Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le bien a triomphé : le Christ est ressuscité !

IMPRIMER

D'Angelo Comastri sur la Nuova Bussola Quotidiana :

Le bien a triomphé : Le Christ est ressuscité !

04-04-2021

La Résurrection est l'événement qui nous assure que la vie humaine est en marche vers une autre vie : en marche vers la Terre Promise ! Aujourd'hui, nous sommes comme sur un pont : nous ne pouvons pas construire notre maison sur le pont, nous ne pouvons pas tout baser sur aujourd'hui, mais nous devons vivre en faisant route, nous devons vivre en nous réchauffant avec l'espérance de l'attente. Sans la Résurrection du Christ, il n'est pas possible d'expliquer ce qui s'est passé autour du Christ et après le Christ.

Resurrection of Christ, Raffaello

Résurrection du Christ, Raphaël

La Résurrection de Jésus est le cœur de l'annonce chrétienne. Saint Paul, écrivant aux chrétiens de Corinthe, souligne que c'est la nouvelle qui lui a été transmise et qu'il la transmet fidèlement aux différentes communautés : "En effet, je vous ai transmis avant tout ce que j'ai reçu moi aussi : que le Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures, qu'il a été mis au tombeau, qu'il est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures, et qu'il a été vu par Céphas, puis par les Douze" (1 Co 15, 3-5). Cette nouvelle est tellement importante et décisive que saint Paul va jusqu'à s'exclamer : "Si le Christ n'est pas ressuscité, notre prédication est vide, et votre foi aussi est vide. Nous sommes donc de faux témoins de Dieu, puisque nous avons témoigné contre Dieu qu'il a ressuscité le Christ" (1 Co 15, 14-15).

"Le Christ est ressuscité !" Cette joyeuse nouvelle se transmet de génération en génération et est renforcée par le témoignage des martyrs et des saints ; et partout où elle nous parvient, elle allume l'espérance et confirme l'attente d'un monde nouveau.
Oui, aujourd'hui, nous le disons devant le monde, nous le crions devant notre conscience, qui est tentée de revenir à la méfiance : Le Christ est ressuscité !

La vérité qui soutient tout, le pilier qui donne de la stabilité à toute l'immense voûte de l'histoire humaine est une annonce joyeuse : le monde s'achemine vers une destination de bonheur, qui est au-delà et au-dessus de toute notre imagination.
"Le plus horrible blasphème qui se soit jamais échappé des lèvres humaines", écrivait Paul Claudel, "est le suivant : la vérité est peut-être triste !". Cette affirmation douteuse est d'Ernest Renan, et Claudel fait mouche quand il dit que c'est un blasphème horrible.
Non ! Nous croyons exactement le contraire de ce que dit Renan : la vérité est joyeuse, parce que la vérité ultime est la Résurrection.
La foi en la Résurrection nous engage à aimer la vie, à croire en la vie, à défendre le sens de la vie, à remplir toute vie de joie.

Mais comment la Résurrection du Christ s'est-elle produite ? Comment s'est déroulé cet événement extraordinaire, qui a initié toute l'aventure du christianisme ?
Tout s'est passé dans le style que le Christ avait inauguré à Bethléem : la Résurrection n'a pas explosé comme une bombe assourdissante, mais s'est épanouie silencieusement comme une splendide fleur de printemps. Pourquoi ?
Parce que Dieu n'aime pas les clameurs et ne cherche pas de vengeance insensée : Dieu est Dieu, Dieu n'est pas un homme !

Le prophète Osée nous le rappelle dans des paroles qui sont une invitation claire à rejeter toute mesure humaine lorsqu'on s'approche des actes de Dieu : " Mon peuple est difficile à convertir : appelé à regarder, nul ne peut lever son regard. Comment puis-je t'abandonner, Ephraïm, comment puis-je te livrer à d'autres, Israël ? [...] Mon cœur est ému au-dedans de moi [...]. Je ne donnerai pas libre cours à l'ardeur de ma colère [...] car je suis Dieu et non un homme " (Os 11, 7-9).

Cependant, un fait s'impose objectivement à la réflexion honnête de toute personne ouverte à la vérité : le fait est le suivant.
Soudain, un groupe d'hommes effrayés (à l'heure de la Passion, ils avaient tous fui et le chef du groupe avait même répudié le Maître) se transforme en une poignée d'hommes courageux, prêts à affronter même la mort.
Pourquoi ? Rien n'arrive sans cause ! Quelle est donc la cause de cette transformation ?

Les apôtres disent avoir vu Jésus ressuscité. Ces hommes se sont-ils trompés eux-mêmes ? S'agissait-il d'une hallucination collective ?
Non ! Tout le monde s'accorde à dire qu'il est impossible d'avoir une hallucination collective qui dure des années et qui ne tombe pas, même sous le coup de la persécution et du martyre.
Le comportement humain suit des constantes : si, dans ce cas, on accepte l'explication de l'hallucination, on doit aussi admettre que l'histoire humaine ne suit aucune loi et aucune constante.
D'autres s'interrogent encore : est-il possible qu'un groupe de Juifs, strictement monothéistes, puisse soudain s'agenouiller devant un homme qui se proclame Fils de Dieu et meurt sur la Croix, l'échafaud des esclaves ?

Quelque chose a dû se passer, quelque chose a dû s'imposer à la "raison" de ces hommes, sinon nous nous trouverions, une fois de plus, devant un comportement inexplicable et absurde.
Mais il y a une explication : c'est la Résurrection de Jésus !
En effet, la foi en la Résurrection ne peut s'expliquer que par le fait de la Résurrection.

Nous pouvons ajouter une réflexion supplémentaire. Si, de façon absurde, la Résurrection de Jésus était une "fausse histoire", nous devons nous demander : est-il possible que d'une fausse histoire naisse le plus grand mouvement idéal connu de l'histoire et que s'épanouisse le patrimoine de pensée dans lequel le monde puise inlassablement depuis deux millénaires ?
Est-il possible qu'une "fausse histoire" puisse donner lieu à l'éclosion de croyants très raisonnables tels que Léonard de Vinci, Galilée, Johannes Kepler, Isaac Newton, Blaise Pascal, Max Plank, Alessandro Volta, L. Pasteur, E.M. Ampère et Guglielmo Marconi ?
Ces personnes, rationnelles dans tous les domaines, ne seraient-elles devenues irrationnelles que dans la foi ? Honnêtement, nous reconnaissons une conclusion qui s'impose à la raison : sans la Résurrection du Christ, il n'est pas possible d'expliquer ce qui s'est passé autour du Christ et après le Christ.

Mais qu'est-ce que la Résurrection ? Et quelle lumière apporte-t-elle à la recherche du sens de notre vie ?
La Résurrection est l'événement qui nous assure que la vie humaine est en marche vers une autre vie : en marche vers la Terre Promise !
Comme il est important de le savoir ! Si cela est vrai, nous sommes aujourd'hui comme sur un pont : nous ne pouvons pas construire notre maison sur le pont, nous ne pouvons pas tout baser sur aujourd'hui, mais nous devons vivre en voyageant, nous devons vivre en nous réchauffant avec l'espérance de l'attente.

La résurrection de Jésus est un événement qui nous rappelle que même le corps humain sera sauvé. En d'autres termes : la présence de Dieu, qui aujourd'hui guérit le centre intérieur de notre personne, embrassera un jour aussi le corps et brillera sur le visage de tous ceux qui ont accepté l'Amour de Dieu.
Alors combien nous devons respecter notre corps ! Combien nous devons lutter, même ici-bas, pour que le corps soit libéré du poids de l'égoïsme et devienne, aujourd'hui encore, le reflet du Mystère qui est présent dans notre cœur ! Combien nous devons nous efforcer de transmettre aux autres la conscience de la dignité du corps humain, car il est destiné à la Résurrection !

Une dernière question demeure. Cet avenir promis par Dieu, cette Résurrection de Jésus qui anticipe l'avenir du monde, cette Résurrection que nous attendons... quel rapport a-t-il avec le présent que nous vivons ?
Entre le présent et l'avenir éternel, il y a le même rapport qu'entre la graine et l'épi, entre la pousse et la plante.
Et, puisque Dieu est Amour et que le Paradis est l'existence humaine libérée de toute distance par rapport à Dieu, nous pouvons dire avec certitude que la future Résurrection sera en relation avec la mesure de charité que nous réalisons dans la vie actuelle.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel