Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cuba, la liberté - et les échecs du communisme

IMPRIMER

De Michael Warsaw sur le National Catholic Register :

Cuba, la liberté - et les échecs du communisme

Les expériences récentes de faim et d'épreuves ont réveillé le désir d'une liberté humaine authentique qui a été si régulièrement étouffée par le parti communiste cubain.

24 juillet 2021

Les manifestations de masse qui ont déferlé sur Cuba ces dernières semaines sont sans précédent pour une île-nation où un régime communiste autoritaire contrôle la parole - et presque toutes les autres facettes de la vie de ses citoyens - depuis plus de 60 ans.

Les manifestations spontanées et multiples ont été rapportées par de nombreux médias grand public comme étant le résultat de l'aggravation de la crise économique et sanitaire à Cuba. Mais ce n'est pas tout à fait exact.

Certes, le peuple cubain traverse une crise économique et sanitaire dévastatrice. Les taux d'inflation sont montés en flèche, tandis que la nourriture, le carburant et les médicaments font défaut. En outre, l'île a été durement touchée par une récente poussée de COVID-19, avec un nouveau pic de 6 199 cas quotidiens signalés à la mi-juillet.

Mais si le manque de réponse aux besoins matériels de base a pu servir de catalyseur immédiat aux manifestations de grande ampleur qui ont éclaté le 11 juillet, ne vous y trompez pas : le peuple cubain ne demande pas seulement du pain, il demande la liberté.

"Libertad" a été le cri de ralliement des manifestants, car les expériences les plus récentes de la faim et de la misère ont réveillé le désir d'une liberté humaine authentique qui a été si régulièrement étouffée par le parti communiste cubain. Le désir et le besoin de changement sont désormais plus forts que la peur des représailles. 

Nouvellement enhardis, les manifestants et les groupes dissidents réclament la fin du régime communiste imposé à Cuba par Fidel Castro et ses compagnons révolutionnaires en 1959. Pendant son règne, qui a pris fin il y a seulement dix ans, 141 000 Cubains ont été tués par leur propre gouvernement. Des millions d'autres ont fui leur pays. 

Près de 10 % de tous les Cubains, par exemple, vivent aux États-Unis. 

Ceux qui sont restés sur l'île ont connu des décennies de suppression brutale par le gouvernement de leurs libertés religieuses, politiques et économiques. Selon un rapport publié en 2021 par Human Rights Watch, les détentions arbitraires et le harcèlement des critiques du gouvernement continuent d'être répandus, tandis que le gouvernement contrôle tous les médias et limite sévèrement la liberté d'expression. La plupart des entreprises économiques cubaines appartiennent à l'État, et seuls les groupes favorisés par le gouvernement ont accès à de meilleurs logements, à des produits de luxe et à des salaires plus élevés.

Les catholiques et les autres croyants ont beaucoup souffert dans le Cuba communiste, officiellement athée jusqu'en 1992. Pendant cette période, les catholiques n'avaient pas le droit d'adhérer au parti au pouvoir - et donc de s'exprimer au sein du gouvernement. Des milliers d'églises, d'écoles et de séminaires catholiques ont été fermés de force. L'éducation religieuse est toujours très réglementée et ceux qui la reçoivent n'ont pas le droit d'obtenir de diplômes supérieurs.

Cette oppression et le courage du peuple cubain qui la combat aujourd'hui démontrent de manière convaincante ce qui a toujours été le cas et ce que l'Église a toujours enseigné : le communisme est une idéologie ratée, incompatible avec la nature humaine et opposée à l'épanouissement authentique de l'homme.

Enraciné dans le matérialisme athée, le communisme commence par une fausse compréhension du monde et de l'humanité. Il nie le besoin de l'homme pour Dieu, offrant l'État comme alternative totalitaire. Il supprime la liberté humaine, convaincu à tort que nos besoins sont avant tout matériels. Comme l'a dit saint Jean-Paul II lors de son célèbre discours de 1979 dans sa patrie, la Pologne, alors encore sous régime communiste, "L'exclusion du Christ de l'histoire de l'homme est un acte contre l'homme".

La véritable liberté ne se trouve pas dans la simple satisfaction de nos besoins matériels. Elle vient du fait de pouvoir vivre selon la manière dont Dieu nous a faits : rechercher la relation avec lui et employer les dons qu'il nous a donnés au service des autres dans le domaine social, politique et économique. 

Le régime cubain a prétendument fait des progrès dans ces domaines ces dernières années, par exemple en autorisant les citoyens à posséder de petites entreprises ou en permettant la construction de la première église depuis 1959. Mais ce ne sont pas les signes d'une conversion ; il s'agit clairement de surenchères pour maintenir le pouvoir et le contrôle. L'idéologie qui anime le parti au pouvoir, corrosive pour la liberté et l'épanouissement de l'homme, est toujours dominante. Cela a été révélé par la réponse totalitaire du gouvernement aux récentes manifestations. L'accès à Internet a été coupé dans toute l'île pour empêcher le partage d'informations. 

L'actuel président communiste de Cuba, Miguel Díaz-Canel, a appelé ses partisans à affronter violemment les manifestants dans les rues, et des décès ont été signalés. Le 18 juillet, le Wall Street Journal a rapporté que les défenseurs de la démocratie cubaine ont estimé le nombre d'arrestations à 5 000, tandis que "l'on ignore où se trouvent près de 200 personnes". Ce ne sont pas les actions d'un gouvernement soucieux de la dignité humaine et du bien commun, mais d'un gouvernement motivé uniquement par le pouvoir et l'auto-préservation.

Les catholiques sont appelés à aider les marginalisés et les opprimés, et nos frères et sœurs de Cuba font certainement partie de cette catégorie. Leur liberté de culte, de propriété et de participation à la société civile - tous des droits reconnus par l'enseignement social catholique - a été sévèrement restreinte. 

L'Église doit soutenir le peuple cubain.

Ce soutien peut et doit prendre la forme d'une aide humanitaire, mais il doit également aller au-delà de la satisfaction des besoins matériels. Après tout, reconnaître uniquement les conditions matérielles du peuple cubain reviendrait à fonctionner selon la même logique défectueuse que le régime. Nous devons plutôt répondre aux besoins légitimes et aux désirs de liberté exprimés par le peuple cubain. 

L'Église catholique a un rôle important à jouer dans cette situation. Le pape François a exprimé sa proximité avec le peuple cubain en ces temps difficiles et a appelé à la fois à la paix et à un dialogue visant à y construire une société plus juste. L'Église doit continuer à faire entendre sa voix en faveur de la liberté du peuple cubain en exerçant une pression publique continue et en menant des conversations diplomatiques à huis clos.

Lorsque saint Jean-Paul le Grand a visité Cuba en 1998, il a exhorté le peuple cubain à "prendre en main son destin". Ces dernières semaines, dans les rues de l'île, nous avons pu constater la volonté du peuple cubain de le faire. Mais ils ont besoin de notre soutien continu. 

Nous sommes en effet les gardiens de notre frère, non pas parce que l'État nous y oblige, mais parce que nous sommes mus par l'amour du Christ et son commandement d'aimer les autres. Notre foi nous pousse à être solidaires du peuple cubain, à œuvrer pour mettre fin à ses souffrances et à aider sa quête authentique de liberté et d'épanouissement. 

Que Notre Dame de la Charité, patronne de Cuba, se hâte de guider et de protéger son peuple.

Que Dieu vous bénisse.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel