Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

islamisme

  • Pakistan : un homme lynché à la suite d'accusations de blasphème

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/PAKISTAN - Un homme lynché à la suite d'accusations de blasphème : une campagne d'influence pour promouvoir l'État de droit et la paix est envisagée

    21 juin 2024  
     

    Madyan (Agence Fides) - Une foule violente a lynché un homme accusé d'avoir prétendument blasphémé le Coran dans la ville de Madyan, dans le district de Swat de la province pakistanaise de Khyber Pakhtunkhwa. Il s'agissait d'un citoyen pakistanais de religion musulmane, identifié comme Muhammad Ismail, originaire du Pendjab, qui se trouvait dans la province septentrionale avec sa famille pour y faire du tourisme. Madyan est en effet un lieu touristique situé dans la vallée de Swat, à environ 250 km de la capitale provinciale Peshawar.

    Accusé d'avoir commis un blasphème alors qu'il séjournait dans un hôtel, l'homme a été arrêté hier, 20 juin, par les forces de sécurité et escorté à l'intérieur du poste de police pour le protéger d'éventuelles représailles. Cette protection n'a pas suffi. A l'instigation de messages diffusés par des haut-parleurs dans des mosquées et des centres commerciaux, une foule violente s'est rassemblée devant le poste de police, exigeant que l'homme soit remis à la justice. En cas de refus, la foule a mis le feu au bâtiment, obligeant les policiers en service à fuir pour sauver leur vie. L'homme n'avait plus rien à faire. Après avoir pénétré dans le poste de police, les militants ont lynché et tué le suspect, traînant le corps sur la place publique, où le corps déjà mutilé a été brûlé, comme le montrent des images terrifiantes diffusées sur les médias sociaux. L'arrivée ultérieure d'autres policiers en provenance d'autres lieux a permis de rétablir l'ordre. On ignore pour l'instant si l'un des agresseurs a été arrêté.

    Le ministre en chef de la province de Khyber Pakhtunkhwa, Ali Amin Gangapur, a regretté l'incident et a appelé la population à rester pacifique. "Cette violence est une folie, c'est un suicide pour notre société", a déclaré Fawad Chaudhry, homme politique et ancien ministre de l'information.

    Les agressions extrajudiciaires contre des personnes accusées de blasphème sont récurrentes au Pakistan, où l'accusation de blasphème contre l'islam est également punie de la prison à vie ou de la peine de mort.

    Les organisations de la société civile et les chefs religieux affirment que les accusations de blasphème sont souvent fausses et qu'elles sont exploitées à des fins privées. Le mois dernier, dans la province pakistanaise du Punjab, une foule a attaqué un chrétien, Nazir Masih, 72 ans, après l'avoir accusé d'avoir profané des pages du Coran. L'homme est décédé à l'hôpital des suites de ses blessures. En août 2023, à la suite des accusations de blasphème du Coran, des attaques ont eu lieu dans le quartier chrétien de la ville de Jaranwala, où des foules ont incendié 86 maisons chrétiennes et vandalisé 19 églises et lieux de culte chrétiens.

    Le sénateur catholique Khalil Tahir Sandhu a déclaré à Fides : "Nous sommes choqués par un nouvel épisode de violence de masse. Nous pensons qu'il faut agir. Nous envisageons d'organiser une campagne de sensibilisation contre le lynchage et la violence collective. Nous avons formé une équipe de responsables de la société civile et des communautés religieuses, nous voulons impliquer des représentants du gouvernement, des universitaires et des responsables religieux musulmans. En nous réunissant, nous sommes arrivés à une conclusion commune : il est urgent que des chefs religieux crédibles et des "influenceurs" partagent une campagne médiatique pour lutter contre le problème de la violence de masse et promouvoir l'importance de l'application de la loi dans toutes les situations. Nous voulons élaborer des messages vidéo et des tables rondes sur la paix, l'harmonie interconfessionnelle et la tolérance, avec la participation de chefs religieux au niveau national. Nous pensons qu'il est nécessaire de diffuser des services vidéo sur les chaînes de télévision nationales et régionales, les stations de radio et les médias sociaux.
    (PA) (Agence Fides 21/6/2024) 

  • "Le sang des Congolais continue de couler" (cardinal Ambongo)

    IMPRIMER

    De Vatican News

    Cardinal Ambongo: le sang des Congolais continue à couler

    Près de 150 personnes sont mortes depuis début juin, dans l'Est de la RDC, dans des tueries attribuées au groupe armé ADF, affilié à l'organisation Etat islamique. Pour le Cardinal Fridolin Ambongo, il est déplorable et incompréhensible que le sang de Congolais continue à couler dans l’indifférence de la Communauté internationale. Les chrétiens qui y sont tombés sont des «martyrs», estime-t-il, en faisant le lien avec la béatification de quatre missionnaires en août prochain à Uvira.

    Entretien réalisé par Stanislas Kambashi, SJ – Cité du Vatican

    42 personnes sont mortes au cours d'un massacre commis dans la nuit du 12 au 13 juin dans le territoire de Lubero, faisant passer à près de 150 le nombre des personnes tuées dans la province du Nord-Kivu depuis début juin, selon des autorités locales et la société civile. Lors de l’Angélus du dimanche 16 juin, le Pape François a déploré «les combats et les massacres» de civils dans de ce pays, dont «de nombreux chrétiens» qu'il a qualifiés de «martyrs» de la foi. L’Union Africaine a également condamné ces tueries. Pour le Cardinal Fridolin Ambongo, cette situation est déplorable et incompréhensible. L’archevêque de Kinshasa fustige l’indifférence de la Communauté internationale qui ne s’émeut pas des souffrances du peuple congolais. Il pointe également du doigt certains pays voisins de son pays, la RDC.

    Nous vous proposons l’intégralité de l’entretien qu’il a accordé à Radio Vatican - Vatican News.

    Suivre le cardinal Fridolin Ambongo, archevêque de Kinshasa (RD Congo)

    L’Eglise de la RD Congo se prépare à célébrer un grand événement au mois d’août, la béatification de quatre missionnaires. Et le Pape François vous a délégué pour le représenter à cette cérémonie. Qu’est-ce que cet événement représente pour l’Eglise congolaise?

    Au mois d'août prochain, il y aura un grand événement pour notre église nationale, la béatification des quatre martyrs d'Uvira. Nous savons que parmi ces quatre martyrs, certains ont été massacrés à Baraka et d'autres à Fizi. Mais dans le contexte actuel, vu le problème d'accessibilité, le problème de sécurité, les autorités ont décidé que la cérémonie se passe au siège du diocèse à Uvira. Je remercie le Saint-Père, le pape François, qui m'a fait confiance en me désignant comme son représentant pour un événement aussi important pour la vie de notre Église. Cet événement, qui s'est passé en 1964, la même année du martyre de la Bienheureuse Anuarite, nous donne vraiment à réfléchir. Nous avions cru que le sang des martyrs de 1964 allait aider le Congo à évoluer vers un avenir meilleur. Malheureusement, nous constatons 60 ans après que le sang du peuple congolais continue à couler et que de nouveaux martyrs continuent à tomber dans notre pays.

    Récemment, il y a eu des massacres toujours à l'Est de votre pays. Selon des témoignages, des chrétiens qui ont été tués pour leur foi par un groupe appartenant à l'État islamique. Comment se fait-il que dans un pays à majorité chrétienne, on puisse tuer des chrétiens par une petite minorité d'une autre religion?

    Cette situation qui a révolté la conscience de l'humanité, particulièrement la conscience chrétienne, nous laisse pratiquement sans voix. Et l'image qui a circulé de la tuerie de ces jeunes dans une brousse, je crois, du côté de l'Ituri, révolte profondément, d'autant plus que notre pays, le Congo, est un pays où il y a plus de 90 % des chrétiens et qu'une petite minorité d'islamistes se permettent de massacrer des Congolais, qui filme l'événement et balance sur les réseaux sociaux, c'est tout simplement incompréhensible ce qui s'est passé pour nous. Si nous faisons la relecture avec ce qui s'est passé il y a 60 ans à Uvira, mais aussi dans d'autres diocèses comme le diocèse de Bondo, où des missionnaires ont été massacrés, à Buta où des missionnaires ont été massacrés, on se dit que ces gens sont de nouveaux martyrs et nous devrons penser à promouvoir leur cause pour qu'ils soient présentés comme de nouveaux témoins de la foi des gens qui ont versé leur sang pour la foi en Jésus-Christ.

    Lire la suite

  • Du Niger au Pakistan, la dure vie des chrétiens sous l'Islam

    IMPRIMER

    D'Anna Bono sur la NBQ :

    Du Niger au Pakistan, la dure vie des chrétiens sous l'Islam

    Aujourd'hui, Isis se targue d'avoir plusieurs "provinces" en Afrique, dont le Niger. Les djihadistes obligent les chrétiens à se convertir ou à vivre comme des dhimmis. La persécution est à l'ordre du jour. Au Pakistan, la situation n'est pas meilleure : des chrétiens sont tués et des fillettes sont enlevées, converties à l'islam et mariées de force.

    14_06_2024

    Le 29 juin 2014, Abou Bakr al-Baghdadi, chef d'Isis, l'État islamique, proclame califat les territoires conquis par ses djihadistes en Irak et en Syrie. Leur avancée dans les semaines suivantes a conduit des dizaines de milliers de chrétiens à se réfugier en fuyant. Dans la nuit du 6 au 7 août en Irak, près de 150 000 chrétiens ont quitté Mossoul, devenue la capitale du califat, et la plaine de Ninive. La quasi-totalité d'entre eux n'avaient que peu d'effets personnels sur eux et ce peu leur a été arraché par les djihadistes. S'ils étaient restés, ils auraient dû se convertir à l'islam ou vivre en dhimmi, c'est-à-dire avoir la vie sauve et être autorisés à rester chrétiens, mais en échange du paiement d'une sorte d'impôt, dans un statut d'infériorité, discriminés, soumis aux lois islamiques, constamment menacés de mort et d'esclavage s'ils transgressaient les obligations comportementales qui leur étaient imposées.

    En 2017, Isis a été vaincu au Moyen-Orient, mais entre-temps, il s'est enraciné en Afrique, disputant des territoires et s'affiliant à Al-Qaïda. Il compte désormais plusieurs "provinces" : parmi les plus établies et redoutées figurent la province d'Afrique centrale (Iscap), active principalement au Mali, au Burkina Faso et au Niger, la province d'Afrique de l'Ouest (Iswap), au Nigéria et dans la région du lac Tchad, et la province du Grand Sahara (Isgs), en Ouganda, en République démocratique du Congo et au Mozambique.

    Dans les territoires qu'elle contrôle, l'Isis africaine impose ses règles. Les autres chrétiens sont contraints d'accepter le statut de dhimmi ou de fuir. C'est le cas, par exemple, au Niger. Non loin de la capitale Niamey, dans la zone dite des "trois frontières", la région du Liptako Gourma qui relie le Mali, le Burkina Faso et le Niger, le gouvernement, même après l'arrivée au pouvoir d'une junte militaire promettant la sécurité et l'ordre, laisse les trafiquants, les bandes armées et surtout les groupes djihadistes opérer pratiquement sans entrave. Les habitants de la région sont pour la plupart des agriculteurs pauvres. Les djihadistes s'attaquent à leurs cultures et à leur bétail, et ils ont de la chance si leur vie est épargnée. Ils s'en prennent surtout à la minorité chrétienne (plus de 90 % de la population est musulmane). Lorsqu'ils arrivent dans un village, ils l'encerclent en tirant dessus et rassemblent les habitants dans une clairière. Ils identifient ensuite les chrétiens et leur proposent de choisir entre deux options : soit payer un impôt annuel de 50 000 francs Cfa (76 euros) par homme adulte, à partir de l'âge de 15 ans, soit se convertir à l'islam. Ceux qui refusent l'une ou l'autre option doivent quitter le village et tous leurs biens, maison, terre, bétail. Les djihadistes donnent généralement une semaine pour répondre. S'ils refusent de se convertir à l'islam, ils n'ont pas d'autre choix que de partir. En effet, 50 000 Cfa est une somme énorme dans un pays qui est l'un des plus pauvres du monde, où le salaire mensuel moyen se situe entre 55 000 et 75 000 Cfa. De plus, on sait que si l'on paie l'impôt exigé, il sera doublé l'année suivante.

    Au Niger, c'est l'islam du jihad, de la "guerre sainte", qui rend la vie des chrétiens dangereuse et douloureuse. Mais dans le dar al-Islam, comme les musulmans appellent les terres conquises à l'islam, des siècles de persécution, de discrimination et d'hostilité ont habitué de nombreux musulmans à considérer les chrétiens comme inférieurs, privés de leurs droits, comme des citoyens de seconde zone.

    Ces dernières semaines, deux chrétiens ont été tués au Pakistan. Shahid Masih travaillait dans une ferme à Ghang Sheikhupura, un village de la province du Pendjab. Son propriétaire était convaincu qu'il était responsable du vol de quelques chèvres. Le 8 mai, lui et certains de ses amis l'ont kidnappé, ligoté, matraqué et finalement forcé à boire de l'acide. Il est décédé des suites des blessures infligées par l'acide à ses organes internes. Le 25 mai, Nazir Masih, 72 ans, a été attaqué à Sargodha, également dans le Pendjab, par des centaines de personnes furieuses qui s'étaient précipitées sur lui après avoir appris, ce qui s'est avéré infondé, qu'il avait déchiré et jeté dans la rue quelques pages d'un exemplaire du Coran. Il est sauvagement battu et meurt le 3 juin. Effrayés et craignant de nouvelles violences, de nombreux chrétiens du quartier ont fui.

    Saad Hussain Rizvi, chef du parti islamiste Tehreek-e-Labbaik Pakistan, a commenté avec mépris, dans un discours diffusé sur les réseaux sociaux, que l'on ne devrait pas se soucier de la mort d'un "choorha", un terme offensant par lequel les chrétiens sont appelés au Pakistan. En ce qui concerne l'assassinat de Nazir Masih, Rizvi maintient que les responsables sont innocents parce qu'ils ont agi par amour de leur foi. Son parti a organisé une manifestation pour obtenir la libération des auteurs du lynchage. Ils prononcent ouvertement des discours de haine contre les minorités religieuses, incitant les gens à la violence", explique Samson Salamat, président du mouvement civil interreligieux Rwadari Tehreek, dans une interview accordée à l'agence de presse AsiaNews. Ce qui est grave, c'est que l'appareil d'État n'intervient pas, il reste silencieux.

    Il n'intervient pas non plus dans les cas fréquents de filles chrétiennes enlevées qui sont forcées de se convertir à l'islam et d'épouser leurs ravisseurs. Le dernier cas connu concerne Laiba Masih, une petite fille de Faisalabad âgée de 10 ans seulement. Elle a été enlevée en février. Selon la loi, un mineur ne peut pas se marier, ni changer de religion sans le consentement de son père. Or, dans le certificat de mariage, il était écrit qu'elle avait 17 ans. Les parents ont prouvé l'âge réel de Laiba, mais personne, ni la police ni les juges, n'a accepté de libérer la petite fille. Comme tant d'autres avant elle, elle ne rentrera probablement jamais chez elle. Qui se soucie de la vie d'une petite fille qui est, après tout, une infidèle ?

  • Niger : le calvaire dans la savane

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    AFRIQUE/NIGER - Le calvaire dans la savane

    7 juin 2024

    par Mauro Armanino

    Niamey (Agence Fides) - C'était mercredi dernier, le 29 mai, dans la savane qui mène au Burkina Faso. Un groupe de militaires nigériens a incendié des granges dans le village de Nadouani, dans la paroisse de Bomoanga.

    Plus tard, dans le village de Tchinibai, d'autres militaires, après avoir découvert puis brûlé une moto cachée dans la case, ont tué sept paysans qui tissaient des nattes à l'abri d'un arbre. Des morts de paysans qui restent invisibles, tués par des groupes armés qui apparemment devraient les protéger. D'arme en arme et d'abus en abus, on vit dans la peur quotidienne que demain n'arrive pas trop tard, avec plus de questions et de menaces de la part des « djihadistes » ou des « autoproclamés.»

    Le calvaire du peuple Gourmanché, installé à la frontière entre le Burkina et le Niger, semble sans fin. Il s'agit d'un peuple qui a longtemps résisté aux pressions de l'imposition musulmane et qui a ensuite adhéré de manière surprenante au christianisme. Ce peuple se trouve depuis longtemps dans une situation de persécution ouverte et douloureuse de la part de groupes armés composés principalement de jeunes Peuls, traditionnellement éleveurs de bétail.

    Le conflit armé est teinté d'idéologie islamique « salafiste ». Mais cela n'explique pas tout ce qui se passe dans cette région située à une centaine de kilomètres de la capitale Niamey. Eleveurs, agriculteurs, chrétiens, musulmans principalement de l'ethnie peul dans un contexte militarisé où les paysans de la région comptent de moins en moins. Dans cette phase de transition politique, après le coup d'Etat de fin juillet (voir Fides 27/7/2023), les conditions de vie des pauvres se sont encore détériorées. Le mot « génocide », utilisé et galvaudé sur d'autres rivages, peut sembler excessif. Pourtant, ce à quoi nous assistons, avec les proportions et les différences qui s'imposent, ressemble à ce processus particulier de disparition. Ce n'est pas un hasard si, parfois dans la relative indifférence des forces de sécurité, un calvaire culturel, économique, religieux et ethnique se perpétue dans la savane.

    Un peuple longtemps « oublié » par l'Etat. L'élément chrétien, bien présent au sein de ce peuple, s'est progressivement transformé en facteur « aggravant » de la persécution. Il y a maintenant de nombreux villages dans cette zone frontalière que les paysans Gourmanché ont dû abandonner. Curieusement, mais pas vraiment, des membres de l'ethnie "peul" vivent tranquillement dans ces mêmes villages, protégés par des groupes armés et ignorés par les militaires. Par une ironie divine, c'est précisément de cette région que sont originaires les deux prochains presbytres de l'église de Niamey, dont l'ordination est prévue en septembre prochain. Du calvaire à la résurrection dans la savane, il s'écoule à peine trois jours.

    (Agence Fides 7/6/2024)

     
  • RDC : de nouvelles attaques de rebelles islamistes ont fait plus de 50 morts dans le Nord-Kivu

    IMPRIMER

    Du site du Figaro :

    De nouvelles attaques de rebelles ont fait plus de 50 morts à l'Est de la RDC

    Plus de cinquante personnes ont été tuées cette semaine dans la région de Beni (est de la République démocratique du Congo), dans une série de nouvelles attaques des rebelles affiliés au groupe État islamique, ont indiqué vendredi des sources locales à l'AFP. Les Forces démocratiques alliées (ADF) ont tué 13 personnes lors de leur dernière attaque menée jeudi dans trois villages situés sur le territoire de Beni, dans la province du Nord-Kivu, a déclaré à l'AFP un responsable de la société civile.

    «Sept hommes et six femmes» ont été tués «et plusieurs autres (personnes) sont portées disparues», a déclaré Kinos Katuo, président de la société civile de la localité de Mamove où ont eu lieu les attaques. Au cours d'incursions menées mardi, les ADF ont tué 39 autres personnes dans trois autres villages du Nord-Kivu, a déclaré de son côté à l'AFP Léon Siviwe, un responsable administratif de Beni. Des sources ont indiqué mercredi à l'AFP que 15 personnes avaient été tuées lors d'une autre attaque menée la veille à Masau, l'un de ces trois villages.

    Environ 85% de la population de ce village est partie vers des villes voisines, pour se réfugier notamment à Beni, a-t-il expliqué. Les ADF, à l'origine des rebelles ougandais majoritairement musulmans, sont implantés depuis le milieu des années 1990 dans l'est de la RDC, où ils ont tué des milliers de civils. Ils ont prêté allégeance en 2019 à l'EI, qui les présente comme sa «province d'Afrique centrale» (Iscap), et sont aussi accusés de récentes attaques sur le sol ougandais. Fin 2021, Kampala et Kinshasa ont lancé contre eux une opération militaire conjointe, baptisée «Shujaa», sans parvenir jusqu'à présent à mettre fin à leurs exactions.

  • 14 catholiques tués en République démocratique du Congo après avoir refusé de se convertir à l'islam

    IMPRIMER

    De Peter Pinedo sur CNA :

    14 catholiques tués en République démocratique du Congo après avoir refusé de se convertir à l'islam

    30 mai 2024

    Le pape François a condamné le récent assassinat de 14 catholiques en République démocratique du Congo (RDC), qui auraient été tués après avoir refusé de se convertir à l'islam.

    Le journal du Vatican L'Osservatore Romano a rapporté que les 14 catholiques, dont plusieurs étaient très jeunes, ont été tués dans le Nord-Kivu par des membres de la milice affiliée à ISIS appelée « Forces démocratiques alliées ».

    S'écartant de ses déclarations préparées le 25 mai, le pape a déclaré : « Je voudrais m'arrêter et remercier Dieu pour le témoignage de martyre qu'un groupe de catholiques du Congo, du Nord-Kivu, a donné ces derniers jours. »

    François a ajouté que « ces personnes ont été égorgées simplement parce qu'elles étaient chrétiennes et ne voulaient pas se convertir à l'islam ».

    Selon un rapport d'International Christian Concern (ICC), les Forces démocratiques alliées ont également mené une attaque contre le village chrétien de Ndimo dans l'État d'Ituri.   L'ICC a déclaré que 11 chrétiens ont été exécutés à la machette et au fusil le 13 mai, que plusieurs autres ont été kidnappés et que certaines maisons ont été incendiées.

    L'évêque de Butembo-Beni, Melchisedec Paluku, a condamné les meurtres et a salué la résilience des chrétiens, selon ICC.

    « La résistance et le courage dont ont fait preuve les villageois face à une telle adversité témoignent de leur esprit inébranlable et de leur détermination à reconstruire leur vie au milieu d'une tragédie inimaginable », a déclaré Mgr Paluku.

    L'évêque a appelé le gouvernement de la RDC à intensifier ses efforts de lutte contre le terrorisme : « Le mépris effronté de la vie et de la dignité humaines dont font preuve ces extrémistes souligne le besoin urgent de mesures de sécurité renforcées et d'efforts antiterroristes robustes pour protéger les civils innocents contre des actes de violence aussi brutaux ».

    Le diocèse de Butembo-Beni est confronté depuis plusieurs années à la montée du terrorisme islamiste. À la suite d'un attentat à la bombe contre l'église catholique Emmanuel-Butsili à Beni en 2021, CNA a rapporté les propos de Paluku selon lesquels « un projet à grande échelle est en cours pour islamiser ou expulser les populations indigènes » de la région.

    « Tous ceux qui ont été enlevés par ces groupes terroristes et qui ont réussi à leur échapper vivants ont raconté la même histoire.   On leur a donné le choix entre la mort et la conversion à l'islam« , a-t-il déclaré, ajoutant qu' »il ne se passe pas un jour sans que des gens soient tués ».

    Peter Pinedo est correspondant de CNA à Washington. Diplômé de l'Université franciscaine, Peter a travaillé auparavant pour Texas Right to Life. Il est premier lieutenant dans la réserve de l'armée américaine.

  • Niger : les chrétiens fuient après l’introduction de la charia

    IMPRIMER

    D'Open Doors via kath.net/news :

    Niger : les chrétiens fuient après l’introduction de la charia

    23 mai 2024

    Pasteur évangélique : « Quand les djihadistes sont arrivés, ils ont dit que tous les chrétiens devaient payer 50 000 francs ; Quiconque n’en a pas les moyens doit accepter l’Islam. »

    Kelkheim (kath.net/Open Doors) « Quand les djihadistes sont arrivés, ils ont dit que tous les chrétiens devaient payer 50 000 francs ; Quiconque n’en a pas les moyens doit accepter l’islam. » C’est ce que rapporte le pasteur Yandi de la région de Tillabéri, au sud-ouest du Niger. Des annonces similaires ont été faites dans au moins sept villages de la zone, obligeant 357 familles chrétiennes à fuir depuis le 2 mai.

    Quiconque paie la capitation est autorisé à rester - en tant qu'esclave

    Le pasteur Yandi est chez lui dans la commune de La Tapoa, où les jihadistes ont rassemblé tous les habitants sur la place du marché le 16 avril 2024. Ils ont dit aux personnes rassemblées qu'à partir de ce jour, tous les hommes âgés de 15 ans et plus devraient payer la taxe islamique (« Jizya ») à moins qu'ils n'acceptent de se convertir à l'islam. La jizya est perçue conformément à la loi islamique auprès des résidents non musulmans des États musulmans. Cela introduira au moins partiellement la charia dans les zones touchées. Dans leur annonce, les islamistes ont en outre déclaré que cette réglementation s'appliquait à tous les villages sous leur contrôle. Les 50 000 francs ouest-africains requis correspondent à environ 76 euros.

    Dans le même temps, selon les contacts locaux de Portes Ouvertes, il a été fortement conseillé à tous les villageois de se convertir à l’islam. Quiconque paie l'impôt requis est toujours autorisé à rester dans son village, mais aux conditions suivantes : Toutes les personnes concernées et leurs familles sont gardées comme esclaves. Tous vos biens deviennent automatiquement la propriété des djihadistes. Ceux qui ne veulent pas (ou ne peuvent pas) se convertir à l’islam ou payer la jizya sont autorisés à quitter le village, mais n’emportent rien avec eux à l’exception des vêtements qu’ils portent.

    Un avenir incertain nécessite une aide urgente

    Selon nos partenaires locaux, outre La Tapoa, les jihadistes se sont rendus dans six autres villages de la région de Tillabéri pour annoncer leur nouvelle loi. Résultat, 357 familles chrétiennes ont cherché refuge dans la ville de Makalondi. De nouveaux sont ajoutés chaque jour.

    « [À cause de cette annonce] nous avons fui et sommes venus ici sans rien. Nous ne pouvions même pas emporter nos provisions de nourriture avec nous. C'est très difficile pour nous de trouver une place ici, il n'y a pas de logement pour nous », a expliqué le pasteur Yalitchoi.

    En ce moment, les chrétiens se blottissent sous les arbres, cherchant un abri contre le soleil brûlant. Cependant, la saison des pluies ne tardera pas à commencer, ce qui rendra la vie encore plus difficile pour les chrétiens déplacés à Makalondi.

    La situation sécuritaire au Niger s'est détériorée ces dernières années, notamment dans les zones frontalières avec le Nigeria, le Burkina Faso et le Mali. Des groupes armés y ont installé des bases et mènent à plusieurs reprises des attaques contre les forces de sécurité et la population civile. En 2017, le gouvernement a déclaré l'état d'urgence dans les régions de Diffa, Tahoua et Tillabéri. Les jihadistes ciblent particulièrement les chrétiens et les animistes dans les villages, raison pour laquelle des dizaines de milliers de personnes ont fui leurs villages depuis le début des troubles.

    Nos partenaires évaluent actuellement la manière dont ils peuvent aider au mieux les personnes déplacées. Cependant, comme la région est très rurale et difficile d’accès, les efforts de secours posent des défis majeurs.

  • Des incendiaires brûlent les maisons de chrétiens égyptiens assiégés

    IMPRIMER

    De Martin Barillas sur CNA :

    Des incendiaires brûlent les maisons de chrétiens égyptiens assiégés

    24 avril 2024

    Des extrémistes musulmans ont incendié plusieurs maisons de chrétiens à Minya, une province du sud de l'Égypte, dans le cadre d'une poursuite des violences antichrétiennes, moins de deux semaines avant la célébration de Pâques par les chrétiens orthodoxes. 

    Selon The New Arab, les fanatiques antichrétiens n'ayant pas réussi à déposséder les chrétiens de leurs maisons en représailles à la tentative de construction d'une église dans le village d'Al-Fawakher, ils ont procédé à l'incendie des maisons dans la soirée du 23 avril.

    Sur son compte Twitter officiel, l'évêque copte orthodoxe Anba Macarius a écrit le 24 avril que les forces de sécurité égyptiennes "ont maîtrisé la situation, arrêté les instigateurs et les auteurs", et que le gouvernement "indemnisera les personnes touchées et demandera des comptes aux auteurs". 

    Après avoir noté que le calme règne désormais à Al-Fawakher, M. Macarius a ajouté : "Que Dieu protège notre cher pays, l'Égypte, de tout mal". 

    CNA a contacté les autorités de l'Église orthodoxe copte mais n'a pas reçu de réponse au moment de la publication. Des vidéos des maisons en feu ont été diffusées sur les médias sociaux, avec de la musique de célébration et des paroles en arabe.

    Le christianisme en Égypte remonte aux origines de la foi et près de 10 % des 111 millions d'habitants du pays sont chrétiens. La plupart des chrétiens égyptiens appartiennent à l'Église copte orthodoxe, tandis qu'environ 2,5 % appartiennent à l'Église copte catholique et à d'autres églises particulières. 

    Les chrétiens constituent la plus grande minorité en Égypte, et Macarius dirige les chrétiens coptes de la province de Minya, où vivent environ un tiers des chrétiens du pays. Il a survécu de justesse à une tentative d'assassinat il y a plus de dix ans. 

    L'organisation Open Doors, qui surveille la persécution des disciples du Christ, classe l'Égypte au 38e rang des pays les plus dangereux au monde pour les chrétiens. En 2018, sept chrétiens ont été tués par des terroristes musulmans qui ont attaqué un bus transportant des pèlerins. En 2017, des terroristes de l'État islamique ont fait exploser deux églises coptes orthodoxes, tuant plus de 40 personnes. Et en décembre 2016, un terroriste a fait exploser une bombe, se tuant lui-même ainsi que 189 fidèles à l'église Saints Pierre et Paul, blessant plus de 400 autres personnes. 

    Lors de sa visite en Égypte en 2017, le pape François a célébré une messe pour la petite communauté catholique et a appelé les chrétiens à pardonner les atrocités. Les relations entre le Vatican et l'Église copte orthodoxe, dont le chef est le pape Tawadros II, se sont améliorées ces dernières années. 

    Au début de l'année, le pape François a reconnu la canonisation par l'Église copte orthodoxe de 21 martyrs coptes orthodoxes de Libye. 

    L'année dernière, le pape Tawadros II a célébré une Divine Liturgie à l'Archibasilique Saint-Jean-de-Latran, où il a prononcé une homélie sur l'unité des chrétiens. Depuis lors, cependant, Tawadros II a réduit ses relations avec le Vatican à la suite de la publication en décembre 2023 de Fiducia Supplicans.

    La Commission américaine pour la liberté religieuse internationale (USCIRF), tout en notant que le gouvernement du président Abdel Fattah El-Sisi a nommé le tout premier chrétien à la Cour constitutionnelle suprême et a également condamné un musulman extrémiste meurtrier d'un prêtre, a critiqué la "lenteur des approbations pour l'arriéré des demandes de légalisation", qui permettraient la construction de nouvelles églises. L'Égypte figure sur la liste de surveillance spéciale de l'USCIRF pour avoir toléré de graves violations de la liberté de religion.

    En 2016, le parlement égyptien a adopté la loi sur la construction des églises, censée légaliser ce type de construction avec des permis.

    Martin Barillas est écrivain et traducteur. Il a été diplomate américain en Europe et en Amérique du Sud. Catholique depuis toujours, il vit dans le Michigan avec sa femme Alice, leurs quatre enfants et leur petit-enfant. Il a écrit sur divers sujets, notamment les droits de l'homme, la politique et la religion. Il est également romancier.

  • En Iran, c’est le temps de la passion pour les chrétiens; mais le pape écoute les ayatollahs...

    IMPRIMER

    De Sandro Magister sur Settimo Cielo (Diakonos.be) :

    En Iran, c’est le temps de la passion pour les chrétiens. Mais le pape écoute les ayatollahs

    17 avril 2024

    Dans la « guerre mondiale par morceaux » si souvent dénoncée par le Pape François, la République islamique d’Iran est l’un des protagonistes les plus aguerris et redoutés. Et pourtant, rien ne semblait pouvoir troubler les rapports tranquilles entre le régime de Téhéran et le Saint-Siège, avant l’attaque contre Israël d’il y a quelques jours.

    Quelques heures après l’attaque, le Pape François à déclaré pendant le « Regina Caeli » du dimanche 14 avril que « personne ne doit menacer l’existence d’autrui ». Avec une allusion transparent à la volonté ouverte de l’Iran de détruire « l’entité sioniste ».

    Mais il est difficile de savoir si ce sévère avertissement marquera un tournant dans les rapports entre le Saint-Siège et Téhéran. Parce que jusqu’à hier, rien ne semblait pouvoir les troubler, pas même les mauvaises nouvelles sur la manière dont les chrétiens y sont traités.

    Dans son message « urbi et orbi » de Pâques, tandis qu’il énumérait les foyers de conflits et de violence dans le monde, François n’a pas cité l’Iran. Et dans son discours de début d’année au corps diplomatique accrédité auprès du Saint-Siège, il n’en a fait mention que pour souhaiter un accord rapide sur la question du nucléaire iranien et se féliciter des soixante-dix années de relations diplomatiques avec Téhéran, établies en 1954 et sorties non seulement indemnes mais encore plus fortes de la révolution khomeyniste de 1979.

    Le 5 novembre dernier, au plus fort de la guerre entre Israël et le Hamas, le président iranien Ebrahim Raïssi a appelé le Pape François au téléphone et a eu avec lui une longue conversation, dont le contenu a été rendu public dans un compte-rendu officiel de Téhéran.

    Si l’on en croit ce compte-rendu, le président Raïssi aurait dénoncé le bombardement d’une église à Gaza comme exemple des « pratiques d’apartheid d’Israël non seulement contre les musulmans palestiniens mais également contre les autres religions divines » ; il aurait soutenu que défendre le peuple de Palestine opprimé était le « devoir de toutes les religions abrahamiques, en ce compris les chrétiens » ; il aurait demandé au Pape d’user de son autorité en Occident pour arrêter l’agression israélienne. Et François – toujours selon ce compte-rendu – aurait « apprécié » et partagé les positions exprimées par Raïssi.

    Mais, au cours de cette conversation téléphonique, le président iranien aurait également évoqué avec le Pape les relations entre l’Iran et le Saint-Siège, les définissant comme « très bonnes », en particulier en ce qui concerne la « latitude donnée aux chrétiens d’accomplir leurs pratiques religieuses et de jouir des mêmes droits que tous les citoyens », au point que « non seulement les chrétiens d’Iran, mais également ceux d’Arménie, d’Irak et de Syrie considèrent la République islamique d’Iran comme un refuge, parce que nous ne défendons pas seulement les droits des peuples musulmans mais également ceux des chrétiens ». Là encore, selon le compte-rendu, sans susciter aucune objection de la part de son interlocuteur.

    Lire la suite

  • Nigeria : les catholiques dénoncent les raisons religieuses des violences actuelles

    IMPRIMER

    De R. Cavanaugh sur le Catholic World Report :

    Les catholiques nigérians dénoncent les raisons religieuses des violences actuelles

    Les médias occidentaux rapportent continuellement des incidents violents au Nigeria, mais la plupart d'entre eux évitent de mentionner les aspects religieux de la violence.

    9 avril 2024

    Année après année, les extrémistes islamiques perpètrent des massacres au Nigeria. Et, année après année, les grands médias occidentaux ont tendance à présenter ces incidents comme des actes de banditisme ou des luttes foncières liées au changement climatique entre des éleveurs majoritairement musulmans et des agriculteurs majoritairement chrétiens.

    Cependant, une série d'attaques meurtrières contre des chrétiens nigérians pendant les vacances de Noël 2023 n'a laissé pratiquement aucun doute quant à la présence d'une motivation religieuse.

    Les violences entre chrétiens et musulmans au Nigeria remontent au début des années 1950, mais sont devenues plus fréquentes dans les années 1980.

    Dans la majeure partie du nord du Nigeria, le gouvernement est peu présent et la loi est pratiquement inexistante. Ceux qui disposent d'une puissance de feu suffisante sont largement libres de se livrer à leur guise. Ils peuvent commettre des actes de banditisme ou des enlèvements contre rançon. Ils peuvent aussi attaquer des gens au nom du djihad.

    Entre 2009 et 2023, plus de 50 000 chrétiens ont été assassinés par des extrémistes musulmans au Nigeria, où plusieurs milliers de musulmans modérés ont également été tués.

    Les violences actuelles ont entraîné le déplacement d'environ 5 millions de chrétiens nigérians.

    Il est sans doute encore plus frappant de constater que près de 90 % des chrétiens tués pour leur foi dans le monde sont nigérians.

    En raison de la violence au Nigeria, "les martyrs sont plus nombreux à notre époque qu'aux premiers siècles", comme l'a déclaré le pape François en 2023.

    Pourtant, en 2021, le département d'État américain a retiré le Nigeria de la liste des "pays particulièrement préoccupants" pour violation de la liberté religieuse. Le Nigeria ne figure pas non plus sur la liste la plus récente.

    Il semble qu'il y ait un décalage, à moins que l'actuelle administration américaine ne souhaite déclarer que les attaques en cours au Nigeria n'ont rien à voir avec la religion.

    "Je reconnais que le changement climatique et l'explosion démographique font partie des causes des crises, mais ces réalités n'affectent pas seulement le Nigeria", déclare Mgr John B. Bakeni, évêque auxiliaire du diocèse catholique de Maiduguri, situé dans l'État de Borno, au nord-est du Nigeria, où les attentats sont fréquents.

    Le père Bakeni cite d'autres pays des régions du lac Tchad et du Sahel qui sont également touchés par le changement climatique et la croissance démographique. Mais en termes de violence, ces autres pays "ne vivent pas ce que vit le Nigeria", affirme-t-il.

    Lire la suite

  • RDC : nouvelles attaques de djihadistes dans l'est du pays où plus de 30 000 élèves ne peuvent aller à l'école en raison de l'insécurité

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    AFRIQUE/R.D. CONGO- Nouvelles attaques de djihadistes dans l'est du pays où plus de 30 000 élèves ne peuvent aller à l'école en raison de l'insécurité

    4 avril 2024  
     
    Kinshasa (Agence Fides) - Au moins 10 personnes ont été tuées et plusieurs bâtiments ont été incendiés à la suite d'une attaque menée par les rebelles ADF dans la nuit du 3 avril dans la commune rurale de Mangina, dans le territoire de Beni, dans la province du Nord-Kivu, à l'est de la République Démocratique du Congo (RDC).

    Parmi les structures prises d'assaut par les assaillants figure le centre de santé local, qui a été partiellement incendié, ainsi qu'une douzaine de maisons et de bâtiments commerciaux.

    Les villageois ne comprennent pas "comment les assaillants ont pu agir aussi facilement", dans une zone où des soldats congolais et ougandais sont présents. L'ADF (Allied Democratic Forces) est un groupe rebelle ougandais qui s'est longtemps implanté au Nord-Kivu et en Ituri, terrorisant les populations locales. En 2019, l'ADF a annoncé son affiliation à l'État islamique, accentuant sa connotation djihadiste (voir Fides 24/6/2023).

    La violence des ADF (aujourd'hui également connus sous le nom d'ISCAP, c'est-à-dire la province centrafricaine de l'État islamique) fait que près de trente mille élèves, dont onze mille filles, ne peuvent plus aller à l'école dans le territoire d'Irumu en Ituri et dans le secteur d'Eringeti au Nord-Kivu.

    Selon une enquête récemment menée par une équipe d'inspecteurs scolaires, soixante-dix-neuf écoles primaires et secondaires de ces zones ont été fermées en raison de l'insécurité. Certains bâtiments scolaires ont été incendiés par les rebelles.

    Fin mars, les habitants du village de Mamove dans le territoire de Beni (Nord-Kivu) ont rapporté que depuis octobre 2023, les ADF avaient tué plus de 80 personnes et enlevé 60 autres. Les rebelles opèrent également de plus en plus dans les banlieues de la ville de Beni ; selon des sources locales, entre le 1er et le 24 mars, plus de huit attaques ont visé la ville de Beni, en particulier la commune de Mulekera. Au cours de ces attaques, des dizaines de personnes ont été sauvagement tuées et de nombreuses autres ont disparu, tandis que divers biens matériels tels que des magasins de cacao, l'un des produits les plus prisés de la région, ont été pillés. (LM) (Agence Fides 4/4/2024)

  • Un évêque mozambicain dénonce l'oubli des violences antichrétiennes commises par les djihadistes

    IMPRIMER

    De Ngala Killian Chimtom sur Crux :

    Un évêque mozambicain met en garde contre l'ignorance des violences antichrétiennes commises par les djihadistes

    26 février 2024

    Un évêque mozambicain met en garde contre l'ignorance des violences antichrétiennes commises par les djihadistes.

    Face à l'escalade de la violence et à ce qu'il décrit comme un "exode de population" dû à une campagne djihadiste ciblant principalement les chrétiens, l'évêque catholique du nord du Mozambique avertit que le conflit meurtrier et la crise humanitaire risquent d'être ignorés alors que la communauté internationale se concentre sur d'autres points chauds tels que l'Ukraine et la bande de Gaza.

    "Le plus grand risque est que [les victimes] soient oubliées en raison d'autres guerres dans le monde", a déclaré l'évêque António Juliasse Ferreira Sandramo de Pemba, dans la province septentrionale de Cabo Delgado, au Mozambique.

    "Nous ne pouvons absolument rien faire", a déclaré Mgr Juliasse dans un récent message adressé à l'organisation caritative pontificale Aide à l'Église en détresse, précisant que dans son propre diocèse, des villages entiers ont été détruits, entraînant la fuite de milliers de personnes.

    Il a ajouté que des missionnaires se joignaient aux populations en fuite pour tenter de répondre à leurs besoins en exil.

    Selon l'Organisation internationale pour les migrations des Nations unies, une nouvelle flambée d'insurrection djihadiste à Cabo Delgado a déraciné au moins 14 000 personnes au cours des dernières semaines, dont de nombreux enfants fuyant la violence en bus, en canoë ou à pied. La plupart des violences ont été dirigées contre des cibles chrétiennes, dans un pays où le christianisme représente environ 60 % de la population.

    Juliasse a confirmé que la situation s'aggravait.

    "Les violences perpétrées dans ce district au cours des deux dernières semaines ont été telles qu'une douzaine de villages, dont certains très peuplés, ont été pris pour cible, avec la destruction de maisons et d'institutions", a-t-il déclaré. "Dans ces villages, toutes les chapelles chrétiennes ont été détruites.

    "Le point culminant a été l'attaque de Mazeze, le poste administratif du district de Chiúre, avec la destruction de nombreuses infrastructures publiques et sociales gérées par le gouvernement, ainsi que de notre mission, qui apportait un soutien social important aux habitants de la région", a ajouté Mgr Juliasse.

    L'évêque a parlé d'un "drame de la fuite" et d'un "véritable exode de la population", alors que les groupes armés continuent de frapper diverses communautés.

    "Les populations des villages déjà réduits en cendres fuient, tout comme les populations des villages qui risquent maintenant d'être attaqués. Beaucoup suivent un chemin dont on n'est sûr que du point de départ", a déclaré Mme Juliasse.

    "Ils partent à la recherche d'un lieu sûr. Je ne sais pas où ils le trouveront... peut-être, [simplement] le moins dangereux", a-t-il ajouté.

    L'évêque de 55 ans a noté que de nombreuses personnes fuient en portant "un baluchon sur la tête ou sur le seul vélo de la famille. C'est tout ce qui leur reste. La faim, la soif et la maladie ne tarderont certainement pas à arriver".

    Il a ajouté qu'ils fuyaient pour sauver leur vie, de peur de subir "le même sort que ceux qui ont été décapités et fusillés".

    L'ecclésiastique a décrit l'histoire d'une jeune mère, nièce d'un employé de la curie diocésaine, qui s'est enfuie en emportant son nouveau-né.

    "Entre la chaleur et la poussière, elle a bu l'eau qu'elle a trouvée, a eu des diarrhées et des vomissements et a succombé [à la maladie]. Le petit bébé s'est retrouvé sans mère, sans culpabilité et sans paix", a-t-il déclaré.

    Cette nouvelle vague d'attaques survient alors que les autorités mozambicaines, avec l'aide des troupes rwandaises et d'un contingent militaire de la Communauté de développement de l'Afrique australe, semblaient initialement avoir maîtrisé la situation. À la mi-décembre, l'armée mozambicaine a affirmé que 90 % du Cabo Delgado avaient été sécurisés, mais des analystes indépendants ont prévenu que les djihadistes n'avaient fait qu'opérer un repli tactique et qu'ils allaient riposter.

    Le président du Mozambique, Philippe Nyusi, a exprimé son inquiétude face à cette nouvelle vague d'attentats.

    "Il y a un nombre important de personnes qui se déplacent d'une région à l'autre et se plaignent du soutien dont elles bénéficient", a déclaré M. Nyusi à l'issue d'une réunion avec les commandants militaires du pays.

    "Les terroristes essaient de recruter dans cette province, c'est pourquoi nous voyons ces mouvements", a-t-il déclaré.

    Selon le HCR, au moins deux millions de personnes ont été contraintes de fuir leur domicile depuis que les combats ont éclaté dans la région en 2017. Au moins 5 000 personnes ont été tuées.

    La Commission européenne estime que quelque 3,5 millions de personnes sont désormais confrontées à la perspective d'une insécurité alimentaire aiguë dans le nord du Mozambique.

    Le 18 février, le pape François s'est exprimé sur la situation, offrant des paroles de réconfort à un peuple désespéré, souffrant et en fuite.

    "La violence contre les populations sans défense, la destruction des infrastructures et l'insécurité sévissent à nouveau dans la province de Cabo Delgado, au Mozambique, où la mission catholique de Notre-Dame d'Afrique à Mazezeze a également été incendiée ces derniers jours", a déclaré le pape François lors de la prière de l'Angélus.

    "Prions pour que la paix revienne dans cette région tourmentée", a-t-il ajouté. "N'oublions pas que la guerre est toujours une défaite : La guerre est toujours une défaite. Toujours", a-t-il ajouté.