Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La démission ou le dernier acte d'une papauté sécularisée

IMPRIMER

Du site "Benoît et moi" qui commente et relaie l'article de Stefano Fontana paru aujourd'hui sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana:

La démission, dernier acte d’une papauté sécularisée

Contrairement à d’autres articles sur le sujet, cette réflexion de Stefano Fontana ne distille pas d’indiscrétions ni de rumeurs, mais fait le point de huit années d’un pontificat qui a mis toute son énergie à banaliser la fonction de Pape, à en faire un homme « comme nous », aussi bien au niveau des actes de gouvernement que des gestes et des menus actes de la vie quotidienne. Une banalisation qui s’achèverait logiquement par la possibilité de démissionner, comme n’importe quel fonctionnaire ou dirigeant d’entreprise.

La démission, dernier acte d’une papauté sécularisée

Stefano Fontana
La NBQ
27 août 2021
Traduction de "Benoît et moi"

François démissionnera, non pas pour des raisons de santé ou autres, mais pour achever le processus de sécularisation de la papauté qu’il a entrepris avec détermination. Du « bonsoir » initial aux encycliques horizontales, il ne reste plus que l’acte final de démission comme étape décisive pour achever le processus de sécularisation de l’Église.

On parle beaucoup de la démission du pape. À mon avis, François démissionnera, non pas pour des raisons de santé ou autre, mais pour achever le processus de sécularisation de la papauté qu’il a entrepris avec détermination, une étape décisive pour achever le processus de sécularisation de l’Église.

Le principal engagement de son pontificat, François l’a précisément mis en œuvre à cette fin, accélérant un processus déjà engagé depuis le discours de Jean XXIII sur la lune ou l’entrée des caméras dans l’appartement papal, mais qui semble désormais avoir contourné les légitimes intentions pastorales pour devenir un projet théologico-idéologique acharné et intransigeant.

Une première manière a été confiée aux gestes. Du « bonsoir » du premier moment au port ostentatoire de son sac noir à bord de l’avion, de l’appel direct à X ou Y au téléphone à la visite de la Via dei Coronari pour acheter des lunettes, de la réponse à un appel téléphonique pendant l’audience générale à l’aveu qu’il voyait un analyste depuis un an, du port de toutes sortes de couvre-chefs offerts par les visiteurs à l’agneau autour du cou lors d’une visite dans une paroisse romaine. Le pape est l’un des nôtres. Le pape nous aime bien.

Une autre manière a été de s’exprimer « du tac au tac » sur chaque sujet, en répondant à chaque question d’une manière approximative, problématique, incertaine, souvent dangereuse sur le plan doctrinal. Beaucoup d’exégèses de l’Écriture dans les homélies de Santa Marta sont forcées et peu fiables, beaucoup de réponses aux journalistes dans l’avion ont été délibérément irréfléchies, beaucoup d’interventions sur les affaires courantes – pensons récemment aux positions prises sur le Covid et la vaccination – sont fausses et inappropriées. Beaucoup de ses enseignements concernent des observations banales de l’existence quotidienne : même si le pape n’invite pas les gens à éteindre leur téléphone portable à table, cela revient au même. Le niveau général a beaucoup baissé. Un pape bavard, comme nous le sommes aussi.

Une troisième manière vient de l’idée que le pape devrait renoncer à être le dernier recours pour définir la vérité de la foi et de la moralité. À plusieurs reprises, François a omis de donner des réponses à des questions d’une grande importance pour la vie de l’Église. Le cas le plus connu concerne l’absence de réponse aux dubia des quatre cardinaux après la publication de l’exhortation Amoris laetitia. Mais cela concerne aussi, par exemple, la demande de certains évêques allemands d’une parole claire sur la communion aux protestants, ou la demande du président des évêques américains sur la possibilité de donner la communion aux politiciens pro-avortement. Dans les deux cas, non seulement le pape n’a pas répondu, mais il a demandé aux évêques de discuter et de trouver une solution entre eux. François a souvent été le premier à enfreindre les règles, par exemple en donnant la communion aux protestants, il a exprimé un fort dédain pour la doctrine et une appréciation tout aussi forte pour les positions limites ou hors normes. Et il n’a pas exclu qu’il puisse être le premier pape à provoquer un schisme. Le pape ne se tient plus devant, mais se tient maintenant devant, derrière et entre les deux.

Une autre manière a été de manifester une praxis de tonalité politique et personnaliste. Les deux conférences sur la famille en 2014 et 2015 ont été une machination tactiquement parfaite. De même pour le synode d’Amazonie. Les résultats finaux avaient déjà été préparés dès le début, un scénario avait été fourni auquel tout le monde devait se conformer. Le synode allemand a été promu par lui, mais avec une théâtralité destinée à créer la confusion. Un pape metteur en scène politique, tantôt impitoyable avec les cardinaux et les prélats de la Curie, tantôt capable de contourner les obstacles par des manœuvres internes, tantôt affaiblissant les responsables institutionnels des dicastères pontificaux et permettant à des personnalités officieuses qui lui sont liées de faire la pluie et le beau temps, jetés par la porte et laissés par lui rentrer par la fenêtre. Le traitement réservé aux cardinaux Müller et Sarah a fait date, tout comme la violence exercée sur l’Institut Jean-Paul II et l’obstination à s’entourer de personnages douteux. Ce sont des attitudes très terrestres, d’un leader politique qui promeut « les siens » en termes de confiance personnelle.

Une autre manière encore a été de rabaisser la position de l’Église dans l’évaluation de plusieurs phénomènes du monde d’aujourd’hui au niveau d’autres acteurs sociaux et politiques internationaux. Les encycliques Laudato si’ et Fratelli tutti disent en substance les mêmes choses que les documents des agences des Nations Unies, la vision catholique du problème environnemental coïncide avec celle de la Cop25 et bientôt de la Cop26, même la question démographique est désormais abordée en accord avec les partisans du planning familial, et le même vocabulaire des Académies des sciences sociales et de la vie (toujours dirigées, en dépit de tout, par Sorondo et Paglia) est devenu résolument horizontal.

A une papauté affaiblie correspond un pape protagoniste incontesté. La contradiction n’est qu’apparente. En effet, pour affaiblir la signification transcendante et religieuse de la papauté et la transformer en une papauté horizontale et politique, il fallait faire preuve de beaucoup de décision, d’énergie et de persévérance. Il ne reste plus que l’acte final de la démission. La papauté comme la présidence d’une association ou d’une société.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel