Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La douteuse aventure de la synodalité

IMPRIMER

De Denis Crouan sur Pro Liturgia :

Lundi, 11 octobre 2021.

C’est au moment où, en Allemagne, l’Église catholique perd toute crédibilité en s’empêtrant dans la « synodalité » que le pape François lance, à Rome, un synode qui devra traiter de... la synodalité dans toute l’Église.

bergoglio168

On peut s’attendre à la publications de documents que personne ne lira et qui iront rejoindre une quantité d’autres documents qui jaunissent depuis des années dans les caves des palais épiscopaux.
Lancer l’Église sur les chemins de la « synodalité », c’est prendre le risque de voir un certain nombre de fidèles préférer s’engager sur des chemins de traverse au lieu de marcher sur la voie - certes étroite mais sûre - tracée par Jésus.

Lancer les fidèles sur les chemins de la « synodalité », c’est aussi prendre le risque de leur présenter l’Église une, sainte, catholique et apostolique comme un corset, comme une vieille institution sclérosée et handicapante. C’est, d’une certaine façon, ne plus voir que seule l’Église est capable d’élargir l’horizon des personnes qui lui font confiance. Mettre sa confiance dans l’Église est une expérience qu’une institution « synodalisée » - autrement dit, éclatée en multiples réseaux - risque de rendre impossible à plus ou moins brève échéance.

Une « Église synodale » (appelons-la comme on voudra) deviendra à coup sûr une Église de bureaucrates s’employant à parler savamment de diverses questions mais incapables de vivre de ce que propose l’Église depuis sa fondation, à savoir la vie sacramentelle.

Quiconque serait conquis par l’ « Église synodale » souhaitée par le pape François finira inévitablement par souhaiter la disparition du sacerdoce ministériel, ou du moins par vouloir que les évêques et les prêtres soit choisis démocratiquement parmi les fidèles en phase avec les idées élaborées au sein des structures synodales. Où irait l’Église si les prêtres, les évêques - ou le pape lui-même - devaient soumettre leur ministère aux applaudissements des majorités ? Jésus a-t-il demandé aux Apôtres de donner leur avis au sujet du sacrifice de sa vie qu’il allait accomplir ? Non. Sans sondages d’opinions, Jésus seul a choisi la croix.

C’est dans cette croix que se trouve le salut des hommes ; pas dans les synodes !

Commentaires

  • Je suis loin d'être toujours d'accord avec vous, en particulier quand il est question de la liturgie, mais ici je vous approuve sans réserve. Il n'y aura rien de bon à attendre de ce qui ne sera qu'un bavardage stérile.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel