Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

islamisme

  • Malgré des attaques incessantes, les catholiques nigérians gardent leur foi

    IMPRIMER

    De Douglas Burton et Masara Kim* sur Catholic News Agency :

    Malgré des attaques incessantes, les catholiques nigérians gardent leur foi

    Abuja, Nigeria, 2 décembre 2022

    Le mois de novembre s'est avéré être un mois particulièrement meurtrier dans le centre du Nigeria, laissant des catholiques comme Matthew Onah et sa famille lutter pour faire face à leurs pertes. Dans l'enclave catholique de Maikatako, 11 personnes ont été tuées le 15 novembre lors d'une attaque menée par des milices armées, qui seraient au nombre de 200 à 300 et habillées en noir. Parmi les victimes se trouvait le fils de M. Onah, âgé de deux ans. Membre de la mission indépendante St Benedict de Kuba, dans le diocèse de Pankshin, dans l'État du Plateau, M. Onah a déclaré que sa femme, Rosemary, 33 ans, avait été blessée mais qu'elle se rétablissait dans un hôpital local. Leurs deux autres enfants ont survécu.

    Une semaine plus tard, au moins 12 civils non armés ont été tués par des miliciens musulmans radicalisés dans la ville de Wumat, à 45 miles au sud de Jos, la capitale de l'État du Plateau, selon Titus Alams, ancien président de la Chambre d'assemblée de l'État du Plateau. M. Alams a déclaré à CNA que plus de 200 terroristes ont encerclé le village situé au sommet d'une colline dans la froide nuit de mardi à mercredi, tirant sur les résidents qui tentaient de s'échapper.

    Les attaques ont suivi des semaines de raids terroristes sur les villages chrétiens environnants, ce qui a poussé les agriculteurs à rester loin de leurs fermes, a déclaré le père Andrew Dewan, responsable de la mission indépendante St Benedict de Kuba, qui dessert environ 25 villages environnants. "Le mois dernier encore, nous avons enterré deux de nos paroissiens dans une ville proche de Maikatako", a déclaré Dewan. "Ils ont été tués par les mêmes militants fulanis qui sont allés kidnapper leur sœur. Ils enlèvent les chrétiens pour obtenir une rançon, détruisent leurs cultures agricoles et mènent toujours des attaques, tuant les chrétiens et détruisant leurs moyens de subsistance." La motivation de ces attaques est "l'accaparement des terres et l'islamisation forcée", a-t-il déclaré. "Ils ont pris beaucoup de nos communautés et les ont transformées en zones interdites", a ajouté M. Dewan.

    Les autorités nigérianes ont souvent décrit les attaques comme des affrontements entre agriculteurs sédentaires et bergers semi-nomades pour les terres fertiles, qui, selon eux, ont augmenté en raison du changement climatique. L'évêque Michael Gokum, du diocèse de Pankshin, a déclaré à CNA qu'il s'agissait d'une déformation des faits. "Si vous êtes dans votre maison et que quelqu'un vient vous attaquer, ce n'est pas un affrontement", a déclaré Gokum lors d'une interview téléphonique. "Nous sommes inquiets de l'augmentation des meurtres, non seulement de catholiques mais de tous les chrétiens, qui se sont poursuivis sans relâche."

    Les attaques menées par des groupes de miliciens islamistes, diversement appelés "bergers", "bandits" ou "tireurs inconnus", font de plus en plus de victimes dans les villes agricoles des États de la vaste Middle Belt du Nigeria. Le 3 novembre, au moins 18 personnes ont été tuées par balles et à l'arme blanche dans la région nord de l'État de Benue, dans trois villages voisins du comté de Guma, a rapporté le père William Shom, un résident du comté. Beaucoup des victimes étaient des enfants, a déclaré Shom à CNA.

    Les experts nigérians s'inquiètent surtout du fait que les attaques de bergers se multiplient dans les États du sud du pays, où elles étaient rares il y a quelques années.

    Le 21 novembre, un groupe terroriste que l'on a entendu parler la langue de la tribu Fulani a attaqué des villages dans la zone sud de l'État d'Enugu, à environ 400 miles des lieux de l'attaque dans le comté de Bokkos, dans l'État du Plateau. L'État d'Enugu compte plus d'un million de résidents catholiques romains.

    Les analystes ont averti que les attaques incessantes - si l'on n'y résiste pas - pourraient faire tomber la nation la plus peuplée d'Afrique aux mains des islamistes radicaux.

    "Il est vrai que les agriculteurs chrétiens se heurtent aux éleveurs nomades musulmans fulanis, ou militants, depuis des dizaines d'années, mais les récentes attaques des militants fulanis semblent coordonnées et stratégiques", a déclaré à CNA Kyle Abts, directeur exécutif du Comité international pour le Nigeria (ICON). Il est "inquiétant de constater que les tueries se poursuivent dans l'État du Plateau et que, quelques jours plus tard, de nouvelles attaques ont lieu dans l'État d'Enugu, dans le sud du pays", a-t-il ajouté. "Dans toute la Middle Belt, les forces de sécurité sont soit dépassées, soit incapables d'arrêter, soit complices de ces attaques", a ajouté M. Abts.

    Solomon Maren, membre de la Chambre des représentants du Nigeria, a déclaré que Bokkos a connu une augmentation constante des attaques armées et des annexions depuis 2018. "Notre peuple dans les zones rurales ne peut plus cultiver ou se déplacer librement sans craindre les attaques. Rien que le mois dernier, nous avons enterré plus de 30 des nôtres qui ont été attaqués soit dans leurs fermes, soit dans leurs maisons", a-t-il déclaré.

    Le 17 novembre, le gouverneur Simon Lalong a ordonné une répression contre les cachettes des terroristes à Bokkos. Le porte-parole militaire, le Major Ishaku Takwa, a déclaré à CNA cette nuit-là que l'opération était déjà en cours. Cependant, trois heures plus tard, apparemment, la même bande de 300 terroristes qui a attaqué Maikatako a attaqué un village à environ deux miles à l'ouest de Maikatako. Les gardes volontaires de Maikatako, armés de fusils à un coup, ont résisté à l'attaque nocturne du mieux qu'ils ont pu, selon les gardes qui ont parlé à CNA.  "Ils se sont mis à l'abri derrière des maisons en tirant avec leurs armes, mais ont été contraints de battre en retraite par les armes supérieures des terroristes, des fusils d'assaut AK-47", a déclaré Bitrus Dang, un commissaire adjoint de police à la retraite. Dang et deux autres hommes ont été blessés au cours de l'attaque.

    Selon le porte-parole militaire de l'État du Plateau, le major Ishaku Takwa, les villageois n'appellent pas à l'aide assez tôt. "Le partage rapide des informations est essentiel pour mettre fin à ces attaques", a-t-il déclaré. "Ces terroristes arrivent et frappent en quelques minutes et s'en vont, donc nous avons besoin d'informations dès qu'elles se produisent".

    Un pasteur de la ville qui a demandé à ne pas être identifié par crainte de représailles a déclaré à CNA que deux camions de l'armée transportant au moins cinq hommes chacun étaient stationnés sur une rocade encerclant Maikatako plus tôt dans la soirée lorsque des rumeurs d'une attaque prévue ont commencé à circuler. Cependant, ils sont restés là à écouter de la musique pendant l'attaque, a déclaré l'ecclésiastique. "Nous étions impuissants", a déclaré Dang. "Ils sont arrivés avec des fusils AK-47 et AK-49 ainsi que d'autres armes sophistiquées", a-t-il ajouté. "Nous n'avions que des pistolets à cartouche à un coup". Il a ajouté que l'attaque s'est poursuivie pendant quatre heures sans aucune intervention de la police ou des soldats.

    En fouillant dans les décombres de leur maison incendiée le matin du 16 novembre, M. Onah a trouvé une Bible, son seul bien ayant survécu aux tirs des terroristes. "J'ai tout perdu, y compris mon bébé, ma voiture, ma maison, ma nourriture et mes vêtements, mais avec cette [Bible], mon espoir est renouvelé", a-t-il déclaré. "Rien ne m'empêchera d'être catholique. Rien ne m'empêchera de suivre le Christ", a-t-il ajouté.

    * Douglas Burton est un écrivain indépendant spécialisé dans le terrorisme nigérian depuis son domicile près de Washington, DC. Il a commencé à couvrir la campagne pour reprendre Mossoul à ISIS en 2015 et est passé à la couverture d'ISIS au Nigeria en 2019. Il est un ancien fonctionnaire du département d'État à Kirkuk, en Irak.

    Masara Kim est un reporter indépendant sur les conflits et un documentariste basé à Jos, au Nigeria.

  • 20 morts dans une attaque terroriste islamiste contre un village chrétien au Nigeria

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    20 morts dans une attaque terroriste islamiste contre un village chrétien au Nigeria

    24 novembre 2022

    Le défenseur des droits de l'homme Ike sur place lors de l'attaque de milices djihadistes peules : " Des familles chrétiennes massacrées de sang-froid pendant leur sommeil " - " Christen in Not " (Eglise en détresse) voit la menace d'une guerre civile

    Dans le centre du Nigeria, 20 personnes ont été tuées lors d'une attaque de milices djihadistes peules contre un village chrétien dans l'Etat du Plateau, selon des représentants locaux de l'Eglise. Lors de l'attaque du village de Maikatago, près du chef-lieu du district de Bokkos, mardi soir, des hommes armés ont mis le feu aux huttes des habitants endormis et ont tiré sur les personnes qui tentaient de se mettre à l'abri des flammes, a fait savoir jeudi à Vienne l'organisation de défense des droits de l'homme "Christen in Not" (CiN), citant Obiora Ike, défenseur des droits de l'homme et ancien vicaire général du diocèse d'Enugu.

    Selon ce dernier, Ike se trouvait lui-même en visite dans le village pendant l'attaque, où des hommes armés avaient déjà tué une douzaine d'habitants lors d'une attaque une semaine auparavant. "Mardi soir, des djihadistes peuls sont entrés dans le village où j'habite et ont massacré de sang-froid des familles chrétiennes pendant leur sommeil", a déclaré Ike, choqué et indemne, en décrivant cette nouvelle attaque. Il essaie maintenant d'aider les survivants en leur apportant de la nourriture, du réconfort, des prières, des funérailles et des hébergements d'urgence. Le défenseur des droits de l'homme Ike est partenaire de projet de "Christen in Not".

    Selon ses propres indications, l'organisation humanitaire a immédiatement mis à disposition 5.000 euros pour que les victimes de l'attaque reçoivent de la nourriture, des vêtements, mais aussi des tentes pour s'abriter en plein champ. Des gardes locaux sont également payés pour surveiller et protéger les personnes la nuit. Selon les informations de CiN, la police ou l'armée n'était pas présente sur place dans un premier temps. "Si le massacre des chrétiens - que certains qualifient déjà de génocide - ne prend pas fin et si le gouvernement reste aveugle face au terrorisme islamique, une guerre civile menace le pays le plus peuplé d'Afrique", a averti le secrétaire général de CiN Elmar Kuhn.

    Malgré son traumatisme après l'attaque nocturne, Obiora Ike s'est rendu mercredi encore chez le gouverneur de la province locale, Simon Bako Lalong, et a déposé une plainte. C'est terrible ce que le fanatisme religieux provoque par la haine et l'ignorance, a fait savoir l'organisation humanitaire au défenseur des droits de l'homme : "Les voix de la paix doivent couvrir les voix du fanatisme. Les religions doivent servir la paix et le progrès".

  • Les chrétiens d'Afrique dans le collimateur des extrémistes islamiques

    IMPRIMER

    D'Anna Bono sur La Nuova Bussola Quotidiana :

    Les chrétiens d'Afrique dans le collimateur des extrémistes islamiques

    19-11-2022

    Rien qu'au Nigeria, 7 600 chrétiens ont été tués en un an et demi, mais dans toute l'Afrique - à quelques exceptions près - les chrétiens sont menacés par l'extrémisme islamique. C'est ce qui ressort du dernier rapport sur les chrétiens persécutés publié par l'Aide à l'Église en détresse (AEC). "Dans 75% des 24 pays examinés, la persécution des chrétiens a augmenté". Des situations très critiques existent également au Moyen-Orient, en Corée du Nord, en Chine et en Inde.

    Mappa delle persecuzioni, ACS

    La fondation pontificale Aide à l'Église en détresse (AEC) publie tous les deux ans un rapport sur les chrétiens persécutés dans le monde. Le 17 novembre, elle a présenté sa huitième édition, intitulée "Persécutés plus que jamais. Rapport sur les chrétiens opprimés pour leur foi 2020-2022. La période de référence s'étend d'octobre 2020 à septembre 2022. Les informations et les données rapportées ont été recueillies par l'AEC elle-même et ses correspondants locaux dans 24 pays où les violations de la liberté religieuse et les violences infligées aux fidèles sont fréquentes et particulièrement préoccupantes. Les pays, tous sauf un, la Russie, sont asiatiques et africains : Afghanistan, Arabie saoudite, Chine, Corée du Nord, Égypte, Érythrée, Éthiopie, Inde, Iran, Irak, Israël et les territoires palestiniens, Maldives, Mali, Mozambique, Myanmar, Nigeria, Pakistan, Qatar, Russie, Sri Lanka, Soudan, Syrie, Turquie et Vietnam.

    L'objectif de la fondation est de donner une voix aux persécutés, de faire connaître leur situation au public, aux médias et aux représentants des institutions qui peuvent leur venir en aide. "L'Église qui souffre a besoin de personnes qui parlent en son nom. Pour que les meurtres cessent, davantage d'organisations comme l'AEC doivent proclamer la vérité sur ce qui arrive aux chrétiens dans le monde. Sinon, nous resterons à jamais persécutés et oubliés". C'est par ces mots que Monseigneur Jude A. a commenté la présentation du rapport. Arongudade, évêque d'Ondo, le diocèse du Nigeria où un commando armé a attaqué une église où une messe était célébrée en juin dernier, tuant plus de 40 personnes.

    Le Nigeria détient le record du nombre de chrétiens tués en Afrique : environ 7 600 entre janvier 2021 et juin 2022, pour la plupart victimes des deux groupes djihadistes du pays, Boko Haram et Iswap. Mais sur tout le continent, à quelques exceptions près, les chrétiens sont menacés par l'extrémisme islamique, qui a gagné du terrain au Sahel et en Afrique subsaharienne. Depuis 2017, elle a également pénétré dans le nord du Mozambique, s'installant et recrutant des centaines de jeunes de confession islamique pour le djihad. Par ailleurs, sur l'ensemble du continent, la haine envers les chrétiens se superpose aux divisions tribales et les renforce : c'est le cas des affrontements armés entre bergers musulmans et agriculteurs chrétiens dans les régions centrales du Nigeria et en République centrafricaine.

    Dans 75% des 24 pays examinés, a expliqué Alessandro Monteduro, directeur de l'AEC Italie, en présentant le rapport au public, l'oppression ou la persécution des chrétiens a augmenté. Au Moyen-Orient, cela a conduit de nombreux chrétiens à partir et à ne jamais revenir. En Syrie, le nombre de chrétiens est passé de 1,5 million avant la guerre à environ 300 000 : en termes de pourcentage, la population chrétienne est passée de 10 % à moins de 2 %. En Irak, l'exode est moins important. Cependant, les chrétiens, qui étaient environ 300 000, ont été mis en fuite en 2014 par la formation d'Isis, l'État islamique. Malgré sa défaite en 2018, beaucoup ne sont pas revenus et maintenant leur communauté est réduite de moitié. "Paradoxalement", selon l'AEC, "plusieurs signes indiquent que dans certaines régions du Moyen-Orient, les chrétiens vivent dans des conditions pires que pendant l'occupation par Isis".

    Dans le reste du continent asiatique, la pire situation reste celle des chrétiens de Corée du Nord, où l'interdiction de culte est pratiquement totale. Au Sri Lanka, ce sont les nationalistes hindutva et les bouddhistes cinghalais qui persécutent les chrétiens avec le soutien des autorités : ce sont les policiers eux-mêmes qui interrompent les services religieux et arrêtent les fidèles qui y assistent. En Inde, l'extrémisme hindou est responsable des cas de plus en plus fréquents d'intolérance à l'égard des chrétiens et des autres minorités, avec le soutien du parti nationaliste hindou au pouvoir, le Bharatiya Janata Party (BJP). Entre janvier 2021 et début juin 2022, 710 incidents de violence anti-chrétienne ont été enregistrés, mais beaucoup d'autres ne sont pas signalés en raison de la méfiance envers les institutions. Lors d'une manifestation de masse à Chhattisgarh en octobre 2021, a rappelé le président Monteduro, les membres du BJP ont acclamé le chef religieux hindou de droite Swami Parmatman et ont appelé au meurtre des chrétiens. "En Chine", a souligné M. Monteduro, "les autorités ont accru la pression sur les chrétiens par des arrestations sans discernement, la fermeture forcée des églises et l'utilisation de systèmes de surveillance oppressifs. Parmi les victimes de persécution figure le cardinal Joseph Zen, arrêté en mai dernier et accusé de collusion avec des forces étrangères pour avoir fait partie des administrateurs du Fonds de secours humanitaire 612, créé pour aider financièrement et légalement les participants aux manifestations antigouvernementales de 2019 à Hong Kong. Le procès contre lui et cinq autres accusés a débuté le 26 septembre.

    Même dans les pays islamiques d'Asie, les chrétiens souffrent de discrimination, d'injustice, d'intimidation et de violations des droits de l'homme. Leur situation est devenue presque désespérée en Afghanistan, après le retour au pouvoir des Talibans qui imposent une interprétation stricte de la shari'a, la loi islamique. Moins grave, mais extrêmement sérieuse est également la position de la petite minorité chrétienne aux Maldives, où les autorités refusent même la citoyenneté aux non-musulmans.

    En Occident, conclut le rapport, il existe une "perception culturelle erronée très répandue qui continue de nier que les chrétiens restent le groupe religieux le plus persécuté". Et c'est une partie du problème.

  • Nigeria : 4000 chrétiens tués et 2300 enlevés depuis le début de l'année

    IMPRIMER

    Du site de l'Observatoire de la Christianophobie :

    Nigeria : depuis début 2022, 4000 chrétiens tués, 2300 enlevés

  • Des rebelles islamistes tuent une religieuse et six autres personnes dans un hôpital catholique en RDC

    IMPRIMER

    De Kevin J. Jones sur Catholic News Agency :

    Des rebelles islamistes tuent une religieuse et six autres personnes dans un hôpital catholique en RDC

     
    Sister Marie-Sylvie Kavuke Vakatsuraki, who was killed in Maboya, Democratic Republic of the Congo, Oct. 19, 2022.
    Sœur Marie-Sylvie Kavuke Vakatsuraki, tuée à Maboya, en République démocratique du Congo, le 19 octobre 2022.

    21 octobre 2022

    Une religieuse catholique en service en République démocratique du Congo fait partie des sept personnes tuées mercredi soir lorsque des hommes armés alignés sur l'État islamique ont attaqué un hôpital de mission catholique lors d'un raid.

    Sœur Marie-Sylvie Kavuke Vakatsuraki et six patients de l'hôpital ont été tués le 19 octobre lorsque des hommes armés des Forces démocratiques alliées ont attaqué le village de Maboya, dans la province du Nord-Kivu, au nord-est du pays, rapporte International Christian Concern.

    Plusieurs personnes qui travaillent ou vivent près de l'hôpital, dont deux religieuses, ont disparu à la suite de l'attaque et l'on craint qu'elles aient été enlevées par les raiders, selon International Christian Concern.

    Les Forces démocratiques alliées sont des rebelles de l'Ouganda voisin. Elles sont alignées sur l'État islamique. Le groupe d'hommes armés qui a attaqué Maboya a également volé des médicaments et du matériel médical à l'hôpital, et y a mis le feu.

    L'évêque Melchisédec Sikuli Paluku de Butembo-Beni a déploré ces meurtres et a fermement condamné l'attaque. Sœur Marie-Sylvie était médecin et membre de la Congrégation des Petites Sœurs de la Présentation de Notre-Dame du Temple, a déclaré l'évêque.

    "Que l'âme de notre chère Sœur Docteur Marie-Sylvie Kavuke Vakatsuraki, décédée au service de ses frères et sœurs, repose en paix par la miséricorde de Dieu !". Paluku a déclaré dans une déclaration du 20 octobre obtenue par ACI Afrique, l'agence partenaire de CNA. 

    "Les mots ne peuvent exprimer l'horreur qui a plus que franchi le seuil !" a-t-il ajouté.

    Paluku a déploré l'incendie de l'hôpital et le vol de médicaments et d'équipements. L'établissement médical est géré par le Bureau des œuvres médicales du diocèse, a précisé l'évêque.

    L'évêque a exprimé ses condoléances à tout le village et les a assurés des prières du diocèse. Il a également exprimé ses condoléances à la famille biologique de Sœur Marie Sylvie, au corps médical et à toutes les Petites Sœurs de la Présentation.

    Il y a eu de multiples attaques des Forces démocratiques alliées et les attaques semblent se multiplier tout au long du mois d'octobre. Le groupe rebelle est engagé dans une campagne visant à imposer sa vision de l'Islam dans la région. 

    Le 4 octobre, une vingtaine de chrétiens ont été tués à Kainama, dans le Nord-Kivu, selon International Christian Concern. Le groupe indique que des attaques des Forces démocratiques alliées ont été signalées quotidiennement dans les deux provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri.

    Début février, un prêtre catholique a été assassiné par des hommes armés dans le territoire de Lubero, au Nord-Kivu, alors qu'il rentrait dans la paroisse de Saint-Michel Archange, dans le diocèse de Butembo-Beni.

    Jude Atemanke a contribué à ce reportage.

    Kevin J. Jones est un rédacteur principal de la Catholic News Agency. Il a bénéficié en 2014 d'une bourse de journalisme Egan de Catholic Relief Services.

  • Empêchons la pendaison d'Ashfaq Masih pour sa foi en Jésus

    IMPRIMER

    De Valeurs Actuelles via le site "Veillez!" :

    EMPÊCHONS LA PENDAISON D'ASHFAQ MASIH POUR SA FOI EN JÉSUS

    AU PAKISTAN, UN CHRÉTIEN ACCUSÉ DE BLASPHÈME CONDAMNÉ À MORT

    16/07/2022

    Le 4 juillet, Ashfaq Masih, un chrétien pakistanais, a été condamné à mort pour blasphème. Tout au long de son procès, il n’a cessé de clamer son innocence.

    C’est une histoire pour le moins sordide. Un chrétien pakistanais du nom d’Ashfaq Masih a été condamné à mort le 4 juillet dernier, après avoir été accusé de blasphème par la justice, relaye Infochrétienne, vendredi 15 juillet. Lors de son procès, pourtant, l’homme de 36 ans n’a cessé de clamer son innocence et de marteler qu’il était la victime de fausses accusations.

    Dans cette affaire, tout a commencé en 2017, avec une dispute entre Ashfaq Masih et un client musulman, rappelle le site d’actualités. Dans le détail, ledit client avait refusé de payer la réparation de son vélo, arguant qu’il était un dévot musulman soufi. L’avocat du chrétien, Riaz Anjum, a précisé dans la presse que celui-ci avait « rejeté la demande [du client de la boutique], disant qu’il suivait seulement Jésus et qu’il n’était pas intéressé par les statuts religieux des musulmans ». Après cette altercation, le chrétien avait été arrêté par la police locale. Il lui avait été reproché d’avoir manqué de respect au prophète Mahomet.

    Tout au long de son procès, le trentenaire a toujours revendiqué son innocence. Il a démenti les accusations portées à son encontre, arguant avoir été piégé par le propriétaire de la boutique dans laquelle il travaillait : Muhammad Ashfaq. Selon lui, ce dernier se serait associé avec son concurrent direct, dans le but de lui nuire. « Muhammad Ashfaq avait fait pression sur Masih pour qu’il quitte le magasin, ignorant les appels de ce dernier à ne pas déplacer son entreprise en cours », a confié son avocat, cité par Infochrétienne.

    Les accusations de blasphème sont monnaie courante

    Le magistrat a par ailleurs rappelé au juge qu’aucun blasphème ne figurait dans le premier rapport d’information. Ainsi, cette allégation aurait été faite par Muhammad Ashfaq lorsqu’il a fait sa déclaration à la police. Un élément qui n’a pas permis d’innocenter Ashfaq Masih, à l’issue du procès. Le juge l’a condamné à mort.

    Au Pakistan – un pays classé en huitième position dans l’Index mondial de persécution des chrétiens 2022 de l’ONG Portes Ouvertes – les accusations de blasphèmes sont nombreuses. D’après cette organisation, les chrétiens pakistanais « vivent sous la menace des lois sur le blasphème qui sont souvent utilisées contre eux ». Au quotidien, « ils peuvent être injustement accusés, arrêtés, emprisonnés, voire condamnés à mort, par simple jalousie ou pour régler des conflits personnels ».

    Source : valeursactuelles.com

    Cliquer ici pour signer la pétition pour sauver la vie d'Ashfaq Masih. Cliquer ici.

  • L'ECLJ présente un nouveau rapport sur “La persécution des chrétiens ex-musulmans en France et en Europe”

    IMPRIMER

    Titre

    Madame, Monsieur,

    L'ECLJ (European Centre for Law & Justice) est fier de vous présenter son nouveau rapport sur “La persécution des chrétiens ex-musulmans en France et en Europe” (cliquez ici pour lire).

    Depuis mars 2021, l’ECLJ va à la rencontre d’anciens musulmans convertis au christianisme, en France et dans d’autres pays européens. Partout le constat est le même : si quitter l’islam est déjà difficile, se convertir au christianisme est encore plus dangereux.

    De nombreux convertis nous ont témoigné des menaces et violences qu’ils ont subies en raison de leur amour pour le Christ. Des convertis sont battus, des jeunes filles sont séquestrées ou renvoyées « au bled » pour y être mariées de force… Souvent, les liens familiaux sont rompus : le converti doit se résigner à tout quitter pour suivre le Christ : sa famille, son emploi, son quartier. Il sont plusieurs centaines chaque année à témoigner ainsi de leur foi, souvent dans l’indifférence des pouvoirs publics, mais aussi, trop souvent, des autres chrétiens.

    Un tel contrôle social et une telle violence ne sont pas acceptables en Europe: la liberté de quitter l’islam doit être garantie.

    Téléchargez et partagez ce rapport sur cette page de notre site internet.

    Signez notre pétition pour la défense de la liberté de religion

  • Pakistan : pour l'arrêt des conversions forcées et de toute discrimination sociale et religieuse

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/PAKISTAN - Le 11 août est la Journée des minorités : la société civile soulève la question des droits

    10 août 2022

    Islamabad (Agence Fides) - " Commençons par la question des conversions forcées, un fléau qui pèse sur la vie des minorités religieuses du Pakistan. Des facteurs extrêmement inquiétants se cachent derrière cette mauvaise mentalité, tels que la violation des droits humains fondamentaux, la discrimination, la pauvreté et l'absence d'État de droit. L'inaction du gouvernement sur cette question encourage les auteurs de crimes qui utilisent la foi pour dissimuler des crimes contre les femmes des minorités. Les membres de la communauté religieuse minoritaire, faibles et pauvres, ne sont pas en mesure de se défendre pour obtenir justice " : c'est ce qu'a déclaré dans une interview à l'Agence Fides le laïc catholique Peter Jacob, célèbre défenseur des droits de l'homme au Pakistan, à l'occasion de la Journée des minorités au Pakistan, célébrée chaque année le 11 août.

    M. Jacob, qui a été secrétaire exécutif de la Commission catholique pour la justice et la paix (NCJP) au sein de la Conférence des Evêques catholiques du Pakistan pendant près de 30 ans et qui dirige aujourd'hui le Centre pour la justice sociale (CSJ), note : "Il est nécessaire de reconnaître et d'aborder la question de l'abus des droits des minorités par le biais d'une législation appropriée, afin de prendre des mesures spécifiques pour la protection des femmes issues de minorités religieuses. Des programmes de sensibilisation et d'éducation sont nécessaires de toute urgence pour renforcer la protection et la prise de conscience de la société pakistanaise quant au statut vulnérable et marginalisé des minorités dans le pays. Nous continuerons à élever la voix jusqu'à ce que l'État promeuve la justice et que le peuple pakistanais en prenne conscience".

    Selon les données recueillies par la CSJ, en 2021, 78 adolescentes issues de communautés religieuses minoritaires (39 femmes hindoues, 38 chrétiennes et 1 femme sikhe) ont été enlevées et converties de force à l'islam, soit une augmentation de 80 % du nombre de cas par rapport à l'année 2020. Il faut donc dire que ces cas sont ceux qui sont officiellement enregistrés, et que beaucoup d'autres ne sont pas signalés. À l'occasion de la Journée des minorités, les groupes de défense des droits de l'homme s'inquiètent de l'absence de garanties juridiques pour protéger les minorités au Pakistan. Dans le cas des conversions forcées, notent-ils, des crimes tels que l'enlèvement, la falsification de documents et les violences sexuelles sont commis et restent impunis.

    À l'occasion du 11 août, le président de l'ONG "Voice for Justice", Joseph Jansen, s'adressant à l'Agence Fides, cite le message du fondateur du Pakistan, Muhammad Ali Jinnah, dans son discours historique du 11 août 1947, qui a inspiré le choix de cette date comme "Journée des minorités". Jinnah a déclaré : "Nous sommes tous des citoyens et des citoyens égaux d'un État. Je pense que nous devons garder cela à l'esprit en tant qu'idéal et comprendre qu'au fil du temps, les hindous cesseront d'être hindous et les musulmans d'être musulmans. Non pas au sens religieux, car il s'agit de la foi personnelle de chaque individu, mais au sens politique, en tant que "citoyens de l'État". Il a ajouté : "Vous êtes libre. Libre à vous de vous rendre dans vos temples, vos mosquées ou tout autre lieu de culte dans cet État du Pakistan. Vous pouvez appartenir à n'importe quelle religion, caste ou croyance : cela n'a rien à voir avec les affaires de l'État".

    Joseph Jansen rapporte : "À l'occasion de la Journée nationale des minorités, Voice for Justice, ainsi que d'autres organisations, observeront des moments de silence et des commémorations, avec des lectures et des manifestations publiques exhortant le gouvernement pakistanais à introduire des garanties concrètes pour la protection des minorités religieuses, en mettant en œuvre la vision de Muhammad Ali Jinnah". Il est nécessaire "de reconnaître et de sanctionner tous les actes de discrimination, notamment sur la base de la religion et des convictions, afin que l'égalité et la liberté religieuse soient garanties, comme le stipule la Constitution du Pakistan", conclut Jansen.

    La société civile pakistanaise se souvient notamment de la figure du ministre catholique Shahbaz Bhatti (1968 - 2011), tué lors d'une attaque terroriste à Islamabad et qui fut un martyr de la justice. Bhatti a laissé un précieux héritage spirituel ainsi que des réalisations civiles et politiques telles que l'instauration de la Journée des minorités le 11 août. Le ministre a salué l'anniversaire du discours historique d'Ali Jinnah à la nation pakistanaise, dans lequel il a proclamé l'égalité des droits pour tous les citoyens, indépendamment de leur origine ethnique ou religieuse. La Journée des minorités, créée à l'initiative de M. Bhatti en 2009, est un héritage de l'engagement chrétien et humain de Shahbaz Bhatti, qui a ainsi voulu donner un signe tangible de reconnaissance du rôle des minorités au Pakistan et honorer leur contribution à la construction de la nation depuis l'indépendance. Les thèmes qui caractérisent cette journée depuis lors sont : la justice, le travail, l'éducation, le respect des droits, l'arrêt des conversions forcées et de toute discrimination sociale et religieuse.

    (AG-PA) (Agence Fides 10/8/2022)

  • Ce que doivent endurer les chrétiens en terre musulmane

    IMPRIMER

    D'Alexandra Greeley sur le National Catholic Register :

    Ce que doivent endurer les chrétiens en terre musulmane
    Histoires vraies de chrétiens courageux vivant leur foi en terre musulmane

    Detail of the book cover of ‘The Perscuted’ by Casey Chalk
    Détail de la couverture du livre "The Perscuted" de Casey Chalk (photo : Sophia Institute Press)

    9 août 2022

    La persécution des chrétiens par les musulmans est un sujet omniprésent, certaines sources publiant le nombre annuel de morts. Pour sensibiliser le public à ces atrocités, l'auteur Casey Chalk a écrit The Persecuted : True Stories of Courageous Christians Living Their Faith in Muslim Lands, publié par Sophia Institute Press (2021).

    Comme l'écrit Pieter Vree, rédacteur en chef du magazine New Oxford Review, dans la préface du livre, "la persécution des chrétiens n'a rien de nouveau." Il ajoute : "Notre Seigneur Jésus-Christ a lui-même fait face à la persécution, au harcèlement, aux menaces et aux tentatives de lapidation tout au long de son ministère..." Même le pape François, lors d'une messe à la Casa Santa Marta, a parlé de la façon dont un groupe dissident des talibans à Lahore, au Pakistan, a fait exploser un groupe de prière chrétien.

    Mais au lieu d'aborder cette calamité à l'échelle mondiale, Chalk se concentre sur les problèmes d'un seul homme et de sa famille qui ont fui le Pakistan pour Bangkok, en Thaïlande, puis ont été contraints de retourner au Pakistan. L'homme, Michael D'Souza, moitié sud-asiatique et moitié portugais, est né et a grandi à Karachi, au Pakistan, et était un fervent catholique.

    À la fin des années 1990, il s'est marié et travaillait à Karachi pour une école affiliée à l'Église anglicane, mais au début des années 2000, les débuts des persécutions musulmanes ont commencé, et il a été renvoyé de l'école. En 2006, deux mollahs se sont présentés à son domicile et lui ont ordonné de se convertir à l'islam, ce qu'il a refusé. Les visites à son domicile se poursuivent pendant plusieurs années, et il reçoit même des visites lorsqu'il travaille comme sacristain à l'église Saint-Antoine.

    Les agressions contre D'Souza et sa famille se sont poursuivies malgré son déménagement dans d'autres villes du Pakistan. En octobre 2012, lui et sa famille sont retournés vivre dans un autre quartier de Karachi. En se rendant à la cathédrale Saint-Patrick pour rendre visite au père Peter John, il a vu placardées sur les murs d'une mosquée voisine des photos de lui disant qu'il avait insulté l'islam. Cette nuit-là, D'Souza a fui Karachi pour se rendre dans une ville voisine où des membres de sa famille l'ont exhorté à fuir le Pakistan. Il a également demandé conseil au père Peter John, qui l'a exhorté à quitter le pays.

    La famille D'Souza est arrivée à Bangkok fin novembre 2012, mais bien qu'ils aient des visas de tourisme, les fonctionnaires thaïlandais ont commencé à causer des problèmes. D'Souza a rejoint la paroisse rédemptoriste Holy Redeemer, où un ami leur a donné l'argent pour payer les fonctionnaires thaïlandais du centre de détention. Un an plus tard, D'Souza a demandé le statut de réfugié au Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, mais sa demande a été rejetée, laissant la famille avec peu d'options. La famille s'est liée d'amitié avec des paroissiens de l'église Holy Redeemer qui leur ont apporté un soutien financier. Un paroissien les a même hébergés dans un appartement.

    Puis, à la mi-2014, Casey Chalk et sa famille ont déménagé à Bangkok et sont devenus des paroissiens actifs du Holy Redeemer. Comme Chalk l'a découvert, D'Souza était un paroissien dévoué, et après s'être présenté à D'Souza, Chalk et sa femme ont commencé leurs efforts pour aider à financer et soutenir la famille. Dans le reste du livre, Chalk explique en détail comment D'Souza a lutté pour trouver du travail et rester en tant que réfugié en Thaïlande. Malheureusement, comme l'écrit l'auteur, "il y a beaucoup de demandeurs d'asile et de réfugiés pakistanais en Thaïlande, probablement entre sept mille et douze mille personnes. La plupart d'entre eux sont des catholiques et des chrétiens évangéliques."

    Puis en 2017, la famille a finalement décidé de retourner au Pakistan parce qu'elle avait enduré tant de souffrances à Bangkok, et quelques semaines après le départ des D'Souza, Chalk et sa famille sont retournés aux États-Unis. Au cours des années suivantes, Chalk est resté en contact avec la famille D'Souza et s'est efforcé de trouver un recours contre la persécution musulmane dont il est victime au Pakistan.

    Comme le dit Vree à propos de Chalk :

    Il a mis un visage humain sur la souffrance qui est souvent cachée derrière des statistiques. Nous avons besoin d'entendre les histoires de familles comme celle des D'Souza parce que nous et eux sommes membres du même corps, le corps du Christ. Leur douleur est notre douleur, leur perte est notre perte, et leur joie est notre joie.

    Alexandra Greeley Convertie au catholicisme, Alexandra Greeley est écrivain culinaire, critique de restaurants et auteur de livres de cuisine. Elle se passionne pour tous les aspects du monde de l'alimentation, qu'il s'agisse d'interviewer des chefs, de soutenir les agriculteurs locaux ou de faire le lien entre nourriture et foi.

  • Un évêque dénonce la tragédie au Nigeria

    IMPRIMER

    D'Anna Bono sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Un évêque dénonce la tragédie au Nigeria

    08-08-2022

    Monseigneur Gopep, évêque auxiliaire de Minna, dépeint la situation dramatique du Nigeria. Non seulement pour la propagation de la violence, mais surtout pour l'inaction des gouvernements nationaux et des États, responsables d'une situation qui échappe depuis longtemps à tout contrôle. Et dénonçant une suspicion terrible, mais réaliste....

    "Nous ne sommes plus seulement confrontés aux terroristes de Boko Haram, mais à des groupes de bandits, à des bergers fulanis armés qui font des incursions dans les communautés pour voler des troupeaux de bétail, tuer des gens et violer des femmes, ainsi qu'à des bandes de kidnappeurs qui se livrent à des enlèvements à des fins d'extorsion financière et matérielle. En un mot, la situation actuelle au Nigeria a dépassé le stade de la violence et des affrontements à caractère religieux. C'est beaucoup plus et très complexe. Par exemple, les enlèvements ne touchent pas seulement les chrétiens, car les musulmans et les traditionalistes africains sont également victimes d'enlèvements". 

    Ce tableau de l'état du pays qui, avec 218 millions d'habitants, est le plus peuplé d'Afrique, est brossé par Monseigneur Luka Sylvester Gopep, évêque auxiliaire de Minna, capitale de l'État du Niger. Son diocèse est situé dans la Middle Belt, la ceinture centrale où les Nigérians du nord, musulmans, traditionnellement pasteurs, et ceux du sud, chrétiens et animistes, traditionnellement agriculteurs, se rencontrent et coexistent, s'affrontant toujours pour le contrôle des terres fertiles, des pâturages et des points d'eau. 

    "Dans mon diocèse, explique Monseigneur Gopep dans une longue interview à l'agence de presse Fides publiée le 5 août, il y a 16 paroisses qui sont constamment soumises à de lourdes attaques par des bandes de kidnappeurs. Les bandits arrivent même en plein jour, capturent des familles entières, ne laissent que les enfants et emmènent les adultes. Ils contactent ensuite les proches des kidnappés pour demander une rançon. Dans certains cas, certains des kidnappés sont tués, tandis que d'autres sont mutilés en raison de la férocité qu'ils ont subie entre les mains des ravisseurs. Pendant la période où les bandits emmènent les gens, leurs enfants sont laissés seuls dans leurs maisons et leurs communautés. En tant qu'Église, nous assumons la tâche et la responsabilité de prendre soin de ces enfants, en leur fournissant de la nourriture et des soins médicaux et psychologiques. Si la rançon est payée, les personnes enlevées sont libérées. Mais si rien n'est payé, les kidnappeurs tuent leurs victimes. Par exemple, deux prêtres de l'archidiocèse de Kaduna ont été tués par leurs ravisseurs. Parmi les femmes et les filles enlevées, certaines ont été données en mariage aux kidnappeurs, d'autres violées et d'autres encore vendues à d'autres gangs pour l'esclavage sexuel. Parmi nos communautés, certaines ont été pillées par les attaques incessantes des bandits. La situation a créé des camps de réfugiés dans différentes parties du diocèse dont je suis l'évêque auxiliaire. L'Église du diocèse de Minna s'est donné pour mission de fournir une aide humanitaire et des secours d'urgence à ce peuple qui est le nôtre, quelle que soit son appartenance religieuse".

    Lire la suite

  • Quand le massacre des chrétiens nigérians risque de dégénérer en génocide : que faire ?

    IMPRIMER

    De Marco Respinti sur Bitter Winter :

    Soutenir les chrétiens persécutés au Nigeria : Un entretien avec la députée croate Marijana Petir

    25/07/2022

    Le massacre des chrétiens nigérians risque de dégénérer en génocide. Une politicienne croate explique comment nous pouvons aider.

    Alors que le meurtre du père John Mark Cheitnum, du presbytère de l'église catholique Christ the King dans la ville de Lere, dans l'État de Kaduna, au nord du Nigéria, est toujours d'actualité, certains médias l'imputent à des conflits territoriaux et à des inégalités sociales. La vérité est différente. "La violence islamiste ou ultra-fondamentaliste (à ne pas confondre avec l'islam en tant que tel, ce qui permet d'éviter les accusations mal fondées d'"islamophobie") fait payer un tribut sanglant aux chrétiens du Nigeria. Boko Haram, la province d'Afrique de l'Ouest de l'État islamique (branche locale d'ISIS) et les bergers nomades Fulani tentent ouvertement d'éliminer les chrétiens d'une grande partie du pays. Les observateurs recueillent des documents et des témoignages pour comprendre si derrière ce massacre systématique se cache un plan stratégique. Dans ce cas, le terme "génocide" serait le plus juste culturellement, politiquement et juridiquement.

    Lors d'une conférence au Parlement européen à Bruxelles, organisée par l'Intergroupe sur la liberté de religion ou de conviction et la tolérance religieuse le 12 juillet, des experts, se référant également aux données fournies par Open Doors, ont rappelé qu'au Nigeria, les chrétiens sont un peu plus de 98 millions, soit près de la moitié des 211,5 millions d'habitants du pays. De juillet 2009 à août 2021, 43 000 chrétiens ont été tués par les djihadistes et leurs partisans. On estime que 17 500 églises et plus de 2 000 écoles chrétiennes ont été attaquées. Dans le nord du pays, 10 millions de chrétiens ont dû fuir leurs maisons et 6 millions d'autres ont dû s'échapper pour éviter d'être tués, tandis que plus de 500 communautés ont été pillées.

    L'impression de beaucoup est que le gouvernement, dirigé par le président Muhammadu Buhari, est bien trop faible face à cette violence. Certains soulignent même que Buhari est issu d'une famille peul.

    Comme l'a déclaré à cet auteur Ján Figeľ, ancien envoyé spécial de la Commission européenne pour la promotion de la liberté de religion en dehors de l'UE, "le Nigeria, en tant que plus grand pays africain, ne doit pas être sous-estimé ou abandonné par la communauté internationale à ses problèmes douloureux et multiples. Les attaques sanglantes répétées contre les communautés chrétiennes par des islamistes militants doivent cesser, et ceux qui ont commis des crimes doivent être poursuivis par les autorités de l'État. Le président Buhari et le gouvernement du Nigeria doivent faire preuve d'efforts réels en faveur de la justice pour tous. La justice est cruciale pour la dignité des personnes, pour la paix, la stabilité et le développement durable de cet important pays."

    Lire la suite