Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le pape François ordonne une visite apostolique de l'archidiocèse de Cologne du cardinal Woelki

IMPRIMER

Alors qu'on s'attendrait à ce que Rome intervienne pour mettre bon ordre dans la confusion qui règne dans l'Eglise d'Allemagne ("voie synodale", bénédictions d'unions homosexuelles, provocations diverses dont celles de féministes...), c'est Mgr Woelki qui est dans le viseur du Vatican. Ce n'est sans doute pas la réponse que le cardinal Müller attend lorsqu'il prie le pape d'intervenir dans la situation de l'Eglise d'Allemagne... 

De Catholic News Agency :

Le pape François ordonne une visite apostolique de l'archidiocèse de Cologne du cardinal Woelki

28 mai 2021

Le pape François a ordonné une visite apostolique de l'archidiocèse de Cologne, en Allemagne, dans un contexte de vives critiques concernant sa gestion des cas d'abus. L'archidiocèse a déclaré dans un communiqué du 28 mai que les visiteurs apostoliques du pape évalueraient les "éventuelles erreurs" commises par son chef, le cardinal Rainer Maria Woelki.

Les visiteurs apostoliques seront le cardinal Anders Arborelius de Stockholm et l'évêque Johannes van den Hende de Rotterdam, président de la conférence épiscopale néerlandaise, a rapporté CNA Deutsch, le partenaire d'information en langue allemande de CNA. "Au cours de la première moitié du mois de juin, les envoyés du Saint-Siège se rendront dans l'archidiocèse afin de se faire une idée globale de la situation pastorale complexe qui y règne", précise le communiqué. Il ajoute que les visiteurs examineront également les éventuelles erreurs commises par l'archevêque Stefan Heße de Hambourg, qui a été vicaire général de l'archidiocèse de Cologne de 2012 à 2015, ainsi que par les auxiliaires de Cologne, Mgr Dominikus Schwaderlapp et Mgr Ansgar Puff. Mgr Heße a déclaré en mars qu'il présentait sa démission au pape François et demandait une "libération immédiate" de toutes ses fonctions.

Se félicitant de la visite apostolique, Woelki a déclaré : "Déjà en février, j'ai informé le Saint-Père à Rome de manière exhaustive sur la situation de notre archidiocèse." "Je salue le fait qu'avec la visite apostolique, le pape veut se faire sa propre idée de l'enquête indépendante et de ses conséquences." "Je soutiendrai le cardinal Arborelius et l'évêque van den Hende dans leur travail avec pleine conviction. Je salue toute mesure qui contribuera à assurer la responsabilité."

Le cardinal de 64 ans a annoncé en décembre 2020 qu'il avait demandé au pape François de revoir les décisions qu'il avait prises concernant un prêtre accusé -- identifié seulement comme "Pastor O." -- en 2015. Woeki, qui a été nommé archevêque de Cologne en 2014, a fait face à des appels à la démission depuis que l'archevêché a refusé de manière controversée de publier un rapport du cabinet d'avocats Westphal Spilker Wastl de Munich. En janvier 2019, l'archevêché a chargé Westpfahl Spilker Wastl d'examiner les dossiers personnels pertinents à partir de 1975 afin de déterminer "quels déficits personnels, systémiques ou structurels étaient responsables dans le passé du fait que des incidents d'abus sexuels étaient couverts ou n'étaient pas punis de manière cohérente." Après que les avocats de l'archevêché ont fait part de leurs préoccupations quant aux "lacunes méthodologiques" de l'étude du cabinet d'avocats, Mgr Woelki a chargé le professeur Björn Gercke, expert en droit pénal basé à Cologne, de rédiger un nouveau rapport.

Le rapport Gercke, qui compte 800 pages, a été publié en mars. Il couvre la période de 1975 à 2018 et examine 236 dossiers en détail dans le but d'identifier les manquements et les violations de la loi, ainsi que leurs responsables. En réponse au rapport, Woelki a annoncé qu'il allait "libérer temporairement" deux fonctionnaires de leurs fonctions : Mgr Schwaderlapp et Günter Assenmacher, un fonctionnaire de l'archidiocèse.

Woelki a déclaré à CNA Deutsch qu'il comprenait la colère suscitée par la réponse de l'archidiocèse aux cas d'abus et sa décision de ne pas publier le premier rapport. "Je suis sincèrement désolé que nous ayons causé une douleur supplémentaire à ceux qui sont touchés par le chemin difficile de la confrontation avec la violence sexualisée dans l'archidiocèse de Cologne", a-t-il déclaré. "Malheureusement, nous n'avions pas d'alternative à la décision de commander une deuxième expertise, car nous avons besoin d'une base méthodologiquement propre et durable pour identifier clairement les responsabilités sur le plan organisationnel dans notre église et pour pouvoir éviter que les mêmes erreurs soient commises à l'avenir."

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel