Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nouveau massacre en RDC

IMPRIMER

Dépêche de l'Agence Fides :

AFRIQUE/RD CONGO - Témoignage de sources de Fides après un nouveau massacre dans l'est du pays

samedi, 6 mars 2021

Kinshasa (Agence Fides) – Un nouveau massacre de civils a eu lieu dans l'est de la République démocratique du Congo. Au moins 13 civils ont été tués sauvagement par balles et à coups de machette, certains ayant été décapités. C'est ce qu'indique à l'Agence Fides le CEPADHO (Centre d'Etudes pour la Paix, la Démocratie et les Droits fondamentaux) qui affirme que le massacre a été perpétré dans l'après-midi du 2 mars à Mambelenga, dans le territoire d'Irumu, en province d'Ituri.
Les auteurs présumés du massacre appartiendraient à l'ADF/MTM (Force démocratiques alliées/Madinat Tawhid wa-l-Muwahidin littéralement « la ville du monothéisme et des monothéistes) (autrement dit, des djihadistes ndB). Outre le massacre de civils, le groupe armé a saccagé des habitations, des pharmacies et un centre médical, par la suite incendié.

« Le CEPADHO qui condamne cette énième attaque déplore qu'à moins de dix jours 45 civils aient été massacrés par les ADF dans les territoires d'Irumu et de Beni. Il encourage les FARDC (forces armées congolaises NDT) à poursuivre l'ennemi jusqu'à son dernier retranchement. Par cette occasion, notre Organisation exprime son inquiétude au sujet de l'insécurité caractérisée par la multiplicité des embuscades tendues par les ADF aux usagers de la route Beni-Kasindi. Ce qui justifie la flambée des prix sur le marché à Beni de certains produits de première nécessité (y compris alimentaires) en provenance de Kasindi. Face à cette situation, le CEPADHO encourage les FARDC et la FIB/MONUSCO (mission de l'ONU en République démocratique du Congo) à imposer immédiatement leur présence militaire sur l'axe routier Beni-Kasindi pour dominer la zone et éviter aux ADF de couper cette route d'intérêt national. Car, non seulement la coupure de la route Beni-Kasindi par les terroristes des ADF provoquera l'asphyxie des habitants de Beni, mais ravivera aussi la méfiance entre la population et les institutions ou la MONUSCO. Il faut éviter de tomber dans ce piège des djihadistes ».

Des sources missionnaires contactées par Fides ajoutent cependant que toutes les attaques perpétrées en Ituri et au Nord Kivu ne sont pas toujours le fait des ADF/MTM. Ceci vaut également pour les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), groupe initialement accusé de l'embuscade dans le cadre de laquelle ont été tués l'Ambassadeur d'Italie en République démocratique du Congo, S.E. Luca Attanasio, le carabinier qui l'escortait, Vittorio Iacovacci, et leur chauffeur congolais, Mustafa Milambo (voir Fides 23/02/2021). Les FDLR sont accusées désormais de l'assassinat du Commandant William Assani, magistrat du Tribunal militaire de Rutshuru (voir Fides 05/03/2021), qui, comme le réfèrent les sources de Fides, « revenait de Goma après une semaine de rencontres sur la sécurité en particulier en rapport avec l'attaque à l'encontre du convoi de l'Ambassadeur ». « Sa mort est-elle liée à ces activités ? Ne ne saurions le dire » indiquent les sources de Fides qui qualifient tant les FDLR que l’ADF/MTM de « couvercles de convenance ». « Nous ne voulons pas affirmer que ces groupes n'existent pas mais seulement qu'ils servent de couvercles à autre chose. Il est temps de découvrir la véritable nature du drame en cours dans l'est de la RDC » concluent nos sources. (L.M.) (Agence Fides 06/03/2021)

Commentaires

  • Qu'attendent tous ces "grands" dignitaires musulmans que rencontre le Pape pour condamner ces exactions ?
    Qu'attend le Pape pour montrer sa colère (pas seulement son indignation), auprès de ces dignitaires qui ne font rien ?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel