Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les belles victoires récentes pour la vie des enfants à naître

IMPRIMER

De gènéthique.org :

Marche pour la vie : les belles victoires récentes pour la vie des enfants à naître

17 Jan, 2022

La Marche pour la vie se tenait le 16 janvier à Paris pour sa quinzième édition. « Arrêtez d’emmerder les embryons », « Euthanasie, serment d’hypocrite », « C’est mon corps, pas ton choix »… près de 20 000 participants selon les organisateurs ont défilé avec ces messages. Parmi les discours prononcés sur le podium, Gènéthique reproduit ici celui de Nicolas Bauer, chercheur associé à l’ECLJ [1] et expert Gènéthique.

« Devant l’avancée de la culture de mort en France, la tentation est parfois celle de baisser les bras. Une manière de se motiver à continuer le combat est de voir les belles victoires récentes qui sont remportées, à l’international, pour la vie des enfants à naître. Je vous propose un petit tour d’horizon de ces victoires.

  • « Déclaration de consensus de Genève » (2020)

35 Etats ont signé une déclaration internationale, rappelant qu’il n’existe aucun droit à l’avortement et que les enfants doivent bénéficier d’une protection spéciale avant la naissance. Ces Etats sont des 5 continents et représentent 20% de la population mondiale. Cette déclaration est exceptionnelle sur le plan géopolitique (cf. Déclaration de Consensus de Genève : le Guatemala contre l’avortement).

  • Jugement du Tribunal constitutionnel polonais (2020)

En Pologne, le Tribunal constitutionnel a aboli l’avortement eugénique (cf. Pologne : l’avortement eugénique n’est pas conforme à la constitution). Il y avait auparavant 1000 à 2000 avortements ciblant des enfants malades ou handicapés, principalement des enfants porteurs de trisomie 21. La Pologne a mis fin à cette pratique. Elle a reconnu que ces enfants avaient la même dignité et les mêmes droits que les autres.

  • Défense des droits des enfants handicapés à l’ONU (2021)

Le Comité des droits des personnes handicapées des Nations unies a recommandé à la France de mettre fin au dépistage prénatal systématique de la trisomie 21 (cf. Les Nations Unies reprochent à la France sa politique de dépistage prénatal de la trisomie 21). Il a considéré que cette pratique menait à la dévalorisation des personnes trisomiques et à des stéréotypes négatifs en France. Ce Comité de l’ONU a jugé que « les lois qui autorisent explicitement l’avortement en raison d’un handicap violent la Convention des droits des personnes handicapées » (2018).

  • Victoires dans plusieurs pays d’Amérique latine (2021)

Au Salvador : une procédure devant une juridiction internationale visait la dépénalisation de l’avortement et de l’infanticide ; après 10 ans de bras de fer, cette procédure n’a pas abouti (cf. Manuela c. Salvador : contre l’instrumentalisation, les faits). Au Chili, une majorité de députés a rejeté la loi dépénalisant l’avortement (cf. Chili : les députés rejettent la dépénalisation de l’avortement). Enfin, au Honduras, une réforme constitutionnelle a gravé dans le marbre la protection de tous les enfants à naître (cf. Le Honduras ancre l’interdiction de l’IVG et du mariage homosexuel dans sa Constitution).

  • Futur jugement de la Cour suprême des États-Unis

En 2022, la Cour suprême tranchera une affaire d’avortement (cf. Etats-Unis : L’avortement devant la Cour suprême). Dans son histoire, cette Cour était revenue sur ses décisions concernant l’esclavage, l’eugénisme ou encore la ségrégation. Il se pourrait cette année qu’elle revienne sur ses précédentes décisions sur l’avortement. Cela permettrait aux Etats des Etats-Unis de protéger la vie des enfants à naître (cf. Avortement au Texas : la Cour suprême laisse la loi en vigueur).

Toutes ces victoires sont obtenues grâce à la détermination de militants pro-vie, qui n’ont jamais pensé que le combat était perdu.

En France aussi, c’est notre détermination, aujourd’hui, à la Marche pour la vie, qui aboutira au rejet de la loi Gaillot la semaine prochaine (cf. L’avortement : une priorité de fin de mandat ?). C’est notre détermination qui encouragera certains candidats à la présidentielle à prendre des engagements concrets sur la vie.

Ne pensons donc jamais que notre combat est perdu. Comme disait Jérôme Lejeune, ‘Ne lâchons jamais sur la question de la Vie, car elle commande toutes les autres’ ».

------------

[1] European Center for Law and Justice

Commentaires

  • Depuis environ 1970 nous , les médecins pour la vie avons semé dans la douleur la parole de la vérité biologique sur le caractère d'individu humain de l'embryon et du foetus humains. Ce sous l'égide du professeur Jérôme Lejeune.
    Puissent nos successeurs récolter cette protection dans la joie.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel