Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

International

  • En 2021, plus de 360 millions de chrétiens ont subi des atteintes plus ou moins violentes à leur foi

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    19 janvier 2022

    Portes ouvertes: 360 millions de chrétiens persécutés dans le monde en 2021

    La liberté religieuse en net recul dans le monde. L’ONG protestante Portes Ouvertes vient de publier ce mercredi son index mondial de la persécution des chrétiens dans le monde pour l’année écoulée. Ainsi en 2021, plus de 360 millions de chrétiens ont subi des atteintes plus ou moins violentes à leur foi, selon les pays.

    Entre le 1er octobre 2020 et le 30 septembre 2021, ce sont «plus de 360 millions de chrétiens» –catholiques, orthodoxes, protestants, baptistes, évangéliques, pentecôtistes, etc., de 76 pays– qui ont été «fortement persécutés et discriminés», contre 340 millions en 2020, note l'association évangélique. La persécution est en hausse constante depuis neuf ans. En 2021, 5 898 chrétiens ont été tués, soit une hausse de 24% par rapport à l’année précédente, où 4 761 cas avaient été enregistrés. Huit chrétiens tués sur dix l’ont été au Nigeria.

    En outre, le nombre total d’églises fermées, attaquées, détruites est passé à 5 110 l’an dernier, contre 4 488 en 2020. Portes ouvertes note également une augmentation de «44% du nombre de chrétiens détenus en raison de leur foi» (4 277 cas enregistrés en 2020, 6 175 cas en 2021).

    Toutes persécutions confondues, l’Afghanistan est passé en tête de ce classement annuel, détrônant la Corée du Nord, en 2e position. Suivent la Somalie, la Libye, le Yémen, l’Érythrée, le Nigeria. En Afghanistan, la persécution a pris «une nouvelle dimension avec la prise de pouvoir des talibans», affirme l’ONG. Élaboré depuis 1993, ce baromètre est publié tous les ans depuis 2012. Décryptage de Patrick Victor, directeur France et Belgique de l'ONG Portes ouvertes. 

    Patrick Victor, directeur France et Belgique de l'ONG Portes ouvertes

    https://www.portesouvertes.fr/persecution-des-chretiens

  • Macron veut inscrire le droit à l’avortement dans la charte européenne des droits fondamentaux

    IMPRIMER

    Publié sur le site « aleteia » par Agnès Pinard Legry ce 19 janvier 2022 :

    Macron ND3FT3MRNV2GY67WQMPR6JKKXA.jpg« Emmanuel Macron a indiqué vouloir inscrire le droit à l’avortement dans la charte européenne des droits fondamentaux. Il en a fait l’annonce ce mercredi 19 janvier lors d’un discours devant le Parlement européen à l’occasion de la présidence française de l’Union européenne.

    Serait-ce la provocation de trop ? Emmanuel Macron a annoncé lors de son discours devant le Parlement européen, à Strasbourg, à l’occasion de la présidence française de l’Union européenne, vouloir inscrire le droit à l’avortement dans la charte européenne des droits fondamentaux. « Vingt ans après la proclamation de notre charte des droits fondamentaux, qui a consacré notamment l’abolition de la peine de mort partout dans l’Union, je souhaite que nous puissions actualiser cette charte, notamment pour être plus explicite sur la protection de l’environnement ou la reconnaissance du droit à l’avortement », a-t-il affirmé avant de reprendre : « Ouvrons ce débat librement, avec nos concitoyens, de grandes consciences européennes, pour donner un nouveau souffle à notre socle de droits qui forge cette Europe, forte de ses valeurs, qui est le seul avenir de notre projet politique commun ».

    Une pro-vie à la tête du Parlement européen

    Des propos à comprendre à la lumière de plusieurs éléments. Le premier est l’élection la veille de ce discours, mardi 18 janvier, de la Maltaise Roberta Metsola à la tête du Parlement européen. Eurodéputée depuis 2013, elle a voté à de nombreux reprises contre des résolutions promouvant l’avortement. Pour mémoire, alors que certains pays avaient tiqué sur l’adhésion de Malte à l’Union européenne en raison de son interdiction de l’avortement, Roberta Metsola a rappelé lors d’un entretien dans la presse maltaise qu’il s’agissait « d’un débat qui devait se tenir à Malte » et non au sein de l’Union européenne.

    Le retour de la proposition de loi visant à « renforcer le droit à l’avortement » ce mercredi 19 janvier au Sénat, et qui propose notamment d’allonger à 14 semaines le délai pour avorter, est un autre élément à avoir à l’esprit lorsqu’Emmanuel Macron propose d’inscrire ce doit à l’avortement dans la charte des droits fondamentaux de l’Union. Depuis décembre 2009 et l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne, la Charte des droits fondamentaux a la même force juridique que celle des traités. Elle est donc contraignante pour les États membres et tout citoyen peut s’en prévaloir en cas de non-respect de ces droits par un texte européen.

    « Les valeurs du progressisme occidental »

    Dans la foulée de ce discours, côté politique, les réactions n’ont pas manqué. Éric Zemmour a accusé Emmanuel Macron et la Commission européenne de vouloir « imposer les valeurs du progressisme occidental » à des pays comme la Pologne et la Hongrie. « L’Europe d’Emmanuel Macron est une Europe sans corps, une Europe sans tête et une Europe sans âme […]. C’est une Europe théorique et pour tout dire fictive », a-t-il indiqué dans un discours prononcé depuis Calais. « Elle est dirigée par des élites abstraites, impersonnelles, sans la moindre légitimité aux yeux des peuples. C’est une Europe qui arrache ses propres racines, qui efface sa propre histoire, qui ne s’identifie en aucune manière à la civilisation dont elle provient. »

    Eurodéputé et candidat de la France insoumise à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, qui souhaite pour sa part inscrire le droit à l’avortement dans la Constitution, y a vu « le discours usé d’un homme qui semble usé ». « Votre projet politique a pour but d’effacer les nations d’Europe, le nôtre de les sauver », a de son côté dénoncé Jordan Bardella, eurodéputé et président par intérim du Rassemblement national. « Il faut déconstruire l’histoire de France aviez-vous déclaré, on comprend donc votre enthousiasme à vous retrouver aujourd’hui à la tête d’une institution qui s’est donnée pour objectif la dissolution d’une Europe millénaire. »

    Incohérence

    Porte-parole d’Alliance Vita, Tugdual Derville a réagi sur Twitter en interrogeant les deux propositions qu’Emmanuel Macron souhaite ajouter à la charte, le droit à l’avortement et la protection de l’environnement, au regard des propos du pape François. « Puisque tout est lié, la défense de la nature n’est pas compatible non plus avec la justification de l’avortement. »

     Ref. Macron veut inscrire le droit à l’avortement dans la charte européenne des droits fondamentaux

  • Les belles victoires récentes pour la vie des enfants à naître

    IMPRIMER

    De gènéthique.org :

    Marche pour la vie : les belles victoires récentes pour la vie des enfants à naître

    17 Jan, 2022

    La Marche pour la vie se tenait le 16 janvier à Paris pour sa quinzième édition. « Arrêtez d’emmerder les embryons », « Euthanasie, serment d’hypocrite », « C’est mon corps, pas ton choix »… près de 20 000 participants selon les organisateurs ont défilé avec ces messages. Parmi les discours prononcés sur le podium, Gènéthique reproduit ici celui de Nicolas Bauer, chercheur associé à l’ECLJ [1] et expert Gènéthique.

    « Devant l’avancée de la culture de mort en France, la tentation est parfois celle de baisser les bras. Une manière de se motiver à continuer le combat est de voir les belles victoires récentes qui sont remportées, à l’international, pour la vie des enfants à naître. Je vous propose un petit tour d’horizon de ces victoires.

    • « Déclaration de consensus de Genève » (2020)

    35 Etats ont signé une déclaration internationale, rappelant qu’il n’existe aucun droit à l’avortement et que les enfants doivent bénéficier d’une protection spéciale avant la naissance. Ces Etats sont des 5 continents et représentent 20% de la population mondiale. Cette déclaration est exceptionnelle sur le plan géopolitique (cf. Déclaration de Consensus de Genève : le Guatemala contre l’avortement).

    • Jugement du Tribunal constitutionnel polonais (2020)

    En Pologne, le Tribunal constitutionnel a aboli l’avortement eugénique (cf. Pologne : l’avortement eugénique n’est pas conforme à la constitution). Il y avait auparavant 1000 à 2000 avortements ciblant des enfants malades ou handicapés, principalement des enfants porteurs de trisomie 21. La Pologne a mis fin à cette pratique. Elle a reconnu que ces enfants avaient la même dignité et les mêmes droits que les autres.

    • Défense des droits des enfants handicapés à l’ONU (2021)

    Le Comité des droits des personnes handicapées des Nations unies a recommandé à la France de mettre fin au dépistage prénatal systématique de la trisomie 21 (cf. Les Nations Unies reprochent à la France sa politique de dépistage prénatal de la trisomie 21). Il a considéré que cette pratique menait à la dévalorisation des personnes trisomiques et à des stéréotypes négatifs en France. Ce Comité de l’ONU a jugé que « les lois qui autorisent explicitement l’avortement en raison d’un handicap violent la Convention des droits des personnes handicapées » (2018).

    • Victoires dans plusieurs pays d’Amérique latine (2021)

    Au Salvador : une procédure devant une juridiction internationale visait la dépénalisation de l’avortement et de l’infanticide ; après 10 ans de bras de fer, cette procédure n’a pas abouti (cf. Manuela c. Salvador : contre l’instrumentalisation, les faits). Au Chili, une majorité de députés a rejeté la loi dépénalisant l’avortement (cf. Chili : les députés rejettent la dépénalisation de l’avortement). Enfin, au Honduras, une réforme constitutionnelle a gravé dans le marbre la protection de tous les enfants à naître (cf. Le Honduras ancre l’interdiction de l’IVG et du mariage homosexuel dans sa Constitution).

    • Futur jugement de la Cour suprême des États-Unis

    En 2022, la Cour suprême tranchera une affaire d’avortement (cf. Etats-Unis : L’avortement devant la Cour suprême). Dans son histoire, cette Cour était revenue sur ses décisions concernant l’esclavage, l’eugénisme ou encore la ségrégation. Il se pourrait cette année qu’elle revienne sur ses précédentes décisions sur l’avortement. Cela permettrait aux Etats des Etats-Unis de protéger la vie des enfants à naître (cf. Avortement au Texas : la Cour suprême laisse la loi en vigueur).

    Toutes ces victoires sont obtenues grâce à la détermination de militants pro-vie, qui n’ont jamais pensé que le combat était perdu.

    En France aussi, c’est notre détermination, aujourd’hui, à la Marche pour la vie, qui aboutira au rejet de la loi Gaillot la semaine prochaine (cf. L’avortement : une priorité de fin de mandat ?). C’est notre détermination qui encouragera certains candidats à la présidentielle à prendre des engagements concrets sur la vie.

    Ne pensons donc jamais que notre combat est perdu. Comme disait Jérôme Lejeune, ‘Ne lâchons jamais sur la question de la Vie, car elle commande toutes les autres’ ».

    ------------

    [1] European Center for Law and Justice

  • Notre soutien au site Aleteia victime d'une grave campagne de dénigrement

    IMPRIMER

    D'Eric de Legge sur Aleteia :

    Aleteia victime d’une grave campagne de dénigrement

    17/01/22

    Depuis quelques jours, Aleteia est victime d’une campagne de calomnies à la suite de la publication par un site web américain d’un long article sur le prétendu financement de Aleteia par “l’éditeur de pédopornographie Google, Georges Soros et Bill Gates”, rien de moins.

    Aleteia est victime depuis quelques jours d’une campagne de dénigrement visant à discréditer sa singulière liberté de ton et son souci de vérité dans la charité. L’article d’un site web américain, complaisamment relayé en France, nous accuse d’être financé par “l’éditeur de pédopornographie Google, Georges Soros et Bill Gates”, rien de moins, et d’être des promoteurs sans discernement de la vaccination contre le Covid. Confronté à ce tissu de mensonges et d’insinuations malveillantes, nous tenons à donner à tous nos lecteurs et tous nos donateurs, des informations fiables sur nos relations avec Google et sur le traitement par Aleteia des questions touchant aux fameux vaccins. Pour apprécier les procédés, aussi malins qu’insidieux, mis en œuvre dans cette “enquête”, vous pouvez lire ici un décryptage de la direction de Aleteia.

    Aleteia est “financé par l’éditeur de pédopornographique Google, le colporteur de vaccins Bill Gates et l’agitateur de gauche George Soros », assurent sans rire les auteurs de cette “enquête”. Cela est faux bien-sûr ! En 2021, Aleteia a mis en place un consortium de “fact checking” concernant le déploiement des vaccins face au Covid 19 et l’a présenté en toute transparence à ses lecteurs. Il nous apparaissait alors pertinent que des médias catholiques participent au concours mondial Google News Initiativeen fédérant une trentaine de titres catholiques de sensibilité diverses et de proposer ainsi une information vérifiée sur la vaccination, ses avantages et ses risques. Les digressions de l’article sur nos liens financiers avec Georges Soros ou Bill Gates tiennent du fantasme sinon du ridicule. Aleteia n’a aucun lien avec eux. Ni la Fondation Gates ni l’Open Society Foundation n’ont été invitées à donner un seul centime aux efforts du consortium, et ni l’une ni l’autre ne l’ont fait. De même, affirmer que Aleteia a conclu une alliance avec Google en 2013 prête à sourire dès lors que l’on s’intéresse à la presse en ligne. Cette année-là, Aleteia a fait le choix d’utiliser des services de Google, notamment liés à la publicité, tout comme l’immense majorité des sites d’informations à travers le monde. L’accumulation d’informations désordonnées produit ici un effet dévastateur. Elle nous fait clairement suspecter une volonté de nuire.

    Une accumulation de mensonges

    Alors, oui les coûts engagés pour faire fonctionner le consortium de médias catholiques rassemblés par Aleteia ont été en partie pris en charge par Google News Initiative. Mais ce financement n’a créé aucune dépendance idéologique des médias du consortium à l’égard de Google News Initiative, chacun préservant sa ligne propre. Jamais Google News Initiative n’est intervenu auprès de l’un de ses membres, de quelque manière que ce soit et pour quelque raison que ce soit. La trentaine de titres associés à cette initiative a des orientations éditoriales tout à fait représentatives de l’Église universelle, des “progressistes” aux  “conservateurs”. 

    En réalité, l’accumulation de mensonges et d’approximations sur Aleteia nous a d’abord fait hésiter à y répondre. De la composition du conseil scientifique entourant le consortium à la détention de Aleteia par Media-Participations, en passant par la réalité de notre couverture des actualités sur les vaccins… Tout ce qu’avance cet article est faux. Ce site ne s’embarrasse manifestement pas avec les faits et se révèle surtout un champion de l’association d’idées et des insinuations fallacieuses. Il affirme travailler pour la vérité mais il n’en a cure. Il ne prend même pas la peine de vérifier des informations pourtant publiques. Que reproche-t-il à Aleteia ? Son succès missionnaire qui en fait le site catholique le plus visité au monde ? Son parti-pris pour la bienveillance ?

    La liberté de Aleteia

    Le lancement de ce consortium de médias catholiques de vérification des faits a permis de mieux informer nos lecteurs, tout en demeurant parfaitement libre. Dans la centaine d’articles publiés par Aleteia sur la thématique vaccinale, ma rédaction peut garantir et prouver que cette couverture a été parfaitement équilibrée. Entre d’une part le soutien à la vaccination, notamment telle que promue par le Saint-Père et les principales conférences épiscopales, et d’autre part le souci de publier des informations vérifiées sur les promesses et les risques des vaccins.

    Oui, Aleteia a toujours été, est et sera toujours totalement libre de dire la vérité. Aleteia n’appartient à aucune chapelle. Aleteia n’est pas vendu à Google. Aleteia n’est pas un “média du Vatican” : nous n’avons aucun lien ni hiérarchique, ni financier, avec le Saint Siège. Aleteia cherche d’abord et avant tout à faire rayonner le message de l’Evangile. Avec bienveillance envers toutes et tous. Nous sommes un média profondément catholique. Cela signifie que nous respectons le Pape et l’Eglise. Nous savons que sur une question comme celle des vaccins, ils ne sont pas infaillibles. Mais leur parole compte pour nous et, de manière tout-à-fait factuelle, nous diffusons ce qu’ils disent. C’est un service, comme celui de la recherche de la vérité, que nous devons à nos lecteurs.

    Si vous souhaitez approfondir tous les points que j’évoque ici, je vous invite à lire le décryptage révélateur que l’équipe de direction a fait de tous les procédés fallacieux dont Aleteia est victime.

  • Chine : la natalité à un niveau historiquement bas

    IMPRIMER

    Du site de la RTBF :

    Chine : le taux de natalité à un plus bas historique en 2021

    17 janvier 2022

    La natalité en Chine a chuté l'an passé à un niveau historiquement bas, depuis au moins 1978, selon des données officielles publiées lundi, sur fond d'incertitudes face à l'avenir et de coût de l'éducation.

    Le pays asiatique est confronté à une crise démographique avec un vieillissement rapide de la population active, un ralentissement économique et la plus faible croissance démographique du pays depuis des décennies.

    Le taux de natalité du pays le plus peuplé du monde était de 7,52 naissances pour 1.000 personnes en 2021, d'après le Bureau national des statistiques (BNS). Il était de 8,52 pour mille en 2020.

    C'est le niveau le plus bas depuis au moins 1978, année où le géant asiatique a commencé a publié son relevé annuel de statistiques.  

    Fin de la politique de l'enfant unique

    La Chine a assoupli sa politique de limitation des naissances ces dernières années. Elle a autorisé les couples à avoir deux enfants dès 2016, puis trois depuis l'an dernier.

    Mais ces décisions n'ont pas entraîné de boom des naissances. Les couples sont refroidis par la hausse du coût de la vie, du logement et surtout de l'éducation des enfants.

    En 2021, le pays a enregistré 10,62 millions de naissances, selon les données officielles. 

    Le taux d'accroissement naturel de la population a plongé à 0,34 pour 1.000 personnes l'an passé, contre 1,45 en 2000.

    "Le défi démographique est bien connu, mais la vitesse du vieillissement de la population est clairement plus rapide que prévu", a déclaré Zhiwei Zhang, économiste en chef au sein du cabinet Pinpoint Asset Management.

  • Plus de 70 % des femmes et des filles contraintes au mariage ou à la conversion sont chrétiennes

    IMPRIMER

    De Luca Marcolivio sur ifamnews :

    Femmes chrétiennes : pays où la violence est (presque) légale

    "L'Aide à l'Église en Détresse brise le mur du silence dans plusieurs pays à majorité musulmane.

    Luca Marcolivio : A professional journalist, Luca Marcolivio has been accredited to the Holy See Press Office since 2011. Director of the webmagazine of religious information Cristiani Today, e collaborates with La nuova Bussola QuotidianaPro Vita & Famiglia and the blog of the Centro Machiavelli. From 2011 to 2017 he was Editor-in-Chief of the Italian edition of Zenit. He is the author of Contro Garibaldi. Quello che a scuola non vi hanno raccontato and the editor of La società dell’allegria. Don Bosco raccontato dai salesiani del XXI Secolo
  • Les chrétiens, des cibles croissantes du radicalisme hindou en Inde

    IMPRIMER

    Du site des Missions Etrangères de Paris :

    Les chrétiens, cibles croissantes du radicalisme hindou en Inde

    15/01/2022

    Le 25 décembre dernier, l’annonce d’un blocage des financements étrangers en faveur des Missionnaires de la charité a choqué les esprits et a été rapidement relayée par la presse internationale. Présente en Inde depuis 1950, la congrégation avait par ailleurs été récemment visée par des accusations de « conversions forcées » au Gujarat. Finalement, le refus des autorités a été levé le 8 janvier. Mais l’incident envoie un message clair à la minorité chrétienne et incarne la perception d’une discrimination croissante envers les chrétiens sous le gouvernement nationaliste hindou de Narendra Modi.

    En août 2017 à New Delhi, lors d’une manifestation organisée par des chrétiens du nord-est de l’Inde en vue de défendre les droits de leur communauté.

    Ce jour de Noël, d’autres incidents ont eu lieu. Des brigades radicales hindoues ont perturbé ou attaqué, dans seize incidents documentés, des célébrations et lieux de culte chrétiens de différentes villes de l’Inde. Au même moment, à l’occasion d’une commémoration au sein de la communauté sikhe, le Premier ministre Narendra Modi a souligné, quant à lui, « les atrocités » commises par les anciens empereurs musulmans contre les hindous et les sikhs, stigmatisant la minorité des musulmans, qui subit quant à elle de plein fouet le radicalisme hindou depuis leur arrivée au pouvoir en 2014.

    Dans une Inde qui comprend plus d’1,3 milliard d’habitants, de confession hindoue pour la très grande majorité, les attaques contre la petite minorité chrétienne, soit seulement 2,3 % de la population, se sont multipliées au cours de l’année 2021. L’organisation Evangelical Fellowship of India a répertorié 305 incidents survenus jusqu’au mois de novembre. Selon le United Christian Forum, qui regroupe plusieurs organisations chrétiennes, au moins 400 incidents ont ciblé les chrétiens indiens et leurs lieux de culte tout au long de l’année, dans des attaques perpétrées par des extrémistes hindous. Il s’agit d’un chiffre record, selon l’organisation, depuis les pogroms contre les chrétiens perpétrés en 2007 et 2008 dans l’État de l’Orissa.

    Le 30 octobre dernier, Narendra Modi a pourtant rencontré le pape François au Vatican et l’a invité à se rendre en Inde en dépit de l’aversion, dans son pays, des groupes hindous radicaux. « Le Premier ministre a été photographié avec le pape et, pratiquement immédiatement à son retour, une agitation a débuté dans l’État du Karnataka avec l’introduction d’une loi anti-conversion », a commenté John Dayal, catholique engagé et porte-parole de la All Catholic Union. Le Karnataka devrait ainsi rejoindre dix autres États ayant adopté cette loi anti-conversion, qui criminalise les hommes musulmans et chrétiens voulant épouser des femmes hindoues.

    Le Premier ministre Narendra Modi reste silencieux

    Dans cet État dirigé par le BJP (Parti du peuple indien), le parti nationaliste hindou de Narendra Modi, les accusations de conversions forcées au christianisme se sont multipliées et près d’une quarantaine d’incidents de violence ciblant les chrétiens ont été répertoriés. Le Premier ministre reste quant à lui silencieux face aux attaques visant les minorités, même s’il a réitéré la primauté de l’égalité citoyenne sur l’appartenance religieuse. Narendra Modi n’a pas non plus condamné les discours de haine proférés par certains de ses fidèles.

    L’exemple le plus récent remonte à la mi-décembre, à Haridwar, aux pieds de l’Himalaya, lorsque des religieux et militants hindous ont appelé à armer les leurs pour attaquer musulmans et chrétiens. « Rien n’est possible sans les armes. Si vous voulez éliminer leur population, alors tuez-les », a notamment proféré Sadhvi Annapurna, secrétaire général de l’organisation nationaliste hindoue Hindu Mahasabha« Tenez-vous prêts à tuer et à aller en prison. »

    Face à l’indignation suscitée, décuplée par l’inaction de la police, la Cour suprême vient d’intervenir en recevant une plainte. Ces discours de haine interviennent dans un contexte particulièrement agité, puisque plusieurs États électoralement cruciaux pour les nationalistes hindous s’apprêtent à passer aux urnes au mois de février.

    Ces dernières années, d’autres dignitaires et extrémistes hindous ont régulièrement proféré des appels à la haine. À commencer par les propos glorifiant Nathuram Godse, l’assassin du Mahatma Gandhi, haï par les hindous radicaux pour avoir défendu une Inde basée sur une identité laïque et multiconfessionnelle. De tels propos ne font plus exception et s’étendent parfois à des incitations à la violence.

    Les attaques contre les chrétiens se sont accélérées

    « Les extrémistes hindous ont organisé douze rassemblements en vingt-quatre mois, dans quatre États, appelant au génocide des musulmans, à des attaques contre les chrétiens et à l’insurrection contre le gouvernement », détaille un rapport du site Article14, qui accuse la police « d’ignorer une conspiration flagrante ». « Les minorités se sentiront en sécurité si le gouvernement agit contre la haine et les violences ciblées », a estimé un communiqué de la Catholic Union« L’impunité de l’État, la complicité de la police et les lois fanatisées militarisent les groupes extrémistes. »

    Après l’arrivée au pouvoir des nationalistes hindous en 2014, les musulmans ont été les premiers à être les victimes de ces attaques. Plusieurs dizaines d’entre eux ont été lynchés par des extrémistes hindous, qui les accusaient de porter offense aux vaches, considérées comme sacrées dans leur religion, en en faisant le commerce ou en consommant la viande. En 2019, la réélection des nationalistes hindous à la tête de l’Inde a marqué un tournant plus accentué vers la radicalisation.

    Une loi sur l’obtention de la citoyenneté indienne a été adoptée et est accusée par de nombreux défenseurs des droits de l’homme de défavoriser les musulmans. Le statut du Cachemire, seule région indienne à majorité musulmane, a été abruptement rétrogradé. La vie du pays a également vu une acceptation plus large, dans la sphère publique, des éléments extrémistes marginaux.

    Par ailleurs, au cœur même de New Delhi, des extrémistes hindous ont attisé des émeutes antimusulmanes en février 2020, les affrontements causant la mort de 53 personnes. Enfin, les attaques contre les chrétiens se sont accélérées, sans que la police ne procède à des arrestations. Selon John Dayal, « les principales organisations chrétiennes ne semblent pas encore avoir pris pleinement conscience de la menace ».

    (EDA / A. R.)

  • Suite du Motu Proprio « Traditionis Custodes » du pape François: les réponses de la Curie pontificale aux dubia exprimés signent-elles la mort du monde traditionnel ?

    IMPRIMER

    Retrouvez ici le Club des Hommes en Noir pour sa troisième saison. Cette émission fondée en 2012, sur une radio bien connue, par Philippe Maxence, a un concept simple : l'actualité de l'Église décryptée par des prêtres et un laïc. Le Club reprend pour l'année 2022.

    Pour cette première émission les membres du Club se sont intéressés aux  « responsa ad dubia » données par la Congrégation pour le Culte divin et la discipline des sacrements aux questions d'interprétation du motu proprio pontifical. Les échanges entre l'abbé Barthe, l'abbé Celier, l'abbé Guelfucci et Jean-Pierre Maugendre sont placés sous la direction de Philippe Maxence :

  • Egypte : une nouvelle loi sur le statut des chrétiens

    IMPRIMER

    De Vatican News (Lisa Zengarini) :

    Le Parlement égyptien va approuver une nouvelle loi sur le statut des chrétiens

    Le Parlement égyptien est sur le point d'approuver une nouvelle législation, élaborée en collaboration avec les églises chrétiennes locales, concernant le statut juridique personnel des chrétiens dans le pays.

    12 janvier 2022

    Une loi longtemps attendue sur le statut juridique personnel des chrétiens en Égypte devrait être approuvée prochainement par le Parlement égyptien. Selon un membre de la commission parlementaire législative, le projet de loi devrait être examiné peu après l'ouverture de la nouvelle session du Parlement, le 23 janvier.

    L'élaboration de la nouvelle législation, qui comprend des dispositions sur des questions sensibles liées au droit de la famille, est un long processus qui a débuté en 2014 et auquel toutes les Églises égyptiennes ont participé.

    Un long processus

    Le ministère de la Justice a mis fin au processus de rédaction en juin 2021 après 16 sessions, au cours desquelles il a consulté des experts juridiques, des responsables gouvernementaux et des représentants des Églises pour parvenir à un consensus sur la formulation du texte.

    Les discussions ont notamment porté sur des sujets délicats comme le divorce et la séparation légale des conjoints, sur lesquels les Églises chrétiennes ont des approches ecclésiales différentes. Les dirigeants chrétiens ont remis leur proposition de texte commune aux autorités égyptiennes le 15 octobre 2020. 

    Coopération avec les Eglises

    La coopération avec les dirigeants chrétiens pour la rédaction de la loi confirme les bonnes relations existantes entre les Églises locales et l'actuel gouvernement égyptien dirigé par le président Abdul Fattah al-Sisi.

    Depuis son arrivée au pouvoir en 2014, le président égyptien a fait un certain nombre de gestes amicaux envers les Églises chrétiennes locales, notamment l'Église copte orthodoxe, la plus grande communauté chrétienne du pays.

    Al-Sisi est le premier président égyptien à avoir assisté à des liturgies de Noël coptes orthodoxes. à plus d'une occasion, il a défini la communauté copte comme une partie essentielle de l'identité égyptienne.

    En 2015, il a vivement réagi à la décapitation de 21 chrétiens coptes égyptiens détenus par l'État islamique en Libye et, en juillet 2016, il a annoncé qu'il renforcerait les sanctions contre ceux qui fomentent la violence religieuse.

    Le 30 août de la même année, le Parlement égyptien a approuvé une nouvelle loi visant à faciliter la construction de nouvelles églises en Égypte, ce qui a été pendant des années une raison majeure de tension avec la majorité musulmane, en particulier dans le sud. L'amélioration des relations n'a toutefois pas empêché les attaques islamistes contre les chrétiens d'Égypte.

    Les chrétiens représentent environ 10 % des 87 millions d'habitants du pays.  

  • L'Eglise catholique est en train de perdre l'Amérique Latine

    IMPRIMER

    De Francis X. Rocca, Luciana Magalhaes et Samantha Pearson sur le site du Wall Street Journal :

    Pourquoi l'Église catholique perd l'Amérique latine

    Les pentecôtistes conservateurs font d'énormes progrès malgré le premier pape de la région ; le Brésil est sur le point de devenir une minorité catholique dès cette année.

    11 janv. 2022

    RIO DE JANEIRO-Tatiana Aparecida de Jesus avait l'habitude d'arpenter les rues de la ville en tant que travailleuse du sexe, défoncée au crack. L'année dernière, cette mère de cinq enfants a rejoint une petite congrégation pentecôtiste du centre-ville de Rio, appelée Sanctification in the Lord, et a laissé son ancienne vie derrière elle.

    "Le pasteur m'a serrée dans ses bras sans rien demander", a déclaré Mme de Jesus, 41 ans, qui a été élevée dans la religion catholique et fait partie du million de Brésiliens qui ont rejoint une église évangélique ou pentecôtiste depuis le début de la pandémie, selon les chercheurs. Lorsque vous êtes pauvre, le fait que quelqu'un vous dise simplement "bonjour", "bon après-midi" ou vous serre la main fait toute la différence", a-t-elle déclaré.

    Pendant des siècles, être latino-américain, c'était être catholique ; la religion n'avait pratiquement aucune concurrence. Aujourd'hui, le catholicisme a perdu des adhérents au profit d'autres religions dans la région, en particulier le pentecôtisme, et plus récemment dans les rangs des non-chrétiens. Ce changement s'est poursuivi sous le premier pape latino-américain.

    Sept pays de la région - l'Uruguay, la République dominicaine et cinq pays d'Amérique centrale - comptaient une majorité de non-catholiques en 2018, selon une enquête de Latinobarómetro, un institut de sondage basé au Chili. Dans une étape symbolique, le Brésil, qui compte le plus de catholiques de tous les pays du monde, devrait devenir minoritairement catholique dès cette année, selon les estimations d'universitaires qui suivent l'affiliation religieuse.

    Dans l'État de Rio, c'est déjà le cas. Les catholiques représentent 46 % de la population, selon le dernier recensement national de 2010, et un peu plus d'un tiers de certaines favelas, ou bidonvilles, frappées par la pauvreté.

    "Le Vatican est en train de perdre le plus grand pays catholique du monde - c'est une perte énorme, irréversible", a déclaré José Eustáquio Diniz Alves, démographe brésilien de renom et ancien professeur à l'agence nationale de statistiques. Au rythme actuel, il estime que les catholiques représenteront moins de 50 % de tous les Brésiliens au début du mois de juillet.

    Les raisons de ce changement sont complexes, notamment les changements politiques qui ont réduit les avantages de l'Église catholique par rapport aux autres religions, ainsi que la sécularisation croissante dans une grande partie du monde. Pendant la pandémie, les églises évangéliques ont été particulièrement efficaces dans l'utilisation des médias sociaux pour maintenir l'engagement des gens, a déclaré M. Diniz Alves.

    Les critiques à l'intérieur et à l'extérieur de l'Église catholique soulignent également son incapacité à satisfaire les demandes religieuses et sociales de nombreuses personnes, en particulier les pauvres. Les Latino-Américains décrivent souvent l'Église catholique comme déconnectée des luttes quotidiennes de ses fidèles.

    L'essor de la théologie de la libération dans les années 1960 et 1970, époque à laquelle l'Église catholique d'Amérique latine a de plus en plus insisté sur sa mission de justice sociale, en s'inspirant dans certains cas des idées marxistes, n'a pas réussi à contrer l'attrait des religions protestantes. Ou, pour reprendre les termes d'une boutade désormais légendaire, attribuée de diverses manières à des sources catholiques et protestantes : "L'Église catholique a opté pour les pauvres et les pauvres ont opté pour les pentecôtistes".

    Lire la suite

  • La RDC de Tshisekedi toujours rongée par la mal gouvernance : pour longtemps ?

    IMPRIMER

    franc-congolais-un-fond-d-affaires-139908896.jpg

    Au Congo, la disparition de la forte personnalité du Cardinal Laurent Monsengwo, décédé au mois de juillet 2021, laisse l’Eglise à la merci des petits jeux d’une caste politique corrompue et le peuple entre la torpeur et le fatalisme : un tunnel sans issue prochaine à l’horizon (JPSC). Rapport de l’observatoire de la dépense publique (Odep) de la RDC :

    « Le rapport de l’Odep est sans appel. Les pratiques de corruption se sont aggravées pendant l’année 2021 en République démocratique du Congo (RDC). L’ONG y dénonce une institutionnalisation des mauvaises pratiques, avec un Parlement transformé « en temple de la corruption », une Inspection générale des finances (IGF) qui banalise les violations de la loi, mais surtout un gouvernement court-circuité par les conseillers de la présidence « qui assurent les fonctions de ministre, sans aucun fondement juridique ». Un triste constat alors que le président Félix Tshisekedi a fait de la lutte contre la corruption l’une de ses principales priorités.

    Un Etat budgétivore

    En épluchant les comptes, l’Odep ne comprend pas pourquoi, les institutions de la République sont aussi gourmandes en argent public. Les dépenses de la présidence ont explosé de plus de 200%, tout comme celles de l’Assemblée nationale (103%), du Sénat (133%) et de la Primature (131%). Le gouvernement Sama Lukonde avait pourtant promis de réduire le train de vie de l’Etat, alors que les dépenses pour la santé, l’éducation, l’accès à l’eau, à l’électricité ou aux infrastructures manquent cruellement.

    La présidence a augmenté le nombre de ses personnels de 455 en 2018, à 1.018 en 2021. Idem à l’Assemblée nationale, au Sénat et à la Primature, qui ont fortement augmenté le nombre de leurs collaborateurs. Une situation qui amène également une forte disparité de salaire. Dans un cabinet politique, les salaires se situent entre 800 dollars et 3.000 dollars alors que la rémunération moyenne d’un enseignant est de 180 dollars. L’Odep estime qu’il est possible de revaloriser de 100 dollars le salaire des enseignants « si le gouvernement opte pour la suppression d’institutions budgétivores comme le CNSA » et en réduisant son train de vie.

    Des projets lancés sans études, sans devis, sans calendrier…

    La gratuité de l’enseignement de base, l’une des mesures phares du programme présidentiel, est elle aussi épinglée par l’ONG spécialisée dans la bonne gouvernance. Il manque toujours 1,25 milliards de dollars pour couvrir les besoins réels de cette mesure. Bilan : les parents continuent de payer, les classes sont surchargées et les enseignants sont en colère. L’Odep pointe également la surfacturation d’écoles au Kasaï-Oriental dans le cadre de projets financés par le Fonds de promotion de l’industrie pour plus d’un million de dollars.

    Le projet « Tshilejelu », censé réhabiliter des kilomètres d’infrastrures routières dans tout le pays, a été lancé sans études de faisabilité, sans mise en concurrence, sans devis, selon le rapport de l’Odep. Des frais d’études jamais validés ont tout de même été décaissés par l’Office de voirie et de drainage (OVD) pour… 7 millions de dollars. Ces mauvaises pratiques auraient été réalisées « en connivence avec certains conseillers de la présidence de la République ». Résultat : la majorité des travaux n’ont même pas commencé.

    Un dircab de la présidence tout-puissant

    Un autre projet a été lancé dans les mêmes conditions douteuses : Kinshasa « zéro trou ». Là encore, aucune étude, aucun calendrier n’ont été avancés. Pire, pointe le rapport de l’Odep, le ministre du budget n’a jamais approuvé le projet. Pour l’ONG, la raison en est simple, la République démocratique du Congo est actuellement gérée par un gouvernement parallèle, piloté directement par la présidence et son directeur de cabinet, Guylain Nyembo. Une situation, qui a pour conséquence, « la course à l’enrichissement illicite », se désole l’Odep. La Cour des comptes a récemment fait part de ses doutes sur la bonne utilisation de 50 millions de dollars alloués à la lutte contre le Covid par le FMI. Un peu plus de 31 millions ont été redistribués, sans respecter la procédure, vers la présidence ou l’Assemblée nationale.

    Depuis 2019, les affaires de détournement de fonds publics se sont enchaînées autour du programme présidentiel des « 100 jours », des 15 millions de dollars destinés aux compagnies pétrolières et disparus dans la nature, ou de la très contestée taxe téléphonique RAM, dont la Commission économique parlementaire n’arrive pas à en trouver trace dans les comptes publics. Tout cela entache fortement l’image de chantre de l’anti-corruption qu’a voulu se forger Félix Tshisekedi à son arrivée à la tête de la RDC. Cela laisse enfin l’étrange impression qu’à la place du changement de système promis par le chef de l’Etat, une nouvelle élite corrompue a pris la place de la précédente, laissant la majorité des Congolais à leur triste sort. »

    Christophe Rigaud – Afrikarabia »

    Ref. La RDC de Tshisekedi toujours rongée par la mal gouvernance 

     

  • Des groupes radicaux israéliens menaceraient la présence des chrétiens à Jérusalem

    IMPRIMER

    Du site du Bharat Express News :

    Le chef d'une église de Jérusalem déclare que les extrémistes israéliens menacent la présence chrétienne de Jérusalem

    11 janvier 202206

    Le patriarche grec orthodoxe de Jérusalem a accusé des groupes radicaux israéliens de menacer la présence des chrétiens dans la ville sainte, dans des propos que les responsables israéliens ont rejeté comme étant sans fondement.

    Dans une chronique publiée samedi dans le Times of London, Sa Béatitude Theophilos III a déclaré qu'il pensait que l'objectif était de chasser la communauté chrétienne de la vieille ville de Jérusalem, qui abrite des sites sacrés pour le judaïsme, le christianisme et l'islam.

    Israël a pris Jérusalem-Est, y compris la vieille ville, ainsi que la Cisjordanie et la bande de Gaza lors de la guerre de 1967. Il a annexé Jérusalem-Est après la guerre, une décision qui n'a pas été reconnue au niveau international.

    "Notre présence à Jérusalem est menacée", a écrit le patriarche dans l'article, publié un jour après la célébration du Noël grec orthodoxe. "Nos églises sont menacées par des groupes radicaux israéliens marginaux. Aux mains de ces extrémistes sionistes, la communauté chrétienne de Jérusalem souffre énormément, a-t-il déclaré.

    "Nos frères et sœurs sont victimes de crimes haineux. Nos églises sont régulièrement profanées et vandalisées. Notre clergé est soumis à de fréquentes intimidations."

    En qualifiant les extrémistes d'Israéliens, la critique de Theophilos était plus personnelle et incisive que celle d'une déclaration collective publiée par les responsables d'autres églises de Jérusalem avant Noël.

    Leur déclaration parlait d'" attaques fréquentes et soutenues par des groupes radicaux marginaux ", mais s'abstenait de les identifier comme des Israéliens.

    Selon un rapport du département d'État américain publié l'année dernière sur la liberté religieuse dans le monde, le clergé et les pèlerins chrétiens ont continué à signaler des cas de harcèlement ou de crachats de la part de juifs ultra-orthodoxes à Jérusalem.

    Depuis quelque temps, des groupes religieux signalent des actes de vandalisme sur des sites religieux de la ville. Theophilos n'a désigné aucun groupe radical par son nom ni cité d'incidents spécifiques. Il n'a pas apporté la preuve qu'ils étaient israéliens, ni que leur objectif était de chasser les chrétiens de la ville.

    Dimanche, un responsable israélien a déclaré que la réalité sur le terrain pour les chrétiens était complètement différente de celle décrite par le patriarche, citant une déclaration du ministère des Affaires étrangères du 22 décembre qui réfutait les précédentes affirmations des dirigeants de l'Église.

    "Depuis le jour de sa création, l'État d'Israël s'est engagé à protéger la liberté de religion et de culte pour toutes les religions, ainsi qu'à garantir la liberté d'accès aux lieux saints", a déclaré le fonctionnaire. communiqué de presse du ministère.

    "La déclaration des dirigeants de l'Église de Jérusalem est particulièrement exaspérante étant donné leur silence sur la situation critique de nombreuses communautés chrétiennes au Moyen-Orient qui souffrent de discrimination et de persécution.

    Dans sa chronique, Theophilos a déclaré que les radicaux qu'il critiquait "ne sont pas représentatifs de l'État d'Israël ou du peuple juif", et a appelé Jérusalem à rester une "communauté mosaïque" diversifiée dans le judaïsme, le christianisme et l'islam.