Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un mandat pour une invasion : le mythe des "coups d'État américains" en Ukraine; 2004 et 2014

IMPRIMER

De Massimo Introvigne sur Bitter Winter (2 premiers articles d'une série de 4) :

I. Un mandat pour une invasion : le mythe des "coups d'État américains" en Ukraine. La révolution orange de 2004

15/04/2022

La Russie et ses compagnons de route présentent la guerre de 2022 comme la conséquence de "coups d'État" inspirés par les Américains en Ukraine. Mais il n'y a pas eu de "coups d'État".
par Massimo Introvigne

L'un des arguments les plus populaires de la propagande russe, qui est malheureusement acheté par un certain nombre d'Occidentaux crédules, est que tout ce qui s'est passé en Ukraine depuis 2014, y compris l'invasion de 2022, découle des "coups d'État" de 2004 et 2014, où les États-Unis auraient orchestré, à deux reprises, l'éviction du président Viktor Ianoukovitch, qui avait été légitimement élu.

Cet argument est faux. Je l'examinerai en détail dans une série de quatre articles, qui traiteront également de mythes connexes.

En fait, les affirmations selon lesquelles les États-Unis ont organisé des "coups d'État" en Ukraine remontent à la première révolte Maidan de 2004. Les révoltes de 2004 et de 2014 sont différentes, bien que toutes deux aient été dirigées contre le même politicien pro-russe, Ianoukovitch. Pour distinguer les deux révoltes de Maidan, la seconde est généralement appelée Euromaidan, et la première est appelée la Révolution orange.

Le 21 novembre 2004, le second tour des élections présidentielles ukrainiennes a opposé le premier ministre Viktor Ianoukovitch et le chef de l'opposition Viktor Iouchtchenko. M. Ianoukovitch avait la réputation d'être pro-russe, et la Russie a certainement préféré sa victoire, bien que la Russie n'ait pas été le seul enjeu de la campagne. Alors que la plupart des médias avaient commencé à commenter la victoire de Iouchtchenko sur la base des sondages de sortie des urnes et des projections, la Commission électorale centrale a annoncé à la surprise générale que Ianoukovitch avait gagné. Poutine a immédiatement félicité M. Ianoukovitch pour son élection.

À l'invitation du gouvernement ukrainien, dont M. Ianoukovitch était le Premier ministre, l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) avait envoyé plus de 500 observateurs pour contrôler les élections. J'ai travaillé moi-même à l'OSCE, et je considère comme ridicule toute tentative de la dépeindre comme une marionnette des États-Unis. La Russie, le Belarus et les républiques pro-russes d'Asie centrale sont tous des États participants de l'OSCE, et les observateurs de 2004 venaient de 46 pays différents.

Les observateurs de l'OSCE ont refusé de certifier l'équité du second tour des élections du 21 novembre et ont conclu qu'il y avait eu une fraude électorale massive. À titre d'exemple, dans l'un des districts du Donbass fortement pro-Yanukovych, le taux de participation a été évalué à 127 %. Des taux de participation proches de 100 % sont déjà suspects dans tous les pays, mais 127 % est un record mondial et une preuve évidente de fraude.

Pour protester contre les fraudes électorales, de nombreux Ukrainiens sont descendus dans la rue dans ce qu'on a appelé la "révolution orange". Certainement aussi à cause de ces protestations, le Parlement ukrainien a adopté le 1er décembre une résolution contre Ianoukovitch.

L'opposition avait également adressé une requête à la Cour suprême qui, le 3 décembre, a jugé qu'il existait des preuves solides de fraude électorale, mais a déclaré qu'elle n'était pas en mesure de proclamer Iouchtchenko vainqueur. Au lieu de cela, la Cour suprême a ordonné la répétition du second tour de scrutin, en invitant à nouveau les observateurs de l'OSCE. La nouvelle élection de second tour a eu lieu le 26 décembre. Elle a été certifiée par l'OSCE comme étant équitable, et a donné à Iouchtchenko 51,99% des voix contre 44,20% à Ianoukovitch. Les résultats étaient similaires aux projections des médias du 21 novembre.

M. Ianoukovitch a affirmé que ces projections provenaient de la partialité des médias à son égard. C'est possible, mais l'OSCE ne s'est pas fondée sur l'écart entre les projections médiatiques et les résultats pour déclarer les élections du 21 novembre frauduleuses. Elle s'est appuyée sur ce que ses propres observateurs avaient vu.

Y a-t-il eu un premier coup d'État contre M. Ianoukovitch en 2004 ? Pas vraiment. Comme cela se passerait aux États-Unis et dans la plupart des autres pays démocratiques, la Cour suprême d'Ukraine avait le pouvoir de se prononcer sur la validité des élections, et elle a décidé que le second tour devait être répété en raison des fraudes perpétrées le 21 novembre.

La révolution orange a-t-elle été organisée par les États-Unis ? La réponse est non. Les protestations contre les fraudes électorales ont été spontanées et généralisées. Le fait que les États-Unis et l'Union européenne aient refusé de reconnaître M. Ianoukovitch comme le président élu a peut-être encouragé les manifestants et même le Parlement et la Cour suprême, mais n'a pas créé leurs protestations et leurs décisions.

On mentionne rarement le rôle de la Russie dans le soutien aux manifestations pro-Yanoukovitch dans le Donbass et en Crimée, ses bastions électoraux, où des appels au séparatisme ont commencé à se faire entendre. Les partisans de Ianoukovitch de ces régions se sont rendus à Kiev pour s'opposer à la révolution orange, mais ils ont rapidement été dépassés par les manifestants anti-Ianoukovitch, dont le nombre a été évalué à un million.

La révolution orange en Ukraine a été étudiée comme le modèle de "révolution de couleur", bien qu'elle ait été précédée par la révolution des roses en Géorgie en 2003, et qu'il y ait eu des précédents en Slovaquie et en Serbie. La Russie et la Chine ont toutes deux décrit les "révolutions de couleur" comme des complots américains visant à vaincre les gouvernements qui leur sont favorables. Elles ont trouvé un soutien pour leur critique des "révolutions de couleur" dans des livres et des articles de journalistes occidentaux. La Russie a également tenté d'adopter la même stratégie. Les manifestations en Crimée et dans le Donbass en 2014, le soi-disant "printemps russe" sur lequel nous reviendrons dans un autre article de cette série, ont été décrites comme une "contre-révolution de couleur" alimentée par la Russie.

Il existe de nombreuses études sur les révolutions de couleur. Bien qu'elles tiennent compte des influences étrangères - tant de l'Occident que de la Russie (et de la Chine, lorsque des révolutions de couleur ont éclaté en Asie centrale) -, les études ont largement reconstruit les révolutions de couleur comme résultant d'attentes de démocratie qui ont été trahies par des gouvernements gouvernant par la corruption et la fraude électorale. Très peu de révolutions dans l'histoire se sont produites sans le soutien de certains pays étrangers - et l'hostilité d'autres. Ce qui était spécifique des révolutions de couleur, ce n'était pas le soutien américain et l'hostilité russo-chinoise. C'est qu'elles étaient ancrées dans une situation spécifique de l'après-guerre froide, dans des pays où la démocratie avait été promise mais non tenue.

Les révolutions de couleur se sont généralement produites dans des systèmes semi-autoritaires, et en même temps semi-démocratiques, qui ont permis un développement limité mais réel d'une société civile indépendante, y compris des ONG et des universités et une presse relativement libres. Il est clair qu'il existe des différences entre les révolutions de couleur dans les différents pays. Typiquement, dans le cas de la révolution orange de 2004, la société civile des grandes villes est descendue dans la rue pour protester contre la fraude lors d'élections qui n'avaient pas été menées selon les normes démocratiques. Le soutien occidental, associé à l'hostilité russe, a stimulé la révolution de couleur ukrainienne - mais il ne l'a pas créée.

II. Un mandat pour une invasion : Le mythe des "coups d'État américains" en Ukraine. Ce qui s'est passé en 2014

En 2014, les manifestations contre la trahison du programme électoral du président Ianoukovitch ont dégénéré en violences et en morts.
par Massimo Introvigne

Article 2 sur 4.

La Révolution orange, dont j'ai parlé dans l'article précédent, n'a pas marqué la fin de la carrière politique de Viktor Ianoukovitch, l'homme politique dont l'élection présidentielle a été annulée par la Cour suprême pour fraude électorale en 2004. Si, immédiatement après sa défaite de décembre 2004, M. Ianoukovitch a signé en 2005 un accord de coopération avec le parti de M. Poutine, Russie Unie, il s'est repositionné au cours des années suivantes comme un modéré qui s'efforce de maintenir de bonnes relations tant avec la Russie qu'avec l'Occident.

Comme l'ont prouvé de manière concluante les documents apparus dans le procès américain du lobbyiste et ancien président de la campagne présidentielle de Trump, Paul Manafort, Ianoukovitch a été aidé à se réinventer par des consultants et des lobbyistes américains, tant démocrates que républicains. M. Ianoukovitch s'est à nouveau présenté aux élections présidentielles de 2010, avec un programme qui incluait la demande de l'Ukraine de faire partie de l'Union européenne. Il a remporté l'élection en obtenant au second tour 48,95 % des voix contre 45,47 % à son adversaire Julia Tymošenko.

Bien que certaines allégations de fraude aient été soulevées par Tymošenko, les organisations internationales qui avaient envoyé des observateurs, dont l'OSCE et l'Union européenne, ont certifié la validité des élections de 2010. M. Ianoukovitch était le président légitimement élu de l'Ukraine.

Après son élection, cependant, M. Ianoukovitch a peu progressé dans les négociations d'adhésion à l'Union européenne. Au lieu de cela, son gouvernement est devenu de plus en plus autoritaire. Les opposants, dont Tymošenko en 2011, ont été arrêtés sur des accusations de corruption que beaucoup considéraient comme forgées de toutes pièces.

Le 21 novembre 2013, M. Ianoukovitch a brusquement annoncé qu'il ne signerait pas l'accord d'association avec l'Union européenne qui avait été convenu, et qu'il préférait conclure un traité de coopération économique avec la Russie. Il s'agissait d'une volte-face complète par rapport au programme sur lequel il avait été élu. Toutefois, la question de l'Union européenne n'est pas la seule raison qui a conduit les étudiants à manifester sur la place Maidan à Kiev le même jour, le 21 novembre. La volte-face européenne est venue s'ajouter à des années de politiques répressives et d'accusations de corruption massive du gouvernement.

L'une des attitudes de M. Ianoukovitch qui a suscité la colère de nombreux Ukrainiens est sa négation de l'Holodomor, un élément clé de la mémoire historique ukrainienne. En 1932-33, Staline a organisé une famine artificielle dans une grande partie de l'Ukraine, les troupes empêchant les Ukrainiens de se déplacer ailleurs. Dans l'esprit de Staline, la famine devait exterminer les petits propriétaires terriens ukrainiens, l'épine dorsale de l'opposition antisoviétique. L'Holodomor, l'holocauste ukrainien par la famine, a tué au moins 3,5 millions d'Ukrainiens, et est aujourd'hui largement, voire unanimement, reconnu comme un génocide.

Dans la Russie de Poutine, on nie que Staline ait été responsable de l'Holodomor et on explique l'événement comme une famine naturelle. M. Ianoukovitch a tenté de faire taire les commémorations de l'Holodomor en Ukraine et a déclaré qu'il était injuste de "blâmer l'un de nos voisins [la Russie] pour cet événement".

Lorsque le Premier ministre canadien Stephen Harper, lors de sa visite en Ukraine, est allé rendre hommage aux victimes de l'Holodomor, dont beaucoup étaient des ancêtres d'Ukrainiens canadiens, au mémorial du génocide à Kiev, M. Ianoukovitch a refusé de participer et a déclaré à M. Harper qu'il n'y avait pas eu de génocide. Comme l'ont noté certains spécialistes, de nombreux non-Ukrainiens n'ont pas compris l'énormité de la déclaration de M. Ianoukovitch. C'était comme si un président d'Israël avait nié publiquement l'Holocauste.

Ce qui a commencé sur la place Maidan comme une petite manifestation pacifique, essentiellement composée d'étudiants universitaires, a dégénéré en violence et en une révolution, appelée Euromaïdan ou Révolution de la dignité. Ce qui a changé le cours des événements, c'est la répression brutale des étudiants par la police le 24 novembre. Des dizaines d'étudiants ont été sévèrement battus. Beaucoup de ceux qui se sont rendus sur la place Maidan après le 24 novembre n'auraient probablement pas manifesté pour l'Union européenne, mais sont descendus dans la rue pour dénoncer la brutalité policière, qu'ils considéraient comme une preuve de la dérive autoritaire du gouvernement Ianoukovitch.

Le nombre de manifestants à Kiev, initialement de quelques milliers, a grimpé à 400 000 selon les estimations les plus prudentes ou 800 000 selon les plus généreuses. Une différence avec le Maïdan de 2004 est que des "Maïdans locaux" ont également éclaté à Lviv et dans d'autres villes, rendant le mouvement demandant la démission de Ianoukovitch national. Et un point commun avec 2014 a été les manifestations pro-Yanoukovitch dans le Donbass et en Crimée, qui cette fois ont pris le nom de "Printemps russe".

Ce qui s'est également intensifié sur la place Maidan et aux alentours, c'est la violence. À la fin des manifestations, on dénombrait 108 victimes parmi les manifestants et 13 parmi les agents de sécurité. La plupart des victimes ont été tuées par des tireurs d'élite.

Qui étaient ces tireurs d'élite ? Plusieurs personnalités ukrainiennes ont accusé des agents russes. La théorie principale, partagée par la plupart des spécialistes qui ont écrit sur l'Euromaidan, est que les tireurs d'élite faisaient partie des services de sécurité ukrainiens (SBU) et avaient été envoyés par Ianoukovitch. Les médias russes et pro-russes ont lancé, et maintiennent jusqu'à ce jour, la théorie selon laquelle les tireurs d'élite faisaient en fait partie du mouvement de protestation et que l'opposition leur avait demandé de tuer certains manifestants pour contraindre Ianoukovitch à démissionner.

La principale "preuve" de cette théorie offerte par le camp russe est une fuite d'un appel téléphonique entre la responsable des affaires étrangères de l'UE, Catherine Ashton, et le ministre estonien des affaires étrangères, Urmas Paet, apparu sur YouTube et propagé sur le Web par l'organe de propagande russe "Russia Today". Paet a déclaré à Ashton que, lors d'une visite à Kiev, un médecin appelé Olga, identifié par "Russia Today" comme le populaire "médecin de Maidan" Olga Bohomolets, lui avait dit que des manifestants et des policiers avaient été tués par les mêmes balles, ce qui laisse penser que la coalition anti-Yanukovych était derrière les tireurs d'élite.

M. Paet a confirmé aux médias que la conversation était réelle, mais a précisé qu'il exprimait des "préoccupations" plutôt que de tirer des conclusions. Plus important encore, Mme Bohomolets a déclaré qu'elle n'avait traité que des manifestants et que M. Paet avait mal interprété ce qu'elle lui avait dit. Parmi ceux qui répètent l'histoire de Paet-Bohomolets, rares sont ceux qui ont considéré que le fait que les mêmes balles aient tué des policiers et des manifestants, même si cela était vrai, ne prouverait pas que les tireurs d'élite travaillaient contre Ianoukovitch. Les agents russes auraient pu avoir un intérêt direct à créer le chaos.

Une autre question controversée concerne le rôle de l'extrême droite dans l'Euromaïdan. J'ai abordé ce point dans une série d'articles sur le néonazisme en Ukraine, auxquels je demande à mes lecteurs de se référer. En résumé, il y avait des extrémistes de droite et même quelques néonazis parmi les manifestants de l'Euromaïdan, mais ils n'étaient que quelques milliers dans un mouvement national où au moins un million de personnes sont descendues dans la rue.

Euromaidan a pris fin lorsque Ianoukovitch a réalisé que le Parlement agirait contre lui. Le 21 février 2014, il a signé un accord avec les dirigeants de l'opposition, négocié par l'Union européenne, qui prévoyait de nouvelles élections présidentielles en 2014 et la formation d'un gouvernement intérimaire. Cependant, dans la nuit du 21 au 22 février, M. Ianoukovitch s'est enfui à Karkhiv, puis en Russie.

Il a par la suite affirmé qu'il s'y était simplement rendu pour "visiter", mais cette affirmation est peu crédible étant donné qu'il a détruit des milliers de documents personnels et que ses principaux assistants se sont enfuis avec lui. L'affirmation selon laquelle M. Ianoukovitch a été contraint de quitter Kiev parce que les manifestants avaient pris d'assaut le bureau présidentiel et sa résidence est également fausse. Vladimir Poutine lui-même a déclaré lors d'une conférence de presse que ces événements se sont produits "après" que M. Ianoukovitch ait quitté Kiev pour se rendre à Karkhiv (d'où il est parti en Russie).

Le 22 février, le Parlement ukrainien a voté à une majorité de 73 %, dont des membres du propre parti de M. Ianoukovitch, pour le "démettre" de la présidence. Poutine a qualifié ce vote de "coup d'État" orchestré par les États-Unis. Comme nous le verrons dans le prochain article de cette série, ce n'était que de la propagande.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel