Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un témoin raconte le miracle dû à l'intercession de Jean-Paul Ier

IMPRIMER

D'Ermes Dovico sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

"Moi, un témoin, je vous raconte le miracle de Jean-Paul Ier".

18-10-2021

22 juillet 2011 : Candela Giarda, alors âgée de 11 ans, était intubée en soins intensifs, ne pesant que 19 kilos, souffrant depuis des mois d'une encéphalopathie épileptique aiguë, entre-temps aggravée par un état septique dû à une broncho-pneumonie. "Les médecins ont prévenu la mère que Candela ne passerait pas la nuit, prédisant la mort imminente de sa fille. La Nuova Bussola a interviewé le père José Dabusti, le prêtre qui, le soir du 22 juillet, à Buenos Aires, a invité la mère de Candela, au chevet de sa fille, désormais étudiante universitaire, à demander l'intercession du pape Albino Luciani. Au grand étonnement des médecins, elle a apporté une amélioration soudaine et durable qui a conduit l'Église à reconnaître le miracle.

Candela Giarda_padre José Dabusti_Giovanni Paolo I

Candela Giarda_Père José Dabusti_Jean Paul Ier

La nouvelle de la reconnaissance du premier miracle attribué à l'intercession du vénérable Jean-Paul Ier (17 octobre 1912 - 28 septembre 1978), le pape décédé 33 jours seulement après son élection au trône de Pierre et dont on a célébré hier l'anniversaire de la naissance, a déjà fait le tour du monde. L'événement, qui remonte à 2011, concerne une jeune fille argentine, Candela Giarda, alors âgée de 11 ans et aujourd'hui étudiante universitaire, qui fait du sport, fréquente la paroisse et appartient à un groupe de scouts. Une vie normale, comme on dit dans ces cas-là.

Le décret sur son miracle, promulgué par la Congrégation pour les causes des saints après autorisation du pape François, est daté du 13 octobre. C'était le dernier jour, comme on le sait, du cycle des apparitions de Notre-Dame de Fatima, auquel Albino Luciani était très attaché. En juillet 1977, un peu plus d'un an avant de devenir pape, celui qui était alors patriarche de Venise avait rencontré, au carmel de Coimbra, sœur Lucia dos Santos qui, au cours d'une conversation intense, lui avait dit, entre autres, quelle était la seule façon de sortir des problèmes de l'Église, à savoir la nécessité d'avoir - comme Luciani lui-même l'a rapporté - "des religieuses, des prêtres et des chrétiens à la tête ferme". Radical comme les saints : ou tudo ou nada, tout ou rien, si tu veux être de Dieu sérieusement".

Et un saint, reconnu par l'Église, pourrait un jour être Jean-Paul Ier lui-même. En attendant, le décret du 13 octobre signifie qu'il sera bientôt proclamé bienheureux ; il ne reste plus qu'à décider de la date de la cérémonie. Mais dans quelles circonstances le miracle a-t-il eu lieu ? Le père José Dabusti, le curé basé à Buenos Aires qui a invité Roxana, la mère de Candela, au plus fort d'une maladie qui s'était manifestée quatre mois auparavant (le 20 mars 2011 les premiers symptômes douloureux, le 26 mai le transfert dans la capitale argentine), à demander l'intercession de Jean-Paul Ier au moment le plus critique de la vie de sa fille, a déclaré par téléphone à la Nuova Bussola.

Père José Dabusti, voudriez-vous expliquer d'où vient votre dévotion pour le pape Luciani et ce qui vous frappe le plus chez lui ?
Deux choses, en particulier. Quand Albino Luciani a été élu au trône pontifical, en 1978, j'avais 13 ans ; j'ai été frappé par sa joie et l'expression de son visage et, en outre, par son humilité. Dès mon adolescence, j'ai développé une affection intime pour Jean-Paul Ier, et je le priais intérieurement. Et lorsque je me rendais à Rome, ou que je connaissais des gens qui s'y rendaient, je leur disais toujours de prier sur la tombe du pape Luciani.

Pouvez-vous nous dire comment et quand vous avez rencontré la petite fille, Candela Giarda, aujourd'hui âgée de 21 ans, miraculeusement guérie par Jean-Paul Ier ?
Je l'ai rencontrée en 2011, alors que j'étais dans une paroisse de Buenos Aires dédiée à la Vierge, plus précisément à " Nuestra Señora de la Rábida " (du nom d'un célèbre couvent franciscain du sud de l'Espagne, en Andalousie). Près de la paroisse se trouve un hôpital universitaire, la Fondation Favaloro, spécialisé dans les soins de haut niveau pour les maladies neurologiques, cardiaques, etc. L'enfant, Candela, est née dans une petite ville du sud de l'Espagne. La jeune fille, Candela, était originaire de Paraná, une ville située à 500 kilomètres de Buenos Aires. Candela a été admise pour une maladie très grave, le syndrome d'épilepsie par infection fébrile (Fires), avec des convulsions répétées. Elle a également été intubée.

Candela était accompagnée à Buenos Aires par sa mère, non ?
Oui, sa mère, Roxana, allait à la paroisse pour prier. Parfois, nous nous arrêtions pour parler. Je l'ai également accompagnée à l'hôpital et un jour, j'ai administré l'onction des malades à sa fille. Le 22 juillet 2011, l'état de Candela était très grave, notamment parce qu'elle avait entre-temps contracté une infection à l'hôpital et se trouvait dans un état septique dû à une broncho-pneumonie. Les médecins ont averti sa mère que Candela ne passerait pas la nuit, prédisant la mort imminente de sa fille.

Roxana vous a-t-elle averti de la détérioration de la situation le 22 juillet ?
Oui, elle l'a fait. Elle m'a informé de la situation et je l'ai accompagnée à la Fondation Favaloro. Alors que nous étions devant la petite Candela, qui ne pesait que 19 kilos, j'ai eu - je ne sais pas comment le dire, car ce sont des choses surnaturelles - l'inspiration d'inviter sa mère à demander l'intercession de Jean-Paul Ier pour la guérison de Candela. Roxana ne connaissait pas la figure du Pape Luciani et je lui ai tout de suite raconté un peu l'histoire de Jean Paul I et la raison pour laquelle je demandais de prier le Serviteur de Dieu. Maman et moi avons prié ensemble avec deux infirmières de l'unité de soins intensifs. C'était une prière courte et spontanée, je ne me souviens pas des mots exacts, ils étaient inspirés à ce moment-là.

Que s'est-il passé ensuite ?
Eh bien, le matin du jour suivant, le 23 juillet, il y a dix ans, la mère est venue à la paroisse et m'a dit que Candela avait passé la nuit et allait un peu mieux. Dans les heures et les jours qui ont suivi, l'état de la patiente s'est régulièrement amélioré, elle a été extubée au bout de quelques semaines et après environ un mois et demi [le 5 septembre 2011, ndlr], elle a pu sortir de l'hôpital. Et puis je ne l'ai pas vue, ni sa mère, qui est rentrée chez elle.

Quand les avez-vous revues ?
En 2014, j'étais toujours dans la même paroisse de Buenos Aires. Candela n'était plus une enfant, elle était maintenant une adolescente, et Roxana voulait me la montrer. Elles étaient venus pour un contrôle à l'hôpital, ce qu'ils faisaient périodiquement. Candela était physiquement une personne différente, on pouvait voir qu'elle avait récupéré. Elle marchait, elle parlait normalement. Cette rencontre a été une grande émotion pour nous trois. À ce moment-là, j'ai dit à la mère que nous devions informer le Saint-Siège de sa guérison, car c'était un événement absolument extraordinaire, miraculeux. Environ deux ou trois mois plus tard, nous nous sommes retrouvés tous les trois, en janvier 2015 : Roxana a écrit une courte histoire pour expliquer ce qui s'était passé, et j'ai fait de même. J'avais un frère qui devait se rendre à Rome pour une conférence, où le pape François serait présent, et il a donc proposé de remettre notre lettre et l'histoire entre les mains du Saint-Père.

Ah, et ensuite ?
Deux mois plus tard, j'ai reçu un appel de Rome me demandant des informations supplémentaires sur le cas de Candela. Et à partir de là, tout un processus a commencé, dans lequel toute la documentation, l'histoire clinique, etc. a été examinée. La vice-postulatrice, Stefania Falasca, est également venue de Rome pour traiter l'affaire. En 2017, entre-temps, le processus au niveau diocésain (à Buenos Aires) a été ouvert pour étudier le miracle. Divers témoins, infirmières, médecins ont été entendus, puis toutes les informations ont été envoyées à Rome pour le jugement théologique et ensuite la poursuite de la constatation du miracle, qui s'est conclue précisément il y a quelques jours, le 13 octobre 2021, par l'autorisation du Pape de promulguer le décret correspondant reconnaissant le miracle attribué à l'intercession du Vénérable Jean-Paul Ier.

Pouvez-vous nous en dire plus sur la famille qui a eu la grâce du miracle et si, en général, vous avez connaissance de fruits spirituels ?
La famille de Roxana et Candela [sur la photo ci-dessous avec le père Dabusti, il y a trois semaines, ndlr] est une famille formée dans la foi, on pourrait dire une foi populaire, simple, mais avec une force impressionnante. La mère en témoigne tout le temps, avec sa foi dans la prière. Lorsque nous avons prié ensemble, elle savait que Dieu était à l'œuvre, elle savait que Candela ne mourrait pas. Elle l'a dit plusieurs fois. Roxana a notamment déclaré que pour elle et sa fille, ce miracle signifie une nouvelle vie. Et je crois que les fruits peuvent également être observés en regardant les personnes qui ont participé au processus de constatation du miracle, car parmi elles se trouvaient également des médecins non croyants qui, comme les autres personnes impliquées dans l'histoire, ont été impressionnés par les faits.

Commentaires

  • Que c'est beau!
    Parmi les six derniers papes, trois sont saints et un quatrième bientôt bienheureux. Fameux score.
    Tout ça après Vatican II... En va-t-il de même pour le reste de l'Eglise?

  • L'essentiel n'est il pas que ces canonisations ou béatifications sont dues à des miracles reconnus ....?

    Peu importe avant ou après Vatican II ......

    Et on espère qu'il y en aura encore d'autres ...

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel