Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Foi

  • La béatification de Don Streich, martyr tué par les communistes, vient à son heure

    IMPRIMER

    De Wlodzimierz Redzioch sur la NBQ :

    Don Streich, martyr tué par les communistes, sera béatifié

    Stanislaus Kostka Streich, prêtre diocésain tué en haine de la foi le 27 février 1938 à Luboń (Pologne), sera béatifié. Il fut victime des communistes, avant la guerre et le régime.

    25_05_2024

    Don Stanislaw Streich assassinato

    Au cours de l'audience accordée le 23 mai au Card. Marcello Semeraro, préfet du Dicastère pour les causes des saints, le pape François a autorisé ce même Dicastère à promulguer une série de décrets, dont celui concernant le martyre du serviteur de Dieu Stanislas Kostka Streich, prêtre diocésain ; né le 27 août 1902 à Bydgoszcz (Pologne) et assassiné en haine de la foi le 27 février 1938 à Luboń (Pologne). Une autre victime du communisme en Pologne sera proclamée bienheureuse, mais contrairement aux prêtres martyrisés pendant la période communiste, le père Streich a été tué dans la Pologne démocratique avant la Seconde Guerre mondiale par un militant communiste. Son histoire ressemble à celle de nombreux prêtres d'Émilie-Romagne martyrisés par les communistes dans les années 1940.

    Un an avant l'assassinat du père Streich, Pie XI publiait l'encyclique Divini Redemptoris sur le "communisme bolchevique et athée, qui vise à renverser l'ordre social et à saper les bases mêmes de la civilisation chrétienne". Dans son encyclique, le pape explique notamment les causes de la violence exercée par les communistes. "Insistant sur l'aspect dialectique de leur matérialisme, les communistes prétendent que le conflit, qui conduit le monde vers la synthèse finale, peut être accéléré par les hommes. Ainsi, ils s'efforcent d'aiguiser les antagonismes qui naissent entre les différentes classes de la société ; et la lutte des classes, avec ses haines et ses destructions, prend l'allure d'une croisade pour le progrès de l'humanité. Au contraire, toutes les forces, quelles qu'elles soient, qui résistent à cette violence systématique, doivent être anéanties comme ennemies du genre humain", écrivait Pie XI. Le martyre du père Streich prouve la justesse de l'analyse du pape qui, malheureusement, est toujours d'actualité. 

    Mais qui était le père Stanisław Kostka Streich ? Il est né le 27 août 1902 à Bydgoszcz qui, à l'époque des partages de la Pologne par les puissances voisines (1795-1918), appartenait à la Prusse. Ses parents étaient Franciszek Streich, employé d'une compagnie d'assurance, et Władysława Birzyńska. En 1912, après avoir suivi les trois années de scolarité obligatoire, il fréquente le Gymnasium of Humanities pendant huit ans, jusqu'en 1920. La même année, il demande à être admis au séminaire de Poznań, ce qu'il obtient. Il étudie ensuite à Gniezno et est ordonné prêtre le 6 juin 1925. Après son ordination, il étudie la philosophie classique à l'université de Poznań entre 1925 et 1928. Au cours des années suivantes, il travaille comme vicaire dans différentes paroisses et enseigne la religion au séminaire.

    En 1933, il devint curé de la localité de Zabikowo sur le territoire de la commune de Lubon où, malheureusement, il n'y avait pas de véritable église : la chapelle du couvent des Servantes de l'Immaculée faisait office d'église. Le Père Streich organisa un comité pour la construction de l'église : en 1935, la décision fut prise de commencer la construction de l'église à Luboń et la nouvelle paroisse de St Jean Bosco fut établie, organisée autour de l'église en construction. Pendant les trois années de son travail pastoral, avant d'être assassiné, le prêtre a organisé la vie de la paroisse et de la communauté presque à partir de zéro. Son attitude bienveillante et serviable, la promotion de la vie eucharistique dans la paroisse et les activités qu'il a mises en place ont conféré à la paroisse St Jean Bosco de Lubon une qualité particulière. Le père Streich a mis sur pied un certain nombre d'organisations catholiques qui se sont merveilleusement développées. Mais ses activités intenses dans le domaine social, particulièrement importantes pour Lubon, une ville habitée principalement par des ouvriers, étaient mal vues par les communistes locaux qui voulaient instaurer le communisme.

    Lire la suite

  • Il y a 125 ans, le 25 mai 1899, Léon XIII consacrait le genre humain au Sacré-Cœur

    IMPRIMER

    D'

    Il y a 125 ans, Léon XIII consacrait le genre humain au Sacré-Cœur

    Il y a 125 ans, le 25 mai 1899, Léon XIII (1810-1903) annonçait, dans l’encyclique Annum sacrum, la consécration du « genre humain tout entier » au Sacré-Cœur.

    24 mai 2024

    Léon XIII consacre le genre humain au Sacré-Cœur.Léon XIII consacre le genre humain au Sacré-Cœur, église Saint-Michel, Autriche.

    © Böhringer Friedrich /CC by-sa

    La demande de consécration avait déjà été faite à plusieurs reprises, vingt-cinq ans plus tôt, au bienheureux Pie IX, qui ne l’avait pas accomplie. Son successeur, Léon XIII, réalisa cette demande à l’occasion du jubilé de 1900.

    Il fut fortement influencé en cela par des lettres reçues, en 1898 et 1899, de Sœur Marie du Divin Cœur, de la congrégation du Bon Pasteur. Alors qu’elle était supérieure du monastère de Porto, elle avait reçu des révélations du Sacré-Cœur en ce sens. « Je reconnus l’ardent désir qu’il a de voir son Cœur adorable de plus en plus glorifié et connu, et de répandre ses dons et ses bénédictions sur le monde entier », écrivit-elle au pape le 8 décembre.

    Après une étude théologique sur la légitimité de cette consécration, Léon XIII fixa la consécration au 11 juin 1899, appelant, par son encyclique, tous les évêques et les catholiques du monde à s’unir à lui.

    Pourquoi une consécration au Cœur du Christ ? Comme « dans le Sacré-Cœur réside le symbole et l’image sensible de la charité infinie de Jésus-Christ, charité qui nous pousse à l’aimer en retour, il est (donc) convenable de nous consacrer à son Cœur très auguste. Agir ainsi, c’est se donner et se lier à Jésus Christ », explique le Saint-Père dans Annum sacrum.

    Le Souverain pontife souhaitait consacrer le « genre humain tout entier » afin que le « règne du Christ embrasse aussi tous les hommes privés de la foi chrétienne de sorte que l’universalité du genre humain (soit) réellement soumise au pouvoir de Jésus ».

    Pour le bien de l’homme

    Le but d’une telle consécration, pour le pape, était d’une part l’hommage rendu au Christ, mais également le bien de l’homme lui-même : « L’homme a erré, qu’il revienne dans la route droite ; les ténèbres ont envahi les âmes, que cette obscurité soit dissipée par la lumière de la vérité ; la mort s’est emparée de nous, conquérons la vie. Il nous sera enfin permis de guérir tant de blessures… »

    Trois jours avant la consécration, le 11 juin 1899, après de terribles souffrances offertes pour cette consécration, Sœur Marie du Divin Cœur mourut, le 8 juin, sa mission accomplie, au premier jour du triduum préparatoire de la consécration. Elle fut béatifiée par Paul VI en 1975. 

  • De Paray-le-Monial à Cornillon : grand entretien avec le recteur du sanctuaire de Paray

    IMPRIMER

    Du site de l'évêché de Liège :

    DE PARAY-LE-MONIAL À CORNILLON : GRAND ENTRETIEN AVEC LE PÈRE ETIENNE KERN

    22 mai 2024

    Lundi 27 mai, à 20h, au sanctuaire de Cornillon, le père Etienne Kern, recteur du sanctuaire de Paray-le-Monial, donnera une conférence dans le cadre des festivités de la Fête-Dieu à Liège. Mais quel lien peut-on établir entre Cornillon et Paray ? 

    Les apparitions de Paray-le-Monial à sainte Marguerite-Marie Alacoque (entre décembre 1673 et juin 1674) vont faire sortir la dévotion au Sacré Coeur de Jésus des monastères et la rendre accessible au peuple chrétien. Le sanctuaire de Paray-le-Monial sont un lieu source pour la dévotion au Sacré Coeur qui existait bien avant le 17e siècle, notamment sous la plume de Saint Jean, des pères de l’Eglise et de certains mystiques. Paray-le-Monial fait en quelque sorte la synthèse et permet sa popularisation auprès du plus grand nombre. Le Sacré Coeur de Jésus serait même l’une des clés de compréhension du pontificat de François…

    Pour le père Etienne Kern, actuel recteur du sanctuaire, Paray est avant tout un lieu d’expérience vivante et transformante, un lieu qui brûle … depuis 350 ans ! Il nous a accordé un grand entretien au cours duquel nous avons abordé l’histoire de Paray, le lien entre le Sacré Coeur de Jésus et la Fête-Dieu mais aussi la question des abus dans l’Eglise et du partenariat indispensable entre paroisses et sanctuaires. 

    Quelle est la nature du message délivré à Paray à sainte Marguerite-Marie ? 

    Le message lui a été délivré en trois temps : tout d’abord, Jésus proclame son amour (“Dieu a tant aimé le monde; voici le coeur qui a tant aimé le monde”) à une époque où la France est marquée par le jansénisme qui prône une vision morale et austère, très intellectuelle de la foi, avec un Dieu distant. A Paray, Dieu lance une invitation à ne pas avoir peur de Lui mais aussi à ne pas se montrer indifférent face à ce cœur qui n’a rien économisé en se consumant d’amour pour l’homme.

    Ensuite, Jésus exprime une plainte (“Il a aimé et il n’est pas aimé”) surtout envers ceux qui devraient l’aimer le plus. Il pointe nos ingratitudes et notre indifférence, notamment envers l’eucharistie. Il souffre de cette absence de réponse à son amour. A cette époque, ce n’est pas un problème de pratique, les fidèles vont à la messe, mais un problème d’amour intérieur qui s’est éteint.

    Enfin, Il demande que nous rendions amour pour amour et donc de nous engager. Il s’adresse à Marguerite-Marie: “Veux-tu m’aimer et réparer?” Et cela ne signifie pas seulement, déjà à l’époque, de faire pénitence mais de revenir à la prière et à des considérations d’ordre plus spirituel. Car oui, on peut réparer par l’adoration, la louange et en manifestant du souci envers les plus petits.  

    Lire la suite

  • 12 raisons de croire aux apparitions de Beauraing

    IMPRIMER

    De Jean-Pierre Snyers :

    12 raisons de croire aux apparitions de Beauraing
     
    Le sanctuaire de Beauraing fête en cette année 2024 le 75è anniversaire de la reconnaissance des 33 apparitions de la Vierge Marie en ce lieu. Ces apparitions sont-elles crédibles? Voici 12 raisons de croire en celles-ci, tout en sachant d'avance que si elles sont vraies, c'est tout le christianisme qui s'en trouve authentifié...
     
    -Dès que la Vierge apparaissait, les 5 visionnaires tombaient simultanément et brutalement à genoux sur les pavés et cela, sans aucune douleur. "C'est comme si ces pavés étaient des coussins", disaient-ils.
     
    -Interrogés séparément de très nombreuses fois par des spécialistes qui essayaient par tous les moyens de les piéger, jamais les 5 enfants n'ont pu être confondus.
     
    -Durant les apparitions, des médecins se sont livrés à des tests (tels que pincements, piqûres, brûlures...) sur les voyants. Résultat? Aucune réaction.
     
    -Si un objet (un chapeau par exemple) était placé devant leurs yeux pendant qu'ils voyaient, immédiatement ils l'écartaient car cela les empêchaient de voir. Ce fait indique clairement qu'il s'agit d'une vision extérieure et non simplement intérieure.
     
    -Si ces apparitions ne sont que des hallucinations, comment soutenir que 5 cerveaux d'enfants se soient "détraqués" au même instant à 33 reprises, tout en percevant la même "hallucination"? Aucun psychiatre ne soutiendra pareille absurdité.
     
    -Appelés à choisir entre 44 teintes de bleus, la couleur la plus proche d'un reflet sur la robe de Marie, les 5 enfants choisirent la même teinte sans avoir pu se concerter.
     
    -Le mercredi 28 décembre, la Vierge annonce que ce sera bientôt sa dernière apparition. Bientôt? En effet, ce mot prend tout son sens. A cette date, 27 apparitions se seront déjà déroulées et il n'en restera plus que 6 par la suite. Prophétie annoncée, prophétie réalisée.
     
    -Le 2 janvier 1933, Marie affirme qu'elle dira le lendemain quelque chose de particulier à chacun des enfants. A nouveau, prophétie réalisée. Je jour suivant, trois de ceux-ci reçoivent un secret et les deux autres un message particulier.
     
    -Pour décourager la foule, les Soeurs du pensionnat avaient lâché deux chiens agressifs qui aboyaient abondamment sur celle-ci. Mais dès que la Vierge apparaissait, ils se taisaient et se couchaient, devenant quelque part ainsi les premiers qui ont cru les 5 enfants.
     
    -Deux guérisons furent reconnue miraculeuse par l'Eglise
     
    -Tous les cinq enfants ont été toute leur vie d'une fidélité totale à ce qu'ils avaient vécu.  Ayant connu 3 de ceux-ci, j'ai toujours été impressionné par leur certitude absolue quant au fait que la Mère du Christ leur est apparue.
     
    -Beaucoup de bons fruits ont été constaté à Beauraing. On n'y compte plus le nombre de conversions, de grâces et de guérisons. Tant de personnes peuvent en témoigner.
  • Bède le Vénérable (25 mai) : un bâtisseur de l'Europe chrétienne au VIIIème siècle

    IMPRIMER

    De BENOÎT XVI lors de l'AUDIENCE GÉNÉRALE du mercredi 18 février 2009 :

    Bède le vénérable

    Chers frères et sœurs,

    Le saint que nous évoquons aujourd'hui s'appelle Bède et naquit dans le Nord-Est de l'Angleterre, plus exactement dans le Northumberland, en 672/673. Il raconte lui-même que ses parents, à l'âge de sept ans, le confièrent à l'abbé du proche monastère bénédictin, afin qu'il l'instruise:  "Depuis lors - rappelle-t-il -, j'ai toujours vécu dans ce monastère, me consacrant intensément à l'étude de l'Ecriture et, alors que j'observais la discipline de la Règle et l'engagement quotidien de chanter à l'église, il me fut toujours doux d'apprendre, d'enseigner ou d'écrire" (Historia eccl. Anglorum, v, 24). De fait, Bède devint l'une des plus éminentes figures d'érudit du haut Moyen-Age, pouvant utiliser les nombreux manuscrits précieux que ses abbés, revenant de leurs fréquents voyages sur le continent et à Rome, lui portaient. L'enseignement et la réputation de ses écrits lui valurent de nombreuses amitiés avec les principales personnalités de son époque, qui l'encouragèrent à poursuivre son travail, dont ils étaient nombreux à tirer bénéfice. Etant tombé malade, il ne cessa pas de travailler, conservant toujours une joie intérieure qui s'exprimait dans la prière et dans le chant. Il concluait son œuvre la plus importante, la Historia ecclesiastica gentis Anglorum, par cette invocation:  "Je te prie, ô bon Jésus, qui avec bienveillance m'a permis de puiser aux douces paroles de ta sagesse, accorde-moi, dans ta bonté, de parvenir un jour à toi, source de toute sagesse, et de me trouver toujours face à ton visage". La mort le saisit le 26 mai 735:  c'était le jour de l'Ascension.

    Les Saintes Ecritures sont la source constante de la réflexion théologique de Bède. Après une étude critique approfondie du texte (une copie du monumental Codex Amiatinus de la Vulgate, sur lequel Bède travailla, nous est parvenue), il commente la Bible, en la lisant dans une optique christologique, c'est-à-dire qu'il réunit deux choses:  d'une part, il écoute ce que dit exactement le texte, il veut réellement écouter, comprendre le texte lui-même; de l'autre, il est convaincu que la clef pour comprendre l'Ecriture Sainte comme unique Parole de Dieu est le Christ et avec le Christ, dans sa lumière, on comprend l'Ancien et le Nouveau Testament comme "une" Ecriture Sainte. Les événements de l'Ancien et du Nouveau Testament vont de pair, ils sont un chemin vers le Christ, bien qu'ils soient exprimés à travers des signes et des institutions différentes (c'est ce qu'il appelle la concordia sacramentorum). Par exemple, la tente de l'alliance que Moïse dressa dans le désert et le premier et le deuxième temple de Jérusalem sont des images de l'Eglise, nouveau temple édifié sur le Christ et sur les Apôtres avec des pierres vivantes, cimentées par la charité de l'Esprit. Et de même qu'à la construction de l'antique temple contribuèrent également des populations païennes, mettant à disposition des matériaux précieux et l'expérience technique de leurs maîtres d'œuvre, à l'édification de l'Eglise contribuent les apôtres et les maîtres provenant non seulement des antiques souches juive, grecque et latine, mais également des nouveaux peuples, parmi lesquels Bède se plaît à citer les celtes irlandais et les Anglo-saxons. Saint Bède voit croître l'universalité de l'Eglise qui ne se restreint pas à une culture déterminée, mais se compose de toutes les cultures du monde qui doivent s'ouvrir au Christ et trouver en Lui leur point d'arrivée.

    Lire la suite

  • Problèmes liés aux nouvelles normes du Vatican en matière de vérification des phénomènes surnaturels

    IMPRIMER

    De Gavin Ashenden sur le Catholic Herald :

    Problèmes liés aux nouvelles normes du Vatican en matière de vérification des phénomènes surnaturels
     
    24 mai 2024

    L'un des attraits les plus convaincants du catholicisme est l'immersion dans le surnaturel. L'Église est née avec le miracle de la résurrection. Elle a été lancée par le miracle de la Pentecôte. 

    Les anciens dieux païens de l'Empire romain ont cédé devant la puissance surnaturelle de l'Église sub-apostolique. Malgré les efforts des schismatiques au cours des siècles, Dieu a renouvelé et rafraîchi son Église en lui insufflant le mystère du miraculeux. Le protestantisme a de plus en plus succombé à la rationalité terne ou à l'hyper hystérie. Dans le monde catholique, les apparitions de la Vierge restent l'un des outils les plus puissants pour renouveler la piété, le repentir et la foi.  

    Mais le surnaturel est à double tranchant.  Il nous présente des interventions authentiques, mais aussi des phénomènes déformés, voire diaboliques. C'est un truisme de dire que le mal a la capacité de se présenter comme un bien. Il est tout aussi vrai que le surnaturel peut être imité. 

    L'Église catholique a pris la tâche du discernement très au sérieux. La capacité à distinguer le bien du mal, l'authentique de l'illusoire, est un enjeu majeur. La dernière procédure d'évaluation de l'authenticité des phénomènes surnaturels remonte à 1978. Il existe un certain nombre de raisons convaincantes de repenser le processus, comme l'a fait le Vatican ce mois-ci en publiant de nouvelles normes pour l'examen des révélations privées, dont la plus convaincante est le développement des médias sociaux.

    Les nouvelles normes soulignent à juste titre que les médias sociaux catapultent les idées, les expériences et les nouvelles dans l'espace public à une vitesse inégalée, ce qui a notamment pour conséquence de réduire l'espace de réflexion, de prière, de test et d'évaluation. Si nous évaluons les nouvelles normes d'un point de vue pratique, elles offrent quelques raisons sensées de revoir les normes maintenant. Mais d'autres perspectives soulèvent des questions plus complexes et menacent d'inquiéter les fidèles.

    La première est que, dans une analyse attentive du surnaturel, le document commence par souligner à juste titre que même les épisodes authentiques peuvent être entachés d'abus. Il poursuit ensuite avec bon sens :

    "En considérant de tels événements, il ne faut pas négliger, par exemple, la possibilité d'erreurs doctrinales, d'une simplification excessive du message évangélique ou de la diffusion d'une mentalité sectaire. Enfin, il est possible que les croyants soient induits en erreur par un événement attribué à une initiative divine alors qu'il n'est que le produit de l'imagination, du désir de nouveauté, de la tendance à fabriquer des faussetés (mythomanie) ou de l'inclination au mensonge de quelqu'un."

    Il ne mentionne pas le danger supplémentaire de l'usurpation d'identité diabolique. Et c'est cette absence de perspective complète du surnaturel qui laisse au lecteur le sentiment troublant que si le Vatican se sent trop mal à l'aise pour ne serait-ce que mentionner la possibilité d'une interférence diabolique, il ne dispose peut-être pas d'un personnel suffisamment qualifié sur le plan théologique pour faire la différence entre l'authentique, l'anthropologiquement mimétique et le satanique.

    À un certain niveau, on peut discuter, sur une base pragmatique, de la possibilité de modifier les catégories disponibles de manière à ce que la possibilité d'authentifier une révélation privée ou une apparition n'existe plus. Le "ciel" intervient rarement, la plupart des phénomènes comportent un certain degré d'ambiguïté, et il se peut que le "Nihil obstat" soit une réponse suffisamment circonspecte de la part du centre.

    En fait, étant donné le problème insoluble que pose Medjugorje, on peut éprouver une certaine sympathie pour les autorités. Elles sont confrontées, d'une part, à un contexte ultranationaliste hautement politisé, à une échelle de temps problématiquement longue et à une bibliothèque de "messages" dont le contenu et la forme varient considérablement et, d'autre part, à un nombre énorme de pèlerins passionnés qui veulent faire connaître leur joie et leurs expériences, qui vont de la conversion profonde à un renouveau spirituel intense. Si ces nouvelles catégories visent à contourner un problème pour lequel il n'existe pas de solution évidente, on ne peut qu'être compréhensif. 

    Cependant, les cas difficiles font de mauvaises lois ; et toute la stratégie consistant à changer les règles pour une apparition n'aurait pas de sens s'il s'agissait de la cause principale.

    Mais peut-être y a-t-il d'autres causes ?

    Lorsque le Ciel intervient de manière authentique, c'est généralement parce que quelque chose ne va pas et qu'il faut y remédier. De nombreuses apparitions mariales, qu'il s'agisse de celles de Fatima qui ont été entièrement authentifiées, d'Akita au Japon ou de Quito en Équateur, ont en leur centre une puissante réprimande adressée au clergé et aux hauts prélats pour avoir compromis, déformé ou répudié la foi. Il n'est pas nécessaire d'être cynique pour penser qu'il est peut-être un peu trop commode pour ceux qui pourraient être ou sont la cible de l'appel marial à la repentance de se glisser dans un lieu confortable d'agnosticisme métaphysique lorsqu'il s'agit d'évaluer la validité de l'intervention. 

    Il est également étrange qu'un pape qui ne cesse de faire savoir qu'il souhaite un climat d'accompagnement mutuel et de synodalité interdépendante et réciproque, retire la responsabilité apostolique à l'évêque local et se réserve le pouvoir de reconnaissance. Bien entendu, l'évêque local et ses conseillers sont plus à même de connaître le contexte global dans lequel se déroulent les phénomènes et les conséquences positives ou négatives qui en découlent. Pourquoi le Vatican voudrait-il supprimer la responsabilité et l'autorité et les restreindre ainsi au centre ? 

    Dans le document, les nouvelles normes permettent au Vatican de modifier rétrospectivement la reconnaissance et l'affirmation d'un événement. Ce serait toutefois désastreux pour la confiance des laïcs. S'il existe une plainte universelle à l'égard du pontificat actuel, c'est celle, justifiée, qu'il a apporté avec lui une ambiguïté non catholique inutile et, par conséquent, dans divers domaines de la vie catholique, quelque chose qui s'approche du chaos.

    Le chaos et l'ambiguïté ne sont pas reconnus comme des fruits de l'Esprit Saint. Ainsi, dans des circonstances où la haute hiérarchie actuelle semble sous-équipée pour pratiquer le discernement de manière adéquate dans son propre ministère, ces nouvelles normes ne renforceront pas facilement la confiance des laïcs dans la relation entre la hiérarchie de l'Église et les laïcs baptisés qui cherchent à être guidés et soutenus dans leurs prières et leurs jugements en vue du renouveau de l'Église en temps de crise.

  • Carlo Acutis bientôt canonisé

    IMPRIMER

    De Vatican News (Benedetta Capelli) :

    Carlo Acutis bientôt saint, «un signe du ciel» pour sa mère Antonia

    Après la reconnaissance par le Pape du miracle qui conduira son fils à la canonisation, la mère du futur saint exprime sa joie devant la nouvelle attendue non seulement par sa famille mais par tant de personnes qui le prient, dans toutes les parties du monde, et lui confient des demandes d'intercession: «Je connais la jeune fille qui a été miraculeusement guérie, sa mère est d'une grande foi».

    23 mai 2024

    «De toute évidence, Carlo réussit à convaincre le Seigneur, il a une façon de faire qui fait que Jésus ne lui dit pas non et cela m'attendrit un peu». Antonia Salzano, la mère de Carlo Acutis, sourit lorsqu'elle raconte comment elle reçoit chaque jour des nouvelles de guérisons présumées, d'aides inattendues, de petites choses extraordinaires que, par la prière et grâce à l'intercession de son fils, de nombreuses personnes ont obtenues. Depuis des années, elle raconte la «normalité» de Carlo, une sainteté qui se décline dans le quotidien et qui a un centre: l'Eucharistie, son «autoroute vers le ciel»«Le Seigneur a exaucé le désir de tant de personnes qui ont prié pour la canonisation de Carlo, que nous considérons évidemment comme un signe du ciel. Elle lui permettra certainement d'accomplir une œuvre encore plus grande que celle qu'il est en train de faire»confie Antonia Acutis à Radio Vatican-Vatican News.

    Le Pape a approuvé les décrets qui conduiront à la canonisation de Carlo Acutis, décédé en 2006 à l'âge de 15 ans des suites d'une leucémie fulgurante, et béatifié par François le 10 octobre 2020 à Assise, ville où il est enterré dans l'église Santa Maria Maggiore. L'évêque de la ville, Mgr Domenico Sorrentino, a exprimé sa joie personnelle et celle de toute l'Église d'Assise dans une note: «Loué soit le Seigneur, qui fait de grandes choses, pour donner un coup de fouet à notre enthousiasme dans la cohérence chrétienne et l'annonce de l'Évangile».

    La rencontre avec la miraculée

    La jeune femme guérie grâce à l'intercession de Carlo Acutis est sur le point d'obtenir son diplôme. Née au Costa Rica en 2001, elle poursuit son rêve de se lancer dans la mode et s'installe à Florence en 2018. Le 2 juillet 2022, vers 4h du matin, elle tombe de son vélo, sa vie bascule. Elle souffre d'un important traumatisme crânien. Liliana, la mère de la jeune fille, court à Assise pour se recueillir sur la tombe de Carlo. Elle y laisse une lettre et revient au chevet de sa fille, qui recommence à respirer spontanément. C'est un crescendo, jour après jour, sa vie renaît. «Nous avons appris à nous connaître, raconte Antonia Acutis, c'est une très bonne fille, mais surtout, la foi de sa mère est grande. Lorsqu'elle a appris ce qui était arrivé à sa fille, elle est immédiatement partie pour Assise, elle était à genoux toute la journée, priant devant Carlo pour obtenir cette grâce, car la fille avait déjà été donnée pour morte et même si elle s'était réveillée, elle n'aurait eu aucune chance d'avoir une activité normale». «Quand on prie vraiment le Seigneur, on est entendu. Le ciel est vraiment en action à travers Carlo».

    L'essentiel est sous nos yeux

    Antonia souligne souvent la simplicité de son fils, de sa mission qui est de faire comprendre l'importance des sacrements qui sont vraiment «les signes efficaces par lesquels Dieu nous donne la grâce de nous sanctifier». «Je crois que le message de Carlo est de nous aider à comprendre que nous avons l'essentiel sous les yeux, que nous avons le don d'avoir l'Église à travers laquelle nous recevons la grâce dont nous avons besoin pour pouvoir atteindre le but auquel nous sommes tous appelés, c'est-à-dire le ciel». Carlo parle à tout le monde: aux jeunes internautes, sa passion, à ceux qui sont loin de la foi. Sa relique parcourt le monde depuis un certain temps, elle est toujours accueillie avec beaucoup d'enthousiasme et de spiritualité. Carlo, explique sa mère, avait une pureté extraordinaire, une pureté de cœur, il avait Dieu en lui. Antonia se souvient qu'il a fait sa première communion à l'âge de 7 ans et «depuis lors, n'a jamais cessé d'aller à la messe tous les jours, de pratiquer l'adoration eucharistique tous les jours, de réciter le chapelet. On pouvait sentir qu'il y avait quelque chose en lui et je pense que les gens l'approchent encore pour cela. L'Eucharistie était le centre de sa vie, de sa journée, il aimait Dieu par-dessus tout».

    Le bonheur, c'est de regarder vers Dieu

    Carlo a changé les personnes qu'il a rencontrées, il a aussi changé sa mère qui, dit-elle, n'était pas exactement «un exemple de sainteté». «J'ai grandi comme ça, on ne m'a jamais fait assister à la Sainte Messe, puis j'ai épousé mon mari qui appartient à une famille plus religieuse, mais j'étais très loin, je n'avais aucune connaissance de quoi que ce soit». Un enfant change la vie, surtout s'il semble la mordre avec voracité. «A trois mois, il a dit son premier mot, à cinq mois il a commencé à parler et toutes ses choses étaient toujours un peu en avance, je dis toujours que le temps courait devant. Sa vie était tout en accéléré et même dans la foi, il était comme ça». «Il était très pieux de constitution, nous passions devant une église, il voulait entrer, il voulait dire bonjour à Jésus, il restait là et je lui disais d'y aller, qu'il était tard, je le forçais, il n'avait que trois ans. Je n'étais pas préparée». «J'ai perdu mon père prématurément, à 57 ans, Carlo m'a dit qu'il avait eu une vision de son grand-père: il était au purgatoire et avait besoin de prières». Antonia est alors stupéfaite mais sait que ce n'est pas un mensonge car Carlo était un enfant généreux: «Jamais une plainte, jamais une critique, jamais un commérage, il a toujours voulu aider tout le monde, sans jamais penser à lui. Il disait que la tristesse, c'est se regarder soi-même, le bonheur, c'est regarder Dieu».

    «Carlo a été pour moi comme un professeur»

    «Grâce à Carlo, confie sa mère, j'ai fait la découverte de ma vie parce que j'ai compris que Jésus est réellement présent dans les sacrements, mais surtout dans l'Eucharistie, avant je pensais que c'était un symbole, que c'était des choses symboliques. Au contraire, quand j'ai compris qu'il y avait vraiment cette présence vivante et réelle du Christ, il est clair que ma vie a changé et que j'ai aussi suivi Carlo». Antonia parle naturellement de son fils, avec le regard d'une mère qui aime et qui est aimée. «Pour moi, Carlo a été comme un maître et je le dis sincèrement, quand mon père est mort, je n'ai pas eu ce sentiment d'être orpheline, mais quand Carlo est mort, je l'ai ressenti. Je ne peux pas l'expliquer parce que pour moi Carlo était vraiment spécial, il était une école de vie, l'exemple qu'il y a vraiment des saints, parce que je vivais à côté de lui, je pouvais voir dans la vie de tous les jours comment il se comportait, comment il était. Nous nous sommes rendu compte que c'était un garçon extraordinaire, mais je n'ai jamais pensé que Jésus me l'enlèverait si tôt. Mais les plans de Dieu sont toujours grands. Nous avons accepté la mort de Carlo, même si elle était prématurée, nous l'avons fait avec foi et avec la certitude que Dieu fait toujours tout pour le mieux. Et aujourd'hui plus que jamais, nous sentons qu'il en est ainsi.»

  • BXL - La Cambre / 31 mai : Grande procession des enfants pour la fête du Saint-Sacrement

    IMPRIMER

    2024_05_24_07_08_51_Greenshot.png

    La procession concerne au premier chef les enfants et les familles mais toutes et tous y sont les bienvenus.

    Grand goûter avec frites et glaces à l'issue de la procession !

  • L'Académie pontificale pour la vie trahit son fondateur, selon George Weigel, biographe de Jean-Paul II

    IMPRIMER

    De Walter Sánchez Silva sur CNA :

    L'Académie pontificale pour la vie trahit son fondateur, selon George Weigel, biographe de JPII

    ACI Prensa Staff, 22 mai 2024

    George Weigel, biographe de saint Jean-Paul II, a déploré que l'Académie pontificale pour la vie ait trahi le Dr Jérôme Lejeune, son président fondateur, avec un livre qui s'oppose à l'encyclique du pontife Evangelium Vitae (L'Évangile de la vie).

    M. Weigel a porté cette accusation la semaine dernière lors de sa conférence intitulée "Saint Jean-Paul II et Jérôme Lejeune : Deux vies au service de la vie", dans le cadre de la deuxième conférence internationale sur la bioéthique qui s'est tenue à Rome les 17 et 18 mai dans la Ville éternelle.

    "Pendant des décennies, l'académie et l'Institut Jean-Paul II ont accompli un travail créatif et novateur en développant une théologie morale et une pratique pastorale catholiques capables de relever le défi des assauts du XXIe siècle contre la dignité et le caractère sacré de la vie - et ils l'ont fait d'une manière qui a appelé les diverses expressions de la culture de la mort à la conversion", a noté l'auteur et théologien.

    Pourtant, aujourd'hui, poursuit Weigel, l'académie a publié un livre au titre ironique "La Gioia della Vita" ("La joie de la vie"), écrit par des théologiens qui ne peuvent être décrits honnêtement que comme dissidents de l'enseignement autorisé d'Evangelium Vitae.

    "Ce livre n'affaiblit pas seulement les arguments catholiques en faveur d'une culture de la vie qui rejette les graves crimes contre la vie identifiés par Evangelium Vitae. Il le fait en termes d'anthropologie anti-biblique et anti-métaphysique qui aurait été complètement étrangère, voire odieuse, à la fois pour Jérôme Lejeune et pour Jean-Paul II", a-t-il souligné.

    Dans sa présentation, M. Weigel a également affirmé que "l'Académie pontificale pour la vie trahit son président fondateur, le docteur Lejeune, en publiant et en promouvant des articles sur l'anthropologie anti-biblique et anti-métaphysique. Lejeune, en publiant et en promouvant un livre aussi mal informé et mal argumenté, l'Institut Jean-Paul II reconstitué, aujourd'hui largement privé d'étudiants, trahit l'intention du saint et du savant qui l'a fondé et qui a appelé la théologie morale catholique à un renouveau qui ne se soumettrait pas au zeitgeist, à l'esprit du temps, mais le convertirait plutôt à la raison droite, à la vraie compassion et au noble exercice de la liberté".

    "C'est pourquoi nous devons espérer que la déconstruction de l'Académie pontificale pour la vie et de l'Institut Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille, un processus douloureux observé au cours de la dernière décennie, soit stoppée, puis inversée, dans les années à venir", a souligné l'éminent spécialiste de la vie de saint Jean-Paul II.

    La joie de vivre

    Le 9 février, la Maison d'édition du Vatican a publié "La Gioia della Vita" ("La joie de la vie"), dont le prologue a été écrit par Mgr Vincenzo Paglia, président de l'Académie pontificale pour la vie, qui a suscité une controverse pour ses déclarations sur l'euthanasie en avril 2023. Le texte contient des "réflexions sur les défis de l'éthique théologique contemporaine" par des auteurs tels que les prêtres Carlo Casalone et Maurizio Chiodi.

    Selon un article paru en mars dans le journal italien La Repubblica, le livre, "sans révolutionner la doctrine catholique, esquisse néanmoins des ouvertures importantes sur des sujets controversés tels que la contraception, la procréation médicalement assistée et le suicide assisté".

    Lire la suite

  • Le pape déplore la pénurie de vocations religieuses en Italie

    IMPRIMER

    Lu sur sulparano.net :

    "Il y a un manque de vocations en Italie", la douleur du Pape

    22 mai 2024

    (Adnkronos) - Le Pape, à la fin de l'audience générale, exprime sa douleur pour le manque de vocations dans notre pays. L'occasion de cette réflexion amère est donnée par la salutation aux novices qui ont participé au cours promu par l'Union des Supérieurs Majeurs d'Italie.  "Je vois ces novices - a dit Bergoglio pendant les salutations - et je me demande : combien sont italiens ? Eh, très peu. Il y a une pénurie de vocations en Italie. Pensons et prions pour les vocations à la vie consacrée".  

    Les dernières données de l'Annuaire pontifical et de l'Annuaire statistique font état d'une baisse constante des vocations. Le nombre de religieuses diminue également de façon notable. Globalement, il est passé de 608 958 en 2021 à 599 228 en 2022.

  • Selon le cardinal Koch : « L’hérésie d’Arius est à nouveau d’actualité aujourd’hui »

    IMPRIMER

    Du Tagespost :

    Cardinal Koch : « L’hérésie d’Arius est à nouveau d’actualité aujourd’hui »

    Discussion de bilan avec le « ministre œcuménique » du Vatican, le cardinal Kurt Koch, sur les obstacles au dialogue interconfessionnel.

    22 mai 2024

    Depuis 2010, le cardinal Kurt Koch est responsable des relations de Rome avec les autres confessions chrétiennes. Dans une sorte d'entretien bilan avec le «Tagespost», le Suisse d'origine, qui atteindra l'année prochaine la limite d'âge de 75 ans, souligne les progrès dans la conversation interconfessionnelle, mais identifie également de nouveaux fardeaux.

    Pour le cardinal , la guerre en Ukraine en particulier constitue un revers pour la réputation des chrétiens dans le monde : La tragédie particulière est que « les chrétiens mènent une guerre contre les chrétiens, et même les orthodoxes s'entretuent. C’est le triste contraire de l’œcuménisme des martyrs.» Parce que la persécution des chrétiens dans le monde d’aujourd’hui ne sépare pas les chrétiens, mais les unit. "Mais si, à l'inverse, les chrétiens font la guerre aux chrétiens", a déclaré Koch, "c'est un message extrêmement mauvais pour l'ensemble du christianisme".

    Le préfet du Dicastère pour l’unité des chrétiens estime que les négociations entre la Russie et l’Ukraine sont nécessaires « si leur objectif est une paix juste ». Il ne suffit pas, souligne le cardinal, « de mener des négociations simplement pour trouver la paix, dans le sens de faire taire les armes. Étant donné que les deux parties ont des idées différentes sur la paix, il faut clairement préciser que les négociations doivent porter sur une paix juste en Ukraine.»

    « Fiducia supplicans » : une pierre d’achoppement

    Sur la question du rejet de la déclaration « Fiducia supplicans » sur la bénédiction des couples homosexuels par les communautés ecclésiales orientales, Koch espère des éclaircissements de la part du préfet du Dicastère de la Foi. Lors de la récente assemblée générale du groupe de dialogue avec les chrétiens orthodoxes orientaux, il a demandé au cardinal Víctor Fernández de répondre aux préoccupations des orientaux et l'a également invité à rencontrer la commission. «Cependant, cela ne lui était pas possible car l'assemblée générale de son dicastère avait lieu au même moment. Il a ensuite envoyé une réponse écrite, poursuit Koch, qui a toutefois été jugée insuffisante par les orthodoxes orientaux. C’est pourquoi j’ai demandé à nouveau au cardinal de répondre aux questions en suspens.

    Les évêques catholiques ne sont pas d'accord sur l'ordination des femmes

    Tout comme la communion anglicane mondiale est divisée, entre autres, sur l'ordination des femmes, le cardinal voit également des désaccords au sein de l'Église catholique concernant l'ordination des femmes : « Dans l'Église catholique aussi, il y a des idées et des exigences hétérogènes dans ce domaine. égard. De nombreux évêques en Allemagne, en Suisse et dans d’autres pays exigent résolument l’ordination des femmes et en dépendent la viabilité future de l’Église catholique.»

    Pour lui, il est cependant important que toutes les Églises chrétiennes et communautés ecclésiastiques, en particulier en cette Année sainte 2025, qui est aussi la commémoration des 1.700 ans du Symbole de Nicée, maintiennent la foi en Jésus-Christ , le vrai homme et le vrai Dieu. , ce dont était témoin à cette époque la communauté œcuménique. « L’unité ne peut être trouvée que dans la foi, et c’est pourquoi nous devons trouver l’unité non seulement entre les Églises d’aujourd’hui, mais aussi avec l’Église du passé et, surtout, avec son origine apostolique. » 

    Avancement du néo-arianisme

    C'est très important, dit Koch, « parce que l'hérésie arienne, très répandue à l'époque et selon laquelle Jésus ne pouvait pas être le Fils de Dieu, mais simplement un être intermédiaire entre Dieu et l'homme, n'est pas seulement une chose du passé. , mais il est également largement utilisé aujourd’hui. Il pense en premier lieu aux pays germanophones, où ce défi existe encore aujourd'hui. « De nombreux chrétiens d'aujourd'hui sont encore touchés par toutes les dimensions humaines de Jésus de Nazareth, alors que la foi chrétienne en Jésus-Christ, le vrai Dieu et le vrai homme, et donc la foi de l'Église en Christ, tend à leur être difficile. »

    Ce ne devrait pas être une coïncidence, ajoute le cardinal, « que le pape Benoît XVI. a souligné à plusieurs reprises que dans la situation actuelle, derrière l'affirmation si répandue « Jésus oui – Église non », se cache une affirmation encore plus profonde : « Jésus oui – Fils de Dieu non ». L'Année sainte est une occasion importante « d'embrasser le La foi christologique doit être rassurée dans la communauté œcuménique ».

  • Phénomènes surnaturels : les nouvelles normes nient la possibilité de reconnaître les traces de l'intervention de Dieu dans l'histoire humaine

    IMPRIMER

    De Luisella Scrosati sur la NBQ :

    Les nouvelles normes sur les apparitions mettent en pièces l'apologétique

    Le document présenté le 17 mai est en nette rupture avec l'attitude que l'Église a toujours eue à l'égard des phénomènes surnaturels. Les nouvelles normes nient la possibilité de reconnaître les traces de l'intervention de Dieu dans l'histoire humaine.

    23_05_2024

    Les nouvelles normes sur les apparitions mariales présentées le 17 mai dernier nous obligent à jeter un regard neuf sur l'attitude traditionnelle de l'Église à l'égard des phénomènes surnaturels afin de comprendre si ces normes s'inscrivent ou non dans la continuité. Il a toujours été connu que l'attitude de l'Eglise dans ce domaine est celle de la prudence. D'autre part, nous avons les impératifs de l'apôtre Paul : "N'éteignez pas l'Esprit, ne méprisez pas les prophéties ; examinez tout, retenez ce qui est bon" (1 Th 5,19-21). Ces deux aspects sont complémentaires : la prudence est précisément au service de l'exhortation paulinienne, c'est-à-dire que l'Église est appelée à tout examiner, afin de parvenir autant que possible à la certitude morale que tel ou tel événement est bien une manifestation de l'Esprit.

    L'attitude de l'Église a toujours été précisément d'observer, d'examiner, de passer au crible, afin de parvenir à un jugement positif ou négatif sur l'éventuelle origine surnaturelle de certains phénomènes. Une certaine systématisation de ces critères a été l'œuvre d'importants théologiens du XVe siècle, tels que le cardinal dominicain Juan de Torquemada et le docteur Christianissimus, Jean de Gerson. Il semble que l'intérêt théologique pour les phénomènes surnaturels ait été déclenché par la décision du concile (controversé) de Bâle d'examiner les célèbres révélations célestes de sainte Brigitte de Suède.

    Deux conciles œcuméniques ultérieurs, le Latran V (1512-1517) et le Tridentin (1545-1563), ont déclaré qu'il appartenait à l'évêque compétent d'agir et de se prononcer définitivement sur tout phénomène surnaturel, avec l'aide de quelques "docti et gravi" (Latran) et "theologi et pii" (Tridentin). Il s'agit d'un double principe - compétence de l'évêque et recours aux experts - qui garantit d'une part la dimension de la communion hiérarchique, et d'autre part la science et la compétence nécessaires pour parvenir à un jugement qui se rapproche le plus possible de la certitude morale. Reste la "réserve apostolique", c'est-à-dire la possibilité d'une intervention du Siège apostolique, même sans le consentement de l'évêque.

    Le XVIe siècle a vu l'apport extraordinaire de mystiques tels que Sainte Thérèse d'Avila, Saint Jean de la Croix et Saint Ignace de Loyola, qui ont enrichi le discernement des prétendus phénomènes surnaturels avec des critères plus fins. Les siècles suivants ont vu l'émergence d'importants traités théologiques, parmi lesquels le De discretione spirituum du cardinal Giovanni Bona, et surtout l'œuvre du cardinal Prospero Lambertini, le futur Benoît XIV, tant le monumental De servorum Dei beatificatione que l'ouvrage qui lui est aujourd'hui attribué par la critique et qui est enfin disponible dans une édition critique, les Notæ de miraculis.

    Cela conduit aux Normæ de 1978, qui résument le long développement historique retracé, en énumérant quelques critères positifs et négatifs selon lesquels l'Ordinaire peut juger le fait considéré, les relations avec la Conférence épiscopale concernée et avec la Congrégation pour la doctrine de la foi. Les Normæ susmentionnées servaient à "juger, au moins avec une certaine probabilité" de l'éventuelle origine surnaturelle du phénomène concerné.

    Lire la suite