Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

International

  • Quand la diplomatie américaine abandonne la liberté religieuse

    IMPRIMER

    De Thomas Farr - The Wall Street Journal - via Il Sismografo :

    La diplomatie américaine abandonne la liberté religieuse

    Les Américains n'ont jamais été d'accord pour dire qu'une seule religion est vraie et bonne, mais nous avons accepté l'opinion des Fondateurs selon laquelle tous les gens doivent avoir la liberté d'exercer une religion et que cette liberté est si sacro-sainte qu'elle mérite une protection spéciale dans notre Constitution. Mais ce consensus s'est estompé. Selon l'orthodoxie morale dominante, non seulement la pratique religieuse n'est pas célébrée, mais elle est de plus en plus intolérable.

    Ceux qui affirment les croyances traditionnelles sur la vie humaine et la nature - de l'avortement au mariage, en passant par les distinctions entre les sexes - sont considérés comme dangereux pour la démocratie. Il est particulièrement troublant de constater que ces appels proviennent souvent du gouvernement, dont le devoir est de défendre les droits religieux. Prenez la loi sur l'égalité - en attente au Congrès et soutenue par l'administration Biden - qui étendrait considérablement les lois anti-discrimination et interdirait expressément les exemptions religieuses. L'effet serait de soumettre les dissidents de l'orthodoxie laïque à des procès ruineux.

    L'affaiblissement des protections de la pratique religieuse au niveau national nuit aux citoyens fidèles. Elle affecte aussi gravement ceux qui se trouvent à l'étranger. En repoussant la religion à la marge, nous minons notre leadership moral et notre capacité à aider les millions de personnes - chrétiens, musulmans, juifs, yazidis, bahá'ís et autres - qui sont persécutées pour leurs croyances religieuses.

    Ce changement culturel ne s'est pas produit du jour au lendemain, mais un consensus bipartisan sur l'importance de la liberté de religion est resté fort jusque dans les années 1990. En mars 1993, Chuck Schumer, alors représentant, a présenté la loi sur la restauration de la liberté religieuse, un projet de loi destiné à renforcer la protection contre les lois qui "entravent considérablement l'exercice de la religion d'une personne", à moins que le gouvernement ne puisse prouver qu'il sert un "intérêt gouvernemental impérieux" par les moyens "les moins restrictifs" possibles. La mesure a été adoptée avec un soutien bipartisan massif. "Nos fondateurs se souciaient beaucoup de la religion", a déclaré le président Clinton lors de la cérémonie de signature. "Ils savaient que la religion contribue à donner à notre peuple le caractère sans lequel une démocratie ne peut survivre."

    Cinq ans plus tard, M. Clinton a signé l'International Religious Freedom Act, conçu non seulement pour réduire la persécution des minorités religieuses à l'étranger, mais aussi pour convaincre les nations que la liberté religieuse favorise le pluralisme, la croissance économique, la stabilité et la sécurité.

    L'IRFA a créé une nouvelle mission au sein du département d'État, dirigée par un ambassadeur itinérant pour la liberté religieuse internationale. Bien que ce bureau ait eu du mal à s'intégrer dans la politique étrangère du département depuis sa création, une série d'ambassadeurs avait commencé à faire des progrès significatifs. Bien qu'un diplomate exceptionnel occupe aujourd'hui ce poste, les politiques de l'administration ont fondamentalement sapé les prémisses de fonctionnement de son bureau.

    Lire la suite

  • Allemagne : un Iranien converti au christianisme se voit refuser le statut de réfugié

    IMPRIMER

    De Madeleine Teahan sur Catholic News Agency :

    L'Allemagne refuse le refuge à un chrétien converti d'Iran

    12 août 2022

    La Cour européenne des droits de l'homme a rejeté le cas d'un Iranien converti au christianisme, qui fait appel de son expulsion d'Allemagne vers l'Iran, en invoquant la liberté religieuse. 

    Les militants craignent que la décision de la Cour signifie que cet homme de 44 ans risque la prison ou la mort, en raison de sa conversion religieuse.

    Hassan - dont le nom a été modifié pour protéger son identité et qui n'est enregistré que sous le nom de "H.H" dans les dossiers publics - est un ébéniste qui a demandé l'asile en 2018 et réside actuellement en Allemagne où il peut pratiquer librement sa foi. 

    Après que lui, sa femme et sa famille se sont convertis au christianisme, les forces de sécurité en Iran ont pris d'assaut leur maison et ont confisqué leurs livres, leur ordinateur, leurs passeports et leur Bible. Il a ensuite fui en Allemagne avec sa famille en passant par la Turquie.

    Dans une déclaration publiée le 11 août, Lidia Rieder, responsable juridique de l'ADF International, a prévenu que l'Iran était l'un des endroits les plus dangereux au monde pour les chrétiens. Elle a déclaré : "Personne ne devrait être persécuté pour sa foi. L'Iran est l'un des pays les plus dangereux au monde pour les chrétiens, et les convertis sont particulièrement en danger. L'année dernière, la persécution religieuse s'est considérablement aggravée. Les soi-disant "déviants religieux" peuvent être condamnés à des peines de prison, les accusations de sécurité nationale sont continuellement utilisées pour cibler les minorités religieuses. Les tribunaux allemands doivent en tenir compte dans le traitement des demandes d'asile."

    La conversion d'Hassan au christianisme a été inspirée par le témoignage de son beau-frère, qui a été emprisonné pour avoir pratiqué sa foi chrétienne, puis tué. La femme de son beau-frère a également été maltraitée.

    "Le frère de ma femme était devenu une personne différente en devenant chrétien. Nous voulions voir si nous aurions ce sentiment en devenant chrétiens", a déclaré H.H. dans sa demande aux autorités allemandes.

    Mais le tribunal administratif de Greifswald, qui a entendu le cas de Hassan après son rejet par les autorités allemandes, a déclaré qu'il n'était "pas particulièrement probable" qu'un musulman se convertisse au christianisme, compte tenu de ce qui était arrivé à son beau-frère et à sa femme, après leur conversion.

    Cette semaine, la Cour européenne des droits de l'homme a ensuite refusé d'entendre les arguments de la défense d'Hassan, ce qui, selon les militants, lui fait courir un risque important d'expulsion.

    Dans une déclaration préparée par ADF International, Hassan a expliqué : "J'avais eu beaucoup de problèmes en Iran... J'avais beaucoup de questions, mais je n'étais pas autorisé à les poser. Lorsque je posais des questions, j'étais battu à l'école. Cela m'a conduit à vouloir savoir quel Dieu j'avais en face de moi. Un jour, mon beau-frère nous a dit à moi et à ma femme qu'il avait de bonnes nouvelles. Il y a un trésor, il y a un Dieu vivant, Jésus-Christ, nous sommes ses enfants et non ses esclaves... Il a dit qu'il y a un salut gratuit disponible... En Allemagne, je partage l'Évangile, j'organise des cercles de prière ici dans le logement. Je veux être un bon exemple, gagner les autres à la foi en Jésus-Christ. Mon plus grand objectif serait que mes enfants puissent trouver le Christ en toute liberté, et qu'ils fassent le bien."

    Dans une déclaration du 11 août, Kelsey Zorzi, directrice de la liberté religieuse mondiale à ADF International, a déclaré : "L'Iran échoue systématiquement à protéger le droit à la liberté de religion de ses citoyens. La loi iranienne doit être modifiée pour être mise en conformité avec le droit international des droits de l'homme, qui protège le droit de chaque individu de choisir et de pratiquer librement sa foi. En attendant, des pays comme l'Allemagne ont la responsabilité d'aider à protéger les minorités religieuses vulnérables lorsqu'ils en ont l'occasion. Ignorer cette responsabilité peut avoir des conséquences fatales."

    Madeleine Teahan est l'ancienne rédactrice associée du Catholic Herald. Elle a contribué à Sky News, BBC News, Woman's Hour, Beyond Belief et à de nombreux autres programmes. Elle contribue également régulièrement à l'émission Pause For Thought sur BBC Radio 2.

  • OMS : un projet de traité sur la préparation aux pandémies pourrait être utilisé pour promouvoir l'avortement et l'idéologie du genre

    IMPRIMER

    De Stefano Gennarini sur C-Fam.org :

    Un organisme international commence à rédiger un nouveau traité sur la préparation aux pandémies

    11 août 2022

    GENÈVE, 12 août (C-Fam) Les États membres de l'Organisation mondiale de la santé ont approuvé un projet de traité sur la préparation aux pandémies qui pourrait être utilisé pour promouvoir l'avortement et l'idéologie du genre.

    Le plan du nouveau traité présenté le mois dernier comprend une section sur les "populations vulnérables" qui remet en cause tout "obstacle juridique et réglementaire qui pourrait les empêcher d'accéder aux services de santé." Il s'agit d'une expression conçue par le lobby mondial de l'avortement pour désigner par euphémisme les lois qui restreignent ou réglementent l'accès aux services d'avortement.

    La préparation à une pandémie est désormais un domaine de prédilection pour les groupes d'avortement et le lobby des homosexuels et des transsexuels.

    Dès le début, la pandémie de COVID-19 a été instrumentalisée par le lobby de l'avortement et la machinerie de l'ONU pour libéraliser l'accès à l'avortement, ce qui a provoqué une vive réprimande des responsables américains. Aujourd'hui, sous l'administration Biden, favorable à l'avortement, le gouvernement américain s'est pleinement engagé à financer les "services de santé reproductive". D'autres gouvernements donateurs se sont également engagés à inclure l'avortement dans les politiques de préparation aux pandémies.

    Le plan d'action comprend également des sections sur l'"équité" et la "non-discrimination". Si les pays peuvent comprendre ces termes de différentes manières, il est incontestable que dans les pays occidentaux, ils sont compris comme faisant référence à la promotion de l'homosexualité et du transgenderisme.

    L'une des premières politiques d'assistance en cas de pandémie mises en place par l'administration Biden a consisté à accorder, de manière controversée, un traitement préférentiel aux entreprises appartenant à des personnes qui s'identifient comme homosexuelles ou transgenres. Cette politique a été largement contestée et considérée comme injuste et discriminatoire.

    Même en dehors de ces domaines de controverse connus, le traité sur les pandémies pourrait avoir des répercussions considérables sur les politiques sociales et économiques qui ne sont pas directement liées aux systèmes de santé. Le projet de traité ne se limite pas à aborder les politiques de santé traditionnelles associées à la préparation à la pandémie. Il préconise une "approche globale, à l'échelle du gouvernement, des parties prenantes et de la société, pour s'attaquer aux déterminants sociaux de la santé". Il prescrit des mesures juridiques et bureaucratiques à tous les niveaux de gouvernement pour faire face aux répercussions des pandémies sur "la croissance économique, l'emploi, le commerce, les transports, l'inégalité entre les sexes, l'éducation, l'insécurité alimentaire, la nutrition et la culture."

    Lire la suite

  • Rejoindre la Coalition internationale des jeunes pour la Vie

    IMPRIMER

    D'Austin Ruse, président du Center for Family and Human Rights :

    Les jeunes sont notre avenir. Nous avons besoin de leur passion pour faire avancer la cause pro-vie.

    C'est pourquoi, il y a 12 ans, C-Fam a lancé la Coalition internationale de la jeunesse (IYc), pour aider à attirer les jeunes dans la lutte pro-vie au niveau international. Et plus de 70 000 d'entre eux ont rejoint notre coalition !

    Aujourd'hui, à l'occasion de la Journée internationale de la jeunesse, C-Fam a besoin de votre aide pour toucher encore plus de jeunes.

    Connaissez-vous des jeunes (18-30 ans) passionnés par leur foi et la protection de la vie et de la famille ?

    Alors, faites suivre ce courrier et demandez-leur de signer notre déclaration de la jeunesse.

    Signez la déclaration des jeunes de l'AIC

    En signant la Déclaration de la jeunesse, ils rejoindront les rangs de milliers d'autres personnes qui ont la même foi et les mêmes convictions profondes. Ils s'engageront pour avoir une chance de mener la bataille culturelle la plus importante du moment.

    Depuis douze ans, l'AIC a aidé une nouvelle génération de leaders pro-vie à s'engager aux Nations Unies et dans d'autres organisations internationales. Nous avons amené des jeunes aux réunions et événements de l'ONU. Ils ont fait de puissantes déclarations. Et ils ont témoigné au monde entier que la vérité est plus belle que les mensonges de la gauche sexuelle.

    En outre, le blog de l'AIC a fourni un forum aux jeunes pour discuter des affaires nationales et internationales. Nous avons eu de merveilleux contributeurs d'Amérique latine, d'Afrique, d'Asie du Sud-Est et d'Amérique du Nord.

    C-Fam a deux jeunes gens talentueux qui dirigent notre programme jeunesse. Daniela Garcia de Colombie et Craig-Austin Rose. N'hésitez pas à les contacter (iyc@c-fam.org).

  • Protection des femmes enceintes, avortement, euthanasie, GPA... : l'actualité de la bioéthique

    IMPRIMER

    De l'Institut Européen de Bioéthique :

    Fact-checking : les lois « pro-vie » aux Etats-Unis protègent aussi la vie des femmes enceintes

    Fact-checking : les lois « pro-vie » aux Etats-Unis protègent aussi la vie des femmes enceintes

    Etats-Unis Fact-checking : les lois « pro-vie » aux Etats-Unis protègent aussi la vie des femmes enceintes

    Les 23 états des États-Unis d’Amérique dotés de lois qui protègent l’enfant à naître, permettent un traitement médical nécessaire et dans les temps requis pour sauver la vie de la femme enceinte si celle-ci est en danger, notamment en cas de fausse couche ou de grossesse extra-utérine. A l’heure où ces états sont accusés de mettre la vie des femmes en danger à cause de leurs lois contre l’avortement, l’Institut Charlotte Lozier a publié une analyse juridique et médicale qui résume chacune des lois des 23 états et s’appuye sur les bulletins du Collège Américain des Obstétriciens et Gynécologues relatifs à différents traitements médicaux en cas de grossesses dangereuses pour la vie de la mère. Cette analyse très précise fournit d’ailleurs un...

    Lire la suite 


    Les grossesses pour autrui (GPA) présentent davantage de risques pour la femme

    Etats-Unis - Les grossesses pour autrui (GPA) présentent davantage de risques pour la femme

    En comparaison aux grossesses « spontannées » (hors cas de GPA), les grossesses « pour autrui » présentent davantage de complications et de risques élevés pour la santé de la femme, et ce indépendamment de son âge ou du nombre de grossesses qu'elle a déjà eues. C'est ce que montre une étude menée par le Center for Bioethics and Culture et parue en juillet dernier dans la revue scientifique Dignity, une publication consacrée à l'analyse des phénomènes d'exploitation et de violence. Au total, 96 femmes américaines ayant vécu à la fois une ou des grossesses « pour elles-mêmes » et une ou des grossesses « pour autrui » ont répondu à l'enquête. Il en ressort différents constats préoccupants : Une grossesse pour autrui a trois fois plus de risques de finir par une césarienne qu'une grossesse normale. Cela s'explique notamment par le fait que certains contrats de GPA internationaux planifient une césarienne pour que les parents d'intention puissent assister à la naissance de l'enfant. L'un...

    Lire la suite 


    Des femmes contraintes d’avorter : une actualité qui reste méconnue

    Des femmes contraintes d’avorter : une actualité qui reste méconnue

    Selon un sondage de la BBC en mars 2022 sur la coercition liée à la procréation, 15% des femmes britanniques ont subi des pressions pour avorter. En outre, 3% des femmes interrogées se sont vues donner un comprimé ou une autre substance pour provoquer un avortement à leur insu.

    Une part non négligeable d’entre elles (5%) a subi de la violence physique avec l’intention de provoquer une fausse couche.

    Par ailleurs, 14% des femmes interrogées disent avoir été forcées à utiliser un contraceptif contre leur gré.

      Active en Grande-Bretagne pour la défense des femmes et des enfants à naître, la SPUC (Society for the Protection of the Unborn Children) invite par conséquent le gouvernement britannique à ordonner une enquête sur la question de la contrainte autour de l’avortement, et à reconnaître que l’avortement...

    Lire la suite 


    Le nombre d’euthanasies monte en flèche au Canada

    Canada Le nombre d’euthanasies monte en flèche au Canada

    Le dernier rapport sur l'euthanasie au Canada indique une hausse considérable du nombre d'euthanasies pour l'année 2021, par rapport à l'année précédente : + 32,4% soit plus de 10 000 personnes, et 3,3% du total des décès pour 2021. Pour la première fois, y sont comptées des personnes dont le décès n'était pas prévu à brève échéance mais qui ont demandé l'euthanasie sur la base du dernier élargissement de la loi en 2021.

      La première raison invoquée par les personnes avant leur euthanasie est la perte de capacité à se livrer à des occupations porteuses de sens. Le contrôle insuffisant de la douleur ne vient qu'en troisième position.

      Presque 1 canadien sur 5 décédé par euthanasie en 2021 a précisé qu'il souffrait de solitude et d'isolement, et que cela constituait une des raisons pour lesquelles il voulait mourir. Plus d'un tiers se considérait comme un « fardeau pour leur famille, leurs amis ou les soignants ».

      Le 26 juillet dernier, soit le même jour que la publication du ra...

    Lire la suite

  • Pakistan : pour l'arrêt des conversions forcées et de toute discrimination sociale et religieuse

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/PAKISTAN - Le 11 août est la Journée des minorités : la société civile soulève la question des droits

    10 août 2022

    Islamabad (Agence Fides) - " Commençons par la question des conversions forcées, un fléau qui pèse sur la vie des minorités religieuses du Pakistan. Des facteurs extrêmement inquiétants se cachent derrière cette mauvaise mentalité, tels que la violation des droits humains fondamentaux, la discrimination, la pauvreté et l'absence d'État de droit. L'inaction du gouvernement sur cette question encourage les auteurs de crimes qui utilisent la foi pour dissimuler des crimes contre les femmes des minorités. Les membres de la communauté religieuse minoritaire, faibles et pauvres, ne sont pas en mesure de se défendre pour obtenir justice " : c'est ce qu'a déclaré dans une interview à l'Agence Fides le laïc catholique Peter Jacob, célèbre défenseur des droits de l'homme au Pakistan, à l'occasion de la Journée des minorités au Pakistan, célébrée chaque année le 11 août.

    M. Jacob, qui a été secrétaire exécutif de la Commission catholique pour la justice et la paix (NCJP) au sein de la Conférence des Evêques catholiques du Pakistan pendant près de 30 ans et qui dirige aujourd'hui le Centre pour la justice sociale (CSJ), note : "Il est nécessaire de reconnaître et d'aborder la question de l'abus des droits des minorités par le biais d'une législation appropriée, afin de prendre des mesures spécifiques pour la protection des femmes issues de minorités religieuses. Des programmes de sensibilisation et d'éducation sont nécessaires de toute urgence pour renforcer la protection et la prise de conscience de la société pakistanaise quant au statut vulnérable et marginalisé des minorités dans le pays. Nous continuerons à élever la voix jusqu'à ce que l'État promeuve la justice et que le peuple pakistanais en prenne conscience".

    Selon les données recueillies par la CSJ, en 2021, 78 adolescentes issues de communautés religieuses minoritaires (39 femmes hindoues, 38 chrétiennes et 1 femme sikhe) ont été enlevées et converties de force à l'islam, soit une augmentation de 80 % du nombre de cas par rapport à l'année 2020. Il faut donc dire que ces cas sont ceux qui sont officiellement enregistrés, et que beaucoup d'autres ne sont pas signalés. À l'occasion de la Journée des minorités, les groupes de défense des droits de l'homme s'inquiètent de l'absence de garanties juridiques pour protéger les minorités au Pakistan. Dans le cas des conversions forcées, notent-ils, des crimes tels que l'enlèvement, la falsification de documents et les violences sexuelles sont commis et restent impunis.

    À l'occasion du 11 août, le président de l'ONG "Voice for Justice", Joseph Jansen, s'adressant à l'Agence Fides, cite le message du fondateur du Pakistan, Muhammad Ali Jinnah, dans son discours historique du 11 août 1947, qui a inspiré le choix de cette date comme "Journée des minorités". Jinnah a déclaré : "Nous sommes tous des citoyens et des citoyens égaux d'un État. Je pense que nous devons garder cela à l'esprit en tant qu'idéal et comprendre qu'au fil du temps, les hindous cesseront d'être hindous et les musulmans d'être musulmans. Non pas au sens religieux, car il s'agit de la foi personnelle de chaque individu, mais au sens politique, en tant que "citoyens de l'État". Il a ajouté : "Vous êtes libre. Libre à vous de vous rendre dans vos temples, vos mosquées ou tout autre lieu de culte dans cet État du Pakistan. Vous pouvez appartenir à n'importe quelle religion, caste ou croyance : cela n'a rien à voir avec les affaires de l'État".

    Joseph Jansen rapporte : "À l'occasion de la Journée nationale des minorités, Voice for Justice, ainsi que d'autres organisations, observeront des moments de silence et des commémorations, avec des lectures et des manifestations publiques exhortant le gouvernement pakistanais à introduire des garanties concrètes pour la protection des minorités religieuses, en mettant en œuvre la vision de Muhammad Ali Jinnah". Il est nécessaire "de reconnaître et de sanctionner tous les actes de discrimination, notamment sur la base de la religion et des convictions, afin que l'égalité et la liberté religieuse soient garanties, comme le stipule la Constitution du Pakistan", conclut Jansen.

    La société civile pakistanaise se souvient notamment de la figure du ministre catholique Shahbaz Bhatti (1968 - 2011), tué lors d'une attaque terroriste à Islamabad et qui fut un martyr de la justice. Bhatti a laissé un précieux héritage spirituel ainsi que des réalisations civiles et politiques telles que l'instauration de la Journée des minorités le 11 août. Le ministre a salué l'anniversaire du discours historique d'Ali Jinnah à la nation pakistanaise, dans lequel il a proclamé l'égalité des droits pour tous les citoyens, indépendamment de leur origine ethnique ou religieuse. La Journée des minorités, créée à l'initiative de M. Bhatti en 2009, est un héritage de l'engagement chrétien et humain de Shahbaz Bhatti, qui a ainsi voulu donner un signe tangible de reconnaissance du rôle des minorités au Pakistan et honorer leur contribution à la construction de la nation depuis l'indépendance. Les thèmes qui caractérisent cette journée depuis lors sont : la justice, le travail, l'éducation, le respect des droits, l'arrêt des conversions forcées et de toute discrimination sociale et religieuse.

    (AG-PA) (Agence Fides 10/8/2022)

  • Ce que doivent endurer les chrétiens en terre musulmane

    IMPRIMER

    D'Alexandra Greeley sur le National Catholic Register :

    Ce que doivent endurer les chrétiens en terre musulmane
    Histoires vraies de chrétiens courageux vivant leur foi en terre musulmane

    Detail of the book cover of ‘The Perscuted’ by Casey Chalk
    Détail de la couverture du livre "The Perscuted" de Casey Chalk (photo : Sophia Institute Press)

    9 août 2022

    La persécution des chrétiens par les musulmans est un sujet omniprésent, certaines sources publiant le nombre annuel de morts. Pour sensibiliser le public à ces atrocités, l'auteur Casey Chalk a écrit The Persecuted : True Stories of Courageous Christians Living Their Faith in Muslim Lands, publié par Sophia Institute Press (2021).

    Comme l'écrit Pieter Vree, rédacteur en chef du magazine New Oxford Review, dans la préface du livre, "la persécution des chrétiens n'a rien de nouveau." Il ajoute : "Notre Seigneur Jésus-Christ a lui-même fait face à la persécution, au harcèlement, aux menaces et aux tentatives de lapidation tout au long de son ministère..." Même le pape François, lors d'une messe à la Casa Santa Marta, a parlé de la façon dont un groupe dissident des talibans à Lahore, au Pakistan, a fait exploser un groupe de prière chrétien.

    Mais au lieu d'aborder cette calamité à l'échelle mondiale, Chalk se concentre sur les problèmes d'un seul homme et de sa famille qui ont fui le Pakistan pour Bangkok, en Thaïlande, puis ont été contraints de retourner au Pakistan. L'homme, Michael D'Souza, moitié sud-asiatique et moitié portugais, est né et a grandi à Karachi, au Pakistan, et était un fervent catholique.

    À la fin des années 1990, il s'est marié et travaillait à Karachi pour une école affiliée à l'Église anglicane, mais au début des années 2000, les débuts des persécutions musulmanes ont commencé, et il a été renvoyé de l'école. En 2006, deux mollahs se sont présentés à son domicile et lui ont ordonné de se convertir à l'islam, ce qu'il a refusé. Les visites à son domicile se poursuivent pendant plusieurs années, et il reçoit même des visites lorsqu'il travaille comme sacristain à l'église Saint-Antoine.

    Les agressions contre D'Souza et sa famille se sont poursuivies malgré son déménagement dans d'autres villes du Pakistan. En octobre 2012, lui et sa famille sont retournés vivre dans un autre quartier de Karachi. En se rendant à la cathédrale Saint-Patrick pour rendre visite au père Peter John, il a vu placardées sur les murs d'une mosquée voisine des photos de lui disant qu'il avait insulté l'islam. Cette nuit-là, D'Souza a fui Karachi pour se rendre dans une ville voisine où des membres de sa famille l'ont exhorté à fuir le Pakistan. Il a également demandé conseil au père Peter John, qui l'a exhorté à quitter le pays.

    La famille D'Souza est arrivée à Bangkok fin novembre 2012, mais bien qu'ils aient des visas de tourisme, les fonctionnaires thaïlandais ont commencé à causer des problèmes. D'Souza a rejoint la paroisse rédemptoriste Holy Redeemer, où un ami leur a donné l'argent pour payer les fonctionnaires thaïlandais du centre de détention. Un an plus tard, D'Souza a demandé le statut de réfugié au Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, mais sa demande a été rejetée, laissant la famille avec peu d'options. La famille s'est liée d'amitié avec des paroissiens de l'église Holy Redeemer qui leur ont apporté un soutien financier. Un paroissien les a même hébergés dans un appartement.

    Puis, à la mi-2014, Casey Chalk et sa famille ont déménagé à Bangkok et sont devenus des paroissiens actifs du Holy Redeemer. Comme Chalk l'a découvert, D'Souza était un paroissien dévoué, et après s'être présenté à D'Souza, Chalk et sa femme ont commencé leurs efforts pour aider à financer et soutenir la famille. Dans le reste du livre, Chalk explique en détail comment D'Souza a lutté pour trouver du travail et rester en tant que réfugié en Thaïlande. Malheureusement, comme l'écrit l'auteur, "il y a beaucoup de demandeurs d'asile et de réfugiés pakistanais en Thaïlande, probablement entre sept mille et douze mille personnes. La plupart d'entre eux sont des catholiques et des chrétiens évangéliques."

    Puis en 2017, la famille a finalement décidé de retourner au Pakistan parce qu'elle avait enduré tant de souffrances à Bangkok, et quelques semaines après le départ des D'Souza, Chalk et sa famille sont retournés aux États-Unis. Au cours des années suivantes, Chalk est resté en contact avec la famille D'Souza et s'est efforcé de trouver un recours contre la persécution musulmane dont il est victime au Pakistan.

    Comme le dit Vree à propos de Chalk :

    Il a mis un visage humain sur la souffrance qui est souvent cachée derrière des statistiques. Nous avons besoin d'entendre les histoires de familles comme celle des D'Souza parce que nous et eux sommes membres du même corps, le corps du Christ. Leur douleur est notre douleur, leur perte est notre perte, et leur joie est notre joie.

    Alexandra Greeley Convertie au catholicisme, Alexandra Greeley est écrivain culinaire, critique de restaurants et auteur de livres de cuisine. Elle se passionne pour tous les aspects du monde de l'alimentation, qu'il s'agisse d'interviewer des chefs, de soutenir les agriculteurs locaux ou de faire le lien entre nourriture et foi.

  • Etats-Unis : le moment est-il venu pour "Pro-Life 3.0" ?

    IMPRIMER

    De Mary Frances Myler sur le National Catholic Register :

    Le moment est-il venu pour "Pro-Life 3.0" ?

    Avec la disparition de l'arrêt Roe, certains pro-vie préconisent une approche qui met l'accent sur la diminution de la demande d'avortement par des politiques gouvernementales proactives.

    8 août 2022

    Avec l'annulation de Roe et l'élimination d'un droit à l'avortement au niveau fédéral, certains pro-vie disent qu'il est temps pour une nouvelle phase du mouvement : "Pro-Life 3.0". 

    C'est le nom donné à une approche du plaidoyer pro-vie qui vise à diminuer la demande d'avortement par le biais de programmes et de politiques gouvernementales, au lieu de se concentrer plus exclusivement sur la limitation de l'accès légal à l'avortement.

    Charles Camosy, un théologien moraliste qui enseigne à la faculté de médecine de l'université Creighton et au séminaire St. John de Yonkers, dans l'État de New York, est l'un des principaux partisans de l'approche "Pro-Life 3.0". Il soutient que cette forme de plaidoyer en faveur de la vie est plus cohérente avec l'étendue de l'enseignement social catholique et offre également des possibilités de collaboration bipartisane.

    Si Pro-Life 3.0 représente un changement d'approche, il s'appuie sur les phases précédentes du mouvement pro-vie, comme l'explique M. Camosy dans une récente chronique de Religion News Service. Pro-Life 1.0, écrit-il, a précédé Roe v. Wade et était un "mouvement politiquement complexe" qui ne s'inscrivait pas dans le clivage politique gauche-droite. Après Roe, Pro-Life 2.0 s'est défini en grande partie par son fusionnisme, canalisant l'activisme politique en grande partie par le biais d'une coalition de la droite religieuse, des libertaires à petit gouvernement et des faucons anticommunistes. 

    "Cela a donné lieu à d'étranges associations", a noté M. Camosy dans sa chronique.

    Pro-Life 3.0, expliqué

    Avec la décision rendue le 24 juin dans l'affaire Dobbs contre Jackson Women's Health, le paysage de la législation sur l'avortement - et le potentiel d'action politique du mouvement pro-vie - a changé. 

    "Avant l'arrêt Dobbs, les législateurs n'avaient pas la possibilité d'adopter une approche globale de l'élaboration des politiques en faveur de la vie", explique au Register Rick Garnett, professeur à la faculté de droit de Notre Dame. "Les décisions malencontreuses de la Cour dans les affaires Roe et Casey ont privé les citoyens de la capacité d'exprimer en droit et en politique un engagement envers la dignité humaine des enfants à naître et des femmes enceintes."

    Libéré des limitations imposées par Roe, et coïncidant avec le virage populiste du parti républicain, M. Camosy a déclaré que le mouvement pro-vie a maintenant la possibilité de "nouveaux arrangements politiques créatifs qui n'étaient pas possibles auparavant".

    Dans le cadre de cette possibilité de nouveaux arrangements, M. Camosy a déclaré que c'était l'occasion pour les catholiques de soutenir un programme politique plus conforme à l'enseignement social catholique. 

    Lire la suite

  • RPC - Taïwan : "des actions irresponsables"

    IMPRIMER

    De Marinellys Tremamunno sur le Daily Compass :

    "Taïwan considère les actions de la Chine comme irresponsables"

    08-08-2022

    L'ambassadeur de Taïwan auprès du Saint-Siège, Matthew Lee, s'exprime sans détour au Daily Compass pour condamner l'action militaire de la Chine communiste contre son pays. "C'est une tentative unilatérale de créer une crise". Lee réaffirme que la République de Chine (Taïwan) ne fait pas partie de la République populaire de Chine et que Pékin n'a jamais gouverné Taipei.

    À l'heure des multiples crises mondiales et de la guerre en Ukraine qui semble interminable, on assiste aujourd'hui à une escalade des tensions militaires entre la Chine et Taïwan, suite à la récente visite de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi.

    Le géant asiatique a déployé des avions de chasse, des navires de guerre et des missiles balistiques à proximité de Taïwan : pour certains, c'est le premier signe d'un éventuel blocus et d'une invasion de l'île. "En réponse à l'exercice militaire communiste, tous les niveaux de commandement de nos troupes ont intensifié leur état d'alerte", a confirmé Matthew Lee, ambassadeur de la République de Chine (Taïwan) auprès du Saint-Siège.

    Dans cette interview exclusive accordée au Daily Compass, le chef de la seule mission diplomatique officielle de Taipei en Europe, a qualifié la visite de la délégation du Congrès américain de "succès à tous égards", malgré l'escalade militaire qui s'en est suivie avec Pékin. "Lors de sa rencontre avec la présidente taïwanaise, Tsai Ing-wen, (Nancy Pelosi) a réaffirmé le fort soutien bipartisan de l'Amérique à Taïwan et a fait l'éloge de notre réponse à la pandémie et de notre démocratie", a-t-il déclaré.

    Nancy Pelosi n'est pas le premier président de la Chambre des représentants à se rendre à Taïwan : en 1997, il y a 25 ans, l'ultra-conservateur Newt Leroy Gingritch s'y était rendu, mais le contexte mondial était alors très différent. Pouvez-vous expliquer la position de Taïwan sur la visite de Pelosi ?

    Rien que cette année, sept sénateurs et sept représentants américains, dont la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, ont effectué des visites à Taïwan. La visite d'une présidente de la Chambre des représentants des États-Unis n'est pas sans précédent et les visites de responsables gouvernementaux et de législateurs étrangers sont monnaie courante dans les pays démocratiques. Pourtant, le 4 août, la Chine a lancé de multiples missiles balistiques dans les eaux situées au nord-est et au sud-ouest de Taïwan, menaçant la sécurité nationale de Taïwan, aggravant les tensions régionales et affectant le trafic et le commerce internationaux réguliers. Le ministère des Affaires étrangères (MOFA) de la République de Chine (Taïwan) condamne fermement le gouvernement chinois pour avoir suivi l'exemple de la Corée du Nord en effectuant délibérément des tirs d'essai de missiles dans des eaux proches d'autres pays et demande à la Chine de faire preuve de retenue. En tant que pays démocratique, nous avons le droit de nous faire des amis sur la scène internationale et nous défendrons fermement notre souveraineté et notre sécurité nationale.

    Lire la suite

  • Un évêque dénonce la tragédie au Nigeria

    IMPRIMER

    D'Anna Bono sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Un évêque dénonce la tragédie au Nigeria

    08-08-2022

    Monseigneur Gopep, évêque auxiliaire de Minna, dépeint la situation dramatique du Nigeria. Non seulement pour la propagation de la violence, mais surtout pour l'inaction des gouvernements nationaux et des États, responsables d'une situation qui échappe depuis longtemps à tout contrôle. Et dénonçant une suspicion terrible, mais réaliste....

    "Nous ne sommes plus seulement confrontés aux terroristes de Boko Haram, mais à des groupes de bandits, à des bergers fulanis armés qui font des incursions dans les communautés pour voler des troupeaux de bétail, tuer des gens et violer des femmes, ainsi qu'à des bandes de kidnappeurs qui se livrent à des enlèvements à des fins d'extorsion financière et matérielle. En un mot, la situation actuelle au Nigeria a dépassé le stade de la violence et des affrontements à caractère religieux. C'est beaucoup plus et très complexe. Par exemple, les enlèvements ne touchent pas seulement les chrétiens, car les musulmans et les traditionalistes africains sont également victimes d'enlèvements". 

    Ce tableau de l'état du pays qui, avec 218 millions d'habitants, est le plus peuplé d'Afrique, est brossé par Monseigneur Luka Sylvester Gopep, évêque auxiliaire de Minna, capitale de l'État du Niger. Son diocèse est situé dans la Middle Belt, la ceinture centrale où les Nigérians du nord, musulmans, traditionnellement pasteurs, et ceux du sud, chrétiens et animistes, traditionnellement agriculteurs, se rencontrent et coexistent, s'affrontant toujours pour le contrôle des terres fertiles, des pâturages et des points d'eau. 

    "Dans mon diocèse, explique Monseigneur Gopep dans une longue interview à l'agence de presse Fides publiée le 5 août, il y a 16 paroisses qui sont constamment soumises à de lourdes attaques par des bandes de kidnappeurs. Les bandits arrivent même en plein jour, capturent des familles entières, ne laissent que les enfants et emmènent les adultes. Ils contactent ensuite les proches des kidnappés pour demander une rançon. Dans certains cas, certains des kidnappés sont tués, tandis que d'autres sont mutilés en raison de la férocité qu'ils ont subie entre les mains des ravisseurs. Pendant la période où les bandits emmènent les gens, leurs enfants sont laissés seuls dans leurs maisons et leurs communautés. En tant qu'Église, nous assumons la tâche et la responsabilité de prendre soin de ces enfants, en leur fournissant de la nourriture et des soins médicaux et psychologiques. Si la rançon est payée, les personnes enlevées sont libérées. Mais si rien n'est payé, les kidnappeurs tuent leurs victimes. Par exemple, deux prêtres de l'archidiocèse de Kaduna ont été tués par leurs ravisseurs. Parmi les femmes et les filles enlevées, certaines ont été données en mariage aux kidnappeurs, d'autres violées et d'autres encore vendues à d'autres gangs pour l'esclavage sexuel. Parmi nos communautés, certaines ont été pillées par les attaques incessantes des bandits. La situation a créé des camps de réfugiés dans différentes parties du diocèse dont je suis l'évêque auxiliaire. L'Église du diocèse de Minna s'est donné pour mission de fournir une aide humanitaire et des secours d'urgence à ce peuple qui est le nôtre, quelle que soit son appartenance religieuse".

    Lire la suite

  • Nicaragua : l'évêque de Matagalpa assiégé à son domicile par les forces de l'ordre

    IMPRIMER

    Lu sur le site du Figaro :

    Au Nicaragua, un évêque est assiégé à son domicile par les forces de l'ordre depuis jeudi

  • A l'Est, du nouveau : regain de tension autour de Taiwan

    IMPRIMER

    De Ludovic Lavaucelle sur La Sélection du Jour :

    Tensions autour de Taïwan : à l'Est, du nouveau...

    Les 18 prochains mois seront une période critique, s’inquiètent les services de renseignement américains et leurs alliés. C’est l’étroite fenêtre dont disposerait Xi Jinping pour réaliser le rêve d’unifier la Chine, et de dépasser ainsi l’héritage du « grand Timonier » Mao Tsé-toung. Elle s’ouvrirait avec la fin du 20ème Congrès du Parti Communiste Chinois (PCC) en novembre 2022 et se refermerait avec les élections présidentielles américaines 2 ans plus tard, selon Fox News (article en lien ci-dessous). Les Chinois s’attendent en effet à ce que Joe Biden ne se représente pas, après une présidence marquée par la faiblesse du locataire actuel de la Maison Blanche et un recul de l’influence américaine dans le monde. On a assisté au départ catastrophique des G.I. d’Afghanistan, puis à l’offensive russe en Ukraine orchestrée par un Vladimir Poutine nullement intimidé par les avertissements de Washington. Il est très probable que le Parti Démocrate subisse une lourde défaite à la Chambre des Représentants cet automne, prélude à la victoire du Parti Républicain à l’élection présidentielle de 2024. Un retour de Donald Trump n’est pas exclu ; à moins qu’on assiste à l’arrivée d’un président plus jeune mais marqué par son héritage. Le Congrès du PCC en novembre n’est pas un risque pour le pouvoir personnel de Xi-Jinping, en tout cas à court-terme. Mais les coulisses du PCC sont impitoyables, et la pression sociale s’est accentuée avec la désastreuse gestion du Covid. Xi-Jinping a tout intérêt à faire vibrer la fibre nationaliste, un outil efficace comme Staline l’a démontré pendant la 2ème Guerre Mondiale…

    La visite à Taïwan de Nancy Pelosi, la Présidente de la Chambre des représentants, a été ressentie comme une provocation par Pékin. C’est en effet la première fois depuis 25 ans qu’une personnalité politique américaine de ce niveau se rend dans l’île. La Maison Blanche répète depuis que les États-Unis ne cherchent aucune escalade, et que l’objectif de ce voyage était de réaffirmer l’engagement américain au « Taiwan Relations Act ». Cette loi votée en 1979 définit la position ambigüe de Washington après le rapprochement orchestré par Nixon et Kissinger avec Pékin pour casser toute possibilité d’alliance entre Soviétiques et Chinois. Sans reconnaître Taïwan comme un pays indépendant, elle garantit aux anti-communistes de l’ancienne Formose une aide militaire qui leur a permis de se doter d’équipements ultra-modernes… Le maître de Pékin ne veut pas perdre la face juste avant le Congrès de novembre, et voit dans les derniers événements internationaux la preuve d’une grande faiblesse de la première puissance mondiale. L’opposition américaine, très hostile au PCC, n’en critique pas moins la visite de Madame Pelosi, jugée dangereuse alors que le pays a perdu une part importante de sa crédibilité dans le monde, et que la période électorale va rendre plus difficile encore toute réaction ferme concernant ce théâtre ultra-sensible pour le commerce international. Taïwan est le plus gros producteur de puces électroniques au monde avec 70% du marché. Une crise majeure, un blocus de l’île déclencheraient une crise économique bien plus sévère à court terme que les conséquences de la guerre en Ukraine…

    La réponse de « l’Armée populaire de libération » (APL) a été sans précédent. Un exercice à munitions réelles a inclus des zones maritimes au large de l’île rebelle. Pour la première, les forces de l’APL sont actives à l’est de Taiwan et simulent donc un encerclement. Le 4 août, pas moins de 22 incursions d’appareils de l’APL ont été enregistrées par les Taïwanais dans les secteurs « d’identification » (qui ne font pas partie de l’espace aérien taïwanais proprement dit mais suffisamment proches pour déclencher une procédure d’identification par la défense de Taipei). Jusqu’à présent les forces de l’île ont évité tout incident alors que la probabilité d’un événement grave est proportionnelle à la quantité massive d’unités chinoises à proximité.

    Si une crise majeure entre Américains et Chinois semble inévitable à moyen ou long terme, la visite de Nancy Pelosi a fait monter la tension à un moment de grande faiblesse pour les Occidentaux. Une invasion de cette forteresse naturelle qu’est l’ancienne Formose serait une aventure très risquée et coûteuse. Même les forces américaines avaient renoncé à l’attaquer alors qu’elle était occupée par les Japonais à la fin de la 2ème Guerre Mondiale. Mais si la pression intérieure devient trop forte sur le régime totalitaire chinois, on peut craindre qu’il n’exclue aucune option pour se maintenir au pouvoir. À tout le moins, un incident grave entre militaires ou l’invasion d’un îlot rocheux appartenant à Taïwan par l’APL aurait des conséquences économiques majeures. Le moment est mal choisi pour faire « l’éléphant dans un jeu de quilles ». Oncle Sam est un colosse aux pieds d’argile représenté par un duo âgé (Joe Biden et Nancy Pelosi) dont les facultés cognitives inquiètent y compris dans les médias proches des Démocrates…

    Pour aller plus loin :

    China could invade Taiwan before the 2024 US presidential election: sources

    >>> Lire l'article sur : Fox News