Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Foi

  • Le Vatican fait appel à des influenceurs pour inciter les jeunes catholiques désenchantés à répondre à l'enquête du Synode

    IMPRIMER

    De Zelda Caldwell sur Catholic News Agency :

    Le Vatican fait appel à des influenceurs pour inciter les jeunes catholiques désenchantés à répondre à l'enquête du Synode

    9 août 2022

    L'automne dernier, les catholiques du monde entier ont commencé à se réunir dans les sous-sols des églises et les gymnases des écoles pour, selon les mots du pape François, " regarder les autres dans les yeux et écouter ce qu'ils ont à dire. " Ces séances d'écoute constituaient la première phase du Synode sur la synodalité, qui durera deux ans et se terminera en 2023, lorsque les évêques se réuniront pour ruminer ce qu'ils ont appris.

    Maintenant que les paroisses ont enregistré les témoignages des fidèles et les ont compilés dans des rapports officiels, le Vatican envoie le message qu'il veut entendre ceux qu'il a peut-être manqués - les catholiques jeunes ou inactifs qui ne se sont pas présentés aux réunions paroissiales.

    Jimmy Akin, apologiste catholique et animateur de la populaire émission de radio Catholic Answers Live, est l'un des nombreux "influenceurs" catholiques laïcs auxquels le Dicastère pour les communications du Vatican a demandé d'entrer en contact avec ces catholiques non comptabilisés. 

    L'auditoire de M. Akin comprend de nombreux non-catholiques, agnostiques et athées qui tentent de le faire trébucher en contestant la foi. Il répond respectueusement, en utilisant des arguments logiques pour défendre les enseignements de l'Église, rappelant à ses auditeurs qu'en tant que converti, il a lui aussi été confronté à des obstacles similaires avant de décider de devenir catholique.

    Lundi, sur Twitter, M. Akin a invité ses plus de 21 800 adeptes à participer au synode en répondant à un sondage. 

    "Le Vatican réalise un sondage en ligne qui sera soumis au Synode des évêques. Il souhaite connaître l'opinion d'un large éventail de personnes, qu'elles soient ou non des catholiques actifs. Vous pouvez partager vos opinions ici. La date limite est le 15 août", a-t-il publié.

    L'enquête, qu'il met en lien sur son site Web, pose aux répondants des questions sur leur foi, la fréquence à laquelle ils vont à la messe et s'ils ont eu une rencontre personnelle avec Dieu. 

    D'autres questions, concernant l'attitude à l'égard de l'Église, ont suscité une réaction négative de la part de certains qui ont contesté la formulation des réponses à choix multiples.

    L'une des questions de l'enquête, par exemple, demande : "Lesquels de ces attributs définissent le mieux l'Église ?"

    Les personnes interrogées sont invitées à choisir trois adjectifs dans la liste suivante : "solidaire", "égoïste", "autoritaire", "participative", "innovante", "dépassée", "proche" et "distante".

    Une autre question, demandant pourquoi les gens quittent l'Église, n'a pas inclus suffisamment d'options, ont suggéré certains utilisateurs de Twitter :

    Un utilisateur de Twitter a écrit, en réponse au post d'Akin, "Je suis désolé Jimmy mais ce sondage est nul, il est très clair que celui qui l'a fait est déconnecté des vrais défis auxquels l'Église est confrontée de nos jours (manque de révérence, suppression de la tradition, relativisme, indifférentisme religieux, aller avec le Zeitgeist etc. etc.)".

    Si l'écrasante majorité des commentaires sur le billet d'Akin étaient négatifs, les efforts du Vatican ont été salués :

    M. Akin a déclaré à CNA qu'il n'était pas surpris de la réaction à l'enquête.

    "Beaucoup de gens se méfient du prochain synode sur la synodalité, ce qui en soi suscite des inquiétudes. De plus, en remplissant moi-même le questionnaire, il était clair que la personne qui a rédigé les questions et les réponses ne pensait pas du point de vue de nombreux catholiques actifs, engagés et orthodoxes", a-t-il déclaré.

    "Je m'attendais à ce que certaines personnes considèrent que le questionnaire était orienté vers un ensemble particulier de points de vue et de réponses", a ajouté M. Akin.

    Dans l'ensemble, il pense que cela vaut la peine de remplir le questionnaire.

    "Mon opinion est que si le Vatican vous demande votre avis, il vaut mieux coopérer et le donner, même si l'instrument est imparfait. Il vaut mieux faire entendre sa voix que de ne pas la faire entendre du tout", a déclaré M. Akin.

    Il a ajouté qu'il était heureux d'apporter son aide lorsqu'on le lui demandait.

    "Je reconnais que le Saint-Siège est un lieu où les gens ont des opinions très différentes et que personne, à l'exception du pape, n'a le dernier mot sur une question. Mais je crois qu'il faut être utile et constructif lorsqu'on le demande, et j'ai donc été heureux d'aider le Dicastère des communications", a-t-il déclaré.

    Selon lui, le Vatican était également conscient que l'audience de M. Akin et des autres influenceurs n'était pas représentative des catholiques actifs.

    "Quelqu'un au Vatican a clairement compris que les enquêtes diocésaines ne permettraient pas de connaître l'opinion des personnes qui ne vont pas à la messe. Ils nous ont fait remarquer que les participants n'avaient pas besoin d'être des catholiques actifs pour partager leurs opinions. Ils veulent entendre des personnes de bonne volonté qui sont prêtes à s'engager dans l'Église sous une forme ou une autre, même si certaines ne pratiquent pas la foi actuellement", a-t-il déclaré.

    Le bureau de communication du Vatican a mené une campagne similaire en France et en Espagne, en employant des "prêtres influenceurs" pour atteindre les jeunes qui n'avaient pas assisté aux réunions du Synode dans les paroisses.

    "Après le synode, dont les jeunes étaient largement absents, le dicastère a rencontré un groupe d'influenceurs espagnols", a déclaré le père Gaspard Craplet au site catholique français La Croix.

    "Ils ont dit qu'il fallait consulter le monde numérique et ont soumis la question au pape, qui a répondu qu'il fallait se lancer", a-t-il ajouté.

    Le père Craplet a expliqué à La Croix que le dicastère l'a contacté, ainsi que d'autres prêtres suivis sur les médias sociaux, pour leur demander de transmettre le sondage. 

    "Contrairement à une paroisse, les influenceurs atteignent les personnes qui les suivent librement, comme des moutons qui choisissent leur berger", a-t-il expliqué.

    L'enquête distribuée en Espagne a suscité des réactions négatives parce que la mention "Je ne sais pas" figurait parmi les possibilités d'identification du sexe.

    Cette partie de l'enquête aurait été modifiée pour lire "Je ne veux pas répondre", réponse qui a ensuite été adoptée par la version américaine de l'enquête distribuée par Akin.

    Le Synode sur la synodalité a été annoncé en mars 2020. Il est axé sur le discernement avec l'ensemble du peuple de Dieu, le cheminement ensemble et l'écoute mutuelle.

    Il a commencé par une phase diocésaine, dans laquelle chaque évêque a été invité à entreprendre un processus de consultation avec son Église locale. Les résultats de ces consultations doivent être envoyés au Vatican avant le 15 août.

    Cette phase sera suivie d'une phase continentale, de septembre à mars 2023. Elle se terminera par un synode des évêques qui se tiendra au Vatican en octobre 2023.

  • Ce que doivent endurer les chrétiens en terre musulmane

    IMPRIMER

    D'Alexandra Greeley sur le National Catholic Register :

    Ce que doivent endurer les chrétiens en terre musulmane
    Histoires vraies de chrétiens courageux vivant leur foi en terre musulmane

    Detail of the book cover of ‘The Perscuted’ by Casey Chalk
    Détail de la couverture du livre "The Perscuted" de Casey Chalk (photo : Sophia Institute Press)

    9 août 2022

    La persécution des chrétiens par les musulmans est un sujet omniprésent, certaines sources publiant le nombre annuel de morts. Pour sensibiliser le public à ces atrocités, l'auteur Casey Chalk a écrit The Persecuted : True Stories of Courageous Christians Living Their Faith in Muslim Lands, publié par Sophia Institute Press (2021).

    Comme l'écrit Pieter Vree, rédacteur en chef du magazine New Oxford Review, dans la préface du livre, "la persécution des chrétiens n'a rien de nouveau." Il ajoute : "Notre Seigneur Jésus-Christ a lui-même fait face à la persécution, au harcèlement, aux menaces et aux tentatives de lapidation tout au long de son ministère..." Même le pape François, lors d'une messe à la Casa Santa Marta, a parlé de la façon dont un groupe dissident des talibans à Lahore, au Pakistan, a fait exploser un groupe de prière chrétien.

    Mais au lieu d'aborder cette calamité à l'échelle mondiale, Chalk se concentre sur les problèmes d'un seul homme et de sa famille qui ont fui le Pakistan pour Bangkok, en Thaïlande, puis ont été contraints de retourner au Pakistan. L'homme, Michael D'Souza, moitié sud-asiatique et moitié portugais, est né et a grandi à Karachi, au Pakistan, et était un fervent catholique.

    À la fin des années 1990, il s'est marié et travaillait à Karachi pour une école affiliée à l'Église anglicane, mais au début des années 2000, les débuts des persécutions musulmanes ont commencé, et il a été renvoyé de l'école. En 2006, deux mollahs se sont présentés à son domicile et lui ont ordonné de se convertir à l'islam, ce qu'il a refusé. Les visites à son domicile se poursuivent pendant plusieurs années, et il reçoit même des visites lorsqu'il travaille comme sacristain à l'église Saint-Antoine.

    Les agressions contre D'Souza et sa famille se sont poursuivies malgré son déménagement dans d'autres villes du Pakistan. En octobre 2012, lui et sa famille sont retournés vivre dans un autre quartier de Karachi. En se rendant à la cathédrale Saint-Patrick pour rendre visite au père Peter John, il a vu placardées sur les murs d'une mosquée voisine des photos de lui disant qu'il avait insulté l'islam. Cette nuit-là, D'Souza a fui Karachi pour se rendre dans une ville voisine où des membres de sa famille l'ont exhorté à fuir le Pakistan. Il a également demandé conseil au père Peter John, qui l'a exhorté à quitter le pays.

    La famille D'Souza est arrivée à Bangkok fin novembre 2012, mais bien qu'ils aient des visas de tourisme, les fonctionnaires thaïlandais ont commencé à causer des problèmes. D'Souza a rejoint la paroisse rédemptoriste Holy Redeemer, où un ami leur a donné l'argent pour payer les fonctionnaires thaïlandais du centre de détention. Un an plus tard, D'Souza a demandé le statut de réfugié au Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, mais sa demande a été rejetée, laissant la famille avec peu d'options. La famille s'est liée d'amitié avec des paroissiens de l'église Holy Redeemer qui leur ont apporté un soutien financier. Un paroissien les a même hébergés dans un appartement.

    Puis, à la mi-2014, Casey Chalk et sa famille ont déménagé à Bangkok et sont devenus des paroissiens actifs du Holy Redeemer. Comme Chalk l'a découvert, D'Souza était un paroissien dévoué, et après s'être présenté à D'Souza, Chalk et sa femme ont commencé leurs efforts pour aider à financer et soutenir la famille. Dans le reste du livre, Chalk explique en détail comment D'Souza a lutté pour trouver du travail et rester en tant que réfugié en Thaïlande. Malheureusement, comme l'écrit l'auteur, "il y a beaucoup de demandeurs d'asile et de réfugiés pakistanais en Thaïlande, probablement entre sept mille et douze mille personnes. La plupart d'entre eux sont des catholiques et des chrétiens évangéliques."

    Puis en 2017, la famille a finalement décidé de retourner au Pakistan parce qu'elle avait enduré tant de souffrances à Bangkok, et quelques semaines après le départ des D'Souza, Chalk et sa famille sont retournés aux États-Unis. Au cours des années suivantes, Chalk est resté en contact avec la famille D'Souza et s'est efforcé de trouver un recours contre la persécution musulmane dont il est victime au Pakistan.

    Comme le dit Vree à propos de Chalk :

    Il a mis un visage humain sur la souffrance qui est souvent cachée derrière des statistiques. Nous avons besoin d'entendre les histoires de familles comme celle des D'Souza parce que nous et eux sommes membres du même corps, le corps du Christ. Leur douleur est notre douleur, leur perte est notre perte, et leur joie est notre joie.

    Alexandra Greeley Convertie au catholicisme, Alexandra Greeley est écrivain culinaire, critique de restaurants et auteur de livres de cuisine. Elle se passionne pour tous les aspects du monde de l'alimentation, qu'il s'agisse d'interviewer des chefs, de soutenir les agriculteurs locaux ou de faire le lien entre nourriture et foi.

  • Laurent et le ministère diaconal

    IMPRIMER

    Restorations_06.jpgSaint LAURENT, PROTO DIACRE DE L’EGLISE ROMAINE par Don Francesco Moraglia, Docteur de théologie systématique (Gênes) - source : vatican.va

    (ci-contre : saint Laurent par Fra Angelico - Vatican)

    L’histoire de l’Eglise nous a laissé de grandes figures d’évêques et de prêtres qui ont contribué à illustrer, sur le plan théologique et pastoral, le sens profond du ministère ordonné. Pour l’épiscopat, on distingue, entre autres, les figures d’Irénée, Augustin, Winfrid, Boniface, Bartolomé Las Casas et Ildephonse Schuster; pour la prêtrise, l’époque moderne et contemporaine a été marquée par Philippe Néri, Jean-Marie Vianney, Jean Bosco, Pierre Chanel et Maximilien Kolbe. Le ministère diaconal acquiert lui aussi des contours plus nets si on le considère à la lumière de la figure de grands diacres; c’est le cas, par exemple, du martyr Laurent, proto diacre de l’Eglise romaine qui, avec Etienne et Philippe, est certainement l’un des plus célèbres de l’antiquité.

    Lire la suite

  • Saint Laurent (10 août) et les trésors de l'Eglise

    IMPRIMER

    LorenzoDetail.jpg

    (Source) Saint Laurent fut l'un des plus illustres martyrs de l'Église. Ses vertus, son mérite, lui gagnèrent l'affection du Pape Sixte II, qui le choisit comme son premier diacre. L'an 258, le Pape fut arrêté et condamné à mort. Comme on le conduisait au supplice, Laurent, son diacre, le suivait en pleurant : « Où allez-vous, mon père, disait-il, sans votre fils ? Où allez-vous, saint Pontife, sans votre diacre ? Jamais vous n'offriez le sacrifice sans que je vous servisse à l'autel. En quoi ai-je eu le malheur de vous déplaire ? ». Le saint Pape, ému, lui dit : « Je ne vous abandonne point, mon fils; une épreuve plus pénible et une victoire plus glorieuse vous sont réservées; vous me suivrez dans trois jours ». Puis il lui ordonna de distribuer aux pauvres tous les trésors de l'Église, pour les soustraire aux persécuteurs : mission que Laurent accomplit avec joie.

    Le préfet de Rome, à cette nouvelle, fit venir Laurent et lui demanda où étaient tous les trésors dont il avait la garde, car l'empereur en avait besoin pour l'entretien de ses troupes : « J'avoue, lui répondit le diacre, que notre Église est riche et que l'empereur n'a point de trésors aussi précieux qu'elle; je vous en ferai voir une bonne partie, donnez-moi seulement un peu de temps pour tout disposer ». Le préfet (Dacien ou Déce) accorda trois jours de délai. Pendant ce temps, Laurent parcourut toute la ville pour chercher les pauvres nourris aux dépens de l'Église; le troisième jour, il les réunit et les montra au préfet, en lui disant : « Voilà les trésors que je vous ai promis. J'y ajoute les perles et les pierres précieuses, ces vierges et ces veuves consacrées à Dieu; l'Église n'a point d'autres richesses. – Comment oses-tu me jouer, malheureux ? dit le préfet; est-ce ainsi que tu outrages en moi le pouvoir impérial ? ». Puis il le fit déchirer à coups de fouets.

    Laurent, après ce supplice, fut conduit en prison, où il guérit un aveugle et convertit l'officier de ses gardes, nommé Hippolyte. Rappelé au tribunal, il fut étendu sur un chevalet et torturé cruellement; c'est alors qu'un soldat de la garde, nommé Romain, vit un Ange essuyer le sang et la sueur du martyr : « Vos tourments, dit Laurent au juge, sont pour moi une source de délices ». Laurent fut ensuite rôti à petit feu sur un gril de fer, et quand il eut un côté tout brûlé : « Je suis assez rôti de ce côté, dit-il au juge en souriant; faites-moi rôtir de l'autre ». Bientôt, les yeux au Ciel, il rendit l'âme.

    Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église (EAQ)

    Sermon 302, pour la fête de saint Laurent 

    « L'homme qui donne aux pauvres à pleines mains demeure juste pour toujours » (Ps 111,9)

          Saint Laurent était diacre à Rome. Les persécuteurs de l'Église lui demandaient de livrer les trésors de l'Église ; c'est pour obtenir un vrai trésor dans le ciel qu'il a souffert des tourments dont on ne peut entendre le récit sans horreur : il a été étendu sur un gril sur un feu... Cependant, il a triomphé de toutes les douleurs physiques par la force extraordinaire qu'il puisait dans sa charité et dans le secours de Celui qui le rendait inébranlable : « C'est Dieu qui nous a faits, il nous a créés en Jésus Christ, pour que nos actes soient vraiment bons, conformes à la voie que Dieu a tracée pour nous et que nous devons suivre » (Ep 2,10). 

          Voici ce qui a provoqué la colère des persécuteurs... Laurent a dit : « Faites venir avec moi des chariots sur lesquels je puisse vous apporter les trésors de l'Église. » On lui a donné des chariots ; il les a chargés de pauvres et les a fait revenir, en disant : « Voici les trésors de l'Église. » 

          Rien n'est plus vrai, mes frères ; dans les besoins des pauvres se trouvent les grandes richesses des chrétiens, si nous comprenons bien comment faire fructifier ce que nous possédons. Les pauvres sont toujours devant nous ; si nous leur confions nos trésors, nous ne les perdrons pas.

    Voir également l'homélie de frère Elie (homelies.fr) (Archive 2010)

    Lire la suite

  • Saint Laurent, diacre et martyr (10 août)

    IMPRIMER

    497020.jpg

    Martyre de saint Laurent - Mausolée de Galla Placidia - Ravenne

    "Laurent serait né vers 210 ou 220 en Espagne, à Huesca, au royaume d'Aragon. Son père s'appelait Orence, et sa mère Patience. Afin de compléter ses études humanistiques et liturgiques il fut envoyé, tout jeune encore, dans la ville de Saragosse, où il fit la connaissance du futur pape Sixte II. Ce dernier, originaire de la Grèce, était investi d’une charge d’enseignant dans l’un des plus importants centres d’études de l'époque et, parmi ses maîtres, le pape était l’un des plus connus et des plus appréciés.

    Lire la suite

  • Pourquoi l'enseignement d'Humanae vitae sur la contraception est irréformable

    IMPRIMER

    De Carl Bunderson sur Catholic News Agency :

    Réagissant à l'Académie pontificale pour la vie, un théologien affirme que l'enseignement d'Humanae Vitae ne peut pas changer

    Le père Petri a rappelé que saint Jean-Paul II avait confirmé l'enseignement d'Humanae vitae comme faisant partie du magistère ordinaire et universel.

    9 août 2022

    L'enseignement d'Humanae vitae sur la contraception est un exemple du magistère ordinaire et universel, et en tant que tel, il est irréformable, a déclaré un théologien moraliste en réponse à une déclaration de l'Académie pontificale pour la vie.

    Le père dominicain Thomas Petri, président de la Dominican House of Studies à Washington, D.C., a noté que même les critiques de l'enseignement sur la contraception ont "reconnu que cela a toujours été l'enseignement de l'Église" et que nulle part dans l'enseignement de l'Église il n'y a eu de permissivité, sous quelque forme que ce soit, pour la contraception.

    "Cela suggère que cela a toujours été l'enseignement de l'Église, et que cela fait donc partie du magistère ordinaire et universel", a déclaré le père Petri. "Ainsi, même si une encyclique particulière, comme Humanae vitae, n'est pas infaillible, l'enseignement qu'elle présente est en fait irréformable, car il fait partie du magistère ordinaire et universel de l'Église."

    Dans Humanae vitae, son encyclique de 1968 sur la régulation des naissances, saint Paul VI écrivait que "toute action qui, soit avant, soit au moment, soit après l'acte sexuel, vise spécifiquement à empêcher la procréation - que ce soit comme fin ou comme moyen" est "exclue", comme moyen illicite de régulation des naissances.

    L'Académie pontificale

    L'Académie pontificale pour la vie, une institution associée au Saint-Siège mais qui n'est pas elle-même un organisme magistériel, a accueilli en 2021 un séminaire d'éthique au cours duquel un participant a discuté de "l'éventuelle légitimité de la contraception dans certains cas".

    Une synthèse du séminaire a récemment été publiée par la Maison d'édition du Vatican, ce qui a suscité des questions sur le caractère réformable de l'enseignement de l'Église sur le contrôle des naissances.

    L'Académie pontificale pour la vie a défendu la discussion qu'elle a organisée sur la licéité de la contraception, en tweetant le 5 août que "les archives historiques de l'abbé [Ferdindando] Lambruschini ont confirmé que Paul VI lui a dit directement que les HV n'étaient pas sous infaillibilité".

    Puis, dans une déclaration du 8 août, l'académie a écrit que "de nombreuses personnes sur Twitter semblent croire qu'Humanae Vitae est une déclaration infaillible et irréformable contre la contraception."

    Elle a noté que "lorsque le théologien moral de l'Université pontificale du Latran, Mgr Ferdinando Lambruschini, a présenté Humanae Vitae lors d'une conférence de presse ... il a déclaré, conformément au mandat de Paul VI, que l'encyclique Humanae Vitae ne doit pas être considérée comme faisant partie des déclarations infaillibles. Lambruschini a souligné qu'Humanae Vitae n'exprimait pas une vérité de foi définitive accordée par 'infallibilitas in docendo'".

    Lire la suite

  • Le bienheureux Franz Jägerstätter décapité sous le régime nazi pour sa fidélité au Christ (9 août)

    IMPRIMER

    D'Evangile au Quotidien :

    Franz (François) Jägerstätter naît le 20 mai 1907, enfant naturel de Rosalia Huber, à Sainte-Radegonde, village de Haute-Autriche, tout proche de la frontière allemande. Il est baptisé dès le lendemain et élevé dans la pauvreté chez sa grand-mère. En 1917, sa mère épouse le fermier Heinrich Jägerstätter et Franz est légitimé; il deviendra héritier de la ferme de son beau-père. À vingt ans, il va gagner sa vie dans une exploitation minière. Le jeune homme se trouve dans un milieu matérialiste et hostile à l'Église, ce qui provoque en lui une crise religieuse. Il cesse un moment d'aller à la Messe, mais reviendra vite à une pratique chrétienne.

    Le 9 avril 1936, il épouse Franziska Schwaninger, une serveuse de restaurant, née en 1913. Les époux se joignent à un groupe de pèlerins et font leur voyage de noces à Rome. Franziska, fervente chrétienne qui communie fréquemment et sanctifie les premiers vendredis du mois, est une jeune femme pleine de charme et d'humour. Franz a trouvé la perle précieuse. Entraîné par l'exemple de Franziska, il commence lui aussi à communier souvent; c'est le tournant de sa vie spirituelle.

    En 1933, Hitler prend le pouvoir en Allemagne et les rapports avec l'Autriche sont aussitôt tendus. L'évêque de Linz, Mgr Gföllner, dans le diocèse duquel se trouve Sainte-Radegonde, constate dès cette année l'incompatibilité entre la doctrine catholique et celle du national-socialisme. Franz s'en tiendra à cette ligne de conduite: pas de compromis avec le néo-paganisme. Le 10 avril 1938, il vote « non » au plébiscite organisé en Autriche par les Nazis après l'Anschluss (annexion forcée de l'Autriche à l'Allemagne). Il est le seul de son village à oser le faire.

    Le 17 juin 1940, Jägerstätter est appelé au service militaire actif à Braunau, lieu de naissance d’Hitler. Il est cependant déclaré indisponible sur l'intervention des autorités de sa commune, ayant trois filles en bas âge dont la dernière vient de naître. Mais en octobre, il est rappelé à Enns chez les chasseurs alpins. Le 8 décembre, il est reçu dans le Tiers-Ordre franciscain dont son épouse est également membre. En avril 1941, Franz parvient, toujours grâce aux autorités de sa commune, à rentrer chez lui; il aura deux ans de relative tranquillité; mais pendant tout ce temps, son épouse et lui vivent dans l'attente redoutée d'un courrier de la Wehrmacht.

    Franz ne refuse nullement, par principe, de porter les armes. Il reçoit l'enseignement de l'Église, formulé aujourd'hui par le Catéchisme de l'Église Catholique. Cependant, dès avril 1941, il est décidé à ne pas obtempérer à un nouvel appel au service dans les armées du troisième Reich. Il est en effet convaincu, après une longue et prudente réflexion, que s'il le fait, il péchera en collaborant directement à une guerre injuste. La décision que prend Franz de se soustraire à un nouvel appel sous les drapeaux lui vaut de nombreuses critiques dans son entourage. Sa mère lui montre les conséquences tragiques qui sont à craindre pour lui et sa famille.

    Franz interroge son évêque, Mgr Joseph Fliesser, qui – selon son propre témoignage – s'efforce de le convaincre d'obéir à l'appel aux armes : la question de savoir si la guerre est juste dépasse la compétence d'un simple citoyen, et Franz se doit d'abord à sa famille. Cette réponse ne satisfait pas Jägerstätter : il soupçonne que l'évêque a dû le prendre pour un provocateur nazi. De plus, en voyant dans son entourage le grand nombre de soldats qui sont morts au front en Russie, Franz remarque qu'il n'est guère moins dangereux d'être réfractaire que de se laisser conduire comme soldat sur le front de l'Est. « Je crois que si Dieu nous demande de mourir pour notre foi, ce n'est pas une chose trop difficile, si l'on pense aux milliers de jeunes gens qui, en ces difficiles années de guerre, ont été contraints à donner leur vie pour le national-socialisme ».

    En février 1943, le ministre Goebbels proclame la « guerre totale ». Les réservistes seront désormais rappelés au service. Jägerstätter reçoit la convocation redoutée. En accusant réception, il remarque: « Je viens de signer mon arrêt de mort ». Si sa mère le supplie de ne pas s'obstiner, son épouse renonce, quant à elle, à le faire changer d'avis. Mis en demeure de se trouver à la caserne d'Enns le 25 février, Franz écrit à l'abbé Karobath, alors exilé : « Je dois vous annoncer que vous allez peut-être perdre un de vos paroissiens... Comme personne ne peut m'obtenir d'être dispensé d'accomplir une chose qui mettrait en danger mon salut éternel, je ne peux rien changer à ma résolution, que vous connaissez ». Le prêtre comprend alors la position de son ami et l'approuve.

    Dans un premier temps, Franz ne se rend pas à la caserne; son idée est de se cacher dans la forêt. Puis, réfléchissant que sa fuite provoquerait des représailles à l'encontre de sa famille, il se présente à Enns le 1er mars. Dès le 2, il annonce à l'officier-recruteur qu'il refuse de porter les armes, en raison de son opposition aux principes du national-socialisme. Le même jour, il écrit à sa femme une lettre pleine d'amour où il lui explique les motifs de sa décision ; elle se termine ainsi: « Puisse Dieu t'accorder tout ce que tu désires, à condition que cela ne compromette pas ton salut éternel... Si Dieu ne permet pas que je vous revoie ici-bas, j'espère que nous serons bientôt tous réunis au Ciel ». Il demande à Franziska de lui envoyer une brochure sur les apparitions de la Vierge Marie à Fatima.
    Le 7 mars, Franziska lui écrit : « Mon très cher époux... que la Volonté de Dieu soit faite, même si elle fait très mal !... Tes trois petites filles te réclament toujours et offrent des sacrifices de carême pour ton retour ».

    Au début de mai, Franz est transféré à la prison militaire de Berlin-Tegel. Il se rend compte qu'il n'est pas le seul à avoir refusé le service armé et que bien d'autres ont accompli des actes héroïques de résistance contre le national-socialisme. Il aide plusieurs d'entre eux à se convertir et à accepter leur mort prochaine. Il apprend avec joie que des S.S. se sont convertis avant de mourir. L'aumônier Heinrich Kreutzberg, qui a déjà assisté deux cents catholiques condamnés à mort, lui témoigne affection et respect.

    Avant le procès, l'avocat de Franz, Feldmann, qui veut tout faire pour sauver son client, a obtenu que le prévenu puisse rencontrer ses juges seul à seul. Ceux-ci l'exhortent à « ne pas les obliger à le condamner à mort », en acceptant de servir dans une unité sanitaire. Mais Franz décline l'offre, car il lui faudrait prêter le serment d'obéissance inconditionnelle, ce qu'il ne veut à aucun prix. L'arrêt du tribunal militaire de Berlin, en date du 6 juillet 1943, constate que ce refus du service armé est un crime punissable selon la loi du Reich, les motifs de conscience allégués n'étant pas recevables et l'accusé n'étant pas jugé malade mentalement. Franz est donc condamné à mort.

    Le 12 juillet, Franziska est autorisée à voir son mari ; l'entretien de vingt minutes a lieu en présence du curé-remplaçant de Sainte-Radegonde, l'abbé Fürthauer. Ce prêtre pusillanime s'efforce en vain de convaincre le condamné de se soumettre pour sauver sa vie. Le 8 août 1943, Franz est transféré à la prison de Brandenburg. On lui annonce qu'il a été condamné à mort et que la sentence sera exécutée le lendemain. Ce même jour, Franz écrit aux siens: « J'aurais tant voulu vous épargner toute cette souffrance que vous avez à supporter à cause de moi. Mais vous savez ce que le Christ a dit : Celui qui aime son père, sa mère, son épouse et ses enfants plus que moi, n'est pas digne de moi (cf. Mt 10, 37) ».
    À 16 heures, le 9 août, Franz Jägerstätter est décapité.

    Franz Jägerstätter a été béatifié le 26 octobre 2007, jour de la fête nationale autrichienne, à Linzen Autriche (la ville de naissance d’Adolf Hitler) par le Card. José Saraiva Martins, Préfet de la Congrégation pour la cause des Saints, qui représentait le pape Benoît XVI.

    Pour un approfondissement biographique :
    >>> Franz Jägerstätter

     

  • Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix - "Fille d'Israël" (KTO)

    IMPRIMER

    De KTO Télévision :

    Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix - "Fille d’Israël"

    En 1933, Edith Stein entre au Carmel sous le nom de Sainte Thérèse Bénédicte de la Croix. Comment cette juive pratiquante formée à la pensée logique et rationaliste à la prestigieuse Université de Göttingen a-t-elle pu sauter le pas de la foi ? Le documentaire propose de lever le voile sur le parcours singulier de cette religieuse allemande, écrivaine prolixe, disciple d’Edmund Husserl. Fait de découvertes intellectuelles, de rencontres décisives et d’une expérience personnelle de la guerre en tant qu’infirmière de la Croix Rouge auprès des blessés du premier conflit mondial, son cheminement ne présente pas moins une profonde unité. Unité dans le Christ que cette « fille d’Israël » suivra jusqu’à la Croix en donnant sa vie par « fidélité à son peuple » au camps d’extermination d’Auschwitz, le 9 août 1942.

    UNE COPRODUCTION SUNSET PRESSE/KTO 2021 - Réalisée par Alexandre Dolgorouky

  • "La religion n'est pas quelque chose pour un petit coin tranquille"

    IMPRIMER

    "Naturellement, la religion n'est pas quelque chose pour un petit coin tranquille, ou pour quelques heures de célébration; mais elle doit, comme vous l'avez déjà ressenti, être la racine et la base de toute la vie, et cela, non pour quelques rares élus, mais pour tout vrai chrétien (à vrai dire, il n'y en a toujours qu'un petit troupeau) ...

    Dans la période qui a précédé immédiatement ma conversion, et encore longtemps après, j'ai pensé que mener une vie chrétienne signifiait renoncer à tout ce qui est de la terre et ne penser qu'aux choses de Dieu. Mais peu à peu j'ai compris qu'en ce monde autre chose nous est demandé, et que même dans la vie la plus contemplative le lien avec le monde ne peut être entièrement rompu. Je crois même que, plus quelqu'un est profondément absorbé en Dieu, plus il doit en un certain sens, 'sortir de soi' pour pénétrer le monde et y apporter la vie divine.

    Il s'agit seulement d'avoir concrètement un petit coin tranquille où l'on puisse converser avec Dieu comme si rien dl autre n'existait - et cela chaque jour. Les heures du matin me semblent les plus favorables, avant de commencer le travail de la journée; ensuite, il faut que l'on trouve là sa mission particulière, si possible pour chaque jour, et non par choix personnel; enfin, que l'on se considère entièrement comme un instrument ; et spécialement que l'on regarde les forces avec lesquelles on doit travailler - dans notre cas, l'intelligence comme quelque chose dont nous ne nous servons pas nous-mêmes, mais dont Dieu se sert en nous.

    Vous avez là ma recette. Chaque matin ma vie commence à nouveau, et chaque soir elle se termine. D'autres plans et projets, je n'en ai pas - naturellement, il y en a qui font partie du travail quotidien de la journée : la profession d'enseignante, par exemple, est impraticable autrement. Mais du souci pour le lendemain, il ne faut jamais en avoir. Vous comprendrez donc que je ne puis laisser passer ce que vous dites : que je suis "devenue quelque chose". Il me semble que le rayon de mon travail doive s'étendre, mais cela ne change rien pour moi, je le pense réellement. On m'a demandé cela, et je l'ai entrepris, sans savoir encore ce que cela comporte et quel sera pratiquement le chemin."

    [Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein) lettre du 12 Février 1928, à Soeur Callista Kopf, Dominicaine (Lettres I, p.54ss)]

    http://www.homelie.biz/article-sainte-edith-stein-la-priere-dans-la-vie-55417871.html

  • 9 août : sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein)

    IMPRIMER

    Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein), vierge et martyre, copatronne de l'Europe

    Homélie du frère Dominique sur http://homelies.fr/ (archive 2010)

    « Oui, je suis venu séparer l'homme de son père, la fille de sa mère ». Ce genre de versets de l’évangile nous semble spontanément difficile à vivre dans sa radicalité. L’amour d’un père et d’un fils, d’une mère et de sa fille, sont tellement fondamentaux : comment le Christ pourrait-il nous demander d’y renoncer ?

    Les vies de saints sont des réponses que l’Église nous donne à méditer. Celle de sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix, Édith Stein, est édifiante. Orpheline de père à trois ans, elle est élevée, avec ses six autres frères et sœurs, par une mère exemplaire et courageuse. Très fidèle à sa foi juive, elle est un modèle pour toute la famille. « Nous pouvions lire dans l'exemple de notre mère la vraie manière de nous comporter. » disait soeur Thérèse-Bénédicte.

    Mais le Seigneur Jésus avait choisi la jeune Édith. Après des années passées à la recherche de la vérité loin des chemins de la foi, Édith se convertit en lisant la vie de sainte Thérèse d’Avila. Aussitôt, elle va trouver le curé et demande le baptême : elle a fait le choix du Christ, désormais son Seigneur passe avant tout.

    Lire la suite

  • Un témoin de la présence de Dieu : Edith Stein (9 août)

    IMPRIMER

    edith-stein.jpgSainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein)

    Carmélite déc., vierge, martyre, co-patronne de l'Europe (12 octobre1891 – 9 août 1942)

    Source : http://www.vatican.va/

    « Inclinons-nous profondément devant ce témoignage de vie et de mort livré par Edith Stein, cette remarquable fille d’Israël, qui fut en même temps fille du Carmel et sœur Thérèse-Bénédicte de la Croix, une personnalité qui réunit pathétiquement, au cours de sa vie si riche, les drames de notre siècle. Elle est la synthèse d’une histoire affligée de blessures profondes et encore douloureuses, pour la guérison desquelles s’engagent, aujourd’hui encore, des hommes et des femmes conscients de leurs responsabilités ; elle est en même temps la synthèse de la pleine vérité sur les hommes, par son cœur qui resta si longtemps inquiet et insatisfait, « jusqu’à ce qu’enfin il trouvât le repos dans le Seigneur » ». Ces paroles furent prononcées par le Pape Jean-Paul II à l’occasion de la béatification d’Edith Stein à Cologne, le 1er mai 1987.

    Lire la suite

  • Edith Stein : philosophie de la conversion

    IMPRIMER

    De Vincent Aucante sur aleteia.org :

    Édith Stein, philosophe de la conversion

    C’est après une longue maturation que l’intellectuelle juive Édith Stein se convertit au catholicisme. Auteur du livre « Édith Stein, la grâce devant soi », Vincent Aucante raconte la « philosophie de la conversion » de celle qui deviendra sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix.

    Notre temps a plus que jamais besoin de conversion, que ce soit la conversion de l’Église à laquelle nous appelle le pape François, ou la conversion à l’amour du cœur des hommes. La vie et l’œuvre d’Édith Stein peuvent être pour chacun, chrétien ou non, un modèle de conversion.

    La conversion marque un passage, inscrit dans l’histoire d’une personne. Elle ouvre le cœur, et l’amène à rencontrer Dieu. La personne peut se convertir en redécouvrant ses propres racines, la foi de sa famille ou de sa communauté, ou en changeant de religion. Édith Stein a vécu les deux types de conversion. D’origine juive mais devenue agnostique, elle a choisi le catholicisme, et est entrée après quelques années au carmel. Elle y a redécouvert la profondeur du judaïsme, dans lequel ont grandi Marie, Jésus et les apôtres.