Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

S'enraciner en Dieu

IMPRIMER

Un éditorial d'Aymeric Pourbaix sur le site de France Catholique :

Enracinés en Dieu

8 juin 2022

Pour une partie de nos concitoyens, être catholique au XXIe siècle, c’est forcément être rétrograde, réduit à plus ou moins brève échéance à l’état de pièce de musée, si belle soit-elle. Bref, de l’histoire ancienne.

Mais est-ce si sûr ? À vues humaines, et à ne regarder que les chiffres – des inscriptions au catéchisme, des vocations, etc. –, la cause semble entendue. Certes, pendant quelques années, le catholicisme restera la référence et le creuset historique d’une majorité de Français. Mais au-delà ? Faut-il donner raison à Houellebecq ou à Mélenchon (!) ? Le premier imaginait dans Soumission une France qui se convertirait à l’islam par facilité ; et le second est prêt à flatter le communautarisme musulman pour se maintenir en selle…

Compter avec le Saint-Esprit

Question plus angoissante encore pour les fidèles : que fait le Saint-Esprit ? A-t-il abandonné notre vieille terre de chrétienté, pour se tourner vers des continents plus prometteurs ? On pense au Vietnam, aux vocations sacerdotales florissantes. Ou à la Chine communiste : malgré les résistances du régime, les chrétiens y sont fervents et ont le vent en poupe, car ils incarnent un idéal de liberté (cf. p. 10-16).

Sauf que… ce serait compter sans le Saint-Esprit, justement, cette puissance divine qui anime l’Église depuis les origines, et la renouvelle sans cesse ! On connaît le mot du cardinal Consalvi à Bonaparte menaçant de détruire l’Église, lors des discussions sur le Concordat de 1801  : «  Vous n’y parviendrez pas : voilà dix-neuf siècles que nous autres, hommes d’Église, n’y sommes pas parvenus !...  » La force du catholicisme réside non dans le génie et la vertu de ses fidèles, même s’ils existent – ce sont les saints… Mais on pourra toujours opposer les turpitudes et les défaillances des autres.

Non, sa force réside d’abord en ce qu’elle n’est pas une institution purement humaine. Elle est sainte. Une, sainte, catholique et apostolique, comme il est dit chaque dimanche dans le Credo. Et on pourrait ajouter «  romaine  »… Car l’existence d’une papauté, par exemple, apparaît aujourd’hui clairement comme un gage d’unité face aux déchirements des orthodoxes au sujet de l’Ukraine.

En ces temps qui sont difficiles – inutile de le nier – il faut donc s’accrocher de toutes ses forces à cette dimension surnaturelle. La seule qui ne soit pas susceptible de corruption. La seule aussi qui permette de rester fidèle, dans l’obéissance et la clairvoyance, ouvrant à une fécondité réelle, durable, en dépit ou grâce aux persécutions – internes et externes – qui n’ont pas manqué depuis l’origine. La seule enfin qui, au prix de la Croix, régénère l’Église et les âmes.

Pour cela, il faut nous enraciner en Dieu, conseille le dernier numéro de la revue Carmel«  C’est en haut qu’il faut chercher ce qui sauve du naufrage  », affirme ainsi Rémi Brague dans Les ancres du Ciel. Ces racines célestes ont en effet l’avantage de nous projeter vers l’avenir – le retour du Christ en gloire –, même si nous vivons aujourd’hui dans l’obscurité de la foi.

Cela n’empêche pas non plus d’être enracinés aussi dans une terre, comme le Christ à Nazareth au cours de sa vie cachée, remarque pour sa part le philosophe Martin Steffens. Qui ajoute : «  le terreau des martyrs  » est ce qui peut, mystérieusement, «  nous redonner des racines  ».

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel