Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Traditionis Custodes: une question « résolue trop durement » selon la Congrégation pour le Culte divin

IMPRIMER

Lu sur le site « riposte catholique » :

Kazimierz_Nycz_01.jpgRendant compte de ses entretiens relatifs au Motu Proprio Traditionis custodes, le cardinal-archevêque de Varsovie, Mgr Kazimierz Nycz, a affirmé qu’il avait été reconnu à la Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des Sacrements « que la question était résolue trop durement et qu’au lieu de servir l’unité, dans des cas individuels, cela pouvait conduire quelqu’un à quitter l’Église. D’autre part, la volonté d’interpréter le motu proprio au sens large s’est exprimée – plus dans l’esprit que dans la lettre de la loi émise. Nous attendons les orientations promises à ce sujet. » Reçu par les instances romaines avec plusieurs évêques polonais, le cardinal Nycz a estimé que les prêtres ordonnés pour la forme extraordinaire sous Benoît XVI devraient continuer à dire cette messe.

Source: Polonia Christiana :

" Au retour de la visite d'Ad Limina au Vatican, le Card. Kazimierz Nycz dans une interview avec KAI a partagé ses observations de son séjour au Vatican. Il a également répondu aux questions sur le déroulement des réunions, ainsi qu'aux questions soulevées lors de nombreuses conversations avec les responsables de la Curie romaine, ainsi qu'avec les Congrégations individuelles. Le hiérarque a admis que lors de leur visite au Vatican, les évêques polonais ont également évoqué le motu proprio "Traditionis custodes" du pape François, qui limite radicalement la possibilité de célébrer la messe sous la forme extraordinaire du rite romain.

« Dans la congrégation liturgique, la discussion sur la liturgie tridentine a été très intéressante. Les évêques ont posé des questions, notamment concernant les églises paroissiales, dans lesquelles cette liturgie pourrait éventuellement être poursuivie, ainsi que l'extension de la possibilité de la célébrer, conformément au motu proprio "Traditionis custodes", si un tel besoin s'en faisait sentir en Pologne dans le futur, a dit le Cardinal Kazimierz Nycz.

Il a ensuite rappelé que la Congrégation avait admis que le contenu du motu proprio avait eu dans certains cas des conséquences indésirables, comme le départ de certains fidèles dont les besoins religieux n'avaient pas été satisfaits. Le hiérarque a ajouté que la volonté d'interpréter le document papal "au sens large" a été exprimée.

« D'une part, la congrégation a admis que le problème avait été résolu trop durement et qu'au lieu de servir l'unité, dans des cas individuels, cela pouvait conduire quelqu'un à quitter l'Église parce que ses besoins n'étaient pas satisfaits. D'autre part, la volonté d'interpréter le motu proprio au sens large s'est exprimée - plus dans l'esprit que dans la lettre de la loi émise. Nous attendons les orientations promises à ce sujet », a déclaré le Cardinal Kazimierz Nycz.

Le métropolite de Varsovie a ajouté que la règle générale est que les prêtres qui, pendant le pontificat de Benoît XVI, "ont été autorisés à célébrer la liturgie tridentine" doivent toujours pouvoir célébrer la messe sous la forme extraordinaire du rite romain. "D'autre part, les nouveaux, jeunes prêtres qui souhaitent célébrer cette liturgie doivent s'adresser au Saint-Siège avec une demande écrite de consentement à être « bi-ritualistes" - a indiqué le purpuratus ".

Source : KAI
WMa

Ref. Traditionis Custodes: une question « résolue trop durement » selon la Congrégation pour le Culte divin

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel