Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

islamisme

  • Nigeria : nouvelle agression contre une église catholique (trois morts et une quarantaine de personnes enlevées)

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides ;

    AFRIQUE/NIGERIA - Nouveau massacre de fidèles au Nigeria

    20 juin 2022  
     
    Abuja (Agence Fides) - Au moins trois morts et une quarantaine de personnes enlevées. C'est le bilan de l'agression des fidèles de l'église catholique de Saint-Moïse, Robuh, Ungwan Aku, dans la zone de gouvernement local de Kajuru, dans l'État de Kaduna, qui a eu lieu hier dimanche 19 juin.

    Le commando terroriste composé de plusieurs hommes armés a attaqué les fidèles pendant la messe du matin, en tirant au hasard. Au cours de la fusillade, trois personnes ont été tuées tandis que d'autres ont subi des blessures plus ou moins graves et ont toutes été transportées à l'hôpital. Environ 40 personnes sont portées disparues et on pense qu'elles ont été enlevées par les bandits.

    Selon des sources officielles, le commando est arrivé sur une moto et a pris d'assaut plusieurs villages, en commençant par Ungwan Fada. Dans le village de Rubuh, le commando a attaqué les fidèles de l'église baptiste de Maranatha et de l'église catholique de Saint-Moïse. Le village de Rubuh avait déjà été attaqué le 5 janvier de cette année et le 27 avril 2020. C'est pourquoi les fidèles des églises catholique et méthodiste avaient décidé de tenir leur service religieux dominical à 7 heures du matin afin que les participants puissent rentrer chez eux le plus tôt possible. Mais cette fois, les assaillants sont intervenus juste après 7 heures du matin et ont frappé pendant les deux services religieux.

    Les proches des personnes enlevées attendent maintenant des demandes de rançon pour pouvoir retrouver leurs proches, souvent au prix de devoir vendre tous leurs biens.

    Nous rappelons que le dimanche 5 juin (voir Fides 6/6/2022), une quarantaine de fidèles ont perdu la vie dans l'attaque de l'église Saint-François-Xavier à Owo, dans l'État d'Ondo (sud-ouest du Nigeria). (L.M.) (Agence Fides 20/6/2022)

  • Pakistan : peine de mort confirmée en appel pour deux chrétiens accusés de blasphème sur le web

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/PAKISTAN - La peine de mort confirmée en appel pour deux chrétiens accusés de blasphème sur le web

    18 juin 2022  
     

    Rawalpindi (Agence Fides) - La Haute Cour de Lahore, dans sa branche de Rawalpindi, a confirmé la peine de mort déjà prononcée en première instance à l'encontre de deux frères chrétiens, Qaiser Ayub et Amoon Ayub, dans une affaire de blasphème. Les deux frères sont en prison depuis 2011, date à laquelle la police a enregistré une affaire à leur encontre sur la plainte d'un imam musulman. Les deux personnes ont été inculpées pour avoir commis un blasphème envers le prophète Mahomet, conformément à l'article 295, paragraphe C, du code pénal pakistanais.

    Comme l'a appris Fides, dans le jugement en appel rendu le 8 juin, la Haute Cour a confirmé la condamnation à mort des deux personnes, accusées d'avoir publié du matériel blasphématoire sur Internet. En juin 2011, un homme musulman a informé la police qu'il surfait sur Internet lorsqu'il est tombé sur un blog contenant des documents blasphématoires contre l'islam. Le blog contenait également le nom, le numéro de téléphone, l'adresse électronique et l'adresse de l'auteur présumé. Le nom donné était Qaiser Ayub, l'aîné de deux frères chrétiens.

    La police a déposé une plainte contre les deux frères et les a arrêtés. Amoon a été arrêté parce que le numéro de téléphone et l'adresse du bureau indiqués sur le blog étaient enregistrés à son nom. Aucune des informations disponibles ne prouve cependant que les deux frères ont effectivement créé ou publié le matériel sur le site web.

    Le Tribunal de première instance a condamné les deux frères en décembre 2018, arguant que la présence des coordonnées des frères Ayub sur le site web blasphématoire, et l'absence de toute tentative de leur part d'approcher l'administrateur du site web pour retirer leurs coordonnées, permettaient clairement de conclure qu'ils étaient responsables de la création du site web. Toutefois, comme l'affirment les avocats du Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ), il ne s'agit là que de conjectures, puisque n'importe qui peut créer un site web et publier le nom et l'adresse de n'importe qui.

    Le tribunal de première instance a ignoré le témoignage des frères Ayub selon lequel une dispute avait éclaté avec des amis musulmans avant la publication du blog. Amoon pense que les amis musulmans de son frère ont créé le site web en utilisant les coordonnées des deux chrétiens en guise de représailles, dans le but de les piéger et de leur nuire.

    Le 28 février 2022, la Haute Cour a ouvert le recours. Les avocats ont souligné à la cour l'absence de preuve que les deux personnes ont écrit ou publié des articles de blog. Et le département des crimes informatiques déclare qu'aucune information n'a pu être trouvée sur l'auteur du blog.

    Selon la jurisprudence, une personne ne peut être condamnée dans de tels cas que s'il est prouvé sans équivoque que le téléphone, le support informatique ou le site Internet a effectivement été utilisé par la personne accusée. La Haute Cour, cependant, a ignoré ces arguments et la jurisprudence pertinente et a confirmé la peine capitale prononcée à l'encontre des deux frères. " C'est un nouveau pas en arrière pour le Pakistan, où les minorités religieuses sont emprisonnées et tuées à cause de fausses accusations de blasphème depuis plus de trois décennies ", note une note envoyée à Fides par le Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ). Confronté à un cas de chrétiens injustement condamnés à mort pour blasphème, l'ECLJ prépare un appel pour présenter l'affaire à la Cour suprême du Pakistan.

    (PA-AG) (Agence Fides 18/6/2022)

  • Les chrétiens du Nigeria au coeur des ténèbres

    IMPRIMER

    De Philippe Oswald sur La Sélection du Jour :

    16 juin 2022

    Au Nigeria, les chrétiens sont au cœur des ténèbres

    Les persécutions islamiques redoublent au Nigeria, spécialement contre les chrétiens. Dernières exactions connues : le meurtre atroce d’une jeune fille et une attaque sanglante contre une église durant la messe de la Pentecôte.

    Il y a huit ans, dans la nuit du 14 au 15 avril 2014, le groupe terroriste islamique Boko Haram enlevait 276 lycéennes, chrétiennes pour la plupart, à Chibok, dans le nord-est du Nigeria. Ce rapt avait provoqué une émotion mondiale. 109 des lycéennes de Chibok n’ont toujours pas été retrouvées, et ne le seront sans doute jamais… « Selon les témoignages des rescapées, elles ont toutes été mariées de force, vendues, réduites à l’état d’esclaves sexuelles et domestiques » ( La Croix, 15/4/2022). Voit-on des manifestations pour exiger une enquête internationale sur cette abomination ? Où sont passées les féministes ? Depuis cet enlèvement collectif, plus de 1 500 élèves ont été victimes d’enlèvement au Nigeria sans susciter de notable regain d’émotion. L’opinion s’est habituée aux exactions et attentats islamiques sur tous les continents, en particulier en Afrique. Ils n’ont jamais cessé au Nigeria, le pays qui paie le plus lourd tribut aux massacres, enlèvements et viols de chrétiens (cf. LSDJ n°847).

    Le 12 mai, en réaction à un simple message WhatsApp où elle remettait en cause la légitimité de Mahomet, Deborah Samuel, une jeune étudiante dans l'État de Sokoto, a été lapidée par d’autres étudiants et son corps brûlé. Les meurtriers ont été arrêtés, mais leur arrestation a déclenché de violentes manifestations. Dans cet État au nord-ouest du Nigeria, la charia est en vigueur. Un couvre-feu a été décrété. Quelques jours plus tard, dans le Nord-Est du pays, une autre femme accusée elle aussi de blasphème, a été sauvée du lynchage par les tirs de sommation des policiers contre une foule déchaînée.

    Dimanche 5 juin, solennité de la Pentecôte, l’attaque de l'église catholique St Francis dans la ville d'Owo, dans le sud-ouest du Nigeria, une région habituellement épargnée par les djihadistes, a fait au moins 40 morts et une soixantaine de blessés. Un massacre perpétré par explosifs et mitraillage. Selon le ministre nigérian de l’intérieur, les terroristes appartiendraient au groupe État islamique en Afrique de l’Ouest (acronyme en anglais : Iswap). L’Iswap a été fondée en 2016 par Mohammed Yusuf après une scission de Boko Haram, groupe islamiste fondé en 2002 à Maiduguri. Il est d’ailleurs dirigé par Abou Moussab Al-Barnaoui, le fils aîné du fondateur de Boko Haram, Mohammed Yusuf. L’inspiration est la même : wahhabisme, stricte application de la charia Boko Haram, dictature islamique.

    Le président de la République fédérale du Nigeria, Muhammadu Buhari, a condamné ce « meurtre odieux de fidèles » tandis que le gouverneur de l'État d'Ondo, appelait les forces de sécurité à retrouver les assaillants après cette « attaque ignoble et satanique ». Mais Muhammadu Buhari, musulman, est originaire du nord-ouest du pays où a été lapidée Deborah Samuel. Son électorat se trouve dans cette zone, où 90% de la population vote pour lui, ce qui ne l’incite pas à prendre des mesures à la hauteur du mal qui ronge le pays depuis des années. Une insurrection djihadiste ensanglante depuis douze ans le nord-est du Nigeria, des gangs de pilleurs et de kidnappeurs terrorisent le nord-ouest et le centre, et le sud-est est le théâtre de mouvements séparatistes.

    L’ambiguïté des autorités se traduit en particulier par une double législation dans plusieurs États du Nigeria où ont été instaurés des tribunaux islamiques pour juger certaines affaires criminelles et civile, explique Benjamin Augé, chercheur associé à l'Ifri, dans un entretien au Figaro (en lien ci-dessous). Paradoxalement, c’est un chrétien (protestant) originaire du sud à majorité chrétienne, Olusegun Obasanjo, président de 1999 à 2007, qui a accepté l’instauration de ces tribunaux islamiques pour donner des gages au Nord où se concentre la majorité des musulmans du pays (sur 206 millions d’habitants, le Nigeria compte 53.5% de musulmans et 45.9% de chrétiens – dont environ 74% sont protestants ou évangéliques, et 25% catholiques).

    Pour aller plus loin :

    «La radicalité religieuse, seule boussole» d'une partie de la population musulmane

    Lire l'article sur : Le Figaro

     

    Lire également :

    Nigéria : les causes de la dégradation de la situation des chrétiens

    Nigeria: la population d’Owo a toujours besoin d’aide

  • Quand l'Europe se renie elle-même...

    IMPRIMER

    2022_06_10_09_07_28_Greenshot.png

    Ne pas oublier d'activer le son

  • Nigeria : "le martyre et l'attaque de chrétiens innocents en Afrique est une attaque contre toute la famille chrétienne et toute l'humanité"

    IMPRIMER

    De Kath.Net/News

    Le massacre des islamistes a suivi le "Allez en paix".

    7 juin 2022

    Obiora Ike, partenaire du projet "Chrétiens en détresse", décrit les circonstances dramatiques de l'attaque terroriste contre une paroisse catholique dans le sud-ouest du Nigeria, majoritairement chrétien.

    Vienne (kath.net/KAP) Alors que le prêtre terminait la messe du dimanche de Pentecôte par la bénédiction finale "Allez en paix", des terroristes ont fait irruption dans l'église Saint-François dans le sud-ouest du Nigeria et ont ouvert le feu sur les femmes, les enfants et les hommes qui priaient. Mardi, le partenaire de projet de "Chrétiens en détresse" au Nigeria, Mgr Obiora Ike, a fait un rapport dramatique sur le massacre islamiste dans son pays, qui n'a pas seulement horrifié le monde chrétien à la Pentecôte. La furie aurait laissé derrière elle au moins 80 morts, ainsi que de nombreux blessés dans des hôpitaux désormais bondés. "Chrétiens en détresse" (CiN) a mis à disposition 10.000 euros pour des poches de sang, des médicaments et des pansements qui pourraient sauver des vies et demande des dons supplémentaires.

    Selon l'envoi, l'évêque du diocèse d'Ondo et la paroisse de St. Francis sont "choqués, traumatisés - et pauvres". Le gouvernement fédéral de la capitale Abuja, dirigé par le président Muhammadu Buhari, ne fait "que des déclarations du bout des lèvres" et ne s'intéresse pas à une aide concrète pour les victimes du terrorisme, déplore l'organisation œcuménique de défense des droits de l'homme. Les chrétiens qui ont survécu à l'attentat sont "voués à la mort" s'ils ne bénéficient pas d'une aide médicale appropriée, a appelé le secrétaire général Elmar Kuhn. "Christen in Not" est présente depuis de nombreuses années au Nigeria, également dans le nord du pays le plus peuplé d'Afrique, où les terroristes Fulani et Boko Haram, qui font partie de l'"Etat islamique", chassent délibérément les chrétiens et les assassinent également.

    CiN aide à la réinstallation de villages détruits, ce qui permet de préserver les structures familiales traditionnelles des communautés et de reconstruire la communauté chrétienne du village. Selon le partenaire de projet Ike, on évite ainsi que les personnes concernées soient enfermées dans des camps de réfugiés après leur expulsion. Attaque contre l'humanité entière La dernière attaque a eu lieu pour la première fois à Owo, l'ancienne capitale de la tribu Yoruba dans l'État d'Ondo au sud-ouest du Nigeria. C'est la première fois que les bergers peuls nomades s'aventurent dans cette région majoritairement chrétienne. Ike a fait référence à l'intention sous-jacente "d'islamiser le Nigeria, de répandre la terreur, de tuer, de détruire et de provoquer le chaos". L'ecclésiastique a lancé un appel à CiN : "Dites à tous les dirigeants des églises en Autriche que le martyre et l'attaque de chrétiens innocents en Afrique à cause de notre foi commune est une attaque contre toute la famille chrétienne et toute l'humanité".

    Ike a demandé des prières et un soutien pour sauver la vie des survivants du massacre. On craint que la terreur islamiste ne s'étende encore : CiN a cité un militaire de haut rang de l'ethnie Yoruba dans le sud-ouest du Nigeria, qui a estimé que l'attaque de l'église catholique Saint-François à Owo était un "test" pour le début imminent d'un djihad des Peuls dans cette région. Plus de 3.000 terroristes se seraient déjà rassemblés dans un camp du Yorubaland.

  • Nigeria : la paix religieuse menacée par la violence musulmane

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    Nigeria : la paix religieuse menacée par la violence musulmane

    24 mai 2022

    L'arrestation des meurtriers présumés d'un étudiant pour un message "blasphématoire" a déclenché de nouvelles violences de la part des musulmans contre les églises. L'incorporation de la charia dans la loi de l'État réchauffe la situation tendue pour les chrétiens.

    Sokoto/Nigeria (kath.net/mk) Une foule musulmane violente à Sokoto, une ville du nord-ouest du Nigeria, a mené une vendetta contre les églises catholiques en réponse à l'arrestation de deux meurtriers présumés. Plus tôt, Deborah Samuel, une étudiante de 19 ans, a été traînée hors de l'université, battue puis brûlée à mort par des étudiants musulmans qui n'étaient pas d'accord sur un message WhatsApp "blasphématoire" à propos du prophète Mahomet. Des séquences vidéo ont permis à la police d'identifier rapidement les coupables, dont l'arrestation a entraîné de nouvelles violences. Entre autres, les vitraux d'une église ont été détruits, une autre église a été partiellement incendiée.

    L'évêque local Matthew Hassan Kukah a souligné que les chrétiens de Sokoto avaient coexisté pacifiquement avec les musulmans pendant des années. L'affaire doit être traitée comme une infraction pénale et punie. L'organisation d'aide Aid Church in Need a souligné les niveaux croissants de violence et d'extrémisme au Nigeria au cours des dernières années ; Il ne se passe guère de semaine sans enlèvements et meurtres. Un autre problème est l'adoption généralisée de la charia, le système juridique islamique, dans la législation des États du nord du Nigéria. Beaucoup de ces lois prévoient des peines sévères pour le blasphème, y compris la peine de mort.

  • Ne plus céder à l’islamisme en nous cachant derrière nos valeurs

    IMPRIMER

    De Boulevard Voltaire (Gabrielle Cluzel) via artofuss.blog :

    Annie Laurent : « Il est urgent d’en finir avec les concessions que nous multiplions à l’islamisme en nous cachant derrière nos valeurs »

    19 mai 2022

    Annie Laurent, vous êtes journaliste, écrivain, politologue. Vous avez écrit plusieurs livres sur l’islam. Le dernier, paru en 2017 aux Éditions Artège, s’intitule L’islam pour tous ceux qui veulent en parler (mais ne le connaissent pas encore). Vous avez également fondé, en 2009, l’association Clarifier visant à « éclairer sur les réalités de l’islam, selon une approche pédagogique et respectueuse des personnes qui s’y réfèrent », et à « promouvoir les conditions et les moyens d’une vie commune pacifique ».

    L’arrivée du burkini dans le débat public vous a-t-elle surprise ? 

    Non ! Plus rien ne me surprend dans le traitement appliqué dans notre pays aux questions relatives à l’islam, à ses principes et à ses revendications. Malgré la répétition par l’État d’assurances de fermeté envers l’islamisme et son refus affiché de tout séparatisme, c’est l’inverse qui se produit, à savoir la progression de la culture musulmane sous différentes formes. L’autorisation du burkini est la dernière manifestation de cette avancée qui ne semble plus trouver de limites et d’obstacles. Je veux parler de la lâcheté des pouvoirs publics qui cèdent ainsi à des calculs clientélistes ou électoralistes ; mais aussi de la complaisance d’une partie de nos élites dont le militantisme est imprégné d’idéologie progressiste.

    Dès son déclenchement, cette affaire m’en a rappelé une autre, elle aussi survenue à Grenoble (!), précisément à l’Institut d’études politiques de cette ville, en 2021, après l’annonce d’une « Semaine de l’égalité » ayant pour thème « Racisme, islamophobie, antisémitisme ». L’un des professeurs, Klaus Kinzler, avait alors fait valoir que la présence de l’islamophobie au programme de cette manifestation n’était pas acceptable car on ne pouvait pas admettre une équivalence entre les trois notions. Il justifiait sa position en expliquant que le concept d’islamophobie ne correspond pas à un racisme antimusulman, qu’il ne vise pas des personnes mais le contenu d’une religion et/ou d’une idéologie et, comme tel, devait pouvoir faire l’objet d’une recherche indépendante. Pendant des mois, cet enseignant a été harcelé et menacé, y compris au sein de son institut. L’affaire, médiatisée à outrance, avait d’ailleurs pris une ampleur nationale. Il vient de raconter cette mésaventure dans un essai, L’islamo-gauchisme ne m’a pas tué (Éd. du Rocher, 2022), dont je recommande la lecture.

    Et que dire du port du niqab (voile intégral) dans certaines de nos villes et quartiers qui se développe malgré son illégalité puisqu’il est interdit de dissimuler le visage dans l’espace public ?

    Lire la suite

  • Nigéria : déchainement de violence anti-chrétienne à Sokoto

    IMPRIMER

    De fsspx.news :

    Nigéria : flambée de violence anti-chrétienne à Sokoto

    17 MAI 2022

    Une foule de jeunes musulmans a attaqué une cathédrale et une église catholiques au Nigéria au milieu de protestations demandant la libération de deux suspects dans le meurtre d’une étudiante chrétienne, accusée d’avoir fait des déclarations blasphématoires contre l’Islam.

    L’affaire commence par une scène insoutenable, filmée et placée sur les réseaux sociaux par les criminels eux-mêmes : le 12 mai 2022, une jeune femme d’une vingtaine d’années, Deborah Samuel, étudiante du Shehu Shaqari College of Education, à Sokoto – capitale de l’Etat nigérian du même nom – est accusée par des condisciples de blasphème contre Mahomet.

    Image

    L’étudiante en deuxième année d’économie domestique est d’abord mise à l’abri par le corps enseignant, mais ses bourreaux finissent par la saisir de force, avant de la lapider puis de la brûler avec le bâtiment. Une vidéo partagée montre l’étudiante morte, couverte de sang dans sa robe rose, entourée des grosses pierres qui l’ont tuée.

    Les meurtriers ont partagé une vidéo de leur acte sanglant, dans laquelle on les voit lapider la femme à mort et brûler son corps. Selon des témoins oculaires, ils criaient “Allah Akbar” tout en filmant. Il faut rappeler à cette occasion que la charia, la loi musulmane, a été instaurée dans 12 états du Nigéria du nord, dont l’Etat de Sokoto, parallèlement à la justice étatique.

    Le refus de la justice

    La réprobation de cet acte abominable a été quasi-unanime dans le pays. Le gouverneur de l’Etat de Sokoto, Aminu Waziri Tambuwal, a ordonné la fermeture immédiate de l’école et une enquête sur l’incident par le ministère de l’Enseignement supérieur et les agences de sécurité.

    Il a assuré que le gouvernement prendrait les mesures appropriées après enquête. La police, grâce aux images de la vidéo, a rapidement pu arrêter deux suspects, tout en assurant rechercher les autres activement. Cette arrestation a provoqué une véritable émeute. Une foule est descendue dans la rue pour exiger la libération des deux hommes suspectés de cette barbarie.

    Certains se sont contentés de se rendre au palais de Muhammad Sa’ad Abubakar, le sultan de Sokoto et la plus haute figure islamique du Nigéria. Celui-ci a condamné le meurtre et a demandé que les coupables soient traduits en justice. Par ailleurs, la foule exigeait également que la police mette fin à la traque des personnes identifiées comme ayant pris part au meurtre.

    Obligés de se replier vers le centre ville, de jeunes musulmans se sont alors attaqué à la cathédrale du diocèse de Sokoto dédiée à la Sainte-Famille, brisant les vitraux et celles du secrétariat de l’évêque. Ils s’en sont pris ensuite à l’église catholique de Saint-Kevin, qui a été partiellement brûlée. Les fenêtres du nouveau complexe hospitalier en construction ont été également brisées.

    Le gouvernement de l’Etat de Sokoto a décrété le jour-même un couvre-feu de 24 heures pour aider à réduire les manifestations en cours lancées par les jeunes musulmans dans la capitale de l’Etat.

    L’évêque du diocèse, Mgr Matthew Hassan Kukah, a déclaré : « Nous condamnons cet incident dans les termes les plus forts et demandons aux autorités d’enquêter sur cette tragédie et de veiller à ce que tous les coupables soient traduits en justice. « La seule obligation due à sa famille proche, à ses camarades de classe et aux autorités scolaires est l’assurance que les auteurs de cet acte inhumain, quelle que soit leur motivation, soient punis conformément aux lois existantes de notre pays. »

    Sokoto est une ville majoritairement musulmane de plus de 600 000 habitants située à l’extrême nord-ouest du Nigéria. Les dirigeants chrétiens du pays, ont régulièrement accusé le Président Muhammadu Buhari, qui dirige le pays depuis 2015, de ne pas s’attaquer à la violence.

  • Nigeria : une étudiante chrétienne accusée de blasphème massacrée par la foule

    IMPRIMER

    De VoaNews.com :

    Une étudiante chrétienne nigériane accusée de blasphème massacrée par la foule

    12 mai 2022

    KANO, NIGERIA -

    Des étudiants musulmans de la ville de Sokoto, dans le nord-ouest du Nigeria, ont lapidé et brûlé le corps d'une étudiante chrétienne après l'avoir accusée de blasphème contre le prophète Mahomet, a indiqué la police.

    Des dizaines d'étudiants musulmans du Shehu Shagari College of Education se sont déchaînés après que Deborah Samuel, une autre étudiante, a fait une déclaration sur les médias sociaux qu'ils ont jugée offensante à l'égard du prophète Mahomet, a déclaré Sanusi Abubakar, un porte-parole de la police de Sokoto dans un communiqué.

    Les "étudiants ont sorti de force la victime de la salle de sécurité où elle était cachée par les autorités de l'école, l'ont tuée et ont brûlé le bâtiment", a déclaré M. Abubakar.

    Il a ajouté que les élèves ont bloqué l'autoroute devant l'école avant que les équipes de police ne les dispersent.

    Abubakar a déclaré que deux suspects avaient été arrêtés.

    Sokoto fait partie d'une douzaine d'États du nord où le système juridique islamique strict ou la charia est en vigueur.

    Le commissaire à l'information de l'État, Isah Bajini Galadanci, a confirmé dans un communiqué le "malheureux incident ... au cours duquel une étudiante du collège a perdu la vie."

    Un étudiant qui a donné son nom de Babangida, a accusé l'étudiante assassinée d'avoir posté "une remarque offensante sur un groupe Whatsapp d'étudiants que tout le monde a vu."

    "Les étudiants musulmans de l'école qui étaient furieux de son insulte se sont mobilisés et l'ont battue à mort", a-t-il déclaré.

    Son récit a été soutenu par trois autres étudiants.

    Les images du déchaînement ont été partagées sur les médias sociaux, et la police a déclaré que tous les suspects identifiés dans la vidéo seraient arrêtés.

    Le gouvernement de l'État a ordonné la fermeture immédiate de l'école en vue de déterminer "les causes lointaines et immédiates de l'incident."

    Le blasphème dans l'islam, notamment contre le prophète, est passible de la peine de mort en vertu de la charia, qui fonctionne parallèlement au droit commun dans la région.

    Deux musulmans ont été séparément condamnés à mort en 2015 et 2020 par des tribunaux de la charia pour blasphème contre le prophète.

    Mais les affaires sont toujours en appel.

    Dans de nombreux cas, les accusés sont tués par des foules sans passer par la procédure légale.

    L'année dernière, une foule dans le district de Darazo, dans l'État de Bauchi (nord-est), a brûlé à mort un homme accusé d'avoir insulté le prophète.

    En 2016, une commerçante chrétienne de 74 ans, Bridget Agbahime, a été battue à mort par une foule musulmane devant sa boutique à Kano après l'avoir accusée d'avoir insulté le prophète.

  • La Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) reconnaît la persécution des chrétiens convertis au Pakistan

    IMPRIMER

    De l'ECLJ :

    Image Pakistan

    Bonne nouvelle : un Pakistanais ex-musulman, converti au christianisme et réfugié en Suisse, vient d’obtenir gain de cause à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), avec le soutien de l’ECLJ (European Centre for Law & Justice). Ce converti, identifié par ses initiales « M.A.M. », avait saisi la CEDH après que la Suisse lui a refusé l’asile, et s’apprêtait à le renvoyer au Pakistan. Mais la CEDH vient de s’y opposer, jugeant ce 26 avril 2022 qu’une telle expulsion pourrait mettre la vie de ce converti en danger et violerait ses droits.

    L’ECLJ était intervenu dans cette affaire au soutien de M.A.M. afin d’apporter à la Cour des informations directes sur la situation des chrétiens au Pakistan. L’ECLJ a en effet une expérience de terrain grâce à son bureau affilié au Pakistan comptant plusieurs avocats qui apportent une aide juridique aux minorités chrétiennes persécutées.

    Les juridictions suisses ont considéré que la conversion au christianisme de M.A.M. était crédible. En revanche, elles ont estimé qu’il ne serait pas exposé au risque de subir un traitement mettant en danger sa vie et son intégrité physique. La jurisprudence de la CEDH interdit en effet aux États parties d’expulser des étrangers si, dans leur pays, ils courent un risque réel d’être soumis à la peine capitale, à la torture ou à des peines ou traitements inhumains et dégradants.

    Nous analysons ce jugement en détail dans notre dernière émission sur RCF :

    Dans nos observations écrites (en anglais uniquement), nous avons démontré à la CEDH que l’évaluation par la Suisse de la situation au Pakistan était trop optimiste. Nos observations avaient déjà fait l’objet d’un précédent article. Nous avons expliqué que la persécution des chrétiens au Pakistan était entérinée par la loi civile, en particulier par la pénalisation du blasphème et de toute forme de critique contre l’islam. Cette persécution est également renforcée par la société, qui cible notamment les convertis au christianisme, considérés comme apostats et qui encourent la mort selon la charia.

    Nous nous réjouissons que nos observations aient été utilisées par la CEDH afin de rendre son jugement et de protéger ce chrétien converti, menacé par les musulmans. Dans l’arrêt M.A.M. c. Suisse, la CEDH a résumé ainsi notre analyse :

    L’ECLJ et d’autres associations « soutiennent que les minorités religieuses au Pakistan, notamment les convertis de l’islam au christianisme, sont soumises à de graves persécutions, des actes de violence et de discrimination de la part des autorités étatiques et non étatiques. Des accusations de blasphème, assorties de lourdes peines, sont portées contre des chrétiens et des cas de conversion forcée témoignent d’une volonté de contraindre les minorités religieuses à se conformer à la religion officielle de l’État. Selon l’ECLJ, la personne, convertie de l’islam au christianisme et renvoyée de force au Pakistan, court un danger extrême pour sa vie et son intégrité physique » (§§ 57-58).

    S’appuyant sur nos observations écrites (§ 72) ainsi que sur plusieurs rapports internationaux, la CEDH a ensuite apprécié ainsi la situation des chrétiens convertis au Pakistan :

        Le Tribunal administratif fédéral a bel et bien étudié la situation des chrétiens au Pakistan mais n’a pas précisément examiné celle des convertis au christianisme pour établir ses conclusions quant à la situation générale des chrétiens au Pakistan (§ 74).

        Au regard des rapports internationaux faisant état de graves violations des droits de l’homme au Pakistan à l’égard des chrétiens convertis tels que le requérant, la Cour estime que le Tribunal administratif fédéral aurait dû prendre en compte ces éléments pour établir ses conclusions quant à la situation générale des chrétiens et des chrétiens convertis au Pakistan (§ 76).

        Les autorités suisses n’ont donc pas suffisamment évalué le risque que le requérant courrait, du fait de sa conversion, en cas de retour au Pakistan, pour confirmer le rejet de sa demande d’asile (§ 78).

    En conséquence, la CEDH a jugé qu’en l’absence d’une analyse plus aboutie des risques encourus par « M.A.M. », son expulsion violerait ses droits consacrés aux articles 2 et 3 de la Convention européenne. C’est donc maintenant aux autorités suisses de se pencher de manière plus approfondie sur la situation des ex-musulmans convertis au christianisme et vivant au Pakistan. Il est très probable que « M.A.M. » obtienne, grâce à ce jugement de la CEDH, le statut de réfugié en Suisse, où il pourra vivre et pratiquer sa foi en Jésus-Christ.

    Cette affaire vient compléter et confirmer la jurisprudence de la CEDH en matière d’asile des chrétiens convertis de l’islam. Dans l’affaire F.G. c. Suède, la Grande chambre de la Cour avait jugé en 2016 qu’un converti iranien risquait la mort s’il était renvoyé dans son pays d’origine. L’ECLJ était déjà intervenu au soutien de F.G. De même, dans l’affaire A.A. c. Suisse, la Cour a jugé en 2019 que le renvoi vers l’Afghanistan d’un converti l’exposerait à de fortes persécutions et violerait son droit de ne pas subir de traitements inhumains ou dégradants.

    Vous pouvez nous aider en partageant cette information sur les réseaux sociaux et en signant notre pétition :

    Pour la protection de la liberté religieuse dans le monde

  • Le sort des Arméniens du Karabagh est de plus en plus incertain

    IMPRIMER

    De sur le site de la revue Conflits :

    5 avril 2022

    Nouvelle donne dans le Sud Caucase

    Tandis que l’armée russe s’enlise en Ukraine, le sort des Arméniens du Karabagh qui doivent leur survie aux forces de maintien de la paix de Moscou est de plus en plus incertain.

    « Nous sommes comme des brebis enfermées dans une cage, entourés de loups aux dents longues. Les loups n’attendent qu’une occasion pour que la grille s’ouvre et déchiquètent leur proie ». En déplacement en France à l’invitation de l’ONG, SOS Chrétiens d’Orient, le primat du diocèse d’Artsakh de l’Église arménienne Apostolique Mgr Vrtanès Aprahamian ne pouvait être plus explicite. La portion congrue de territoire qui échappe encore au contrôle de l’Azerbaïdjan après la guerre des 44 jours de l’automne 2020 sera-t-elle anéantie à la faveur de l’affaiblissement de la Russie ?

    C’est pourtant une évidence, les Arméniens ont beaucoup à craindre de l’enlisement russe en Ukraine. La veille du déclenchement du conflit, le président azéri Ilham Aliyev était à Moscou pour conclure une sorte de pacte de non-agression. De quoi nourrir de sérieuses inquiétudes en Artsakh, petite république autoproclamée indépendante en 1991, qui depuis novembre 2020 a confié sa destinée à la seule Russie et ses 2 000 soldats de maintien de la paix. Rien d’étonnant si le russe a été décrété seconde langue officielle de la république quelques semaines après le cessez-le-feu. Car l’Arménie, grande perdante de la guerre, ne peut plus prétendre à son statut d’État garant de l’intégrité de sa petite sœur doublement enclavée et à la merci d’un nettoyage ethnique de la part de l’Azerbaïdjan.

    A lire aussi : Fenêtre sur le monde. Conflit au Haut-Karabagh

    En dépit d’une victoire militaire obtenue de haute lutte en 1994, les forces arméniennes n’avaient pu traduire cet avantage en victoire politique, l’Artsakh n’ayant été reconnu ni par la communauté internationale, ni même par la République d’Arménie. Erevan n’ayant jamais voulu reconnaître l’Artsakh, du moins seule, afin de ne pas apparaître comme pays belligérant aux yeux de la communauté internationale ; le contrôle de 14% du territoire reconnu comme azerbaïdjanais serait perçu comme une annexion de la part de l’Arménie. Ce qu’aucune résolution de l’ONU n’avait établi à ce jour. Depuis la défaite de 2020, aucun haut dirigeant arménien, à l’exception du catholicos Karekine II, patriarche suprême de l’Église national, ne s’est rendu à Stepanakert. Tandis que la société arménienne et sa classe politique ultra polarisée peinent à se relever du traumatisme de la défaite, l’Azerbaïdjan considère la question du Karabagh comme réglée.

    Selon un décompte établi par le Défenseur des droits arméniens, près de 1 500 monuments arméniens seraient passés sous le contrôle de l’Azerbaïdjan après le conflit. Parmi eux figurent 161 monastères et églises, 345 pierres tombales historiques et 591 khatchkars (pierres croix). Une partie a été détruite, sans émouvoir l’UNESCO, tandis que la cathédrale Saint-Sauveur de Chouchi a subi des « travaux de restauration » visant à lui ôter toute trace de son passé arménien.

    Lire la suite sur le site de la revue Conflits

  • L'islam et l'islamisme : des frères ennemis ou des frères siamois ?

    IMPRIMER

    De sur le site de la Revue Catholica :

    Islam, entre imaginaire et réalité

    4 avril 2022

    Comment peut-on aujourd’hui oser  écrire un livre  sur l’islamisme et ses rapports avec l’islam sans encourir les violentes critiques de la classe bien-pensante ?  C’est un véritable spécialiste de l’islamologie,  Marie-Thérèse Urvoy, qui s’y est attaqué, en collaboration avec Dominique Urvoy, comme souvent, dans Islam et islamisme[1]. La première et principale difficulté est la définition de ces deux termes, qui est essentielle et ne peut être neutre. À reprendre quelques ouvrages et  articles de ces cinquante dernières années, on comprend vite comment la définition retenue détermine le contenu ou, inversement, comment la conception qu’on se fait de l’islam et de l’islamisme prédéfinit leur contenu. Pour sa part, Marie-Thérèse Urvoy a choisi d’y voir deux frères. Le sous-titre heureux de son livre court et très dense est lui-même source de difficultés ou de questions ; la religion de l’islam  est-elle complétée, dédoublée, contrariée ou menacée dans son existence même par cet islamisme qui fait peur ?

    Avec prudence, l’auteur a adopté une stratégie progressive ;  sans la contester,  elle part de la filiation possible de la prophétie de Mahomet (on gardera la graphie traditionnelle en France) en un duo fraternel, et  donc de la distinction apparue au XIXe siècle pour tenter de différencier, dans ce que l’on englobait jusqu’alors dans « l’islam » ce qui est vraiment religieux et ce qui est vraiment social ou politique.

    Lire la suite sur le site de la Revue Catholica