Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ethique

  • RDCongo : Pourquoi le prochain scrutin présidentiel semble déjà “joué”

    IMPRIMER

    RDC-CENI-élection.jpgDémocratiques, les élections congolaises ne l’ont jamais été, si l’on excepte celles organisées sous la responsabilité de la Belgique pour constituer le premier gouvernement du Congo post-colonial.

    Sur le site web de « La Libre Afrique », Hubert Leclercq énonce déjà les procédures en préparation par l’actuel pouvoir en place pour manipuler les prochains résultats. Bah, « demokrasi, azali nani: mwasi soko mobali ? La démocratie, c’est qui : une femme ou un homme ? » NdB…   

    « L’organisation des scrutins annoncés pour le 20 décembre 2023 par la Commission électorale nationale indépendante multiplie les indices en faveur du pouvoir en place à Kinshasa.

    Si tu organises les élections, c’est pour les gagner”, nous avait expliqué l’ancien président du Gabon Omar Bongo en 2000. La formule, pour caricaturale qu’elle puisse paraître, n’a pas pris une ride. En République démocratique du Congo, les responsables de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) ont annoncé, ce samedi 26 novembre, la tenue des prochaines élections présidentielles et législatives (nationales, provinciales et communales) pour le 20 décembre 2023.

    Un timing hyper serré que le patron de la Ceni, Denis Kadima Kazadi, installé à ce poste à la suite d’un processus très critiqué, se fait fort de tenir pour respecter la Constitution congolaise. Pour la plupart des observateurs internationaux, le calendrier est “matériellement intenable”, comme le martèle un expert qui a “accompagné de nombreux scrutins en Afrique”. Un rapport réalisé pour le PNUD à la fin de l’été dernier ne disait déjà rien d’autre.

    Il faut bien comprendre qu’en République démocratique du Congo, il n’y a pas d’état civil et pratiquement aucun suivi entre deux scrutins. À chaque fois, il faut donc enregistrer tous les électeurs, ce qui devrait représenter 50 millions de personnes cette fois. Il faut donc inscrire ces personnes une à une, remplir des fichiers manuellement, même si les équipes utilisent des tablettes informatiques”, poursuit un ancien membre de la Ceni. Pour Denis Kadima, l’enregistrement de ces 50 millions d’électeurs se fera en trois mois. “Impossible”, affirme sans ambage un expert congolais qui insiste sur la nécessité d’aller à la rencontre des électeurs dans des « conditions homériques »« Sans route, sans infrastructure, c’est impensable” et de rappeler qu’il y a cinq ans, “il avait fallu au moins 20 mois pour enregistrer ces électeurs en pouvant compter sur l’intendance de la Monusco pour transporter les kits d’enregistrement et le personnel de la Ceni, ce qui ne sera plus le cas cette année”.

    RDC : Tshisekedi passe en force. Cap sur la CENI ?

    Samedi dernier, en présentant son calendrier, Denis Kadima a d’ailleurs insisté sur la nécessité de recourir à une flotte d’avions pour aller à la rencontre des électeurs et sur le coût – imprévu – qu’aura cette mobilisation aérienne pour les caisses de l’État.

    On mobilise chez le président

    Pour parvenir à ses fins, l’actuelle Ceni a divisé le Congo en trois zones, commandé 30 000 kits d’enregistrement et augmenter substantiellement le nombre des centres d’inscription pour l’enrôlement des électeurs. Près de 5 000 “bureaux” supplémentaires sont annoncés pour les 26 provinces que compte ce pays, soit 22 271 face aux 17 783 centres qui avaient enrôlé 40 millions d’électeurs pour le scrutin de 2018. Une croissance bienvenue mais qui n’est pas sans poser certaines questions au vu de la répartition de ces nouveaux bureaux d’enrôlement. En effet, les provinces du Kasaï (+314 bureaux), du Kasaï central (+443 bureaux) et du Kasaï oriental (+202 bureaux), berceau de la famille Tshisekedi, accueillent à elles trois plus de 20 % des nouveaux bureaux d’enregistrement. Au total, ces trois “provinces présidentielles” disposent désormais de 3 069 centres d’inscription, soit 13,6 % de l’ensemble des centres au niveau national. “Avec un tel maillage, il faut espérer que la Ceni ne passera à côté d’aucun électeur kasaïen”, lance un de nos experts, qui ajoute : “d’autant plus que ces provinces, délaissées sous Kabila et dans lesquelles peu de réalisations concrètes ont abouti depuis l’arrivée de Félix Tshisekedi au pouvoir, ont tendance à se vider et que nombre de Kasaïens ont trouvé refuge dans l’ancien grand Katanga qui, lui, malgré cette évidente croissance démographique, ne bénéficie que de 586 nouveaux bureaux d’inscription”.

    Un constat tout aussi étonnant dans le nord est du pays où seuls 2 nouveaux bureaux ont été prévus au Nord-Kivu, 95 au Sud-Kivu et 69 au Maniema. “On va être prudent et se contenter de dire que ces chiffres sont difficiles à comprendre et à expliquer”, poursuit un de nos experts qui “s’étonne” du fait que “le poids électoral de chaque province n’a pas été pris en compte. Cette augmentation dans les Kasaïs n’est objectivement ni compréhensible, ni justifiable.” D’autres observateurs parlent clairement de “discrimination”.

    Cette répartition des nouveaux centres d’enregistrement ne fait qu’accroître le malaise des observateurs face au processus électoral qui se dessine en République démocratique du Congo. “Denis Kadima sait que de lourds soupçons pèsent sur sa désignation à la tête de la Ceni. Ajoutez-y une Cour constitutionnelle, chargée de valider les résultats des scrutins, complètement remaniée par la volonté du président Tshisekedi et vous obtenez de nombreux ingrédients pour un cocktail électoral aussi douteux qu’explosif. Sans parler du fait que tant la Ceni que la Cour constitutionnelle sont désormais entre les mains de Kasaïens. C’est malsain. C’est même dangereux en cas de contestation ou d’explosion de violence, poursuit l’ancien collaborateur de la Ceni avant de conclure : le fait qu’une ethnie tienne autant de clés du pouvoir est éminemment dangereux. En cas de contestation, on sait dans notre région que cela peut vite dégénérer en règlement de compte tribal”.

    RDCongo : Pourquoi le prochain scrutin présidentiel semble déjà “joué”

  • Bruxelles, 13 décembre : Philo à Bruxelles avec Stéphane Mercier (Progrès spirituel et discipline de vie en Orient et en Occident : perspectives croisées)

    IMPRIMER

    2022_12_03_16_46_42_Greenshot.png

    2022_12_03_16_48_28_Greenshot.png

    2022_12_03_16_50_54_Greenshot.png

  • Les groupes pro-vie et pro-famille bloqués lors d'une prochaine conférence de l'ONU ?

    IMPRIMER

    D'Austin Ruse sur le Friday Fax (C-Fam) :

    Un comité de l'ONU s'apprête à bloquer les pro-vie

    1er décembre 2022

    Le Comité des ONG de la Commission de la condition de la femme de l'ONU a publié des directives de participation qui auront pour effet de bloquer les groupes pro-vie et pro-famille lors d'une prochaine conférence de l'ONU. Les dirigeants des groupes pro-vie et pro-famille pensent que ces directives ont été créées précisément pour les empêcher de participer à la prochaine Commission sur le statut de la femme.

    Appelées "Directives et principes de sécurité virtuelle", le Comité des ONG affirme qu'elles visent à garantir que "chacun vive une expérience enrichissante lors du Forum virtuel des ONG sur la CSW". Leur objectif est de "rendre cette plateforme aussi inclusive et productive que possible..."

    Certaines directives ne prêtent pas à controverse, telles que "construire une culture d'excellence, de compassion, d'intégrité et d'honnêteté." De plus, "permettez à tout le monde de participer. Ne dominez pas la conversation et respectez les limites de temps" et "faites preuve d'empathie envers les autres participants".

    Mais il y a aussi l'obligation de reconnaître "l'existence du sexisme, du racisme, du classisme, de l'hétérosexisme, de la transphobie, de la domination globale du Nord et d'autres formes institutionnelles d'oppression." Certains de ces éléments sont en grande partie les mots et les phrases idéologiquement chargés de la gauche sexuelle.

    Les participants ne peuvent pas non plus utiliser "un langage offensant lié au genre, à l'identité et à l'expression de genre, à l'orientation sexuelle, au handicap, à la maladie mentale, à l'apparence physique, à l'affiliation politique, à l'âge, à la race, à l'origine nationale et/ou ethnique, au statut d'immigration, à la langue, à la religion ou à l'indigénéité".

    Les participants sont tenus "d'utiliser un langage accueillant et inclusif". Vraisemblablement, cela signifie utiliser les "pronoms préférés" de quelqu'un, une exigence qui contraindrait le discours et violerait donc la liberté religieuse des croyants chrétiens orthodoxes.

    Et puis il y a l'interdiction de "l'intimidation délibérée", une admonition qui semble ne fonctionner que dans un sens. L'année dernière, lors d'un événement préparatoire à la CSW parrainé par ONU Femmes, les gouvernements du Danemark et du Costa Rica et l'ONG CSW, le vice-président exécutif de C-Fam a été attaqué par un groupe mondial de défense de l'avortement. Un représentant de l'Association pour les droits de la femme dans le développement (AWID) a demandé l'expulsion de tous les "infiltrés anti-droits" des Nations unies.

    Bien que les directives semblent ne concerner qu'une plate-forme virtuelle pour la prochaine Commission de la condition de la femme, l'une des plus grandes et des plus importantes réunions de commission au siège de l'ONU, lorsque C-Fam a demandé à accueillir un événement parallèle à la prochaine conférence, ces directives étaient jointes.

    Le Comité des ONG de la CSW est une créature d'ONU Femmes, qui est une bureaucratie massive avec un conseil d'administration composé d'États membres de l'ONU. Il semble donc que les directives émanent des gouvernements. Le problème est que beaucoup, sinon la plupart, des États membres de l'ONU n'accepteraient jamais certaines de ces directives et ne seraient donc pas admis dans la partie ONG de la Commission.

    La Commission de la condition de la femme est une réunion annuelle des États membres des Nations unies qui, dans les années pré-covid, rassemblait des milliers de participants non gouvernementaux. Les 5 000 participants sont généralement issus de groupes féministes radicaux, mais des groupes pro-vie ont également participé. Outre la négociation entre les États membres, il y a des dizaines de panels produits par des groupes non gouvernementaux. Au fil des ans, les groupes pro-vie ont été autorisés à organiser des panels, mais cela est devenu de plus en plus difficile à mesure que les féministes idéologiques répriment les opinions dissidentes.

    Aujourd'hui, il semble qu'elles présentent la dissidence comme un danger pour les autres participants et qu'elles cherchent à supprimer complètement les voix pro-vie et pro-famille.

    Les ONG pro-vie et pro-famille réfléchissent à leur plan d'action, qui devrait inclure au moins une plainte formelle auprès d'ONU Femmes. Les pro-vie n'ont pas l'espoir que l'ONU Femmes s'en préoccupe. Après que Lisa Correnti de C-Fam ait été harcelée l'année dernière, ONU Femmes n'a même pas reconnu la plainte.

    Les pro-vie espèrent que les États membres de l'ONU interviendront.

  • L'état avancé de sécularisation de la plupart des sociétés européennes constitue le terrain le plus fertile pour le développement d'un climat anti-chrétien

    IMPRIMER

    De Solène Tadié sur le National Catholic Register :

    Les nouveaux visages de la persécution des chrétiens en Europe

    La France compte le plus grand nombre de crimes haineux contre les chrétiens - qui restent la communauté religieuse la plus ciblée du pays - suivie par l'Allemagne, l'Italie et la Pologne, selon un récent rapport annuel.

    30 novembre 2022

    L'Observatoire de l'intolérance et de la discrimination envers les chrétiens en Europe (OIDAC Europe) a constaté dans son dernier rapport pour l'année 2021 que la pression sociale et la censure visant les chrétiens en Europe s'intensifient et prennent différents aspects.

    Pour le président de cette organisation non gouvernementale basée à Vienne, le préjugé général contre l'engagement religieux parmi les élites européennes est responsable d'une grande partie de l'intolérance et de l'hostilité sociale croissantes dont sont victimes les chrétiens.

    Comme les années précédentes, la France enregistre le plus grand nombre de crimes de haine contre les chrétiens - qui restent la communauté religieuse la plus ciblée du pays -, suivie par l'Allemagne, l'Italie et la Pologne.

    Selon les auteurs de l'étude, qui a recensé 519 crimes de haine anti-chrétiens dans 19 pays européens, ces chiffres sont probablement largement sous-estimés en raison du nombre limité de chrétiens qui signalent les attaques dont ils sont victimes.

    Bien que le vandalisme, le vol et la profanation soient les crimes haineux documentés les plus courants, quatre personnes ont été tuées en haine de la foi et 14 ont été agressées physiquement en 2021. Les chiffres du rapport ont révélé une diminution globale du nombre de crimes haineux par rapport à 2020, ce qui contraste avec l'augmentation de l'intolérance dans la durée.

    Cette circonstance a été l'occasion pour OIDAC Europe de réaffirmer que, si les chrétiens sont confrontés à des formes plus graves de persécution pour leur foi dans d'autres parties du monde, la persécution qui a lieu en Europe, bien que plus sous-jacente et subtile - et se manifestant souvent par l'exclusion sociale, la censure ou la discrimination - ne doit pas être sous-estimée, car elle a des conséquences très profondes sur la vie quotidienne des chrétiens et sur la transmission de la foi aux générations futures.

    Le cardinal africain Robert Sarah, préfet émérite de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, a souligné cette même réalité dans une interview avec EWTN News diffusée le 27 novembre.

    "Les menaces contre la liberté religieuse prennent de nombreuses formes. D'innombrables martyrs continuent de mourir pour la foi dans le monde entier", a commenté le cardinal Sarah. "Mais la liberté religieuse est également menacée en Occident".

    "Il ne s'agit pas souvent d'une menace ouverte, ou d'une haine de la foi", a-t-il ajouté, mais d'un "parti pris implicite contre le christianisme."

    Les dégâts de la sécularisation

    L'état avancé de sécularisation de la plupart des sociétés européennes constitue le terrain le plus fertile pour le développement d'un climat anti-chrétien. Ce phénomène, qui se distingue de la séparation formelle entre l'État et l'Église, a pour effet d'éliminer la religion de toutes les autres sphères de la société, la reléguant exclusivement à la sphère privée.

    "De plus en plus souvent, le principe de séparation entre l'Église et l'État est compris à tort comme exigeant une séparation entre la foi et la politique, de sorte qu'il est de moins en moins acceptable de fonder ses positions politiques sur des convictions religieuses", écrit dans le rapport Dennis Petri, expert dans le domaine de la liberté religieuse.

    M. Petri était également l'un des principaux experts du rapport de juin 2022 sur le phénomène croissant de l'autocensure dans le monde chrétien. Ce rapport a été produit par un certain nombre d'organisations chrétiennes internationales, dont l'OIDAC.

    Ce rapport a montré que la montée de l'intolérance laïque avait pour effet de générer un "effet de refroidissement", qui poussait de nombreux chrétiens à s'abstenir d'exprimer leurs opinions et leurs croyances en public. Outre la pression sociale, les actions en justice engagées contre les chrétiens pour limiter leur liberté d'expression ont un impact délétère sur la liberté de religion ainsi que sur la propagation et le maintien de la foi.

    Parmi les 2021 affaires les plus médiatisées figure celle de la députée et ancienne ministre finlandaise Päivi Räsänen, une chrétienne autoproclamée qui a fait l'objet de poursuites pénales pour avoir publiquement remis en question le soutien officiel de l'Église luthérienne de son pays à l'événement "Pride 2019", citant la Bible à l'appui de sa position. Selon les auteurs du rapport de l'OIDAC, des cas comme celui de Räsänen "envoient un message effrayant aux chrétiens, laissant entendre que l'expression de leurs opinions s'accompagne d'un risque d'exclusion sociale, de préjudice professionnel, voire de poursuites judiciaires."

    Commentant les conclusions du dernier rapport dans une interview accordée au Register, Martin Kugler, chef de l'OIDAC, a averti que les nouvelles lois sur les discours de haine dans les pays occidentaux génèrent une tendance dangereuse selon laquelle "certains groupes peuvent accuser les chrétiens de discours de haine pour avoir partagé leurs croyances sur le mariage et la famille ou l'identité sexuelle selon l'éthique chrétienne."

    "Certaines de ces lois sont rédigées et interprétées de manière si large qu'elles sont facilement utilisées pour criminaliser les chrétiens", a-t-il ajouté.

    Normalisation de l'intolérance

    M. Kugler a ajouté que les milliers de cas graves ou très médiatisés de crimes de haine documentés dans leurs rapports au cours des dernières années confirment que le phénomène croissant du sécularisme radical est à la base d'une "intolérance séculaire" écrasante, qui se manifeste à la fois "dans les lois discriminatoires ou problématiques pour la liberté de religion, ainsi que dans le climat hostile envers les chrétiens dans les différentes sphères sociales."

    Notant l'interconnexion entre le climat social et les lois et décisions juridiques, il a fait valoir que les lois visant la liberté d'expression ou la liberté religieuse tendent à "normaliser" l'idée que les opinions chrétiennes ne sont plus acceptables dans la société, et que l'indifférence de diverses classes politiques européennes à l'égard de la persécution des chrétiens renforce un préjugé anti-chrétien dans l'opinion publique, donnant lieu à une intolérance séculaire encore plus grande.

    Kugler observe que, paradoxalement, cette intolérance laïque à l'égard des chrétiens s'accompagne d'une réticence généralisée à condamner le fanatisme religieux et les violences commises par les musulmans en Europe.

    "Il y a un étrange aveuglement face aux dangers réels et, en même temps, une réticence à voir les menaces qui pèsent sur la liberté religieuse et les autres droits de l'homme lorsqu'elles touchent les chrétiens", a-t-il déclaré.

    "Nous avons analysé un préjugé général spécifiquement contre l'engagement religieux chrétien parmi les élites européennes et encore plus si cet engagement chrétien est critique à l'égard des développements sociétaux dans le monde occidental", a-t-il poursuivi, notant que c'est particulièrement le cas lorsque la discussion touche des questions telles que le mariage et la famille, l'idéologie du genre, l'avortement, la dignité humaine dans la biotechnologie, la liberté d'expression et l'éducation.

    Kugler conclut : "une intolérance radicale se répand en Occident, notamment parmi de nombreux médias libéraux et de gauche - toujours 'au nom de la tolérance'."

    Solène Tadié Solène Tadié est la correspondante pour l'Europe du National Catholic Register. Elle est franco-suisse et a grandi à Paris. Après avoir obtenu une licence en journalisme à l'université Roma III, elle a commencé à faire des reportages sur Rome et le Vatican pour Aleteia. Elle a rejoint L'Osservatore Romano en 2015, où elle a successivement travaillé pour la section française et les pages culturelles du quotidien italien. Elle a également collaboré avec plusieurs médias catholiques francophones. Solène est titulaire d'une licence en philosophie de l'Université pontificale Saint-Thomas d'Aquin, et a récemment traduit en français (pour les Éditions Salvator) Défendre le marché libre : The Moral Case for a Free Economy du Père Robert Sirico de l'Acton Institute.

    Lire également : Norwegian bishop: Catholic life leads ‘to persecution to some degree in this fallen world’

  • Un "être humain" qui ne serait pas une personne ?

    IMPRIMER

    De Stefano Fontana sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Un être humain = une personne. Il n'y a rien à discuter

    1-12-2022

    Dans une interview en Amérique, le pape fait une distinction entre "être humain" et "personne". Une distinction inappropriée, car elle apporte un soutien à ceux qui soutiennent l'avortement, et également indéfendable dans son contenu. Il n'existe pas d'êtres humains non-personnels.

    François, répondant à une question sur l'avortement dans une interview publiée par la revue America des jésuites américains, a fait la différence entre " être humain " et " personne " : " Je ne dis pas une personne, parce que c'est contesté, mais un être humain ". Il a reproposé l'image, qu'il a utilisée à d'autres occasions, de l'assassin condamnant l'avortement, mais il a précisé qu'avec l'avortement on ne peut pas dire que l'on agit sur une personne, mais seulement sur un être humain. Cette distinction est non seulement inappropriée, étant donné qu'elle apporte soutien et inspiration à ceux qui soutiennent l'avortement, mais elle est indéfendable dans son contenu. En effet, on ne voit pas comment on peut avoir les caractéristiques d'un être humain autrement qu'en étant aussi une personne. Il n'y a pas d'êtres humains qui ne soient pas des personnes, ni de personnes qui ne soient pas des êtres humains (à part les anges et Dieu, bien sûr).

    La distinction de François exige certaines conditions impossibles : qu'un être humain puisse exister sans avoir la personnalité qui caractérise l'essence de l'être humain ; que la personnalité soit quelque chose qui s'ajoute plus tard et, par conséquent, qu'une chose puisse changer son essence de sorte que ce qui n'est pas une personne le devienne plus tard ; que la personnalité surgisse par évolution comme si elle existait en puissance dans une phase antérieure d'absence de personnalité. Mais procédons de manière analytique.

    Que signifie l'expression "être humain" ? Il désigne un être vivant qui appartient à l'espèce humaine. Que signifie le terme "espèce" ? Il désigne un niveau de réalité, un mode d'être propre aux individus qui partagent les mêmes caractéristiques essentielles. Quelles sont les caractéristiques essentielles ? Ce sont les conditions qui appartiennent à un certain être dans la mesure où elles sont propres à son essence ou à sa nature, conditions dont il ne peut être privé parce qu'il est " cette chose-là " précisément en raison de ces caractéristiques essentielles. Qu'est-ce que l'essence ? C'est le principe qui constitue cet être comme " cette chose-là ", qui fait qu'il est ce qu'il est et, comme tel, qu'il appartient à une certaine espèce. Toute chose qui est, est quelque chose, si elle est quelque chose elle a une essence, si elle a une essence elle est placée dans une espèce selon les caractéristiques de son essence. Enfin : quel est l'élément de l'essence de cet être que nous appelons homme qui le place dans sa propre espèce, c'est-à-dire dans l'espèce humaine ? Cet élément est l'intelligence, dont découlent d'autres propriétés, telles que la liberté, la volonté, la responsabilité, la conscience, la sociabilité, etc. Or, si l'expression "être humain" a ce sens, elle coïncide avec le concept de "personne", qui a lui aussi ce sens.

    Lire la suite

  • Le Sénat américain adopte le projet de loi sur le mariage entre personnes de même sexe

    IMPRIMER

    De Jonah McKeown sur Catholic News Agency :

    Le Sénat adopte le projet de loi sur le mariage entre personnes de même sexe, le renvoyant à la Chambre des représentants

    29 novembre 2022

    Le Sénat américain a voté mardi soir en faveur de la loi sur le respect du mariage (RFMA), renvoyant le projet de loi à la Chambre pour un vote final avant qu'il n'atteigne le bureau du président. 

    Ce projet de loi, qui abrogerait la loi de 1996 sur la défense du mariage (DOMA) et prévoirait la reconnaissance fédérale des mariages entre personnes de même sexe, a suscité des critiques de la part des dirigeants catholiques, qui estiment qu'il n'offre pas une protection juridique suffisamment forte aux personnes qui croient que le mariage est l'union d'un homme et d'une femme, comme l'enseigne l'Église catholique. 

    Le projet de loi actuel n'obligerait aucun État à autoriser les couples de même sexe à se marier, mais exigerait des États qu'ils reconnaissent tous les mariages - sans distinction de "sexe, de race, d'ethnie ou d'origine nationale" - contractés dans d'autres États. 

    Le projet de loi a bénéficié d'un soutien des deux partis et a été adopté par le Sénat le 29 novembre par un vote de 61 à 36, et va maintenant retourner à la Chambre. Si la Chambre adopte cette version amendée, le projet de loi ira sur le bureau du président Joe Biden pour sa signature, qu'il s'est engagé à donner. M. Biden a fait part de son soutien au mariage homosexuel pour la première fois il y a dix ans, ce qui le mettait en porte-à-faux avec les enseignements de sa foi catholique. 

    Le Sénat avait voté à 62-37 à la mi-novembre pour mettre fin au débat sur le projet de loi en atteignant le seuil requis de 60 voix. Douze républicains ont traversé l'allée pour se joindre à tous les démocrates du Sénat lors de ce vote, et le même nombre s'est joint au vote du 29 novembre.

    La version finale du projet de loi comprend un amendement des deux partis visant à garantir que les organisations religieuses à but non lucratif ne seront pas tenues de fournir des services, des installations ou des biens pour la célébration d'un mariage homosexuel. Elle prévoit également des protections de la conscience individuelle dans la mesure prévue par la Constitution et la loi fédérale, et précise que le projet de loi n'autorise pas le gouvernement fédéral à reconnaître le mariage polygame. 

    Le DOMA, que le présent projet de loi abrogerait, est une loi de 1996 signée par le président Bill Clinton qui définissait le mariage au niveau fédéral comme l'union d'un homme et d'une femme, réservant les avantages fédéraux aux couples hétérosexuels et permettant aux États de ne pas reconnaître les mariages homosexuels contractés dans d'autres États. Le DOMA a déjà été effectivement annulé par les décisions de 2013 et 2015 de la Cour suprême United States v. Windsor et Obergefell v. Hodges, qui ont légalisé le mariage homosexuel dans les 50 États. 

    En juillet, les évêques catholiques des États-Unis avaient exhorté les sénateurs à s'opposer à la loi sur le respect du mariage, exprimant leurs inquiétudes quant à l'effet du projet de loi sur la liberté religieuse de ceux qui tiennent à une définition traditionnelle du mariage. 

    Lire la suite

  • Une vague abortiste déferle sur l'Europe

    IMPRIMER

    De Luca Volontè sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    DE L'ESPAGNE À MALTE

    La vague d'avortement menace l'Europe

    30-11-2022

    Il y a la "liste noire" des médecins objecteurs dans un nouveau projet de loi espagnol, la constitutionnalisation possible de l'avortement en France et celle (ratée) au Royaume-Uni. Et encore : la poussée radicale en Hollande et la pression de l'Union européenne sur la Pologne et Malte pour libéraliser le meurtre des enfants à naître.

    L'odeur nauséabonde de l'avortement se répand dans toute l'Europe. En Espagne, en France, à Malte, aux Pays-Bas, en Pologne et au Royaume-Uni, la pression s'accentue pour légaliser le meurtre de la personne conçue in utero.

    La nouvelle loi espagnole sur l'avortement est presque prête, après que la Commission pour l'égalité du Congrès a approuvé le rapport sur le texte adopté (22 voix en faveur de Psoe, Unidas Podemos et alliés ; 15 membres de Pp, Vox et Ciudadanos contre). Maintenant, la soi-disant " loi organique sur la santé sexuelle et reproductive et l'interruption volontaire de grossesse ", promue par la leader incontestée de Podemos et ministre de l'égalité Irene Montero, devra être soumise à la plénière pour approbation finale, puis sera envoyée au Sénat pour approbation finale avant d'entrer en vigueur. Il ne devrait pas y avoir de surprise, étant donné une large majorité.

    Le projet de loi espagnol comporte trois nouveautés inquiétantes : les médecins objecteurs seront obligés de s'inscrire sur une liste publique et nationale, une sorte de "liste noire" qui a déjà été contestée par l'Agence nationale de protection des données ; les médecins objecteurs n'auront pas le droit de participer aux comités cliniques de leurs hôpitaux qui décideront des avortements pour raisons "médicales" (c'est-à-dire les avortements jusqu'à la 22e semaine de gestation ou même au-delà, à condition que le fœtus souffre d'"anomalies incompatibles avec la vie" ou d'une "maladie extrêmement grave et incurable"). La raison ? Les médecins objecteurs ne sont pas impartiaux.... Enfin, la loi permettra aux jeunes filles de 16 et 17 ans d'interrompre leur grossesse sans avoir à obtenir l'autorisation de leurs parents, sans modifier les délais (avortement gratuit jusqu'à la 22e semaine de gestation).

    Lire la suite

  • Hanna-Barbara Gerl-Falkovitz , philosophe catholique allemande lauréate du prix Ratzinger 2021, exhorte le pape François à corriger le cours de la voie synodale :

    IMPRIMER

    Hanna 0000761981.jpgSelon Hanna-Barbara Gerl-Falkovitz, lauréate du prix Ratzinger 2021, le Saint-Père (François) doit tracer une «ligne rouge» contre les erreurs doctrinales et ecclésiologiques que propagent les dirigeants de l'Église allemand : une interview réalisée par Joan Frawley Desmond, la rédactrice en chef du National Catholic Register. Elle est une journaliste primée largement publiée dans les médias catholiques, œcuméniques et laïques. Diplômée de l'Institut pontifical Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille, elle vit avec sa famille en Californie.

    « Les évêques allemands se sont rendus à Rome cette semaine pour leurs réunions ad limina, et l'évêque Georg Bätzing du Limbourg, qui dirige la conférence épiscopale allemande, a déclaré qu'il espérait que les réunions calmeraient les inquiétudes concernant la voie synodale controversée du pays et répondraient au "manque de compréhension de notre processus à Rome. 

    Mais un groupe d'éminents catholiques laïcs allemands, Neuer Anfang (Nouveau Commencement) , voit les choses très différemment. Ils sont profondément préoccupés par le rejet par la Voie synodale de l'enseignement de l'Église sur la moralité sexuelle, la structure hiérarchique de la gouvernance de l'Église et un sacerdoce entièrement masculin, et ont cherché à affirmer et à défendre les enseignements de l'Église désormais menacés. 

    Les membres du groupe ont appelé le pape François à aborder directement les propositions de la Voie synodale lors de ses rencontres avec les évêques allemands et à clarifier le danger qu'elles représentent pour l'avenir de l'Église en Allemagne et pour l'Église universelle. Ils ont également lancé une « offensive de transparence » qui détaille les propositions spécifiques approuvées par l'assemblée synodale allemande, afin que les dirigeants de l'Église aient un compte rendu plus précis des débats synodaux que ce qui était disponible dans la couverture médiatique.

    Lors d'un échange de courriels le 15 novembre avec la rédactrice en chef de Register, Joan Frawley Desmond, Hanna-Barbara Gerl-Falkovitz, lauréate du prix Ratzinger 2021 et déléguée à la Voie synodale, a fait part de ses graves préoccupations concernant ses délibérations et son impact sur le pape François. ' Synode pluriannuel sur la synodalité.

    Gerl-Falkovitz dirige actuellement l'Institut européen de philosophie et de religion à l'Université philosophique et théologique Pape Benoît XVI à Heiligenkreuz, en Autriche. 

    Professeur émérite de philosophie de la religion et d'études religieuses comparées à la TU Dresde , ses recherches portent sur la philosophie de la religion des XIXe et XXe siècles. Et elle est spécialiste de la philosophe catholique Edith Stein et du théologien Romano Guardini , à qui elle a consacré de nombreux écrits 

    Vous faites partie d'un groupe de laïcs catholiques allemands profondément préoccupés par la voie synodale allemande et son rejet de l'anthropologie chrétienne, de l'enseignement moral sur la sexualité et de la structure hiérarchique de gouvernance de l'Église. Pourquoi parlez-vous maintenant ?

    J'ai pris la parole dès le début du Chemin synodal en 2021, lorsque j'ai été élue pour son Forum III : « Les femmes dans les services et les ministères de l'Église ». 

    J'ai défendu dans Forum III le binaire masculin-féminin comme réalité normale de la création dans un article, et organisé une réunion Zoom sur la question du sacerdoce masculin, plaidant pour la théologie nuptiale de saint Paul et la représentation spécifique du Christ par l'homme. prêtres. 

    Certains de mes papiers ont été écoutés, mais pas intégrés dans les textes finaux du Forum III. On peut les lire maintenant sur la page d'accueil du diocèse de Ratisbonne, où Mgr Voderholzer publie les opinions de la minorité des délégués synodaux.

    Pourquoi avez-vous été nommé délégué de la Voie synodale ?

    J'ai été nommé après les nominations « normales », lorsqu'il est devenu évident que seuls des avis précis étaient recherchés. Certains évêques ont insisté sur la co-nomination d'environ 20 personnes n'appartenant pas au courant dominant officiel.

    Avez-vous vu des problèmes au début? 

    Les problèmes étaient déjà clairement visibles lors de la première session au printemps 2021. Les premières annonces concernaient déjà l'homosexualité comme problème d'acceptation, et le plein accès des femmes au sacerdoce.

    Que faut-il savoir sur le Comité central des laïcs catholiques allemands [Kentralkomitee der deutschen Katholiken (ZdK)] qui a joué un rôle majeur dans ce processus ? Sont-ils élus, nommés ou membres du personnel servant au niveau paroissial, diocésain ou épiscopal national ? Quelles sont les conditions uniques en Allemagne qui leur ont permis de devenir si influents ?

    Le Zentralkomitee allemand a une longue et efficace tradition. Elle a été fondée à la fin du 19e siècle et a agi efficacement contre le « Kulturkampf » protestant de Bismarck contre les catholiques. Le rôle politique (intérieur) des catholiques était et est son objectif essentiel — mais pas la réforme de l'Église elle-même, ni la critique fondamentale de l'Église. 

    Tous les membres n'ont pas une expertise théologique; beaucoup d'entre eux sont des politiciens et des dirigeants d'organisations catholiques concernant la vie sociale et publique. Ils ne représentent pas la partie catholique de la population allemande car ils ne sont pas élus de manière démocratique.

    Après la crise des abus de 2018, j'ai l'impression que les évêques se sont sentis impuissants et ont désespérément cherché l'aide des laïcs. 

    Le problème est la règle [gouvernant les procédures de la Voie synodale] : un homme, un vote - indépendamment de sa capacité théologique, de sa pratique réelle de la prière et de la dévotion, et indépendamment du fait d'être ordonné et spécifiquement obligé à l'Église par des vœux.

    En juillet, une déclaration du Vatican a déclaré que la Voie synodale n'a pas le pouvoir "d'obliger les évêques et les fidèles à adopter de nouveaux modes de gouvernance et de nouvelles approches de la doctrine et de la morale". Mais en septembre, l'assemblée synodale proposait encore la création d'un organe permanent composé de laïcs et d'évêques pour superviser l'Église locale. 

    Ce "Conseil" permanent est un grand problème : il n'est absolument pas clair comment les laïcs sont théologiquement légitimés pour gouverner - avec les évêques - les diocèses. Ce sera un sujet de dispute important avec Rome, juste ces jours-ci et à l'avenir - du moins, espérons-le. 

    La loi de l'Église et la tradition catholique sont strictement contre ce concept.

    L'assemblée synodale a également appelé à l'approbation de l'homosexualité et principalement des personnes ''queer''. Mais certains évêques allemands s'y sont opposés. Et maintenant?

    Une minorité des évêques - un tiers - a voté contre l'approbation de l'homosexualité. L'approbation de l'homosexualité comme un "don de Dieu", et donc biologiquement déterminée. Selon les règles, la minorité d'un tiers est suffisante pour arrêter une telle proposition. Néanmoins, bien que cela n'ait pas été accepté, les principaux évêques allemands ont déclaré publiquement qu'ils approuveraient ces propositions pour leurs propres diocèses, y compris les bénédictions des couples de même sexe, et les engageraient dans les services d'une église.  

    Que devrait-il se passer alors que les évêques allemands sont à Rome pour leurs visites ad limina cette semaine ?

    Le pape devrait tracer une « ligne rouge ». [Il devrait préciser que] le rejet de l'enseignement catholique sur la gouvernance de l'Église par les seuls évêques ; la nécessité du sacerdoce; la mission des femmes; et la morale sexuelle ne peut être entérinée sans schisme. 

    Vous craignez également que la voie synodale allemande influence le synode sur la synodalité. Quelles sont vos préoccupations spécifiques ? Avez-vous la preuve que c'est un problème? 

    Partout dans le monde, il y a des questions sur l'accompagnement pastoral des [hommes et femmes qui s'identifient comme LGBTQ], sur le sacerdoce féminin, et sur la culture du pouvoir hiérarchique et sacerdotal, etc. 

    Mais les solutions ne doivent pas être aussi dures et unilatérales que dans le Chemin synodal allemand, avec seulement un petit groupe de personnes non représentatif pour examiner de telles questions. Les solutions ne peuvent pas non plus être trouvées dans le très court laps de temps de deux ans. 

    Certains analystes de l'Église suggèrent que le Synode sur la synodalité pourrait coopter la Voie synodale allemande et la réorienter pour éviter la possibilité d'un schisme. Tes pensées?

    C'est bien sûr un espoir. Mais je soupçonne fortement que le contraire pourrait se produire, les idées du Chemin synodal allemand fonctionnant comme une infection qui se propage à travers l'Église.

    Que doit faire le pape François ? Lui avez-vous écrit, ainsi qu'aux responsables du synode à Rome, pour leur faire part de vos préoccupations ?

    Oui, j'ai écrit personnellement au Pape. Il doit s'exprimer clairement; tant de gens en Allemagne manquent son jugement et sont devenus incertains. Ils aspirent à la clarté. 

    Quant aux responsables du Synode : J'ai exprimé mes opinions plus d'une fois dans les sessions du Forum et dans les conférences, et elles peuvent être lues par tout le monde sur la page d'accueil du diocèse de Ratisbonne mentionnée ci-dessus.

    Un certain nombre de dirigeants de l'Église à travers le monde se sont prononcés contre la voie synodale allemande, mettant en garde contre le danger de schisme. Que peuvent-ils faire maintenant pour prévenir les dommages qu'il pourrait infliger à l'Église universelle ?

    Ils devraient continuer à parler, à écrire et aussi à téléphoner en privé aux évêques allemands, au Pape et aux chefs des dicastères. 

    La Voie synodale aura une dernière session en mars 2023. D'ici là, il est encore possible qu'un élan spirituel différent et fort change de direction. 

    En ce moment, les principaux évêques allemands tentent d'apaiser les craintes à Rome. Mais Rome doit encore porter un jugement sur une théologie et une éthique qui s'éloignent si ouvertement du Nouveau Testament et de la tradition de l'Église. »

    Hélàs, jusqu’ici Sœur Anne n’a rien vu venir du Pontife Romain pour protéger sa sœur de Barbe Bleue qui veut l’occire (NdB)

    Ref. Alors que les évêques allemands se sont réunis au Vatican, un philosophe catholique allemand exhorte le pape à corriger le cours de la voie synodale

  • Qui est aux commandes du synode sur la synodalité ?

    IMPRIMER

    D'Edward Pentin sur le National Catholic Register :

    Qui gère le Synode sur la synodalité ?

    Les voix qui soutiennent l'enseignement de l'Église ne sont pas suffisamment représentées.

    22 novembre 2022

    À la lumière de la controverse suscitée par le document de travail pour la prochaine étape du Synode pluriannuel sur la synodalité, des questions ont surgi sur l'identité de son auteur et sur la manière dont il a vu le jour.

    Le "Document pour l'étape continentale" (DCS) de 45 pages, publié le 28 octobre, tente de résumer les discussions avec les fidèles laïcs, le clergé et les religieux qui ont participé à la première étape d'"écoute et de discernement" du synode et vise à servir de base aux travaux de la deuxième étape - ou étape continentale - qui se déroulera jusqu'au printemps prochain. 

    Une grande partie du document, officiellement intitulé "Elargis l'espace de ta tente" (Isaïe 54:2), se concentre sur "l'écoute comme ouverture à l'accueil", qui, selon le document, devrait découler d'un "désir d'inclusion radicale". L'expression "personne n'est exclu" est souvent mentionnée dans le texte. 

    Mais le texte inclut de manière controversée des appels explicites à la transformation des structures et des contenus de l'Église qui sont en désaccord avec le magistère de l'Église, et met l'accent sur l'accueil, sans mentionner clairement l'amendement de la vie, des groupes qui se sentent exclus de l'Église, tels que les divorcés-remariés, les personnes "LGBT" et même les personnes vivant dans des mariages polygames.

    En conséquence, le document a fait l'objet de critiques acerbes. Dans un commentaire cinglant, l'évêque auxiliaire Robert Mutsaerts de 's-Hertogenbosch, aux Pays-Bas, a déclaré qu'il pensait que le processus d'écoute du synode avait abouti à un document qui sert de "mégaphone pour les opinions non catholiques" et que le processus ressemblait davantage à une "expérience sociologique" qu'à la mission de l'Église de proclamer la vérité. 

    Pour Mgr Mutsaerts, le processus a laissé la place "à un peu trop de défenseurs du mariage gay, à des gens qui ne pensent pas vraiment que l'avortement est un problème et ne se montrent jamais vraiment défenseurs du riche credo de l'Église, voulant avant tout être aimés par leur entourage séculier".

    "Une chose est claire pour moi", a-t-il ajouté. "Dieu n'est pas dans le coup dans ce misérable processus synodal. Le Saint-Esprit n'a absolument rien à voir avec cela." 

    Écrivant dans le quotidien catholique italien La Nuova Bussola Quotidiana, la journaliste et auteur Luisella Scrosati a déclaré que ceux dont les opinions sont principalement reflétées dans le document ont été atteints "non par la prédication de l'Évangile, mais par la formulation typique de l'idéologie pseudo-chrétienne". Elle a ajouté que leurs réponses ont ensuite été "amalgamées avec l'idéologie ecclésiale dominante", de sorte que ce qui émerge "n'est pas du tout le sensus fidei [sens de la foi] comme le suggère le document" - c'est-à-dire "le consensus des fidèles, en vertu de la vertu théologique de la foi, qui leur a été insufflée au baptême" - mais plutôt une consultatio fidelium [consultation des fidèles] menée et rapportée de manière idéologique." 

    Les responsables du synode

    Comme pour les autres synodes de ce pontificat, le Synode sur la synodalité est géré et dirigé par des personnes ayant des antécédents idéologiques distincts et des perspectives similaires, notamment en ce qui concerne les questions sociopolitiques et la doctrine. Le cardinal Mario Grech, secrétaire général du secrétariat du synode, a appelé l'Église à "accepter davantage les membres LGBT" lorsqu'il était évêque de Gozo, à Malte. Il était également le principal auteur des directives controversées des évêques maltais sur Amoris Laetitia, qui ouvraient l'admission à la sainte communion aux divorcés civilement remariés s'ils étaient "en paix avec Dieu". Pour le cardinal Grech, le Synode sur la synodalité s'inscrit dans un processus qui " s'inscrit de plus en plus dans un état d'esprit synodal " et montre que " le peuple de Dieu converge pour appeler à un profond renouvellement de l'Église. " 

    Le cardinal Jean-Claude Hollerich, rapporteur général du synode, a suscité la controverse ces derniers mois en déclarant que la bénédiction des unions homosexuelles n'était "pas une question réglée" et que l'enseignement de l'Église sur l'homosexualité "n'est plus correct" et peut être modifié. En avril, la sœur Nathalie Becquart, xavière, sous-secrétaire du secrétariat du synode, a prononcé un discours peu critique à l'égard du New Ways Ministry, qui promeut les droits des "LGBT" dans l'Église, ce qui a suscité de vives critiques de la part de dirigeants de l'Église et d'éminents fidèles laïcs.

    Lire la suite

  • La difficulté de rester en communion avec un pape dont on désapprouve les prises de position

    IMPRIMER

    D'Eric Sammons sur crisismagazine.com (traduction française de Benoît et moi) :

    En communion, sans joie, avec le pape François

    Comment un catholique peut-il être en communion avec le pape s’il ne veut rien avoir à faire avec lui ?

    Pour les catholiques fidèles, le pontificat de François a été comme essayer de survivre à 12 rounds avec un champion poids lourd. Passons en revue quelques-uns des coups reçus :

    • « Qui suis-je pour juger ? »
    • « Se reproduire comme des lapins »
    • « Une pluralité de religions est voulue par Dieu »
    • S’acoquiner avec des politiciens pro-avortement
    • Un accord scandaleux avec le parti communiste chinois
    • Promouvoir le travail du Père James Martin
    • Les scandaleuses nominations à l’Académie pontificale pour la vie.

    Et ce ne sont là que quelques exemples ! Je suis sûr que vous pourriez en citer beaucoup d’autres. Après neuf ans de ce pontificat, la plupart d’entre nous se sentent au minimum un peu sonnés.

    Cette situation malsaine peut conduire à un vrai examen de conscience. En tant que catholiques, nous sommes préprogrammés pour respecter, voire apprécier, nos papes. Mais si nous voulons être honnêtes, François est un homme difficile à aimer ou à respecter. Son antagonisme envers les catholiques traditionnels et orthodoxes indique que ce sentiment est réciproque. Un tel désamour conduit à l’inévitable question : comment un catholique peut-il être en communion avec le pape s’il ne veut rien avoir à faire avec lui ?

    Ce n’est pas une question rhétorique. L’Église catholique a toujours souligné l’importance d’être en communion avec Rome. Dès les premiers jours du christianisme, Rome a été considérée comme le lieu de l’unité mondiale de l’Église. Ne pas être en communion avec le successeur de saint Pierre, c’est se séparer du corps du Christ. Mais en même temps, être un catholique fidèle signifie adhérer obstinément aux enseignements de l’Église tels qu’ils nous ont été transmis par l’Écriture et la Tradition. Alors que se passe-t-il quand on nous demande d’être en communion avec quelqu’un qui s’efforce de bouleverser ces enseignements ?

    Afin de résoudre ce paradoxe troublant, nous devons comprendre ce que signifie être « en communion avec ».

    Premièrement, cela ne signifie pas être « en accord » avec quelqu’un sur tous les points de vue. Après tout, chaque catholique pratiquant est actuellement en communion avec tous les autres catholiques pratiquants dans le monde, et je garantis que ces millions de catholiques ont des vues très divergentes sur la politique, l’économie, la culture, et une foule d’autres sujets. Et ce qui est encore plus remarquable, c’est que beaucoup de ces catholiques pratiquants ont probablement des opinions hérétiques. J’imagine qu’il y a un grand nombre de catholiques, par exemple, qui, si on leur demandait d’expliquer la Trinité, donneraient des réponses hérétiques par ignorance ou incompréhension. Mais nous sommes toujours en communion.

    Alors que signifie « en communion avec » ? Il s’agit d’une reconnaissance visible de l’Église visible. Dans l’Église invisible du protestantisme, il n’y a pas de véritable concept de « en communion avec ». Un protestant fréquente simplement l’église qu’il aime le plus, et s’il ne l’aime plus, il part et en fréquente une autre. Il est simplement un membre visible d’une communauté locale de croyants partageant les mêmes idées, tout en demeurant dans l' »église invisible » éthérée. »

    Mais pour les catholiques, c’est très différent. Nous croyons que nous sommes membres d’une Église visible et universelle, qui comprend non seulement tous les catholiques d’aujourd’hui, mais aussi tous les catholiques de l’histoire et de l’avenir – les saints et les pécheurs. Cette appartenance est une réalité mystique qui n’est pas le fruit de notre communauté d’esprit, mais de notre participation commune à la Sainte Communion.

    Cette communion est à la fois horizontale – entre tous les membres de l’Église catholique – et verticale – entre le tout dernier catholique baptisé et le pape, et même le boss du pape, Jésus-Christ. En d’autres termes, notre communion n’est pas une reconnaissance du fait que nous nous apprécions tous ou que nous sommes d’accord les uns avec les autres, mais une soumission mutuelle de notre volonté à celle du Christ.

    En outre, cette communion est structurée ; elle est hiérarchique. Dans les plans de la providence divine, Notre Seigneur a établi un centre pour cette communion ici sur terre – l’évêque de Rome qui est le successeur de saint Pierre. En d’autres termes, pour être en communion les uns avec les autres, nous devons être en communion avec le pape. Ce n’est pas facultatif. Nous ne pouvons pas dire : « Bon, je suis en communion avec ma paroisse locale, mais pas avec le pape ». Agir ainsi revient à rejeter la structure communautaire mise en place par Celui qui crée la communion, Jésus-Christ.

    Qu’en est-il lorsque ce centre de communion devient lui-même une source de scandale ? Que se passe-t-il lorsqu’il semble s’opposer aux enseignements qui viennent du Christ ?

    Certains diront que dans cette situation, François n’est pas vraiment le pape – soit il n’a pas été validement élu, soit son hérésie le démet automatiquement de ses fonctions. Mais il s’agit d’une tentative humaine de reconfigurer une réalité divine pour « résoudre » les problèmes d’aujourd’hui. Nous ne comprenons pas comment nous pouvons avoir un pape aussi mauvais et être encore en communion avec lui, alors nous essayons de régler le problème avec des solutions humaines.

    Cela conduit cependant à des problèmes encore plus grands. C’est un peu comme les nombreuses tentatives anciennes d’expliquer le mystère de la Trinité avec des « solutions » humaines comme le modalisme [Doctrine hérétique qui nie la trinité des Personnes divines et considère le Père, le Fils et le Saint-Esprit comme les modes d’une seule et unique substance. Le modalisme s’est répandu à Rome et en Afrique au iiie siècle, où il a été combattu par saint Hippolyte et Tertullien] ou l’arianisme [Doctrine d’Arius et de ses adeptes. L’arianisme professait que dans la Trinité, le Fils n’est pas parfaitement égal au Père ; il n’est pas de même nature (consubstantiel) et ne participe pas à son éternité (coéternel), donc sa divinité est secondaire] . De telles explications peuvent sembler plus simples et donc plus faciles à accepter pour les hommes et les femmes, mais elles conduisent en fin de compte à des une incompréhension de fond de notre Eglise et de notre communion en elle.

    Comme nous l’avons déjà noté, notre communion est structurée ; elle est hiérarchique. Cela signifie que les membres ont des rôles différents à jouer, et ce n’est pas le rôle du laïc individuel – ou d’un prêtre ou d’un évêque individuel – de déclarer qu’un pape n’est plus pape ou qu’il n’a jamais été pape. En effet, le fait même qu’une quasi-unanimité de la hiérarchie reconnaisse aujourd’hui François comme pape indique clairement que nous devons l’accepter comme pape, et donc être en communion avec lui.

    La papauté est un mystère de notre foi, et les mystères, naturellement, peuvent être difficiles à comprendre ou à accepter. Notre situation difficile actuelle me rappelle Jean 6:68-69, lorsque Jésus demande aux Douze s’ils vont aussi le quitter à cause de l’enseignement difficile de l’Eucharistie. Saint Pierre répond : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle ; et nous avons cru, et nous avons appris à connaître que tu es le Saint de Dieu. » L’apôtre principal ne comprenait pas comment il était censé manger la chair du Christ et boire son sang, mais il en était venu à accepter Jésus comme le divin Sauveur et donc, pour saint Pierre, la parole du Christ était suffisante.

    De même, il peut être compliqué d’accepter aujourd’hui le difficile enseignement de la papauté et la nécessité pour nous d’être en communion avec elle. Au temps de papes saints et sages, cet enseignement est naturel et facile. Mais nous ne vivons pas à une telle époque. Nous devons donc dire avec saint Pierre : « Seigneur, à qui irons-nous ? » Notre Seigneur a fait de la communion avec le pape une partie essentielle de la foi catholique – quelque chose qui a été attesté et pratiqué depuis 2 000 ans. Nous ne pouvons pas l’abandonner maintenant, même face à de graves défis.

    C’est le test de notre époque. Essayerons-nous de « résoudre » humainement le problème de la papauté de François, ou ferons-nous confiance à notre Seigneur et resterons-nous en communion avec Rome, même en dépit des défis que cette communion apporte ? Nous pouvons avoir l’impression d’être au milieu d’un combat de poids lourds, mais notre devoir est de persévérer jusqu’au bout, quels que soient les coups que nous pouvons recevoir en chemin.

  • L'avortement dans la constitution ? En Belgique aussi ?

    IMPRIMER

    La Libre (!!!) de ce 28 novembre 2022 (p. 39) publie une opinion de Diane Roman et Marc Verdussen plaidant en faveur de l'inscription du droit à l’avortement dans la Constitution :

    28 novembre 2022

    extrait :

    La Hongrie, la Pologne, la Suède, l’Italie… autant d’États européens qui ont basculé vers le populisme, voire l’autoritarisme. Et demain ? Nul État du continent n’est à l’abri d’une dérive illibérale. Aujourd’hui, les démocraties libérales ne se renversent plus par des coups d’État inconstitutionnels, mais elles se dégradent insidieusement, quand des élections constitutionnelles portent au pouvoir des partis enclins à bafouer les droits fondamentaux et à fragiliser les juges dans leur mission de protection de ces droits. L’état de droit régresse ainsi dans un nombre de plus en plus important de pays européens. Dans ces conditions, refuser toute réforme constitutionnelle en se berçant de l’illusion de croire que nos lois sur l’avortement sont intangibles et nos juges perdurables relève au mieux d’un déconcertant angélisme, au pire d’une turpitude intellectuelle. La déferlante des extrêmes sur les scènes politiques de nos pays ne doit-elle pas nous incliner à la plus grande vigilance ? Ne s’impose-t-il pas de préserver l’avenir en ‘sécurisant’ dans nos Constitutions le droit à l’autonomie personnelle des femmes et les droits liés à la procréation ? Les lois belge et française sur l’avortement sont abrogeables par une majorité ordinaire d’élus, tandis que les Constitutions des deux pays ne sont révisables qu’au terme de procédures plus strictes et à des majorités renforcées : deux tiers en Belgique et (sauf recours au référendum) trois cinquièmes en France. 

    A ce propos, lire : “La constitutionnalisation de l’IVG entraînerait des conséquences désastreuses”

  • France : un évêque dénonce l'inscription du droit de tuer un être humain dans la Constitution

    IMPRIMER

    Le droit de tuer un être humain garanti par la Constitution ?

    Communiqué de Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, le 25 novembre :

    Jeudi 24 novembre, les députés ont approuvé à une écrasante majorité (337 voix pour et 32 voix contre) une proposition de loi qui prévoit d’inscrire le prétendu « droit à l’avortement » dans la Constitution française.

    Si cette proposition de loi devait à présent être votée au Sénat dans les mêmes termes qu’à l’Assemblée nationale, elle serait alors soumise à l’approbation du peuple français par la voie d’un référendum, dont l’issue ne ferait malheureusement aucun doute.

    Aussi me paraît-il utile et nécessaire de rappeler, avec force, un certain nombre de réalités et de principes qui doivent ou qui devraient inspirer la réflexion et l’action, non seulement des chrétiens, mais de l’ensemble des citoyens, y compris des élus :

    -Loin de n’être qu’un amas informe de cellules, l’embryon, puis le fœtus, est un être humain à part entière, puisque dès la conception, l’ADN et les chromosomes qui le constituent font de lui un être humain parfaitement unique et irremplaçable et objectivement distinct du corps de la femme qui le porte.

    – Qu’on le veuille ou non, l’avortement consiste à supprimer un enfant à naître. C’est pourquoi la Constitution pastorale Gaudium et Spes du Concile Vatican II qualifie l’avortement de « crime abominable », tandis que saint Jean Paul II proclame dans l’encyclique Evangelium vitae que « l’avortement direct, c’est-à-dire voulu comme fin ou comme moyen, constitue toujours un désordre moral grave, en tant que meurtre délibéré d’un être humain innocent. Cette doctrine est fondée sur la loi naturelle et sur la Parole de Dieu écrite; elle est transmise par la Tradition de l’Eglise et enseignée par le Magistère ordinaire et universel. Aucune circonstance, aucune finalité, aucune loi au monde ne pourra jamais rendre licite un acte qui est intrinsèquement illicite, parce que contraire à la Loi de Dieu, écrite dans le cœur de tout homme, discernable par la raison elle-même et proclamée par l’Eglise. » (n° 62).

    -Qu’il me soit également permis de souligner, à l’occasion de la « Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes » du 25 novembre, que celles-ci sont bien souvent contraintes de recourir à l’IVG du fait des pressions qu’elles subissent de la part de leur entourage familial, professionnel ou autre, et que de nombreuses femmes ne se remettent que très difficilement des séquelles psychologiques d’un avortement.

    -Dès lors, rien ne justifie le fait d’inscrire l’avortement dans la Constitution pour en faire un droit fondamental ou absolu et quasiment sacré, si ce n’est la volonté, à peine dissimulée, d’autoriser, dès que les circonstances le permettront, l’avortement sans la moindre limitation de durée (c’est-à-dire jusqu’au terme de la grossesse…) et de supprimer la clause de conscience dont bénéficient depuis 1975 et le vote de la Loi Veil, les professions de santé (médecins et infirmières).

    -N’est-ce pas plutôt une véritable politique de prévention de l’avortement et d’accompagnement des femmes enceintes en difficulté qu’il conviendrait de considérer comme une priorité, afin de limiter, en France, le nombre dramatiquement élevé d’avortements (au moins 223.000 IVG déclarées en 2021, soit près d’un avortement pour trois naissances), pour contribuer à « mettre en œuvre une grande stratégie pour le service de la vie » (Evangelium vitae n° 95) ?…

    Il est réellement consternant de prétendre inscrire dans la Constitution, qui devrait protéger absolument le droit à la vie, le droit de tuer un être humain. Cela est d’autant plus indigne que les députés s’apprêtaient à débattre sur l’interdiction des corridas, au nom de la
    « souffrance » animale.

    C’est bien à juste titre que Benoît XVI écrivait : « Quand une société s’oriente vers le refus et la suppression de la vie, elle finit par ne plus trouver les motivations et les énergies nécessaires pour œuvrer au service du vrai bien de l’homme. Si la sensibilité personnelle et sociale à l’accueil de la vie se perd, alors d’autres formes d’accueil utiles à la vie sociale se dessèchent. L’accueil de la vie trempe les énergies morales et nous rend capables de nous aider mutuellement » (Caritas in veritate n° 28). On pourrait même avancer que la violence infligée à l’embryon humain a un lien avec les autres formes de violence qui se multiplient dans notre société.

    Alors que nous entrons dans le temps de l’Avent, j’invite par conséquent l’ensemble des fidèles à se joindre aux veillées de prière pour la Vie qui sont organisées dans notre diocèse… et à méditer ce message particulièrement édifiant d’un ancien évêque auxiliaire de New- York (Mgr Austin Vaughan) qui écrivait en 1991: « Lorsque Dieu a envoyé son Fils dans le monde, Il n’est pas apparu brusquement au sommet d’une montagne. Sa vie a débuté dans le sein de la Vierge Marie. Pendant neuf mois, le centre de l’univers entier, la personne la plus importante et le bien le plus important ont été un bébé à naître dans le sein de Marie. Dieu a fait cela pour nous enseigner le prix qu’Il attache à chaque vie humaine dès son commencement ».