Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"L'homme contemporain écoute plus volontiers les témoins que les maîtres"

IMPRIMER

Une dépêche de l'Agence Fides :

Pape François : l'évangélisation est vaine et stérile sans les dons de la sainteté et du témoignage

22 mars 2023

Rome (Agence Fides) - L'annonce de l'Évangile "est plus qu'une simple transmission doctrinale et morale". L'annonce de l'Évangile "est avant tout le témoignage d'une rencontre personnelle avec Jésus-Christ". C'est pourquoi le témoignage du Christ est "le premier moyen d'évangélisation" et "une condition essentielle pour son efficacité". Le Pape François l'a répété lors de l'audience générale d'aujourd'hui, mercredi 22 mars, poursuivant le cycle de catéchèse consacré à la passion d'évangéliser et au zèle apostolique. Cette fois-ci, la chaîne de la nouvelle catéchèse s'est développée autour d'amples et nombreuses citations de l'Exhortation apostolique Evangelii Nuntiandi signée par saint Paul VI le 8 décembre 1975, un texte magistériel défini par le pape François comme la "Magna Carta de l'évangélisation dans le monde contemporain". Il est toujours actuel, comme s'il avait été écrit hier". Les indices et les accents de la nouvelle catéchèse papale ont mis en évidence le caractère toujours plus prophétique des paroles par lesquelles Paul VI, précisément dans Evangelii Nuntiandi, reconnaissait que "l'homme contemporain écoute plus volontiers les témoins que les maîtres", ou que "s'il écoute les maîtres, c'est parce qu'ils sont des témoins".

Le témoignage - a poursuivi l'Évêque de Rome - comprend également la "foi professée" et se manifeste avant tout dans le changement que le Christ lui-même opère chez ses témoins, chez ceux qui lui rendent témoignage précisément dans ce changement. C'est la foi "qui nous transforme, qui transforme nos relations, les critères et les valeurs qui déterminent nos choix". C'est pour cette raison que le témoignage ne se manifeste pas comme une "performance" des témoins, mais représente plutôt une réverbération, un reflet d'un "chemin de sainteté" qui puise à la source sacramentelle du baptême, lui aussi "don de Dieu" et qui "demande à être accueilli et à porter du fruit pour nous et pour les autres", a souligné entre autres l'Évêque de Rome. On ne peut pas évangéliser sans témoigner", répète le Pape François. Il est indispensable d'évangéliser. Le monde a besoin d'évangélisateurs qui lui parlent d'un Dieu qu'ils connaissent et qui leur est familier. Ce n'est pas transmettre une idéologie, une doctrine sur Dieu, c'est Dieu qui devient vie en moi. Le témoignage est indissociable de la cohérence, de ce que l'on croit, de ce que l'on proclame et de ce que l'on vit. Une personne est crédible si elle a une harmonie entre ce qu'elle croit et ce qu'elle vit".
Paul VI, poursuit le Pape François, enseigne que le zèle pour l'évangélisation naît de la sainteté, se nourrit de la prière et surtout de l'amour pour l'Eucharistie. En même temps, l'évangélisation, à son tour, "fait grandir en sainteté ceux qui l'accomplissent". Alors que "sans la sainteté, la parole de l'évangélisateur "n'ouvrira guère son chemin dans le cœur de l'homme de notre temps", et "risque d'être vaine et stérile". La sainteté n'est pas réservée à quelques-uns".

L'annonce de l'Évangile", a fait remarquer le Pape François dans la dernière partie de son discours, s'inspirant à nouveau de passages d'Evangelii Nuntiandi, "ne peut jamais être considérée comme une sorte de "patrimoine acquis", une activité exercée et monopolisée par l'Église avec une maîtrise "professionnelle", à travers d'anciennes et de nouvelles stratégies de communication. Les baptisés ont eux aussi constamment besoin d'entendre et de réentendre l'annonce de l'Évangile. L'Église a besoin à tout moment de revenir supplier le Seigneur de la guérir, de la purifier et de la renouveler. Elle - a poursuivi le Pape François en continuant à citer l'Exhortation Evangelii Nuntiandi de Montini - "a besoin d'écouter encore et encore ce qu'elle doit croire, les raisons de son espérance, le nouveau commandement de l'amour". Le Peuple de Dieu, "plongé dans le monde et souvent tenté par les idoles, a toujours besoin d'entendre proclamer les grandes œuvres de Dieu qui l'ont converti au Seigneur, et d'être à nouveau convoqué et réuni par Lui". Cela signifie, en un mot, qu'elle a toujours besoin d'être évangélisée pour garder la fraîcheur, l'élan et la force d'annoncer l'Évangile. Si elle ne s'évangélise pas elle-même, elle reste comme une pièce de musée. L'Église a toujours besoin d'être évangélisée, elle a besoin de prendre l'Évangile, de prier et de sentir la puissance de l'Esprit changer son cœur. Une Église qui évangélise pour évangéliser. L'Église doit aller de l'avant, elle doit grandir continuellement, afin de rester jeune. Une Église qui dialogue avec le monde contemporain mais qui rencontre le Seigneur tous les jours et qui laisse entrer l'Esprit Saint qui est le protagoniste de l'évangélisation. C'est l'Esprit Saint en nous qui nous pousse à l'évangélisation. C'est la vraie liberté des enfants de Dieu".

Le Pape conclut en invitant les fidèles à lire et à relire Evangelii Nuntiandi, qu'il relit lui-même souvent et qu'il qualifie de chef-d'œuvre de saint Paul VI et d'héritage qu'il nous a laissé pour évangéliser.

(Agence Fides 22/3/2023)

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel