Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Processus synodal : l'archevêque de Vaduz s'abstiendra

IMPRIMER

Archidiocèse de Vaduz -  Principauté de Liechtenstein

Mot de l'archevêque de Vaduz sur le « Processus synodal » dans l'Église

Le pape François a lancé un soi-disant « processus synodal », qui doit maintenant démarrer dans les différents diocèses. À cette fin, le Secrétariat du Synode romain des évêques a déjà publié un certain nombre de documents dans diverses langues accessibles sur Internet.

Je suis d'avis que dans notre petit archidiocèse, nous pouvons pour de bonnes raisons nous abstenir de mener une procédure aussi complexe et parfois même compliquée, qui dans notre partie du monde risque de devenir idéologiquement ramifiée.

D'une part, les relations étroites dans nos paroisses permettent un contact mutuel rapide et simple entre pasteurs et laïcs, de sorte qu'un échange spirituel et spirituel a toujours été et est possible. Tous ceux qui le souhaitent peuvent entrer en dialogue les uns avec les autres, s'écouter les uns les autres et maintenir une communication personnelle à travers des suggestions, des souhaits et des idées dans la vie quotidienne de l'église. Dans les conseils paroissiaux et ecclésiastiques, ainsi que dans les institutions scolaires, sociales et caritatives et dans les établissements d'enseignement, il existe des relations constantes entre les personnes intéressées, où une interaction responsable, pleine de tact et sensible peut avoir lieu.

D'autre part, il est déjà vrai que des consultations ont lieu à différents niveaux, à savoir également au niveau diocésain, bien qu'à l'heure actuelle « liée à Corona » tout ne soit pas possible à travers des rencontres personnelles. D'autre part, toute personne qui souhaite soumettre par écrit des souhaits, des préoccupations et des suggestions pour façonner la vie de l'Église dans notre diocèse peut toujours le faire et contacter directement l'archevêque ou le vicariat général. Dans le « Vade-mecum pour le Synode sur la Synodalité » en tant que manuel officiel pour les délibérations dans les églises locales, la tâche principale de l'évêque est d'écouter, pas de grandes discussions et de longs débats. Il devrait être à l'écoute de ce que le Saint-Esprit veut nous dire. Cette écoute suppose notre prière pour le don spirituel du discernement.

15 octobre 2021

Wolfgang Haas

archevêque de Vaduz

Sur le Forum Catholique, un participant renvoie à ce passage des mémoires du Père Louis Bouyer :

Après ces diverses expériences, on comprendra que je n'aie plus gardé grand-chose de mes enthousiasmes juvéniles pour la « conciliarité » en général, et moins encore à l'égard de cette conciliarité de poche qu'on appelle aujourd'hui, abusivement, « collégialité », où, en fait, quelques malins tirent régulièrement les ficelles derrière de braves gogos, qui s'imaginent après cela avoir pris des décisions que d'autres ont prises à leur place, mais sous leur responsabilité.

Louis Bouyer Mémoires Cerf 2014 page 204

Commentaires

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel