Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Persécutions antichrétiennes

  • Egypte : une nouvelle victime chrétienne des jihadistes de l'Etat islamique

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    19 avril 2021

    Un chrétien copte et deux membres d’une tribu locale tués au Sinaï

    Des jihadistes du groupe État islamique (EI) au Sinaï en Égypte ont tué par balles un chrétien égyptien et deux hommes d'une tribu, selon une vidéo de leur exécution diffusée sur les réseaux sociaux.

    La vidéo publiée samedi 17 avril par le groupe jihadiste responsable de nombreuses exactions montre l'exécution effroyable de trois hommes: on y voit un chrétien copte égyptien de 62 ans tué à bout portant par un jihadiste s'en prenant aux chrétiens d'Égypte, qu'il accuse de soutenir l'armée égyptienne.

    Dans un communiqué diffusé dimanche, l'Église copte a identifié l'homme exécuté comme Nabil Habashi Salama, en précisant que ce copte avait été enlevé il y a cinq mois par «des éléments takfiris», terme utilisé pour désigner des islamistes extrémistes.

    Dans la même vidéo, deux jeunes présentés comme des membres de la tribu locale des Tarabine sont également tués par balles dans le désert. Ils sont accusés par les jihadistes d'avoir pris part à des combats au côté de l'armée égyptienne.

    Les coptes, minorité régulièrement cible de violences

    L'EI a revendiqué ces dernières années plusieurs attentats sanglants contre les chrétiens coptes, la plus grande minorité religieuse au Moyen-Orient. Ils constituent selon les estimations entre 10 et 15% des quelque 100 millions d'habitants que compte l'Égypte, pays en grande majorité musulman. La dernière attaque remontait au 2 novembre 2018, lorsqu’à Minya, un autocar transportant des pèlerins coptes vers un monastère de Haute-Égypte fut visé par balles. Cet attentat fit 7 morts et 14 blessés.

    Depuis février 2018, l'armée égyptienne mène une opération d'envergure pour tenter de déloger les groupes extrémistes - dont "l'EI-Province du Sinaï" - qui sévissent principalement dans le nord de la péninsule du Sinaï.

  • Six religieux massacrés par les soldats de la Révolution vont être béatifiés

    IMPRIMER

    De Michel Janva sur le Salon Beige :

    Béatification de moines martyrs de la Révolution à l’abbaye cistercienne de Casamari

    En janvier 1799, Naples est occupée par les Français, en avril de la même année, l’armée révolutionnaire subit plusieurs défaites contre l’Autriche et cette circonstance conduit les troupes françaises à se diriger vers le nord. Dans la retraite, les Français ont commis toutes sortes de ravages et de meurtres, s’en prenant particulièrement aux églises et aux monastères. Les soldats français étaient imprégnés d’idées révolutionnaires, contraires à l’Église et à la foi chrétienne. Le 13 mai 1799, après avoir saccagé l’abbaye de Montecassino, vingt soldats sont entrés dans l’abbaye de Casamari à la recherche d’objets précieux à piller.

    Les Serviteurs de Dieu ont résisté avec un courage héroïque pour défendre l’Eucharistie, les vases sacrés et les vêtements de la profanation. Ils ont été tués avec férocité avec des coups de sabre et de baïonnette.

    • Siméon Cardon est né à Cambrai, il a fait sa profession religieuse le 4 août 1782, au monastère bénédictin de la Congrégation de San Mauro à Saint-Faron de Meaux. Pendant la Révolution française, il s’oppose publiquement à la Constitution civile du clergé et, en 1795, il doit fuir la France, se réfugiant à l’abbaye de Casamari. En 1798, Après avoir été trésorier, il est devenu prieur de l’abbaye. Il s’est distingué pour sa sainteté de vie et surtout pour sa charité envers les malades. Il mourut le 14 mai 1799, après avoir été abattu par des soldats français.
    • Domenico Maria Zawrel, né en 1725 à Cadovio (aujourd’hui République tchèque), est d’abord devenu religieux dominicain. Se sentant attiré par la vie monastique, en 1776, il demanda à entrer à l’abbaye de Casamari, faisant sa profession religieuse le 6 juin 1777. Il était apprécié pour sa vie de prière et pour sa sagesse. Il a été tué dans la nuit du 13 mai 1799.
    • Albertino Maria Maisonade, né à Bordeaux. En 1792, il entra à l’abbaye de Casamari, où il fit sa simple profession le 20 novembre 1793, comme moine choriste. Le 13 mai 1799, il fut tué de deux coups de pistolet, alors qu’il priait avec Domenico Zawrel.
    • Zosimo Maria Brambat, né à Milan, entra à l’abbaye de Casamari en 1792. Il fut admis au noviciat en 1794 et, le 20 novembre 1795, fit sa simple profession. Après avoir été attaqué et mortellement blessé le 13 mai 1799, il mourut trois jours plus tard, le 16 mai 1799, alors qu’il se rendait à Boville Ernica (Frosinone, Italie), souhaitant recevoir les derniers sacrements.
    • Modeste Maria Burgen, originaire de Bourgogne, avait été trappiste à l’abbaye des Sept-Fonti, qu’il a dû abandonner après le début de la Révolution française. Entré dans l’abbaye de Casamari en janvier 1796 en tant que novice, il prononce de simples vœux monastiques le 9 janvier 1797. Le 13 mai 1799, il est tué par des soldats français.
    • Mathurin Marie Pitri, né à Fontainebleau, est arrivé en Italie enrôlé, contre son gré, dans l’armée française. À Veroli, il a été hospitalisé pour une maladie grave et là, il dit à Simeone Cardon sa volonté de devenir moine cistercien s’il était guéri. Après la maladie, caché dans la maison du curé de l’hôpital de Veroli qui l’a accompagné à l’abbaye de Casamari, il a été accueilli en janvier 1799. Il a été abattu le 13 mai 1799.

    Alors que la plupart des moines essayaient de se sauver, les Serviteurs de Dieu ont résisté avec un courage héroïque pour défendre l’Eucharistie, les vases sacrés et les ornements de la profanation. Ils ont été tués avec férocité avec des coups de sabre et de baïonnette.

  • Pakistan : deux infirmières chrétiennes accusées de blasphème

    IMPRIMER

    Dépêche de l'Agence Fides (En) :

    ASIE/PAKISTAN- Deux infirmières chrétiennes accusées de blasphème

    10 avril 2021

    Faisalabad (Agenzia Fides) - Deux infirmières chrétiennes de Faisalabad, une ville du Pendjab pakistanais, ont été formellement accusées, en vertu du code pénal pakistanais 295 B, l'un des articles de la fameuse " loi sur le blasphème ", de commettre un blasphème contre l'Islam.

    Comme l'a appris l'Agence Fides, le premier rapport d'enquête (FIR) n. 371/21 c a été déposé hier, le 9 avril. L'affaire a été enregistrée à la demande du médecin-chef Dr. Mirza Mohammad Ali de l'hôpital civil de Faisalabad. Le 8 avril 2021, les deux infirmières chrétiennes Mariam Lal et Navish Arooj ont retiré et déchiré d'une armoire un autocollant contenant des versets du Coran. Le médecin affirme que Navish Arooj a retiré l'autocollant et l'a remis à Maryam, qui l'a caché dans sa main lorsqu'elle a vu une infirmière principale, Rukhsana, venir vers elles. À la demande de l'infirmière principale, Maryam, selon son récit, ne lui a pas donné de réponse adéquate. L'infirmière principale a placé l'autocollant en garde à vue et a pris des photos. Le lendemain, le 9 avril, l'infirmière musulmane a fait part de l'affaire à l'administrateur de l'hôpital et à l'inspecteur sanitaire Faisal Yaqoob. Ils ont jugé les deux infirmières chrétiennes coupables d'avoir déshonoré les versets du Saint Coran, déposant une plainte pour blasphème. Dans la confusion qui a éclaté dans l'hôpital, en apprenant la nouvelle, l'un des garçons du service, Muhammad Waqas, a essayé de tuer l'infirmière chrétienne Maryam avec un couteau, mais Maryam n'a été blessée qu'au bras. Les deux infirmières sont maintenant en garde à vue.

    Kashif Aslam, coordinateur des programmes au sein de la Commission nationale pour la justice et la paix, des évêques du Pakistan, s'adressant à Fides, note : " Il s'agit d'une autre fausse accusation contre des chrétiennes ; il y a une affaire personnelle parmi les membres du personnel qui doit être découverte dans l'enquête. Les fidèles chrétiens ont une profonde sensibilité sur ces questions, et on leur apprend aussi à respecter les autres religions. Je ne crois pas que les jeunes infirmières chrétiennes aient profané l'autocollant contenant les versets du Saint Coran".

    Saleem Iqbal, un militant chrétien des droits de l'homme qui s'est adressé à Fides, déclare : "Il est alarmant de voir une augmentation du nombre d'accusés injustement dans des cas de blasphème et de conversions forcées de filles appartenant à des minorités religieuses. C'est le deuxième cas enregistré cette année : précédemment, l'infirmière chrétienne Tabitha Gill avait été accusée dans un hôpital de Karachi (voir Fides, 29/1/2021, 30/1/2021 et 2/2/2021). Maintenant, cela s'est produit à Faisalabad". Il ajoute : "Nous lançons un appel aux politiciens chrétiens pour qu'ils se dépêchent d'agir afin de protéger leur peuple et nous demandons aux fidèles d'être toujours attentifs à ceux qui peuvent les piéger dans de telles affaires, en utilisant le blasphème pour des disputes personnelles ou des jalousies personnelles". (AG-PA) (Agenzia Fides, 10/4/2021)

  • La visite du pape en Irak semble avoir donné de l’espoir aux chrétiens du pays

    IMPRIMER

    D'Info Chrétienne :

    La visite du pape a donné de l’espoir aux chrétiens d’Irak : « Nous sentons que nous ne sommes pas seuls »

    Un mois après la visite du pape François qui s’est déroulé du 5 au 8 mars 2021, des habitants de la ville catholique de Qaraqosh dans la pleine de Ninive ont rapporté que de nombreux chrétiens envisageaient de rentrer chez eux. Selon le père Ammar Yako qui dirige un centre de personnes déplacées, 23 000 chrétiens sont déjà rentrés.

    De l’espoir

    Revan Possa qui travaille au bureau du Haut Conseil Ecclésial pour la Reconstruction de Qaraqosh a déclaré à l’Aide à l’Eglise en Détresse avoir entendu parlé de famille qui ont été émues en voyant les photos de la visite du pape et qui « envisagent de rentrer chez elles ».

    L’enseignant et écrivain, Joseph Giuliana qui est lui-même retourné dans la ville de Qaraqosh après avoir vécu en exil en France affirme que les irakiens avaient « besoin » de cette visite pour avoir « de l’espoir ».

    « Nous avions besoin de cette visite pour nous remplir à nouveau d’espoir : l’espoir d’avoir le droit de rester et de vivre ici, en tant que peuple originel de cette terre. »

    Cette visite leur rappelle qu’il y a « une vie pour les chrétiens en Irak » et qu’ils ne sont « pas seuls » ajoute l’enseignant.

    « Tous les chrétiens ici, ainsi que ceux qui vivent comme réfugiés en Europe et en Amérique, pensent que cette visite réveille l’espoir qu’il y a une vie pour les chrétiens en Irak. Je suis l’un d’entre eux. Grâce à la visite du Pape, nous sentons que nous ne sommes pas seuls. Nous avons le sentiment d’être en sécurité parce que quelqu’un se soucie de nous. »

    Lire la suite

  • Violences sans précédent au Mozambique

    IMPRIMER

    De Vatican News (Lisa Zengarini) :

    AED: des violences sans précédent au Mozambique

    L'Aide à l'Église en Détresse continue de recueillir des témoignages macabres de Palma, conquise ces derniers jours par des groupes jihadistes après une offensive meurtrière qui a coûté la vie à des dizaines de personnes. Des milliers d’autres sont toujours portées disparues.

    Les affrontements se poursuivent à Palma, ville du nord-est du Mozambique tombée aux mains de jihadistes. Les forces militaires envoyées par Maputo parlent d'une contre-offensive au cours de laquelle de nombreux insurgés ont perdu la vie.

    Ces dernières semaines, des groupes armés ont donc attaqué la zone, menant un assaut à quelques kilomètres d'une usine du géant français Total. Depuis leur dernière attaque du genre, fin mars, quelque 11 000 personnes ont été déplacées, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Ce qui porte à plus de 670 000 les Mozambicains contraints de quitter leur foyer en raison de la violence dans la région.

    La Fondation pontificale a visionné une vidéo tournée immédiatement après l'attaque brutale des milices jihadistes le 24 mars dernier, montrant un terrible massacre de civils, mutilés et décapités. Ces images, choquantes par leur brutalité, ne peuvent être partagées, témoigne Ulrich Kny, responsable du projet Mozambique de l'AED. Il l’affirme: les terroristes semblent vouloir semer la plus grande terreur dans leur frénésie destructrice.

    Le drame des vies qui «ne comptent pas»

    «Nous nous demandons combien de décès supplémentaires devront survenir avant que le monde ne fasse quelque chose pour mettre fin à cette violence. Ces vies ne semblent pas compter», déplore Kny. L'AED «s'efforce d'aider, tandis que l'Église locale fait le possible et l'impossible dans cette situation très difficile pour soulager la crise humanitaire. Mais il est nécessaire d'arrêter cette violence effrénée», explique-t-il, car «le monde ne peut ignorer ce drame».

    Envoi urgent d'aide

    L'AED a garanti une contribution initiale d'urgence de 160 000 euros. À cela s'ajoutent le soutien aux prêtres et aux religieux de la région, ainsi que d'autres projets liés aux besoins les plus urgents de l'Église. Toutefois, cela ne suffit plus. «Nous devons augmenter le soutien financier et les prières pour l'Église du nord du Mozambique. Compte tenu de l'augmentation constante de l'afflux de réfugiés, le diocèse de Pemba et les diocèses voisins, déjà complètement dépassés par la catastrophe humanitaire, ne pourront pas accroître leurs activités sans aide extérieure», conclut le responsable de projet d'AED International.

  • Le drame des chrétiens du Proche et Moyen Orient

    IMPRIMER

    D'Alexandre Del Valle et Alexandre Goodarzy sur Atlantico.fr :

    Alexandre del Valle évoque cette semaine la situation des Chrétiens d'Orient avec Alexandre Goodarzy, professeur d'histoire-géographie français et cadre de l'association SOS Chrétiens d'Orient, qui vient de publier "Guerrier de la Paix" aux éditions du Rocher.

    Le drame des Chrétiens d'Orient

    Alexandre Goodarzy, professeur d'histoire-géographie français descendant d'Iraniens et cadre de l'association SOS Chrétiens d'Orient, a répondu cette semaine aux questions d'Alexandre del Valle à l'occasion de la sortie de son ouvrage-témoignage, "Guerrier de la Paix"*, qui tire la sonnette d'alarme sur le drame en cours des chrétiens d'Orient.

    Alexandre Goodarzy, 37 ans, Choletais fils de persans baptisé catholique à l'âge de 9 ans, est directeur adjoint des Opérations - responsable Développement au sein de l'association SOS Chrétiens d'Orient. Il a vécu de 2015 à 2020 en Syrie, connaît très bien l'Irak et le Liban. Ses racines perses lui permettent de ne pas être totalement un étranger dans cet Orient compliqué, et en particulier en milieu chiite. En 2020, pendant 66 jours, il a été pris en otage en Irak avec trois de ses collègues de l’association SOS Chrétiens d’Orient. Il raconte son histoire et son calvaire dans son livre, paru tout récemment aux éditions du Rocher. Pour Goodarzy, les chrétiens d'Orient sont en train de disparaître dans l'indifférence de l'Occident et étouffés par la réislamisation radicale des pays musulmans où les expériences laïques baassistes-nationalistes ont été peu à peu remplacées par l'islamisme après avoir été combattues par les Occidentaux. Nous avons jugé opportun de lui donner la parole à ce professeur d'histoire-géo qui connaît autant la réalité de terrain que les données théoriques.

    Alexandre del Valle : Vous connaissez la plupart des pays du Moyen-Orient, que vous parcourez avec SOS Chrétiens d’Orient depuis des années. Vous avez connu la guerre en Syrie et l’enlèvement en Irak. Êtes-vous pessimiste pour les Chrétiens du proche et Moyen-Orient? 

    Alexandre Goodarzy : Oui j’avoue être pessimiste car leur nombre diminue ostensiblement ces dernières années. En Syrie, avant la guerre, on chiffrait cette communauté à environ deux millions de personnes. Aujourd'hui en 2021, ils seraient moins de 700 000, soit environ un tiers... En Irak, avant l’intervention américaine de 2003, ils étaient également deux millions. Aujourd'hui, ils seraient réduits à 200 ou 300 000 personnes. Les Chrétiens assuraient jadis l’unité et la paix avec toutes les autres composantes ethniques et confessionnelles de la région. En disparaissant, c’est le Bien commun qui est menacé.

    Lire la suite

  • Ce mercredi 24 mars, on prie pour les missionnaires martyrs

    IMPRIMER

    D'Agnès Pinard Legry sur Aleteia.org :

    Ce mercredi, priez pour les missionnaires martyrs

    23/03/21

    La journée de prière et de jeûne pour les missionnaires martyrs, organisée ce mercredi 24 mars, est une occasion privilégiée de (re)découvrir les nombreuses figures d’Église qui ont donné leurs vies au nom du Christ.

    Le martyre est une réalité bien actuelle et pas uniquement celle des premiers siècles de la chrétienté. « Les martyrs d’aujourd’hui sont plus nombreux que ceux des premiers siècles », rappelle régulièrement le pape François. « Nous sommes un seul corps et ces chrétiens sont les membres ensanglantés du corps du Christ qui est l’Église ». Parmi eux se trouvent les missionnaires. C’est pour leur rendre hommage qu’a été décidé en 1993 que le 24 mars serait dédié à la célébration d’une journée de prière et de jeûne en mémoire des missionnaires martyrs.

    Le missionnaire martyr est un tisseur de fraternité.

    Promue par le Mouvement des jeunes des Œuvres pontificales missionnaires d’Italie, cette journée se déroule le 24 mars, jour où Mgr Romero, archevêque de San Salvador, a été abattu alors qu’il célébrait la messe. « Le missionnaire martyr est un tisseur de fraternité. Sa vie entrelace sa propre existence avec celle du Christ, en se redécouvrant ainsi sarments d’une même vigne », rappelle avec justesse le mouvement. En 2020, 20 missionnaires ont été tués :

    Père Jozef Hollanders en Afrique du Sud

    Augustin Avertse au Nigéria

    Michael Nnadi, 18 ans, séminariste au Nigéria

    Philippe Yarga, catéchiste au Burkina Faso

    Sœur Henrietta Alokha, directrice d’un collège au Nigéria

    Sœur Lydie Oyanem Nzoughe au Gabon

    Père Oscar Juárez en Argentine

    Père Ricardo Antonio Cortéz au Salvador

    Père Nomer de Lumen aux Philippines

    Père Roberto Malgesini en Italie

    Lilliam Yunielka, 12 ans, au Nicaragua

    Blanca Marlene González, 10 ans, au Nicaragua

    Bryan José Coronado Zeledon, 17 ans, au Nicaragua

    Père Adriano da Silva Barros au Brésil

    Père José Manuel de Jesus Ferreira au Vénézuela

    Rufinus Tigau, catéchiste en Papouasie

    Père Jorge Vaudagna en Argentine

    Sœur Matilda Mulengachonzi en Zambie

    Frère Leonardo Grasso en Italie

    Parmi les – nombreuses – figures de missionnaires martyrs se trouve le père Ettore Cunial dont le procès en béatification a été ouvert. Prêtre italien de la congrégation de saint Joseph, il a été tué un soir d’octobre 2001 en Albanie par un jeune de 17 ans qui l’attendait pour le tuer de 17 coups de couteau. Il avait été envoyé en mission à l’âge de 67 ans dans le pays un an auparavant, en 2000.

    « En quelques mois, la population fut frappée par sa proximité à l’égard de tout un chacun, par son action pastorale faite de charité et de compassion, d’attention aux souffrances spirituelles et morales », a confié à Fides  son postulateur, le père Giuseppe Rainone. « Le don du père Ettore Cunial n’est pas seulement celui de la dernière heure tragique mais de l’ensemble de sa vie », abonde le père Cesare Cotemme, lui aussi membre de la Congrégation de Saint Joseph, qui l’avait bien connu pendant plusieurs années. « Il s’agit d’une expression admirable et précieuse du mystère de la vie, d’une vie reçue par Dieu et dépensée dans son ensemble pour L’aimer et Le servir sans jamais résister à Sa volonté, sans jamais éloigner ou exclure personne ».

    Enlevés, portés disparus… on est sans nouvelle de ces missionnaires :

    Démarrer le diaporama

    En partenariat avec

  • Irak : "le Christ vit et travaille dans son peuple saint et fidèle"

    IMPRIMER

    De Nico Spuntoni sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Irak : "le Christ vit et travaille dans son peuple saint et fidèle"

    08-03-2021

    "Aujourd'hui, je peux voir et toucher de mes propres mains que l'Église en Irak est vivante, que le Christ vit et travaille dans son peuple saint et fidèle". Les paroles du pape dans l'homélie finale témoignent de sa satisfaction quant à l'issue du premier voyage apostolique après le déclenchement de la pandémie. Un voyage difficile, incertain jusqu'au dernier moment et qui lui a coûté non seulement des efforts physiques, mais aussi quelques critiques.

    Mais cela en valait la peine, surtout à cause de la rencontre avec l'Eglise irakienne qui souffre, si loin des "suggestions néfastes de pouvoir et d'argent" accusées dans l'homélie. Francis a applaudi le peuple chrétien d'Irak, décrit comme "les instruments de la paix et de la miséricorde de Dieu, les artisans patients et courageux d'un nouvel ordre social". Dans sa salutation finale au stade Hariri, le Pontife a fait allusion à l'œcuménisme du sang, disant qu'il voulait embrasser "les chrétiens des différentes confessions" qui, pour beaucoup, "ont versé du sang sur le même sol" et "brillent ensemble, étoiles dans le même ciel". A la fin du dernier engagement public de ses trois jours (+1) en Irak, Francis est apparu fatigué mais heureux et a salué les personnes présentes en portant la main à son cœur. Dans son homélie, il a répété certains des thèmes qui lui sont chers, expliquant alors qu'il avait souhaité ce pèlerinage avec tant de force, notamment en raison de la solidarité dont l'Église irakienne fait preuve envers les pauvres et les personnes qui souffrent.

    Avant Erbil, il y a eu une visite à la communauté de Qaraqosh, un village où historiquement la présence chrétienne a toujours été massive. Dans la cathédrale catholique syrienne de l'Immaculée Conception, dévastée par les terroristes d'Isis qui en ont fait un champ de tir et restaurée après la libération de 2017, le Souverain Pontife a déclaré que la réunion d'hier "montre que le terrorisme et la mort n'ont jamais le dernier mot" car "le dernier mot appartient à Dieu". Aux fidèles vétérans des souffrances de l'occupation islamiste, François a prêché le pardon qui "est nécessaire pour rester chrétien", tout en disant qu'il était conscient de la difficulté de la tâche. Il n'a pas manqué de les inviter à dire non au terrorisme et à l'instrumentalisation de la religion. Pour le 8 mars, le Pape a une pensée particulière pour les femmes, principales victimes de ces dernières décennies de guerre : "A toutes les mères et les femmes de ce pays, femmes courageuses qui continuent à donner la vie malgré les abus et les blessures - a dit Bergoglio - que les femmes soient respectées et protégées ! Qu'on leur accorde de l'attention et des opportunités".

    Le premier engagement de sa troisième journée irakienne a cependant eu lieu à Mossoul, ville-symbole d'abord de l'avancée d'Isis puis de sa défaite. C'est ici que François a présidé une prière de suffrage pour les victimes de la guerre à Hosh al-Bieaa et a soulevé la question de la disparition des chrétiens au Moyen-Orient, déclarant que "la réduction tragique des disciples du Christ est un dommage incalculable non seulement pour les individus et les communautés concernés, mais pour la société même qu'ils laissent derrière eux". Le Saint-Père a également réitéré sa conviction que "la fraternité est plus forte que le fratricide, que l'espoir est plus fort que la mort, que la paix est plus forte que la guerre". Une conviction qui, selon le Pape, "ne peut jamais être étouffée dans le sang versé par ceux qui pervertissent le nom de Dieu en suivant des chemins de destruction". De retour à Bagdad hier soir, François reviendra à Rome ce matin, mettant ainsi fin à son 33ème voyage apostolique. Un voyage qu'il n'oubliera pas de sitôt. 

  • Éthiopie : répression dans le sang et destruction d’un monastère du VIème siècle

    IMPRIMER

    Via le Salon Beige :

    Éthiopie : répression dans le sang et destruction d’un monastère du VIème siècle

    Éthiopie : répression dans le sang et destruction d’un monastère du VIème siècle

    Communiqué de SOS Chrétiens d’Orient :

    Le monastère de Debre Damos, vieux de plus de mille cinq cents ans, a été détruit par des bandes armées, l’un des moines aurait été assassiné. Les troupes fédérales Éthiopiennes ont combiné leurs forces avec leurs anciens ennemis Érythréens, devenus leurs nouveaux alliés, pour réprimer la volonté des habitants du Tigré, région du Nord de l’Ethiopie, de s’émanciper en partie du pouvoir central Ethiopien. Depuis trois mois, des troupes Érythréennes payées par le gouvernement éthiopien assassinent, pillent et violent la population du Tigré. 

    C’est au Nord-Ouest d’Adigrat que le monastère de Debre Damos, datant du VIème siècle, a été bombardé par les forces Érythréennes qui seraient ensuite montées sur le plateau, sur lequel le monastère a été construit, pour le piller, s’emparer de ses trésors et de ses archives. Dans la ville d’Adigrat ce sont des bandits qui ont profité de la confusion régnante pour piller la mission des Missionnaires d’Afrique avec lesquels SOS Chrétiens d’Orient travaille depuis deux ans, après avoir lynché le garde et ligoté les plus vieux prêtres qui n’étaient pas parvenus à s’enfuir.  

    Un des prêtres orthodoxes de la communauté des Missionnaires d’Afrique a rapporté qu’au moins un moine de Debre Damos aurait été assassiné. Il est cependant possible que l’ancienne église du monastère ait survécu aux bombardements, d’après cette même source.  

    Depuis 2018, année durant laquelle les Tigréens ont perdu les rênes du pouvoir central d’Ethiopie au profit de l’Oromo Abiy Ahmed, cette ethnie se sent marginalisée par le nouveau gouvernement en place. Au mois de septembre 2020, des élections régionales ont été organisées de manière illégale par les autorités du Tigré, non pour créer un nouvel état séparatiste mais en réaction aux actions du président Abiy Ahmed qui consistaient à écarter les Tigréens du pouvoir central.  

    C’est à la suite de cette action protestataire que l’armée érythréenne, dont les troupes sont payées par le gouvernement éthiopien, a marché sur les villes d’Adigrat, d’Adwa, de Wukro, où ils ont ouvert un camp militaire, et de Shire.  

    Mercredi dernier, lors de manifestations dans ces villes du Tigré, vingt jeunes ont été exécutés par les forces gouvernementales éthiopiennes et érythréennes à Adwa et 10 autres ont connu le même sort à Shire, tandis qu’à Adigrat ce sont le manque de médicaments et la famine qui provoquent la mort de nombreux citadins.  

    Le peuple de Tigré n’est pas au bout de ses souffrances et SOS Chrétiens d’Orient invite à prier pour que la paix et l’unité reviennent en Ethiopie. L’association poursuit son aide au travers des communautés encore présentes sur place, et sera présente dès le mois prochain dans le pays afin d’aller à la rencontre de ces chrétiens en souffrance et leur apporter le soutien nécessaire.    

  • Pakistan : deux jeunes chrétiens faussement accusés de blasphème risquent la peine capitale

    IMPRIMER

    Dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/PAKISTAN - Inculpation pour blasphème de deux jeunes chrétiens grâce à de fausses accusations pouvant les conduire à la peine de mort

    17 février 2021

    Lahore (Agence Fides) – Deux jeunes chrétiens ont été inculpés de blasphème, étant accusé d'avoir prêché le christianisme à de jeunes musulmans et d'avoir déshonoré publiquement l'islam, le coran et Mahomet au Model Town Park de Lahore. Il s'agit de Haroon Ayub Masih, 25 ans et de Salamat Mansha Masih, 30 ans, tous deux membres d'une communauté évangélique. L'arrestation de l'un des deux inculpés – le second ayant pris la fuite – a eu lieu immédiatement après que Haroon Ahmad, un musulman, ait déposé plainte au poste de police de Model Town à l'encontre des deux jeunes le 13 février dernier, leur contestant la violation des lois sur le blasphème inscrites à l'article 295 a, b, et c du Code pénal pakistanais.

    Selon le plaignant, Haroon Ayub Masih et Salamat Mansha Masih se sont approchés d'un groupe de musulmans, commençant à prêcher le Christianisme et leur remettant un livre en langue urdu intitulé "Zindagi ka Paani" (littéralement Eau de la Vie). Haroon Ahmad, dans le texte de sa plainte (FIR) déclare : « Les deux hommes ont commencé à commettre un blasphème en déshonorant Mahomet, en disant qu'il était un vagabond, qu'il s'était marié pour augmenter sa génération alors que Jésus ne s'est pas marié et a proclamé la Vérité ». Le texte de la plainte parvenu à Fides ajoute : « Ils ont déclaré que la Torah et les Evangiles sont des livres vrais et que le coran ne dit pas la vérité. Ils ont continué à déshonorer l'islam, blessant nos émotions et nos sentiments religieux ouvertement et publiquement ». L'auteur de la plainte affirme en outre : « Les chrétiens ont commis un blasphème en déshonorant Mahomet, le coran et l'islam. Je vous demande de punir les deux hommes et la maison d'édition au titre des lois sur le blasphème pour avoir publié et imprimé ces textes ».

    La police a lancé une procédure basée sur les lois sur le blasphème et en particulier l'article 295 a/ du Code pénal pakistanais qui punit « des actes délibérés ou volontaires visant à outrager les sentiments religieux e toute personne, insultant sa religion et ses croyances religieuses » d'une peine pouvant aller jusqu'à 10 ans de réclusion ou par le biais d'une amende. Est ensuite cité l'article 295 b/, relatif à la «profanation du coran », qui prévoit la réclusion à perpétuité, sachant que sont formulées également des accusations fondées sur l'article 295 c/ pour avoir « utilisé des observations péjoratives, prononcées, écrites directement ou indirectement qui offensent le nom de Mahomet ou d'autres prophètes », article qui prévoit la peine de mort obligatoire.

    Lire la suite

  • Chine : est-il mort ou vivant ? On est sans nouvelles, depuis 25 ans, de Mgr James Su Zhimin, évêque de Baoding

    IMPRIMER

    D'Agnès Pinard Legry sur Aleteia.org :

    James Su Zhimin, l’évêque chinois dont on est sans nouvelle depuis 25 ans

    15/02/21

    Évêque du diocèse de Baoding, dans la province chinoise de Hebei, Mgr James Su Zhimin a été arrêté par les autorités en 1996. Aucune information concernant son lieu d’emprisonnement ou son état de santé n’a filtré à son sujet depuis vingt-cinq ans.

    Mgr James Su Zhimin est-il mort ou bien en vie ? Évêque du diocèse de Baoding, dans la province chinoise de Hebei, il a été arrêté et emprisonné en 1996 lors d’une procession religieuse peu de temps après avoir écrit une lettre ouverte au gouvernement chinois appelant à respecter la liberté religieuse ainsi que les droits fondamentaux de chacun. Son crime ‘officiel’ ? Avoir participé à des activités religieuses « non enregistrées », Mgr James Su Zhimin ayant refusé de rejoindre l’Association patriotique catholique chinoise sous contrôle de l’État et faisant donc de facto partie de l’Église souterraine.

    Si son cas est loin d’être isolé en Chine, il est particulièrement grave. Depuis son arrestation, il n’a pas été jugé, sa famille n’a jamais été autorisée à lui rendre visite et les autorités ont continuellement refusé de dire où il était détenu. « On ne sait pas où il se trouve et je ne sais même pas s’il est encore vivant », confiait son neveu, bouleversé, en 2019 à UCA News. Parmi le peu d’éléments dont dispose la commission des droits de l’Homme du congrès américain, on peut lire que sa famille l’a retrouvé une fois, par le plus grand des hasards en novembre 2003 dans un hôpital de Baoding. Mais elle n’a pas pu l’approcher et, depuis, c’est le silence.

    Emprisonné à huit reprises

    Avant son arrestation en 1996, il avait déjà été arrêté huit fois et emprisonné par intermittence près de vingt-cinq ans en prison, dans des camps de travail forcé ou assigné à résidence.

    En septembre 2018, lorsque le Vatican et la Chine ont annoncé un accord provisoire sur la nomination des évêques (reconduit depuis), sa famille espérait avoir de ses nouvelles. Mais il n’en a rien été. « Qu’il soit en prison, gardé secret dans un autre endroit ou mort personne ne le sait vraiment », avait regretté un mois après la signature de cet accord l’évêque de Hong Kong, Mgr Michael Yeung, auprès Reuters, assurant que son diocèse priait pour sa libération. Aujourd’hui encore, soit vingt-cinq ans après son arrestation, personne ne sait si Mgr James Su Zhimin est encore vie.

  • Sœur Gloria Cecilia Narváez retenue en otage depuis quatre ans entre les mains de djihadistes

    IMPRIMER

    De Lucie Sarr sur le site de La Croix Africa

    Sœur Gloria Cecilia Narváez, quatre ans entre les mains de djihadistes

    La religiosa colombiana Gloria Cecilia Narváez Argoty

    Voilà désormais 4 ans que sœur Gloria Cecilia Narváez, religieuse colombienne a été enlevée au Mali, le 7 février 2017.

    Les dernières nouvelles de cette consacrée datent d’octobre lorsque Sophie Pétronin, ex-otage libérée par les djihadistes du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (Gsim) a alerté sur son état de santé.

    Sœur Gloria Cecilia Narváez, enlevée le 7 février 2017, à Karangasso, dans le sud du Mali où elle était en mission depuis plus de 10 ans, est encore entre les mains des djihadistes du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (Gsim).

    Libérée le 8 octobre 2020, Sophie Pétronin, ex-otage française, a donné des nouvelles de la religieuse colombienne de la congrégation des sœurs franciscaines de Marie Immaculée. Les deux femmes avaient passé une grande partie de leur captivité ensemble. Selon Sophie Pétronin, sœur Gloria, malade, a demandé au président français Emmanuel Macron d’agir. Sophie Pétronin a aussi raconté qu’ensemble, elles ont traversé de nombreux camps et partagé couvertures, nourriture et eau. Selon l’ex-otage, la religieuse avait été ligotée pendant trois jours parce qu’elle s’était perdue au cours d’une promenade.

    Demande d’aide

    Dans un message vidéo publié le 29 janvier 2018, Sœur Gloria Cecilia Narvaez Argoti sollicitait l’aide du pape François. On la voyait, en habit religieux, l’air fatigué, implorant, les mains jointes, l’aide du pape pour sa libération. En septembre 2017, les autorités colombiennes avaient évoqué sa santé précaire. « Elle est vivante mais son état de santé n’est pas bon. Elle a des problèmes à une jambe et à un rein ».

    Pétition

    Dès le lendemain de son enlèvement, l’Église malienne s’était mobilisée pour la libération de la religieuse. En mai 2017, la congrégation des sœurs franciscaines de Marie Immaculée avait lancé une pétition pour la libération de Sœur Gloria. Celle-ci avait recueilli plus de 90 000 signatures.

    En mars de la même année, la Conférence des évêques du Mali avait également lancé un « plan d’urgence » pour qu’elle retrouve la liberté. Il s’agissait de diffuser dans tous les médias maliens un message exigeant la libération de l’otage colombien. L’épiscopat malien avait également demandé à tous les fidèles de prier quotidiennement pour qu’elle soit libérée.

    Sa maman est décédée

    Rosita Argoty de Narváez, 87 ans, la mère de sœur Gloria Cecilia Narváez, est décédée fin septembre 2020 sans avoir pu revoir sa fille qu’elle rêvait d’embrasser avant de s’éteindre.

    Lire aussi : AFRIQUE/MALI - Appel en faveur de la libération rapide d'une religieuse enlevée... voici quatre ans