Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Au rythme de l'année liturgique

  • Le pape François célèbre la messe dans le rite congolais : « La paix commence avec nous »

    IMPRIMER

    Lu sur le « national catholic register » :

    « Au milieu de chants, d'applaudissements et de danses sur de la musique congolaise traditionnelle, le pape François a célébré ce dimanche l'utilisation au Zaïre de la forme ordinaire du rite romain dans la basilique Saint-Pierre.

    Le pape a commencé son homélie le 3 juillet par le mot esengo , qui signifie « joie » en lingala, le créole d'origine bantoue parlé dans certaines parties de la République démocratique du Congo et par plus de 40 millions de locuteurs à travers l'Afrique centrale.

    Le pape François a célébré la messe pour la communauté congolaise de Rome le jour où il devait offrir la messe à Kinshasa avant que son voyage en Afrique ne soit annulé à la demande de ses médecins.

    Le pape, dont la mobilité a été limitée en raison d'une blessure au genou, est resté assis tout au long de la messe. François a présidé la liturgie de la Parole et a prononcé l'homélie. Mgr Richard Gallagher a offert la Liturgie de l'Eucharistie.

    "Aujourd'hui, chers frères et sœurs, prions pour la paix et la réconciliation dans votre patrie, dans la République démocratique du Congo blessée et exploitée", a déclaré le pape François.

    « Nous nous joignons aux messes célébrées dans le pays selon cette intention et prions pour que les chrétiens soient des témoins de paix, capables de surmonter tout sentiment de ressentiment, tout sentiment de vengeance, de surmonter la tentation que la réconciliation n'est pas possible, tout attachement malsain à leur propre groupe qui conduit à mépriser les autres.

    Le pape a souligné que le Seigneur appelle tous les chrétiens à être des "ambassadeurs de la paix".

    La République démocratique du Congo a connu une vague de violence ces dernières années. On pense que des dizaines de groupes armés opèrent dans la région orientale de la RD Congo malgré la présence de plus de 16 000 casques bleus de l'ONU. Les évêques catholiques locaux ont appelé à plusieurs reprises à la fin de l'effusion de sang.

    "Frère, soeur, la paix commence par nous", a déclaré le pape François.

    "Si vous vivez dans sa paix, Jésus arrive, et votre famille, votre société change. Ils changent si votre cœur n'est pas en guerre en premier lieu ; il n'est pas armé de ressentiment et de colère ; il n'est pas divisé ; il n'est pas double ; ce n'est pas faux. Mettre la paix et l'ordre dans son cœur, désamorcer la cupidité, éteindre la haine et le ressentiment, fuir la corruption, fuir la tricherie et la ruse : c'est là que commence la paix.

    La paix devait être un thème clé du voyage annulé du Pape en Afrique. Le pape François prévoyait de passer du 2 au 5 juillet dans les villes congolaises de Kinshasa et Goma et du 5 au 7 juillet dans la capitale sud-soudanaise Juba.

    Après que le Vatican a annoncé que le voyage était reporté en raison du traitement médical en cours pour la douleur au genou du pape, le pape Franics a déclaré le 13 juin : « Nous amènerons Kinshasa à Saint-Pierre, et là nous célébrerons avec tous les Congolais à Rome, il y en a beaucoup. »

    Environ 2 000 personnes étaient présentes à la messe inculturée dans la basilique Saint-Pierre le premier dimanche de juillet.

    Des femmes vêtues de robes traditionnelles aux couleurs vives ont chanté et dansé en priant le Gloria. Les gens ont applaudi et crié alors que l'archevêque Gallagher encensait l'autel principal.

    Les cadeaux ont été apportés à l'autel dans une procession dansante. Les sœurs religieuses sur les bancs se sont déplacées d'un côté à l'autre au rythme de la musique.

    A la fin de la messe, le pape François a salué quelques membres de la communauté congolaise locale depuis son fauteuil roulant.

    « Que le Seigneur nous aide à être missionnaires aujourd'hui, en compagnie de frère et sœur ; ayant sur ses lèvres la paix et la proximité de Dieu ; portant dans le cœur la douceur et la bonté de Jésus, l'Agneau qui enlève les péchés du monde », a déclaré le Pape.

    L'utilisation au Zaïre de la forme ordinaire du rite romain est une messe inculturée formellement approuvée en 1988 pour les diocèses de ce qui était alors connu sous le nom de République du Zaïre, aujourd'hui République démocratique du Congo.

    Seule célébration eucharistique inculturée approuvée après le Concile Vatican II, elle s'est développée suite à un appel à l'adaptation de la liturgie dans Sacrosanctum Concilium , Constitution de Vatican II sur la Sainte Liturgie.

    Dans un message vidéo en 2020, le pape François a déclaré : "L'expérience du rite congolais de la célébration de la messe peut servir d'exemple et de modèle pour d'autres cultures".

    Très bien.  Ayant vécu et participé à bien des messes au Congo, je comprends la signification du rite « zaïrois », forme locale du rite romain qui comporte, avec l’usage abondant des encensoirs, des gestes processionnaux sacralisés en cadence, l’invocation eschatologique des ancêtres basantu, l’aspersion d'eau bénite, la préparation pénitentielle et le rite de paix (réconciliation) placés à la fin de la messe des catéchumènes, juste avant l'offertoire et, autre caractéristique de la foi d’un monde spontané, un dialogue vigoureux de la parole entre célébrants et fidèles, comme au temps de saint Augustin en Afrique du Nord…et sans oublier les chants latins restés populaires dans la culture héritée des missionnaires (voir ici les gamins devant la cathédrale Notre-Dame de la Paix à Bukavu :)

    Mais alors je ne comprends pas pourquoi le pape actuel refuse d’accepter dans nos régions des formes rituelles issues de la tradition qui font partie du patrimoine tridentin occidental : a fortiori lorsqu’on ne lui conteste nullement la légitimité, en soi, du rite conciliaire de 1970. La querelle obstinée que soulève à cet égard le pape François -là où, c'est un fait, son prédécesseur ne voyait aucune difficulté à l’idée à faire coexister deux rites-  me semble un mystère…

    JPSC

  • C’est Jésus, le Seigneur, qui est le prince de la paix (14ème dimanche du temps ordinaire)

    IMPRIMER

    Une homélie de l'abbé Christophe Cossement publiée sur son blog :

    C’est de Dieu que vient la paix

    homélie du 14e dimanche C, 3 juillet 2022

    Notre cœur, qui est fait à l’image de Dieu, cherche la paix. Même un monde coupé de Dieu cherche la paix, dans le « vivre-ensemble » et dans un certain accord entre les nations. Mais c’est souvent une paix sans but, ou avec un but purement matérialiste : la paix pour pouvoir jouir sans crainte des biens de la terre et de toutes les possibilités de la société de consommation. C’est une paix qui ne conduit nulle part et qui est toujours menacée. Pire encore, c’est une paix à laquelle on sacrifie la vérité et pour laquelle on est prêt à accepter beaucoup d’injustices. On se donne bonne conscience à coup de slogans, comme on en est abreuvés continuellement. On parle de sauvegarder notre pouvoir d’achat, qu’importe ce qui arrive aux jeunes des pays du Tiers Monde… On ne se souciera d’eux que lorsqu’ils deviennent des migrants… qu’importe ce qui arrive aux bébés tués légalement dans le sein de leur mère, pourvu que chacun puisse décider ce qu’il veut ! Parce qu’au fond de nous quelque chose refuse ce genre de paix, il nous faut nous demander : d’où nous vient la paix ? Qui peut donner la paix ? Pourquoi la paix est-elle désirable ?

    L’Écriture nous présente la paix comme une œuvre de Dieu. Il dirige cette paix vers Jérusalem, c’est-à-dire la ville de Dieu, c’est-à-dire l’Église. Dieu dirige sa paix vers son Église, et elle en jouit lorsqu’elle laisse Dieu habiter dans ses pensées, ses décisions. La vie de foi de l’Église est un réservoir de paix pour le monde entier. Enseignés par l’Église, notre cœur est dans la paix, car nous savons qui nous sommes : des enfants de Dieu ; et où nous allons : vers le bonheur éternel.

    Cette paix ne vient pas dans un monde blessé par le mal seulement comme une pluie sur un sol craquelé par la sécheresse. Il en a coûté à Dieu de nous apporter cette paix, car elle concerne des cœurs qui ont choisi de se fermer à la paix et à la vérité. Ainsi, cette paix fut gagnée par le Seigneur mis en croix. C’est là qu’il acquiert ses lettres de noblesse, là que nous découvrons la profondeur étonnante de son être et de son action, là que se réalise le souhait des anges à la crèche : « gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime ». Sur la croix, dans ce que nous appellerions la déchéance de la souffrance, Jésus montre qu’il est Seigneur et il réalise sa souveraineté sur les forces du mal. Là, le diable est défait, la paix a gagné. Cette semaine, dans la lecture de l’Évangile, nous avons découvert que Jésus montre qu’il est Seigneur en relevant le paralytique dont il voulait pardonner les péchés. Saint Paul rappelle qu’il est Seigneur en mourant sur la croix et en se laissant ressusciter par son Père. Les premiers chrétiens ont tenu terriblement à cela : c’est Jésus qui est le Seigneur, et pas l’empereur ou telle ou telle divinité dont vous attendez la paix civile et la prospérité. Ils ont affirmé contre vents et marées, au péril de leur vie, que le Seigneur c’est Jésus crucifié et ressuscité, c’est lui et personne d’autre qui mérite nos hommages, car c’est lui qui nous donne la paix. Nous avons fêté cette semaine tous ces martyrs des premières décennies du christianisme qui ont préféré qu’on les tue plutôt que de mettre leur foi en sourdine ; notre foi repose sur le témoignage qu’ils ont rendu au Christ en donnant leur vie comme lui.

    Maintenant nous ne sommes plus contraints de rendre un culte à l’empereur ou aux divinités romaines. Mais cela est redevenu difficile et risqué de redire : c’est Jésus qui est le Seigneur, le prince de la paix. Nous nous sentons à nouveau comme ceux qui pleuraient sur Jérusalem en la voyant perdre la paix. Nous nous sentons comme des brebis envoyées au milieu des loups. Mais c’est le moment de rendre témoignage dans notre monde qui parade de nouvelles divinités dont il attend le bonheur mais qui lui ôtent la vie : notre monde qui porte l’avortement comme un signe de salut ; notre monde qui divinise la liberté d’expression au point de la laisser écraser la famille sous toutes sortes de tentations et de diktats rabâchés par la TV, les séries, etc. Notre monde qui se plaît à désorienter les jeunes en leur faisant croire qu’il n’y a rien qui a de la valeur sinon de faire ce qui nous plaît, c’est-à-dire succomber aux ténèbres qui nous inspirent obstinément.

    Et nous, nous venons dire : Jésus est le Seigneur ! La vie que Dieu nous donne a une valeur immense, et nous la développons si nous mettons l’évangile en pratique, tandis que nous la perdons si nous l’ignorons.

    Cette paix ne se trouve pas dans des livres. Elle est annoncée par les envoyés de Dieu. Que l’Esprit Saint suscite toutes sortes d’envoyés pour aujourd’hui ! À commencer par les futurs prêtres dont notre Église a tant besoin pour rayonner de la paix de Dieu. Je confie cela à votre prière.

  • La moisson est abondante...

    IMPRIMER

    Dimanche 3 Juillet
    Quatorzième dimanche du temps ordinaire 

    L’Homélie sur la Moisson Abondante de Saint Jean Chrysostome « Quand l'agriculteur sort de chez lui pour aller faire la moisson » (source) : 

    « Quand l'agriculteur sort de chez lui pour aller faire la moisson, il déborde de joie et resplendit de bonheur. Il n'envisage ni les peines ni les difficultés qu'il pourra rencontrer. Ayant en tête la moisson qui va lui revenir, il court, il se hâte de faire la récolte annuelle. Absolument rien ne peut le retenir, l'empêcher ou le faire douter de l'avenir : ni pluie, ni grêle, ni sécheresse, ni légions de sauterelles malfaisantes. Ceux qui s'apprêtent à moissonner ne connaissent pas ces inquiétudes, si bien qu'ils se mettent au travail en dansant et en bondissant de joie. Vous devez être comme eux et aller par toute la terre avec une joie beaucoup plus grande encore. C'est la moisson qui l'emporte. La moisson que vous avez à faire est très facile, elle vous attend sur des champs tout préparés. Le seul effort qui vous est demandé est de parler. Prêtez-moi votre langue, dit le Christ, et vous verrez le grain mûr entrer dans les greniers du roi. C'est pourquoi il envoie ses disciples en disant : « Moi, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde » (Mt 28,20). C'est lui qui rendait faciles les choses difficiles. Les apôtres réalisaient d'une manière visible la parole du prophète : « Moi, je marcherai devant toi et j'aplanirai les hauteurs » (Is 45,2). Le Christ marchait devant eux, et il rendait la route facile. Amen. » 

    Saint Jean Chrysostome (345-407)

    Jean-Chrysostome.jpg

  • Les conseils inspirés du cardinal Barbarin aux nouveaux prêtres de Saint-Martin

    IMPRIMER

    Lu sur le site web de l’hebdomadaire « Famille chrétienne », un article à méditer en ces journées traditionnelles d’ordinations sacerdotales au sein de l’Eglise catholique :

    «La messIMG_0732-scaled.jpge des ordinations sacerdotales de la Communauté Saint-Martin était célébrée par le cardinal Philippe Barbarin dimanche 25 juin 2022 à Evron. Retrouvez le message que le prélat leur a adressé pendant son homélie.

    Ils étaient cette année 14 membres de la communauté Saint-Martin à être ordonnés prêtres, dimanche 25 juin, dans la basilique d’Evron, au lendemain des ordinations diaconales. Présidant la messe, le cardinal Barbarin a adressé à ces nouveaux prêtres plusieurs conseils dans son homélie en s’inspirant des lectures. Notamment du passage de l’Evangile du recouvrement de Jésus au Temple (Lc, 2) et du chapitre 61 du livre d’Isaïe.

    Il les a invités à ne pas oublier de « tressailler de joie » et de « rendre de grâce » dans leur vie sacerdotale à l’exemple du prophète, mais aussi à suivre cette première parole de Jésus dans l’Evangile : « Ne savez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père ? » C’est dans ce lieu, le Temple Saint, que le Seigneur les attend avant tout, pour façonner leur cœur et « poursuivre son travail » en eux chaque jour après leur ordination.

    (cf. vidéo de 35:37 à 38:43). 

    À lire aussi:

    « La communauté Saint-Martin s’implantera bien au Mont Saint-Michel »

    L'homélie du cardinal Philippe Barbarin

    « Mes frères très chers, chers frères et sœurs,

    dans l’Evangile de Saint Luc, au début et à la fin il y a deux personnes qui quittent Jérusalem, dans le trouble. On connaît bien les disciples d’Emmaüs, on sent leur trouble, comme on voit dans l’Evangile qui vient d’être proclamé le trouble de la Vierge Marie et de Joseph. « Ton père et moi, nous te cherchions ! » - C’est la seule fois d’ailleurs où l’on entend la Vierge Marie dire « Ton père et moi » - ; « Pourquoi nous as-tu fait cela ? » Et ils découvrent Jésus, dans un cas comme dans l’autre, dans le temple. Le temple du pain partagé à l’auberge d’Emmaüs ou le temple où il était avec les docteurs de la loi.

    Souvent dans les tableaux, on nous représente Jésus qui enseigne les docteurs de la loi, mais ce n’est pas ce que dit le texte. Le texte dit qu’il était là, et qu’il les écoutait ; « Shema Israël ». Le juif, le chrétien, est d’abord quelqu’un qui écoute une parole qui le dépasse, qui pose ses questions, et puis qui répond quand on l’interroge. Il était là, donc, il leur posait des questions, il les écoutait, et « tous ceux qui l’entendaient étaient extasiés de son intelligence et de ses réponses ». Il y a un saisissement chez sa maman, sa maman « gardait dans son cœur tous ces événements ». Je pense aux mamans des ordinands : c’est un grand jour pour elles aussi, qui fait sans doute remonter dans leur cœur ce qu’il s’est passé, ce que parfois elles n’ont pas compris dans le chemin de leur enfant, tout ce qu’elles ont essayé de donner, avec amour, tendresse, affection, intelligence, de tout leur cœur, les choses qui les ont ou perturbées ou étonnées, ou laissées avec une question… Le mystère d’une personne toujours nous dépasse.

    Cette scène est un beau dialogue qui n’est pas que pour les mamans mais aussi pour les papas, pour tous les proches, un peu comme on le voit d’ailleurs dans la première lecture. On a notre prophète Isaïe, - c’est le texte que vous entendrez à chaque messe Chrismale alors on le connaît bien - : « L’esprit du Seigneur repose sur moi, et il m’a envoyé prononcer la Bonne Nouvelle », et après le dialogue avec la communauté. Il parle, lui, le prophète, et la communauté écoute, comprend, ne comprend pas… […] mais elle tressaille de joie : « Je tressaille de joie dans le Seigneur, et mon âme exulte en mon Dieu. » C’est la raison pour laquelle on vous demande, on demande à tous les chrétiens mais spécialement à ceux qui disent l’office, chaque soir, de laisser votre cœur exulter de joie. N’oubliez pas de rendre grâce ! Le chant du magnificat chaque soir, dans les vêpres, est un moment essentiel. Dans la lecture d’aujourd’hui on nous proposait aussi son ancêtre, le cantique d’Anne. Ne pas oublier de dire Merci ! Nous savons, et l’Evangile nous a prévenus, que souvent nous oublions. Un jour Jésus guérit dix lépreux, et sur les dix, il y en a un seul capable de venir lui dire merci. Souvent je me suis posé cette question à moi-même : peut-être qu’il y a 90 % des choses reçues de Dieu pour lesquelles j’ai oublié de dire Merci ? Savoir tressaillir de joie dans le Seigneur, exulter au nom du Seigneur, avec ce manteau de la justice, et enfin toutes les merveilles qui sont déjà décrites dans cette première lecture. Je pensais à tout ce que vous allez faire après. La justice, la louange, la vie éternelle que vous allez donner, le pardon, la justice de Dieu… tout ce que vous allez faire et donner pour mettre le peuple de Dieu en louange pour que son Epouse aime davantage, aime toujours plus l’Epoux.

    « Ton Père et moi nous te cherchions ! » et « Pourquoi nous as-tu fait cela ? » Marie et Joseph étaient donc perturbés dans cette route, et ils avançaient, puis se sont tranquillisés comme des parents : « bon, il n’est pas là, mais à son âge, il doit être là-bas, dans le convoi ». Parfois on nous traduit « la caravane ». En fait, c’est un mot très à la mode ! C’est le seul endroit de l’Evangile où il y a le mot « synode ». « Synodia ». On espère d’ailleurs que dans le synode, si on parle de synode et de synodalité maintenant, Jésus marche avec nous. Eh bien là c’était pas le cas ! [rires] C’était le synode, il était dans le Temple. Et pour nous aussi, c’est une question qui a son importance. On pense et on espère que le peuple de Dieu, comme une caravane, comme un convoi, comme un synode, avance, et que le Seigneur Jésus est bien là, présent au milieu de lui.

    « Où est-il ? » se demandent Marie et Joseph. Et donc ils vont le retrouver dans le temple. Ici évidemment il y a quelque-chose qui pour nous est extrêmement précieux, et qui est la première parole de jésus dans l’Evangile. Il y en a, il y en a beaucoup, dans ses enseignements et dans des chapitres entiers. On les connait, on les aime. Mais pourquoi n’y a-t-il pas un amour tout particulier pour sa première parole ? Quand sa maman un peu perdue lui dit : « Mais mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Ton père et moi nous avons souffert en te cherchant ! » Il y a aussi ici la place de Joseph. Joseph : tout le monde veut que ce soit un grand silencieux. Beaucoup de livres s’appellent comme ça : Joseph, le silencieux. Qu’est-ce qu’ils en savent ? Il n’y a pas une seule parole de saint Joseph dans l’Evangile certes, mais je pense que c’était un papa comme tout le monde, et qu’il apprenait à son enfant la vie, le voisinage, son métier, le commerce, l’argent… Jésus, après, parlera souvent de l’argent. Il parlera de toutes les difficultés du monde, on voit qu’il les connaît ! Il saura se comporter devant la femme adultère, devant les marchands du temple, devant ceux-ci ou ceux-là… il a été bien éduqué, par un papa qui lui a parlé, qui lui a appris à être un homme, à avoir son métier, et après, souvent, en entendant les réponses de Jésus, je remercie saint Joseph, parce qu’il a vraiment fait son travail de père et d’éducateur. Et ce petit bonhomme, il a grandi à Nazareth à côté d’un chêne ! Autrement dit d’un père qui était un bon résumé de l’Ancien testament, choisi entre mille bien sûr par Dieu au début du nouveau testament, pour donner comme image de sa paternité un juif extraordinaire, quelqu’un qui était entièrement dans la torah, dans la prière."

    À lire aussi

    Fausses rumeurs à propos d'une visite d'inspection de la communauté Saint-Martin

    Ref.  Les conseils inspirés du cardinal Barbarin aux nouveaux prêtres de Saint-Martin

  • En juillet, le Pape François invite à prier pour les personnes âgées

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    En juillet, le Pape François invite à prier pour les personnes âgées

    Dans son intention de prière pour le mois de juillet, le Saint-Père invite à prier pour que l’expérience et la sagesse des personnes âgées aident les jeunes à regarder l’avenir avec espérance. Le Pape François rappelle que les personnes âgées «ont une grande responsabilité envers les nouvelles générations».

    Cette intention de prière, présentée par La Vidéo du Pape, coïncide avec la célébration de la 2e Journée Mondiale des grands-parents et des personnes âgées, qui aura lieu le dimanche 24 juillet à Rome et dans tous les diocèses du monde autour du thème «Ils portent encore des fruits dans la vieillesse» (Ps 92, 15).

    L’indulgence plénière offerte pour la Journée des grands-parents et des personnes âgées

    Voici la transcription des paroles du Saint-Père: 

    «Nous ne pouvons pas parler de la famille sans parler de l’importance que les personnes âgées ont parmi nous. Nous n’avons jamais été aussi nombreux dans l’histoire de l’humanité, et nous ne savons pas comment bien gérer cette nouvelle étape de la vie. Il y a de nombreuses propositions d’assistance pour vivre la vieillesse mais peu de projets d’existence. 

    En tant que personnes âgées, nous sommes particulièrement sensibles à l’attention à l’autre, à la réflexion et à l’affection. Nous sommes, ou pouvons devenir, des maîtres de tendresse. Et à quel point ! 

    Dans ce monde habitué à la guerre, nous avons besoin d’une véritable révolution de la tendresse. À cet égard, nous avons une grande responsabilité envers les nouvelles générations. 

    Souvenons-nous que les grands-parents et les personnes âgées sont le pain qui nourrit nos vies et la sagesse cachée d’un peuple. Et c’est parce qu’il convient de les fêter, que j’ai instauré une journée qui leur est consacrée. 

    Prions pour les personnes âgées, afin qu’elles se transforment en maîtres de tendresse et que leur expérience et leur sagesse aident les plus jeunes à regarder l'avenir avec espérance et responsabilité.»

    Le Pape François consacre actuellement aux personnes âgées son cycle de catéchèses, prononcées au cours de l'audience générale du mercredi. 

  • Saint Olivier Plunkett, primat d'Irlande martyrisé à Londres en 1681 (1er juillet)

    IMPRIMER

    Saint Olivier Plunket, Archevêque et Martyr. Fête le 01 Juillet.

    Notice de l'Encyclopaedia britannica :

    Saint Oliver Plunket, Plunket également orthographié Plunkett, (né en 1629, Loughcrew, County Meath, Irlande. mort le 1er juillet 1681, Londres ; canonisé en 1975 ; fête le 11 juillet), primat catholique romain de toute l'Irlande et dernier homme à avoir souffert le martyre pour la foi catholique en Angleterre.

    Plunket a fait ses études et a été ordonné à Rome, où il a été professeur de théologie au College de Propaganda Fide et représentant des évêques irlandais auprès du Saint-Siège. Nommé archevêque d'Armagh et primat de toute l'Irlande en 1669, il arrive l'année suivante à un moment où, après une répression prolongée, l'Église catholique est fortement désorganisée, avec un seul évêque âgé en liberté. S'efforçant de rétablir l'ordre et la discipline conformément aux préceptes du Concile de Trente, Plunket reste en bons termes avec les Anglais et les protestants jusqu'en 1673, date à laquelle il est obligé de se cacher en raison de nouvelles persécutions. Pendant les cinq années qui suivirent, il travailla dans des conditions de plus en plus difficiles, portées à leur paroxysme par la terreur inspirée par le complot de Titus Oates en 1678. L'année suivante, il fut trahi, arrêté et emprisonné au château de Dublin. Son procès à Dundalk fut rendu absurde par les témoignages ignominieux de l'accusation ; il fut emmené à Londres où, après de longues procédures judiciaires, il fut condamné à être pendu, éventré et écartelé ; la sentence fut exécutée à Tyburn devant une grande foule. Plunket a été béatifié par Benoît XV en 1920 et canonisé par le pape Paul VI le 12 octobre 1975. Sa tête est conservée à Drogheda et son corps à l'abbaye de Downside, près de Bath.

  • Les premiers martyrs de l'Eglise de Rome (30 juin)

    IMPRIMER

    LES MARTYRS DES JARDINS DE NÉRON A ROME VERS LE Ier AOUT DE L'AN 64

    (source : Dom H. Leclercq)

    Le 19 juillet 64, commença l'incendie de Rome, qui dura neuf jours. Quand il fut éteint, une immense population réduite au plus complet dénuement s'entassa aux enviions du Champ de Mars, où Néron fit dresser des baraques et distribuer du pain et des vivres. D'ordinaire, ces oisifs acclamaient l'empereur; maintenant qu'ils avaient faim, ils le haïrent. Des accusations persistantes poursuivaient le pitre impérial. On savait qu'il était venu d'Antium pour jouir de l'effroyable spectacle dont la sublime horreur le transportait; on racontait même, ou du moins on insinuait, que lui-même avait ordonné ce spectacle, tel qu'on n'en avait jamais vu de pareil. Les accusations se haussaient jusqu'à la menace. Néron, qui le sut, essaya de détourner les soupçons en jetant à la foule un nom et une proie. Il y en avait un tout trouvé. En brûlant Rome, Néron avait blessé au vif les préjugés tenaces d'un peuple conservateur au plus haut degré de ses monuments religieux. Toute la friperie liturgique du paganisme, trophées, ex-votos, dépouilles opimes, pénates, tout le matériel religieux du culte avait flambé. L'horreur avait sa source dans le sentiment très vif de la religion et de la patrie outragées. Or il y avait, à Rome même, un groupe de population que son irréductible protestation contre les dieux de l'empire signalait à tous, c'était la colonie juive ; une circonstance semblait accablante contre eux dans l'enquête sur la responsabilité des récents désastres. Le feu avait pris dans les échoppes du Grand-Cirque, occupées par des marchands orientaux, parmi lesquels étaient beaucoup de Juifs. Mais il avait épargné la région de la porte Capène et le Transtevère, dont les Juifs formaient presque exclusivement la population. Ils n'avaient donc souffert quelque dommage qu'au Champ de Mars. De là à inculper les Juifs il y avait peu à faire, cependant ils échappèrent ; c'est que Néron était entouré de Juifs : Tibère Alexandre et Poppée étaient au plus haut point de leur faveur ; dans un rang inférieur, des esclaves, des actrices, des mimes, tous juifs et fort choyés. Est-ce trop s'avancer, que d'attribuer à ce groupe l'odieux d'avoir fait tomber sur les chrétiens la vengeance menaçante? Il faut se rappeler l'atroce jalousie que les Juifs nourrissaient contre les chrétiens, et si on la rapproche « de ce fait incontestable que les Juifs, avant la destruction de Jérusalem, furent les vrais persécuteurs des chrétiens et ne négligèrent rien pour les faire disparaître », on y trouvera le commentaire authentique d'un mot de saint Clément Romain, qui, faisant allusion aux massacres de chrétiens ordonnés par Néron, les attribue « à la jalousie, dia Zelon ».

    Lire la suite

  • Liturgie : “Abandonnons nos polémiques”

    IMPRIMER

    Lu sur le site web « Riposte Catholique »

    francois_la_nacion.jpg« Le pape François vient de publier une lettre apostolique sur la formation liturgique, intitulée Desiderio Desideravi. Le pape commence par rappeler les restrictions concernant la messe traditionnelle :

    « Très chers frères et sœurs, par cette lettre, je désire vous rejoindre tous – après avoir déjà écrit uniquement aux évêques après la publication du Motu Proprio Traditionis custodes – et je vous écris pour partager avec vous quelques réflexions sur la liturgie, dimension fondamentale pour la vie de l’Église. Le sujet est vaste et mérite d’être examiné attentivement sous tous ses aspects : toutefois, dans cette lettre, je n’ai pas l’intention de traiter la question de manière exhaustive. Je souhaite plutôt offrir quelques pistes de réflexion qui puissent aider à la contemplation de la beauté et de la vérité de la célébration chrétienne. »

    Puis il termine sa longue lettre ainsi :

    « Abandonnons nos polémiques pour écouter ensemble ce que l’Esprit dit à l’Eglise. Sauvegardons notre communion. Continuons à nous émerveiller de la beauté de la liturgie. La Pâque nous a été donnée. Laissons-nous protéger par le désir que le Seigneur continue d’avoir de manger sa Pâque avec nous. Sous le regard de Marie, Mère de l’Eglise. »

    Après avoir lancé les persécutions romaines que l’on voit contre les traditionnalistes, c’est un peu facile d’appeler maintenant à abandonner les polémiques…

    Ref. “Abandonnons nos polémiques”

    Vous avez dit incohérences et excès sans avenir ?

     

    Lire également : Le pape François met au ban la «messe en latin»

  • Solennité des saints Pierre et Paul : des hommes de miséricorde

    IMPRIMER

    paul-pierre-lippi.jpgC'est ainsi que, dans un de ses sermons, saint Bernard de Clairvaux (12e siècle) qualifie les Apôtres Pierre et Paul.

    "C'est avec raison, mes frères, que l'Église, notre mère, applique aux saints apôtres ces paroles du Sage : « Ce sont des hommes de miséricorde, dont les justices ne tombent point dans l'oubli, les biens qu'ils ont laissés à leur postérité, y subsistent toujours (Eccli. XIV, 10 et 11). » Oui, on peut bien les appeler des hommes de miséricorde, tant parce qu'ils ont obtenu miséricorde pour eux-mêmes, que parce qu'ils sont pleins de miséricorde, ou que c'est dans sa miséricorde que Dieu nous les a donnés.

    illustration : Filippino Lippi (XVe s.) : Paul rendant visite à Pierre en prison

    Lire la suite

  • Les saints apôtres Pierre et Paul (29 juin)

    IMPRIMER

    El-Greco-St.-Paul-and-St.-Peter.JPGLe mercredi 29 juin 2005, Benoît XVI a consacré sa catéchèse aux apôtres Pierre et Paul :

    Chers frères et soeurs,

    La fête des saints Apôtres Pierre et Paul est à la fois une commémoration reconnaissante des grands témoins de Jésus Christ et une confession solennelle en faveur de l'Eglise une, sainte, catholique et apostolique. C'est tout d'abord une fête de la catholicité. Le signe de la Pentecôte - la nouvelle communauté qui parle dans toutes les langues et qui unit tous les peuples en un unique peuple, en une famille de Dieu - ce signe est devenu réalité. Notre assemblée liturgique, au sein de laquelle sont réunis des Evêques provenant de toutes les parties du monde, des personnes de multiples cultures et nations, est une image de la famille de l'Eglise présente sur toute la terre. Des étrangers sont devenus des amis; au-delà de toutes les frontières, nous nous reconnaissons comme des frères. Ainsi est menée à bien la mission de saint Paul, qui savait "être un officiant du Christ Jésus auprès des païens, ministre de l'Evangile de Dieu , afin que les païens deviennent une offrande agréable, sanctifiée dans l'Esprit Saint" (Rm 15, 16). Le but de la mission est une humanité devenue elle-même une glorification vivante de Dieu, le culte véritable que Dieu attend:  tel est le sens le plus profond de la catholicité - une catholicité qui nous a déjà été donnée et vers laquelle nous devons toutefois toujours nous acheminer. La Catholicité n'exprime pas qu'une dimension horizontale, le rassemblement de nombreuses personnes dans l'unité; elle exprime également une dimension verticale:  ce n'est qu'en tournant le regard vers Dieu, seulement en s'ouvrant à Lui que nous pouvons devenir vraiment une seule chose. Comme Paul, Pierre vint lui aussi à Rome, dans la ville qui était le lieu de convergence de tous les peuples et qui, précisément pour cette raison, pouvait devenir avant toute autre l'expression de l'universalité de l'Evangile. En entreprenant le voyage de Jérusalem à Rome, il savait assurément qu'il était guidé par les voix des prophètes, par la foi et par la prière d'Israël. En effet, la mission vers le monde entier fait également partie de l'annonce de l'Ancienne Alliance:  le peuple d'Israël était destiné à être une lumière pour les nations. Le grand Psaume de la Passion, le psaume 21, dont le premier verset est:  "Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m'as-tu abandonné?". Jésus a prononcé ce psaume sur la croix, il se terminait par la vision suivante:  "Tous les lointains de la terre se souviendront et reviendront vers Yahvé; toutes les familles des nations se prosterneront devant lui" (Ps 21, 28). Quand Pierre et Paul vinrent à Rome le Seigneur, qui avait commencé ce psaume sur la croix, était ressuscité; cette victoire de Dieu devait à présent être annoncée à tous les peuples, accomplissant ainsi la promesse avec laquelle le Psaume se concluait.

    Lire la suite

  • Nunc scio vere (Introït pour la fête des saints Pierre et Paul)

    IMPRIMER

    Introitus Introit
    Act. 12, 11 Act. 12,11
    NUNC scio vere, quia misit Dóminus Angelum suum: et erípuit me de manu Heródis, et de omni exspectatióne plebis Iudæórum. Ps. 138, 1-2 Dómine, probásti me, et cognovísti me: tu cognovísti sessiónem meam, et resurrectiónem meam. ℣. Glória Patri. Maintenant, je reconnais d’une manière certaine que le Seigneur a envoyé Son ange : qu’Il m’a arraché de la main d’Hérode et à toute l’attente du peuple juif. Ps. 138, 1-2. Seigneur, Tu m'as sondé, et Tu me connais : Tu sais quand je m’assieds, et quand je me lève.
  • Irénée de Lyon, défenseur de l'orthodoxie catholique (28 juin)

    IMPRIMER

    Saint Irénée de Lyon

    Le 28 mars 2007, Benoît XVI a consacré sa "catéchèse" du mercredi à ce grand témoin de la Foi (IIe siècle) que l'on fête aujourd'hui : saint Irénée de Lyon

    Chers frères et sœurs!

    Dans les catéchèses sur les grandes figures de l'Eglise des premiers siècles, nous arrivons aujourd'hui à l'éminente personnalité de saint Irénée de Lyon. Les informations biographiques à son sujet proviennent de son propre témoignage, qui nous est parvenu à travers Eusèbe, dans le livre V de l'Histoire ecclésiastique. Irénée naquit selon toute probabilité à Smyrne (aujourd'hui Izmir, en Turquie), vers 135-140, où, encore jeune, il alla à l'école de l'Evêque Polycarpe, lui-même disciple de l'Apôtre Jean. Nous ne savons pas quand il se rendit d'Asie mineure en Gaule, mais son transfert dut coïncider avec les premiers développements de la communauté chrétienne de Lyon:  c'est là que, en 177, nous trouvons Irénée au nombre du collège des prêtres. C'est précisément cette année qu'il fut envoyé à Rome, porteur d'une lettre de la communauté de Lyon au Pape Eleuthère. La mission romaine qui permit à Irénée d'échapper à la persécution de Marc-Aurèle, dans laquelle au moins 48 martyrs trouvèrent la mort, parmi lesquels l'Evêque de Lyon lui-même, Pothin, âgé de 90 ans, mort des suites de mauvais traitements en prison. Ainsi, à son retour, Irénée fut élu Evêque de la ville. Le nouveau Pasteur se consacra entièrement au ministère épiscopal, qui se conclut vers 202-203, peut-être par le martyre.

    Lire la suite