Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Foi

  • Une nouvelle bienheureuse : Conchita Barrecheguren morte à 22 ans

    IMPRIMER

    Lu sur IDEAL.es :

    Le pape approuve la béatification de Conchita Barrecheguren, née à Grenade.

    Sa Sainteté a approuvé le miracle attribué à l'intercession de la jeune femme, décédée en 1927 à l'âge de 22 ans.

    21 mai 2022

    Le pape François a approuvé le miracle attribué à l'intercession de Conchita Barrecheguren, de sorte que la jeune femme, décédée en 1927 à l'âge de 22 ans seulement, sera béatifiée. Le pape avait auparavant approuvé le décret reconnaissant les "vertus héroïques", première étape vers la béatification de la jeune femme et de son père, Francesco Barrecheguren.

    Le chemin de la sainteté comporte plusieurs étapes : la première consiste à être déclaré vénérable serviteur de Dieu, la deuxième, bienheureux et la troisième, saint. Vénérable serviteur de Dieu" est le titre donné à un défunt qui est reconnu comme ayant "vécu les vertus de manière héroïque". Pour qu'une personne vénérable soit béatifiée, il faut qu'un miracle ait été accompli par son intercession, et pour qu'elle soit canonisée, c'est-à-dire qu'elle devienne un saint, il faut un deuxième miracle "par intercession" après qu'elle ait été proclamée bienheureuse.

    La vie de Conchita

    Concepción Barrecheguren y García est née à Grenade le 27 novembre 1905 dans une maison de la Gran Vía, ville où elle est morte le 13 mai 1927, à peine âgée de vingt-deux ans. Figure extraordinaire et peut-être méconnue de la société grenadine, sa courte vie a été marquée par la maladie et la douleur, adoucie en grande partie par sa profonde foi de croyant et l'atmosphère chrétienne du foyer où elle est née.

    Ceux qui l'ont étudiée la décrivent comme une jeune femme aux contrastes marqués. Impulsive, courageuse, souvent fougueuse, et parfois douce et gentille. L'impossibilité de poursuivre des études normales à son âge - c'est son propre père qui lui sert de professeur - n'a pas empêché le développement d'un esprit alerte et d'une intelligence vive. Non seulement pour les matières habituelles, mais elle excellait aussi au piano.

    Lire la suite

  • Le pape demande de prier pour les catholiques chinois

    IMPRIMER

    De Nico Spuntoni sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Le pape demande de prier pour les catholiques chinois

    23-05-2022

    À la veille de la comparution du cardinal Zen devant le tribunal, le Pape, lors du Regina Coeli, évoque la complexité des événements qui affectent l'Église en Chine et prie pour qu'"elle puisse vivre en communion effective avec l'Église universelle".

    Quarante-huit heures avant la comparution du cardinal Joseph Zen devant le tribunal de Hong Kong, le pape François a évoqué la situation des catholiques chinois après le Regina Coeli récité sur la place Saint-Pierre. Il l'a fait pour dire qu'il suit "avec attention et participation la vie et les vicissitudes des fidèles et des pasteurs, souvent complexes" en Chine et a appelé les fidèles à s'unir à sa prière "afin que l'Église en Chine, dans la liberté et la tranquillité, puisse vivre en communion effective avec l'Église universelle et exercer sa mission d'annoncer l'Évangile à tous, offrant ainsi également une contribution positive au progrès spirituel et matériel de la société". Le Souverain Pontife a rappelé que dans deux jours sera célébré le mémorial liturgique de Marie Auxiliatrice, "particulièrement ressenti par les catholiques de Chine". Et c'est précisément le 24 mai que le cardinal Zen, arrêté le 11 mai et libéré sous caution, devrait répondre aux autorités de Hong Kong des accusations de collusion avec des forces étrangères. 

    Jusqu'à présent, publiquement, le Saint-Siège s'est limité à exprimer sa "préoccupation" concernant l'arrestation de l'archevêque émérite de Hong Kong et à faire savoir qu'il suit "avec une extrême attention l'évolution de la situation". Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État et souvent critiqué par Zen pour ses actions, a ensuite publié quelques déclarations sur l'affaire dans lesquelles il a nié que l'arrestation puisse représenter une défaite de l'accord provisoire avec la République populaire de Chine, tout en admettant que "des initiatives comme celles-ci peuvent compliquer le chemin déjà complexe et pas simple du dialogue".

    La politique étrangère a marqué l'agenda dominical du Saint-Siège : sur la question du conflit russo-ukrainien, en effet, l'hypothèse d'un rôle direct du Pape dans une éventuelle négociation de paix a refait surface. Monseigneur Paul Richard Gallagher, qui vient de rentrer de sa mission en Ukraine, en a parlé : le secrétaire pour les relations avec les Etats de la Secrétairerie d'Etat a déclaré à Vatican News que Kiev "doit se défendre et pour ce faire, elle doit recevoir une aide, y compris militaire". Une position qui, jusqu'à présent, n'avait pas été soutenue publiquement par le Saint-Père lorsqu'il était interrogé sur le sujet. Le prélat britannique, qui a mis en cause le début d'une nouvelle course aux armements en Europe, a ensuite évoqué le "rôle stratégique" que le pape pourrait jouer dans la résolution du conflit, affirmant qu'"il y a des espaces" pour que cela se produise.

    Hier, cependant, après la récitation de la prière mariale depuis la fenêtre du Palais apostolique, François a tenu à saluer et à remercier les participants à la manifestation pro-vie "Choisissons la vie" qui a défilé dans les rues du centre de Rome samedi après-midi, en partant de l'ancienne Piazza Esedra et en remplissant ensuite la Piazza San Giovanni in Laterano. "Je vous remercie pour votre engagement en faveur de la vie et pour la défense de l'objection de conscience, dont on tente souvent de limiter l'exercice", a déclaré le Saint-Père. Le Souverain Pontife a également tenu des propos sans équivoque, ajoutant que "malheureusement, ces dernières années, la mentalité commune a changé, et aujourd'hui nous sommes de plus en plus enclins à penser que la vie est un bien à notre entière disposition, que nous pouvons choisir de manipuler, de faire naître ou mourir à notre guise, comme le résultat exclusif d'un choix individuel". Bergoglio est parti de ce constat pour rappeler que "la vie est un don de Dieu ! Elle est toujours sacrée et inviolable, et nous ne pouvons pas faire taire la voix de la conscience". 

  • Les chrétiens d’Orient vivent une tragédie dans l’indifférence générale

    IMPRIMER

    De Jeanne Emmanuelle HUTIN sur Ouest France :

    ÉDITORIAL. Chrétiens d’Orient, ils risquent de disparaître !

    « Les chrétiens d’Orient vivent une tragédie dans l’indifférence générale. » Par Jeanne Emmanuelle Hutin, directrice de la Recherche éditoriale du journal Ouest-France.

    22/05/2022

    Les chrétiens d’Orient vivent une tragédie dans l’indifférence générale. Contraints à l’exil, chassés de leur terre par millions, réduits à être des citoyens de seconde zone, emprisonnés, torturés, assassinés, victimes de génocides. Ils subissent tous les types de persécutions au point qu’ils risquent de disparaître du Moyen Orient où ils vivent depuis des millénaires !

    « La liberté religieuse est un droit de l’homme fondamental »

    À une époque qui se soucie tant des droits de l’homme, des femmes et des minorités, le silence assourdissant qui entoure ces persécutions est incompréhensible, observe Mgr Pascal Gollnish, Directeur général de L’Œuvre d’Orient : « La liberté religieuse est un droit de l’homme fondamental et l’on se résigne comme si ces atteintes étaient normales. » Il interroge.

    Condamner les persécutions ne suffit pas

    Où sont les protestations contre l’interdiction faite aux femmes musulmanes d’épouser des chrétiens ? Contre la Turquie quand elle bombarde des villages en Syrie ? Contre les États qui persécutent les minorités au nom du « blasphème » ou de la « purification du pays » comme en Inde ? Pourquoi en France, les complices de Daech ne sont-ils pas accusés de crimes de génocide comme en Allemagne ?

    En cette Journée des Chrétiens d’Orient, condamner ces persécutions ne suffit pas. Il faut aussi soutenir ceux qui restent sur leur terre où ils jouent un rôle primordial : « Dans les pays où ils sont très minoritaires, les chrétiens sont agents de paix, de progrès des droits humains et de progrès social. Ils aident leur pays à se relever et nous les aidons à rester » ​, explique Mgr Gollnisch.

    « Ils prennent soin de tous sans discrimination »

    Dans leur pays pétri de larmes et de haine, ils éduquent les enfants, soignent les malades, nourrissent les affamés, abritent les déplacés, reconstruisent les maisons, réconcilient les cœurs et les sociétés. Ils prennent soin de tous sans discrimination. Ils frayent les chemins du respect mutuel et de l’amour du prochain.

    Mais l’avenir est sombre. Guerres et guerres civiles ravagent leurs pays. Intolérance et persécutions s’accroissent. La hausse du prix du blé heurte de plein fouet ces sociétés déchirées : faim, émeutes, déstabilisations s’annoncent.

    « Établir un pont spirituel »

    Mais leur avenir « dépend aussi des chrétiens et des gouvernements occidentaux » ​. Il passe par la fraternité des chrétiens d’Occident envers les chrétiens d’Orient, par l’action des chefs d’État des pays démocratiques, par l’engagement sans discrimination religieuse des associations qui défendent les droits de l’homme.

    Mgr Gollnish appelle à « établir un pont spirituel, à faire le lien entre le Nord et le Sud, l’Est et l’Ouest » ​et à relancer d’urgence l’Union pour la Méditerranée : « Si nous n’agissons pas pour la paix, nous n’en sortirons pas indemnes en Europe et en France en particulier. »

    La présence des chrétiens d’Orient fait obstacle à ceux qui veulent détruire la liberté religieuse parce qu’elle est intimement liée à la liberté de conscience qui irrigue toutes les autres libertés. Sentinelles de la liberté et acteurs de la fraternité, ils montrent qu’un chemin de vie est possible pour l’humanité et que le monde n’est pas condamné au chaos.

  • Pauline Jaricot béatifiée : le témoignage de la famille de Mayline Tran, l'enfant miracle

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    VATICAN - Béatification de Pauline Jaricot : témoignage de la famille de Mayline Tran, l'enfant miracle

    21 mai 2022

    Lyon (Agence Fides) - Ce 22 mai, la Vénérable Servante de Dieu Pauline Jaricot est béatifiée : elle sera élevée à l'honneur des autels à Lyon, sa ville natale, à l'occasion du bicentenaire de la fondation de l'Œuvre Pontificale de la Propagation de la Foi (OPPF), au cours de la célébration eucharistique présidée par le Préfet de la Congrégation pour l'Évangélisation des Peuples, le Cardinal Luis Antonio Tagle. Le protagoniste du miracle attribué à l'intercession du Vénérable Jaricot est la petite Mayline Tran, âgée de trois ans et demi à l'époque.

    Le soir du 29 mai 2012, la famille Tran, avec le père Emmanuel et la mère Nathalie, prend l'apéritif. Quand son tour est venu, Mayline a attrapé une petite saucisse et, avant que ses parents ne puissent faire quoi que ce soit, une bouchée lui est passée dans la gorge. Lorsque les pompiers et les ambulanciers sont arrivés, on lui a fait un massage cardiaque et les médecins ont réussi à la ranimer plusieurs fois, mais son cœur ne se stabilisait pas. Le médecin ambulancier a fait le premier rapport : Mayline était dans un état cérébral de niveau 3 selon Glasgow ; elle avait subi de multiples arrêts cardio-respiratoires ; elle présentait une anoxie cérébrale. Le médecin des urgences a expliqué aux parents que l'enfant serait transférée dans un autre service car elle était dans un coma profond, sous assistance cardio-respiratoire et sous nutrition artificielle. Le professeur du service était clair : l'onde N20, qui parcourt les noyaux gris de la base et permet au cerveau de transmettre des informations au reste du corps, celle qui détermine si un patient va vivre ou mourir, dans le cas de Mayline, était abolie d'un côté et il en restait très peu de l'autre : elle ne pouvait que se détériorer, mais jamais revenir à ce qu'elle était auparavant.

    L'Agence Fides a recueilli en exclusivité le récit et le témoignage d'Emmanuel et Nathalie Tran, les parents de Mayline.

    Emmanuel : Quand l'accident est arrivé, nous ne connaissions pas Pauline, nous n'étions pas lyonnais, nous habitions à Paris, nous avons voyagé et sommes venus à Lyon pour ouvrir un restaurant, nous habitions en dehors de la ville près du Beaujolais. Quand nous avons déménagé du sud de la France, nous sommes venus à Lyon juste pour un mois afin de terminer l'école qui était près de Condrieu où l'accident s'est produit. Nous étions tout le temps à l'hôpital pour veiller sur Mayline et c'est une femme qui a fait et demandé la neuvaine à Pauline Jaricot. Nous étions à l'hôpital toute la journée, nous ne connaissions pas du tout Pauline.

    Lire la suite

  • Les chrétiens d'Orient à l'honneur ce dimanche 22 mai

    IMPRIMER

    De Jean-Marie Dumont sur le site de Famille Chrétienne :

    Les chrétiens d’Orient partout mis à l’honneur ce dimanche

    21/05/2022

    Faire connaître les chrétiens d’Orient, prier avec eux et pour eux : c’est le but de la Journée internationale des chrétiens d’Orient organisée en France et dans le monde ce dimanche 22 mai. C’est la 5e édition d’une initiative lancée en mars 2018 afin de « prier pour la paix avec les chrétiens d’Orient ». Une proposition née des drames vécus par les chrétiens d’Orient en Syrie et en Irak, et du succès rencontré par l’exposition « Chrétiens d’Orient. 2000 ans d’histoire » organisée à l’Institut du monde arabe en 2017-2018. « Nous nous étions demandé comment continuer à faire vivre cet intérêt pour les chrétiens d’Orient », a expliqué Armelle Milcent, Directrice de la communication de Œuvre d’Orient, lors d’une conférence de presse présentant l’événement. « Il nous appartient de vivre cette journée avant tout comme un temps de communions spirituelle, vécue sous le mode de l’échange », a affirmé de son côté Mgr Pascal Gollnisch, Directeur général de l’Œuvre d’Orient « Il s’agit moins de prier pour les chrétiens d’Orient que de prier avec eux. »

    En pratique, comment s’y associer ?

    Concrètement, en Paris, en province ou à l’étranger, les catholiques sont tous invités ce jour-là à « partir à la rencontre des chrétiens issus des différentes Eglises catholiques orientales ». Outre la visite des églises orientales, l’Œuvre d’Orient a fourni une liste variée de moyens concrets permettant de s’associer à cette journée. Une intention de prière particulière peut ainsi être lue à la messe du dimanche (« Seigneur, en cette journée des chrétiens d’Orient, regarde tous les pays en conflit, et tout particulièrement l’Ukraine, la Syrie et l’Ethiopie. Suscite au milieu de nos frères et sœurs d’Orient des artisans de paix et d’espérance. Nous T’en prions. »), un chant venu de la tradition orientale peut être employé à la messe, une quête pour les chrétiens d’Orient peut être organisée. De même, les catholiques sont invités à se renseigner sur la présence de communautés catholiques orientales dans leur diocèse et à participer à une liturgie catholique dans un rite oriental : syriaque, chaldéen, copte, grec-melkite, gréco-catholique, arménien… Les chrétiens d’Orient eux-mêmes sont invités à se joindre à cette journée.

    Un sondage sur les chrétiens d’Orient

    A l’occasion de cette cinquième édition, l’Œuvre d’Orient a aussi rendu public les résultat d’un sondage qu’elle a commandité et qui a été réalisé au mois de mars. Il avait pour objectif de mesurer la connaissance et la perception qu’ont les Français des chrétiens d’Orient. Selon les résultats de ce sondage réalisé auprès de mille personnes, l’existence des chrétiens d’Orient est « largement connue » des Français, même si cette connaissance augmente avec l’âge, puisque près d’un jeune sur deux dit ne jamais en avoir entendu parler. La majorité des personnes interrogées a une vision positive de leur rôle dans les sociétés dans lesquelles ils vivent et sont conscients des difficultés qu’ils rencontrent. Parmi les pays évoqués comme les plus difficiles pour eux, la Syrie et l’Irak.

    « Si cette journée des chrétiens d’Orient existe, c’est aussi pour rappeler les atteintes dont ils sont l’objet », a aussi souligné Mgr Pascal Gollnisch. De retour du Liban, et d’Ukraine – pays où il comme l’a rappelé vivent plusieurs millions de chrétiens orientaux –, le Directeur de l’Œuvre d’Orient s’est longuement attardé sur leur situation dans ces deux pays, mais aussi en Ethiopie, en Irak, en Syrie, en Arménie ou encore en Inde « Cette journée des chrétiens d’Orient a son utilité, sa nécessité, à l’égard ces situations dures », a-t-il affirmé. C’est d’autant plus important que les chrétiens, même s’ils sont souvent minoritaires, sont, selon ses mots, des « agents de paix » dans les pays, traversés de fortes tensions, où ils se trouvent. D’où l’idée que s’impliquer dans cette journée est aussi une manière d’« agir pour la paix ».

  • Cette paix que Jésus nous donne (6ème dimanche de Pâques)

    IMPRIMER

    homélie du 6e dimanche de Pâques, 22 mai 2022

    Je vous donne ma paix… que votre cœur ne soit pas bouleversé », dit Jésus. D’habitude, celui qui donne la paix c’est celui qui a détruit tous ses ennemis, ou qui les intimide par sa puissance. Les dirigeants du monde ont toujours essayé cette manière-là de donner la paix. Ce genre de paix est une sorte de tranquillité qui vise à jouir sans soucis des biens de la Terre. C’est dans ce sens que l’on peut dire que l’Europe était en paix depuis la seconde guerre mondiale, ou qu’elle est encore largement en paix aujourd’hui, bien que sa paix soit maintenant troublée. Jésus dit en même temps « je vous donne ma paix » et « que votre cœur ne soit pas bouleversé ». Pourquoi notre cœur serait-il bouleversé, Seigneur, si tu nous donnes ta paix ? Parce que c’est ta paix, une paix que tu ne donnes pas à la manière du monde. Cette paix, aux yeux de beaucoup, est moins efficace que la paix des puissants. Elle semble protéger beaucoup moins bien. D’ailleurs, les apôtres connaîtront mille tribulations. Ils seront souvent menacés. Parfois même laissés pour mort. Et finalement exécutés car ils ne voulaient pas renoncer à leur foi. Quelle paix est-ce donc alors ?

    C’est une paix plus vaste. C’est la paix des vrais vainqueurs, car au lieu de détruire l’ennemi ou de le faire fuir, elle finit par en faire un ami. Elle le présente à Dieu pour qu’il soit transformé lui aussi et qu’il accède comme nous à la joie du ciel. La paix que donne Jésus prépare en nos cœurs les joies de la vie éternelle. Elle fait que nous ne sommes jamais déroutés, jamais dans la peur, car nous savons que Dieu agit même quand nous ne le voyons pas, même quand nous ne comprenons pas son action, même quand son silence donne l’impression que c’est le mal qui l’emporte.

    Mais non, depuis la croix du Golgotha il y a près de 2000 ans, le mal ne l’emportera plus, et ses apparentes avancées ne sont que ses défaites de plus en plus prévisibles. Jésus a donné sa paix. Elle est là. Nous sommes ses brebis, nous sommes dans sa main et personne ne pourra nous en arracher. La paix de Jésus n’est pas la tranquillité. Elle peut même passer par des moments où on renonce à la tranquillité, comme à un certain confort qui nous met à l’abri des soucis. La paix de Jésus peut nous conduire à affronter plein de soucis, et pourtant elle nous met dans une insouciance qu’aucune richesse ni aucun pouvoir ne pourrait nous apporter.

    La paix de Jésus nous donne un regard très vaste sur le monde, sur notre vie, sur la vie de chacun. Au lieu de nous faire penser à ce qui va se passer cette semaine, elle nous fait penser à ce qui va se passer dans l’éternité. Elle nous fait regarder chacun en chemin vers le Royaume. Elle nous fait prier, elle nous fait pleurer parfois, mais jamais nous ne perdons cœur, car nous savons que Dieu est plus grand que tout, qu’il est le Tout-puissant, que rien n’est trop difficile pour lui.

    Et enfin, la paix de Jésus nous permet d’être des artisans de paix, qui aident des ennemis à se réconcilier, qui font eux-mêmes le premier pas pour se réconcilier avec celui avec qui ils sont en froid. Nous sommes fils de Dieu, nous agissons comme lui, le « Dieu de la paix » (Rm 15,33) qui est aussi le « Dieu de la persévérance » (v.5). Rien n’est perdu pour Dieu. Tout est à gagner, dans nos familles, dans nos milieux de travail, dans nos cœurs. Prions pour la paix et traçons son sillon.

  • Sainte Rita de Cascia, l'avocate des pauvres et de ceux qui n'ont rien (22 mai)

    IMPRIMER

    Du pape Jean-Paul II lors de l'audience du 20 mai 2000 (pèlerinage jubilaire des fidèles de sainte Rita de Cascia et des Chevaliers du Travail) (source) :

    ... Quel est le message que cette sainte nous transmet? Il s'agit d'un message qui transparaît de sa vie:  l'humilité et l'obéissance ont été la voie sur laquelle Rita a marché vers une assimilation toujours plus parfaite au Crucifié. Les stigmates qui brillent sur son front sont la preuve de l'authenticité de sa maturité chrétienne. Sur la Croix avec Jésus elle a, d'une certaine façon, obtenu le diplôme de cet amour, qu'elle avait déjà connu et exprimé de façon héroïque entre les murs de sa maison et en participant à l'histoire de sa ville.

    Suivant la spiritualité de saint Augustin, elle devint une disciple du Crucifié et "experte pour souffrir", elle apprit à comprendre les peines du coeur humain. Rita devint ainsi l'avocate des pauvres et de ceux qui n'ont rien, obtenant pour ceux qui l'ont invoquée dans les situations les plus disparates d'innombrables grâces de consolation et de réconfort.

    Rita de Cascia fut la première femme à être canonisée lors du grand Jubilé du début du XXème siècle, le 24 mai 1900. En décrétant sa Sainteté, mon prédécesseur Léon XIII observa qu'elle plut tant au Christ qu'il voulut la marquer du sceau de sa charité et de sa passion. Un tel privilège lui fut accordé en raison de son humilité singulière, de son détachement intérieur des passions terrestres et de l'admirable esprit de pénitence qui accompagnèrent chaque moment de sa vie (cf. Lett. apos. Umbria gloriosa sanctorum parens, Acta Leonis XX, pp. 152-53).

    J'ai plaisir aujourd'hui, cent ans après sa canonisation, à la reproposer comme signe d'espérance en particulier aux familles. Chères familles chrétiennes, en imitant son exemple, sachez vous aussi trouver dans l'adhésion au Christ la force de porter à terme votre mission au service de la civilisation de l'amour!

    Si nous demandons à sainte Rita quel est le secret de cette extraordinaire oeuvre de renouveau social et spirituel, elle nous répond:  la fidélité à l'amour crucifié. Rita, avec le Christ et comme le Christ, parvient à la Croix toujours et uniquement par amour. Alors, comme elle, nous tournons notre regard et notre coeur vers Jésus mort et ressuscité pour notre salut. C'est lui, notre Rédempteur, qui rend possible, comme il le fit pour cette chère sainte, la mission d'unité et de fidélité qui est propre à la famille, même dans les moments de crise et de difficultés. C'est encore lui qui rend concret l'engagement des chrétiens dans l'édification de la paix, en les aidant à surmonter les conflits et les tensions, malheureusement si fréquents dans la vie quotidienne.

    La sainte de Cascia appartient au grand groupe des femmes chrétiennes qui "ont eu une influence significative sur  la  vie  de  l'Eglise,  ainsi que sur celle de la société" (Mulieris dignitatem, n. 27). Rita a bien interprété le "génie féminin":  elle l'a vécu intensément, tant dans sa maternité physique que spirituelle.

    J'ai rappelé, à l'occasion du sixième centenaire de sa naissance, que sa leçon "se concentre sur ces éléments typiques de spiritualité: l'offre du pardon et l'acceptation de la souffrance, non pas en raison d'une forme de résignation passive [...], mais en vertu de cet amour envers le Christ qui, précisément lors de l'épisode du couronnement, a subi, en même temps que d'autres humiliations, une atroce parodie de sa royauté" (Insegnamenti, V/1 [1982], 874).


    Très chers frères et soeurs, la dévotion à sainte Rita dans le monde est symbolisée par la rose. Il faut espérer que la vie de tous ses fidèles soit également comme la rose cueillie dans le jardin de Roccaporena au cours de l'hiver qui précéda la mort de la sainte. C'est-à-dire qu'il s'agisse d'une vie soutenue par l'amour passionné pour le Seigneur Jésus; une existence capable de répondre à la souffrance et aux épines par le pardon et le don total de soi, pour diffuser partout le bon parfum du Christ (cf. 2 Co 2, 15), à travers l'annonce cohérente et vécue de l'Evangile. Chers fidèles et pèlerins, Rita redonne sa rose à chacun de vous:  en la recevant spirituellement engagez-vous à vivre comme les témoins d'une espérance qui ne déçoit pas, et comme des missionnaires de la vie qui vainc la mort.

  • Destituer les évêques allemands ?

    IMPRIMER

    De FSSPX.news :

    Le cardinal Burke réclame la destitution des évêques allemands

    20 mai 2022

    Selon le cardinal Raymond Burke, le pape François doit démettre les évêques allemands de leur fonction s’ils ne se distancient pas des erreurs du Chemin synodal qu’ils ont initié en 2019 et qui ne cesse d’attaquer la doctrine catholique.

    Le cardinal Burke n’y va pas par quatre chemins. Devant la constatation qu’un certain nombre d’évêques se sont soit prononcés en faveur de changements dans la doctrine de l’Eglise – par exemple en ce qui concerne l’évaluation de l’homosexualité, le célibat des prêtres ou l’ordination des femmes – soit ne se sont pas opposés explicitement à de telles propositions dans le cadre du Chemin synodal, il demande au pape François de les démettre.

    Le Saint-Père « doit interpeller ces évêques et leur demander d’abjurer les hérésies et même les positions qui vont à l’encontre de la discipline de l’Eglise », a déclaré Burke dans un entretien publié le 11 mai par Catholic Action for Faith and Family. « Et s’ils n’abjurent pas leurs erreurs et ne se corrigent pas, alors il doit les démettre de leurs fonctions. C’est la situation dans laquelle nous sommes arrivés. »

    « Le pontife romain, successeur de Pierre, est par définition le principe de l’unité dans l’Eglise », a souligné le cardinal. « C’est à lui de corriger ces évêques. Et s’ils n’acceptent pas la correction fraternelle, s’ils n’acceptent pas sa correction hiérarchique en tant qu’évêque de l’église universelle, alors des mesures appropriées doivent être appliquées pour que les fidèles sachent que ces évêques ne les guident pas dans la foi catholique » a-t-il insisté.

    « Malheureusement, la confusion est provoquée et poussée par ceux qui sont appelés à être des enseignants de la foi et des bergers du troupeau avec clarté et courage », a encore constaté le cardinal Burke.

    Selon lui, les évêques qui ne défendent pas clairement la doctrine catholique « abandonnent le troupeau et ne se révèlent pas être des bergers, mais des mercenaires qui tentent d’adapter la doctrine de l’Eglise à la vision du monde, à une vision du monde séculière, une vision du monde sans Dieu ».

    Le cardinal Burke fait partie des signataires, désormais plus de 100, d’une lettre critique adressée à Mgr Georg Bätzing, président de la conférence épiscopale allemande. Dans cette lettre, des évêques et cardinaux du monde entier avaient averti que le Chemin synodal risquait de mener à une « impasse » et d’avoir des « effets destructeurs ».

    Mgr Bätzing a rejeté les critiques, ainsi que les préoccupations exprimées par les évêques de Scandinavie et de Pologne. Le « changement urgent » dans l’Eglise suite à la crise des abus inclut « également la nécessité de développer l’enseignement de l’Eglise », a-t-il déclaré en mai.

    Il faut comprendre par « développer l’enseignement de l’Eglise » un changement plus ou moins radical, une évolution contraire à la révélation et à l’enseignement de la Tradition pérenne, autrement dit un enseignement contraire à ce que Jésus-Christ, le Fils de Dieu, nous a révélé.

    Est-ce que cette inquiétude de plus en plus pressante de nombreux évêques vis-à-vis du Chemin synodal aura un quelconque résultat du côté de Rome et du pape ? C’est malheureusement peu probable au vu de la direction que prend le synode sur la synodalité sur plusieurs des erreurs dénoncées du Chemin synodal.

  • Comment Sigrid Undset a vu le faux espoir de l'homme moderne et est devenue catholique

    IMPRIMER

    De David Mills sur le National Catholic Register :

    Sigrid Undset a vu le faux espoir de l'homme moderne, et est devenue catholique

    La lauréate du prix Nobel a découvert que " seule une intervention surnaturelle peut nous sauver de nous-mêmes. L'Église chrétienne enseigne que le Christ était lui-même cette intervention ".

    Sigrid Undset as a young girl.
    Sigrid Undset jeune fille (photo : Public Domain / Wikimedia Commons)

    20 mai 2022

    Sigrid Undset est entrée dans l'Église en 1924, après être devenue célèbre pour le roman Kristin Lavransdatter, une histoire profondément catholique qui se déroule dans la Norvège médiévale. Elle a reçu le prix Nobel de littérature quatre ans plus tard. Elle a raconté cette histoire dans un essai intitulé "Au-delà des limites humaines", dans lequel elle a exposé de manière dévastatrice les erreurs qu'elle a rejetées sur le chemin de l'Église catholique.

    Lire la suite

  • "Club des Hommes en Noir" : le traditionalisme entre fidélité et résistance ?

    IMPRIMER

    Du site de l'Homme Nouveau :

    Le traditionalisme entre fidélité et résistance ?
    Une approche du Club des Hommes en Noir

    Les abbés Celier et Guelfucci avec Jean-Pierre Maugendre sont les invités de Philippe Maxence dans le Club des Hommes en Noir pour aborder l'histoire des traditionalistes. À quand cette sensibilité remonte-t-elle ? Est-elle seulement une question de liturgie ? Les réactions épidermiques qu'elle suscite ne sont-elles pas dues à une méconnaissance ? Pourquoi les 60 dernières années ont-elles été si importantes ?

    Retrouvez Le Club des Hommes en Noir pour sa troisième saison. Cette émission fondée en 2012, sur une radio bien connue, par Philippe Maxence, a un concept simple : l'actualité de l'Église décryptée par des prêtres et un laïc.

     

  • USA : le courage d'un archevêque

    IMPRIMER

    De Luke Coppen sur Catholic News Agency :

    L'archevêque Cordileone interdit à Nancy Pelosi de communier tant qu'elle n'aura pas cessé de soutenir l'avortement.

    20 mai 2022

    L'archevêque Salvatore Cordileone a annoncé vendredi que la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, ne devrait pas être admise à la communion dans l'archidiocèse de San Francisco, ni se présenter pour recevoir l'Eucharistie, tant qu'elle n'aura pas publiquement répudié son soutien à l'avortement.

    Le 20 mai, Mgr Cordileone a déclaré que cette mesure était "purement pastorale et non politique" et qu'elle avait été prise après que Mme Pelosi (D-Calif.), qui s'est décrite comme une "fervente catholique", ait repoussé à plusieurs reprises les efforts qu'il avait déployés pour la contacter afin de discuter de son soutien à l'avortement. 

    Mgr Cordileone a déclaré avoir envoyé la notification à Mme Pelosi, "un membre de notre archidiocèse", le 19 mai. La dirigeante démocrate n'a pas immédiatement répondu publiquement à l'annonce de Cordileone après qu'elle ait été communiquée aux médias vendredi après-midi. Dans une interview accordée en 2008 à C-SPAN, Mme Pelosi a déclaré que le fait de se voir refuser la communion serait "un coup dur", se décrivant à l'époque comme une "communiante régulière".

    Les instructions de Mgr Cordileone ne s'appliquent qu'à l'archidiocèse de San Francisco. D'autres évêques ont compétence sur ces questions lorsque Pelosi est à Washington, D.C., et dans d'autres diocèses des États-Unis et de l'étranger.

    Dans une lettre du 20 mai adressée aux laïcs catholiques, Mgr Cordileone a expliqué qu'il avait émis cette instruction conformément au canon 915 du Code de droit canonique, qui stipule que "les personnes ... persévérant obstinément dans un péché grave manifeste ne doivent pas être admises à la Sainte Communion". 

    "Après de nombreuses tentatives pour lui parler afin de l'aider à comprendre le grave mal qu'elle commet, le scandale qu'elle provoque et le danger qu'elle fait courir à sa propre âme, j'ai déterminé que le moment est venu de déclarer publiquement qu'elle ne sera pas admise à la Sainte Communion tant qu'elle n'aura pas publiquement répudié son soutien au 'droit' à l'avortement, confessé et reçu l'absolution pour sa coopération à ce mal dans le sacrement de pénitence", écrit Cordileone dans la lettre.

    Lire la suite

  • Saint Eugène de Mazenod, un très grand évêque... (21 mai)

    IMPRIMER

    Saint Eugène de Mazenod  
    Évêque, fondateur de la congrégation des Oblats de Marie Immaculée  
    (1782-1861)

    2022_05_21_07_14_21_Greenshot.png

              CHARLES-JOSEPH-EUGÈNE DE MAZENOD vit le jour dans un monde en pleine et rapide évolution. Né à Aix-en-Provence, dans le sud de la France, le premier août 1782, il paraissait assuré d'une brillante carrière et d'une certaine aisance de par sa famille qui était de la petite noblesse. Les bouleversements de la révolution française allaient changer cela pour toujours. Eugène n'avait encore que huit ans quand sa famille dut fuir la France en abandonnant ses biens derrière elle. La famille commençait alors un long et pénible exil qui allait durer onze ans.

    Les années en Italie

            La famille de Mazenod, partit en exil en Italie, passant d'une cité à une autre. Le père, qui avait été Président de chambre au Parlement d'Aix, fut contraint de s'adonner au commerce pour faire vivre sa famille. Il se montra si peu habile en affaire qu'au bout de quelques années sa famille était proche de la détresse. Eugène étudia quelque peu au Collège des Nobles à Turin mais l'obligation de partir pour Venise allait marquer pour lui la fin d'une fréquentation scolaire normale;

            Un prêtre, Don Bartolo Zinelli, qui était proche de la famille de Mazenod, entreprit de travailler à la formation du jeune émigré. Don Bartolo donna à Eugène une éducation fondamentale imprégnée du sens de Dieu et du désir d'une vie de piété qui devaient l'accompagner pour toujours malgré les hauts et les bas de son existence.

           Un nouveau déplacement, vers Naples cette fois, engendra une période d'ennui doublée d'un sentiment d'impuissance. La famille changea de nouveau, et cette fois se rendit à Palerme, où grâce à la bonté du Duc et de la Duchesse de Cannizzaro, Eugène goûta pour la première fois à la vie de la noblesse qu'il trouva agréable. Il prit le titre de " Comte de Mazenod ", s'initia aux habitudes de cour et se mit à rêver à un brillant avenir.

    Lire la suite