Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L’embryon humain victime d’une double négation : celle de son individualité et celle de sa personnalité

IMPRIMER

De Victoire De Jaeghere sur le site de la Nef :

La face cachée de l’embryon

L’embryon humain est victime de trois révolutions successives, avortement, PMA/GPA et recherche, qui nient son individualité et sa personnalité contre toute évidence. Explications.

Lors de la constitution de l’Académie pontificale pour la Vie en 1994, le généticien et médecin Jérôme Lejeune rédigea une déclaration qui devint le serment des Serviteurs de la vie. Celle-ci s’ouvre sur cet engagement solennel : « Devant Dieu et devant les hommes nous attestons que tout être humain est pour nous une personne. » Cette déclaration frappe à plus d’un titre. Pourquoi prendre la peine d’affirmer ce qui semble une tautologie : qu’un être humain soit une personne ? Pourquoi ajouter ce « pour nous » qui semble affubler de subjectivité ce qui devrait être un constat universel ? Le fait est que la loi Veil avait depuis près de vingt ans porté un coup fatal à cette reconnaissance de la personnalité embryonnaire. Pour justifier que la valeur de sa vie ne soit pas inconditionnelle, l’avortement devait nécessairement s’accompagner d’une rétrogradation de la dignité de l’embryon. Il ne pouvait plus être une personne. Il deviendrait un amas de cellules.

C’est ainsi qu’à partir de 1975, l’embryon va connaître trois révolutions successives qui tenteront chacune de le rebaptiser à l’eau de leurs besoins : l’avortement, la PMA et la recherche sur l’embryon. Par l’avortement, l’enfant non désiré est supprimé : il n’est qu’un amas de cellules gênant. Dans la PMA, il est un « projet parental », un être désiré pour la vie duquel on conçoit, trie, détruit ou congèle en laboratoire une dizaine d’embryons surnuméraires. Par la recherche, on couche sur une table de laboratoire l’embryon d’une semaine que l’on transperce pour lui prendre son cœur, le bouton embryonnaire ou que l’on détruit pour l’étudier : il est ici un simple matériau de laboratoire, le cobaye fascinant de nos expériences.

Dans chacun de ces trois gestes, l’embryon est victime d’une double négation : la négation de son individualité et celle de sa personnalité. Pour ôter à l’embryon sa dignité humaine, il a fallu dans un premier temps lui nier l’existence d’individu humain pour pouvoir supprimer l’obligation inconditionnelle du respect dû à la personne.

Lire la suite sur le site de la Nef 

Commentaires

  • "L’embryon humain victime d’une double négation : celle de son individualité et celle de sa personnalité"
    C'est vrai hélas.
    Mais ce sont là des symptômes qui ont pour cause originelle la négation de la sacralité de l'embryon humain.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel