravi, la Lettre apostolique du pape François, est une belle réflexion sur la liturgie, mais deux courts passages confirment en effet la dureté de son Motu Proprio «Traditionis custodes » au lieu d’en atténuer le trait :

    « Le pape François a publié le 29 juin dernier une Lettre apostolique, "Desiderio desideravi", « sur la formation liturgique du peuple de Dieu ».

    Après Traditionis custodes « écrit uniquement aux évêques », François a souhaité s’adresser « aux évêques, prêtres et diacres, aux personnes consacrées et aux fidèles laïcs » pour seulement partager « quelques réflexions sur la liturgie » sans chercher à être exhaustif et aborder la théologie de la messe comme Jean-Paul II l’avait fait dans Ecclesia de Eucharistia en 2003. Ces réflexions, où perce l’influence de Romano Guardini souvent cité, ne manquent pas de souffle.

    D’emblée, le pape explique que les premiers chrétiens, autour des apôtres et de la Vierge Marie, avaient conscience que la Cène du Seigneur n’était pas qu’une représentation : « Dès le début, l’Église avait compris, éclairée par l’Esprit Saint, que ce qui était visible en Jésus, ce qui pouvait être vu avec les yeux et toucher avec les mains, ses paroles et ses gestes, le caractère concret du Verbe incarné, tout de Lui était passé dans la célébration des sacrements » (n. 9). La liturgie est le lieu de rencontre par excellence avec le Christ : « Dans l’Eucharistie et dans tous les Sacrements, nous avons la garantie de pouvoir rencontrer le Seigneur Jésus et d’être atteints par la puissance de son Mystère Pascal. […] Le Seigneur Jésus qui, immolé sur la croix, ne meurt plus, et qui, avec les signes de la passion, vit pour toujours, continue à nous pardonner, à nous guérir, à nous sauver avec la puissance des Sacrements » (n. 11). C’est pourquoi le pape insiste sur la nécessité de l’émerveillement devant le mystère pascal qui doit être « l’émerveillement devant le fait que le dessein salvifique de Dieu nous a été révélé dans la Pâque de Jésus (cf. Ep 1, 3-14) dont l’efficacité continue à nous atteindre dans la célébration des “mystères”, c’est-à-dire des sacrements » (n. 25). Cela appelle à soigner la liturgie sans tomber dans le ritualisme : « La redécouverte continuelle de la beauté de la liturgie n’est pas la poursuite d’un esthétisme rituel qui ne prend plaisir qu’à soigner la formalité extérieure d’un rite ou se satisfait d’une scrupuleuse observance des rubriques. Il va de soi que cette affirmation ne vise nullement à approuver l’attitude opposée qui confond la simplicité avec une banalité débraillée, l’essentialité avec une superficialité ignorante, ou le caractère concret de l’action rituelle avec un fonctionnalisme pratique exaspérant » (n. 22).

    Le cœur du texte insiste sur « la nécessité d’une formation liturgique sérieuse et vitale », de façon à « retrouver la capacité de vivre pleinement l’action liturgique » qui « était l’objectif de la réforme du concile » (n. 27). Pour François, on n’approche pas du mystère du Christ par « une assimilation mentale d’une idée quelconque, mais en un engagement existentiel réel avec sa personne. En ce sens, la liturgie n’a pas pour objet la “connaissance”, et sa portée n’est pas essentiellement pédagogique, même si elle a une grande valeur pédagogique (cf. Sacrosanctum concilium n. 33). La liturgie est plutôt une louange, une action de grâce pour la Pâque du Fils dont la puissance atteint nos vies. La célébration concerne la réalité de notre docilité à l’action de l’Esprit qui opère par elle jusqu’à ce que le Christ soit formé en nous (cf. Ga 4, 19). La pleine mesure de notre formation est notre conformation au Christ » (n. 41).

    Lire la suite