Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pas facile d'être un "catholique conservateur"

IMPRIMER

Un billet (déjà ancien) de Dominique de la Barre sur le blog "La Ligne claire" :

De la difficulté d’être un catholique conservateur

[1] En Amérique on qualifiera plutôt les progressistes de liberals tandis qu’en Europe ils se nomment eux-mêmes réformistes ; néanmoins La Ligne Claire retiendra l’appelation progressistes. Quant aux conservateurs, il y a lieu de les distinguer des traditionalistes, attachés à la messe en latin, et qu’on retrouvera aussi bien au sein de l’Eglise qu’en dehors (lefèbvristes).

[2] La Ligne Claire invite ses lecteurs intéressés par cette analyse du pontificat actuel de consulter les publications de Ross Douhat, journaliste au New York Times.

Commentaires

  • Notre ressenti envers l'Eglise avec François c'était comme un train qui circule dans le brouillard... peurs, troubles.
    Maintenant, nous voyons plutôt que ce train a déraillé.

    Des conseillers et mobilisateurs pour changer la direction du train et du monde (entre autre Nicolas Hulot - François Hollande en 2014 déjà) (réf. Reflets n° 13 2014) avaient obtenu l'assentiment du responsable du train.
    On dirait qu'on est occupé à enlever les rails et même enlever la locomotive ...
    Plus d'origine du trajet !
    Plus d'arrivée du projet !
    Résultat : les passagers attendent pour essayer d'arriver à bon port et le temps passe, et finalement les gens s'éparpillent ci et là comme des brebis égarées ...

    Où est le berger du troupeau ?

  • "n’ont-ils pas bien lu la notice marquée sur l’emballage :« Attention, jésuite latino des années septante, à manipuler avec précaution» ?"
    Ils ne pouvaient pas la lire, la notice. Elle était soigneusement recouverte par une ruban adhésif noir. Personne n'a eu l'idée de l'enlever tant le camp du bien a malicieusement fait les choses en grand, en stimulant l'enthousiasme de tous sur la bonhomie naturelle de leur champion, pour que le regard des uns et des autres ne s'attardât pas trop sur ce ruban salvateur et l'envi de le ôter pour y jeter un œil.
    Ils ont bien réussi leur coup, le camp du bien. Tout le monde est maintenant pris au piège.
    Je paris les biscuits contre les dollars que la prudence sera désormais de mise lors du prochain conclave, quelque soit le candidat, il sera retourné et ausculté sur tous les angles, même s'il va falloir pour cela une grosse loupe, comme à l'ancienne, pour reluquer le bonhomme ! Cette erreur, j'en suis certain, ne se reproduira plus.

  • S C’est un exercice d’équilibre délicat qui nous est demandé
    .

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel